DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE"

Transcription

1 DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE Projet de Plan Départemental de Prévention et de Gestion des Déchets non Dangereux de la Martinique Résumé non technique du rapport d évaluation environnementale Juin 2015 SIÈGE SOCIAL - 367, avenue du Grand Ariétaz CHAMBÉRY CEDEX INDDIGO SAS au capital de RCS CHAMBÉRY - APE 7112B SIRET Inddigo 367, avenue du Grand Ariétaz CHAMBÉRY CEDEX Tél. : Fax :

2

3 SOMMAIRE 1. QU EST-CE QUE L EVALUATION ENVIRONNEMENTALE? ARTICULATION DU PLAN AVEC LES AUTRES DOCUMENTS DE PLANIFICATION ET DE PROGRAMMATION 5 3. ETAT INITIAL DU TERRITOIRE LES EFFETS DE LA FILIERE ACTUELLE DE GESTION DES DECHETS NON DANGEREUX SUR SON ENVIRONNEMENT PERSPECTIVES D EVOLUTION DE L ETAT DE L ENVIRONNEMENT : SCENARIO PESSIMISTE ETUDES DES SCENARII Description des scénarii envisagés Impacts environnementaux des scénarii JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU DESCRIPTION DU SCENARIO RETENU PAR LE PLAN SYNTHESE DES EFFETS NOTABLES PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN SUR L ENVIRONNEMENT LES MESURES D EVITEMENT, DE REDUCTION OU DE COMPENSATION SUIVI ENVIRONNEMENTAL LA METHODOLOGIE UTILISEE

4 LEXIQUE ADEME : Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie Bilan énergétique : le bilan énergétique (Be) de la gestion des déchets est calculé de la façon suivante : Be = somme des énergies consommées (en kilo tonne équivalent pétrole) somme des émissions évitées Les énergies consommées sont essentiellement des carburants pour la collecte et le transport. Les énergies sont évitées par la valorisation matière et la valorisation énergétique. DEAL : Direction de l Environnement, de l Aménagement et du Logement Gaz à Effet de Serre (GES) : la convention de Kyoto a retenu 6 gaz à effet de serre direct (CO 2, CH 4, N 2 O, HFC, PFC et SF 6 ) ; l impact des déchets en terme d émission de GES est exprimé en tonne d équivalent CO 2, a partir de l évaluation sommaire des émissions de CO 2 et de CH 4, et des émissions évitées par le recyclage et la valorisation énergétique. PTMB : Pré Traitement Mécano Biologique ISDND : Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux UTVD : Unité de Traitement et de Valorisation des Déchets (également appelée usine d incinération) OMA : Ordures ménagères et assimilées FFOM : Fraction fermentescible des ordures ménagères SRCAE : Schéma Régional Climat Air Energie SDAGE : Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux PCT : Plan Climat Territorial PPA : Plan de Protection de l Atmosphère PPR : Plan de Prévention des Risques PPRT : Plan de Prévention des Risques Technologiques PRQA : Plan Régional pour la Qualité de l Air PRSE : Plan Régional Santé Environnement PLU : Plan Local d Urbanisme SCoT : Schéma de cohérence Territoriale PPBE : Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement

5 1. QU EST-CE QUE L EVALUATION ENVIRONNEMENTALE? L évaluation environnementale s inscrit dans le cadre de la réalisation du Plan de Prévention et de Gestion des Déchets Non Dangereux (appelé par la suite Plan), conformément à la directive européenne du 27 juin 2001 et à sa transcription en droit français. Elle identifie, décrit et évalue les effets que peut avoir la filière de gestion des déchets sur l environnement du territoire concerné par le Plan. Le résumé non technique du rapport d évaluation environnemental constitue la synthèse de l évaluation environnementale. Il aborde différents aspects : l articulation du Plan avec les autres documents de planification, l état initial du territoire : c est un bilan du territoire concerné par le Plan suivant 5 dimensions de l environnement (la pollution et la qualité des milieux, les ressources naturelles, les risques sanitaires, les nuisances, les milieux naturels, sites et paysages), les effets de la filière de gestion des déchets actuelle sur l environnement, en tenant compte des sensibilités du territoire dégagées dans la première partie, les perspectives d évolution de l état de l environnement, si le Plan n était pas mis en œuvre, la description du scénario retenu par le Plan, les effets probables de la mise en œuvre du Plan sur l environnement, des préconisations pour diminuer certains impacts en allant au-delà de la réglementation, la mise en place d un suivi environnemental. Le présent document constitue le résumé non technique du rapport d évaluation environnementale. 2. ARTICULATION DU PLAN AVEC LES AUTRES DOCUMENTS DE PLANIFICATION ET DE PROGRAMMATION Le rôle du Plan est de s assurer de l articulation entre la politique de gestion des déchets et les autres documents ou Plans concernant le territoire. Le tableau suivant présente succinctement ces différents documents. Le signe «/» signifie que plusieurs documents existent sur le territoire, les différentes dates d approbation n ont pas été indiquées INDDIGO Mars 2015 p 5/21

