L artiste. Spectacle vivant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L artiste. Spectacle vivant"

Transcription

1 L artiste Du Spectacle vivant

2 L artiste du spectacle vivant Il peut être : - Salarié - Inscrit au registre du commerce - Auto- entrepreneur - Bénévole / Amateur

3 L artiste salarié L article L (anc. L.762-1) du code du travail dispose que Tout contrat par lequel une personne physique ou morale s'assure, moyennant rémunération, le concours d'un artiste du spectacle en vue de sa production, est présumé être un contrat de travail dès lors que cet artiste n'exerce pas l'activité, objet de ce contrat, dans des conditions impliquant son inscription au registre du commerce. En termes plus simples : En situation de scène, dès qu il y a transaction financière, l artiste a dans la plupart des cas, le statut de salarié, s il n a pas la qualité de travailleur indépendant, y compris s il est étranger.

4 Le spectacle vivant professionnel Trois critères - Présence d au moins un artiste du spectacle percevant une rémunération - Une représentation en public (composé de la présence physique de spectateurs ) - une œuvre de l esprit (*). Si l un de ces 3 critères fait défaut, ou si le cadre n est pas celui prévu par le C. du Commerce, il ne s agit pas d un spectacle vivant professionnel. Dès lors, les dispositions issues de l ord. de 1945 relatives au spectacle vivant ne sont pas applicables. N entrent pas dans la catégorie de spectacle vivant : «les spectacles sportifs, les corridas, les spectacles enregistrés, l'organisation de défilés de mannequins» (circulaire du 13 juillet 2000, chap. II, 1.1.)

5 (*) définition de l œuvre de l esprit: C est une création intellectuelle, reflet de la personnalité de son auteur, ayant fait l objet d une concrétisation de forme, même sommaire. On peut en trouver une définition plus précise, mais non exhaustive, sous forme de liste : «les œuvres dramatiques ou dramatico-musicales, les œuvres chorégraphiques, les numéros et tours de cirque, les pantomimes, les compositions musicales avec ou sans paroles» L CPI

6 L artiste intermittent du spectacle Artiste est un métier, intermittent c est un régime social L artiste intermittent est un travailleur salarié à employeurs multiples, qui connaît des périodes alternativement d activité et d inactivité. Un challenge : Atteindre le seuil d ouverture des droits 507 heures en 10 mois ½

7 l artiste inscrit au registre du commerce Il s'agit d'artistes du spectacle qui exercent leur activité dans des conditions impliquant leur inscription au registre du commerce. Ces artistes participent aux risques financiers et économiques du spectacle. Ils courent le risque d'une contribution aux pertes en contrepartie d'une vocation aux bénéfices. Dans le cas du spectacle vivant, ils doivent obligatoirement détenir la licence de spectacle. Les formalités liées à la déclaration d'une activité d'artiste- entrepreneur de spectacles doivent être accomplies auprès du centre de formalités de la Chambre de Commerce et d Industrie.

8 l artiste auto-entrepreneur L artiste du spectacle vivant peut être auto-entrepreneur Pour mener une activité accessoire L artiste du spectacle vivant ne peut être auto-entrepreneur En raison de son affiliation au régime général La présomption de salariat est contraire à l utilisation du régime d auto-entrepreneur

9 L artiste bénévole/amateur Le» décret de 1953, qui organise la pratique amateur n est ni applicable, ni appliqué. Pour cette raison, il est plus cohérent de dire que les artistes non rémunérés,exerce une activité bénévole et non une activité amateur. Le bénévolat est réservé aux organismes à but non lucratifs. Il pourrait être requalifié en travail dissimulé dans toute autre forme d entreprise dès lors que «la réalisation a lieu avec le recours à la publicité en vue de la recherche de clientèle». Pas de bénévolat dans un café ou pour une collectivité locale. Le bénévole ne doit recevoir aucune rémunération: en numéraire, ou en avantage en nature (repas, logement, véhicule de fonction, matériel ) Mais il peut être remboursé de ses frais (dépenses réelles et justifiées).

10 L artiste bénévole/amateur (suite) Il n est soumis à aucune subordination juridique (contrat écrit, obligations horaires, sanctions, ordres ou directives, obligation de rendre des comptes). La requalification en travail salarié reposera sur l existence d un lien de subordination juridique entre le «pseudo» bénévole et la structure d accueil ainsi que la nécessité de sa présence pour le fonctionnement. L amateur peut être bénévole ou salarié (cachets)

11 La rémunération des artistes - salariés En situation de spectacle Toutes les périodes de travail correspondant à un emploi d artiste du spectacle vivant sont déclarées en cachets. (possibilité d être payé en heures pour les répétitions) Le cachet est une rémunération forfaitaire indépendante du nombre d heures réellement effectuées par l artiste. Le montant du cachet doit être conforme aux conventions collectives. La règle de valorisation des cachets à 8 ou 12 heures, adoptée par le régime d assurance chômage des intermittents du spectacle, ne signifie pas que les artistes ont réellement travaillé 12 heures ou 8 heures. Le montant du cachet versé à un artiste peut donc être inférieur à 12 heures x smic sans que l employeur commette une irrégularité visà-vis de la réglementation du smic.

12 Abattement pour frais professionnel Il est de : - 25% pour les artistes dramatiques, lyriques, cinématographiques, chorégraphiques -20% pour les artistes musiciens, choristes, chefs d orchestre Après accord du salarié, l employeur a le choix entre deux solutions: - opter pour l abattement. Dans ce cas, il devra inclure au salaire brut les remboursements de frais professionnels (sauf exception) et donc payer des charges sur les frais professionnels. - ne pas opter pour l abattement Par ailleurs, l abattement pour frais professionnels ne peut pas conduire à calculer les cotisations de sécurité sociale sur une assiette inférieure au SMIC. Avant d opter pour l une ou l autre des deux possibilités, il faut prendre le temps d étudier les conséquences des décisions prises.

13 La Rémunération des artistes - salariés Hors spectacle vivant L artiste, enseignant dans le cadre d ateliers artistiques doit être payé au régime général parce qu il est en situation de formation et non en situation de spectacle (voir définition du spectacle vivant). En effet, seules les représentations relevant d une activité d artiste doivent être déclarées en cachet. Depuis le 1er janvier 2004, 55 heures (90h pour les + de 50 ans) d enseignement peuvent être prises en compte pour le calcul des 507 heures requises pour bénéficier du régime de l intermittence à la condition que ces heures soient dispensées dans un établissement d enseignement agréé y compris les structures de droit privé bénéficiant de financement public et les structures dispensant un enseignement artistique dans le domaine du spectacle vivant.

14 La Rémunération des artistes - salariés Dans l action culturelle Présentation du travail artistique en lien avec la création en cours Le paiement s effectue en heures et non en cachet Les heures pourraient être intégrées au régime intermittent à la condition qu il s agit bien d un travail de création et s il y a une présentation publique de l action culturelle réalisée.

15 Les conventions collectives La rémunération des artistes doit respecter les minimas sociaux des conventions collectives. Qu est-ce qu une convention collective? Une convention collective est un accord écrit entre une ou plusieurs organisations syndicales de salariés et une ou plusieurs organisations syndicales d employeurs. La convention collective s applique obligatoirement si l un des critères suivants est rempli : L employeur est adhérent à une organisation syndicales signataire L employeur décide de l appliquer volontairement La convention collective a été étendue par un arrêté du ministère du travail et l employeur rentre dans son champ d application

16 Les principales conventions collectives du spectacle La Convention collective du secteur public Les Conventions collectives du secteur priver Pour savoir si on relève de la convention du secteur public (syndéac) L entreprise est-elle une structure du droit public (collectivité-territoriale, régie, epa, épic)? L entreprise est de droit privé mais la direction est nommée par une collectivité territoriale ou par l Etat L entreprise est de droit privé mais il y a un représentant d une collectivité territoriale ou l Etat dans ses instances- L entreprise est de droit privé mais est-elle titulaire d un label décerné par l Etat? L entreprise est-elle subventionnée par l Etat ou par une collectivité territoriale? S il y a une réponse positive à l une de ces questions, la structure relève de la convention du secteur public : le syndéac

17 Convention collective du secteur publique Entreprises artistiques et culturelles, dites «SYNDEAC» N 3226 La convention collective des entreprises artistiques et culturelles règle les rapports entre : le personnel artistique, technique et administratif, à l exception du personnel de l État et des collectivités territoriales, et les entreprises artistiques et culturelles de droit privé (quel que soit leur statut) et de droit public dont l activité principale est la création, la production ou la diffusion de spectacles vivants, subventionnées directement (fonctionnement) par l État et/ou les collectivités territoriales (Régions, Départements, Communes). Code Naf : (anciennement 923 A) 9001 Z 9003 A 9003 B. (anciennement 923 D) 9004 Z 7986 Z

18 Conventions collectives du secteur privé Sont considérées relevant du secteur privé, Sont considérées relevant du secteur privé, toute les entreprises ne faisant pas partie du secteur publique

