CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses"

Transcription

1 CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses Elucidation des lois générales qui déterminent globalement la nature des choses en tant que celle-ci est soumise au principe de causalité. 1. Des notions communes à la nature de Dieu L ordre de la connaissance adéquate exige qu on commence par le plus simple et le plus général de quoi les autres notions pourront être déduites. C est pourquoi la première notion à définir est celle de cause de soi, c'est-à-dire de ce dont la nature ne peut se concevoir qu existante. C est à partir de la cause de soi que seront construites les autres notions que l intellect met en œuvre pour saisir la réalité. Ce sont, dans l ordre, la chose finie en son genre, une chose qui peut être bornée par une autre de même nature ; la substance, qui se conçoit par soi ; l attribut, ce que l intellect perçoit d une chose comme étant son essence et enfin les affections d une substance, autrement dit ce qui est en autre chose et se conçoit aussi par cette chose. Ces opérations de base de l intellect étant définies, le concept de Dieu peut être construit comme celui d une substance consistant en une infinité d attributs, dont chacun exprime une essence éternelle et infinie. Il ne reste plus qu à démontrer que, dans la nature des choses, il ne peut exister qu une seule substance qui est nécessairement éternelle et infinie ; que cette substance existe nécessairement et qu elle est Dieu. Les 15 premières propositions établissent la validité de cette démonstration qui culmine dans cette affirmation : Tout ce qui est est en Dieu, et rien ne peut sans Dieu ni être ni se concevoir. 2. De Dieu à la nature des choses Tout ce qui est découle de l existence de Dieu qui agit par les seules lois de sa nature. Mais Dieu n est pas un despote qui agit selon son caprice. Les lois de la nature sont les lois de la nature divine et rien ne survient qui n ait été déterminé par l enchaînement rigoureux des causes et des effets, car dans la nature des choses, il n y a rien de contingent, mais tout y est déterminé par la nature divine. La nature doit être conçue d une manière double. D une part, comme principe produisant nécessairement des effets, elle est Dieu au sens propre, nature naturante. Mais d autre part, elle est la nature naturée, l ensemble des choses finies qui sont produites par Dieu et l essence de ces choses n enveloppe pas leur existence. Mais ce n est pas l opposition entre le Créateur et sa création, car Dieu est cause immanente et non transitive de toute chose : les choses finies n existent pas en dehors de Dieu et Dieu n est pas transcendant à sa création. On peut donc dire, moyennant les précautions précédentes, que Dieu et la nature sont une seule et même chose. Et c est pourquoi aussi la pensée et l action ressortissent au même mode de détermination. L intellect, ainsi, n est pas une puissance mystérieuse, mais l action même de comprendre c'est-à-dire d embrasser les attributs de Dieu et les affections de Dieu et rien d autre.

2 La première partie se termine par un appendice consacré à l analyse des préjugés. Si les hommes se trompent et sont fréquemment incapables de comprendre la véritable nature de Dieu, c est parce qu ils sont victimes du préjugé finaliste dont tous les autres préjugés et toutes les superstitions découlent. En effet les hommes sont nés ignorants de la véritable nature des choses mais conscients de leurs désirs et de leurs appétits. Ainsi ils sont conscients de ce qu ils désirent mais inconscients de ce qui les pousse à désirer telle chose ou telle autre. Toute chose est donc conçue exclusivement sous l angle de la finalité qu elle peut remplir pour l existence de l individu. Ainsi naît l illusion du libre arbitre abusivement assimilé à la liberté. De cette première illusion en découle une seconde : les hommes projettent sur l ensemble de la nature leur propre complexion et veulent considérer tous les étants naturels comme des moyens en vue de ce qui leur est utile. Ce préjugé finaliste non seulement renverse l ordre réel de la nature mais encore interdit de comprendre, ce qui est pourtant décisif du point de vue de l éthique, que des notions comme parfait et imparfait, bon ou mauvais, etc. ne sont pas des notions intrinsèques mais n existent que relativement à l homme. Sur le problème de l infini, on lira le scolie de la proposition XV, 1 ère partie ; Sur la critique des conceptions superstitieuses de Dieu : le scolie de la proposition XVII. Ethique, partie II (de Mente) L âme et le corps Déduire, à partir des lois générales qui déterminent la nature des choses, les règles de fonctionnement propres à l ordre psychique, en tant que celui-ci relève d un genre d être irréductible aux déterminations propres à l ordre corporel. 1. Le corps et l esprit Parmi toutes les choses qui suivent de la nature divine, nous nous intéressons spécialement à celles qui sont utiles à la connaissance de l esprit humain et de sa suprême béatitude. Il faut d abord définir les corps des manières finies qui expriment l essence de Dieu en tant qu on le considère comme chose étendue et les idées des concepts formés par l esprit en tant qu il pense, c'est-à-dire agit. Quelques axiomes caractérisent l être humain. L homme est un être contingent son essence n enveloppe pas l existence ; il pense. Cette pensée peut être ce qu on désigne sous le nom d affect (amour, désir, etc.) et ces affects présupposent la présence dans l individu de l idée de la chose aimée ou désirée. Nous sentons qu un certain corps peut être affecté de différentes manières. Et enfin, nous ne percevons que des corps ou des manières de penser. Pour comprendre les rapports entre les corps et les idées, il faut partir du fait que Pensée et Étendue sont des attributs de Dieu et que, en Dieu, Il y a nécessairement une idée tant de son essence que de tout ce qui suit de son essence. Par conséquent, de chaque chose il existe une idée. Ainsi de chaque corps, une idée de ce corps ; mais aussi des choses qui ne sont pas des corps par exemple les nombres il existe aussi une idée. D où il s ensuit que l ordre et l enchaînement des idées est le même que l ordre et l enchaînement des choses.

