Guide&du&numérique&à&destination&des& chefs&d établissement& & Le&numérique&à&l école&& &

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide&du&numérique&à&destination&des& chefs&d établissement& & Le&numérique&à&l école&& &"

Transcription

1 Guidedunumériqueàdestinationdes chefsd établissement Lenumériqueàl école 1.Lagouvernanceauniveaudel établissement 1.1Lerôledel équipededirection 1.2Leconseilpédagogique 1.3Leréférentnumérique 1.4Leréférenttechnique 2.Lepilotage P.4 2.1Lecontratd objectifs 2.2Laformation 2.3Leséquipements 2.3.1L ENT 2.3.2Lestablettes 2.3.3Le.Y.O.D.(ringYourOwnDevices) 2.3.4LeWIFI 2.3.5Lesoutilsdeviescolaire 3.Ledispositifacadémique P.8 3.1L IncubateurduNumériqueÉducatif(INÉ) 3.2LaDélégationAcadémiqueauxusagespédagogiquesduNumérique(DAN) 3.3LaDivisiondesServicesd Information(DSI) 3.4L ÉcoleSupérieureduProfessoratetdel Éducation(ÉSPÉ) 3.5LesIAUTICE 3.6Canopé 4.Fichespratiques P LesmissionsduRéférentpourlesusagespédagogiquesduNumérique 4.2Préconisationsrelativesàl utilisationduwifienétablissementscolaire 4.3Numériqueresponsable 4.4FormationenétablissementPAFUE 4.5Tablettesnumériquesenétablissementscolaire 4.6Tableauxetvidéoprojecteursinteractifs 4.7Fiche«Indicateursdestratégiedescontratsd objectifs» 4.8Exempledelettredemissionpourleréférentnumérique 4.9ExempledecharteENT P.3 1

2 Lenumériqueàl école L èredunumériqueestenmarche.impossible,àcejourd ignorer,lechangementculturelquia été àl échelledenotrecivilisation trèsrécemmentinitié:«untsunamis apprêteàdéferler surnosécoles,nosuniversités,nosgrandesécoles.[ ]L écosystèmequiaconvertienquelques décenniesdesmilliardsd êtreshumainsausmartphoneetàinternetamistoutesapuissancede travailetd innovationauserviced unobjectif:réinventerl éducation(emmanueldavidenkoff,le# tsunami#numérique,éditionsstock,2014). L accès immédiat à l ensemble de ressources en ligne ou à des contenus disponibles sur un terminal mobile est l un des facteurs déterminants de l évolution de notre accès aux connaissances. Avec la radio, avec la télévision, un programme«descendant» était proposé à l auditeur ou au téléspectateur. Puis l offre s est étoffée avec une multiplicité de choix possibles(avènementdesradioslibres,multiplicationsdeschaînesdetélévision).lenumériquea permis une évolution majeure en permettant à quiconque d aller directement à ce qui l intéresse.podcast,télévisionàlademande,sitesdediffusioncommeyoutube#oudaily#motion ont modifié le rapport aux contenus médiatiques, désormais accessibles selon ses besoins. Et parmicescontenusmédiatiques,ontrouvelesconnaissances,lesavoir«savant»,institutionnel et humaniste, via les MOOC, notamment. Plus loin encore, notre perception des savoirs connaissance et information a été modifiée par le caractère bilatéral (ou réciproque) de la communication:l utilisateurdonnesonavis,débat,enrichit,contredit,ajoute,modifielepropos. Encyclopédiescollaboratives,forumsdediscussionetréseauxsociauxsontdésormaisdeslieuxdu savoir. La façon d apprendre, pour les «Digital natives» ou «natifs du numérique» a donc profondémentévolué:lemondeachangé,nosenfantsapprennentdifféremmentdenous. Dèslors,ondoitpasserd unenseignementdispenséàunenseignementorchestré.l élèvedoitlui même apprendre à construire ses compétences et ses connaissances, accompagné par le professeur.naguère,leprofesseurétaitledétenteurdessavoirs:ildispensaitunenseignement. Unedémarchemagistrale,frontale,descendanteétaitadaptéeàunenseignementdestinéàl élite (20 d une classe d âge obtenait le bac en 1960). Aujourd hui, la République veille davantage à l égalitédeschancesetàlaréussitedechacun:63d uneclassed âgeobtientlebaccalauréat. Nous sommes passés d un enseignement d élite à un enseignement de masse : il nous faut maintenant veiller à ladémocratisationde l éducation, pour favoriser la réussite de chacun, et cetterévolutiondel accèsausavoirimpliqueuneévolutiondurôledel enseignant.leprofesseur demeure, certes, celui qui sait transmettre des connaissances scientifiques, mais se doit également,etdeplusenplus,d aiderlesélèvesàsavoirapprendre,deleurpermettrededevenir des «chercheurs» avertis, capables de gérer le flux d information, de faire preuve de distance critique, de distinguer le vrai du faux. Il doit conduire les élèves à produire de l information et travailler en collaboration, il doit conduire les élèves à utiliser avec raison, intelligence et discernementlesoutilsnumériques,ildoitconduirelesélèvesversunhumanismenumérique,en accord avec les préceptes de Montaigne, qui préférait «une tête bien faite» à «une tête bien pleine». L établissementscolairejoueunrôlemajeurdanscetteévolution:ilestunlieuprivilégiéoùse développeuneculturenumériquepartagée,oùsedéveloppentdessolutionsquirépondentaux besoins individuels de nos élèves. Ce guide, destiné à vous aider dans la mise en place d une stratégienumériquedel établissement,estlefruitdesobservationsquiontétémenéesenécole etétablissementparl IncubateurduNumériqueÉducatifetquiontpermisd observerd unepart des usages pertinents qui montrent l inventivité et le professionnalisme des enseignants, et d autrepartlesconditionsfavorablesaudéveloppementd uneculturenumérique. 2

3 1.Lagouvernancedunumériqueenétablissement 1.1Lerôledel équipededirection L équipededirectionaunrôlefondamentald impulsiondudéveloppementdunumérique danslespratiquespédagogiques. 1.2Leconseilpédagogique Leconseilpédagogiqueestuneinstancedeconsultationdesenseignantssurlapolitique éducativedel'établissement.ilpréparelapartiepédagogiqueduprojetd'établissement, qui inclut les propositions d'expérimentations pédagogiques. Il est, par conséquent, une forcedepropositiondedéveloppementdunumériqueéducatif. 1.3Leréférentnumérique Outrelaformationenétablissement,l autrelevieressentielpourlamiseenplaced une culturecommuneauseind unétablissementestleréférentnumérique.saplaceausein decettecommunautéluipermetd impulserdesusages,maisaussidecernerlesbesoins deformation.ilpeutparfoisluigmêmeêtreamenéàassurercertainesformationsausein de son établissement. C est pourquoi il est essentiel que le référent numérique soit luig mêmeforméàcettemission.lesinscriptionssonteffectuéesparlechefd établissement, endébutd annéescolaire. Deuxniveauxdeformationsontproposés:leniveau«formationinitiale»pourtousceux quiseraientréférentnumériquepourlapremièrefoisoupourceuxquin auraientpassuivi la formation intégrale en 2013g2014. Le niveau «suivi de formation» s adresse exclusivementàceuxquiauraientsuiviintégralementlaformationen2013g Leréférenttechnique Pour les référents techniques, il est également proposé deux niveaux de formation. L inscriptionestégalementàl initiativeduchefd établissement. Le profil et les missions des référents numérique et technique sont détaillés dans une fichepratiqueprésentéeenannexedecedocument. 3

4 2.Lepilotage 2.1Lecontratd objectifs Dansleseconddegré,lecontratd objectifsestunoutildepilotagedel établissementqui estamenéàinclure,danslesstratégiesdéveloppées,l usagedunumérique. Une grille d indicateurs stratégiques est proposée ici en annexe. Elle doit permettre de faciliterl intégrationdunumériquedansl élaborationdescontratsd objectifs. 2.2Laformation La formation au numérique doit s efforcer de mettre en place une culture numérique partagée par tous les membres de la communauté qu est un établissement scolaire. La formation en établissement est donc un levier capital pour favoriser cette culture numérique. LEPAFgE La Délégation académique au numérique propose essentiellement des formations PAFgE quipeuventnotamments organiserautourdedeuxaxes: g Éducation aux médias: la création et la publication de contenus et la recherche d informations documentaires font partie des compétences que les enseignants doivent faire acquérir aux élèves. Ces formations seront également l occasion de réfléchir à la gestion de son identité numérique et d aborder toutes les questions g d internetresponsable. Innovation et personnalisation: le numérique permet, par l utilisation de nouveaux médias,defairetravaillerautrementlesélèvesetdepersonnaliserpourchacunl accès auxsavoirsetauxcompétences. Ces formations sont à demander dans le cadre du PAFgE de la DAAF. Toutefois, si des besoinsémergeaientauseind unétablissementencoursd année,ilesttoujourspossible de demander des formations en urgence via le formulaire accessible à cette adresse: Dans tous les cas, la délégation académique au numérique peut vous aider à formaliser aumieuxauxbesoinsspécifiquesdevotreétablissement. 4

5 2.3Leséquipements 2.3.1L ENT L établissementpeutuildisposerd unent? Pour les collèges, des ENT sont actuellement disponibles dans les départements de la Savoieetdel Isère.Desexpérimentationssontmenéesdanslesautresdépartementsafin dedévelopperl accèsàcetypedeplateforme. Pour les lycées, la région mettra à disposition un nouvel ENT, fonctionnel à partir de janvier2015. Commentdéployertechniquementl ENTdansl établissement? Une déclaration auprès de la Commission Nationale de l'informatique et des Libertés (CNIL) est nécessaire pour demander l'ouverture d'un ENT. Déclaration de type RUg003. Lorsque le chef d établissement a effectué cette déclaration, il adresse le récépissé à la Division des Systèmes d'information (DSI) de l'académie de Grenoble grenoble.fr). La DSI met ensuite à disposition de l ENT concerné, l'annuaire fédérateur (Personnels, Élèves, Responsables légaux, structures )qui constitue le référentiel qui permet d'alimenterlabasededonnéesdel ENT. Commentfavoriseretimpulserl usagedel ENTdansl établissement? La mise en place d un ENT doit impliquer une équipe suffisamment large : équipe de direction,référent(s)numérique(s),coordonnateursdedisciplines,etc.ilestimportantde: g Désigneretidentifierl administrateurdel ENT(gestiondesdroits,desutilisateurs,des motsdepasse), g Fairedel ENTlaseuleplateformedédiéeàcertainesactivités(cahierdetextes,outils deviescolaire,parexemple), g Organiser,enpartenariataveclaDAN,uneformationenétablissementsurlesusages del ENT. QuellesdémarchestransversalesavecunENT? Lacréationdegroupesdetravailpermet,notamment,de: g Partagerdesinformationsetdesdocumentsauseind ungrouped utilisateurs g Créerdesgroupeslibrement(parniveau,parclasse,pardiscipline,interdisciplinaire, etc.) Cette logique est, par exemple, très adaptée à la pédagogie de projets et à l interdisciplinarité(histoiredesarts,etc.). 5

6 2.3.2Lestablettes Commentfinancerl achatdetablettes? Lescollectivitéssontresponsablesdel équipementdesétablissementsscolaires(articles 21et23delaLoin 2013g595du8juillet2013d'orientationetdeprogrammationpourla refondationdel'écoledelarépublique). L académieneprivilégieniunmodèleparticulierdetabletteniunsystèmed exploitation. L emprunt de tablettes peut permettre une première expérimentation au sein de l établissementavantd engagerunprojetd acquisition.canopéproposeleprêtdeflottes de tablettes sur la base d un appel à projets. Les établissements sélectionnés peuvent ensuitebénéficierdumatériel,àconditiond adhéreràl offredeservicesdecanopéetde fourniruneattestationd assurancecouvrantlevoletladégradationdumatérielprêté. Commentgérerl accèsdestablettesà internet? DanslecasdestablettesprêtéesparCanopé,lasolutionestlivréeavecuneborneWiFiet desterminauxconfigurés. Dans le cas d acquisition de tablettes, la mise en place d une borne WiFi mobile est indispensablepourpermettrel accèsàinternet(voirfichesurlewifienétablissement).la DivisiondesSystèmesd Information(DSI)fournitlesdirectivesdeconfigurationduserveur de l établissement, des éléments nécessaires dans l infrastructure, afin de permettre l authentificationetlejournald activitésdesutilisateurs. Commentdévelopperlesusagespédagogiquesdestablettesdansl établissement? Une demande de stage d établissement peut être formulée auprès de la DAN afin d explorerlepotentielpédagogiquedecesterminaux.canopépeut,enpartenariatavecla DAN, apporter une aide à la prise en main. L implication du ou des référent(s) numérique(s) permettra de soutenir le travail d expérimentation d une équipe d enseignants Le.Y.O.D.(ringYourOwnDevices) Qu estucequeleyod? Il s agit d une pratique qui consiste à utiliser ses équipements personnels (téléphone, ordinateurportable,tabletteélectronique)dansuncontexteprofessionnelouscolaire. L utilisationdeterminauxpersonnelssurleréseaupédagogiqueestuellesécurisée? Cettepratiqueposedesquestionsrelativesàlasécuritédel'informationetàlaprotection desdonnées,ainsiquesocialesetjuridiques. Dansl académiedegrenoble,leyodestaustadeexpérimental,afindedéfiniruncadre juridique et d élaborer des protocoles permettant de sécuriser les connexions réalisées depuislematérielpersonnel. 6

7 2.3.4LeWIFI Queditlalégislation? Enl absence,provisoire,depromulgationdelaloirelativeàlasobriété,àlatransparence etàlaconcertationenmatièred expositionauxondesélectromagnétiques,ladanetla DSIémettentcertainespréconisations(voirlafichepratique). On notera, notamment, la nécessité d une information pour l utilisation d une borne ou d une validation au Conseil d Administration pour l installation d une couverture globale dansl établissement. Commentlimiterlesrisquessanitairespotentiels? Dans le cas d une utilisation ponctuelle du WiFi (par exemple, pour offrir un accès à internetauxterminauxmobilesàunmomentdonné),ilconvientdes équiperd uneborne dontlesignalpeutêtredésactivéendehorsdespériodesd utilisationpédagogique. On prendra soin de placer la borne à distance des élèves, idéalement en hauteur, pour amoindrirl impactdesondesélectromagnétiques. Commentsécuriserl accèsà internet? La(oules)borne(s)WiFidoiventêtreconfiguréesavecuneclé(codeindispensablepour permettre l accès à internet via la borne). Cette clé doit rester confidentielle : les terminaux mobiles de l établissement (ordinateurs portables, tablettes) doivent être configurésaveclaclépourpermettreunaccèsautomatique. Les services de la DSI définissent la configuration du serveur de l établissement afin de permettreuneauthentificationsurleréseauetuneidentificationdesutilisateurs Lesoutilsde«viescolaire» SIÈCLETéléservices Cetteplateformepermetd accéderàtouslesoutilsdeviescolaire:absences,notes,livret personnel de compétences, bulletins. Sans frais pour l établissement, cet outil exclusif à l éducation nationale apporte des garanties de fiabilité de maintenance. De plus, la fédérationd identitéaveclesentsimplifiesonaccèsetsonutilisationenpermettantaux utilisateurs (professeurs, personnels administratif et technique, élèves, responsables légaux)den utiliserqu unseulidentifiantetmotdepassepourseconnecteràl ENTetaux outilsdeviescolaire. 7

8 3.Ledispositifacadémique 3.1L IncubateurduNumériqueÉducatif(INÉ) Pour répondre aux enjeux de l utilisation pédagogique du numérique, a été créé l Incubateur du Numérique, instance composée d inspecteurs du premier et du second degré, de chefs d établissement, d enseignants chercheurs et de partenaires comme Canopé,leCNED,ouencorel ESPE.Lescollectivitéssontégalementassociéesàcegroupe, afind optimiserl adéquationentreleséquipementsetlesbesoinspédagogiques. La démarche consiste à initier et accompagner des pratiques nouvelles, en mesurer les effets,puismutualiserlesobservations,afind ajusterl ensembledesactionsauxbesoins (dontlaformation). Ainsi, les visites des écoles et des établissements qui ont été réalisées cette année ontg elles permis, par exemple, de mieux comprendre les conditions nécessaires au développementd uneculturenumérique. 3.2Lecomitéacadémiquedunumérique Le Comité Académique du Numérique, présidé par monsieur le Recteur, permet de partageraveclesresponsablesdescollectivitésetdespartenaires,desexpériencesetdes informations,afindepréciserlesprojetsàveniretdeconsoliderlespartenariats. 3.3LaDélégationAcadémiqueauxusagespédagogiquesduNumérique(DAN) La DAN est chargée de la coordination du pilotage de la formation aux usages du numérique. Elle assure la formation des référents numériques, des formateurs académiques disciplinaires, ainsi que des formations en établissement (notamment : éducation aux médias et innovation pédagogique), et organise des colloques dont les conférences, filmées, sont mises à disposition sur le site grenoble.fr/webradio 3.4LaDivisiondesServicesd Information(DSI) La DSI est en charge du bon fonctionnement des systèmes d information nationaux et locaux, des services numériques (communication, collaboration ) à destination des servicesacadémiques,desétablissementsscolaires,desécolesetdespartenaires.ladsi assurelasécuritédessystèmesd informations,l intégritédescommunications,etmeten oeuvrelessolutionstechniquesadaptées,dontlaprotectiondesmineurs. Elle participe aux projets numériques, à l accompagnement et à la formation des utilisateursàl usagedecesdifférentsservicesnumériquesousystèmesd information.la DSI met à disposition un point de contact privilégié (Guichet Unique) pour tout signalementd incidentoudemandedeservice. 3.5L ÉcoleSupérieureduProfessoratetdel Éducation(ÉSPÉ) L ÉSPÉ assure la formation initiale des enseignants au numérique. Elle est également chargéedecertifierlec2i2epourlesprofesseurs. 8

9 3.6LesIAUTICE Sous l autorité du DAN et de l IAgIPR disciplinaire, les missions du IAgTICE sont les suivantes: g participerauxréunionsnationalesorganiséesparleministèredel Éducationnationale g etinformerlesenseignantsdesadisciplinedelapolitiqueministérielle, participeràladynamiqueetàlapromotiondesusagespédagogiquesdunumériqueen étant personne ressource pour les usages du numérique pour les enseignants de sa discipline. LalistedeIAgTICEmiseàjourchaqueannéeestpubliéesurlesitedelaDAN. 3.7Canopé Le Scérén (CNDPgCRDPgCDDP) est devenu Canopé. La proximité de la création de ressources pédagogiques avec les enseignants, les établissements scolaires, les Écoles Supérieures du Professorat et de l'éducation (ÉSPÉ) est une des clés pour faire entrer l'écoledansl'èredunumérique.leréseaurevisitesonoffredeservicesetsarelationavec lacommunautééducative.iltransformeseslieuxdeproximitéen«atelierscanopé»,des espaces de créativité, de collaboration, d'expérimentation et de formation, pour accompagnerlesnouvellespratiquespédagogiquesetparticulièrementcellesinduitespar le numérique. La refonte du réseau passe par le renforcement des liens avec les partenaires : rectorats, collectivités, ÉSPÉ, associations et parents d'élèves, notamment dansledomainedunumériqueéducatif. 9

10 4.Fichespratiques 10

11 4.1LesmissionsduRéférentpourlesusagespédagogiquesduNumérique Profil Les missions du référent numérique portent sur la pédagogie du numérique: on les distinguera clairement des missions d un éventuel référent technique, définies sous votre responsabilité dans le cadre de l autonomie des EPLE et en synergie avec les politiques des collectivités territoriales en matière d assistance informatique. Dans l optique de favoriser et de mutualiser les usages pédagogiques, il nous semble important de désigner un référent numérique distinct du référent technique. Référent.numérique.Référent.technique. Leréférentpourlesusagespédagogiquesdunumériquesedistingue parsesqualitésdepédagogue.ilutiliselenumériqueenclasse,avec uneplusvaluepourlesapprentissagesdesélèves: étayagedescompétencesliéesàlalectureetàl expressionorale,liées àlaculturehumaniste,scientifiqueetculturelle,àl autonomieetàla citoyenneté; éducation aux médias numériques (esprit critique, internetresponsable).ilestfaitpreuved ouvertureetestenmesure de communiquer avec l ensemble des membres de la communauté éducative. Nourrissant un goût pour l informatique, il est capable d apporter des solutions pour des problèmes simples, et de diagnostiquer la gravité d un dysfonctionnement éventuel, pour en référer clairement au bon interlocuteur (Guichet unique, techniciendelacollectivité). Missions Rémunération Formation Lettrede mission Le référent numérique favorise les usages pédagogiques du numérique, en vue de consolider les acquis et des élèves, et d accompagner en établissement le bouleversement culturel profond induitparlarévolutiondunumérique. Leréférenteffectueuneveilleenmatièred usagespédagogiquesdu numériqueetconseilleainsisescollègessurlespratiques.ilidentifie les interlocuteurs de l académie et connaît leur rôle; il relaie l information auprès de ses collègues, et accompagne le chef d établissement dans la mise en œuvre de sa politique numérique, notammentauseinduconseilpédagogique. Leréférentnumériqueaideainsilechefd établissementàidentifier lesbesoinsentermedeformationaunumérique.ildiffuselesusages pédagogiques du numérique, pour renforcer les acquis de tous les élèves. Il pourra animer des stages de formation dans son établissement,danslecadredupafe. Le Référent numérique perçoit l IFIC (indemnité pour fonction d intérêtcollectif).cf.$ulletin$officiel$n 2$du$13$janvier$2011. Cetterémunérationpeutêtrecomplétéedanslecadredel autonomie del EPLE La. formation. des. référents. pour. les. usages. pédagogiques. du. numérique.est.une.priorité.académique.. Le chef d établissement inscrit le référent numérique à la formationdesrn,initiale,ouapprofondie(siunstagedeformationa étéeffectuéaupréalable). Lechefd établissementfournitàladanlescoordonnéesduréférent numérique(aumoinsunréférentnumériqueparétablissement). Le chef d établissement propose à chaque référent numérique une lettredemission,transmisepourinformationàladan.unexemplede lettredemissionestfournienannexe. Diagnostiquerles dysfonctionnementsetassurerla liaisonaveclesdispositifsde maintenanceetd assistance. Effectuerlesopérationsd assistance deniveauzéro(branchementd une souris,changementd unecartouche d imprimante,etc.) Administrerlescomptesélèvesdes systèmesd information(harp,ent). L éventuelréférenttechniquerelève del autonomiedel EPLE,pas forcémentunenseignant,ilnepeut enaucuncaspercevoirl IFICpour cettemission. Lechefd établissementpeutinscrire le référent technique à la formationdesréférentstechniques. Cette formation se fera désormais essentiellementàdistance. Facultative,àladiscrétionduchef d établissement. 11

12 4.2Préconisationsrelativesàl utilisationduwifienétablissementscolaire 1 Quel.est.le.cadre.juridique.? Dans les établissements scolaires, lesusagespédagogiquesdetablettesetdesolutions mobilessedéveloppentetrendentincontournablel installationdeborneswifi.dansla loi de refondation de l école (juillet 2013) et notamment dans le rapport annexé, il est simplement précisé que les connexions filaires seront privilégiées lorsque cela est compatibleaveclesusagesetlescontrainteslocales. Unepropositiondeloiaétéadoptéeen1relectureàl Assembléenationalele23janvier 2014, mais elle ne vise qu à délimiter les conditions d utilisation en école. magnetiques.asp 2 - Quels.sont.les.effets.sanitaires.?. L ANSES (l agence nationale de la sécurité sanitaire) précise dans son rapport que le rayonnement des équipements Wi-Fi est nettement inférieur à ceux de la téléphonie mobile. Pour les bornes Wifi installées dans les classes, l ANSES rappelle que le champ électromagnétique diminue sensiblement aux environs d'un mètre et devient négligeable en s'éloignant davantage (https://www.anses.fr/documents/ap2011sa0150ra.pdf). La figure ci dessous, issue du rapport (p59), illustre les sources de radiofréquences auxquelles nous sommes exposés. 3 - Quelles sont les bonnes pratiques.? Même si le rayonnement des équipements Wifi est négligeable par rapport à celui des téléphones portables, il convient toutefois d adopter le principe de précaution et donc de suivre ces recommandationspour l installation d équipements Wifi: Nécessité d une information pour l utilisation d une borne ou d une validation au Conseil d Administration pour l installation d une couverture globale dans l établissement., Implantation des bornes dans un coin de la classe ou en hauteur pour rendre le champ électromagnétique négligeable. Mise en place de l authentification (voir les spécifications de la DSI pour la configuration) afin d assurer la traçabilité des utilisateurs et de leurs activités. Journalisation des accès pendant une année. Désactivation des bornes lorsque celles-ci ne sont plus utilisées pour les activités pédagogiques. 12

13 4.3Guide«Numériqueresponsable» 1. Responsabilité légale du chef d établissement 2 - Comment accompagner les personnels? 4 Ressources et interlocuteurs Jean-Marc Lorenzo et

14 4.4FormationenétablissementPAFUE 1 Quelles sont les formations proposées? La formation au numérique doit s efforcer de mettre en place une culture numérique partagée par tous les membres de la communauté qu est un établissement scolaire. La formation en établissement est donc un levier important pour la mise en place de la culture numérique. La Délégation académique au numérique (DAN) propose essentiellement des formations PAF-E qui peuvent s organiser autour de deux axes majeurs : 2 Comment demander une formation au numérique? Ces formations sont à demander dans le cadre du PAF-E de la DAAF. Vous pouvez consulter sur le site de la DAAF un guide de procédures. Les demandes de formations PAF-E sont à formuler entre fin août et mi-octobre pour une mise en place dès décembre. 3 - Comment effectuer une demande en urgence? Si la situation le justifie, il est possible de demander à la DAAF une formation en urgence. Cette procédure doit rester très exceptionnelle : la demande de formation doit s articuler avec la politique académique de la DAAF mise en place dans le cadre du PAF-établissement. Il faut remplir une fiche de remontée de besoins à adresser au chargé de mission correspondant de son bassin : 4 A qui s adresser pour demander des conseils? L une des missions du référent numérique est de cerner les besoins de formations au sein de son établissement. La DAN peut également vous aider à formuler vos demandes. Vous pouvez contacter la responsable du dossier formation : Delphine arbirati /

15 4.6Fiche«Tableauxetvidéoprojecteursinteractifs» 1 Quelles sont les différences entre TNI et VPI? Le Tableau Numérique Interactif (appelé aussi TI, Tableau lanc Interactif) se présente sous la forme d un tableau blanc qui fonctionne en association avec un ordinateur et un vidéoprojecteur pour proposer un certain nombre de fonctionnalités. Généralement tactile, il permet une interaction directe, via le tableau, avec le poste informatique. Le Vidéo Projecteur Interactif est un système constitué d'un vidéoprojecteur à ultra-courte focale et d'un capteur infrarouge capable de détecter la position d'un stylet sur la surface de projection. Dans les deux cas, et de manière générale, les dispositifs interactifs sont installés de manière fixe dans une salle de classe. 2 Quel intérêt pédagogique ces dispositifs présentent-ils? Ces dispositifs sont utilisés comme le tableau classique, mais offrent un panel de fonctionnalités supplémentaires, parmi lesquelles : Ils permettent d accéder, d un simple geste et en restant en contact avec la classe, à internet ou à des documents enregistrés sur un ordinateur en réseau et renforcent l interactivité en plaçant plus facilement les élèves dans une posture d acteurs. Ils offrent la possibilité d imprimer le travail réalisé (document annoté) : cela est utile pour les élèves absents, mais peut servir à l ensemble de la classe. En facilitant la publication pour la mise à disposition après le cours, et ainsi la mémorisation de la séquence pédagogique, les dispositifs interactifs incitent à la créativité didactique. Ils rendent la manipulation de documents plus fluide, dynamique et animée. Il est toutefois important de veiller, dans la mise en œuvre pédagogique, à ce que l outil interactif puisse être manipulé, au maximum, par les élèves, afin qu il ne conforte pas une vision frontale et descendante de l enseignement. 3 - Quels sont les avantages et inconvénients de ces technologies? Le vidéoprojecteur interactif (VPI) Il utilise le tableau blanc traditionnel présent dans la salle de cours qui peut ainsi conserver son utilisation habituelle avec des feutres effaçables. L installation s en trouve simplifiée : il suffit de positionner l'appareil sur le mur au-dessus de la surface de projection. Cette dernière n'étant pas traitée anti-reflets, on observe parfois des problèmes de surbrillance. D autre part, ce système nécessite l acquisition d un logiciel dédié et l emploi d un stylet adapté qui peut se révéler fragile. Le tableau numérique interactif (TNI) Ces tableaux sont souvent plus petits que les tableaux blancs traditionnels. Leur surface mate est optimisée pour que l'assistance n éprouve pas de gêne oculaire. L'interaction avec le tableau se fait au moyen d'un stylet ou du doigt, par pression sur le tableau. Les feutres traditionnels sont généralement incompatibles avec ce dispositif qui nécessite, par conséquent, l utilisation systématique d un ordinateur. 4 - Comment accompagner les personnels? Une demande de formation aux usages pédagogiques peut être adressée à la DAAF dans le cadre du PAF- E (http://www.ac-grenoble.fr/admin/spip/spip.php?article981) mais la Délégation académique au numérique peut vous aider à construire le plan de formation souhaité 16

16 4.7Fiche«Indicateursdestratégiedescontratsd objectifs» 17

17 4.8Exempledelettredemissionpourleréférentnumérique Vous êtes chargé, pour l année scolaire , dans le cadre du développement des usages du numérique dans l établissement et sous l impulsion du chef d établissement, de mener à bien les missions suivantes : - développer et diffuser les usages pédagogiques du numérique, en vue de... - favoriser une attitude responsable par rapport à l usage du numérique dans l établissement - effectuer une veille en matières d usages pédagogiques du numérique et conseiller les enseignants sur les pratiques - identifier les besoins en terme de formation - animer des stages de formation dans l établissement, dans le cadre du PAF-E. - Dans le cadre de votre mission vous travaillerez en étroite relation avec le réseau de la Délégation académique au numérique (DAN). Vous bénéficierez pour cela d une indemnité pour fonction d intérêt collectif (IFIC). Cette rémunération sera versée en une seule fois en fin d année scolaire. (Vous pouvez demander un rapport d activités au regard des objectifs fixés) Le chef d établissement Copie : DAN 18

Guide pour la mise en œuvre du parcours d éducation artistique et culturelle

Guide pour la mise en œuvre du parcours d éducation artistique et culturelle Guide pour la mise en œuvre du parcours d éducation artistique et culturelle Préambule... p. 2 Construire le parcours d éducation : les principes Principes de conception... p. 6 Principes de mise en œuvre...

Plus en détail

«Informatique et Libertés» POUR L ENSEIGNEMENT DU SECOND DEGRÉ

«Informatique et Libertés» POUR L ENSEIGNEMENT DU SECOND DEGRÉ «Informatique et Libertés» POUR L ENSEIGNEMENT DU SECOND DEGRÉ Sommaire PARTIE 1 : Fiches Thématiques page 2 Fiche n 1 : Définitions des notions-clés de la loi «Informatique et Libertés» page 2 Fiche n

Plus en détail

Comité national de suivi «Plus de maîtres que de classes» Note d étape juin 2014

Comité national de suivi «Plus de maîtres que de classes» Note d étape juin 2014 Comité national de suivi «Plus de maîtres que de classes» Note d étape juin 2014 Les missions du Comité national de suivi «Plus de maîtres que de classes» ont été fixées par la lettre de mission du directeur

Plus en détail

LA FONCTION COORDINATION. 1 Préambule. 2 Le rôle du coordonnateur. 3 La fonction de coordination. 4 L agenda de la fonction

LA FONCTION COORDINATION. 1 Préambule. 2 Le rôle du coordonnateur. 3 La fonction de coordination. 4 L agenda de la fonction LA FONCTION DE COORDINATION 1 Préambule 2 Le rôle du coordonnateur 3 La fonction de coordination 4 L agenda de la fonction 5 L élaboration du projet pédagogique disciplinaire 6 Autres dispositifs d enseignement

Plus en détail

Contribution à la mise en œuvre du socle commun des connaissances et des compétences

Contribution à la mise en œuvre du socle commun des connaissances et des compétences Contribution à la mise en œuvre du socle commun des connaissances et des compétences Des fiches et des outils pour répondre à certaines questions autour de la mise en œuvre, le suivi et la validation du

Plus en détail

La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012

La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012 La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012 2 Présentation générale du guide Ce guide pratique est destiné à l ensemble des organismes de services à la personne. Il propose

Plus en détail

GUIDE POUR LES EMPLOYEURS ET LES SALARIÉS

GUIDE POUR LES EMPLOYEURS ET LES SALARIÉS GUIDE POUR LES EMPLOYEURS ET LES SALARIÉS É d i t i o n 2 0 1 0 Sommaire Avant-propos page 2 I Les 5 principes clés à respecter page 3 II Les missions de la CNIL page 6 III Le correspondant (CIL) : un

Plus en détail

La refondation de l École fait sa rentrée. Année scolaire 2013-2014

La refondation de l École fait sa rentrée. Année scolaire 2013-2014 La refondation de l École fait sa rentrée Année scolaire 2013-2014 Dossier de présentation août 2013 Sommaire Édito des ministres Les moyens nouveaux à la rentrée scolaire 2013-2014 (infographie) Les nouveautés

Plus en détail

NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1

NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1 NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1 ÉDITO Pôle emploi 2015, le pari de la confiance Vous avez entre les mains notre nouvelle feuille de

Plus en détail

DU CORRESPONDANT INFORMATIQUE ET LIBERTES

DU CORRESPONDANT INFORMATIQUE ET LIBERTES DU CORRESPONDANT INFORMATIQUE ET LIBERTES Édition 2011 Sommaire AvAnt-propos page 2 Fiche n 1 - les 6 bonnes raisons de désigner un CIL page 3 Fiche n 2 - les services à disposition du CIL page 4 Fiche

Plus en détail

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS WWW.SERVICE-CIVIQUE.GOUV.FR Préambule Seule personne auprès du volontaire nommément désignée dans le contrat d engagement de Service Civique,

Plus en détail

TOUS MOBILISÉS POUR VAINCRE LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE

TOUS MOBILISÉS POUR VAINCRE LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE TOUS MOBILISÉS POUR VAINCRE LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE Dossier de présentation Vendredi 21 novembre 2014 PREMIER MINISTRE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

2010-2011 GEP SOCLE COMMUN

2010-2011 GEP SOCLE COMMUN 2010-2011 GEP SOCLE COMMUN APPRENDRE AUX ÉLÈVES À SE FORMER AUX COMPÉTENCES 6 ET 7 DU SOCLE COMMUN SOMMAIRE Introduction :... 3 Séquences pédagogiques... 12 Facteurs de réussite... 13 «Esprit critique»...

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

Mobilisation de l École et de ses partenaires pour les valeurs de la République. Les assises

Mobilisation de l École et de ses partenaires pour les valeurs de la République. Les assises Assises de la KIT D ORGANISATION DES ASSISES SOMMAIRE La démarche des assises 1. Présentation générale de la démarche 2. Les thématiques à aborder lors des Assises locales et départementales 3. Assises

Plus en détail

GUIDE SOUTENIR LE RETOUR AU TRAVAIL ET FAVORISER LE MAINTIEN EN EMPLOI UNE DÉMARCHE FACILE À SUIVRE. DES CAPSULES ViDÉO INFORMATIVES

GUIDE SOUTENIR LE RETOUR AU TRAVAIL ET FAVORISER LE MAINTIEN EN EMPLOI UNE DÉMARCHE FACILE À SUIVRE. DES CAPSULES ViDÉO INFORMATIVES LOUISE ST-ARNAUD et MARIÈVE PELLETIER Université Laval GUIDE SOUTENIR LE RETOUR AU TRAVAIL ET FAVORISER LE MAINTIEN EN EMPLOI Faciliter le retour au travail d un employé à la suite d une absence liée à

Plus en détail

Chapitre 14 Le document peut-il être vecteur de coopération?

Chapitre 14 Le document peut-il être vecteur de coopération? RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Thème 4 COOPERATION / COORDINATION Ch 14 Le document peut-il être vecteur de coopération? I. Quels outils permettent la mutualisation des documents? Les technologies

Plus en détail

Convention d objectifs et de gestion entre l Etat et la Cnaf 2013-2017

Convention d objectifs et de gestion entre l Etat et la Cnaf 2013-2017 Convention d objectifs et de gestion entre l Etat et la Cnaf 2013-2017 SOMMAIRE PREAMBULE 1 DEVELOPPER LES SERVICES AUX FAMILLES, REDUIRE LES INEGALITES 4 Renforcer le développement de l offre d accueil

Plus en détail

Plan lutte. contre la difficulté scolaire. tout au long de l école du socle

Plan lutte. contre la difficulté scolaire. tout au long de l école du socle Plan lutte de contre la difficulté scolaire tout au long de l école du socle Rentrée 2012 Sommaire Présentation... 3 I - Mettre en œuvre «l école du socle»... 1 - Permettre à chaque élève de maîtriser

Plus en détail

LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL. La pédagogie numérique : un défi pour l enseignement supérieur

LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL. La pédagogie numérique : un défi pour l enseignement supérieur LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL La pédagogie numérique : un défi pour l enseignement supérieur Azwaw Djebara et Danielle Dubrac Février 2015 2015-06 NOR : CESL1500006X Mardi 3

Plus en détail

Programme d appui aux nouveaux arrivants

Programme d appui aux nouveaux arrivants 2 0 1 0 R É V I S É Le curriculum de l Ontario de la 1 re à la 8 e année Programme d appui aux nouveaux arrivants TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 3 La raison d être du programme-cadre d appui aux nouveaux

Plus en détail

Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing

Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing D un point de vue juridique, la CNIL constate que le Cloud computing soulève un certain nombre de difficultés

Plus en détail

ANR TRANSLIT et COST Transforming Audiences/Transforming Societies. Politiques d éducation aux médias et à l information en France (2013)

ANR TRANSLIT et COST Transforming Audiences/Transforming Societies. Politiques d éducation aux médias et à l information en France (2013) Politiques d éducation aux médias et à l information en France (2013) Expertes: Divina Frau-Meigs, Université Sorbonne Nouvelle Marlene Loicq, Université de Rouen Perrine Boutin Université Sorbonne Nouvelle

Plus en détail

MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR

MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR édito MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR Après des années qui ont vu sa place et son rôle mis en cause à mesure que ses moyens s amoindrissaient et que sa performance se dégradait, l école est engagée

Plus en détail

Projet de programme pour le cycle 2

Projet de programme pour le cycle 2 Projet de programme pour le cycle 2 9 avril 2015 Avant propos La commande ministérielle Par une lettre au Président du Conseil supérieur des programmes datée du 4 décembre 2013, le Ministre de l éducation

Plus en détail

Introduction à la sécurité des systèmes d information

Introduction à la sécurité des systèmes d information Introduction à la sécurité des systèmes d information Guide pour les directeurs d établissement de santé novembre 2013 Direction générale de l offre de soins Introduction à la sécurité des Systèmes d Information

Plus en détail

LA COMMANDE DE DESIGN GRAPHIQUE

LA COMMANDE DE DESIGN GRAPHIQUE 1. Design graphique : GUIDES DE L ART CONTEMPORAIN création graphique, besoins, solution visuelle 2. Designer graphique, prestation intellectuelle, prestation de service 3. Expérience, connaissan vision,

Plus en détail

Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le

Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le 1 2 Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le secrétaire d Etat chargé de la fonction publique,

Plus en détail

L éducation aux médias Enjeux, état des lieux, perspectives

L éducation aux médias Enjeux, état des lieux, perspectives Rapport - n 2007-083 août 2007 Inspection générale de l éducation nationale Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche L éducation aux médias Enjeux, état des lieux,

Plus en détail