19 Chanson, variétés, jazz, musiques actuelles, dite «PRODISS» N 3277 Cette convention collective réglemente les rapports, les conditions de travail les salaires entre le personnel artistique, technique et administratif et les entreprises commerciales ou associatives du secteur privé des spectacles vivants de chansons, variétés, jazz, musiques Actuelles, se livrant à des activités d exploitant de lieux de spectacles vivants. Code Naf : (anciennement 923 A) 9001 Z 9003 A 9003 B. (anciennement 923 B) 9002 Z (anciennement 923 D) 9004 Z 7986 Z

20 Théâtres privés. N 3268 La convention collective nationale des théâtres privés fixe les rapports, les conditions de travail et de salaire, ainsi que les questions qui en découlent, pour tous les employeurs d une part, et les salariés d autre part. Elle le fait pour toutes entreprises en lieux fixes, privées, non directement subventionnées de façon régulière par l État et/ou les collectivités territoriales. Code Naf : 923 A, 923 B, 923 D, 923 J, 9001 Z, 9004 Z

21 Artistes interprètes des entreprises de spectacles, dite «Tourneurs» ou «SNES». N 3277 Cette convention collective organise les rapports entre les artistes interprètes dramatiques, lyriques, chorégraphiques, marionnettistes et de variétés et les entrepreneurs de spectacles organisant des tournées Elle réglemente les rapports, les conditions de travail et les salaires entre le personnel artistique, technique et administratif et les entreprises commerciales ou associatives du secteur privé, des spectacles vivants de chansons, variétés, jazz, musiques actuelles, se livrant à des activités d exploitant de lieux de spectacles, producteurs, d entrepreneurs de tournées, diffuseurs de spectacles vivants. Code Naf : 9001 Z, 9002 Z, 9004 Z.

22 Autres conventions collectives La convention collective nationale des espaces de loisirs La convention collective nationale des artiste interprètes engagés pour des émissions de télévision

LES CONVENTIONS COLLECTIVES DU SPECTACLE VIVANT

LES CONVENTIONS COLLECTIVES DU SPECTACLE VIVANT GÉNÉRALITÉS La convention collective est un accord conclu entre un ou plusieurs syndicats de salariés et un ou plusieurs syndicats ou groupement d employeurs. Les employeurs membres d un syndicat signataire

Plus en détail

LES COLLABORATEURS OCCASIONNELS EXTERIEURS

LES COLLABORATEURS OCCASIONNELS EXTERIEURS FICHE OUTILS LES COLLABORATEURS OCCASIONNELS EXTERIEURS Source & Mise à jour du «Guide de la réglementation des activités associatives occasionnelles» édition 2005 Collection Outils SARA Rédigé par Maïlis

Plus en détail

Organisateur de spectacle vivant

Organisateur de spectacle vivant Organisateur de spectacle vivant Vous organisez une manifestation culturelle? Festival, concert, musique, spectacle de rue, théâtre, danse, bal, anniversaire... L engagement d artistes ou de techniciens

Plus en détail

PORTAGE SALARIAL EXTERNALISATION DE LA PAYE PRODUCTION DE SPECTACLES LES PRATIQUES & LES LIMITES

PORTAGE SALARIAL EXTERNALISATION DE LA PAYE PRODUCTION DE SPECTACLES LES PRATIQUES & LES LIMITES PORTAGE SALARIAL EXTERNALISATION DE LA PAYE PRODUCTION DE SPECTACLES LES PRATIQUES & LES LIMITES DOCUMENT RÉALISÉ ET DIFFUSÉ PAR LE PÔLE DE COOPÉRATION POUR LES MUSIQUES ACTUELLES EN PAYS DE LA LOIRE

Plus en détail

le statut de l artiste et les cumuls d activités

le statut de l artiste et les cumuls d activités Association départementale pour le développement des arts vivants dans le Morbihan Fiche 19 Le statut de l artiste le statut de l artiste et les cumuls d activités Le statut de l artiste du spectacle 1)

Plus en détail

Article 1 : Champ du présent accord

Article 1 : Champ du présent accord PROJET D ACCORD PROFESSIONNEL RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE DANS LES BRANCHES DU SPECTACLE En application des articles L.5424-22 et suivants du Code du travail, le présent accord vise à définir

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-126

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-126 PARIS, le 25/08/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-126 OBJET : Frais professionnels Arrêté du 25 juillet 2005 modifiant l arrêté du 20 décembre

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE

CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE ENTRE LES SOUSSIGNES Nom/prénom : Pseudonyme : Adresse : Téléphone : Ci-après dénommé «LE MANDANT» D UNE PART, ET Dénomination sociale de l'entreprise : dont le siège social

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

LE CONTRAT DE LOCATION DE SALLE

LE CONTRAT DE LOCATION DE SALLE LE CONTRAT DE LOCATION DE SALLE Les Salles de Musiques Actuelles sont exploitées par des structures culturelles (associations ou sociétés commerciales ou régies) dans des locaux et avec des équipements

Plus en détail

Le statut social. L agessa. p. 67

Le statut social. L agessa. p. 67 Le statut social L agessa p. 67 Les auteurs bénéficient d une couverture sociale sur les droits d auteur depuis 1977. En effet, les droits d auteur font l objet de prélèvements de cotisations sociales

Plus en détail

le bénévolat Points de repères réglementaires

le bénévolat Points de repères réglementaires Fiche 18 Le bénévolat Association départementale pour le développement des arts vivants dans le Morbihan le bénévolat Points de repères réglementaires «Le bénévole est une personne qui fait quelque chose

Plus en détail

Salaire des apprentis

Salaire des apprentis Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 35.13 20/12/2013 Salaire des apprentis Au 1 er janvier 2014 Le relèvement du SMIC au 1 er janvier 2014 entraine également des conséquences

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS)

REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS) Ville et CCAS REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS) page 1/8 Sommaire OUVERTURE DU COMPTE EPARGNE TEMPS ALIMENTATION DU COMPTE EPARGNE TEMPS CAS PARTICULIER DES AGENTS ANNUALISÉS UTILISATION

Plus en détail

Sommaire. Les principes de base 4. Vous débutez votre activité 7. Vous déclarez vos revenus 9. Vous réglez vos cotisations 10

Sommaire. Les principes de base 4. Vous débutez votre activité 7. Vous déclarez vos revenus 9. Vous réglez vos cotisations 10 Février 2016 3 Sommaire Les principes de base 4 Vous débutez votre activité 7 Vos démarches Vos droits Le précompte Vous déclarez vos revenus 9 La dispense de précompte Vous réglez vos cotisations 10

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr Le contrat de travail temporaire schassigneux@yahoo.fr 1 Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission,

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

Les statuts pour travailler

Les statuts pour travailler Réunion de secteur Les statuts pour travailler Le statut de bénévole Le statut de volontaire Le statut d indépendant Le statut de salarié Le volontariat service civique Possibilité de bénéficier de l agrément

Plus en détail

[ Entreprise & administration ] Les employeurs d artistes. du spectacle vivant À JOUR AU

[ Entreprise & administration ] Les employeurs d artistes. du spectacle vivant À JOUR AU [ Entreprise & administration ] Les employeurs d artistes du spectacle vivant À JOUR AU 1 er janvier 2009 V ous êtes employeur d artistes du spectacle. Vous pouvez bénéficier de dispositions particulières

Plus en détail

Avantages en nature et frais professionnels

Avantages en nature et frais professionnels Pégase 3 Avantages en nature et frais professionnels Dernière révision le 08/01/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Définitions...4 Les avantages en nature... 4 Les frais professionnels

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 16/02/2001 Origine : DDRI MMES et MM les Directeurs. des Caisses Primaires d'assurance Maladie. des Caisses Générales

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-091

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-091 MONTREUIL, le 29/12/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-091 OBJET : Stagiaires convention tripartite - gratification titres restaurant

Plus en détail

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE 7 ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE Il est apparu opportun au Conseil national de réactualiser ces contrats, qui constituent des contrats de travail à durée indéterminée, au regard des

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF DU 20 DÉCEMBRE 2006

ACCORD COLLECTIF DU 20 DÉCEMBRE 2006 MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel GARANTIES COLLECTIVES ET OBLIGATOIRES POUR L ENSEMBLE DES INTERMITTENTS DU SPECTACLE (20 décembre

Plus en détail

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL Journal officiel du 16 juin 2011 Arrêté du 15 juin 2011 portant agrément des accords relatifs aux annexes I à XII au règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 009 Le groupement d emplloyeurs AVANT PROPOS Le code du travail offre la possibilité aux petites et moyennes entreprises de constituer

Plus en détail

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques DROIT > Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques Décembre 2014 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy LE STATUT FISCAL DE L ORDRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy Session de formation Tours Les 4, 5 et 6 juin 2015 I) FONCTIONS ET ACTIVITES

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015 Les salaires minima applicables à compter du 1 er novembre 2015 CCN n 3241 En résumé : L avenant n 22 sur les salaires minima signé le 16 avril 2015 est applicable à partir du 1 er novembre 2015, pour

Plus en détail

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE PREAMBULE Radio France est une société nationale de programme qui conçoit,

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE 09/09/09 LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE fiches pratiques SOMMAIRE introduction le cumul emploi-retraite dans le régime général de la sécurité sociale 1. Conditions d ouverture du droit au cumul

Plus en détail

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de : service public www.mlbs.fr Thème 3 LA REMUNERATION

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de : service public www.mlbs.fr Thème 3 LA REMUNERATION Thème 3 LA REMUNERATION Comment le salaire est-il fixé? Généralement déterminé en fonction de la qualification du salarié et de l emploi occupé, le salaire peut être calculé : au temps, en fonction de

Plus en détail

Accueillir un stagiaire TIC Santé. La réglementation des stages

Accueillir un stagiaire TIC Santé. La réglementation des stages Accueillir un stagiaire TIC Santé La réglementation des stages Les textes de référence La Loi n 2014-788 du 10 juillet 2014 tendant au développement, à l encadrement des stages et à l amélioration du statut

Plus en détail

La réduction. des cotisations patronales. À jour au 1 er janvier 2014

La réduction. des cotisations patronales. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) La réduction des cotisations patronales À jour au 1 er janvier 2014 Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques 2 La réduction

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 10 La Sociiétté des autteurrs,, composiitteurrs ett édiitteurrs de musiique ((SACEM)) AVANT PROPOS Cette notice d information a pour

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL : LES CHIFFRES CLÉS

CONVENTIONS COLLECTIVES DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL : LES CHIFFRES CLÉS DROIT CONVENTIONS COLLECTIVES DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL : LES CHIFFRES CLÉS JANVIER 2015 BIS Département Ressources professionnelles LE CND Un centre d art pour la danse 1, rue Victor-Hugo

Plus en détail

AVENANT DU 6 FÉVRIER 2015

AVENANT DU 6 FÉVRIER 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 8723. TRAVAUX D AMÉNAGEMENT ET D ENTRETIEN FORESTIERS (Gironde, Landes et Lot-et-Garonne)

Plus en détail

Consultable sur le site www.cosmos.asso.fr. Réalisation : Yolande Jaberg Secrétaire Générale. Convention collective nationale du sport 19/12/06

Consultable sur le site www.cosmos.asso.fr. Réalisation : Yolande Jaberg Secrétaire Générale. Convention collective nationale du sport 19/12/06 Consultable sur le site www.cosmos.asso.fr Réalisation : Yolande Jaberg Secrétaire Générale Convention collective nationale du sport 19/12/06 Convention collective nationale du sport (CCNS) L arrêté d

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A. 2011 SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011

Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011 DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011 Mars 2012 Avertissement : Pour cette première publication, le champ d

Plus en détail

DEMANDE DE LICENCE D'ENTREPRENEUR DE SPECTACLES VIVANTS pour une durée de trois ans renouvelable. CADRE RESERVE A l'administration : Pseudonyme :

DEMANDE DE LICENCE D'ENTREPRENEUR DE SPECTACLES VIVANTS pour une durée de trois ans renouvelable. CADRE RESERVE A l'administration : Pseudonyme : n 11781*03 NUMERO DE DOSSIER DEMANDE DE LICENCE D'ENTREPRENEUR DE SPECTACLES VIVANTS pour une durée de trois ans renouvelable STRUCTURES ETABLIES EN FRANCE Ordonnance 45-2339 du 13 octobre 1945 modifiée

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

page 3 page 4 Eléments de contexte Le contrat d apprentissage page 5 L exécution du contrat d apprentissage

page 3 page 4 Eléments de contexte Le contrat d apprentissage page 5 L exécution du contrat d apprentissage Dossier de presse Signature des contrats d apprentissage de l éducation nationale Vendredi 16 octobre 2015 Sommaire Eléments de contexte Le contrat d apprentissage L apprenti La rémunération de l apprenti

Plus en détail

AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988

AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988 AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988 RELATIF AUX MINIMA CONVENTIONNELS, A LA MISE EN PLACE D UNE

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 Objet : travail à temps partiel dans la branche du sport Les partenaires sociaux de la branche du sport se sont mis d accord sur un aménagement conventionnel du droit

Plus en détail

Présentation du nouvel avantage fiscal tel qu'il résulte de la loi du 21 août 2007. Proposition du Gouvernement de majorer ce nouvel avantage

Présentation du nouvel avantage fiscal tel qu'il résulte de la loi du 21 août 2007. Proposition du Gouvernement de majorer ce nouvel avantage Majoration du taux du crédit d impôt sur le revenu au titre des intérêts des prêts souscrits pour l acquisition ou la construction de l habitation principale Actuellement, 56 % des ménages français sont

Plus en détail

Apprentis. Décret n 92-1258 du 30 novembre 1992 pris en application de la loi n 92-675 du 17 juillet 1992

Apprentis. Décret n 92-1258 du 30 novembre 1992 pris en application de la loi n 92-675 du 17 juillet 1992 Le 31 juillet 2013 Référence : Loi n 92-875 du 17 juillet 1992 portant diverses dispositions relatives à l apprentissage, à la formation professionnelle et modifiant le code du travail. Décret n 92-1258

Plus en détail

Votre allocation de chômage, artistes et techniciens...

Votre allocation de chômage, artistes et techniciens... Notice DAJ 168 Mise à jour UNIjuridis décembre 2008 Sommaire Votre allocation de chômage, artistes et techniciens... Conditions pour bénéficier de l'allocation Avoir travaillé 507 heures ou plus au cours

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES GROUPE

RESSOURCES HUMAINES GROUPE BILAN SOCIAL 2014 BNP PARIBAS SA RESSOURCES HUMAINES GROUPE La banque d un monde qui change SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p

Plus en détail

NVCC n 3090. Annexe Annexe II : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson, variétés, jazz, musiques actuelles

NVCC n 3090. Annexe Annexe II : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson, variétés, jazz, musiques actuelles NVCC n 3090 Annexe Annexe II : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles de chanson, variétés, jazz, musiques actuelles Préambule Détermination des annexes par secteur d activité Le

Plus en détail

Questions Réponses n 3 AVANTAGES EN NATURE

Questions Réponses n 3 AVANTAGES EN NATURE Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées DSS SDFSS Bureau 5B Mise en œuvre de la réforme sur les avantages en nature

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

Les conventions collectives applicables dans le secteur culturel

Les conventions collectives applicables dans le secteur culturel Les conventions collectives applicables dans le secteur culturel Janvier 2008 Avec le soutien de Fonds social européen LES CONVENTIONS COLLECTIVES APPLICABLES DANS LE SECTEUR CULTUREL Janvier 2008 Sommaire

Plus en détail

Relatif à la comptabilisation du droit individuel à la formation DIF

Relatif à la comptabilisation du droit individuel à la formation DIF CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004 - F DU 13 OCTOBRE 2004 DU COMITÉ D URGENCE Relatif à la comptabilisation du droit individuel à la formation DIF Sommaire : 1. - Dispositif du DIF 2. - Comptabilisation

Plus en détail

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat Document établi le 12/07/2011 Sommaire La fiscalité des associations Les déclarations de résultat Le sponsoring et le mécénat L obligation de nomination du commissaire aux comptes La rémunération de salariés

Plus en détail

Fonctionnaires, agents non titulaires, ouvriers des établissements industriels de l État.

Fonctionnaires, agents non titulaires, ouvriers des établissements industriels de l État. Le cumul d activités dans la fonction publique Par Stéphanie Ricatti L article 25 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983, portant droits et obligations des fonctionnaires, dans sa rédaction issue des lois

Plus en détail

RESEAU pour PERSONNES AGEES du PAYS LUNEVILLOIS

RESEAU pour PERSONNES AGEES du PAYS LUNEVILLOIS RESEAU pour PERSONNES AGEES du PAYS LUNEVILLOIS Réseau pour Personnes Agées du Pays Lunévillois Statuts Page 1 Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du

Plus en détail

AVENANT N O 3 DU 19 JANVIER 2006 (1)

AVENANT N O 3 DU 19 JANVIER 2006 (1) MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national EXPLOITATIONS ET ENTREPRISES AGRICOLES (EMPLOI) (2 octobre 1984) (Etendu par arrêté du 31 mai 1994, Journal officiel

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE

LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE LES CONDITIONS D EMPLOI DANS UN GE Le GE doit avant tout être considéré comme un employeur comme les autres pour lequel les règles du droit commun et conventionnelles s appliquent pleinement. Toutefois,

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE D ENTREPRISE CARREFOUR Réactualisée août 2014

CONVENTION COLLECTIVE D ENTREPRISE CARREFOUR Réactualisée août 2014 180 181 182 Cet article est complété par les articles 6-1 et 6-3 de l accord NAO 2014 183 Cet ar est complété l article 6-2 l accord N 2014 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

Le coin des conventions

Le coin des conventions ACCORD 2001-01 De la branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif Loi Aubry 2 Le travail intermittent La notion de travail intermittent a été introduite par l article 14 de la

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

Conditions générales de l Afdas

Conditions générales de l Afdas Conditions générales de l Afdas Version du 30 juillet 2015 Les présentes conditions s appliquent à l ensemble des acteurs : entreprises adhérentes à l Afdas, organismes de formation ou prestataires, bénéficiaires

Plus en détail

Fiche de synthèse de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS)

Fiche de synthèse de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Fiche de synthèse de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Définition La CCNS règle sur l ensemble du territoire, y compris dans les DOM, les relations entre les employeurs et les employés

Plus en détail

Le cumul d activités des agents publics

Le cumul d activités des agents publics Le cumul d activités des agents publics Références : Loi n 83-634 du 13 juillet 1983, modifiée par la loi n 2007-148 du 2 février 2007, portant droits et obligations des fonctionnaires (article 25) Décret

Plus en détail

Décret n 79/096 du 21 mars 1979 fixant les modalités d'exercice de la médecine du travail

Décret n 79/096 du 21 mars 1979 fixant les modalités d'exercice de la médecine du travail Décret n 79/096 du 21 mars 1979 fixant les modalités d'exercice de la médecine du travail LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Vu la Constitution du 2 juin 1972 modifiée et complétée par la loi n 75/1 du 9 mai

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION INDIVIDUELLE D EMPLOI

DEMANDE D AUTORISATION INDIVIDUELLE D EMPLOI Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Veuillez remplir ce questionnaire le plus complètement et précisément possible en le complétant si besoin sur papier

Plus en détail

RESUME : A compter du 1 er septembre 2009, participation des animateurs de gymnastique volontaire au régime d assurance chômage.

RESUME : A compter du 1 er septembre 2009, participation des animateurs de gymnastique volontaire au régime d assurance chômage. Titre CIRCULAIRE N 2009-24 du 14 septembre 2009 Objet SITUATION DES ANIMATEURS DE CLUBS DE GYMNASTIQUE VOLONTAIRE AU REGARD DU REGIME D ASSURANCE CHOMAGE Origine Direction des Affaires Juridiques ACE-INSR0021

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3156 Convention collective nationale IDCC : 2149. ACTIVITÉS DU DÉCHET (7 e édition. Juillet 2002) ACCORD

Plus en détail

AIDES A LA CREATION Règles d'attribution ( 1 )

AIDES A LA CREATION Règles d'attribution ( 1 ) AIDES A LA CREATION Règles d'attribution ( 1 ) I REGLES GENERALES Les subventions d'aide à la création à la diffusion du spectacle vivant et à la formation d'artistes sont attribuées par la SCPP dans le

Plus en détail

BACHELOR TOURISME Spécialisation Hébergement

BACHELOR TOURISME Spécialisation Hébergement Formations en Alternance BACHELOR TOURISME Spécialisation Hébergement Guide pratique sur les Contrats de Professionnalisation GROUPE SUP DE CO LA ROCHELLE Le Contrat de Professionnalisation Les employeurs

Plus en détail

2016 TAXE D APPRENTISSAGE FICHES PRATIQUES

2016 TAXE D APPRENTISSAGE FICHES PRATIQUES 2016 TAXE D APPRENTISSAGE FICHES PRATIQUES ENSEMBLE POUR FINANCER LA FORMATION DES JEUNES Sommaire 1.1 La taxe d apprentissage (TA) : définition...3 1.2. La taxe d apprentissage : assiette et décomposition...5

Plus en détail

>Conventions collectives dans le spectacle vivant et l audiovisuel : Les chiffres clés

>Conventions collectives dans le spectacle vivant et l audiovisuel : Les chiffres clés DROIT >Conventions collectives dans le spectacle vivant et l audiovisuel : Les chiffres clés > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01

Plus en détail

PERIODE DE DECOUVERTE D UNE PROFESSION

PERIODE DE DECOUVERTE D UNE PROFESSION PERIODE DE DECOUVERTE D UNE PROFESSION CONVENTION INFORMATION PREALABLE L article L332-3-1 du Code de l Education, issue de la loi dite CHERPION, dispose que : «Des périodes d'observation en entreprise

Plus en détail

Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire

Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire 1. Les non-salariés qui déclarent un bénéfice... 3 1.1. Les NSA au réel... 3 1.1.1. Les conditions d accès propres... 3 1.1.2.

Plus en détail

Compte-rendu de la journée d information professionnelle

Compte-rendu de la journée d information professionnelle 32 rue Yves Toudic 75010 Paris tel : 01 53 34 64 15 tram-idf@wanadoo.fr www.tram-idf.fr Compte-rendu de la journée d information professionnelle Contrats et rémunérations : pratiques et usages dans les

Plus en détail

Convention collective Spectacle Vivant Privé - mise à jour des prévoyances des permanents -

Convention collective Spectacle Vivant Privé - mise à jour des prévoyances des permanents - Convention collective Spectacle Vivant Privé - mise à jour des prévoyances des permanents - Attention, ce courrier ne concerne que les entreprises du spectacle vivant privé et non celles du spectacle vivant

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DU BENEVOLAT

ASPECTS JURIDIQUES DU BENEVOLAT ASPECTS JURIDIQUES DU BENEVOLAT Qu est-ce qu un bénévole? Personne qui participe volontairement à l administration ou à l activité d une association sans recevoir en contrepartie une quelconque rémunération

Plus en détail

Comment financer la procédure de VAE au Diplôme d État de professeur de musique? 1. La recherche de financement dans le cadre de la procédure de VAE

Comment financer la procédure de VAE au Diplôme d État de professeur de musique? 1. La recherche de financement dans le cadre de la procédure de VAE CEFEDEM de Normandie Etablissement d Enseignement Supérieur habilité par l Etat à délivrer le Diplôme d Etat de professeur de musique 27 rue Pierre Corneille - 76800 SAINT- ÉTIENNE- DU- ROUVRAY Comment

Plus en détail

Conditions de prise en charge

Conditions de prise en charge Fiches statut Positions administratives - Activité 1/29/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr FRAIS DE TRANSPORT DOMICILE LIEU DE TRAVAIL Conditions de

Plus en détail

Social 10,4 7,8 6,1. Santé 4,1 4,2 0 2,6 2,6 3

Social 10,4 7,8 6,1. Santé 4,1 4,2 0 2,6 2,6 3 Création graphique : ville de Serris - Imprimé sur du papier norme PEFC livret benevoles 2011:Mise en page 1 15/11/11 15:19 Page 2 Le bénévolat se définit par la diversité sociale et culturelle de ses

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2004-144

LETTRE CIRCULAIRE N 2004-144 PARIS, le 27/10/2004 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2004-144 OBJET : Chèques-disques et chèques-culture attribués par les comités d entreprise.

Plus en détail

DÉCLARER LA PÉNIBILITÉ AU TITRE DE 2015 :

DÉCLARER LA PÉNIBILITÉ AU TITRE DE 2015 : DÉCLARER LA PÉNIBILITÉ AU TITRE DE 2015 : VADEMECUM SIMPLIFIÉ Le dispositif pénibilité se présente comme un ensemble de textes d une complexité inégalée avec un nombre important d incertitudes. Au moment

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

EMPLOIS D AVENIR FICHE DE PRÉSENTATION

EMPLOIS D AVENIR FICHE DE PRÉSENTATION EMPLOIS D AVENIR FICHE DE PRÉSENTATION POUR QUOI? POUR QUI? QUEL TYPE D EMPLOIS? QUEL TYPE D AIDES? QUELLE DÉMARCHE À SUIVRE? POUR ALLER PLUS LOIN 1 POUR QUOI? Faciliter l insertion professionnelle et

Plus en détail

Le détachement transnational

Le détachement transnational Le détachement transnational Les entreprises étrangères On entend par entreprise les travailleurs indépendants et les sociétés, groupements ou toutes autres structures commerciales juridiquement constituées.

Plus en détail

Versement de transport

Versement de transport les infos DAS - n 084 28 juillet 2015 Versement de transport Objectif : financer les transports en commun. Public : les entreprises de plus de 9 salariés en région parisienne ou dans le périmètre d une

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e ARTISTES ET CRÉATION ARTISTIQUE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e ARTISTES ET CRÉATION ARTISTIQUE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4831 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 254 110 24 décembre 22 mai 2009 2014 S o m m a i r e ARTISTES

Plus en détail

Chapitre 3 LEs critères de choix de l'activité professionnelle

Chapitre 3 LEs critères de choix de l'activité professionnelle Chapitre 3 LEs critères de choix de l'activité professionnelle NRC - Droit - 1ère année Document Étudiant Jean-Alain LARREUR Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales

Plus en détail

Convention chômage 2014

Convention chômage 2014 Convention chômage 2014 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 2 juillet 2014 Mise à jour le 13 août 2015

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION

Plus en détail