Réunion des comités roulements et GPS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion des comités roulements et GPS"

Transcription

1 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront reposer sur la même base offerte par les normes ISO GPS de tolérancement dimensionnel. GPS est un acronyme très connu dans le domaine des systèmes de localisation mondiale par satellite (Global Positioning Systems), mais il peut également renvoyer à la spécification géométrique des produits (Geometric Product Specifications), plus particulièrement dans le cadre d un système de tolérancement avancé conforme aux normes ISO/ TC 213. TC 213 est le Comité technique ISO en charge des spécifications et de la vérification dimensionnelles et géométriques des produits. ISO/TC 4 est le Comité technique ISO pour les roulements. Sur un dessin technique, la spécification géométrique du produit définit généralement la forme (géométrie), les dimensions et les caractéristiques de surface d une pièce qui en assurent un fonctionnement optimal, ainsi que la dispersion autour de cet optimal pour laquelle la fonction est toujours satisfaite [1]. GPS est en outre un langage technique normalisé qui est utilisé pour exprimer les caractéristiques fonctionnelles de la pièce par rapport à des exigences techniques. Le titre de cet article fait référence à un colloque, organisé en septembre 28 à Vienne [2], qui a réuni des spécialistes des roulements et des experts GPS dans le but d aligner leurs systèmes et philosophies de tolérancement, ce qui n avait pas été possible en plus d un siècle. Ce manque d harmonisation était clairement visible au niveau des expressions de tolérances de forme et de battement spécifiques aux roulements ; il n était pas possible par ex. d utiliser ISO 111 [3] pour satisfaire aux normes applicables aux roulements. En ce qui concerne les tolérances dimensionnelles en particulier les tolérances sur l alésage et le diamètre extérieur, des confusions subsistent concernant l alignement des roulements sur les normes générales de tolérancement dimensionnel. Cet article est par conséquent consacré à la particularité des tolérances de diamètre d alésage et de diamètre extérieur des roulements. La particularité Au début, les personnes en charge de la normalisation des tolérances pour les roulements ont cherché à appliquer certaines classes de tolérance tirées du système des limites et ajustements (ISO [4] et ISO [5]). L idée a été abandonnée par la suite car il est peu à peu apparu évident que les roulements nécessitaient des principes de tolérancement spécifiques compte tenu de la flexibilité de leurs bagues. C est ce qui explique l existence de classes de tolérance pour roulements, désignées par des codes comme P6 ou P5 par exemple, sans correspondance avec les classes de tolérance selon ISO ,9* TC 4 TC 213 Les Figures 1 et 2 utilisent le même principe de base d indication des tolérances avec des limites inférieure et supérieure. Bien entendu, les valeurs de tolérance sont différentes pour permettre un certain ajustement entre la bague intérieure du roulement et l arbre, mais il existe une grande différence entre les normes applicables aux roulements ISO 492 [6] et les normes ISO et ISO applicables à l arbre. Plus précisément, la différence est la suivante : Fig. 1 : roulement avec dimension et tolérance pour le diamètre d alésage. *) Caractéristique de tolérance Δ dmp selon ISO 492. evolution.skf.com #3 212

2 indication des limites de déviation par rapport à des diamètres médians (traditionnellement appelés «diamètres moyens») et application du principe d indépendance de l alésage et du diamètre extérieur des roulements, contre indication des limites de déviation du diamètre (limites supérieure et inférieure réelles) et application de l exigence de l enveloppe pour les diamètres de l arbre et de la portée dans le logement. Cette différence n est pas visible en détail sur les Figures 1 et 2 mais doit être dûment prise en compte. Indication des limites de déviation par rapport à des diamètres médians et principe d indépendance pour les roulements Les normes de tolérancement dimensionnel des roulements sont basées sur le principe de flexibilité des bagues de roulements, autrement dit les bagues subissent des déformations lors de l installation sur l arbre ou dans le logement et les écarts de forme sont compensés dans une grande mesure. Dans un tel contexte, il n est pas nécessaire de tenir compte d un diamètre précis, mais il est judicieux de se baser sur la valeur médiane, c està-dire (d max +d min )/2, qui correspond à la valeur de diamètre la plus probable lorsque la bague est montée sur un arbre cylindrique rigide. Cet aspect est pris en compte dans la version actuelle de la norme pour roulements ISO 492 et exprimé par les tolérances sur les diamètres moyens (désormais appelés «diamètres médians») et la variation indépendante des diamètres. Plus en détail, les éléments pris en compte sont les suivants : écart du diamètre d alésage moyen dans un seul plan radial (Δ dmp ) écart du diamètre extérieur moyen dans un seul plan radial (Δ Dmp ) variation du diamètre d alésage dans un seul plan radial (V dsp ) variation du diamètre extérieur dans un seul plan radial (V Dsp ) variation du diamètre moyen d alésage (V dmp ) variation du diamètre moyen extérieur (V Dmp ). Il est par conséquent raisonnable de considérer les écarts dimensionnels et de forme de façon indépendante. Cela est cohérent du point de vue du système GPS avec le principe d indépendance décrit dans ISO 815 [7] en ces termes : «Par défaut, chaque spécification GPS relative à un élément ou relation entre éléments doit être réalisée indépendamment des autres spécifications» (Fig. 3). Indication des limites d écart du diamètre et exigence de l enveloppe sur les diamètres de l arbre et du logement Dans ce cas, tous les diamètres existants doivent être pris en compte et compris dans les limites inférieure et supérieure. L exigence de l enveloppe considère les écarts dimensionnels et formels dans un seul contexte. C est ce qui est généralement recomman- 25,6,2 w z E +,15,2 6 k5 q < 15,2 q h7 <,4 Limite supérieure de dimension Circularité : écart maximal,6 w z Limite supérieure de dimension Rectitude : écart maximal Applicable à toute section Fig. 2 : tolérancement d arbre. Bout d arbre avec dimension et tolérance pour le diamètre de l arbre. Fig. 3 : principe d indépendance. #3 212 evolution.skf.com

3 26 d 1 d 2 d x Fig. 4 : exigence de l enveloppe appliquée à un diamètre extérieur. dé dans les cas d ajustements incertains et serrés (souvent employés pour les ajustements du roulement sur l arbre/dans le logement) car cela permet de conserver un certain contrôle entre les écarts dimensionnels et formels pour pouvoir optimiser la qualité de l ajustement. L exigence de l enveloppe est exprimée à travers deux exigences fonctionnelles : La surface de l élément cylindrique ne doit pas s étendre au-delà de l enveloppe de forme parfaite placée (limite supérieure de tolérance sur les diamètres extérieurs et limite inférieure de tolérance sur les diamètres d alésage) ; Aucune taille locale réelle ne doit être inférieure à la limite inférieure de tolérance sur les diamètres extérieurs ni supérieure à la limite supérieure de tolérance sur les diamètres d alésage (Fig. 4). Cela vaut pour tous les écarts de forme (Fig. 5). L exigence de l enveloppe a été intégrée dans les versions précédentes d ISO et ISO ; elle était invoquée à chaque référence à un code de tolérance comme H7 par ex. Les versions actuelles d ISO et ISO ne sont plus basées sur l exigence de l enveloppe. Elle doit par conséquent être indiquée par le biais du symbole additionnel conformément à ISO L exigence de l enveloppe est l un des modificateurs de spécifications possibles d après ISO est appliquée la plupart du temps dans les cas d ajustements serrés et incertains pour conserver le statut des anciennes normes ISO 286 selon lesquelles cette exigence était donnée par défaut. D autres possibilités de spécification des tolérances sur les diamètres d arbre et de logement, comme la circonférence ou le diamètre de zone, peuvent être plus appropriées pour décrire la fonction d un ajustement. Nouvelles indications de tolérances GPS Les bases pour les indications de tolérances dimensionnelles sur des éléments cylindriques sont données dans ISO [8]. L indication dimensionnelle par défaut selon cette norme est la dimension entre deux points, qui se définit comme la dimension entre deux points opposés pris sur l élément de dimension concerné. Pour un diamètre, cette taille entre deux points peut être appelée «diamètre entre deux points». Cette indication par défaut est symbolisée par LP, mais il n est pas nécessaire de faire figurer ce symbole sur le dessin. En juin 27, avant le colloque, ISO/TC 4 (Comité technique ISO pour les roulements) a décidé de convertir les tolérances pour roulements en symboles et définitions GPS (ISO/TC 213). Cette décision a été acceptée par tous les membres du comité ISO/ TC 4 à la condition que les grandes caractéristiques de tolérances des roulements (écart des diamètres moyens par ex.) soient conservées. Le système ISO GPS n incluait pas alors de symbole pour exprimer les diamètres moyens. Il a, par conséquent, été nécessaire d actualiser le système ISO GPS, et concernant le tolérancement dimensionnel, ISO/TC 4 a demandé l introduction de modificateurs de spécifications dans ISO , à savoir : SD pour dimension médiane, correspondant au terme traditionnel applicable aux roulements du «diamètre moyen» ; SR pour plage de dimensions, correspondant au terme traditionnel applicable aux roulements de «variation des diamètres». Ces modificateurs sont désormais inclus dans ISO et peuvent être utilisés en plus des valeurs de tolérances pour exprimer les définitions de roulements correspondantes, par ex. : SD ACS pour Δ dmp et Δ Dmp SR ACS pour V dsp et V Dsp SD ACS SR pour V dmp et V Dmp ACS (Any Cross Section, toute section) qui figurait déjà dans ISO correspond à l expression applicable aux roulements «dans un seul plan radial». La Figure 6 représente une cotation de dessin correct. ISO 492 est actuellement en cours de révision. Il a déjà été décidé d exprimer les spécifications de tolérance sur le diamètre des roulements à partir des spécifications de base ISO GPS et des modificateurs. Un certain nombre de collaborateurs SKF participent à cette révision. La publication de la norme ISO 492 révisée est prévue pour fin 213. Avantages offerts par l application des spécifications de tolérances dimensionnelles ISO GPS Il apparaît clairement que les indications des tolérances sur la Fig. 6 sont plus détaillées que celles de la Fig. 1. Mais la grande différence est qu il n est plus nécessaire de se référer aux détails comme indiqué dans ISO 492 et d autres normes spécifiques aux roulements car toutes les informations détaillées sont directement exprimées par les modificateurs de spécifications selon ISO Il s agit d un avantage de taille pour les utilisa- evolution.skf.com #3 212

4 149,96 teurs des dessins techniques qui n ont plus besoin de connaître tous les détails des normes applicables aux roulements. La visibilité directe de la spécification requise n est qu un avantage parmi d autres de l application des spécifications de tolérances dimensionnelles ISO GPS, mais les normes concernées englobent d autres détails supplémentaires qui sont importants pour éviter les malentendus et erreurs d interprétation, en particulier lors de mesures. L un de ces détails est l association, autrement dit la manière de réduire la forme réelle d un élément à des caractéristiques géométriques idéales clairement définies comme l axe rectiligne ou des cylindres. Différentes méthodes d association sont disponibles. Nous pouvons citer le cylindre circonscrit maximal ou le cylindre de la somme des moindres carrés parmi d autres exemples de ces méthodes. Ces méthodes différentes donnent des résultats différents pour la détermination d éléments géométriques idéaux. Par conséquent, il est nécessaire de convenir d une méthode spécifique pour garantir des résultats de mesure reproductibles par exemple. Dans les normes ISO GPS, les méthodes d association couramment utilisées sont normalisées et dès que les normes concernées sont appliquées, ces méthodes par défaut sont invoquées dans la spécification. Seules les méthodes de dispersion requises doivent être incluses explicitement dans la spécification. ISO , puis ISO [9] définissent comme méthode d association par défaut pour la taille entre deux points la méthode de la somme des moindres carrés (Fig. 7). 149,96,7 SR ACS,5 SD ACS SR 6,9 SD ACS ,96 Fig. 5 : exigence de l enveloppe sur différents écarts de forme sur un diamètre extérieur. Fig. 6 : indications de tolérances ISO GPS pour diamètres de roulements. 95,1 SD ACS Dimension locale réelle,8 SR ACS,5 SD ACS SR 1 Surface d alésage extraite. 2 Cylindre associé (cylindre de la somme des moindres carrés). 3 Axe de cylindre associé. 4 Plan perpendiculaire à l axe associé. 5 Cercle associé (cercle de la somme des moindres carrés). 6 Centre du cercle associé. 7 Diamètre entre deux points. 27 Par Hans Wiesner Expert en spécification géométrique des produits Développement technologique Groupe SKF Normes et pratiques (Autriche) #3 212 evolution.skf.com Fig. 7 : association pour dimension entre deux points sur un cylindre. Voir résumé et références page suivante

5 Résumé Les spécifications de tolérances des roulements sont spéciales et ne peuvent être comprises qu en tenant compte de tous les détails de la norme ISO 492. Celle-ci a été applicable pendant plus de 1 ans. Dès publication de la nouvelle version, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et ajustements pourront reposer sur la même base offerte par les normes ISO GPS de tolérancement dimensionnel. Elle offrira un gros avantage aux utilisateurs de spécifications de roulements car il ne sera plus nécessaire de connaître tous les détails de la norme de tolérancement spécifique aux roulements ISO 492. Les dessins qui en résultent sont plus complets et sans ambiguïté. 28 Références [1] ISO/TR : Spécification géométrique des produits (GPS) Schéma directeur. [2] ON-V 41 : Rolling bearings TC4 meets GPS TC 213 Proceedings of Vienna Symposium. Première édition 28. Éditions Austrian Standards plus. [3] ISO 111 : Spécification géométrique des produits (GPS) Tolérancement géométrique Tolérancement de forme, orientation, position et battement. [4] ISO : Spécification géométrique des produits (GPS) Système de codification ISO pour les tolérances sur les tailles linéaires Partie 1 : base des tolérances, écarts et ajustements. [5] ISO : Spécification géométrique des produits (GPS) Système de codification ISO pour les tolérances sur les tailles linéaires Partie 2 : tableaux des classes de tolérance normalisées et des écarts limites des alésages et des arbres. [6] ISO 492 : Roulements Roulements radiaux Tolérances. [7] ISO 815 : Spécification géométrique des produits (GPS) Principes fondamentaux Concepts, principes et règles. [8] ISO : Spécification géométrique des produits (GPS) Tolérancement dimensionnel Partie 1 : tailles linéaires. [9] ISO : Spécification géométrique des produits (GPS) Éléments géométriques Partie 2 : ligne médiane extraite d un cylindre et d un cône, surface médiane extraite, taille locale d un élément extrait. evolution.skf.com #3 212

COTATION. G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits)

COTATION. G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits) COTATION G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits) La spécification géométrique des produits, symbolisée GPS, consiste à définir, au travers d un dessin de définition : La forme, les dimensions

Plus en détail

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles 1 Inspection d une spécification portée sur un dessin Les étapes : Définir selon la norme (ISO) la

Plus en détail

AUTRES ASPECTS DU GPS. Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières

AUTRES ASPECTS DU GPS. Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières AUTRES ASPECTS DU GPS Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières 1 Partie I Tolérance de battement Défaut de Battement Défautconjuguéde forme, orientation et position, constatélorsde

Plus en détail

Spécification géométrique des produits (GPS) I. Un peu d histoire 1

Spécification géométrique des produits (GPS) I. Un peu d histoire 1 2 Année PT S.I.I. CI 2 : Analyse et conception des mécanismes Fiche de TD Page 1 sur 1 Le GPS, «Geométric Product Spécification» est un concept qui a pour but de rendre la lecture des dessins de définition

Plus en détail

Bureau Des Méthodes BENLAHMIDI Said -Ecole Nationale Supérieure de Technologie-

Bureau Des Méthodes BENLAHMIDI Said -Ecole Nationale Supérieure de Technologie- VI. MISE EN POSITION DES PIECES VI.1 Introduction On appelle usinage toute opération de mise en forme par enlèvement de matière à l aide d une machine-outil destinée à conférer à une pièce des dimensions

Plus en détail

Système ISO de tolérances Ajustements

Système ISO de tolérances Ajustements Principe de l interchangeabilité: Système ISO de tolérances Ajustements Lorsqu il faut fabriquer une série de pièces identiques, il est impossible d obtenir, d une pièce à l autre, exactement les mêmes

Plus en détail

Pierre BOURDET sept. 96 - fev. 2005. Tolérancement géométrique

Pierre BOURDET sept. 96 - fev. 2005. Tolérancement géométrique Tolérancement géométrique Modèle nominal - Réel - Écarts Géométrie nominale Représentation du réel Écarts Écarts Nuage de points Éléments de substitution Tolérancement : spécifier les limites de variation

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. TTA-DEI1 Livret dessin cotation 1 17/12/04

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. TTA-DEI1 Livret dessin cotation 1 17/12/04 COTATION 1 EXECUTION GRAPHIQUE DE LA COTATION Élément d une cote : 50 Valeur de la cote Ligne de cote Extrémité Ligne d attache 20 28 2.75 Disposition des lignes d attache : Point d épure Cotation d un

Plus en détail

Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage

Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage Mondialisation, augmentation du coût de l énergie et des matières, pressions sur les coûts. Les entreprises doivent évoluer dans un contexte changeant

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

La cotation. Coter un dessin, c est donner 13 toutes les dimensions D E S S I N T E C H N I Q U E R E G L E S D E C O T A T I O N S

La cotation. Coter un dessin, c est donner 13 toutes les dimensions D E S S I N T E C H N I Q U E R E G L E S D E C O T A T I O N S La cotation Ø 8 LAMAGE Ø14 X 3 PROF Les dessins techniques doivent non seulement décrire la forme des objets avec précision, 50 mais aussi servir de guides pour leur construction ou leur fabrication. Coter

Plus en détail

é 92 +0.2-0.1 Hocine KEBIR Maître de Conférences à l UTC Poste : 7927 Hocine.kebir@utc.fr

é 92 +0.2-0.1 Hocine KEBIR Maître de Conférences à l UTC Poste : 7927 Hocine.kebir@utc.fr Éléments de dessin technique (TN01 : Automne 2009) Cotes tolérancées é - Ajustements - Tlé Tolérances géométriques é 92 +0.2-0.1 Hocine KEBIR Maître de Conférences à l UTC Poste : 7927 Hocine.kebir@utc.fr

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières)

Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières) Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières) association opération Références simulées condition d appartenance Élément tolérancé Élément(s) de référence Référence spécifiée

Plus en détail

ISO/IEC TR 90006. Première édition 2013-11-01. Numéro de référence ISO/IEC TR 90006:2013(F) ISO/IEC 2013

ISO/IEC TR 90006. Première édition 2013-11-01. Numéro de référence ISO/IEC TR 90006:2013(F) ISO/IEC 2013 RAPPORT TECHNIQUE ISO/IEC TR 90006 Première édition 2013-11-01 Technologies de l information Lignes directrices pour l application de l ISO 9001:2008 pour la gestion des services IT et son intégration

Plus en détail

VERIFICATION des MOTEURS ASYNCHRONES TRIPHASES STANDARD à BASSE TENSION

VERIFICATION des MOTEURS ASYNCHRONES TRIPHASES STANDARD à BASSE TENSION Rhodia Electronics & Catalysis Site de La Rochelle 26, rue Chef de Baie 17041 La Rochelle cedex 1 Tél. : 05.46.68.33.64 Fax : 05.46.68.34.61 E-mail : jean-marie.beaussy@eu.rhodia.com Service Electrique/BE

Plus en détail

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9 Page : 1 / 9 Exigences applicables aux Fournisseurs d Astrium résultant des Législations relatives à la Protection de l Environnement et à la Santé des Travailleurs La version actuelle applicable de ce

Plus en détail

CONFORT ET SECURITE AMELIORES

CONFORT ET SECURITE AMELIORES GRUES A TOUR : CONFORT ET SECURITE AMELIORES AVEC LA NOUVELLE NORME EUROPEENNE EN 14439 La norme EN 14439 : 2006 sur la «sécurité des grues à tour» a été développée en collaboration avec des experts afin

Plus en détail

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes RÉDUCTION DES ÉCARTS DE RENDEMENT 9 e année Module 8 : Périmètre et aire de figures planes Guide de l élève Module 8 Périmètre et aire de figures planes Évaluation diagnostique...3 Aire de parallélogrammes,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

TESA MULTICOTES. Avec palpeurs inductifs. Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles CAS D APPLICATIONS

TESA MULTICOTES. Avec palpeurs inductifs. Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles CAS D APPLICATIONS CAS D APPLICATIONS TESA MULTICOTES Avec palpeurs inductifs Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles Les palpeurs inductifs restent inégalés lors de mesures multidimensionnelles

Plus en détail

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 6 Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 Contrôle technique de la continuité de l assurance d une TOE certifiée Août 2005 ii Version

Plus en détail

INFOGRAPHIE. Rapport du Projet de dessin 2D et 3D

INFOGRAPHIE. Rapport du Projet de dessin 2D et 3D Institut Galilée INFO 1 : Yohan ROUSSET Stéphane FOURNIER INFOGRAPHIE Rapport du Projet de dessin 2D et 3D Superviseur : R. MALGOUYRES Année 2008-2009 2 Table des matières I. Introduction... 4 II. Dessin

Plus en détail

Mathématiques 1er Grade aperçu du programme (exemple)

Mathématiques 1er Grade aperçu du programme (exemple) 1er Grade aperçu du programme (exemple) Unité 1 Unité 2 Unité 3 Unité 4 Unité 5 Unité 6 Addition et Soustraction des nombres jusqu à 10 et fluence Position et valeurs, Comparaison, Addition et Soustraction

Plus en détail

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

Nom III. Termes et définitions normalisées (ISO) P 1

Nom III. Termes et définitions normalisées (ISO) P 1 Nom III. Termes et définitions normalisées (ISO) P 1 Les définitions proposées sont en partie extraites la norme NF ISO 20286-1 (ISO 286-1). Pour s détails complémentaires, se reporter à celle-ci. Alésage

Plus en détail

Roulements de précision pour charges combinées

Roulements de précision pour charges combinées Roulements de précision pour charges combinées Roulements combinés Roulements à billes à contact oblique Roulements combinés avec système de mesure angulaire intégré Roulements de précision pour charges

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Lycée Cassini BTS CGO 2014-2015. Test de début d année

Lycée Cassini BTS CGO 2014-2015. Test de début d année Lycée assini BTS GO 4-5 Exercice Test de début d année Pour chaque question, plusieurs réponses sont proposées. Déterminer celles qui sont correctes. On a mesuré, en continu pendant quatre heures, la concentration

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Centreur fin cylindrique pour la fabrication de moules. Le développement

Centreur fin cylindrique pour la fabrication de moules. Le développement Le développement Centreur fin cylindrique pour la fabrication de moules Avantages Durabilité: pour la production de grandes séries Sans jeu pour un alignement précis du moule Temps de cycle plus courts

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

MH3D NEWS Nouvelle option de TESA STAT-EXPRESS

MH3D NEWS Nouvelle option de TESA STAT-EXPRESS MH3D NEWS Nouvelle option de TESA STAT-EXPRESS Introduction La version logicielle TESA STAT-EXPRESS MACHINE a été améliorée afin de correspondre plus étroitement à la philosophie de la gamme TESA-REFLEX

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms :

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms : Lycée professionnel Gaston Barré Certificat d Aptitude Professionnelle Vendeur Magasinier en Pièces de Rechange et Equipements Automobiles SESSION 2012-2013 LA MÉTROLOGIE Nom : Prénoms : LYCEE GASTON BARRÉ

Plus en détail

EXEMPLES DE DESSINS DE DÉFINITION DE PRODUITS FINIS TSCPI page 3/19

EXEMPLES DE DESSINS DE DÉFINITION DE PRODUITS FINIS TSCPI page 3/19 COURS Décoder et interpréter une spécification géométrique ² Connaissances associées extraire du dessin de définition le modèle géométrique associé au modèle réel définir et représenter les éléments tolérancés,

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Analyse Les données contenues dans un système d information géographique décrivent un terrain, et donc permettent d appréhender les

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

LA DIGITALISATION HAUTE PRÉCISION. Mesures sans contact par méthodes optiques

LA DIGITALISATION HAUTE PRÉCISION. Mesures sans contact par méthodes optiques LA DIGITALISATION HAUTE PRÉCISION Mesures sans contact par méthodes optiques MSC SCANNING La société MSC-Scanning apporte, à ses clients et ses partenaires, l expertise et la notion de haute précision

Plus en détail

Compte-rendu d expérience

Compte-rendu d expérience Compte-rendu d expérience ALTANA AG Décisions rapides ALTANA utilise la solution logicielle intégrée d IDL Grâce à sa longue expérience avec IDLKONSIS, ALTANA, groupe actif dans le domaine de la chimie

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application Université de Provence Licence Math-Info Première Année V. Phan Luong Algorithmique et Programmation en Python Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application 1 Ordinateur Un

Plus en détail

19/05/2006 10:46. Manuel flux L. Manuel flux 'L' - P 1 -

19/05/2006 10:46. Manuel flux L. Manuel flux 'L' - P 1 - Manuel flux L Manuel flux 'L' - P 1 - Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 2 PRINCIPES DE BASE ET CONTRÔLES... 4 2.1 CONSULTATIONS EN LIGNE... 4 2.2 CONSULTATIONS EN MODE BATCH... 4 2.2.1 L émetteur

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment

Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment Sommaire Introduction... 2 Variante 1...3 Variante 2...3 Variante 3...4 Comparaison des exigences pour les

Plus en détail

CAO Créo TOP-DOWN DESIGN

CAO Créo TOP-DOWN DESIGN CAO Créo TOP-DOWN DESIGN I. INTRODUCTION... 2 1) Objectifs :... 2 II. Méthode: Squelette et copie de géométrie... 4 1) Définition des références principales (dans le Squelette Principal)... 4 2) Création

Plus en détail

PROCEDURE FINANCE CLOTURE ANNUELLE

PROCEDURE FINANCE CLOTURE ANNUELLE PROCEDURE FINANCE Nom document Date d évolution Page Révision 13/01/2014 1 CLOTURE ANNUELLE 1 Généralités... 2 1.1 Fonctionnalités associées... 2 1.2 Aperçu général... 2 1.2.1 Schéma général de Fonctionnement...

Plus en détail

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation CCNT & Droit du travail Réglementations et possibilités d optimisation Sommaire Exploiter le potentiel d économies qu offre la CCNT! 3 Contrat de travail avec temps d essai 5 Durée du travail 6 Durée du

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Claude Delannoy Exercices en langage C++ 3 e édition Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Chapitre 3 Les fonctions Rappels Généralités Une fonction est un bloc d instructions éventuellement

Plus en détail

Utilisation de l outil numérique via «géogébra» pour la pratique de la géométrie au cycle 3. Déroulement de l animation :

Utilisation de l outil numérique via «géogébra» pour la pratique de la géométrie au cycle 3. Déroulement de l animation : Utilisation de l outil numérique via «géogébra» pour la pratique de la géométrie au cycle 3 Déroulement de l animation : - 0] Préambule (30 min) a) Introduction b) Programme du cycle 3 - I] Première prise

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Le dessin technique. Le dessin technique doit être compris par tous. Pour cela, il doit y quelques règles de présentation.

Le dessin technique. Le dessin technique doit être compris par tous. Pour cela, il doit y quelques règles de présentation. 1/5 Le dessin technique ou dessin industriel est un élément essentiel de la communication technique. Il s agit d un ensemble de conventions de représentation des objets qui assurent que l objet produit

Plus en détail

I. CONVENTIONS DU DESSIN TECHNIQUE

I. CONVENTIONS DU DESSIN TECHNIQUE I.1. Le dessin technique : Définition : I. CONVENTIONS DU DESSIN TECHNIQUE Le dessin technique est un outil d expression graphique et de communication technique. Au cours de son évolution, l homme a rapidement

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité de l Ontario

Politique en matière d accessibilité de l Ontario Politique en matière d accessibilité de l Ontario 1. Objectifs et portée La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) élabore, met en œuvre et applique les normes

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

ORG. Exemple d application. Pinces spéciales Pince pour montage de joints toriques. Poids 1.35 kg

ORG. Exemple d application. Pinces spéciales Pince pour montage de joints toriques. Poids 1.35 kg Tailles 85 Poids 1.35 kg Diamètre de joint pour montage extérieur env. Ø5 mm.. Ø160 mm Diamètre de joint pour montage intérieur env. Ø10 mm.. Ø120 mm Exemple d application Automate de montage intérieur

Plus en détail

CHAPITRE 1 PREMIERS PAS. Créer un premier projet... 17 Écrire un programme... 18 Compiler, exécuter... 20 Mieux comprendre... 22

CHAPITRE 1 PREMIERS PAS. Créer un premier projet... 17 Écrire un programme... 18 Compiler, exécuter... 20 Mieux comprendre... 22 CHAPITRE 1 PREMIERS PAS Créer un premier projet... 17 Écrire un programme... 18 Compiler, exécuter... 20 Mieux comprendre... 22 15 1.1. Créer un premier projet Pour commencer, lancez Visual Basic Express.

Plus en détail

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013 3 Dames 3. Objectif Il s agit d écrire un programme jouant aux Dames selon les règles. Le programme doit être le meilleur possible. Vous utiliserez pour cela l algorithme α β de recherche du meilleur coup

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE 2013 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/2010/143 Distr. générale 4 août 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

Silencieux à baffles. Baffles pour silencieux. Type MSA100 et MSA200. Type MKA100 et MKA200 6/9/F/1

Silencieux à baffles. Baffles pour silencieux. Type MSA100 et MSA200. Type MKA100 et MKA200 6/9/F/1 6/9/F/1 Silencieux à baffles Type MSA100 et MSA200 Baffles pour silencieux Type MKA100 et MKA200 Baffles à faible consommation d énergie avec cadre aérodynamique DIN EN ISO TESTED DIN EN ISO TESTED Sommaire

Plus en détail

Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011

Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011 Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011 Activités numériques 12 points Exercice 1 Un dé cubique a 6 faces peintes : une en bleu, une en rouge, une en jaune, une en vert et deux en noir.

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Ministre de l Intérieur. Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI)

Ministre de l Intérieur. Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI) Ministre de l Intérieur Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI) SSGPI A l attention : Rue F. Toussaint. 8 - des Chefs de corps 1050 Bruxelles - des comptables spéciaux T: 02 554 43 16 - des responsables

Plus en détail

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation C.1. COMMUNIQUER- INFORMER avoir faire C.1.1. : Communiquer avec le client Écouter le client Questionner le client sur le dysfonctionnement constaté et les conditions d utilisation du véhicule, du sous-ensemble

Plus en détail

Le Dessin Technique.

Le Dessin Technique. Jardin-Nicolas Hervé cours 1 / 9. Modélisation et représentation d un objet technique. La modélisation et la représentation d un objet sont deux formes de langage permettant de définir complètement la

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS 1. OBJET DE LA POLITIQUE La présente politique a pour objet l application d un ensemble de méthodes et de systèmes portant sur le classement, la conservation et la protection des informations contenues

Plus en détail

Classes et templates C++

Classes et templates C++ Classes et templates C++ Ce TP propose une application des classes, des templates et du polymorphisme au travers du design de classes permettant de gérer des courbes de Bézier. Contents 1 Bézier unidimensionnelle

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

IRIS International Railway Industry Standard

IRIS International Railway Industry Standard Français Addendum 19 Juin 2008 IRIS International Railway Industry Standard Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text

Plus en détail

6. ETATS DE SURFACE 6.2. Défauts de rugosité

6. ETATS DE SURFACE 6.2. Défauts de rugosité 6. ETATS DE SURFACE 6.1. Définition Une surface réelle usinée n'est jamais parfaite, elle présente toujours des défauts par suite des erreurs systématiques d imperfections, admissibles dans la fabrication.

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail