Plan stratégique Vérificateur général du Québec

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan stratégique 2012-2015 Vérificateur général du Québec"

Transcription

1 Plan stratégique Vérificateur général du Québec Au service de l Assemblée nationale pour une saine gestion des fonds publics, dans la perspective d un développement durable

2 Photo de la page couverture Hôtel du Parlement, Daniel Lessard, Collection Assemblée nationale

3 À l Assemblée nationale, C est avec fierté que je présente aux parlementaires le Plan stratégique de l institution que je dirige. Ce plan décrit nos prochaines orientations, c est-à-dire les enjeux que nous avons circonscrits pour continuer de bien servir l Assemblée nationale, tout en concrétisant notre vision. Il s inscrit dans une optique de continuité avec les plans stratégiques précédents, étant donné que notre mission demeure de favoriser, par la vérification financière et celle de l optimisation des ressources, le contrôle parlementaire sur les fonds et autres biens publics, au bénéfice des citoyennes et des citoyens du Québec dans la perspective d un développement durable. Toutefois, une nouvelle orientation stratégique, soit être un employeur de choix, s y ajoute, compte tenu du défi que nous affrontons en matière de recrutement, de fidélisation et de mobilisation du personnel, défi que nous devons relever dorénavant. Les choix qui ont été faits sont le fruit de rencontres et de discussions avec des membres de la Commission de l administration publique, des dirigeants d entités gouvernementales et le personnel du Vérificateur général. Assister les parlementaires dans leur fonction de contrôle Ce plan stratégique réitère notre intention, en tant qu institution d avant-garde, d être utile et de répondre de notre mieux aux attentes des parlementaires. Pour les assister de manière efficace, nous misons sur la valeur ajoutée de nos travaux et sur le fait qu une attention particulière sera accordée à des sujets directement liés aux enjeux actuels de l Administration publique. De plus, nous poursuivrons nos activités visant à sensibiliser les parlementaires au concept de développement durable et à ses principes. Depuis toujours, nous sommes conscients que notre collaboration avec la Commission de l administration publique est un impératif. Nous poursuivons nos efforts pour maintenir, voire renforcer, cette collaboration privilégiée. Plan stratégique

4 Contribuer à la saine gestion de l administration publique Les gestionnaires de l État reconnaissent l expertise détenue par le Vérificateur général quant aux moyens à préconiser pour exercer une saine gestion. Comme nous voulons augmenter l influence de nos travaux et partager les connaissances acquises par notre personnel, nous entreprendrons des démarches auprès de ceux qui, de près ou de loin, gravitent autour de notre champ d action. Nous mettrons également tout en œuvre pour accroître l application de nos recommandations. Être un employeur de choix La gestion des ressources humaines représente pour le Vérificateur général, comme pour bien d autres organisations, un défi de taille. Pour réaliser notre mission, nous devons disposer d une main-d œuvre de qualité et être considéré comme un employeur de choix. Le défi est, d une part, de fidéliser l effectif et, d autre part, d attirer des candidates et candidats ayant le profil requis. Dans ce contexte, nous prévoyons élaborer une stratégie de gestion des connaissances pour optimiser les compétences de nos employés tout en nous préoccupant de la progression de leur carrière. Améliorer nos pratiques de façon continue L amélioration de nos façons de faire reste un enjeu majeur. La valeur des travaux réalisés par nos différentes équipes repose, entre autres, sur l emploi de technologies de pointe et de méthodes éprouvées. Pour bénéficier des outils les plus performants, nous évaluerons nos processus et nos techniques en faisant appel à l étalonnage. Nous chercherons aussi, à la faveur de cet exercice, à améliorer nos pratiques et à réduire l impact environnemental de nos activités. Les défis qui nous attendent pour les trois prochaines années sont nombreux mais emballants. Je suis convaincu que, grâce au savoir-faire et à l engagement du personnel du Vérificateur général, nous saurons relever ces défis avec succès. Le vérificateur général par intérim, Michel Samson CPA, CA Vérificateur général du Québec

5 Au service de l Assemblée nationale pour une saine gestion des fonds publics, dans la perspective d un développement durable Notre institution Expert dans le domaine de la vérification législative, le Vérificateur général du Québec cherche à susciter des améliorations en matière de gestion publique, et ce, dans la perspective d un développement durable. Pour ce faire, il produit des rapports dans lesquels il communique à l Assemblée nationale et aux parties prenantes ses constatations, ses conclusions et ses recommandations, ainsi que tout autre commentaire qu il juge utile de formuler notamment à l égard des documents d information financière. Ses activités concernent surtout deux grands secteurs, soit la vérification financière et celle de l optimisation des ressources (incluant celle touchant le développement durable) ; une attention est également prêtée à la conformité aux lois et aux règlements. Le Vérificateur général établit lui-même la planification de ses travaux mais, à la demande du gouvernement, il mène aussi des vérifications particulières. Afin de réaliser sa mission, il compte sur le savoir-faire de son personnel, qui est la force de l organisation. Notre mission Notre vision Nos valeurs Notre client Nos partenaires Dans l esprit de la Loi sur le vérificateur général, favoriser, par la vérification financière et celle de l optimisation des ressources, le contrôle parlementaire sur les fonds et autres biens publics, au bénéfice des citoyennes et citoyens du Québec, et ce, dans la perspective d un développement durable. Un employeur recherché, une institution performante et experte au service de l Assemblée nationale pour contribuer à la saine gestion des fonds publics. L indépendance, l objectivité et le respect : nos assises. L exemplarité, la transparence et la rigueur : notre engagement. Le professionnalisme et l intégrité : notre force. L Assemblée nationale et ses commissions. Les autres vérificateurs législatifs. Les organismes de normalisation en vérification, en comptabilité et en gestion. Les cabinets de comptables professionnels agréés. 4 Vérificateur général du Québec Plan stratégique

6 Au service de l Assemblée nationale dans la perspective d un développement durable Contexte et enjeux Le Vérificateur général a pour unique client l Assemblée nationale et ses commissions. Il partage avec cette institution et ces groupes de travail l intérêt de parfaire la gestion de l Administration publique et de favoriser la fiabilité de l information financière produite par les entités gouvernementales. Comme on peut le constater en lisant sa loi constitutive, le champ de compétence du Vérificateur général comprend la vérification des fonds et autres biens publics des organismes publics, des organismes du gouvernement et des entreprises du gouvernement. Il s étend également à la vérification de l utilisation des subventions accordées par un organisme public ou un organisme du gouvernement. Par ailleurs, le Vérificateur général peut agir à titre de vérificateur des états financiers de certains organismes des réseaux de la santé et des services sociaux et de l éducation. Enfin, le commissaire au développement durable, qui relève du Vérificateur général, effectue des vérifications concernant le développement durable, y compris celles touchant l application de la Loi sur le développement durable. La mission du Vérificateur général implique des défis d autant plus grands que, à l égard de divers secteurs d activité, les gestionnaires de l État doivent sans relâche faire face à des enjeux cruciaux, par exemple l emploi judicieux des ressources qu ils sont chargés d administrer. Dans ce contexte, le Vérificateur général oriente ses interventions en fonction de la valeur ajoutée des travaux qu il réalise au profit des parlementaires et selon les pouvoirs qui lui sont donnés par sa loi. Sa capacité à établir des liens entre les multiples observations issues de ces travaux, à en dégager des conclusions rigoureuses et à formuler des recommandations réfléchies concourt à la pertinence ainsi qu à l utilité des rapports qu il dépose à l Assemblée nationale. Au final, ceux-ci constituent une source impartiale d information lors des débats parlementaires, où sont discutées les questions d actualité en matière de gouvernance. Axes d intervention Objectifs Indicateurs Cibles Assister les parlementaires dans leur fonction de contrôle. 1.1 Des travaux à valeur ajoutée Réaliser des travaux portant sur des enjeux majeurs de l Administration publique. Nombre de rapports concernant les secteurs suivants : la santé et les services sociaux ; l éducation ; Chaque année, 1 rapport par secteur. les infrastructures ; les ressources naturelles ; les finances publiques ; 1 orientation Maximiser l utilisation des travaux du Vérificateur général Assurer les parlementaires de la fidélité des états financiers quant au respect des principes comptables généralement reconnus. la mesure de la performance. Nombre de rapports examinés par une commission parlementaire ; Pourcentage des rapports utilisés ou évoqués par l Assemblée nationale dans les 3 années suivant leur publication. Pourcentage des rapports d audit ne contenant aucune restriction. 10 rapports par année. 75 % annuellement. 100 % annuellement Sensibiliser les parlementaires au concept de développement durable et à ses principes. Nombre de commissions parlementaires (autres que la Commission de l administration publique) dont des membres ont participé à une rencontre d information. 2 nouvelles commissions par année. 6 Vérificateur général du Québec Plan stratégique

7 Au service de l Assemblée nationale dans la perspective d un développement durable Contexte et enjeux (suite) Par ailleurs, l Assemblée nationale a donné à la Commission de l administration publique la compétence d entendre, chaque année, les sous-ministres et les dirigeants d organismes pour s assurer que les administrateurs publics rendent des comptes sur leur gestion, notamment à la suite d un rapport du Vérificateur général les concernant. Au terme de ses auditions, la Commission formule elle aussi des recommandations pour les inciter à améliorer leurs pratiques. Au fil du temps, le Vérificateur général a tissé une collaboration privilégiée avec cette commission réunissant des parlementaires compétents, collaboration qu il souhaite maintenir, voire renforcer. Axes d intervention Objectifs Indicateurs Cibles Assister les parlementaires dans leur fonction de contrôle. 1 orientation 1.2 Une collaboration étroite avec la Commission de l administration publique Effectuer un suivi concernant l application des recommandations formulées aux entités par la Commission de l administration publique Expliquer le rôle du Vérificateur général aux nouveaux membres de la Commission de l administration publique S assurer de la satisfaction des membres de la Commission de l administration publique à l égard des travaux du Vérificateur général. Pourcentage des recommandations de la Commission de l administration publique faisant l objet d un suivi. Nombre de membres informés dans les 6 mois suivant leur nomination. Nombre de membres sondés se déclarant satisfaits. 70 % annuellement. Chaque année, tous les nouveaux membres. Chaque année, tous les membres. 8 Vérificateur général du Québec Plan stratégique

8 Pour une saine gestion des fonds publics Contexte et enjeux La mise en œuvre des recommandations du Vérificateur général témoigne de la volonté des instances gouvernementales de toujours faire mieux. Dans cet esprit, les entités visées par ces recommandations élaborent des plans d action, posant ainsi un premier geste significatif de leurs intentions. De son côté, le Vérificateur général s assure d abord que ces plans sont effectivement dressés en temps utile et que leur contenu répond à ses attentes. Ensuite, il mesure le taux d application de ses recommandations. Ce taux traduit l influence concrète du Vérificateur général et des parlementaires sur l amélioration des pratiques de gestion adoptées par les entités gouvernementales. Par ailleurs, le Vérificateur général participe activement à l établissement des normes professionnelles d audit et de comptabilité, en particulier celles qui visent le secteur public. Entre autres, ses employés se joignent régulièrement à des groupes de travail en la matière afin de mettre au point et de réviser les normes régissant l exercice de la profession. Sachant que ses employés détiennent de solides connaissances dans plusieurs domaines liés aux missions et aux activités qu ils accomplissent, le Vérificateur général tient à partager davantage ce bagage collectif avec les responsables de la gouvernance et les acteurs de l Administration publique. Il compte déployer des efforts particuliers pour planifier et réaliser des actions en vue d augmenter les retombées de ses travaux et de communiquer aux parties prenantes le fruit de son expérience et de ses connaissances. Axe d intervention Objectifs Indicateurs Cibles Contribuer à la saine gestion de l administration publique. 2.1 L influence des travaux du Vérificateur général Favoriser l application des recommandations formulées aux entités par le Vérificateur général. Pourcentage des recommandations donnant lieu à des progrès satisfaisants ; Pourcentage des plans d action reçus des entités à la suite d une demande de la Commission de l administration publique et répondant aux attentes du Vérificateur général. 70 % annuellement. 100 % annuellement. 2 orientation Accroître le partage des connaissances du Vérificateur général avec l Administration publique et les responsables de la gouvernance. Nombre d actions mises en œuvre. 3 actions par année, notamment en développement durable. 10 Vérificateur général du Québec Plan stratégique

9 Un employeur recherché, reconnu pour son expertise Contexte et enjeux Plus que jamais, la gestion des ressources humaines représente un défi de taille. Les tendances démographiques (départs massifs à la retraite et déclin de la population active) ainsi que la propension des employés à envisager une plus grande mobilité professionnelle sont parmi les facteurs à considérer. Les risques quant à la capacité des organisations à trouver, à attirer, à motiver et à retenir la main-d œuvre nécessaire à la réalisation de leur mission sont bien réels. Si la mise en œuvre de moyens pertinents et efficaces en la matière est une préoccupation continuelle pour toute entreprise d importance, elle l est d autant plus pour le Vérificateur général, une organisation hautement spécialisée : sa crédibilité et son pouvoir d influence reposent avant tout sur l expertise de ses ressources humaines. Pour conserver sa réputation, cette institution respectée doit continuer de tendre vers l excellence, notamment en recrutant des personnes dont les connaissances et le savoir-faire comblent ses attentes. Elle devra également chercher à fidéliser cette main-d œuvre en lui témoignant sa confiance et sa reconnaissance, mais aussi en donnant à chacune et à chacun l occasion d exploiter et de développer ses forces. L objectif global est de créer un environnement de travail qui valorise et suscite le dépassement. La progression de la carrière, l amélioration des conditions de travail, l arrimage des aspirations du personnel aux besoins de l organisation, la mobilisation de l effectif seront des avenues à explorer au cours des prochaines années dans l optique d appliquer des solutions adéquates. Il faudra redoubler d efforts, compte tenu de la vive concurrence à laquelle le Vérificateur est soumis concernant les profils recherchés ainsi que l attrait soutenu que les autres entités gouvernementales ont à l égard de ses employés. Axes d intervention Objectifs Indicateurs Cibles Être un employeur de choix. 3.1 La consolidation de la main-d œuvre Attirer, dans un délai raisonnable, des personnes détenant l expertise et le profil nécessaires à la réalisation des travaux. Pourcentage des personnes sélectionnées qui acceptent une offre d emploi ; Délai moyen pour pourvoir les postes. 90 % annuellement. 6 semaines dès Renforcer la mobilisation du personnel. Taux de maintien en poste; Moyenne des années d expérience cumulées chez le Vérificateur général ; Indice de satisfaction des employés. 88 % annuellement. 8 années dès orientation 3.2 L optimisation des compétences Soutenir le développement des compétences professionnelles du personnel. Mise au point d une stratégie de gestion des connaissances et des compétences ; Taux d application des mesures incluses dans la stratégie de gestion des connaissances et des compétences ; Moyenne du nombre de jours de formation, par personne. 8 sur 10 d ici Adoption d ici % d ici jours en , en et 9 jours en Vérificateur général du Québec Plan stratégique

10 Une institution performante Contexte et enjeux La qualité des travaux demeure une préoccupation constante pour le Vérificateur général, qu il s agisse de la vérification financière ou de celle de l optimisation des ressources. En fonction de leur expertise, les différentes équipes contribuent à la transparence et à la rigueur de la reddition de comptes des entités gouvernementales ainsi qu à la mise en œuvre des meilleures pratiques. Les membres du personnel se font un devoir d exécuter leurs tâches conformément aux normes professionnelles en vigueur et avec tout le soin voulu. La poursuite de cet objectif d excellence exige d être à l affût et de mettre à profit les outils technologiques de même que les processus de gestion les plus efficaces. Par ailleurs, le Vérificateur général doit tirer le meilleur parti des crédits qui lui sont alloués par le Bureau de l Assemblée nationale et administrer ses ressources de manière exemplaire. C est pourquoi il se propose d évaluer au moyen de l étalonnage les méthodes de travail et les moyens utilisés au sein de l organisation en vue d optimiser sa performance, tout en réduisant l impact environnemental de ses activités. Axes d intervention Objectifs Indicateurs Cibles Améliorer nos pratiques de façon continue. 4.1 Des travaux de qualité Appliquer les meilleures méthodes de travail et disposer d outils technologiques performants en faisant appel à l étalonnage. Pourcentage des travaux évalués répondant aux normes de certification ; Nombre de processus de gestion ou de vérification ainsi que d outils technologiques faisant l objet d une évaluation ; Degré de mise en œuvre des plans d action découlant de l évaluation des processus et des outils technologiques. 100 % annuellement. 2 processus par année. 4 orientation 4.2 Un milieu de travail respectueux de l environnement Diminuer l impact environnemental des activités de l organisation. Élaboration d un cadre de gestion environnementale ; Degré de mise en œuvre du plan d action découlant de l adoption du cadre de gestion environnementale. Mise en œuvre complète selon l échéancier prévu. Adoption en Mise en œuvre complète selon l échéancier prévu. 14 Vérificateur général du Québec Plan stratégique

11 Cette publication est rédigée par le Québec 750, boulevard Charest Est, bureau 300 Québec (Québec) G1K 9J6 Tél. : Téléc. : Montréal 770, rue Sherbrooke Ouest, bureau 1910 Montréal (Québec) H3A 1G1 Tél. : Téléc. : Internet Courriel : Site Web : Le Plan stratégique du Vérificateur général du Québec est disponible dans son site Web. Protection des droits de propriété intellectuelle du Vérificateur général du Québec Quiconque peut, sans autorisation ni frais, mais à la condition de mentionner la source, reproduire sous quelque support des extraits tirés de ce document, sauf s il le fait à des fins de commercialisation. Dans ce cas, une autorisation préalable doit être obtenue auprès du Vérificateur général. La forme masculine employée dans le texte désigne aussi bien les femmes que les hommes, le cas échéant. Le texte de ce document a été imprimé sur un papier québécois contenant 100 % de fibres recyclées postconsommation, certifié Éco-logo, Procédé sans chlore, FSC Recyclé et fabriqué à partir d énergie biogaz. Dépôt légal 2012 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN

12

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Direction générale. www.cmaisonneuve.qc.ca/emploi. Les personnes intéressées ont jusqu au. 28 novembre 2012, à 16 h, pour faire parvenir

Direction générale. www.cmaisonneuve.qc.ca/emploi. Les personnes intéressées ont jusqu au. 28 novembre 2012, à 16 h, pour faire parvenir Reconnu pour la qualité de sa formation, le Collège de Maisonneuve accueille près de 7 000 étudiants, jeunes et adultes inscrits à la formation créditée, et plus de 2 000 personnes y suivent des activités

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 POLITIQUE Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 Adoptée par le conseil d administration le 24 novembre 2011 En vigueur le 24-11-2011 Note : Dans ce document, le générique

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

VISION TRIENNALE. Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1

VISION TRIENNALE. Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1 VISION TRIENNALE 2015 2016 2017 Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1 MESSAGE DE LA JUGE EN CHEF La Cour du Québec prend régulièrement un temps d arrêt pour réfléchir aux actions à poursuivre

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes.

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes. POLITIQUE N O : DSA-RH-219-13-11 Page 1 TITRE Politique cadre relative à la santé globale et au mieux-être au travail. Cette politique réfère aux processus organisationnels du CQA : nos 8 et 9 : Titre

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

2 0 1 5-2 0 2 0 PLANIFICATION STRATÉGIQUE. www.orientation.qc.ca

2 0 1 5-2 0 2 0 PLANIFICATION STRATÉGIQUE. www.orientation.qc.ca PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2 0 1 5-2 0 2 0 1600, boul. Henri-Bourassa Ouest, bureau 520 Montréal (Québec) H3M 3E2 Tél. : 1 800 363-2643 Montréal : 514 737-4717 Télécopieur : 514 737-2172 www.orientation.qc.ca

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

CHARTE INTERGÉNÉRATIONNELLE

CHARTE INTERGÉNÉRATIONNELLE CHARTE INTERGÉNÉRATIONNELLE Sim ulation des travaux parlem entaires de l Assem blée nationale 15 au 17 septembre 2008 Hôtel du Parlement, Québec www.assnat.qc.ca Dépôt légal - Bibliothèque et Archives

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2014. Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Consultations prébudgétaires 2014. Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2014 Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Sommaire Avec 12 000 chercheurs canadiens du domaine de la santé et plus de 35 000 étudiants

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

Politique de gestion financière

Politique de gestion financière Politique de gestion financière Politique adoptée par le comité exécutif, le 30 mars 2012 TABLE DES MATIÈRES AVANT PROPOS... 1 OBJET... 1 1. RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE 1.1 Approbation du budget... 3

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Plan d action pour l intégration des personnes handicapées

Plan d action pour l intégration des personnes handicapées Plan d action pour l intégration des personnes handicapées 1 er avril 2012 Ce document a été préparé par le service de santé et mieux-être au travail d Héma-Québec. 1. INTRODUCTION Dans le cadre de la

Plus en détail

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Méthodologie 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Outil et méthodologie 2 Table des matières 3 Table des matières (suite) 4 Aperçu de l outil Évaluation des capacités de la GI 5 Contexte

Plus en détail

La cartographie des stratégies

La cartographie des stratégies La cartographie des stratégies UTILISATION DES GRILLES STRATÉGIQUES POUR ACCROÎTRE LA PERFORMANCE Cam Scholey Quel est l enjeu? On trouve, dans bien des organisations, un décalage entre la formulation

Plus en détail

RÉSUMÉ. Vous parlez. Nous écoutons. Les choses s améliorent. RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES AVANTAGES ET SERVICES

RÉSUMÉ. Vous parlez. Nous écoutons. Les choses s améliorent. RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES AVANTAGES ET SERVICES Marketing Research and Intelligence Association L Association de la recherche et de l intelligence marketing RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES 2015 RÉSUMÉ ÉVÉNEMENTS ET COURS AVANTAGES

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 AUTEUR Comité d éthique de santé publique RÉDACTEURS Michel Désy France Filiatrault Comité

Plus en détail

Les formulaires de demande sont disponibles à l adresse www.livrescanadabooks.com/mentorat

Les formulaires de demande sont disponibles à l adresse www.livrescanadabooks.com/mentorat Livres Canada Books Programme de Mentorat Aide financière Lignes directrices 2015-2016 Date limite pour la réception des demandes : le mercredi 1 er avril 2015 Les formulaires de demande sont disponibles

Plus en détail

2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013

2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013 Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération 2 Pour l exercice terminé le 31 décembre 2013 Situation du Bureau du vérificateur général Rapport

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mémorandum n 1 Secteur Public Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mars 2012 Sommaire Pratiques et Tendances 2 - Le Baromètre Grant Thornton / Association des Agents Comptables.

Plus en détail

Votre succès notre spécialité!

Votre succès notre spécialité! Les prestataires sont nombreux sur le marché. EMPSI Consulting se démarque par son offre personnalisée au profit de chaque client : entreprise ou salarié. EMPSI Consulting a été créée en 2010 par Badreddine

Plus en détail

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES ADOPTÉE LE : 1998-06-07 AMENDÉE LE : 2003-03-29 RÉSOLUTION : CP166-98 RÉSOLUTION : CC900-03 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 1 Objectifs généraux... 1 Principes...

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

CORAF/WECARD Directeur Exécutif Descriptif du poste Juillet 2015

CORAF/WECARD Directeur Exécutif Descriptif du poste Juillet 2015 CORAF/WECARD Directeur Exécutif Descriptif du poste Juillet 2015 A Propos du CORAF/WECARD 1 courtesy of coraf/wecard website: www.coraf.org Le CORAF/WECARD est une Organisation Sous- Régionale (OSR) d

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Faire af faire. avec Hydro-Québec

Faire af faire. avec Hydro-Québec Faire af faire avec Hydro-Québec Sommaire Mot de la directrice Acquisition... 1 Introduction... 2 Règles d éthique d Hydro-Québec... 3 La qualité à Hydro-Québec... 3 Processus d acquisition de biens et

Plus en détail

évoluer VALUE capitalisation

évoluer VALUE capitalisation UP (pron-(^ p ) La société actuelle appelle à toujours plus de performance. Ex : Les hommes et les femmes d entreprises sont appelés à évoluer en permanence. VALUE (pron-vaelju) Aujourd hui, on parle encore

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Titre # Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON. Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste

ROWING CANADA AVIRON. Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste ROWING CANADA AVIRON Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada

Plus en détail

Charte Sûreté Nucléaire

Charte Sûreté Nucléaire Charte Sûreté Nucléaire LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE UN IMPÉRATIF ABSOLU Le maintien du plus haut niveau de sûreté a toujours constitué pour AREVA un impératif absolu : il en est ainsi pour la sûreté de nos produits,

Plus en détail

CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE. Préambule

CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE. Préambule CONSTITUTION MODÈLE D UNE SECTION NATIONALE Préambule www.gopacnetwork.org RECONNAISSANT CONSCIENTS DÉPLORANT ESTIMANT CONSTATANT RÉALISANT RÉITÉRANT la suprémacie des parlements en tant qu institutions

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION En raison notamment des prochains départs massifs à la retraite et de la disponibilité restreinte d une main-d œuvre qualifiée, il devient essentiel pour les entreprises du secteur du caoutchouc

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE

SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE Guide d information SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE 3 UNE RESSOURCE DE CHOIX POUR VOTRE ORGANISATION LE STAGIAIRE Les stagiaires de l ENAP sont des étudiants désirant compléter leur programme d études de

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE : Directeur du développement

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant (culture, loisir et vie communautaire) Titre #

Politique d embauche du personnel étudiant (culture, loisir et vie communautaire) Titre # Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois dans le secteur de la culture, du loisir et de la vie communautaire dans les arrondissements Titre # Politique d embauche du

Plus en détail

Session II: «Fonctionnaires» ou professionnels des administrations de l émergence.

Session II: «Fonctionnaires» ou professionnels des administrations de l émergence. MARDI 08 OCTOBRE 2013 Présentation : 11:15 11:45 Session II: «Fonctionnaires» ou professionnels des administrations de l émergence. Les personnels des administrations, un capital et une ressource cruciale

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Veuillez prendre note que ce document est à titre de référence. Votre convention collective prévaut sur toutes les informations fournies dans ce document. Si vous

Plus en détail

Conseiller, Ressources humaines

Conseiller, Ressources humaines Conseiller, Ressources humaines Supérieur hiérarchique : Directeur, Ressources humaines Type d emploi : Permanent, temps plein Lieu de travail : Ottawa, Ontario Nombre heures par semaine : 37.5 Clôture

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5. QUORUM, DESTITUTION ET POSTES

Plus en détail

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE :

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE : POSTE À POURVOIR Titre : directeur de la communication Département : communications Responsable hiérarchique : directeur exécutif Subordonnés directs : attachés de presse (2), agents des communications

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels La présente Charte a été adoptée par le Conseil d Administration du Réseau CTI le 29 janvier 2009 1 Préambule L innovation et la recherche

Plus en détail

Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco. 2 - Code de conduite

Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco. 2 - Code de conduite Code de conduite 1 Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco 2 - Code de conduite Sommaire CODE DE CONDUITE RESPECT - RESPONSABILITE - EXEMPLARITE Message du Président Qu est-ce que le Code

Plus en détail

Présidence française du Conseil de l Union européenne

Présidence française du Conseil de l Union européenne Présidence française du Conseil de l Union européenne Réunion informelle des ministres européens en charge de l enseignement et de la formation professionnels (EFP) et des ministres de l enseignement supérieur

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE Mars 2016 PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE 2015-2020 vant-propos Mot du président-directeur général Institution publique à vocation commerciale, la Société du Palais

Plus en détail

Loi sur l économie sociale

Loi sur l économie sociale PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 27 (2013, chapitre 22) Loi sur l économie sociale Présenté le 19 mars 2013 Principe adopté le 6 juin 2013 Adopté le 10 octobre 2013 Sanctionné

Plus en détail

Mémoire présenté par. Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie. La Commission des finances publiques

Mémoire présenté par. Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie. La Commission des finances publiques Mémoire présenté par Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie à La Commission des finances publiques concernant le Rapport sur la mise en œuvre de la Loi sur la transparence et l éthique

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI

POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI Table des matières INTRODUCTION...3 1. NATURE ET PORTÉE...4 2. CHAMP D APPLICATION...4 3. PRINCIPES ET VALEURS...5 4. OBJECTIFS GÉNÉRAUX...6 5. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES...6

Plus en détail

Un principe fondamental de l'union européenne

Un principe fondamental de l'union européenne A. Discours Introduction Mesdames et Messieurs, Je suis heureux d'être parmi vous aujourd'hui pour célébrer la Journée internationale de la femme. Je voudrais tout d'abord remercier pour l'invitation à

Plus en détail

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification Mise à jour : octobre 2011 Chapitre 8 La mission d audit La planification Table des matières 1. Les procédés préliminaires... 1 2. L approche de partenariat avec le gestionnaire... 2 3. La connaissance

Plus en détail

INFRA 2013. Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec

INFRA 2013. Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec INFRA 2013 Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec Centre des congrès de Québec Mercredi le 4 décembre 2013 Mesdames

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste coaching pour les cadres dirigeants intégration communautés de talents marque employeur croissance succession développement du leadership diversité PDG comité de direction stratégie de gestion des talents

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE LA RECHERCHE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE LA RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. L École nationale de police du Québec (ci-après appelée l «École»), en vertu de la Loi sur la police (RLRQ, chapitre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS pour le développement professionnel des enseignantes et des enseignants Direction des études et Direction des services aux ressources humaines ADOPTÉE

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail