Le Conseil Municipal,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Conseil Municipal,"

Transcription

1 MF/EG SEANCE DU 13 FÉVRIER / INSTALLATION CLASSÉE POUR L'ENVIRONNEMENT SOUMISE À AUTORISATION - DEMANDE D'AUTORISATION PRÉSENTÉE PAR LA SOCIÉTÉ OMNITHERM EN VUE DE MODIFIER LES INSTALLATIONS DE LA CHAUFFERIE SITUÉE 565, AVENUE D'ECULLY À CHAMPAGNE AU MONT D'OR (DIRECTION DE L'ECOLOGIE URBAINE) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 26 janvier 2006 par lequel M. le Maire expose ce qui suit : «La société OMNITHERM (filiale de PRODITH - DALKIA) exploite, depuis les années 60, la chaufferie de la Duchère qui appartient à la Ville de Lyon. Cette chaufferie composée de quatre générateurs d une puissance de 80 MW, a fonctionné au charbon avant d être transformée en 1971 pour utiliser du fioul lourd BTS (Basse Teneur en Soufre) puis du TBTS (Très Basse Teneur en Soufre). En 1985, elle fonctionne de nouveau partiellement au charbon, pour une puissance de 23MW (consommation en 2004 : tonnes de charbon et tonnes de fioul). Cette installation d une quarantaine d années, présente des signes de vétusté certaine, malgré un entretien régulier, notamment un des générateurs, le plus récent date de 1985, a subi les contraintes d un combustible agressif. Le projet de rénovation de la chaufferie répond à plusieurs objectifs : diversifier les énergies utilisées pour la production de chaleur pour assurer la sécurité d approvisionnement, limiter les dépendances inhérentes à un seul combustible, s affranchir partiellement de l énergie fossile, limiter les charges des usagers par l utilisation de combustibles plus économiques et par le déclassement des installations en Basse Pression (BP) en lieu et place de la Haute Pression (HP) utilisée sur l installation actuelle, favoriser la Biomasse (énergie renouvelable et économique) qui permet d obtenir un bilan environnemental plus respectueux que l utilisation d énergie fossile en terme de rejets atmosphériques.

2 2006/ Ce projet s intègre aussi dans le cadre du Grand Projet de Ville engagé par la ville, les autres collectivités et l Etat. Le Conseil municipal est appelé à formuler son avis sur cette demande, concurremment avec les services techniques et les autorités compétentes concernées. Les Conseils d arrondissements de Lyon 1er, 4 e, 5 e et 9 e sont concernés par le périmètre de l enquête publique et sont appelés à émettre au préalable leur avis. PRESENTATION DU PROJET : L installation sera composée de trois ensembles principaux : un bâtiment dédié au stockage Biomasse conçu pour le déchargement et le stockage du bois, Un bâtiment abritant les chaudières auxiliaires fonctionnant au gaz dont la cheminée existante de 75 mètres qui sera ramenée à 50 mètres de hauteur, Le bâtiment Chaudière Biomasse et l atelier de stockage, (réaménagement de l ancienne chaufferie charbon/fioul lourd), Des locaux annexes (3 étages) - Local des bennes à cendres et locaux techniques, - Salle de commande et locaux du Personnel, - Vestiaires, - La tour d expansion. L installation en fin de vie sera remplacée par un nouveau complexe composé de : - 2 chaudières biomasse de 2 x 7 MW, elles assureront environ 76 % de la production annuelle (entrée en fonctionnement prévue en 2007). Cet ensemble sera complété par 3 chaudières auxiliaires dont : - 2 chaudières mixtes gaz naturel / fioul domestique de 2x 13 MW, - 1 chaudière gaz naturel de 13 MW. La puissance globale de la nouvelle chaufferie Biomasse passera à 54 MW contre 80 MW pour la chaufferie actuelle. Les chaudières complémentaires gaz naturel et fioul, fonctionneront lorsque la puissance utile demandée sera supérieure aux capacités des chaudières biomasse.

3 2006/ Le site fonctionnera 24h/24 pendant la saison de chauffage du 1 er octobre au 15 mai, soit environ 227 jours/an. Les installations de distribution seront également déclassées en basse pression, c est à dire que le fluide caloporteur sera à une température d environ 100C au lieu des 180C actuels. Cette transformation permet de réduire d une façon importante les coûts d entretien et de fonctionnement des réseaux de distribution et des 56 sous-stations, tout en assurant une sécurité accrue pour les agents en charge de l installation ainsi que pour les habitants. ETUDE D IMPACT 1. Pollution de l eau 1) Eau industrielle : La contenance en eau de chaque chaudière bois sera de litres (circuits fermés). Le raccordement se fera depuis le réseau d eau potable, il intégrera un disconnecteur. La consommation en eau en 2003 a été de m 3 pour m 3 en Cette différence s explique par de fortes pertes sur les réseaux en La modernisation du réseau dans le cadre de ce projet doit permettre de retrouver les chiffres de 2003 en terme de consommation. Le traitement d eau sera de type adoucisseur et anti-corrosion 2) Les eaux pluviales : Les eaux pluviales des voiries passeront par un séparateur d hydrocarbures, type décanteur / déshuileur avant rejet dans le réseau unitaire. Les eaux pluviales des toitures seront évacuées par le réseau unitaire collectif. Le volume d eau est estimé à m 3. Il n est pas prévu d installer de puits d infiltration pour les eaux de toiture. 2. Pollution de l air 1) Les rejets atmosphériques : Les chaufferies au charbon sont polluantes, notamment les rejets en SO2 (dioxyde de souffre) qui sont relativement élevés. (tableau comparatif des rejets ci-dessous extrait du dossier de demande d autorisation)

4 2006/ Emissions actuelles T/an Chaufferie : charbon / fioul Emissions garanties T/an Chaufferie : biomasse / gaz Impact T/an SO 2 194,15 13,97-180,19-93% NO x 97,08 28,69-68,39-70% Poussières 12,42 2,11-10,31-83% CO 20,85 15,00-5,85-28% COV 12,56 9,21-3,35-27% CO % Soit en % 2) Traitement des fumées : Chaque chaudière biomasse sera équipée d un dépoussiéreur multicyclones et d un filtre à manches. Le filtre à manches permet de piéger une partie des métaux lourds présents dans les fumées et d adjoindre éventuellement des systèmes complémentaires de traitement de polluants tels que les dioxines, les furannes ou chlores par injection de réactifs qui seront piégés par les manches. 3) Le contrôle des émissions à l atmosphère : - Les CO, NO x, l oxygène, la température et les poussières des fumées seront mesurées en continu, - Mesure par organisme agréé une fois par an des CO, NO x, SO 2, débit d oxygène et les poussières, - Estimation des rejets de SO 2 au quotidien sur la base de la connaissance de la teneur en souffre des combustibles et des paramètres de fonctionnement de l installation. La nouvelle chaufferie biomasse a moins d impact sur la qualité de l air que la chaufferie actuelle (charbon et fioul). Les mesures effectuées seront celles exigées par l arrêté ministériel du 20 juin 2002 relatif aux chaudières présentes dans une installation nouvelle ou modifiée d'une puissance supérieure à 20 MWth (dont mesures annuelles des HAP, COV, métaux -puissance > 50 MW-) 3. Nuisances sonores Pour rappel, en période diurne, le seuil en limite de propriété est de 70 db(a) (7h à 22h) sauf dimanche et jours fériés. En période nocturne, il est de 60 db(a) (22h à 7h) et dimanche et jours fériés.

5 2006/ Cependant la zone d étude du site Ouest, Est et Sud, compte tenu de l urbanisation poussée, tombe sous le coup d une ZER (Zone à Emergence Réglementée) : - L émergence est de 6 db(a) pour la période diurne lorsque la zone atteint un niveau sonore compris entre 35 db(a) et 45 db(a) et de 4 db(a) pour la période nocturne. - Pour une zone supérieure à 45 db(a) l émergence est de 5 db(a) la période diurne et de 3 db(a) pour la période nocturne. Des mesures compensatoires seront mises en œuvre afin d atténuer le bruit des installations en cause : - Décaissement de la zone de manœuvre et de livraison des camions de combustible, - Construction d un mur anti-bruit à l Est du site, - Traitement acoustique de l ensemble des grilles de ventilation et des portes de la chaufferie, - Isolement des sources sonores (ventilateurs + chaudières), - Traitement acoustique des locaux, Ces mesures permettront de limiter au maximum, l impact sonore au niveau des ZER. La future installation ne générera pas de nuisances sonores supérieures à celle en activité actuellement. 4. Trafic routier Le trafic engendré par la future chaufferie sera de véhicules (véhicules lourds et légers) par an (arrivée / départ) soit 11,9 véhicules / jour ouvré du 1 er octobre au 15 mai. Le trafic actuel lié à la chaufferie est de 13 véhicules/jour (livraisons charbon et fioul). La transformation de la chaufferie de la Duchère induira une très légère diminution du trafic (1,1 par véhicules / jour). Le trafic des camions d approvisionnement sera limité du lundi au vendredi de 8 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures. Néanmoins, il n y aura pas de circulation de camions devant les écoles. L accès au site se fera depuis l A6 puis l avenue d Ecully. interdit. L accès par l avenue de Lanessan et l avenue de Champagne sera Le nombre de véhicules lourds sera de /an pour la livraison de la biomasse + 4 poids lourds pour le fioul poids lourds pour l enlèvement des cendres soit :

6 2006/ un total de poids lourds / an - un total de 7,3 camions par jour ouvré entre le 1 er octobre et le 15 mai. Les camions de livraison en attente de déchargement ne stationneront pas sur la chaussée publique, mais dans le site de la chaufferie. 5. Odeurs Le stockage de bois sera fermé (odeurs de bois mouillé éventuelles) Le combustible utilisé ne génère pas d odeurs particulières. 6. Déchets prévus Cendres de combustion : 960 m 3 /an (déchet de classe 2), Boues et scories issues du nettoyage des chaudières et des convoyeurs : 0,3 T/an, Boues liquides issues du séparateur d hydrocarbures : 2 m 3 /an, Déchets Industriels Spéciaux (absorbants souillés d hydrocarbures ou de solvants) : 200kg/an, Déchets Industriels Banals : 20 m 3 /an. Tous ces déchets seront stockés de façon à limiter les risques de pollution (prévention des envols, des infiltrations dans le sol, des odeurs). Chaque type de déchet bénéficie d une filière de collecte et d élimination identifiée. 7. Le combustible biomasse La biomasse proviendra des ressources disponibles (écorces, plaquettes forestières, produits d élagage, bois non contaminés, ni peints ni traités). Consommation annuelle : m 3 soit environ tonnes. L approvisionnement en biomasse fera l objet d un appel d offres européen. ETUDE DES DANGERS 1) Risque d incendie / explosion : a) La biomasse bois : Le stockage de m 3 de bois en fosse et en silo à l intérieur d un bâtiment est confiné. Le stockage de bois peut entraîner un risque de fermentation et dégager du méthane.

7 2006/ Ce risque est cependant écarté car la granulométrie importante du bois permet un stockage aéré peu propice à la création de poche de méthane. De plus la durée de stockage est faible et la programmation du grappin automatique de chargement sur toute la surface de stockage empêche le départ d une fermentation de la biomasse. Le risque incendie est diminué car il est prévu de stocker MJ sous forme de bois contre MJ actuellement sous forme de charbon et de fioul lourd. Scénario à risques incendie à effets majorants : La modélisation d incendie du stockage biomasse avec murs coupefeu d une durée de deux heures donne des flux thermiques à 3,5 et 8 KW/m² qui n atteignent pas les limites de propriété. b) La chaudière : Le risque d explosion est lié à une mauvaise combustion (responsable d une accumulation importante de monoxyde carbone (CO) dans la chaudière) ou bien à l introduction d une quantité importante de fines sciures dans le foyer. Les mesures de prévention seront : Autocontrôle des paramètres de combustion (température, pression de l air ), Sécurités au niveau de la chaudière et du foyer, La mise en sécurité de l installation et l arrêt du convoyeur bois avec déclenchement de l alarme en cas de non-respect des paramètres de fonctionnement. Ainsi de par la redondance des systèmes de sécurité le risque explosion est ici improbable. Le scénario d explosion à risque à effet majorant de la chaufferie biomasse n est pas traité dans le dossier car l occurrence du risque est improbable. c) Alimentation gaz des chaudières auxiliaires : Scénarios à risque d explosion à effets majorants : Fuite de gaz non détectée : Zone effets de surpression à 50 mbar : 44 mètres / Ets FRAISSE touchés, Zone effets de surpression à 20 mbar : 88 mètres / Habitations touchées,

8 2006/ Cependant le scénario fuite de gaz non détectée est présenté comme improbable du fait des systèmes de sécurité redondants comprenant la fermeture des détendeurs/déclencheurs du poste de détente gaz. Fuite détectée : Zone effets de surpression 50 mbar : 12 mètres / Cantonnés à l intérieur du site, Zone effets de surpression 20 mbar : 24 mètres. / Ets FRAISSE à proximité serait touché. Aucun établissement sensible (écoles, collèges, crèches ) ne serait touché par les différentes zones de danger. Dans le cas d un scénario plus réaliste (fuite de gaz détectée) ou les sécurités fonctionnent, seule l onde de surpression de 20 mbar sort des limites de la propriété (société FRAISSE) 20 mbar = seuil des destructions significatives des vitres 50 mbar = seuil des dégâts légers sur les structures En conclusion : le scénario d explosion de gaz (fuite détectée), à effet majorant, touche les établissements FRAISSE (seuil de destruction significative des vitres) et le scénario à risque d incendie, à effet majorant, de la biomasse présente des effets qui restent confinés à l intérieur du site. 2) Les risques sanitaires : L étude quantitative des risques sanitaires a été réalisée selon les principes de précaution et de proportionnalité, en mettant en œuvre les méthodes et données recommandées par les organismes experts, notamment l InVS, l INERIS et de façon complémentaire l US-EPA et l OMS. Les hypothèses sont toujours fixées dans le sens de la sécurité, afin de surestimer les risques sanitaires. Il faut aussi préciser que les installations existantes actuellement sur le site sont plus polluantes que l installation à venir et que, dans ce sens, on améliore la qualité de l air ambiant. Toutefois il convient de rappeler que l évaluation est réalisée à partir des connaissances disponibles à la date de réalisation de l étude. Au vu des résultats obtenus et selon les hypothèses retenues, les émissions des futures installations ne présentent pas de risques significatifs pour les riverains. PREVENTION DES DANGERS La chaufferie est surveillée par un système de télésurveillance 24h/24. Le site dispose de tous les moyens de lutte nécessaires pour combattre un incendie, le personnel est formé et sensibilisé aux risques inhérents à l installation.

9 2006/ CONCLUSION Les études d impacts et des dangers, préalablement transmises à la DRIRE par le demandeur, montrent que les précautions sont prises sur le site pour assurer la sécurité et la prévention des risques concernant les personnes et l environnement.» Vu la loi du 19 juillet 1976 modifiée ; Vu l article 8 du décret du 21 septembre 1977 modifié ; Vu l art. 11 de l Arrêté du 20 juin 2002 relatif aux chaudières présentes dans une installation nouvelle ou modifiée d'une puissance supérieure à 20 MWth ; Vu l arrêté préfectoral du 20 décembre 2005 ; Vu la demande d autorisation d exploiter une chaufferie à bois formulée par la société OMNITHERM Ouï l avis de sa Commission Déplacements Voirie - Sécurité ; E M E T un avis favorable à la demande présentée par la société OMNITHERM en vue de modifier les installations de la chaufferie située 565, avenue d Ecully à Champagne au Mont d Or. (Et ont signé les membres présents) Pour extrait conforme, Pour le Maire, l Adjoint délégué, R. CHEVAILLER

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 POINT ENVIRONNEMENT Installations classées 69 quai Auguste Deshaies Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) Demande d'autorisation en vue de la rénovation

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMMISSAIRE-ENQUÊTEUR

CONCLUSIONS DU COMMISSAIRE-ENQUÊTEUR ENQUETE PUBLIQUE RELATIVE A LA DEMANDE FORMULEE PAR LA SOCIETE APEE (Aix en Provence Energie Environnement) EN VUE D ETRE AUTORISEE À EXPLOITER UNE CHAUFFERIE BIOMASSE, À ENCAGNANE, SUR LE TERRITOIRE DE

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 14 MAI 2007 2007/7714 - DEMANDE D'AUTORISATION PRESENTEE PAR LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON EN VUE D'EXPLOITER UNE PRESSE A BALLES ET UNE STATION DE TRANSIT D'ORDURES MENAGERES ET AUTRES

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Présenté par: Catherine-Anne Renaud, ing., CEM Associée écologique LEED Vice-présidente R+O Énergie Plan de la présentation 1. Mise en contexte

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique POWEO TOUL PRODUCTION Partie 1 Demande d autorisation d exploiter Résumé non technique DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE NOUVELLE INSTALLATION DE PRODUCTION D ELECTRICITE 48-AO0102-APS/G.06/0001

Plus en détail

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Christophe MERLIN DREAL Auvergne, unité territoriale 63 Sophie SEYTRE DREAL Auvergne, service risques Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES DANS LES IAA ENERGIES FLUIDES

PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES DANS LES IAA ENERGIES FLUIDES PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ENERGIES FLUIDES Sommaire: - Réglementation sur les chaudières: Décret 2009-648 - Installations soumises à déclaration et autorisation ICPE 2910 - Equipements sous

Plus en détail

De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain

De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain Florian Prost, Ing.f., Ing.jr. Mercredi 8 mai 2013 Objectifs - Problématique Plan d'action

Plus en détail

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose 1.Présentation du sujet 2.Etat des lieux 3.Les solutions de remplacement retenues I Présenta9on du sujet d étude

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS ENERALES PAE 1 / 15 REVISION : 0 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Pose de la première de la chaufferie biomasse du PASA Réseau de chaleur d Autun 1/16

DOSSIER DE PRESSE. Pose de la première de la chaufferie biomasse du PASA Réseau de chaleur d Autun 1/16 Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE in situ [a]rchitectes Pose de la première de la chaufferie biomasse du PASA Réseau de chaleur d Autun 1/16 SOMMAIRE 1. Contexte 3 2. La future centrale biomasse 4 3.

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 23 OCTOBRE 2007 2007/8249 - DEMANDE D'AUTORISATION PRESENTEE PAR LA SOCIETE GENZYME POLYCLONALS SAS EN VUE D'EXPLOITER DES INSTALLATIONS DE REFRIGERATION/COMPRESSION DANS SON FUTUR ETABLISSEMENT

Plus en détail

Vendredi 24 septembre 2010

Vendredi 24 septembre 2010 Vendredi 24 septembre 2010 HALL/PAVILLON 6 ATELIER 8 SALLE ORANGE - 10 h 15 / 11 h 00 Premiers enseignements de l entretien obligatoire des chaudières Premiers enseignements de l entretien obligatoire

Plus en détail

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse Départements Bioressources et Surveillance de la Qualité de l Air Direction des Energies Renouvelables, des Réseaux et des Marchés Energétiques 19.7.27 Direction de l Air, du Bruit et de l Efficacité Energétique

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation d exploiter des Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Dossier de demande d autorisation d exploiter des Installations Classées pour la Protection de l Environnement SOMMAIRE I) INTRODUCTION... 2 II) L ENTREPRISE ET SES ACTIVITES... 2 1) PRESENTATION DE L ENTREPRISE... 2 2) ACTIVITES DE L ENTREPRISE... 2 3) LE PERSONNEL... 3 4) LOCALISATION DE L ENTREPRISE... 3 5)

Plus en détail

PRÉFET DE LA DRÔME. ARRETE PREFECTORAL n 2014087-0015 DE PRESCRIPTIONS COMPLEMENTAIRES

PRÉFET DE LA DRÔME. ARRETE PREFECTORAL n 2014087-0015 DE PRESCRIPTIONS COMPLEMENTAIRES Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFET E LA RÔME irection départementale de la Protection des Populations Service protection de l'environnement Valence, le 28 mars 2014 Affaire suivie par

Plus en détail

PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE

PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE Direction régionale et interdépartementale de l Environnement et de l Énergie d Île-de-France Paris, le 14 avril 2016 Unité territoriale de Seine-et-Marne Pôle carrières

Plus en détail

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens COLLOQUE atee - CIBE du 18 et 19 septembre 2007 XYLOWATT, la société XYLOWATT a été crée

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

Le chauffage au bois. Mercredi 26 septembre 2012 SIESM77

Le chauffage au bois. Mercredi 26 septembre 2012 SIESM77 Le chauffage au bois Mercredi 26 septembre 2012 SIESM77 Ordre du jour Contexte du territoire 1/ Présentation du projet de SCIC bois énergie sur le territoire du Parc naturel régional du Gâtinais français,

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Présentation technique de l incinérateur

Présentation technique de l incinérateur Présentation technique de l incinérateur Janvier 2007 Travaux publics Gestion des matières résiduelles 2 L INCINÉRATEUR PLACE DE L INCINÉRATION Réduction Réutilisation Récupération, recyclage, compostage

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

Colloque Bois-Energie 12 & 13 Octobre 2006

Colloque Bois-Energie 12 & 13 Octobre 2006 Colloque Bois-Energie 12 & 13 Octobre 2006 Synthèse Avec la volonté politique d apporter sa contribution au développement durable et à l utilisation des énergies renouvelables, la communauté de communes

Plus en détail

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine LE RISQUE INDUSTRIEL Le risque industriel se caractérise par un accident se produisant sur un site industriel et pouvant entraîner des conséquences graves pour le personnel, la population, les biens ou

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

I - RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION... 2 3 PRESENTATION DU SITE...

I - RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION... 2 3 PRESENTATION DU SITE... Page : 1 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION... 2 3 PRESENTATION DU SITE... 3 4 ETUDE D IMPACT... 7 5 ETUDE DE DANGERS... 14 Page : 2 1 INTRODUCTION Ce résumé

Plus en détail

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France)

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) 2007 Holcim/Switzerland Les Avantages du Process Cimentier: le Co-processing Nous réalisons

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles La nouvelle génération de centrales thermiques I. Le contexte de l élevage français II. L influence du coût du combustible Faible

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT

QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT Autorisations et conventions de raccordement pour effluents non domestiques QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT A retourner à : COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES COTEAUX DU VEXIN 80, rue des Coutures 78520 Limay Tél

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

INDICATEURS TECHNIQUES

INDICATEURS TECHNIQUES Réseau REAGRI Groupe «Agriculture et Energie» Novembre 2006 La chaudière polycombustible Ex : bois-déchiqueté ATOUTS CONTRAINTES o Forte réduction de la facture énergétique. o Confort d utilisation. o

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DES DANGERS BUREAU VERITAS 2272071 RESUME NON TECHNIQUE PAGE 1 SOMMAIRE 1 PRESENTATION DES ACTIVITES ET DU PROJET D EVOLUTION DU SITE... 3 2 LOCALISATION

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE. Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO),

LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE. Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO), LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO), les imbrûlés solides (suies, goudrons, charbon,..), les Composés

Plus en détail

IDE / EnviroC LG2E Mayrac (46) 2 RESUME DU DOSSIER

IDE / EnviroC LG2E Mayrac (46) 2 RESUME DU DOSSIER 2 RESUME DU DOSSIER 1 INTRODUCTION Le développement des énergies renouvelables, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la valorisation des biodéchets font partie des objectifs prioritaires

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE -

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - Définition des enjeux - Disposer à la fin des grosses opérations de construction en cours (Tranche 1 et 2 du Plan Directeur MCO-Plateau Technique/Pôle

Plus en détail

GOUX-LES-USIERS. 699 habitants. 745 m d altitude 3555 DJU

GOUX-LES-USIERS. 699 habitants. 745 m d altitude 3555 DJU GOUX-LES-USIERS 699 habitants 745 m d altitude 3555 DJU ccas La Poste école primaire 1 mairie école maternelle presbytère salle des fêtes école primaire 2 église 100 m 2 bâtiments non raccordés (distance

Plus en détail

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère Collecte et dépollution des eaux usées points de repère coûts environnement assainissement Toute eau utilisée pour l activité humaine devient eau usée En France, un habitant consomme en moyenne 150 litres

Plus en détail

Commune de La Ville Aux Clercs. Demande d autorisation d ouverture de travaux miniers (DODT) sur sondes géothermiques profondes

Commune de La Ville Aux Clercs. Demande d autorisation d ouverture de travaux miniers (DODT) sur sondes géothermiques profondes Demande de permis exclusif d exploitation géothermique (PEX) Demande d autorisation d ouverture de travaux miniers (DODT) sur sondes géothermiques profondes au titre de la Géothermie Basse Température

Plus en détail

PROJET DE CENTRALE A CYCLE COMBINE A MONCHY-AU-BOIS RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

PROJET DE CENTRALE A CYCLE COMBINE A MONCHY-AU-BOIS RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER PROJET DE CENTRALE A CYCLE COMBINE A MONCHY-AU-BOIS RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Version du 09/07/2009 modifiée le 14/05/2010 Maître d'ouvrage 3CA SAS 15-19 Rue

Plus en détail

Prescriptions techniques

Prescriptions techniques Prescriptions techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 060207: Restaurants ; lorsqu ils sont destinés à recevoir plus de 50 personnes Commune/Ville de Redange/Attert Page 1 / 17 N du dossier

Plus en détail

Le thermoréseau. l énergie de votre confort par la valorisation des déchets

Le thermoréseau. l énergie de votre confort par la valorisation des déchets Le thermoréseau l énergie de votre confort par la valorisation des déchets Le chauffage à distance est fiable Pensez à long SATOM UN immense chauffage central Le chauffage à distance utilise l énergie

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE

RESUME NON TECHNIQUE SANINORD Assainissement Etablissement TOURLAVILLE (50) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 3 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS...

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU CHAUFFAGE URBAIN DE MONTREYNAUD SAINT-ETIENNE ( LOIRE ) SALON BOIS-ENERGIE SAINT-ETIENNE 13 MARS 2014-1 -

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU CHAUFFAGE URBAIN DE MONTREYNAUD SAINT-ETIENNE ( LOIRE ) SALON BOIS-ENERGIE SAINT-ETIENNE 13 MARS 2014-1 - DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU CHAUFFAGE URBAIN DE MONTREYNAUD SAINT-ETIENNE ( LOIRE ) SALON BOIS-ENERGIE SAINT-ETIENNE 13 MARS 2014-1 - Contexte de la précédente D.S.P! 2001-2013 : fonctionnement sous

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie

PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie Cuarnens, le 25 novembre 2013 Municipalité de Cuarnens PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie Monsieur le Président, Mesdames

Plus en détail

LA SEMHACH : PRÉSENTATION

LA SEMHACH : PRÉSENTATION LA SEMHACH : PRÉSENTATION Depuis 1988 : Société d Économie Mixte -> Février 2014 : Société Publique Locale Structure créée pour gérer les installations du Syndicat Intercommunal pour la Géothermie à Chevilly-Larue,

Plus en détail

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus.

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus. les chaudières performantes Depuis 20 ans... hier... ++ Des chiffres révélateurs Le chauffage et la production d eau chaude représentent les deux tiers de la facture d énergie des ménages. Par ailleurs,

Plus en détail

Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques

Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER PLANET WATTOHM - Site de Senlis (60) Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques RESUME NON TECHNIQUE Senlis, Février 2009

Plus en détail

Création d une chaufferie

Création d une chaufferie Création d une chaufferie bois avec réseau de chaleur Ville de Bayonne - Direction du Patrimoine ti i Immobilier - Service Etudes Un projet de développement durable Inscrit dans une démarche globale menée

Plus en détail

Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin chaufferie bois de l est la région PACA. INAUGURATION le 30 mars 2012

Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin chaufferie bois de l est la région PACA. INAUGURATION le 30 mars 2012 Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin La plus importante chaufferie bois de l est la région PACA INAUGURATION le 30 mars 2012 1 1 réseau de chaleur pour 900 équivalents logements Au sein du quartier

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements Législation Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements arrêté royal du 6 janvier 1978 tendant à prévenir la L pollution atmosphérique lors du chauffage de bâtiments à l aide de combustibles

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Décapage Cette fiche concerne le décapage par voie chimique et mécanique, mais vous faites peut être aussi du traitement de surface, du polissage, ou de la peinture. Dans ce cas, reportez-vous aussi aux

Plus en détail

Chauffage au bois déchiqueté POLEYMIEUX BATIMENTS PUBLICS Chaufferie de 150 kw Le bois : une énergie renouvelable? Cycle du bois (Doc AGEDEN) 3 Le bois : une spécificité Française? Consommations bois-énergie

Plus en détail

Communes forestières LE BOIS, VOTRE SOLUTION DE CHAUFFAGE ECONOMIQUE ET RENOUVELABLE CONFORT ECONOMIE RENOUVELABLE. L essentiel du bois énergie

Communes forestières LE BOIS, VOTRE SOLUTION DE CHAUFFAGE ECONOMIQUE ET RENOUVELABLE CONFORT ECONOMIE RENOUVELABLE. L essentiel du bois énergie Communes forestières LE BOIS, VOTRE SOLUTION DE CHAUFFAGE ECONOMIQUE ET RENOUVELABLE AUTOMATISME CIRCUIT COURT CONFORT ECONOMIE RENOUVELABLE L essentiel du bois énergie Je construis un nouveau bâtiment,

Plus en détail

SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE

SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 4 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS... 5 2.1 IMPACTS SUR LE PAYSAGE...

Plus en détail

Projet BIOMASSE. Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie

Projet BIOMASSE. Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie Chauffage urbain Projet BIOMASSE Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie Diverses actions : réflexion sur un plan de déplacement d administration, diagnostic énergétique

Plus en détail

VMC double flux (ventilation mécanique contrôlée)

VMC double flux (ventilation mécanique contrôlée) 1/6 Fiche réalisée par l ADEME à but informatif et non commercial USAGES ET FONCTIONNALITÉS Usages principaux Usages secondaires CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET DIMENSIONNELLES Dimensions standard (L x l

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

Quotas d émission de CO 2

Quotas d émission de CO 2 CPCU BERCY Dossier de demande d autorisation d exploiter DDAE Quotas d émission de CO 2 Septembre 2014 CPCU/DDAE/ Bercy/ Quotas d émission de CO 2 DOCUMENT REDIGE PAR CPCU 185 rue de Bercy 75012 PARIS

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 0403010201: ATELIERS DE TRAVAIL DU BOIS, à l exception de ceux exploités à des fins purement éducatives dans les écoles Etablissements

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4 SOMMAIRE RESUMES NON TECHNIQUES RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4 2 ANALYSE DES EFFETS DU PROJET SUR L EAU... 4 2.1 Les eaux usées... 4 2.2 Les eaux pluviales... 5 2.3

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de

Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de Juillet 2013 Rédigé par Élaine Guénette Étapes du plan d action espaces clos 1. Désigner, informer et former une ou des personnes responsables

Plus en détail

Plan de Protection de l Atmosphère de

Plan de Protection de l Atmosphère de Plan de Protection de l Atmosphère de l agglomération lyonnaise Contexte Révision en cours Zoom sur actions transports ZAPA Présentation DREAL - UT69 Jean-François BOSSUAT Direction régionale de l Environnement,

Plus en détail

Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; -

Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; - 1 2 3 Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; - Veille réglementaire ; - Vérification du respect

Plus en détail

Bellevue. Le réseau de chaleur SAISON 2009. (du 01/01/2009 au 31/12/2009) BET bérim / exercice 2009 1

Bellevue. Le réseau de chaleur SAISON 2009. (du 01/01/2009 au 31/12/2009) BET bérim / exercice 2009 1 S U I V I D E X P L O I T A T I O N Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2009 (du 01/01/2009 au 31/12/2009) Commission des services urbains Agence Bretagne, Pays de la Loire Département Energie et Environnement

Plus en détail

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL ------------------------------------------------------------------ INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Janvier 2013. Contact presse : Terre d info Nathalie Chornowicz 03 88 13 25 04 06 83 11 80 77 nathalie@terredinfo.

DOSSIER DE PRESSE. Janvier 2013. Contact presse : Terre d info Nathalie Chornowicz 03 88 13 25 04 06 83 11 80 77 nathalie@terredinfo. DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 Contact presse : Terre d info Nathalie Chornowicz 03 88 13 25 04 06 83 11 80 77 nathalie@terredinfo.fr LE MOT DU MAIRE DE METZ La centrale à biomasse d UEM, projet innovant

Plus en détail

CHARTE CHANTIER PROPRE

CHARTE CHANTIER PROPRE CHARTE CHANTIER PROPRE Annexe 1 du CCAP CONSTRUCTION D'UN IMMEUBLE DE 25 LOGEMENTS Rue Sylvain Girerd 42160 BONSON N 2016*0107*01 Avril 2016 1 Sommaire Article 1 : DEFINITION DES OBJECTIFS... 3 Article

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

Installations de combustion Rubrique 2910. Les nouveaux textes parus en 2013. Carrefour International du Bois à Nantes 6 Juin 2014

Installations de combustion Rubrique 2910. Les nouveaux textes parus en 2013. Carrefour International du Bois à Nantes 6 Juin 2014 Installations de combustion Rubrique 2910 Les nouveaux textes parus en 2013 Carrefour International du Bois à Nantes 6 Juin 2014 Sommaire 1. Définition d'une installation de combustion 2. Evolution des

Plus en détail

DESIGN INDUSTRIE PERSONNALISATION BOIS ÉNERGIE. BOIS ÉNERGIE Hall B / Allée Q Stand 20 DOSSIER DE PRESSE

DESIGN INDUSTRIE PERSONNALISATION BOIS ÉNERGIE. BOIS ÉNERGIE Hall B / Allée Q Stand 20 DOSSIER DE PRESSE INDUSTRIE PERSONNALISATION DOSSIER DE PRESSE DU 13 au 16 MARS 2014 DOSSIER DE PRESSE SALON 2014 INDUSTRIE PERSONNALISATION INNOVATIONS CHEMINÉ E S POUJOULAT Cheminées Poujoulat présente au Concours de

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

HEMPEL FRANCE 5, rue de l Europe BP 30407 SAINT CREPIN IBOUVILLERS 60544 MERU CEDEX 2 RESUME NON TECHNIQUE

HEMPEL FRANCE 5, rue de l Europe BP 30407 SAINT CREPIN IBOUVILLERS 60544 MERU CEDEX 2 RESUME NON TECHNIQUE HEMPEL FRANCE 5, rue de l Europe BP 30407 SAINT CREPIN IBOUVILLERS 60544 MERU CEDEX 2 RESUME NON TECHNIQUE Dossier réalisé avec le concours Septembre 2009 de Bureau Veritas Service Maîtrise des Risques

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail