Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1"

Transcription

1 Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Introduction L hyperéosinophilie est définie par la présence de polynucléaires éosinophiles circulants à plus de 0,5 G/l (500/µl) (quel que soit leur pourcentage dans la formule sanguine) constatée sur plusieurs hémogrammes successifs. On parle d hyperéosinophilie "modérée" entre 0,5 et 1,5 G/l et d hyperéosinophilie "majeure" au-delà de 1,5 G/l. L hyperéosinophilie chronique, quelle qu en soit la cause, peut être responsable de lésions tissulaires par toxicité des enzymes protéolytiques et des protéines contenues dans les granulations des polynucléaires éosinophiles. Les manifestations peuvent être cutanées, pulmonaires, neurologiques, cardiaques L hyperéosinophilie se rencontre au cours d affections variées, les plus fréquentes étant les allergies et les parasitoses, plus rarement des maladies cutanées, des maladies systémiques et des affections malignes. Elle est souvent de découverte fortuite. Eléments d orientation L interrogatoire doit faire préciser les antécédents personnels allergiques en particulier, les prises médicamenteuses, l existence d une symptomatologie fonctionnelle (prurit, manifestations digestives, manifestations respiratoires), les déplacements récents ou lointains en zone d endémie parasitaire. L examen clinique s attache à trouver des signes directement évocateurs : examens des téguments à la recherche d une dermatose, de signes de prurit pouvant évoquer une parasitose ou une réaction allergique, recherche d une hépato-splénomégalie et d adénopathies. L hémogramme peut donner une orientation lorsque l hyperéosinophilie est accompagnée d anomalies évoquant une hémopathie. Dans la majorité des cas, l hyperéosinophilie est isolée. Son caractère modéré ou au contraire important, et surtout son évolution au cours du temps (hyperéosinophilie durable, transitoire, fluctuante) peuvent constituer une aide au diagnostic. Etiologies Les allergies Elles sont les causes les plus fréquentes d hyperéosinophilie dans les pays industrialisés. De nombreux médicaments peuvent provoquer une hyperéosinophilie d origine allergique. C est donc à eux qu on doit penser en premier lors de la découverte fortuite d une hyperéosinophilie. Parmi les plus fréquents, on peut citer des 1 Dr V DEMAS (Laboratoire d Hématologie) 1/5

2 antibiotiques (β-lactamines), des antituberculeux, des antifongiques (amphotéricine B), des psychotropes (imipramine, phénothiazines), des agents cytotoxiques (bléomycine, méthotrexate), des sulfamides, les AINS, les sels d or, les dérivés iodés, les extraits hépatiques, la vitamine B12, l allopurinol. L hyperéosinophilie est en général modérée et n apparaît qu après plusieurs semaines de traitement. Elle disparaît après l arrêt du produit en cause. Certaines affections entrent également dans ce cadre : l asthme atopique, l eczéma constitutionnel, l urticaire, les rhinites et sinusites allergiques, la trachéobronchite spasmodique. Dans ce cas, l hyperéosinophilie est souvent transitoire mais à rechutes. Le ou les allergènes en cause sont recherchés par des tests cutanés. Le dosage des IgE totales ne présente pas d intérêt pour affirmer le caractère allergique d une hyperéosinophilie. En revanche, le dosage des IgE spécifiques peut s avérer utile pour le diagnostic allergologique. En dehors du phénomène allergique, l hyperéosinophilie peut être un effet secondaire attendu de certains médicaments particuliers : l IL2, le GM-CSF. Les parasitoses L hyperéosinophilie est dans ce cas presque exclusivement liée aux helminthiases. Elle est plus importante lors de la phase invasive ou en cas d impasse parasitaire (toxocarose). Elle est modérée ou absente à la phase chronique, lorsque le parasite est localisé dans un organe creux ou enkysté. En général, l hyperéosinophilie est accompagnée d une augmentation des IgE. Le diagnostic repose sur l'examen parasitologique des selles répété et sur les sérologies parasitaires. Chez un sujet n ayant pas quitté l Europe, il faut rechercher en priorité : une distomatose hépatique : régions d élevage, ingestion de cresson sauvage souillé. une ascaridiose : zone rurale, ingestion de végétaux souillés une trichinose : ingestion de viande de porc ou de sanglier importée mal cuite. une toxocarose : syndrome de larva migrans viscérale, impasse parasitaire liée à une contamination accidentelle de l homme par des déjections de chiens ou de chats (propriétaire de chien, enfant) une oxyurose : banale chez l enfant, caractérisé par un prurit anal nocturne un taeniasis : très fréquent, ingestion de viande de bœuf ou de porc mal cuite une hydatidose : régions d élevage du mouton (l hyperéosinophilie n est pas importante sauf en cas de rupture du kyste). Chez un sujet ayant voyagé en zone endémique, il faut rechercher : 2/5