3 Ainsi l esprit de l homme est-il l idée du corps. Or le corps humain est composé de nombreux corps, puisqu il forme un individu complexe et donc son esprit contient également les idées de tous ces corps composant le corps humain et de tous les affects de ces corps. Par conséquent, L esprit humain est apte à percevoir un très grand nombre de choses et d autant plus apte que son corps peut être disposé d un plus grand nombre de manières. 2. L imagination et la connaissance Ainsi, le corps humain étant affecté par les autres corps, l idée du corps englobe aussi les idées de ces autres corps. Mais, en réalité, nous n avons pas directement l idée des autres corps, mais plutôt l idée des affections que ces autres corps produisent sur notre corps ou plutôt sur telle ou telle partie de notre corps. Les réactions de notre corps aux mouvements innombrables des autres corps s expriment dans des images et ainsi l imagination apparaît comme une puissance de l esprit qui nous permet de contempler des objets absents ou même non existants. De l imagination naît la possibilité des associations d idées et tout ce qui ressortit à la connaissance empirique, qui, aussi utile soit-elle, n est cependant pas une connaissance adéquate. Mais de même que l esprit humain est l idée du corps humain, qu il connaît à travers les idées de ses affections, il existe une idée de l esprit humain mais L Esprit humain ne se connaît pas lui-même si ce n est en tant qu il perçoit les idées des affections du Corps. Il s ensuit que l esprit n a pas de connaissance adéquate du corps et qu il est toujours amené à s étonner de ce que peut un corps. Les limites de l imagination en font un mode de connaissance inadéquate. Mais toutes les idées, en tant qu elles se rapportent à Dieu, sont vraies. Même les idées inadéquates ont leur raison d être qu il s agit de comprendre. La fausseté consiste dans une privation de connaissance qu enveloppent les idées inadéquates, autrement dit mutilées et confuses. De là, on doit distinguer trois genres de connaissance : 1. des connaissances mutilées et confuses qui viennent de ce que nous percevons bien des choses et formons des notions universelles à partir des singuliers qui se présentent à nous par le moyen des sens ou encore à partir des signes, c'est-à-dire par ouï-dire ; 2. des connaissances qui découlent de ce que nous avons des notions communes et des idées adéquates des propriétés des choses ; il s agit là de la connaissance adéquate scientifique - des relations entre les choses ; 3. la science intuitive qui nous permet d atteindre l essence singulière des choses. Dans L Éthique est visée l essence de l esprit humain. Ethique, partie III (de Affectibus) La vie affective

4 - Cf. Cours Ethique, partie IV (de Servitute) L existence humaine et ses conflits Déduction des modalités qui définissent spécifiquement la condition humaine, dans ses aspects individuels et collectifs. 1. Dynamique de la vie affective La servitude est la condition de l homme soumis aux affects. Pour qui recherche la béatitude, il faut d abord déterminer en quoi les affects peuvent être bons ou mauvais, sachant que le bon et le mauvais ne sont pas des notions intrinsèques mais seulement des notions relatives à l homme. C est pour, la classification des affects va être maintenant complétée par une dynamique des affects. Si par bien nous entendons ce que nous savons avec certitude nous être utile, la combinaison dynamique des affects devra être comprise en rapport avec cet utile propre. Or rien de ce qu a de positif une idée fausse n est supprimé par la présence du vrai en tant que vrai. L imagination correspondant à des causes naturelles déterminées, ses effets ne peuvent pas être supprimés par la simple connaissance du vrai. Ainsi, la force des passions peut surpasser de loin celle de nos actions et la connaissance, en tant que telle, n y peut rien puisque la connaissance du bien et du mal n est rien d autre que l affect de joie ou de tristesse en tant que nous en avons conscience. De même que la connaissance des lois de la nature ne supprime pas leurs effets, de même la connaissance des affects ne nous soustrait pas à leurs effets. Mais la connaissance des lois de la nature nous permet d utiliser à notre profit les puissances naturelles ; semblablement, la connaissance de la dynamique spontanée des affects nous permet de l utiliser à notre profit. Ainsi la vraie connaissance du bien et du mal, en tant que vraie, ne peut contrarier aucun affect, mais seulement en tant qu on la considère comme un affect. Toutes choses étant égales par ailleurs, les affects de joie sont toujours supérieurs aux affects de tristesse, et donc le sage pourra combattre ces derniers en s efforçant, autant qu il le peut, d opposer l amour à la haine et ainsi de suite. La voie de la béatitude consiste donc d abord à savoir ordonner ses sentiments et gouverner ses passions, sans pouvoir les supprimer. Si la Joie n est jamais mauvaise directement, elle peut l être indirectement certaines joies peuvent être excessives. La tristesse, la haine et tous les affects du même genre sont directement mauvais. Seuls les désirs qui naissent de la raison ne peuvent être excessifs. 2. La communauté des hommes Par conséquent, nous ne savons avec certitude être bien ou mal que ce qui nous conduit véritablement à comprendre ou ce qui peut nous empêcher de comprendre et donc le souverain bien de l esprit est la connaissance de Dieu. Pour s engager dans cette voie, l homme doit rechercher ce dont la nature est la plus proche de la sienne. Ainsi, en tant qu ils

5 vivent sous la conduite de la raison, les hommes conviennent toujours en nature. Mais, soumis aux passions, les hommes se déchirent et sont cruels et envieux les uns vis-à-vis des autres. La vie en communauté est un bien recherché par le sage, car le bien auquel aspire pour soi chaque homme qui suit la vertu, il le désirera aussi pour tous les autres hommes, et d autant plus qu il possédera une plus grande connaissance de Dieu. Donc, la vertu consiste à rechercher tout ce qui permet la plus grande concorde entre les hommes ; est mauvais, au contraire, tout ce qui peut conduire à la discorde dans la cité. L homme que mène la raison est plus libre dans la cité où il vit selon le décret commun, que dans la solitude où il n obéit qu à lui-même. Ethique, partie V (de Libertate) Les voies de la libération Examen raisonné des procédures de libération permettant d effectuer la synthèse entre les fonctions théoriques de l intellect et les fonctions pratiques de l affectivité. Agir par la raison n est donc rien d autre que suivre ce qui découle de notre nature et de notre effort pour nous conserver et accroître notre puissance d agir. D où il s ensuit, premièrement, que l homme libre ne pense rien moins qu à la mort et sa sagesse est une méditation, non de la mort mais de la vie ; et, deuxièmement, qu il n est rien dans la vie d aussi utile que de parfaire l intellect, car la vie rationnelle demande l intelligence et les choses ne sont vraiment bonnes qu en tant qu elles aident l homme à jouir de la vie de l esprit. Ainsi pour l homme asservi aux passions s ouvre la voie d une libération. En effet, un affect qui est une passion cesse d être passion sitôt que nous en formons une idée claire et distincte car la compréhension de la nécessité donne à l esprit une plus grande puissance sur ses affects. En contemplant sa propre puissance, l esprit est affecté de joie et acquiert un certain pouvoir d ordonner et d enchaîner les affections du corps suivant un ordre pour l intellect. L effort de la connaissance est l amour intellectuel de Dieu. Plus nous comprenons les choses singulières, plus nous comprenons Dieu. Cet amour de Dieu est un sentiment qui ne peut être souillé ni par l envie ni par les autres affects tristes. Par ce troisième genre de connaissance, l esprit conçoit la réalité sous une certaine forme d éternité. Ainsi, il apparaît que la béatitude n est pas la récompense de la vertu, mais la vertu elle-même et que ce n est pas en diminuant nos appétits que nous pouvons en jouir mais, au contraire en en jouissant que nous pouvons diminuer nos appétits. Les résultats essentiels de l étude consacrée à l homme soumis aux passions sont résumés en 32 courts chapitres dans l appendice de la 4 e partie.

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : Le désir constitutif de l essence de l Homme

PREMIERE PARTIE : Le désir constitutif de l essence de l Homme Thierry DUPOUX, Plan du cours sur le désir et le bonheur PREMIERE PARTIE : Le désir constitutif de l essence de l Homme I. Le désir comme puissance positive 1) La déconstruction de l illusion 2) Le désir

Plus en détail

Baruch Spinoza [1632-1677] Philosophe hollandais (1677) [1930] [1993] L ÉTHIQUE DÉMONTRÉE SELON LA MÉTHODE GÉOMÉTRIQUE ET DIVISÉE EN CINQ PARTIES

Baruch Spinoza [1632-1677] Philosophe hollandais (1677) [1930] [1993] L ÉTHIQUE DÉMONTRÉE SELON LA MÉTHODE GÉOMÉTRIQUE ET DIVISÉE EN CINQ PARTIES Baruch Spinoza [1632-1677] Philosophe hollandais (1677) [1930] [1993] L ÉTHIQUE DÉMONTRÉE SELON LA MÉTHODE GÉOMÉTRIQUE ET DIVISÉE EN CINQ PARTIES Un document produit en version numérique par Charles Bolduc,

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament...

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament... Table des matières Préface à l édition française... 5 1. Quelle importance?... 7 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11 3. Le canon du Nouveau Testament... 23 4. Les Évangiles...

Plus en détail

2010/05/21 Coyote Concours Philosopher 2010 Nombre de mots : 1929 LA TECHNIQUE EST-ELLE SYNONYME DE PROGRÈS?

2010/05/21 Coyote Concours Philosopher 2010 Nombre de mots : 1929 LA TECHNIQUE EST-ELLE SYNONYME DE PROGRÈS? 2010/05/21 Coyote Concours Philosopher 2010 Nombre de mots : 1929 LA TECHNIQUE EST-ELLE SYNONYME DE PROGRÈS? L humanité a accédé il y a soixante-cinq ans à un pouvoir d une force inimaginable, quasi-divin:

Plus en détail

ALTER EGO L'amitié selon Aristote

ALTER EGO L'amitié selon Aristote Marcel Lamy : Alter ego. L'amitié selon Aristote. Conférence prononcée au lycée Chateaubriand de Rennes le mardi 4 décembre 2001. Mise en ligne le 25 janvier 2002. Marcel Lamy est professeur agrégé de

Plus en détail

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service 1 Leçon 7 Aimer Dieu par l'adoration et le service Introduction Lecture : Apocalypse 4.2-11; 5.11-14 Lorsque nous disons que nous aimons quelqu un, que ce soit notre époux, un membre de la famille ou un

Plus en détail

Les mystères de la Bible

Les mystères de la Bible Chapitre 18 Les mystères de la Bible «Peux-tu découvrir les profondeurs de Dieu?» (Job 11:7) Aucun esprit fini ne peut pleinement comprendre le caractère et les œuvres de l Etre infini. Nous ne pouvons

Plus en détail

Le peuple des Chats. corps et capables de voyager dans les autres dimensions sans difficultés! Jadis, nous étions

Le peuple des Chats. corps et capables de voyager dans les autres dimensions sans difficultés! Jadis, nous étions Le peuple des Chats Bonjour! Nous sommes le peuple des Chats! Nous sommes le miroir de la divinité dans vos vies Nous sommes les chats, les ponts entre les énergies célestes et terrestres, à l aise dans

Plus en détail

Enterprise Transformation Manifesto

Enterprise Transformation Manifesto Enterprise Transformation Manifesto Règles d or pour améliorer les entreprises, dans le respect des valeurs et intérêts fondamentaux de la société Motivation du Manifeste En réponse à la complexité à laquelle

Plus en détail

La Puissance de Guérison de l Amour

La Puissance de Guérison de l Amour La Puissance de Guérison de l Amour Travail en Bretagne, le 5 Septembre 2015 Maitreya nous a sollicités pour travailler sur la Puissance de Guérison de l Amour. Comment définir la Puissance de Guérison

Plus en détail

Chapitre I Esquisses pour une définition de l imagination

Chapitre I Esquisses pour une définition de l imagination Chapitre I Esquisses pour une définition de l imagination «Ce terme, imagination, est fort en usage dans le monde : mais j ai peine à croire que tous ceux qui le prononcent, y attachent une idée distincte

Plus en détail

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html Page 1 sur 5 PHILOCOURS.COM Accueil Cours Corriges Methode Dossiers Liens Aide Perso Fiches Bac Newsletter Contact Programmes Accueil > Les Fiches du Bac > Autrui page 1 2 3 4 Autrui page créée le 01/01/2003

Plus en détail

Le channeling (ou communication avec les Esprits)

Le channeling (ou communication avec les Esprits) Le channeling (ou communication avec les Esprits) Qu apporte le channeling? Développement personnel Le channelig est un puissant moyen de développement personnel spirituel et de transformation de conscience.

Plus en détail

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond.

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond. Présentation du travail fait par le comité éthique de l Association La Compassion sur «protection de l intimité et respect de l expression de la sexualité des Résidants» Mme Mérieau D., directrice adjointe

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

René Descartes Discours de la méthode, 1637 Quatrième partie

René Descartes Discours de la méthode, 1637 Quatrième partie René Descartes Discours de la méthode, 1637 Quatrième partie Question 1 : pourquoi Descartes juge-t-il nécessaire de nous faire part de ses méditations? Descartes estime que, malgré les réticences qu'il

Plus en détail

Berkeley Center for new media

Berkeley Center for new media Berkeley Center for new media Greg Niemeyer : Comme nous le savons, le monde visuel consiste en une réflexion de la lumière qui est constituée elle même de molécules. La lumière se diffuse par ondes dont

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Année universitaire 2011-2012 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Comment sensibiliser les élèves à l interculturel à travers l éveil aux langues du monde

Plus en détail

QUESTION 133. Brevetabilité des logiciels d ordinateur

QUESTION 133. Brevetabilité des logiciels d ordinateur QUESTION 133 Brevetabilité des logiciels d ordinateur Annuaire 1997/III, pages 314-318 Comité Exécutif de Vienne, 18-22 avril 1997/ Q133 QUESTION Q133 Brevetabilité des logiciels d ordinateur Résolution

Plus en détail

Les animaux sont le miroir de notre état émotionnel et de notre environnement

Les animaux sont le miroir de notre état émotionnel et de notre environnement Les animaux sont le miroir de notre état émotionnel et de notre environnement Selon mon expérience et ma pratique en communication animale, je constate que nos animaux de compagnie sont dans nos vies pour

Plus en détail

Réponse du CRDP à la consultation du CNoCP sur son projet de cadre conceptuel

Réponse du CRDP à la consultation du CNoCP sur son projet de cadre conceptuel Réponse du CRDP à la consultation du CNoCP sur son projet de cadre conceptuel Le centre de recherche en droit public de Nanterre regroupe des enseignants chercheurs en droit public. C est donc à travers

Plus en détail

2 DISCOURS DE MEHER BABA

2 DISCOURS DE MEHER BABA L'AVATAR Consciemment ou inconsciemment toute créature vivante est en quête de quelque chose. Sous les formes de vie les plus rudimentaires et chez les êtres humains les moins avancés, la recherche est

Plus en détail

Valeur morale de la joie d après Spinoza

Valeur morale de la joie d après Spinoza Alain (Émile Chartier) (1899) Valeur morale de la joie d après Spinoza Un document produit en version numérique par Bertrand Gibier, bénévole, professeur de philosophie au Lycée de Montreuil-sur-Mer (dans

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

Gabriel Delmas SYNTONES. essai sur le dessin

Gabriel Delmas SYNTONES. essai sur le dessin Gabriel Delmas SYNTONES essai sur le dessin Syntones - Essai de Gabriel Delmas Version française et anglaise copyright Gabriel Delmas 2010. English and French version are copyright Gabriel Delmas 2010.

Plus en détail

Souffrance et jouissance dans la philosophie de Spinoza

Souffrance et jouissance dans la philosophie de Spinoza Souffrance et jouissance dans la philosophie de Spinoza Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Souffrance et jouissance dans la philosophie de Spinoza. Souffrance, jouissance guérison, Dec

Plus en détail

COURS DE PHILOSOPHIE. Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013

COURS DE PHILOSOPHIE. Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013 COURS DE PHILOSOPHIE Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013 La philosophie Le sujet Le désir La culture L histoire La raison et le réel La démonstration La vérité

Plus en détail

La mémoire et la constitution du soi dans la phénoménologie de Husserl

La mémoire et la constitution du soi dans la phénoménologie de Husserl http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=03housset.xml La mémoire et la constitution du soi dans la phénoménologie de Husserl Emmanuel Housset Université

Plus en détail

Carl Rogers et la Relation d Aide 1

Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Il ne paraît guère possible quand il est fait référence à la «juste distance» de ne pas évoquer la «relation d aide», cadre dans lequel cette question s est posée et

Plus en détail

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République.

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République. éduscol LA CHARTE COMMENTÉE Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales notions et

Plus en détail

Fiche sur la justice et le droit

Fiche sur la justice et le droit CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Fiche sur la justice et le droit Introduction Première piste (non traitée ici) : on associe régulièrement la justice à l égalité. Etre juste, c est donc en un sens

Plus en détail

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative Le système administratif français est le produit des circ o n s- tances qui ont engendré à la fin de l Ancien Régime et au début de la

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

L appel de l âme. 3: les compagnons

L appel de l âme. 3: les compagnons L appel de l âme 3: les compagnons Cette présentation Powerpoint fait partie d'une série de quatre présentations. Elles furent réalisées par le Cercle de Bonne Volonté dans le cadre d'une série de conférences.

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Le Capitaine de l Equipe

Le Capitaine de l Equipe Le Capitaine de l Equipe Le poste de capitaine de l équipe n est pas très compris par beaucoup d entraîneur. L étude suivante concerne surtout une équipe d adultes ou d adolescents. Notre champs d intervention

Plus en détail

C est quoi les T.C.A??

C est quoi les T.C.A?? C est quoi les T.C.A?? Par T.C.A : Trouble du Comportement Alimentaire ou Trouble de la Conduite Alimentaire, on désigne l Anorexie, la Boulimie et l Hyperphagie. Ils parlent d une histoire difficile avec

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

la place et le rôle de l inconscient dans la PtNL

la place et le rôle de l inconscient dans la PtNL la place et le rôle de l inconscient dans la PtNL Conférence EANLPt Marseille, novembre 2012 Catherine Tamisier psychologue, psychothérapeute enseignante certifiée en PNL & hypnose L inconscient selon

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a.

Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a. Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a. Il est déjà là dans le stade du Miroir, dans le graphe du désir, dans la

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Le concept de «littérature africaine» évoque généralement celui de «folklore», l un et l autre ayant été, dès leur apparition, l objet de nombreuses controverses au sujet de leurs

Plus en détail

Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52.

Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52. Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52. La météo ou le climat? «Comme ils parlaient ainsi, Jésus fut présent

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

Page 1 sur 5. JESUS DANS LES TEXTES DE L'ANCIEN TESTAMENT JÉSUS TOUT-PUISSANT DOSSIER n 1

Page 1 sur 5. JESUS DANS LES TEXTES DE L'ANCIEN TESTAMENT JÉSUS TOUT-PUISSANT DOSSIER n 1 Page 1 sur 5 JÉSUS, TOUT-PUISSANT "Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre." (Genèse 1.1) I. L'emploi du mot "Elohim" pour désigner Dieu : Dans le premier verset de la Bible (cf. le texte original),

Plus en détail

Des affects joyeux intrinsèques

Des affects joyeux intrinsèques lordonok6_karl MARX Copier 2 27/09/10 12:56 Page73 Des affects joyeux intrinsèques Et contradictoirement le tyran voudrait se faire aimer! L enrôlement des puissances d agir est affaire de colinéarisation,

Plus en détail

«Les marqueurs de relation»

«Les marqueurs de relation» «Les marqueurs de relation» www.colvir.net/prof/michel.durand On appelle "marqueurs de relation" ou "charnières du discours" tous les mots ou expressions auxquels on peut avoir recours pour indiquer les

Plus en détail

Chapitre 5. Réponses aux questions. 5.1 Le développement physique (p. 142 de votre manuel)

Chapitre 5. Réponses aux questions. 5.1 Le développement physique (p. 142 de votre manuel) Réponses aux questions Chapitre 5 5.1 Le développement physique (p. 142 de votre manuel) 1. Quelle distinction faites-vous entre la motricité fine et la motricité globale? La motricité globale réfère aux

Plus en détail

La dépendance amoureuse est universelle

La dépendance amoureuse est universelle Chapitre 1 La dépendance amoureuse est universelle Une définition de la dépendance amoureuse «Dire que j ai gâché des années de ma vie, que j ai voulu mourir, que j ai eu mon plus grand amour, pour une

Plus en détail

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC Mme ZERTAL CHERIFA Mme DJENNA. D Mr KAABOUCHE. A Bureau d Accueil, Orientation et Activités Socio-thérapeutiques Unité d Aide Psychologique CHU BENBADIS DE CONSTANTINE I)

Plus en détail

Soirées Thema. Compte-rendu de la soirée Thema. du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de.

Soirées Thema. Compte-rendu de la soirée Thema. du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de. 1 Soirées Thema Compte-rendu de la soirée Thema du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap» 2 Les soirées Thema c est quoi? Ces soirées sont des séances-débats

Plus en détail

MiFID - Politique de conflits d intérêt

MiFID - Politique de conflits d intérêt 1. Introduction MiFID - Politique de conflits d intérêt Afin d atteindre les objectifs de protection du client, la société a mis en œuvre des politiques et des procédures pour identifier, évaluer et gérer

Plus en détail

Ô ma joie, Christ est ressuscité!

Ô ma joie, Christ est ressuscité! 1/5 Ô ma joie, Christ est ressuscité! I ère Partie : Introduction «Si le Christ n est pas ressuscité, notre foi est vaine!» (I Co. XV, 17) La foi en la résurrection est essentielle, centrale dans notre

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

ANNALES OFFICIELLES 2012 CONCOURS ECRICOME PREPA ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Culture générale. www.ecricome.org

ANNALES OFFICIELLES 2012 CONCOURS ECRICOME PREPA ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Culture générale. www.ecricome.org ANNALES OFFICIELLES 2012 CONCOURS ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE z Culture générale www.ecricome.org ESPRIT DE L ÉPREUVE Esprit général L épreuve de dissertation de culture générale vise à évaluer chez

Plus en détail

Version provisoire du bulletin sur les offres de remise au consommateur

Version provisoire du bulletin sur les offres de remise au consommateur Version provisoire du bulletin sur les offres de remise au consommateur SECTION NATIONALE DU DROIT DE LA CONCURRENCE ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Juin 2009 500-865 Carling Avenue, Ottawa, ON, Canada

Plus en détail

LA SCIENCE DE LA RICHESSE

LA SCIENCE DE LA RICHESSE LA SCIENCE DE LA RICHESSE Leçon 15 2009 SOPODIVA, Faisant usage des droits de réimpression. 1 Préface Ce programme est composé de 17 leçons qui ont été scindées en 17 ebooks faciles à comprendre et à mettre

Plus en détail

De l aveu de tous les commentateurs, la plus difficile, la plus complexe et peut-être aussi la plus contestable sur le plan de l argumentation.

De l aveu de tous les commentateurs, la plus difficile, la plus complexe et peut-être aussi la plus contestable sur le plan de l argumentation. Note liminaire : Répondant à l aimable demande de notre collègue Bertrand Denis, je communique aux collègues qui suivent les stages sur les Méditations le texte qui m a servi d appui à l exposé oral que

Plus en détail

Ordinaire 24 (A) : 11 septembre 2011. 24 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : 11 septembre 2011. Titre : Le Pardon à tout prix!

Ordinaire 24 (A) : 11 septembre 2011. 24 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : 11 septembre 2011. Titre : Le Pardon à tout prix! Ordinaire 24 (A) : 11 septembre 2011 24 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : 11 septembre 2011 Titre : Le Pardon à tout prix! Référence Biblique : 1 ère Lecture : Ben Sirac le Sage (Si 27,30-28,7) 27

Plus en détail

Critique des théories naturalistes de l amour. (SCHELER, Nature et formes de la sympathie, partie II, chapitres V et VI)

Critique des théories naturalistes de l amour. (SCHELER, Nature et formes de la sympathie, partie II, chapitres V et VI) Critique des théories naturalistes de l amour (SCHELER, Nature et formes de la sympathie, partie II, chapitres V et VI) Présenté par Manon PAISTEL sous la direction de M. Patrick LANG Séminaire de philosophie

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical table des matières 1. Obligation de déclarer l euthanasie. Patients

Plus en détail

Sujet 1 : Peut-on prouver une hypothèse scientifique?

Sujet 1 : Peut-on prouver une hypothèse scientifique? Sujet 1 : Peut-on prouver une hypothèse scientifique? Remarques sur l énoncé : Un sujet difficile car, dans cette série (L) les candidats sont souvent «fâchés» avec la science et ne disposent pas d une

Plus en détail

Commentaire de la nouvelle réglementation sur les tunnels de l ADR

Commentaire de la nouvelle réglementation sur les tunnels de l ADR Commentaire de la nouvelle réglementation sur les tunnels de l ADR Les commentaires qui suivent se rapportent au document Modifications de l ADR 07 relatives aux tunnels (Annexe 2). Le présent texte explique

Plus en détail

L abondance financière au féminin

L abondance financière au féminin Leçon 5 : La monnaie de l âme selon D. Chu et les archétypes financiers Mon intention D être claire dans mes propos afin que vous compreniez ce que VOUS avez à comprendre pour vous faire avancer Votre

Plus en détail

Jésus-Christ est-il monothéiste ou non dualiste?

Jésus-Christ est-il monothéiste ou non dualiste? By Brother Martin. Jésus-Christ est-il monothéiste ou non dualiste? Ce qui suit n est pas un texte scientifique. C est plutôt une vue personnelle sur le sujet. Judaïsme, Chrétienté et Islam sont généralement

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Jésus-Christ : une Illustration de la croissance

Jésus-Christ : une Illustration de la croissance 32 M a t u r i t é c h r é t i e n n e LEÇON Jésus-Christ : 2 une Illustration de la croissance Vous souvenez-vous du jour où vous avez fait plaisir à vos parents ou à un supérieur en leur prouvant que

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

Pères et hommes - Conciliation famille et profession Situation dans l Union Européenne et au Portugal

Pères et hommes - Conciliation famille et profession Situation dans l Union Européenne et au Portugal Pères et hommes - Conciliation famille et profession Situation dans l Union Européenne et au Portugal Reconnaissant le rôle fondamental de la famille au sein de la société, et en particulier le rôle de

Plus en détail

«Jean-Jacques Rousseau entre Rhône et Alpes», exposition du 3 avril au 30 juin Bibliothèque de la Part-Dieu. www.bm-lyon.fr

«Jean-Jacques Rousseau entre Rhône et Alpes», exposition du 3 avril au 30 juin Bibliothèque de la Part-Dieu. www.bm-lyon.fr ... l inégalité s étend sans peine parmi des ames ambitieuses et lâches, toûjours prêtes à courrir les risques de la fortune, et à dominer ou servir presque indifféremment selon qu elle leur devient favorable

Plus en détail

D.E. natation course 2015-2016. Séminaire 2 Support 2. La performance

D.E. natation course 2015-2016. Séminaire 2 Support 2. La performance D.E. natation course 2015-2016 Séminaire 2 Support 2 La performance Le pratiquant en situation de compétition Ethique du pratiquant - Ethique de la performance Pour certains sportifs, musiciens, peintres,

Plus en détail

3 thèses : Problématique :

3 thèses : Problématique : LA CONSCIENCE Problématique : 3 thèses : Thèse 1 : L âme est une substance. A. L âme est une substance individuelle. B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Thèse 2 : La conscience

Plus en détail

Article. «Temps, durée et mort chez Spinoza» Bruce Baugh. Philosophiques, vol. 29, n 1, 2002, p. 23-39.

Article. «Temps, durée et mort chez Spinoza» Bruce Baugh. Philosophiques, vol. 29, n 1, 2002, p. 23-39. Article «Temps, durée et mort chez Spinoza» Bruce Baugh Philosophiques, vol. 29, n 1, 2002, p. 23-39. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/009561ar

Plus en détail

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme L article L. 133-3 du Code du tourisme, dispose : «L'office de tourisme assure l'accueil et l'information des touristes ainsi que la promotion

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L ADÉQUATION FORMATION - EMPLOI «GÉNÉRATION 2000»

ENQUÊTE SUR L ADÉQUATION FORMATION - EMPLOI «GÉNÉRATION 2000» ENQUÊTE SUR L ADÉQUATION FORMATION - EMPLOI «GÉNÉRATION 2000» Questionnaire diplômés - Annexe V-d - Formation complémentaire Eléments de définition et de traitement La notion de formation complémentaire

Plus en détail

Vies consacrées, 80 (2008-3), 210-218

Vies consacrées, 80 (2008-3), 210-218 Vies consacrées, 80 (2008-3), 210-218 «Tu aimeras ton prochain comme toi-même» Un résumé de la vie consacrée? Reprise de Lévitique 19, 18, la sentence «tu aimeras ton prochain comme toi-même» se trouve

Plus en détail

Avis relatif à l intégrité du marché Approbation de modifications

Avis relatif à l intégrité du marché Approbation de modifications Avis relatif à l intégrité du marché Approbation de modifications 26 mai 2006 N o 2006-012 Acheminement suggéré Négociation Affaires juridiques et conformité DISPOSITIONS SE RAPPORTANT À LA PRIORITÉ AUX

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

Leçon 3 Trouver notre bonheur en Dieu

Leçon 3 Trouver notre bonheur en Dieu Leçon 3 Trouver notre bonheur en Dieu Introduction Lecture : Psaume 96 La quête du bonheur caractérise chaque être humain. Du plus petit au plus grand, chaque être humain est motivé par un désir d être

Plus en détail

DÉFIS DE LA RÉGLEMENTATION DE L IMMIGRATION AUJOURD HUI

DÉFIS DE LA RÉGLEMENTATION DE L IMMIGRATION AUJOURD HUI DÉFIS DE LA RÉGLEMENTATION DE L IMMIGRATION AUJOURD HUI QUI SOMMES-NOUS? Enracinée dans les organisations fondées en 1986, l ACCPI a été créée il y a dix ans à titre d Association des conseillers réglementés

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Le 17 octobre 2007. LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Michel ROSENFELDT Emergence du phénomène en regard des évolutions sociétales Si aujourd hui, nos sociétés considèrent la vieillesse

Plus en détail

Le Bonheur. Essai sur la Joie

Le Bonheur. Essai sur la Joie Louis CREHALET Professeur : Patrick LANG Licence 2 2011-2012 Semestre 2 Philosophie morale et politique : Formalisme moral et éthique existentielle Robert MISRAHI Le Bonheur. Essai sur la Joie Université

Plus en détail

ORIENTATION DE TRAVAIL

ORIENTATION DE TRAVAIL ORIENTATION DE TRAVAIL par Jochen E.BÜHLING, Rapporteur général Dariusz SZLEPER et Thierry CALAME, Suppléants du Rapporteur général Nicolai LINDGREEN, Nicola DAGG, Shoichi OKUYAMA et Sarah MATHESON Assistants

Plus en détail

rihab coaching Espace d intervision de coachs

rihab coaching Espace d intervision de coachs L ennéagramme Plan! Historique! Introduction à la psychologie de l ennéagramme! L ennéagramme des passions! L ennéagramme des fixations! La disposition graphique de l ennéagramme! D autres croyances erronés

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests génétiques et risques professionnels : impact sur la prévention

Plus en détail

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka VERIFIER A L AUDITION LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka Monsieur le Président, ceci est le troisième rapport du Comité de rédaction, au sujet des

Plus en détail

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence »La démarche systémique et constructiviste dans la pratique du coaching» Françoise KOURILSKY, est docteur en Psychologie et diplômée de l'institut d'études Politiques, spécialiste de l'approche de Palo

Plus en détail

Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps de crise)

Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps de crise) ALPHA INTERNATIONAL B.P 25531 ~ 34071 Montpellier Cedex 3 téléphone/fax : 04-67-78-29-43 e-mail : Assoalpha@aol.com Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps

Plus en détail

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux Titre partie sommaire Introduction..............................11 La conception des jumeaux «Avoir des jumeaux saute une génération.»...........17 «Les vrais jumeaux sont toujours dans la même poche.»..23

Plus en détail

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION Lorsque nous pensons à la séduction et aux premières rencontres amoureuses des adolescents, nous souhaitons pour eux qu ils apprennent

Plus en détail

CAPSULE DE VULGARISATION

CAPSULE DE VULGARISATION CAPSULE DE VULGARISATION Les déterminants de la persévérance scolaire retenus par R 2 Rédaction : Frédérick Tremblay, CRÉPAS Supervision : Mireille Jetté, R 2 DÉTERMINANTS DE LA PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE Il

Plus en détail

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10 CHARTE 1 Dans Eis Schoul l idée de l inclusion, de la solidarité entre enfants et adultes provenant de contextes sociaux et ethniques différents et aux talents et compétences distincts est fondamentale.

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail