I-Reivac, work package Sciences humaines et sociales

Advertisement
Documents pareils
SEBBAH (URPS-ML PACA),

Vaccination contre la grippe : enjeux pour les infirmières et les infirmiers

résultats N 770 juillet 2011

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

B MIS À JOUR EN MARS 2013

Prévenir... par la vaccination

Programme DPC des infirmiers

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Argumentaire Pour Dokumentation Documentation Documentazione. Oui à la médecine de famille. Initative popuplaire / contre-projet direct

Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris.

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments?

Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies

Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux?

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril e congrès du Réseau

Les Infections Associées aux Soins

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable.

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière

Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

DEMANDE EN TRAITEMENT D ORTHODONTIE A MADAGASCAR : INFLUENCE DE L AGE, DU SEXE ET DU STATUT SOCIO-ECONOMIQUE.

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

La Cohorte des Grossesses du Québec

Définition de l Infectiologie

Sub-Saharan African G-WADI

SAN07 IBM Social Media Analytics:

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Forthcoming Database

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor.

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) Fax: (+33)

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES,

Cependant, les étapes de préparation des budgets et leur analyse sont maintenues et continueront à être réalisées par le niveau régional.

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Impact on revenue requirements no Description (000$)

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Data issues in species monitoring: where are the traps?

La prise en charge des maladies chroniques à l étranger

Marketing des territoires : la «french touch»

NAVELBINE voie orale

Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

La formation comme levier de changement des pratiques

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS Lyon

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

Assurance maladie grave

L offre qui protège ceux qui protègent. Complémentaire frais de santé Contrat collectif

Les nouveaux outils de pilotage de vos lancements. Valérie Trouillet Senior Principal, IMS Consulting

Vaccination contre la grippe saisonnière

Comment AXA adapte ses processus pour répondre aux attentes de ses clients

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant!

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

FORMATION SUPPORT MOAR. Mardi 26 juin 2012

Hépatite C une maladie silencieuse..

Santé mentale au travail Enjeu Clinique ou de Leadership? Maladie ou blessure?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

BOURSE DE RECHERCHE QUICK : SECURITE ET HYGIENE ALIMENTAIRE

Faculté de Médecine Comité des thèses Année 2012 Séminaire-Atelier n 1

Projet de thèse. Intitulé de la thèse. Spécialité du doctorat. Problématique scientifique générale

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

PLUS de temps. Très cordialement, Johan Spinc le General Manager HDMP

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

Communication et Marketing de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Etude Elfe, Le de de e v nir de en a f n a t n s

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant?

vaccinale en France Mesure de la couverture Bilan des outils et des méthodes en l an 2000

Moteurs de recommandations & pertinence de la conversation. Hervé Mignot 24 Mai 2011

Advertisement
Transcription:

I-Reivac, work package Sciences humaines et sociales O. Launay, X. Duval, C. Pulcini, P. Peretti- Watel, J. Raude, A. Sotto, P. Verger Réunion 17 mai 2016

Objectifs Mieux comprendre les déterminants de l acceptation, refus, ou hésitation vis-à-vis de vaccins Dans les populations particulières (maladies chroniques, immunodéprimés, femmes enceintes ) et chez les professionnels de santé Sociodémographiques, représentations & perceptions (vis-à-vis des vaccins, des maladies à prévention vaccinale, maladies sous-jacentes et leur traitement), confiance vis-à-vis des professionnels de santé, autorités, sources d information Tester des interventions visant à améliorer l acceptation des vaccins dans ces groupes Visant directement les patients Et/ou les professionnels de santé Evaluer l acceptation d innovations dans le domaine de la vaccination

Projets lancés ou soumis depuis 2014 Médévac : Perceptions, attitudes et comportements des médecins généralistes de ville vis-à-vis de la vaccination. Iresp, démarré en janv 2015 PédiatriVac : Perceptions, attitudes et comportements des pédiatres vis-à-vis des vaccins, en région Paca, démarré en 2016 Riscovac : Risques, controverses & vaccination. ANR, Démarré en 2015. DycoFlu : Typologies et dynamiques temporelles des comportements de vaccination contre la grippe saisonnière et déterminants liés à la santé, aux événements de santé et au suivi médical. Iresp, démarré en 2015 Eduvac : enquête nationale auprès des étudiants en médecine en fin de cursus sur leur formation initiale dans le domaine de la vaccination (C. Pulcini, Université de Lorraine) Formévac : Formation à la vaccination des Médecins généralistes (ARS 2014-2015), essai d intervention, terminé. Vacci-Officine : Rôle perçu, attitudes et pratiques des pharmaciens vis-à-vis de la vaccination, en Paca. Thèse de sciences et proposition soumise à l Iresp en 2016 Grippe-Fluvac : Déterminants des intentions vaccinales chez des patients hospitalisés pour syndrome grippal (en cours) 3

Publications 2014-16 1. Raude J et al. Opening the Vaccine Hesitancy black box: how trust in institutions affects French GPs vaccination practices. Expert Review of vaccines, April 2016. 2. Ward J et al. Vaccine criticism on the internet: propositions for future research. Human Vaccines and Immunotherapeutics, 2016, January. 3. Collange F et al. Knowledge, attitudes, beliefs and behaviors of General Practitioners/Family Physicians' toward their own vaccination: a systematic review. Human Vaccines and Immunotherapeutics (déc 2015). 4. Collange F et al. General practitioners attitudes and behaviors toward HPV vaccination: A French national survey. Vaccine, 2016;34:762-68. 5. Verger P, et al. Vaccine Hesitancy Among General Practitioners and Its Determinants During Controversies: A National Cross-sectional Survey in France. EBioMedicine, 2015, 2:889-895. 6. Loubet P, et al. Attitude, knoxledge and factors associated with influenza and pneumococcal vaccine uptake in a large cohort of patients with secondary immune deficiency. Vaccine. 2015 Jul 17;33:3703-8. 7. Verger P, et al. Characteristics of patients and physicians correlated with regular influenza vaccination in patients treated for type 2 diabetes: a follow-up study from 2008 to 2011 in southeastern France. Clin Microbiol Infect. 2015 Jun 25. 8. Peretti-Watel P et al. Vaccine Hesitancy: Clarifying a theoretical framework for an ambiguous notion. Plos Currents Outbreak, Feb 2015, Commentary. doi: 10.1371/currents.outbreaks.6844c80ff9f5b273f34c91f71b7fc289. 9. Ward J., et al. Vaccine-criticism on the internet: New insights based on French-speaking websites. Vaccine 2015, Feb 18;33(8):1063-70. doi: 10.1016/j.vaccine.2014.12.064. Epub 2015 Jan 9. 10. Peretti-Watel P, et al. Attitudes toward vaccination and the H1N1 vaccine: Poor people's unfounded fears or legitimate concerns of the elite? Soc Sci Med. 2014;109:10-8. 11. Flicoteaux R, et al. Correlates of general practitioners recommendations to patients regarding vaccination for the 2009-2010 pandemic influenza (A/H1N1) in France: implications for future vaccination campaigns. Vaccine. 2014;32:2281-7. 4

Hésitation vaccinale chez les professionnels de santé en France P. Verger ORS Paca, UMR SESSTIM, I-REIVAC Réunion 17 mai 2016

Contexte Crise de confiance dans la vaccination dans les pays occidentaux et en France notamment Accroissement des inquiétudes du public à l égard de la sécurité des vaccins Réduction de la couverture de la population pour certains vaccins Réémergence d épidémies de certaines maladies infectieuses

L hésitation vaccinale «Acceptation avec retard ou refus de certains vaccins, malgré la disponibilité de vaccins.» Hésitation vaccinale Acceptation inconditionnelle de la vaccination Accepte certains vaccins, en retarde, refuse d autres Refus radical de tout vaccin SAGE working group on vaccine hesitancy (WHO)

Evolution des opinions à l égard de la vaccination en général en France de 2000 à 2014 (18-75 ans) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% Très favorable Plutôt favorable Plutôt pas favorable Pas du tout favorable 20% 10% 0% 2000 2005 2010 2014 Source, Baromètres santé INPES de 2000 à 2014

Opinions défavorables : quels vaccins (18-75 ans) (Baromètres santé INPES 2010, 2014) HPV ROR BCG Hépatites 2014 2010 Toutes grippes Griipe A/H1N1 0 10 20 30 40 50 Pourcentage de personnes défavorables à tous vaccins en 2010 et 2014 : 2 %

Rôle des médecins et notamment des généralistes Prescrivent les vaccins, suivent l application du calendrier vaccinal, donnent des explications sur les vaccins Constituent une source d information fiable sur les vaccins selon les patients Leurs recommandations ont un impact sur les comportements de vaccination des patients Mais quelles sont leurs opinions et pratiques visà-vis des vaccins? Sont-ils sujets à hésitation vaccinale?

Panel national de médecins généralistes de ville DREES, ORS, URPS-ML Mis en place en 2014 RPPS, tirage au sort stratifié Taux d engagement à l inclusion : 46 % (5 vagues d enquêtes sur 3 ans) 1 ère enquête : vaccination, printemps 2015 1550 participants Publications : Raude et al. Expert Review of Vaccines, 2016 Verger et al. EbioMedicine, 2015 Collange et al. Vaccine, 2015 Le Maréchal et al. MMI, 2015

Opinions vis-à-vis de la vaccination en général 100 90 80 17,2 100 90 80 3,5 5,7 70 60 50 Pas du tout favorable 70 60 50 49,0 40 30 20 10 0 80,5 Adhésion à la vaccination en général Plutôt pas favorable Plutôt favorable Très favorable 40 30 20 10 0 41,8 Rôle perçu : Inciter les patients à la vaccination, même réticents Non Plutôt non Plutôt oui Oui

Opinions sur les sources d information, la vaccination et l utilité des vaccins (%)

100 90 Fréquence de proposition de vaccins à la patientèle 4,3 4,5 12,9 11,6 15,7 10,5 10,9 17,6 80 16,7 17,1 26 70 22,9 26,3 25,7 60 15,9 26,8 50 40 29,1 23,4 jamais parfois souvent 30 20 59,9 57,6 51,7 45,6 34 33,3 toujours 10 0 ROR pour ados et jeunes adultes non immunisés Grippe saisonnière chez diabétiques <65 ans Méningocoque C chez nourrissons de 12 mois HPV pour fille de 11-14 ans Vaccin contre VHB en rattrapage chez l'adolescent Méningocoque C en rattrapage (2 à 24 mois)

Actions jugées utiles Une cotation spécifique pour une consultation dédiée à la vaccination un rappel automatique, pas SMS, aux patients, de leurs dates de vaccination La mise à disposition de vaccins à votre cabinet 31 56 58 Une ligne gratuite de conseil téléphonique sur les vaccins pour les médecins Une lettre électronique gratuite vous informant des nouveautés Carnet de vaccination électronique intégré dans logiciel métier Des livrets d'informations pour les patients sur les bénéfices et les risques Des argumentaires sur les bénéfices et les risques de chaque vaccin Des campagnes d'information grand public 58 69 79 80 81 82 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

Autres aspects documentés dans le panel de MG de ville (vagues suivantes) Opinions vis-à-vis de la levée des obligations vaccinales (2015) Pratiques et perceptions vis-à-vis des vaccins grippe et pneumo chez les patients avec un cancer (2016) Opinions sur le rôle des pharmaciens dans le domaine de la vaccination (2016)

Projets Enquête sur les perceptions, attitudes et comportements des médecins spécialistes hospitaliers vis-à-vis de la vaccination (Spécivac) Réflexion sur une enquête sur le rôle perçu, les attitudes et les pratiques des infirmiers en libéral ou en établissement hospitalier en Paca (Ordre des infirmiers, ARS Paca, ORS Paca, ) Réflexions sur interventions auprès des médecins généralistes de ville et sur la formation des étudiants en médecine 18

Spécivac : enquête multicentrique dans le réseau I-Reivac Groupe de travail (Pierre Loulergues, Christian Dualé, Céline Pulcini, Odile Launay) Objectif : avoir une compréhension globale des attitudes et comportements des médecins hospitaliers vis-à-vis de différents vaccins recommandés aux populations particulières Celles-ci constituent une part non négligeable de la population Les MG et les médecins hospitaliers sont souvent en relation sur la prise en charge des patients : Intérêt de comparer leurs attitudes

Principes retenus par le GT Utiliser un questionnaire comparable (au moins sur les perceptions) à celui de Médevac S appuyer sur le réseau I-Reivac 18 établissements hospitaliers ont donné leur accord Enquête qualitative préalable + test pilote des procédures d enquête