RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS"

Transcription

1 RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 1

2 I. PRESENTATION DE LA SOCIETE ET CHOIX DU SITE Le site de EVIALIS FRANCE fonctionne sous la déclaration accordée par la Préfecture le 4 février Toutefois, depuis cette date, des modifications ont eu lieu sur le site : construction de cellules de stockage et augmentation de la capacité de production. Le présent dossier constitue donc la demande de régularisation du site EVIALIS FRANCE au titre de la réglementation des Installations classées vis à vis de l évolution de ses outils, de sa capacité de production et de l ensemble de ses activités. Le site est composé de deux bâtiments, occupant une surface couverte de 3280 m² : - Le bâtiment principal qui comprend les équipements de production, les différents stockages (cellules de stockage de matières premières, de dosage, de produits finis, magasin pour les produits finis conditionnés), la chaufferie, l atelier de maintenance, les vestiaires, un réfectoire et quelques bureaux, - un bâtiment administratif ne comprenant que des bureaux. La figure ci-après localise ces différents bâtiments sur le site. Le site est soumis à la réglementation des installations classées pour la protection de l environnement (ICPE) sous le régime de l autorisation (A) pour la rubrique traitement et transformation par broyage, destinés à la fabrication de produits alimentaires, la puissance des machines étant supérieure à 500 kw et la capacité de production inférieure à 300 t/j. D autres rubriques de la nomenclature ICPE sont concernées mais les seuils de déclaration ne sont pas atteints : - stockage en silo : 3000 m 3, - compresseurs (40 kw), - bouteilles de gaz pour les chariots de manutention (11 bouteilles), AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 2

3 - stockage de fuel et poste de distribution (cuves de volume 1,5 m 3 et 0,7 m 3, consommation < 4 m 3 par an), - magasin de stockage (quantité < 500 t), - chaudières (puissance de 1 MW pour la chaudière vapeur et < 100 kw pour les bureaux), - 3 postes de charge des accumulateurs (puissance de 3 kw), - stockage de produits dangereux pour l environnement (additifs, médicaments : 10 t). Le process peut se synthétiser de la manière suivante : - la réception et le stockage des matières premières, - le dosage, le broyage, le mélange des différentes matières, - le pressage, la granulation et le refroidissement des granulés, - l émiettage éventuel et le tamisage, - le conditionnement éventuel (1 %des produits finis), - l expédition. L effectif du site de EVIALIS FRANCE Sillé-le-Guillaume est composé de 25 personnes, dont 5 commerciaux et 5 chauffeurs se trouvant en dehors du site. Le personnel de production travaille par poste de 8 heures. Les horaires de journée s étalent sur le créneau 8h à 18h. L usine fonctionne du lundi 6h au samedi 3h. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 3

4 II. RESUME DE L ETUDE D IMPACT II.1. ETAT INITIAL DE L ENVIRONNEMENT 1. LOCALISATION Le site de la société EVIALIS FRANCE est implanté sur la commune de Sillé-le-Guillaume, à l extrémité Ouest du département de la Sarthe (72), à environ 35 km au Nord-Ouest du Mans. Le site s étend sur m 2 au niveau de la ZI du Champ d Esse, au Sud-Ouest du bourg. Les bâtiments représentent une surface couverte de m 2. L emplacement du site est localisé sur l extrait de la carte IGN ci-après. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 4

5 2. SENSIBILITE DE L ENVIRONNEMENT Un bilan sur la sensibilité de l environnement est présenté dans le tableau ci-après. Contraintes et servitudes Conditions climatiques Foudre Site concerné oui/non Commentaires Climat océanique faible amplitude thermique Densité de foudroiement faible (inférieure à la moyenne française) Hydrographie Ruisseau du Ruban à 700 m au sud Servitudes hydrauliques Plan de Prévention des Risques des inondations Captages AEP Géologie Servitude de forêt domaniale Voisinages particuliers Patrimoine sportif Oui Le site n est pas concerné par une servitude hydraulique Le site n est pas concerné par le risque d inondation de rivière Pas de périmètre de protection d un captage à proximité du site Le site repose sur une formation de schistes et de calcaires. Absence d eau dans les forages réalisés en La forêt domaniale de Sillé-le-Guillaume se trouve au plus près à 2 km au Nord-Ouest du site Ligne SNCF en bordure Nord du site Deux stades de football se trouve 130 mètres de la limite de propriété Est Défrichement Site classé en zone UZ, réservée aux entreprises Infrastructures routières Sites et monuments inscrits ou classés Milieux protégés ou remarquables Vestiges archéologiques Appellation d Origine Contrôlée Oui Oui Le site n est concerné par aucune servitude liée aux infrastructures routières Périmètre de servitude à 1 km du site ZNIEFF (Zones Naturelles d Intérêt Ecologique, Faunistique ou Floristique) «Le bocage à vieux arbres entre les massifs de Charnie et de Sillé-le- Guillaume» en limite de propriété et à 2 km au nord Zone NATURA 2000 sur la commune hors la zone industrielle et le centre ville ; en limite du site EVIALIS FRANCE Le vestige archéologique le plus proche du site se trouve à environ 800 mètres au nord-est du site au lieu-dit «Le Chalet» Viande bovine Maine-Anjou AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 5

6 3. LE NIVEAU SONORE AMBIANT Une campagne de mesures de niveaux sonores a été réalisée afin de déterminer le niveau de bruit ambiant au niveau des habitations les plus proches (lieu-dit La Grande Remberdière). Le niveau sonore ambiant au droit des habitations les plus proches est d environ 46 db de jour et 52 db de nuit. La voie SNCF constitue la principale source de pollution sonore. En enlevant les perturbations sonores liées au passage des trains, le niveau sonore descend à 35 db(a) de jour et 37 db(a) la nuit. 4. LES AXES DE CIRCULATION VOISINS La commune de Sillé le Guillaume est desservie depuis la Route Départementale RD 304 en provenance du Mans, puis par la RD 310 permettant d accéder à la zone industrielle. Sur cet axe au niveau de la portion proche de Sillé le Guillaume, le nombre de véhicules est de 1655 par jour. Il est de l ordre de 5000 sur la RD 304. La voie ferrée reliant Paris à Brest (via Le Mans et Rennes) passe en limite Nord du site. Elle est empruntée quotidiennement par de nombreux TGV et TER, dont 43 trains de voyageurs. Il n y a pas d aéroport ou d aérodrome à proximité de l entreprise EVIALIS FRANCE, les plus proches étant ceux du Mans, de La Flèche et de Laval Entrammes, à plusieurs dizaines de kilomètres. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 6

7 II.2. EVALUATION DES IMPACTS DU SITE 1. IMPACT PAYSAGER ET SUR LES MILIEUX NATURELS L établissement EVIALIS FRANCE est implanté dans une zone industrielle. Afin de permettre une meilleure intégration dans son environnement, un bardage métallique vert et blanc recouvre toutes les installations. La photo suivante montre le bâtiment de production vu à partir du portail d entrée. Des zones naturelles remarquables (ZNIEFF) ou protégées (Natura 2000) se trouvent en limite de propriété nord. L analyse des possibles incidences du site EVIALIS FRANCE à l encontre de ces milieux naturels a été réalisée. Il s avère qu au regard de l absence de rejet d eau de procédé, de la nature des rejets à l atmosphère (poussières similaires à celles émises lors des moissons, ) et de la natures des protections naturelles (protection d une espèce d invertébrés menacée par les pesticides, l élimination de haies, ), la société EVIALIS FRANCE n aura pas d incidence sur ces milieux naturels. Ce dossier constitue une régularisation administrative et n entraîne aucune modification constructive et en aucun cas la destruction des haies. Etant donné le peu de rejet du site, celui-ci n a pas d impact sur le voisinage et les milieux naturels. 2. IMPACT SUR L EAU L eau consommée à l intérieur du site provient du réseau d alimentation en eau potable. Cette eau est utilisée sur le site uniquement pour les sanitaires et, après adoucissement, pour la production de vapeur. La vapeur est utilisée en injection directe dans les presses, pour le réchauffage de certaines matières premières liquides. La consommation annuelle en eau potable est de l ordre de 2500 m 3 ; elle est en légère baisse depuis plusieurs années. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 7

8 L ensemble des eaux du site est géré de façon à réduire les impacts sur l environnement : - les eaux usées sanitaires sont traitées dans la station d épuration de la commune, - il n y a pas de rejet d eaux industrielles, - les eaux pluviales sont actuellement rejetées vers les fossés en bordure du site. A noter que ces eaux contiennent principalement des matières végétales. EVIALIS FRANCE prévoit, dans son plan d actions, un bassin de récupération des eaux ainsi qu un débourbeur-déshuileur en aval. Les eaux pluviales transiteront alors dans le bassin puis dans le débourbeur déshuileur avant d être rejetées dans le «Ruban». Ces installations permettront une régulation et une épuration des eaux rejetées : décantation des matières solides et récupération des parties huileuses. Compte tenu de leur nature et des pré-traitements envisagés, les rejets de la société ne présenteront pas de risque pour l environnement ou par la santé des riverains. 3. IMPACT SUR LE SOL ET LE SOUS-SOL Aucun impact sur les sols n'est à redouter par rapport à l activité en elle-même, l établissement utilisant comme matières premières solides des substances végétales et les matières premières liquides utilisées sont stockées sur rétention. 4. LES DECHETS Les déchets générés par l établissement sont principalement des sacs papiers, des palettes, des sacs plastiques et des poussières de céréales. Chaque déchet est collecté dans des bennes spécifiques par nature et éliminé chez des prestataires spécialisés. La quantité de déchets générée est de l ordre de 20 t par an. La gestion des déchets sur le site donne priorité au recyclage et à la valorisation des déchets industriels. Le transport des déchets industriels dangereux vers des filières d élimination / valorisation s accompagne d un bordereau de suivi des déchets. De ce fait, la gestion des déchets sur le site ne porte pas atteinte à l environnement ou au voisinage. 5. IMPACT SUR L AIR En fonctionnement normal, les rejets à l atmosphère ont plusieurs origines : - les émissions liées au process : poussières de céréales, - les émissions liées aux installations de combustion, - les émissions liées à la circulation des véhicules. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 8

9 Les équipements à l origine d une émission de poussières disposent de système de captation et de filtration par filtres à manches ; c est le cas notamment de la fosse de réception, la benne peseuse du dosage, le broyeur, les refroidisseurs. Les chaudières sont à l origine de peu d émission de gaz de combustion. En effet, la chaudière principale produisant la vapeur fonctionne au gaz naturel, combustible peu générateurs de gaz polluants, en particulier au niveau des oxydes d azote. L ensemble des dispositions prises permet de limiter les émissions à l atmosphère et d en réduire leur impact le cas échéant. 6. NUISANCES SONORES Des mesures de bruit site en activité ont été réalisées de jour et de nuit. En activité de jour, les niveaux sonores en limite de propriété varient globalement entre 50 db(a) en bordure de la parcelle enherbée à l Est, et 52 db(a) face au bâtiment de chargement des produits finis et au niveau des locaux administratifs. En activité de nuit, les niveaux sonores en limite de propriété varient globalement entre 40 db(a) au niveau de la parcelle enherbée à l Est, et 48 db(a) à proximité des locaux administratifs (présence d un camion pendant la mesure). Les niveaux sonores mesurés en limite de propriété du site en période de jour et de nuit restent inférieurs aux seuils réglementaires de 70 et 60 db(a). Au niveau de la zone d habitation, les niveaux sonores présentent de grandes variations en fonction de la prise en compte ou non du passage de trains. En effet, le bruit global mesuré (y compris les trains) est de l ordre de 55 db(a) de jour et 64 db(a) de nuit. En faisant abstraction de ces trains (afin de mieux se rendre compte du bruit effectif de l établissement EVIALIS FRANCE), les niveaux de bruit sont respectivement de 40 et 35 db(a). Les niveaux sonores sans le fonctionnement du site sont de 35 db(a) de jour et 37 db(a) de nuit. En tout état de cause, les émergences admissibles de 5 db(a) en période de journée et de 3 db(a) la nuit sont respectées au niveau de l habitation la plus proche, située de l autre côté de la voie ferrée reliant Rennes à Paris. Le fonctionnement des installations n est pas à l'origine de nuisance particulière et n'a donc pas d'impact sur la santé des populations riveraines. 7. LE TRAFIC Le trafic routier de poids lourds induit par l usine est de 23 camions par jour. Cette circulation se répartit comme suit : - 9 poids lourds pour la réception de matières premières, - 14 poids lourds pour l expédition de produits finis. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 9

10 Le personnel, quant à lui, est de 25 personnes dont 10 travaillant à l extérieur, ce qui représente un nombre de véhicules se rendant sur le site de 15 par jour. En considérant que chacun des véhicules utilise les routes voisines, le trafic total engendré par EVIALIS FRANCE représente entre 1,6 % (RD 304) et 4,9 % (RD 310 en direction d Alençon) des véhicules totaux circulant sur les axes se trouvant aux alentours du site. Le trafic dû à l entreprise n engendre donc pas de nuisances importantes au niveau des routes avoisinantes. 8. UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Plusieurs types d énergie sont utilisés sur le site, chacune ayant une utilisation particulière. Les utilisations principales sont : - le fonctionnement des équipements de production : électricité qui est une source d énergie importante, fiable et d un coût modéré, - les chaufferies (gaz naturel et électricité pour les chaudières de production et fioul pour la chaudière du bâtiment bureaux), - l éclairage des locaux et des zones extérieures : source d énergie électrique, faible consommation. L analyse de l utilisation de l énergie sur le site montre donc : - qu il n y a pas d énergie de substitution à l électricité là où cette énergie est utilisée, - que l utilisation du fioul est limitée à la petite chaudière du bâtiment bureaux tandis que la chaudière de taille plus importante fonctionne au gaz naturel. Ce site favorise donc un emploi rationnel de l énergie en adéquation avec la protection de l environnement. 9. VOLET SANITAIRE Comme indiqué dans les paragraphes précédents, les émissions en provenance du site sont très limitées. En effet, le procédé ne générera pas de rejet d eaux industrielles et les eaux pluviales seront prétraitées avant rejet dans le cadre du projet d aménagement du bassin de régulation associé à un débourbeur - déshuileur. Les rejets atmosphériques sont également très faibles puisque tous les équipements générateurs de poussières sont équipés d aspiration et de systèmes de filtration. En outre, ces poussières sont d origine végétale (céréales). Il ressort que, de par leur nature, les activités du site ne sont pas à l origine de rejets particuliers pouvant présenter un risque pour la santé des riverains. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 10

11 II.3. LES MESURES COMPENSATOIRES ET LEURS COUTS Au-delà de la réglementation, la société EVIALIS FRANCE a mis en place des mesures compensatoires visant à réduire son impact sur l environnement et améliorer la sécurité. Elles sont indiquées dans le tableau ci-dessous. Solution proposée Investissement ( ) Echéance Création d un bassin de récupération d un éventuel déversement accidentel Installation d un débourbeur-déshuileur en aval du bassin Installation de canalisations des eaux pluviales 100 k Rehaussement de la rétention placée sous les cuves de stockage de matières premières liquides Installation d un disconnecteur sur le réseau d eau potable Installation de parafoudres et d une protection par pointe captrice inox 1,5 k Si remise en service de la cuve LO2 1,5 k - 25 k 2011 Ces investissements représentent un coût total de AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 11

12 III. RESUME DE L ETUDE DE DANGERS L étude des dangers met en évidence les accidents susceptibles d intervenir, les conséquences prévisibles et les mesures de prévention propres à en réduire la probabilité et les effets. Elle décrit les moyens rassemblés sur le site, pour intervenir sur un début de sinistre, et les moyens de secours publics qui peuvent être sollicités. III.1. POTENTIELS DE DANGERS Plusieurs sources de dangers sont identifiées au niveau des produits reçus et travaillés sur le site, des équipements, des process, des phénomènes extérieurs. 1. RISQUES PRESENTES PAR LES PRODUITS Les produits reçus sont principalement des céréales et des oléoprotéagineux. Ce sont des produits combustibles qui peuvent générer, à plus ou moins forte teneur, des poussières organiques susceptibles de créer une atmosphère explosive. Les principaux risques présentés par ces produits sont alors, l incendie, l auto échauffement et l explosion. Les liquides utilisés sur le site sont des mélasses, des huiles végétales, des protéines. Certains de ces produits contiennent une forte proportion d eau ce qui les rend difficilement inflammables. En cas de déversement, ces produits constitueraient une pollution organique du milieu naturel. Les minéraux sont utilisés comme complément dans les aliments pour le bétail. Ces produits ne présentent pas de dangers particuliers. Le combustible utilisé pour le fonctionnement de la chaudière est le fioul, composé inflammable. 2. RISQUES PRESENTES PAR LES EQUIPEMENTS Par rapport aux équipements, les risques potentiels sont l incendie au niveau des stockages, le dégagement de poussières au niveau des équipements de transport suivi d une éventuelle explosion, les équipements annexes à la production (postes de charge, installations électriques, chaudière, ). Les dangers liés à l activité interne du site peuvent résulter de l imprudence des fumeurs dans tous les lieux accessibles au personnel, l utilisation de flammes nues à proximité de matières combustibles (travaux), d étincelles électriques, l électricité statique, la foudre, la présence d atmosphère explosive, la circulation des véhicules. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 12

13 Un classement des zones susceptibles de contenir une atmosphère explosible (zones ATEX) a été réalisé. 3. RISQUES DUS A DES PHENOMENES EXTERIEURS Les risques dus à des phénomènes extérieurs climatiques (foudre, sismicité, inondations, tempêtes) peuvent être écartés compte tenu de l absence de conditions extrêmes et des dispositions constructives en place. Les risques dus aux axes de circulation peuvent également être écartés du fait de leur très faible probabilité d occurrence et de leur éloignement. Contre les risques d actes de malveillance, les accès sont fermés en période d inactivité. III.2. REDUCTION DES POTENTIELS DE DANGERS En effectuant le bilan des matières premières mises en œuvre sur le site, il est évident qu il est impossible de changer la nature des principaux produits utilisés, la plupart ne présentant aucune toxicité et étant nécessaire à l équilibre nutritionnel des produits fabriqués. L utilisation du produit présentant le plus de risque, c'est-à-dire le formol, a été arrêtée sur le site. Les quantités de produits entreposées sur le site sont peu importantes. En effet, les cellules les plus grandes ont un volume de stockage de 130 m 3. Compte tenu de ces volumes faibles, les stocks de matières premières sont renouvelés fréquemment ce qui évite une stagnation des produits dans les cellules et donc des risques de fermentation. III.3. ANALYSE DES RISQUES Une analyse préliminaire des risques a été réalisée sur le site pour l ensemble des activités et des produits. Cela a conduit à l identification de plusieurs phénomènes dangereux. Les principaux phénomènes dangereux ont été modélisés afin d évaluer l impact sur les riverains à l extérieur du site. Ils ont également fait l objet d une étude de leur probabilité d occurrence prenant en compte les sécurités et les procédures qui sont mises en place. 1. ANALYSE PRELIMINAIRE DES RISQUES Les principaux évènements dangereux pouvant avoir lieu sur le site sont indiqués ci-dessous. Typologie de l accident Incendie Lieu Poste de déchargement Trémie de déchargement Transporteurs Broyeur et trémie sous broyage Stockage de produits finis Cause Flamme nue Flamme nue Echauffement paliers + travaux Bourrage + Travaux + Corps métallique + Corps minéral Travaux + Etincelle AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 13

14 Typologie de l accident Explosion Dégagement de fumées Lieu Poste de déchargement Trémie de déchargement Transporteurs Cause Flamme nue + Etincelle + Electricité statique + Corps métallique + Corps minéral Corps métallique + Corps minéral Travaux + Etincelle + Corps métallique + Corps minéral Elévateurs Flamme nue + Travaux + Etincelle + Electricité statique + Corps métallique + Chute de godet + Corps minéral Silos de matières premières Mélangeuse et réserve sous mélangeuse Stockage de produits finis Flamme nue + Travaux + Electricité statique + Corps métallique + Corps minéral Travaux Incendie En analysant les évènements critiques selon les causes, il ressort que les accidents sont principalement dus à des travaux par points chauds ou à une imprudence avec une cigarette (flamme nue). Les corps étrangers métalliques ou minéraux présents dans les circuits de transfert font également partie des causes d accidents. Ces accidents sont bien en relation avec l accidentologie relevée au niveau des silos et pour l activité de fabrication d aliments pour le bétail, les principaux étant les incendies (dans 84 % des sinistres touchant les silos) avec comme origine une grande majorité de travaux ou de défaillances mécaniques. 2. MOYENS DE PREVENTION Divers moyens de prévention permettent de prévenir les dangers mentionnés dans l analyse préliminaire des risques : - la construction et l implantation des bâtiments et notamment des silos de stockage, - les équipements et les moyens de sécurité mis en place, - les règles et procédures d exploitation, - les moyens de détection. Tous les équipements électriques sont conformes à la réglementation et sont contrôlés et entretenus régulièrement. Les équipements de transfert (bandes transporteuses, élévateurs) sont conçus et utilisés de manière à réduire les émissions de poussières. Des détecteurs d éventuelles défaillances électriques ou mécaniques sont en place et une maintenance préventive est réalisée. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 14

15 Des procédures d exploitation et de sécurité existent et, notamment l obligation de disposer d un permis de feu pour tout travail par point chaud, l interdiction de fumer, le nettoyage des installations, 3. EVALUATION DES CONSEQUENCES Les évènements considérés comme critiques lors de l analyse préliminaire des risques ont été étudiés en détails. Les conséquences de chaque scénario ont été quantifiées : effets thermiques, distances de perception des ondes de choc, L étude détaillée de ces évènements a donc permis de réajuster la gravité par rapport aux conséquences réelles estimées, d où une réduction globale de la criticité des évènements. Les zones d effets thermiques des zones à risque du bâtiment sont représentées sur les plans en fin du présent résumé. A partir de cela, on se rend compte que l ensemble des évènements identifiés sur le site sont soit : - des évènements pour lesquels les éléments de maîtrise en place permettent de réduire suffisamment leur occurrence, - des évènements dont la gravité s avère être peu importante (limitée à l outil ou effets internes au site). Il faut en particulier noter le cas des silos qui, en raison de leur structure et de la présence d une zone plus légère (toiture), ne devraient pas subir de destruction totale en cas d explosion (seule la toiture, de plus faible résistance, subirait des dommages). Donc, une explosion dans un des silos ne devrait pas entraîner de risques par rapport au voisinage, notamment par rapport aux habitations les plus proches. 4. MOYENS D INTERVENTION Des moyens d intervention sont présents sur le site afin de réagir rapidement à tout évènement accidentel. Outre les moyens humains (personnel formé), des moyens en terme d équipements sont disponibles (extincteurs). De plus, les services de secours de Sillé le Guillaume pourraient intervenir rapidement en cas de sinistre important. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 15

16 Plan des zones d effets dangereux Incendie généralisé dans toutes les cellules de stockage Incendie généralisé dans tout le magasin AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 16

17 Incendie généralisé dans toutes les cellules de stockage sans prise en compte des murs Incendie généralisé magasin de stockage sans prise en compte des murs AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 17

18 Incendie généralisé bâtiment sans prise en compte des murs AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 18

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340 1. PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ ET DE SON PROJET 1.1. Activité de la société RLD est une société spécialisée dans la location et l entretien de linge de professionnels et de collectivités (hôtellerie, restauration,...).

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Métallerie / Serrurerie

Métallerie / Serrurerie Votre activité peut être liée à celles de traitement de surface/polissage et de décapage. Si vous êtes dans ce cas, reportezvous aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 13 FÉVRIER 2006 2006/6197 - INSTALLATION CLASSÉE POUR L'ENVIRONNEMENT SOUMISE À AUTORISATION - DEMANDE D'AUTORISATION PRÉSENTÉE PAR LA SOCIÉTÉ OMNITHERM EN VUE DE MODIFIER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002

RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002 93-002 15 décembre 2014 RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE PLATE-FORME DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE TERRES POLLUEES ET DE TRANSIT DE DECHETS VERTS

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2009 REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 22/04/09 1) Nomenclature

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CATALOGUE DES FORMATIONS 2009 CONDUITE DES PRESSES A GRANULER OUVERT A TOUS 2 sessions : 13 Janvier et 09 Juin 2009 Adhérent : 592 TTC/personne (495 H.T.) Non Adhérent : 828,82 TTC/personne (693 H.T.)

Plus en détail

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES PRÉFET DES LANDES Direction Départementale de la Cohésion Mont de Marsan, le 21 janvier 2013 Sociale et de la Protection des Populations Mission Santé-Protection des Animaux et de l Environnement Affaire

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Règlement du service Assainissement non collectif

Règlement du service Assainissement non collectif I E S A G U Canton Î de T E R S Règlement du service Assainissement non collectif Chapitre 1 : Dispositions générales Article 1 : Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne

Plus en détail

SOMMAIRE Présentation de la société La situation avant la mise en place de la démarche environnementale La mise en place de la démarche environnementale Politique environnementale Sensibilisation et communication

Plus en détail

Réhabilitation sans tranchée

Réhabilitation sans tranchée Réhabilitation sans tranchée HYDROCURAGE DES CANALISATIONS Nettoyage préalable des canalisations L A S O L U T I O N P O U R R E P A R E R V O S C A N A L I S A T I O N S S A N S O U V R I R D E T R A

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE

DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE 12 13 I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P ROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) 1.RÉGLEMENTATION 2.OBJECTIFS 3.LES PRINCIPES 3.1. LES ACTEURS 3.2. DÉCLARATION 3.2.1.PROCÉDURE 3.2.2.CONTENU DU DOSSIER 3.3.

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Déménagement

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Déménagement Vous voulez démarrer une activité de déménagement. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en conformité

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation d exploiter la déchetterie de Tarnos (40)

Dossier de demande d autorisation d exploiter la déchetterie de Tarnos (40) RÉSUMÉ NON TECHNIQUE 11SBO020 Version 3 Septembre 2012 Dossier de demande d autorisation d exploiter la déchetterie de Tarnos (40) Résumé Non Technique SAFEGE SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

ENQUÊTE PUBLIQUE. exploitation d un atelier disposant d un banc d essai de véhicules à moteur

ENQUÊTE PUBLIQUE. exploitation d un atelier disposant d un banc d essai de véhicules à moteur ENQUÊTE PUBLIQUE INSTALLATION CLASSÉE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT DÉPARTEMENT DE LA RÉUNION COMMUNES DE SAINTE-MARIE ET DE SAINTE-SUZANNE exploitation d un atelier disposant d un banc d essai

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE 2- QU EST-CE QU UNE MATIÈRE DANGEREUSE?

w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE 2- QU EST-CE QU UNE MATIÈRE DANGEREUSE? LES RISQUES TECHNOLOGIQUES w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES? Le risque de transport de matières dangereuses, ou risque TMD, est

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT 3 types de peinture Peintures solvantées Composées de liants alkydes, vinyls, acryliques,

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 2. RECHERCHE DE SITES 2.1 Les objectifs 2.2 Les contraintes environnementales liés à l aménagement du territoire liées au transport liés aux documents d urbanisme 3.

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie Vous voulez démarrer une activité de poissonnerie. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement d hygiène et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE)

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) N 26 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 février 2015 ISSN 1769-4000 L essentiel STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES : NOUVEAU CADRE JURIDIQUE Les Installations de Stockage

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 INFORMATIONS GENERALES Page 1 / 14 1. INFORMATIONS GENERALES N du dossier : Art. 7.7.b «La nature et l emplacement de l établissement, l objet de l exploitation, les installations et procédés à mettre

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER NEGOMETAL ROMANS-SUR-ISÈRE (26) Fait à Aix-en-Provence, Le 10 Août 2012 et modifié le 30 Septembre 2013 KALIÈS KASE 11.031- V3 PRÉSENTATION

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

A - OBJET DU DOCUMENT

A - OBJET DU DOCUMENT A OBJET DU DOSSIER Installations Classées pour la Protection de l Environnement DOSSIER D ENREGISTREMENT ET DE DECLARATION A - OBJET DU DOCUMENT Référence 065 06 13 00002 / SCI SAINT ROMAN MENTON Page

Plus en détail

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage.

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. COLLECTES SELECTIVES FICHE D'INFORMATION GEDEC N 4 (août 2006) Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. L aménagement

Plus en détail

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Septembre 2013 Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Si le recours aux matériaux recyclés ou aux déchets inertes progresse, les secteurs d activité du bâtiment ou des travaux

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE -

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - Définition des enjeux - Disposer à la fin des grosses opérations de construction en cours (Tranche 1 et 2 du Plan Directeur MCO-Plateau Technique/Pôle

Plus en détail

Quotas d émission de CO 2

Quotas d émission de CO 2 CPCU BERCY Dossier de demande d autorisation d exploiter DDAE Quotas d émission de CO 2 Septembre 2014 CPCU/DDAE/ Bercy/ Quotas d émission de CO 2 DOCUMENT REDIGE PAR CPCU 185 rue de Bercy 75012 PARIS

Plus en détail

L inspection des installations classées

L inspection des installations classées L inspection des installations classées Une mission de police environnementale auprès des établissements industriels et agricoles Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE PROJET D AMÉNAGEMENT D UN CENTRE DE STOCKAGE DE SEDIMENTS Commune de Bessines-sur-Gartempe Maître d Ouvrage AREVA Etablissement de Bessines 1, Avenue du Brugeaud 87250 Bessines

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E

C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E C A H I E R D E S C H A R G E S C H A N T I E R P R O P R E La SIEMP, en accord avec la Ville de Paris, s est engagée dans une démarche de Développement Durable dans ses opérations de construction ou de

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur LES RISQUES MAJEURS Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT Toutes les informations sur Définition des Risques majeurs Quels risques à Niort? Le territoire de la commune se trouve

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise

Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise Artisans, Professionnels, PME, TPE, Collectivités vous êtes concernés! Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise Fédération française des sociétés dʼassurances Dans le cadre de la gestion

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION*

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* Code intermédiaire Intermédiaire Date QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* MULTIRISQUE IMMEUBLE (PROPRIETAIRE NON OCCUPANT) BATIMENTS OCCUPES USAGE PROFESSIONNEL (COMMERCE, INDUSTRIEL) *(faisant partie intégrante

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3

LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3 LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3 Dernière révision du document : février 2013 Entré en vigueur le 1 er octobre 2002, le "Permis d Environnement" (créé par le décret du 11 mars 1999) peut être considéré

Plus en détail

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées Codes l'environnement Décret 95-22 du 9 janvier relatif à la limitation du bruit des aménagements et transports terrestres mai relatif au bruit des 97-110 du 12 relative à la prise en compte du bruit dans

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Journées d échanges franco-suisses sur la gestion des sites et sols pollués 14 15 juin 2012 Hans-Jürg Reinhart Carine

Plus en détail