1. On considère une économie constituée d une seule banque B.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. On considère une économie constituée d une seule banque B."

Transcription

1 ECONOMIE MONETAIRE Olivier Cardi 2 ième année de DEUG de Sciences Economiques Cours du Pr. C. Ottavj Université Panthéon-Assas TD 3 CONTROLE CONTINU 1 07/11/05 Durée : 1h 00 Note : Justifier pour chaque réponse votre démarche de manière précise et succincte. 1. On considère une économie constituée d une seule banque B. a. Un client X apporte 500 d or à la banque B et en contrepartie la banque lui remet un certificat appelé «billet de banque». Faites le bilan de la banque B. Quand dit-on que la monnaie a une valeur intrinsèque? La banque B observe qu une réserve d or égale à 1/5 des billets émis est suffisante pour assurer leur conversion. Quel est le montant de crédit que la banque B peut accorder à son client Y. Faites le bilan de la banque B et dites ce que signifie monnaie fiduciaire. b. La banque centrale acquiert 100 de bons du trésor et en contrepartie émet 100 de billets. Faites le bilan de la banque centrale et définissez la monnaie légale. 2. Nous considérons une économie où les agents détiennent une fraction b=1/6 de leurs encaisses monétaires sous forme de billets. Les autorités monétaires imposent aux établissements de crédit de détenir une proportion égale à 1/15 de leurs dépôts sous forme de réserves obligatoires. a. La banque centrale décide une émission de monnaie centrale d un montant égal à H=100. Quelle approche vous permet de calculer la monnaie créée par les banques? A l aide de cette approche, vous donnerez les raisons pour lesquelles la masse monétaire peut différer entre les pays pour une quantité donnée de monnaie centrale? Déterminez le montant de la monnaie, M, qui sera émise par les banques. Expliquez votre démarche. b. Donnez la signification de la vitesse de circulation de la monnaie, V. Le PIB réel, Y, est égal à 600, le niveau général des prix, P, s établit à 3. En utilisant le résultat de la question a., déterminez la vitesse de circulation de la monnaie. c. La fonction de la demande de monnaie est donnée par l équation suivante : Md = i. Déterminez le taux d intérêt d équilibre et faites un graphique. 3. On considère une économie composée d'une Banque Centrale (BC) et de banques commerciales (bc). Le bilan consolidé des IFM fait apparaître des créances sur l'étranger pour un montant de 1000 (E), des créances sur l'etat pour 2000 (T), des créances sur l'économie 3000 (F) et la masse monétaire, M, s'élève à La Banque Centrale détient des créances sur l'étranger pour un montant de 500 (E1), des créances sur l'etat pour 300 (T1), des créances sur l'économie pour 1000 (F1).

2 La Banque Centrale a émis des billets (B) pour un montant égal à 1500 et les banques commerciales doivent constituer des réserves obligatoires (R) sur un compte à la Banque Centrale. Les banques commerciales détiennent des créances sur l'etat (T2), et des créances sur l'économie (F2). Enfin, les banques ont capté des dépôts (D). a. A partir des données ci-dessus, reconstituez les bilans de la Banque centrale, des banques commerciales, et le bilan consolidé des IFM. Déterminez le taux de réserves obligatoires, r, et le taux de détention de billets, b. b. On suppose maintenant qu un exportateur obtient des devises dont la contrevaleur s élève à 1800 qu il cède aux banques commerciales (=E3). En admettant que le rapport billet/masse monétaire, noté b, et le taux de réserves obligatoires, noté r, sont constants, vous déterminerez le montant du refinancement que devra assurer la Banque Centrale (ou le montant des fuites). En distinguant trois étapes (création monétaire, demande de monnaie centrale, et fuites) pour chacun des deux cas, vous établirez les bilans des banques commerciales et de la Banque Centrale : Cas 1 : en supposant que les banques se refinancent en réescomptant une partie des titres de créances détenues sur l étranger pour un montant à déterminer noté E4 ; Cas 2 : en supposant que les banques se refinancent en émettant des titres de créance au profit de la Banque Centrale (c est-à-dire en empruntant auprès de la Banque Centrale) pour un montant noté RF. De quels montants se sont accru la masse monétaire et la monnaie centrale à la fin des opérations de refinancement?