6 Document de planification Date d'approbation/ parution A fait l'ojet d'une évaluation environnementale Articulation avec le Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux Le plan régional d'élimination des déchets dangereux 1998 non complémentarité Le Plan de prévention et de gestion des déchets du BTP 2006 non complémentarité Schéma Régional climat air énergie juin-13 non cohérence Plan de Protection de l'atmosphère août-14 non cohérence Plans Climats Territoriaux / non cohérence Schéma Directeur d'aménagement et de gestion de l'eau déc-09 oui cohérence Contrats de milieu / non cohérence Plan Régional Santé Environnement 2005 non cohérence en cours de Schéma d'aménagement régionnal révision non cohérence Schémas de Cohérence Territoriale / non cohérence Plans Locaux d Urbanisme / oui depuis juin 2012 cohérence Agendas 21 / non cohérence Profil Environnemental régional 2009 non cohérence Tableau 1 : Articulation du Plan avec les autres documents de planification 3. ETAT INITIAL DU TERRITOIRE L analyse environnementale du territoire est basée sur un ensemble de données provenant de différents organismes (Conseil général, Préfecture, ADEME, DEAL ). La synthèse de cette analyse peut être présentée en termes de richesses et/ou de faiblesses du territoire, ce qui permet de définir la sensibilité du territoire dans des domaines environnementaux spécifiques. Le tableau ci-après présente une synthèse, par dimension de l environnement et sous domaine de : les forces et faiblesses du territoire, la localisation territoriale des enjeux, les objectifs de référence, la sensibilité du territoire. Cette dernière s apprécie par rapport à des référentiels nationaux (comment se positionnent le département vis-à-vis de moyennes nationales) et/ou par rapport à l importance des forces et faiblesses et/ou le nombre d objectifs de référence INDDIGO Mars 2015 p 6/21

7 Dimensions de l environnement Sous-domaine Les richesses Etat de l environnement Les faiblesses Localisation des enjeux Politique d amélioration Proposition de sensibilité GES Air Un réseau de surveillance permettant le suivi de la qualité Emissions de gaz à effet de serre (CO 2, N 2 O et CH 4 ) supérieure à la moyenne Un air pollué avec notamment des concentrations d'oxyde d'azote et de poussière élevées (lié au trafic automobile et aux brumes de sable) Global/local Local Kyoto, facteur 4, PCT SCRAE, PPA forte forte Pollutions et qualité des milieux Eau Très grande diversité de biotopes aquatiques terrestres Pollution de certaines eaux souterraines par les pesticides. Faible rendement des systèmes épuratoires engendrant une pollution des eaux local SDAGE / contrat de rivière forte Pression anthropique forte sur la mangrove et les milieux marins Sol et sous-sols ressource en matériaux abondante et de bonne qualité Pollution des sols par la chlordécone Une forte pression foncière Global/local forte Ressources naturelles Matières premières Grande diversité géologique 28 sites pollués ou potentiellement pollués Pression sur les ressources naturelles (carrières) local Schéma départemental des carrières modérée INDDIGO Mars 2015 p 7/21

8 Ressources naturelles Ressources locales : eau, sol et l espace Forêt martiniquaise véritable réservoir de la biodiversité Eau contaminée à la chlordécone dans 56% des cours d'eau Forêts subissant des pressions anthropiques fortes local SDAGE/ contrat de rivière forte Energie Des atouts pour développer les énergies renouvelables Faible part de la production liée aux énergies renouvelables Consommation en augmentation liée principalement aux transports Global/local Plans Climat Régionaux et Territoriaux forte Milieux naturels, sites et paysages Biodiversité et milieux naturels Paysages Ecosystèmes exceptionnellement riches Z12000 Ha de ZNIEFF terrestre, 2 réserves naturelles, 1 PNR, 2 réserves biologiques, 19 arrêtés de protection du biotope diversité de paysages, caractéristiques des îles volcaniques Milieux fragiles, fortes pressions (tourisme, pollutions ) Dégradation des habitats naturels due à l'urbanisation Local directive habitat, ZNIEFF, forte local Atlas des Paysages faible Patrimoine culturel 3 sites classés et 12 sites inscrits, 80 monuments classés ou inscrits local faible INDDIGO Mars 2015 p 8/21

9 Risques Risques naturels et technologiques Risques sanitaires Intégralité du territoire couvert par un PPR Faible risque industriel Territoire exposé aux risques de : mouvements de terrains, inondations, séismes, volcanisme, tsunamis et cyclones Vulnérabilité aggravée par l'urbanisation Risques de problèmes respiratoires, risques liés à l usage des pesticides et à la pollution atmosphérique, risques liés à la mauvaise gestion des déchets (brûlages ) Global/local PPR, PPRT forte Global/local PRQA et PRSE 2 forte Bruit Classement des voies sonores par le Département Nuisances liées aux grands axes routiers Local PPBE modérée Nuisances Trafic Nuisances près des grands axes de transport Forte utilisation de la voiture individuelle, concentration du trafic sur les grands axes Local PLU, SCOT forte Visuelles / olfactives Risques locaux liés aux zones industrielles, aux élevages et aux épandages agricoles Tableau 2 : Récapitulatif des forces et faiblesses du territoire Local faible INDDIGO Mars 2015 p 9/21

10 On constate que le territoire présente une forte sensibilité au niveau : de la pollution par les Gaz à Effet de Serre (GES), de la pollution de l eau, des milieux naturels, liés notamment à la forte pression anthropique, des risques naturels. 4. LES EFFETS DE LA FILIERE ACTUELLE DE GESTION DES DECHETS NON DANGEREUX SUR SON ENVIRONNEMENT La filière de gestion des déchets en 2012 a été analysée pour chaque étape de gestion : Collecte, Transport, Traitements (incinération, stockage, compostage), Valorisations (énergétique, agronomique et recyclage). Cette analyse a permis d identifier les effets de la filière déchets sur les 5 dimensions environnementales étudiées (pollution et qualité des milieux ; ressources naturelles ; milieux naturels, sites et paysages ; risques ; nuisances). Le croisement de la sensibilité du territoire et des impacts de la filière de gestion des déchets permet de dégager les enjeux majeurs qui feront l objet d un suivi ou d une attention particulière. Ce croisement est le suivant : Dimensions de l environnement Pollutions et qualité des milieux Ressources naturelles Milieux naturels, sites et paysages Risques Nuisances Sous-domaine Proposition de sensibilité Impact de la gestion des déchets Enjeu GES forte fort fort Air fort fort fort Eau fort modérée modéré à fort Sol et sous-sols fort faible faible à modéré Matières premières modérée fort modéré à fort Ressources locales fort modérée modéré à fort Energie fort fort fort Biodiversité et milieux naturels forte modérée modéré à fort Paysages faible faible faible Patrimoine culturel faible faible faible Risques naturels et technologiques forte modérée modéré à fort Risques sanitaires modérée fort modéré à fort Bruit modérée modérée modéré Trafic modérée modérée modéré Odeurs faible modérée faible à modéré Tableau 3 : Synthèse des enjeux environnementaux de la gestion des déchets de INDDIGO Mars 2015 p 10/21

11 Les enjeux significatifs (enjeux modérés à forts et enjeux forts) sont donc : les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), la pollution de l air, les matières premières et ressources locales, l énergie, la biodiversité et milieux naturels, les risques naturels, et sanitaires, Afin de caractériser les enjeux, il a été retenu des indicateurs chiffrés, dans la mesure du possible. Ces indicateurs ont été construits pour chaque scénario afin d envisager une analyse relative entre : le scénario «pessimiste» (scenario sans mise en œuvre du Plan) et un scénario donné, les scénarii entre eux. Certains de ces enjeux, tels le bruit, ne peuvent pas être quantifiés, ils font alors l objet d indicateurs qualitatifs. 5. PERSPECTIVES D EVOLUTION DE L ETAT DE L ENVIRONNEMENT : SCENARIO PESSIMISTE L évaluation environnementale introduit la notion d alternative «scénario sans le Plan» ou «scenario pessimiste» qui consiste à mesurer l évolution probable des indicateurs environnementaux si le Plan n était pas mis en œuvre. Afin d évaluer l impact environnemental de ce scénario «pessimiste», plusieurs hypothèses d évolution des tonnages et d organisation ont été retenues : le gisement d OMA reste stable (329 kg/hab). Cela se traduit par une augmentation des tonnages globaux collectés, en lien avec l augmentation de la population. le gisement de déchets verts et d encombrants (porte à porte et déchèteries) augmente de 20%, en lien avec la densification du réseau de déchèteries en cours sur le département prise en compte des évolutions programmées dans le cadre du plan d urgence 2015 : o o complexe du Petit Galion (ISDND, PTMB avec stabilisation de la FFOM en sortie) Parc technologique de la Trompeuse (centre de tri des DAE, broyage des déchets verts) prise en compte des projets de quais de transfert et de déchèteries prise en compte du projet de PTMB sur le site du Petit Galion, avec stabilisation de la FFOM en sortie hypothèse de compostage de la totalité des boues de STEP du territoire INDDIGO Mars 2015 p 11/21

12 En l absence de mise en œuvre des préconisations du Plan, on constate : concernant les déchets ménagers et assimilés : o o o une augmentation des tonnages produits, un tonnage valorisé plus important, une amélioration des indicateurs GES et énergie. Concernant les déchets d activité économique : o o o une légère augmentation du tonnage valorisé, une augmentation des émissions de GES, une amélioration du bilan énergétique. 6. ETUDES DES SCENARII 6.1 DESCRIPTION DES SCENARII ENVISAGES La démarche conduisant à l étude de 2 scénarii a été guidée par plusieurs considérations majeures, conduisant à la recherche d un compromis à la fois ambitieux et réaliste : ne plus enfouir d ordures ménagères brutes en ISDND, en cohérence avec la directive européenne de 1999, réduire sensiblement la production d ordures ménagères, en cohérence avec la loi Grenelle 1, augmenter fortement le recyclage matière et organique des déchets ménagers et assimilés, en cohérence avec la directive européenne de 2008, utiliser «à saturation» les équipements existants (UTVD et CVO existants) et les installations en cours et en projet, préserver les capacités de stockage prévues en ISDND pour le début 2016, faire accepter aux habitants un effort individuel, à travers un changement de pratique et de comportement, seul garant de la réussite collective, maîtriser les coûts de la gestion de ces déchets de la vie quotidienne, qui «pèsent» lourd en termes financiers et privilégier les investissements permettant d améliorer la prévention et la valorisation des déchets. Cette recherche de compromis se traduit par deux faits déterminants dans l élaboration des scénarii : ne pas mettre en place une 3 ème ligne de four, solution pourtant prévue dans le PEDMA de En effet, les quantités de déchets résiduels à traiter d ici 2027, si les actions de réduction de la INDDIGO Mars 2015 p 12/21

13 production de déchets et des performances des collectes séparées prévues dans le Plan sont atteintes, resteront inférieures à la capacité de l UTVD, le choix d implanter un prétraitement mécanobiologique (PTMB) sur le site de Petit Galion est une condition indispensable pour atteindre le taux de recyclage des DMA de 50% en 2021 (pour le scénario B) afin d être en cohérence avec les objectifs fixés dans la directive européenne de scénarii ont ainsi été dimensionnés : le scénario A, volontariste et réaliste, en cohérence avec les réglementations en vigueur quant à la réduction des ordures ménagères et assimilées et la hiérarchie des modes de traitement, privilégiant notamment la valorisation énergétique à l enfouissement, le scénario B, ambitieux, en cohérence totale avec la directive 2008/98/CE du 19 novembre 2008, privilégiant notamment la valorisation énergétique à l enfouissement et fixant d ici 2020 un objectif de préparation en vue du réemploi et de recyclage des déchets ménagers et assimilés de 50 % en poids global. Ce scénario retient pour le territoire de la Martinique les objectifs que l Union Européenne a fixé à chacun de ses Etats membres. 6.2 IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DES SCENARII La comparaison des 2 scénarios étudiés avec le scénario «pessimiste» permet de réaliser les constats majeurs suivants concernant les déchets ménagers et assimilés : diminution de la quantité de déchets prise en charge par le Service Public d élimination des déchets (SPED) dans les deux scenarii, grâce au développement des gestes de prévention, et ce, malgré l augmentation prévisionnelle de la population. augmentation de la part destinée à une valorisation matière (recyclage). Ceci s explique par le développement des collectes sélectives et des filières de valorisation en déchèterie, et un meilleur tri des matériaux recyclables. une nette diminution de la quantité de déchets résiduels à enfouir. La quantité de déchets à incinérer reste dans le même ordre de grandeur avec une légère diminution. le bilan Gaz à Effet de Serre (GES), le bilan énergétique, les émissions de dioxines évoluent de manière favorable dans les deux scenarii. Concernant les déchets d activités économiques les constats sont les suivants : les tonnages de valorisation matière et organique augmentent du scénario pessimiste au scénario B. les tonnages de résiduels destinés à l enfouissement diminuent. le bilan Gaz à Effet de Serre et le bilan énergétique évoluent de manière favorable du scénario pessimiste au scénario B. Les émissions de dioxines augmentent légèrement, de par l augmentation des tonnages incinérés (afin de diminuer les tonnages enfouis) INDDIGO Mars 2015 p 13/21

14 7. JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU Après une présentation détaillée des scénarii, des actions à mettre en œuvre, de leurs impacts sur les tonnages et sur l environnement, le COPIL du 04 février 2015 a choisi de retenir le scénario B. Ce scénario est ambitieux en termes d objectifs de réduction des déchets et de valorisation. Il permet le respect des obligations réglementaires. Enfin, ce scénario a un impact environnemental plus faible que le scénario pessimiste et le scenario A. La moindre consommation d énergie constatée (+ 115 % de la consommation évitée en 2027) par rapport au scénario «pessimiste» concourt à l atteinte des objectifs d économie d énergie fixés par les Plans climat énergie territoriaux et le C (SCRAE). Les émissions moins importantes de GES (-53 % en 2027) du Plan par rapport au scénario «pessimiste» concourent à l atteinte des objectifs de diminution des émissions de GES fixés par le SRCAE et contribue au respect de la convention de Kyoto. 8. DESCRIPTION DU SCENARIO RETENU PAR LE PLAN En premier lieu, le Plan respecte les objectifs de recyclage matière et organique inscrits : dans la loi Grenelle 1 : 45 % de recyclage matière et organique en 2015 pour les déchets gérés par les EPCI, dans la directive européenne du 19 novembre 2008 : 50 % de recyclage matière et organique en 2020 pour ces mêmes déchets. Pour mémoire, en 2012, le taux de recyclage matière et organique était de 12 %. De façon plus précise, les objectifs chiffrés se situent sur les points suivants : la prévention des ordures ménagères et assimilées : réduire la production individuelle d ordures ménagères et assimilées (OMA) de 10 % d ici 2021 et 2027 par rapport à 2012 réduire la fraction organique (biodéchets) contenue dans les ordures ménagères et assimilées améliorer les performances de valorisation des recyclables secs la prévention et valorisation des déchets occasionnels ménagers et assimilés : maîtriser les flux de déchets occasionnels ménagers et assimilés (apports en déchèteries + collectes en porte à porte) augmenter la valorisation des déchets occasionnels (apports en déchèteries + collectes en porte à porte) réduire les flux et augmenter la valorisation des déchets des collectivités (services municipaux) prévention et valorisation des déchets d activités économiques : INDDIGO Mars 2015 p 14/21

15 maîtriser les flux de déchets d activités économiques (DAE) collectés par les opérateurs privés augmenter le recyclage matière et organique des DAE et respecter la hiérarchie des modes de traitement prévention et valorisation des déchets de l assainissement valorisation des boues par compostage Conformément aux principes retenus dans le Plan, les hypothèses d évolution des filières de collecte, de valorisation et de traitement sont les suivantes : orientation de t/an d ordures ménagères résiduelles vers l unité de prétraitement mécano biologique du Petit Galion, incinération avec valorisation énergétique à l UTVD de Morne Dillon (capacité autorisée : tonnes/an, mais capacité technique d environ t/an), stockage en ISDND sur le site de Petit Galion autorisé prévu pendant 25 ans à partir de 2016, soit jusqu en 2041 avec une capacité de stockage de t/an en régime normal. 9. SYNTHESE DES EFFETS NOTABLES PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN SUR L ENVIRONNEMENT Catégorie Valorisation/Recyclage Prévention des déchets Collecte et transports Tri Recyclage matière Valorisation énergétique Recyclage organique Impacts positifs sur l environnement du scénario retenu Réduction de la pollution des milieux (effet de serre, air et eau), des risques sanitaires, du bruit et du trafic, des impacts sur la biodiversité et milieux naturels, économie de matières premières Le tri va permettre différents recyclages et donc la réduction des pollutions et l'économie de ressources en aval Réduction de la pollution des milieux (effet de serre, air et eau), économie de matières premières et d énergie Réduction de la pollution des milieux (effet de serre et air) et production d énergie Emissions de gaz à effet de serre évitées (engrais substitués), production d engrais chimique évitée, économie d énergie, enrichissement des sols Impacts négatifs sur l environnement du scénario retenu Impacts sur la pollution (effet de serre, air, eau, sol), la consommation d énergie, les risques sanitaires travailleurs, le bruit et le trafic Risques travailleurs (contamination par les déchets dangereux, accidents, pénibilité travail, exposition à la poussière) augmentés par la hausse de l activité Risques travailleurs et riverains selon l installation de recyclage et le matériau recyclé Odeur si mauvaise stabilisation de l amendement organique INDDIGO Mars 2015 p 15/21

16 Traitement des résiduels Traitement biologique Incinération Stockage en ISDND Diminution du potentiel méthanogène des déchets à enfouir Production d énergie, réduction des émissions de dioxines, de gaz à effet de serre, de COV et de particules Fortes diminutions des émissions de gaz à effet de serre, de COV, de bioaérosols par rapport au scénario pessimiste, production d énergie Impacts sur la pollution (effet de serre, air), le risque d odeurs (process et exploitation), les risques travailleurs (exposition aux micro-organismes et à certaines substances chimiques) Emission de GES, de particules, de COV, de dioxines, acidification par retombées des gaz dissous par la pluie, Emissions de gaz à effet de serre, de COV, bio aérosols, particules de poussières sur alvéole en exploitation (non couverte), consommation d espace, occupation à long terme, risque d envols Tableau 4 : synthèse des effets notables probables de la mise en œuvre du plan sur l environnement 10. LES MESURES D EVITEMENT, DE REDUCTION OU DE COMPENSATION La caractérisation des effets notables du scénario retenu par le Plan doit conduire également à une recherche de mesures réductrices adaptées, susceptibles d'éviter, de réduire ou si possible de compenser les conséquences dommageables sur l'environnement identifiées. Dans la mesure où le Plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux de la Martinique s inscrit dans un objectif d'amélioration de l'environnement, les mesures identifiées ont plus pour effet d en accentuer les effets positifs que d en corriger les impacts négatifs. Tout d abord, il faut noter que toute installation doit être conforme aux réglementations en vigueur s y appliquant (réglementation ICPE, loi sur l eau, ) INDDIGO Mars 2015 p 16/21

17 Dimensions de l environnement toutes les dimensions Pollutions et qualité des milieux Ressources naturelles prévention collecte / transport traitement / valorisation Critères environnementaux dans les passations de marchés et de commandes Exemplarité des collectivités territoriales Accompagnement des programmes de compostage individuel Démarche d'amélioration continue Meilleure communication et concertation via les Commissions de Suivi des Sites Privilégier les démarches à haute performance énergétique Des critères de localisation des équipements à créer satisfaisant les exigences environnementales Pour mémoire, le choix des sites doit satisfaire aux exigences - des règles d urbanismes - du code de l environnement (notamment installations classées) Privilégier les techniques de collecte ayant un moindre impact Limitation des rejets des unités produisant du biogaz environnemental Recours à des techniques d exploitation maximisant le captage du S engager dans des démarches d optimisation de la collecte et biogaz du transport des déchets Limitation des surfaces exploitées et captage du biogaz dès le début de Intégrer les possibilités de transports alternatifs dans les l exploitation critères de choix de l implantation des futurs sites de traitement Rechercher la valorisation énergétique maximale : - lors du renouvellement des installations, envisager les moyens d améliorer les bénéfices environnementaux - intégrer les possibilités locales d utilisation de l énergie (notamment sous forme de chaleur dans des perspectives d écologie urbaine) Choix de procédés peu ou pas consommateurs d eau Milieux naturels, sites et paysages Privilégier la réutilisation d anciens sites industriels dépollués INDDIGO Mars 2015 p 17/21

18 Dimensions de l environnement Risques Nuisances prévention collecte / transport traitement / valorisation Démarches évitant les risques pour les travailleurs de la filière déchets Les appels d offres pourront intégrer les recommandations de la CRAM R437. Niveau d exigence équivalent pour les collectes en régie En lien avec le Plan Déchets Dangereux, information sur les collectes de déchets dangereux et de DASRI La diminution des quantités à collecter permettra de réduire les nuisances sonores chroniques ressenties Préservation du voisinage dans le choix du lieux d implantation des points d'apports Usage recommandé des colonnes insonorisées pour le verre Améliorer le suivi de la qualité de l'air ambiant Penser l intégration paysagère des unités permettant d amoindrir l impact visuel Confiner les postes présentant des risques de nuisance olfactive Moderniser le parc de déchèteries afin d améliorer la gestion de nouveaux flux Les établissements accueillants du public devront mettre en œuvre les moyens permettant d éviter tous risques (signalétique, plan de circulation) Les voies de circulation, les aires de stockage, les conduits d évacuation devront être maintenus dans un état propre à l évitement d amas de matière polluante ou dangereuse, et d'envols de poussière susceptible de contaminer l air ambiant et la délocalisation de la nuisance Gabarit routier adapté aux véhicules et à la fréquence de passage en proximité du site Tableau 5 : Mesures d évitement, de réduction, de compensation Les mesures présentées sont des mesures de réduction de l impact des incidences négatives, sauf l exemplarité des collectivités territoriales, qui est une mesure d évitement des incidences négatives INDDIGO Mars 2015 p 18/21

19 11. SUIVI ENVIRONNEMENTAL Le suivi environnemental peut s effectuer en même temps que le suivi du Plan à l aide des indicateurs ci-dessous. Dimensions concernées Ressources naturelles (Economie matière et énergie) Qualité des milieux (Emissions de GES évitées) Qualité des milieux (Emissions de GES évitées) (Enrichissement des sols) Ressources naturelles Qualité des milieux Pollutions des milieux (Emission de GES) Pollutions des milieux (Emission de GES) Pollutions des milieux (Emission de GES) Indicateur d'évaluation Unité Fréquence Nombre de composteurs distribués annuelle Tonnage total collecté de déchets ménagers et t annuelle assimilés Tonnage valorisation matière (déchets ménagers et assimilés) Tonnage valorisation organique (déchets ménagers et assimilés) Taux valorisation matière et organique (déchets ménagers et assimilés) Tonnage enfouis - déchets municipaux - dont Omr non stabilisées - dont Omr stabilisées - dont refus de tri - DAE - boues Tonnage incinéré - déchets municipaux - DAE Evolution déchets résiduels partant en incinération et en stockage t t annuelle annuelle % annuelle t t annuelle annuelle % annuelle Pertinence Indique l'impact de la politique de prévention menée sur le territoire Indique l impact de la réduction de la production de déchets Situe l évolution de la valorisation des déchets en regard des objectifs du Plan et des objectifs nationaux (Grenelle ) Situe l'évolution de l'enfouissement des déchets selon leur potentiel méthanogène Situe l'évolution du traitement des déchets résiduels Pollution des milieux Suivi des émissions de polluants atmosphériques des installations de traitement à définir Suivi des dépassements éventuels par rapport aux normes de rejet Pollution des milieux Nuisances (Bruit et trafic) Suivi des incidents et des rejets non conformes des installations de traitement à définir Tableau 6 : Les indicateurs environnementaux de suivi Une réunion sera tenue annuellement pour évaluer l avancement des projets et pour vérifier si l évolution des indicateurs est conforme aux prévisions. Un bilan environnemental plus approfondi sera réalisé à mi-parcours du Plan INDDIGO Mars 2015 p 19/21

20 12. LA METHODOLOGIE UTILISEE La CCES a retenu comme indicateurs majeurs les impacts en matière d énergie consommée ou évitée et en matière de contributions aux émissions de Gaz à Effet de Serre, en cohérence avec le guide méthodologique de l ADEME et du MEDD. Il s agit en effet des seuls paramètres pour lesquels il est possible d avoir des valeurs quantitatives pour chaque étape de la gestion des déchets. Les autres paramètres sont soit d ordre qualitatif, soit non disponibles ou non calculables pour chaque étape de gestion. Concernant les émissions de GES, il faut distinguer le CO 2 d'origine fossile (cycle long) de celui d'origine biogénique (cycle court) : Le CO2 biogénique (cycle court) est présent naturellement dans l'atmosphère du fait de la respiration des êtres vivants et de la décomposition des êtres morts. Dans le cas de déchets putrescibles, le carbone provient du CO2 atmosphérique absorbé par les végétaux lors de la photosynthèse. Quand ce carbone est réémis sous forme de CO2 pendant le traitement des déchets, il réintègre le cycle naturel du carbone (cycle court). Ce cycle garantit une quantité de CO2 biogénique dans l atmosphère relativement stable à l échelle d un siècle et ne joue pas de rôle dans le réchauffement climatique. Le CO2 d'origine fossile participe lui à un cycle beaucoup plus long (processus géologique permettant de transformer des matières organiques en combustibles fossiles, tel que le pétrole). L'émission de ce CO2 du fait des activités humaines perturbe l équilibre naturel du cycle long du carbone, puisque des quantités très importantes sont émises dans l atmosphère dans des délais très courts, bien inférieurs au temps nécessaire à l absorption du carbone par les processus géologiques. Par conséquence, le CO 2 comptabilisé dans l évaluation environnementale est celui d origine fossile, suivant les préconisations du GIEC (Groupe d'expert Intergouvernemental sur l'evolution du Climat). Par contre, le méthane (CH 4 ) et le peroxyde d azote (N 2 O) biogéniques sont comptabilisés, car leur potentiel de réchauffement global (PRG) est important et que ces gaz sont attribuables à des activités humaines. Le Potentiel de Réchauffement Global d un gaz, ou équivalent CO 2, vaut 1 pour le dioxyde de carbone qui sert de référence. Il s agit du facteur par lequel il faut multiplier la masse d un gaz pour obtenir une masse de CO2 qui produirait un impact équivalent sur l effet de serre. Par exemple, pour le méthane, le PRG est de 21, ce qui signifie qu il a un pouvoir de réchauffement 21 fois supérieur au dioxyde de carbone (pour une même quantité de carbone), sur 100 ans, d après le 2 ème rapport du GIEC. Il faut cependant avoir à l esprit que les PRG sont plus ou moins importants selon l horizon temporel retenu : à horizon temporel 20 ans, le PRG du méthane est de 56. Le carbone séquestré en ISDND n est pas pris en compte. Les hypothèses suivantes ont été retenues pour estimer les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique, aussi bien pour évaluer les impacts de la gestion des déchets en 2012, que pour les effets du scénario «pessimiste», ainsi que des différents scénarii étudiés : collecte et transport : calcul de la consommation en carburants lors des différents types de collecte en fonction des kilomètres parcourus par type de milieu pour collecter les tonnages associés (milieu rural et milieu urbain), à partir d une évaluation des distances parcourues selon les typologies d habitats et les flux de déchets; calcul de la consommation en carburants lors des transports en fonction des kilomètres entre les points de départ (quai de transfert, déchèteries ) et le lieu de traitement, à partir des données transmises dans les rapports annuels des collectivités ; INDDIGO Mars 2015 p 20/21

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Septembre 2013 Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Si le recours aux matériaux recyclés ou aux déchets inertes progresse, les secteurs d activité du bâtiment ou des travaux

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

SOMMAIRE 1. CADRE GENERAL DE LA PROCEDURE DE PLANIFICATION ET D EVALUATION ENVIRONNEMENTALE... 11

SOMMAIRE 1. CADRE GENERAL DE LA PROCEDURE DE PLANIFICATION ET D EVALUATION ENVIRONNEMENTALE... 11 RAPPORT ENVIRONNEMENTAL DU PLAN REGIONAL D ELIMINATION DES DECHETS DANGEREUX de la région Centre Décembrre 2009 SOMMAIRE 1. TABLE DES ILLUSTRATIONS... 5 1. CADRE GENERAL DE LA PROCEDURE DE PLANIFICATION

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Fiscalité environnementale

Fiscalité environnementale Secrétariat général Fiscalité environnementale Février 2009 La réforme de la fiscalité environnementale, adoptée dans la loi de finances pour 2009 et la loi de finances rectificative pour 2008, concrétise

Plus en détail

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation CM2E 2014 Colloque Martinique Energie Environnement Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation M. Torrijos, Laboratoire de Biotechnologie de l Environnement, INRA-LBE,

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS)

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) Étude menée en partenariat avec : Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME) Commune de

Plus en détail

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS Rapport d évaluation + + + + + ACV et Evaluation environnementale Outils logiciels R&D Transfert de compétences Eco-conception Eco-communication

Plus en détail

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Plan de la présentation Partie I Pourquoi le TMB? Partie II Variantes techniques Partie III Conclusions pour

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP

BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP Sommaire 1/ DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNÉE 2 2/ ANNÉE DE REPORTING DE L EXERCICE ET L ANNÉE DE RÉFÉRENCE 3 Utilisation d énergie sur

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Boulangerie AURANT REST Coiffeur

Boulangerie AURANT REST Coiffeur Boula ngeri e ANT R TAU RES Coiffe ur Remerciements Étude réalisée par In Numeri : Laurence HAEUSLER, Anne-Gaelle MORO-GOUBELY, Guillaume BERTHOIN Coordination technique : Christian MATHERY et Pierre GALIO,

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES SA... 3 2.1. Informations relatives à la personne morale... 3 2.2. Personne

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 Analyses de Cycles de Vies des Technologies de l Information et de la Communication Courriers électroniques, requête Web, clé USB : quels impacts environnementaux? L ADEME

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS Décembre 2012 Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 3 I.1 Contexte et objectif... 3 I.2 Année de reporting de l exercice et de

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits?

Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits? Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits? Claire Cornillier, claire.cornillier@fcba.fr Estelle Vial, estelle.vial@fcba.fr Conférence-Débat

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

Construction modulaire pour la Faculté des sciences

Construction modulaire pour la Faculté des sciences Construction modulaire pour la Faculté des sciences Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures de l'état de Vaud. Données concernant

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

RÉDUIRE LES EFFETS DU TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES SUR L ENVIRONNEMENT

RÉDUIRE LES EFFETS DU TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES SUR L ENVIRONNEMENT DIRCTION D LA COMMUNICATION CORPORAT D O S S I R D PRSS Lyon / Mars 2013 RÉDUIR LS FFTS DU TRANSPORT ROUTIR D MARCHANDISS SUR L NVIRONNMNT Pour réduire les effets sur l environnement tout au long du cycle

Plus en détail

Piegeage et stockage du CO 2

Piegeage et stockage du CO 2 Piegeage et stockage du CO 2 Résumé du rapport spécial du GIEC, le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat Un résumé réalisé par: LE PIÉGEAGE ET STOCKAGE DU DIOXYDE DE CARBONE (PSC)

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

Zero Waste Tour #1. Sur la route des pionniers italiens. Compte- rendu d une semaine de visites et rencontres. du 15 au 19 septembre 2014

Zero Waste Tour #1. Sur la route des pionniers italiens. Compte- rendu d une semaine de visites et rencontres. du 15 au 19 septembre 2014 Zero Waste Tour #1 Sur la route des pionniers italiens Compte- rendu d une semaine de visites et rencontres du 15 au 19 septembre 2014 Programme et contexte Sommaire Partie 1 - COLOGNO MONZESE : SITE DE

Plus en détail

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE Pierre Bousseau assainissement individuel les contrôles Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE 1 PREAMBULE L assainissement collectif n'est pas adapté aux zones rurales et périurbaines où l'habitat

Plus en détail

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Communauté Urbaine du Grand Toulouse Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Juin 2011 Table des matières 1 Introduction 3 1.1. Les défis énergétiques et climatiques 3 1.1.a. Les émissions

Plus en détail

Qu'est-ce que la biométhanisation?

Qu'est-ce que la biométhanisation? Qu'est-ce que la biométhanisation? La biométhanisation consiste en une série d'opérations de dégradations biologiques de matières organiques qui se produisent en l'absence d'oxygène. Les produits résultants

Plus en détail

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration 1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU THEMATIQUE 4: Epuration Fiche action n 1.4.1 RECUPERATION DE CHALEUR DANS LES EAUX USEES 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES La dépendance de notre alimentation énergétique vis-à-vis

Plus en détail

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal MYT Business Unit Zweckverband Abfallbehandlung Kahlenberg (ZAK) Bergwerkstraße 1 D-77975 Ringsheim Téléphone : +49 (0)7822 8946-0 Télécopie : +49 (0)7822 8946-46 E-mail : info@zak-ringsheim.de www.zak-ringsheim.de

Plus en détail

Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone. Présentation des projets de compensation carbone

Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone. Présentation des projets de compensation carbone Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone Présentation des projets de compensation carbone Fondation GoodPlanet Mettre l écologie au cœur des consciences Fondée en juillet 2005 par Yann Arthus-Bertrand

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

1. CONTEXTE...4 2. AVERTISSEMENT AU LECTEUR...5 3. DÉFINITIONS...7

1. CONTEXTE...4 2. AVERTISSEMENT AU LECTEUR...5 3. DÉFINITIONS...7 Septembre 2011 Méthode pour la réalisation des bilans d émissions de Gaz à effet de serre conformément à l article 75 de la loi n 2010788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement

Plus en détail

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Titre 1 : Bâtiments et urbanisme Chapitre 1 : amélioration de la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations,

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations, DE : Hervé BALEN LE janvier 2014 Troisième Révolution Industrielle La dynamique de l économie verte. Ateliers prospectifs de l emploi 16 janvier 2014 Les impacts en termes de métiers, de formations, Ne

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Plan de réduction et de valorisation des déchets Pilier de l économie circulaire

Plan de réduction et de valorisation des déchets Pilier de l économie circulaire Plan de réduction et de valorisation des déchets Pilier de l économie circulaire 2014-2020 Projet présenté par Madame Ségolène Royal lors de la réunion du conseil national des déchets le 7 novembre 2014

Plus en détail

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois I - Le changement climatique A) L effet de serre 1 Un phénomène naturel. 2 Les différents gaz à effet de serre. 3 Les effets probables

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

L enfouissement des déchets ultimes

L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E LE CENTRE D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (C.E.T.)

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

BILAN GES 2012 Centre Hospitalier Louis Giorgi

BILAN GES 2012 Centre Hospitalier Louis Giorgi BILAN GES 2012 Centre Hospitalier Louis Giorgi Réalisé le 25 Mars 2013 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 1.1 SYNTHESE DU BILAN GES DU CENTRE HOSPITALIER 3 1.2 ORGANISATION DU DOCUMENT 3 1.3 GLOSSAIRE 3 2 CONTEXTE

Plus en détail

option pour le climat?

option pour le climat? Biosolides municipaux Quelle est la meilleure option pour le climat? Claude Villeneuve, professeur titulaire, directeur de la Chaire en éco-conseil de l Université du Québec à Chicoutimi (Claude_Villeneuve@uqac.ca)

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France Coorganisées par la région Ile de France et l Agence de l eau Seine Normandie Journées des animateurs territoriaux d Ile de France Les CONTRATS avec

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012

RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012 RÉFÉRENTIEL NATIONAL DES COÛTS DU SERVICE PUBLIC DE GESTION DES DÉCHETS EN 2012 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par Awiplan SARL Contrat n 1379C0033 Coordination technique : Aude ANDRUP Service

Plus en détail

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels Déchèteries du SYELOM Mode d emploi pour les professionnels Sommaire Page Edito du Président 3 Qu est ce que le SYELOM? 4 Quels sont les professionnels 6 acceptés? Vous êtes professionnels? 7 Vous devez

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002

RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002 93-002 15 décembre 2014 RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE PLATE-FORME DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE TERRES POLLUEES ET DE TRANSIT DE DECHETS VERTS

Plus en détail

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances?

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? 1 Contexte L effet de serre un phénomène naturel Contexte Le changement climatique en chiffres 2 Contexte Contexte Le climat en 2100

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction OMM GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L ÉVOLUTION DU CLIMAT PNUE Introduction Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé Les activités humaines

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

Cadre réglementaire canadien sur les émissions atmosphériques Possibilités et défis des municipalités canadiennes

Cadre réglementaire canadien sur les émissions atmosphériques Possibilités et défis des municipalités canadiennes Cadre réglementaire canadien sur les émissions atmosphériques Possibilités et défis des municipalités canadiennes Soumis à Environnement Canada Cleanair-airpur@ec.gc.ca Dans le cadre des Consultations

Plus en détail

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse SAS RECYCL EAU au capital de 30 294,88 contact@recycleau.fr 150 avenue des Ferrailles N SIRET : 515 330 009 00017 www.recycleau.fr 84800 Isle sur

Plus en détail

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE?

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? Jean-Pierre SAWERYSYN 1 Matthieu OGET 2 Corinne SCHADKOWSKI 3 Judith TRIQUET 3 1 Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE

COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE COMPTE RENDU DE CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 20 mars 2012 Principales décisions du Président et du Bureau Décisions prises dans le cadre des délégations attribuées par le Conseil de communauté. Conventions

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique en Région Nord Pas de Calais» Investissement Prioritaire 4e «en

Plus en détail