regards dossier de presse de L'EXPOSITION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "regards dossier de presse de L'EXPOSITION"

Transcription

1 dossier de presse de L'EXPOSITION Conception : Metz Métropole - Pôle Communication, janvier Maurice Estève, Pouiraque (détail), 1970, huile sur toile, 100 x 81 cm. Adagp, Paris regards SUR L ÉCOLE DE PARIS au MUSÉE DE LA COUR D OR DU AU

2 Sommaire Communiqué de presse...3 Regards sur l École de Paris...5 Une collection à (re)découvrir...5 La Nouvelle École de Paris, une Renaissance d après-guerre...5 Gérald Collot, conservateur-artiste...6 Expositions temporaires d'art moderne au Musée de Metz depuis Catalogue de la collection d art moderne du Musée de La Cour d Or artistes représentés dans la collection...11 Visuels disponibles pour la presse...12 Autour de l exposition...17 Le Musée de La Cour d Or...19 Section gallo-romaine...20 Section médiévale...21 Section Beaux-Arts...22 Informations pratiques Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

3 Communiqué de presse Du 14 février au 16 juin 2014 : REGARDS sur l École de Paris, exposition de 120 œuvres du fonds d art moderne du Musée de La Cour d Or Metz Métropole. Pour la première fois, le Musée de La Cour d Or Metz Métropole présente du 14 février au 16 juin 2014 la majeure partie de sa collection d art moderne, riche de 200 œuvres créées dans la seconde moitié du XX e siècle par les artistes de la Nouvelle École de Paris. Cette collection née de la passion de Gérald Collot, conservateur du Musée de Metz de 1956 à 1987, permet au public de découvrir l engagement des artistes de l après-guerre sur la voie de l abstraction. Une collection à (re)découvrir Entre 1956 et 1987, Gérald Collot, conservateur du Musée de Metz constitue une riche collection de 200 œuvres et 76 artistes modernes. Centrée sur la Nouvelle École de Paris, cette collection se distingue par son exceptionnelle homogénéité esthétique et chronologique, en privilégiant les représentants du paysagisme abstrait des années Du 14 février au 16 juin 2014, REGARDS sur l École de Paris au Musée de La Cour d Or présente 120 œuvres du fonds d art moderne du Musée de Metz Métropole rarement montrées au public. Cette exposition est centrée sur la Nouvelle École de Paris, qui, depuis quelques années, connaît un certain regain d intérêt. Ces œuvres restaurées, peu exposées et encore méconnues du grand public, soulignent la volonté du Musée de Metz de mettre en valeur l art moderne avant les grandes politiques de décentralisation de l État. À l issue de l exposition, ces œuvres rejoindront les collections permanentes par roulement. Un espace dédié aux dessins et aux estampes qui forment une part importante du fonds sera conservé. Une collection centrée sur la Nouvelle École de Paris En 1941 à Paris, dans le prolongement des avant-gardes du début du XX e siècle, la Nouvelle École de Paris s affirme grâce à l exposition Vingt jeunes peintres de tradition française, et prend son essor à la Libération. Elle fait retentir à l étranger une renaissance française très attendue sur le plan culturel pendant les difficiles années d après-guerre. Issus de pays et d horizons divers, ses artistes sont les héritiers d une tradition artistique, cubisme inclus, qui maintient le lien avec la réalité. Dans les années 50, la plupart s orientent vers l abstraction tout en entretenant des liens avec la figuration. Cette nouvelle orientation alimente les débats esthétiques et reçoit différentes appellations : abstraction lyrique, art informel, tachisme, non-figuration. L avènement de la peinture américaine, les courants radicaux des années 60 et 70 (Nouveau réalisme, arte povera, art cinétique, art conceptuel...), marginalisent l École de Paris mais n empêchent pas ses artistes de poursuivre leur œuvre : trente années d expositions et d acquisitions En 1957, Gérald Collot est nommé conservateur du Musée de Metz. Lui-même peintre et proche des artistes de l École de Paris, il entreprend de faire entrer la peinture non figurative de son temps dans un musée à vocation régionaliste. Cette politique d acquisition audacieuse bénéficie d un contexte local plus favorable. Le renouveau du vitrail contemporain d après-guerre a largement bénéficié à Metz où la cathédrale, les églises Sainte-Thérèse et Saint-Maximin ont reçu des vitraux de Villon, Chagall, Bissière, Untersteller, Cocteau... De 1957 à 1986, des expositions monographiques, systématiquement suivies d une acquisition, sont consacrées à des artistes vivants renommés et font du Musée de Metz un des musées de province en pointe dans le domaine de l art moderne. La collection rassemble quelque 200 œuvres de 76 artistes, allant des années 1930 à Les achats de sculptures, de livres illustrés et de tapisseries lui donnent une grande variété et témoignent de la curiosité de Gérald Collot pour toutes les formes de création. Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

