Section des Formations et des diplômes. Evaluation des masters de l'université Paris-Est

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Section des Formations et des diplômes. Evaluation des masters de l'université Paris-Est"

Transcription

1 Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'université Paris-Est Juillet 2009

2 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l'université Paris-Est Juillet 2009

3 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Droit Economie Gestion Mention : Expertise Economique Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Ce master vise à former des cadres exerçant des fonctions d'expertise et d'étude, aussi bien dans des organisations publiques nationales ou internationales que dans le secteur privé. L'orientation recherche du master est dirigée vers les domaines de l'économie du travail, des ressources humaines, de la croissance et du développement économique. Sur le plan scientifique, sont mobilisées l'évaluation des politiques de l'emploi et de développement ainsi que les décisions des entreprises dans le domaine de l'emploi, de la formation et des compétences. Cette formation assure un bon mixte entre matières théoriques et appliquées, elle apporte une formation pluridisciplinaire et un solide profil en techniques quantitatives. Une création est demandée pour une deuxième spécialité intitulée «Expertise et ingénierie du développement». L environnement local est porteur à travers la présence sur le site d autres institutions (CEE, IRES, ANPE etc.) qui proposent des stages. Les échanges avec les enseignements de la mention «Management et ingénierie économique» sont opportuns. L'adossement à la recherche est fourni par l'équipe OEP et le CEE. Au sein du PRES, il s'agit de la seule formation qui offre un cursus complet en matière d'économie du travail et de l'emploi (pour EEC). Quelques conventions d'échanges offrent une ouverture internationale. Certaines informations restent cependant trop peu détaillées ou analysées pour permettre une bonne évaluation : ceci concerne la cohérence des parcours LMD (rien n'est dit sur le niveau L), le contenu des cours, les évaluations et le bilan du devenir des étudiants, qui semble essentiellement montrer une insertion professionnelle vers des postes d'experts dans des services d'études économiques et statistiques. Seuls un ou deux étudiants poursuivent en thèse chaque année. Points forts : Une formation pluridisciplinaire avec des enseignements de qualité (actualité des thèmes abordés et des méthodes étudiées). Un partenariat pour la recherche avec plusieurs laboratoires et institutions (OEP, CEE, Fédération TEPP). Une offre de stage centralisée et incitative répartie en fonction du classement des étudiants et fondée sur des partenariats intéressants. 2

4 Points faibles : Ouverture sur l international peu développée notamment par l'accueil d'intervenants étrangers. L'attractivité de la mention est limitée (même si le flux d'étudiants est constant depuis 3 ans). Niveau moyen de l'assise recherche théorique. Prévision d'attractivité et d'insertion professionnelle peu explicitée pour la spécialité en demande de création. Avis par spécialité Expertise de l emploi et des compétences Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Une formation pluridisciplinaire (économie, gestion, sociologie du travail) originale au niveau du PRES. Un bon équilibre des enseignements entre matières fondamentales, techniques d'expertise et techniques quantitatives. Une bonne articulation M1-M2. Une collaboration fructueuse avec le Centre d Etude de l Emploi et d'autres institutions en recherche, tout comme du côté professionnel. Un taux de réussite relativement élevé. Points faibles : Attractivité qui reste limitée. Cohérence LMD peu explicitée. Peu d'étudiants poursuivent en thèse. Nombre d'intervenants professionnels et étrangers. Recommandations : Une meilleure explicitation de la cohérence LMD et un renforcement de l'adossement recherche seraient nécessaires. Un renforcement de l'ouverture internationale par davantage d'intervenants étrangers pourrait aussi améliorer l'attractivité. Expertise et ingénierie du développement Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Contenu des cours. Spécialité répondant à une demande de formation d'experts capables d'élaborer et d'évaluer les politiques et projets de développement économique et sociaux. Un réseau diversifié de partenariat avec des universités africaines et des institutions expertes du développement. Points faibles : Manque d'éléments de prévision permettant d'être convaincu de l'attractivité de la spécialité, surtout dans un contexte où un master «expertise économique et gestion des projets internationaux et expertise et ingénierie du développement» existe déjà à Paris 12 dans le même PRES Paris Est. Certains enseignants-chercheurs ne sont pas spécialistes du domaine. Interventions et partenariats de professionnels à renforcer. Manque d'analyses prévisionnelles de la demande des employeurs éventuels. 3

5 Recommandations : Afin d assurer l attractivité de cette nouvelle spécialité et permettre aux étudiants de valider des stages adaptés aux objectifs, il serait souhaitable de renforcer les coopérations avec des universités étrangères et enrichir les liens avec des organismes publics et des ONG dédiés au développement. Il conviendrait de mieux expliquer l'originalité de la spécialité dans le riche environnement parisien. Commentaire et recommandations Malgré un paysage universitaire très concurrentiel, la mention «Expertise économique» propose une spécialité originale «Expertise de l'emploi et des compétences» (EEC), qui mobilise les compétences des enseignants-chercheurs de l'oep (Organisation et Efficacité de la Production) et dans une moindre mesure, celles des chercheurs du Centre d'étude de l'emploi (CEE). Cette formation satisfait convenablement les différents critères d'évaluation avec des enseignements de qualité, bien équilibrés entre théorie et techniques quantitatives et une bonne insertion professionnelle pour la spécialité existante. Toutefois, le flux d'étudiants, bien que constant ces trois dernières années, est relativement faible. La poursuite en thèse, bien qu'en progression en 2008 (2 allocations de thèse) n'est pas très satisfaisante. L'université demande la création au sein de la même mention d'une nouvelle spécialité, «Expertise et Ingénierie du développement» (EIC). On peut légitimement se demander s'il est opportun d'ouvrir cette nouvelle formation, alors même qu'il existe une offre similaire à Paris 12 dans le même PRES. Ainsi, une vigilance particulière devra être apportée à l attractivité de la mention et plus particulièrement de la nouvelle spécialité «Expertise et ingénierie du développement». En effet, puisque l évaluation de cette nouvelle spécialité n est de fait pas possible, il aurait été souhaitable de fournir quelques éléments de projections plus précis sur le nombre de flux et l insertion attendue des étudiants. Dans cette perspective, il apparaît donc nécessaire de renforcer les partenariats avec les universités étrangères et d autres organismes dédiés au développement (les professionnels intervenant dans cette spécialité viennent majoritairement de ECOPA et IRD-DIAL). Il serait aussi bienvenu de travailler à la différenciation avec Paris 12 pour la spécialité «EIC» en continuant par exemple les séances de travail communes avec Paris 12 sur ce sujet Par ailleurs, il conviendrait de renforcer un peu l'adossement recherche théorique et de poursuivre les efforts pour maintenir un certain flux d'étudiants vers le doctorat. 4

6 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Droit Economie Gestion Mention : Management Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : A Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Cette offre de formation de l Université de Paris-Est Marne-la-Vallée se distingue bien des autres offres universitaires (formation spécifique en management des services, seule formation universitaire consacrée aux métiers du luxe et du design). On note malgré tout, une spécialité «Audit et Contrôle» en décalage par rapport aux autres. Globalement, le positionnement scientifique est original, il faudrait cependant le clarifier entre «Economie des Services» et «Management des activités de services». Le projet est porté par une équipe centrée sur une même problématique. L adossement à la recherche semble réel (appui du laboratoire, organisation et efficacité de la production, équipe d accueil 2550). Il est spécifié que les deux thématiques centrales du laboratoire sont le management des services et le management de l innovation. On regrette de ne pas savoir comment les enseignants-chercheurs de cette formation se positionnent par rapport à ces deux axes. Les activités de publication de l équipe sont convenables. L encadrement doctoral pour la gestion reste faible car il y a peu de rang A. La professionnalisation de la formation est réelle (possibilité de suivre la formation en alternance ; intervention réelle de professionnels dans la formation). Les effectifs sont faibles en M1 et pour certains parcours en M2 («Collectivités territoriales» pour «Management, Ingénierie des services et Technologies de l Information et de la Communication»). L objectif d atteindre 150 étudiants en première année de Master semble ambitieux. Sur le plan des programmes, on note une spécialisation très marquée en faveur de l ingénierie et le management des services, avec un tronc commun en M1 mutualisé avec des spécialisations marquées à partir du S2, et un choix d option adéquat pour les spécialités en lien avec les services. En revanche, le choix d options est insuffisant et non suffisamment ciblé pour la spécialité «Audit et Contrôle», et il n y a pas de véritable initiation aux problématiques de la recherche. Les parcours «Recherche» sont peu explicites pour les spécialités les plus ancrées «services» («Innovation, design, luxe» et «Marketing et production des services».) et il n y a pas de référence à une école doctorale. Il existe des conventions d échange entre l Université Paris Est et l Allemagne, l Espagne, la Grande Bretagne, le Canada. Les étudiants peuvent suivre à l étranger un à deux semestres au cours du master. Le bilan du devenir des étudiants est effectué chaque année et atteste d un placement satisfaisant de ces derniers. Le dossier présenté a été rédigé avec beaucoup de soins. Il est très bien documenté et présente les informations de manière très précise. Il est globalement satisfaisant malgré quelques redondances pour les spécialités «Management, Ingénierie des services et Technologies de l Information et de la Communication» (MITIC) et «Management, Ingénierie des services et Patrimoines Immobiliers». (MIPI). 2

7 Points forts : Formation professionnalisante de qualité ouvrant de réels débouchés aux étudiants. Positionnement original du Master sur le «Management et la gestion des services». Un positionnement professionnel marqué. Des débouchés pour les diplômés. Points faibles : Le point relatif à la formation à la recherche devrait être développé. Peu d enseignants de rang A en Sciences de Gestion. Une spécialité «Audit et Contrôle» qui peine à trouver sa place dans la mention. Deux spécialités redondantes entre «MITIC» et «MIPI» qui pourraient constituer deux parcours. Avis par spécialité Audit et Contrôle Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Formation professionnalisante répondant aux besoins des entreprises. Partenariat avec le cabinet KPMG de Marne la Vallée. Une spécialité qui correspondrait à une demande locale. Un positionnement ambitieux par rapport à une mention traditionnelle «Comptabilité Contrôle Audit» (CCA). Points faibles : Les modes d évaluation des différentes matières ne sont pas fournis. Le pourcentage d intervention des professionnels au niveau des cours dispensés est insuffisant (25 %). Les taux de chômage indiqués sont relativement élevés (14,3 % en 2006 et 17 % en 2005 ; à quoi est-ce dû?). La spécialisation «Ressources humaines et communications» brouille la lisibilité globale de la spécialité. Une spécialité en retrait par rapport à une spécialité CCA traditionnelle. Pas d ancrage avec la Recherche. Recommandations : Proposer une spécialité «Audit et Contrôle» davantage en lien avec le secteur des services ou renforcer l ancrage vers la comptabilité. Renforcer la dimension comptable de la formation pour les étudiants attirés par la filière Expertise Comptable. Au niveau de la présentation des différents membres de l équipe, il aurait été intéressant de préciser les domaines de recherche de chacun d entre eux. Il conviendrait de préciser les modalités d évaluation du stage en M1 et M2 (y a-t-il une soutenance? comment est composé le jury?). Au niveau du devenir des étudiants, il faudrait fournir la liste des postes occupés, de même que celle des entreprises ayant recruté les diplômés. Innovation, design, luxe En collaboration avec ESIEE Management. Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Formation originale répondant aux besoins des entreprises. Une spécialité constituant une «marque» dans le secteur de l Innovation et du Luxe. 3

8 Forte participation des intervenants extérieurs (50 %). Co-habilitation et diversité des étudiants intégrant la deuxième année de Master. Environnement Recherche favorable. Diversité des étudiants constituant le M2. Possibilité de VAE. Professionnalisation assurée par le biais de l alternance. Points faibles : Les modalités d accès ne sont pas très claires (comment la sélection est-elle vraiment opérée?). Les modalités d évaluation du mémoire professionnel ne sont pas précisées. Idem avec la gestion du projet innovant (à quoi cela correspond t-il? qui se charge de l évaluer? Y a-t-il une présentation devant un jury? Si oui, quelle est sa composition?). Confidentialité de la spécialité. Potentiel Recherche inexploité en termes de parcours. Pas d ouverture Internationale. Recommandations : Il conviendrait de fournir la liste des postes occupés par les diplômés, ainsi que la ventilation entre CDD et CDI. Expliciter et développer les séminaires «recherche». Marketing et production des services Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Formation répondant aux besoins des entreprises. Taux de placement des étudiants très satisfaisant. La formation à la recherche est satisfaisante. Stabilité des effectifs. Une spécialité qui semple porter le Master. Professionnalisation également déclinée en formation continue. Spécialité pour laquelle l encadrement doctoral est le plus marqué (2 PU). Point faible : Le pourcentage de cours assurés par les professionnels est encore un peu faible (il doit y avoir, par ailleurs, une erreur dans les pourcentages donnés pages 35 et 36. Si 80 % des enseignements sont assurés par des enseignants de l établissement (page 35), il ne peut pas y en avoir 35 % assurés par les professionnels.). Recommandations : Fournir la liste des postes occupés par les diplômés. Comment les stages et le mémoire professionnel sont-ils évalués? Il conviendrait de présenter les champs de recherche des différents intervenants du diplôme. Expliciter et développer les séminaires «recherche». Management, Ingénierie des services et Technologies de l Information et de la Communication (MITIC) Appréciation (A+, A, B ou C) : A En partenariat avec ESIEE Management. Points forts : Formation répondant de manière pointue aux besoins des entreprises. Spécialité double compétence. Formation continue et part des professionnels dans la formation. 4

9 Alternance. Stabilité des effectifs constituant un noyau dur pour le Master. Points faibles : Peu de potentiel Recherche. Il manque un Professeur des Universités pour animer cette formation. La part des enseignements assurée par des enseignants de l établissement n est pas fournie. Recommandations : Il conviendrait de fournir la liste des postes occupés par les diplômés de même que celle des entreprises les ayant recrutés. Il conviendrait de préciser les modalités d évaluation du mémoire professionnel. Management, Ingénierie des services et Patrimoines Immobiliers (MIPI) Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Formation pointue de qualité répondant aux besoins des entreprises. Bonne sensibilisation à la recherche. Parcours en Formation Continue. Passerelle avec la Vae. Point faible : Potentiel de recherche limité. Recommandations : Préciser le mode d évaluation du mémoire professionnel. Préciser la liste des postes occupés par les diplômés. Commentaire et recommandations On peut suggérer de penser la spécialité «Audit et Contrôle» comme un parcours du type «Gestion et pilotage des entreprises de services» pouvant s intégrer dans les autres spécialités «services». Sinon renforcer l équipe pédagogique dans ce sens. 5

10 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Droit Economie Gestion Mention : Management des organisations sportives Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : C Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Les objectifs sont clairement définis pour la mention. Le secteur d activité associé à la mention «Management des organisations sportives» est bien délimité. Toutefois, les objectifs des deux spécialités sont redondants. Cette formation est complémentaire d une formation proposée par l Université Paris XII, plus orientée sur la communication dans le domaine sportif. L adossement à la recherche est lié à la participation des enseignants-chercheurs qui dispensent les cours dans les deux spécialités. Mais cet appui en termes de recherche est, a priori, inexistant en management. Les laboratoires rattachés traitent l un, de l analyse des pouvoirs, et l autre, de la mobilité des transports. Le responsable est maître de conférence en sciences et techniques des activités physiques et sportives, déconnecté des logiques managériales. Le parcours LMD est cohérent avec des liens entre le master «Management des organisations sportives» et le master «Management du tourisme» de l IFIS et le master «Cultures sportives» de l UFR Staps. Toutefois, la différenciation entre les deux spécialités «Management des Organisations Sportives et de Loisirs» (MOSL) et «Management des Organisations Sportives Territoriales» (MOST) de la mention n est pas claire au regard des UE dispensées. Malgré la richesse du contenu de l ensemble des UE, on peut remarquer qu une grande majorité des cours est assuré par des professionnels, il y a donc probablement un déficit recherche et peu de référence à des cadres théoriques. Les libellés sont intéressants. On peut se poser la question des contenus, sachant qu un PAST effectue 130 h de cours, dont l approche est très dispersée, que les cours de management sont donnés par un MCF de la 74ème section et le cours de droit par un ATER de la 74ème section. Tout cela est étonnant. Par ailleurs, il manque quelques cours fondamentaux du type marketing de la marque, économie du sport, économie des loisirs. L équipe pédagogique est réduite à huit enseignants-chercheurs de l université et trois autres enseignantschercheurs d autres universités, dont un seul enseignant en section 06, c est trop peu pour former au management. On note une large palette d intervenants d entreprises et des partenariats importants avec le monde de l entreprise. Les étudiants proviennent à 95 % de Marne-la-Vallée. Le flux d étudiants est en baisse. Points forts : Objectifs professionnels et débouchés. Positionnement de la mention. Intervenants professionnels. 2

11 Points faibles : Equipe pédagogique peu en adéquation avec les objectifs scientifiques. Equipe universitaire réduite. Différenciation peu claire entre les spécialités «MOSL» et «MOST». Intitulé «Management» galvaudé. Pas d adossement à la recherche en management. Problème de voir des enseignants faire des cours dans des matières qui ne correspondent en aucun cas à leur formation pédagogique et scientifique. Avis par spécialité Management des Organisations Sportives et de Loisirs (MOSL) Appréciation (A+, A, B ou C) : C Point fort : Diversité et richesse des intervenants professionnels. Points faibles : Différenciation peu claire avec la spécialité «MOST». Equipe universitaire réduite. Cours en très faible nombre, n existant qu au semestre 3 et où le secteur des loisirs n est absolument pas abordé. Recommandations : Revoir le positionnement avec la spécialité «MOST», en créant une seule spécialité et deux parcours, dans une autre mention existante de l Université de Marne-la-Vallée. S appuyer sur davantage d enseignants en section 06 notamment. Il aurait été préférable de distinguer l équipe pédagogique et les intervenants professionnels pour chaque spécialité afin de voir la spécificité de chacune des spécialités. Management des Organisations Sportives Territoriales (MOST) Appréciation (A+, A, B ou C) : C Points forts : Diversité et richesse des intervenants professionnels. Débouchés très intéressants pour les étudiants. Points faibles : Positionnement proche de la spécialité «MOSL». Faible place des cours optionnels et, a priori, quasi-inexistence de préparation aux concours de la fonction publique territoriale. Recommandations : Pour la cohérence de la mention, il faudrait repositionner les deux spécialités «MOSL» et «MOST», en créant une seule spécialité et deux parcours, et en insérant cette spécialité dans une autre mention de l Université de Marne-la-Vallée. Renforcer l équipe pédagogique d intervenants universitaires. 3

12 Commentaire et recommandations Renforcer l équipe pédagogique et l adossement à la recherche avec des enseignants-chercheurs, notamment de section 06. Il est difficile d avoir une mention avec un intitulé «Management» et si peu d enseignants en section 06. Renforcer la différenciation entre les deux spécialités, ou bien, il paraît plus pertinent pour la cohérence des parcours de faire une seule spécialité avec deux parcours différents. Plus globalement, il serait judicieux de supprimer cette mention et de créer une spécialité «Management des Organisations Sportives» pour l insérer par exemple, dans la mention «Management et Ingénierie Economique» de l Université de Marne-la-Vallée. Cela permettrait à la fois, de clarifier l offre pour les étudiants et d organiser le master dans une mention fortement liée au management avec des enseignants de section 06. 4

13 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Management des Organisations Sanitaires et Sociales Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Au sein du PRES Paris-Est, la formation proposée constitue un point d appui pour le développement d un pôle protection sociale et santé. Les métiers sont bien décrits mais il y a peu d informations chiffrées. La formation étant essentiellement en formation continue, les débouchés sont tout trouvés. Bien située au sein du PRES Paris Est, il serait souhaitable de la rapprocher peut-être d un CHU, mais aussi et surtout de gestionnaires. En effet, cette mention est adossée sur différentes équipes de recherche, mais où la place faite à la gestion est quasiment inexistante. Par ailleurs, la mention est dirigée par un MCF de la 71ème section ; or, la communication ne fait pas spécialement partie des Sciences de gestion. Enfin, si les libellés des cours sont plutôt intéressants, là encore, le management n est pas pris en charge par des universitaires de ce domaine. Beaucoup de professionnels interviennent. La mention se situe dans le prolongement de licences professionnelles, ce qui mériterait d être justifié, et on note l existence d un diplôme d Université Management d unités fonctionnelles dans les services de santé. Il y a quelques efforts de coopération avec des structures étrangères (espagnoles, anglaises, canadiennes) mais l ouverture reste faible (ceci dit, en matière de santé, les structures nationales prévalent). On note dix mois de stage répartis sur les deux années de formation, et des partenariats actifs avec le monde professionnel dans les trois spécialités. Actuellement, il y a plus de 80 étudiants en Master 2 pour les trois spécialités existantes. A priori, les flux sont surtout en formation continue, plutôt faibles concernant les étudiants en formation initiale. Une maquette de synthèse aurait été la bienvenue. Points forts : Partenariats et qualité des intervenants professionnels. Au cours de ce quadriennal, l Université souhaite créer au moins quatre chaires d entreprise (Véolia, La Poste, partenaires de l économie sociale et solidaire, INA). Stages en entreprise. 2

14 Points faibles : Pas de partenariat avec un CHU (en particulier celui de Créteil) et il n est pas précisé s il y a effectivement des médecins en M2 FC et, si oui, combien. Passage en M2 dès lors que 70 % des ECTS sont obtenues en M1. Très faible adossement à la recherche, voire absence de recherche (aucun professeur des universités). Une équipe universitaire réduite et très peu de gestionnaires. Avis par spécialité Management des Etablissements, Services et Organisations de Santé (MESOS) Appréciation (A+, A, B ou C) : B Cette spécialité est le prolongement de la spécialité «Ingénierie des Organisations de Protection Sociale, de Santé et d Action Sociale» (IOPSSAS) de la mention «Ingénierie des Services» (habilitée en 2006) et, auparavant, DESS «Ingénierie des réseaux de santé» habilité depuis juillet Cette spécialité est organisée en deux parcours : «Etablissements et Services de Santé» (ESS) et «Nouvelles Organisations et Réseaux de Santé» (NORS). Points forts : Qualité des contenus. Stage de quatre mois en M1, de six mois en alternance en M2. Utilisation des équipements spécifiques de l IFIS dans ses nouveaux locaux du Val d Europe et de la plateforme du campus numérique de l Université. Comme pour la mention, bons partenariats professionnels et un dispositif de stages structuré. Points faibles : Volume horaire de «Gestion des Ressources Humaines» faible : 20 h. Aucun MCF HDR ou Professeur des Universités. Recherche extrêmement faible. Recommandations : Fusion des deux parcours (20 étudiants en tout en M2). Réaménager le dossier. Ingénierie de la Protection Sociale (IPS) Appréciation (A+, A, B ou C) : B Positionnement porteur mais sans passerelle ou «fertilisation» scientifique. Points forts : Partenariats. Réponse à une demande bien ciblée. Stages. Points faibles : Aucun vrai volet recherche : un seul chercheur HDR. Aucun professeur si ce n est la présence très ponctuelle (quelques heures) de Claude Le Pen comme «caution scientifique». Equipe pédagogique universitaire. 3

15 Recommandation : Eventuelle intégration du parcours «NORS» de la spécialité «MESOS». Management de l'insertion par l'economie Sociale et Solidaire (MIESS) Appréciation (A+, A, B ou C) : B Cette spécialité correspond à l ex DESS «Gestion des entreprises d insertion» créé en Professionnalisant mais en décalage scientifique. Points forts : Positionnement singulier. Formation très professionnalisée, avec une ancienneté qui renforce l expérience. Points faibles : Ouverture à l international. Peu de recherche sur un domaine scientifique en fort développement (entrepreneuriat, dynamiques territoriales, formation). L équipe pédagogique universitaire, notamment en Sciences de gestion. Commentaire et recommandations Fusion des parcours «ESS» et «NORS» de la spécialité «MESOS» dans la mesure où les effectifs en FC sont faibles et que les effectifs en FI sont moins nombreux que dans les deux autres spécialités. Les étudiants du parcours «NORS», désireux de faire plus de «social» pourraient aussi «se rabattre» sur la spécialité «IPS». Ce Master, issu de deux DESS, n a pas su évoluer vers la recherche. Son positionnement opérationnel est intéressant, en particulier au regard de partenariats professionnels mais correspond clairement à celui d un IUP. Sans le recrutement d un Professeur des universités titulaire, en poste à l Université de Marnela-Vallée, il paraît difficile d envisager un grade de master, la recherche étant sous-développée voire inexistante. 4

16 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Droit Economie Gestion Mention : Management du tourisme Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Les débouchés semblent réels et l excellent niveau des diplômés en langues étrangères est un atout (rappelons que la maîtrise de l anglais est exigée à l entrée du master). On peut toutefois s interroger sur le niveau en économie et gestion à ce même stade. Les relations internationales semblent très bonnes, on note la délivrance d un double master avec des universités étrangères. La mention est dirigée par un MCF HC Section 05. L équipe pédagogique est faible : la proportion de Past et de Prag est élevée, et il manque de PR, de MCF et d enseignants-chercheurs de section 06. L adossement à la recherche en Management est très faible et la formation à la recherche est faible. En M2, la part de tronc commun devrait être réduite afin de renforcer les aspects spécifiques des spécialités. De plus, les enseignements de management et de marketing relationnel sont à renforcer dans les spécialités du M2. Des partenariats avec des entreprises plus orientées vers le management sont à développer. Les flux sont corrects, la mention a une bonne attractivité, et l insertion est bonne d après les données communiquées. Points forts : Très bonne ouverture internationale, avec délivrance d un double master avec des universités étrangères. Les débouchés semblent réels et l excellent niveau des diplômés en langues étrangères est un atout évident. Points faibles : Faiblesse de l équipe pédagogique. Faible adossement à la recherche. 2

17 Avis par spécialité Tourisme d Affaires, Congrès et Evènementiel (TACE) Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Bonne ouverture internationale. Débouchés réels. Points faibles : Insuffisance des enseignements spécifiques à l intitulé de la spécialité. Faible adossement à la recherche. Recommandation : La part de tronc commun devrait être réduite afin de renforcer les aspects spécifiques à cette spécialité en termes de management, communication, vente et marketing. Tourisme et Hôtellerie Haut de Gamme (T2HG) Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Bonne ouverture internationale. Débouchés réels. Excellent niveau des diplômés en langues étrangères. Points faibles : Insuffisance des enseignements spécifiques à l intitulé de la spécialité. Faible adossement à la recherche. Recommandation : La part de tronc commun devrait être réduite afin de renforcer les aspects spécifiques à cette spécialité en termes de communication, de psycho-sociologie des clientèles du tourisme et de l hôtellerie haut de gamme, marketing relationnel. Commentaire et recommandations Ce master est le résultat de la fusion assez réussie de certains éléments de l IUP et du DESS en management du tourisme d affaires. La maîtrise de l anglais est exigée à l entrée de ce master et de nombreux enseignements sont dispensés dans cette langue, ce qui est un réel atout pour les diplômés. En M2, la part de tronc commun devrait être réduite afin de renforcer les aspects spécifiques à chacune des spécialités. Ces aspects correspondent souvent aux dimensions managériales, commerciales et marketing qu il conviendrait de renforcer. Dans cette même perspective, l équipe pédagogique devrait aussi être renforcée par la présence d enseignants-chercheurs de la section 06 (sciences de gestion). De même, l adossement à la recherche de ce master en «Management du Tourisme» devrait être renforcé par le développement de liens et de partenariats orientés vers des laboratoires et équipes de recherche en management. 3

18 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Cultures et métiers du web Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : C Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Né de l éclatement de plusieurs spécialités du master AIGEME, ce projet de master adopte un positionnement original : former des étudiants généralistes en sciences humaines et sociales, à des métiers du web alliant compétences techniques, capacité de conception et capacité d analyse et management de projets multimédia. Il ambitionne également de réussir la transition entre un recrutement effectué auparavant en licences professionnelles des filières en informatique vers les filières généralistes précitées. Sur l ensemble du document et à travers la fiche RNCP, on identifie clairement les objectifs professionnels de cette mention (et spécialité) qui vise à former des cadres en charge de piloter des projets web ou multimédia, maîtrisant à la fois, la dimension technique, culturelle et managériale du métier. La mention «Cultures et métiers du Web» cherche audacieusement à trouver sa place parmi des formations bien implantées aux débouchés relativement similaires (cadres amenés à piloter des projets TIC et notamment multimédia), mais recrutant des profils différents : scientifiques (école d ingénieur IMAC) ou gestion (master MITIC). Une telle concurrence, plus technicienne, risque de nuire au bon placement des futurs diplômés. Les informations fournies dans le dossier concernant l insertion professionnelle sont quelque peu contradictoires. Dans un premier temps, il est indiqué que «neuf étudiants sur dix trouvent un emploi immédiatement au sortir de leur formation». Puis, il est indiqué que l Observatoire des Formations et des Insertions Professionnelles, Evaluations (OFIPE) «montre, pour les deux spécialités du master AIGEME, une insertion professionnelle qui, bien que satisfaisante, reste perfectible». Le taux de réussite était relativement faible (68% en ). Ceci est expliqué dans le dossier par «un hiatus entre les attentes des étudiants issus de filières SHS ou littéraire et le contenu de la formation» (trop informatique). Cela laisse à entendre que les mêmes soucis sont à redouter pour ce nouveau master qui semble trop informatique pour des étudiants avec une formation de base en sciences humaines. La formation a la particularité de fonctionner en alternance entre cours et stage tout au long de l année académique et sur les deux années du master, ce qui renforce son lien permanent avec le milieu professionnel, même si l alternance dès le 1er semestre de master paraît prématurée (semestre 1 : étudiants pas encore formés ni spécialisés). Il aurait été souhaitable de préciser davantage les missions et lieux de stage visés, en M1 et en M2. Une nouvelle équipe pédagogique est en place depuis mai 2008 et tente de faire évoluer la formation vers un public ciblé. Renouvelée, cette équipe enseignante s appuie davantage sur la recherche. Le changement est donc en cours et ne peut être redevable d'un bilan. Un adossement à la recherche, fondé sur trois laboratoires locaux, est affirmé. Mais le lien entre leurs thèmes de recherche et les contenus de la formation semble très limité et interroge sur la solidité de l'adossement. Ainsi, il apparaît un grand éloignement entre la thématique de recherche (Pouvoir et territoires ; Pouvoir, savoir, discours ; Cultures sportives) du laboratoire «Analyse Comparée des Pouvoirs» et les compétences disciplinaires d un spécialiste dans la «Production des contenus Web et multimédia». Difficile également de valoriser comme adossement à ce master, un laboratoire «Littérature savoirs et arts», dont un seul membre intervient qui plus est dans une matière optionnelle («Histoire de l art») en première année du master. 2

19 La formation à la recherche est pleinement intégrée dans la formation, en M1 et M2, à travers des cours méthodologiques et des séminaires animés par des chercheurs titulaires. La soutenance de mémoire en M1 se transforme en projet hypermédia en M2, ce qui interroge : quelle pertinence sur le plan scientifique? Comment le valoriser si une poursuite en doctorat est envisagée par l étudiant? Comment faire converger sur un même projet concret, différentes recherches venant de disciplines diverses? Points forts : Efforts pour développer la formation à la recherche dans une formation à visée professionnelle. Alternance entre cours et stage en entreprise renforçant les liens avec le milieu professionnel. Enseignements disponibles en formation à distance. Points faibles : Insertion professionnelle pas évaluée sur les deux dernières promotions. Pas de mémoire soutenu en M2, ce qui peut pénaliser la poursuite éventuelle d études en doctorat. Orientation très informatique de la formation qui ne laisse sans doute pas toute sa place aux usages et aux enjeux socio-économiques du multimédias. Présenter une nouvelle mention («Cultures et métiers du Web») qui ne se retrouve pas parmi les dénominations nationales n est pas justifié pour la spécialité «Production des contenus Web et multimédia». Les objectifs scientifiques et pédagogiques ambitieux annoncés sont irréalistes par rapport à une partie du public visé. C est irréaliste de penser qu après ce master, qui n exige «aucun pré-requis en informatique», un étudiant avec une licence en sciences humaines (histoire, géographie, sociologie, lettres modernes, philosophie, langues, ) peut prétendre devenir «expert en technologie Internet et multimédia». La production scientifique du responsable de la mention, MCF en «Histoire contemporaine», n a aucun lien avec le contenu disciplinaire du master. Il faut noter de plus, la forte présence de profils d enseignants en histoire et géographie en M1 ce qui est surprenant pour un tel diplôme. Utiliser le mémoire de recherche (projet individuel en première année) comme support à un projet de réécriture hypermédia (projet collectif en deuxième année) semble incompatible, car les objectifs des deux projets sont très différents. Il n y a aucune UE concernant les fondements du multimédia (numérisation, standards et normes, compression, indexation et structuration du contenu (MPEG-7, MPEG-21, XML, RDF )) Il n y a pas non plus d UE fournissant des savoirs de base en réseaux informatiques (architectures, protocoles, services, réseaux haut débit, réseaux sans-fil, sécurité, ). Avis par spécialité Production des contenus web et multimédia Ce master ne possède qu une spécialité identifiée à la mention. 3

20 Commentaire et recommandations Diminuer la part accordée aux enseignements informatiques, parfois trop pointus pour le public et les métiers visés. Et dans ce cas, renforcer les enseignements liés aux métiers et stratégies d entreprises sur Internet. Développer la connaissance des stratégies éditoriales (contenus) multimédias et de façon générale lister de façon plus exhaustive les apprentissages fondamentaux du multimédia. Intégrer des enseignants-chercheurs en information-communication dans l équipe pédagogique. Renforcer les liens avec les activités de recherche des laboratoires de rattachement. Préciser la nature du partenariat avec l INA. Revoir l'argumentaire à destination du public étudiant non spécialiste pour éviter des désillusions. Revoir aussi la pédagogie, en l'adaptant aux spécificités de ces étudiants et en fixant des objectifs plus réalistes. Une spécialité «Production des contenus Web et multimédia» qui s adresse aux étudiants issus de filières Sciences humaines et sociales ou littéraire, demande une réflexion plus poussée sur les connaissances de base indispensables pour un tel master, qui devront se retrouver dans la maquette. Rendre le dossier plus cohérent, en éliminant les informations contradictoires, comme les crédits ECTS de certaines UE qui changent d'un tableau à l'autre. 4

21 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Génie des systèmes industriels Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Le master «Génie des systèmes industriels» (GSI) composée d une seule spécialité, est l'un des deux masters de ce type de l'académie de Créteil, au sein du PRES Université Paris-Est. Le master «GSI» de l université Paris 12 est à dominante «Maintenance», celui de l université de Marne-la-Vallée à dominante «Etude des produits et de leur technologie de production». Le contexte académique de Créteil montre un vrai déficit de formation technologique à bac+5 par rapport au nombre élevé de bacheliers technologiques formés, alors que l'environnement industriel est avéré. Cette formation a fait ses preuves dans le domaine, et conduit à un diplôme bien valorisé dans l'industrie. Elle s'inscrit dans un contexte logique à l'université de Marne-la-Vallée. L'objectif pédagogique du master «GSI» est de former des cadres supérieurs dans les domaines de la production et de la conception de systèmes industriels dans un contexte d ingénierie simultanée. Il est clairement bâti sur un IUP qui a «glissé» la formation sur L3, M1 et M2. Il ne comporte qu'une seule spécialité professionnalisante. Un très fort appui sur les stages et l'implication du monde industriel est mis en avant. L'objectif professionnalisant est bien affirmé et l'appui sur l'environnement industriel est bien étayé. Les objectifs professionnels et débouchés se situent au niveau Ingénieur dans l'industrie mécanique. Les fonctions occupées sont clairement définies au niveau Ingénieur d'étude, Chef de projet, Ingénieur méthodes, qualité ou maintenance. Les débouchés semblent convaincants vu les bilans du devenir des étudiants. On note un taux de chômage nul à dix-huit mois, un temps d accès à l emploi d environ trois mois avec un taux de CDI de l ordre de 90 % pour la promotion 2005/06. Tous ces chiffres constituent des indicateurs nets de réussite. Trente-cinq étudiants sont attendus en M1, ce qui paraît optimiste si on compare à la moyenne (fluctuante) de vingt-cinq étudiants depuis Il est annoncé trente étudiants pour le M2, ce qui paraît très optimiste si on compare aux dix-neuf et seize étudiants constatés en 2007 et Le dossier ne fournit pas d'explications pour ces variations de flux. Les modalités de recrutement sont correctes, mais on note un manque d'ouverture en entrée du M1 et du M2. Cette formation a très peu d'adossement à la recherche, en particulier dû à l'absence de spécialité ou d'ue à caractère «recherche». Le laboratoire MSME (FRE habilitée au 1 er janvier 2008) fournit seulement quatre enseignants sur l'ensemble de l'équipe pédagogique (avec un seul professeur d'université locale). L'ouverture à l'international n'est pas développée dans le projet. Points forts : Une formation de profil «ingénieurs de conception de produits et de systèmes» avec des compétences en production, bien en phase avec le contexte socioéconomique. Un caractère professionnalisant affirmé, par les stages nombreux, l'implication forte d'enseignants industriels, la présence d'un conseil de perfectionnement. Une formation labellisée de type IUP bien insérée dans le LMD. 2

22 La très bonne insertion, prouvée par enquête, des étudiants dans le monde du travail. Un parcours cohérent du L3 au M2, même si il existe peu d'entrées ou de sorties au cours de ces trois ans. Une équipe enseignante compétente du point de vue technologique. Une formation nécessaire vu la faible couverture en formations technologiques de ce niveau dans l'académie, comparé aux nombre de bacheliers technologiques de cette académie. Points faibles : Une mention de master de taille très réduite : une seule spécialité professionnalisante, environ quarante étudiants sur l'ensemble M1-M2. Les inconvénients dus à cette faible taille rendent difficile la mutualisation des enseignements avec d'autres spécialités ainsi qu une absence de contexte recherche, faute entre autres, de spécialité ou d'ue recherche. Un manque important d'enseignants MCF et surtout Pr. lesquels pourraient faire profiter de leurs compétences acquises en recherche. Le faible adossement au laboratoire MSME. L absence de projet de développement des relations internationales, en particulier il n'est pas fait mention de possibilité de suivre une des deux années à l'étranger pour les étudiants français dans le cadre de programmes tel qu ERASMUS. Le volume horaire est assez faible (en tout, 373 heures en M1 et 242 heures en M2). On constate également certains manques dans les contenus d'ue, comme par exemple l absence d enseignement en gestion de production et très peu en production ; ce qui est un peu en contradiction avec un des points de l'objectif professionnel affiché. Avis par spécialité Ingénierie de la production et de la conception de produit L avis concernant la spécialité est identique à celui de la mention. Commentaires et recommandations Il paraît important de renforcer les points suivants : Mieux valoriser les aspects «recherche», peut-être en adossant la spécialité à une mention de master plus large comportant des spécialités «recherche». Cela permettrait de proposer des parcours «recherche» aux étudiants. Faire assurer une part plus significative d'enseignements par les enseignants-chercheurs de MSME. Plus particulièrement, il serait souhaitable d'impliquer davantage de chercheurs orientés «Conception» dans l'équipe. Proposer des possibilités de cursus à l'étranger pour les étudiants du master. Rééquilibrer les volumes d'ue et leurs crédits ECTS (à titre d exemple, pour un stage qui peut durer au maximum 21 semaines en M1 et au minimum le même temps en M2, les crédits passent de 15 à 30! En M2, 9 crédits sont attribués pour 36 heures d enseignement (UE 1S3) puis, 6 crédits seulement pour 60 heures (UE 3S3) ). Envisager la possibilité de mutualisation d'ue avec la formation «Ingénieur 2000» (formation en alternance), filière «Génie mécanique», qui dispense des enseignements dans le même domaine. Cette mise en commun devrait être possible malgré le régime alternant des étudiants «Ingénieur 2000». Une part plus importante pourrait être attribuée aux options et permettre ainsi une introduction des thèmes organisation/gestion industrielle. Une autre piste est évidemment le rapprochement avec le master proche proposé par une autre université du PRES. 3

23 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-La-Vallée Demande n S Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : STAPS Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) La proposition de ce master, portée par l UFR STAPS de l université de Paris-Est Marne-la-Vallée (en partenariat avec l université Paris 12 Val-de-Marne), est organisée autour d une seule spécialité, «Cultures sportives». La mention offre à la fois, une sortie recherche et à une sortie professionnelle. L objectif de formation est de «préparer par la maîtrise de connaissances de pointe et par le développement d une démarche de recherche critique et la connaissance des contextes de pratique, à la recherche dans le domaine des sciences sociales (histoire, sociologie, sciences de l éducation) et à l enseignement». Fondée sur un tronc commun en M1, l offre de formation se différencie en M2 en proposant trois parcours : un parcours recherche «Sciences Sociales et Sport» (PR3S) et deux parcours professionnels, «Enseignement de l EPS dans le secondaire» (PEES) et «Enseignement primaire» (PEP). L organisation pédagogique (mutualisations inter parcours et inter mentions) et l appui scientifique d un laboratoire pluridisciplinaire rend compte de la bonne implantation académique du projet. La mention regroupe les forces locales impliquées en sciences sociales appliquées au sport. Pour autant, le dossier est perfectible sur le plan de la lisibilité et de l adossement formation à la recherche. Il serait en effet souhaitable de positionner plus clairement la dimension professionnalisante de la mention, de préciser la formation à la recherche et d envisager d étendre les appuis scientifiques à d autres laboratoires institutionnellement reconnus. Points forts : L organisation pédagogique est opérante. Elle est cohérente avec des objectifs scientifiques et pédagogiques clairement définis (orientés pour l essentiel vers l enseignement et la recherche). L architecture en Y définit un tronc commun en M1 (avec système optionnel en semestre 2 préfigurant le M2) et 3 parcours (recherche, enseignement primaire, enseignement secondaire) en M2. La mutualisation de la formation STAPS avec les enseignements d histoire donne du corps à la formation et assoit la cohérence du système optionnel. Le croisement STAPS Sciences Sociales, favorisé par l adossement au laboratoire EA 3350, est bien étayé. Les contenus proposés offrent ainsi de nombreuses possibilités d individualisation des parcours en mettant en œuvre des mutualisations multiples. La mention s inscrit de manière pertinente dans la cohérence des parcours LMD. La spécialité se positionne en effet à la fois comme un prolongement de la Licence STAPS (elle est également en cohérence avec d autres parcours Licence SHS) et à la fois comme une étape nécessaire vers une poursuite potentielle en doctorat (pour le parcours «Recherche en sciences sociales et sport»). Points faibles : La composition de l équipe pédagogique semble en décalage avec une offre de formation qui affiche clairement une dominante recherche dans ses enseignements. L équipe enseignante de l établissement est ainsi constituée de 11 PRAG et de 6 enseignants-chercheurs. Présentant globalement la même répartition, l équipe des enseignants provenant d autres établissements rassemble 6 PRAG et 3 enseignants-chercheurs. 2

24 L aspect professionnalisant de la formation en direction de la sphère privée apparaît peu significatif. La revendication d une formation qui se veut en partie professionnalisante vers les entreprises ne se concrétise ni dans les enseignements proposés, ni dans la composition de l équipe pédagogique (intervenants professionnels). La formation à la recherche, présentée comme un point fort de la mention par les porteurs du projet, n est pas assez présente dans les contenus. Elle n est qu une option aux semestres 3 et 4. Par ailleurs, il n est pas clairement indiqué dans le dossier comment «les étudiants sont étroitement intégrés au travail de l équipe durant leur stage» (e. g. séminaires, travaux de recherche en cours, ). Enfin, la construction de la recherche et l originalité de l approche en Sciences Sociales, pour la filière recherche ne sont pas bien traduites à travers les propositions de formation. Compte tenu des liens établis avec un laboratoire d Histoire (Politique), cela pourrait être précisé dans le dossier. L adossement à la recherche reste perfectible. Une seule équipe de recherche constitue l appui scientifique de la mention. Par ailleurs, cette équipe pluridisciplinaire (composée d historiens, de géographes, et d historiens et sociologues du sport) comprend peu de chercheurs en sport et apparaît un peu hétérogène sur le plan de la production scientifique (un PU en STAPS associé à 2 MCF publiants, les autres sont non publiants, un PU historien associé à un MCF historien ; des chercheurs externes en appui à Paris 12 et Paris 10). L ouverture internationale est à développer. Le dossier mentionne uniquement «la participation aux programmes d échanges internationaux». Avis par spécialité Cultures sportives Ce master ne possède qu une spécialité identifiée à la mention. 3

25 Commentaire et recommandations Cette proposition de master est adossée à l Université de Marne-la Vallée. Une partie des enseignements est mutualisée avec le département histoire de cette même université. La mention est annoncée, comme étant «la seule du PRES Paris-Est à offrir une spécialisation sportive dans le domaine des sciences sociales». On peut néanmoins s interroger sur le manque de collaboration/mutualisation au sein des masters STAPS du PRES. N eût-il pas été cohérent de mutualiser un certain nombre d enseignements sous forme d un tronc commun introductif aux autres mentions ouvertes sur le PRES (Management et didactique)? La revendication d une formation professionnelle n est pas fondée en-dehors d une professionnalisation vers les métiers de l enseignement qui est visible, tant à travers les contenus d enseignements qu à travers les compétences des professionnels annoncés comme intervenants dans ce master. Les résultats des promotions antérieures sont satisfaisants néanmoins, le dossier ne fait pas apparaître de suivi de cohorte et les 5 exemples fournis, confortent l idée que ce master prépare aux formations d enseignant. Les contenus de formation sont cohérents, si on extrait la dénomination «professionnalisante vers les entreprises». Ce master résolument recherche souffre à la fois d un adossement à une seule équipe d accueil, même si celle-ci s avère pluridisciplinaire par sa composition essentiellement 22 ème et 74 ème sections et à la fois du manque d enseignantschercheurs composant l équipe pédagogique. Afin d améliorer la lisibilité de l ensemble et de renforcer l adossement à la recherche, il serait par conséquent souhaitable : De préciser l affichage général de la formation. Il semble nécessaire : (1) soit d afficher plus clairement le cursus recherche/métiers de la formation ; (2) soit de mieux structurer la partie «professionnalisante vers les entreprises» en renforçant l intervention de professionnels du secteur. De préciser la formation à la recherche (participations aux séminaires, aux lignes de recherche, liens avec les écoles doctorales ). D étendre la liste des unités de recherche pouvant servir d appui scientifique à la spécialité (ouverture en direction du PRES Paris-Est, ouverture en direction de l ensemble des composantes STAPS de la région Parisienne). De renforcer l ouverture internationale de la mention (e. g. collaborations européennes dans le cadre des réseaux en sciences du sport). 4

26 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Mécanique et génie civil Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : A Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Ce master se compose de quatre spécialités : «Ingénierie de projet en génie civil» (IP). «Mécanique des matériaux et des structures» (MMS). «Mécanique des sols, des roches et des ouvrages dans leur environnement» (MSROE). «Sciences des matériaux pour la construction durable» (SMCD). L ensemble de cette mention est co-habilité avec l Ecole Nationale Supérieure des Ponts et Chaussées, avec l Ecole Centrale de Paris pour la spécialité «MSROE» et avec l Ecole Polytechnique pour la spécialité «SMCD». L ensemble de la mention vise à donner un socle général de connaissances en mécanique, plus spécialement dans le domaine des applications du génie civil. Les débouchés sont orientés vers des carrières d ingénieurs dans le domaine du génie civil ou vers la recherche tant dans le domaine industriel que dans le domaine académique. Le bilan du fonctionnement de cette mention au cours du dernier contrat quadriennal fait bien apparaître ces débouchés. La formation est adossée à de très bons laboratoires reconnus, l ouverture internationale existe par l accueil de nombreux étudiants étrangers, le dossier signale un série de conventions avec des établissements étrangers, mais sans en faire ressortir des conséquences visibles. Les flux d étudiants sont corrects en M1 et en M2 professionnel, un peu plus inégaux en M2 «recherche», ce qui pose la question de la pérennité de trois filières indépendantes sur des thématiques assez voisines. Points forts : De bonnes formations appuyées sur un environnement scientifique de qualité. Les très bons débouchés pour la spécialité professionnelle. Points faibles : Il n y a pas suffisamment d étudiants français ou européens dans la formation. La difficulté de démarrage pour la spécialité «recherche» la plus récente. Les trois spécialités «recherche» sont trop cloisonnées. 2

27 Avis par spécialité Ingénierie de projet en génie civil Appréciation (A+, A, B ou C) : A Cette spécialité est à caractère professionnel. Elle a pour objectif de transmettre aux étudiants les connaissances nécessaires pour aborder et résoudre l ensemble des problèmes posés par la réalisation, l exploitation et la maintenance des ouvrages de génie civil. Les débouchés sont bons ainsi que les taux de réussite. Points forts : Une formation très pertinente. De très bons débouchés. Une très forte sélection à l entrée. Le très bon taux de réussite. Point faible : Le manque d enseignants professionnels en M1. Recommandation : Veiller à renforcer la présence d enseignants issus du monde professionnel. Mécanique des matériaux et des structures Appréciation (A+, A, B ou C) : A Cette spécialité est à caractère «recherche». L objectif principal est de former des étudiants de manière théorique et pratique en matière de modélisation et de simulation numérique en mécanique des solides et mécanique des structures et en mécanique et physique des matériaux hétérogènes. Points forts : Un enseignement de qualité reposant sur une équipe pédagogique solide. Des flux d étudiants raisonnables. Deux parcours bien définis : «Génie mécanique» et «Génie civil». Points faibles : Une formation très tubulaire. Les deux parcours n ont pas le même volume horaire. Le suivi des étudiants est moyen. Recommandations : Améliorer le suivi des étudiants. Entamer une démarche d harmonisation avec les autres spécialités. Veiller à rendre plus attractif la spécialité pour des étudiants français ou européens. Mécanique des sols, des roches et des ouvrages dans leur environnement Appréciation (A+, A, B ou C) : A Cette spécialité est à caractère recherche. Les objectifs sont de fournir des formations théoriques et pratiques dans les principaux domaines de la mécanique des sols et des roches, appliquée au génie civil et à l environnement. Elle concerne particulièrement la géologie et la reconnaissance des milieux naturels ainsi que la caractérisation mécanique et hydraulique des massifs de sols et de roches. 3

28 Points forts : Des flux d étudiants raisonnables. Une solide formation en mécanique des sols et des roches. Point faible : Une spécialité très tubulaire. Recommandations : Entamer une démarche d harmonisation avec les autres spécialités. Veiller à rendre plus attractif la spécialité pour des étudiants français ou européens. Sciences des matériaux pour la construction durable Appréciation (A+, A, B ou C) : B Cette spécialité est à vocation «recherche». Elle vise à donner les bases scientifiques nécessaires à l approche interdisciplinaire, multi-échelle, multi-physique et expérimentale des matériaux de construction. Point fort : Une équipe pédagogique qui repose sur quelques très bons scientifiques. Points faibles : Une formation qui n a aucune option. Des flux d étudiants faibles et non stabilisés. Une formation qui présente un profil vraiment pointu. Recommandation : Cette spécialité, qui présente un profil assez pointu, devrait se rapprocher des autres spécialités «recherche» de la mention. Commentaires et recommandations Entamer une réflexion dans le but de décloisonner les trois spécialités à vocation «recherche». Augmenter l attractivité des spécialités «recherche» pour les étudiants français et européens. Mieux préciser la politique des relations internationales au niveau de la mention. 4

29 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Informatique Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Le master «Informatique» de l Université de Marne-la-Vallée est une formation ayant des volets à la fois professionnel et «recherche». Il couvre des grands domaines de l'informatique : les réseaux, l'informatique graphique, Internet, les fondements de l'informatique (langages naturels et de programmation, complexité/combinatoire, théorie de l'information...). La cohérence de la formation est assurée par trois spécialités bien marquées : «Sciences et ingénierie informatique» (SII). «Signal, image, système» (SIS). «Systèmes d'information et applications Web» (SIAW). Ce master est riche quant à son contenu et bien charpenté quant à ses UE et ses spécialités/parcours. Son adossement aux forces en présence (équipe pédagogique, UMR ) est bon. Les trois spécialités sont bien identifiées pour des spécialistes et identifiables pour les étudiants en termes de champs disciplinaires de l'informatique. Ces champs sont aujourd'hui porteurs tant en termes de besoins en recherche que d'attentes du monde industriel en personnel hautement qualifié. La complémentarité avec des formations environnantes semble avoir été considérée et la collaboration avec d'autres établissements d'enseignements supérieurs est pertinente dans le projet. Le marché de l'emploi en informatique dans la région parisienne en particulier garantit quoi qu'il en soit la pertinence et la validité du projet proposé. En termes de processus d'orientation et de cheminement de formation pour les étudiants, il est fondamentalement caractérisé par une «pré-spécialisation» de l'étudiant dès le semestre n 2 par le choix de deux spécialités majeures et une mineure parmi cinq. Le choix définitif s'effectue, de prime abord, en entrée du semestre n 3. Le semestre n 1 est en tronc commun. Ce semestre inclut des UE pas toujours bien justifiées quant au socle de connaissances à acquérir. La «pré-spécialisation» de l'étudiant qui s'opère au semestre n 2 pourrait gagner en flexibilité. Le déséquilibre qui existe au détriment de la filière «SIAW» est difficile à comprendre. Le semestre n 3 est formé de spécialités et parcours séparés, avec mutualisations. On a donc une bonne orientation progressive, mais de trop nombreux parcours/ue, compte tenu des flux d étudiants attendus. Il y a des stages de M1 et de M2 (mais pas d indication des entreprises, ni des modalités de suivi et d évaluation). Il n y a pas de projets d étudiants au cours du cursus. On note des interventions de professionnels dans la formation, mais parfois modestes, ou peu précisées. Il n y a pas de dispositif d aide à l insertion professionnelle, et la connaissance de l entreprise (gestion ) n est pas mentionnée. Les flux constatés d étudiants (en baisse régulière, 33 sortants en 2008) semblent ne concerner que la spécialité «SII». Le flux attendu global de 75 étudiants n est pas justifié et n est pas non plus précisé pour les neuf parcours. Il n y a pas d informations concernant les étudiants des écoles co-habilitées. Le suivi de l insertion professionnelle semble très insuffisant, et le dossier montre même des incohérences entre les inscrits et les «maigres» données d insertion. 2

30 Points forts : Le bon adossement global à un laboratoire de recherche réputé. Les débouchés potentiels sont nombreux mais mal ou partiellement explicités. Les contenus sont adéquats et de très bon niveau. Les stages longs en M1 et en M2. Points faibles : La structure et l organisation sont complexes. De très nombreuses UE en M2, compte tenu des flux. Les heures de TP sont quasi inexistantes. Les effectifs prévus semblent surévalués, compte tenu des effectifs actuels. L équipe pédagogique et le responsable sont principalement «MCF» et non HDR, semble-t-il! Les trois spécialités apparaissent comme disjointes et juxtaposées. Les parcours «recherche» et professionnels apparaissent parfois comme trop disjoints. Avis par spécialité Signal, image, système Appréciation (A+, A, B ou C) : B Globalement, cette spécialité est consistante et solide mais elle aurait dû être mieux justifiée. L'équipe pédagogique dépend de personnes extérieures de qualité ; ce qui l'affaiblit au niveau local. Elle fait aussi peu appel au milieu professionnel. Points forts : La qualité des contenus. L équipe pédagogique de qualité. Points faibles : Les débouchés sont peu explicites, pour l orientation professionnelle comme pour l orientation «recherche». Les flux d étudiants. Il n y a pas de professionnels. Recommandations : Justifier la création de cette nouvelle spécialité en termes de thématiques locales, de métiers et d emplois, de flux entrants et sortants. Cette spécialité s appuie fortement sur l ESIEE (et l ENPC) : préciser les modalités de cette cohabilitation (qui fait quoi? quel parcours suivent les élèves-ingénieurs? ). Établir des contacts avec les entreprises embauchant et accueillant les étudiants en stage ainsi que des profils «métier» plus pointus de manière à mieux informer les étudiants retenant la spécialité «SIS». Rendre professionnel le parcours «Signal, image et son». Supprimer la spécialisation au semestre n 3 entre les spécialités «SIS» et «ASI» ; mettre les deux UE de spécialisation en option. Systèmes d'information et applications Web Appréciation (A+, A, B ou C) : B Cette spécialité souffre d'un positionnement peu marqué dans les semestres n 1 et n 2. L'équipe pédagogique est un peu faible notamment quant à l'absence d'un professeur en local mais l'appel au milieu professionnel est tout à fait satisfaisant. L'orientation «recherche» est discutable sur cette spécialité. 3

31 Points forts : Le parcours professionnel est bien construit, avec des débouchés importants et en croissance. Les interventions de professionnels sont importantes. Points faibles : Les flux d étudiants ne sont pas justifiés. L équipe pédagogique. Recommandations : Justifier la création de cette nouvelle spécialité en termes de thématiques locales, de métiers et d emplois, de flux entrants et sortants. Préciser les relations avec l ESIEE, et avec La Rochelle. Supprimer les pré-requis pour choisir cette spécialité. De manière plus générale, implanter un parcours «SIAW» dans le semestre n 2. S'assurer sous couvert de la direction de l'umr 8049 que l'orientation «recherche» soit soutenue (bourses de thèse MESR) afin que les étudiants «SIAW» «recherche» aient pour les meilleurs d'entre eux de réelles perspectives d'accès à de telles bourses. Dans le cas contraire, limiter la spécialité «SIAW» à un caractère uniquement professionnel du fait notamment de l'absence de professeurs pour l'encadrement des thèses. Sciences et ingénierie informatique Appréciation (A+, A, B ou C) : B L'équipe pédagogique de cette spécialité est la plus importante, la plus solide et la plus représentative en termes de thèmes et compétences recherche de l'umr Néanmoins, la segmentation des parcours (6 au total) si elle reflète assez bien l'architecture du laboratoire, n'est pas idéale pour l'étudiant intégrant cette spécialité. Comme pour la spécialité «SIS», aucune intervention du milieu professionnel n'existe alors que deux parcours sont professionnels et les débouchés et profils des emplois possibles sont trop généralistes. Le fort découpage retenu mène à des spécialisations extrêmes qui sont certes nécessaires pour les cursus «recherche» (thèses) mais qui sont autant de fermetures pour les étudiants qui n'obtiendront pas un financement de thèse. Il manque clairement un choix réel d'options pour certains parcours «recherche» et une variété dans ces options qui donneraient aux étudiants des portes de sortie en cas de difficulté à embrasser une thèse. Points forts : Cette spécialité correspond à l ancien master «Informatique», formation de qualité bien identifiée. Les débouchés sont importants. Les contenus sont de bon niveau, voire de très bon niveau. Le très bon adossement au laboratoire d appui. Points faibles : Les flux d étudiants sont en baisse régulière. Sept parcours pour trente-trois étudiants ; des UE trop nombreuses, et parfois de très petite taille. La séparation entre les parcours «ingénierie» et les parcours «recherche» est trop nette ; trois parcours sont purement à vocation «recherche». Une impression de juxtaposition de trois «sous-spécialités». Recommandations : Réduire le nombre de parcours et le nombre d UE, parfois très petites en volume et crédits. Rapprocher/fusionner les parcours professionnels et «recherche» analogues. Améliorer la professionnalisation, y compris des parcours à vocation «recherche». Préciser comment augmenter les flux, ou a minima les stabiliser. Le parcours «Linguistique», déclinaison professionnelle, aurait pu être rapproché de «SIAW» avec les problématiques linguistiques induites par le Web (moteurs de recherche...). 4

32 Commentaires et recommandations La formation est satisfaisante sur le fond et répond ainsi à plusieurs critères d évaluation. Son existence est tout à fait justifiée sur le secteur de Paris-Est. Cependant, elle présente un certain nombre de points faibles importants qui doivent être impérativement corrigés, et notamment un manque d informations précises concernant différents éléments déterminants. Le principal défaut de ce projet de master est sa complexité (perfectible) et donc, une lisibilité et compréhensibilité difficiles du point de vue de l'étudiant. De plus, l'offre faite aux étudiants en termes de filières est trop «pré-câblée». L'attrait d'une formation passe par une offre plus ouverte même si elle suppose pour les enseignants de moins s'appuyer sur des pré-requis et donc, la nécessité d'une pédagogie plus consommatrice d'énergie. Sur le fond, le contenu est de qualité tant sur les orientations «recherche» et professionnelle proposées que sur le fort niveau de compétences de l'équipe enseignante et du laboratoire «support». L autre défaut de ce master semble être la faiblesse du suivi des étudiants. Par conséquent, il faut : Justifier les flux entrants, préciser comment les augmenter pour atteindre les soixante-quinze étudiants comme le mentionne le dossier. Analyser de façon détaillée l insertion professionnelle sur les quatre dernières années. Indiquer les modalités des partenariats internationaux et leur impact en termes d effectifs. Préciser la participation au master des partenaires co-habilités notamment si les élèves-ingénieurs peuvent suivre le master, leur nombre, et ce qu ils suivent exactement. Améliorer la préparation à la vie professionnelle : projets, participation plus importante de professionnels à la formation, connaissance de l entreprise, outils d aide à l insertion (stages et emplois) Préciser les entreprises qui prennent habituellement des stagiaires et/ou qui embauchent les diplômés. Perfectionner sensiblement le dispositif d évaluation. 5

33 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Mathématiques Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : A Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Le but de ce master est de délivrer une formation solide en mathématiques répondant aux exigences des métiers de l enseignement, de la recherche fondamentale et appliquée et de l ingénierie mathématique. Il comporte deux spécialités qui proposent des cursus distincts dès la première année, mais avec quelques modules en tronc commun et des passerelles possibles. La spécialité «Mathématiques et applications» (MA) est co-habilitée avec les universités de Paris 12 - Val-de-Marne, d Evry - Val d Essonne et l Ecole des Ponts et Chaussées (ENPC) ; elle est orientée vers l enseignement, la recherche, et comporte aussi un parcours «Finance mathématique». L autre spécialité, intitulée «Ingénierie, mathématique, informatique et statistique» (IMIS), est clairement à orientation professionnelle. Ce master est adossé au laboratoire d Analyse et de Mathématiques Appliquées commun aux universités de Paris-Est Marne-la-Vallée et Paris 12 - Val-de-Marne, ainsi qu au CERMICS de l ENPC et au laboratoire d Analyse et Probabilités d Evry, tous de très bon niveau. Il est alimenté par les licences des universités, mais aussi par une vingtaine d élèves de l ENPC (pour le parcours «Finance»). Les flux d étudiants sont importants : la spécialité «IMIS» remplit ses trente-quatre places tous les ans (avec environ 150 demandes en M1). La spécialité «MA» (avec également beaucoup de demandes, surtout en M2 «Finance») se déroule avec quarante étudiants, à la fois en M1 (où ils sont répartis sur les deux sites de Marne et Créteil), et aussi en M2 (en comptant les 20 de l ENPC). L argumentation concernant un M1 multi sites est convaincante, mais l offre perd un peu en lisibilité (c est au moins le cas pour le tronc commun du semestre n 2 à Créteil). Le bilan du devenir des étudiants est excellent pour la spécialité «IMIS» et semble bon pour la spécialité «MA» mais le dossier informe moins sur ce point. Par ailleurs, l évaluation existe, est positive et est aussi prise en compte, sans toutefois qu on en connaisse le modus operandi. Les cursus sont bien organisés et l équipe pédagogique est de très bon niveau. Les aspects professionnalisants sont largement pris en compte pour «IMIS», avec une mise en place de l apprentissage et des interventions conséquentes de professionnels. Points forts : Une formation de haut niveau, en totale cohérence avec l environnement. La qualité de l adossement «recherche». Le parcours «Finance» est renforcé par les étudiants de l ENPC. Le très bon flux d étudiants. La grande réussite de «IMIS», avec une forte attractivité et la spécificité «Apprentissage». Le suivi de la formation est confié à l observatoire de l Université Paris-Est. Un dossier clair et synthétique. 2

34 Points faibles : Le M1 «MA» manque un peu de lisibilité de par sa répartition sur les deux sites. L organisation géographique pour le M2 est peu précise (entre Evry, Créteil, Marne). L ouverture internationale est plutôt faible. Avis par spécialité Mathématiques et applications Appréciation (A+, A, B ou C) : A Cette spécialité forme des mathématiciens se destinant soit à l enseignement, soit à la recherche en milieu académique et professionnel, soit aux métiers de la finance ; elle comporte un tronc commun solide en M1 et trois parcours en M2 : «Finance», «Probabilités appliquées» et «Analyse non linéaire et applications» lesquels sont les points forts des laboratoires d adossement. Points forts : L adossement à la recherche. L équipe pédagogique. Les flux d étudiants (dont apport ENPC). Les finalités professionnelles (finance en particulier). Points faibles : La faible ouverture à l international. Le dossier manque un peu de lisibilité au niveau du M1, sans doute générée par la diversité bi-site, même si elle n est pas contestable en soi. L intervention d Evry est peu visible en M2 (tant en enseignants qu en étudiants). Recommandations : Généraliser le partenariat avec l ENPC pour les autres parcours. Renforcer le développement vers l international. Augmenter les interventions de professionnels économistes-financiers. Ingénierie, mathématique, informatique et statistique Appréciation (A+, A, B ou C) : A+ Il s agit d une formation à finalité professionnelle dans les domaines des probabilités, statistiques, analyse de données, avec les outils informatiques associés. Elle comporte une partie apprentissage du fait d une présence importante en entreprise. Les enseignements sont organisés en conséquence. Points forts : L adossement à la recherche et l équipe pédagogique. Les flux d étudiants et l attractivité de cette formation. Une formation en alternance avec une forte insertion dans le monde professionnel. Le suivi exemplaire des étudiants et un devenir qui leur est assuré. Certains aspects dont les projets, restent proches d un travail de recherche. 3

35 Commentaires et recommandations Il s agit globalement d une excellente formation, avec une mention spéciale pour la spécialité professionnelle en apprentissage «IMIS». Les recommandations sont donc à considérer à la marge : Développer une ouverture internationale. Etablir un suivi plus complet du devenir des étudiants pour la spécialité «MA». Réfléchir à une meilleure lisibilité du M1, spécialité «MA» compte tenu de la répartition bi-site. Repréciser à l avenir l implication d Evry. Renforcer la collaboration avec l ENPC dans d autres parcours. 4

36 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Entreprise, Ressources Humaines, Innovation et Communication Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) L objectif est une approche des ressources humaines combinant la sociologie et la gestion qui se veut plus conceptuelle que pratique. Il semble cependant qu il y ait plus cohabitation qu association. La cause fondamentale en est l effectif notoirement insuffisant d enseignants en poste en sciences de gestion. L on compte en tout et pour tout trois MCF en gestion pour l ensemble du M1 et des quatre spécialités de M2, dont une seule semble impliquée dans la gestion de la mention. Une MCF de section 05 (économie) est portée en M1 comme gestionnaire, à tort. Dans ces conditions, il ne peut s agir raisonnablement de délivrer des diplômes labélisés «gestion» des entreprises. Par ailleurs, dans les spécialités gestion, l enseignement se réduit essentiellement à la Gestion des Ressources Humaines (GRH), qui n est pas positionnée dans un contexte général des autres sous-disciplines de la gestion, dont la connaissance globale est cependant indispensable pour un étudiant voulant faire carrière dans des fonctions de gestion dans l entreprise. Comme les formations en GRH sont nombreuses dans l environnement francilien, les diplômes plus explicitement orientés en gestion peuvent attirer les candidats. La mention est dirigée par un professeur de sociologie. L adéquation entre le corps enseignant en poste à l Université de Marne-la-Vallée est peut-être satisfaisant pour la partie «Innovation» de la mention, mais pas pour la «gestion des ressources humaines», et sans doute pas non plus pour la «Communication». Des professionnels et quelques enseignants assistés de quelques autres en poste dans d autres universités, ne peuvent suffire à former des gestionnaires des ressources humaines. Un point positif est l apprentissage et la participation de professionnels, ainsi que les grandes entreprises impliquées dans la formation. L adossement à la recherche est assuré en sociologie par un laboratoire en sociologie reconnu, UMR CNRS commune avec l ENPC. En revanche, cet adossement est pratiquement inexistant en gestion. Les effectifs sont faibles en M1 alors que certaines spécialités semblent attractives. Le M1 est largement basé sur la formation par la recherche, alors que trois spécialités sont professionnelles et quasiment aucun étudiant du M1 n accède à la spécialité recherche, ciblée sur les ingénieurs. Aucun détail n est donné sur le Semestre 2 du M1, sauf la notion d option d approfondissement. Il faudrait développer l ouverture internationale notamment concernant la spécialité «Mobilité Internationale». Points forts : La formule de l apprentissage. Notoriété de certains enseignants-chercheurs. Compétences indéniables en sociologie. Points faibles : Données concernant l insertion des diplômés à préciser. Effectifs faibles au niveau du M1. Concurrence interne entre les deux spécialités en GRH. 2

37 Forte concurrence des formations dans l environnement francilien. Equipe pédagogique pas constituée pour pouvoir décerner des diplômes professionnels en gestion des ressources humaines. Les effectifs d enseignants-chercheurs dans le domaine sont beaucoup trop insuffisants. Le cadre d une formation générale à la gestion est absent. Les cours techniques de GRH devraient reposer sur une formation générale solide en gestion et ne pas être assurés par des professionnels mais par des universitaires gestionnaires dont la spécialité est la GRH. Avis par spécialité Master Professionnel : Communication des Entreprises et des Institutions Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Professionnalisation de la formation (et apprentissage). Insertion satisfaisante. Partenariats. Sociologie de la communication. Points faibles : Taux très élevé de professionnels (77 %). Manque de données précises sur la nature des postes occupés par les diplômés. Ouverture internationale peu développée. Aucun enseignant en information-communication en poste. Part excessive des enseignements assuré par des intervenants extérieurs. S agit-il de communication interne ou interne et externe? Recommandations : Il conviendrait d analyser plus précisément les débouchés, et d introduire des heures assurées par des universitaires pour un cadrage conceptuel. Renforcer le corps enseignant en information-communication. Master Professionnel : Gestion des Ressources Humaines et Mobilité Internationale Appréciation (A+, A, B ou C) : C Points forts : Apprentissage. Contenu en adéquation avec les métiers visés. Points faibles : Données peu précises sur l insertion des diplômés (postes, rémunérations ). Volume d enseignement assuré par les professionnels peu important. Faible ouverture internationale compte tenu du positionnement de la formation. Forte concurrence de formations en GRH dans l environnement. Part beaucoup trop faible des enseignants en sciences de gestion dans le cursus. Seuls deux MCF en poste à l Université de Marne-la-Vallée y sont impliqués. Pas d enseignement des autres domaines de la gestion pour cadrer la GRH. Contenu des enseignements de GRH décrits de façon très générale. Recommandations : Développer la dimension internationale. Renforcer l équipe d intervenants professionnels. 3

38 Renforcer le corps enseignant en Sciences de gestion. Encadrer les cours de GRH avec une formation générale en gestion. Management par les compétences et les organisations Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Intervenants de grande qualité, positionnement original sur la thématique compétence, apprentissage. Sociologie de l entreprise. Analyse de la logique compétence et de l évolution du contenu du travail en entreprise. Points faibles : Intervention de professionnels autour de 30 % du volume horaire total. Données peu précises concernant l insertion des diplômés. Point de vue sociologique et non gestionnaire. Un seul enseignant en Sciences de gestion dans le cursus, par ailleurs responsable pédagogique du M1. Insuffisance des enseignements généraux de gestion pour cadrer les enseignements spécialisés sur les compétences. Recommandations : Renforcer la part d enseignements assurés par des professionnels. Mener une enquête d insertion professionnelle des diplômés. Transformer en une spécialité «Sociologie de l entreprise» ou renforcer considérablement le corps enseignant en poste en gestion et les enseignements de gestion. Master Recherche: Entreprise Innovation et Société Appréciation (A+, A, B ou C) : B Spécialité demandée en co-habilitation avec l Ecole Nationale des Ponts et Chaussées. Points forts : Partenariats. Positionnement autour du concept d innovation. Formation des ingénieurs aux Sciences sociales centrage sur l innovation et la sociologie de l innovation. Points faibles : Faibles effectifs fragilisant le devenir de la spécialité. Débouchés visés par la spécialité. Formation aux Sciences sociales en général, notamment à la sociologie, mais pas à la gestion. Le terme «gestion» dans la mention n est pas justifié. Peu de liens avec le M1. Les étudiants sont quasiment uniquement des ingénieurs. Effectifs très faibles (8 à 12). Taux de redoublement surprenant l an dernier. Recommandations : Regrouper la spécialité avec un autre master Recherche proche (option innovation par exemple) ou accroitre les effectifs. Abandonner le label «gestion». Recentrer sur la sociologie de l innovation, force principale du corps enseignant. 4

39 Commentaire et recommandations Enquête d insertion professionnelle à mener. Améliorer l attractivité du M1 pour alimenter les M2, et aussi augmenter les effectifs en spécialité recherche. Bien identifier la spécialité «Management par les compétences et les organisations» en sociologie et non pas en gestion. Se poser la question de la pertinence de la spécialité «Gestion des ressources humaines et mobilité internationale». Concentrer les formations sur la sociologie de l innovation et de l entreprise. Les compétences en sociologie semblent indiscutables et avérées. Alternativement, recruter des enseignants-chercheurs en gestion proprement dite et augmenter considérablement la part de gestion dans les formations en GRH si l on souhaite les maintenir, ce qui n est pas possible en l état. Les mêmes remarques que pour la gestion semblent s appliquer à la communication. Il semble qu il n y ait aucun enseignant en information-communication en poste. 5

40 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADEMIE : CRETEIL Etablissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Géo-environnement Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Points forts : Le dossier présente une équipe qui semble bien impliquée, diversifiée et compétente. Cette formation s intègre bien dans l offre du PRES Paris-Est, mais certains masters du PRES Paris-Est peuvent apparaître comme recouvrant les compétences de celui-ci. Les objectifs de la mention avec des finalités professionnelles et «recherche» apparaissent clairement. Le contenu est équilibré avec environ 260 heures par semestre. L attractivité vis-à-vis de l extérieur semble bonne malgré la jeunesse du diplôme avec 45 % des étudiants de M1, et 60 % des étudiants de M2 qui proviennent d autres universités. Points faibles : La création de deux spécialités avec autant de tronc commun ne permet pas de bien distinguer leurs différences. Les spécialités apparaissent davantage comme des parcours. Le nombre d étudiants réussissant en M2 est le même que ceux réussissant en M1. La pertinence d une augmentation du flux en M2 en maintenant ces deux spécialités ne semble pas justifiée. Le faible recrutement interne de 18 à 55 % de L3 vers M1 est un point d interrogation sur la stabilisation des étudiants de l université de Marne-la-Vallée. Le taux d abandon est élevé ; il est anormal d avoir des abandons répétés chaque année à un taux aussi élevé dans un master. Il pose la question du suivi des étudiants dans l année. Le nombre d étudiants doublants en M1 et en M2 est également important. Est-ce que la sélection a été bien menée? L adossement à la recherche est relativement modeste. Il mérite un meilleur développement (les liens avec les Ecoles doctorales ne sont pas décrits, le nombre de PEDR n est pas indiqué ainsi que le nombre d HDR). Le dossier ne fait jamais part des relations avec la formation continue. Avis par spécialité Géomatériaux et environnement Appréciation (A+, A, B ou C) : A Cette spécialité est focalisée sur l'évaluation, l analyse et le traitement des pollutions environnementales ainsi que sur l expertise des géomatériaux à vocation industrielle ou de génie civil dont l impact sur l environnement doit être analysé et maîtrisé. 2

41 Points forts : La clarté des objectifs de la formation. La bonne équipe pédagogique. L organisation et la progressivité des savoirs, la multidisciplinarité des contenus et le choix intéressant d options. Points faibles : Les taux d échec et d abandon sont très élevés. La parcellisation des UE est trop importante. Recommandations : Il conviendrait d analyser les taux d échec et d abandon et de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour y remédier. Il serait également nécessaire de réfléchir à des regroupements thématiques au sein des UE et de renforcer le contenu pédagogique de géologie de surface, notamment sur le segment M1. Il faudrait développer la formation continue. Géorisques Appréciation (A+, A, B ou C) : B L objectif de la spécialité est de donner une compétence étendue et pluridisciplinaire dans le domaine des «risques naturels» et de l application de la télédétection spatiale et des SIG à l étude, le suivi et la gestion de l environnement et des géorisques. Compte tenu du dossier présenté, on peut s interroger sur la viabilité de cette spécialité. Point fort : L organisation et la progressivité des savoirs, les contenus multidisciplinaires. Points faibles : L offre de formation très classique, souffre d une diminution significative des effectifs liée en partie à la concurrence d autres masters de ce type. La différenciation sur des UE de SIG et de télédétection n est pas suffisante pour que cette spécialité soit vraiment identifiée par rapport à la spécialité «Géomatériaux et environnement». La diminution des effectifs en M2 est importante et préoccupante d autant que le dossier ne donne pas d information sur le nombre de candidatures déposées. Les liens avec les instituts ou bureaux d études et entreprises ne sont pas clairement indiqués dans le dossier. Recommandation : Il conviendrait que l équipe pédagogique réfléchisse à l établissement de partenariats avec d autres établissement et à élargir de spectre de domaines abordés de façon à accroître l attractivité de cette formation. 3

42 Commentaires et recommandations L équipe pédagogique de cette offre de formation, devrait s interroger sur la pertinence du maintien de deux spécialités compte tenu notamment des faiblesses de la spécialité «géorisques». L adossement à des équipes de recherche reste modeste, (une seule équipe d accueil porteuse à l UMLV et pro parte le laboratoire Centre de Géosciences de Mines Paris Tech). Aussi peut-on s interroger sur les capacités d encadrement des étudiants. L ouverture internationale est également à développer. Globalement, le dossier fournit peu d informations détaillées sur le pilotage par l équipe pédagogique de cette mention et sur l insertion professionnelle des étudiants. Il conviendrait de remédier à ces faiblesses. Le partenariat (co-habilitation?) avec Les Mines Paris Tech doit être explicité : quel est son intérêt, quelle différence entre ce partenariat et celui, par exemple, avec le CEMAGREF. La mise en commun d un certain pourcentage d UE doit être poursuivie, notamment avec les trois masters «SAGE», «MAPE» et «PQE», et peut-être au delà de simples mises en commun d UE car ces spécialités apparaissent plus comme des parcours que des spécialités. L association à une autre mention du PRES en faisant apparaître une spécialité «Géo-environnement» à l Université de Marne-la-Vallée serait plus pertinente et lisible. Les données relatives aux abandons doivent être analysées. Le devenir des étudiants doit être représenté dans un tableau synthétique. L évaluation du coût global heure TD par étudiant doit être réalisée en M1 et en M2. Le lien avec le Doctorat n apparaît pas et celui avec la Licence est très rapidement décrit : le positionnement dans le LMD de l établissement et celui futur du PRES Paris-Est devraient apparaître sous forme d un organigramme explicite. Les relations avec la formation continue devraient être développées. Les VAE doivent faire partie également du dispositif de formation permettant un lien avec des partenaires extérieurs, très recommandé sur ces types de spécialités. Les tableaux sur le devenir des étudiants au cours du M1 et du M2 devraient être exprimés en nombre et non, en pourcentage compte-tenu des petits effectifs, avec notamment le nombre de dossiers de candidature reçus, le nombre d inscrits administratifs, le nombre d étudiants ayant réussi 4

43 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Histoire Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) La formation en histoire s intègre dans le PRES Paris-Est (qui, depuis la rentrée 2007, gère les doctorants), des liens sont établis avec l IUFM désormais rattaché à Paris 12-Val-de-Marne et des co-habilitations sont recherchées. Les flux attendus sont de 100 étudiants en M1 et de 110 en M2. Cela semble exagéré eu égard aux effectifs des années précédentes (66/25 en ; 46/27 en et 37/32 en ). Le taux de réussite, qui tourne autour du tiers devrait être amélioré. Par ailleurs, le dossier ne donne que peu d'éléments d'évaluation à propos du devenir professionnel des diplômés de la formation. Points forts : Une formation commune solide et des parcours bien construits et complémentaires. Après un M1 généraliste, le M2 propose quatre parcours différents qui orientent l étudiant vers la recherche en thèse, les concours de l enseignement du primaire et du secondaire, ainsi que les professions d animation culturelle et patrimoniale auprès des collectivités territoriales. Points faibles : Si des liens existent avec l université Laval, ils ne sont pas précisés. Par ailleurs, même si des étudiants partent dans le cadre d'échanges Erasmus à Murcie, l ouverture internationale reste très insuffisante. Le nombre d étudiants étrangers à Marne-la-Vallée semble très faible. Concernant la prétention de la formation à préparer aux concours administratifs, on peut douter que la forme présentée laisse une chance quelconque d accéder aux métiers de la culture et du patrimoine. La formation est beaucoup trop générale et se révèle peu compétitive par rapport à d autres masters plus spécialisés en France. On reste frappé de l importance des taux d abandon, surtout en M2 alors que les étudiants ont pu expérimenter le second cycle. Les taux de redoublements en M1 sont très irréguliers, mais ce qui est le plus grave reste le taux anormalement élevé de redoublement en M2. L ensemble de la formation semble peu performante, quant à sa capacité à entraîner les étudiants à suivre le cursus dans le temps normal imparti. Une forte réaction semble indispensable Absence de données sur le suivi des étudiants. 2

44 Avis par spécialité Histoire Ce master ne possède qu une spécialité Commentaire et recommandations Il serait souhaitable d augmenter le nombre d enseignants-chercheurs HDR au sein de l'équipe pédagogique, afin de mieux encadrer la recherche en M2, puis en cycle doctoral. Des conventions, voire des co-habilitations pourraient être passées avec des universités étrangères. L offre de formation en master, et son lien avec les doctorats, doit être plus précisément articulée avec les autres composantes du PRES Paris Est. Il faut ouvrir une réflexion sur les autres débouchés directs que les métiers de l enseignement et préciser davantage en quoi consiste la filière à la préparation des concours administratifs. Il faut ouvrir une réflexion sur les conditions à réunir pour emmener quasiment tous les entrants jusqu au bout du master. Utiliser les données de l OFIPE sur l insertion des diplômés et éventuellement demander un suivi spécifique de la mention. 3

45 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Electronique, télécommunications, géomatique Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : A Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Les objectifs scientifiques et pédagogiques de cette formation visent à donner des bases aux étudiants dans le domaine de l EEA en M1, avec quatre spécialités en M2, dont trois assez proches dans le domaine «Electronique et télécommunications», et une plus éloignée (avec un positionnement à améliorer si possible dans le contexte local) dans le domaine de l information géographique. Chaque spécialité propose un enseignement de qualité dans la thématique considérée. Les objectifs professionnels et les débouchés sont pertinents. Il est suggéré de développer l attractivité de cette formation, notamment à l international. Points forts : Les enseignements en partenariat entre différents établissements donnent une bonne visibilité à ce master dans son environnement parisien sur ces thématiques. La très bonne couverture des disciplines «EEA», avec une formation de base en M1, commune à l ensemble des spécialités de M2. L intégration dans une des spécialités du M2 est assurée pour tout étudiant ayant validé le M1. La qualité d ensemble des équipes pédagogiques en charge de ces formations, et la pertinence des enseignements dispensés. La volonté de tisser un partenariat construit avec des industriels qui sont des acteurs-clés des applications métiers visées. Points faibles : Concernant l attractivité de la formation : les flux d étudiants sont assez tendus, il y a une stagnation voire une lente diminution des effectifs. La concurrence est forte avec les écoles d ingénieurs lesquelles recrutent au niveau Licence, et d autres universités et écoles parisiennes qui occupent ces mêmes créneaux. Un flux d étudiants en apprentissage est attendu dès le M1. L organisation des formations initiales sera difficilement mise en cohérence avec cette formation par apprentissage (des projets «lourds» sont évoqués au conditionnel en M1). Le projet est peu crédible en l état. Le lien entre le M1 commun et le M2 «IG» n est pas naturel. Cette formation «IG» est d intérêt, elle est cependant quasiment proposée maintenant sur un an : l attractivité du M1 pour les étudiants souhaitant suivre cette spécialité de M2 est discutable. 2

46 Avis par spécialité Systèmes de communications hautes fréquences Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Une formation de très bon niveau dans un domaine (électronique analogique) qui correspond à un besoin étant donné le nombre insuffisant d étudiants formés au niveau national. Le large spectre et la diversité des sujets abordés : depuis le composant «opto hyper» vers le circuit puis les systèmes. Le partenariat est bien tissé avec différents acteurs tant industriels qu académiques (écoles, universités) lesquels participent activement aux enseignements. Les contributions des établissements partenaires sont équilibrées. La formation est clairement identifiée dans l environnement parisien. La capacité d accueil en thèse des laboratoires partenaires et l importante orientation des étudiants vers la poursuite en recherche. Points faibles : Le faible flux de recrutement local lié au problème de recrutement des étudiants formés localement en licence, plus généralement d étudiants européens. Une formation en alternance annoncée qui semble difficile à organiser avec la formation initiale. Recommandations : Etablir des partenariats avec des établissements étrangers pour attirer des étudiants européens vers ce secteur disciplinaire. Compte tenu de l orientation «recherche» et professionnelle, il est suggéré d afficher ce choix et d assurer une bonne lisibilité aux étudiants sur les possibilités de thèse de doctorat. La spécialité «micro-technologies pour les systèmes de communication» semble avoir un contenu très proche, au moins à la lecture des titres des UE. Il sera donc nécessaire de bien préciser le positionnement de ces deux spécialités ou d envisager une spécialité «indifférenciée» sur les deux années, avec des parcours différenciés par des options et par le stage de 2 ème année. Accroitre l implication d enseignants de l université. Technologies et techniques des télécommunications Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Les compétences développées pour appréhender les métiers et problématiques des systèmes de communications multi échelle, depuis le composant jusqu au système complexe avec les aspects matériel et logiciel. Le bon potentiel d insertion professionnelle des étudiants formés (il manque cependant des informations dans le dossier). Les compétences pour irriguer le marché de l électronique, (physique du composant, conception d architectures, méthodes de tests) avec une spécificité vers le domaine des télécommunications mobiles. Le nombre d étudiants formés ces dernières années est stable, et d un bon niveau. Points faibles : Dans la 2 ème année de formation, il n y a pas d intervenant professionnel en dehors des deux PAST de l établissement. Il n y a pas de professionnels dans le conseil de perfectionnement. Concernant l équipe pédagogique, relevant essentiellement de 63 ème section de CNU, il faut noter une faible participation d enseignants-chercheurs relevant des 61 ème et 27 ème sections. L étudiant semble peu encadré pour la recherche de son stage de 2 ème année. Il n existe pas de choix d unités pour personnaliser le parcours. 3

47 Recommandations : Poursuivre et pérenniser le très bon travail des responsables de cette spécialité. L équipe pédagogique est à compléter par des compétences relevant des sections 61 et 27 du CNU. L implication de l équipe pédagogique dans la recherche de stages de fin d année devrait être plus forte. Faire intervenir des professionnels dans l enseignement de M2, au moins sous forme de conférences. Prendre en compte dans les enseignements les évolutions rapides des technologies de réseaux mobiles (4G, TV mobile ). Lisser l hétérogénéité du public en proposant une mise à niveau adaptée en informatique (programmation) et réseau (services et architectures). Veiller à mieux préciser le placement et le devenir des étudiants. Micro-technologies pour les systèmes de communication Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Une formation de bon niveau dans un domaine (électronique analogique) qui correspond à un besoin étant donné le nombre insuffisant d étudiants formés au niveau national. La plateforme technologique de l ESIEE exploitée par cette formation, avec intervention de personnels de cet établissement sur la partie technologique. La qualité de l équipe pédagogique : les enseignants-chercheurs et l intervention de professionnels de haut niveau dans la formation. Les compétences transverses en conception de systèmes et circuits électroniques dans de très nombreux domaines d application. L apprentissage par projets (formation salle blanche à l ESIEE, projet CEM). Points faibles : Le dossier n informe pas sur les modalités de contrôle des connaissances pour cette spécialité. Il existe un problème de recrutement des étudiants formés localement en licence, plus généralement d étudiants Européens. Aucun choix d UV dans le parcours n est proposé pour mieux spécialiser un parcours «conception analogique» ou «numérique et technologies». Recommandations : Des démarches sont à engager pour attirer des étudiants européens vers ce secteur disciplinaire. Communiquer aux étudiants les modalités de contrôle des connaissances. La spécialité «Systèmes de communications HF» semble avoir un contenu très proche, au moins à la lecture des titres des UE. Il sera nécessaire de bien préciser le positionnement de ces deux spécialités ou d envisager une spécialité «indifférenciée» sur les deux années, avec des parcours différenciés par des options et par le stage de 2 ème année. Aborder les nouvelles technologies polymères de l électronique, et les techniques d assemblage très intégrées (3D, SIP ). Information géographique Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Une formation originale, mixte à l intersection de l informatique et de la géographie, qui semble très pertinente à la lecture du dossier et fonctionne bien depuis quelques années. La participation de nombreux laboratoires et établissements. L équipe pédagogique appartenant à plusieurs établissements, avec intervention importante de professionnels. Le dynamisme de l équipe porteuse pour rendre la formation attractive et l ouvrir à l international. Le nombre d étudiants formés en M2 est stable et très correct. 4

48 La palette des débouchés et métiers industriels est vaste. C est un domaine en expansion et en recherche d ingénieurs (géomatique, prospection géophysique, localisation, traçabilité des matières, logistique, suivi des récoltes, identification et tracking, géographie numérique, assistance au suivi médical ). Le stage d immersion proposé dans une école d été. Points faibles : La très faible cohérence entre le M1 et le M2, avec seulement quelques options proposées en M1 sur la thématique du M2. Le lien entre le M1 commun et le M2 «IG» n est pas naturel. Cette formation «IG» est d intérêt, elle est cependant quasiment proposée sur un an avec un M1 qui n est peut-être pas attractif pour les étudiants souhaitant suivre cette spécialité de M2. Le faible nombre d enseignants-chercheurs HDR impliqués. Recommandations : Cette formation est en fait limitée à une année. La question de la pertinence d une formation en deux ans est posée et devrait être étudiée en fonction du contexte local. Pour conforter l attractivité de cette formation, il est suggéré d étudier ou d améliorer le couplage avec une première année dans le domaine du traitement de données et de l information. Proposer un enseignement sur les techniques et les outils de programmation parallèle pour le traitement des images satellites. Commentaires et recommandations Renforcer l ouverture internationale. Poursuivre l implication des équipes pédagogiques dans la recherche de stages de M2, et l implication d intervenants professionnels. Il est suggéré d homogénéiser l essentiel des modalités de contrôle des connaissances entre le M1 et les spécialités de M2 (règles de compensation entre UE, poids du stage par exemple). Les règles adoptées seraient alors plus lisibles pour les étudiants. Augmenter le vivier du potentiel de recrutement par diverses actions telles que des formations en apprentissage Développer les spécificités en s appuyant sur les compétences reconnues des équipes de recherche impliquées. Proposer des modules plus avancés sur les nouvelles technologies (4G en télécom, simulation de systèmes complexes, programmation parallélisée, traitement d images satellites ). Préciser le niveau minimum d anglais requis. 5

49 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : Arts, Lettres et Technologies. Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : A Avis global : Le regroupement de trois formations antérieures en une seule mention permet de dégager des objectifs scientifiques communs, clairement énoncés. Ces objectifs découlent de la volonté d aborder les arts et les lettres dans leur réalité technologique contemporaine. L interdisciplinarité est présentée ici comme une nécessité scientifique et comme la base de la mise en œuvre de la formation. Cette intégration de formations auparavant distinctes et les nouveaux objectifs qui en découlent ouvrent des perspectives à la fois scientifiques et professionnelles intéressantes. Sur les quatre spécialités de la mention, l une vise principalement une poursuite en doctorat «Lettres modernes», l une est clairement professionnelle «Edition, Livre et Multimédia» ; les deux autres «Cinéma et audiovisuel» et «Musique» ont une double finalité, recherche et professionnelle. Toutefois, comme l indique le dossier, l interdisciplinarité de la formation prépare les étudiants à une variété de métiers de la production et de la diffusion artistique. Points forts : La mention affiche une véritable identité à travers l articulation entre arts et technologies. Cette identité permet de créer des synergies entre les différentes spécialités qui se traduisent par un fonctionnement particulièrement souple, permettant aux étudiants d individualiser leurs parcours. Les spécialités proposées ouvrent à la fois sur des débouchés professionnels et sur la recherche. L interaction entre professionnels et enseignants chercheurs dans les équipes pédagogiques est source de richesse. La formation est très bien positionnée à la fois à l intérieur de l UPMLV et dans le paysage universitaire : des partenariats forts en cours de concrétisation promettent un rayonnement certain à la formation dans les années à venir. Points faibles : Si les liens entre licence et master sont forts et cohérents, l articulation entre Master et Doctorat demande à être davantage travaillée. La place des thématiques du master dans l EA 4120 et les perspectives de poursuites d études en thèse (lien avec l école doctorale) ne sont pas assez explicitées. L enseignement des langues est insuffisamment diversifié (il faut proposer d autres langues que l anglais). Une certification cohérente de la compétence linguistique doit être mise en place. La dimension internationale est à l heure actuelle un peu faible. La spécialité «Edition, livre et multimédia» est insuffisamment intégrée dans la mention avec trop d enseignements spécifiques. 2

50 Avis par spécialité Lettres Modernes Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Cette formation, axée principalement sur la recherche, manifeste néanmoins la volonté de prendre en compte une dimension professionnelle. La transversalité et la pluridisciplinarité de la formation sont clairement affichées à travers les synergies que la mention du master facilite et au partenariat avec Paris 3. L accent mis sur les compétences propres aux étudiants littéraires est bienvenu. La formation s appuie sur un solide adossement à la recherche. Points faibles : Le nombre d inscrits en M2 est faible (6 étudiants inscrits en M2 en ). L absence d enseignements de langues vivantes en M1 est regrettable comme la faiblesse de la dimension internationale. Recommandation : La formation dépend fortement de la participation des enseignants chercheurs de Paris 3 ce qui peut à la longue la fragiliser, la cohabilitation en cours semble une bonne réponse à cette situation. Cinéma et audiovisuel Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : La spécialité est très bien conçue et présentée. La souplesse que donne la possibilité de panachage entre les cours de différents parcours permet à l étudiant de constituer sa propre trajectoire sans porter atteinte à la cohérence de la formation. La mise en pratique régulière des connaissances acquises (une réalisation chaque semestre) est un atout important. Les cours proposés sont variés combinant savoirs théoriques, esthétiques, historiques, méthodologies, techniques et connaissances de l environnement juridique et historique du cinéma et de l audiovisuel. Le choix proposé entre un stage et un mémoire en M2 permet une orientation professionnelle ou vers la recherche. L association avec l IMAC ouvre la formation aux étudiants de cette école d ingénieurs. Etendre ce dispositif à d autres partenaires à l intérieur du PRES serait une évolution positive. La cohabilitation avec l INA, si elle aboutit, enrichira considérablement la formation. Points faibles : Dans la perspective d une ouverture internationale, la formation proposée en langues étrangères, qui se limite à l anglais, est trop restrictive. Le dispositif de suivi des étudiants n est pas assez systématique. Recommandation : Poursuivre l ouverture internationale, par l extension de la mobilité étudiante et par une éventuelle mise en place de double diplômes avec les établissements partenaires. 3

51 Edition, livre et multimédia Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : La formation est bien conçue et cohérente dans ses choix. Les liens avec les maisons d édition permettent l intervention de professionnels et ouvrent des possibilités de stages aux étudiants. Les leçons tirées d une première évaluation de la formation en M1 ont permis d accentuer l orientation technologique de la formation. Points faibles : Les résultats du M1 pour l année révèlent un taux d abandon (18%) assez élevé pour un master professionnel qu'il faudrait analyser. L absence d enseignements de langues étrangères en M1 est regrettable. Recommandations : Tout en poursuivant l accentuation de la dimension technologique et numérique de cette formation, il conviendrait de rechercher une plus grande interaction avec la spécialité «Lettres Modernes», ce qui permettrait de proposer davantage de choix d enseignements en littérature. De plus, il faudrait renforcer la participation des enseignants chercheurs de l UPEMLV. Musique Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : La spécialité est très bien conçue et présentée. La souplesse que donne la possibilité de panachage entre les cours de différents parcours permet à l étudiant de constituer sa propre trajectoire sans porter atteinte à la cohérence de la formation. La mise en pratique régulière des connaissances acquises (une réalisation chaque semestre) est un atout important. Les cours proposés, notamment tous ceux qui touchent à la numérisation et au traitement et à la restauration des archives sonores, s articulent bien avec la thématique générale de la mention. La dimension professionnelle de la formation est intéressante et ouvre sur de multiples débouchés. Points faibles : Il convient d analyser les raisons de la baisse de réussite en M2 constatée en Le dispositif de suivi des étudiants n est pas assez systématique. Les voies d accès à la formation ne sont pas clairement spécifiées, de même que la répartition des étudiants entre formation initiale et continue. Recommandations : La pratique musicale ne figure qu en M2. Il conviendrait de lui faire une place en M1, même si les étudiants poursuivent une pratique musicale hors cursus. L articulation de certains enseignements avec la pratique musicale pourrait être plus clairement affichée. Il serait opportun de rechercher des partenariats susceptibles de renforcer la formation (Conservatoires, IRCAM, Universités proposant d autres formations musicales ). Des partenariats avec des établissements étrangers pourraient aussi être envisagés. 4

52 Commentaire et recommandations Le projet de master correspond très précisément aux attentes du monde de la création et de la culture, ainsi que des institutions publiques et privées. Il est évident qu en termes de débouchés professionnels, ce projet s inscrit parfaitement dans une dynamique de la société contemporaine. Le croisement entre cinéma et audiovisuel, musique, lettres modernes et édition livre et multimédia, est dans la mouvance de la création artistique et de l industrie culturelle (audiovisuel, vidéo, cinéma, TV ) favorisant le métissage des productions et le décloisonnement des disciplines. Associer l édition livre et multimédia à ce projet est incontournable à un moment charnière où le livre, la presse et l édition en général, connaissent une période de crise importante du fait de l émergence du web2 et de l ensemble des nouvelles technologies. La formation propose des outils méthodologiques et théoriques essentiels pour la compréhension du monde contemporain. Loin d une formation techniciste, le master offre au contraire une formation de haut niveau culturel de nature quasiment anthropologique, tout en offrant parallèlement aux étudiants des formations d application leur permettant une intégration rapide dans la vie professionnelle. Un bon équilibre a été maintenu entre la formation universitaire, apportant aux étudiants des savoirs, des outils théoriques et méthodologiques et d autre part l intervention de professionnels très qualifiés en mesure de transmettre leurs savoirs faire et d expérimenter des cas d espèce dans le cadre de séminaires d application. Il est important de continuer de veiller à une très grande cohérence conceptuelle et méthodologique entre les différentes disciplines et de s'assurer de l homogénéité de la formation. Quelques propositions pour conforter plus encore la bonne qualité des propositions pédagogiques : - Inciter les étudiants à suivre un stage à l étranger en M1 ou en M2. - Elargir l offre de formation en langues vivantes et définir les seuils de compétence du CECRL. - Renforcer la coopération avec les institutions culturelles du département et de la région. - Inciter les étudiants à développer des réseaux de solidarité, avec par exemple la création d une association des anciens diplômés. 5

53 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Génie Urbain Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : A Avis global : (sur la mention et l offre de formation) La formation proposée est globalement très satisfaisante. Quelques points faibles doivent être précisés et corrigés, notamment la place réelle de la recherche dans les cursus. Les objectifs scientifiques et pédagogiques sont satisfaisants. Ils permettent une vision pertinente de la complexité urbaine en faisant appel à la fois aux sciences de l ingénieur, aux sciences humaines et sociales et aux sciences économiques et de gestion. Deux des spécialités du master (IMO et DUD) sont issues de DESS existants depuis une dizaine d années. Le master s intègre bien dans l offre de formation de l université de Paris-Est Marne-la-Vallée. Il vise la formation de cadres maîtrisant leur domaine technique tout en étant capables de dialoguer avec les autres acteurs. Les spécialités sont co-habilitées avec l université de Cergy-Pontoise ou l École d Ingénieurs de la Ville de Paris (DUD et IMO). Elles ont toutes des vocations professionnalisantes très fortes. Les enjeux professionnels et les débouchés sont pertinents dans le contexte actuel des métiers liés au développement des villes, à l aménagement et à l environnement. Ils répondent à une véritable demande. Le positionnement local est fort. Des liens solides existent avec le groupe Veolia, le département Génie Urbain de l Institut Francilien des Sciences Appliquées, l École Nationale des Ponts et Chaussées, plusieurs collectivités de Marne-la-Vallée. L adossement à la recherche est moins affirmé et moins visible, bien qu existant sans doute avec le CEREVE (Centre d Enseignement et de Recherche) laboratoire commun à l École Nationale des Ponts et Chaussées, l École Nationale du Génie Rural et l université de Paris-Est Marne-la-Vallée. L encadrement pédagogique est solide et abondamment soutenu par l intervention de professionnels tout au long de la formation. L ouverture à l international est multiple et en développement : échanges Erasmus, Québec, UCLA-San Diego, université de Damas, université de Sao Paulo. 2

54 Points forts : Forte professionnalisation du master et formation en alternance. Fortes relations avec le monde professionnel (collectivités locales, professions liées à l environnement, milieu industriel). Succès du placement des étudiants. Ouverture à l international. Point faible : L orientation recherche n apparaît pas clairement. Avis par spécialité Ingénierie de la maîtrise d œuvre (IMO) Appréciation (A+, A, B ou C) : A Cette formation repose sur un excellent ancrage dans le monde professionnel de l ingénierie urbaine. Elle reprend un DESS qui a évolué vers la formation de manageur de projet, de construction et d aménagement, incluant des compétences juridiques, économiques, techniques et managériales. La place de la formation à la recherche doit être précisée. Points forts : Professionnalisation de la formation. Formation ciblant bien les compétences requises en ingénierie de maîtrise d œuvre. Formation continue. Excellent taux d insertion professionnelle. Co-habilitation avec l École des Ingénieurs de la Ville de Paris. Relations avec l université de Sao Paulo. Point faible : Faiblesse de la formation à la recherche qui n apparaît pas clairement dans le dossier, mais qui existe néanmoins. Recommandations : Mieux renseigner dans le dossier l adossement à la recherche. Permettre des stages en laboratoire pour les étudiants désirant poursuivre en thèse. Mieux préciser le partenariat avec l université de Sao Paulo et son apport à la formation. Développement durable (DUD) Appréciation (A+, A, B ou C) : A Il existe une forte adéquation entre la formation, la réalité socio-économique et les débouchés. La formation a pour vocation de fournir des cadres capables de contribuer au développement durable urbain. La formation insiste sur la prise en compte du patrimoine existant qui constitue une difficulté majeure, dans la mise en œuvre du développement durable. Points forts : Forte professionnalisation de la formation. Prise en compte du patrimoine dans le développement urbain durable. Demande forte et en augmentation des métiers. Taux d insertion professionnel élevé. 3

55 Bon adossement à la recherche. Co-habilitation avec l École des Ingénieurs de la Ville de Paris. Partenariat avec l université de Damas. Point faible : Taux faible d étudiants poursuivant en thèse. Recommandations : Développer les aspects et actions de recherche, par exemple par des stages en laboratoire. Chercher à développer des conventions CIFRE, par exemple. Management et Ingénierie des Services à l Environnement (MISE) Appréciation (A+, A, B ou C) : A La professionnalisation est très forte, grâce à la formation en alternance et s appuie sur une convention d apprentissage avec le centre de formation de l Institut d Environnement Urbain du campus Veolia environnement. L attractivité est forte auprès des étudiants, les promotions sont importantes et le recrutement immédiat. Points forts : Très forte professionnalisation de la formation répondant à un besoin professionnel bien ciblé. Formation en alternance et insertion professionnelle quasi automatique des étudiants. Possibilité de réaliser des stages en laboratoire et de poursuivre vers les métiers de la recherche. Partenariat avec l École Nationale des Ponts et Chaussées. Co-habilitation avec l université de Cergy-Pontoise. Points faibles : L ouverture internationale est peu visible. La formation par la recherche semble limitée à la réalisation des mémoires. Recommandations : Renseigner avec plus de précision l ouverture internationale. Préciser, voire renforcer les aspects recherche qui semblent un peu oubliés au regard de la diversité des parcours spécialisés. Apparemment, un seul module est dédié à la formation à la recherche. Veiller à ce que Veolia, très proche, ne devienne pas une exclusivité. Commentaire et recommandations Les trois spécialités ont des vocations professionnalisantes bien affirmées. Le succès est confirmé auprès des étudiants et des professionnels. La professionnalisation est incontestablement le point fort de ce dossier. Ce qui gomme un peu la place de la recherche. Le seul point faible est la place de la recherche. Quelle est la place du CEREVE? Existe-t-il une École doctorale? Les laboratoires, Écoles et universités mentionnés suggèrent une activité de recherche non négligeable. Mais la place de la formation à la recherche semble modeste au sein des enseignements. Cet aspect mérite d être mieux renseigné. Veiller à l homogénéisation des trois spécialités qui même si elle n est pas facile à lire semble cohérente. Les deux spécialités «Ingénierie de la Maîtrise d œuvre» (IMO) et «Développement Durable» (DUD) ont l année M1 en commun. La spécialité «Management et Ingénierie des Services à l Environnement» (MISE) a un parcours spécifique, mais des enseignements communs. 4

56 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Science politique Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Le master se singularise par une interdisciplinarité forte et originale, fondée notamment sur l importante composante de philosophie politique, une certaine diversité dans les enseignements, une prise en compte de nouveaux enjeux pour la science politique (bioéthique, environnement). Mais la mention «Science politique» n est pas pleinement assumée, sauf à considérer la science politique comme un carrefour de disciplines ayant plus ou moins rapport avec le politique et la chose publique. L équipe enseignante devrait être renforcée. Points forts : Interdisciplinarité forte et originale, fondée notamment sur l importante composante de philosophie politique, une certaine diversité dans les enseignements. Prise en compte de nouveaux enjeux pour la science politique (bioéthique, environnement). Points faibles : La mention «science politique» n est pas pleinement assumée, sauf à considérer la science politique comme un carrefour de disciplines ayant plus ou moins rapport avec le politique et la chose publique. L année de tronc commun est en réalité une année déjà spécialisée sur certaines zones et incomplète dans sa prise en compte des différentes sous disciplines classiques de la science politique. Aucun enseignement de type méthodologie (quali/quanti/méthode en sciences sociales) n est délivré en première année. Fractionnement des enseignements. Faiblesse de l équipe pédagogique qui devrait être renforcée en science politique (déjà signalé dans l évaluation précédente). Avis par spécialité Géopolitique et études européennes Appréciation (A+, A, B ou C) : B La spécialité est marquée par une triple orientation : la géopolitique, les études européennes et la professionnalisation des étudiants. Mais ces objectifs devraient être clarifiés. Points forts : Dimension internationale relativement originale, dans un contexte français où les relations internationales peinent à s affirmer. 2

57 Le master s appuie sur des échanges internationaux anciens, notamment avec les pays d Europe centrale et orientale. Les stages occupent une place de choix dans la formation. Points faibles : Les objectifs de la spécialité ne sont pas très clairs, notamment par rapport aux autres spécialités du master. Cursus assez hétéroclite où les modules sont déclinés sous des formes assez peu lisibles. Aucun module de préparation aux concours administratifs. Recommandations : Équilibrer le cursus (géopolitique / études européennes). Intégrer, pour une meilleure professionnalisation, des modules techniques de préparation aux concours de la Commission Européenne. Cultures politiques comparées Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Originalité de l approche interculturelle. Interdisciplinarité. Points faibles : Deux enseignements seulement en propre par rapport à la spécialité Géopolitique et études européennes (Modèles culturels, mentalités et marchés ; Culture et développement). Les Unités d Enseignements n offrent qu une faible cohérence interne. Recommandations : Repenser les enseignements par rapport aux objectifs généraux du master. Accroître la dimension internationale du master en systématisant les échanges internationaux d étudiants et d enseignants et en étoffant le cursus par des enseignements de politique comparée systématiques. Philosophie politique Appréciation (A+, A, B ou C) : B L existence de ce type de formation est relativement rare en France. La formation est reconnue, à l échelle nationale et internationale, et s appuie sur une longue expérience. L enseignement proposé est cohérent. Le master est adossé à un centre de recherche solide. La mention porte sur une thématique forte au sein de l Université. Mais le volume horaire semble très faible. On s interroge donc sur l autonomie réelle de cette formation, sur son contenu. Le dossier de présentation est lacunaire. Points forts : Originalité de la formation. Reconnaissance nationale et internationale. Enseignement cohérent. Points faibles : Le volume horaire est très faible, en décalage complet avec les évolutions actuelles : 50 heures de cours au semestre 3, 42 heures au semestre 4, dont des conférences sans contenu précis. Le dossier de présentation est lacunaire. 3

58 Commentaire et recommandations Assumer davantage la mention «Science politique» et faire monter en puissance les enseignements relevant de cette discipline. Remettre en cause certains enseignements très spécifiques, dont on voit mal comment ils s insèrent dans les objectifs d ensemble des 3 spécialités. La formation recherche (Philosophie politique) paraît peu lisible. Deux séminaires de recherche par semestre, c est un nombre d heures très faible qui place ce master loin derrière les exigences de formation comparables dans d autres universités. Il serait peut être utile de réfléchir à des enseignements de préparation aux concours de l enseignement secondaire (capes, agrégation) et à des enseignements de langue au sein de la spécialité recherche. Y a t il une formation doctorale qui puisse accueillir les étudiants? Suffisamment d enseignants habilités pour les encadrer? Il faudrait renforcer l équipe pédagogique en raison du manque d enseignements et d enseignants en science politique, en particulier si ce master veut rejoindre le niveau des formations de «Politique comparée», reconnues partout au monde et correspondant à un cahier de charges relativement consolidé (comprenant des enseignements de méthode, de quali, quanti, d économétrie, etc.). 4

59 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Droit, Economie, Gestion (domaine primaire) Sciences, Technologies, Santé (domaine secondaire) Mention : Qualité Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Cette mention de master vise à compléter l offre de formation de l Université en ajoutant une offre dans le domaine de la qualité. Elle est ouverte aux titulaires de licences variées et même à des titulaires d une licence professionnelle. On peut d ailleurs s en étonner, le master ne devant pas, a priori, être un débouché des licences professionnelles. L objectif de la mention est de former des diplômés dans le domaine de la qualité et du «management» de l information. Les objectifs scientifiques sont mal précisés et très flous. Les objectifs professionnels sont assez clairs pour la qualité, mais on ne voit pas bien à quels objectifs professionnels tels qu ils sont définis dans le document p 4, se rattache la spécialité «Banque, Finance, Assurance». La mention est très orientée vers le «management» de l information (d où une forte proportion d enseignantschercheurs des sections CNU 71 et 61 au détriment d enseignants-chercheurs issus de la section 06 du CNU) alors que la notion de qualité peut être plus vaste. Le positionnement dans l environnement de la mention «Qualité» est assez flou. Il n y a pas de comparaison par rapport à d autres mentions du même type dans l environnement local, régional ou national. La mention et plus précisément la spécialité «Management de la qualité de l environnement et de la Sécurité» est très bien insérée dans l environnement professionnel. Mais, il n y a pas d adossement à une équipe de recherche reconnue. La lecture du dossier laisse une impression d incohérence dans la mention. Il semble que la mention soit développée essentiellement pour accueillir la spécialité «Management de la qualité, de l environnement et de la Sécurité» et non la seconde spécialité. Le responsable de la mention est un MCF de la section 61 (génie informatique, automatique et traitement du signal). L équipe pédagogique comprend dix universitaires (MCF et PAST) des sections 27, 61, 06, 71 et 26. Elle est composée par ailleurs, de professionnels. L équipe pédagogique qui intervient plus particulièrement sur le M1 n est pas précisée. On peut noter en regardant les équipes pédagogiques des spécialités la faible présence des enseignantschercheurs issus de section 06. Le M1 est largement commun aux deux spécialités à l exception de quelques cours d unités d enseignements métiers. Le M2 diffère également d une spécialité à l autre et d une option à l autre par quelques unités métiers. Le contenu de l enseignement est très général, avec quelques spécificités orientées vers les options. On peut s interroger sur l intérêt des cours de M1 semestre 1 pour la spécialité «Banque, Finance, Assurance». Le contenu des cours reste assez disparate et peu justifié eu égard aux objectifs des spécialités (notamment «Banque, Finance, Assurance»). 2

60 Il ya des liens importants avec le monde professionnel de la spécialité «Management de la qualité de l environnement et de la Sécurité», présence de PAST, apprentissage, formation continue. La totalité des élèves de M1 et 90 % de ceux de M2 sont en apprentissage. Le nombre d inscrits pédagogiques en M1 n est pas fourni. En revanche, on note une bonne progression des inscrits pédagogiques en M2 spécialité «Management de la qualité de l environnement et de la Sécurité». Aucune information n est donnée sur les flux en M2 «Banque, Assurance, Finance». Les informations données dans le dossier sont de bonne qualité pour la spécialité «Management de la qualité de l environnement et de la Sécurité», mais de qualité très faible pour le M1 et la spécialité «Banque, Assurance, Finance» (pas de flux, pas de débouchés, pas de taux de réussite). Rien n est précisé ; on ne sait pas non plus si c est une création ou un renouvellement pour cette spécialité. Points forts : Corps enseignant diversifié. Formation en apprentissage essentiellement. Partenariat avec des entreprises. L insertion professionnelle des anciens diplômés semble satisfaisante. Points faibles : Pas d adossement à un laboratoire de recherche. Recrutement de titulaires d une licence professionnelle. Les objectifs scientifiques comme les débouchés professionnels sont imprécis. Les programmes sont insuffisamment définis. Certains thèmes fondamentaux abordés semblent traités de façon trop superficielle. Les spécialités et options sont parfois vagues : «tertiaire», «santé, maintenance et sureté», «prestations de services en informatique». Peu d heures sont consacrées à l approfondissement des options. La cohérence entre le M1 et les M2 n est pas démontrée. La structure de la mention et le contenu du dossier donnent à penser que la mention «Qualité» porte essentiellement la spécialité «Management de la qualité de l environnement et de la Sécurité» en laissant une faible place à la spécialité «Banque, Finance, Assurance» et au M1. On peut s interroger, en conséquence, sur la cohérence de cette mention et la présence de «Banque, Finance, Assurance» au sein de cette mention. L objectif de la spécialité énoncé p 30 reste peu convaincant à cet égard. Avis par spécialité Management de la qualité, de l Environnement et de la Sécurité au sein des Organismes Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : L insertion dans le monde professionnel (relations avec entreprises, PAST, apprentissage). Corps enseignant diversifié. Formation en apprentissage essentiellement. Points faibles : Faible appui recherche. Place des enseignants-chercheurs issus de la section 06 dans l équipe pédagogique relativement faible. Beaucoup d options présentes dans la spécialité. Peu d heures consacrées à l approfondissement des options. Métiers visés pas clairement définis. Recommandations : Développer une évaluation plus systématique auprès des étudiants de la formation. 3

61 Le dossier, concernant la spécialité et les diverses options, ne laisse pas percevoir clairement les objectifs et les activités visés. L accent est mis sur des capacités très générales et trop vagues. Les compétences opérationnelles n apparaissent pas clairement. Il serait nécessaire de développer davantage les compétences recherchées et les moyens mis en œuvre pour les acquérir. Banque, Assurance, Finance Appréciation (A+, A, B ou C) : C Points forts : Corps enseignant diversifié. Formation en apprentissage essentiellement. Partenariat avec des entreprises. Spécialité fortement demandée sur le marché du travail. Points faibles : Les connaissances dans les domaines visés risquent d être trop légères. Sa position dans la mention «Qualité», non véritablement justifiée dans le dossier actuel, est relativement difficile à justifier étant donné le contenu des cours de M1. L équipe pédagogique d enseignants-chercheurs est relativement restreinte, (4 dont 1 Past) issus pour l essentiel des sections 71 et 61, ce qui est surprenant pour une telle spécialité. Ne sont pas précisés les chiffres des flux, ni les taux d insertion. Il n est pas non plus indiqué que c est une création. Recommandations : On peut concevoir que les secteurs financiers et de l assurance aient besoin dans leurs services fonctionnels de spécialistes de la qualité. En revanche, il est plus difficile d adhérer à l idée qu un spécialiste de la qualité est le plus à même d occuper un poste de directeur d agence dans ces secteurs. Pour ce type de postes, il est en effet nécessaire d avoir des bases suffisantes en finance, assurance et commerce. La formation devrait être largement renforcée sur les connaissances propres liées à ces secteurs. Il apparaît peu réaliste de vouloir former des directeurs d agence bancaire ou de cabinet d assurance en axant la formation sur la qualité. Les diplômés risquent d avoir trop peu de connaissances dans les domaines financier et de l assurance. Réexaminer la pertinence de la présence de cette spécialité dans la mention de master «Qualité». Commentaire et recommandations La formation est assez généraliste mais le niveau scientifique apparaît trop superficiel. On peut s interroger sur les débouchés pour un nombre d élèves important tel qu il est envisagé. On peut également s interroger sur l intérêt d afficher autant d options dans la première spécialité, sachant que les enseignements spécifiques ne représentent qu une faible part du M2. Il serait préférable de présenter moins d options et de former des spécialistes de la qualité en mesure de s adapter à tous les secteurs économiques. Comme on ne sait pratiquement rien de la place de la spécialité «Banque Finance, Assurance» dans la mention (combien d étudiants attendus, quels flux ), on peut recommander de réexaminer la position de cette spécialité qui ne semble pas cohérente avec le contenu de cette mention. Les options de la spécialité «Management de la qualité de l environnement et de la Sécurité» pourraient suffire à constituer une mention cohérente. 4

62 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Information et communication Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Points forts : Forte expérience de l équipe dans l enseignement de cette mention et de ces spécialités (plus de 20 ans d habilitation sous forme de DESS). Débouchés professionnels satisfaisants. Formation à forte orientation professionnelle, avec intervention de nombreux acteurs professionnels reconnus du secteur. Master à l articulation entre plusieurs domaines de compétences (sciences de l information, informatique, intelligence économique et stratégique), ce qui témoigne d un effort réel de collaboration entre domaines et secteurs complémentaires. Points faibles : Adossement à la recherche inexistant ou presque. Pas ou très peu d ouverture internationale. Peu d évolutions, d innovations pédagogiques malgré un secteur en forte évolution depuis 20 ans. En titulaires, la formation ne repose que sur deux MCF (dont un HDR). Il apparait un réel décalage entre les flux constatés (entre pas ouverts et 19 au maximum, mais une moyenne aux alentours de 10-12) et les flux attendus (25 étudiants pour chaque modalité) sans mention de dispositifs d attractivité particulier pour réguler ce flux. Avis par spécialité Intelligence Economique et Analyse des Risques Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Formation professionnalisante dans un secteur de pointe à forte valeur ajoutée. Très bonne articulation avec le secteur professionnel et bonne insertion. Présence d'une association d anciens étudiants améliorant forcément le placement des futurs diplômés. Points faibles : Manque d articulation avec les laboratoires de recherche. Parcours pédagogiques avec une spécialisation forte dès la première année, ne facilitant pas les adaptations de parcours (recrutement polyvalent du master), ou les réorientations en cours de cursus. Pas ou très peu d ouverture internationale. 2

63 Recommandations : En master 1, il conviendrait peut-être de proposer des parcours plus progressifs pour les étudiants entrants, selon leurs domaines de compétences. Renforcer les enseignements ayant une articulation plus claire avec les secteurs de la recherche ou de la recherche-action. Patrimoine Immatériel et information scientifique Technique et économique Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Formation professionnalisante dans un secteur de pointe à forte valeur ajoutée. Bonne insertion professionnelle. Points faibles : Le réseau des intervenants extérieurs professionnels est trop restreint. Pas ou très peu d ouverture internationale. La partie du formulaire relative à la mise en œuvre de la formation n est pas remplie ou de façon trop succincte. Il manque une articulation avec les laboratoires de recherche. Recommandations : En master 1, il conviendrait peut-être de proposer des parcours plus progressifs pour les étudiants entrants, selon leurs domaines de compétences. Renforcer les enseignements ayant une articulation plus claire avec les secteurs de la recherche ou de la recherche-action. Commentaire et recommandations Le projet doit être révisé pour intégrer l évolution des TIC et du contexte national et international très forte depuis Les bases scientifiques de la formation doivent être renforcées. Un vrai adossement à la recherche est indispensable pour prendre en compte ces évolutions afin de promouvoir un enseignement à la recherche et par la recherche. Un ancrage international fort avec des échanges d enseignants chercheurs, voire d ECTS et d UE serait à privilégier, au besoin sous la forme d enseignement à distance. Les données concernant l'insertion et la satisfaction des étudiants semblent encore trop sommaires et devront à l'avenir, être plus précises et rigoureuses. 3

64 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Urbanisme, Aménagement, Transports Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : A Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Points forts : Bonne architecture globale de la mention (M1/M2, spécialités, professionnel/recherche). Les orientations «recherche» et «professionnalisation» ne font pas l objet de filières distinctes, mais sont composées entre elles au sein de chaque spécialité. Complémentarité des établissements réunis dans le PRES Université Paris-Est, fournissant une équipe enseignante de qualité et interdisciplinaire (y compris ingénierie/sciences Humaines et Sociales). Solide adossement recherche à deux UMR et une grosse EA. La formation répond à une demande de spécialistes «ville et transports». Elle dispose de solides partenariats avec le monde professionnel. Points faibles : Si le ciblage professionnel d ensemble et l équilibre professionnel/recherche sont globalement satisfaisants, cela est moins évident spécialité par spécialité, sauf pour «Usages de la ville et gestion des services urbains». La synergie avec la spécialité «Politiques de la ville dans l'espace euro-méditerranéen» apparaît peu évidente, tant au regard des établissements partenaires (la spécialité est issue d'une co-habilitation avec Paris 8 qui ne participe pas au PRES), que de l'articulation entre M1 et M2. Absence de réflexion sur la «durabilité» de la procédure de sélection pour l entrée en M1. L'ouverture internationale est seulement amorcée. Avis par spécialité Transports et Mobilités Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Très bonne qualité de la formation à la recherche. Bonne articulation Sciences de l ingénieur/sciences Humaines et Sociales. Points faibles : Objectifs de formation professionnelle pas assez précis. Ouverture internationale encore insuffisante. 2

65 Recommandation : Mettre davantage l accent sur le développement durable en tant qu il concerne les professionnels de la conception et de l exploitation des réseaux de transport. Usages de la ville et gestion des services urbains Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Bon équilibre Professionnel/Recherche. Bonne articulation Sciences de l ingénieur/sciences Humaines et Sociales. Points faibles : Faible représentation de praticiens des collectivités dans l équipe enseignante. Ouverture internationale pas assez affirmée. Recommandations : Renforcer la présence des praticiens issus de collectivités parmi les enseignants. Développer les liens avec l international. Politique de la Ville dans l espace euro-méditerranéen Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Enseignants variés et complémentaires. Formation accessible à l apprentissage. Bonne ouverture internationale. Points faibles : Equilibre professionnel/recherche difficile à maintenir. Risque de concurrence avec master Eurmed d Aix-Marseille. Recommandations : Confirmer la formation recherche. Mener à bien le master ERASMUS Méditerranée annoncé dans le dossier. Commentaire et recommandations La mention présente deux particularités : l articulation entre transport-mobilités et aménagement urbain, présentée comme unique en Ile-de-France et son adossement à des structures de recherche dans les domaines de l urbanisme et des mobilités. Toutefois, de l avis des experts il ne s agit pas (et surtout il ne s agira pas toujours) d une exclusivité et les responsables devront à terme préciser leurs avantages comparatifs dans ces domaines. Dans le contexte actuel, un accent plus fort devrait être mis sur les enjeux de la ville durable, parmi lesquels la mobilité et l'organisation des transports jouent un rôle clef. Une participation active aux réseaux d'établissements européens, telle «l'association of European Schools of Planning», permettrait d'accroître l'ouverture internationale de la formation. 3

66 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Sciences de la matière Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Cette formation concerne l étude des propriétés de la matière et les méthodes d élaboration et de caractérisation des matériaux de l échelle nanométrique à l échelle macroscopique ainsi que la modélisation et la simulation numérique. Il s agit d un nouveau master qui comporte trois spécialités et qui est construit sur la base de deux anciens masters dont on aurait souhaité que le dossier fasse figurer, en particulier, le devenir des étudiants. L estimation des flux ne peut se faire qu en fonction des formations à partir des deux anciens masters, ils sont compris entre quarante et cinquante étudiants en M2. La structure générale comporte pour le M1, 70 % d enseignements en tronc commun et 30 % de matières optionnelles permettant une spécialisation progressive vers la spécialité choisie en M2. L adossement à la recherche est significatif ; il implique principalement trois laboratoires labellisés de l Université de Marne-la-Vallée et quatre laboratoires du PRES Université Paris-Est. L équipe pédagogique est pluridisciplinaire en M1 et en M2, incluant des enseignants d autres établissements et du milieu socioprofessionnel. Les responsables de chaque UE ou des stages sont peu précisés dans le dossier. L ouverture internationale est envisagée mais le dossier ne présente aucun projet concret. Il n apparaît pas de liens pédagogiques avec d autres écoles ou instituts. L existence de cette formation est tout à fait justifiée, mais elle présente quelques points faibles importants qui doivent être corrigés. Points forts : Une formation dans le domaine des sciences de la matière, de la physico-chimie des matériaux et de l énergétique présentant une bonne lisibilité autour de trois spécialités bien différenciées et ayant effectué un regroupement intéressant à partir des formations précédentes. L orientation progressive vers les spécialités. Les flux d étudiants prévus à partir des effectifs des anciens masters devraient permettre une estimation correcte des effectifs dans chaque spécialité. La bonne orientation du master vers le développement durable et l environnement. Un effort est également fait en faveur de la professionnalisation. Les stages d un mois en M1 et de quatre mois minimum en M2, contribuent à une bonne insertion aussi bien dans une formation doctorale qu en entreprise. Points faibles : Les liens avec les exigences des écoles doctorales de l Université de Marne-la-Vallée ne sont pas présentés. L ouverture internationale est évoquée, mais aucun projet détaillé n est fourni. La cruelle absence de bilan du devenir des étudiants issus des masters sur lesquels s appuie le projet présenté permettant d estimer les taux d insertion notamment dans le milieu industriel. Il n existe pas d UE professionnalisantes dans le cas particulier de la spécialité «Physique des matériaux». 2

67 Avis par spécialité Physico-chimie de la matière et applications Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Cette formation sur la structure de la matière et sa réactivité avec le milieu environnant, prépare l étudiant aussi bien vers une formation doctorale que vers l insertion professionnelle en entreprise grâce aux stages et aux UE professionnalisantes. Les objectifs pédagogiques et professionnels sont bien définis. L orientation vers le développement durable et l environnement est intéressante. Points faibles : Les liens avec les exigences des écoles doctorales de l Université de Marne-la-Vallée ne sont pas présentés. Le dossier ne mentionne pas de bilan du devenir des étudiants issus des masters sur lesquels s appuie le projet présenté permettant d estimer les taux d insertion dans le monde du travail. Il manque une UE de langues étrangères. Recommandations : Il aurait été souhaitable de montrer comment cette spécialité répond aux exigences des formations doctorales de l Université de Marne-la-Vallée. Il conviendra d ajouter une UE d anglais renforcé. Il aurait été intéressant de mieux connaître les modalités d évaluation du stage ainsi que son suivi et les liens avec les entreprises. Physique des matériaux Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Une bonne formation dans le domaine des matériaux (élaboration, caractérisation et modélisation numérique) avec une orientation intéressante vers la matière molle et les milieux granulaires. Le bon adossement à la recherche au travers du laboratoire LPMDI UMR Les objectifs pédagogiques et les compétences visées sont bien définis. Points faibles : Les liens avec les exigences des écoles doctorales de l Université Marne-la-Vallée ne sont pas présentés alors que cette spécialité est annoncée à orientation «recherche». L orientation uniquement «recherche» est trop limitative. L absence de formation en langues étrangères. L aspect professionnalisant est absent, ce qui oblige l étudiant à choisir l un des deux autres parcours si son projet professionnel est l insertion en entreprise. Recommandations : Il aurait été souhaitable de montrer comment cette spécialité répond aux exigences des formations doctorales de l Université de Marne-la-Vallée. Il conviendra d ajouter une UE d anglais renforcé. Il aurait été intéressant de mieux connaître les modalités d évaluation du stage ainsi que son suivi et les liens avec les entreprises. Sur ce même registre, il serait souhaitable d ajouter une ou des UE de sensibilisation à l entreprise ou/et professionnalisantes afin de faciliter l intégration en entreprise à l issue du M2. 3

68 Dynamique des fluides, phénomènes de transferts, énergétique Appréciation (A+, A, B ou C) : B Points forts : Une formation dans le domaine des composants et systèmes complexes utilisés dans le domaine de l énergétique préparant l étudiant aussi bien vers une formation doctorale que vers l insertion professionnelle grâce aux stages et aux UE professionnalisantes. L orientation intéressante vers le développement durable et l environnement (économies d énergie, énergies renouvelables ) aussi bien sur le plan technologique que sur celui du droit. Cette spécialité possède des UE de langues et des UE professionnalisantes intéressantes. Points faibles : Les liens avec les exigences des écoles doctorales de l Université Marne-la-Vallée ne sont pas présentés. Il n existe pas de bilan du devenir des étudiants dans les masters anciens sur lesquels s appuie le projet présenté permettant d estimer les taux d insertion dans le milieu socioprofessionnel. Recommandations : Il aurait été souhaitable de montrer comment cette spécialité répond aux exigences des formations doctorales de l Université de Marne-la-Vallée. Il serait souhaitable d indiquer le mode d évaluation et du suivi des stages ainsi que les liens avec les entreprises. Commentaires et recommandations Ce dossier est clairement rédigé, mais certaines informations importantes manquent. En particulier, la cohérence avec la politique des écoles doctorales devrait être plus apparente. Il manque également un projet concret d ouverture internationale. La part prise par les professionnels dans chacune des spécialités est annoncée autour de 20 %. L absence d enseignements professionnalisants dans la spécialité «Physique des matériaux» paraît surprenante ; une introduction à la vie de l entreprise et/ou de façon plus générale des UE professionnalisantes devraient être ajoutées dans cette spécialité dont le potentiel devrait intéresser les entreprises. Concernant les stages revêtant une importance particulière aussi bien pour l orientation «recherche» que professionnelle, leur mode d évaluation et du suivi devrait être plus explicite. Les liens avec les entreprises et leur intégration dans l équipe pédagogique devraient être plus développés. 4

69 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine :Arts, Lettres, Langues Mention :Langues et cultures étrangères Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : B Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Formation classique et de qualité, cette mention est la poursuite logique de licences LLCE et LEA. Les concours de recrutement de l enseignement du second degré semblent être l objectif principal des filières recherche, sans que la poursuite en doctorat n apparaisse comme une priorité. Les filières professionnelles semblent avoir un bon taux d insertion des diplômés. C est probablement là un objectif réaliste et bien ancré sur la réalité du tissu économique de l établissement. La faiblesse de la mention se traduit par le peu d intégration des spécialités qui apparaissent juxtaposées. Si les grands objectifs sont communs, rien dans l architecture ni la mutualisation ne permet de parler de vraie «mention». Les co-habilitations représentent un vrai atout probablement encore sous-utilisé dans le présent dispositif. Points forts : Formation de qualité, cette mention répond au double objectif : insertion professionnelle directe et poursuite de la recherche. Partenariats internationaux et une certaine attractivité pour les étudiants étrangers. L offre est diversifiée et correspond aux objectifs visés, d où une insertion professionnelle des diplômés satisfaisante (quoique variable suivant les spécialités). Les responsables de la mention ont conscience d une nécessité d évolution de l offre et une spécialité Amérique latine et pays d Asie sera proposée à mi-parcours. La formation est cohérente avec le projet d établissement. Points faibles : La mention est une juxtaposition de quatre spécialités (2 R, 2P) sans véritable tronc/socle commun. Les mutualisations parfois évoquées ne sont en rien explicitées. La poursuite d études en thèse reste incertaine et l objectif des spécialités recherche reste essentiellement les concours d enseignement. La part des professionnels dans la formation reste globalement faible. 2

70 Avis par spécialité Aires anglophones Appréciation (A+, A, B ou C) : B Cette formation doit impérativement élargir sa palette de débouchés en utilisant ses atouts actuels et en s appuyant à la fois sur la co-habilitation et sur un investissement plus important en encadrement. Points forts : Bon équilibre entre la formation générale et la spécialité. Offre diversifiée de séminaires grâce à la co-habilitation. Intégration de la formation des deux établissements à travers le conseil de master. Bon adossement à la recherche. Points faibles : Taux de poursuite en M2 faible (le M1 jouant probablement un rôle de préparation au concours). Taux de poursuite en thèse faible. Volume horaire trop limité en M2. Absence de formation spécifique autre que les concours de l enseignement, via la participation de professionnels, la formation restant très traditionnelle. Recommandations : Augmenter le volume horaire et renforcer la poursuite d études en M2. Elargir la palette de débouchés pour attirer un public plus large. A travers la co-habilitation renforcer l encadrement et améliorer la préparation du projet personnel des étudiants pour répondre aux besoins diversifiés. Etudes hispaniques et hispano-américaines Appréciation (A+, A, B ou C) : B La qualité de cette formation et ses taux de réussite satisfaisants ne doivent pas masquer le fait qu elle est peut-être redondante par rapport à celle dispensée dans les établissements partenaires de co-habilitation. Points forts : Equipe pédagogique étoffée qui permet une large offre de séminaire. Formation à la recherche bien affirmée. Bon équilibre entre formation généraliste et spécialisation. Stabilité des effectifs et taux de réussite satisfaisant. Points faibles : Volume horaire faible surtout en M2. Descriptif trop succinct de la formation qui ne permet pas de bien juger des complémentarités à travers la co-habilitation (qui reste globalement assez obscure). Pas de poursuite en thèse. Attractivité limitée (étudiants provenant majoritairement de l établissement). Recommandations : Augmentation du volume en M2. Elargissement du recrutement, en particulier en direction de doctorants potentiels, en précisant les spécificités et qualités de cette formation. Repenser l articulation avec les mêmes spécialités dans les universités partenaires. 3

71 Commerce international Appréciation (A+, A, B ou C) : A Une formation classique qui présente des atouts réels, moyennant quelques ajustements. Points forts : Formation solide, classique pour un parcours LEA. Réponse à la demande de l environnement. Effectifs de bon niveau et taux élevé de réussite en M1. Points faibles : Problèmes avec l équipe pédagogique : trop peu d interventions de professionnels, surtout en M2 et trop peu de présence d enseignants chercheurs, donc un adossement à la recherche qui reste incertain. Taux de réussite en M2 trop limité. Absence de passerelle ou d interaction avec la voie recherche. Recommandations : Renforcement de l équipe pédagogique pour pallier les défauts notés supra. Proposer une meilleure intégration de la spécialité dans la mention (ce qui résoudrait probablement le déficit de passerelles). Traduction spécialisée Appréciation (A+, A, B ou C) : B Cette formation présente un potentiel réel qui est sous-exploité et/ou mal géré. Points forts : International : partenariats avec les universités étrangères et stage obligatoire à l étranger. Bonne participation de professionnels à la formation. Insertion professionnelle des diplômés. Deux parcours de spécialisation. Points faibles : Manque de lisibilité de l originalité et de la spécificité de cette formation de traduction par rapport à l offre des autres établissements voisins. Grande fluctuation des effectifs et des taux de réussite. Recommandations : Clarifier la lisibilité de la formation pour la rendre plus attractive. Mieux gérer le recrutement étudiant. Commentaire et recommandations Il importera toutefois d augmenter l investissement en encadrement dans les spécialités recherche, de renforcer la professionnalisation dans les spécialités professionnelles, de s ouvrir à des débouchés autres que les concours de l enseignement et s interroger aussi sur la pertinence de certaines spécialités dans le contexte de l offre régionale de formation. 4

72 Evaluation des diplômes Masters Vague D ACADÉMIE : CRETEIL Établissement : Université Paris-Est Marne-la-Vallée Demande n S Domaine : Sciences Humaines et Sociales Mention : Philosophie Pratique Avis Aeres Appréciation (A+, A, B ou C) : A Avis global : (sur la mention et l offre de formation) Points forts : Le master joue un rôle structurant dans son environnement et a une place importante auprès de la communauté des soigants. Il a une vraie utilité sociale. L'appellation "philosophie pratique", en vigueur depuis l'origine est justifiée par le fait que cette formation s'adresse de manière privilégiée à des soignants, pour qui l'histoire de la philosophie ne saurait constituer une fin en soi, mais un moyen d'éclairer leur pratique. Le master a une vraie dimension d animation de la recherche par l animation de la formation éthique, des espaces éthiques régionaux et par la participation à la création de comités ou commissions d éthique. En FC les infirmiers peuvent valider la réussite à ce master pour présenter un dossier plus étoffé, au moment où ils se présenteront au concours permettant d accéder aux fonctions de cadre de santé. On ne peut nier la légitimité de la formation, bien inscrite dans son environnement ; les diplômés bénéficient réellement de la formation, soit progressent dans leur carrière, soit s inscrivent en doctorat : deux signes de réussite. Les ambitions recherche sont aussi élevées dans les deux spécialités, chacune en son genre. On peut également louer l ouverture des deux spécialités à la FC et FI sur une dimension professionnalisante. L intervention des professionnel (25 %) est très pertinente au regard des deux intitulés de spécialité. Un vrai suivi des étudiants dans les évaluations et les parcours. Le lien recherche avec l équipe de recherche est très centré sur la question de la philosophie pratique en éthique, morale et politique. Points faibles : Le noyau d enseignants-chercheurs responsables du master est trop restreint. Le directeur du master est seulement MC ( une HDR doit être envisagée) et plus généralement l encadrement PR se réduit à deux collègues. La spécialité politique est scientifiquement plus crédible que la spécialité bioéthique et plus orientée vers la recherche. Le jury de diplôme ne peut être constitué que de deux personnes. 2

73 Avis par spécialité Ethique médicale et hospitalière Appréciation (A+, A, B ou C) : A+ Points forts : Légitimité de la formation, bien inscrite dans son environnement. Devenir des diplômés, qui progressent dans leur carrière et continuent à articuler, dans des publications ou dans des comités d éthique, les deux dimensions pratique et théorique caractérisant cette formation. Points faibles : Dimension restreinte du noyau d enseignants-chercheurs responsables du master. Pas assez de prise en compte des formations équivalentes à Paris et en Ile-de-France. Inscription recherche pas suffisamment développée. Ethique et politique Appréciation (A+, A, B ou C) : A Points forts : Une ambition recherche qui ne se dissimule pas et s adosse sur un ensemble d activités intéressantes. Ouverture à l international. Adossement à la recherche avec une sous-équipe active. Grand nombre d inscrits en doctorat à l issue de cette spécialité recherche. Importante motivation des enseignants et des prédoctorants. Point faible : Dimension restreinte du noyau d enseignants-chercheurs en philosophie. 3

74 Observations du président

75

76 Réponse générale sur l'évaluation des formations «Master» de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée Nous tenons tout d'abord à remercier les évaluateurs pour leur travail sur les dossiers de demande d'habilitation des masters de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée. Nous savons d expérience combien il est difficile d'évaluer et d'appréhender la réalité des formations et de leur organisation à partir des uniques dossiers papiers. Nous sommes globalement satisfaits des évaluations qui ont été réalisées bien que nous ayons certaines réserves à formuler. Ainsi, nous sommes particulièrement surpris de l'évaluation de 3 mentions : «Cultures et métiers du web», «Entreprise, ressources humaines, innovation et communication» et «Management des organisations sportives». Ces 3 mentions, très professionnalisantes, semblent avoir souffert de leur positionnement pluridisciplinaire qui rend difficile leur évaluation. Nous les soutiendrons fortement et revenons plus loin en détails sur ces mentions. Aucune évaluation synthétique de l'offre de formation master de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée n'ayant été transmise par l'aeres. Nous nous contentons ici de préciser certains points qui reviennent de manière récurrente dans les évaluations. Moyens humains et mutualisation Le manque de professeurs et de maitres de conférences intervenants dans nos formations de master est régulièrement souligné dans les évaluations. Ceci relève d'un déficit reconnu de longue date par notre tutelle, et évalué actuellement par le modèle «SYMPA» à 117 postes (dont 58 enseignants-chercheurs), sur un total de 704 soit 17% des effectifs. Ceci n'empêche pas nos formations d'être attractives, ni de proposer un encadrement de qualité, mais cela nécessite un investissement plus important de nos personnels titulaires qu'il n'est pas toujours facile de valoriser. Dans le même temps certaines évaluations préconisent d'augmenter les volumes horaires ou de diminuer les troncs communs. Ceci nous paraît quelque peu contradictoire car il va de soi que ces recommandations supposeraient que nous soyons en mesure d'augmenter substantiellement le nombre de permanents de notre université. Suivi des étudiants et insertion professionnelle De nombreuses évaluations demandent des informations plus précises sur le devenir des étudiants et leur insertion professionnelle, alors que les données fournies par notre «observatoire des formations, insertion professionnelle, évaluation» (OFIPE) qui réalise tous les ans une enquête à 18 mois sur l'ensemble de nos diplômés de master, étaient présentes dans toutes les maquettes d'habilitation et que notre observatoire est l'un des premiers à avoir été mis en place et qu'il est reconnu la qualité de ses enquêtes. Université Paris-Est Marne-la-Vallée 5 bd Descartes Marne-la-Vallée Cedex 2

77 Après réflexion, il semble que ce malentendu provienne de la méthodologie même de nos enquêtes. En effet, du fait de l'interrogation des diplômés après 18 mois, les derniers résultats disponibles au moment du dépôt des dossiers étaient ceux des diplômés 2006, ce qui peut paraître incomplet au moment d'une évaluation en Il nous semble que tant qu'il n'y aura pas de cadrage national sur la méthodologie des enquêtes réalisées par les observatoires, nous serons potentiellement confrontés à ce type de recommandations qui, dans le cas de notre université, ne nous semblent pas justifiées. 2/103

78 Réponses aux rapports d'évaluation des mentions de master de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée Listes des mentions Domaine Arts, Lettres et Langues Mention : Arts, lettres et technologies...6 Spécialité : Lettres modernes...7 Spécialité : Cinéma et audiovisuel...8 Spécialité : Musique...9 Spécialité : Edition, livre et multimédia...10 Mention : Langues et cultures étrangères...11 Spécialité : Aires anglophones...12 Spécialité : Etudes hispaniques et hispano américaines...13 Spécialité : Commerce international...14 Spécialité : Traduction spécialisée...15 Domaine Droit, Économie, Gestion Mention : Expertise économique...18 Spécialité : Expertise de l emploi et des compétences...20 Spécialité : Expertise et ingénierie du développement...21 Mention : Management...23 Spécialité : Audit et contrôle...24 Spécialité : Innovation, design et luxe...26 Spécialité : Marketing et production de services...29 Spécialité : Management, ingénierie des services et technologies de l'information et de la communication...31 Spécialité : Management, ingénierie des services et patrimoines immobiliers...33 Mention : Management des organisations sportives...36 Mention : Management des organisations sanitaires et sociales...37 Spécialité : Management des établissements, services et organisations de santé...39 Spécialité : Ingénierie de la protection sociale...39 Spécialité : Management de l insertion par l économie sociale et solidaire...40 Mention : Management du tourisme...42 Spécialité : Tourisme d affaires, congrès et événementiel...43 Spécialité : Tourisme et hôtellerie haut de gamme...44 Mention : Qualité...45 Spécialité : Management de la qualité, de l environnement et de la sécurité au sein des organismes...47 Spécialité : Banque, assurance, finance /103

79 Domaine Sciences Humaines et Sociales Mention : Cultures et métiers du web...50 Mention : Entreprise, ressources humaines, innovation et communication...54 Spécialité : Communication des entreprises et des institutions...56 Spécialité : Management par les compétences et les organisations...58 Spécialité : Gestion des ressources humaines et mobilité internationale...58 Spécialité : Entreprise, innovation et société...60 Mention : Histoire...62 Mention : Science politique...64 Spécialité : Géopolitique et études européennes...65 Spécialité : Cultures politiques comparées...66 Spécialité : Philosophie politique...67 Mention : Information et communication...68 Spécialité : Intelligence économique et analyse des risques...69 Spécialité : Patrimoine immatériel et information scientifique technique et économique...69 Mention : Philosophie pratique...70 Mention : Urbanisme, aménagement, transports...71 Spécialité : Transports et mobilités...72 Spécialité : Usages de la ville et gestion des services urbains...72 Spécialité : Politique de la ville dans l espace euro-méditerranéen...73 Mention : STAPS...75 Domaine Sciences, Technologies, Santé Mention : Mécanique et génie civil...78 Spécialité : Ingénierie de projet en génie civil...78 Spécialité : Mécanique des matériaux et des structures...78 Spécialité : Mécanique des sols, des roches et des ouvrages dans leur environnement...79 Spécialité : Science des matériaux pour la construction durable...79 Mention : Informatique...80 Spécialité : Signal, image, système...82 Spécialité : Systèmes d'information et applications web...83 Spécialité : Sciences et ingénierie informatique...84 Mention : Mathématiques...86 Spécialité : Mathématiques et applications...86 Spécialité : Ingénierie, mathématique, informatique et statistique...86 Mention : Géo-environnement...87 Spécialité : Géorisques...88 Spécialité : Géomatériaux...89 Mention : Génie urbain...91 Mention : Génie des systèmes industriels...92 Mention : Electronique, télécommunications, géomatique...94 Spécialité : Systèmes de communications hautes fréquences...95 Spécialité : Technologies et techniques des télécommunications...96 Spécialité : Micro-technologies pour les systèmes de communication...97 Spécialité : Information géographique...99 Mention : Sciences de la Matière Spécialité : Physico-chimie de la matière et applications Spécialité : Physique des matériaux Spécialité : Dynamique des fluides, phénomènes de transferts, énergétique /103

80 5/103

81 Domaine Arts, Lettres et Langues 6/103

82 N demande : n S Domaine : Arts, lettres, langues Mention : Arts, lettres et technologies Note de l AERES : A Réponse à l appréciation générale Nous sommes heureux que ce projet de mention interdisciplinaire ait pu satisfaire l AERES. En effet, nous sommes convaincus qu un profond renouvellement de l enseignement et de la recherche est nécessaire dans cette période de mutation sociologique, artistique et technologique. Il est indispensable d aider les futurs acteurs de nos disciplines à construire une vaste panoplie d outils conceptuels, culturels et techniques afin de favoriser leur dynamisme et leur adaptabilité. ans cette même logique de synergies, les étudiants vont pouvoir bénéficier de l inscription de notre UFR dans le tissu local (PRES «Université Paris-Est», partenariat avec l'ina, ENS Louis-Lumière ), national et international (liens avec les principales institutions de nos domaines). Réponse aux points faibles Les liens de notre Master avec le doctorat est tout à fait direct : sur la trentaine de doctorants actuels, une bonne partie est issue de nos différentes spécialités de master. Dans ce sens les spécialités recherche (et même la professionnelle), sont la véritable porte d entrée au doctorat. D autre part, notre bonne réputation professionnelle et les spécificités de nos orientations (équilibre théorie/pratique, axes de recherches du LISAA EA 4120, travaux sur domaines de pointe, ), attire réellement des doctorants venus d autres universités ou départements. Une passerelle entre la filière cinéma et l équipe EHMIS du LISAA (EA 4120) est établie en M2 par des séminaires sur le cinéma espagnol, qui ont conduit à deux doctorats, et une convention de recherche avec le CNC développera les liens établis dans le domaine des archives cinématographiques (un doctorant en bourse Cifre à Pathé Gaumont). La nomination espérée prochaine d un Professeur des Universités en cinéma et audiovisuel renforcerait plus encore les liens du master avec le doctorat. D autre part, nous assurons plusieurs passerelles concrètes reliant le master au doctorat : les étudiants en master sont tenus d assister aux différents colloques, séminaires, journées d études et conférences particulières. Ils peuvent aussi se joindre aux séminaires de doctorat (séminaires en arts et technologies, en études hispaniques ou en lettres modernes). Ils peuvent ainsi rencontrer leurs collègues plus avancés et commencer à préparer ce projet d étude. Les étudiants peuvent aussi effectuer des stages pratiques au sein de l équipe d accueil : en fonction de leurs compétences et intérêts, certains contribuent au fonctionnement général (aide à l organisation de colloques), participation aux projets de recherche (Le Sensible, Réalisme et illusions, Laptop orchestra, Interfaces gestuelles, recherches bibliographiques ). Enfin, il faut remarquer que le master que nous proposons est pluridisciplinaire et transdisciplinaire grâce à une équipe d accueil qui procède de même. Le master s adosse réellement au laboratoire. Les sujets des thèses que nous encadrons s appuient concrètement sur les axes du LISAA et les différents projets de recherches qui en découlent : travaux sur l écriture, le passage du savoir aux œuvres, les liens arts et histoire, les rapports arts/sciences/technologies De tels sujets sont proposés dès le M1. A l heure des co-productions internationales généralisées, ce master est fermement ancré dans des réseaux internationaux : plusieurs de nos enseignants sont issus de l étranger 7/103

83 (Etats-Unis, Royaume Uni, Espagne, Cuba, Argentine, Brésil, Portugal, Québec, Canada, Iran, Belgique, Italie, Allemagne, ) ou y ont séjournés longuement. Chacun apporte ainsi son réseau de contacts scientifiques et pédagogiques. Nous avons aussi diverses conventions avec la Pologne (2 étudiants Eramus par an), le Japon (plusieurs étudiants depuis 4 ans), l Irlande (2 étudiants), la Tunisie (3 étudiants). Dès la licence, et cela se poursuit clairement en master, nos étudiants sont invités à séjourner à l étranger. En master cette année plusieurs étudiants étaient ainsi en échange international. C est pourquoi la pratique de l anglais est réellement soutenu dans cette formation. En ce qui concerne la spécialité professionnelle «édition, livre et multimédia», si son intégration ne peut procéder exactement de la même manière que pour les spécialités traditionnelles de nombreux liens sont déjà établis. Bénéficiant d une formation spécifique dans des domaines techniques, ce que requiert l orientation professionnelle de cette spécialité, les étudiants suivent aussi les cours de tronc commun avec les étudiants des autres spécialités ainsi que plusieurs enseignements sur deux ans en accord avec les orientations générales du master : deux UE de littérature et histoire de l art, une UE sur les rapports entre texte et image. Les étudiants recrutés sur dossier et audition avec un très bon niveau et en particulier des compétences rédactionnelles pourront s orienter vers certains sujets de doctorat en accord avec leur connaissance du monde de l édition. Réponse aux recommandations Les étudiants de M1 et M2 sont déjà invités à partir en stage de 4 mois à l étranger. Nous allons maintenir cette proposition. Les langues secondes seront aussi encouragées, sous la forme d options supplémentaires. Nous bénéficierons alors des cours offerts par le service commun des langues. Nous travaillons déjà avec les différentes institutions culturelles du département et de la région : INA, ENS Louis-Lumière, Scène Nationale La ferme du Buisson, Cinéma Le Bijou, Noisy-le-Grand, Ecole de Musique du Val-Maubuée, San du Val d Europe, Eurodisney et diverses sociétés de post-production ou de jeu vidéo. Ces liens effectifs sont en train de se formaliser sous la forme de conventions pédagogiques et/ou de recherches. Les étudiants ont déjà mis sur pied une association (L Accrossession) avec laquelle nous travaillons depuis plusieurs années, notamment autour du Festival Annuel Crostival, des «bœufs» périodiques dans nos locaux et des projections de films à l université et divers cinémas. La prochaine étape est effectivement la formalisation d une association des anciens diplômés, comme nous le faisons déjà pour l IMAC, les premiers pas de celles-ci sont déjà en cours depuis une année. Spécialité : Lettres modernes Note de l AERES : A Réponse aux points faibles Le nombre d inscrits en M2 est variable selon les années, en fonction des effectifs initiaux mais aussi en fonction du niveau des étudiants. Ce nombre était faible en mais plus important en (13) ainsi qu en (11). Les étudiants étrangers accueillis dans le cadre d échanges internationaux viennent s ajouter aux effectifs indiqués. 8/103

84 Des enseignements en langue vivante sont prévus dans la maquette au S2 (M1) et S4 (M2). L ouverture à l international est assurée dans le cadre des échanges Erasmus ainsi que dans le cadre de conventions signées avec des universités étrangères (conventions avec le CREPUQ, échanges Erasmus avec l Allemagne, la Pologne, la Roumanie, l Espagne). Les étudiants sont incités aux échanges internationaux dans le cadre de la formation. Spécialité : Cinéma et audiovisuel Note de l AERES : A Réponse à l appréciation générale L AERES souligne la cohérence d une formation qui combine savoirs théoriques, esthétiques, historiques et techniques, ce dont nous nous félicitons. En effet notre ambition est de former des chercheurs et des professionnels capables de réfléchir à un champ en constante mutation, d y formuler des propositions originales et de s ouvrir sur le long terme aux changements technologiques inévitables. Réponse aux points faibles L anglais demeure une langue indispensable dans ce domaine ; la mise en place de son enseignement aux étudiant de master a été prioritaire. Une ouverture de la formation à plusieurs langues étrangères est en effet souhaitable : espagnol (des collaborations en Master 2 avec le département d espagnol), portugais (plusieurs bourses Alban avec le Brésil) voire chinois (plusieurs étudiants effectuent des stages en Chine ou des recherches sur les cinémas ou les télévisions chinoises). Nous espérons le proposer dès l année prochaine en options, en collaboration avec le service commun des langues de l'université. Le suivi des mémoires étudiants en M1 et M2 recherche nous semble solidement assuré par les enseignants titulaires et les cours de méthodologie. Le suivi de stages en des entreprises aussi diverses que, par exemple cette année, Publicis Consultant, Eurowide Film Productions, Conseil Général de Seine et Marne, MTV Networks, CNRS Images, France Televisions, Fun TV, pourrait être renforcé, notamment par la participation des enseignants en réalisation ou production. Réponse aux recommandations Des échanges ont lieu avec l université de Montreal, Brooklyn College aux Etats Unis, plusieurs universités chinoises et en Europe, via le programme Erasmus. Un partenariat se développe avec l université Nationale de Chon Buk en Corée du Sud : des échanges d étudiants et d enseignants sont prévus l automne prochain ainsi que des conférences et programmations sur le cinéma coréen en novembre 2009, à l Université Paris-Est et au cinéma Le Bijou de Noisy-le-Grand. En outre une professeure de l Université California Santa Cruz est invitée au printemps Ceci, ainsi que nos échanges au sein du LISAA EA 4120 avec les professeurs invités par les équipes FTD et EHMIS, devrait en effet déboucher sur la mise en place de doubles diplômes. 9/103

85 Spécialité : Musique Note de l AERES : A Réponse à l appréciation générale L AERES approuve les choix et la philosophie générale de cette spécialité, ce dont nous nous réjouissons. Celle-ci est en parfaite cohérence avec le projet commun de de la mention. Réponse aux points faibles Notre département de musique est né il y a relativement peu de temps et a connu plusieurs réorganisations majeures depuis Dans ce contexte, il y a eu une forte évolution des attentes et exigences pédagogiques qui ont surpris plus d un licencié : les résultats en question en sont la trace. Globalement, cette hausse de niveau est désormais stabilisée et les résultats en master devraient donc suivre de façon entièrement satisfaisante. Les étudiants sont à notre avis déjà bien encadrés : nombreux séminaires de méthodologie, rendez-vous individuels réguliers avec les directeurs de recherches, animation de projets communs, etc. Nous devons réfléchir plus longuement à ce commentaire de l AERES pour développer mieux encore le suivi des stages professionnels. Les étudiants qui choisissent cette spécialité viennent en majorité de la spécialité de licence «musique et métiers du son». Un certain pourcentage vient aussi des universités parisiennes (Paris-8, Paris-4, Evry) ou des conservatoires de Musiques diplômant à Bac +3. Sauf une ou deux exceptions, ils sont tous en formation initiale. En effet, nous devons encore développer notre offre au niveau de la formation continue car celle-ci n est pas encore passée dans les mœurs du milieu musical où règne encore beaucoup la formation «sur le tas». Réponse aux recommandations La pratique musicale a autant sa place en M1 qu en M2 : nombreux projets de réalisations musicales et travaux de recherche appliquée. Les étudiants sont aussi invités à participer à la chorale du département et ne se font pas prier pour jouer lors des concerts collectifs et festivals. Nous rendrons l affichage de cela plus clair. Comme indiqué ci-dessus, nous avons déjà des partenariats avec le Conservatoire du Val- Maubuée, le Conservatoire de Sarcelles, l Institut Supérieur de Musique de Sousse, L Université de Montréal, l UQUAM, l Université Laval, l Université de Scheffield, le ZKM à Karlsruhe, l Université de Paris-8, le CDMC, et la MSH Paris-Nord. D autres sont en préparation avec l Ircam et l INA-GRM et le CNSMP. Les premiers pas ont aussi été franchis avec le Labri de Bordeaux, USC à Los Angeles, le CNMAT à Berkeley, le Musée des instruments de musique de Poznan (Pologne), la Cité de la Musique, l Université de Nice-Sophia-Antipolis et l Université McGill à Montréal. 10/103

86 Spécialité : Edition, livre et multimédia Note de l AERES : A Réponse à l appréciation générale Cette réponse est intégrée dans les commentaires généraux des premières pages. Réponse aux points faibles Le taux d abandon apparent est à relativiser. La formation a été habilitée par le Ministère pour la première fois à une date tardive : juillet 2007, ce qui explique le recrutement d une petite promotion : 11 étudiants. Une étudiante mexicaine a dû rentrer dans son pays pour des raisons personnelles. Il n y a eu qu un seul abandon réel (une étudiante peu assidue pendant l année). Il est à remarquer que depuis, les effectifs ont rejoint les normes universitaires usuelles. Les étudiants de cette spécialité sont fortement encouragés à prendre des cours au service commun des langues, comme les autres étudiants de la mention. 11/103

87 N demande : S Domaine : Arts, lettre, langues Mention : Langues et cultures étrangères Note de l AERES : B Réponse à l appréciation générale L architecture commune de certains enseignements, si elle n a pas été perçue clairement, est néanmoins une réalité pédagogique ( enseignements communs de civilisation et de pratiques de la langue) qui a des effets sensibles sur la fluidité de l orientation des étudiants linguistes licenciés issus des trois formations. La politique de cohabilitation dans le cadre du PRES «Université Paris-Est» sera développée pour assurer un maillage plus dense et plus riche des offres de séminaires et de parcours. Réponse aux points faibles Des efforts seront fournis pour renforcer le «tronc commun» en particulier dans les techniques de traduction (spécialisation de certains enseignants-chercheurs en traduction). La spécialité traduction spécialisée est candidate au «Label European Master in Translation» de la Direction Générale de la Traduction de la Commission Européenne qui lui permettra d'intégrer le réseau de master de traduction du même nom (EMT). Des demandes de PAST en économie, gestion, droit et TICE devraient, si elles sont honorées, renforcer la part des professionnels. Concernant le tronc commun, toutes les spécialités comportent des enseignements mutualisés de traduction (traduction littéraire mutualisée entre les spécialités recherche et la spécialité «traduction spécialisée», traduction économique financière commune aux deux spécialités professionnelles). Les spécialités professionnelles mutualisent en outre les enseignements juridiques, la communication professionnelle, l'ue «cultures et sociétés». Chaque année des étudiants choisissent de se réorienter ou de compléter leur formation dans une autre spécialité. Ils peuvent accéder directement au M2 de l'autre spécialité professionnelle, après le M1 ou effectuer les deux M2 professionnels. La forte part de tronc commun leur permet de ne pas perdre une année et de ne «rattraper» que les enseignements du «cœur de métier», parallèlement à la poursuite en M2. Réponse aux recommandations Des demandes de postes de PAST et de Professeurs sont faites régulièrement chaque année et nous espérons qu elles seront intégrées de façon prioritaire dans la politique de formation de notre université, mais il faut rappeler le sousencadrement global de l'établissement Des parcours permettant d ouvrir à d autres débouchés que l enseignement sont à l étude comme cela a été signalé dans les maquettes : lien avec les métiers du tourisme, avec le diplôme de guide national interprète. D autres débouchés sont évidemment possibles mais ils ne s'appuient pas sur des formations de notre université, ils n ont donc pas été signalés. Nous allons nous attacher à faire une présentation plus analytique des débouchés qu offre un master recherche en langue. 12/103

88 Spécialité : Aires anglophones Note de l AERES : B Réponses aux points faibles et recommandations Comme indiqué dans l introduction à la maquette de la spécialité «Aires anglophones», cette spécialité «a pour finalité principale de conduire les étudiants vers les études doctorales». Cependant, 90% des étudiants du master proviennent de la Licence LLCE «anglais» de l université et l origine socioculturelle modeste de ces étudiants les fait hésiter à s engager dans de telles études longues. Par ailleurs, l équipe de professeurs et maîtres de conférence HDR anglicistes de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée étant petite, toutes les branches de la discipline ne sont pas représentées ce qui a également eu pour conséquence le départ de certains candidats vers des universités parisiennes pour la poursuite en doctorat. Bien que ceci n ait peut-être pas été suffisamment remarqué dans la maquette, l équipe enseignante estime que la co-habilitation avec l'université Paris 12 Val de Marne devrait améliorer cette situation grâce à une palette beaucoup plus large de séminaires et de directeurs de thèses potentiels qui fidéliseront nos étudiants de M1 et M2. Les débouchés autres que l enseignement ont bien été portés dans le dossier où il était noté que l initiation à la recherche de notre master pourrait conduire nos étudiants aux métiers du livre et de la communication, aux métiers de la culture et de la traduction, comme il est de règle dans nombre de pays anglo-saxons. Cette initiation devrait également leur permettre de se présenter aux concours administratifs dans de bonnes conditions. Il va de soi par ailleurs que des passerelles pourront être envisagées entre notre master recherche et les masters à finalité plus directement professionnelle habilités dans le cadre du PRES «Université Paris-Est» pour ceux de nos étudiants qui le souhaiteraient. En particulier, il y aura la spécialité «traduction spécialisée» de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée et la spécialité «métiers de la rédaction-traduction» de l'université Paris 12 Val de Marne qui est issue d'une collaboration entre les lettres et les langues. Notre maquette insiste sur les métiers de l enseignement car leur préparation est assurée sur place par la même équipe que celle du master et parce que force est de constater que les étudiants s orientent d eux-mêmes vers la préparation des concours de recrutement à l issue de l année de M1 ou de M2. Nous avons cependant bien noté la nécessité d élargir les débouchés. Le recours à des «professionnels» est aisément envisageable dans les cours de méthodologie ou grâce à la mise en place (prévue dans notre université à la rentrée 2009) de l établissement individuel pour chaque étudiant d un projet professionnel et de son suivi par les équipes pédagogiques. Le volume horaire en M2 est le résultat d un compromis entre les deux universités. Jusqu à présent, les étudiants de M2 à Marne-la-Vallée n avaient quasiment pas de cours tandis que les collègues de l'université Paris 12 Val de Marne avaient constaté, à l inverse, que leur maquette de M2 était trop chargée. Nous avons donc décidé d un commun accord de maintenir 2 séminaires en S3 et un seul en S4. Il ne faut pas oublier que le mémoire de M2 est souvent en lien direct avec l éventuelle thèse qui suit. Dans ce cas-là, l année doit pouvoir être également consacrée à la constitution de la bibliographie des travaux déjà publiés sur le sujet, ce qui 13/103

89 nécessite beaucoup de temps. Il convient en outre de souligner une nouvelle fois l origine socioculturelle des étudiants souvent contraints d exercer une activité salariée pour financer leurs études. Il apparaît donc opportun de ne pas surcharger leur emploi du temps de M2 afin de dégager pour eux suffisamment de temps pour la recherche. Par ailleurs, les étudiants sont fortement incités à assister aux journées d études, colloques et séminaires d IMAGER et du LISAA, ce qu ils font régulièrement : nos étudiants ont activement participé aux dernières manifestations des centres de recherche en donnant une communication collective au colloque d IMAGER de Marne-la-Vallée de mai 2008 (communication à paraître dans les actes du colloque), en réalisant une plaquette de présentation des auteurs invités au colloque d IMAGER à Marne-la-Vallée en juin 2009 et en assistant et participant toute l année aux séminaires de linguistique de l équipe linguistique du LISAA EA4120 (axe GL ). Cet aspect de l initiation à la recherche n apparaît pas dans le volume horaire de la maquette mais est d ores et déjà compris par les étudiants comme partie intégrante de leurs obligations. La co-habilitation avec l'université Paris 12 Val de Marne les incitera à assister à encore davantage de séminaires, conférences et colloques de ce type. Spécialité : Etudes hispaniques et hispano américaines Note de l AERES : B Réponse à l appréciation générale La longue liste des séminaires qui sont offerts aux étudiants grâce à la politique de cohabilitation manifeste une réelle complémentarité et un enrichissement de l offre de formation pour la recherche. Réponse aux points faibles Concernant les poursuites en thèse, à Marne-la-Vallée, Madame Berthier, spécialiste de cinéma encadre 8 doctorants et a déjà fait soutenir deux thèses ; Madame Benat-Tachot, spécialiste d études coloniales, encadre cinq doctorants ; une thèse doit être soutenue à la rentrée On ne peut donc pas considérer qu il n y a pas de poursuite en thèse. A l'université Paris 12 Val de Marne la mise place du niveau master n'a débuté qu'avec la mise en place du LMD et il quelque temps pour que des doctorants formés sur place apparaissent. Les étudiants en Master viennent en effet pour l essentiel de l établissement, cependant, les séminaires de deuxième année se tiennent le plus souvent à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (établissement cohabilité), les étudiants de cette université assistent régulièrement aux séminaires proposés par les professeurs de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée. Le processus de mutualisation et de mobilité (attractivité) est donc en cours et sera renforcé par la nouvelle cohabilitation avec l'université Paris-12 Val-de-Marne. Il n y a aucune redondance entre les propositions de séminaires que font respectivement l'université Paris-Est Marne-la-Vallée, l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3 et l'université Paris 12 Val de Marne. En particulier pour l'université Paris-Est Marne-la-Vallée, l analyse filmique, les études coloniales et la géopolitique des mondes hispaniques sont trois secteurs de la recherche complètement absents chez nos partenaires. Actuellement les étudiants de la mention LLCE recherche parcours «espagnol» de l'université Paris 12 Val de Marne suivent des séminaires à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée et l'université 14/103

90 Sorbonne Nouvelle Paris 3, tant au niveau du M1 qu'au niveau M2, en effet, les séminaires assurés dans ces universités couvrent des domaines de recherche différents. Il y a donc assurance de complémentarité entre séminaires des 3 universités Le volume horaire en M2 est d une faiblesse relative. En effet, les étudiants sont tenus au minimum d assister (et de participer éventuellement) à toutes les journées d études, conférences et colloques organisés par le groupe de recherche de l EMHIS (LISAA - université Paris-Est Marne-la-Vallée). Ils sont invités aux manifestations organisées par les deux autres universités partenaires. Ils doivent présenter un dossier faisant état de leur assistance assorti de leurs commentaires. Par ailleurs le deuxième semestre est consacré à la rédaction du mémoire. Réponse aux recommandations Nous prenons grand compte de la recommandation qui nous est faite d étoffer le M2 Les articulations entre les spécialités et entre les séminaires devront être étudiées de façon fine après avoir mis en place une structure particulièrement complexe d une cohabiliation à trois sceaux. Ce bilan analytique (au bout d un an) permettra de corriger et d améliorer la lisibilité de l ensemble du master recherche pour les études hispaniques et hispano américaines. Spécialité : Commerce international Note de l AERES : A Réponse à l appréciation générale Nous sommes satisfaits que l'évaluation de l'aeres reconnaisse les atouts réels de cette spécialité. Pour renforcer un point fort de la formation, l insertion professionnelle des étudiants, pendant les stages, et à la sortie, lors de leur recherche de CDI, nous avons impulsé la création, par les étudiants du master CIIEE, de l association HERMES. Cette association des «étudiants en commerce international de l UFR Langues et Civilisations», vise à regrouper les étudiants en cours et les anciens, créant ainsi un réseau, outil privilégié d interaction avec les entreprises et les professionnels. Réponse aux points faibles Le faible nombre d interventions de professionnels, surtout en M2, est principalement du à la faiblesse de la rémunération des intervenants vacataires. Celle-ci rend nos propositions de recrutement difficiles. Nous avons cependant réussi à recruter début , une nouvelle professionnelle en «négociation commerciale interculturelle». La précédente étant partie à la fin de l année universitaire , trouvant sans difficulté ailleurs meilleure rémunération et plus de prestige. Concernant l'adossement à la recherche, nous sommes éminemment favorables au recrutement des enseignants-chercheurs, maîtres de conférence ou professeurs des universités, qui nous font défaut dans la mesure où leur profil est orienté «LEA». Afin d'améliorer le taux de réussite en M2, la solution mise en place dès , a été d'avancer le début de la préparation du mémoire de «projet professionnel tutoré» (PPT) de M2 à la fin du M1 (choix du sujet et du tuteur et début du tutorat dès l été). Ce PPT était auparavant préparé en même temps que le stage et la rédaction du rapport de stage, au 15/103

91 deuxième semestre du M2, d où un télescopage et un mise en difficulté des étudiants. Les domaines de recherche des laboratoires liés à l UFR sont assez éloignés du contenu de formation de cette spécialité. Ceci rend difficile les passerelles. L interaction avec la voie recherche se fait naturellement par l intervention de nos enseignants-chercheurs dans les enseignements de la spécialité. Réponse aux recommandations Afin de renforcer l'équipe pédagogique un professeur agrégé en «économie et gestion», spécialisé en «commerce international» a été recruté pour la rentrée Par ailleurs, une demande d une création de poste supplémentaire en «marketing international» a été présentée au conseil d UFR. L'intégration de la spécialité dans la mention s effectue déjà, dans la mesure du possible, avec l autre spécialité professionnelle «traduction spécialisée» mais elle est plus difficile avec les spécialités orientées recherche. Spécialité : Traduction spécialisée Note de l AERES : B Réponse à l appréciation générale Nous sommes globalement d accord avec l'appréciation faite par l'aeres et nous avons d'ores et déjà pris plusieurs mesures qui nous ont déjà permis de progresser. Nous avons mis en place un conseil de perfectionnement. Il est constitué de 4 enseignants-chercheurs et de 2 PAST, traducteurs et/ou interprètes actuellement en poste à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée. Les échanges avec les autres professionnels intervenant de la formation, nous permettent de suivre les évolutions de la profession et d'y adapter nos enseignements. Par ailleurs, notre candidaturee au «Label European Master in Translation» de la Direction Générale de la Traduction (DGT) de la Commission Européenne nous a permis de faire un diagnostic précis de nos forces et de nos faiblesses. Cette candidature nous contraint à respecter le référentiel de compétences établi par la DGT, et notamment à travailler davantage encore sur les dispositifs d'insertion professionnelle. Réponse aux points faibles Il est fait référence : au manque de lisibilités de l' originalité des parcours par rapport à l offre de la région. Nous considérons que dans le projet de demande d habilitation pour 2010, nous avons pris en compte cette remarque en mettant par exemple l accent sur l option traduction audiovisuelle et en renforçant les enseignements en traduction éditoriale mutualisés avec les spécialités recherche, langue et civilisation. Notre positionnement par rapport aux établissements voisins peut se résumer dans le pari de la pluridisplinarité. Face aux autres formations de l'est parisien, - Paris 7 (fortement tournée vers les industries de la langue), Paris 3 (orientée vers la traduction juridique) et Paris 12 (ouverture rentrée 2010, spécialité seulement en M2, avec un accent plus fort sur les métiers de la rédaction que sur ceux de la traduction) - nous avons estimé que nos étudiants avaient de meilleures chances d'insertion professionnelle s'ils étaient familiers de l'ensemble des métiers de la traduction. Dans leur recherche de stage comme dans leur recherche d'emploi, ils sont en mesure de répondre à un plus grand nombre d'offres 16/103

92 d'emploi. La profession est en constante évolution, la capacité à réorienter ou créer sa propre activité est le facteur décisif de la réussite: nous avons voulu donner à nos diplômés la chance de pouvoir travailler dans des secteurs et pour des clients très divers. Conscients que ce parti-pris peut comporter un déficit de spécialisation dans tel ou tel domaine, nous avons mis l'accent sur la formation aux techniques et méthodologies de différents métiers de la traduction et sensibilisons nos étudiants à la nécessité de la formation continue et les aidons à mettre en œuvre des stratégies d'auto-formation efficaces qui leur seront utiles tout au long de leur carrière. Les professionnels intervenant dans la formation exercent des métiers différents (directeur d'agence, traducteur juridique, interprète, rédacteur technique, etc) et les formations mises en place en collaboration avec le service de la formation continue du syndicat national des traducteurs professionnels donnent à nos étudiants une excellente vue des conditions réelles de l'exercice du métier. Cette démarche nous semble porter ses fruits. L'enquête d'insertion que nous avons réalisée dans le cadre de notre candidature au label EMT de la DGT, montre que nos diplômés travaillent dans des secteurs très divers (traduction audiovisuelle, traduction médicale, gestion de projets, traducteur salariés de grands groupes industriels, traduction institutionnelle, traducteurs indépendants, etc.). à la grande fluctuation des effectifs. Les chiffres ne reflètent pas la réalité étant donné que nous avons de nombreux étudiants Erasmus et que, certaines années, le parcours «anglais-allemand» n'est pas ouvert, faute d'un nombre suffisant de candidat (M2 en , M1 en ). L'ouverture du parcours «anglaischinois» à la rentrée 2010, devrait permettre de neutraliser en partie ces fluctuations. Par ailleurs les fluctuations des effectifs et des taux de réussite de M2 sont dus à des redoublement d'étudiants n'ayant pas réussi mener à bien la rédaction de leur mémoireglossaire de fin d'études concomitamment à leur stage. Forts de ce constat nous avons, depuis la rentrée 2007 articulé la préparation de ce mémoire de fin d'études sur les enseignements de M1, de sorte que les étudiants murissent leur démarche scientifique et terminologique sur plusieurs semestres, sous le contrôle de leur directeur. Ce travail porte ses fruits puisque pour , toutes les soutenances ont eu lieu en juin (42%) ou sont programmées en septembre. 17/103

93 Domaine Droit, Économie, Gestion 18/103

94 N demande : S Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Expertise économique Note de l AERES : B Réponse à l appréciation générale. Le mention de master «expertise économique» se situe dans la continuité de la mention de licence «économie et gestion» de l université Paris-Est Marne-la-Vallée. Cette mention de licence se caractérise par un parcours commun pour les étudiants d économie et de gestion au cours des deux premières années de leur cursus. Pour la troisième année deux parcours sont individualisés pour les étudiants qui se destinent à une carrière, ou à une prolongation d étude en Master, soit en économie, soit en gestion. Le parcours «économie» de la 3 ème année de la licence est principalement axé sur l apprentissage et l approfondissement des théories économiques (économie du travail et de l emploi, économie internationale, théories de la croissance, développement durable) ainsi que sur l initiation aux techniques statistiques et économétriques. Par ailleurs, des compétences en analyse économique des organisations sont acquises à travers la rédaction encadrée d un rapport de stage et la réalisation d une expertise économique appliquée (analyse conjoncturelle, sectorielle). Les étudiants qui suivent ce parcours sont donc préparés à aborder la mention de master «expertise économique» dont les spécialités concernent l emploi et le travail d une part, et le développement économique d autre part. Ils acquièrent également en troisième année de licence les bases des techniques quantitatives qui sont ensuite développées et approfondies au niveau M1 et M2. Pour ce qui est du contenu des cours, ils allient aussi bien en M1 qu en M2 des éléments d analyse économique avancée et des outils d expertise économique tels que l analyse statistique, l économétrie, l informatique appliquée à la gestion des données économiques. L idée fondamentale est que la maîtrise des outils d expertise doit reposer sur une bonne conceptualisation des phénomènes économiques et sociaux qui sont étudiés. En raison de cette orientation, chaque année certains étudiants effectuent leur stage dans un laboratoire d études et de recherche (par exemple au Centre d Etudes de l Emploi avec lequel les liens sont étroits) qui donne lieu à des mémoires orientés vers la recherche. Les étudiants qui effectuent ce type de stage poursuivent souvent en thèse. Si le flux des étudiants qui sont dans ce cas demeure modeste, il devrait s améliorer avec la réorganisation de l école doctorale. En effet, en raison des évolutions récentes (création du PRES «Université Paris-Est»), l école doctorale ETE (Entreprise Travail Emploi) dont faisait partie jusqu à présent le Master est remplacée par une école doctorale recentrée autour de l université Paris-Est Marne-la-Vallée et l université Paris 12 Val de Marne. Cette école devrait permettre un renforcement des coopérations en matière de recherche et d encadrement de doctorants des deux universités. Réponse aux points faibles Les débouchés des étudiants concernant les années passées ne portent que sur la spécialité existante «expertise de l emploi et des compétences». Le taux d insertion à six mois des diplômés de la spécialité recensé par l OFIPE (Observatoire des Formations, 19/103

95 Insertion Professionnelle, Evaluation) est supérieur à 90% pour les deux dernières promotions. Ces débouchés sont souvent liés à la compétence en techniques quantitatives acquise par les étudiants : administrateur de bases de données, chargé d études de statistiques économiques. Des débouchés faisant appel à des compétences plus générales sont également observés : conseiller ANPE, consultant ou expert en organisation. D une manière générale, au niveau du M2 pour la spécialité «expertise de l emploi et des compétences», mais également pour la spécialité «expertise du développement et management des projets internationaux» dont la co-habilitation pourrait être envisagée dans un proche avenir avec l université Paris 12 Val de Marne, la pratique systématique de stage de 3 à 6 mois à partir du mois de mars de chaque année devrait renforcer l adéquation entre la formation dispensée et les débouchés professionnels. Dans cette perspective, il faut mentionner que, pour l ensemble de la mention «expertise économique», l agrément pour l apprentissage a été demandé et obtenu au début de l année L objectif est de réaliser le passage progressivement. Il devrait être effectif dès la rentrée 2009 pour la spécialité «expertise de l emploi et des compétences». Une telle évolution va dans le sens de pratiques qui sont devenues courantes dans les entreprises, cabinets de consultants, mais aussi dans les organisations publiques ou parapubliques chargées de la politique de l emploi (au niveau national, mais aussi au niveau départemental, voire local) et plus généralement de l administration économique. Elle va surtout à la rencontre d une demande croissante des étudiants pour des formations professionnalisantes. Réponse aux recommandations. Les analyses de l AERES concernant les similitudes qui apparaissent entre la spécialité «expertise et ingénierie du développement» dont la création était demandée, et la spécialité «expertise économique et gestion des projets internationaux» existant à l université Paris 12 Val de Marne ont été prises en compte par les responsables du master de l université Paris-Est Marne-la-Vallée. De fait, les remarques sur ce point ont été anticipées puisque des discussions sont en cours depuis plusieurs mois entre les porteurs de projets des deux universités pour parvenir à une proposition de co-habilitation des deux spécialités qui pourrait prendre le nom de «expertise du développement et management des projets internationaux». Ce projet, en attente d examen par les instances universitaires, est détaillé ci-dessous dans la partie réservée à cette spécialité. La nouvelle architecture de la mention de master «expertise économique» de l université Paris-Est Marne-la-Vallée comprendrait donc un tronc commun en M1 qui permettrait aux étudiants de choisir en M2 entre la spécialité «expertise de l emploi et des compétences» propre à l université Paris-Est Marne-la-Vallée et une spécialité «expertise du développement et management des projets internationaux» co-habilitée avec l université Paris 12 Val de Marne. 20/103

96 Spécialité : Expertise de l emploi et des compétences Note de l AERES : A Réponse aux points faibles et aux recommandations 1) Sur l attractivité de la spécialité Le choix de la sélectivité Au cours des deux dernières années universitaires, le choix a été fait de conserver un certain niveau de sélectivité à la spécialité EEC, avec pour conséquence le maintien des effectifs à un niveau relativement faible. Cette stratégie permet d améliorer l insertion professionnelle des étudiants, en favorisant en particulier l obtention de stages de qualité, à la fois bien rémunérés et en phase avec le contenu de la spécialité. A moyen terme, ceci donne aux responsables de la spécialité des arguments en direction des étudiants de M1, qui devraient améliorer les perspectives de recrutement. Le passage à l apprentissage Afin d accroître encore l attractivité de la spécialité, la décision a été prise d ouvrir cette dernière à l apprentissage à partir de septembre 2009 (sous réserve d un nombre suffisant de candidats à l apprentissage). L agrément de la Région Ile-de-France a été obtenu pour la spécialité début mai Les premiers retours témoignent de l intérêt des étudiants de M1 pour cette opportunité qui leur est offerte. 2) Sur la cohérence LMD Depuis un an, plusieurs réunions de coordination entre les enseignants économistes de l UFR ont mené à repenser l articulation et le contenu des enseignements d économie en direction du M2, en valorisant en particulier les enseignements d économie du travail (L3 et M1) et de techniques quantitatives (L2, L3 et M1) qui constituent la valeur ajoutée de la spécialité EEC. La communication en direction des étudiants sur le contenu de la spécialité s opère en outre dès le niveau L2, de manière formelle (réunions ad hoc) et informelle (dans le cadre des enseignements d économie). 3) Sur le faible nombre d étudiants poursuivant en thèse Le caractère à la fois professionnalisant et orienté vers la recherche de la spécialité EEC rend difficiles les prévisions sur le nombre d étudiants souhaitant poursuivre en thèse. Les allocations et bourses de thèses n étant en outre pas toujours accessibles dans le cadre de l école doctorale, il convient de développer des modes de financement alternatifs. De ce point de vue, il est prévu de solliciter de manière plus systématique les entreprises et institutions partenaires de la spécialité pour le financement de bourses CIFRE. 4) Sur le faible nombre intervenants professionnels et étrangers Un élément n a semble-t-il pas fait l objet d une communication suffisante à destination de l AERES : le séminaire «Emploi et compétences» au deuxième semestre repose précisément sur l intervention de nombreux intervenants professionnels (consultants, responsables RH et avocats en droit du travail), dont les interventions visent à procurer aux étudiants une vision appliquée des thématiques abordées dans leur spécialité. 21/103

97 Spécialité : Expertise et ingénierie du développement Note de l AERES : B Réponse aux recommandations Nous nous accordons avec l AERES quant à l opportunité d ouvrir une spécialité commune co-habilitée avec l'université Paris-12 Val de Marne. La maquette sera soumise aux instances (conseils de composante, CEVU, CS, CA) des universités avec pour objectif d ouvrir la formation co-habilitée à la rentrée Cette nouvelle spécialité reprendra les points forts soulignés dans le rapport et apportera une réponse aux points faibles. La spécialité, dont la demande de co-habilitation devra être formulée conjointement par l université Paris-Est Marne-la-Vallée et l université Paris 12 Val de Marne, sous réserve d acceptation de leurs instances, proposera une formation en «expertise du développement et management de projets internationaux». Elle fusionnera la spécialité «expertise économique et gestion des projets internationaux» existant depuis 2003 à l université Paris-12 Val de Marne dans le cadre de la mention de master «expertise économique» et reconduite pour 2009, et le projet de spécialité «expertise et ingénierie du développement» proposé par l université Paris-Est Marne-la-Vallée, dans le cadre de la mention de master «expertise économique». Les fortes synergies avérées aussi bien entre les finalités de ces spécialités qu entre les équipes d enseignants-chercheurs impliquées, nous conduisent en effet à proposer une offre de formation commune, en accord avec les présidences des deux universités membres du PRES «Université Paris-Est» et conformément aux recommandations formulées par l AERES dans son rapport. La pertinence de notre demande d habilitation d une spécialité professionnelle «expertise du développement et management de projets internationaux» co-habilitée par les deux universités repose sur trois points : - la capacité de cette spécialité à générer ses propres flux d étudiants compte tenu des débouchés qu elle propose et de la demande exprimée par les étudiants ; - la compétence des équipes d enseignants-chercheurs de référence dans le domaine de l expertise du développement et du management de projet ; - la constitution d un partenariat actif avec les professionnels du domaine tant au niveau des enseignements, des offres de stage que des débouchés. Ce projet de formation se différencie des autres formations parisiennes en économie du développement. Elle s appuie en effet sur la seule formation professionnelle existante qui associe l expertise économique du développement et la dimension managériale du développement, offrant ainsi des débouchés directs et variés aux étudiants ; cette spécialité a été classée A par l AERES lors de la vague d habilitation 2009 concernant Paris 12. Actuellement, la spécialité «expertise économique et gestion de projets internationaux» accueille à Créteil 20 étudiants sélectionnés sur un vivier de plus d une centaine de candidats. La co-habilitation d une spécialité par nos deux universités mettant l accent sur la maîtrise des techniques d expertise nous permettra d accroître sensiblement le vivier des étudiants potentiels. Cette spécialité répond également à une demande formulée par des universités de pays émergents et en transition désireuses de promouvoir un partenariat actif en termes d enseignement et de recherche avec notre composante. Cette collaboration prendra la 22/103

98 forme d une harmonisation des enseignements dispensés en amont par ces universités, d une pré-sélection d étudiants à même de suivre notre formation sur place ou à distance, d une mobilité des enseignants-chercheurs entre les institutions partenaires, de demandes de bourses conjointes auprès de l AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) et de l UNESCO pour financer la mobilité des étudiants et de constitution de programmes de recherche communs. Actuellement, la spécialité «expertise économique et gestion de projets internationaux» accueille à Hanoï, dans le cadre du partenariat avec le COE de la VNU, près de 37 étudiants. A cet égard, notons également que deux accords de coopération entre l université Paris-Est Marne-la-Vallée d une part, et l Ecole nationale supérieure de statistique et d économie appliquée (ENSEA, Abidjan, Côte d Ivoire) ainsi que l Universidad del Rosario (Bogota, Colombie) d autre part, devraient être signés d ici la rentrée Enfin, le PRES «Université Paris-Est» dispose en son sein d une équipe statutaire à même d assurer la majorité des enseignements académiques proposés par la future maquette de la formation. De même, cette formation reposera sur un partenariat actif avec les professionnels du domaine tant au niveau des enseignements type conférences, des offres de stage que des débouchés. Convaincus de l opportunité de mettre en œuvre une spécialité professionnelle de master dédiée à l expertise économique du développement et à la décision managériale sur un cœur de métier en partenariat étroit avec des institutions et des professionnels opérant dans le champ visé, l université Paris-Est Marne-la-Vallée souhaite donc affirmer sa volonté de proposer une spécialité commune avec l'unviersité Paris 12 Val de Marne en «expertise économique et gestion des projets internationaux». Pour résumer, cette spécialité aura pour objectif de répondre à une forte demande d experts capables d élaborer, de mettre en œuvre et d évaluer les politiques et les projets de développement économiques et sociaux. Cette demande émane des institutions internationales, nationales et locales dédiées à la question du développement, des organisations non gouvernementales, ainsi que d entreprises et d institutions financières opérant dans les pays en développement. Elle répondra également à un besoin patent d économistes et de gestionnaires opérationnels dans ces pays. En outre, un partenariat étroit avec des organismes de formation, des organismes publics et para-publics dédiés au développement, des entreprises implantées dans les pays en développement ainsi que des enseignements spécifiques permettent directement de contextualiser les compétences aux cas des économies en développement des continents africain, sud-américain et asiatique. La formation délivrera une triple compétence : (i) théorique (connaissances économiques et managériales nécessaires à l élaboration, l implémentation et l évaluation des politiques et projets de développement), (ii) appliquée (connaissances empiriques, institutionnelles et culturelles, nécessaires à la compréhension des sociétés en développement), et (iii) technique (techniques de collecte, d exploitation et d analyse de données d enquête, techniques d audit et de management de projet nécessaires à l évaluation des projets socio-économiques de développement). 23/103

99 N demande : S Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Management Note de l AERES : A Réponse à l appréciation générale de la mention L évaluation de l AERES reconnaît les points forts de la mention de master «Management» en soulignant notamment que : c est une formation professionnalisante de qualité, assurant de réels débouchés aux étudiants, comme en témoignent les bons taux d insertion professionnelle ; la formation propose l apprentissage dès le M1 et dans toutes les spécialités de M2 pour les étudiants qui le souhaitent ; de nombreux professionnels interviennent dans le master en complémentarité de l équipe universitaire ; le positionnement sur le management et la gestion des services pour 4 des spécialités est original et qu il constitue un des deux axes de recherche du laboratoire OEP/PRISM auquel la formation est adossée. La spécialité «audit et contrôle» vient compléter cette orientation «management des services» en proposant une formation en comptabilité et contrôle, très demandée par les étudiants comme en témoigne le nombre de candidatures en Les spécialités «management, ingénierie des services et patrimoines immobiliers» (MIPI) et «management, ingénierie des services et technologies de l'information et de la communication» (MITIC) ont en commun d enseigner le management des activités de services, services proposés en interne ou pour le compte d une autre entreprise ou institution. Ces spécialités forment les étudiants à prendre en charge des projets de services sous tous leurs aspects managériaux, financiers, sociaux mais aussi techniques notamment en coordonnant le travail d équipes de spécialistes. Pour autant, ces deux spécialités se distinguent clairement sur les enseignements techniques ainsi que sur les métiers visés et les secteurs professionnels qui les offrent. La spécialité MITIC s appuie sur la discipline informatique (bases de données, réseaux, technologies web) et la spécialité MIPI sur les techniques du bâtiment (génie civil, architecture, urbanisme, etc.). Il ne nous semble donc pas souhaitable d en faire des parcours d une même spécialité. Les spécialités «marketing et production de services» et «innovation, design, luxe» proposent également un parcours recherche. Les étudiants s y orientant ont accès à des cours de méthodologie de la recherche. Par ailleurs, ils bénéficient des séminaires mis en place par l école doctorale «entreprises, travail, emploi» à laquelle sont rattachés les enseignants de la formation et ils suivent le séminaire mensuel de recherche en gestion du laboratoire OEP/PRISM. Dans la perspective du développement marqué de la mention de master «management» et du renforcement de son encadrement, la création de postes d enseignants-chercheurs de rang A en gestion seront demandés. 24/103

100 Spécialité : Audit et contrôle Note de l AERES : B Réponse à l appréciation générale La spécialité «audit et contrôle» est une réponse à une demande locale en matière d expertise comptable et de contrôle de gestion qui n était pas complètement satisfaite par l ancienne spécialité «stratégie, contrôle, expertise». Les étudiants intéressés par les disciplines techniques de la gestion souhaitent conserver une transversalité au plan des organisations et des domaines d'activité. C'est la raison pour laquelle un ancrage fort vers le secteur des services ne nous semble pas se justifier actuellement. L option orientée «ressources humaines et communication» est une réponse originale à un besoin identifié pour certaines entreprises de recruter des étudiants maîtrisant à la fois des compétences en contrôle de gestion et en management des équipes. Réponse aux points faibles 1. L'évaluation des enseignement donne lieu à des examens terminaux d'une durée de trois heures, fondés sur des cas pratiques ou des dissertations, la possibilité étant laissée aux intervenants d'intégrer un contrôle continu comptant pour moitié de la note finale. 2. Le pourcentage de professionnels intervenant dans la formation sera porté à hauteur de 40%, grâce notamment à la mobilisation de notre partenaire, KPMG. En l'occurrence, les cours d'audit, de comptabilité, de systèmes d'information et pour une bonne part de finance seront transférés aux professionnels. 3. Le taux de chômage, plutôt élevé pour ce champ disciplinaire, affiché par la spécialité «stratégie contrôle expertise» vient d'un manque de cohérence de l'actuelle formation (trop de parcours) qui nuit à la spécialisation poussée exigée par les professionnels. Les deux parcours «stratégie» et «expertise» de l'actuelle formation ne permettent pas aux étudiants de s'insérer, d'où la décision de les supprimer dans la nouvelle maquette au profit d'une spécialisation vers l'expertise comptable, demandée à la fois par les étudiants et les professionnels. Les changements induits par les évolutions de la maquette sont d'ores et déjà visibles : l'annonce d'un positionnement audit et contrôle se traduit actuellement et dès la troisième année de licence, par un positionnement d'étudiants de bon niveau sur cette spécialité. 4. La spécialité s'approche d'une spécialité «comptabilité, contrôle, audit» (CCA) traditionnelle. Elle propose une formation offrant les mêmes dispenses du cursus de l'expertise comptable qu'une spécialité CCA classique. Elle revendique cependant sa différence en maintenant une culture gestionnaire lors des enseignements du M1, culture renforcée par le mélange des étudiants de la spécialité avec ceux des autres spécialités. En conséquence, les enseignements relevant de l'ue de gestion juridique, fiscale et sociale du cursus expertise comptable s'inscrivent en complément du master, au sein d'une préparation accélérée avant les épreuves du diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG). 5. Le master Management a déjà la capacité à accompagner les recherches en management et contrôle de gestion. Cependant, des postes d enseignants-chercheurs de rang A en comptabilité-contrôle seront demandés afin de développer le potentiel de recherche. Réponse aux recommandations 1. Evaluation du stage et du mémoire professionnel Les stages de M1 et M2 ainsi que l'apprentissage donneront lieu à une soutenance dont 25/103

101 le jury est composé de deux enseignants de l'université et du tuteur de stage ou maître d apprentissage dans l'entreprise d'accueil. 2. Liste des postes occupés par les diplômés Compte tenu de la refonte très importante de la formation, les statistiques relatives au placement des étudiants relevant de l'actuelle formation «stratégie contrôle expertise»sont sans signification au regard des objectifs de la nouvelle maquette, sauf dans sa dimension contrôle de gestion. En effet, les étudiants de l'actuelle spécialité «stratégie contrôle expertise» se placent pour la plupart sur des postes de contrôleurs de gestion au sein d'entreprises privées, de sociétés d'assurances voire de banques, souvent importantes (Lagardère, Valéo, Gefco, Société générale, MAAF, MACIF...). Néanmoins, les bons candidats ont su faire valoir, notamment par le biais de leur stage, des compétences spécifiques qui expliquent des placements dans des champs plus en lien avec ce qu'offre une formation centrée sur l'expertise comptable : auditeur junior chez Ernst & Young, contrôleur interne dans une filiale de la Société Générale à Dubaï et programmateur sur les progiciels de gestion intégré chez SAP (ou chez les clients de ce type de sociétés telle la SCNF). Ce type d'emploi va être généralisé grâce aux enseignements contenus dans la maquette «contrôle et audit», car ils répondent à une demande forte des entreprises Bien évidemment, la formation a vocation à conduire certains étudiants à poursuivre leur formation pendant trois années afin de devenir expert comptable. 3. Champs de recherche des intervenants du diplôme Nom et prénom Grade Section CNU/Discipline Enseignements dispensés Abramovici Marianne MCF 06/ gestion - Management de l innovation dans les services, Marketing des services Bancel-Charensol Laurence MCF 06/Gestion - Management de la production de services, Management de l innovation Chevrier Sylvie MCF 06/Gestion - GRH, Approche interculturelle Debenedetti Alain MCF 06/Gestion - Marketing, Gestion du lieu de vente Garel Gilles PU 06/Gestion - Management de projet, Management de l innovation Hussant Rola MCF 06/gestion - Communication externe et interne IUT Jougleux Muriel PU 06/Gestion - Management de la production, Pilotage des performances, Management de la qualité dans les services Maman Catherine MCF 06/Gestion - Management des équipes et des compétences Meyer Claudie MCF 06/Gestion - Système d information Pellegrin Nicole MCF 06/Gestion - Pilotage de la performance, management des services publics 26/103

102 Spécialité : Innovation, design et luxe Note de l AERES : A Réponse à l appréciation générale La spécialité «innovation, design et luxe» unique aujourd hui en France forme des cadres capables de travailler sur toute la chaîne de valeur des entreprises concernées par le luxe et le haut de gamme. La spécialité de master propose deux parcours aux étudiants : - un parcours «marketing luxe» - un parcours «innovation design» Ces derniers sont construits à partir de trois profils d étudiants intégrant le master. Le parcours «marketing luxe» (en master 2) offre aux étudiants en provenance des formations généralistes en gestion, en économie (ou éventuellement en sciences humaines) la possibilité de se spécialiser en marketing du luxe. La maîtrise de compétences sur l ensemble de la chaîne de valeur des entreprises du luxe leur donnera accès à des postes allant de la gestion de la conception à la vente des produits de luxe. Par ailleurs, il permet aux étudiants en provenance des écoles d art de maîtriser les techniques du marketing pour intégrer les métiers de la gestion de l identité visuelle des maisons de luxe. Le parcours «innovation design» (en master 2) est proposé aux profils d ingénieurs, managers de technologies ou designers souhaitant intégrer des services de conception des entreprises du secteur du luxe ou de celles ayant adopté une stratégie de montée en gamme. Actuellement positionné vers l aval et la relation au marché, le master s enrichit : - d un positionnement multi secteurs de la problématique du luxe - d une remontée en amont vers la conception innovante et le management de projets des offres. Sur la base d un socle commun en marketing communication, innovation design, management de projet, culture/organisation, ce projet permet aux étudiants de se construire un parcours plus orienté sur le management de l innovation technologique et la créativité. Cela se traduit par le développement de nouveaux cours ou le renforcement de cours existants en management stratégique de l innovation, raisonnement de conception, design management Et organisation de la conception innovante management de projet Réponse aux points faibles 1. Modalités d accès au master 2 IDL Le recrutement des étudiants en M2 se fait en deux temps : - analyse des dossiers : résultats obtenus en M1 ; niveau d anglais obtenu attesté par un TOEIC (minimum 750) ou diplôme équivalent ; projet professionnel attesté par des stages, des activités extrascolaires ; - entretien : les étudiants retenus sur dossier passent un entretien avec un jury composé d enseignants, de professionnels et d anciens étudiants de la formation. 2. Modalités d évaluation du mémoire professionnel Tous les étudiants en formation initiale doivent effectuer deux stages obligatoires respectivement de deux mois et de six mois minimum dans une entreprise ou 27/103

103 organisation. Le second stage donne lieu à la rédaction d'un mémoire et à une soutenance devant un jury composé d'enseignants universitaires et de professionnels. L'expérience professionnelle du stagiaire et les problèmes rencontrés sur le terrain donneront lieu à la rédaction d'un mémoire et à sa soutenance devant un jury composé d'enseignants universitaires et de professionnels. La recherche et la négociation de stage sont confiées à l étudiant. La note du stage rassemble avec des pondérations égales : Le niveau du sujet du stage confié à l étudiant, et la qualité des services rendus par le candidat au cours de son stage dans l entreprise qui l accueille, Le contenu analytique et la qualité du rapport de stage rédigé par le candidat et la qualité de sa soutenance orale. 3. Gestion de projet innovant en partenariat avec l équipe d ESIEE Management Des entreprises confient à des équipes de 5 à 7 étudiants des projets à caractère innovant, mettant en interaction des compétences scientifiques, techniques et managériales. Chaque équipe est appuyée par un duo de tuteurs (technique/management) issu du corps professoral. GPI a démarré en Depuis, plus de cent entreprises et laboratoires ont confié des études ou des réalisations aux élèves d ESIEE Management. Le programme GPI a obtenu le prix de l innovation pédagogique de la CCIP en Les projets sont soutenus devant un jury composé d enseignants et des professionnels ayant soumis le sujet. 4. Confidentialité ou discrétion d une formation reconnue par les professionnels Chaque année une entreprise prestigieuse du secteur du luxe parraine la promotion. La formation est reconnue par les professionnels du secteur (cf. liste des partenaires de la formation). Ces derniers accompagnent l apprentissage des étudiants en participant à des conférences et en proposant des stages (cf. site de la formation, Elle est classée depuis 2001 par le SMBG dans les meilleurs masters préparant au secteur du luxe et chaque année, plus de 200 dossiers de candidatures sont reçus pour trente places disponibles. Les étudiants bénéficient d un réseau de plus de 250 anciens diplômés constitué en association M Luxe depuis l année Ouverture internationale Chaque année, le master prévoit d inviter un professeur étranger spécialiste d un des domaines suivants : innovation, design, marketing et secteur du luxe, gestion de projet. Par ailleurs, le master design et luxe a monté un projet de voyage de 3 jours à Milan (pour la rentrée ) en partenariat avec l Université de Bocconi pour ouvrir les étudiants au secteur du luxe italien. La réalisation de ce voyage est soumise à l approbation du conseil régional. Réponse aux recommandations 1. Placement des étudiants (promotion ) dernière mise à jour février 2009 STAGE fin d étude Missions EMPLOIS à 18 mois Chanel Coordination Christian Dior Couture Assistante développement accessoires Assistante Wholesale SAV CDD chez Chanel CDI chez Christian Dior 28/103

104 Chloé Assistante retail opérationnel CDD chez Chloé Volvo Car Corporation SAS Louis Vuitton Services Chaumet International Assistant Chef de Produit Stage Supply Chain Communication internationale En recherche d'emploi ST Gobain D Assistante chef de marché CDD St Gobain CDD études offre marketing et assortiments CDD études offre marketing et assortiments Peugeot Citroën Assistant styliste couleur et matière CDD prestataire chez Citroën Couleurs & matières Anaik Responsable boutique Recherche d'emploi à Shanghai Ex Voto Paris Assistante service Marketing & commercial Tomoko Tokuda Assistante Générale CDD Agence Keit Assistante Coordinatrice de projet Embauchée CDI Paul Smith Administration des ventes CDI L'Oreal - Liban PAC Informatique Approche marketing de la communication Prolongement de stage en vue d'une embauche Tour du monde pdt un an (en ce moment en australie) Hermès Assistante administrative et Assistante CRM chez Berluti marque du commerciale SAV groupe LVMH Hermès Sellier Assistante matières et fournitures Responsable Identité Visuelle chez Les Néréides en CDD de 7 mois Bonpoint Departement commercial Bonpoint franchises & multimarques Assistante au service achat chez MERCI depuis début février 2009 (CDD) Sonia Rykiel Assistante commerciale PAP Assistante commerciale Europe du nord chez SONIA RYKIEL (CDD d'1 an) Coty Assistante chef de produit Recherche d'un emploi Make up forever Identité visuelle et presse corporate CDD Christian Louboutin Assistant coordinateur retail CDD Daniel Féau Assistante marketing CDI Daniel Féau communication Fédération couture Assitante Relations publiques Sans réponse L'oréal Shanghai Marketing trainee CDD Service marketing chez le groupe Shiseido à Shanghai 29/103

105 Spécialité : Marketing et production de services Note de l AERES : A Réponse à l appréciation générale Concernant la spécialité «marketing et production de services» (MPS), l AERES souligne que cette formation répond bien aux besoins des entreprises, qu elle est très professionnalisée (apprentissage et formation continue) et que le taux de placement des étudiants est très satisfaisant avec un effectif stable. Par ailleurs, la formation par la recherche pour les étudiants qui le souhaitent est satisfaisante. Réponse aux points faibles de la spécialité 35 % des cours sont assurés par des professionnels en activité, dont certains sont professeurs associés (PAST) à l Université Paris-Est Marne-la-Vallée, ce qui explique qu ils étaient aussi comptés comme enseignants de l établissement. La quasi-totalité des étudiants étant en apprentissage dans une entreprise 3 journées par semaine d octobre à mars, puis 5 jours ensuite, ce pourcentage nous semble satisfaisant et garantit une bonne professionnalisation de la formation. Réponse aux recommandations de la spécialité 1. Evaluation du stage et du mémoire professionnel Le stage ou l apprentissage donne lieu à un mémoire professionnel. Il rend compte du travail effectué dans l'entreprise ainsi que de la capacité de l étudiant à l analyser. L étudiant dégage une problématique à partir de l expérience vécue et la traite en mobilisant des concepts et des connaissances en management des services, en analysant les limites de sa pratique, en réfléchissant aux conditions de réussite de la mission, etc. L'étudiant soutient son mémoire devant un jury composé au minimum de deux enseignants ainsi qu un représentant de l'entreprise d'accueil (maître d apprentissage ou tuteur de stage). L évaluation du mémoire repose d une part, sur l évaluation du travail de l étudiant en entreprise (fiche d évaluation remplie par le tuteur en entreprise, livret électronique d apprentissage, rapports de visite) et d autre part, sur le mémoire professionnel (écrit, soutenance orale). 2. Exemples de postes occupés par les diplômés en 2006 (source enquête OFIPE, répertoire des emplois occupés en mai 2008) Assistant chef de produit, Assistant marketing, Responsable Marché des jeunes Assistant commercial Chargé de service clientèle Chargé de projets marketing Chargée de mission qualité, Correspondant Qualité, Responsable Qualité Responsable Après-vente Chargée d analyses statistiques Responsable Marché des jeunes Chef de projet Contrôleur de gestion Secteurs d activité : Services financiers, Poste et Courrier, Commerce de détail, Transports terrestres, Activités administratives et de soutien aux entreprises, industrie automobile, industrie chimique, hébergement, édition L ensemble des résultats est disponible sur les pages du site de l université Paris-Est 30/103

106 Marne-la-Vallée dédiées à l OFIPE 3. Champs de recherche des intervenants du diplôme Nom et prénom Grade Section CNU/Discipline Enseignements dispensés Abramovici Marianne MCF 06/ gestion - Management de l innovation dans les services, Marketing des services Bancel-Charensol Laurence MCF 06/Gestion - Management de la production de services, Management de l innovation Bécheur Amina MCF 06/Gestion - Marketing, Développement Durable Chevrier Sylvie MCF 06/Gestion - GRH, Approche interculturelle Debenedetti Alain MCF 06/Gestion - Marketing, Gestion du lieu de vente Delassus Christelle MCF 06/Gestion - Marketing Fonrouge Cécile MCF 06/Gestion - Innovation, entrepreunariat Garel Gilles PU 06/Gestion - Management de projet, Management de l innovation Hussant Rola MCF 06/gestion - Communication externe et interne IUT Jougleux Muriel PU 06/Gestion - Management de la production, Pilotage des performances, Management de la qualité dans les services Maman Catherine MCF 06/Gestion - Management des équipes et des compétences Meyer Claudie MCF 06/Gestion - Système d information Pellegrin Nicole MCF 06/Gestion - Pilotage de la performance, management des services publics 4. Séminaire recherche Les étudiants s orientant dans le parcours recherche de la formation MPS ont accès à des cours de méthodologie de la recherche et à des séminaires d épistémologie mutualisés avec la spécialité «innovation, design et luxe». Par ailleurs, ils peuvent bénéficier des séminaires mis en place par l école doctorale «entreprises, travail, emploi» (ETE) à laquelle est rattachée la formation et suivre le séminaire mensuel de recherche en gestion du laboratoire OEP/PRISM. A partir de janvier 2010, les étudiants pourront également profiter de certaines séances du séminaire recherche proposé par le master orienté recherche en gestion de l'université Paris 12 Val de Marne, le laboratoire OEP/PRISM rejoignant l Institut de Recherche en Gestion de cette université. L encadrement du mémoire par un enseignant universitaire est également renforcé (compte rendus de lecture, présentation de l avancement du travail) afin que le mémoire de M2 constitue un véritable travail de recherche. 31/103

107 Spécialité : Management, ingénierie des services et technologies de l'information et de la communication Note AERES : A Réponse à l appréciation générale de la spécialité La spécialité «management, ingénierie des services et technologies de l'information et de la Communication» (MITIC) offre une formation très clairement positionnée en management des activités de services. Les experts de l AERES ont apprécié le caractère professionnalisant de la formation et son positionnement original avec une majeure en management et une mineure en informatique. L évaluation de l AERES note que la formation répond de manière pointue aux besoins des entreprises. Elle précise que la spécialité MITIC offre une double compétence, et que la professionnalisation (nombre de stagiaires de formation continue qui suit la formation, alternance entre séquences à l université et en entreprise, part des professionnels dans la formation) est très satisfaisante. Enfin, la stabilité des effectifs constitue pour les experts de l AERES un noyau dur pour la mention du master «management». Réponse aux points faibles 1. Les besoins de développement du potentiel de recherche et le recrutement d un professeur d université L équipe pédagogique souscrit à ce constat et souligne l intérêt du renforcement de l équipe en enseignants-chercheurs afin de valoriser les terrains de recherche qu offrent les situations de travail des étudiants de la spécialité MITIC. C est une opportunité pour les étudiants qui se verraient plus étroitement impliqués dans un processus original de production de connaissances raffermissant ainsi les compétences de ceux qui se destinent aux métiers de conseil et ouvrant pour d autres de nouvelles perspectives en recherche. Un enseignant-chercheur en sciences de gestion sera demandé dans cette perspective. 2. la part des enseignements assurée par des enseignants de l établissement Le tableau ci-dessous présente la répartition des enseignements en fonction du profil des enseignants. La part des enseignements assurée Master 1 Master 2 Enseignants-chercheurs de l établissement 52% 37% Professionnels associés en poste à l université 14% 24% Professionnels des entreprises 34% 39% Soit enseignements pris en charge par des professionnels 48% 63% Réponse aux recommandations 1. Liste des postes occupés par les diplômés de même que celle des entreprises les ayant recrutés Voici les principaux éléments des enquêtes réalisées par l OFIPE (Observatoire des formations et des Insertions Professionnelles, Evaluations) en 2007 sur les promotions de L ensemble des résultats est disponible sur les pages du site de l université Paris- Est Marne-la-Vallée dédiées à l OFIPE ou sur le site de la formation Se xe Répertoire des emplois occupés formations initiales et continues de 2004 et 2005 interrogées respectivement en Mai 2006 et Mai 2007 Type Intitulé de l'emploi Contrat Employeur Lieu de travail Salaire de moyen 32/103

108 forma tion en Mast er F Fa Analyste fonctionnel CDI privée Paris 2100 Chargée de F Fi communication CDI privée Val-d'Oise 1750 H Fi Chef de projet NTIC CNE/CPE privée Paris 2200 F Fi Consultante en gestion de l'information CDI privée Hauts-de-Seine 1800 H Fa Consultant informatique CDI privée Hauts-de-Seine 2200 Consultant en H Fi organisation CDI privée Province 1915 F Fi Responsable clientèle en banque CDI privée Seine-et-Marne 1700 Responsable des H Fi opérations CDI privée Province 1500 F Fi Responsable éditorial chef de projet CDD privée Hauts-de-Seine 2200 net* Non précisé FFc Cadre chargé recherche CDI publique Seine-St-Denis HFc Chef de projet NTIC CDD Association Seine-et-Marne 2000 HFc Directeur de mission*** CDD Association Province 2600 FFc Directrice d'une agence de voyages CDI privée Paris 2500 FFc Responsable de la communication Fonctionnaire F Fi Assistante poly médias CDD H Fi Chargé de développement CDI H Fi Chargé de mission CDD Association Collectivité territoriale Paris 3000 Entreprise privée Paris 1300 Entreprise privée Province 1700 Seine-Saint- Denis 1300 F Fa Chargé de missions CDI Association Hauts de Seine 1200 F fa Chef de projets Internet CDI Entreprise privée Province 2023 F Fi Chef de projets Internet Fonctionnaire Collectivité territoriale Val de Marne 1674 F Fi Concepteur rédacteur CDI Entreprise privée Paris 1700 H Fi Directeur d'agence CDI Entreprise privée Paris Non déclaré H fa Ingénieur en déploiement dans la télécommunication CDI Entreprise privée Province Non déclaré H fi Chef de projets Internet CDI Entreprise privée Etranger 2000 * en euros - les primes que les salariés peuvent recevoir ont été mensualisées ** A temps partiel F = femme, H = homme ; Fi = formation initiale, Fa = formation ; apprentissage Source : OFIPE ` Le temps d accès à l emploi pour la promotion 2005 est de 4,6 mois au lieu de 6,6 pour l ensemble des spécialités de l université Paris-Est Marne-la-Vallée. 2. Modalités d évaluation du mémoire professionnel L évaluation porte à la fois sur le résultat c'est-à-dire le mémoire et sa soutenance, et sur le processus universitaire et professionnel pour y parvenir. Le mémoire représente 9 crédits en M1 et 14 en M2. La note rend compte : 33/103

109 1) du processus de construction du mémoire le travail universitaire guidé dans le cadre d un cours de méthodologie s appuie sur les différents rendus demandés et la progression observée sur les 5 mois pendant lesquels se déroule le cours. (2 ECTS en M1 et en M2) la qualité du travail dans l entreprise d accueil est évaluée sur la base des fiches d appréciation remplie par les entreprises d accueil, des livrets d alternance des étudiants visés par les maîtres de stage ou d apprentissage, les rapports de visite réalisés par des membres de l équipe pédagogique. (2 ECTS en M1 et 4 ECTS en M2) 2) du résultat la production intellectuelle originale de l étudiant sous la forme d un document écrit. (3 ECTS en M1 et 4 ECTS en M2) l oral de soutenance de l écrit (2 ECTS et 4 ECTS en M2) Le jury de mémoire et de soutenance attend la présentation et la justification théorique et professionnelle d une problématique ancrée dans le terrain de l entreprise d accueil de l étudiant, des propositions de réponse à la problématique notamment en relation avec sa situation de travail et une réflexion sur la méthodologie employée par l étudiant et sur les limites à ses propositions. Le jury a moins d exigences pour un mémoire de M1 que de M2 notamment au niveau de la réflexion sur les méthodes et les outils mobilisés. Il n en demeure pas moins que dès le M1, l étudiant doit formuler une problématique, montrer qu il peut structurer une réflexion mobilisant des concepts et proposer des solutions concrètes. Spécialité : Management, ingénierie des services et patrimoines immobiliers Note de l'aeres : A Réponse à l appréciation générale La spécialité «Management, ingénierie des services et patrimoines immobiliers» (MIPI) en se positionnant sur le management et l ingénierie des services appliqués aux patrimoines immobilier offre une formation pointue de qualité répondant aux besoins des entreprises. Cette spécialité est confortée par une bonne sensibilisation à la recherche. La présence importante de stagiaires en formation continue et de demande de validation des acquis de l expérience (VAE) montrent la pertinence de l offre de formation et la reconnaissance et par les milieux professionnels Réponse aux points faibles Le développement du potentiel recherche L équipe enseignante de MIPI est parfaitement consciente de la sous exploitation des opportunités de recherche qu offrent les terrains des entreprises impliquées dans la formation. En outre, chaque année un à deux étudiants souhaitent poursuivre des études en doctorat. Jusqu à présent, il était difficile de répondre à ces demandes car MIPI était intégré dans la mention de master «ingénierie des services» très axée sur une approche sectorielle (tourisme, protection sociale et santé, sport). L intégration de la spécialité MIPI dans la mention de master «management» apparaît comme le moyen de développer le potentiel de recherche, en coordination avec les autres spécialités et le laboratoire OEP/Prism, notamment sur la thématique de l externalisation et des services B to B. Réponse aux recommandations 1. les modalités d évaluation du mémoire professionnel 34/103

110 L évaluation porte à la fois sur le résultat, c'est-à-dire le mémoire et sa soutenance, et sur le processus universitaire et professionnel pour y parvenir. Le mémoire représente 9 crédits en M1 et 14 en M2. La note rend compte : 1) du processus de construction du mémoire le travail universitaire guidé dans le cadre d un cours de méthodologie s appuie sur les différents rendus demandés et la progression observée sur les 5 mois pendant lesquels se déroule le cours. (2 ECTS en M1 et en M2) la qualité du travail dans l entreprise d accueil est évaluée sur la base des fiches d appréciation remplie par les entreprises d accueil, des livrets d alternance des étudiants visés par les maîtres de stage ou d apprentissage, les rapports de visite réalisés par des membres de l équipe pédagogique. (2 ECTS en M1 et 4 ECTS en M2) 2) du résultat la production intellectuelle originale de l étudiant sous la forme d un document écrit. (3 ECTS en M1 et 4 ECTS en M2) l oral de soutenance de l écrit (2 ECTS et 4 ECTS en M2) Le jury de mémoire et de soutenance attend la présentation et la justification théorique et professionnelle d une problématique ancrée dans le terrain de l entreprise d accueil de l étudiant, des propositions de réponse à la problématique notamment en relation avec sa situation de travail et une réflexion sur la méthodologie employée par l étudiant et sur les limites à ses propositions. Le jury a moins d exigences pour un mémoire de M1 que de M2 notamment au niveau de la réflexion sur les méthodes et les outils mobilisés. Il n en demeure pas moins que dès le M1, l étudiant doit formuler une problématique, montrer qu il peut structurer une réflexion mobilisant des concepts et proposer des solutions concrètes. Répertoire des emplois occupés formations initiales et continues de 2005 en Mai 2007 Type de Salaire Sex Lieu de formation Intitulé de l'emploi Contrat Employeur moyen net* e travail en Master (en euros) H F apprenti Analyste CDI Privé Paris 2900 F F initiale Analyste investissement CDI Privé Paris Non déclaré H F apprenti Asset manager CDI Privé Paris 3000 Assistant portefolio H F initiale manager CDI Privé Paris 3500 H F apprenti Chargé d'opération CDI Privé Non déclaré 2400 H F apprenti Commercial CDI à son compte Province La liste des postes occupés par les diplômés de même que celle des entreprises les ayant recrutés Voici un extrait des enquêtes d insertion réalisées par l OFIPE. L ensemble des résultats est disponible sur les pages du site de l université Paris-Est Marne-la-Vallée ou sur le site de la formation H F initiale Consultant en immobilier CDI Privé Paris 2500 H F initiale Consultant en immobilier CDI Privé Hauts de Seine 2400 H F apprenti Gérant de société immobilière Indépenda nt à son compte Val de Marne 3000 H F initiale Ingénieur consultant CDI Privé Seine- Saint-Denis 2200 H F initiale Ingénieur consultant CNE Privé Paris /103

111 F F initiale Ingénieur d'exploitation multisite CDI Privé Hauts de Seine Non déclaré H F initiale Ingénieur travaux CDI Privé Paris 3100 H F apprenti Porte Folio manager junior CDI Privé Paris 2600 H F apprenti Responsable de programme CDI Privé Paris 2700 F F apprentie Responsable de programme CDI Privé Paris 2460 H F initiale Responsable de programme immobilier CDI Privé Hauts de Seine 3200 H F initiale Responsable de programme immobilier CDI Privé Hauts de Seine 3000 H F initiale Responsable de programme immobilier CDI Privé Province 3300 H F initiale Responsable de projets immobiliers CDI privé Seine- Saint-Denis 2300 H F initiale Responsable de site CDI Privé Paris 2300 H F apprenti Responsable du développement CDI Privé Paris 2700 H F apprenti Responsable maintenance immobilière CDI privé Province 1600 H F apprenti Responsable promotion immobilière CDI Privé Paris 2970 H F apprenti Responsable de programme CDI privé Paris 3200 F continue Consultant immobilier CDI privée Hauts de Seine 2500 F Continue Dir de projet développement CDI privée Paris 5000 Responsable Hauts de H Continue développement CDI privée Seine 3000 les primes que les salariés peuvent recevoir ont été mensualisées Le temps d accès à l emploi est de 4 mois au lieu de 6,6 pour l ensemble des spécialités de l université ** A temps partiel 36/103

112 N demande : S Domaine : Droit économie gestion Mention : Management des organisations sportives Note de l AERES : C Réponse à l appréciation générale Le master est adossé sur le laboratoire «ACP» qui est classé A+ par l AERES. Ce laboratoire comporte un groupe de travail, le GREHSS dans lequel un axe sociologie des organisations/management existe et participe aux travaux de recherche comme l'atteste l'ouvrage sous presse (aux éditions PUR). Il est nécessaire de renforcer l équipe en universitaires et ainsi valoriser la recherche et l'encadrement des étudiants de la mention. Des recrutements de MCF sont demandés pour étoffer l'équipe enseignante et rééquilibrer ainsi le nombre d'enseignants-chercheurs par rapport aux professionnels. L équipe actuelle d'enseignants-chercheurs est certes réduite mais très investie. Le fait que le laboratoire d adossement soit classé A+ par l AERES devrait nous permettre d obtenir des postes d enseignants-chercheurs qui seront profilés en économie du sport et en sciences de gestion appliquées au sport. Néanmoins, les liens étroits établis avec les professionnels et le monde de l'entreprise permettent à nos étudiants de master une très bonne insertion professionnelle. Il est proposé d accentuer la spécificité de la spécialité MOST en optant pour des contenus plus proches des logiques des concours territoriaux, des stratégies d aménagement du territoire et de politique territoriale. Quant à la spécialité MOSL, il est proposé d intégrer dans le programme des cours de marketing de la marque, de gestion du sport et des loisirs et d économie du sport et des loisirs. Le souhait de réduire le nombre d étudiants à 35 par spécialité est une volonté de l équipe pédagogique qui veut optimiser les taux d insertion professionnelle (80% actuellement 6 mois après la sortie d étude). Réponse aux points faibles et recommandations Nous allons faire appel davantage à des enseignants-chercheurs en sciences de gestion. Des rapprochements avec l UFR «Economie Gestion» de l'université Paris-Est Marne-la- Vallée et de Paris 12 Val de Marne ont été effectués pour remédier à ce réel point faible. Déjà deux enseignants de gestion devraient rejoindre l équipe dès la rentrée Par ailleurs, nous proposons de repositionner la mention «Management des organisations sportives» dans le domaine «STAPS» mention «STAPS» spécialité «management du sport» (avec deux parcours), en remplacement du domaine actuellement proposé (Droit économie gestion). Ce repositionnement devrait donner plus de cohérence à cette formation qui pourrait ainsi mutualiser certains cours avec d'autres mentions de masters avec lesquels des synergies existent notamment dans la préparation aux métiers territoriaux. Ce repositionnement aurait aussi l avantage de donner à cette mention une meilleure visibilité dans un marché de l emploi du secteur des sports, dans lequel il obtient de réels résultats en matière d insertion professionnelle. 37/103

113 N demande : S Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Management des organisations sanitaires et sociales Note de l AERES : B Réponse à l appréciation générale L avis global insiste sur la nécessité de rapprochement avec un CHU, des gestionnaires et le développement de la recherche. Cette mention de master a été conçue dans une perspective pluridisciplinaire alliant économistes, juristes, gestionnaires et sciences de l information et de la communication (SIC). Le responsable de cette mention, Christian Bourret, certes MCF en 71 e section, est par ailleurs diplômé d HEC (membre du groupement professionnel HEC Santé). Chercheur publiant, il termine une HDR sur l évaluation des organisations d interface en santé et notamment leurs systèmes d information, thématique à l articulation des SIC et de la gestion. Un effort d intégration de gestionnaires est en cours. Il a déjà été mené pour d autres mentions de master de l IFIS. Il favorisera aussi l élargissement de la base de recrutement du master. Le rapprochement avec le CHU Henri Mondor de Créteil est envisagé ; des contacts ont été pris en ce sens. Un autre axe de coopération est l articulation avec le nouvel hôpital de Lagny Marne-la-Vallée actuellement en construction à proximité immédiate (environ 500 mètres) de l IFIS ; en , l Institut de formation en soins infirmiers de ce centre hospitalier et l IFIS ont déjà co-organisé des conférences. Deux nouveaux recrutements d enseignants associés (PAST) conforteront les aspects gestion (en coopération avec l EN3S) et la dimension territoriale et santé publique (médecin et docteur en gestion). 38/103

114 Réponse aux points faibles Le partenariat avec le CHU Henri Mondor est envisagé. Un médecin va être recruté comme PAST et plusieurs médecins interviennent déjà dans les M2 MESOS (Management des Etablissements, Services et Organisations de Santé) en particulier dans l option NORS (Nouvelles Organisations et Réseaux de Santé) pour les aspects santé publique, mais aussi évaluation des réseaux de santé, territoires et santé. Ceci dit, aucun médecin n est inscrit comme étudiant en FC, environ la moitié des étudiants en FC sont des professionnels médicaux (infirmiers ; sages-femmes ; ) 39/103

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l'université Paris 10 Nanterre

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l'université Paris 10 Nanterre Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l'université Paris 10 Nanterre octobre 2008 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l'université Paris 10 Nanterre

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie du développement durable (IDD) de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Disciplines rares 16 décembre 2014. Disciplines rares RAPPORT. auprès de la Ministre de l'éducation nationale,

Disciplines rares 16 décembre 2014. Disciplines rares RAPPORT. auprès de la Ministre de l'éducation nationale, Disciplines rares RAPPORT à Madame la Secrétaire d Etat à l'enseignement supérieur et à la Recherche auprès de la Ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche Fabienne

Plus en détail

Une nouvelle ambition pour la recherche dans les écoles d architecture

Une nouvelle ambition pour la recherche dans les écoles d architecture MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Inspection générale des affaires culturelles MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Inspection générale de l administration

Plus en détail

Audit du pilotage et de l organisation de la fonction formation dans les universités

Audit du pilotage et de l organisation de la fonction formation dans les universités Rapport n 2012-085 JUILLET 2012 Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche Audit du pilotage et de l organisation de la fonction formation dans les universités

Plus en détail

Diplôme Universitaire de Technologie GESTION DES ENTREPRISES ET DES ADMINISTRATIONS

Diplôme Universitaire de Technologie GESTION DES ENTREPRISES ET DES ADMINISTRATIONS PPN DUT GEA 2013 Diplôme Universitaire de Technologie GESTION DES ENTREPRISES ET DES ADMINISTRATIONS Option Gestion Comptable et Financière Option Gestion des Ressources Humaines Option Gestion et Management

Plus en détail

Législation sur les stages Note de cadrage pédagogique à l Université Paris Descartes

Législation sur les stages Note de cadrage pédagogique à l Université Paris Descartes Législation sur les stages Note de cadrage pédagogique à l Université Paris Descartes Vote de la CFVU du 20 janvier 2015 Sommaire Préambule sur l organisation et la validation des stages en formation initiale

Plus en détail

Diplôme Universitaire de Technologie METIERS DU MULTIMEDIA ET DE L INTERNET. Programme Pédagogique National

Diplôme Universitaire de Technologie METIERS DU MULTIMEDIA ET DE L INTERNET. Programme Pédagogique National Diplôme Universitaire de Technologie METIERS DU MULTIMEDIA ET DE L INTERNET Programme Pédagogique National Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche, 2013 Page 1/83 Sommaire 1- Objectifs

Plus en détail

LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL. La pédagogie numérique : un défi pour l enseignement supérieur

LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL. La pédagogie numérique : un défi pour l enseignement supérieur LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL La pédagogie numérique : un défi pour l enseignement supérieur Azwaw Djebara et Danielle Dubrac Février 2015 2015-06 NOR : CESL1500006X Mardi 3

Plus en détail

LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES JEUNES DOCTEURS

LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES JEUNES DOCTEURS LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-57 OCTOBRE 2014 Représentation de la problématique de l insertion professionnelle, avant et pendant la thèse. Les docteurs et la recherche d emploi. Parcours de jeunes

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Mise en œuvre des conventions entre lycées disposant de formations d enseignement supérieur et établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel Rapport à madame la ministre de

Plus en détail

La mise en place des écoles supérieures du professorat et de l éducation

La mise en place des écoles supérieures du professorat et de l éducation La mise en place des écoles supérieures du professorat et de l éducation Rapport à madame la ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche madame la secrétaire d État

Plus en détail

Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est»

Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est» 12 Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est» PRESENTATION La répartition des compétences dans le domaine du tourisme entre l Etat et les collectivités territoriales est basée sur les

Plus en détail

Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly

Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly Rapport Mars 2014 L Institut Montaigne est un laboratoire d idées think tank créé fin 2000 par Claude Bébéar et dirigé par Laurent Bigorgne. Il

Plus en détail

ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR RAPPORT SUR LES POLITIQUES NATIONALES DE RECHERCHE ET DE FORMATIONS SUPÉRIEURES

ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR RAPPORT SUR LES POLITIQUES NATIONALES DE RECHERCHE ET DE FORMATIONS SUPÉRIEURES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 RAPPORT SUR LES POLITIQUES NATIONALES DE RECHERCHE ET DE FORMATIONS SUPÉRIEURES TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE

Plus en détail

Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le

Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le 1 2 Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le secrétaire d Etat chargé de la fonction publique,

Plus en détail

Évaluation de l AERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Analyse Comparée des Pouvoirs ACP

Évaluation de l AERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Analyse Comparée des Pouvoirs ACP Section des Unités de recherche Évaluation de l AERES sur l unité : Analyse Comparée des Pouvoirs ACP sous tutelle des établissements et organismes : Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Mars 2014

Plus en détail

DÉVELOPPER ET PÉRENNISER L APPRENTISSAGE DANS LA FONCTION PUBLIQUE

DÉVELOPPER ET PÉRENNISER L APPRENTISSAGE DANS LA FONCTION PUBLIQUE Avril 2015 DÉVELOPPER ET PÉRENNISER L APPRENTISSAGE DANS LA FONCTION PUBLIQUE Rapport au Premier ministre de Jacky RICHARD, Conseiller d Etat Rapport réalisé avec le concours de Pascal TROUILLY, Maître

Plus en détail

L encadrement supérieur et dirigeant de l Etat

L encadrement supérieur et dirigeant de l Etat L encadrement supérieur et dirigeant de l Etat Juillet 2014 MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DE L ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ENERGIE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE L EGALITE DES TERRITOIRES

Plus en détail

VOUS AVEZ LE TALENT... NOUS AVONS LES MÉTIERS GUIDE DES MÉTIERS DE LA BANQUE

VOUS AVEZ LE TALENT... NOUS AVONS LES MÉTIERS GUIDE DES MÉTIERS DE LA BANQUE VOUS AVEZ LE TALENT... NOUS AVONS LES MÉTIERS GUIDE DES MÉTIERS DE LA BANQUE SOMMAIRE I3 QUELQUES REPÈRES 04 SE FORMER 08 Les formations initiales 09 Les formations en alternance 12 La formation professionnelle

Plus en détail

Évaluer l utilité sociale de son activité

Évaluer l utilité sociale de son activité N 5 Évaluer l utilité sociale de son activité Conduire une démarche d auto-évaluation Ingénierie et services pour entreprendre autrement Directeur de la publication Patrick GEZE Auteur Hélène DUCLOS Culture

Plus en détail

Note de synthèse et préconisations

Note de synthèse et préconisations Louis DUBOUCHET Consultant René Eksl Rodolphe Ejnes GESTE 30, rue de la Pinède 13790 Châteauneuf le Rouge 113, rue Saint Maur, 75011 PARIS 06 80 11 86 83 01 49 29 42 44 louis.dubouchet13@orange.fr http://www.geste.com

Plus en détail

Étude sur l enseignement supérieur dans les pays de l UEMOA

Étude sur l enseignement supérieur dans les pays de l UEMOA Étude sur l enseignement supérieur dans les pays de l UEMOA PHASE 1 SYNTHÈSE ET OPTIONS D APPUI Pour une nouvelle vision de l enseignement supérieur : Rapport final Novembre 2004 TABLE DES MATIÈRES AVANT

Plus en détail

L évaluation des étudiants à l Université : point aveugle ou point d appui?

L évaluation des étudiants à l Université : point aveugle ou point d appui? Rapport - n 2007-072 juillet 2007 Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche L évaluation des étudiants à l Université : point aveugle ou point d appui? Rapport

Plus en détail

CAP vers la RSE. Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance. Pratique

CAP vers la RSE. Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance. Pratique CAP vers la RSE Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance Pratique Le MEDEF remercie les personnes qui ont contribué par leur expertise à la rédaction de ce guide :

Plus en détail

acteurs de la formation de base : se professionnaliser

acteurs de la formation de base : se professionnaliser acteurs de la formation de base : se professionnaliser Guide Pratique professionnalisation agence nationale de lutte contre l illettrisme 1, place de l école BP 7082 69348 Lyon cedex 7 Tél : +33 (0)4 37

Plus en détail

Rapport sur l Economie Sociale et Solidaire

Rapport sur l Economie Sociale et Solidaire Rapport sur l Economie Sociale et Solidaire «L Economie Sociale et Solidaire, entreprendre autrement pour la croissance et l emploi» Francis Vercamer Député du Nord Parlementaire en mission Avril 2010

Plus en détail

La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012

La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012 La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012 2 Présentation générale du guide Ce guide pratique est destiné à l ensemble des organismes de services à la personne. Il propose

Plus en détail

Comité national de suivi «Plus de maîtres que de classes» Note d étape juin 2014

Comité national de suivi «Plus de maîtres que de classes» Note d étape juin 2014 Comité national de suivi «Plus de maîtres que de classes» Note d étape juin 2014 Les missions du Comité national de suivi «Plus de maîtres que de classes» ont été fixées par la lettre de mission du directeur

Plus en détail

LA FONCTION COORDINATION. 1 Préambule. 2 Le rôle du coordonnateur. 3 La fonction de coordination. 4 L agenda de la fonction

LA FONCTION COORDINATION. 1 Préambule. 2 Le rôle du coordonnateur. 3 La fonction de coordination. 4 L agenda de la fonction LA FONCTION DE COORDINATION 1 Préambule 2 Le rôle du coordonnateur 3 La fonction de coordination 4 L agenda de la fonction 5 L élaboration du projet pédagogique disciplinaire 6 Autres dispositifs d enseignement

Plus en détail