RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS"

Transcription

1 RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 1

2 I. PRESENTATION DE LA SOCIETE ET CHOIX DU SITE Le site de EVIALIS FRANCE fonctionne sous la déclaration accordée par la Préfecture le 4 février Toutefois, depuis cette date, des modifications ont eu lieu sur le site : construction de cellules de stockage et augmentation de la capacité de production. Le présent dossier constitue donc la demande de régularisation du site EVIALIS FRANCE au titre de la réglementation des Installations classées vis à vis de l évolution de ses outils, de sa capacité de production et de l ensemble de ses activités. Le site est composé de deux bâtiments, occupant une surface couverte de 3280 m² : - Le bâtiment principal qui comprend les équipements de production, les différents stockages (cellules de stockage de matières premières, de dosage, de produits finis, magasin pour les produits finis conditionnés), la chaufferie, l atelier de maintenance, les vestiaires, un réfectoire et quelques bureaux, - un bâtiment administratif ne comprenant que des bureaux. La figure ci-après localise ces différents bâtiments sur le site. Le site est soumis à la réglementation des installations classées pour la protection de l environnement (ICPE) sous le régime de l autorisation (A) pour la rubrique traitement et transformation par broyage, destinés à la fabrication de produits alimentaires, la puissance des machines étant supérieure à 500 kw et la capacité de production inférieure à 300 t/j. D autres rubriques de la nomenclature ICPE sont concernées mais les seuils de déclaration ne sont pas atteints : - stockage en silo : 3000 m 3, - compresseurs (40 kw), - bouteilles de gaz pour les chariots de manutention (11 bouteilles), AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 2

3 - stockage de fuel et poste de distribution (cuves de volume 1,5 m 3 et 0,7 m 3, consommation < 4 m 3 par an), - magasin de stockage (quantité < 500 t), - chaudières (puissance de 1 MW pour la chaudière vapeur et < 100 kw pour les bureaux), - 3 postes de charge des accumulateurs (puissance de 3 kw), - stockage de produits dangereux pour l environnement (additifs, médicaments : 10 t). Le process peut se synthétiser de la manière suivante : - la réception et le stockage des matières premières, - le dosage, le broyage, le mélange des différentes matières, - le pressage, la granulation et le refroidissement des granulés, - l émiettage éventuel et le tamisage, - le conditionnement éventuel (1 %des produits finis), - l expédition. L effectif du site de EVIALIS FRANCE Sillé-le-Guillaume est composé de 25 personnes, dont 5 commerciaux et 5 chauffeurs se trouvant en dehors du site. Le personnel de production travaille par poste de 8 heures. Les horaires de journée s étalent sur le créneau 8h à 18h. L usine fonctionne du lundi 6h au samedi 3h. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 3

4 II. RESUME DE L ETUDE D IMPACT II.1. ETAT INITIAL DE L ENVIRONNEMENT 1. LOCALISATION Le site de la société EVIALIS FRANCE est implanté sur la commune de Sillé-le-Guillaume, à l extrémité Ouest du département de la Sarthe (72), à environ 35 km au Nord-Ouest du Mans. Le site s étend sur m 2 au niveau de la ZI du Champ d Esse, au Sud-Ouest du bourg. Les bâtiments représentent une surface couverte de m 2. L emplacement du site est localisé sur l extrait de la carte IGN ci-après. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 4

5 2. SENSIBILITE DE L ENVIRONNEMENT Un bilan sur la sensibilité de l environnement est présenté dans le tableau ci-après. Contraintes et servitudes Conditions climatiques Foudre Site concerné oui/non Commentaires Climat océanique faible amplitude thermique Densité de foudroiement faible (inférieure à la moyenne française) Hydrographie Ruisseau du Ruban à 700 m au sud Servitudes hydrauliques Plan de Prévention des Risques des inondations Captages AEP Géologie Servitude de forêt domaniale Voisinages particuliers Patrimoine sportif Oui Le site n est pas concerné par une servitude hydraulique Le site n est pas concerné par le risque d inondation de rivière Pas de périmètre de protection d un captage à proximité du site Le site repose sur une formation de schistes et de calcaires. Absence d eau dans les forages réalisés en La forêt domaniale de Sillé-le-Guillaume se trouve au plus près à 2 km au Nord-Ouest du site Ligne SNCF en bordure Nord du site Deux stades de football se trouve 130 mètres de la limite de propriété Est Défrichement Site classé en zone UZ, réservée aux entreprises Infrastructures routières Sites et monuments inscrits ou classés Milieux protégés ou remarquables Vestiges archéologiques Appellation d Origine Contrôlée Oui Oui Le site n est concerné par aucune servitude liée aux infrastructures routières Périmètre de servitude à 1 km du site ZNIEFF (Zones Naturelles d Intérêt Ecologique, Faunistique ou Floristique) «Le bocage à vieux arbres entre les massifs de Charnie et de Sillé-le- Guillaume» en limite de propriété et à 2 km au nord Zone NATURA 2000 sur la commune hors la zone industrielle et le centre ville ; en limite du site EVIALIS FRANCE Le vestige archéologique le plus proche du site se trouve à environ 800 mètres au nord-est du site au lieu-dit «Le Chalet» Viande bovine Maine-Anjou AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 5

6 3. LE NIVEAU SONORE AMBIANT Une campagne de mesures de niveaux sonores a été réalisée afin de déterminer le niveau de bruit ambiant au niveau des habitations les plus proches (lieu-dit La Grande Remberdière). Le niveau sonore ambiant au droit des habitations les plus proches est d environ 46 db de jour et 52 db de nuit. La voie SNCF constitue la principale source de pollution sonore. En enlevant les perturbations sonores liées au passage des trains, le niveau sonore descend à 35 db(a) de jour et 37 db(a) la nuit. 4. LES AXES DE CIRCULATION VOISINS La commune de Sillé le Guillaume est desservie depuis la Route Départementale RD 304 en provenance du Mans, puis par la RD 310 permettant d accéder à la zone industrielle. Sur cet axe au niveau de la portion proche de Sillé le Guillaume, le nombre de véhicules est de 1655 par jour. Il est de l ordre de 5000 sur la RD 304. La voie ferrée reliant Paris à Brest (via Le Mans et Rennes) passe en limite Nord du site. Elle est empruntée quotidiennement par de nombreux TGV et TER, dont 43 trains de voyageurs. Il n y a pas d aéroport ou d aérodrome à proximité de l entreprise EVIALIS FRANCE, les plus proches étant ceux du Mans, de La Flèche et de Laval Entrammes, à plusieurs dizaines de kilomètres. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 6

7 II.2. EVALUATION DES IMPACTS DU SITE 1. IMPACT PAYSAGER ET SUR LES MILIEUX NATURELS L établissement EVIALIS FRANCE est implanté dans une zone industrielle. Afin de permettre une meilleure intégration dans son environnement, un bardage métallique vert et blanc recouvre toutes les installations. La photo suivante montre le bâtiment de production vu à partir du portail d entrée. Des zones naturelles remarquables (ZNIEFF) ou protégées (Natura 2000) se trouvent en limite de propriété nord. L analyse des possibles incidences du site EVIALIS FRANCE à l encontre de ces milieux naturels a été réalisée. Il s avère qu au regard de l absence de rejet d eau de procédé, de la nature des rejets à l atmosphère (poussières similaires à celles émises lors des moissons, ) et de la natures des protections naturelles (protection d une espèce d invertébrés menacée par les pesticides, l élimination de haies, ), la société EVIALIS FRANCE n aura pas d incidence sur ces milieux naturels. Ce dossier constitue une régularisation administrative et n entraîne aucune modification constructive et en aucun cas la destruction des haies. Etant donné le peu de rejet du site, celui-ci n a pas d impact sur le voisinage et les milieux naturels. 2. IMPACT SUR L EAU L eau consommée à l intérieur du site provient du réseau d alimentation en eau potable. Cette eau est utilisée sur le site uniquement pour les sanitaires et, après adoucissement, pour la production de vapeur. La vapeur est utilisée en injection directe dans les presses, pour le réchauffage de certaines matières premières liquides. La consommation annuelle en eau potable est de l ordre de 2500 m 3 ; elle est en légère baisse depuis plusieurs années. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 7

8 L ensemble des eaux du site est géré de façon à réduire les impacts sur l environnement : - les eaux usées sanitaires sont traitées dans la station d épuration de la commune, - il n y a pas de rejet d eaux industrielles, - les eaux pluviales sont actuellement rejetées vers les fossés en bordure du site. A noter que ces eaux contiennent principalement des matières végétales. EVIALIS FRANCE prévoit, dans son plan d actions, un bassin de récupération des eaux ainsi qu un débourbeur-déshuileur en aval. Les eaux pluviales transiteront alors dans le bassin puis dans le débourbeur déshuileur avant d être rejetées dans le «Ruban». Ces installations permettront une régulation et une épuration des eaux rejetées : décantation des matières solides et récupération des parties huileuses. Compte tenu de leur nature et des pré-traitements envisagés, les rejets de la société ne présenteront pas de risque pour l environnement ou par la santé des riverains. 3. IMPACT SUR LE SOL ET LE SOUS-SOL Aucun impact sur les sols n'est à redouter par rapport à l activité en elle-même, l établissement utilisant comme matières premières solides des substances végétales et les matières premières liquides utilisées sont stockées sur rétention. 4. LES DECHETS Les déchets générés par l établissement sont principalement des sacs papiers, des palettes, des sacs plastiques et des poussières de céréales. Chaque déchet est collecté dans des bennes spécifiques par nature et éliminé chez des prestataires spécialisés. La quantité de déchets générée est de l ordre de 20 t par an. La gestion des déchets sur le site donne priorité au recyclage et à la valorisation des déchets industriels. Le transport des déchets industriels dangereux vers des filières d élimination / valorisation s accompagne d un bordereau de suivi des déchets. De ce fait, la gestion des déchets sur le site ne porte pas atteinte à l environnement ou au voisinage. 5. IMPACT SUR L AIR En fonctionnement normal, les rejets à l atmosphère ont plusieurs origines : - les émissions liées au process : poussières de céréales, - les émissions liées aux installations de combustion, - les émissions liées à la circulation des véhicules. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 8

9 Les équipements à l origine d une émission de poussières disposent de système de captation et de filtration par filtres à manches ; c est le cas notamment de la fosse de réception, la benne peseuse du dosage, le broyeur, les refroidisseurs. Les chaudières sont à l origine de peu d émission de gaz de combustion. En effet, la chaudière principale produisant la vapeur fonctionne au gaz naturel, combustible peu générateurs de gaz polluants, en particulier au niveau des oxydes d azote. L ensemble des dispositions prises permet de limiter les émissions à l atmosphère et d en réduire leur impact le cas échéant. 6. NUISANCES SONORES Des mesures de bruit site en activité ont été réalisées de jour et de nuit. En activité de jour, les niveaux sonores en limite de propriété varient globalement entre 50 db(a) en bordure de la parcelle enherbée à l Est, et 52 db(a) face au bâtiment de chargement des produits finis et au niveau des locaux administratifs. En activité de nuit, les niveaux sonores en limite de propriété varient globalement entre 40 db(a) au niveau de la parcelle enherbée à l Est, et 48 db(a) à proximité des locaux administratifs (présence d un camion pendant la mesure). Les niveaux sonores mesurés en limite de propriété du site en période de jour et de nuit restent inférieurs aux seuils réglementaires de 70 et 60 db(a). Au niveau de la zone d habitation, les niveaux sonores présentent de grandes variations en fonction de la prise en compte ou non du passage de trains. En effet, le bruit global mesuré (y compris les trains) est de l ordre de 55 db(a) de jour et 64 db(a) de nuit. En faisant abstraction de ces trains (afin de mieux se rendre compte du bruit effectif de l établissement EVIALIS FRANCE), les niveaux de bruit sont respectivement de 40 et 35 db(a). Les niveaux sonores sans le fonctionnement du site sont de 35 db(a) de jour et 37 db(a) de nuit. En tout état de cause, les émergences admissibles de 5 db(a) en période de journée et de 3 db(a) la nuit sont respectées au niveau de l habitation la plus proche, située de l autre côté de la voie ferrée reliant Rennes à Paris. Le fonctionnement des installations n est pas à l'origine de nuisance particulière et n'a donc pas d'impact sur la santé des populations riveraines. 7. LE TRAFIC Le trafic routier de poids lourds induit par l usine est de 23 camions par jour. Cette circulation se répartit comme suit : - 9 poids lourds pour la réception de matières premières, - 14 poids lourds pour l expédition de produits finis. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 9

10 Le personnel, quant à lui, est de 25 personnes dont 10 travaillant à l extérieur, ce qui représente un nombre de véhicules se rendant sur le site de 15 par jour. En considérant que chacun des véhicules utilise les routes voisines, le trafic total engendré par EVIALIS FRANCE représente entre 1,6 % (RD 304) et 4,9 % (RD 310 en direction d Alençon) des véhicules totaux circulant sur les axes se trouvant aux alentours du site. Le trafic dû à l entreprise n engendre donc pas de nuisances importantes au niveau des routes avoisinantes. 8. UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Plusieurs types d énergie sont utilisés sur le site, chacune ayant une utilisation particulière. Les utilisations principales sont : - le fonctionnement des équipements de production : électricité qui est une source d énergie importante, fiable et d un coût modéré, - les chaufferies (gaz naturel et électricité pour les chaudières de production et fioul pour la chaudière du bâtiment bureaux), - l éclairage des locaux et des zones extérieures : source d énergie électrique, faible consommation. L analyse de l utilisation de l énergie sur le site montre donc : - qu il n y a pas d énergie de substitution à l électricité là où cette énergie est utilisée, - que l utilisation du fioul est limitée à la petite chaudière du bâtiment bureaux tandis que la chaudière de taille plus importante fonctionne au gaz naturel. Ce site favorise donc un emploi rationnel de l énergie en adéquation avec la protection de l environnement. 9. VOLET SANITAIRE Comme indiqué dans les paragraphes précédents, les émissions en provenance du site sont très limitées. En effet, le procédé ne générera pas de rejet d eaux industrielles et les eaux pluviales seront prétraitées avant rejet dans le cadre du projet d aménagement du bassin de régulation associé à un débourbeur - déshuileur. Les rejets atmosphériques sont également très faibles puisque tous les équipements générateurs de poussières sont équipés d aspiration et de systèmes de filtration. En outre, ces poussières sont d origine végétale (céréales). Il ressort que, de par leur nature, les activités du site ne sont pas à l origine de rejets particuliers pouvant présenter un risque pour la santé des riverains. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 10

11 II.3. LES MESURES COMPENSATOIRES ET LEURS COUTS Au-delà de la réglementation, la société EVIALIS FRANCE a mis en place des mesures compensatoires visant à réduire son impact sur l environnement et améliorer la sécurité. Elles sont indiquées dans le tableau ci-dessous. Solution proposée Investissement ( ) Echéance Création d un bassin de récupération d un éventuel déversement accidentel Installation d un débourbeur-déshuileur en aval du bassin Installation de canalisations des eaux pluviales 100 k Rehaussement de la rétention placée sous les cuves de stockage de matières premières liquides Installation d un disconnecteur sur le réseau d eau potable Installation de parafoudres et d une protection par pointe captrice inox 1,5 k Si remise en service de la cuve LO2 1,5 k - 25 k 2011 Ces investissements représentent un coût total de AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 11

12 III. RESUME DE L ETUDE DE DANGERS L étude des dangers met en évidence les accidents susceptibles d intervenir, les conséquences prévisibles et les mesures de prévention propres à en réduire la probabilité et les effets. Elle décrit les moyens rassemblés sur le site, pour intervenir sur un début de sinistre, et les moyens de secours publics qui peuvent être sollicités. III.1. POTENTIELS DE DANGERS Plusieurs sources de dangers sont identifiées au niveau des produits reçus et travaillés sur le site, des équipements, des process, des phénomènes extérieurs. 1. RISQUES PRESENTES PAR LES PRODUITS Les produits reçus sont principalement des céréales et des oléoprotéagineux. Ce sont des produits combustibles qui peuvent générer, à plus ou moins forte teneur, des poussières organiques susceptibles de créer une atmosphère explosive. Les principaux risques présentés par ces produits sont alors, l incendie, l auto échauffement et l explosion. Les liquides utilisés sur le site sont des mélasses, des huiles végétales, des protéines. Certains de ces produits contiennent une forte proportion d eau ce qui les rend difficilement inflammables. En cas de déversement, ces produits constitueraient une pollution organique du milieu naturel. Les minéraux sont utilisés comme complément dans les aliments pour le bétail. Ces produits ne présentent pas de dangers particuliers. Le combustible utilisé pour le fonctionnement de la chaudière est le fioul, composé inflammable. 2. RISQUES PRESENTES PAR LES EQUIPEMENTS Par rapport aux équipements, les risques potentiels sont l incendie au niveau des stockages, le dégagement de poussières au niveau des équipements de transport suivi d une éventuelle explosion, les équipements annexes à la production (postes de charge, installations électriques, chaudière, ). Les dangers liés à l activité interne du site peuvent résulter de l imprudence des fumeurs dans tous les lieux accessibles au personnel, l utilisation de flammes nues à proximité de matières combustibles (travaux), d étincelles électriques, l électricité statique, la foudre, la présence d atmosphère explosive, la circulation des véhicules. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 12

13 Un classement des zones susceptibles de contenir une atmosphère explosible (zones ATEX) a été réalisé. 3. RISQUES DUS A DES PHENOMENES EXTERIEURS Les risques dus à des phénomènes extérieurs climatiques (foudre, sismicité, inondations, tempêtes) peuvent être écartés compte tenu de l absence de conditions extrêmes et des dispositions constructives en place. Les risques dus aux axes de circulation peuvent également être écartés du fait de leur très faible probabilité d occurrence et de leur éloignement. Contre les risques d actes de malveillance, les accès sont fermés en période d inactivité. III.2. REDUCTION DES POTENTIELS DE DANGERS En effectuant le bilan des matières premières mises en œuvre sur le site, il est évident qu il est impossible de changer la nature des principaux produits utilisés, la plupart ne présentant aucune toxicité et étant nécessaire à l équilibre nutritionnel des produits fabriqués. L utilisation du produit présentant le plus de risque, c'est-à-dire le formol, a été arrêtée sur le site. Les quantités de produits entreposées sur le site sont peu importantes. En effet, les cellules les plus grandes ont un volume de stockage de 130 m 3. Compte tenu de ces volumes faibles, les stocks de matières premières sont renouvelés fréquemment ce qui évite une stagnation des produits dans les cellules et donc des risques de fermentation. III.3. ANALYSE DES RISQUES Une analyse préliminaire des risques a été réalisée sur le site pour l ensemble des activités et des produits. Cela a conduit à l identification de plusieurs phénomènes dangereux. Les principaux phénomènes dangereux ont été modélisés afin d évaluer l impact sur les riverains à l extérieur du site. Ils ont également fait l objet d une étude de leur probabilité d occurrence prenant en compte les sécurités et les procédures qui sont mises en place. 1. ANALYSE PRELIMINAIRE DES RISQUES Les principaux évènements dangereux pouvant avoir lieu sur le site sont indiqués ci-dessous. Typologie de l accident Incendie Lieu Poste de déchargement Trémie de déchargement Transporteurs Broyeur et trémie sous broyage Stockage de produits finis Cause Flamme nue Flamme nue Echauffement paliers + travaux Bourrage + Travaux + Corps métallique + Corps minéral Travaux + Etincelle AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 13

14 Typologie de l accident Explosion Dégagement de fumées Lieu Poste de déchargement Trémie de déchargement Transporteurs Cause Flamme nue + Etincelle + Electricité statique + Corps métallique + Corps minéral Corps métallique + Corps minéral Travaux + Etincelle + Corps métallique + Corps minéral Elévateurs Flamme nue + Travaux + Etincelle + Electricité statique + Corps métallique + Chute de godet + Corps minéral Silos de matières premières Mélangeuse et réserve sous mélangeuse Stockage de produits finis Flamme nue + Travaux + Electricité statique + Corps métallique + Corps minéral Travaux Incendie En analysant les évènements critiques selon les causes, il ressort que les accidents sont principalement dus à des travaux par points chauds ou à une imprudence avec une cigarette (flamme nue). Les corps étrangers métalliques ou minéraux présents dans les circuits de transfert font également partie des causes d accidents. Ces accidents sont bien en relation avec l accidentologie relevée au niveau des silos et pour l activité de fabrication d aliments pour le bétail, les principaux étant les incendies (dans 84 % des sinistres touchant les silos) avec comme origine une grande majorité de travaux ou de défaillances mécaniques. 2. MOYENS DE PREVENTION Divers moyens de prévention permettent de prévenir les dangers mentionnés dans l analyse préliminaire des risques : - la construction et l implantation des bâtiments et notamment des silos de stockage, - les équipements et les moyens de sécurité mis en place, - les règles et procédures d exploitation, - les moyens de détection. Tous les équipements électriques sont conformes à la réglementation et sont contrôlés et entretenus régulièrement. Les équipements de transfert (bandes transporteuses, élévateurs) sont conçus et utilisés de manière à réduire les émissions de poussières. Des détecteurs d éventuelles défaillances électriques ou mécaniques sont en place et une maintenance préventive est réalisée. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 14

15 Des procédures d exploitation et de sécurité existent et, notamment l obligation de disposer d un permis de feu pour tout travail par point chaud, l interdiction de fumer, le nettoyage des installations, 3. EVALUATION DES CONSEQUENCES Les évènements considérés comme critiques lors de l analyse préliminaire des risques ont été étudiés en détails. Les conséquences de chaque scénario ont été quantifiées : effets thermiques, distances de perception des ondes de choc, L étude détaillée de ces évènements a donc permis de réajuster la gravité par rapport aux conséquences réelles estimées, d où une réduction globale de la criticité des évènements. Les zones d effets thermiques des zones à risque du bâtiment sont représentées sur les plans en fin du présent résumé. A partir de cela, on se rend compte que l ensemble des évènements identifiés sur le site sont soit : - des évènements pour lesquels les éléments de maîtrise en place permettent de réduire suffisamment leur occurrence, - des évènements dont la gravité s avère être peu importante (limitée à l outil ou effets internes au site). Il faut en particulier noter le cas des silos qui, en raison de leur structure et de la présence d une zone plus légère (toiture), ne devraient pas subir de destruction totale en cas d explosion (seule la toiture, de plus faible résistance, subirait des dommages). Donc, une explosion dans un des silos ne devrait pas entraîner de risques par rapport au voisinage, notamment par rapport aux habitations les plus proches. 4. MOYENS D INTERVENTION Des moyens d intervention sont présents sur le site afin de réagir rapidement à tout évènement accidentel. Outre les moyens humains (personnel formé), des moyens en terme d équipements sont disponibles (extincteurs). De plus, les services de secours de Sillé le Guillaume pourraient intervenir rapidement en cas de sinistre important. AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 15

16 Plan des zones d effets dangereux Incendie généralisé dans toutes les cellules de stockage Incendie généralisé dans tout le magasin AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 16

17 Incendie généralisé dans toutes les cellules de stockage sans prise en compte des murs Incendie généralisé magasin de stockage sans prise en compte des murs AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 17

18 Incendie généralisé bâtiment sans prise en compte des murs AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 18

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ASA/LF/BOURGOIS/GUILLAC/EDD/2013.372 Déchetterie de GUILLAC (56) Résumé page 1 PRESENTATION DU SITE La déchetterie de Guillac est localisée sur le territoire

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DES DANGERS BUREAU VERITAS 2272071 RESUME NON TECHNIQUE PAGE 1 SOMMAIRE 1 PRESENTATION DES ACTIVITES ET DU PROJET D EVOLUTION DU SITE... 3 2 LOCALISATION

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS AVANT PROPOS La société FUCHS exploite une usine de fabrication et de conditionnement de vinaigre sur la commune de LA TREMBLADE (17). L entreprise dispose d un arrêté préfectoral d autorisation d exploiter

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact et de l étude de dangers

Résumé non technique de l étude d impact et de l étude de dangers Résumé non technique de l étude d impact et de l étude de dangers AXE/LF/HYDRACHIM/DDAE/271/2007 Résumé non technique PAGE 1 Résumé non technique de l étude d impact et de l étude de dangers I. Présentation

Plus en détail

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS *****************

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ***************** N 08490309AI1 SITE D ARGELIERS (11) DE L ETUDE DE DANGERS ***************** FEVRIER 2009 / 15/03/09 / Patrick SIMON, AIRMES Rév. Date Objet Rédigé par Vérifié par Approuvé par REVISIONS DU DOCUMENT DE.

Plus en détail

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340 1. PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ ET DE SON PROJET 1.1. Activité de la société RLD est une société spécialisée dans la location et l entretien de linge de professionnels et de collectivités (hôtellerie, restauration,...).

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS DDT du Lot NOTICE DE RENSEIGNEMENTS DOSSIER DE DÉCLARATION D EXPLOITATION D UNE INSTALLATION CLASSÉE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Page 1 sur 10 DDT du Lot SOMMAIRE 1. PRESENTATION 2. EMPLACEMENT

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société TOUPRET Il ressort de l inventaire des accidents technologiques et industriels

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

Enquête publique du 18 octobre au 18 novembre 2011en mairie de TERGNIER (Aisne) ENQUETE PUBLIQUE. présentée par la société NRJT Logistic services

Enquête publique du 18 octobre au 18 novembre 2011en mairie de TERGNIER (Aisne) ENQUETE PUBLIQUE. présentée par la société NRJT Logistic services ENQUETE PUBLIQUE Demande d autorisation d exploiter des entrepôts de stockage de matière combustibles Sur le territoire de la commune de TERGNIER (Aisne) présentée par la société NRJT Logistic services

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

Stockage de produits chimiques

Stockage de produits chimiques Conseils prévention Santé au travail Crée le 28/04/2011 par VK Mise à jour 28/04/2011 par VK Stockage de produits chimiques 1 Risques liés au stockage de produits chimiques...2 2 Règles générales...2 3

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4 SOMMAIRE RESUMES NON TECHNIQUES RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4 2 ANALYSE DES EFFETS DU PROJET SUR L EAU... 4 2.1 Les eaux usées... 4 2.2 Les eaux pluviales... 5 2.3

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 0403010201: ATELIERS DE TRAVAIL DU BOIS, à l exception de ceux exploités à des fins purement éducatives dans les écoles Etablissements

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE. Les atmosphères explosives (ATEX)

DOSSIER THÉMATIQUE. Les atmosphères explosives (ATEX) THÉMATIQUE (ATEX) Sommaire 1. L essentiel à retenir...... 3 2. Guide pratique... 4 2.1. Une problématique à l échelle européenne... 4 2.2. Qu est-ce qu une atmosphère explosive?... 6 2.3. Qui est concerné?...

Plus en détail

SECURITE DANS L'ENTREPOT

SECURITE DANS L'ENTREPOT SECURITE DANS L'ENTREPOT Plan de l exposé Introduction I- recherche de la sécurité dans l entrepôt II- les caractéristiques de la réglementation III- les risques qui peuvent apparaître dans l entrepôt

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ÉTUDE D IMPACT

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ÉTUDE D IMPACT RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ÉTUDE D IMPACT La CAC (Communauté d Agglomération Castelroussine) exploite une déchetterie située allée des Sablons, sur la commune du Poinçonnet (36), au Sud de Châteauroux.

Plus en détail

Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques

Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER PLANET WATTOHM - Site de Senlis (60) Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques RESUME NON TECHNIQUE Senlis, Février 2009

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

Les principaux effets sur l'environnement sont liés aux aspects suivants :

Les principaux effets sur l'environnement sont liés aux aspects suivants : RESUME NON TECHNIQUE La COMPAGNIE EUROPEENNE DE CARTONNAGES est cartonnier imprimeur spécialisé dans la fabrication d emballages. Le site faisant l objet de la présente demande est implanté sur la commune

Plus en détail

Dossier n 5. Résumé non technique de l étude des dangers. Antea Group

Dossier n 5. Résumé non technique de l étude des dangers. Antea Group Dossier n 5 Résumé non technique de l étude des dangers 1 Sommaire Pages 1. Introduction... 3 2. Environnement et sensibilité... 4 3. Dangers et risques présentés par les activités du site... 5 4. Etude

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

GUICHAINVILLE (27) RESUME NON TECHNIQUE

GUICHAINVILLE (27) RESUME NON TECHNIQUE GUICHAINVILLE (27) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 3 1.3 ACTIVITES EXERCEES... 4 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS...

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

PEINTURES RECA SAS ZI de QUILLA 94, route de Toulouse 31190 AUTERIVE

PEINTURES RECA SAS ZI de QUILLA 94, route de Toulouse 31190 AUTERIVE Page : 1 PEINTURES RECA SAS ZI de QUILLA 94, route de Toulouse 31190 AUTERIVE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE INSTALLATION CLASSÉE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Page : 2 SOMMAIRE

Plus en détail

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être :

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être : LE RISQUE TMD (Transport de matières dangereuses) Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physicochimiques (toxicité, réactivité ) peut présenter des risques

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REUNION

PREFECTURE DE LA REUNION PREFECTURE DE LA REUNION SECRETARIAT GENERAL SAINT-DENIS, le 07 avril 2009 Direction des Relations avec les Collectivités Territoriales et du Cadre de Vie Bureau de l Environnement et de l Urbanisme A

Plus en détail

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose 1.Présentation du sujet 2.Etat des lieux 3.Les solutions de remplacement retenues I Présenta9on du sujet d étude

Plus en détail

COOPERATIVE DAUPHINOISE Station de semences

COOPERATIVE DAUPHINOISE Station de semences c 42, 44 rue du 11 novembre 38 200 VIENNE Tél. :04.74.78.82.00 / fax : 04.74.78.82.01 COOPERATIVE DAUPHINOISE Station de semences Z.A. Les Olagnières 2825 Chemin de la Voie Ferrée 38 260 LA COTE ST ANDRE

Plus en détail

SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES

SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES 1234 Avenue du Vignau 40 000 Mont de Marsan Tel : 05 58 05 54 30 Hélioparc Pau-Pyrénées 2

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Métallerie / Serrurerie

Métallerie / Serrurerie Votre activité peut être liée à celles de traitement de surface/polissage et de décapage. Si vous êtes dans ce cas, reportezvous aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 Résumé non technique de l étude de GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 A. Principes généraux de réduction des risques 1. Rôle central de l étude de L étude de : expose les que peuvent présenter

Plus en détail

FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS

FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS 1. PRESENTATION DU SITE INDUSTRIEL ET DE SON ENVIRONNEMENT Le site étudié (Société RA34) est une usine de fabrication de polypropylène,

Plus en détail

Performances environnementales et économiques économiques. Description

Performances environnementales et économiques économiques. Description BREF Industries de traitement des déchets - Doc. de synthèse V 1.0-01/12/08 MTD pour des types spécifiques de traitements de déchets TRAITEMENTS BIOLOGIQUES DES DECHETS - METHANISATION Description 65 -

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Mécanique Industrielle

Mécanique Industrielle Vous voulez démarrer une activité de mécanique industrielle. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER SAVOIE TRAITEMENT DE SURFACE (Métallisation) SAINT AVRE novembre 2011 Maître de l ouvrage ENV R513/Indice 01 Page 1/15 SOMMAIRE 1.

Plus en détail

Compléments du guide état de l art. ANNEXE D Application de la réglementation ATEX aux silos de stockage de produits agro-alimentaires

Compléments du guide état de l art. ANNEXE D Application de la réglementation ATEX aux silos de stockage de produits agro-alimentaires MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE Compléments du guide état de l art. ANNEXE D Application de la réglementation ATEX aux silos de stockage

Plus en détail

RÅsumÅ non technique de l Åtude d impact

RÅsumÅ non technique de l Åtude d impact CTERPILLR France SS - Site d Echirolles - venue uguste Ferrier - 38130 Echirolles Dossier de demande d autorisation d exploiter d une installation classåe pour la protection de l environnement Projet d

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 13 FÉVRIER 2006 2006/6197 - INSTALLATION CLASSÉE POUR L'ENVIRONNEMENT SOUMISE À AUTORISATION - DEMANDE D'AUTORISATION PRÉSENTÉE PAR LA SOCIÉTÉ OMNITHERM EN VUE DE MODIFIER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

WACO : L EXPLOSIVE PIQÛRE DE RAPPEL

WACO : L EXPLOSIVE PIQÛRE DE RAPPEL WACO : L EXPLOSIVE PIQÛRE DE RAPPEL L explosion d une usine d engrais près de Waco au Texas ce 17 avril 2013 rappelle à quel point le stockage de produits explosifs est dangereux. En cas d accident, les

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Casse Auto Ammerschmitt Jean-Michel Roz Landrieux (35)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Casse Auto Ammerschmitt Jean-Michel Roz Landrieux (35) RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Casse Auto Ammerschmitt Jean-Michel Roz Landrieux (35) 1 Environnement et voisinage 2 2 Potentiels de dangers 3 3 Evaluation des risques 6 4 Evaluation des effets

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES DANS LES IAA ENERGIES FLUIDES

PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES DANS LES IAA ENERGIES FLUIDES PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ENERGIES FLUIDES Sommaire: - Réglementation sur les chaudières: Décret 2009-648 - Installations soumises à déclaration et autorisation ICPE 2910 - Equipements sous

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Organisation des travaux 4 170 LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Quelles seront les différentes étapes du chantier du réseau du Grand Paris? Plusieurs méthodes pourront être

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS AL BABTAIN FRANCE. SAS SAINT ANDRE LES VERGERS (10)

ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS AL BABTAIN FRANCE. SAS SAINT ANDRE LES VERGERS (10) ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS 1 SOMMAIRE DU RESUME NON TECHNIQUE I de l étude d impact...3 AL BABTAIN FRANCE SAS est implanté dans une zone déjà urbanisée, qui va se densifier davantage d après le Plan

Plus en détail

PROJET DE STATION REVISION SIMPLIFIEE DU PLU N 2 DE VIDE COMMUNE DE VAYRES. Février-Mars 2010

PROJET DE STATION REVISION SIMPLIFIEE DU PLU N 2 DE VIDE COMMUNE DE VAYRES. Février-Mars 2010 COMMUNE DE VAYRES REVISION SIMPLIFIEE DU PLU N 2 PROJET DE STATION DE VIDE Février-Mars 2010 Dossier de concertation Février-Mars 2010 23 La commune de Vayres est desservie par un réseau de collecte des

Plus en détail

TOME 0 «RESUMES NON TECHNIQUES» DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS. Dossier de demande de renouvellement et. rubriques 2510 et 2515 des ICPE

TOME 0 «RESUMES NON TECHNIQUES» DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS. Dossier de demande de renouvellement et. rubriques 2510 et 2515 des ICPE Dossier de demande de renouvellement et rubriques 2510 et 2515 des ICPE TOME 0 «RESUMES NON TECHNIQUES» DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS Carrière de granite du Thym Commune de Moutier-Rozeille

Plus en détail

Détermination de l acceptabilité des risques...10. Grille de criticité des scénarii avec mesures de prévention et de protection...

Détermination de l acceptabilité des risques...10. Grille de criticité des scénarii avec mesures de prévention et de protection... SOMMAIRE DU RESUME NON TECHNIQUE DE LL ETUDE DE DANGERS 1 INTRODUCTION...2 2 ENVIRONNEMENT ET VOISINAGE...3 3 POTENTIELS DE DANGERS...4 4 IDENTIFICATION DES RISQUES...5 5 EVALUATION DES RISQUES...6 6 EVALUATION

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le présent dossier est effectué en application

Plus en détail

R-3. la création d un bassin de stockage d eaux épurées de 50.000 m³ pour préserver le bon état écologique de l AFF en période d étiage.

R-3. la création d un bassin de stockage d eaux épurées de 50.000 m³ pour préserver le bon état écologique de l AFF en période d étiage. R-2 INTRODUCTION La Société MIX BUFFET est une jeune entreprise créée en 1998, implantée dans une nouvelle usine construite sur la Zone d Activités du Val Coric de la commune de GUER. Elle est spécialisée

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif SIVO - Syndicat Intercommunal de la Vallée de l Ondaine 44, rue de la Tour de Varan - 42700 FIRMINY Le contexte réglementaire La loi sur l eau du 3 janvier

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

KNAUF INDUSTRIES Sud-Ouest Site de Casteljaloux

KNAUF INDUSTRIES Sud-Ouest Site de Casteljaloux KNAUF INDUSTRIES Sud-Ouest Site de Casteljaloux f p f p RESUMES NON TECHNIQUES DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Responsable client : David DERLYN 03.21.51.93.76-03.21.71.12.72 e-mail :

Plus en détail

Projet d extension d activités site de Trèbes Page : 1 RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 RESUME NON TECHNIQUE... 2

Projet d extension d activités site de Trèbes Page : 1 RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 RESUME NON TECHNIQUE... 2 Projet d extension d activités site de Trèbes Page : 1 SOMMAIRE 1... 2 2 OBJET DE LA DEMANDE D AUTORISATION... 3 3 PRESENTATION DU SITE... 4 4 ETUDE D IMPACT... 11 5 ETUDE DE DANGERS... 21 Projet d extension

Plus en détail

NOUVELLE CIMENTERIE à AIT BAHA

NOUVELLE CIMENTERIE à AIT BAHA NOUVELLE CIMENTERIE à AIT BAHA UN PROJET > à la hauteur des exigences du développement économique de la Région > conçu pour être durablement respectueux de son environnement SOMMAIRE 1 Objectifs du projet

Plus en détail

AVIS. Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.

AVIS. Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV. AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.320 Liège, le 27 février 2006 Objet : Demande de permis d environnement pour une société de nettoyage industriel REMI TACK & Fils s.a. à ESTAIMPUIS Avis du CWEDD portant sur la

Plus en détail

LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE

LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE COMITE INTERPROFESSIONNEL DU BOIS-ENERGIE contact@cibe.fr www.cibe.fr LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE Atouts et spécificités des réseaux de chaleur Bois-Energie Spécificités Qu est-ce qu un réseau

Plus en détail

Cette plate-forme est aménagée en deux zones distinctes, une zone conteneurs et une zone de vrac, elle-même divisée en trois : Vrac n 1, n 2 et n 3.

Cette plate-forme est aménagée en deux zones distinctes, une zone conteneurs et une zone de vrac, elle-même divisée en trois : Vrac n 1, n 2 et n 3. A B INTRODUCTION La société Carrières et Ballastières de Picardie (société en nom collectif dont les associés sont les sociétés CEMEX Granulats et HOLCIM France) souhaite exploiter par campagne une installation

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS DU COMMISSAIRE- ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS DU COMMISSAIRE- ENQUETEUR DEPARTEMENT DU CHER Commune de Moulins sur Yèvre ENQUETE PUBLIQUE DU MARDI 15 OCTOBRE 2013 AU JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l établissement AXEREAL

Plus en détail

LES DECHETS La liste des déchets établit une nomenclature pour les déchets dangereux et non dangereux. Cette liste unique est définie dans l annexe II du décret n 2002-540 du 18 avril 2002. Les déchets

Plus en détail

Exemple de document unique

Exemple de document unique Exemple de document unique Tableau 1 Identification, par unité de travail, des risques professionnels (des dangers liés à un équipement, une substance, une méthode de travail susceptible de causer un dommage

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002

RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002 93-002 15 décembre 2014 RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE PLATE-FORME DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE TERRES POLLUEES ET DE TRANSIT DE DECHETS VERTS

Plus en détail

LES ATELIERS MODERNES

LES ATELIERS MODERNES LES ATELIERS MODERNES OMMUNE D AIXE SUR VIENNE (87) Dossier de demande d autorisation d exploiter au titre du dispositif «Installations lassées pour la Protection de l Environnement» (I..P.E.) Articles

Plus en détail

Fiche Hygiène et Sécurité

Fiche Hygiène et Sécurité Fiche Hygiène et Sécurité N 15 01/13 I nterventions d entreprises extérieures Définition - Généralités On appelle entreprise extérieure toute entreprise amenée à faire travailler son personnel pour la

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Mais que deviennent nos bennes de déchets?

Mais que deviennent nos bennes de déchets? Mais que deviennent nos bennes de déchets? Aujourd'hui, rien qu'en France, chaque habitant génère plus d'un kilo de déchets par jour, soit environ 420 kg par an. Deux fois plus qu'en 1960. Pour enrayer

Plus en détail

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES 5 800 incendies par an dans les locaux industriels 1 incendie sur 4 est dû à une installation électrique défectueuse La plupart des incendies se déclarent la

Plus en détail

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010 CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES UNIVALOM, le 24 mars 2010 2CIMENT La Fabrication du ciment La Cimenterie de La Grave de Peille La Valorisation énergétique des encombrants Bilan du MAPA

Plus en détail

Direction des Risques Professionnels et de la Santé au Travail

Direction des Risques Professionnels et de la Santé au Travail Direction des Risques Professionnels et de la Santé au Travail SP 1126 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE-ALPES 26, rue d Aubigny 69436 Lyon cedex 03 Tél. 04 72 91 96 96 Fax. 04 72 91 97 09 Email

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Réglementation ICPE Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Législation applicable En France, 500 000 établissements relèvent actuellement de la législation

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU Seine-Maritime CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU REGLEMENTATION APPLICABLE au titre du Code de l Environnement Articles R 214-1 à R 214-6 du code de l environnement relatifs à la nomenclature des opérations

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Plomberie Chauffage Climatisation L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de plomberie-chauffage-climatisation peuvent être classés en trois catégories : Les déchets

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

Vue aérienne de l environnement du dépôt

Vue aérienne de l environnement du dépôt Risques liés au voisinage Les ERP suivants se trouvent dans un rayon de 500m principalement à l Ouest : - le cinéma en plein air, ouvert en période estivale à 320m (environ 100 personnes) ; - l hôtel des

Plus en détail

Prévention des risques d exposition aux poussières de bois. aide à la mise en place d un système d aspiration

Prévention des risques d exposition aux poussières de bois. aide à la mise en place d un système d aspiration Prévention des risques d exposition aux poussières de bois aide à la mise en place d un système d aspiration Les poussières de bois ont été reconnues cancérogènes quelque que soit le type de bois utilisé

Plus en détail