DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE"

Transcription

1 12 13 I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P ROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) 1.RÉGLEMENTATION 2.OBJECTIFS 3.LES PRINCIPES 3.1. LES ACTEURS 3.2. DÉCLARATION PROCÉDURE CONTENU DU DOSSIER 3.3. AUTORISATION PROCÉDURE CONTENU DU DOSSIER PRESCRIPTIONS TECHNIQUES CONTRÔLE L A LÉGISLATION DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE RÉGIME FISCAL L ENVIRONNEMENT ICPE E TUDE D IMPACT 1. D ÉFINITION 2.PROJETS NÉCESSITANT UNE ÉTUDE D IMPACT 3.OBJECTIFS 4.CONTENU DE L ÉTUDE 4.1. ANALYSE DE L ÉTAT INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT 4.2. EFFETS DE L INSTALLATION SUR L ENVIRONNEMENT ET SUR LA SANTÉ HUMAINE 4.3. CHOIX DU PROJET 4.4. LES MESURES COMPENSATOIRES LES DÉCHETS : DÉFINITION, OBJECTIFS, CONTENU 4.5. CONDITIONS DE REMISE EN ÉTAT DU SITE 4.6. PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES E TUDE DE DANGERS 1.DÉFINITION 2.OBJECTIFS 3.CONTENU DE L ÉTUDE DE DANGERS

2 14 15 Installations classées P O U R L A P R O T E C T I O N D E L E N V I R O N N E M E N T ICPE 1 R É G L E M E N T A T I O N EN FRANCE LA LÉGISLATION DES INSTALLATIONS CLASSÉES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) ORGANISE LE CONTRÔLE DES ACTIVITÉS POLLUANTES ET DANGEREUSES, ET ASSURE AINSI LA PRÉVENTION DES NUISANCES INDUSTRIELLES. L activité industrielle est susceptible de générer des dangers aussi bien pour l Homme que pour son environnement ; par conséquent il a été nécessaire de mettre en place un cadre légal afin de connaître et prévenir les pollutions et les risques de ces activités. L ARCHÉOLOGIE PRÉVENTIVE La construction de telles installations nécessite une étude archéologique préalable. En effet, selon la loi du 17 janvier 2001 et son décret d application du 16 janvier 2002, toutes opérations d aménagement, de constructions d ouvrages ou de travaux qui sont susceptibles d affecter des éléments du patrimoine archéologique, ne peuvent être réalisés qu après accomplissement des mesures de détection. Cette loi sur l archéologie préventive a pour but d assurer à terre et sous les eaux, la détection, la conservation ou la sauvegarde - par l étude scientifique - des éléments du patrimoine archéologique affectés ou susceptibles d être affectés par les travaux publics ou privés encourant à l aménagement. Ceci s applique notamment aux travaux ou installations nécessitant une étude d impact sur l environnement. La préservation des intérêts précédemment cités est assurée par deux grands principes : nécessité d informer les pouvoirs publics avant la mise en place de l installation, qui sera soumise à autorisation ou à déclaration en fonction des dangers potentiels qu elle engendre, obligation pour l exploitant de respecter les prescriptions techniques imposées par le préfet ; ces prescriptions visent à assurer au mieux la protection de l environnement. Le livre V du Code de l environnement (articles L à L.517-2) est la référence actuelle de la réglementation des installations classées. Une Installation Classée pour la Protection de l Environnement (ICPE) est une installation (usine, ateliers, dépôts, chantiers, carrières, chaudière, machine ) exerçant une activité susceptible d engendrer un risque et de porter atteinte à la protection de l environnement. Les installations soumises à cette réglementation sont classées dans une nomenclature répertoriant les substances stockées, employées et préparées, en fonction de leur propriété (toxique, inflammable, comburante ), ainsi que les catégories d activités (travail du bois, traitement de surface, laminage, etc.) ; cette nomenclature les soumet soit à un régime d autorisation, soit à un régime de déclaration (se référer au 3. Les Principes). Lorsqu une installation n est soumise ni à déclaration ni à autorisation, elle n est pas une installation classée. Elle doit toutefois respecter le Règlement Sanitaire Départemental préparé par les services de la DDASS. 2 O B J E C T I F S Les objectifs de la législation des ICPE sont de permettre l exercice de toute activité industrielle, tout en assurant la sécurité et la santé des Hommes ainsi que la sauvegarde de nombreux intérêts : la commodité du voisinage, les santé, sécurité et salubrité publiques, l agriculture, la protection de la nature et de l environnement, la conservation des sites, monuments et éléments du patrimoine archéologique (se référer ci-contre). L ES SERVITUDES D UTILITÉ PUBLIQUE Les servitudes d utilité publique constituent une charge existant de plein droit sur les bâtiments et les terrains. Selon les articles L et L du Code de l environnement ces servitudes peuvent être instituées pour les installations soumises à autorisation avec servitude (AS), qui correspondent quasi parfaitement à la définition des installations répondant à la directive SEVESO seuil haut ; il s agit des installations susceptibles de créer des risques pour la santé humaine et pour l environnement, soit par explosion soit par émanation de produits toxiques. Sont concernées : les installations AS s implantant sur un site nouveau, les installations AS nouvelles s installant sur un site existant, les installations AS existantes dont les modifications entraînent la nécessité d une demande d autorisation. Les servitudes sont définies à l intérieur d un périmètre délimité autour de l installation, et ont pour but : de limiter voire interdire l implantation de constructions à proximité des installations présentant un risque, de limiter le danger d exposition aux explosions et aux produits toxiques, en assurant le respect des prescriptions techniques lors de la demande d autorisation de construire. Nota. : les préjudices directs ou matériels, résultant de la servitude, donnent lieu, en règle générale, à une indemnisation des personnes qui les subissent.

3 16 17 S TRUCTURE D UN ARRÊTÉ TYPE Les arrêtés types sont généralement tous structurés de manière identique à l aide d annexes présentant par exemple les points suivants : les dispositions générales, l implantation et l aménagement de l installation, l exploitation et l entretien, les risques liés à l activité, l eau, l air et les odeurs, les déchets, le bruit et les vibrations, la remise en état en fin d exploitation, les méthodes de mesure des vibrations, les seuils en éléments traces métalliques et en substances organiques, les dispositions applicables aux installations existantes et calendrier d entrée en application de l arrêté. 3 L E S P R I N C I P E S La nomenclature des ICPE permet à l exploitant de déterminer le régime auquel il est soumis - déclaration (D), autorisation (A), ou autorisation avec servitude (AS) - en fonction du volume de ses activités et des quantités de produits stockés, employés et préparés L ES A CTEURS Le préfet et la DRIRE sont les deux principaux acteurs intervenant dans la législation des ICPE : Le préfet est le seul à pouvoir délivrer une autorisation d exploiter ou à recevoir une déclaration, dans le cas où l activité industrielle présente moins de nuisances. La DRIRE est chargée de l inspection des installations classées ; elle a pour mission : de vérifier la pertinence du dossier qui a été adressé au préfet, de formuler un avis sur l opportunité de délivrer l autorisation, et en cas de réponse positive, rédiger les prescriptions du projet d arrêté préfectoral d autorisation, d assurer le suivi et le contrôle de ces prescriptions, ainsi que des prescriptions nationales (arrêtés ministériels, etc.) D ÉCLARATION La déclaration concerne les activités dont les émissions polluantes et les risques de danger sont moindres Procédure L exploitant doit adresser à la préfecture une déclaration avant la mise en service de son installation ; le préfet donne alors récépissé de cette déclaration, puis communique à l exploitant une copie des prescriptions générales applicables à son activité. Elles sont déclinées dans des arrêtés types préfectoraux ou arrêtés ministériels. Le préfet peut toutefois (mais c est extrêmement rare) ajouter des prescriptions individuelles propres à l exploitant, s il juge que les prescriptions générales ne sont pas suffisantes dans le cas précis. On y trouve plus rarement : les valeurs limites de vitesse particulaire, la classification des constructions, la caractérisation d entrée en application de l arrêté. La DRIRE est chargée de l inspection des installations soumises à déclaration, mais ces contrôles sont souvent moins fréquents que pour les installations soumises à autorisation, puisque les enjeux sont plus faibles. Cependant l exploitant est tenu de signaler au préfet toute modification de l activité, et de veiller à l évolution de la réglementation. En effet une entreprise soumise à déclaration peut passer sous le régime de l autorisation s il y a accroissement de son activité ou encore modification des seuils réglementaires. D ROIT D ANTÉRIORITÉ La nomenclature des ICPE est amenée à être modifiée dans le temps : Une installation initialement non classée peut alors se trouver soumise à un régime de déclaration ; dans ce cas l exploitant bénéficie du droit d antériorité, c est-à-dire qu il lui suffit de signaler ses activités au préfet, ceci dans l année suivant la modification de la nomenclature. Une installation non classée ou soumise à déclaration peut passer sous le régime de l autorisation suite à ces changements réglementaires : là encore l exploitant possède un droit d antériorité, dans la mesure où il a dûment déclaré son activité. Il doit alors fournir au préfet, dans les 12 mois suivant la modification de la nomenclature, des indications sur l installation et l activité exercée, sans devoir réaliser un lourd dossier de demande d autorisation. Le préfet ne peut alors pas refuser de délivrer l autorisation. Cependant, le préfet peut toujours exiger à cette occasion ou par la suite, que l exploitant fournisse des éléments de dossier et des études similaires à ceux requis dans un dossier de demande d autorisation. Le préfet peut également prendre un arrêté complémentaire après avis du Comité Départemental d Hygiène (CDH) afin d imposer de nouvelles prescriptions.

4 18 19 Schéma de la procédure d autorisation Dépôt par l exploitant de la demande d autorisation à la préfecture Examen du dossier par l inspection des installations classées Contenu du dossier de déclaration Le dossier de déclaration communiqué à la préfecture doit comprendre : la dénomination, la forme juridique, l adresse et la qualité du signataire, la nature, le volume des activités et les rubriques correspondantes, l emplacement de l installation, le plan de situation du cadastre dans un rayon de 100 mètres, le plan au 1/200 avec l affectation des constructions et terrains avoisinants, points d eau, canaux, cours d eau et égouts, le mode et les conditions d utilisation, d épuration et d évacuation des eaux résiduaires, ainsi que des émanations de toute nature, l élimination des déchets et résidus de l exploitation, les dispositions prévues en cas de sinistre A UTORISATION La procédure d autorisation est plus longue et plus contraignante d un point de vue technique et financier que la procédure de déclaration Procédure L exploitant doit déposer une demande d autorisation à la préfecture ; lorsque le dossier est jugé complet par le préfet (sur avis de la DRIRE) la procédure peut alors être mise en place (se référer au schéma de la procédure). 2 mois 15 jours 1 mois + 15 jours maximum 8 jours 12 jours 15 jours Dossier complet reçu par le préfet Désignation d un commissaire-enquêteur ou d une commisssion d enquête par le président du tribunal administratif Ouverture de l enquête publique Affichage et publication de l avis d enquête Clôture de l enquête publique Le préfet transmet le dossier au président du tribunal administratif Convocation du pétitionnaire par le commissaire-enquêteur Eventuel mémoire en réponse du pétitionnaire Envoi du dossier au préfet Consultation des services administratifs (DDE, DDAF, DIREN, Police des Eaux ) Avis exprimé dans les 45 jours Avis des conseils municipaux Réception du dossier à la préfecture Présentation du rapport au Conseil Départemental d'hygiène INSTALLATIONS CLASSÉES ET PERMIS DE CONSTRUIRE information du pétitionnaire 8 jours avant le CDH Si l installation nécessite un permis de construire, l exploitant est tenu d obtenir les deux autorisations : le permis de construire, et l autorisation d exploiter au titre de la réglementation «Installations classées». La demande de permis de construire doit être accompagnée de la justification de dépôt du dossier de demande d autorisation d exploiter. Réciproquement, la demande d autorisation ne sera instruite qu après présentation de la justification du dépôt de la demande de permis de construire. Le permis de construire ne peut être accordé qu après clôture de l enquête publique. 3 mois Avis du Conseil Départemental d'hygiène Présentation du projet au pétitionnaire Eventuelles observations écrites par le pétitionnaire Arrêté d'autorisation du préfet ou Arrêté motivé de rejet de la demande Le CDH s appelle désormais la Commission Départementale compétente en matière d Environnement de Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST) L enquête publique vise à collecter les avis du public localisé à proximité du futur emplacement de l installation ; cette enquête se fait aux frais de l exploitant. Une enquête administrative est parallèlement menée : en effet, certains services administratifs (DDE, DDAF, DDASS, Sécurité civile, DIREN, Inspection du travail, Services Polices Eaux ) doivent exprimer leur avis sur le dossier à l Inspection des Installations Classées, et ceci dans les 45 jours qui suivent l ouverture de l enquête publique. L avis du conseil municipal doit être également établi au plus tard 15 jours après la clôture du registre d enquête. La procédure d autorisation dure donc en moyenne de 8 mois à un an.

5 Contenu du dossier Le dossier d autorisation doit comprendre les points suivants (prévus précisément aux articles 2 et 3 du décret du 21 septembre 1977) : identité de l exploitant, nature et volume des activités, rubriques de la nomenclature correspondantes, procédés de fabrication, matières utilisées, produits fabriqués, justification du dépôt de la demande de permis de construire, notice de conformité à la réglementation sur l hygiène et la sécurité du personnel capacités techniques et financières, garanties financières (se référer à la fiche repère p.23) pour toute activité susceptible de polluer le sol, emplacement de l installation, plans à différentes échelles (1/2500 et 1/200) avec affectation des bâtiments, points d eau, voies publiques étude d impact (se référer au chapitre p.24), étude de dangers (se référer au chapitre p.26) Prescriptions techniques Contrairement aux prescriptions techniques de la déclaration qui sont standardisées, celles de l autorisation sont élaborées au cas par cas, c est-à-dire qu elles sont propres à chaque installation. Au terme de la procédure de demande d autorisation d exploiter - et dans la mesure où le dossier est jugé recevable le préfet notifie à l entreprise un arrêté préfectoral nominatif. Il existe cependant des arrêtés ministériels qui fixent des dispositions minimales applicables à toutes les ICPE. L arrêté du 2 février dit arrêté intégré - est relatif à ces prescriptions pour un grand nombre d activités industrielles. Cet arrêté comporte plusieurs chapitres relatifs : aux dispositions générales, à la prévention des accidents et des pollutions accidentelles, y compris les eaux pluviales, au prélèvement et à la consommation d eau, au traitement des effluents, aux valeurs limites d émissions, aux conditions de rejets, à la surveillance des émissions, au bilan environnement, à la surveillance des effets sur l environnement, aux modalités d application. LE BILAN DE FONCTIONNEMENT Selon l arrêté du 29 juin 2004, un bilan de fonctionnement doit être élaboré par les exploitants de certaines installations soumises à autorisation (liste annexée à l arrêté précité), tous les dix ans et présenté au préfet. Ce bilan fournit les compléments et les éléments d actualisation depuis la précédente étude d impact. Il comprend une analyse du fonctionnement de l installation (évolution sur dix ans des flux des principaux polluants, résumé des accidents et incidents) ainsi que de la performance des moyens de prévention, des mesures de suppression, limitation ou compensation des inconvénients et enfin les mesures envisagées en cas d arrêt définitif de l installation. Par ailleurs, il compare ces bilans à l évolution des techniques disponibles au cours des dix années Contrôle L inspection des installations classées est chargée de veiller à l application des prescriptions techniques imposées à l installation. Si celles-ci ne sont pas respectées, l exploitant encourt des sanctions administratives et pénales. DÉCLARATION ANNUELLE DES ÉMISSIONS POLLUANTES Selon l arrêté du 27 décembre 2005, les installations soumises à autorisation, dont les émissions dépassent les seuils imposés par les annexes de cet arrêté, sont tenues de déclarer quantitativement leurs émissions de polluants dans l air, l eau, le sol ainsi que leur production de déchets. La collecte de ces données permet de fournir une information au public tant au niveau national qu européen. Cette déclaration, effectuée annuellement par l exploitant auprès du préfet, doit subir un contrôle de cohérence par l inspection des installations classées. Elle remplace : le bilan environnement portant sur les substances toxiques et cancérigènes, les autres déclarations de rejets dans l eau, l air, les sols. Toutefois certaines activités n entrent plus dans le cadre de l arrêté du 2 février 1998 mais sont soumises aux exigences d arrêtés sectoriels. En effet, ces derniers sont progressivement établis et présentent les prescriptions caractéristiques à un type d activité (cimenteries, papeteries, élevages, tours aéro-réfrigérantes, ). A terme, toutes les activités existantes posséderont un arrêté sectoriel qui leur sera spécifique. D une manière générale les prescriptions techniques, dont le but est de garantir la préservation des différents intérêts, imposent, entre autres, les mesures suivantes : la limitation des émissions polluantes en mettant en place des technologies propres, la collecte, le traitement des effluents et des déchets, le contrôle des diverses émissions en fonctionnement normal et après arrêt de certaines machines, la mise en place de mesures assurant l intégration paysagère de l installation. Ces prescriptions techniques qui sont établies en fonction de l étude d impact (voir chapitre p.14), sont définies en tenant compte de trois critères : la réglementation applicable à l échelle nationale, la sensibilité du milieu naturel, les meilleures technologies disponibles à un coût acceptable.

6 22 F I C H E R E P E R E Régime fiscal Tout établissement industriel ou commercial, tout établissement public à caractère industriel ou commercial, et soumis à autorisation est redevable de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP). Cette taxe est définie dans les articles 266 sexies à 266 nonies du Code des douanes. A la délivrance de l autorisation, tout exploitant d une installation classée devra verser la somme suivante : 442,10 pour les artisans n employant pas plus de 2 salariés, 1 067,14 pour les entreprises inscrites au répertoire des métiers, 2 225,76 pour toutes les autres entreprises. Il existe également une taxe liée à l exploitation de certaines installations classées ; il s agit des établissements dont les activités, par leur nature ou leur volume, font courir des risques. Le montant de la taxe correspond au produit d un tarif de base (335,39 ) par un coefficient ; ce dernier qui peut être compris entre 1 et 10 - dépend de la nature et du volume de l activité exercée. La liste des activités concernées, ainsi que les coefficients appliqués sont fournis dans l annexe du décret n du 26 décembre La TGAP est due au 1 er janvier de chaque année, ou après la date de mise en fonctionnement ou de l'exercice d'une nouvelle activité. N.B. : cette dernière taxe annuelle ne concerne pas les entreprises inscrites au répertoire des métiers. L A RÉGLEMENTATION APPLICABLE AUX INSTALLATIONS CLASSÉES OU NON CLASSÉES PEUT SE SCHÉMATISER COMME SUIT : L E S G A R A N T I E S F I N A N C I È R E S A QUI S ADRESSENT- ELLES? Selon l article L du Code de l environnement, les installations de stockage de déchets, les carrières ainsi que les nouvelles installations soumises à servitudes d utilité publique doivent présenter des garanties financières. Ces installations sont tenues d informer le préfet en cas de modification substantielle des capacités techniques et financières (article L du Code de l environnement). S UR QUOI PORTENT- ELLES? Les modalités sont décrites dans les articles 23-2 à 23-7 du décret n du 21 septembre Les garanties financières sont le plus souvent destinées, en cas de défaillance de l exploitant, à : assurer la surveillance du site, maintenir la sécurité de l'installation, assurer les interventions en cas d'accident avant ou après fermeture de l installation, assurer la remise en état du site après exploitation. Elles sont également mises en œuvre par le préfet en cas d insolvabilité de l exploitant qui reste par ailleurs civilement responsable des éventuels préjudices causés à des tiers. Ces garanties ne couvrent pas les indemnisations dues par l'exploitant aux tiers qui pourraient subir un préjudice causé par l'installation. C OMMENT RÉALISER LES GARANTIES FINANCIÈRES? Pour les installations concernées, l exploitant doit présenter dans son dossier d autorisation les modalités envisagées pour la constitution des garanties financières notamment en ce qui concerne leur nature, leur montant mais également les délais de leur constitution. ICPE non ICPE Ces garanties financières sont constituées par l engagement écrit d une banque ou d une société d assurance (ou, pour les installations de stockage de déchets, d un fonds de garantie géré par l ADEME). Soumise à déclaration OU Soumise à autorisation Le montant des garanties est établi d après les indications de l exploitant et est fixé par arrêté préfectoral. Ce montant est réévalué périodiquement. Récépissé de déclaration Arrêté préfectoral (prescriptions spécifiques au site) Arrêté type ou Arrêté ministériel Arrêté du 2 février 1998 (prescriptions nationales) OU Arrêté sectoriel (prescriptions spécifiques à l activité) Règlement sanitaire départemental Schéma récapitulatif des différentes références réglementaires

7 E FFET DE L INSTALLATION SUR L ENVIRONNEMENT ET SUR LA SANTÉ HUMAINE 1 D É F I N I T I O N E T U D E d impact L étude d impact résulte du décret du 12 octobre 1977 ; il s agit d un document technique prenant en compte les conséquences d un projet d ouvrage ou d aménagement sur l environnement. L étude d impact se fait sous la responsabilité de l exploitant. Le décret du 21 septembre 1977, pris pour l application de la législation «Installations classées pour la protection de l environnement», réglemente le contenu des études d impact qui sont relatives à l air, l eau, le sol, le bruit, les déchets, les odeurs, la pollution lumineuse ainsi que l impact sur la santé humaine. 2 P R O J E T S N É C E S S I T A N T U N E É T U D E D I M P A C T Les projets de travaux, d ouvrage ou d aménagement sont soumis à la réalisation d une étude d impact, d après la loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature. Cette étude est obligatoire pour chaque demande d autorisation d exploiter une installation classée. En revanche, certains travaux peuvent être dispensés d une telle procédure. Il s agit : des travaux d entretien et de grosses réparations sur des ouvrages, quelle que soit leur taille, de travaux, sous certaines conditions (seuil financier, travaux de modernisation, taille des travaux), mentionnées dans les annexes I et II du décret du 12 octobre O B J E C T I F S L intérêt d une étude d impact est de prendre conscience à la fois des nuisances existantes avant l installation et de celles qui vont être générées par l activité. Cette prise de conscience se fait tant chez l exploitant qu au niveau des administrations et du public ; l exploitant se doit d apporter la plus grande transparence à ses activités. L étude d impact permet donc de concevoir le projet dans les meilleures conditions conformément au Code de l environnement. De plus, grâce à cette étude, les autorités sont tenues informées de l existence de nouvelles activités et peuvent ainsi prévoir d éventuels contrôles. L étude d impact prévient aussi les autorités des activités à venir, et donc des contrôles à réaliser. L étude d impact doit comporter une analyse sur l origine des inconvénients susceptibles de résulter de l exploitation, sur leur nature et leur gravité ainsi que sur les effets qu ils peuvent engendrer sur la santé humaine. L analyse concerne les effets qu il pourrait y avoir sur l environnement, la faune, la flore, les milieux naturels et les équilibres biologiques, sur la commodité du voisinage (bruits, vibrations, odeurs ), sur l agriculture, l hygiène, la santé, la salubrité et la sécurité publiques, sur la protection des biens, du patrimoine culturel et des éléments du patrimoine archéologique C HOIX DU PROJET Lorsque plusieurs projets ont été envisagés, l étude d impact doit mentionner les raisons qui ont conduit au choix du projet présenté plus qu un autre. Ces choix se font selon des critères techniques, économiques et environnementaux M ESURES COMPENSAT OIRES L exploitant doit présenter les mesures qu il envisage de mettre en place pour réduire, supprimer ou compenser les inconvénients générés par l installation, et en estimer les dépenses correspondantes. Ces mesures sont présentées dans différents chapitres relatifs à l environnement général, l air, les sols, le bruit, les déchets ou encore sur la santé et la salubrité publiques. Le chapitre déchets nécessite une attention particulière. Définition Il s agit d une étude des nuisances, qui ne tient pas compte de leur possible réduction par diverses mesures. Le contenu de l étude déchets, qui s intègre désormais dans l étude d impact est décrit dans la circulaire du 28 décembre Objectif L objectif de cette étude est la réduction et la maîtrise des déchets à la source ; elle contribue également à une meilleure connaissance, pour l industriel, de la dangerosité des déchets qu il génère et des voies de valorisation qui lui sont possibles. Contenu L étude des déchets comporte trois principaux points : une description de la production existante ainsi que de la gestion et l élimination des déchets, une étude technico-économique des solutions alternatives pour diminuer les flux et la nocivité résiduelle des déchets. L évolution des techniques disponibles ainsi que leur coût pour l entreprise doivent être pris en compte, une présentation et une justification des filières retenues pour l élimination des déchets. Ce chapitre précise ainsi les modes de traitement et d élimination externes et internes, ainsi que les stockages intermédiaires. 4 L E C O N T E N U D E L É T U D E 4.1. E T A T INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT L analyse de l état initial du site et de son environnement porte notamment sur les richesses naturelles et les espaces naturels agricoles, forestiers, maritimes ou de loisirs, ainsi que sur les biens matériels et le patrimoine culturel susceptibles d être affectés par le projet. Son objectif est de recenser toutes les nuisances déjà existantes (pollution des eaux, de l air ), les centres de traitement des déchets situés à proximité du lieu de la future installation ou encore les risques présentés par les installations proches C ONDITIONS DE REMISE EN ÉTA T DU SITE L exploitant doit prévoir l état dans lequel sera le site une fois l activité terminée, notamment en ce qui concerne la pollution du sol et des eaux situées à proximité. Ces prévisions permettent d envisager les activités potentiellement réalisables suite à cette activité. Cette prévision est particulièrement importante pour les carrières et les installations de stockage de déchets P ERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES L étude doit mentionner les éventuelles difficultés techniques et scientifiques qui peuvent être rencontrées pour l évaluation des effets de l installation sur l environnement.

8 C O N T E N U D E L É T U D E D E D A N G E R S E T U D E de dangers Comme pour l étude d impact, le contenu de l étude de dangers doit être en relation avec l importance des dangers de l installation et leurs conséquences prévisibles sur l environnement. L étude présente une approche probabiliste (article L du Code de l environnement), elle prend en compte l ensemble des scénarios d accident et les évalue d après trois critères de cotation : la gravité des accidents (proximité ou non du voisinage, etc.), la probabilité d occurrence, la cinétique de l accident si celui-ci se produit. 1 D É F I N I T I O N L étude de dangers _ prévue par l article L du Code de l environnement _ constitue une pièce obligatoire du dossier de demande d autorisation. Cette étude, qui doit être révisée tous les cinq ans pour les établissements soumis à autorisation avec servitude (AS) et réalisée sous la responsabilité de l exploitant, doit : exposer les dangers de l installation classée en cas d accident : scénarios d accidents aux origines internes (problèmes électriques ) ou externes (foudres ), nature et extension des conséquences de l accident, sa cinétique ou sa probabilité, justifier les mesures propres à réduire la probabilité et les effets d'un accident (moyens de secours privés, publics ou interentreprises). 2 O B J E C T I F S Au moment de l instruction du dossier, l étude de dangers apporte l ensemble des éléments utiles à l instruction du dossier, à savoir : l information du public, à travers l enquête publique, l avis de la DRIRE et des autres services administratifs potentiellement concernés (protection civile, pompiers, etc.), la délibération du Comité départemental d hygiène. Par la suite, son contenu a pour objectif : de constituer une réflexion interne sur la sécurité de l'usine et d en assurer l amélioration, Elle contient les parties suivantes : Présentation générale de l étude associée à un résumé Description de l environnement Conditions naturelles (climat, hydrographie, topographie, géologie) Proximités dangereuses (autres installations ) Intérêts à protéger (habitat, points d eau ) Description de l installation Procédé et fonctionnement Description (implantation, utilisation de la production ) Fonctionnement de l installation (circulation des matières, réactions chimiques, schémas de régulation) Produits et déchets (stockage, flux ) Eléments dangereux (cuvettes de rétention, barrages ) Analyse des risques Classification des accidents selon leur nature Estimation des évènements Classification des accidents par leur cause immédiate Conséquences possibles pour l environnement (prendre en compte les conditions naturelles) Justification des mesures retenues Justification du procédé Justification des mesures particulières prises (nature des constructions, volume de stockage, programme d entretien, examens périodiques ) Système de management de la sécurité Méthode et moyens d intervention en cas d accident Mesures particulières Moyens Traitement de l alerte Plan d intervention Information des riverains Source : DRIRE Lorraine d être un instrument de dialogue entre l'administration _ en particulier la DRIRE _ et l'industriel, d être un outil pour la mise au point des systèmes de sûreté pour la réduction du risque à la source ainsi que pour l'élaboration des plans d'urgence : Plan d'opération Interne (POI) et Plan Particulier d'intervention (PPI) (se référer au chapitre 7 sur les risques industriels), de décrire tous les scénarios d'accidents pouvant survenir dans l'installation, sans écarter ceux qui ont de faibles probabilités de se produire. Ces scénarios permettent d établir les distances d éloignement, c est-à-dire le périmètre minimum nécessaire autour de l installation pour assurer la sécurité des populations. N OTA Lorsqu elle concerne un établissement «SEVESO seuil haut» ou pour être plus précis un établissement soumis à autorisation avec servitude, l étude de dangers est complétée par (arrêté du 10 mai 2000) : un document présentant de façon approfondie les mesures d ordre technique propres à réduire la probabilité et les effets des accidents majeurs, ainsi que les mesures d organisation et de gestion pour la prévention des accidents et la réduction de leurs effets, un document décrivant la politique de prévention des accidents majeurs, un document décrivant de manière synthétique le Système de Gestion de la Sécurité.

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Réglementation ICPE Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Législation applicable En France, 500 000 établissements relèvent actuellement de la législation

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.E) Historique Réglementation générale Contenu dudossier Le commissaire enquêteur Suite et fin de l enquête publique Historique

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE)

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) N 26 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 février 2015 ISSN 1769-4000 L essentiel STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES : NOUVEAU CADRE JURIDIQUE Les Installations de Stockage

Plus en détail

REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015

REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015 REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015 LES RUBRIQUES 4000 À qui s adresse cette plaquette? À toute ICPE susceptible d utiliser, fabriquer ou stocker des produits dangereux ( substances, mélanges ou déchets

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

AVIS AU LECTEUR. DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Janvier 2014. AVIS AU LECTEUR Version 2

AVIS AU LECTEUR. DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Janvier 2014. AVIS AU LECTEUR Version 2 AVIS AU LECTEUR 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 Pourquoi un résumé non technique? Afin de faciliter la prise de connaissance par le public des informations contenues dans le dossier, la

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Service protection de l'environnement GRENOBLE, LE 26 JUIN 2012 AFFAIRE SUIVIE PAR : Michelle LEDROLE : 04.56.59.49.61 : 04.56.59.49.96 ARRETE

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Les installations de stockage de déchets inertes ISDI 1 er et 2 décembre 2014 DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Références règlementaires : Directive

Plus en détail

Droits et Devoirs des différents acteurs

Droits et Devoirs des différents acteurs Droits et Devoirs des différents acteurs Mardi 28 Mai 2013 Centre technique municipal de Besançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Ce que dit la réglementation

Plus en détail

Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012

Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012 Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012 Veille réglementaire ICPE Points à aborder Nouveaux décrets EI/EP et changement de procédure DDAE : Étude d'impact et Enquête publique Décret CSS et modification

Plus en détail

ANIMAUX SAUVAGES EN CAPTIVITE

ANIMAUX SAUVAGES EN CAPTIVITE ANIMAUX SAUVAGES EN CAPTIVITE (fiche MEDD) La détention d animaux sauvages en captivité est régie par le code de l environnement. Toute personne détenant un animal d espèce non domestique à titre individuel

Plus en détail

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction Planification opérationnelle Introduction Objectifs A la fin de la séquence, le stagiaire sera capable de se positionner dans l ensemble de la planification opérationnelle. 1. Introduction : Feyzin FEYZIN

Plus en détail

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE)

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) Afin de faciliter la lecture, les références aux textes législatifs mentionnent simultanément l article concerné dans le Code

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS D URBANISME L objet de cette fiche est d apporter des éléments méthodologiques afin d aider à la prise en compte du thème considéré dans la planification

Plus en détail

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine LE RISQUE INDUSTRIEL Le risque industriel se caractérise par un accident se produisant sur un site industriel et pouvant entraîner des conséquences graves pour le personnel, la population, les biens ou

Plus en détail

Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI

Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI Pôle PME - Zones d activités Réunion d information Les obligations règlementaires en matière d environnement pour les PME / PMI Jeudi 12 mai 2011 En partenariat avec Avec le soutien DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENT

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

3. Point sur la réglementation ICPE :

3. Point sur la réglementation ICPE : 3. Point sur la réglementation ICPE : Quelques évolutions du cadre réglementaire ICPE pour les industries du bois Vincent QUINT Mail : vincent.quint@fcba.fr Tel : 01.40.19.48.25 FCBA Institut technologique

Plus en détail

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement JOURNEE ASCOMADE Raccordement des entreprises à un réseau public d assainissement Vendredi 28 mars 2008 ELIMINATION DES EFFLUENTS INDUSTRIELS Traitement par une station d épuration interne Prétraitement

Plus en détail

Le rôle du maître d ouvrage.

Le rôle du maître d ouvrage. Le rôle du maître d ouvrage. Le maître d ouvrage peut être défini comme la personne morale ou physique pour laquelle l ouvrage est construit, il en est le responsable principal et, en tant que tel, est

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Sur proposition du Ministre de l environnement et du développement durable,

Sur proposition du Ministre de l environnement et du développement durable, Décret n 2005-1991 Du 11 juillet 2005, relatif à l étude d impact sur l environnement et fixant les catégories d unités soumises à l étude d impact sur l environnement et les catégories d unités soumises

Plus en détail

SPANC de la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe

SPANC de la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe SPANC de la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe Rapport Annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif Année 2012-1 - SOMMAIRE Préambule p.3 I. La vie du service

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉCLARATION. Rubrique 2345 «Nettoyage à sec»

FORMULAIRE DE DÉCLARATION. Rubrique 2345 «Nettoyage à sec» DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMENAGEMENT ET DU LOGEMENT DE LA GUADELOUPE Service Risques, Énergie, Déchets Pôle Risques Technologiques (ICPE) FORMULAIRE DE DÉCLARATION AU TITRE DES INSTALLATIONS

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

http://www.conservation-nature.fr/article3.php?id=175

http://www.conservation-nature.fr/article3.php?id=175 Page 1 sur 5 Rechercher Accueil Actualités Biodiversité Menaces Conservation Expertises Photographies Veille règlementaire Quizz Contact Vous êtes ici : > Accueil > Conservation > > Détention d'espèces

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 34 du 10 juillet 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 1

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 34 du 10 juillet 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 1 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 34 du 10 juillet 2014 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 1 ARRÊTÉ de prescription du plan de prévention des risques technologiques du site

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Réunion d information préalable du public. Exploitation d un circuit de karting à Amay

Réunion d information préalable du public. Exploitation d un circuit de karting à Amay Réunion d information préalable du public Exploitation d un circuit de karting à Amay 14 juillet 2015 Contenu de la réunion Présidence de la réunion par la commune 1. Présentation des différents intervenants

Plus en détail

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise Table des matières Préface Avant-propos PREMIERE PARTIE Le diagnostic des risques environnementaux Introduction _ Les risques industriels,

Plus en détail

Le système de garanties financières pour les ICPE. Point sur la réglementation

Le système de garanties financières pour les ICPE. Point sur la réglementation Le système de garanties financières pour les ICPE Point sur la réglementation -- Réunion d information CCI Franche-Comté Mardi 8 octobre 2013 Système pré 1 er juillet 2012 Mise en activité des installations

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 6 ARRÊTÉ N 1733/DEF/SGA/DMPA/SDIE/BENV portant approbation du plan de prévention

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE. Modification simplifiée

MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE. Modification simplifiée MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE Modification simplifiée Adresse postale : Direction Départementale des Territoires du Loir-et-Cher 17, quai de l'abbé Grégoire 41012

Plus en détail

Vu le code du travail, notamment le titre V du livre IV de sa quatrième partie ;

Vu le code du travail, notamment le titre V du livre IV de sa quatrième partie ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n o 2015-DC-0508 de l Autorité de sûreté nucléaire du 21 avril 2015 relative à l étude sur la gestion des déchets et au bilan des déchets produits dans les installations nucléaires

Plus en détail

CARGILL. CARGILL Port de commerce 29200 BREST

CARGILL. CARGILL Port de commerce 29200 BREST MAITRISE DES RISQUES ETABLISSEMENT CARGILL Plaquette d information «Les citoyens ont un droit à l information sur les risques majeurs auxquels ils sont soumis dans certaines zones du territoire et sur

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Densité d établissements industriels à risque

Densité d établissements industriels à risque Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques, technologiques et naturels Densité d établissements industriels à risque par

Plus en détail

APPLICATION DE LA MODIFICATION DE LA DIRECTIVE SEVESO II

APPLICATION DE LA MODIFICATION DE LA DIRECTIVE SEVESO II INDUSTRIE CONSEIL ENVIRONNEMENT Etudes Conseils Ingénierie en environnement et risques industriels Votre partenaire dans les domaines de l environnement et des risques industriels APPLICATION DE LA MODIFICATION

Plus en détail

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Françoise Labrousse, Avocat au barreau de Paris (flabrousse@jonesday.com) Mathieu

Plus en détail

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans Sécurité Livre de paie (applicable jusqu au 31/07/1998) art. L. 143-5). Déclarations préalables à l embauche L. 320). Relevé mensuel des contrats de travail art. R. 320-1-1). Tous documents, en général,

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ INDUSTRIELLE DANS LES PROJETS DE CONSTRUCTION D USINES DE TRAITEMENT DES EAUX DANS LE CADRE DES MARCHÉS PUBLICS

PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ INDUSTRIELLE DANS LES PROJETS DE CONSTRUCTION D USINES DE TRAITEMENT DES EAUX DANS LE CADRE DES MARCHÉS PUBLICS PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ INDUSTRIELLE DANS LES PROJETS DE CONSTRUCTION D USINES DE TRAITEMENT DES EAUX DANS LE CADRE DES MARCHÉS PUBLICS 1 e édition - novembre 2014 Les traiteurs d eau regroupés

Plus en détail

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS)

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) Dernière révision du document : juillet 2012 QUAND ET COMMENT DÉPOSER LE DOSSIER AUPRÈS DE L'ADMINISTRATION? Le projet d assainissement est à envoyer

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (Décret du 5 Novembre 2001) LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS PROLEGIS est une société de Conseil en entreprises. Notre

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS DDT du Lot NOTICE DE RENSEIGNEMENTS DOSSIER DE DÉCLARATION D EXPLOITATION D UNE INSTALLATION CLASSÉE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Page 1 sur 10 DDT du Lot SOMMAIRE 1. PRESENTATION 2. EMPLACEMENT

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement

DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement Service des Risques Technologiques et Environnement Industriel Division Prévention des Impacts sur la Santé et

Plus en détail

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons :

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons : *09012FF580E1 9135* Référence : 80dxcccc5 Objet : Avant-projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal du 17 décembre 2010 déterminant la procédure de déclaration des accidents et précisant

Plus en détail

nouvelle réglementation 2013

nouvelle réglementation 2013 Pressing : nouvelle réglementation 2013 SOURCES D INFORMATION Nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement Arrêté du 5 décembre 2012 modifiant l arrêté du 31 août 2009

Plus en détail

car elle conditionne la détermination de la catégorie du futur ERP qu une autorisation complémentaire au titre de l article

car elle conditionne la détermination de la catégorie du futur ERP qu une autorisation complémentaire au titre de l article Service urbanisme opérationnel Unité pilotage, expertise, conseil, animation en ADS et publicité 01 60 32 13 34 C Permis 77 Etablissement Recevant du Public n 19 Etablissement recevant du public dans le

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Management Environnemental de Chantier Vers une certification ISO 14001 du chantier de la déviation de Pézenas

Management Environnemental de Chantier Vers une certification ISO 14001 du chantier de la déviation de Pézenas Management Environnemental de Chantier Vers une certification ISO 14001 du chantier de la déviation de Pézenas www.dirmed.fr A la source Politique ministérielle Lois Grenelle Généraliser à toutes nos productions

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS MonsieurleProcureurdelaRépublique TribunaldeGrandeInstancedeMontauban Placeducoq 82000MONTAUBAN Paris,le20octobre2010 LR+AR

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Inspection en hygiène et sécurité

Inspection en hygiène et sécurité Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique erritoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex él. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 09/2013 Cl. C44

Plus en détail

L inspection des installations classées

L inspection des installations classées L inspection des installations classées Une mission de police environnementale auprès des établissements industriels et agricoles Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CARACTERISTIQUES EXIGEES ET MOYENS MIS EN OEUVRE

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CARACTERISTIQUES EXIGEES ET MOYENS MIS EN OEUVRE GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE CONTEXTE 3-1- Caractéristiques de l'activité transfert 3-1-1 L'activité transfert

Plus en détail

Publics concernés : Entreprises, Préfets, DREAL, DRIEE, DEAL

Publics concernés : Entreprises, Préfets, DREAL, DRIEE, DEAL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l'énergie Arrêté du [ ] encadrant la constitution de garanties financières par le biais d un fonds de garantie privé prévue

Plus en détail

Commission de suivi de site

Commission de suivi de site Communauté d'agglomération de Montpellier Installation de stockage de déchets Castries Commission de suivi de site Présentation de l'inspection des installations classées 16 octobre 2014 1 Instruction

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Règlement du Service d Assainissement Collectif

Règlement du Service d Assainissement Collectif Règlement du Service d Assainissement Collectif Article 1. Objet du règlement Le présent règlement a pour objet de présenter les modalités et les conditions d utilisation et de gestion du réseau d assainissement

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture.

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture. Propositions pour la création d un PC simplifié Le permis de construire simplifié (PCS) Cette autorisation d urbanisme ne concernera que le marché des particuliers (locaux à usage d habitation exclusivement)

Plus en détail

Outils d accompagnement au management environnemental à destination des TPE et PME. Guide d utilisation. Décembre 2014

Outils d accompagnement au management environnemental à destination des TPE et PME. Guide d utilisation. Décembre 2014 Outils d accompagnement au management environnemental à destination des TPE et PME Guide d utilisation Décembre 2014 Sommaire 1. Pourquoi mettre en place un système de management environnemental d entreprise?

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

REGLEMENTATION BLANCHISSERIE

REGLEMENTATION BLANCHISSERIE NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2008 SERVICE ENVIRONNEMENT REGLEMENTATION BLANCHISSERIE Rédacteur : A.CHEVILLARD Approbateur : D. GOUTTEBEL Date : 25/03/08 Définition : Les blanchisseries et laveries

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination?

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? La transformation d un garage attenant à une habitation ne constitue pas un changement de destination en vertu

Plus en détail

L INSPECTION DES INSTALLATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Présentation : Léon KOUA K. Juillet 2010 1

L INSPECTION DES INSTALLATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Présentation : Léon KOUA K. Juillet 2010 1 L INSPECTION DES INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Présentation : Léon KOUA K. Juillet 2010 1 I ORGANISATION Historique de l Inspection des ICPE Pé Présentation ti Missions Objectifs

Plus en détail

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 17/07/2015 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1?

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1? Les travaux Il est important de rappeler que la nature des nuisances liées aux travaux du projet sera précisée dans l étude d impact produite en vue de l enquête publique, dans une phase d études ultérieures

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CADRE LÉGISLATIF DOCUMENT N 1 DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N1.indd 1 21/11/2014 10:49 OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR Article L4121-1du code du travail

Plus en détail