3 Antilles : bilharziose intestinale (bain en eau douce), anguillulose (hyperéosinophilie ondulante et durable), ankylostomiase (pénétration transcutanée), filarioses Afrique noire : en plus des diagnostics précédents, penser à une bilharziose urinaire et à une onchocercose Afrique du Nord : en plus des diagnostic européens, penser à la bilharziose urinaire et à l échinococcose Asie : distomatose et filarioses Les dermatoses Les dermatoses prurigènes (pemphigus, psoriasis, dermatite herpétiforme, eczéma), autres que les dermatoses allergiques ou parasitaires peuvent également entraîner une hyperéosinophilie. Les maladies systémiques L hyperéosinophilie est un élément important du tableau clinique de certaines maladies : la périartérite noueuse (dans les formes pleuropulmonaires), la fasciite à éosinophiles (maladie de Schulman) (forme particulière de sclérodermie dépourvue d atteintes viscérales), les angéites allergiques (manifestations viscérales diffuses), les formes graves de polyarthrite rhumatoïde, avec lésions viscérales multiples. Les affections malignes Les hyperéosinophilies des hémopathies malignes : Au cours de la leucémie myéloïde chronique, l éosinophilie s inscrit dans le cadre d une hyperleucocytose avec polynucléose neutrophile et myélémie. Certaines leucémies aiguës myéloïdes, de type M2 ou M4, peuvent comporter une hyperéosinophilie sanguine et médullaire. Au cours de certaines leucémies aiguës lymphoblastiques, des lymphomes malins à cellules T, de la maladie de Hodgkin, une hyperéosinophilie modérée peut être présente et suit alors l évolution de la maladie. Les hyperéosinophilies des cancers : cancer du sein et des bronches. Le syndrome hyperéosinophilique idiopathique Il est très rare. Il est défini par une hyperéosinophilie à plus de 1,5 G/l, d évolution chronique (persistant plus de 6 mois), sans étiologie apparente mais avec des lésions viscérales (cardiaques, cutanées, pulmonaires, hépatiques, rénales, neurologiques) en relation avec l infiltration des tissus par les éosinophiles et les lésions endothéliales qui l'accompagnent. Le pronostic de cette affection est péjoratif et évolue généralement vers la mort en moins de 6 mois. 3/5

4 Dans de très rares cas, il s agit d un syndrome myéloprolifératif proche de la leucémie myéloïde chronique, désigné sous le terme de leucémie à éosinophiles et susceptible d'évoluer vers une leucémie aiguë. En l absence d argument étiologique Lorsqu aucune de ces causes n a été retrouvée pour expliquer une éosinophilie, il faut distinguer 2 cas : les hyperéosinophilies isolées avec syndrome inflammatoire (VS accélérée). Dans ce cas, il faut s acharner à retrouver une cause sous-jacente notamment maligne. En cas de négativité de cette enquête, il faut assurer une surveillance rapprochée. les hyperéosinophilies avec vitesse de sédimentation normale qui sont beaucoup plus fréquentes. Dans ce cas, on recommande un traitement antiparasitaire polyvalent et, si ce traitement est sans effet (pas de disparition de l hyperéosinophilie), une surveillance espacée de l hémogramme (tous les 6 mois ou un an). Dans la pratique on retiendra. 1- L hyperéosinophilie est définie par la présence de polynucléaires éosinophiles à plus de 0,5 G/l (500/µl) constatée sur plusieurs hémogrammes successifs. 2- Elle se rencontre au cours d affections variées, les plus fréquentes étant les allergies et les parasitoses, plus rarement des maladies cutanées, des maladies systémiques et des affections malignes. Elle est souvent de découverte fortuite. 3- Les allergies sont les causes les plus fréquentes dans les pays industrialisés. De nombreux médicaments peuvent être à l'origine d'une éosinophilie de mécanisme allergique. Les affections atopiques entrent dans ce cadre : asthme, eczéma, urticaire, rhinite et sinusite et trachéo-bronchite spasmodique. 4- Les parasitoses éosinophiliantes sont presque exclusivement les helminthiases. L'hyperéosinophilie est plus importante lors de la phase invasive ou en cas d impasse parasitaire (toxocarose). La recherche étiologique doit s'appuyer sur la notion de voyage. Chez un sujet n ayant pas quitté l Europe, il faut rechercher : distomatose hépatique, ascaridiose, trichinose, toxocarose, oxyurose, taeniasis et hydatidose. Chez un sujet ayant voyagé en zone endémique, il faut orienter les recherches en fonction de la zone : Afrique du Nord, Antilles, Afrique noire et Asie (en connaissant l'incidence des parasitoses dans chacune de ces zones). 4/5

5 5- Les dermatoses prurigènes (pemphigus, psoriasis, dermatite herpétiforme, eczéma), autres que les dermatoses allergiques ou parasitaires peuvent également entraîner une hyperéosinophilie. 6- L hyperéosinophilie est un élément important du tableau clinique de certaines maladies systémiques : périartérite noueuse, fasciite à éosinophiles, angéites allergiques, formes graves de polyarthrite rhumatoïde. 7- Une hyperéosinophilie peut être observée au cours d'hémopathies malignes : certaines LMC et leucémies aiguës myéloïdes (M2 et M4). Mais aussi, certaines leucémies aiguës lymphoblastiques, lymphomes malins à cellules T, maladie de Hodgkin. Une hyperéosinophilie peut être aussi rencontrée lors de l'évolution de certains cancers (sein et bronches). 8- Le syndrome hyperéosinophilique idiopathique est très rare. Il est défini par une hyperéosinophilie à plus de 1,5 G/l. Son évolution se fait généralement vers la mort en moins de 6 mois, avec des lésions viscérales multiples (cardiaques, cutanées, pulmonaires, hépatiques, rénales, neurologiques). 5/5

Syndrome de Churg et Strauss

Syndrome de Churg et Strauss Syndrome de Churg et Strauss Auteurs : François Lhote*, Pascal Cohen**, Philippe Guilpain**, Loïc Guillevin** * Service de médecine interne, centre hospitalier de Saint-Denis, 93200 Saint-Denis. ** Département

Plus en détail

ALLERGIES ALIMENTAIRES : Etat des lieux et propositions d orientations. Carine DUBUISSON Sébastien LA VIEILLE Ambroise MARTIN

ALLERGIES ALIMENTAIRES : Etat des lieux et propositions d orientations. Carine DUBUISSON Sébastien LA VIEILLE Ambroise MARTIN ALLERGIES ALIMENTAIRES : Etat des lieux et propositions d orientations Carine DUBUISSON Sébastien LA VIEILLE Ambroise MARTIN Janvier 2002 Les auteurs tiennent à remercier pour leurs suggestions et la lecture

Plus en détail

La maladie de Horton Artérite temporale Artérite à cellules géantes

La maladie de Horton Artérite temporale Artérite à cellules géantes Artérite temporale Artérite à cellules géantes La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est

Plus en détail

Le cancer de la thyroïde GRAND PUBLIC

Le cancer de la thyroïde GRAND PUBLIC GRAND PUBLIC Edition actualisée Janvier 2010 SOMMAIRE > Ce livret a été préparé par le professeur Martin Schlumberger, chef du Service de Médecine Nucléaire à l Institut Gustave Roussy (IGR), à Villejuif

Plus en détail

CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE

CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE Les crises convulsives sont les symptômes les plus fréquents en pratique neurologique pédiatrique. Ce terme a la même signification que «crise épileptique»

Plus en détail

Mesure limitée dans le temps. Le donneur sait quand il sera à nouveau éligible. Le donneur est déclaré apte au don.

Mesure limitée dans le temps. Le donneur sait quand il sera à nouveau éligible. Le donneur est déclaré apte au don. Prescriptions du Service de transfusion sanguine CRS STS CRS Chapitre 17 B) : Critères d aptitude au don de sang RÉFÉRENCES 1 - Ordonnance sur les autorisations dans le domaine des médicaments (OAMéd)

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

Les traitements du cancer du rein

Les traitements du cancer du rein MARS 2013 Les traitements du cancer du rein COLLECTION GUIDES PATIENTS LES REINS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LES MÉDICAMENTS ANTICANCÉREUX LES PROFESSIONNELS LA VIE QUOTIDIENNE www.e-cancer.fr

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie Tout sur la toux! Mise àj our Louis-Philippe Boulet, MD, FRCPC, FCCP La classification de la toux La toux est une des principales causes de morbidité et un des plus fréquents motifs de consultation médicale.

Plus en détail

Juillet 2012. Est-ce la SEP?

Juillet 2012. Est-ce la SEP? Juillet 2012 Est-ce la SEP? Comité de rédaction Fédération internationale de la sclérose en plaques (MSIF) La mission de la MSIF est de diriger le mouvement international de la SEP afin d améliorer la

Plus en détail

HÉPARINES DE BAS POIDS MOLÉCULAIRE

HÉPARINES DE BAS POIDS MOLÉCULAIRE AGENCE FRANÇAISE de SÉCURITÉ SANITAIRE des PRODUITS de SANTÉ SCHÉMA COMMUN HÉPARINES DE BAS POIDS MOLÉCULAIRE Information destinée aux professionnels de santé Texte de référence utilisé pour la rédaction

Plus en détail

Intoxications au Monoxyde de Carbone (CO)

Intoxications au Monoxyde de Carbone (CO) Intoxications au Monoxyde de Carbone (CO) K. Elhajjaoui, N. Rhalem, I. Semlali, R. Soulaymani Bencheikh 1. Introduction : L intoxication au monoxyde de carbone (CO) occupe la première place dans les pays

Plus en détail

Les cancers de l appareil génital féminin

Les cancers de l appareil génital féminin Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers de l appareil génital féminin (col et corps de l utérus, ovaires) G R A N D P U B L I C Janvier 2009

Plus en détail

Mieux se comprendre pour mieux se traiter

Mieux se comprendre pour mieux se traiter Mieux se comprendre pour mieux se traiter Livret d information réalisé en collaboration avec le Dr Paul KIRITZE-TOPOR Merck Serono est une division de Merck L alcoolisme, une maladie bio-psychosociale...

Plus en détail

La fibromyalgie. La maladie. l Qu est-ce que la fibromyalgie? l Combien de personnes sont atteintes de la maladie? l Qui peut en être atteint?

La fibromyalgie. La maladie. l Qu est-ce que la fibromyalgie? l Combien de personnes sont atteintes de la maladie? l Qui peut en être atteint? La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la fibromyalgie.

Plus en détail

Vue d ensemble destinée au grand public

Vue d ensemble destinée au grand public Syndrome de Guillain-Barré, polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique (CIDP) et formes variantes Vue d ensemble destinée au grand public Au service des patients souffrant du syndrome de Guillain-Barré,

Plus en détail

Le cancer du rein. Carcinome des cellules rénales. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches

Le cancer du rein. Carcinome des cellules rénales. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Le cancer du rein Carcinome des cellules rénales Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Impressum _Editrice Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse

Plus en détail

Les toxiques les plus courants et les plus dangereux

Les toxiques les plus courants et les plus dangereux Chapitre83 Les toxiques les plus courants et les plus dangereux L. CORDIER, V. LAPLAZA 1. Introduction Les intoxications sont devenues la première cause d admission à l hôpital des sujets jeunes dans les

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations 4 2. Recommandations 5 Vaccination des personnes

Plus en détail

Anémies par carence martiale 1 Item 222 : Diagnostiquer une anémie par carence martiale l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

Anémies par carence martiale 1 Item 222 : Diagnostiquer une anémie par carence martiale l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Anémies par carence martiale 1 Item 222 : Diagnostiquer une anémie par carence martiale l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. - Argumenter Introduction - Les anémies par carence martiale

Plus en détail

GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles dépressifs récurrents ou persistants de l adulte

GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles dépressifs récurrents ou persistants de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Affections psychiatriques de longue durée Troubles dépressifs récurrents ou persistants de l adulte Février 2009 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Prise en charge des personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique

Prise en charge des personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge des personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique Conférence de consensus 23 et 24 novembre 2005 Centre universitaire méditerranéen Nice Texte

Plus en détail

Le cavernome cérébral

Le cavernome cérébral La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur le cavernome cérébral.

Plus en détail