4 Communiqué de presse Catalogue de la collection La collection d art moderne. Musée de La Cour d Or Metz Métropole [ Sous la direction de Raphaël Mariani ], Milan, Silvana Editoriale, 208 pages, 250 IIl., 22 x 26 cm, 28. Visuels des œuvres Les visuels suivants sont disponibles sur simple demande à : - Étienne COURNAULT ( ) - Fero Jeanne la fole - Charles LAPICQUE ( ) - Nature morte - Jean LE MOAL ( ) - L Oiseau - Roger BISSIÈRE ( ) - Composition Simone BOISECQ ( ) - Totem - Alfred MANESSIER ( ) - Cantique spirituel de saint Jean de la Croix - Jean LE MOAL ( ) - Souvenir de La Garde-Freinet - Maurice ESTÈVE ( ) - Pouiraque - Paul KALLOS ( ) - Lac du Nord - Olivier DEBRÉ ( ) - Signe-personnage Conditions de reproduction des œuvres : Le copyright à mentionner auprès de toute reproduction est : nom de l auteur, titre et date de l œuvre, accompagnés de ADAGP, Paris 2014 et de la mention Musée de La Cour d Or Metz Métropole/L. Kieffer. Toute reproduction en couverture ou à la une devra faire l objet d une demande d autorisation auprès du Service Presse de l ADAGP. Pour les publications de presse en ligne, la définition des fichiers est limitée à 400 x 400 pixels et la résolution ne doit pas dépasser 72 DPI. Informations pratiques Musée de La Cour d Or - Metz Métropole 2 rue du Haut-Poirier Metz Informations et standard : +33 (0) Courriel : Site internet : Le Musée de La Cour d Or Metz Métropole est ouvert tous les jours de 9 h à 18 h, sauf le mardi Jours de fermeture : 1 er janvier, Vendredi Saint, 1 er mai, 14 juillet, 1 er et 11 novembre, 24, 25, 26 et 31 décembre Tarifs 4,60 : individuel, plein tarif 3,30 : groupes de plus de 15 personnes, seniors dès 65 ans, UTL et FRAC 2,30 : étudiants de moins de 26 ans 1,50 : personnes à mobilité réduite (gratuité pour l accompagnateur) Gratuité - pour tous le premier dimanche du mois - pour les moins de 18 ans, demandeurs d emploi, bénéficiaires de minima sociaux, journalistes, guides-conférenciers, détenteurs des cartes ICOM- ICOMOS, AGCCPF, SAMM - Accessibilité aux personnes à mobilité réduite Service des publics Renseignements au +33 (0) Courriel : Contact Presse Céline Nunez - Attachée de presse Metz Métropole +33 (0) (0) Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

5 Regards sur l École de Paris Commissariat : Raphaël Mariani, attaché de conservation du patrimoine, Musée de La Cour d Or - Metz Métropole Assisté de Marie Prochasson, assistante principale de conservation du patrimoine Une collection à (re)découvrir Riche de 200 œuvres et 76 artistes, la collection moderne du Musée de La Cour d Or a été rassemblée entre 1956 et 1987 par son conservateur, Gérald Collot. Centrée sur la Nouvelle École de Paris, elle privilégie les représentants du paysagisme abstrait des années et se distingue par son exceptionnelle homogénéité esthétique et chronologique. Les achats dans le domaine de la sculpture, du livre illustré et de la tapisserie témoignent d une ouverture à différentes formes de création. Les achats d art moderne du Musée de Metz ont bénéficié du soutien financier de la Société des Amis des Musées de Metz (SAMM) et, à partir de 1982, du Fonds régional d acquisition pour les musées de Lorraine (FRAM Lorraine) alimenté à la fois par l État et la région Lorraine. Avec les expositions L Envolée lyrique au Musée du Luxembourg (2006), L Académie Ranson à Rambouillet (2010), Les Sujets de l Abstraction au Musée Rath à Genève et Bertholle au Musée des beaux-arts de Dijon (2011), la Nouvelle École de Paris connaît depuis quelques années un certain regain d intérêt. L exposition du Musée de La Cour d Or, en présentant près de 120 œuvres, vient apporter sa contribution à cette réévaluation en mettant en valeur l initiative précoce du Musée de Metz en faveur de l art moderne. Cette initiative a été prise avant les grandes réalisations de décentralisation et de déconcentration culturelles de l État dont les manifestations les plus visibles à Metz seront l installation du FRAC Lorraine (1984) et du Centre Pompidou-Metz (2010). Metz Métropole a souhaité mettre en valeur cette collection encore méconnue et peu exposée en la faisant restaurer et en lui consacrant un catalogue de référence. À l issue de l exposition, sa présentation permanente au public sera organisée par roulement en maintenant un espace dédié aux dessins et aux estampes qui en forment une part importante. La Nouvelle École de Paris, une Renaissance d après-guerre Vers une nouvelle abstraction Une nouvelle tendance artistique s affirme à Paris dès 1941 grâce à l exposition Vingt jeunes peintres de tradition française qui réunit Bazaine, Bertholle, Lapicque, Le Moal, Manessier, Pignon... Ces artistes déjà confirmés y affirment la francité de leur art face à l Occupant. La Libération permet à cette Nouvelle École de Paris de prendre son essor en faisant retentir à l étranger une renaissance française très attendue sur le plan culturel pendant les difficiles années d après-guerre. De pays et d horizons divers, ils voient dans le tableau une œuvre non préméditée, un acte totalement libre, le résultat d un ensemble de gestes à interpréter a posteriori. L œuvre devient pour l artiste un exercice personnel de vérité et pour le spectateur le moyen d un rapport intuitif avec le monde. Héritiers d une tradition artistique, cubisme inclus, qui maintient le lien avec la réalité, ils restent profondément attachés au travail de la matière picturale et à la couleur. La peinture, la sculpture et la gravure restent les domaines d expression privilégiés par la plupart de ces artistes qui évoluent à des degrés divers vers l abstraction tout en conservant souvent des éléments figuratifs. Une querelle d appellations Apparu en 1925, le terme d École de Paris désigne une communauté d artistes regroupés à Montmartre ou à Montparnasse durant l entre-deux-guerres (Chagall, Foujita, Modigliani, Soutine, Utrillo...). Après la guerre, la nouvelle abstraction non-géométrique alimente les débats esthétiques et reçoit différentes appellations par les critiques d art, les artistes, les écrivains : «abstraction lyrique» (Georges Mathieu), «art informel» (Michel Tapié), «tachisme» (Charles Estienne), «non-figuration» (Michel Ragon). Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

6 Regards sur l École de Paris La «Nouvelle École de Paris» C est l appellation de Nouvelle École de Paris qui s imposera sur la scène internationale. Elle fait retentir à l étranger une renaissance française très attendue sur le plan culturel pendant les difficiles années de la reconstruction. Elle permet de réaffirmer Paris comme la capitale des arts et d ancrer ses innovations dans le prolongement des avant-gardes du début du XX e siècle. La Nouvelle École de Paris n est cependant pas une école : ses artistes conservent une forte individualité, elle ne développe à aucun moment une stratégie collective et ne cherche jamais à se constituer en un mouvement homogène. La fin de l hégémonie parisienne En 1964, le Grand Prix de Peinture de la Biennale de Venise, décerné à Robert Rauschenberg, marque la victoire historique de New York sur l École de Paris. L arrivée en force de l art américain au cours des années 60 rejette dans l ombre la création française et clôt la longue hégémonie des avantgardes parisiennes, commencée un siècle plus tôt avec l impressionnisme. Gérald Collot, conservateur-artiste Le Musée de Metz : du «temple de l art local»... Les bouleversements politiques traversés par la Moselle depuis 1871 ont largement influencé les orientations successives du Musée de Metz en matière d acquisitions. Après la Première Guerre mondiale, le conservateur Roger Clément ( ) cherche à «boucher le trou existant dans [le] musée de peinture allant de 1871 à 1918». Ni les dons suscités par le retour de la Lorraine à la France, ni les dépôts de l État, modestes et cantonnés à la peinture ancienne, ne permettent d atteindre ce but. L essor national d un régionalisme identitaire entre les deux guerres mondiales voue le musée à devenir «le temple de l art local qui est la raison d être des musées de province» (R. Clément). Cette vocation régionaliste assignée aux beaux-arts se traduit par des achats aux artistes locaux (Unstersteller, Kieffer) qui répond aux affinités d un conservateur peu porté vers l art moderne. À la Libération, le nouveau conservateur André Bellard ( ) tâche avant toute chose de relever un musée gravement endommagé....au musée témoin de son temps En décembre 1956 est recruté un jeune conservateur stagiaire, Gérald Collot, qui devient dès l année suivante le directeur du Musée de Metz. Né en 1927 à Paris, de mère lorraine, Gérald Collot grandit à Nancy où il obtient son Diplôme d Études supérieures d Archéologie et d Histoire de l Art en 1955 avec un mémoire consacré au peintre et graveur lorrain Étienne Cournault ( ). Peintre largement autodidacte, Gérald Collot fait la connaissance, dès la fin des années 1940, de Manessier et de Bissière. Il expose à partir de 1947 dans divers salons de province (Artistes lorrains) et expositions collectives, en France comme à l étranger. Lancé à Paris en 1955 grâce à la galerie du Haut-Pavé, il participe régulièrement aux salons en vue (Comparaisons, Mai, Jeune Peinture, Biennale de Paris) qui le mettent en contact avec les artistes de l École de Paris. C est un historien de l art germanophone, doublé d un jeune peintre familier des tendances actuelles, qui s établit à Metz en Gérald Collot partage alors avec toute une génération d artistes et de critiques d art la conviction que se joue en France depuis la Libération un grand moment de l histoire de l art. En Moselle, les nouveaux vitraux de la cathédrale de Metz manifestent ce renouveau artistique. À la faveur de la Reconstruction, Metz est en effet le lieu d une introduction réussie de l art moderne par le biais du décor des édifices religieux. Grâce à Robert Renard ( ), architecte en chef des Monuments historiques de la Moselle, Jacques Villon est choisi en 1956 pour réaliser les vitraux de la chapelle du Saint-Sacrement à la cathédrale Saint-Étienne. Roger Bissière se voit confier en 1958 les tympans des portails nord et sud qui recevront les premiers vitraux non-figuratifs posés dans un édifice classé. 6 Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

7 Comme le souligne Christian Briend dans le catalogue de la collection, «beaucoup de politiques d acquisition initiées après la Libération ont découlé de la conscience aiguë qu avaient leurs promoteurs de la faillite de leurs prédécesseurs immédiats vis-à-vis de l impressionnisme, du fauvisme et du cubisme et a fortiori de Dada ou du surréalisme, deux mouvements longtemps ignorés par les institutions de notre pays.» La nécessité pour le Musée de Metz de renouer avec l art vivant trouve également une justification locale dans l isolement et la déculturation de la Lorraine lors des annexions au Reich allemand : «Par suite de l Annexion de Metz à l Empire allemand en 1871, la culture française a été soigneusement étouffée entre 1871 et 1918 [...]. Je pense que, dans ce domaine, le Musée de Metz doit jouer un rôle de témoin et être à même de rappeler que l art français ne s est pas éteint avec les derniers soldats de Bazaine. La Ville de Metz avait acheté [une œuvre] en 1864, à Delacroix luimême. Delacroix, qui n est pas un artiste local, n effrayait pas à ce point ses contemporains [...] Metz était d avant-garde en Je pense qu il y a là une voie à retrouver.» (G. Collot, 18 novembre 1963) La nouvelle peinture de l École de Paris répond après-guerre dans le domaine des arts plastiques à l élan de la Reconstruction, dans un esprit de jeunesse et d audace, optimiste et progressiste. Cette dimension nationaliste prend un relief particulier en Lorraine dont le passé tourmenté fait ressentir avec acuité le besoin de renouer les fils d une histoire artistique et culturelle interrompue : trente années d expositions et d acquisitions d art vivant Dès la fin de 1957, le Musée expose les maquettes de Villon et de Bissière pour la cathédrale de Metz, auxquelles se joignent les projets de Matisse (chapelle de Vence), Untersteller (Sainte-Thérèse de Metz), Le Moal (chapelle des Bréseux), Bazaine et Léger (Sacré-Cœur d Audincourt) pour offrir une comparaison avec d autres vitraux contemporains. Cette entrée modeste de l art moderne au Musée de Metz n est cependant pas un effort de circonstance mais le prélude à une politique volontariste d expositions et d acquisitions en faveur de l art contemporain que Gérald Collot va poursuivre avec opiniâtreté pendant trente années. Porté par sa propre pratique artistique et la vitalité de l École de Paris, le conservateur donnera à cet engagement la ferveur d un acte de foi. La politique d acquisition audacieuse de Gérald Collot va s appuyer sur des expositions monographiques consacrées à des artistes vivants renommés, organisées de 1957 à 1986, systématiquement suivies d une acquisition, qui vont faire du Musée de Metz la sentinelle lorraine de l art vivant. Les collections d art moderne constituées après la Libération par les musées de province (Grenoble, Saint-étienne, Marseille, Besançon, Dijon, Lyon, Lille...) ont souvent reposé sur les initiatives individuelles de responsables de collections qui sont parvenus, avec le soutien de leur tutelle municipale, à mettre en place une politique d acquisition concertée, et ce bien avant les politiques de décentralisation culturelle de l État. La collection messine se distinguera par une fidélité marquée pour l École de Paris, bien après la désaffection que ce mouvement a rencontrée dès les années 60. Le relatif isolement du Musée, dans une ville où les relais artistiques locaux ont sans doute davantage fait défaut qu ailleurs, et l empreinte personnelle que Gérald Collot, consciemment ou non, a imprimé à ses acquisitions expliquent sans doute que l on ait affaire depuis son départ en 1987 à une collection arrêtée, comme suspendue dans son développement. La préparation de la présente exposition a d ores et déjà suscité plusieurs dons importants au Musée de Metz qui s intègrent pleinement à la collection existante. C est tout l enjeu de cette manifestation et du catalogue qui l accompagne : au moment, où l on revisite ce fonds d une qualité remarquable et jusqu à présent trop méconnu, il convient d imaginer sa souhaitable continuation. Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

8 Regards sur l École de Paris Expositions temporaires d art moderne au Musée de Metz depuis 1957 Les itinérances d expositions sont précédées d une flèche Jacques Villon, 15 novembre-10 décembre 1957 Vitraux contemporains, 20 décembre janvier 1958 Évolution de la peinture en France de 1905 à 1914, 7 juin-27 juillet 1958 Nancy, Musée des Beaux-Arts, août-septembre 1958 Bissière, artisan de la cathédrale, 7 février-1 er mars 1959 Marquet, 8 août-27 septembre 1959 Édouard Pignon, 2 juillet-30 septembre 1960 Rodin-Bourdelle, 8 juillet-1 er octobre 1961 Étienne Cournault, , 6 juillet-30 septembre 1962 Jean Le Moal, 6 juillet-5 octobre 1963 Jean Bertholle, 4 juillet-4 octobre 1964 Le Miserere de Georges Rouault, 9 juillet-3 octobre 1965 Jean Lurçat, tapisseries, : 29 mars-11 mai 1969 Alfred Manessier, œuvres de 1935 à 1968, 5 juillet-14 septembre 1969 Luxembourg, Musée de l Etat, 19 septembre-19 octobre 1969 Roger Chastel, 4 juillet-13 septembre 1970 Luxembourg, Musée de l État, 19 septembre-octobre 1970 Henri Laurens, sculptures de 1912 à 1954, 3 juillet-19 septembre 1971 Luxembourg, Musée de l État, 9 octobre-14 novembre 1971 Trèves, Städtisches Museum, novembre-décembre 1969 Brême, Kunsthalle, janvier-février 1970 Dijon, Musée des Beaux-Arts, 30 mai-22 juin 1970 Jean Bazaine, 24 juin-24 septembre 1972 Alfred Manessier. Cantiques spirituels de saint Jean de la Croix, 26 novembre janvier 1973 Muller-Lobo-Hajdu, 15 juin-15 septembre 1973 Luxembourg, Musée de l État, 21 septembre-21 octobre 1973 Picasso - Œuvre gravée, , 24 novembre janvier 1974 Luxembourg, Musée de l État, 18 janvier-17 février 1974 Clermont-Ferrand, Musée Bargoin, 5 mars-20 avril 1974 Caen, Musée des Beaux-Arts, 16 mai-30 juin Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

9 Expositions temporaires d art moderne au Musée de Metz depuis 1957 Tal Coat, 29 juin-15 septembre 1974 Luxembourg, Musée national, 20 septembre-20 octobre 1974 Tokyo, Musée royal d Ueno, 6 avril-5 mai 1975 Hakone (Japon), Open-Air Museum, 10 mai-29 juin 1975 Moser. Sculptures polychromes, 23 novembre janvier 1975 Raoul Ubac, 21 juin-22 septembre 1975 Bram van Velde. Lithographies, 22 novembre janvier 1976 Vieira da Silva, œuvres de 1931 à 1975, 20 novembre janvier 1977 Luxembourg, Musée d Histoire et d Art, 15 janvier-février 1977 Jean Bazaine : œuvres récentes et tapisseries, 18 novembre janvier 1978 Gravure expressionniste allemande, 22 mai-31 juillet 1979 Pont-à-Mousson, Centre culturel des Prémontrés, 4 août-23 septembre 1979 Épinal, Musée départemental des Vosges, 6 octobre-27 novembre 1979 Miro. Estampes, 15 octobre-15 novembre 1979 Dietrich-Mohr. Sculptures et dessins, , 16 novembre janvier 1980 Lucien Wercollier, 22 novembre-31 décembre 1980 Karl-Jean Longuet, , 4 novembre-31 décembre 1983 Johnny Friedländer. Gravures récentes, 23 juin-30 juillet 1984 Paul Kallos. Peintures de 1954 à 1984, 4 octobre-12 novembre 1984 Alechinsky. Encres et peintures à bordures, 22 novembre-15 décembre 1985 Claude Rieger, 26 avril-19 mai 1986 Debré. Peintures de 1943 à 1986, 5 novembre 22 décembre 1986 Joe Downing, 20 novembre janvier 1988 Zao Wou-ki, 9 décembre janvier 1989 Camille Hilaire, 7 juillet-28 octobre 1991 Ruth Francken, 15 novembre janvier 1992 John-Franklin Koenig. Rétrospective, , 11 décembre février 1993 Étienne Cournault, , 25 juin-24 octobre 1994 Georges Rousse , 10 décembre janvier 1995 Viallat, la main perdue, 5 juillet-15 octobre 1996 André Masson, un combat, 17 octobre janvier 1999 Éric Poitevin, 18 septembre-14 novembre 1999 Schneider, 26 mai-26 août 2001 Jean-Luc Tartarin. Natures & figure(s), 1 er décembre février 2011 Regards sur l École de Paris // 14 février-16 juin

10 Regards sur l École de Paris Catalogue de la collection d art moderne du Musée de la Cour d Or La collection d art moderne. Musée de La Cour d Or Metz Métropole Ouvrage collectif sous la direction de Raphaël Mariani 22 x 26 cm, 208 pages, 250 illustrations, broché Éditions Silvana Editoriale, Milan, , en librairie le 14 février 2014 Le catalogue retrace l historique de la collection d art moderne du Musée de Metz entre 1956 et 1987 tout en soulignant son originalité parmi les musées de France. 63 œuvres commentées par des spécialistes reconnus (historiens de l art, conservateurs, galeristes, experts...) soulignent la portée artistique de cette collection et forment un panorama vivant et diversifié de la Nouvelle École de Paris. Préface Par Jean-Luc Bohl, Président de la Communauté d Agglomération de Metz Métropole Essais - L art moderne au Musée de Metz ( ) par Raphaël Mariani - Musées de France et art moderne : le cas messin par Christian Briend, conservateur en chef au Musée national d art moderne Centre Pompidou, Paris Notices d œuvres Collectif Catalogue de la collection d art moderne Livres d artistes Par Marie Prochasson Bibliographie expositions Françoise Clémang assistée d Aurélie Thomas et de Lisa Scholtes Index des artistes 10 Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

11 76 artistes représentés dans la collection Pierre ALECHINSKY François ARNAL Jean BAZAINE Jean BERTHOLLE Solange BERTRAND Roger BISSIÈRE Christian BIZEUL Simone BOISECQ Pierre BONNARD Georges BRAQUE Alexander CALDER Marc CHAGALL Roger CHASTEL Eduardo CHILIDA Gérald COLLOT Étienne COURNAULT Olivier DEBRÉ André DERAIN DIETRICH-MOHR Joe DOWNING Éliane DROT-GORSE Jean DUBUFFET Raoul DUFY Maurice ESTÈVE Léonard FOUJITA Johnny FRIEDLAENDER Antoine-René GIGUET Henri GOETZ Claude GOUTIN Jacques HALLEZ Marthe HAMUE-COLLOT Camille HILAIRE Elvire JAN Paul KALLOS Frantz KINNEN John-Franklin KOENIG Charles LAPICQUE Fernand LÉGER Jean LE MOAL Karl-Jean LONGUET Aristide MAILLOL Alfred MANESSIER Albert MARQUET Henri MATISSE André MINAUX Wilfrid MOSER Juana MULLER Louis NALLARD Pablo PICASSO Édouard PIGNON Jean-Pierre PINCEMIN Mario PRASSINOS Hans REICHEL Michel REUTER Claude RIEGER Georges-Henri ROUAULT Ker-Xavier ROUSSEL Victor-Joseph ROUX-CHAMPION Maurice-Élie SARTHOU Anna SHANON Pierre SOULAGES Arpad SZENES TAL-COAT Antoni TÀPIES Gérard TITUS CARMEL Erwin TRUM Raoul UBAC Bram van VELDE Maria-Elena VIEIRA DA SILVA Jacques VILLON Henry de WAROQUIER Claude WEISBUCH Lucien WERCOLLIER Claude WETZSTEIN Robert WOGENSKY Wou-Ki ZAO Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

12 Regards sur l École de Paris Visuels disponibles pour la presse «Tout ou partie des œuvres figurant dans ce dossier de presse sont protégées par le droit d auteur. Les œuvres de l ADAGP ( peuvent être publiées aux conditions suivantes : pour les publications de presse ayant conclu une convention avec l ADAGP : se référer aux stipulations de celle-ci pour les autres publications de presse : - exonération des deux premières œuvres illustrant un article consacré à un événement d actualité en rapport direct avec celles-ci et d un format maximum d un quart de page ; - au-delà de ce nombre ou de ce format, les reproductions seront soumises à des droits de reproduction/représentation ; - toute reproduction en couverture ou à la une devra faire l objet d une demande d autorisation auprès du Service Presse de l ADAGP - le copyright à mentionner auprès de toute reproduction sera : nom de l auteur, titre et date de l œuvre suivie de ADAGP, Paris 2014, et ce, quelle que soit la provenance de l image ou le lieu de conservation de l œuvre.» Ces conditions sont valables pour les sites internet ayant un statut de presse en ligne étant entendu que pour les publications de presse en ligne, la définition des fichiers est limitée à 400 x 400 pixels et la résolution ne doit pas dépasser 72 DPI. Pour toutes les œuvres reproduites, le copyright de l Adagp sera accompagné de la mention suivante : Musée de La Cour d Or Metz Métropole/L. Kieffer 12 Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

13 Charles LAPICQUE ( ) Nature morte 1942 Huile sur toile, 92 x 60 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer Étienne COURNAULT ( ) Fero Jeanne la fole 1927 Eau-forte, 35,5 x 27,5 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

14 Regards sur l École de Paris Jean LE MOAL ( ) L Oiseau 1951 Burin, 9,9 x 9,9 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer Roger BISSIÈRE ( ) Composition Huile sur toile, 46 x 76 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer 14 Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

15 Simone BOISECQ ( ) Totem 1957 Ciment pierre, 112 x 50 x 14 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer Atelier Plasse-Le Caisne d après Alfred MANESSIER ( ) Cantique spirituel de saint Jean de la Croix 1973 Tapisserie en laine et lin, 300 x 230 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer Jean LE MOAL ( ) Souvenir de la Garde-Freinet 1961 Aquarelle, 29,5 x 28,2 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

16 Regards sur l École de Paris Maurice ESTÈVE ( ) Pouiraque 1970 Huile sur toile, 100 x 81 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer Paul KALLOS ( ) Lac du Nord 1984 Huile sur toile, 114 x 146 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer Olivier DEBRÉ ( ) Signe-personnage 1985 Encre de Chine, 140 x 80 cm Musée de La Cour d Or Metz Métropole ADAGP, Paris 2014 Musée de La Cour d Or Metz Métropole / Laurianne Kieffer 16 Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

17 Autour de l exposition Un programme d animations diversifiées à destination d un large public (adultes, enfants, famille) rythmera les quatre mois de l exposition. Création musicale et théâtrale : Ekphrasis Dimanche 16 février de 15 h à 17 h Par les élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional de Metz Métropole Classes de composition de Filippo Zapponi, de théâtre de Marie Llano, de danse de Fabrice Dasse et d'instrument, en collaboration avec le Musée de La Cour d'or Coordination : Filippo Zapponi L'ekphrasis est la représentation d'un objet artistique par un autre objet artistique. Un exemple en est la fameuse description poétique par Homère du bouclier d'achille (œuvre d'art plastique) dans L'Iliade. Dans le cadre de ce projet les étudiants des classes de composition, d'art dramatique et de danse, en collaboration avec les classes d'instrument, proposent des ekphraseis d'œuvres présentées dans l exposition temporaire. Le public est emmené dans un parcours poétique qui réinvente la géographie des thèmes de l'exposition. La musique, la parole et le geste chorégraphique évoquent, décrivent, interprètent et analysent l'art plastique dans une mise en abîme réciproque. Tarif entrée, dans la limite des places disponibles pour le bon déroulement du spectacle. Visite commentée - Dimanche 30 mars à 15 h, par Raphaël Mariani, commissaire de l exposition - Dimanche 13 avril à 15 h par un membre du service des publics du Musée de La Cour d Or - Dimanche 11 mai à 15 h par un membre du service des publics du Musée de La Cour d Or - Dimanche 15 juin à 15 h par un membre du service des publics du Musée de La Cour d Or Tarif entrée sans supplément de prix. Conférence Dimanche 27 avril à 15 h, : l École de Paris entre au Musée de Metz, par Raphaël Mariani, commissaire de l exposition Gratuit, dans la limite des places disponibles Grenier de Chèvremont, entrée rue du Chèvremont. Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

18 Regards sur l École de Paris Autour de l exposition Ateliers enfants Des ateliers gratuits, en lien avec l exposition, seront proposés durant les vacances scolaires d hiver et de printemps. Programmation des vacances d hiver : Atelier gravure contemporaine Après avoir visité l exposition et s être initiés aux différentes techniques de gravures, les enfants seront invités à réaliser une linogravure ou une gravure sur CD. Atelier à la semaine : - du lundi 3 au vendredi 7 mars de 10 h à 12 h - du lundi 10 au vendredi 14 mars de 14 h à 16 h A destination des ans Gratuit (nombre de places limité) Réservation indispensable au à partir du 17 février. Atelier peinture abstraite Par le biais d une visite ludique, les enfants découvriront la technique et le geste des artistes ainsi que le paysagisme abstrait. Ils s inspireront de ces notions pour créer des œuvres selon différentes techniques et sur des supports divers. Atelier à la semaine : - du lundi 3 au vendredi 7 mars de 14 h à 16 h A destination des 8-10 ans Gratuit (nombre de places limité) Réservation indispensable au à partir du 17 février. Atelier thème et totem Après une visite ludique de l exposition, les enfants seront invités à s inspirer des sculptures présentées pour réaliser un totem avec des matériaux de récupération. Atelier sur 2 jours : lundi 10 et mardi 11 mars ou mercredi 12 et jeudi 13 mars de 10 h à 12 h A destination des 6-8 ans Gratuit (nombre de places limité) Réservation indispensable au à partir du 17 février. Programmation à destination des centres aérés Une visite ludique permettra aux enfants de découvrir l exposition et d approfondir les thématiques du paysagisme abstrait, de la matière picturale et du geste de l artiste. A destination des 7-12 ans Tarif : 30 euros pour un groupe de 15 enfants maximum (durée de l animation 1 h 30 environ) Réservation obligatoire sur le site internet : reservation-musee.metzmetropole.fr 18 Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

19 Le Musée de La Cour d Or le musée de la cour d'or Oppidum gaulois, chef-lieu de la cité gallo-romaine des Médiomatriques et capitale du royaume mérovingien d Austrasie, berceau de la dynastie carolingienne, puis République libre avant d être rattachée au royaume de France, Metz a su conserver de nombreuses traces de ses ans d histoire. Fondé en 1839, le Musée de la Cour d Or - Metz Métropole réunit des collections gallo-romaines, médiévales et de beaux-arts, illustrant ce riche passé historique et artistique. Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

20 Le Musée de La Cour d Or Section gallo-romaine La section archéologique, l une des plus importantes du nord de la France, renferme les vestiges de thermes galloromains conservés in situ, écrin idéal pour des oeuvres remarquables de la statuaire de cette époque (Victoire, Isis, cavalier à l anguipède de Merten, Mithraeum de Sarrebourg). La présentation de la culture et de la vie quotidienne gallo-romaine aborde les domaines des croyances, des activités artisanales et commerciales, des rites funéraires. La section gallo-romaine est plus particulièrement riche d une importante collection de stèles funéraires figurées. Trois mosaïques et des peintures murales permettent d évoquer le décor des maisons patriciennes du chef-lieu de la cité et de la campagne environnante. 20 Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

21 Section médiévale Les collections du Haut Moyen Âge rappellent les origines mosellanes de Charlemagne. L exceptionnel plat de reliure de l évêque Adalbéron II et le coffret reliquaire de l abbaye de Saint-Arnoul illustrent l importante production artistique vers l an Mil. Le chancel mérovingien de l église Saint-Pierre-aux-Nonnains est un ensemble unique de sculptures en méplat, associant des influences autochtones, germaniques et orientales. Organisé autour de l imposant grenier médiéval de Chèvremont, qui abrite une belle collection de sculptures lorraines du XII e au XVI e siècle, le «musée d architecture» met en scène le cadre de vie urbain au Moyen Âge, grâce à la reconstitution de façades intégrant des éléments sculptés originaux, typiques de la maison messine. Le visiteur peut ainsi confronter ces données muséographiques aux hôtels particuliers toujours en place dans la ville. Ce parcours architectural remarquable mène aux célèbres salles de plafonds peints médiévaux provenant de demeures de riches messins, pièces majeures des collections. Metz s enorgueillit de posséder des plafonds en bois du XIII e siècle, ornés d un bestiaire peint, ainsi qu un plafond du XIV e siècle au décor héraldique très bien conservé. Avec la présentation d objets archéologiques mis au jour dans la dernière décennie, ces salles constituent un cadre d évocation unique de la vie à Metz au Moyen Âge. Une présentation de l histoire de la communauté juive complète ce panorama messin. Enfin, la collection ethnologique du Musée, liée à un ancien «musée du peuple messin» et vouée à l avenir à une représentation plus importante dans les salles, a été récemment enrichie de quelques meubles lorrains du XIX e siècle. Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

22 Le Musée de La Cour d Or 22 Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin 2014

23 Section Beaux-Arts La collection de peintures du Musée de La Cour d Or - Metz Métropole rassemble des œuvres des écoles européennes allant des débuts du Cinquecento (Andrea Sabatini, La Vierge, l Enfant Jésus et Saint Jean-Baptiste) aux dernières années du XIX e siècle (Gustave Moreau, L Égalité devant la Mort). Le grand portrait en pied de Louis XIV en armure par Louis Ferdinand II Elle rappelle que l art du portrait s y trouve particulièrement bien représenté. Une place importante est naturellement réservée aux artistes d origine messine ou mosellane : François de Nomé, actif à Naples au début du XVII e siècle, Charles Poerson, élève de Vouet et peintre du roi, ou Jean-Baptiste Le Prince dont les paysages, les scènes de genre et la série d estampes de scènes russes font du Musée de La Cour d Or - Metz Métropole une collection de référence pour cet artiste. En regard de ses contemporains illustres, Delacroix, Corot ou Sargent, la spécificité de l École de Metz trouve son illustration grâce aux oeuvres de ses chefs de file, Maréchal et Migette. Grâce à une politique d acquisition éclairée durant les années , le Musée de La Cour d Or présente enfin un ensemble remarquablement cohérent de peintures non figuratives de l École de Paris (Le Moal, Manessier, Bissière, Lapicque, Vieira da Silva ou Zao Wou-ki). Regards sur l École de Paris / 14 février-16 juin

24 Informations pratiques Musée de La Cour d Or - Metz Métropole 2 rue du Haut-Poirier Metz Informations et standard : +33 (0) Courriel : Site internet : Le Musée de La Cour d Or Metz Métropole est ouvert tous les jours de 9 h à 18 h, sauf le mardi Jours de fermeture : 1 er janvier, Vendredi Saint, 1 er mai, 14 juillet, 1 er et 11 novembre, 24, 25, 26 et 31 décembre Tarifs 4,60 : individuel, plein tarif 3,30 : groupes de plus de 15 personnes, seniors dès 65 ans, UTL et FRAC 2,30 : étudiants de moins de 26 ans 1,50 : personnes à mobilité réduite (gratuité pour l accompagnateur) Gratuité - pour tous le premier dimanche du mois - pour les moins de 18 ans, demandeurs d emploi, bénéficiaires de minima sociaux, journalistes, guides-conférenciers, détenteurs des cartes ICOM-ICOMOS, AGCCPF, SAMM - Accessibilité aux personnes à mobilité réduite Service des publics Renseignements au +33 (0) Courriel : Contact Presse Céline Nunez - Attachée de presse Metz Métropole +33 (0) (0)