BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE"

Transcription

1 Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb Paris Tél Fax BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE JUIN 2008 Toute reproduction totale ou partielle du présent document, sans accord préalable des responsables de la Commission Paritaire Nationale de Prévoyance est formellement interdite.

2 SOMMAIRE UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES 4 CHAPITRE I : DENOMBREMENT DES ENTREPRISES ET EFFECTIFS 8 EMPLOYES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN I DENOMBREMENT DES ENTREPRISES 8 1. Ensemble des entreprises 8 2. Entreprises employant des non salariés 11 II EVOLUTION DU CHIFFRE D AFFAIRES DE LA PROFESSION 13 III EFFECTIFS EMPLOYES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN EN ET LEUR STATUT IV STRUCTURE DES EFFECTIFS NON SALARIES EN EQUIVALENT 17 TEMPS PLEIN 1. Structure globale Selon la taille des entreprises Selon la spécialité des entreprises Selon l origine du financement des entreprises 21 V STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES EN EQUIVALENT 22 TEMPS PLEIN 1. Structure globale Selon la taille des entreprises Selon la spécialité des entreprises Selon l origine du financement des entreprises 26 CHAPITRE II : STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS 27 AU 31 DECEMBRE 2007 I STRUCTURE GLOBALE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS 27 AU 31 DECEMBRE 2007 II STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR FONCTION III STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR SEXE IV STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR AGE V STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR ANCIENNETE 2

3 VI STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR TYPE DE CONTRAT VII STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 (HORS CDII ET FORMATEURS OCCASIONNELS) SELON LA DUREE DU TRAVAIL VIII STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU DECEMBRE 2007 SELON LEUR PRINCIPALE CATEGORIE PROFESSIONNELLE IX STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DE- 43 CEMBRE 2007 SELON LES CATEGORIES PROFESSIONNELLES DEFINIES PAR LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE CHAPITRE III : REMUNERATION 46 I MASSE SALARIALE BRUTE 46 II SALAIRES Salaires moyens Formateurs qualifiés (2 ème degré) : niveau D Formateurs hautement qualifiés : niveau E Formateurs cadres : niveau F Employés administratifs : niveau B Secrétaires : niveau C1 52 III SALARIES AU MINIMUM DE LA CONVENTION COLLECTIVE 53 IV HEURES SUPPLEMENTAIRES ET HEURES 54 V AUTRES FORMES DE REMUNERATION Epargne salariale Avantages en nature (tickets restaurant et matériel) 57 CHAPITRE IV: FORMATION PROFESSIONNELLE ET CONDITIONS 58 DE TRAVAIL I IMPORTANCE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Budget consacré Effectifs salariés bénéficiaires de formations Durée moyenne des formations 61 II DEPLACEMENTS 62 III GARANTIES SANTE Prévoyance obligatoire Mutuelles et frais de santé 64 IV EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES 66 SYNTHESE 68 ANNEXE : Questionnaire + Grille de salaires 69 3

4 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES Cette sixième édition du bilan social des entreprises de formation professionnelle propose un état des lieux à l issue de l année 2007, structuré en quatre grandes parties : - les caractéristiques des effectifs employés en équivalent temps plein - la structure de l emploi salarié au les rémunérations (masses salariales et salaires) - la formation professionnelle et les conditions de travail. Comme pour les éditions précédentes, le champ de l étude couvre l ensemble des entreprises de formation professionnelle privées employant au moins deux salariés en équivalent temps plein. Des entreprises répertoriées par le Groupe National de Contrôle, seules les à entreprises privées, réellement actives, et employant deux salariés et plus, sont concernées. FICHIER GROUPE NATIONAL DE CONTROLE entreprises répertoriées actives à employant deux salariés et plus 4

5 Pour reconstituer cet univers et procéder à un dénombrement précis des entreprises concernées, une approche analogue à celle mise en œuvre les années précédentes a été retenue : 1. Constitution des fichiers Trois fichiers ont permis de reconstituer la profession ainsi définie : - En base, le fichier F.F.P. comprenant 370 adhérents. - en complément, le fichier O.P.Q.F* des entreprises privées de 485 sociétés. Une fois dédoublonné avec le fichier F.F.P., restent 300 entreprises. - enfin, le fichier G.N.P. constitué de entreprises, dont près de viennent en supplément des fichiers précédents (F.F.P. et O.P.Q.F**.). Le tout constitue donc un ensemble de entreprises potentiellement concernées par l étude (près de 500 de plus qu'en 2005). Subsistent au sein des fichiers ainsi reconstitués des entreprises qui ne présentent pas les caractéristiques requises. C est l objet de la deuxième étape, dite de dénombrement, que d en estimer la proportion entreprises potentiellement concernées par le bilan social Adhérents Entreprises F.F.P. d au moins salarié entreprises Fichier O.P.Q.F.* 485 entreprises Fichier G.N.P entreprises ** Office Professionnel de Qualification des organismes de Formation 5

6 2. Dénombrement Le dénombrement précis des sociétés de formation privées d au moins deux salariés en équivalent temps plein résulte d un sondage aléatoire par téléphone sur entreprises. Cette opération permet de conclure que 96 % du fichier F.F.P., 87 % du fichier O.P.Q.F., ainsi que 83 % du fichier G.N.P. relèvent de l univers étudié portant à le dénombrement total. Potentiel entreprises Univers étudié effectif : entreprises Fichier F.F.P. 370 entreprises Fichier O.P.Q.F.* 300 entreprises Fichier G.N.P.** entreprises Sondage (sur entreprises) Fichier F.F.P. 350 entreprises Fichier O.P.Q.F.* 250 entreprises Fichier G.N.P.** entreprises 750 entreprises de moins de 2 salariés 100 cessations d activité 150 organismes publics 50 autres conventions collectives * dédoublonné du fichier F.F.P. ** dédoublonné des fichiers F.F.P. et O.P.Q.F. 6

7 3. Réalisation des enquêtes Le questionnaire corrigé et complété par le comité de pilotage et figurant en annexe à ce rapport a ensuite été adressé par voie postale à entreprises, à raison de la totalité des adhérents F.F.P. et O.P.Q.F. et de sociétés issues du fichier G.N.P. et identifiées au cours de la phase précédente comme concernées par le bilan. Les enquêteurs de l Institut ont ensuite procédé aux relances téléphoniques nécessaires pour récupérer les questionnaires, les compléter ou les remplir directement (généralement en deux étapes avec couplage fax-téléphone). A l issue de cette phase de collecte des informations, le bilan suivant peut être établi : 445 questionnaires exploitables à raison de : 128 issus du fichier F.F.P. 66 issus du fichier O.P.Q.F.* 251 issus du fichier G.N.P.** Soit un taux de participation de 18 % pour des taux de représentativité sur l ensemble des sociétés de la profession de : 10 % en nombre d entreprises 25 % en nombre de salariés 4. Traitements et analyse Après saisie informatique, les questionnaires ont fait l objet des traitements statistiques nécessaires à l aide des logiciels développés par l Institut dans le cadre d études analogues. Les estimations sont systématiquement représentatives de la profession définie par les entreprises de formation professionnelle privées employant au moins deux salariés en équivalent temps plein. Les variables estimées ont en effet été repondérées selon le poids réel de chacune des trois strates d emploi salarié retenues (2 à 9 salariés, 10 à 49 salariés, 50 salariés et plus), voire lorsque cela s est avéré nécessaire, par les neuf sous-strates résultant du croisement entre emploi salarié et fichier d origine (F.F.P., O.P.Q.F., G.N.P.). * dédoublonné du fichier F.F.P. * dédoublonné du fichier O.P.Q.F. 7

8 CHAPITRE I : DENOMBREMENT DES ENTREPRISES ET EFFECTIFS EMPLOYES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN I DENOMBREMENT DES ENTREPRISES 1. Ensemble des entreprises En un an, le nombre d entreprises de la profession tend légèrement à se réduire et s établit à en Cette évolution globale résulte de la disparition de 150 petites entités (2 à 9 salariés). Les autres strates demeurent inchangées en terme de nombre d entreprises : toujours près de sociétés emploient 10 à 49 salariés et la plus grande strate (50 salariés et plus) regroupe 150 entités. A l instar des années précédentes, la part des sociétés spécialisées en linguistique avoisine toujours 10 % des entreprises de la profession, soit 400 entités. En liaison avec le développement du DIF*, le poids des entreprises financées essentiellement par fonds privés continue de se renforcer en 2007 puisque ces structures pèsent désormais pour 45 % en termes de nombre, soit 5 points de plus qu en A l inverse, les entités dont le chiffre d affaires provient notamment de fonds publics voient leur poids se réduire considérablement en 5 ans, passant de 39 % en 2002 à 34 % en Evolution du nombre d entreprises 5000 Nombre d'entreprises % % ,5% ,5% * Droit Individuel de Formation, réservé aux salariés du privé. 8

9 Répartition des entreprises selon leur taille Evolution salariés et plus : 150 entreprises % d'entreprises 4% 10 4% 4% 4% 3% 4% 10 à 49 salariés : entreprises 27% 4% % 28% 27% 27% 27% 27% 67% 68% 69% 69% 7 69% 69% 2 à 9 salariés : entreprises à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Répartition des entreprises selon leur spécialité Evolution Linguistique : 400 entreprises % d'entreprises 10 9% 8% 9% 9% 1 9% 9% % 92% 91% 91% 9 91% 91% 2 Autres : entreprises Autres Linguistique 9

10 Répartition des entreprises selon l origine du financement Fonds mixtes (3) : 950 entreprises 21% 34% Fonds publics (1) : entreprises 45% Fonds privés (2) : entreprises Evolution % d'entreprises 10 21% 21% % 21% 6 39% 41% 42% 44% 45% 2 39% 39% 38% 35% 34% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 10

11 2. Entreprises employant des non salariés Alors que le nombre global d entreprises diminue entre 2006 et 2007, le nombre d entre elles employant des non salariés apparaît inchangé : sociétés. Les plus petites entités, celles spécialisées en linguistique, ainsi que celles financées notamment par des fonds privés, sont plus enclines à employer des non salariés que leurs consoeurs : leur poids en termes d entreprises employant des non salariés est plus important qu'en termes de nombre global d entreprises. Evolution du nombre d entreprises employant des non salariés 3500 Nombre d'entreprises % - 9% % Répartition des entreprises employant des non salariés selon leur taille Evolution salariés et plus : 100 entreprises % d'entreprises 3% 10 3% 4% 4% 3% 3% 10 à 49 salariés : 800 entreprises 25% 3% % 31% 28% 28% 25% 25% 66% 66% 68% 68% 72% 72% 72% 2 2 à 9 salariés : entreprises à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus 11

12 Répartition des entreprises employant des non salariés selon leur spécialité Evolution Linguistique : 350 entreprises % d'entreprises % 11% 11% 11% 11% 11% % 89% 89% 89% 89% 89% 2 Autres : entreprises Autres Linguistique Répartition des entreprises employant des non salariés selon leur origine de financement % d'entreprises Evolution Fonds mixtes (3) : 700 entreprises Fonds publics (1) : 900 entreprises % 19% % 22% 22% 29% 6 45% 44% 46% 47% 48% 49% 2 36% 37% 34% 33% 3 29% 49% Fonds privés (2) : entreprises Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 12

13 II EVOLUTION DU CHIFFRE D AFFAIRES DE LA PROFESSION L année 2007 a été marquée par une très bonne orientation de l activité des entreprises de la profession. A périmètre constant (hors création et disparition d entreprises), le chiffre d affaires affiche une hausse très sensible, à hauteur de + 8 % à un an d intervalle. Compte tenu de l évolution structurelle des entreprises de la profession (150 petites entreprises de moins entre 2006 et 2007), le rythme de progression global de l activité s établit à 7,5 % sur cette période. Le taux de croissance apparaît corrélé à la taille des sociétés, passant de 5 % pour les plus petites structures à + 10 % pour leurs consoeurs de plus grande taille. Evolution du chiffre d affaires H.T. 2007/2006 Périmètre constant Globale + 8 % + 7,5 % Evolution (globale) du chiffre d affaires H.T. % d'évolution 8% + 7,5% 6% 4% + 3,5% + 4% 2% + 1% + 0,5% 2003/ / / / /2006 Détail de l évolution (globale) 2007/2006 selon la taille des entreprises 12% 1 8% 6% 4% 2% % d'évolution 5% 7% 1 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ens : + 7,5% 13

14 III EFFECTIFS EMPLOYES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN EN 2007 ET LEUR STATUT Le nombre d actifs en équivalent temps plein progresse sensiblement et atteint personnes en 2007 : + 4 % par rapport à Comme cela sera détaillé après, cette augmentation du nombre d actifs résulte désormais d une hausse cumulée du nombre de non salariés et du nombre de salariés. Ainsi, la part des non salariés en constant recul entre 2002 et 2006 se raffermit légèrement (1 point de plus) en La répartition de ces effectifs en équivalent temps plein selon la taille, la spécialité et l origine du financement des entreprises varie à la marge entre 2006 et De fait, les plus petites structures qui pèsent pour 69 % en termes de nombre d entreprises emploient seulement 29 % des actifs en équivalent temps plein alors que les 150 plus grandes entités regroupent un tiers de ces actifs. Un dixième des effectifs de la profession travaillent au sein d un établissement spécialisé en linguistique. Enfin, les sociétés financées par fonds privés emploient toujours 43 % des actifs et celles financées par fonds publics totalisent 40 % des effectifs de la profession. Evolution du nombre d actifs (salariés + non salariés) en équivalent temps plein Nombre de personnes ,5% ,5% % %

15 Répartition des actifs en équivalent temps plein selon la taille des entreprises Evolution salariés et plus : personnes 2 à 9 salariés : personnes % d'actifs % 33% 32% 32% 33% 33% 33% 29% 6 39% 39% 39% 38% 38% 2 28% 28% 29% 29% 29% 29% 38% 10 à 49 salariés : personnes à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Répartition des actifs en équivalent temps plein selon la spécialité des entreprises Evolution Linguistique : personnes % d'actifs 10 9% 8% 9% 9% 9% % 92% 91% 91% 91% Autres : personnes Autres Linguistique 15

16 Répartition des actifs en équivalent temps plein selon l'origine du financement des entreprises Fonds mixtes (3) : personnes 17% Fonds publics (1) : personnes Evolution % d'actifs 10 15% 16% 16% 16% 17% % 41% 42% 42% 43% 17% 43% 2 43% 43% 42% 42% Fonds privés (2) : personnes 43% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. Répartition des actifs en équivalent temps plein selon le statut du personnel Evolution Non salariés : personnes % d'actifs 10 16% 13% 12% 11% 11% 12% 12% % 87% 88% 89% 89% 88% 88% 2 Salariés : personnes Salariés Non salariés 16

17 IV STRUCTURE DES EFFECTIFS NON SALARIES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN 1. Structure globale L emploi des effectifs non salariés apparaît corrélé à l évolution du chiffre d affaires. En effet, quand l activité était peu dynamique ( ), les entreprises avaient privilégié l emploi salarié au détriment des effectifs non salariés. En revanche, les sociétés enregistrent d excellentes performances en 2006 et 2007 et recourent alors plus fréquemment à l emploi de travailleurs indépendants qu en 2004 et La «part flexible» des non salariés étant les travailleurs indépendants, ces derniers représentent désormais plus de six non salariés sur dix de la profession. A noter que les dirigeants choisissent de plus en plus un statut de salarié : ils ne sont plus que à être non salariés, soit 300 de moins que l année précédente. Quant aux bénévoles, ils ne sont plus qu une poignée : environ 200 personnes en équivalent temps plein. Evolution du nombre de non salariés en équivalent temps plein Nombre de personnes % % - 4 % % % Répartition des non salariés en équivalent temps plein selon leur statut Bénévoles non salariés : 200 personnes 2% Travailleurs indépendants : personnes Evolution % de non salariés 10 9% 6% 6% 5% 3% 8 34% 39% 43% 45% 47% 6 2% 36% Dirigeants non salariés : personnes 36% 2 57% 55% 49% 48% 54% 62% 62% Travailleurs indépendants Dirigeants non salariés Bénévoles non salariés

18 2. Selon la taille des entreprises Les entreprises de la plus petite strate emploient presque tous les travailleurs indépendants en équivalent temps plein supplémentaire. Ainsi, les entités de 2 à 9 salariés regroupent 56 % des non salariés, contre 53 % en 2006 et 49 % en La part des travailleurs indépendants reste toutefois corrélée à la taille des entreprises, s échelonnant de 48 % pour celle de moins de 10 salariés à 98 % pour leurs consoeurs de plus grande taille. Les dirigeants non salariés demeurent notamment présents au sein des sociétés de plus petite taille, représentant la moitié des non salariés en équivalent temps plein. Répartition des non salariés en équivalent temps plein selon la taille des entreprises % de non salariés Evolution salariés et plus : personnes 2 à 9 salariés : personnes % 24% 21% 21% 21% 19% 19% 6 31% 31% 32% 3 26% 25% 25% 56% 2 44% 45% 47% 49% 53% 56% 10 à 49 salariés : personnes à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus 18

19 Détail de la répartition des non salariés en équivalent temps plein selon la taille des entreprises en 2007 % de non salariés 10 2% 5% NS 2% 2% % 36% 6 98% 2 48% 62% 62% 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble Travailleurs indépendants Dirigeants non salariés Bénévoles non salariés 19

20 3. Selon la spécialité des entreprises La hausse des effectifs non salariés concerne l ensemble des entreprises, indépendamment de leur spécialité. Une fois de plus l emploi des non salariés s avère plus fréquent au sein des sociétés spécialisées en formation linguistique puisque cette catégorie réunit 9 % des entreprises mais 12 % des effectifs non salariés. Répartition des non salariés en équivalent temps plein selon la spécialité des entreprises Evolution Linguistique : personnes % de non salariés 10 12% 12% 13% 12% 12% 12% 12% % 88% 87% 88% 88% 88% 88% 2 Autres : personnes Autres Linguistique La répartition des statuts des non salariés en équivalent temps plein n est pas significativement différente selon la spécialité des entreprises 20

21 4. Selon l origine du financement des entreprises Le renforcement du recours aux travailleurs indépendants concerne les trois catégories d entreprises étudiées ici. Les sociétés financées essentiellement par fonds publics et celles financées essentiellement par fonds privés enregistrent chacune 200 non salariés de plus entre 2006 et Celles financées par fonds mixtes, de plus petite taille, comptent 300 non salariés supplémentaires sur cette période. Répartition des non salariés en équivalent temps plein selon l'origine du financement des entreprises Fonds mixtes (3) : personnes 19% 35% Fonds publics (1) : personnes % de non salariés Evolution % 16% 17% 5 44% 44% 15% 17% 47% 47% 19% 46% Fonds privés (2) : personnes 46% 2 35% 39% 38% 36% 35% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) La répartition des statuts des non salariés en équivalent temps plein n est pas significativement différente selon l origine du financement des entreprises (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 21

22 V STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES EN EQUIVALENT TEMPS PLEIN 1. Structure globale Le nombre de salariés en équivalent temps plein progresse de 3,5 % entre 2006 et 2007 et s inscrit désormais au-delà de salariés. Déjà prépondérante les années précédentes, la part des CDI tend à se renforcer en 2007 et représente 84 % des salariés en équivalent temps plein, soit 2 points de plus qu en La part des entreprises spécialisées en linguistique n ayant évolué qu à la marge, les CDII pèsent toujours pour 5 % des effectifs. Le poids des CDD diminue de 2 points en un an et s établit à 13 % en Quant aux formateurs occasionnels, ils représentent toujours 3 % des salariés en équivalent temps plein. Evolution du nombre de salariés en équivalent temps plein Nombre de personnes % % % ,5% ,5% Répartition des salariés en équivalent temps plein selon leur statut Evolution CDD : personnes Formateurs occasionnels : personnes : 3 % 13% % de salariés 10 3% 3% 3% 3% 3% 15% 14% 15% 15% 13% % 83% 82% 82% 84% 84% dont 5 % de CDII CDI : personnes (dont CDII) 2 dont 4 % CDII dont 5 % CDII dont 5 % CDII dont 5 % CDII CDI CDD Formateurs occasionnels dont 5 % CDII 22

23 2. Selon la taille des entreprises En liaison avec la réduction du nombre de petites entités (2 à 9 salariés), le nombre de salariés en équivalent temps plein de cette strate s est légèrement réduit entre 2006 et Ainsi, le poids de cette strate a baissé d 1 point et représente désormais un quart des effectifs totaux. Les entreprises de tailles intermédiaires réunissent 41 % des salariés en équivalent temps plein et les 150 plus grandes structures emploient plus d un tiers de cet effectif. La répartition des salariés selon leur type de contrats se différencie peu selon la taille des entreprises. A noter toutefois que les formateurs occasionnels représentent 6 % des salariés en équivalent temps plein des plus petites entités contre seulement 1 % au sein de leurs consoeurs de plus grande taille. Répartition des salariés en équivalent temps plein selon la taille des entreprises Evolution % de salariés 50 salariés et plus : personnes 2 à 9 salariés : personnes % 34% 34% 34% 34% 34% 34% 25% 6 41% 41% 41% 2 25% 25% 26% 26% 26% 25% 41% 10 à 49 salariés : personnes à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus 23

24 Détail de la nature des contrats des salariés en équivalent temps plein selon la taille des entreprises en 2007 % de salariés % 12% 3% 1% 3% 13% 13% 13% 6 82% 84% 86% 84% 2 dont 5 % CDII dont 5 % CDII dont 5 % CDII dont 5 % CDII 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels 24

25 3. Selon la spécialité des entreprises Comme les années précédentes, les entreprises spécialisées en formation linguistique concentrent un peu moins de 10 % des salariés en équivalent temps plein, ce qui correspond à Les CDII étant destinés exclusivement aux formateurs linguistiques, ils totalisent 17 % des salariés en équivalent temps plein des entreprises spécialisées en linguistique contre seulement 3 % pour les autres. Répartition des salariés en équivalent temps plein selon la spécialité des entreprises Evolution Linguistique : personnes % de salariés 10 8% 9% 9% 9% 9% 9% 9% % 91% 91% 91% 91% 91% 91% Autres : personnes Autres Linguistique Détail de la nature des contrats des salariés en équivalent temps plein selon la spécialité des entreprises en 2007 % de salariés % 3% 3% 14% 13% 13% 6 85% 84% 84% 2 dont 17 % CDII dont 3 % CDII dont 5 % CDII Linguistique Autres Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels 25

26 4. Selon l origine du financement des entreprises Corrélativement à l évolution du nombre d entreprises selon l origine de leur financement, la part des sociétés dont le chiffre d affaires provient essentiellement de fonds publics tend à diminuer en termes de salariés en équivalent temps plein. Cette catégorie pèse, en 2007, pour 40 % des effectifs, contre 41 % en 2006 et 44 % en Les entreprises financées notamment par fonds privés totalisent 43 % des salariés en équivalent temps plein et celles financées par fonds mixtes, 17 %. Répartition des salariés en équivalent temps plein selon l'origine du financement des entreprises Evolution Fonds mixtes (3) : personnes 17% Fonds publics (1) : personnes % de salariés 10 15% 16% 16% 16% % 41% 42% 42% 16% 43% 17% 43% 2 44% 43% 42% 42% 41% Fonds privés (2) : personnes 43% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) La répartition des statuts des salariés en équivalent temps plein n est pas significativement différente selon l origine du financement des entreprises (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 26

27 CHAPITRE II : STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 I STRUCTURE GLOBALE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 A l instar de l ensemble de l économie française en 2007, l activité des entreprises de formation a été moins animée en fin d année qu en début d année : le nombre de salariés présents au 31 décembre progresse moins rapidement (+ 2,5 %) que le nombre de salariés en équivalent temps plein (+ 3,5 %). Le poids des plus grandes entités en termes de nombre de salariés présents en fin d année progresse d 1 point et dépasse désormais le tiers du total profession. Les entreprises spécialisées en linguistique réunissent à nouveau 9 % des salariés présents au 31 décembre Enfin, compte tenu des évolutions structurelles des entreprises de la profession selon l origine de leur financement, les entreprises financées par fonds privés totalisent désormais 45 % des salariés présents en fin d année, soit 1 point de plus qu en Evolution du nombre de salariés au 31 décembre Nombre de personnes % % + 1% % ,5 %

28 Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon la taille des entreprises Evolution salariés et plus : personnes 2 à 9 salariés : personnes % de salariés 10 34% 28% % 32% 32% 33% 33% 34% 41% 37% 39% 38% 38% 38% 38% 2 26% 31% 29% 29% 29% 28% 10 à 49 salariés : personnes à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon la spécialité des entreprises Evolution Linguistique : personnes % de salariés 10 8% 8% 9% 9% 9% 9% 9% % 92% 91% 91% 91% 91% 91% 2 Autres : personnes Autres Linguistique 28

29 Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon l'origine du financement des entreprises Evolution Fonds mixtes (3) : personnes Fonds publics (1) : personnes % de salariés 10 17% 17% 17% 17% 17% 17% 17% 38% % 42% 43% 44% 44% 45% Fonds privés (2) : personnes 45% 2 41% 41% 39% 39% 38% Fonds publics (1) Fonds privés (2) Fonds mixtes (3) (1) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises publiques. (2) plus de 66 % de leur chiffre d affaires est financé par des entreprises privées. (3) leur chiffre d affaires est financé conjointement par des entreprises publiques et privées. 29

30 II STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR FONCTION La tendance, observée depuis 2003, qui consiste en une progression continue de la part des effectifs formateurs se renouvelle en Les formateurs représentent 56 % des salariés présents en fin d année 2007, soit 1 point de plus qu en La part des formateurs s avère plus importante au sein des petites entités (60 %) qu au sein des entreprises de grande taille (54 %). Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur fonction Evolution % de salariés Non formateurs : personnes % 48% 47% 45% 44% 44% 56% % 52% 53% 55% 56% Formateurs : personnes Formateurs Non formateurs 30

31 % de salariés 10 Selon la taille des entreprises Selon la spécialité des entreprises % de salariés % 46% 44% 8 42% 44% 44% % 54% 56% 2 58% 56% 56% 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés Formateurs 50 salariés et plus Non formateurs Ensemble Linguistique Autres Ensemble Formateurs Non formateurs Selon l origine du financement des entreprises % de salariés % 46% 45% 44% % 54% 55% 56% Fonds publics Fonds privés Fonds mixtes Ensemble Formateurs Non formateurs 31

32 III STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR SEXE Le taux de féminisation apparaît inchangé en 2007 puisque les femmes représentent à nouveau 64 % des salariés présents au 31 décembre. Ce taux apparaît particulièrement élevé au sein des entreprises spécialisées en linguistique (71 %), au sein de celles financées essentiellement par fonds publics (72 %) ainsi que chez les non formateurs (73 %). Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur sexe Evolution Hommes : personnes % de salariés % 36% 36% 36% 36% 36% 36% 6 64% Femmes : personnes 2 66% 64% 64% 64% 64% 64% Femmes Hommes 32

33 10 Selon la taille des entreprises % de salariés 10 Selon la spécialité des entreprises % de salariés 8 35% 34% 38% 36% 8 29% 37% 36% % 66% 62% 64% 2 71% 63% 64% 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble Linguistique Autres Ensemble Femmes Hommes Femmes Hommes Selon l origine du financement des entreprises % de salariés Selon la fonction des salariés % de salariés 8 28% 43% 35% 36% 8 43% 27% 36% % 57% 65% 64% 2 73% 57% 64% Fonds publics Fonds privés Fonds mixtes Ensemble Formateurs Non formateurs Ensemble Femmes Hommes Femmes Hommes 33

34 IV STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR AGE A l image des deux années précédentes, l âge moyen des salariés avoisine 40,5 ans en Près de la moitié des salariés sont âgés de 35 à 49 ans. Les différences d âge selon la taille des entreprises s amplifient légèrement en Les salariés des plus petites entités ont désormais en moyenne 2 ans de moins que leurs confrères travaillant au sein d une des 150 plus grandes entreprises. Enfin, les formateurs apparaissent plus âgés que les effectifs non formateurs (2 ans d écart). Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur âge Evolution de l'âge moyen des salariés 60 ans et plus 3% (2.700 sal.) 50 ans 50 à 59 ans 35 à 49 ans 25 à 34 ans 19% ( sal.) 26% 48% ( sal.) ( sal.) ,5 40,5 40, Moins de 25 ans 4% (5.000 sal.) Age moyen des salariés en à 9 salariés Selon la taille des entreprises 10 à 49 salariés 50 sal. et + 39,5 ans 40,5 ans 41,5 ans 40,5 ans Ensemble Formateurs Selon leur fonction Non formateurs Ensemble 41,5 ans 39,5 ans 40,5 ans Les répartitions des salariés par tranche d âge ne sont pas significativement différentes selon la spécialité et l origine du financement des entreprises 34

35 V STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR ANCIENNETE L ancienneté des salariés au sein de la même entreprise avoisine 6 ans en Plus de la moitié des salariés ont intégré leur entreprise il y a moins de 4 ans. En corrélation avec l âge moyen, l ancienneté moyenne des salariés de la profession varie selon la taille des entreprises, passant de 5 ans pour les plus petites structures à 6,5 ans pour celles de plus grande dimension. Le turnover des non formateurs apparaît plus limité que celui des formateurs : les non formateurs ont 1 an et demi en moyenne d ancienneté de plus que les formateurs. Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur ancienneté* Plus de 15 ans 1 ( sal.) 10 à 15 ans 8 à 10 ans 5 à 7 ans 1 11% ( sal.) ( sal.) 17% ( sal.) Ancienneté* moyenne : 6 ans 3 à 4 ans 15% ( sal.) 1 à 2 ans Moins d'un an 18% 19% ( sal.) ( sal.) Ancienneté* moyenne des salariés en à 9 salariés Selon la taille des entreprises 10 à 49 salariés 50 sal. et + 5 ans 6 ans 6,5 ans 6 ans Ensemble Formateurs Selon leur fonction Non formateurs Ensemble 5 ans 6,5 ans 6 ans * ancienneté dans la même entreprise et non dans la profession Les répartitions des salariés par tranche d âge ne sont pas significativement différentes selon la spécialité et l origine du financement des entreprises 35

36 Les des entreprises VI STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR TYPE DE CONTRAT Comme cela a déjà été remarqué dans le chapitre concernant les équivalents temps plein, la part des CDI se renforce en De fait 72 % des salariés présents au 31 décembre 2007 détiennent un CDI (dont 4 % sont en CDII), soit 1 point de plus qu en En revanche, le poids des CDD se limite à un an d intervalle passant de 19 % en 2006 à 18 % un an après. Quant aux formateurs occasionnels, ils représentent toujours 10 % des effectifs présents en fin d année (17 % au sein des formateurs). L analyse détaillée de ces contrats montre que les plus grandes entités et les structures financées par des fonds privés emploient très fréquemment des CDI. Les CDD, plus souvent de sexe féminin, s avèrent notamment utilisés par les entreprises financées par fonds publics. Les formateurs occasionnels, souvent de sexe masculin, sont notamment employés au sein des petites entités. Enfin, compte tenu de la particularité de ce contrat, les CDII représentent 20 % des salariés des entreprises spécialisées en linguistique. Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur type de contrat Evolution Formateurs occasionnels : personnes % de salariés 10 9% CDD : personnes 18% % 74% 17% 73% 18% 19% 72% 71% 18% 72% 72% 2 dont 3 % CDII dont 4 % CDII dont 4 % CDII dont 4 % CDII dont 4 % CDII (dont 4 % de CDII) CDI : personnes (dont CDII) CDI CDD Formateurs occasionnels 36

37 10 8 Selon la taille des entreprises % de salariés 15% 9% 5% 19% 16% 19% 1 18% Selon la spécialité des entreprises % de salariés % 14% 11% 1 19% 18% % 72% 76% 72% 85% 7 72% 2 dont 4 % CDII dont 4 % CDII dont 3 % CDII dont 4 % CDII 2 dont 20 % CDII dont 1 % CDII dont 4 % CDII 2 à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble Linguistique Autres Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels CDI CDD Formateurs occasionnels Selon l origine du financement des entreprises 10 % de salariés % 8 24% 17% 18% 10 8 Selon la fonction des salariés % de salariés 17% 13% 1 18% 22% % 66% 73% 72% 87% 61% 72% 2 dont 2 % CDII dont 7 % CDII dont 1 % CDII dont 4 % CDII 2 dont 7 % CDII dont 4 % CDII Fonds publics Fonds privés Fonds mixtes Ensemble Formateurs Non formateurs Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels CDI CDD Formateurs occasionnels 10 8 % de salariés 13% Selon le sexe des salariés 8% 1 15% 2 18% 6 72% 72% 72% 2 dont 4 % CDII dont 4 % CDII dont 4 % CDII Hommes Femmes Ensemble CDI CDD Formateurs occasionnels 37

38 VII STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 (HORS CDII ET FORMATEURS OCCASIONNELS) SELON LA DUREE DU TRAVAIL L année 2007 a été marquée par un léger recul de la part des salariés à temps partiel. En fin d année, 40 % des salariés (hors CDII et formateurs occasionnels) travaillent à temps partiel, contre 41 % les 4 années précédentes. Ces pourcentages ne varient que légèrement selon la spécialité et l origine du financement des entreprises : les temps partiel sont un peu plus présents au sein des entreprises spécialisées en linguistique et au sein de celles financées par fonds publics et par fonds mixtes. A noter que la part des salariés à temps plein se différencie selon la taille des sociétés, s établissant à 56 % pour la plus petite strate contre plus de 60 % pour les moyennes et les grandes structures. Comme en 2006, les postes à temps partiel concernent principalement les formateurs (50 % contre 31 % pour les non formateurs) ainsi que les effectifs féminins (46 % contre 29 % pour les hommes). En 2007, la durée moyenne des temps partiels avoisine toujours 20 heures 30 par semaine et s échelonne de 19 heures pour les entreprises de moins de 10 salariés à 22 heures pour celles de plus grande envergure. Répartition des salariés hors CDII et formateurs occasionnels présents au 31 décembre 2007 selon la durée du travail Temps partiel : personnes Evolution % de salariés % 41% 41% 41% % 59% 59% 59% 6 Temps plein : personnes Temps plein Temps partiel 38

39 % de salariés 10 Selon la taille des entreprises Selon la spécialité des entreprises % de salariés % 38% 39% 8 44% % 62% 61% % à 9 salariés 10 à 49 salariés Temps plein 50 salariés et plus Temps partiel Ensemble Linguistique Autres Ensemble Temps plein Temps partiel Selon l origine du financement des entreprises Selon la fonction des salariés % de salariés 10 % de salariés % 37% 43% % % 63% 57% % 6 Fonds publics Fonds privés Temps plein Fonds mixtes Temps partiel Ensemble Formateurs Non formateurs Ensemble Temps plein Temps partiel 39

40 % de salariés 10 Selon le sexe des salariés 8 29% 46% % 54% 6 Hommes Femmes Ensemble Temps plein Temps partiel Durée moyenne des temps partiel : 20 h 30 (hors CDII et formateurs occasionnels) Détail de la durée moyenne des temps partiel selon la taille des entreprises Nombre d'heures 19 h h h 00 Ensemble 20 h à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Rappel à 9 salariés 10 à 49 salariés 50 salariés et plus Ensemble 19 h h h h 30 40

41 VIII STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LEUR PRINCIPALE CATEGORIE PROFESSIONNELLE Les dirigeants choisissant un statut de salariés ayant progressé en 2007, le nombre de cadre s affiche en hausse à un an d intervalle et atteint personnes, soit 20 % des salariés présents en fin d année. Le poids du personnel d encadrement se révèle plus important au sein des plus grandes structures (23 %) de celles financées surtout par des fonds privés (25 %). De plus, la part des cadres demeure nettement pus élevée pour les hommes que les femmes (27 % contre 16 %). Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon leur catégorie professionnelle Evolution Cadres : personnes % de salariés % % Non cadres : personnes Non cadres Cadres 41

42 % de salariés 10 Selon la taille des entreprises 17% 18% 23% Selon la spécialité des entreprises % de salariés 15% % 82% 77% 8 85% à 9 salariés 10 à 49 salariés Non cadres 50 salariés et plus Cadres Ensemble Linguistique Autres Ensemble Non cadres Cadres Selon l origine du financement des entreprises Selon la fonction des salariés 10 8 % de salariés 15% 19% 25% % de salariés 14% 27% % 75% 81% 8 86% 73% Fonds publics Fonds privés Fonds mixtes Ensemble Formateurs Non formateurs Ensemble Non cadres Cadres Détail selon le sexe des salariés % de salariés 10 16% 27% 2 8 Non cadres Cadres 6 84% 73% 8 2 Hommes Femmes Ensemble Non cadres Cadres 42

43 IX- STRUCTURE DES EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31 DECEMBRE 2007 SELON LES CATEGORIES PROFESSIONNELLES DEFINIES PAR LA CONVEN- TION COLLECTIVE NATIONALE Suite à une augmentation progressive depuis 2003, le poids des techniciens de la catégorie D semble se stabiliser à 44 % en Contrairement à 2006, le poids de la catégorie F pour les cadres se réduit alors que celui de la catégorie G progresse pour retrouver le même niveau qu en Répartition des salariés présents au 31 décembre 2007 selon les catégories professionnelles définies par la Convention Collective Nationale Catégorie I : personnes Catégorie H : personnes 3% Catégorie G : personnes Catégorie F : personnes 11% 1% 5% Catégorie A : personnes Catégorie B : personnes 4% 4% 9% Catégorie C : personnes Catégorie E2 : personnes Catégorie E1 : personnes 7% 12% 27% Catégorie D1 : personnes 17% Catégorie D2 : personnes 43

44 Evolution Non cadres 5 % de salariés 41% 43% 44% % 18% 19% 1 5% 5% 6% 4% 5% 4% 1 8% 9% A B C D E Cadres 15% % de salariés 12% 12% 11% 1 5% 6% 5% 5% 2% 2% 3% 1% 1% 1% F G H I

45 Détail selon la fonction des salariés en 2007 Catégories Répartition des formateurs (en %) Répartition des non formateurs (en %) Ensemble (en %) A (employés spécialisés) - 10 % 4 % B (employés qualifiés) - 9 % 4 % C (techniciens qualifiés 1 er degré) - 20 % 9 % D1 (techniciens qualifiés 2 nd degré) 37 % 15 % 27 % D2 (techniciens qualifiés 2 nd degré) 23 % 9 % 17 % E1 (techniciens hautement qualifiés) 16 % 7 % 12 % E2 (techniciens hautement qualifiés) 10 % 3 % 7 % F (cadres) 8 % 14 % 11 % G (cadres) 3 % 7 % 5 % H (cadres) 2 % 4 % 3 % I (cadres) 1 % 2 % 1 % Ensemble 100 % 100 % 100 % Nombre global de salariés Les répartitions des salariés par catégories professionnelles (définies par la Convention Collective Nationale) ne sont pas significativement différentes selon la taille, la spécialité et l origine du financement des entreprises 45

46 CHAPITRE III : REMUNERATION I MASSE SALARIALE BRUTE A un an d intervalle, la masse salariale brute de la profession s affiche en hausse de 4,5 %, alors que les salariés en équivalent temps plein ont progressé de 3,5 % sur cette période. Evolution de la masse salariale brute Milliards d' 1,7 1,65 1,6 1,5 1,4 1,3 1,40 +3,5% 1,45 +3,5% 1,50 +3% 1,55 +2,5% 1,58 +4,5%

47 II SALAIRES 1. Salaires moyens Compte tenu de l évolution du questionnaire, la comparaison des salaires ne permet pas un historique plus long : jusqu en 2005 le rapport différenciait salaire d embauche et salaire après trois ans d ancienneté, désormais seul le salaire moyen est demandé. Salaires moyens des grandes catégories professionnelles (éléments variables et primes comprises) Formateurs qualifiés 2ème degré (D1) Formateurs hautement qualifiés (E1) Formateurs cadres (F) Employés administratifs (B1) Secrétaires (C1) Rappel 2006 Formateurs qualifiés 2 ème degré (D1) Formateurs hautement qualifiés (E1) Formateurs cadres (F) Employés administratifs (B1) Secrétaires (C1)

48 2. Formateurs qualifiés (2 ème degré) : niveau D1 Formateurs qualifiés (2 ème degré), niveau D1 Salaire moyen : soit 14 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et 9 ème : 27 % Salaires des formateurs qualifiés (2 ème degré), niveau D1 (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

49 3. Formateurs hautement qualifiés : niveau E1 Formateurs hautement qualifiés, niveau E1 Salaire moyen : soit 10 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et le 9 ème : 32 % Salaires des formateurs hautement qualifiés, niveau E1 (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

50 4. Formateurs cadres : niveau F Formateurs cadres, niveau F Salaire moyen : soit 9 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et le 9 ème : 25 % Salaires des formateurs cadres, niveau F (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

51 5. Employés administratifs : niveau B1 Employés administratifs, niveau B1 Salaire moyen : soit 12 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et le 9 ème : 26 % Salaires des employés administratifs, niveau B1 (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

52 6. Secrétaires : niveau C1 Secrétaires, niveau C1 Salaire moyen : soit 13 % au-dessus du minimum établi par la convention collective Ecart entre le 1 er et le 9 ème : 26 % Salaires des secrétaires, niveau C1 (éléments variables et primes comprises) Minimum de la convention collective : (1) (2) (3) 1er Médiane Moyenne 9ème (1) 1 er : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire inférieur ou égal à cette valeur (2) Médiane : La moitié des salariés bénéficient d'un salaire inférieur à cette valeur (3) 9 ème : 10 % des salariés bénéficient d'un salaire supérieur ou égal à cette valeur 1 er 2 ème 3 ème 4 ème Détail par 5 ème 6 ème 7 ème 8 ème 9 ème Ecart type σ =

53 III SALARIES AU MINIMUM DE LA CONVENTION COLLECTIVE Globalement, un peu plus d un quart des salariés de la profession sont au minimum de la convention collective, 26 % pour les formateurs et 29 % pour les non formateurs. Les salariés au minimum de la convention collective sont plus présents pour les postes les moins élevés dans la hiérarchie : le niveau A représente 10 % de l ensemble des non formateurs de la profession mais 20 % des effectifs au minimum de la convention collective. De même, la catégorie D1 réunit 37 % de l ensemble des formateurs mais 47 % des effectifs au minimum de la convention collective. A contrario, les cadres pèsent pour 20 % de l ensemble des salariés présents en fin d année mais ne pèsent que pour 14 % des salariés au minimum de la convention. Proportion de salariés au minimum de la convention collective En % de formateurs En % de non formateurs En % de l ensemble des salariés 26 % 29 % 27 % Répartition des salariés au minimum de la convention collective selon leur catégorie formateurs non formateurs Ensemble % sal. au % sal. au % sal. au % sal. au % sal au % sal. au minimum 31/12/07 minimum 31/12/07 minimum 31/12/07 A (employés spécialisés) % (10 %) 9 % (4 %) B (employés qualifiés) % (9%) 5 % (4 %) C (techniciens qualifiés 1 er degré) % (20 %) 1 (9 %) D1 (techniciens qualifiés 2 nd degré) 47 % (37 %) 14 % (15 %) 32 % (27 %) D2 (techniciens qualifiés 2 nd degré) 21 % (23 %) 6 % (9 %) 14 % (17 %) E1 (techniciens hautement qualifiés) 14 % (16 %) 6 % (7 %) 11 % (12 %) E2 (techniciens hautement qualifiés) 7 % (10 %) 4 % (3 %) 5 % (7 %) F (cadres) 9 % (8 %) 12 % (14 %) 10 % (11 %) G (cadres) 2 % (3 %) 3 % (7 %) 3 % (5 %) H (cadres) NS (2 %) 2 % (4 %) 1 % (3 %) I (cadres) NS (1 %) 1 % (2 %) < 1 % (1 %) Ensemble 100 % (100 %) 100 % (100 %) 100 % (100 %) 53

Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité

Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire des Métiers de la Prévention

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2014 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2013 Version définitive Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47

Plus en détail

Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58

Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Rapport de branche des casinos NOVEMBRE 2009

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

LE POINT SUR LA PROFESSION

LE POINT SUR LA PROFESSION LE POINT SUR LA PROFESSION Edition 2011 Données 2009 1 / 44 SOMMAIRE UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES 3 1ERE PARTIE: POSITIONNEMENT ECONOMIQUE DE LAPROFESSION 5 I Dénombrement 6 II -Chiffre d

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Les études de l emploi cadre septembre 2012 les cadres et leur rémunération Les entreprises et la rémunération des cadres Enquête auprès de 15 000 cadres

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurance Commission paritaire nationale pour l'emploi 26 septembre 2013

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI)

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Août 2013 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Effectifs et masse salariale prévisionnels de l activité

Plus en détail

Données sociales 2002. Juin 2003

Données sociales 2002. Juin 2003 Données sociales 2002 Juin 2003 asf - Données sociales 2002-2 - Sommaire Pages Avant-propos : La conjoncture économique... 4 Données sociales : Eléments de synthèse... 5 La situation de l emploi au 31

Plus en détail

DEcas. Positionnement et attentes des artisans du bâtiment travaillant seuls. Destinataire : M. Stéphane RIMLINGER

DEcas. Positionnement et attentes des artisans du bâtiment travaillant seuls. Destinataire : M. Stéphane RIMLINGER Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Destinataire : M. Stéphane RIMLINGER DEcas

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des «cabinets dentaires» (NAF 851E). Elles sont

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Méthodologie utilisée

Méthodologie utilisée Dossier spécial Juillet 2010 La carte d identité du de la mutualité Exploitation par le CEREQ des DADS 2007 L Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité (OEMM) a poursuivi son travail de collaboration

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE 2015 (Données 2013) Entreprises Techniques au Service de la Création et de l Evènement

RAPPORT DE BRANCHE 2015 (Données 2013) Entreprises Techniques au Service de la Création et de l Evènement RAPPORT DE BRANCHE 2015 (Données 2013) Entreprises Techniques au Service de la Création et de l Evènement Secteur du Spectacle Vivant et de l Evènement SOMMAIRE TABLE DES TABLEAUX... 4 TABLE DES GRAPHIQUES...

Plus en détail

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Préambule La Convention Collective Nationale du Sport applicable depuis le 25 novembre 2006 comprend un chapitre 12 relatif au sport professionnel. Bien que sur

Plus en détail

La gestion des intervenants sportifs

La gestion des intervenants sportifs La gestion des intervenants sportifs Ligue de Judo Date : 28 septembre 2013 Intervenant : Maxime QUEVAL Maxime.queval@lrset.org Introduction Le secteur associatif se professionnalise de manière croissante.

Plus en détail

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 Département Carrières Conférence du 25 janvier 2013 Eclairer les risques, tracer l avenir 1 OBJECTIF INITIAL : Apporter des éléments de rémunération aux membres

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013 BILAN SOCIAL 2013 COLLECTIVITÉS LOCALES DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES Collection "Diagnostics et prospectives RH" N 10 Janvier 2015 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013 COLLECTIVITÉS

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres

LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres Février 2010 - N 008 LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres En 2007, 86 % des entreprises de 10 salariés ou plus des

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail

Les tableaux de bord RH

Les tableaux de bord RH Joëlle IMBERT Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage, 2007 ISBN : 978-2-212-53910-3 5 Les indicateurs de gestion sociale Généralement issus du système de

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008?

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009 Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? Observatoire des métiers CCIJP 2 Rappel des populations étudiées - Présentation des principales

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A. 2011 SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11

Plus en détail

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL Emploi et relations employeurs/employés CDC Entreprises, en tant que société de gestion agréé AMF, est soumise au respect de la réglementation de l'autorité des Marchés

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Jehan-Paul LABRUSSE A.F.T. 2 rue Jean Mermoz - BP 68401. 44984 SAINTE LUCE S/LOIRE 02 40 18 13 13 Jehan-paullabrusse@aft-iftim.

PAYS DE LA LOIRE. Jehan-Paul LABRUSSE A.F.T. 2 rue Jean Mermoz - BP 68401. 44984 SAINTE LUCE S/LOIRE 02 40 18 13 13 Jehan-paullabrusse@aft-iftim. TABLEAU DE BORD RÉGIIONAL DE L EMPLOII ET DE LA FORMATIION PROFESSIIONNELLE DANS LES TRANSPORTS ROUTIIERS ET LES ACTIIVIITÉS AUXIILIIAIIRES DU TRANSPORT PAYS DE LA LOIRE 2009 Jehan-Paul LABRUSSE A.F.T.

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses decembre 2014 N 099 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L emploi dans les très fin 2013 Un tiers des TPE ont un seul salarié Les entreprises

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2014 SAFRAN

BILAN SOCIAL 2014 SAFRAN BILAN SOCIAL SAFRAN BILAN SOCIAL La loi n 77-769 du 12 juillet 1977 fait obligation aux entreprises, comptant des établissements de plus de 300 salariés, d élaborer chaque année un bilan social pour chaque

Plus en détail

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Commission Mixte Paritaire 19 septembre 2013 Service Observatoires

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Paris, le 22 mars 2011 Bilan Social des Entreprises Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Le bilan social est un document extrêmement utile pour une équipe syndicale. Beaucoup de renseignements

Plus en détail

Dares. Analyses EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009

Dares. Analyses EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009 Dares Analyses AOÛT 2011 N 064 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques EMPLOI ET SALAIRES DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES ENTRE 2000 ET 2009 Au 31 décembre

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

LA PLACE DES ASSOCIATIONS DANS L ENSEMBLE

LA PLACE DES ASSOCIATIONS DANS L ENSEMBLE LA PLACE DES ASSOCIATIONS DANS L ENSEMBLE DU SECTEUR PRIVE SANITAIRE ET SOCIAL : EMPLOIS, MASSE SALARIALE ET EMPLOYEURS NOVEMBRE 2012 1 Ce travail est réalisé pour la deuxième année consécutive, avec la

Plus en détail

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Année 2014 SOMMAIRE ❶ Type d emploi :...3 ❷ Pyramide des âges :...4 ❸ Conditions d emploi :...5 ❹ Les emplois par catégorie socioprofessionnelle :...6

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

La relation clients à distance

La relation clients à distance La relation clients à distance Évolution du nombre de centres de contacts en France 3500 3400 3300 3200 3100 3000 2900 2800 2700 3500 3300 3100 3000 2002 2003 2004 2005 (source Cesmo) Évolution du nombre

Plus en détail

Observatoire Landais de l aide à domicile

Observatoire Landais de l aide à domicile Observatoire Landais de l aide à domicile Bulletin n 5 Avril 2014 Analyse de L aide à domicile sur le territoire Landais entre 2010 et 2012 La DREES 1 estime que les dépenses liées à la dépendance en 2011,

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire Synthèse Observatoire National de l ESS CNCRES Elisa Braley, responsable de l Observatoire Arnaud Matarin, chargé d études observatoire@cncres.org

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DES BILANS SOCIAUX DES COLLECTIVITÉS LOCALES DE MOINS DE 50 AGENTS

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DES BILANS SOCIAUX DES COLLECTIVITÉS LOCALES DE MOINS DE 50 AGENTS BILAN SOCIAL 2013 COLLECTIVITÉS LOCALES DE MOINS DE 50 AGENTS Collection "Diagnostics et prospectives RH" N 9 Septembre 2014 SYNTHÈSE DES BILANS SOCIAUX DES COLLECTIVITÉS LOCALES DE MOINS DE 50 AGENTS

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 Paris, le 24 janvier 2011 - NOTE OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 L enquête réalisée sur l insertion des diplômés 2009 de Sciences Po a permis de recueillir des

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi Spécificités et performances des canaux de recrutement Anne-Sophie GENEVOIS Cahier n 2011-01 Janvier 2011 Spécificités et performances des canaux de recrutement

Plus en détail

année 2010 rapport de branche : quelques éléments Nombre d entreprises & chiffre d affaires chiffres d affaires SOMMAIRE

année 2010 rapport de branche : quelques éléments Nombre d entreprises & chiffre d affaires chiffres d affaires SOMMAIRE e r v i c e s r a n s p o r t s q u i p e m e n t n v i r o n n e m e n t Prévention sécurité année 2010 rapport de branche : quelques éléments Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR RÉMUNÉRATION EN 2012

LES CADRES ET LEUR RÉMUNÉRATION EN 2012 LES CADRES ET LEUR RÉMUNÉRATION EN 2012 LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-66 SEPTEMBRE 2013 La rémunération des cadres en 2012 Infl uence de l âge des cadres et des caractéristiques de l entreprise Les

Plus en détail

Porter à "10 x sans frais" les paiements avec la carte pour les salariés

Porter à 10 x sans frais les paiements avec la carte pour les salariés Carte salariés Remise sur achats portée à 10 % 10 % supplémentaires sur les MDD Porter à "10 x sans frais" les paiements avec la carte pour les salariés Reconduction des avantages offerts depuis 1986 sur

Plus en détail

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme*

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* Communiqué de presse Gennevilliers, le 05 Septembre 2013 5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* L Absentéisme en France augmente de 18% en 2012, ce qui représente une moyenne de 16,6 jours d absence

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A. SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11 16

Plus en détail

Accord salarial 2008

Accord salarial 2008 Accord salarial 2008 PRÉAMBULE En application de l article L. 2241-1 du Code du travail et de l article 42 de la convention collective de la Banque, les partenaires sociaux se sont rencontrés à trois reprises,

Plus en détail

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 10 AVRIL 2015 LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF Parmi les licenciés économiques, ceux qui ont bénéficié du

Plus en détail

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 rue Capella Rond point Vega 44483 Carquefou Cedex 02.28.01.08.01 observatoire@anfa-auto.fr

Plus en détail

Créations et disparitions des entreprises en France

Créations et disparitions des entreprises en France Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges

Plus en détail

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Unité Développement Direction de la stratégie et des territoires Service Prospective et évaluation L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Enquête IPA 2013 Chiffres clés n 24

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs

Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs Forum SETO 2013 11 décembre 2013 Synthèse des résultats Plan Les enjeux de l étude L activité Benchmark Rémunération d Aon Hewitt Caractéristiques de l

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-67 SEPTEMBRE 2013 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Resp employeur 30.11.09 CDOS 57 LA FORMATION PROFESSIONNELLE. Chapitre 8 de la CCNS

Resp employeur 30.11.09 CDOS 57 LA FORMATION PROFESSIONNELLE. Chapitre 8 de la CCNS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Chapitre 8 de la CCNS PART DES COTISATIONS «FORMATION» DANS LES CHARGES PATRONALES ( STRUCTURE DE MOINS DE 10 SALARIÉS) TYPE POURCENTAGE DE LA MASSE SALARIALE Organisme Paritaire

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

Enquête Rémunération

Enquête Rémunération Enquête Rémunération Décembre 2011 Synthèse des résultats Méthodologie : Cette enquête a été menée auprès de 274 personnes salariées, indépendantes ou responsables d agence issues du métier de la communication.

Plus en détail

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale DIRECCTE Analyses Pays de la Loire octobre 2014 La négociation collective d entreprise en 2013 dans les Pays de la Loire E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale des entreprises, de

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

1/ Comment est calculé notre salaire brut?

1/ Comment est calculé notre salaire brut? Comprendre son salaire Le salaire à EDF et dans la branche des IEG Juin 2015 1/ Comment est calculé notre salaire brut? Notre salaire brut et fonction : - du salaire national de base ; le SNB - d un coefficient

Plus en détail

PUbLICAtIONS L ObSErVAtOIrE

PUbLICAtIONS L ObSErVAtOIrE LES DE PUbLICAtIONS L ObSErVAtOIrE N 26 OCtObrE 2014 D E L É CO N O M I E S O C I A L E E t S O L I DA I r E Du fait de son ancrage territorial historique, l Économie Sociale et Solidaire est partie intégrante

Plus en détail

LE PROGRAMME «NOUVEAUX SERVICES - EMPLOIS JEUNES» EN 2000 : près d un tiers des embauches effectuées par des associations

LE PROGRAMME «NOUVEAUX SERVICES - EMPLOIS JEUNES» EN 2000 : près d un tiers des embauches effectuées par des associations Septembre 2001 - N 36.1 LE PROGRAMME «NOUVEAUX SERVICES - EMPLOIS JEUNES» EN : près d un tiers des embauches effectuées par des associations Depuis le lancement du programme, plus de 285 000 jeunes ont

Plus en détail