3 ECONOMIE MONETAIRE Olivier Cardi 2 ième année de DEUG de Sciences Economiques Cours de Monsieur Ottavj Université Panthéon-Assas TD 3 CONTROLE CONTINU 1 CORRECTION 1. On suppose qu un agent X apporte 500 de billets à la banque B. En contrepartie, la banque B lui remet 500 de billets qui sont en fait un certificat qui constate la remise de métaux précieux. Le processus de création monétaire repose sur la constatation des banques qu elles peuvent disposer d un montant de métaux précieux (nécessaires à la conversion) inférieur à l émission de billets. Si la banque suppose que le comportement des ANF en matière de demande de conversion est stable, elle va créer un montant de billets de telle manière qu'elle puisse faire face en moyenne aux retraits. Puisque qu une réserve d or égale à 1/5 de la valeur des billets émis est suffisante pour assurer leur conversion, la banque B peut donc accorder un crédit à son client Y de Banque B Banque B A P A P Or : 500 Billets 500 Or : 500 Crédit à Y : 2000 Billets 2500 La monnaie est acceptée, soit parce qu'elle a une valeur intrinsèque (l'or par exemple) soit parce qu'elle constitue une reconnaissance de dette émise par une institution qui bénéficie de la garantie de l'etat. La monnaie a une valeur intrinsèque lorsque son support a lui-même de la valeur comme l or ou les pierres précieuses. En revanche, le billet n a pas de valeur intrinsèque mais seulement une valeur d échange. Pour que la monnaie soit acceptée par tous en contrepartie du paiement d une transaction, il faut que ce bien ait une valeur garantie par son émetteur. L'existence de la monnaie dématérialisée repose sur la confiance des agents dans l émetteur d où la nature fiduciaire de la monnaie. Le billet circule parce que l'on a confiance dans la qualité de son émetteur qui y appose sa marque, sa capacité à honorer ses dettes. La monnaie fiduciaire fait donc référence à la monnaie qui n a plus de valeur intrinsèque mais seulement une valeur garantie par son émetteur. Les agents ont confiance dans son pouvoir libératoire et utilisent donc le billet comme instrument de paiement dans les échanges. b. Une monnaie légale signifie que le pouvoir politique impose que cette monnaie ne puisse être refusée en paiement d'une transaction. Les billets et pièces sont les seules monnaies officielles légales. Les autres monnaies, appelées monnaies scripturales sont en fait des monnaies de banques. Banque Centrale A P BTN : 100 Billets : a. Lorsque la monnaie centrale est considérée comme exogène par les banques commerciales, on peut montrer sous des hypothèses de constance du taux de réserves obligatoires et du taux

4 de détention de billets que la masse monétaire, notée M, est un multiple, noté m, de la monnaie centrale préalablement émise, notée H. En considérant que les pays disposent de la même quantité de monnaie centrale, la quantité de monnaie en circulation pourra différer si le comportement des agents en matière de détention de billets est différent et/ou si les autorités monétaires imposent un taux de réserves obligatoires différent. Prenons deux pays avec la même quantité de monnaie centrale H=H*. Si r=r* et b<b*, le pays où les agents détiennent une fraction moins importante de la masse monétaire sous forme de billets aura une masse monétaire plus importante car les fuites sont plus faibles et le multiplicateur plus fort. La masse monétaire regroupe les billets et les dépôts bancaires ; la monnaie centrale est égale à la somme des billets et des réserves des banques : M = B+D; H = B+R. Comme B = b.m et R = r.d, on a : D = M-B = (1-b)M. En substituant l expression des dépôts bancaires dans l expression de la monnaie centrale, on obtient : H = b.m + r(1-b)m = [b+r(1-b)].m. Cette équation fait apparaître une relation entre la monnaie centrale émise et la masse monétaire : 1 M = k.h avec m = b + r.(1 b) 1 Comme r < 1 on a r.(1-b) < (1-b), b + r.(1-b) < 1 donc m = b + r.(1 b) > 1. Puisque la constante m est supérieure à l unité, elle est un multiplicateur. D après cette expression, la quantité de monnaie (M) existant dans l économie est une proportion constante de la monnaie centrale (H). Dans la théorie du multiplicateur, la banque centrale est à l origine de la création monétaire puisqu elle contrôle l émission de monnaie centrale dont la masse monétaire est un multiple. Comme la monnaie centrale émise est à la base de la création monétaire, on l appelle base monétaire. En substituant b=1/6 et r=1/15 dans l expression du multiplicateur monétaire, on obtient m=9/2. Par conséquent, si la banque centrale élève la monnaie centrale d un montant de 100, la masse monétaire va s élever d un montant égal à M=9/2*100=450. b. La vitesse de circulation de la monnaie est définie comme le nombre moyen de fois qu une unité monétaire est la contrepartie de transactions ayant généré un revenu. Pour évaluer la vitesse-revenu de la monnaie, on utilise l'équation des échanges, soit MV = PY avec P, niveau des prix, Y, le revenu réel, PY (PIB), la valeur des biens échangés dans la période. L équation des échanges est une identité comptable selon laquelle la valeur des transactions est égale à la quantité de monnaie utilisée pour régler les transactions. On aura alors V=PY/M=PIB/M avec V, l'expression de la vitesse-revenu. Par conséquent, V = 3*600/450=4. Une unité monétaire sert 4 fois en moyenne à régler les transactions. c. Le taux d'intérêt d'équilibre est celui qui égalise la demande et l'offre de monnaie, c est-àdire Md=Ms. L égalité entre l offre et la demande de monnaie implique : 450 = i ou encore i0=100/1000=0,1. Le taux d intérêt d équilibre est donc égal à 10%. 3. a. Détermination du montant des dépôts : D=M-B= =4500

5 Détermination de E2 = E-E1=500 Détermination de T2 = T-T1=1700 Détermination de F2= F-F1=2000 Détermination de R = D-E2-T2-F2=300 Bilan consolidé des IFM A P Créances sur l extérieur : Devises E1+E2: 1000 Billets B: 1500 Créances/TP T1+T2 : 2000 Monnaie scripturale : Dépôts : 4500 Créances sur l économie : Crédits F1+F2: 3000 Total Contreparties MM : Masse monétaire M : 6000 Banques commerciales Banque Centrale A P A P E2 : 500 T2 : 1700 D : 4500 E1: 500 T1: 300 B: 1500 R: 300 F2 : 2000 R : 300 F1: Le taux de réserves obligatoires est obtenu en rapport les réserves obligatoires aux dépôts : r=r/d=300/4500=1/15. La fraction des encaisses monétaires détenue sous forme de billets est déterminée en rapport les billets à la masse monétaire : b. Détermination du montant des fuites = montant du refinancement. Les banques sont confrontées à une demande de billets pour un montant égal à B = b* M = (1/4)*1800 = 450. Elles conservent 1350, c est-à-dire D = (1-b) M = (3/4)*1800=1350, sous forme de dépôts. Sur ces dépôts, les banques constituent des réserves s'élevant à : R = r D = r(1-b) M = (1/15)*(3/4)*1800 = 90. Les banques doivent donc se refinancer auprès de la BC pour un montant égal à : RF = B+ R = = 540. Cas 1 : On suppose que les banques obtiennent la monnaie centrale en réescomptant les titres de créance détenus sur l étranger (E4). Le montant des créances détenues par le secteur bancaire sur l étranger s élève maintenant à E2+E3-E4= = La BC acquiert un montant égal à E4=540 de créances sur l'étranger. Banques commerciales Banque Centrale A P A P D: E1+E4: T1: 300 F1: 1000 E2 +E3-E4: T2 : 1700 F2 : 2000 R : B: R:

6 Cas 2 : On suppose que les banques obtiennent la monnaie centrale en émettant des titres de créances au profit de la Banque Centrale pour un montant noté RF=540. E2 +E3 : T2 : 1700 F2 : 2000 R : Banques commerciales Banque Centrale A P A P D: RF: 540 E1: 500 T1: 300 F1: 1000 RF : B: R: La masse monétaire s est élevée d un montant égal à la somme de l accroissement des dépôts, D = 1350, et de l accroissement des billets, B=450, soit M= D+ B = La monnaie centrale s est élevée d un montant égal à la somme de l émission de billets, B=450, et de la constitution de réserves obligatoires supplémentaires, R=90, c est-àdire H= RF= B+ R=540.

