INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE"

Transcription

1 INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production futures. Il conditionne donc le dynamisme d une économie, sa capacité à croître et à se moderniser. C est une dépense qui engage l avenir, la décision d investir est donc essentielle. A. Définitions, typologies et comptabilisation de l investissement 1.Définitions à connaître pour traiter un sujet sur ce thème * Action : titre de propriété négociable sur un marché, partie du capital de l entreprise. Elle délivre un revenu variable qui est le dividende. * Obligation : titre de créance souvent à long terme négociable sur un marché. L obligataire reçoit un revenu fixe qu on appelle intérêt. Le capital est remboursé à la fin de l échéance. * Capital technique : c est une des composantes de la combinaison productive (travail/capital).il comprend les biens de production c est-à-dire les équipements comme les machines ou terrains * La demande : cette notion comprend les consommations pour les biens de conso, les entrepreneurs pour les biens de production, l Etat pour les biens d équipement collectifs et les exportations. * Epargne brute : part des revenus qui n est pas immédiatement consommée et donc disponible pour l investissement et l épargne. * EBE (Excèdent Brute d Exploitation) : rémunération du capital c est-à-dire le profit (VA Brute - salaires - impôts) * VAB (Valeur Ajoutée Brute) : richesse créée par l entreprise au cours de la production (CA-CI). L investissement, ou Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) pour la comptabilité nationale, consiste dans l achat de biens durables utilisés dans le processus de production (machines, bâtiments ) pendant au moins un an, ce qui distingue FBCF et consommations intermédiaires. On y inclut l achat de logements par les ménages, mais celui-ci n est pas un investissement productif. Les investissements immatériels sont eux des achats de services: dépenses de formation, de marketing et de publicité, achats de brevets et de licences, de logiciels Seuls ces derniers sont aujourd hui comptabilisés dans la FBCF. La part des investissements immatériels dans l investissement total est proche de 60% en France. Il ne faut pas confondre l investissement avec la Consommation intermédiaire (CI) qui elle ne servira qu une fois et sera immédiatement détruite ou transformée. De même il faut éviter le terme d investissement financier qui sème la confusion entre investissement et placement. 2.Typologies On distingue les investissements matériels qui concernent l achat de terrains, de machines) des investissement immatériels (ex : logiciel, brevet, marque déposée, les dépenses de recherche et de développement, de formation du personnel, pubs ) Les investissements matériels sont de 3 sortes :

2 * De remplacement : Une partie de l investissement est destinée à remplacer le matériel usé ou obsolète (c est-à-dire dépassé technologiquement). Il correspond à l amortissement des entreprises ou Consommation de Capital Fixe (CCF). * De capacité ou d extension qui consistent à acheter des biens de production supplémentaires à technologies identiques et qui augmentent la capacité de production. Formation Nette de Capital Fixe = FBCF amortissement. * De productivité (ou rationalisation ou modernisation) qui permettent d intégrer les progrès techniques et rendre la combinaison productive plus efficace. 3. Comptabilisation La FBCF comprend l investissement de l ensemble des agents éco résidant : * Les entreprises * Les ménages (les investissements des ménages pour l INSEE concernent uniquement l achat de logement, toutes les autres dépenses relèvent de la consommation). * L Etat et les collectivités locales (régions/départements/ communes) ; par ex les écoles, les bibliothèques, l armement, les routes La FBCF inclut des biens (investissement physique) et des services marchants lorsqu ils sont inséparables des investissements matériels (ex : réparation d un équipement).ainsi les biens immatériels ou incorporels ne sont pas comptabilisés dans la FBCF. Quand on parle d investissement productif, on prend en compte la FBCF des sociétés et quasi-sociétés (SQS) et des entreprises individuelles (les SQS sont un secteur institutionnel qui regroupent toutes les sociétés non financières sauf les entreprises individuelles ; ces dernières sont regroupées avec les ménages) en excluant la FBCF des autres ménages et administrations. On mesure l effort d investissement d une unité économique ou d un secteur par son taux d investissement [(investissement/vab) X 100 = (FBCF/VAB) X 100].On s intéresse surtout au taux d investissement des SQS (15% en 2007) ou des entreprises en général. On calcul aussi un taux d investissement global qui traduit l effort national de l ensemble des agents résidant [(FBCF/PIB)*100]. En 2007 le 14% (Très faible) Ces taux constituent une indication sur l évolution de la production dans les années à venir. Ils contribuent aux prévisions en matière de croissance. B. Les modes de financement de l investissement Pour financer ses investissements, un agent dispose de moyens substituables ou complémentaires. Il doit donc faire des choix. Choisir entre un financement interne ou externe et s il choisit un financement externe, choisir entre un financement direct ou indirect. 1. Le financement interne C est l autofinancement. L investisseur utilise ses ressources (ou fonds) propres c est-à-dire la partie de ses revenus épargnée. Pour une entreprise, cela suppose qu elle a réalisé de bons résultats et qu elle a un EBE élevé. Son épargne est donc substantielle. On mesure le taux d autofinancement par :(épargne brute/investissements) X 100 Un taux de 100% signifie que l épargne réalisée couvre les investissements projetés.

3 L agent a un besoin de financement si son taux d autofinancement est < 100% et une capacité de financement s il est > 100%. En 2007, le taux d autofinancement des SQS est de 118% ; depuis 1993 ce taux dépasse 100%. Cela indique à la fois une bonne santé financière et une faiblesse de leurs investissements. En fait le taux d autofinancement est un indicateur du niveau de confiance des entrepreneurs dans la rentabilité de leurs unités de production et dans la conjoncture économique à venir. 2. Le financement externe : direct ou indirect Il consiste à faire appel à l épargne d autres agents, il vient généralement compléter l autofinancement. Une entreprise réalise un financement externe soit en augmentant son capital social (émission de nouvelles actions) soit en s endettant (auprès d une banque ou de particuliers) soit en combinant les 2. L entreprise fait le pari que sa rentabilité future sera suffisante pour lui permettre de verser des dividendes et/ou de rembourser ses dettes. Le financement intermédié, c est le recours à des intermédiaires financiers auprès de qui on réalise un emprunt (ex : emprunt bancaire). Le financement externe direct est lui réalisé sur le marché financier. Ainsi une entreprise peut procéder à une émission d actions qui conduit à une augmentation de son capital social et donc de ses fonds propres. L entreprise peut aussi émettre des obligations pour lever des fonds externes qui lui faudra rembourser. 3. Les éléments de choix L autofinancement, qui dépend du niveau de l épargne de l entreprise et donc des résultats antérieurs, est rarement suffisant dès que les projets d investissement sont importants. Le recours a des fonds externes et à l endettement ne doit pas être vu comme une erreur de gestion mais au contraire comme un acte d une entreprise saine qui a des ambitions. L augmentation de capital évite les remboursements. Les dividendes dépendant des profits et des choix de répartition des entreprises dans la VA. Mais l augmentation de capital conduit à ouvrir le capital à de nouveau actionnaires ou à modifier la structure des actionnaires (le poids des différents actionnaires déjà présents).le risque étant la perte de contrôle de l entreprise. L endettement évite ces problèmes mais implique des versements d intérêts et/ou des remboursements fixes qui ne dépendent pas de l activité. Un investissement n étant pas forcement immédiatement rentable, cette contrainte peut être lourde. En fait l endettement est avantageux si le rendement des investissements est supérieur durablement aux taux d intérêts des emprunts. C. Les déterminants de l investissement 1. Coût de production, rentabilité et efficacité marginale du Capital Un premier déterminant de l investissement réside dans le coût relatif du travail et du capital: l augmentation du coût du travail (salaire et cotisations sociales) est, toutes choses égales par ailleurs, un facteur de substitution du capital au travail. D autre part, des coûts d ajustement importants (formation du personnel, réorganisation du travail) peuvent freiner l investissement.

4 Un investissement est rentable si son coût est inférieur aux revenus qu il entraînera. L entrepreneur fait donc un calcul de rentabilité en comparant le coût d investissement et son rendement espéré. Il en déduit le profit anticipé. Mais ce calcul est incertain car il intègre différentes variables qui ne peuvent pas être anticipées : - l évolution de la valeur de la monnaie : on ne connaît pas le niveau de l inflation dans les années à venir. - la durée de vie de l investissement. On peut prévoir la durée de l usure physique mais il est plus difficile de prévoir l obsolescence. - on ne connaît pas le niveau définitif des ventes qui déterminent les profits anticipés. Bref l entrepreneur prend des risques. Les estimations ne peuvent être qu approximatives. Le niveau des profits déjà réalisé dont le taux de marge [(EBE/VAB) X 100] donne une idée, constitue un autre élément décisif. En effet, le profit, qui est l objectif de l entreprise capitaliste, est un facteur clé de l investissement. Il s agit aussi bien du profit passé que du profit espéré. La rentabilité anticipée de l investissement est donc liée au profit tiré du capital déjà engagé : investir n est pas intéressant si le capital déjà investit rapporte peu. C est le contraire si la rentabilité est déjà élevée. De plus, l EBE (profit) alimente l autofinancement au moins partiel des investissements. Enfin, un profit élevé facilite une augmentation de capital en attirant de nouveaux actionnaires intéressés par des dividendes importantes et de bonnes perspectives de revente de leurs actions en Bourse. Un profit haut donne aussi confiance aux prêteurs (banques ou épargnants). Dans une approche rationnelle, la rentabilité est donc une variable déterminante de l investissement. La réalité montre cependant que la décision d investir n est pas rationnelle. 2. L anticipation de la demande effective C est un facteur essentiel du point de vue keynésien. Une anticipation à la hausse de la demande a un effet incitatif sur l investissement qui sera destiné à permettre l ajustement des capacités de production, jugées insuffisantes, aux débouchés escomptés. La demande anticipée est un déterminant de la volonté d investir. La réalisation de l investissement, pour répondre à une telle anticipation, suppose cependant plusieurs conditions : - la saturation des capacités de production existante sinon cette demande supplémentaire sera satisfaite par une plus grande utilisation des équipements actuels. - il faut une insuffisance des stocks sinon il suffira de les écouler. - il faut que le climat de confiance existe de la part des entrepreneurs. C est une dimension socio psychologique. Bien que peu rationnelle, cette variable peut peser lourd. C est la raison pour laquelle les gouvernements tentent souvent de convaincre les entrepreneurs que la conjoncture leur est favorable et qu ils peuvent avoir confiance. Keynes est qualifié «d économiste de l incertain». Le mécanisme de l accélérateur montre que toute variation de la demande entraîne des variations amplifiées de l investissement sous conditions de pleine utilisation des capacités de production et de stabilité du coefficient de capital (capital/production).

5 3. Les taux d intérêts L endettement contribuant à financer l investissement, il vaut mieux que le taux d intérêt de l emprunt (coût de l endettement) soit inférieur au taux de profit. Il s agit ici du taux d intérêt réel. Si le taux d intérêt devient supérieur à la rentabilité, l entreprise a intérêt à se désendetter ou à placer son épargne. Un taux d intérêt élevé a donc tendance à décourager l investissement des entreprises. On appelle taux de profitabilité du capital (donc d un investissement) la différence entre le taux de profit du capital productif et le taux d intérêt (pour lui on prend en compte le taux d intérêt réel à long terme sur le marché financier). Si la profitabilité est faible ou négative, il devient plus intéressant de réaliser des placements que des investissements. A l inverse, l effet de levier montre que des taux d intérêt faibles favorisent l investissement par endettement qui permet d améliorer la rentabilité des fonds propres. Conclusion L investissement est soumis à une double contrainte. Il dépend à la fois de la volonté d investir (liée au niveau de la consommation des ménages) et de la capacité à le faire (liée aux profits dont découlent les possibilités d endettement et la capacité d autofinancement). L investissement est donc soumis à une double contrainte: débouché et rentabilité. Le partage de la valeur ajoutée et des gains de productivité entre salaires et profits joue un rôle fondamental dans la détermination du niveau de l investissement. NOTE AU LECTEUR Ce dossier constitue un effort de synthèse essentiellement réalisé à partir de trois sources que sont : Sciences Economiques et Sociales, Terminale, sous la Direction de Pascal Combemale, Editions broché, Cours de M. Godart, Lycée Laetitia Bonaparte d Ajaccio, année 2006 Ressources Internet, sites consacrés aux Sciences économiques et sociales Yannick Ferret, ancien élève du Lycée Laetitia Bonaparte d Ajaccio -

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande Chapitre 1 La et ses transformations 1.Définitions, typologies et évolutions Qu est-ce que produire? s marchande et non marchande s matérielles et immatérielles et productivité 2. Les unités et les facteurs

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Chapitre 2 : Les facteurs de production

Chapitre 2 : Les facteurs de production Chapitre 2 : Les facteurs de production Introduction Introduction (1) Production : Emploi des ressources nécessaires à la création des biens et des services => Combinaison des facteurs de production Travail,

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE SOURCE ET LIMITES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. Dans quelle mesure la croissance économique accompagne-t-elle le développement?

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE I LES PRINCIPES DE LA LOGIQUE COMPTA SECTION I LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE EN PARTIE DOUBLE I Le fonctionnement de l entreprise

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif GESTION FINANCIÈRE DECF Session 2007 - Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TABLEAU DE FLUX ET DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Définir l objectif des tableaux de flux de trésorerie : Ils permettent : de déterminer la

Plus en détail

Pourquoi est-il essentiel d investir?

Pourquoi est-il essentiel d investir? Pourquoi est-il essentiel d investir? L actualité économique de ces derniers mois renvoie sans cesse à l insuffisance voire l absence de croissance économique et d investissements dans les pays de la zone

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne!

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne! COURS DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Philippe Mamas Lycée Fulbert Classe de Seconde Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES b Avant la consommation, l épargne! Consommer suppose

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan 1 Définitions et mesures Définition 2 la VAN Critère

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

L endettement public est-il un frein à la croissance économique?

L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Marine Maréchal conférence de méthode n 7 Groupe3 finances publiques-années 90. L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Introduction : Aujourd hui l endettement public de la France

Plus en détail

De la comptabilité aux documents de synthèse

De la comptabilité aux documents de synthèse De la comptabilité aux documents de synthèse se La balance totaux mouvements soldes N libellé débits crédits débits crédits 10 capital 900 000,00 900 000,00 164 emprunts 200 000,00 200 000,00 2183 matériel

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION

I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION I L ACTIVITE FINANCIERE A/ COMMENT ASSURER LA RENTABILITE ET LA SOLVABILITE DE L ENTREPRISE?

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h)

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Vous souhaitez analyser la situation financière de l entreprise Arnault et disposez pour cela de la liasse fiscale de l année N (Bilan

Plus en détail

La performance commerciale et financière des organisations

La performance commerciale et financière des organisations 1300 THÈME 4 > Évaluation et performance 1301 THÈME 4 > Évaluation et performance 1302 THÈME 4 > Évaluation et performance 1303 THÈME 4 > Évaluation et performance 1304 THÈME 4 > Évaluation et performance

Plus en détail

Thème 11 : La présentation de l entreprise et le rapport de stage... 75

Thème 11 : La présentation de l entreprise et le rapport de stage... 75 Gestion de l entreprise 1 - L ENTREPRISE Thème 1 : L entreprise : unité de production et centre de répartition de revenus... 3 Thème 2 : L entreprise citoyenne et son éthique... 9 Thème 3 : La classification

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Cours de base Logiques des trois tableaux de flux financiers de base

Cours de base Logiques des trois tableaux de flux financiers de base Cours de base Logiques des trois tableaux de flux financiers de base Introduction Il s'agit de l'analyse des flux concernant, selon l'approche traditionnelle, le financement de l'entreprise. Rappelons

Plus en détail

EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE

EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE I. QUESTIONS : Quel est le PIB de la France en 2013? Définir le PIB (3 approches), la consommation et l investissement. L INSEE mesuretelle le PIB à prix constants ou à prix courants?

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan général du cours 1 Introduction: présentation de la

Plus en détail

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan Présentation et éléments de compréhension du Business Plan La préparation, la méthodologie, le fond, la forme et les pièges à éviter 1 Objectifs de la formation Connaitre et comprendre les différentes

Plus en détail

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE La cinquième édition du Manuel de la Balance des paiements, publiée par le Fonds monétaire international

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014

Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014 Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014 Isabelle EMONET 13 Rue des Verdiers 38120 SAINT-EGREVE Tel : 04 80 80 58 80 / Mobile

Plus en détail

S-1 Croissance, investissement, endettement

S-1 Croissance, investissement, endettement Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-1 Croissance,

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Accumulation du capital, progrès technique et croissance

Accumulation du capital, progrès technique et croissance CHAPITRE 2 Accumulation du capital, progrès technique et croissance Ouverture C est l informatique. Le texte montre que dans certains cas le progrès technique n est pas considéré comme positif. C est en

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

La reprise d entreprise

La reprise d entreprise Les nouveaux outils de financement de la reprise La reprise d entreprise Se faire accompagner d un investisseur financier Pourquoi, avec Qui et Comment ouvrir son capital? 1. Pourquoi? Le capital investissement

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles II Le budget d investissement : Le budget d investissement est un élément constitutif du budget financier. Chacun des éléments du budget a un rôle précis dans l élaboration d une planification et d un

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Diagnostique financier

Diagnostique financier Diagnostique financier Biographie : Analyse financière, Grandguillot, Gualino, Memento LMD Analyse financière, De la Bouleri, Dunot, Gestion-Finance Partie 1 : Analyse financière Analyse financière = Analyse/redécoupage

Plus en détail

Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance de l entreprise?

Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance de l entreprise? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance

Plus en détail

CHAPITRE 07 - LES OPERATIONS D INVESTISSEMENT ET DE FINANCEMENT I. DEFINITION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET INCORPORELLES

CHAPITRE 07 - LES OPERATIONS D INVESTISSEMENT ET DE FINANCEMENT I. DEFINITION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET INCORPORELLES CHAPITRE 07 - LES OPERATIONS D INVESTISSEMENT ET DE FINANCEMENT I. DEFINITION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET INCORPORELLES A. Préalable : définition d un actif Un actif est un élément du patrimoine

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2

Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2 Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2 Edition 2014 Plan 1. Chiffres-clés 2. Nomenclature d activités 3. Données détaillées par secteur 4. Catégories socio-professionnelles

Plus en détail

Lire et Comprendre Son Bilan

Lire et Comprendre Son Bilan Entrepreneurial Services Lire et Comprendre Son Bilan - Le bilan comme outil de gestion Jean-Jacques Schwab Agent fiduciaire diplômé Organisateur brevet fédéral Sous-directeur Ernst & Young SA Place Chauderon

Plus en détail

Introduction aux documents financiers

Introduction aux documents financiers Introduction aux documents financiers 3 questions ==> 3 documents Une photo instantanée : quelle est la situation actuelle de l entreprise? Bilan Deux films : L entreprise a-t-elle vendu à profit? Compte

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS I LE BILAN Il décrit l ensemble des éléments composant le patrimoine de l association, ce qu elle possède, ses créances moins ses dettes, à une date donnée (en général,

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

Financement sur le marché des capitaux

Financement sur le marché des capitaux SIX Group SA Selnaustrasse 30 Case postale 1758 CH-8021 Zurich www.six-group.com Contact: Media Relations pressoffice@six-group.com Financement sur le marché des capitaux Principes Processus Avantages

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

ÉPREUVE : ÉTUDE DE SPECIALITÉ

ÉPREUVE : ÉTUDE DE SPECIALITÉ BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2012 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE ÉPREUVE : ÉTUDE DE SPECIALITÉ ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle INTRODUCTION Logique financière vs logique industrielle Multiplication des faillites de PME/ difficultés d accès au crédit bancaire. Difficultés de grands groupes pourtant performants au niveau industriel

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

IAS 17 Aujourd hui et demain

IAS 17 Aujourd hui et demain IAS 17 Aujourd hui et demain Analyse comparative et application au travers du secteur de la grande distribution Promoteur : Monsieur Yvan STEMPNIERWSKY Auteur : Florence HENOUMONT Le leasing : un mode

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Résultats annuels 2012/13

Résultats annuels 2012/13 29 mai 2013 Résultats annuels 2012/13 Réunion SFAF 22 Solucom en bref Cabinet de conseil en management et système d information 20 ans d existence Près de 1 200 collaborateurs Des clients dans le top 200

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières Table des matières Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières... 1 Incidences de l imposition sur la transmission d entreprise... 3 2.1 La situation du marché... 3 2.2 La valorisation des

Plus en détail

Communiqué de presse Igny, le 27 Mars 2015. Résultats 2014. Du 1er janvier au 31 decembre 2014

Communiqué de presse Igny, le 27 Mars 2015. Résultats 2014. Du 1er janvier au 31 decembre 2014 Communiqué de presse Igny, le 27 Mars 2015 Résultats 2014 Compte de Résultat Synthétique (en M ) Du 1er janvier au 31 decembre 2014 Du 1er janvier au 31 decembre 2013 Var M Var % Chiffre d affaires 132,1

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR CE QU IL FAUT SAVOIR POUR BIEN COMPRENDRE NOTRE ACTIVITE Comment payer moins d impôts? C est la question que se posent

Plus en détail

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS EXERCICES PARTIE 2 : INTERPRETATION DES ETATS FINANCIERS SKEMA Business School 1/19 Exercice 1 : VRAC 2 En reprenant le bilan comptable de l exercice 1 Partie 1 (VRAC),

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A

PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A A/- EPREUVE DE CULTURE GENERALE ET FRANÇAIS 1- Les problèmes du monde contemporain 2- Les grands courants de la pensée moderne 3- Exercice

Plus en détail

Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle financée?

Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle financée? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle

Plus en détail

Chapitre 5. Les taux d intérêt. J. Berk & P. DeMarzo G. Capelle-Blancard, N. Couderc & N. Nalpas 2008 Pearson Education France

Chapitre 5. Les taux d intérêt. J. Berk & P. DeMarzo G. Capelle-Blancard, N. Couderc & N. Nalpas 2008 Pearson Education France Chapitre 5 Les taux d intérêt 5.1. La cotation des taux d intérêt Taux annuel effectif (TAE) : indique le montant total des intérêts à percevoir dans un an 100 000 (1 + r) = 100 000 1,05 = 105000 100 000

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

L Epargne Collective : Un marché d opportunités

L Epargne Collective : Un marché d opportunités L Epargne Collective : Un marché d opportunités Estimé par la Banque de France à 8.325 milliards d en 2005, le patrimoine des ménages français a augmenté de 44% depuis 2001. Chaque année, les flux d épargne

Plus en détail

L évaluation. Tableau de bord décisionnel pour l'investissement immobilier. Présenté par Yvon Rudolphe, MBA fin., É.A., Adm.A.

L évaluation. Tableau de bord décisionnel pour l'investissement immobilier. Présenté par Yvon Rudolphe, MBA fin., É.A., Adm.A. L évaluation Tableau de bord décisionnel pour l'investissement immobilier Présenté par Yvon Rudolphe, MBA fin., É.A., Adm.A. Présentation Portrait de la situation actuelle Marché de la revente Les indicateurs

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Études de cas corrigées

Études de cas corrigées Jean-Pierre LAHILLE FINANCE D ENTREPRISE Études de cas corrigées Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2941-4 Chapitre 2 LA MÉTHODOLOGIE DE L ANALYSE FINANCIÈRE Il n existe pas une méthode d analyse,

Plus en détail

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Plan : Introduction Les incitations fiscales : Aperçu général 1. Définition 2. Les objectifs 3. Les typologies Mesures en faveur des sociétés

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail