Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?"

Transcription

1 Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue

2 Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques - Principe et critère de choix Plan de présentation Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Traitement de reminéralisation Traitement de décarbonatation

3 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Cycle de l eau : enrichissement de l eau en dioxyde de carbone (CO 2 ) dioxyde de carbone + eau <=> acide carbonique CO 2 + H 2 O <=> H 2 CO 3

4 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique La quantité de CO 2 dissous est fonction de la température et de la pression du CO 2 dans l'air. Activité bactérienne dans les sol => augmentation de la concentration en CO 2 Conséquences du contexte géologique des formations sur la minéralisation Deux situations : Massif granitique peu soluble = eau peu minéralisée et riche en CO 2 dissous Fort pouvoir de dissolution des matériaux Massif carbonaté (calcaire) propice à dissolution = eau riche en sels Forte tendance à la formation de dépôt

5 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Corrosion interne Entartrage

6 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Définition de l Equilibre calco-carbonique L'état d'une eau dont les teneurs en calcium, CO 2 libre, bicarbonates et carbonates sont telles que, mise en contact avec du calcaire, ses caractéristiques ne changent pas. Dissolution/ précipitation du calcaire : équation bilan CO 2 + H 2 O + CaCO 3 <=> Ca HCO 3 dioxyde de carbone + eau + carbonate de calcium <=> calcium + hydrogénocarbonate

7 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Notions permettant la définition de l état d équilibre La dureté ou titre hydrotimétrique (TH) Elle exprime la teneur de l'eau en calcium (Ca) (et magnésium). Pour TH < 8 F, est dite douce. Pour TH > 15 F elle permet le dépôt de sels insolubles et incrustants Alcalinité ou titre alcalimétrique complet TAC L'alcalinité évalue le pouvoir tampon d'une eau. Le TAC est la grandeur utilisée pour mesurer le taux d ions hydroxydes, de bicarbonates (HCO 3 ) et de carbonates (CO 3 )

8 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Notions permettant la définition de l état d équilibre Conductivité Il existe une relation entre la teneur en sels dissous d'une eau et sa conductivité électrique. La conductivité est proportionnelle au degré de minéralisation. Agressivité C est l'aptitude d'une eau à dissoudre le calcaire. Elle est liée à la présence de CO 2 excédentaire (dit agressif) Dans ces conditions, la dissolution du calcaire se poursuit jusqu'à l'obtention de l'équilibre calco-carbonique.

9 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Notions permettant la définition de l état d équilibre Dioxyde de carbone (CO2) Dans l'eau, le gaz carbonique peut se trouver sous la forme de CO 2 libre ou de CO 2 combiné (bicarbonates, carbonates). Eau à l équilibre : contient une faible quantité de CO 2 dit équilibrant. Eau agressive : contient plus de CO 2 qu une eau à l équilibre dit CO 2 agressif (différence entre CO 2 libre et le CO 2 à l équilibre).

10 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Notions permettant la définition de l état d équilibre ph Le ph qui mesure évalue l acidé ou l alcalinité (ou basique)

11 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique ph Notions permettant la définition de l état d équilibre Le ph est l'un des critères de base permettant de définir l'agressivité. L évaluation de la position d une eau vis-à-vis de l équilibre calco-carbonique nécessite de calculer le ph d'équilibre ou de saturation (phs). Il correspond au ph théorique que doit avoir l'eau pour se trouver en équilibre avec le carbonate de calcium. Si : ph < phs : Eau agressive ph > phs : Eau entartrante ph = phs : Eau à l'équilibre

12 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Synthèse et objectif de l atteinte de l état d équilibre L objectif de la réglementation est la distribution d une eau à l équilibre respectant les valeurs de ph compatibles avec la potabilité de l eau (ph< 8,5).

13 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Synthèse et objectif de l atteinte de l état d équilibre L eau distribuée doit même être légèrement entartrante permettant la formation d une fine couche de protection (couche de Tillmans). Elle doit ainsi présenter les caractéristiques suivantes : 8<TAC<15 F, 8<TH< 15 F ph phs + 0,2

14 Notions de chimie de l'eau L équilibre calco-carbonique Protection de la Santé Enjeux de l atteinte de l état d équilibre Réduction du risque de dissolution des métaux (plomb en particulier) Elimination des «eaux rouges» due à la dissolution du fer Maintien d un meilleur taux de résiduel de chlore Préservation de l intégrité du réseau de distribution Sauvegarde du patrimoine Protection contre les fuites et les casses Limitation de l entartrage pouvant entrainer des pertes de charges importantes

15 Respect de la «règle des trois 8» : Traitement de neutralisation Objectifs Dureté minimale de l eau : TAC = 8 F et ph de saturation phs + 0,2 mais < à 8,5 ph = 8 pour favoriser la formation de la couche protectrice de Tillmans TAC = 8 F et ph = 8 implique que la dureté calcique TH = 8 F Connaissance préalable des caractéristiques physico-chimique: AnalyseS : t C, ph, conductivité, TAC (ou HCO 3 ), TH (Ca) + sulfates et chlorures Situation de l eau brute vis-à-vis de l équilibre calco-carbonique Indice de Langelier : IL = ph phs Indice de Ryznar : Tendance agressive ou entrante de l eau Indice de Larson : prise en compte de la présence d ions chlorures et sulfates pouvant induire une porosité de la couche de Tillmans Détermination de la quantité de CO 2 agressif

16 Traitement de neutralisation Objectifs Indice de Ryznar Tendance 4 à 5 Entartrage important 5 à 6 Entartrage faible 6 à 7 Équilibre 7 à 7,5 Légère corrosivité 7,5 à 8,5 Corrosivité notable > 8,5 Corrosivité importante Indice de Larson Tendance < 0,2 Pas de tendance à la corrosion 0,2 à 0,4 Faible tendance 0,4 à 0,5 Légère tendance 0,5 à 1 Tendance moyenne > 1 Nette tendance à la corrosion

17 Traitement de neutralisation Filière de traitement Elimination simple du CO 2 excédentaire : Au contact de l'air, le CO2 agressif s'élimine plus ou moins complètement selon que l'eau est peu ou très minéralisée. Cascade simple de 1 à 2 m Pulvérisation Aération (bulle) Stripping Concerne peu de typologie d eau, rarement suffisant. L'aération n'assure aucune reminéralisation de l'eau.

18 Traitement de neutralisation Elimination simple du CO 2 excédentaire par aération : Pulvérisation Cascades

19 Traitement de neutralisation Filière de traitement Ajout de CO 2 et de Chaux Répond à la formule : 2 CO 2 + Ca(OH) 2 Ca(HCO 3 ) 2 Avantages : Très bon pouvoir reminéralisant de la chaux (0,84 g/g CO 2 neutralisé contre 2,3 pour Neutralite) L injection de CO 2 permet un bon contrôle du ph et donc de la reminéralisation en sortie de filière Inconvénients : La chaux n est pas un produit pure (80 à 95 %) formation de matière en suspension qu il faut clarifier Le contrôle de la reminéralisation nécessite un dosage minutieux et adapté des quantités de CO 2 et de chaux injectées Process lourd et complexe réservé à de grande unité de production (eau de surface)

20 Ajout de CO 2 et de Chaux Traitement de neutralisation

21 Ajout de CO 2 et de Chaux Traitement de neutralisation

22 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Utilisation de produit à base de carbonate de calcium (ou magnésium) En réagissant avec le CO 2 agressif il entraîne l augmentation du TH et du TAC Avantages : Nombreux réactifs sur le marché Filière simple (filtration et injection et/ou aération du CO 2 ) gravitaire ou sous pression Inconvénients : Prix de certains réactifs Dimensionnement de l installation en cas de débit important

23 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Efficacité de cette filière fonction : De la réactivité du produit et de sa granulométrie De la température de l eau et des caractéristiques initial de l eau Du temps de contact avec le matériaux

24 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire : principaux matériaux

25 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire : principaux matériaux

26 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Cas du CO 2 En fonction des caractéristiques de l eau à traiter il y a trois situations possibles : Elimination partielle du CO 2 (par aération) avant neutralisation Neutralisation directe Injection de CO 2 avant neutralisation

27 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Différents types d installation Gravitaire simple

28 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Différents types d installation Gravitaire simple

29 Traitement de neutralisation Filtres fermés Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Différents types d installation

30 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Différents types d installation Filtres fermés

31 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Différents types d installation Filtration gravitaire

32 Traitement de neutralisation Filière de traitement Neutralisation par du calcaire Différents type d installation Filtration gravitaire

33 Les eaux trop dures nécessitent dans certains cas une réduction de leur minéralisation. Cas d entartrage trop important Décarbonatation et adoucissement Atteinte des conditions de solubilisation des carbonates de plomb A l'intérieur des conduites, une couche de carbonate de plomb très peu soluble se forme. Cette couche fournit une couverture protective pour les sous-couches de plomb des conduites. Dans une eau trop dure, le ph d équilibre étant parfois tellement faible que la formation de carbonate de plomb est impossible. Ainsi, malgré le bon niveau de minéralisation la présence de plomb dans les analyses est dès lors possible. Conditions de solubilité du plomb dans l eau

34 Décarbonatation et adoucissement Filière de traitement Précipitation : Principe : introduire un alcalin qui conduit à la précipitation de calcaire Deux substances principales : - la chaux qui va réagir avec le CO 2 et les bicarbonates pour former du calcaire - la soude qui formera des carbonates de sodium et du calcaire. Avec la chaux, on agit à la fois sur le TAC et le TH. Il y a production de CO2 qu il faut éliminer par aération. Avec la soude, l abaissement du TH (calcique) est double mais il y a en contrepartie, un enrichissement en sodium.

35 Décarbonatation et adoucissement Filière de traitement Précipitation : par électrolyse de l eau Principe : entre 2 électrodes l hydrolyse de l eau génère : - à la cathode (-) la formation d ions hydroxydes (OH-) qui vont permettre la transformation des bicarbonates en carbonates puis en calcaire - à l anode (+) les ions hydronium (H+) vont également réagir avec la ½ de bicarbonates pour dégager du CO 2 A noter que la présence de chlorures dans l eau peut conduire à la formation de chlore. La présence de matière organique peut également généré des holoformes ou autre sousproduits chlorés qu il conviendra également d éliminer.

36 Précipitation : par électrolyse de l eau Décarbonatation et adoucissement Filière de traitement Source Gaz et Eaux D après brevet erca²

37 Décarbonatation et adoucissement Filière de traitement Echanges d ions : Adoucissement et décarbonatation sur résines Principe : un mélange de polymères immergé dans l eau va permettre selon leur nature la permutation des ions positifs ou négatifs. Pour l adoucissement : échangeur de cations (+) avec un polymère de type R-Na (sodium) La régénération des polymères s effectue avec du chlorure de sodium (sel)

38 Décarbonatation et adoucissement Filière de traitement Echanges d ions : Adoucissement et décarbonatation sur résines Adoucissement La régénération des polymères s effectue avec du chlorure de sodium (sel). Le carbonate de sodium totalement soluble n a pas d effet protecteur sur les canalisations. La concentration en sodium est également rapidement importante pour l eau potable.

39 Décarbonatation et adoucissement Filière de traitement Echanges d ions : Adoucissement et décarbonatation sur résines Décarbonatation sur résines : utilisation d une résine particulière (dite carboxylique faible) qui ne fixe que les cations calcium et magnésium liés au bicarbonates. Procédé plus complexe car la régénération : - s effectue à l acide dont les rejets nécessitent une neutralisation. - nécessite également une quantité importante de CO 2 qui peut cependant être celle produite lors de la décarbonatation (recyclage).

40 Décarbonatation et adoucissement Filière de traitement Séparation membranaire : dispositifs lourds Osmose inverse : envisageable si dureté associée en chlorure, sulfates ou autre substances Indésirables (Ni, Se, ). Nanofiltration : plus envisageable avec membrane à faible réjection de sel qui limite l importance de la remise à l équilibre calco-carbonique rendu nécessaire

L eau de Javel : sa chimie et son action biochimique *

L eau de Javel : sa chimie et son action biochimique * N 792 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 451 L eau de Javel : sa chimie et son action biochimique * par Guy DURLIAT Département de biochimie ENS de Cachan - 61, avenue du Président Wilson - 94235 Cachan

Plus en détail

Réparation et protection du béton armé avec Sika conformément à la Norme Européenne EN 1504

Réparation et protection du béton armé avec Sika conformément à la Norme Européenne EN 1504 Réparation et protection du béton armé avec Sika conformément à la Norme Européenne EN 1504 Maîtrise de la réparation du béton, de la protection Table des matières Page(s) La série de Normes Européennes

Plus en détail

Durabilité de la protection anticorrosion par galvanisation des structures métalliques.

Durabilité de la protection anticorrosion par galvanisation des structures métalliques. Durabilité de la protection anticorrosion par galvanisation des structures métalliques. Simon Nuytten Projet interdisciplinaire à option ENAC Master Génie Civil semestre 2 École Polytechnique Fédérale

Plus en détail

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Problématique La séquence 5, qui comporte deux parties distinctes, mais non indépendantes, traite de la réaction

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 15.1.2011 FR Journal officiel de l Union européenne L 12/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 10/2011 DE LA COMMISSION du 14 janvier 2011 concernant les matériaux et objets en matière

Plus en détail

Etude comparative des dangers et des risques liés au biogaz et au gaz naturel DRA 32

Etude comparative des dangers et des risques liés au biogaz et au gaz naturel DRA 32 RAPPORT D ÉTUDE 10/0 4/2 0 0 6 N 46032 Etude comparative des dangers et des risques liés au biogaz et au gaz naturel DRA 32 Etude comparative des dangers et des risques liés au biogaz et au gaz naturel

Plus en détail

Bonnes pratiques bas-nox pour chaudières à biomasse.

Bonnes pratiques bas-nox pour chaudières à biomasse. Bonnes pratiques bas-nox pour chaudières à biomasse. Janvier 2013 Document réalisé grâce aux contributions de : S. PREAU, G.MARTIN (ATANOR) C. TOURNEBIZE, B. CHIEZE (COMPTE-R) T. ROGAUME (Institut PPRIME)

Plus en détail

PROTECTION DURABLE DES BÂTIMENTS AVEC LES HYDROFUGES SILICONES silres BS

PROTECTION DURABLE DES BÂTIMENTS AVEC LES HYDROFUGES SILICONES silres BS PROTECTION DURABLE DES BÂTIMENTS AVEC LES HYDROFUGES SILICONES silres BS Creating tomorrow s solutions L HYDROFUGATION : UNE PROTECTION SÛRE CONTRE L HUMIDITÉ Sommaire L hydrofugation : une protection

Plus en détail

Concevoir son aire de remplissage / lavage de pulvérisateurs et son système de traitement des effluents phytosanitaires

Concevoir son aire de remplissage / lavage de pulvérisateurs et son système de traitement des effluents phytosanitaires Concevoir son aire de remplissage / lavage de pulvérisateurs et son système de traitement des effluents phytosanitaires Impressum Editeur AGRIDEA Avenue des Jordils 1 Case postale 128 CH-1000 Lausanne

Plus en détail

Études et recherches. Mise au point et validation d un outil de calcul du temps de service des cartouches filtrantes pour vapeurs organiques

Études et recherches. Mise au point et validation d un outil de calcul du temps de service des cartouches filtrantes pour vapeurs organiques Équipements de protection Études et recherches RAPPORT R-542 Mise au point et validation d un outil de calcul du temps de service des cartouches filtrantes Daniel Cossement Iheb Bellasfar Patrick-Daniel

Plus en détail

Biotechnologies en 27 fiches

Biotechnologies en 27 fiches 9782100589142-cezard-lim.qxd 23/04/13 7:40 Page I Fabien CÉZARD Biotechnologies en 27 fiches 2 e édition 9782100589142-cezard-lim.qxd 23/04/13 7:40 Page II Une autre version de cet ouvrage a été publiée

Plus en détail

SCHÉMA DE MAÎTRISE DES EMISSIONS

SCHÉMA DE MAÎTRISE DES EMISSIONS GUIDE DE RÉDACTION SCHÉMA DE MAÎTRISE DES EMISSIONS DE COMPOSÉS ORGANIQUES VOLATILS Secteur de l industrie aromatique Crédit photos de couverture : PRODAROM Guide validé par le comité de lecture du 31

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES SOLS CONTAMINÉS : LESQUELLES SONT DURABLES? Par Myriam Dufresne

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES SOLS CONTAMINÉS : LESQUELLES SONT DURABLES? Par Myriam Dufresne LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES SOLS CONTAMINÉS : LESQUELLES SONT DURABLES? Par Myriam Dufresne Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement en vue de l obtention du grade de

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA CHLORATION?

QU EST-CE QUE LA CHLORATION? QU EST-CE QUE LA CHLORATION? Qu est-ce que la chloration? Des micro-organismes peuvent être trouvés dans des rivières, lacs et eau souterraine. Même si ce ne sont pas tous les micro-organismes qui peuvent

Plus en détail

Note sur les enjeux dans le domaine de l eau

Note sur les enjeux dans le domaine de l eau Soutenabilité du Grand Paris juin 2012 Note sur les enjeux dans le domaine de l eau - 3 - Introduction Le projet Grand Paris vise à faire du cœur de l Île de France une métropole de taille mondiale durablement

Plus en détail

une matière" active de la pulvérisation

une matière active de la pulvérisation Le bas volume, une matière" active de la pulvérisation Intro En préambule... Ce fascicule est le premier d une série de trois. Ils constituent une synthèse des acquis récents de la recherche et du développement

Plus en détail

la MÉTHANISATION à la FERME Guide pratique

la MÉTHANISATION à la FERME Guide pratique la MÉTHANISATION à la FERME Guide pratique Pour les projets d une puissance électrique inférieure à 500 kw e Septembre 2011 Le principe biologique de la méthanisation Les 4 étapes de la méthanisation Biomasse

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE

DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE Projet de Plan Départemental de Prévention et de Gestion des Déchets non Dangereux de la Martinique Résumé non technique du rapport d évaluation environnementale Juin 2015

Plus en détail

Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives

Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives Guide méthodologique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Dispositifs de traitement des effluents phytosanitaires reconnus par le ministère en charge de l écologie

Dispositifs de traitement des effluents phytosanitaires reconnus par le ministère en charge de l écologie Dispositifs de traitement des effluents phytosanitaires reconnus par le ministère en charge de l écologie 1 Ce travail de synthèse a été élaboré dans le cadre des travaux conduits par le groupe ECOPULVI

Plus en détail

OUVRAGES DE CHARPENTE EN BOIS

OUVRAGES DE CHARPENTE EN BOIS MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DIRECTION DE L'ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE FEVRIER 2002 OUVRAGES DE CHARPENTE EN BOIS FASCICULE TECHNIQUE Sous-direction des monuments historiques Mission

Plus en détail

Y a-t-il une place pour l hydrogène dans la transition énergétique? Étienne Beeker*

Y a-t-il une place pour l hydrogène dans la transition énergétique? Étienne Beeker* Y a-t-il une place pour l hydrogène dans la transition énergétique? Étienne Beeker* Malgré les traces que l incendie du zeppelin Hindenburg en 1937 a laissées dans les mémoires, l hydrogène continue de

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 285/10 Journal officiel de l Union européenne 31.10.2009 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 21 octobre 2009 établissant un cadre pour la fixation d exigences en matière

Plus en détail

Limites des zones d'influence de chaque usine

Limites des zones d'influence de chaque usine Limites des zones d'influence de chaque usine É Dito >>> Le Syndicat des Eaux d Ile-de-France que j ai l honneur de présider depuis 1983, alimente en eau potable 144 communes de la banlieue de Paris réparties

Plus en détail

Polyesters stratifiés

Polyesters stratifiés Polyesters stratifiés 3 GUIDE PRATIQUE DE VENTILATION L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET?

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Décembre 2010 En 2009, Eco-Emballages, ELIPSO et Valorplast se sont associés pour conduire une étude d évaluation des impacts environnementaux

Plus en détail

LA COMBUSTION DU BOIS ET SES IMPACTS SUR LA QUALITÉ DE L AIR

LA COMBUSTION DU BOIS ET SES IMPACTS SUR LA QUALITÉ DE L AIR LA COMBUSTION DU BOIS ET SES IMPACTS SUR LA QUALITÉ DE L AIR Jean-Pierre SAWERYSYN Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président du comité régional de l APPA RESUME L objectif de cet

Plus en détail

Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006. Conseil général du Lot. Rapport final. Agence de l'eau Adour Garonne

Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006. Conseil général du Lot. Rapport final. Agence de l'eau Adour Garonne Conseil général du Lot Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006 Rapport final Agence de l'eau Adour Garonne Avril 2007 SOMMAIRE 1. RAPPEL DU CONTEXTE ET OBJECTIFS DU

Plus en détail

enterprise europe Le marquage CE des produits de construction Règlement 305/2011/UE

enterprise europe Le marquage CE des produits de construction Règlement 305/2011/UE enterprise europe Le marquage CE des produits de construction Règlement 305/2011/UE Table des matières Avant-Propos... 4 Que signifie le marquage CE?... 4 Qu est-ce que la mise sur le marché d un produit?...

Plus en détail