7 Question 13 : Les principales étapes du système financier français On a assisté à une réorganisation du secteur bancaire et financier par la loi bancaire de 1984 qui a introduit un cadre réglementaire et législatif commun à tous les EC et la soumission aux même autorités de contrôle. Ce cadre commun s'est accompagné d'un rapprochement des conditions de concurrence et des activités des différentes institutions financières. L organisation du système financier français repose sur la loi bancaire de 1984 qui regroupe les IF en 6 catégories : banques, banques mutualistes et coopératives, caisses d épargne et de prévoyance, caisses de crédit municipal, sociétés financières et institutions financières. La loi de 1984 a été prolongée par la loi de 1996 de «modernisation des activités financières» précise les activités qui relèvent des services d investissement (exécution d ordre, opérations de placement, opérations de gestion de portefeuille, etc). Tous les EC et entreprises d investissement sont affiliées au même organisme professionnel qui est l Association française des Ec et des entreprises d investissement. (AFECEI) et sont soumis à une double tutelle : le ministre de l Economie et des Finances et le gouverneur de la BdF. La loi de «sécurité financière» de 2003 prévoie que cette tutelle du système bancaire français s opère par l intermédiaire du Comité consultatif de la législation et de la réglementation financière (CCLRF : conditions que doivent respecter les Ec) et du Comité des Ec et des entreprises d investissement (CECEI : délivre les agréments et autorisations) Les nouvelles technologies, les innovations financières et la déréglementation se sont conjuguées pour amener une transformation accélérée des systèmes financiers. En France, comme dans les autres pays, le développement des marchés financiers a transformé l activité des banques. Jusqu au début des années 80, le système financier français a deux caractéristiques principales : L activité bancaire et financière est en grande partie contrôlée par les pouvoirs publics : - La majorité des institutions bancaires et financières sont sous le contrôle de l Etat 1 ; - Les taux d intérêt sont en grande partie administrés 2 ; - La politique monétaire reposait sur l encadrement du crédit. Ce dispositif consistait à accorder à chaque banque un montant de crédit à offrir et tout dépassement impliquait des sanctions. La conséquence de ces règles est que la concurrence entre les intermédiaires financiers est faible. L essentiel du financement externe des sociétés françaises est fourni par un endettement auprès des établissements de crédits dont la majorité appartient au secteur public et sont accordés à des taux administrés : ce système est qualifié 1 En 1984, les banques nationalisées (cad ayant l Etat pour actionnaire unique) contrôlent 87% des DAV et 76% des crédits distribués dans l économie française. La majorité des institutions bancaires et financières sont spécialisées et bénéficient de privilèges. 2 Près de 50% des crédits nouveaux distribués par les banques sont des prêts bonifiés, c est-à-dire audessous des conditions de marché. A la fin des années 70 (78), 2/3 des financements externes des sociétés françaises sont fournies par un endettement auprès des intermédiaires financiers appartenant pour l essentiel au secteur public.

8 d économie d endettement administrée. Cette structure de financement découle du niveau faible du taux d autofinancement des entreprises (60% au début des 80es) et le faible développement du marché financier intérieur. Depuis le milieu des années quatre-vingt les marchés des capitaux le financement externe par recours au marché des capitaux prend de l importance par rapport au recours au financement bancaire. Ce nouveau système est qualifié d économie de marchés financiers libéralisée. Deux séries de mesures prises par les pouvoirs publics ont permis cette transformation du système financier français : La suppression de l encadrement du crédit en 1987, la réduction progressive de la part des crédits à taux administrés dès 1985, le mouvement de privatisation des banques et des principales IF à partir de 1986(La logique concurrentielle l emporte maintenant sur le contrôle public). En 1999, les banques sont presque toutes revenues au secteur privé. La création d un marché unique des capitaux au début des années quatre-vingt : meilleure communication entre les compartiments du marché et ouverts à tous les agents économiques (marché unifié des capitaux allant du court terme au long terme, des opérations au comptant aux opérations à terme, et ouvert à tous les opérateurs). Conséquences de cette transformation du système financier français: De 1980 à 1998, les bilans des banques font apparaître que les parts des crédits et des dépôts dans le total de l actif et du passif ont fortement diminué au profit de l achat de titres comme les titres à court terme du marché monétaire ou de valeurs mobilières et d émissions de titres (CDN, actions, obligations). On parle de mobiliérisation des financements et non de désintermédiation car les financements intermédiés occupent toujours une place importante dans le total des financements, même si le flux des crédits bancaires a considérablement diminué au profit des opérations de souscription de titres 3. L évolution de la structure du bilan des banques est également caractérisée par une marchéisation ce qui signifie que tant du côté de leurs emplois que du côté de leurs ressources, la part de l activité effectuée aux conditions de marché est devenue plus élevée. Finalement, le développement des marchés des capitaux n entraîne pas la désintermédiation financière mais plutôt une augmentation des financements par souscription de titres et de la collecte de ressource par émission de titres au détriment des opérations bancaires traditionnelles. 3 Enfin, il faut noter que le développement des marchés financiers durant la fin des années 80 et le début des années 90 s est produit dans un contexte général de ralentissement de l activité et de l investissement productif durant lequel, les entreprises cherchent à se désendetter et diminuent leurs besoins de financement.

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN Université d Auvergne, Clermont I Faculté de Sciences économiques et de gestion 2 ème année de DEUG Cours de Mr Diemer Arnaud SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers Les Banques Cours N 2 B - Les titres financiers Vocabulaire : action, obligation, Bons du Trésor. Titres financiers et de manière plus générale «les créances». Un titre financier c'est une créance non

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS

UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS UNIVERSITE CENTRALE DE TUNIS Examen final de la session principale en Economie Monétaire Enseignants responsables: Mr. Mustapha Benhareth & Mr. Kaies SAMET Année universitaire : 2009-2010 Durée : 2 heures

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Cours Mario Dehove INSTITUTIONS ET THÉORIE DE LA MONNAIE Mai 2001. Chapitre 4. L offre de monnaie. Première partie

Cours Mario Dehove INSTITUTIONS ET THÉORIE DE LA MONNAIE Mai 2001. Chapitre 4. L offre de monnaie. Première partie Chapitre 4 L offre de monnaie Première partie Lorsque la monnaie est métallique et qu elle n est pas frappée, la circulation monétaire prend sa source dans les mines d où le métal dont elle est faite est

Plus en détail

Support de cours Economie monétaire et financière

Support de cours Economie monétaire et financière UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger Filière des sciences économiques Semestre 3 Support de cours Economie monétaire et financière Professeur

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Chapitre 3 : Les mécanismes de la création monétaire

Chapitre 3 : Les mécanismes de la création monétaire Chapitre 3 : Les mécanismes de la création monétaire Comment la politique monétaire est-elle définie? La création monétaire, l offre de monnaie émane du système bancaire qui comprend deux acteurs principaux

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Circulaire. Traitement fiscal des prêts consortiaux, reconnaissances de dette, effets de change et sous-participations (janvier 2000)

Circulaire. Traitement fiscal des prêts consortiaux, reconnaissances de dette, effets de change et sous-participations (janvier 2000) Administration fédérale des contributions Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre http://www.estv.admin.ch Circulaire Traitement fiscal des prêts consortiaux,

Plus en détail

Les intermédiaires financiers

Les intermédiaires financiers Chapitre 2 Les intermédiaires financiers Première partie Présentation générale des intermédiaires financiers I. Une typologie générale des opérations micro-économiques d intermédiation financière On peut

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Marché de la monnaie et marché des capitaux

Marché de la monnaie et marché des capitaux Chapitre 3 Marché de la monnaie et marché des capitaux 3.1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude du rôle de la monnaie dans l économie et à la description le fonctionnement du marché de la monnaie.

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie scripturale (deposit money) est la monnaie qui a une existence totalement immatérielle, c est-à-dire qu elle n a pas de

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Monnaie et financement de l économie

Monnaie et financement de l économie Monnaie et financement de l économie I. Monnaie, masse monétaire création monétaire, devises A. Les différents aspects de la monnaie Monnaie = Instrument d échanges qui permet ds une éco donnée l achat

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Tunis, le 14 juillet 2005 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-09 Objet : Organisation du marché monétaire. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Vu la loi n 58-90 du 19 septembre 1958

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

La destination finale de l épargne des ménages

La destination finale de l épargne des ménages Annabelle RINCON Direction des Études et Statistiques monétaires Service d Études et Statistiques des opérations fi nancières Cet article vise à décrire l allocation fi nale du patrimoine fi nancier des

Plus en détail

II.5. MONNAIE ET CREDIT

II.5. MONNAIE ET CREDIT II.5. MONNAIE ET CREDIT La politique monétaire rigoureuse qui prévaut depuis 2004 dans le cadre du programme économique et financier 2004-2007 s est poursuivie en 2005 avec le même objectif de ralentir

Plus en détail

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT n 4 Note d information systèmes et moyens de paiement au maroc rôle et responsabilités de bank al-maghrib L une des principales missions confiées à Bank Al-Maghrib est de veiller au bon fonctionnement

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

Balance des paiements (rappel)

Balance des paiements (rappel) et simpli ée la des et Balance des paiements (rappel) Td n 1 Tovonony Raza ndrabe EconomiX 01 octobre 2012 et simpli ée la des et Plan 1 et simpli ée la 2 des 3 et Les autres soldes et simpli ée la des

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Préavis. Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Objet : Intérêts de groupe financier - Sociétés de fiducie et de prêt

Préavis. Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Objet : Intérêts de groupe financier - Sociétés de fiducie et de prêt Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada Préavis 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2

Plus en détail

Index alphabétique. Les références correspondent aux numéros des tableaux

Index alphabétique. Les références correspondent aux numéros des tableaux Index alphabétique Les références correspondent aux numéros des tableaux A Actifs bilan 4, 5, 26, 27 des établissements à statut particulier 63, 27 selon le périmètre de consolidation comptoir 31 Actions

Plus en détail

Chapitre 3 : L offre de monnaie

Chapitre 3 : L offre de monnaie Cours de Macroéconomie monétaire Licence 3 Economie-Gestion Licence 3 Mathématiques-Economie Chapitre 3 : L offre de monnaie Amélie BARBIER-GAUCHARD e-mail : abarbier@unistra.fr Chapitre 3 L offre de monnaie

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 I II III IV V Introduction Les titres de capital A les différents types de titres de capital 1) Les actions ordinaires 2) Les actions à

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

Le financement de l économie - 2010

Le financement de l économie - 2010 Le financement de l économie - 2010 Delphine Lahet Thème L objectif de ce cours est d analyser les canaux de financement de l économie, notamment le financement par les banques, dans une logique macro-économique.

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 18 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 570 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question N o 17 Exercices 1. Choix multiples 8. Une opération de refinancement 10

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

L équilibre macroéconomique et macro-financier en économie ouverte

L équilibre macroéconomique et macro-financier en économie ouverte N 4 Novembre 2010 DOCUMENT PéDAGOGIQUE INSTITUT BANCAIRE ET FINANCIer INTERNATIONAL L équilibre macroéconomique et macro-financier en économie ouverte Un cadre comptable d analyse Gilles morisson N 4 Novembre

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires Bureau du surintendant des institutions financiers Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 www.osfi-bsif.gc.ca

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

CHAPITRE 2. LE SYSTEME BANCAIRE Les institutions financières monétaires françaises et européennes

CHAPITRE 2. LE SYSTEME BANCAIRE Les institutions financières monétaires françaises et européennes CHAPITRE 2 LE SYSTEME BANCAIRE Les institutions financières monétaires françaises et européennes Les IFM comprennent trois grandes catégories d'établissements : - les banques centrales ; - les établissements

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

I. Qu est-ce que la monnaie? A. Quelles sont les fonctions de la monnaie?

I. Qu est-ce que la monnaie? A. Quelles sont les fonctions de la monnaie? CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE 4. La monnaie et le financement 4.1 À quoi sert la Fonctions de la monnaie? monnaie, formes de la monnaie 4.2 Comment l'activité économique est-elle

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005 09 du 14 juillet 2005 Objet : Organisation du marché monétaire. TITRE PREMIER : DISPOSITIONS GENERALES Article premier : Le marché monétaire est ouvert dans

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion de Tunis

Institut Supérieur de Gestion de Tunis Institut Supérieur de Gestion de Tunis ECONOMIE MONETAIRE NOTES DE COURS 2 ème année Gestion Enseignant Jalel BERREBEH 31 CHAPITRE I. L OFFRE DE LA MONNAIE ET LA CREATION MONETAIRE La structure de la masse

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Foire aux questions (FAQ) Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Questions d ordre général...4 1.1 Que faut-il rapporter si il n y a pas de position

Plus en détail