3- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée"

Transcription

1 3- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée Expliquer la place des banques comme intermédiaires dans les financements (Diamond, 1984). Intermédiaire financier : agent à qui est délégué l'investissement dans les actifs financiers émet des titres pour acheter d'autres titres Objectif : comprendre le rôle des IF décrire les marchés où ils interviennent souligner ce qui leur permet de rendre des services bénéfiques : les contrats financiers émis/souscrits par les IF en particulier les contrats de dette (crédits, dépôts) coûts de surveillance et d'exécution des contrats transformation de prêts nécessitant surveillance/exécution coûteuses en dépôts ne les nécessitant pas, grâce à la diversification... Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

2 Les IF rendent des services : services liés à l'actif : rendus aux emprunteurs (émetteurs primaires) IF concentre en portefeuille des actifs qu'il a un avantage comparatif à détenir source de cet avantage comparatif : coûts de surveillance réduits (ce chapitre) services liés au passif : rendus aux déposants (détenteurs secondaires) possibilité d'utiliser les dépôts comme moyens de paiement transformation (meilleur partage des risques, meilleure liquidité) (chapitre suivant) Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

3 Plan : 1- Principes de la surveillance déléguée 2- Exemple de dette optimale sans surveillance déléguée 3- Intermédiation financière 4- Conclusion Bibliographie : Diamond (1996), Financial Intermediation as Delegated Monitoring: A Simple Example, Federal Reserve Bank of Richmond Economic Quarterly, 82/3, pp A la fin de ce chapitre, vous devriez savoir : expliquer les hypothèses principales du «modèle» de Diamond expliquer les principaux modes de financement envisagés par Diamond expliquer la différence entre coût de surveillance et coût de délégation expliquer le rôle de la banque comme surveillant déléguée argumenter sur les avantages et inconvénients des relations de long terme entre banque et emprunteurs Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

4 1- Principes de la surveillance déléguée Théorie de l'agence la surveillance par le principal améliore les contrats le coût de surveillance compte surveillance sélection de projets a priori (screening) prévention de comportements opportunistes pendant la réalisation du projet punir ou auditer un emprunteur défaillant contexte antisélection risque moral (actions cachées) vérification coûteuse des résultats Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

5 avec un prêteur + un emprunteur : K = coût de la surveillance comparer S = gain de la surveillance avec m prêteurs : chacun surveille : coût total mk surveillance déléguée : coût K évite la multiplication... Problème supplémentaire : le surveillant a une info privée... comment vérifier que la surveillance a été effectuée? D = coût de la délégation Une théorie «contractuelle» de l'intermédiation doit : modéliser le coût de la délégation expliquer comment l'intermédiation améliore les contrats Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

6 La surveillance déléguée (IF) est «rentable» si : Coût d'utilisation d'un intermédiaire K+ D min {S, mk } Coût de surveillance directe Coût de non surveillance Pour étudier les bénéfices de l intermédiation financière : (1) trouver le meilleur contrat entre prêteurs et emprunteurs sans intermédiaire ni surveillance : contrat de dette avec coût de liquidation forfaitaire incitation à rembourser (2) demande de surveillance : surveiller permet proba et coûts de liquidation surveillance avantageuse si elle est déléguée : évite duplication mais la délégation a un coût : donner des incitations au surveillant délégué délégation optimale : le surveillant délégué émet de la dette non surveillée avec coût de liquidation («dépôt») intermédiaire financier! Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

7 2- Exemple de dette optimale sans surveillance déléguée Un entrepreneur a besoin de 1 M : pas de fonds propres responsabilité limitée neutre au risque m investisseurs peuvent placer 1/m m grand... A.N. : m = ; 1/m = 100 neutres au risque n'observent pas directement l'activité de l'entrepreneur exigent un taux de rentabilité attendu r = 5% coût de surveillance K = 200 = 0,0002 M m.k = 2 M coût de surveillance prohibitif : quel est le meilleur contrat sans surveillance? Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

8 2.1- Le meilleur contrat sans surveillance investisseurs et entrepreneur sont d'accord sur VAN > 0 (projet rentable) mais seul l entrepreneur observe le résultat effectif : il peut s'approprier les cash-flows (conflit d'intérêt) en gonflant les coûts en sous-déclarant les recettes asymétrie d info pb de risque moral (coût vérif résultat) caractéristiques du projet : coût initial : 1 M réalisation : V H = 1,4 M avec proba P = 0,8 L = 1 M avec proba 1 P = 0,2 Contrats possibles : fonds propres (action ordinaire) : 2.2 pénalité en cas de sous-déclaration contrat de dette 2.3 Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

9 2.2- Un contrat simple : le contrat de fonds propres action ordinaire : accord de partage du profit sur la base du résultat déclaré (Z) a = fraction du résultat déclaré versé à l'investisseur externe 1 a = fraction du résultat déclaré conservé par l'entrepreneur (en plus du résultat non déclaré) Si le contrat ne stipule que a et Z : gain de l'entrepreneur : V a Z il choisit de déclarer Z = 0 si les profits ne peuvent pas être vérifiés, alors le contrat de fonds propres simple n'est pas efficace L'investisseur aimerait imposer une pénalité à l'entrepreneur en cas de déclaration d'un résultat «trop bas» : liquidation du projet pénalité non monétaire (prison, pilori, perte de réputation) Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

10 2.3- Mise en faillite, liquidation La liquidation est inefficace si elle produit beaucoup moins que la valeur des actifs maintenus en place. Supposons que la liquidation ne rapporte rien (à l'entrepreneur/à l'investisseur) La liquidation est mieux utilisée comme pénalité contingente : si l'investisseur doit liquider pour un certain paiement, alors il liquide pour tout paiement inférieur sinon... l emprunteur paie le montant «inférieur» pour éviter liquidation et garde la différence! Le contrat financier optimal sans surveillance : choisir un paiement «plancher» f : paiement supérieur à f évite la liquidation paiement inférieur à f liquidation un contrat de dette de valeur faciale (future) f! Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

11 2.4- Le contrat de dette optimal Quel paiement f minimal garantissant un rendement attendu de 5% sur 1 M? Supposons f = 1 : état L : V = 1 état H : V = 1,4 entrepreneur paye 1 et évite la liquidation gain entrepreneur = 0 L'investisseur gagne 1 gain investisseur = 1 dans les deux états gain entrepreneur = 0,4 insuffisant gain investisseur = 1 (0% < 5%) Supposons 1 < f < 1,4 : état L : V = 1 liquidation gain entrepreneur = 0 Gain espéré de gain investisseur = 0 l'investisseur : 0,8.f liquidation gain entrepreneur = 1,4 f suffisant si : état H : V = 1,4 évitée gain investisseur = f 0,8.f = 1,05 Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

12 Supposons f = 1,05/0,8 = 1,3125 : état L : V = 1 liquidation gain entrepreneur = 0 gain investisseur = 0 Gain espéré de liquidation gain entrepreneur = 0,0875 l'investisseur : 1,05 état H : V = 1,4 évitée gain investisseur = 1,3125 Quand l'investisseur extérieur ne peut pas observer les cash-flows surveiller les affaires alors : un contrat de financement par fonds propres ne fonctionne pas un contrat de dette est préférable la liquidation en cas défaut sert de pénalité que l'entrepreneur cherche à éviter NB : l analyse peut s étendre à d autres clauses contractuelles que remboursement et paiement des intérêts, qui peuvent être violées pour des motifs divers et difficiles à observer... Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

13 2.5- La valeur de la surveillance Si l'investisseur peut surveiller l'entrepreneur : il détecte si l'état est H ou L au lieu de liquider systématiquement en cas de paiement insuffisant, il peut accepter un paiement conditionnel : 1 si V = 1, f si V = 1,4. Alors, l'entrepreneur accepte... Valeur de la surveillance = économie espérée en coûts de détresse financière : au lieu de gagner 0 si V = 1, l'investisseur gagne 1 (avec probabilité de 0,2) «gain de la surveillance» : S=0,2 1=0,2 Le «gain de la surveillance» doit être comparé au coût de surveillance (K) : doit être payé au préalable (avant que le résultat soit connu) s'informer à l'avance sur l'activité acquérir les capacité d'interpréter les comptes (On peut supposer que le coût est payé ex-post en cas de vérification : 0,2.K...) Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

14 3- Intermédiation financière un IF peut être créé comme «gros investisseur synthétique» m investisseurs surveillent : m grand (petits investisseurs) coût de surveillance prohibitif m petit (gros investisseurs) financement possible par dette surveillée Supposons : m grand... A.N. : m = coût de surveillance : K = 0,0002 M par surveillant La délégation de surveillance à un «banquier» : évite la duplication des coûts de surveillance pose un problème d'incitation : effort de surveillance, info collectée pas observés par investisseurs même type de conflit d'intérêt banquier/investisseur que entrepr/investisseur Déléguer sans surveiller le surveillant importance de la diversification des prêts Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

15 3.1- Comment déléguer la surveillance sans avoir à surveiller le surveillant? «Sed quis custodiet ipsos custodes?» «Mais qui gardera ces gardiens?» (Juvénal, Satires VI) Imposer au banquier la possibilité d'une liquidation : selon le paiement aux déposants comme l'entrepreneur, le banquier préfère éviter la liquidation Supposons que la liquidation est une pure sanction (elle ne rapporte rien). Interprétation : le banquier et l'entrepreneur sont «liquidés» ensemble pour s'assurer qu'ils ne sont pas de connivence «liquider» le banquier consomme tous ses actifs si le banquier anticipe la liquidation, alors il surveille moins, et ses actifs perdent de la valeur Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

16 3.2- La surveillance déléguée sans diversification est un échec absence de diversification : la banque accorde/surveille un seul prêt au nom des petits déposants même si la banque peut collecter 1 dans l'état V = 1, elle doit être liquidée : contrat de dépôt de valeur faciale 1 rendement insuffisant contrat de dépôt de valeur faciale > 1 liquidation dans l'état L la banque doit être liquidée aussi souvent que l'entrepreneur la banque non diversifiée est inutile Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

17 3.3- La diversification permet-elle de réduire le coût de délégation? Ex. : le banquier accorde/surveille deux prêts (aux résultats indépendants) 4 états : état V 1 V 2 probabilité HH 1,4 1,4 0,64 HL 1,4 1 0,16 LH 1 1,4 0,16 LL 1 1 0,04 Le banquier collecte 2 M de dépôts de investisseurs prête selon un contrat de dette surveillée de valeur faciale F < 1,4. récupère F si V i = 1,4 et 1 si V i = 1 n'a pas besoin de recourir à la liquidation émet des dépôts sous forme de dette non surveillée de valeur B (par prêt) est liquidé s'il paye à chaque déposant moins que 2B/20000= B/10000 Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

18 Si le banquier surveille les deux prêts : Il gagne : état paiement probabilité proba cumulée explication V 1 +V 2 HH 2F 0,64 0,64 les deux paient F 2,8 HL ou LH F + 1 0,32 0,96 un paie F, l'autre 1 2,4 LL 2 0,04 1,00 les deux paient 1 2 Il doit 2B aux déposants : si F + 1 2B 2, alors : la banque est n'est liquidée que dans l'état LL (avec proba 4%) les déposants récupèrent : 0 avec proba 4% (liquidation ne rapporte rien) 2B avec proba 96% en moyenne : 0,96 2 B acceptable si 0,96 2 B=1,05 2 soit 2 B=2,1875 la banque doit récupérer F B=2,1875 soit F 1,1875 en accordant un prêt de valeur faciale F = 1,1875, la banque peut bien rembourser l'intégralité des dépôts avec une probabilité de 96%. Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

19 La banque va-t-elle surveiller? Si les deux emprunteurs échouent (LL) ou si les deux réussissent (HH) La surveillance ne rapporte rien Si l'un des deux emprunteurs échoue et l'autre réussit (HL ou LH) La surveillance accroît les revenus Accroissement attendu des revenus K par prêt l'incitation à surveiller Si la banque ne surveille aucun prêt, alors elle fait faillite si un des deux prêts échoue le banquier gagne 0 Si la banque surveille un prêt : avec proba 16%, le prêt surveillé échoue, l'autre réussit la banque accroît son revenu de 1 + F 2B = 1 + F 2,1875 la banque est incitée à surveiller un prêt si 0,16(1+ F 2,1875) 0,0002 soit F 1,18875 La banque est incitée à surveiller 2 prêts si 0,32(1+ F 2,1875) 0, soit (encore) F 1,18875 Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

20 La nécessité de fournir au banquier une incitation... à surveiller à éviter faillite quand un seul prêt fait défaut implique un profit pour le banquier une «rente de contrôle» Avec 2 prêts : proba somme reçue (avec F = 1,18875) gain (créance résiduelle au-delà de 2B = 2,1875) 0,64 2F 0,19 = 2F 2B 0,32 F + 1 0,00125 = F + 1 2B 0, (faillite et liquidation) gain espéré du banquier = 0,122 soit 0,061 / prêt > K = 0,0002 rente de contrôle = 0,0608 / prêt Coût de délégation D = 0,1008 M /prêt = coût de détresse financière de la banque 1M 4 % + rente de contrôle 0,0608 M Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

21 3.4- Résumé : intermédiation financière et diversification Parmi trois type de contrats : (1) pas de surveillance, dette diffuse de valeur faciale 1,3125 M /emprunteur (2) surveillance directe : économise le coût de détresse financière S = 0,2 M mais coûte les coûts de surveillance mk = 2 M (3) surveillance déléguée : économise coût de détresse financière S = 0,2 M mais coûte les coûts de surveillance et de délégation K + D = 0,101 M l'option (3) est meilleure, grâce à la diversification du portefeuille de prêts. La diversification permet à l'if de fournir une surveillance déléguée à coût réduit : la proba que la banque fasse défaut diminue la rente de contrôle diminue 0 qd nombre de prêts iid + le coût de délégation diminue seul subsiste le coût de surveillance (inévitable) Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

22 À la limite (concurrence et diversification parfaites) : coût du capital attendu pour entrepreneur : 5,02% valeur faciale de la dette : F t.q. 0,8 F + 0,2 1=1,0502 soit F = 1,06275 la rentabilité attendue de la banque est de 5% après coûts de surveillance Mais en pratique : le risque de défaut des emprunteurs est corrélé positivement le nombre de prêts en portefeuille est limité Message général : la diversification permet à la banque de transformer de la dette surveillée (prêt aux entrepreneurs) en dette non surveillée (dépôts bancaires) l'organisation bancaire minimise la somme des coûts de surveillance et de détresse financière Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

23 4- Conclusion : 4.1- Conséquences en matière de politique économique La banque a intérêt à se couvrir contre tout risque qu'elle ne peut pas contrôler via surveillance (en particulier le risque de taux d'intérêt) La diversification rend les dépôts plus sûrs que les prêts : même sans assurance des dépôts éviter toute réglementation empêchant la diversification des prêts bancaires (sectorielle, géographique) si diversification insuffisante proba de faillite bancaire + grande rentes de contrôle + élevées Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

24 4.2- Rôle de la dette dans l'intermédiation financière droit de liquider en cas de défaut pouvoir du créancier incitation à rembourser mais la liquidation peut être inefficace intérêt de la surveillance (liquider judicieusement) les intermédiaires financiers (banques) : centralisent la surveillance, évitent la duplication des coûts de surveillance achètent de la dette qu'elles surveillent (prêt) émettent de la dette non surveillée (dépôts) effectuent cette transformation grâce à la diversification des prêts remplissent ainsi leur rôle de surveillance déléguée Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

25 4.3- Questions théoriques : cf. Gorton & Winton (2003), «Financial Intermediation», in Constantinides, in Harris et Stulz (editors), Handbook of the Economics of Finance, Elsevier, ch. 8, pp coût de surveillance : ex-post, en cas de défaillance (Townsend 1979) costly state verification ex-ante (Diamond 1984) non contingent forme précise des contrats de financement : dette (Townsend) indéterminée (Diamond) : dette ou fonds propres surveillance et diversification : intermédiaires non infiniment diversifiés en pratique existence d un risque systématique (non diversifiable) arbitrage entre coût de surveillance d un «gros» intermédiaire et bénéfice de la diversification taille optimale de l IF Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

26 Banques comme productrices d information (i) Asymétries d information / acquisition coûteuse : problème de fiabilité (prouver qu une info valable a bien été produite?) Leland & Pyle (1977) : dans un contexte d antisélection, en prenant une part dans le projet, l entrepreneur signale la qualité problème d appropriabilité (l info est un «bien public») cf. paradoxe de Grossman-Stiglitz (1980) : sur un marché efficient, les prix reflètent toute l'information disponible inutile de payer pour s'informer plus personne ne s'informe quelle information est contenue dans les prix? l IF légitimée sous forme de : «vendeur d information» : agence de notation «gestionnaire de portefeuille délégué» : fonds mutuel, hedge fund, banque Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

27 (ii) Apprentissage et relations de long terme : complexifier les modèles théoriques une seule interaction prêteur/emprunteur chaque emprunteur se finance auprès d un seul prêteur introduire des éléments plus réalistes conditions des prêts, renégociation multiplicité des prêteurs, concurrence Problème de «rente informationnelle» dans la relation de long terme banque externe informée taux débiteur + élevé si taux débiteur reflète le «risque moyen», seuls les «mauvais» risques changent de banque (malédiction du vainqueur) rente pour la banque interne Taux trop élevé pour les «bons» emprunteurs en relation établie (hold-up) Concurrence pour les emprunteurs «libres» : trop de fonds pour les «mauvais» emprunteurs Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

28 Relations de long terme Avantages amélioration des conditions de contrats encourage la réputation meilleur accès au crédit si relation établie plus grande flexibilité rentes futures Inconvénients absence de concurrence (hold-up) : emprunteur «exploite» la banque banque «exploite» l emprunteur rente informationnelle emprunteur sans financement en cas de difficulté de la banque Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1)

2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée

2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée 2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée Expliquer la place des banques comme intermédiaires dans les financements (Diamond, 1984). Intermédiaire financier : agent à qui est délégué l'investissement

Plus en détail

3- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée

3- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée 3- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée Expliquer la place des banques comme intermédiaires dans les financements (Diamond, 1984). Intermédiaire financier : agent à qui est délégué l'investissement

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER

CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER OBJECTIF Décision d'investissement? Comment un individu décide-t-il d'allouer sa richesse entre différents actifs (maison, actions, obligations,

Plus en détail

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Le filet européen de sécurité financière Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt Kerkour, Regouli, Baranes Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Kerkour, Regouli, Baranes

Plus en détail

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES 1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES Risque : «aléa affectant la richesse et les décisions...» Gestion du risque : «démarche consistant à évaluer les gains et coûts d'une réduction du risque et à décider

Plus en détail

6- Valorisation de la dette risquée

6- Valorisation de la dette risquée 6- Valorisation de la dette risquée Objectif : Présenter : 1.Évaluation de dette risquée 2.Évaluation d obligations convertibles Jean-Baptiste Desquilbet 1 Université Lille 1 1- ÉVALUATION DE DETTE RISQUÉE

Plus en détail

S E R F I. L achat vente maîtrisé. La sécurité & la performance. Le conseil avant Le service après. P at rimoine

S E R F I. L achat vente maîtrisé. La sécurité & la performance. Le conseil avant Le service après. P at rimoine S E R F I P at rimoine Le conseil avant Le service après. L achat vente maîtrisé La sécurité & la performance Une nouvelle opportunité que vous connaitrez en fin de présentation Dans le cadre d une approche

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Les marchés financiers : Introduction à la finance d entreprise. Entreprise et financement de l entreprise. «Corporate finance»

Les marchés financiers : Introduction à la finance d entreprise. Entreprise et financement de l entreprise. «Corporate finance» Les marchés financiers : Introduction à la finance d entreprise Entreprise et financement de l entreprise. «Corporate finance» Le point : Où en sommes nous?. L échange de risques. l équilibre général,

Plus en détail

PRESENTATION 4P S. Ordody

PRESENTATION 4P S. Ordody PRESENTATION 4P S. Ordody 15 mai 2013 Groupe de Recherche «Responsabilité sociétale de la finance» RAPPELS SEANCE DU 17 avril 2013 Le rêve d'une finance sans risque, rémunérée Les «Trente Euphoriques»

Plus en détail

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile 10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile Auteur : Peter Stevens Son article du 29 avril 2009 : http://agilesoftwaredevelopment.com/blog/peterstev/10-agile-contracts Son blog : http://www.scrum-breakfast.com/

Plus en détail

Référence bibliographique. "Normes et taxes : réflexions exploratoires" Gérard, Marcel

Référence bibliographique. Normes et taxes : réflexions exploratoires Gérard, Marcel "Normes et taxes : réflexions exploratoires" Gérard, Marcel Abstract Appuyé sur notre autre contribution à ce volume, et les faits stylisés qu elle présente, ce texte suggère quelques pistes politiques

Plus en détail

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Valorisation par arbitrage - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours Introduction : l hypothèse d absence d opportunité d arbitrage 1. Synthèse des actifs par un système de

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

6- Concurrence et stabilité bancaire

6- Concurrence et stabilité bancaire 6- Concurrence et stabilité bancaire Les banques sont vulnérables à l'instabilité fragiles : transformation des échéances risque de ruées des déposants, crises systémiques enclines à prendre trop de risque

Plus en détail

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM Le CAPM (Capital Asset Pricing Model) établit la relation clef qui doit unir sur un marché efficient la prime de risque des différents

Plus en détail

Privatisation des sociétés d autoroute et marché aval

Privatisation des sociétés d autoroute et marché aval Privatisation des sociétés d autoroute et marché aval David Ettinger 1 2 Journée CGDD (SEEIDD-DRI) / EEP (PSE), 7 juillet 2009 Eléments Introduction Modélisation Conclusion Motivation Entre 2002 et 2005,

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous Série d Exercices Thierry Ané Exercice n 1 Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous propose les deux produits suivants : un produit d assurance versant un taux

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Chapitre 11 Couverture, assurance et diversification. Plan

Chapitre 11 Couverture, assurance et diversification. Plan Chapitre 11 Couverture, assurance et diversification Plan Couverture Contrats à terme et futures Swaps contre le risque de change Adossement contre le risque de défaut Minimisation du coût de couverture

Plus en détail

Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette. Cours de gestion financière (M1) Coûts d agence de l endettement excessif

Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette. Cours de gestion financière (M1) Coûts d agence de l endettement excessif Cours de gestion financière (M1) Séances 12 du18 décembre 2015 Coûts d agence de l endettement / surplomb de la dette (Myers) Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette Coûts d agence (Jensen Meckling)

Plus en détail

Les nouveaux instruments financiers

Les nouveaux instruments financiers Les nouveaux instruments financiers 8 février 2005 Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 «Imaginons que nous puissions introduire dans le système économique toutes les institutions possibles

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque INTRODUCTION PARTIE I : RATIONNEMENT DE CREDIT ET ASYMETRIE DE L INFORMATION A- Le rationnement

Plus en détail

7- STRUCTURE FINANCIÈRE ET COÛT DU CAPITAL

7- STRUCTURE FINANCIÈRE ET COÛT DU CAPITAL 7- STRUCTURE FINANCIÈRE ET COÛT DU CAPITAL Objectif : présenter les explications du partage actions/dette dans les financements Plusieurs théories : neutralité : Modigliani & Miller (1958) non neutralité

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles DOSSIER DE PRESSE Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles 1 1. Des chiffres effrayants Les chiffres de la BNB montrent que plus de la moitié 1 de la population majeure belge a au moins

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

Chapitre 9. L évaluation des actions

Chapitre 9. L évaluation des actions Chapitre 9 L évaluation des actions Introduction Comment déterminer la valeur des actions? Loi du prix unique : le prix d un actif financier doit être égal à la valeur actuelle des flux futurs auxquels

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance

ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance Associé Fondateur : Rony GAMIETTE - Tél : 06 03 79 31 03 E-Mail : rony.gamiette@rogamconsulting.com 1 L AUDIT DE PERFORMANCE 2 SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION 1 / 12 Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION Édition du 01/01/2016 SOMMAIRE I. DESCRIPTION... 2 II. GESTIONNAIRE DES FONDS DE PLACEMENT INTERNES... 2 III. CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année

Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année Accord gouvernemental Di Rupo (I): quelques mesures fiscales relatives au 2e pilier se concrétisent Dans l Update@Work de décembre 2011, nous vous informions

Plus en détail

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR CE QU IL FAUT SAVOIR POUR BIEN COMPRENDRE NOTRE ACTIVITE Comment payer moins d impôts? C est la question que se posent

Plus en détail

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation Rôle du dépositaire Désignation Déontologie Art.22 ( 1.2) Désignation Les sociétés d investissement et, pour chacun des fonds communs de placement qu elles gèrent, les sociétés de gestion veillent à ce

Plus en détail

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante :

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante : COMPTES INDIVIDUELS - COMPTES CONSOLIDES - IFRS - Protocole d'accord - Plan de sauvegarde - Abandon de créances avec clause de retour à meilleure fortune - Exercice de rattachement - EJ 2009-192 & EC 2010-09

Plus en détail

4- Efficience de marché, bulles, analyse technique

4- Efficience de marché, bulles, analyse technique 4- Efficience de marché, bulles, analyse technique Comment comprendre la volatilité des taux de change? la difficulté à prévoir à l'aide des modèles fondamentaux? analyser les concepts efficience bulles

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise!

Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise! Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise! en conjuguant Modélisation, Optimisation et Simulation par Paul-Louis Brodier -1- La Valeur ajoutée de l Entreprise dépend de La Valeur Ajoutée Directe des

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Analyse financière

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Analyse financière Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Analyse financière De l interprétation des états financiers à la compréhension des logiques boursières Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005

Plus en détail

Responsabilité sociale des entreprises, capacité d investissement et relation d agence multi-tâche

Responsabilité sociale des entreprises, capacité d investissement et relation d agence multi-tâche Responsabilité sociale des entreprises, capacité d investissement et relation d agence multi-tâche Bruno Biais, Catherine Casamatta et Thomas Mariotti Motivation Beaucoup d études empiriques sur le lien

Plus en détail

Administration des recettes tirées des ressources naturelles

Administration des recettes tirées des ressources naturelles Administration des recettes tirées des ressources naturelles Jack Calder Département des finances publiques Fonds monétaire international Gestion des ressources naturelles en Afrique subsaharienne Conférence

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

4- Instruments de gestion des risques de marché (suite)

4- Instruments de gestion des risques de marché (suite) 4- Instruments de gestion des risques de marché (suite) 3- OPTIONS 3.1- PRINCIPES : Option = droit de réaliser une transaction future à des conditions fixées à l'avance. 3.1.1- Options «vanilles» call

Plus en détail

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle INTRODUCTION Logique financière vs logique industrielle Multiplication des faillites de PME/ difficultés d accès au crédit bancaire. Difficultés de grands groupes pourtant performants au niveau industriel

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Banque dépositaire

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE La démarche pour une méthode d aide à la décision d investissement consiste dans un premier temps à élaborer un ensemble d hypothèses relatives aux caractéristiques

Plus en détail

Chapitre 3 : D où viennent les moyens financiers?

Chapitre 3 : D où viennent les moyens financiers? Chapitre 3 : D où viennent les moyens financiers? Tout au long de son existence, l entreprise est confrontée à des besoins de financement. En d autres termes, elle doit trouver de l argent pour réaliser

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

2- La relation risque rentabilité attendue

2- La relation risque rentabilité attendue 2- La relation risque rentabilité attendue L'incertitude est au cœur de la logique financière. Par la composition de leur portefeuille, les investisseurs choisissent un profil de risque. Si on suppose

Plus en détail

ECGE 1224 - Statistiques en économie et gestion : TP 1

ECGE 1224 - Statistiques en économie et gestion : TP 1 ECGE 14 - Statistiques en économie et gestion : TP 1 Exercice 1 Un dé parfaitement équilibré est lancé. Soit X la variable aléatoire (v.a.) correspondant au résultat obtenu avec le dé. a) Justifer pourquoi

Plus en détail

De quelle façon exercer l activité

De quelle façon exercer l activité Page 1 De quelle façon exercer l activité commerciale? Certains aspects juridiques et fiscaux Février 2011 1 Les premiers pas, le premier choix Vous avez une idée, un projet d entreprise. Quel cadre juridique

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE (GEST-S301) EXAMEN - Formulaire A Janvier 2013

THEORIE FINANCIERE (GEST-S301) EXAMEN - Formulaire A Janvier 2013 NOM: THEORIE FINANCIERE (GEST-S301) EXAMEN - Formulaire A Janvier 2013 PRENOM: MATRICULE : 1. La durée de l examen est de 3 heures. 2. Répondez clairement aux questions dans les espaces prévus à cet effet.

Plus en détail

L investissement immobilier

L investissement immobilier Ce guide vous est proposé par : L investissement immobilier Des informations et des conseils pratiques pour comprendre, mieux investir et développer votre patrimoine immobilier. Comprendre pour mieux choisir

Plus en détail

La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle.

La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle. La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle. Tx d intérêt : Intérêt composé : cet intérêt est réinvesti à la période suivante afin de rapporter davantage d intérêt Tx nominal

Plus en détail

La maximisation du profit

La maximisation du profit 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

OPCVM EN BREF EN DETAIL

OPCVM EN BREF EN DETAIL OPCVM Les OPCVM sont des Organismes de Placements Collectifs en Valeurs Mobilières. C'est un terme générique qui désigne une Sicav ou un FCP. EN BREF L OPCVM est un produit financier permettant de diversifier

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

LA THÉORIE DES FILES D ATTENTE

LA THÉORIE DES FILES D ATTENTE LA THÉORIE DES FILES D ATTENTE Origine de la théorie de la fille d attente Cette théorie est une approche mathématique permettant d analyser les files d attente. Elle est basée sur l étude des équipements

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France La monnaie Offre et demande de monnaie Financement de l économie La monnaie 1. La masse monétaire: mesure 2. La création monétaire o le multiplicateur monétaire 3. Le rôle de la monnaie sur l économie

Plus en détail

L année 1986, peut être considérée comme le début d une césure avec un mode de gestion, monétaire et financier, qualifié d administré.

L année 1986, peut être considérée comme le début d une césure avec un mode de gestion, monétaire et financier, qualifié d administré. Principales réformes du système financier tunisien 1. Réformes du secteur bancaire Le secteur bancaire tunisien a fait l'objet d'une succession de réformes depuis le milieu des années 80. La réforme de

Plus en détail

Budget fédéral de 2015

Budget fédéral de 2015 Mémoire de l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Budget fédéral de 2015 à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2014 1 RÉSUMÉ L Association

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis?

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Résumé : - Le prix des actions sur le marché américain fluctue autour des $30 depuis les années 1930, ceci grâce à la pratique régulière

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières 1 Licence 3 Gestion ESDHEM PARIS 2015 Sabrina CHIKH Déroulé 2 n 16H n 4 séances de 4 heures, 4 thèmes n Cours / applications n Evaluation : un contrôle continu à chaque séance

Plus en détail

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Prise de position de l Öbu, 23.12.14 9 mai, Forum ö

Plus en détail

Financement sur le marché des capitaux

Financement sur le marché des capitaux SIX Group SA Selnaustrasse 30 Case postale 1758 CH-8021 Zurich www.six-group.com Contact: Media Relations pressoffice@six-group.com Financement sur le marché des capitaux Principes Processus Avantages

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi I. Chômage et marché du travail 1/ le schéma standard Economie découverte. Plan thème 2. L emploi - Définitions et graphiques : offre et demande de travail ; prix ou coût du travail. - Déterminants de

Plus en détail

OECD Skills Strategy Spotlight Better Skills, Better Jobs, Better Lives 06

OECD Skills Strategy Spotlight Better Skills, Better Jobs, Better Lives 06 Concevoir des politiques fiscales propices à l acquisition de compétences La conception du système fiscal exerce une influence considérable sur le niveau des compétences au sein des économies de l OCDE,

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 748 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 août 2012 PROPOSITION DE LOI relative à un meilleur encadrement du crédit à la consommation et au traitement du

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Ordre du jour Développements en 2014 Amélioration majeure Avantages sociaux futurs Améliorations

Plus en détail

La réforme de l organisation prudentielle

La réforme de l organisation prudentielle Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd

Plus en détail

Circulaire Répartition des risques Exigences de fonds propres relatives aux garanties et dérivés de crédit

Circulaire Répartition des risques Exigences de fonds propres relatives aux garanties et dérivés de crédit Circulaire Répartition des risques Exigences de fonds propres relatives aux garanties et dérivés de crédit Explications de la Commission fédérale des banques Explications de la Commission fédérale des

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Outils de la création d entreprise TD 1 & 2

Outils de la création d entreprise TD 1 & 2 Valeur acquise (puissance > 0) Une somme Une suite d annuités constantes Cn = C(1+i) n Fin période : Début période : Valeur actuelle Puissance < 0 ( ) C0 = C(1+i) -n Fin période : Début période : ) ( Emprunt

Plus en détail

Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle financée?

Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle financée? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.2. Comment l activité économique est-elle

Plus en détail

- l interdiction de prêter de l argent (avec intérêts) à des tiers.

- l interdiction de prêter de l argent (avec intérêts) à des tiers. Circulaire du directeur des contributions L.G.-A n 55 du 12 janvier 2010 L.G.-A n 55 45/1 L.I.R. n / Eval. n 55 / I.C.C. n 38 97/2 Objet : Finance islamique 1. Généralités La finance islamique se rapporte

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds équilibrés Fonds de revenu mensuel TD Fonds de revenu équilibré TD Fonds de revenu mensuel diversifié TD Fonds de croissance équilibré TD Fonds de revenu de dividendes

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Dans la section précédente, nous avons généralisé notre discussion de l'influence de divers facteurs sur le comportement des taux

Plus en détail