BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE"

Transcription

1 Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb Paris Tél Fax BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE JUIN 2008 Toute reproduction totale ou partielle du présent document, sans accord préalable des responsables de la Commission Paritaire Nationale de Prévoyance est formellement interdite.

2 SOMMAIRE UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES 4 CHAPITRE I : DENOMBREMENT DES ENTREPRISES ET EFFECTIFS 8 EMPLOYES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN I DENOMBREMENT DES ENTREPRISES 8 1. Ensemble des entreprises 8 2. Entreprises employant des non salariés 11 II EVOLUTION DU CHIFFRE D AFFAIRES DE LA PROFESSION 13 III EFFECTIFS EMPLOYES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN EN ET LEUR STATUT IV STRUCTURE DES EFFECTIFS NON SALARIES EN EQUIVALENT 17 TEMPS PLEIN 1. Structure globale Selon la taille des entreprises Selon la spécialité des entreprises Selon l origine du financement des entreprises 21 V STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES EN EQUIVALENT 22 TEMPS PLEIN 1. Structure globale Selon la taille des entreprises Selon la spécialité des entreprises Selon l origine du financement des entreprises 26 CHAPITRE II : STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS 27 AU 31 DECEMBRE 2007 I STRUCTURE GLOBALE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS 27 AU 31 DECEMBRE 2007 II STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR FONCTION III STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR SEXE IV STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR AGE V STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR ANCIENNETE 2

3 VI STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR TYPE DE CONTRAT VII STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 (HORS CDII ET FORMATEURS OCCASIONNELS) SELON LA DUREE DU TRAVAIL VIII STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR PRINCIPALE CATEGORIE PROFESSIONNELLE IX STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DE- 43 CEMBRE 2007 SELON LES CATEGORIES PROFESSIONNELLES DEFINIES PAR LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE CHAPITRE III : REMUNERATION 46 I MASSE SALARIALE BRUTE 46 II SALAIRES Salaires moyens Formateurs qualifiés (2 ème degré) : niveau D Formateurs hautement qualifiés : niveau E Formateurs cadres : niveau F Employés administratifs : niveau B Secrétaires : niveau C1 52 III SALARIES AU MINIMUM DE LA CONVENTION COLLECTIVE 53 IV HEURES SUPPLEMENTAIRES ET HEURES 54 V AUTRES FORMES DE REMUNERATION Epargne salariale Avantages en nature (tickets restaurant et matériel) 57 CHAPITRE IV: FORMATION PROFESSIONNELLE ET CONDITIONS 58 DE TRAVAIL I IMPORTANCE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Budget consacré Effectifs salariés bénéficiaires de formations Durée moyenne des formations 61 II DEPLACEMENTS 62 III GARANTIES SANTE Prévoyance obligatoire Mutuelles et frais de santé 64 IV EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES 66 SYNTHESE 68 ANNEXE : Questionnaire + Grille de salaires 69 3

4 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES Cette sixième édition du bilan social des entreprises de formation professionnelle propose un état des lieux à l issue de l année 2007, structuré en quatre grandes parties : - les caractéristiques des effectifs employés en équivalent temps plein - la structure de l emploi salarié au les rémunérations (masses salariales et salaires) - la formation professionnelle et les conditions de travail. Comme pour les éditions précédentes, le champ de l étude couvre l ensemble des entreprises de formation professionnelle privées employant au moins deux salariés en équivalent temps plein. Des entreprises répertoriées par le Groupe National de Contrôle, seules les à entreprises privées, réellement actives, et employant deux salariés et plus, sont concernées. FICHIER GROUPE NATIONAL DE CONTROLE entreprises répertoriées actives à employant deux salariés et plus 4

5 Pour reconstituer cet univers et procéder à un dénombrement précis des entreprises concernées, une approche analogue à celle mise en œuvre les années précédentes a été retenue : 1. Constitution des fichiers Trois fichiers ont permis de reconstituer la profession ainsi définie : - En base, le fichier F.F.P. comprenant 370 adhérents. - en complément, le fichier O.P.Q.F* des entreprises privées de 485 sociétés. Une fois dédoublonné avec le fichier F.F.P., restent 300 entreprises. - enfin, le fichier G.N.P. constitué de entreprises, dont près de viennent en supplément des fichiers précédents (F.F.P. et O.P.Q.F**.). Le tout constitue donc un ensemble de entreprises potentiellement concernées par l étude (près de 500 de plus qu'en 2005). Subsistent au sein des fichiers ainsi reconstitués des entreprises qui ne présentent pas les caractéristiques requises. C est l objet de la deuxième étape, dite de dénombrement, que d en estimer la proportion entreprises potentiellement concernées par le bilan social Adhérents Entreprises F.F.P. d au moins salarié entreprises Fichier O.P.Q.F.* 485 entreprises Fichier G.N.P entreprises ** Office Professionnel de Qualification des organismes de Formation 5

6 2. Dénombrement Le dénombrement précis des sociétés de formation privées d au moins deux salariés en équivalent temps plein résulte d un sondage aléatoire par téléphone sur entreprises. Cette opération permet de conclure que 96 % du fichier F.F.P., 87 % du fichier O.P.Q.F., ainsi que 83 % du fichier G.N.P. relèvent de l univers étudié portant à le dénombrement total. Potentiel entreprises Univers étudié effectif : entreprises Fichier F.F.P. 370 entreprises Fichier O.P.Q.F.* 300 entreprises Fichier G.N.P.** entreprises Sondage (sur entreprises) Fichier F.F.P. 350 entreprises Fichier O.P.Q.F.* 250 entreprises Fichier G.N.P.** entreprises 750 entreprises de moins de 2 salariés 100 cessations d activité 150 organismes publics 50 autres conventions collectives * dédoublonné du fichier F.F.P. ** dédoublonné des fichiers F.F.P. et O.P.Q.F. 6

7 3. Réalisation des enquêtes Le questionnaire corrigé et complété par le comité de pilotage et figurant en annexe à ce rapport a ensuite été adressé par voie postale à entreprises, à raison de la totalité des adhérents F.F.P. et O.P.Q.F. et de sociétés issues du fichier G.N.P. et identifiées au cours de la phase précédente comme concernées par le bilan. Les enquêteurs de l Institut ont ensuite procédé aux relances téléphoniques nécessaires pour récupérer les questionnaires, les compléter ou les remplir directement (généralement en deux étapes avec couplage fax-téléphone). A l issue de cette phase de collecte des informations, le bilan suivant peut être établi : 445 questionnaires exploitables à raison de : 128 issus du fichier F.F.P. 66 issus du fichier O.P.Q.F.* 251 issus du fichier G.N.P.** Soit un taux de participation de 18 % pour des taux de représentativité sur l ensemble des sociétés de la profession de : 10 % en nombre d entreprises 25 % en nombre de salariés 4. Traitements et analyse Après saisie informatique, les questionnaires ont fait l objet des traitements statistiques nécessaires à l aide des logiciels développés par l Institut dans le cadre d études analogues. Les estimations sont systématiquement représentatives de la profession définie par les entreprises de formation professionnelle privées employant au moins deux salariés en équivalent temps plein. Les variables estimées ont en effet été repondérées selon le poids réel de chacune des trois strates d emploi salarié retenues (2 à 9 salariés, 10 à 49 salariés, 50 salariés et plus), voire lorsque cela s est avéré nécessaire, par les neuf sous-strates résultant du croisement entre emploi salarié et fichier d origine (F.F.P., O.P.Q.F., G.N.P.). * dédoublonné du fichier F.F.P. * dédoublonné du fichier O.P.Q.F. 7

8 CHAPITRE I : DENOMBREMENT DES ENTREPRISES ET EFFECTIFS EMPLOYES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN I DENOMBREMENT DES ENTREPRISES 1. Ensemble des entreprises En un an, le nombre d entreprises de la profession tend légèrement à se réduire et s établit à en Cette évolution globale résulte de la disparition de 150 petites entités (2 à 9 salariés). Les autres strates demeurent inchangées en terme de nombre d entreprises : toujours près de sociétés emploient 10 à 49 salariés et la plus grande strate (50 salariés et plus) regroupe 150 entités. A l instar des années précédentes, la part des sociétés spécialisées en linguistique avoisine toujours 10 % des entreprises de la profession, soit 400 entités. En liaison avec le développement du DIF*, le poids des entreprises financées essentiellement par fonds privés continue de se renforcer en 2007 puisque ces structures pèsent désormais pour 45 % en termes de nombre, soit 5 points de plus qu en A l inverse, les entités dont le chiffre d affaires provient notamment de fonds publics voient leur poids se réduire considérablement en 5 ans, passant de 39 % en 2002 à 34 % en Evolution du nombre d entreprises 5000 Nombre d'entreprises % % ,5% ,5% * Droit Individuel de Formation, réservé aux salariés du privé. 8

9 Répartition des entreprises selon leur taille Evolution salariés et plus : 150 entreprises % d'entreprises 4% 10 4% 4% 4% 3% 4% 10 à 49 salariés : entreprises 27% 4% % 28% 27% 27% 27% 27% 67% 68% 69% 69% 7 69% 69% 2 à 9 salariés : entreprises à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Répartition des entreprises selon leur spécialité Evolution Linguistique : 400 entreprises % d'entreprises 10 9% 8% 9% 9% 1 9% 9% % 92% 91% 91% 9 91% 91% 2 Autres : entreprises Autres Linguistique 9

10 Répartition des entreprises selon l origine du financement Fonds mixtes (3) : 950 entreprises 21% 34% Fonds publics (1) : entreprises 45% Fonds privés (2) : entreprises Evolution % d'entreprises 10 21% 21% % 21% 6 39% 41% 42% 44% 45% 2 39% 39% 38% 35% 34% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 10

11 2. Entreprises employant des non salariés Alors que le nombre global d entreprises diminue entre 2006 et 2007, le nombre d entre elles employant des non salariés apparaît inchangé : sociétés. Les plus petites entités, celles spécialisées en linguistique, ainsi que celles financées notamment par des fonds privés, sont plus enclines à employer des non salariés que leurs consoeurs : leur poids en termes d entreprises employant des non salariés est plus important qu'en termes de nombre global d entreprises. Evolution du nombre d entreprises employant des non salariés 3500 Nombre d'entreprises % - 9% % Répartition des entreprises employant des non salariés selon leur taille Evolution salariés et plus : 100 entreprises % d'entreprises 3% 10 3% 4% 4% 3% 3% 10 à 49 salariés : 800 entreprises 25% 3% % 31% 28% 28% 25% 25% 66% 66% 68% 68% 72% 72% 72% 2 2 à 9 salariés : entreprises à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus 11

12 Répartition des entreprises employant des non salariés selon leur spécialité Evolution Linguistique : 350 entreprises % d'entreprises % 11% 11% 11% 11% 11% % 89% 89% 89% 89% 89% 2 Autres : entreprises Autres Linguistique Répartition des entreprises employant des non salariés selon leur origine de financement % d'entreprises Evolution Fonds mixtes (3) : 700 entreprises Fonds publics (1) : 900 entreprises % 19% % 22% 22% 29% 6 45% 44% 46% 47% 48% 49% 2 36% 37% 34% 33% 3 29% 49% Fonds privés (2) : entreprises Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 12

13 II EVOLUTION DU CHIFFRE D AFFAIRES DE LA PROFESSION L année 2007 a été marquée par une très bonne orientation de l activité des entreprises de la profession. A périmètre constant (hors création et disparition d entreprises), le chiffre d affaires affiche une hausse très sensible, à hauteur de + 8 % à un an d intervalle. Compte tenu de l évolution structurelle des entreprises de la profession (150 petites entreprises de moins entre 2006 et 2007), le rythme de progression global de l activité s établit à 7,5 % sur cette période. Le taux de croissance apparaît corrélé à la taille des sociétés, passant de 5 % pour les plus petites structures à + 10 % pour leurs consoeurs de plus grande taille. Evolution du chiffre d affaires H.T. 2007/2006 Périmètre constant Globale + 8 % + 7,5 % Evolution (globale) du chiffre d affaires H.T. % d'évolution 8% + 7,5% 6% 4% + 3,5% + 4% 2% + 1% + 0,5% 2003/ / / / /2006 Détail de l évolution (globale) 2007/2006 selon la taille des entreprises 12% 1 8% 6% 4% 2% % d'évolution 5% 7% 1 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ens : + 7,5% 13

14 III EFFECTIFS EMPLOYES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN EN 2007 ET LEUR STATUT Le nombre d actifs en équivalent temps plein progresse sensiblement et atteint personnes en 2007 : + 4 % par rapport à Comme cela sera détaillé après, cette augmentation du nombre d actifs résulte désormais d une hausse cumulée du nombre de non salariés et du nombre de salariés. Ainsi, la part des non salariés en constant recul entre 2002 et 2006 se raffermit légèrement (1 point de plus) en La répartition de ces effectifs en équivalent temps plein selon la taille, la spécialité et l origine du financement des entreprises varie à la marge entre 2006 et De fait, les plus petites structures qui pèsent pour 69 % en termes de nombre d entreprises emploient seulement 29 % des actifs en équivalent temps plein alors que les 150 plus grandes entités regroupent un tiers de ces actifs. Un dixième des effectifs de la profession travaillent au sein d un établissement spécialisé en linguistique. Enfin, les sociétés financées par fonds privés emploient toujours 43 % des actifs et celles financées par fonds publics totalisent 40 % des effectifs de la profession. Evolution du nombre d actifs (salariés + non salariés) en équivalent temps plein Nombre de personnes ,5% ,5% % %

15 Répartition des actifs en équivalent temps plein selon la taille des entreprises Evolution salariés et plus : personnes 2 à 9 salariés : personnes % d'actifs % 33% 32% 32% 33% 33% 33% 29% 6 39% 39% 39% 38% 38% 2 28% 28% 29% 29% 29% 29% 38% 10 à 49 salariés : personnes à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Répartition des actifs en équivalent temps plein selon la spécialité des entreprises Evolution Linguistique : personnes % d'actifs 10 9% 8% 9% 9% 9% % 92% 91% 91% 91% Autres : personnes Autres Linguistique 15

16 Répartition des actifs en équivalent temps plein selon l'origine du financement des entreprises Fonds mixtes (3) : personnes 17% Fonds publics (1) : personnes Evolution % d'actifs 10 15% 16% 16% 16% 17% % 41% 42% 42% 43% 17% 43% 2 43% 43% 42% 42% Fonds privés (2) : personnes 43% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. Répartition des actifs en équivalent temps plein selon le statut du personnel Evolution Non salariés : personnes % d'actifs 10 16% 13% 12% 11% 11% 12% 12% % 87% 88% 89% 89% 88% 88% 2 Salariés : personnes Salariés Non salariés 16

17 IV STRUCTURE DES EFFECTIFS NON SALARIES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN 1. Structure globale L emploi des effectifs non salariés apparaît corrélé à l évolution du chiffre d affaires. En effet, quand l activité était peu dynamique ( ), les entreprises avaient privilégié l emploi salarié au détriment des effectifs non salariés. En revanche, les sociétés enregistrent d excellentes performances en 2006 et 2007 et recourent alors plus fréquemment à l emploi de travailleurs indépendants qu en 2004 et La «part flexible» des non salariés étant les travailleurs indépendants, ces derniers représentent désormais plus de six non salariés sur dix de la profession. A noter que les dirigeants choisissent de plus en plus un statut de salarié : ils ne sont plus que à être non salariés, soit 300 de moins que l année précédente. Quant aux bénévoles, ils ne sont plus qu une poignée : environ 200 personnes en équivalent temps plein. Evolution du nombre de non salariés en équivalent temps plein Nombre de personnes % % - 4 % % % Répartition des non salariés en équivalent temps plein selon leur statut Bénévoles non salariés : 200 personnes 2% Travailleurs indépendants : personnes Evolution % de non salariés 10 9% 6% 6% 5% 3% 8 34% 39% 43% 45% 47% 6 2% 36% Dirigeants non salariés : personnes 36% 2 57% 55% 49% 48% 54% 62% 62% Travailleurs indépendants Dirigeants non salariés Bénévoles non salariés

18 2. Selon la taille des entreprises Les entreprises de la plus petite strate emploient presque tous les travailleurs indépendants en équivalent temps plein supplémentaire. Ainsi, les entités de 2 à 9 salariés regroupent 56 % des non salariés, contre 53 % en 2006 et 49 % en La part des travailleurs indépendants reste toutefois corrélée à la taille des entreprises, s échelonnant de 48 % pour celle de moins de 10 salariés à 98 % pour leurs consoeurs de plus grande taille. Les dirigeants non salariés demeurent notamment présents au sein des sociétés de plus petite taille, représentant la moitié des non salariés en équivalent temps plein. Répartition des non salariés en équivalent temps plein selon la taille des entreprises % de non salariés Evolution salariés et plus : personnes 2 à 9 salariés : personnes % 24% 21% 21% 21% 19% 19% 6 31% 31% 32% 3 26% 25% 25% 56% 2 44% 45% 47% 49% 53% 56% 10 à 49 salariés : personnes à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus 18

19 Détail de la répartition des non salariés en équivalent temps plein selon la taille des entreprises en 2007 % de non salariés 10 2% 5% NS 2% 2% % 36% 6 98% 2 48% 62% 62% 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble Travailleurs indépendants Dirigeants non salariés Bénévoles non salariés 19

20 3. Selon la spécialité des entreprises La hausse des effectifs non salariés concerne l ensemble des entreprises, indépendamment de leur spécialité. Une fois de plus l emploi des non salariés s avère plus fréquent au sein des sociétés spécialisées en formation linguistique puisque cette catégorie réunit 9 % des entreprises mais 12 % des effectifs non salariés. Répartition des non salariés en équivalent temps plein selon la spécialité des entreprises Evolution Linguistique : personnes % de non salariés 10 12% 12% 13% 12% 12% 12% 12% % 88% 87% 88% 88% 88% 88% 2 Autres : personnes Autres Linguistique La répartition des statuts des non salariés en équivalent temps plein n est pas significativement différente selon la spécialité des entreprises 20

21 4. Selon l origine du financement des entreprises Le renforcement du recours aux travailleurs indépendants concerne les trois catégories d entreprises étudiées ici. Les sociétés financées essentiellement par fonds publics et celles financées essentiellement par fonds privés enregistrent chacune 200 non salariés de plus entre 2006 et Celles financées par fonds mixtes, de plus petite taille, comptent 300 non salariés supplémentaires sur cette période. Répartition des non salariés en équivalent temps plein selon l'origine du financement des entreprises Fonds mixtes (3) : personnes 19% 35% Fonds publics (1) : personnes % de non salariés Evolution % 16% 17% 5 44% 44% 15% 17% 47% 47% 19% 46% Fonds privés (2) : personnes 46% 2 35% 39% 38% 36% 35% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) La répartition des statuts des non salariés en équivalent temps plein n est pas significativement différente selon l origine du financement des entreprises (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 21

22 V STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN 1. Structure globale Le nombre de salariés en équivalent temps plein progresse de 3,5 % entre 2006 et 2007 et s inscrit désormais au-delà de salariés. Déjà prépondérante les années précédentes, la part des CDI tend à se renforcer en 2007 et représente 84 % des salariés en équivalent temps plein, soit 2 points de plus qu en La part des entreprises spécialisées en linguistique n ayant évolué qu à la marge, les CDII pèsent toujours pour 5 % des effectifs. Le poids des CDD diminue de 2 points en un an et s établit à 13 % en Quant aux formateurs occasionnels, ils représentent toujours 3 % des salariés en équivalent temps plein. Evolution du nombre de salariés en équivalent temps plein Nombre de personnes % % % ,5% ,5% Répartition des salariés en équivalent temps plein selon leur statut Evolution CDD : personnes Formateurs occasionnels : personnes : 3 % 13% % de salariés 10 3% 3% 3% 3% 3% 15% 14% 15% 15% 13% % 83% 82% 82% 84% 84% dont 5 % de CDII CDI : personnes (dont CDII) 2 dont 4 % CDII dont 5 % CDII dont 5 % CDII dont 5 % CDII CDI CDD Formateurs occasionnels dont 5 % CDII 22

23 2. Selon la taille des entreprises En liaison avec la réduction du nombre de petites entités (2 à 9 salariés), le nombre de salariés en équivalent temps plein de cette strate s est légèrement réduit entre 2006 et Ainsi, le poids de cette strate a baissé d 1 point et représente désormais un quart des effectifs totaux. Les entreprises de tailles intermédiaires réunissent 41 % des salariés en équivalent temps plein et les 150 plus grandes structures emploient plus d un tiers de cet effectif. La répartition des salariés selon leur type de contrats se différencie peu selon la taille des entreprises. A noter toutefois que les formateurs occasionnels représentent 6 % des salariés en équivalent temps plein des plus petites entités contre seulement 1 % au sein de leurs consoeurs de plus grande taille. Répartition des salariés en équivalent temps plein selon la taille des entreprises Evolution % de salariés 50 salariés et plus : personnes 2 à 9 salariés : personnes % 34% 34% 34% 34% 34% 34% 25% 6 41% 41% 41% 2 25% 25% 26% 26% 26% 25% 41% 10 à 49 salariés : personnes à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus 23

24 Détail de la nature des contrats des salariés en équivalent temps plein selon la taille des entreprises en 2007 % de salariés % 12% 3% 1% 3% 13% 13% 13% 6 82% 84% 86% 84% 2 dont 5 % CDII dont 5 % CDII dont 5 % CDII dont 5 % CDII 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels 24

25 3. Selon la spécialité des entreprises Comme les années précédentes, les entreprises spécialisées en formation linguistique concentrent un peu moins de 10 % des salariés en équivalent temps plein, ce qui correspond à Les CDII étant destinés exclusivement aux formateurs linguistiques, ils totalisent 17 % des salariés en équivalent temps plein des entreprises spécialisées en linguistique contre seulement 3 % pour les autres. Répartition des salariés en équivalent temps plein selon la spécialité des entreprises Evolution Linguistique : personnes % de salariés 10 8% 9% 9% 9% 9% 9% 9% % 91% 91% 91% 91% 91% 91% Autres : personnes Autres Linguistique Détail de la nature des contrats des salariés en équivalent temps plein selon la spécialité des entreprises en 2007 % de salariés % 3% 3% 14% 13% 13% 6 85% 84% 84% 2 dont 17 % CDII dont 3 % CDII dont 5 % CDII Linguistique Autres Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels 25

26 4. Selon l origine du financement des entreprises Corrélativement à l évolution du nombre d entreprises selon l origine de leur financement, la part des sociétés dont le chiffre d affaires provient essentiellement de fonds publics tend à diminuer en termes de salariés en équivalent temps plein. Cette catégorie pèse, en 2007, pour 40 % des effectifs, contre 41 % en 2006 et 44 % en Les entreprises financées notamment par fonds privés totalisent 43 % des salariés en équivalent temps plein et celles financées par fonds mixtes, 17 %. Répartition des salariés en équivalent temps plein selon l'origine du financement des entreprises Evolution Fonds mixtes (3) : personnes 17% Fonds publics (1) : personnes % de salariés 10 15% 16% 16% 16% % 41% 42% 42% 16% 43% 17% 43% 2 44% 43% 42% 42% 41% Fonds privés (2) : personnes 43% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) La répartition des statuts des salariés en équivalent temps plein n est pas significativement différente selon l origine du financement des entreprises (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 26

27 CHAPITRE II : STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 I STRUCTURE GLOBALE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 A l instar de l ensemble de l économie française en 2007, l activité des entreprises de formation a été moins animée en fin d année qu en début d année : le nombre de salariés présents au 31 décembre progresse moins rapidement (+ 2,5 %) que le nombre de salariés en équivalent temps plein (+ 3,5 %). Le poids des plus grandes entités en termes de nombre de salariés présents en fin d année progresse d 1 point et dépasse désormais le tiers du total profession. Les entreprises spécialisées en linguistique réunissent à nouveau 9 % des salariés présents au 31 décembre Enfin, compte tenu des évolutions structurelles des entreprises de la profession selon l origine de leur financement, les entreprises financées par fonds privés totalisent désormais 45 % des salariés présents en fin d année, soit 1 point de plus qu en Evolution du nombre de salariés au 31 décembre Nombre de personnes % % + 1% % ,5 %

28 Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon la taille des entreprises Evolution salariés et plus : personnes 2 à 9 salariés : personnes % de salariés 10 34% 28% % 32% 32% 33% 33% 34% 41% 37% 39% 38% 38% 38% 38% 2 26% 31% 29% 29% 29% 28% 10 à 49 salariés : personnes à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon la spécialité des entreprises Evolution Linguistique : personnes % de salariés 10 8% 8% 9% 9% 9% 9% 9% % 92% 91% 91% 91% 91% 91% 2 Autres : personnes Autres Linguistique 28

29 Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon l'origine du financement des entreprises Evolution Fonds mixtes (3) : personnes Fonds publics (1) : personnes % de salariés 10 17% 17% 17% 17% 17% 17% 17% 38% % 42% 43% 44% 44% 45% Fonds privés (2) : personnes 45% 2 41% 41% 39% 39% 38% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 29

30 II STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR FONCTION La tendance, observée depuis 2003, qui consiste en une progression continue de la part des effectifs formateurs se renouvelle en Les formateurs représentent 56 % des salariés présents en fin d année 2007, soit 1 point de plus qu en La part des formateurs s avère plus importante au sein des petites entités (60 %) qu au sein des entreprises de grande taille (54 %). Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur fonction Evolution % de salariés Non formateurs : personnes % 48% 47% 45% 44% 44% 56% % 52% 53% 55% 56% Formateurs : personnes Formateurs Non formateurs 30

31 % de salariés 10 Selon la taille des entreprises Selon la spécialité des entreprises % de salariés % 46% 44% 8 42% 44% 44% % 54% 56% 2 58% 56% 56% 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés Formateurs 50 salariés et plus Non formateurs Ensemble Linguistique Autres Ensemble Formateurs Non formateurs Selon l origine du financement des entreprises % de salariés % 46% 45% 44% % 54% 55% 56% Fonds publics Fonds privés Fonds mixtes Ensemble Formateurs Non formateurs 31

32 III STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR SEXE Le taux de féminisation apparaît inchangé en 2007 puisque les femmes représentent à nouveau 64 % des salariés présents au 31 décembre. Ce taux apparaît particulièrement élevé au sein des entreprises spécialisées en linguistique (71 %), au sein de celles financées essentiellement par fonds publics (72 %) ainsi que chez les non formateurs (73 %). Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur sexe Evolution Hommes : personnes % de salariés % 36% 36% 36% 36% 36% 36% 6 64% Femmes : personnes 2 66% 64% 64% 64% 64% 64% Femmes Hommes 32

33 10 Selon la taille des entreprises % de salariés 10 Selon la spécialité des entreprises % de salariés 8 35% 34% 38% 36% 8 29% 37% 36% % 66% 62% 64% 2 71% 63% 64% 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble Linguistique Autres Ensemble Femmes Hommes Femmes Hommes Selon l origine du financement des entreprises % de salariés Selon la fonction des salariés % de salariés 8 28% 43% 35% 36% 8 43% 27% 36% % 57% 65% 64% 2 73% 57% 64% Fonds publics Fonds privés Fonds mixtes Ensemble Formateurs Non formateurs Ensemble Femmes Hommes Femmes Hommes 33

34 IV STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR AGE A l image des deux années précédentes, l âge moyen des salariés avoisine 40,5 ans en Près de la moitié des salariés sont âgés de 35 à 49 ans. Les différences d âge selon la taille des entreprises s amplifient légèrement en Les salariés des plus petites entités ont désormais en moyenne 2 ans de moins que leurs confrères travaillant au sein d une des 150 plus grandes entreprises. Enfin, les formateurs apparaissent plus âgés que les effectifs non formateurs (2 ans d écart). Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur âge Evolution de l'âge moyen des salariés 60 ans et plus 3% (2.700 sal.) 50 ans 50 à 59 ans 35 à 49 ans 25 à 34 ans 19% ( sal.) 26% 48% ( sal.) ( sal.) ,5 40,5 40, Moins de 25 ans 4% (5.000 sal.) Age moyen des salariés en à 9 salariés Selon la taille des entreprises 10 à 49 salariés 50 sal. et + 39,5 ans 40,5 ans 41,5 ans 40,5 ans Ensemble Formateurs Selon leur fonction Non formateurs Ensemble 41,5 ans 39,5 ans 40,5 ans Les répartitions des salariés par tranche d âge ne sont pas significativement différentes selon la spécialité et l origine du financement des entreprises 34

35 V STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR ANCIENNETE L ancienneté des salariés au sein de la même entreprise avoisine 6 ans en Plus de la moitié des salariés ont intégré leur entreprise il y a moins de 4 ans. En corrélation avec l âge moyen, l ancienneté moyenne des salariés de la profession varie selon la taille des entreprises, passant de 5 ans pour les plus petites structures à 6,5 ans pour celles de plus grande dimension. Le turnover des non formateurs apparaît plus limité que celui des formateurs : les non formateurs ont 1 an et demi en moyenne d ancienneté de plus que les formateurs. Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur ancienneté* Plus de 15 ans 1 ( sal.) 10 à 15 ans 8 à 10 ans 5 à 7 ans 1 11% ( sal.) ( sal.) 17% ( sal.) Ancienneté* moyenne : 6 ans 3 à 4 ans 15% ( sal.) 1 à 2 ans Moins d'un an 18% 19% ( sal.) ( sal.) Ancienneté* moyenne des salariés en à 9 salariés Selon la taille des entreprises 10 à 49 salariés 50 sal. et + 5 ans 6 ans 6,5 ans 6 ans Ensemble Formateurs Selon leur fonction Non formateurs Ensemble 5 ans 6,5 ans 6 ans * ancienneté dans la même entreprise et non dans la profession Les répartitions des salariés par tranche d âge ne sont pas significativement différentes selon la spécialité et l origine du financement des entreprises 35

36 Les des entreprises VI STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR TYPE DE CONTRAT Comme cela a déjà été remarqué dans le chapitre concernant les équivalents temps plein, la part des CDI se renforce en De fait 72 % des salariés présents au 31 décembre 2007 détiennent un CDI (dont 4 % sont en CDII), soit 1 point de plus qu en En revanche, le poids des CDD se limite à un an d intervalle passant de 19 % en 2006 à 18 % un an après. Quant aux formateurs occasionnels, ils représentent toujours 10 % des effectifs présents en fin d année (17 % au sein des formateurs). L analyse détaillée de ces contrats montre que les plus grandes entités et les structures financées par des fonds privés emploient très fréquemment des CDI. Les CDD, plus souvent de sexe féminin, s avèrent notamment utilisés par les entreprises financées par fonds publics. Les formateurs occasionnels, souvent de sexe masculin, sont notamment employés au sein des petites entités. Enfin, compte tenu de la particularité de ce contrat, les CDII représentent 20 % des salariés des entreprises spécialisées en linguistique. Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur type de contrat Evolution Formateurs occasionnels : personnes % de salariés 10 9% CDD : personnes 18% % 74% 17% 73% 18% 19% 72% 71% 18% 72% 72% 2 dont 3 % CDII dont 4 % CDII dont 4 % CDII dont 4 % CDII dont 4 % CDII (dont 4 % de CDII) CDI : personnes (dont CDII) CDI CDD Formateurs occasionnels 36

37 10 8 Selon la taille des entreprises % de salariés 15% 9% 5% 19% 16% 19% 1 18% Selon la spécialité des entreprises % de salariés % 14% 11% 1 19% 18% % 72% 76% 72% 85% 7 72% 2 dont 4 % CDII dont 4 % CDII dont 3 % CDII dont 4 % CDII 2 dont 20 % CDII dont 1 % CDII dont 4 % CDII 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble Linguistique Autres Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels CDI CDD Formateurs occasionnels Selon l origine du financement des entreprises 10 % de salariés % 8 24% 17% 18% 10 8 Selon la fonction des salariés % de salariés 17% 13% 1 18% 22% % 66% 73% 72% 87% 61% 72% 2 dont 2 % CDII dont 7 % CDII dont 1 % CDII dont 4 % CDII 2 dont 7 % CDII dont 4 % CDII Fonds publics Fonds privés Fonds mixtes Ensemble Formateurs Non formateurs Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels CDI CDD Formateurs occasionnels 10 8 % de salariés 13% Selon le sexe des salariés 8% 1 15% 2 18% 6 72% 72% 72% 2 dont 4 % CDII dont 4 % CDII dont 4 % CDII Hommes Femmes Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels 37

38 VII STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 (HORS CDII ET FORMATEURS OCCASIONNELS) SELON LA DUREE DU TRAVAIL L année 2007 a été marquée par un léger recul de la part des salariés à temps partiel. En fin d année, 40 % des salariés (hors CDII et formateurs occasionnels) travaillent à temps partiel, contre 41 % les 4 années précédentes. Ces pourcentages ne varient que légèrement selon la spécialité et l origine du financement des entreprises : les temps partiel sont un peu plus présents au sein des entreprises spécialisées en linguistique et au sein de celles financées par fonds publics et par fonds mixtes. A noter que la part des salariés à temps plein se différencie selon la taille des sociétés, s établissant à 56 % pour la plus petite strate contre plus de 60 % pour les moyennes et les grandes structures. Comme en 2006, les postes à temps partiel concernent principalement les formateurs (50 % contre 31 % pour les non formateurs) ainsi que les effectifs féminins (46 % contre 29 % pour les hommes). En 2007, la durée moyenne des temps partiels avoisine toujours 20 heures 30 par semaine et s échelonne de 19 heures pour les entreprises de moins de 10 salariés à 22 heures pour celles de plus grande envergure. Répartition des salariés hors CDII et formateurs occasionnels présents au 31 décembre 2007 selon la durée du travail Temps partiel : personnes Evolution % de salariés % 41% 41% 41% % 59% 59% 59% 6 Temps plein : personnes Temps plein Temps partiel 38

39 % de salariés 10 Selon la taille des entreprises Selon la spécialité des entreprises % de salariés % 38% 39% 8 44% % 62% 61% % à 9 salariés 10 à 49 salariés Temps plein 50 salariés et plus Temps partiel Ensemble Linguistique Autres Ensemble Temps plein Temps partiel Selon l origine du financement des entreprises Selon la fonction des salariés % de salariés 10 % de salariés % 37% 43% % % 63% 57% % 6 Fonds publics Fonds privés Temps plein Fonds mixtes Temps partiel Ensemble Formateurs Non formateurs Ensemble Temps plein Temps partiel 39

40 % de salariés 10 Selon le sexe des salariés 8 29% 46% % 54% 6 Hommes Femmes Ensemble Temps plein Temps partiel Durée moyenne des temps partiel : 20 h 30 (hors CDII et formateurs occasionnels) Détail de la durée moyenne des temps partiel selon la taille des entreprises Nombre d'heures 19 h h h 00 Ensemble 20 h à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Rappel à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble 19 h h h h 30 40

41 VIII STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR PRINCIPALE CATEGORIE PROFESSIONNELLE Les dirigeants choisissant un statut de salariés ayant progressé en 2007, le nombre de cadre s affiche en hausse à un an d intervalle et atteint personnes, soit 20 % des salariés présents en fin d année. Le poids du personnel d encadrement se révèle plus important au sein des plus grandes structures (23 %) de celles financées surtout par des fonds privés (25 %). De plus, la part des cadres demeure nettement pus élevée pour les hommes que les femmes (27 % contre 16 %). Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur catégorie professionnelle Evolution Cadres : personnes % de salariés % % Non cadres : personnes Non cadres Cadres 41

42 % de salariés 10 Selon la taille des entreprises 17% 18% 23% Selon la spécialité des entreprises % de salariés 15% % 82% 77% 8 85% à 9 salariés 10 à 49 salariés Non cadres 50 salariés et plus Cadres Ensemble Linguistique Autres Ensemble Non cadres Cadres Selon l origine du financement des entreprises Selon la fonction des salariés 10 8 % de salariés 15% 19% 25% % de salariés 14% 27% % 75% 81% 8 86% 73% Fonds publics Fonds privés Fonds mixtes Ensemble Formateurs Non formateurs Ensemble Non cadres Cadres Détail selon le sexe des salariés % de salariés 10 16% 27% 2 8 Non cadres Cadres 6 84% 73% 8 2 Hommes Femmes Ensemble Non cadres Cadres 42

43 IX- STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LES CATEGORIES PROFESSIONNELLES DEFINIES PAR LA CONVEN- TION COLLECTIVE NATIONALE Suite à une augmentation progressive depuis 2003, le poids des techniciens de la catégorie D semble se stabiliser à 44 % en Contrairement à 2006, le poids de la catégorie F pour les cadres se réduit alors que celui de la catégorie G progresse pour retrouver le même niveau qu en Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon les catégories professionnelles définies par la Convention Collective Nationale Catégorie I : personnes Catégorie H : personnes 3% Catégorie G : personnes Catégorie F : personnes 11% 1% 5% Catégorie A : personnes Catégorie B : personnes 4% 4% 9% Catégorie C : personnes Catégorie E2 : personnes Catégorie E1 : personnes 7% 12% 27% Catégorie D1 : personnes 17% Catégorie D2 : personnes 43

44 Evolution Non cadres 5 % de salariés 41% 43% 44% % 18% 19% 1 5% 5% 6% 4% 5% 4% 1 8% 9% A B C D E Cadres 15% % de salariés 12% 12% 11% 1 5% 6% 5% 5% 2% 2% 3% 1% 1% 1% F G H I

45 Détail selon la fonction des salariés en 2007 Catégories Répartition des formateurs (en %) Répartition des non formateurs (en %) Ensemble (en %) A (employés spécialisés) - 10 % 4 % B (employés qualifiés) - 9 % 4 % C (techniciens qualifiés 1 er degré) - 20 % 9 % D1 (techniciens qualifiés 2 nd degré) 37 % 15 % 27 % D2 (techniciens qualifiés 2 nd degré) 23 % 9 % 17 % E1 (techniciens hautement qualifiés) 16 % 7 % 12 % E2 (techniciens hautement qualifiés) 10 % 3 % 7 % F (cadres) 8 % 14 % 11 % G (cadres) 3 % 7 % 5 % H (cadres) 2 % 4 % 3 % I (cadres) 1 % 2 % 1 % Ensemble 100 % 100 % 100 % Nombre global de salariés Les répartitions des salariés par catégories professionnelles (définies par la Convention Collective Nationale) ne sont pas significativement différentes selon la taille, la spécialité et l origine du financement des entreprises 45

46 CHAPITRE III : REMUNERATION I MASSE SALARIALE BRUTE A un an d intervalle, la masse salariale brute de la profession s affiche en hausse de 4,5 %, alors que les salariés en équivalent temps plein ont progressé de 3,5 % sur cette période. Evolution de la masse salariale brute Milliards d' 1,7 1,65 1,6 1,5 1,4 1,3 1,40 +3,5% 1,45 +3,5% 1,50 +3% 1,55 +2,5% 1,58 +4,5%

47 II SALAIRES 1. Salaires moyens Compte tenu de l évolution du questionnaire, la comparaison des salaires ne permet pas un historique plus long : jusqu en 2005 le rapport différenciait salaire d embauche et salaire après trois ans d ancienneté, désormais seul le salaire moyen est demandé. Salaires moyens des grandes catégories professionnelles (éléments variables et primes comprises) Formateurs qualifiés 2ème degré (D1) Formateurs hautement qualifiés (E1) Formateurs cadres (F) Employés administratifs (B1) Secrétaires (C1) Rappel 2006 Formateurs qualifiés 2 ème degré (D1) Formateurs hautement qualifiés (E1) Formateurs cadres (F) Employés administratifs (B1) Secrétaires (C1)

48 2. Formateurs qualifiés (2 ème degré) : niveau D1 Formateurs qualifiés (2 ème degré), niveau D1 Salaire moyen : soit 14 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et 9 ème : 27 % Salaires des formateurs qualifiés (2 ème degré), niveau D1 (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

49 3. Formateurs hautement qualifiés : niveau E1 Formateurs hautement qualifiés, niveau E1 Salaire moyen : soit 10 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et le 9 ème : 32 % Salaires des formateurs hautement qualifiés, niveau E1 (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

50 4. Formateurs cadres : niveau F Formateurs cadres, niveau F Salaire moyen : soit 9 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et le 9 ème : 25 % Salaires des formateurs cadres, niveau F (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

51 5. Employés administratifs : niveau B1 Employés administratifs, niveau B1 Salaire moyen : soit 12 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et le 9 ème : 26 % Salaires des employés administratifs, niveau B1 (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

52 6. Secrétaires : niveau C1 Secrétaires, niveau C1 Salaire moyen : soit 13 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et le 9 ème : 26 % Salaires des secrétaires, niveau C1 (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

53 III SALARIES AU MINIMUM DE LA CONVENTION COLLECTIVE Globalement, un peu plus d un quart des salariés de la profession sont au minimum de la convention collective, 26 % pour les formateurs et 29 % pour les non formateurs. Les salariés au minimum de la convention collective sont plus présents pour les postes les moins élevés dans la hiérarchie : le niveau A représente 10 % de l ensemble des non formateurs de la profession mais 20 % des effectifs au minimum de la convention collective. De même, la catégorie D1 réunit 37 % de l ensemble des formateurs mais 47 % des effectifs au minimum de la convention collective. A contrario, les cadres pèsent pour 20 % de l ensemble des salariés présents en fin d année mais ne pèsent que pour 14 % des salariés au minimum de la convention. Proportion de salariés au minimum de la convention collective En % de formateurs En % de non formateurs En % de l ensemble des salariés 26 % 29 % 27 % Répartition des salariés au minimum de la convention collective selon leur catégorie formateurs non formateurs Ensemble % sal. au % sal. au % sal. au % sal. au % sal au % sal. au minimum 31/12/07 minimum 31/12/07 minimum 31/12/07 A (employés spécialisés) % (10 %) 9 % (4 %) B (employés qualifiés) % (9%) 5 % (4 %) C (techniciens qualifiés 1 er degré) % (20 %) 1 (9 %) D1 (techniciens qualifiés 2 nd degré) 47 % (37 %) 14 % (15 %) 32 % (27 %) D2 (techniciens qualifiés 2 nd degré) 21 % (23 %) 6 % (9 %) 14 % (17 %) E1 (techniciens hautement qualifiés) 14 % (16 %) 6 % (7 %) 11 % (12 %) E2 (techniciens hautement qualifiés) 7 % (10 %) 4 % (3 %) 5 % (7 %) F (cadres) 9 % (8 %) 12 % (14 %) 10 % (11 %) G (cadres) 2 % (3 %) 3 % (7 %) 3 % (5 %) H (cadres) NS (2 %) 2 % (4 %) 1 % (3 %) I (cadres) NS (1 %) 1 % (2 %) < 1 % (1 %) Ensemble 100 % (100 %) 100 % (100 %) 100 % (100 %) 53

Bilan Social 2015. Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1

Bilan Social 2015. Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1 Bilan Social 2015 Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1 Introduction Une source statistique nécessaire à la réflexion des partenaires sociaux de la Mutualité Le Bilan social de la branche

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ

BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ BILAN SOCIAL 2015 BRANCHE MUTUALITÉ SYNTHÈSE SYNTHESE DU BILAN SOCIAL 2015 Définition Le Bilan social de la branche Mutualité constitue la source d information statistique reconnue par les partenaires

Plus en détail

SOMMAIRE METHODOLOGIE 3

SOMMAIRE METHODOLOGIE 3 Bilan social casinos Groupe LUCIEN BARRIERE ANNEE 2008 SOMMAIRE METHODOLOGIE 3 I DENOMBREMENT DES CASINOS BARRIERE 4 II EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31/12/2008 4 III REPARTITION DES SALARIES PRESENTS

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN

SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN DOCUMENT FINAL SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN 2011 Ja nv ier 20 09 Avec la collaboration de SOMMAIRE 1. Répartition des effectifs femmes hommes dans la branche 3 1.1

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE 2009

RAPPORT DE BRANCHE 2009 RAPPORT DE BRANCHE 2009 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie Convention Collective Nationale n 3240 Données 2008 2 SOMMAIRE SOMMAIRE-I Perimetre de l étude SOMMAIRE...3 Précisions méthodologiques...5

Plus en détail

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Copyright Photo Alto L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Le phénomène de concentration continue d impacter le nombre des entreprises de la branche mais n a pas d incidence négative sur l emploi puisque

Plus en détail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail rapport d analyse FORMASTAT 2007 Analyse quantitative de l activité de formation des entreprises bénéficiaires de l aide financière de l État en matière de formation professionnelle continue en 2007 I

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurance Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS

Plus en détail

Le devenir des diplômés 2010 de l IUT

Le devenir des diplômés 2010 de l IUT Dixième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2010 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 27 juin 2013 Plan de la présentation

Plus en détail

Les magasins de bricolage DONNÉES 2011

Les magasins de bricolage DONNÉES 2011 026117 & REPÈRES TENDANCES Les magasins de bricolage DONNÉES 2011 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Chiffre d affaires des magasins de plus de 300 m 2........ 4 Profil

Plus en détail

La formation professionnelle et statutaire des agents des ministères de 2008 à 2012

La formation professionnelle et statutaire des agents des ministères de 2008 à 2012 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE POINT STAT Février 2015 La formation professionnelle et statutaire s agents s ministères 2008 à 2012 Salah Idmachiche Entre 2008 et 2012, le

Plus en détail

BRANCHE PROFESSIONNELLE DES GARDIENS, CONCIERGES ET EMPLOYES D'IMMEUBLE

BRANCHE PROFESSIONNELLE DES GARDIENS, CONCIERGES ET EMPLOYES D'IMMEUBLE Portrait statistique des entreprises et des salariés BRANCHE PROFESSIONNELLE DES GARDIENS, CONCIERGES ET EMPLOYES D'IMMEUBLE Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Comité Paritaire de Pilotage de l Observatoire 20 février 2013 Service Observatoires AGEFOS

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE EXERCICE 2009. Convention Collective Nationale n 3240 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie

RAPPORT DE BRANCHE EXERCICE 2009. Convention Collective Nationale n 3240 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie RAPPORT DE BRANCHE EXERCICE 2009 Convention Collective Nationale n 3240 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie 1 2 SOMMAIRE SOMMAIRE 3 AVANT PROPOS METHODOLOGIQUE 5 1. Périmètre de l étude 6 2.

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Le dossier. Les salaires en France

Le dossier. Les salaires en France Le dossier Les salaires en France Sommaire : I- Salaires un regard sur 2009 II- Les salaires du secteur privé et semi-public III- Les salaires des agents de l Etat en 2009 IV- Salaires dans l économie

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d avocats. Ce secteur n est pas identifié

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Fiche qualité Enquête ACEMO-TPE 2009

Fiche qualité Enquête ACEMO-TPE 2009 Dares / D-SCS Juin 2011 Fiche qualité Enquête ACEMO-TPE 2009 1) Fiche descriptive de l enquête Carte d identité Nom Activité et conditions d emploi de la main d œuvre (ACEMO) Enquête annuelle sur les petites

Plus en détail

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 statnews informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 La reproduction totale ou partielle du présent bulletin d'information est autorisée à condition d'en citer la source Les femmes dans la société

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015 Les salaires minima applicables à compter du 1 er novembre 2015 CCN n 3241 En résumé : L avenant n 22 sur les salaires minima signé le 16 avril 2015 est applicable à partir du 1 er novembre 2015, pour

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

BILAN SOCIAL DU CNES ANNEE 2013

BILAN SOCIAL DU CNES ANNEE 2013 BILAN SOCIAL DU CNES ANNEE 2013 Direction des Ressources Humaines, des Relations Sociales et de la Communication Interne SOMMAIRE 1 EMPLOI... 5 1.1 EFFECTIFS... 5 1.1.1 Effectifs au 31-12 (CDI & CDD)...

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité

Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire des Métiers de la Prévention

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes 1 Sommaire GUIDE DE REALISATION DU RAPPORT DE SITUATION COMPAREE... 3 Contenu du rapport... 3 La notion

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A. 2011 SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11

Plus en détail

PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE 2013

PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE 2013 PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROESSIONNELLE 2013 PREAMBULE Depuis 2005, nous avons, dans l entreprise, un accord sur «le développement de la mixité dans le Groupe». Celuici définit, dans de nombreux domaines,

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Analyses. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Analyses. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Janvier 2012 N 002 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LE RECOURS AUX OPÉRATEURS PRIVÉS DE PLACEMENT POUR L ACCOMPAGNEMENT DES DEMANDEURS

Plus en détail

Tableau de bord de l activité des organismes de formation en LR. Exploitation des bilans pédagogiques et financiers - Exercice 2013

Tableau de bord de l activité des organismes de formation en LR. Exploitation des bilans pédagogiques et financiers - Exercice 2013 Tableau de bord de l activité des organismes de formation en LR Exploitation des bilans pédagogiques et financiers - Exercice 2013 2 Avertissement sur les données 4 En résumé 5 1 Les caractéristiques des

Plus en détail

LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE

LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE N 12 - AVRIL 2011 Le devenir des diplômés 2007 de licence professionnelle des Universités d Alsace Cheikh Tidiane Diallo, Annie Cheminat Les étudiants ayant obtenu une licence

Plus en détail

Points forts L EMPLOI SE STABILISE EN 2014 BILAN EMPLOI 2014. De la Polynésie française

Points forts L EMPLOI SE STABILISE EN 2014 BILAN EMPLOI 2014. De la Polynésie française Points forts 09 BILAN L SE STABILISE EN INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Les effectifs salariés déclarés à la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) ont progressé de 430 emplois en, soit

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Code du travail formation continue

Les avis de la Chambre des Métiers. Code du travail formation continue Les avis de la Chambre des Métiers Code du travail formation continue Projet de loi portant modification des articles L. 542-7. à L. 542-14., ainsi que des articles L. 542-17. et L. 542-19. du Livre

Plus en détail

Projet subventionné par la Commission Européenne.

Projet subventionné par la Commission Européenne. Projet du Ministère de la Promotion Féminine «L égalité de salaire, défi du développement démocratique et économique» réalisé dans le cadre de la stratégie communautaire en matière d égalité entre les

Plus en détail

PROCÈS VERBAL DE DÉSACCORD NÉGOCIATION ANNUELLE OBLIGATOIRE ANNÉE 2010

PROCÈS VERBAL DE DÉSACCORD NÉGOCIATION ANNUELLE OBLIGATOIRE ANNÉE 2010 "Les Quadrants" - 3, avenue du Centre Guyancourt - 78182 Saint-Quentin-en-Yvelines Cedex - France - PROCÈS VERBAL DE DÉSACCORD NÉGOCIATION ANNUELLE OBLIGATOIRE ANNÉE 2010 et : - Vincent OUDIN - Président

Plus en détail

REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 COMMERCE À DISTANCE

REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 COMMERCE À DISTANCE REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 COMMERCE À DISTANCE SOMMAIRE Page 04 DONNÉES ÉCONOMIQUES Page 06 DONNÉES EMPLOI Page 08 DONNÉES FORMATION Page 10 ZOOM SUR LES PRINCIPAUX DISPOSITIFS EMPLOI AVANT-PROPOS

Plus en détail

SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT

SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT LA LETTRE N 2 DE LA CPNEF DU SPORT COMMISSION PARITAIRE NATIONALE EMPLOI FORMATION OBSERVATOIRE DES MéTIERS DU SPORT SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT Décembre 2010

Plus en détail

Évolution du marché du travail québécois :

Évolution du marché du travail québécois : ISSN 178-918 Volume 1, numéro 7 7 février Évolution du marché du travail québécois : De forts gains qui profitent aux jeunes et aux femmes Sommaire 1. Depuis 198, le marché du travail au a fait des progrès

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES 27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES UNE PHOTOGRAPHIE DE L ENTREPRENEURIAT FÉMININ AU-DELÀ DES CLICHÉS Majoritaires dans la population, en situation de quasi parité dans la population active occupée,

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Guide opérationnel. Thème : Contrat à Durée Indéterminée Intermittent (CDII) Assia GUERRIB

Guide opérationnel. Thème : Contrat à Durée Indéterminée Intermittent (CDII) Assia GUERRIB Guide opérationnel Thème : Contrat à Durée Indéterminée Intermittent (CDII) Assia GUERRIB Carinne DEUX RGRH42 1 SOMMAIRE INTRODUCTION I Qu est-ce que le CDII? II Quels sont les secteurs concernés et les

Plus en détail

à Les docteurs observatoire régional Synthèse régionale septembre 2011 #19

à Les docteurs observatoire régional Synthèse régionale septembre 2011 #19 observatoire régional à Les docteurs * Taux de rétention régional : Part des emplois dans la région d obtention du diplôme sur l ensemble des diplômés en emploi à la date d observation. #19 Synthèse régionale

Plus en détail

Effectifs Ingénieurs chimistes Tous

Effectifs Ingénieurs chimistes Tous Observatoire de l emploi des ingénieurs diplômés Chimistes Les ingénieurs diplômés spécialisés en chimie et génie chimique Extrait de la 22 e enquête IESF réalisée en mars 2011 Situation fin 2010 UNAFIC

Plus en détail

Branche Aide à domicile - Rapport de branche 2014

Branche Aide à domicile - Rapport de branche 2014 Branche Aide à domicile - Rapport de branche 2014 QUESTIONNAIRE A RETOURNER AVANT LE 15 MARS 2014 3 possibilités de réponse : 1. Par courrier, grâce à l enveloppe T ci-jointe adressée à Infraforces Rapport

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES GROUPE

RESSOURCES HUMAINES GROUPE BILAN SOCIAL 2014 BNP PARIBAS SA RESSOURCES HUMAINES GROUPE La banque d un monde qui change SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p

Plus en détail

ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA

ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA UNION RÉGIONALE DES PLATEFORMES DE SERVICES À LA PERSONNE D ILE-DE-FRANCE(URSAP) ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ ET À L AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL ET D EMPLOI DES

Plus en détail

Notice : Cotisations Enseignement privé hors contrat

Notice : Cotisations Enseignement privé hors contrat Notice : Cotisations Enseignement privé hors contrat Par accord collectif en date du 10 mai 2012, la branche professionnelle de l'enseignement privé hors contrat a désigné Actalians en qualité d'opca de

Plus en détail

Présentation et analyse des impacts

Présentation et analyse des impacts Mars 2016 Institut national de la statistique et des études économiques Rénovation de la méthodologie de calcul des indices de chiffres d affaires Présentation et analyse des impacts Rénovation de la méthodologie

Plus en détail

DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI

DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI La population de diplômés de l IUP Modélisation et Analyse Statistique de l Information est de 13 pour l année 2003, moins nombreuse que

Plus en détail

ACCORD DU 14 JANVIER 2011 RELATIF À L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DU 14 JANVIER 2011 RELATIF À L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3020 Convention collective nationale IDCC : 787. PERSONNEL DES CABINETS D EXPERTS-COMPTABLES ET DE COMMISSAIRES AUX COMPTES

Plus en détail

La convention d assurance chômage 2014

La convention d assurance chômage 2014 La convention d assurance chômage 2014 Chiffres et repères JUIN 2014 Ce document donne de manière synthétique des repères sur la nouvelle convention d Assurance chômage. Les objectifs poursuivis par les

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2013-117 DU 21 OCTOBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT PROPOSITION D ELABORATION D UNE NORME PERMETTANT LA DECLARATION SIMPLIFIEE DE CONFORMITE DES

Plus en détail

Les vacances d été des Français

Les vacances d été des Français Les vacances d été des Français Institut CSA pour RTL Juin 2014 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA pour RTL réalisé par Internet du 10 au 12 juin 2014. Echantillon national représentatif de

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurance Commission paritaire nationale pour l'emploi 26 septembre 2013

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Photographie des Entreprises Adaptées en 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE. Photographie des Entreprises Adaptées en 2013 Paris, le 02 mai 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Photographie des Entreprises Adaptées en 2013 L Union Nationale des Entreprises Adaptées (UNEA) publie la photographie des Entreprises Adaptées (EA) en 2013.

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Regard statistique sur la couverture syndicale au Québec, ailleurs au Canada et dans les pays de l OCDE

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Regard statistique sur la couverture syndicale au Québec, ailleurs au Canada et dans les pays de l OCDE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC travail et rémunération Regard statistique sur la couverture syndicale au Québec, ailleurs au Canada et dans les pays de l OCDE Pour tout renseignement concernant l

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD

Plus en détail

Rapport sur l état de la collectivité 2013

Rapport sur l état de la collectivité 2013 Document de présentation aux membres du CTP intercommunal et du CHS 1/13 SOMMAIRE Rapport sur l état de la collectivité 2013 1 Rappel de la réglementation... 1 2 Objectif de ce rapport... 2 3 Les collectivités

Plus en détail

LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU SPORT

LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU SPORT vous présentent LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU SPORT Conseil Social du Mouvement Sportif La convention collective nationale du sport Introduction : enjeux, historique, champ et calendrier d application

Plus en détail

Bilan Social données 2010

Bilan Social données 2010 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité Bilan Social données 2010 Le Bilan Social permet à l OEMM de donner une description précise du champ de la Mutualité. L ensemble des organismes appliquant

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Commerce de détail de papeterie, fournitures de bureau, de bureautique et informatique Commission paritaire nationale pour l emploi Service Observatoires

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2011 Saisie globale et / ou affichage des résultats. Manuel d utilisation

BILAN SOCIAL 2011 Saisie globale et / ou affichage des résultats. Manuel d utilisation BILAN SOCIAL 2011 Saisie globale et / ou affichage des résultats Manuel d utilisation AVANT-PROPOS Légalement, les collectivités et établissements publics territoriaux se doivent de présenter au comité

Plus en détail

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Garonne. Bilan Social 2013

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Garonne. Bilan Social 2013 Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Garonne Bilan Social 2013 Rapport sur l état des collectivités (REC) en Haute-Garonne Collectivités relevant du CTP intercommunal au 31

Plus en détail

Comité Technique Paritaire du 11 décembre 2012 BILAN SOCIAL 2011

Comité Technique Paritaire du 11 décembre 2012 BILAN SOCIAL 2011 Comité Technique Paritaire du 11 décembre 2012 BILAN SOCIAL 2011 85, Boulevard de la République 17076 La Rochelle Cedex 9 Tél : 05 46 27 47 00 http://www.cdg17.fr Bilan social 2011 Rapport sur l état des

Plus en détail

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI)

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Août 2013 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Effectifs et masse salariale prévisionnels de l activité

Plus en détail

Enquête Quantitative Professionnalisation 2012

Enquête Quantitative Professionnalisation 2012 Enquête Quantitative 2012 RÉSULTATS CONSOLIDÉS RÉSULTATS CONSOLIDÉS Sommaire... page 1 Synthèse & Tendances... page 7 Ensemble des OPCA, inclus intérimaires & intermittents... page 15 OPCA Professionnels,

Plus en détail

Construction et logement

Construction et logement Construction et logement Panorama Vers des logements plus spacieux... Le nombre des logements s accroît plus vite que la population. De 2 à 213, il a progressé de 19%, alors que la population augmentait

Plus en détail

Etudes et Statistiques

Etudes et Statistiques Etudes et Statistiques Picardie N 7 JUIN 2007 Enquête EHPA 2003 concernant les établissements d hébergement pour personnes âgées ( maisons de retraite, foyers, établissements de soins longue durée) Le

Plus en détail

C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique. Synthèse

C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique. Synthèse C0Z-Ouvriers non qualifiés de l'électricité et de l'électronique Synthèse En forte baisse jusqu au milieu des années 1990, le nombre d ouvriers non qualifiés de l électricité et de l électronique s est

Plus en détail

LA FORMATION PROFESSIONNELLE

LA FORMATION PROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE La loi 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle Les mesures de cette loi sont, pour certaines, directement inspirées de l accord national interprofessionnel

Plus en détail

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE À L ÎLE DE LA RÉUNION Document actualisé en 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE () À L ÎLE DE LA RÉUNION, C EST : 1 emploi sur 10 à la Réunion, soit près de

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT L avenant n 2014-01 du 4 février 2014 contient des dispositions ayant pour objet de restaurer à l identique les dispositions conventionnelles dénoncées ultérieurement

Plus en détail

Méthodologie utilisée

Méthodologie utilisée Dossier spécial Juillet 2010 La carte d identité du de la mutualité Exploitation par le CEREQ des DADS 2007 L Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité (OEMM) a poursuivi son travail de collaboration

Plus en détail

à Master mixte observatoire régional #51 Synthèse régionale Octobre 2015

à Master mixte observatoire régional #51 Synthèse régionale Octobre 2015 observatoire régional #51 Synthèse régionale Octobre 2015 à Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2014 des diplômés de Master mixte promotion 2012 556 diplômés de M2 mixte en 2012 sur 673

Plus en détail

LES BILANS DE COMPÉTENCES EN 2000 : PLUS SOUVENT À L INITIATIVE DU SALARIÉ

LES BILANS DE COMPÉTENCES EN 2000 : PLUS SOUVENT À L INITIATIVE DU SALARIÉ Juin 2002 - N 26.2 LES BILANS DE COMPÉTENCES EN 2000 : PLUS SOUVENT À L INITIATIVE DU SALARIÉ Entre 1998 et 2000, le nombre de bilans de compétences s est stabilisé alors que le nombre d organismes prestataires

Plus en détail

Licence pro Statistiques décisionnelles en marketing

Licence pro Statistiques décisionnelles en marketing Licence pro Statistiques décisionnelles en marketing Enquête réalisée par le ministère sur l ensemble des licences professionnelles françaises. L analyse individuelle pour l UBS est réalisée par l Observatoire.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3150 Convention collective nationale IDCC : 2162. PROFESSIONS DE LA PHOTOGRAPHIE (9 e édition. Décembre

Plus en détail

L épargne en prévision de la retraite : comportement de détention DREES

L épargne en prévision de la retraite : comportement de détention DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil L épargne

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique. (Analyse qualitative)

Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique. (Analyse qualitative) Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique (Analyse qualitative) Octobre 2007 Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la

Plus en détail