Etude d optimisation de la gestion des déchets

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude d optimisation de la gestion des déchets"

Transcription

1 SIETOM de la région de Tournanen-Brie Etude d optimisation de la gestion des déchets - Plan d actions

2 Sommaire 1. Préambule 2. Introduction 3. Mise en place de conteneurs enterrés ou semi-enterrés sur l habitat collectif pour la collecte sélective. 4. Création d une recyclerie sur le réseau de déchèteries du SIETOM 5. Mise en place de points de regroupement

3 En détail 1. Préambule Introduction Mise en place de conteneurs enterrés ou semi-enterrés sur l habitat collectif pour la collecte sélective Objectif Avantages / Inconvénient par rapport à la collecte porte-à-porte Avantages Inconvénients Aspects technico-économiques Proposition technique Contraintes liées à l implantation Coûts Maintenance des colonnes Aspects liés à la collecte Financements possibles Planning de mise en œuvre... 6

4 4. Création d une recyclerie sur le réseau de déchèteries du SIETOM Objectifs Aspects technico-économiques Flux valorisés par réemploi Méthodologie de mise en œuvre Mode de fonctionnement Eléments juridiques Contraintes juridiques Forme juridique de la recyclerie Financements possibles Structures pouvant apporter des aides financières Aides de l ADEME (dispositif ) : Planning de mise en œuvre Mise en place de points de regroupement Contexte et objectifs Organisation actuelle Objectifs de la création de points de regroupement Méthodologie Caractéristiques d un point de regroupement Points de regroupement en sacs Points de regroupement en bacs sans aménagement Points de regroupement aménagés Points de regroupement avec abri Planning de mise en œuvre... 16

5 1. Préambule Ce plan d actions présente les étapes à mettre en oeuvre, aux différents niveaux relatifs à la gestion des déchets ménagers (pré-collecte, collecte, transfert et traitement), pour optimiser le fonctionnement technicoéconomique de la gestion des déchets ménagers sur le territoire du SIETOM de la région de Tournan-en-Brie. Ce plan d actions, issu d une première phase de diagnostic et de l étude de plusieurs leviers d optimisation, a été construit par rapport à la logique de développement durable, en intégrant à la fois les aspects économiques (maîtrise des coûts), environnementaux (augmentation des matières recyclées, diminution de la pollution atmosphérique ) et sociaux (satisfaction des usagers, amélioration des conditions de travail des employés du secteur de la gestion des déchets) et se situe dans la ligné du Grenelle de l environnement. Les objectifs de ce plan s intègrent notamment dans le cadre du projet de loi «Grenelle 1» qui prévoit : La réduction de 7% des tonnages d ordures ménagères pendant les cinq années à venir, Le développement du recyclage des matériaux et matières organiques issus des déchets ménagers, avec un objectif fixé à 35 % en 2012 et 45 % en 2015 Ce Plan d actions a été élaboré dans un souci de maîtrise des coûts et de service rendu aux habitants du territoire du SIETOM. 1

6 2. Introduction Après une phase de diagnostic puis une présentation des leviers d optimisation de la gestion des déchets ménagers sur le territoire du SIETOM, le Syndicat a retenu trois scenarii d optimisation à mettre en place : Scénario 1 : Mise en place de conteneurs enterrés ou semi-enterrés sur l habitat collectif pour la collecte sélective Scénario 2 : Mise en place d une recyclerie avec diminution progressive de la fréquence des collectes d encombrants Scénario 3 : Création de points de regroupement pour la collecte en porte-à-porte 2

7 3. Mise en place de conteneurs enterrés ou semi-enterrés sur l habitat collectif pour la collecte sélective Objectif La mise en place de conteneurs semi-enterrés/enterrés est une alternative qui se situe entre la collecte en apport volontaire et la collecte en porte-à-porte. Elle permet notamment de mettre en place une collecte sélective sur des zones où cette collecte en porte-à-porte peut s avérer, techniquement et socialement difficile (manque de place pour les conteneurs, local poubelles déterioré etc.). C est notamment le cas pour les grands ensembles collectifs. Les conteneurs semi-enterrés/enterrés peuvent être une solution pour combattre les détériorations des bacs et des locaux poubelles, qui sont des problématiques rencontrées régulièrement par les bailleurs sociaux. De plus, ces conteneurs peuvent permettre la mise en place d une collecte sélective dans des immeubles où l installation de nouveaux bacs pour cette collecte était impossible compte tenu de l exiguïté du local poubelles. L objectif sur le territoire du SIETOM est de mettre en place ou d optimiser la collecte sélective sur des zones où cette collecte est actuellement difficile, voir impossible Avantages / Inconvénient par rapport à la collecte porte-à-porte Avantages Suppression du local poubelles et de son entretien Facilité d accès Meilleure intégration paysagère que les locaux extérieurs Optimisation du coût de collecte (1 seul chauffeur) Inconvénients Contrôle de la collecte sélective impossible, risque de forte augmentation du refus de tri Nécessite un équipement spécifique qui devra être rentabilisée (nombre important de colonnes à implantées). Nécessite un avenant au contrat de collecte actuel. 3

8 3.3. Aspects technico-économiques Proposition technique Mettre en place des îlots collectant les 4 flux collectés en porte-à-porte, afin de supprimer les locaux poubelles existants : 1 conteneur 5 m 3 pour les OMr 1 conteneur emballages de 5 m 3 1 conteneur papiers de 3 m 3 1 conteneur verre de 3 m 3 Un îlot permettant de collecter environ 50 foyers (variable selon densité d habitat) pour une collecte des ordures ménagères 1 à 2 fois par semaine Contraintes liées à l implantation Proximité de l implantation des conteneurs des habitants (moins de 50m des habitations) et/ou des trajets quotidiens. Éviter les réseaux souterrains. Surface au sol d environ 8m². Accessibilité du camion de collecte et de la grue pour les travaux. Distance maximale entre camion de collecte et les conteneurs de 4 à 5 mètres. Pas d obstacle au levage des conteneurs inférieur à 8m de hauteur (arbres, lignes électriques ). Prévoir des dispositifs anti-stationnement. Par ailleurs, il est important d avoir un nombre de conteneurs minimum (150 à 200) pour optimiser l utilisation du matériel de collecte Coûts Coût d un îlot en enterré : Conteneur de 5 m3 = HT HT de génie civil Conteneur de 3 m3 = HT HT de génie civil Coût d un îlot = HT Coût d un îlot en semi-enterré : Conteneur de 5 m3 = HT HT de génie civil Conteneur de 3 m3 = HT HT de génie civil Coût d un îlot = HT Coût d entretien annuel d un îlot : environ HT. Elément de comparaison : Le coût d investissement d un local poubelle (pour 50 foyers) est d environ HT 4

9 Maintenance des colonnes Réaliser deux fois par an : Contrôle du fonctionnement général (mécanisme de potence, trappes d ouvertures, câbles et poulies, plate-forme de sécurité etc.) Lubrification des parties amovibles Nettoyage des gouttières de surface Vidage des jus de cuve Aspects liés à la collecte Les fréquences de collecte des colonnes sont différentes selon les flux collectés : OMr : 1 ou 2 fois par semaine (C1 ou C2) Emballages et journaux magazines : 1 fois tous les quinze jours (C0,5) Verre : 1 fois tous les quinze jours voir une fois toutes les trois semaines. L investissement pour le matériel collecte est rentabilisé pour l installation de 40 à 50 îlots (150 à 200 colonnes) Financements possibles Les bailleurs peuvent participer à hauteur de 100% des investissements. Il est fortement conseillé d encadrer la mise en place des conteneurs par une convention entres les bailleurs et la collectivité. L intérêt pour les bailleurs de financer de tels équipements réside dans la suppression des locaux poubelles des immeubles et des charges inhérentes à ces locaux. Figure 1: Prise en charge des coûts d'investissement (enquête Eco-emballages 2007) 5

10 Planning de mise en œuvre Les différentes étapes à prendre en compte sont : Définition des zones potentielles d implantation de conteneurs enterrés ou semi-enterrés avec les mairies et les bailleurs ; Définition du mode de financements des équipements ; Etude de faisabilité technico-économique avec notamment la prise en compte des réseaux enterrés ; Marché de travaux et de fourniture de conteneurs enterrés ou semienterrés ; Phase de travaux et d implantation des colonnes ; Avenant au marché de collecte ; Définition des zones potentielles d implantation de conteneurs enterrés ou semi-enterrés avec les mairies et les bailleurs Définition du mode de financements des équipements Étude de faisabilité technico-économique des implantations avec notamment la prise en compte des réseaux enterrés Marché de travaux et de fourniture de conteneurs enterrés ou semi-enterrés Phase de travaux et d'implantation des colonnes Avenant au marché de collecte Mise en place de conteneurs semi-enterrés sur l'habitat collectif Année Mois j f m a m j j a s o n d j f m a m j j a s o n d j f m a m j j a s o n d variable selon nbre d'implantations 6

11 4. Création d une recyclerie sur le réseau de déchèteries du SIETOM 4.1. Objectifs Une recyclerie développe 4 fonctions principales, complémentaires aux actions traditionnelles de la gestion des déchets et notamment celle des déchèteries. Une collecte séparative des encombrants ménagers les maintenant en état en vue d une valorisation par le réemploi (ce qui se distingue du recyclage "matériau» proprement dit). Un tri, un diagnostic, un contrôle, un nettoyage et une réparation des objets déposés pour leur conserver une valeur marchande. Pour les objets et équipements sans possibilité de réparation du fait de leur état trop dégradé ou obsolète, une orientation vers des filières de valorisation des matériaux est réalisée. Une activité de revente des objets collectés afin d assurer des ressources propres et de mettre en vente des biens revalorisés à faible prix à l attention de publics dans le besoin. Une activité d éducation à l environnement auprès des usagers, des clients des lieux de vente de produits du réemploi et de l ensemble des habitants concernés par la gestion des déchets et plus généralement par la préservation de l environnement. L objectif pour le SIETOM serait d établir un partenariat avec une association locale de l économie solidaire afin de mettre en place un système de recyclerie sur son réseau de déchèteries. A long terme, après quelques années de fonctionnement de la recyclerie et lors du renouvellement du marché de collecte, les fréquences de collectes des encombrants pourraient être réajustées en fonction des performances de collecte observées suite à la mise en place de la recyclerie Aspects technico-économiques Flux valorisés par réemploi On estime que le flux de déchets actuellement amené en déchèterie et qui pourrait être valorisé par la recyclerie serait de l ordre de 2,5kg/hab/an (soit 300t/an), pour un ratio total en déchèterie de 92kg/hab/an (soit près de 3% des déchets réemployé). 7

12 Les principaux flux pouvant faire l objet d un réemploi sont les suivants : Mobilier, brocante ; Ferrailles, cycles, motocultures ; Outillage et quincaillerie ; Textiles; Objets de la culture et divers (bibelots, livres, journaux, disques, vaisselle, jouets ). DEEE bruns (téléviseurs, radio, magnétophones, magnétoscopes ) ; DEEE Blancs (réfrigérateurs, lave-linge, lave-vaisselle, four à microonde) ; DEEE gris (unité centrale d ordinateur, écran informatique, imprimante ) Méthodologie de mise en œuvre Mise en place sur les 5 déchèteries du SIETOM d une benne ou d une aire de stockage pouvant accueillir les objets réutilisables. Mise en place sur le territoire d un dépôt/vente, avec atelier de réparation, permettant la revente des objets récupérés et réparés. Possibilité d une collecte sur appel mise en place par l association Mode de fonctionnement Le gestionnaire actuel des déchèteries gère la mise en place de la benne et oriente les usagers lors de leur venu sur les déchèteries du SIETOM. Une association (Emmaüs, réseaux Envie ou Ressourceries & Recycleries ) récupère les objets déposés en déchèterie et gère le dépôt/vente, y compris les opérations de réparation et remise en état. L association peut aussi accepter les dépôts en apport volontaire et réaliser des enlèvements sur demande auprès des particuliers Eléments juridiques Contraintes juridiques Il est possible de passer des conventions d objectifs avec des associations en définissant précisément le rôle de l association et leurs missions d intérêt général. Par contre la structure porteuse de gestion et de coordination devra être créée soit par statut privé, soit par statut économie mixte. Ensuite il y a soit contractualisation avec des associations solidaires et de développement durable ou alors mise en concurrence d entreprises mais avec 8

13 la possibilité d utiliser l article 15 du code des marchés publics (Marchés réservés). L article 15 du code des marchés publics prévoit que «certains marchés peuvent être réservés à des entreprises adaptées ou à des établissements et services d aide par le travail mentionnés aux article L , L , L et L du code du travail et L du code d action sociale et des familles, ou à des structures équivalentes, lorsque la majorité des travailleurs concernés sont des personnes handicapées, qui en raison de la nature ou de la gravité de leurs déficiences, ne peuvent exercer une activité professionnelle dans les conditions normales ; L avis d appel public à la concurrence fait mention de la présente disposition.» Par ailleurs, la mise en place d une recyclerie nécessité de disposer de locaux adaptés au stockage, à la mise en œuvre des ateliers de réparation et à la revente. Les solutions sont les suivantes : Les associations disposent de biens existants Elles ont la capacité d investir Les collectivités peuvent mettre à disposition des locaux (Article L du CGCT : mise à disposition de locaux communaux aux associations) Forme juridique de la recyclerie Le choix de la forme juridique constitue un enjeu stratégique pour la future Recyclerie et nécessite une réflexion approfondie avec tous les acteurs, publics et privés. Association Les associations gardent leur statut et travaillent en partenariat avec le SIETOM. Avantages : Objectifs d utilité sociale et d insertion Structures existantes déjà connues sur le territoire Inconvénients : Absence de capital Activité encadrée mais pas les statuts Risques de gestion de fait responsabilité des dirigeants Très dépendant des subventions publiques Mutualisation difficile Mise en oeuvre : Organisation technique et territoriale à préciser en termes de type de déchets gérés Mise à disposition d un local par le SIETOM 9

14 Convention avec le SIETOM pour l accès en déchèterie SIETOM est le coordonnateur du projet Union d économie Sociale : statut de SA ou SARL Création d une société dédiée à l activité de la recyclerie et géré par une association Avantages : statut permettant aux associations, coopératives et mutuelles de monter des projets communs ou des partenariats avec les collectivités locales, dans lesquels elles ont vocation à rester majoritaires 65 % des droits de vote doivent appartenir à des organisations de l économie sociale ne peut faire l'objet d'aucune opération spéculative les votes en assemblée se font sur la base du principe " une personne, une voix Inconvénients : Contraintes de gestion et de rentabilité d une entreprise Nécessite de compétence managériale et entrepreunariale Règles de constitution de la SA ou de la SARL en termes de nombre d associés et de capital minimum Agrément préalable en Préfecture du Département du siège - validité 5 ans Mise en oeuvre : Création d une société Société coopérative de production (SCIC) : Société coopérative d intérêt collectif - statut de SA ou SARL Avantages : Trois types d'associés : les salariés de la Scic, les bénéficiaires de l'activité de la coopérative (clients, fournisseurs, usagers, etc.) et au moins une troisième catégorie qui peut comporter, au choix, des bénévoles autant que des collectivités publiques, des riverains ou amis autant que des financeurs... Une ou plusieurs collectivités publiques peuvent entrer au capital de la Scic par accord contractuel (l'ensemble des collectivités territoriales ne peut détenir plus de 20 % du capital). comme la Scop et les autres formes de coopératives, la Scic ne peut faire l'objet d'aucune opération spéculative les votes en Assemblée se font sur la base du principe " une personne, une voix» Inconvénients : Contraintes de gestion et de rentabilité d une entreprise Nécessite de compétence managériale et entrepreunariale 10

15 Règles de constitution de la SA ou de la SARL en termes de nombre d associés et de capital minimum : 7 associés minimums pour la SA Mise en oeuvre : Création d une société Financements possibles Structures pouvant apporter des aides financières DDTEFP et DRTEFP (Direction Départementale/Régionale du Travail, de l Emploi et de la formation professionnelle). Aide par poste de travail via une convention, Le Conseil Général. Dossier de demandes de subvention pour une aide au démarrage d une activité, pour le fonctionnement et l encadrement, Le Conseil Régional, via le Service Formation-Emploi, Les DDAS et DRAS Aides de l ADEME (dispositif ) : Programmes locaux de prévention. Les actions d évitement de production de déchets, comme la réparation et le réemploi d objets destinés au rebut dans le cas d une mise en place d une recyclerie, entre dans le cadre des programmes locaux de prévention de l ADEME. La collectivité doit, pour bénéficier des aides, passer un contrat de performances avec l ADEME. Montant de l aide = 1 /hab/an pour une collectivité ayant une taille du SIETOM. Équipement et travaux. Dans le cadre de mise en place d équipement de prévention, comme une recyclerie, l ADEME peut financer jusqu à 50% des investissements, avec un montant plafonné à HT. 11

16 Planning de mise en œuvre Les différentes étapes à prendre en compte sont : Une étude de faisabilité Une contractualisation avec une association Une recherche de locaux pour accueillir les ateliers et les lieux de revente Mise en place de la structure et coordination avec le prestataire de gestion des déchèterie lors du renouvellement du marché. Année Mois j f ma mj j a s o n d j f ma mj j a s o n d j f ma mj j a s o n d j f ma mj j a s o n d Marché pour étude de faisabilité et accompagnement à la mise en œuvre recyclerie Étude de faisabilité de la recyclerie Validation par le Comité syndicale de la mise en place d'une recyclerie Mise en place d'une contractualisation avec une association Recherche d'un local pour mise à disposition Mise en place de la structure Renouvellement du marché de gestion de déchèterie Démarrage du nouveau marché Démarrage effectif de la recyclerie Recyclerie - scénario de contractualisation avec une association (pas de création d'entreprise) 12

17 5. Mise en place de points de regroupement 5.1. Contexte et objectifs Organisation actuelle Les marches arrières effectués sur les circuits de collecte sont particulièrement accidentogènes pour les agents de collecte. C est pourquoi la recommandation R437 de la CNAM (Caisse Nationale d Assurances Maladie) préconise de les éliminer sur les tournées. De plus, les marches arrières et demis-tours font baisser les performances de collecte. Les suivis de tournées GPS réalisés en phase 1 de l étude d optimisation Ecoemballages ont montré qu il y avait, sur certaines tournées, un grand nombre de marches arrières et de demi-tours Objectifs de la création de points de regroupement Il s agit d une part d améliorer les conditions de travail des agents de collecte et la sécurité des usagers, et d autre part d optimiser les performances de collecte en diminuant le kilométrage parcouru et le temps de collecte Méthodologie L organisation des réponses aux problématiques de terrain s appuiera sur le schéma suivant : 1. Détermination des points de collecte qui doivent être modifiés, validation de la solution : adéquation des solutions retenues aux problématiques de terrain, vérification de la faisabilité d un point de regroupement (place, présence de personnes à mobilité réduite, arrêt de bus ) 2. Information ciblée des habitants concernés par la modification du point de collecte 3. Réalisation de travaux sur le point de collecte si nécessaire et modification de la tournée avec la collecte du nouveau point de regroupement. 13

18 5.3. Caractéristiques d un point de regroupement La création de points de regroupement à l extrémité des impasses permet d éviter au camion d emprunter ce type de voies, et de réduire ainsi les manœuvres associées. Le point de regroupement peut être matérialisé par un marquage au sol ou être aménagé (abris, barrières). La distance raisonnable entre le point de regroupement et les habitations les plus éloignées est de 200m, puisqu elle permet aux usagers de venir déposer leurs déchets à pied. Par ailleurs, une instruction de 2005 du Ministère des Finances précise que «La distance à retenir pour apprécier si une propriété doit ou non être regardée comme desservie par le service d enlèvement des ordures ménagères est celle qui existe entre le point de passage le plus proche du véhicule du service et l entrée de la propriété. A cet égard, le Conseil d Etat tend à considérer comme normale une distance n excédant pas 200 mètres.» Points de regroupement en sacs Principe technique Avantages Inconvénients Investissement Information des habitants pour qu ils déposent leurs sacs en un point particulier Marquage au sol pour identifier le point Facile et rapide à mettre en place Risque de dépôt sauvage et de prolifération des sacs au bord de la chaussé Problème de propreté du point : sacs exposés aux intempéries et aux animaux Pas d investissement financier 14

19 Points de regroupement en bacs sans aménagement Principe technique Avantages Inconvénients Investissement Mise en place de bacs sans aménagements particuliers (marquage au sol) Prévoir des systèmes de blocage pour éviter le déplacement des bacs Simple à réaliser Facilité d accès aux bacs Risque de dépôt sauvage Risque de dégradations Difficulté éventuelle de manutention (sur herbe ou graviers) Coût d aménagement faible ou nul Points de regroupement aménagés Principe technique Avantages Inconvénients Investissement Aménagement de l aire de stockage avec des barrières ou kiosque (bois, béton) Simple à réaliser Facilité de manutention des bacs Risque de dépôt sauvage Nécessité d entretien régulier des plate-formes Coût d investissement plus faible que pour les aménagements fermés (< 800 pour 1 bac) Points de regroupement avec abri Principe technique Avantages Inconvénients Investissement Les bacs sont disposés sur des aires particulières et dans des abris en bois ou en béton (plus solide) Bonne intégration dans le paysage Faible risque de dépôts sauvages ou vandalisme Surface d occupation au sol peut être importante Nécessité d entretien régulier des abris Coût d aménagement assez élevé (de 1000 HT pour un abri bois à 2000 HT pour un abri béton pour 1 bac) 15

20 Planning de mise en œuvre Dans cette démarche, le SIETOM est force de proposition auprès des communes, et est le relais opérationnel entre l opérateur de collecte et les communes. Au final, ce sont les communes qui décident ou non la mise en place de point de regroupement et qui réalise les aménagements nécessaires. Les différentes étapes à prendre en compte sont : Définir, avec le prestataire de collecte, les points où ils seraient nécessaires d implanter des points de regroupement notamment pour des raisons de sécurité. Fournir, à chaque commune, la liste des points de regroupement qui ont été déterminés avec les points de regroupement Discuter avec les communes sur la mise en place ou non de points de regroupement et les accompagner dans cette mise en place. Aménagement des points de regroupement Communication auprès des usagers Pendant une période de 6 mois, évaluation des gains de temps par tournées et réajustement de ces tournées par le prestataire Selon le nombre de point de regroupement mis en place, voir la possibilité de passer un avenant à la baisse avec le prestataire de collecte. Détermination avec le prestataire de collecte des besoins d'implantation de points de regroupement Transmission de la liste des points de regroupement déterminés pour chaque commune Discussion et accompagnement des communes Aménagement des points de regroupement Communication auprès des usagers Réajustement des tournées Possibilité d'un avenant à la baisse Année Mise en place de points de regroupement Mois j f m a m j j a s o n d j f m a m j j a s o n d j f m a m j j a s o n d j f m a m j j a s o n d 16

CONVENTION D IMPLANTATION DE CONTENEURS ENTERRES DESTINES A LA COLLECTE DES DECHETS SUR L OPERATION D AMENAGEMENT SITUE AU.. SUR LA COMMUNE DE..

CONVENTION D IMPLANTATION DE CONTENEURS ENTERRES DESTINES A LA COLLECTE DES DECHETS SUR L OPERATION D AMENAGEMENT SITUE AU.. SUR LA COMMUNE DE.. CONVENTION D IMPLANTATION DE CONTENEURS ENTERRES DESTINES A LA COLLECTE DES DECHETS SUR L OPERATION D AMENAGEMENT SITUE AU.. SUR LA COMMUNE DE.. Entre : Le SIOM, dont le siège est situé au Chemin départemental

Plus en détail

Présentation des nouveaux véhicules de collecte et point sur le nouveau service, deux mois après son lancement

Présentation des nouveaux véhicules de collecte et point sur le nouveau service, deux mois après son lancement Dossier de presse 4 décembre 2015 Présentation des nouveaux véhicules de collecte et point sur le nouveau service, deux mois après son lancement www.agglo-limoges.fr Contact presse - Hélène VALLEIX Communauté

Plus en détail

Feuille de route verre Ensemble pour collecter et recycler plus de verre

Feuille de route verre Ensemble pour collecter et recycler plus de verre Feuille de route verre Ensemble pour collecter et recycler plus de verre MAJ février 2014 SOMMAIRE 1. 2. 3. Mobiliser Diapos 3 à 17 Mettre en œuvre Diapos 18 à 29 Piloter Diapos 30 à 35 2 Mobiliser 3 Partager

Plus en détail

Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole

Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole Synthèse du Programme Local de Prévention des Déchets de Chartres Métropole Il n y a pas de petits gestes, si nous sommes 125 000 à les faire! PRÉAMBULE "La prévention de la production de déchets est l

Plus en détail

Étude de faisabilité d'un réseau de recycleries. Sur le département de la Seine Saint Denis Extrait de la restitution du 14.11.07

Étude de faisabilité d'un réseau de recycleries. Sur le département de la Seine Saint Denis Extrait de la restitution du 14.11.07 Étude de faisabilité d'un réseau de recycleries Sur le département de la Seine Saint Denis Extrait de la restitution du 14.11.07 1 Le concept de recyclerie-ressourcerie «Transformer les déchets en ressources»

Plus en détail

ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES

ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Commune de ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Le maire de la commune de.. Vu les directives européennes Vu la loi n 75-633 du 15 juillet 1975 Vu le code général des collectivités

Plus en détail

Plan d accompagnement 2015-2020 du Syctom. pour les opérations de prévention et de tri des déchets GUIDE PRATIQUE / 1

Plan d accompagnement 2015-2020 du Syctom. pour les opérations de prévention et de tri des déchets GUIDE PRATIQUE / 1 Plan d accompagnement 2015-2020 du Syctom pour les opérations de prévention et de tri des déchets GUIDE PRATIQUE / 1 Plan d accompagnement 2015-2020 du Syctom pour les opérations de prévention et de tri

Plus en détail

2014 DPE 1041 Avis sur le rapport annuel 2013 sur le prix et la qualité du service public de gestion des déchets à Paris. PROJET DE DÉLIBÉRATION

2014 DPE 1041 Avis sur le rapport annuel 2013 sur le prix et la qualité du service public de gestion des déchets à Paris. PROJET DE DÉLIBÉRATION Direction de la Propreté et de l Eau 2014 DPE 1041 Avis sur le rapport annuel 2013 sur le prix et la qualité du service public de gestion des déchets à Paris. PROJET DE DÉLIBÉRATION EXPOSÉ DES MOTIFS La

Plus en détail

Assainissement non collectif

Assainissement non collectif Assainissement non collectif Journée e d échange technique (mise en place des SPANC) Alain Lafforgue Le Service Public d'assainissement Non Collectif (SPANC) Le cadre réglementaire... Loi sur l Eau du

Plus en détail

ARTICLE2 : DÉFINITION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILABLES

ARTICLE2 : DÉFINITION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILABLES RÈGLEMENT DU SERVICE DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES DECHETS 1 ARTICLE 1 : PRÉAMBULE Les prescriptions du présent règlement sont applicables à l usager effectif du service, notamment à toute personne

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Collecte des déchets. Ensemble,

Collecte des déchets. Ensemble, Syndicat National des Activités du Déchet Collecte des déchets Ensemble, la sécurité La démarche engagée par le SNAD - Syndicat National des Activités du Déchet - depuis 5 ans, sur la sécurité des personnels

Plus en détail

Combien de temps dure un dispositif SLIME? La durée du SLIME ne pourra pas être inférieure à 6 mois.

Combien de temps dure un dispositif SLIME? La durée du SLIME ne pourra pas être inférieure à 6 mois. Qu est-ce qu un SLIME? Le programme SLIME (Service Local d Intervention pour la Maîtrise de l Energie) est un programme national d information et d action en faveur de la maîtrise de la demande énergétique,

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

Groupement d Intérêt Public France Télé Numérique

Groupement d Intérêt Public France Télé Numérique Groupement d Intérêt Public France Télé Numérique Arrivée de la télévision tout numérique en Polynésie française Contact Laurence Zaksas-Lalande Laurence.zaksas-lalande@tousaunumerique.fr Délégué régional

Plus en détail

Association «Pays de Yenne Autrement» Yenne le 3 février 2014 25 rue des Prêtres 73170 paysdeyenneautrement@gmail.com

Association «Pays de Yenne Autrement» Yenne le 3 février 2014 25 rue des Prêtres 73170 paysdeyenneautrement@gmail.com Association «Pays de Yenne Autrement» Yenne le 3 février 2014 25 rue des Prêtres 73170 paysdeyenneautrement@gmail.com Lettre ouverte à Monsieur le Président de la Communauté de Communes de Yenne Cette

Plus en détail

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la!

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! Chauffage urbain, mode d emploi Un réseau de chauffage urbain est un chauffage central à l échelle d une ville. Un réseau

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Syndicat Mixte Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Annexe 1: Fiche n 1c = La gestion de la plateforme

Plus en détail

L offre 2016 Transition Energétique

L offre 2016 Transition Energétique L offre 2016 Transition Energétique Les priorités d intervention de l ADEME Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Animation, aides à la décision, études de projets - Bâtiments : «Massification» de la rénovation

Plus en détail

Texte Référent du Plan Régional d Action

Texte Référent du Plan Régional d Action L'Education à l'environnement vers un Développement Durable : une démarche partagée Ce texte est entendu comme référent éthique pour les acteurs de l EEDD en Pays de la Loire. Il donne les grandes lignes

Plus en détail

ELÉMENTS DE PRÉSENTATION

ELÉMENTS DE PRÉSENTATION Gestion optimisée du service de collecte grâce à l informatique embarquée Carole RENAUD GOUD ELÉMENTS DE PRÉSENTATION Eléments de présentation : Avant SYCODEC Plaine et Montagne Rémoises 64 communes, territoire

Plus en détail

Présentation de la SCIC. acrene. Société Coopérative d Intérêt Collectif Pour la promotion de la rénovation énergétique en Alsace Centrale

Présentation de la SCIC. acrene. Société Coopérative d Intérêt Collectif Pour la promotion de la rénovation énergétique en Alsace Centrale Présentation de la SCIC acrene Société Coopérative d Intérêt Collectif Pour la promotion de la rénovation énergétique en Alsace Centrale La SCIC ACRENE : Une coopération d acteurs œuvrant pour la réduction

Plus en détail

Montpellier Agglomération signe un accord-cadre pour la réduction des déchets

Montpellier Agglomération signe un accord-cadre pour la réduction des déchets signe un accord-cadre pour la réduction des déchets La Communauté d Agglomération de Montpellier assure, depuis 1991, le traitement des déchets ménagers et assimilés. Depuis plus d une quinzaine d année,

Plus en détail

Enjeux et opportunités de la politique de gestion des déchets en France. Jean-Charles CAUDRON Service Produits et Efficacité Matière ADEME

Enjeux et opportunités de la politique de gestion des déchets en France. Jean-Charles CAUDRON Service Produits et Efficacité Matière ADEME Enjeux et opportunités de la politique de gestion des déchets en France Jean-Charles CAUDRON Service Produits et Efficacité Matière ADEME Les Déchets Ménagers et Assimilés dans la production de déchets

Plus en détail

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement

ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre. Habitat - logement Compte rendu de la deuxième réunion de travail - 3 octobre 2012 L atelier se déroule dans la salle du conseil municipal ATELIER 2 : Lutte contre l effet de serre Habitat - logement Madame Salfati, adjointe

Plus en détail

Programme Pour un hébergement durable à Paris Compte rendu Atelier 9: Propreté & Déchets

Programme Pour un hébergement durable à Paris Compte rendu Atelier 9: Propreté & Déchets Programme Pour un hébergement durable à Paris Compte rendu Atelier 9: Propreté & Déchets 28 février 2013 Ordre du jour Introduction et actualités Présentation des interlocuteurs et des objectifs de l atelier

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets. Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère

Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets. Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère Symeed état des lieux de la gestion des encombrants de

Plus en détail

Dispositif «Eté propre 2006» La propreté, c est l affaire de tous

Dispositif «Eté propre 2006» La propreté, c est l affaire de tous Dispositif «Eté propre 2006» La propreté, c est l affaire de tous 1 Sommaire Etat des lieux..page 3 Historique Objectifs de l équipe municipale Dispositif «Eté propre 2006»..page 4 Les moyens mis en place

Plus en détail

Les enjeux communs SYELOM - SYCTOM

Les enjeux communs SYELOM - SYCTOM Les enjeux communs SYELOM - SYCTOM 1 Le SYELOM 92 en concertation avec le SITOM 93 et le SYCTOM a été amené à revoir ses statuts : - pour répondre aux nouvelles exigences législatives régissant les adhésions

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes Loire-Layon SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Rapport Annuel sur le prix et la qualité du service Exercice 2014 Rapport relatif au prix et à la qualité du service

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 Décembre 2015 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé propose aux acteurs de l acccompagnement des structures une série

Plus en détail

(SIRTOM DE LA VALLEE DE LA. Rapport de présentation du Débat d Orientation Budgétaire. Exercice 2016

(SIRTOM DE LA VALLEE DE LA. Rapport de présentation du Débat d Orientation Budgétaire. Exercice 2016 Syndicat Intercommunal pour le Ramassage et le Traitement des Ordures Ménagères de la Vallée de la Grosne (SIRTOM DE LA VALLEE DE LA GROSNE) Rapport de présentation du Débat d Orientation Budgétaire. Exercice

Plus en détail

APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT

APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT Date limite de dépôt des dossiers : vendredi 9 janvier 2015 12 heures Contact : Communauté d

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2007-2018 Date: 07 février 2007

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2007-2018 Date: 07 février 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle Suivi par : Yves SCHENFEIGEL 1 ter avenue

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION I. Présentation de l action La Région Champagne-Ardenne propose depuis 2003, en collaboration avec l Ademe, un accompagnement technique et

Plus en détail

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) Rapport sur le Prix et la Qualité du Service du Service Public d Assainissement Non Collectif Exercice 2012 Présenté conformément à l article L.2224-5

Plus en détail

COMMUNE DE LA PLANCHE. RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif

COMMUNE DE LA PLANCHE. RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif COMMUNE DE LA PLANCHE RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif SPANC Commune de La Planche 1 Place de la Mairie 44140 LA PLANCHE Téléphone : 02.40.31.92.76 Fax : 02.40.31.98.20

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

LA COLLECTE DES OBJETS REEMPLOYABLES EN DECHETERIE Retours d'expérience de collectivités en Picardie

LA COLLECTE DES OBJETS REEMPLOYABLES EN DECHETERIE Retours d'expérience de collectivités en Picardie e contexte et les enjeux A COECTE DES OBJETS REEMPOYABES EN DECHETERIE Retours d'expérience de collectivités en Picardie a directive européenne sur les déchets de novembre 2008 hiérarchise les modes de

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE. 25 Novembre 2009

ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE. 25 Novembre 2009 ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA FORMATION LIÉS À L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE 25 Novembre 2009 Le contexte de la démarche Le bâtiment, un secteur concerné de façon

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

GUIDE COMMERCE MARS 2013

GUIDE COMMERCE MARS 2013 MARS 2013 GUIDE COMMERCE GUIDE COMMERCE SOMMAIRE... 1 PREAMBULE : STATUT DU DOCUMENT... 3 OBJECTIF 1 : RAPPROCHER LES LIEUX DE CONSOMMATION DES LIEUX D HABITAT... 5 OBJECTIF 2 : REEQUILIBRER LA REPARTITION

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay - 1 - Association COMPRENDRE 15 E Avenue Saint Jean de Beauregard 91400 Orsay Tél. : 06 88 18 09 05 courriel: michel.mosse@wanadoo.fr Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay " Les Sociétés

Plus en détail

Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise

Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise Mons, le 15 septembre 2015 Marjorie BOUGELET Conseillère environnement CCE marjorie.bougelet@uwe.be 010/47.19.43 15 septembre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes

Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes Damien Monot ALTER ALSACE ENERGIES 1. consommations actuelles et perspectives 1 Chaufferies bois en Alsace : consommation et perspectives

Plus en détail

Habitat collectif Organisation, enjeux et stratégie, outils. des éléments sur les coûts de la collecte sélective

Habitat collectif Organisation, enjeux et stratégie, outils. des éléments sur les coûts de la collecte sélective Habitat collectif Organisation, enjeux et stratégie, outils des éléments sur les coûts de la collecte sélective ORDRE DE GRANDEUR DES COÛTS DES DIFFÉRENTES SOLUTIONS TECHNIQUES Type aménagement HT / log

Plus en détail

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services Cette fiche a été réalisée dans le cadre du groupe de collectivités franciliennes pour une commande publique

Plus en détail

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS 1 Cahier des charges Le 24 février 2014 Préambule Le Fonds d'assurance Formation du Travail Temporaire

Plus en détail

Le SIRTOM de la Région de Brive. page 3. Les ordures ménagères... page 7. Modes de collecte...page 7. La collecte sélective...

Le SIRTOM de la Région de Brive. page 3. Les ordures ménagères... page 7. Modes de collecte...page 7. La collecte sélective... RAPPORT ANNUEL 2014 SOMMAIRE Le SIRTOM de la Région de Brive. page 3 Territoire, missions...page 3 Les collectivités membres...page 4 Bilan financier global...page 5 Coût moyen par habitant...page 5 Bilan

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Banque Mondiale République de Djibouti

Banque Mondiale République de Djibouti Mission d assistance à la définition d un système de gestion des déchets pour le Quartier 7 de la ville de Djibouti. Compléments sur le projet pilote (Janvier 2011) Ernst & Young et Associés Sommaire 1

Plus en détail

La Roche-Blanche, Saint Bonnet Lès Allier, Billom, Celles sur Durolle, Ennezat, Saint André le Coq, Saint Clément de Regnat, Aigueperse, Combronde,

La Roche-Blanche, Saint Bonnet Lès Allier, Billom, Celles sur Durolle, Ennezat, Saint André le Coq, Saint Clément de Regnat, Aigueperse, Combronde, La Roche-Blanche, Saint Bonnet Lès Allier, Billom, Celles sur Durolle, Ennezat, Saint André le Coq, Saint Clément de Regnat, Aigueperse, Combronde, Vitrac, Châtel-Guyon, Peschadoires Intervention Samuel

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

SCHEMA DEPARTEMENTAL DES INFRASTRUCTURES PUBLIQUES DE RECHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES OU HYBRIDES RECHARGEABLES

SCHEMA DEPARTEMENTAL DES INFRASTRUCTURES PUBLIQUES DE RECHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES OU HYBRIDES RECHARGEABLES SCHEMA DEPARTEMENTAL DES INFRASTRUCTURES PUBLIQUES DE RECHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES OU HYBRIDES RECHARGEABLES Dossier de presse Carcassonne, le 5 février 2015 Maître d Ouvrage : SYADEN (Syndicat

Plus en détail

DOSSIER PRESSE. Nouvelle signalétique et double certification pour les déchèteries communautaires 12 mars 2012 CONTACT PRESSE

DOSSIER PRESSE. Nouvelle signalétique et double certification pour les déchèteries communautaires 12 mars 2012 CONTACT PRESSE DOSSIER PRESSE Nouvelle signalétique et double certification pour les déchèteries communautaires 12 mars 2012 CONTACT PRESSE Muriel JARDRI Chargée de Communication Limoges Métropole 05 55 45 79 19 muriel_jardri@agglo-limoges.fr

Plus en détail

Commission n 3 du 4 septembre 2014 : Eau - Assainissement, Déchets Ménagers, Voirie

Commission n 3 du 4 septembre 2014 : Eau - Assainissement, Déchets Ménagers, Voirie Commission n 3 du 4 septembre 2014 : Eau - Assainissement, Déchets Ménagers, Voirie Présidence de la Commission : Paul LE BIHAN Partie Déchets Ménagers Ordre du jour de la commission n 3 Bilan de la saison

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

1997 : création d ELISE. 320.000 corbeilles de tri ELISE installées

1997 : création d ELISE. 320.000 corbeilles de tri ELISE installées 1997 : création d ELISE 25 sites en France 7 100 clients 320.000 corbeilles de tri ELISE installées 14 000 tonnes de papier recyclé /an 11 déchets différents collectés et valorisés 250 emplois créés pour

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE REUNION ATELIER N 3 DU 14/10/2010 Atelier 3 : Collectes sélectives, filières REP et recycleries

COMPTE-RENDU DE REUNION ATELIER N 3 DU 14/10/2010 Atelier 3 : Collectes sélectives, filières REP et recycleries Révision du plan d élimination des déchets des ménages et assimilés des Landes COMPTE-RENDU DE REUNION ATELIER N 3 DU 14/10/2010 Atelier 3 : Collectes sélectives, filières REP et recycleries Rédacteur

Plus en détail

APPEL A PROJETS Compostage partagé en pied d immeuble Résidence de 20 logements et plus REGLEMENT

APPEL A PROJETS Compostage partagé en pied d immeuble Résidence de 20 logements et plus REGLEMENT APPEL A PROJETS Compostage partagé en pied d immeuble Résidence de 20 logements et plus REGLEMENT Date limite de dépôt des dossiers : 31 décembre 2015 Article 1 : Présentation de la démarche En vue d atteindre

Plus en détail

Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France

Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France Amiens, le 15 novembre 2013 Contacts Presse CONSEIL REGIONAL DE

Plus en détail

AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL

AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL Mardi 28 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL Le Conseil général du Rhône s est réuni ce jour en séance publique à l Hôtel du Département. SOCIAL PDI (PROGRAMME DÉPARTEMENTAL

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

EQUIPEMENT ET ENVIRONNEMENT

EQUIPEMENT ET ENVIRONNEMENT ASSAINISSEMENT COLLECTIF FICHE N 4 Favoriser l équipement en dispositif d assainissement des collectivités et maîtres d ouvrages publics Vauclusiens au travers du contrat Départemental d Assainissement.

Plus en détail

POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire

POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire SOUTIEN AUX ENTREPRISES DE L ESS Nature du dispositif : instruction avec comité de sélection

Plus en détail

PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE MOUTIERS RÉUNION DU 24 FEVRIER 2015

PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE MOUTIERS RÉUNION DU 24 FEVRIER 2015 PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE MOUTIERS RÉUNION DU 24 FEVRIER 2015 L an deux mil quinze, le vingt-quatre février à vingt heures, Le Conseil Municipal de la commune

Plus en détail

ZAC. Aménageur & Maître d Ouvrage. un grand chantier à coordonner. Sommaire

ZAC. Aménageur & Maître d Ouvrage. un grand chantier à coordonner. Sommaire Aménageur & Maître d Ouvrage www.carsat-lr.fr Caisse d assurance retraite et de la santé au travail du Languedoc-Roussillon Département prévention/tarification des risques professionnels ZAC un grand chantier

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT PROJET CONVENTION DE PARTENARIAT APPEL A PROJET POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE STRUCTURE MULTI SERVICES DEDIEE A LA MOBILITE DURABLE SUR L AGGLOMERATION BORDELAISE Entre : - La Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX I. POUVOIR ADJUDICATEUR I.1 Identification Commune de Saint Paul BP 44 97 861 Saint Paul Cedex Contact : Pôle Aménagement

Plus en détail

416 avenue Charles-de-Gaulle - 01 330 VILLARS-LES-DOMBES Tél. : 04.74.98.47.15 - Fax : 04.74.98.43.82 E-mail : c.c.c.dombes@orange.

416 avenue Charles-de-Gaulle - 01 330 VILLARS-LES-DOMBES Tél. : 04.74.98.47.15 - Fax : 04.74.98.43.82 E-mail : c.c.c.dombes@orange. RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES - ANNEE 2008 416 avenue Charles-de-Gaulle - 01 330 VILLARS-LES-DOMBES Tél. : 04.74.98.47.15 -

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2014 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI La loi fi xe à tout établissement privé ou public d au moins 20 salariés une obligation d emploi de personnes handicapées

Plus en détail

Branche professionnelle des gardiens et employés d immeubles. Observatoire prospectif des métiers et des qualifications

Branche professionnelle des gardiens et employés d immeubles. Observatoire prospectif des métiers et des qualifications Branche professionnelle des gardiens et employés d immeubles Observatoire prospectif des métiers et des qualifications Gardiens(nes) Concierges Synthèse de l étude sur les métiers de la branche Employés(ées)

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014

BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014 BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014 CONTENU 1. INTRODUCTION...3 1.1. Cadre réglementaire... 3 1.2. Méthodologie retenue... 3 2. ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE...4

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Appel à projets «filières industrielles» - Notice simplifiée

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

Avenant au dossier de candidature du Parc des Expositions de Bruxelles de juin 2010

Avenant au dossier de candidature du Parc des Expositions de Bruxelles de juin 2010 Brussels Waste Network Appel à projet 2010 Avenant au dossier de candidature du Parc des Expositions de Bruxelles de juin 2010 1 Objet du projet Le Parc d expositions de Bruxelles (PEB) met à disposition

Plus en détail

ONDE- ENTS = = ÊTRE UN LEVIER DE LA MISE EN VALEUR DES MATIÈRES RÉSIDUEL LES AU PROFIT DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL.

ONDE- ENTS = = ÊTRE UN LEVIER DE LA MISE EN VALEUR DES MATIÈRES RÉSIDUEL LES AU PROFIT DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL. ONDE- ENTS MISSION PRENDRE EN CHARGE LA GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES GÉNÉRÉES PAR LA POPULATION TOUT EN ACCOMPAGNANT LES ACTEURS DANS UNE PERSPECTIVE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE. VISION ÊTRE UN LEVIER

Plus en détail

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 1/ OBJET Le présent règlement a pour objet de préciser les règles d organisation

Plus en détail

Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale

Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale N de la mesure : 1.4.1 Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale Action 1.4 : Optimiser la consommation de ressources dans le fonctionnement de la collectivité Pilote : Finalité

Plus en détail

CONVENTION DE CONSTITUTION D UNE ENTENTE POUR L INSTRUCTION DES DEMANDES D AUTORISATIONS DU DROIT DU SOL

CONVENTION DE CONSTITUTION D UNE ENTENTE POUR L INSTRUCTION DES DEMANDES D AUTORISATIONS DU DROIT DU SOL Document annexe au rapport n 14/162 Commune de Biscarrosse Commune de Gastes Commune de Luë Commune de Parentis-en-Born Commune de Sanguinet Commune de Sainte-Eulalie-en-Born Commune d Ychoux CONVENTION

Plus en détail

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 La MARPA Un Label ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 Le Label MARPA 2015 Le Label MARPA est attribué par la Caisse Centrale de Mutualité Sociale Agricole aux projets qui concrétisent les

Plus en détail

Séance du 9 novembre 2012 DELIBERATIONS

Séance du 9 novembre 2012 DELIBERATIONS Séance du 9 novembre 2012 DELIBERATIONS Installation d un nouveau commerce. Le conseil municipal apporte son soutien à la création d une nouvelle activité commerciale, place des Sabots, à la place de la

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Les acteurs en marche : -Emergence

Les acteurs en marche : -Emergence Les acteurs en marche : -Emergence - Bureautique Santé - Télémédecine Mercredi Appels à projets 2010 Émergence : Favoriser l émergence de maitrises d ouvrage solides et pérennes, capable de porter et coordonner

Plus en détail

Notre Projet Associatif

Notre Projet Associatif Notre Projet Associatif Mobil'Emploi 73 a choisi de réviser son projet associatif : le projet de l association, détenu par la mémoire collective des administrateurs historiques, devait être traduit par

Plus en détail

Contexte. Contact presse : Eléonore CREN, tel :03 27 53 01 39, mail : eleonore.cren@adus.fr

Contexte. Contact presse : Eléonore CREN, tel :03 27 53 01 39, mail : eleonore.cren@adus.fr DOSSIER DE PRESSE Procédure d audits énergétiques et environnementaux, première étape d un Plan d actions pour le développement de la filière éco-construction Contexte En Novembre 2008, le syndicat mixte

Plus en détail

PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION

PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION I Soutien au développement économique 1) Connaissance et analyse du tissu économique Une mission de connaissance et d analyse du tissu économique

Plus en détail

Règlement d usage de la marque imprim vert

Règlement d usage de la marque imprim vert Règlement d usage de la marque imprim vert P2i Pôle d'innovation de l'imprimerie Octobre 2009 RÈGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE IMPRIM VERT La marque Imprim Vert, marque collective simple, est la propriété

Plus en détail

Règlement de collecte des déchets. ménagers et assimilés

Règlement de collecte des déchets. ménagers et assimilés Règlement de collecte des déchets ménagers et assimilés Chapitre 1 - Dispositions générales Objet et champ d application du règlement L objet du présent règlement est de définir les conditions et modalités

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Règlement précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières

Plus en détail

FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 9 ème APPEL A PROJETS Les soutiens financiers de l État en faveur des projets de R&D

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail