DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE"

Transcription

1 12 13 I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P ROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) 1.RÉGLEMENTATION 2.OBJECTIFS 3.LES PRINCIPES 3.1. LES ACTEURS 3.2. DÉCLARATION PROCÉDURE CONTENU DU DOSSIER 3.3. AUTORISATION PROCÉDURE CONTENU DU DOSSIER PRESCRIPTIONS TECHNIQUES CONTRÔLE L A LÉGISLATION DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE RÉGIME FISCAL L ENVIRONNEMENT ICPE E TUDE D IMPACT 1. D ÉFINITION 2.PROJETS NÉCESSITANT UNE ÉTUDE D IMPACT 3.OBJECTIFS 4.CONTENU DE L ÉTUDE 4.1. ANALYSE DE L ÉTAT INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT 4.2. EFFETS DE L INSTALLATION SUR L ENVIRONNEMENT ET SUR LA SANTÉ HUMAINE 4.3. CHOIX DU PROJET 4.4. LES MESURES COMPENSATOIRES LES DÉCHETS : DÉFINITION, OBJECTIFS, CONTENU 4.5. CONDITIONS DE REMISE EN ÉTAT DU SITE 4.6. PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES E TUDE DE DANGERS 1.DÉFINITION 2.OBJECTIFS 3.CONTENU DE L ÉTUDE DE DANGERS

2 14 15 Installations classées P O U R L A P R O T E C T I O N D E L E N V I R O N N E M E N T ICPE 1 R É G L E M E N T A T I O N EN FRANCE LA LÉGISLATION DES INSTALLATIONS CLASSÉES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) ORGANISE LE CONTRÔLE DES ACTIVITÉS POLLUANTES ET DANGEREUSES, ET ASSURE AINSI LA PRÉVENTION DES NUISANCES INDUSTRIELLES. L activité industrielle est susceptible de générer des dangers aussi bien pour l Homme que pour son environnement ; par conséquent il a été nécessaire de mettre en place un cadre légal afin de connaître et prévenir les pollutions et les risques de ces activités. L ARCHÉOLOGIE PRÉVENTIVE La construction de telles installations nécessite une étude archéologique préalable. En effet, selon la loi du 17 janvier 2001 et son décret d application du 16 janvier 2002, toutes opérations d aménagement, de constructions d ouvrages ou de travaux qui sont susceptibles d affecter des éléments du patrimoine archéologique, ne peuvent être réalisés qu après accomplissement des mesures de détection. Cette loi sur l archéologie préventive a pour but d assurer à terre et sous les eaux, la détection, la conservation ou la sauvegarde - par l étude scientifique - des éléments du patrimoine archéologique affectés ou susceptibles d être affectés par les travaux publics ou privés encourant à l aménagement. Ceci s applique notamment aux travaux ou installations nécessitant une étude d impact sur l environnement. La préservation des intérêts précédemment cités est assurée par deux grands principes : nécessité d informer les pouvoirs publics avant la mise en place de l installation, qui sera soumise à autorisation ou à déclaration en fonction des dangers potentiels qu elle engendre, obligation pour l exploitant de respecter les prescriptions techniques imposées par le préfet ; ces prescriptions visent à assurer au mieux la protection de l environnement. Le livre V du Code de l environnement (articles L à L.517-2) est la référence actuelle de la réglementation des installations classées. Une Installation Classée pour la Protection de l Environnement (ICPE) est une installation (usine, ateliers, dépôts, chantiers, carrières, chaudière, machine ) exerçant une activité susceptible d engendrer un risque et de porter atteinte à la protection de l environnement. Les installations soumises à cette réglementation sont classées dans une nomenclature répertoriant les substances stockées, employées et préparées, en fonction de leur propriété (toxique, inflammable, comburante ), ainsi que les catégories d activités (travail du bois, traitement de surface, laminage, etc.) ; cette nomenclature les soumet soit à un régime d autorisation, soit à un régime de déclaration (se référer au 3. Les Principes). Lorsqu une installation n est soumise ni à déclaration ni à autorisation, elle n est pas une installation classée. Elle doit toutefois respecter le Règlement Sanitaire Départemental préparé par les services de la DDASS. 2 O B J E C T I F S Les objectifs de la législation des ICPE sont de permettre l exercice de toute activité industrielle, tout en assurant la sécurité et la santé des Hommes ainsi que la sauvegarde de nombreux intérêts : la commodité du voisinage, les santé, sécurité et salubrité publiques, l agriculture, la protection de la nature et de l environnement, la conservation des sites, monuments et éléments du patrimoine archéologique (se référer ci-contre). L ES SERVITUDES D UTILITÉ PUBLIQUE Les servitudes d utilité publique constituent une charge existant de plein droit sur les bâtiments et les terrains. Selon les articles L et L du Code de l environnement ces servitudes peuvent être instituées pour les installations soumises à autorisation avec servitude (AS), qui correspondent quasi parfaitement à la définition des installations répondant à la directive SEVESO seuil haut ; il s agit des installations susceptibles de créer des risques pour la santé humaine et pour l environnement, soit par explosion soit par émanation de produits toxiques. Sont concernées : les installations AS s implantant sur un site nouveau, les installations AS nouvelles s installant sur un site existant, les installations AS existantes dont les modifications entraînent la nécessité d une demande d autorisation. Les servitudes sont définies à l intérieur d un périmètre délimité autour de l installation, et ont pour but : de limiter voire interdire l implantation de constructions à proximité des installations présentant un risque, de limiter le danger d exposition aux explosions et aux produits toxiques, en assurant le respect des prescriptions techniques lors de la demande d autorisation de construire. Nota. : les préjudices directs ou matériels, résultant de la servitude, donnent lieu, en règle générale, à une indemnisation des personnes qui les subissent.

3 16 17 S TRUCTURE D UN ARRÊTÉ TYPE Les arrêtés types sont généralement tous structurés de manière identique à l aide d annexes présentant par exemple les points suivants : les dispositions générales, l implantation et l aménagement de l installation, l exploitation et l entretien, les risques liés à l activité, l eau, l air et les odeurs, les déchets, le bruit et les vibrations, la remise en état en fin d exploitation, les méthodes de mesure des vibrations, les seuils en éléments traces métalliques et en substances organiques, les dispositions applicables aux installations existantes et calendrier d entrée en application de l arrêté. 3 L E S P R I N C I P E S La nomenclature des ICPE permet à l exploitant de déterminer le régime auquel il est soumis - déclaration (D), autorisation (A), ou autorisation avec servitude (AS) - en fonction du volume de ses activités et des quantités de produits stockés, employés et préparés L ES A CTEURS Le préfet et la DRIRE sont les deux principaux acteurs intervenant dans la législation des ICPE : Le préfet est le seul à pouvoir délivrer une autorisation d exploiter ou à recevoir une déclaration, dans le cas où l activité industrielle présente moins de nuisances. La DRIRE est chargée de l inspection des installations classées ; elle a pour mission : de vérifier la pertinence du dossier qui a été adressé au préfet, de formuler un avis sur l opportunité de délivrer l autorisation, et en cas de réponse positive, rédiger les prescriptions du projet d arrêté préfectoral d autorisation, d assurer le suivi et le contrôle de ces prescriptions, ainsi que des prescriptions nationales (arrêtés ministériels, etc.) D ÉCLARATION La déclaration concerne les activités dont les émissions polluantes et les risques de danger sont moindres Procédure L exploitant doit adresser à la préfecture une déclaration avant la mise en service de son installation ; le préfet donne alors récépissé de cette déclaration, puis communique à l exploitant une copie des prescriptions générales applicables à son activité. Elles sont déclinées dans des arrêtés types préfectoraux ou arrêtés ministériels. Le préfet peut toutefois (mais c est extrêmement rare) ajouter des prescriptions individuelles propres à l exploitant, s il juge que les prescriptions générales ne sont pas suffisantes dans le cas précis. On y trouve plus rarement : les valeurs limites de vitesse particulaire, la classification des constructions, la caractérisation d entrée en application de l arrêté. La DRIRE est chargée de l inspection des installations soumises à déclaration, mais ces contrôles sont souvent moins fréquents que pour les installations soumises à autorisation, puisque les enjeux sont plus faibles. Cependant l exploitant est tenu de signaler au préfet toute modification de l activité, et de veiller à l évolution de la réglementation. En effet une entreprise soumise à déclaration peut passer sous le régime de l autorisation s il y a accroissement de son activité ou encore modification des seuils réglementaires. D ROIT D ANTÉRIORITÉ La nomenclature des ICPE est amenée à être modifiée dans le temps : Une installation initialement non classée peut alors se trouver soumise à un régime de déclaration ; dans ce cas l exploitant bénéficie du droit d antériorité, c est-à-dire qu il lui suffit de signaler ses activités au préfet, ceci dans l année suivant la modification de la nomenclature. Une installation non classée ou soumise à déclaration peut passer sous le régime de l autorisation suite à ces changements réglementaires : là encore l exploitant possède un droit d antériorité, dans la mesure où il a dûment déclaré son activité. Il doit alors fournir au préfet, dans les 12 mois suivant la modification de la nomenclature, des indications sur l installation et l activité exercée, sans devoir réaliser un lourd dossier de demande d autorisation. Le préfet ne peut alors pas refuser de délivrer l autorisation. Cependant, le préfet peut toujours exiger à cette occasion ou par la suite, que l exploitant fournisse des éléments de dossier et des études similaires à ceux requis dans un dossier de demande d autorisation. Le préfet peut également prendre un arrêté complémentaire après avis du Comité Départemental d Hygiène (CDH) afin d imposer de nouvelles prescriptions.

4 18 19 Schéma de la procédure d autorisation Dépôt par l exploitant de la demande d autorisation à la préfecture Examen du dossier par l inspection des installations classées Contenu du dossier de déclaration Le dossier de déclaration communiqué à la préfecture doit comprendre : la dénomination, la forme juridique, l adresse et la qualité du signataire, la nature, le volume des activités et les rubriques correspondantes, l emplacement de l installation, le plan de situation du cadastre dans un rayon de 100 mètres, le plan au 1/200 avec l affectation des constructions et terrains avoisinants, points d eau, canaux, cours d eau et égouts, le mode et les conditions d utilisation, d épuration et d évacuation des eaux résiduaires, ainsi que des émanations de toute nature, l élimination des déchets et résidus de l exploitation, les dispositions prévues en cas de sinistre A UTORISATION La procédure d autorisation est plus longue et plus contraignante d un point de vue technique et financier que la procédure de déclaration Procédure L exploitant doit déposer une demande d autorisation à la préfecture ; lorsque le dossier est jugé complet par le préfet (sur avis de la DRIRE) la procédure peut alors être mise en place (se référer au schéma de la procédure). 2 mois 15 jours 1 mois + 15 jours maximum 8 jours 12 jours 15 jours Dossier complet reçu par le préfet Désignation d un commissaire-enquêteur ou d une commisssion d enquête par le président du tribunal administratif Ouverture de l enquête publique Affichage et publication de l avis d enquête Clôture de l enquête publique Le préfet transmet le dossier au président du tribunal administratif Convocation du pétitionnaire par le commissaire-enquêteur Eventuel mémoire en réponse du pétitionnaire Envoi du dossier au préfet Consultation des services administratifs (DDE, DDAF, DIREN, Police des Eaux ) Avis exprimé dans les 45 jours Avis des conseils municipaux Réception du dossier à la préfecture Présentation du rapport au Conseil Départemental d'hygiène INSTALLATIONS CLASSÉES ET PERMIS DE CONSTRUIRE information du pétitionnaire 8 jours avant le CDH Si l installation nécessite un permis de construire, l exploitant est tenu d obtenir les deux autorisations : le permis de construire, et l autorisation d exploiter au titre de la réglementation «Installations classées». La demande de permis de construire doit être accompagnée de la justification de dépôt du dossier de demande d autorisation d exploiter. Réciproquement, la demande d autorisation ne sera instruite qu après présentation de la justification du dépôt de la demande de permis de construire. Le permis de construire ne peut être accordé qu après clôture de l enquête publique. 3 mois Avis du Conseil Départemental d'hygiène Présentation du projet au pétitionnaire Eventuelles observations écrites par le pétitionnaire Arrêté d'autorisation du préfet ou Arrêté motivé de rejet de la demande Le CDH s appelle désormais la Commission Départementale compétente en matière d Environnement de Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST) L enquête publique vise à collecter les avis du public localisé à proximité du futur emplacement de l installation ; cette enquête se fait aux frais de l exploitant. Une enquête administrative est parallèlement menée : en effet, certains services administratifs (DDE, DDAF, DDASS, Sécurité civile, DIREN, Inspection du travail, Services Polices Eaux ) doivent exprimer leur avis sur le dossier à l Inspection des Installations Classées, et ceci dans les 45 jours qui suivent l ouverture de l enquête publique. L avis du conseil municipal doit être également établi au plus tard 15 jours après la clôture du registre d enquête. La procédure d autorisation dure donc en moyenne de 8 mois à un an.

5 Contenu du dossier Le dossier d autorisation doit comprendre les points suivants (prévus précisément aux articles 2 et 3 du décret du 21 septembre 1977) : identité de l exploitant, nature et volume des activités, rubriques de la nomenclature correspondantes, procédés de fabrication, matières utilisées, produits fabriqués, justification du dépôt de la demande de permis de construire, notice de conformité à la réglementation sur l hygiène et la sécurité du personnel capacités techniques et financières, garanties financières (se référer à la fiche repère p.23) pour toute activité susceptible de polluer le sol, emplacement de l installation, plans à différentes échelles (1/2500 et 1/200) avec affectation des bâtiments, points d eau, voies publiques étude d impact (se référer au chapitre p.24), étude de dangers (se référer au chapitre p.26) Prescriptions techniques Contrairement aux prescriptions techniques de la déclaration qui sont standardisées, celles de l autorisation sont élaborées au cas par cas, c est-à-dire qu elles sont propres à chaque installation. Au terme de la procédure de demande d autorisation d exploiter - et dans la mesure où le dossier est jugé recevable le préfet notifie à l entreprise un arrêté préfectoral nominatif. Il existe cependant des arrêtés ministériels qui fixent des dispositions minimales applicables à toutes les ICPE. L arrêté du 2 février dit arrêté intégré - est relatif à ces prescriptions pour un grand nombre d activités industrielles. Cet arrêté comporte plusieurs chapitres relatifs : aux dispositions générales, à la prévention des accidents et des pollutions accidentelles, y compris les eaux pluviales, au prélèvement et à la consommation d eau, au traitement des effluents, aux valeurs limites d émissions, aux conditions de rejets, à la surveillance des émissions, au bilan environnement, à la surveillance des effets sur l environnement, aux modalités d application. LE BILAN DE FONCTIONNEMENT Selon l arrêté du 29 juin 2004, un bilan de fonctionnement doit être élaboré par les exploitants de certaines installations soumises à autorisation (liste annexée à l arrêté précité), tous les dix ans et présenté au préfet. Ce bilan fournit les compléments et les éléments d actualisation depuis la précédente étude d impact. Il comprend une analyse du fonctionnement de l installation (évolution sur dix ans des flux des principaux polluants, résumé des accidents et incidents) ainsi que de la performance des moyens de prévention, des mesures de suppression, limitation ou compensation des inconvénients et enfin les mesures envisagées en cas d arrêt définitif de l installation. Par ailleurs, il compare ces bilans à l évolution des techniques disponibles au cours des dix années Contrôle L inspection des installations classées est chargée de veiller à l application des prescriptions techniques imposées à l installation. Si celles-ci ne sont pas respectées, l exploitant encourt des sanctions administratives et pénales. DÉCLARATION ANNUELLE DES ÉMISSIONS POLLUANTES Selon l arrêté du 27 décembre 2005, les installations soumises à autorisation, dont les émissions dépassent les seuils imposés par les annexes de cet arrêté, sont tenues de déclarer quantitativement leurs émissions de polluants dans l air, l eau, le sol ainsi que leur production de déchets. La collecte de ces données permet de fournir une information au public tant au niveau national qu européen. Cette déclaration, effectuée annuellement par l exploitant auprès du préfet, doit subir un contrôle de cohérence par l inspection des installations classées. Elle remplace : le bilan environnement portant sur les substances toxiques et cancérigènes, les autres déclarations de rejets dans l eau, l air, les sols. Toutefois certaines activités n entrent plus dans le cadre de l arrêté du 2 février 1998 mais sont soumises aux exigences d arrêtés sectoriels. En effet, ces derniers sont progressivement établis et présentent les prescriptions caractéristiques à un type d activité (cimenteries, papeteries, élevages, tours aéro-réfrigérantes, ). A terme, toutes les activités existantes posséderont un arrêté sectoriel qui leur sera spécifique. D une manière générale les prescriptions techniques, dont le but est de garantir la préservation des différents intérêts, imposent, entre autres, les mesures suivantes : la limitation des émissions polluantes en mettant en place des technologies propres, la collecte, le traitement des effluents et des déchets, le contrôle des diverses émissions en fonctionnement normal et après arrêt de certaines machines, la mise en place de mesures assurant l intégration paysagère de l installation. Ces prescriptions techniques qui sont établies en fonction de l étude d impact (voir chapitre p.14), sont définies en tenant compte de trois critères : la réglementation applicable à l échelle nationale, la sensibilité du milieu naturel, les meilleures technologies disponibles à un coût acceptable.

6 22 F I C H E R E P E R E Régime fiscal Tout établissement industriel ou commercial, tout établissement public à caractère industriel ou commercial, et soumis à autorisation est redevable de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP). Cette taxe est définie dans les articles 266 sexies à 266 nonies du Code des douanes. A la délivrance de l autorisation, tout exploitant d une installation classée devra verser la somme suivante : 442,10 pour les artisans n employant pas plus de 2 salariés, 1 067,14 pour les entreprises inscrites au répertoire des métiers, 2 225,76 pour toutes les autres entreprises. Il existe également une taxe liée à l exploitation de certaines installations classées ; il s agit des établissements dont les activités, par leur nature ou leur volume, font courir des risques. Le montant de la taxe correspond au produit d un tarif de base (335,39 ) par un coefficient ; ce dernier qui peut être compris entre 1 et 10 - dépend de la nature et du volume de l activité exercée. La liste des activités concernées, ainsi que les coefficients appliqués sont fournis dans l annexe du décret n du 26 décembre La TGAP est due au 1 er janvier de chaque année, ou après la date de mise en fonctionnement ou de l'exercice d'une nouvelle activité. N.B. : cette dernière taxe annuelle ne concerne pas les entreprises inscrites au répertoire des métiers. L A RÉGLEMENTATION APPLICABLE AUX INSTALLATIONS CLASSÉES OU NON CLASSÉES PEUT SE SCHÉMATISER COMME SUIT : L E S G A R A N T I E S F I N A N C I È R E S A QUI S ADRESSENT- ELLES? Selon l article L du Code de l environnement, les installations de stockage de déchets, les carrières ainsi que les nouvelles installations soumises à servitudes d utilité publique doivent présenter des garanties financières. Ces installations sont tenues d informer le préfet en cas de modification substantielle des capacités techniques et financières (article L du Code de l environnement). S UR QUOI PORTENT- ELLES? Les modalités sont décrites dans les articles 23-2 à 23-7 du décret n du 21 septembre Les garanties financières sont le plus souvent destinées, en cas de défaillance de l exploitant, à : assurer la surveillance du site, maintenir la sécurité de l'installation, assurer les interventions en cas d'accident avant ou après fermeture de l installation, assurer la remise en état du site après exploitation. Elles sont également mises en œuvre par le préfet en cas d insolvabilité de l exploitant qui reste par ailleurs civilement responsable des éventuels préjudices causés à des tiers. Ces garanties ne couvrent pas les indemnisations dues par l'exploitant aux tiers qui pourraient subir un préjudice causé par l'installation. C OMMENT RÉALISER LES GARANTIES FINANCIÈRES? Pour les installations concernées, l exploitant doit présenter dans son dossier d autorisation les modalités envisagées pour la constitution des garanties financières notamment en ce qui concerne leur nature, leur montant mais également les délais de leur constitution. ICPE non ICPE Ces garanties financières sont constituées par l engagement écrit d une banque ou d une société d assurance (ou, pour les installations de stockage de déchets, d un fonds de garantie géré par l ADEME). Soumise à déclaration OU Soumise à autorisation Le montant des garanties est établi d après les indications de l exploitant et est fixé par arrêté préfectoral. Ce montant est réévalué périodiquement. Récépissé de déclaration Arrêté préfectoral (prescriptions spécifiques au site) Arrêté type ou Arrêté ministériel Arrêté du 2 février 1998 (prescriptions nationales) OU Arrêté sectoriel (prescriptions spécifiques à l activité) Règlement sanitaire départemental Schéma récapitulatif des différentes références réglementaires

7 E FFET DE L INSTALLATION SUR L ENVIRONNEMENT ET SUR LA SANTÉ HUMAINE 1 D É F I N I T I O N E T U D E d impact L étude d impact résulte du décret du 12 octobre 1977 ; il s agit d un document technique prenant en compte les conséquences d un projet d ouvrage ou d aménagement sur l environnement. L étude d impact se fait sous la responsabilité de l exploitant. Le décret du 21 septembre 1977, pris pour l application de la législation «Installations classées pour la protection de l environnement», réglemente le contenu des études d impact qui sont relatives à l air, l eau, le sol, le bruit, les déchets, les odeurs, la pollution lumineuse ainsi que l impact sur la santé humaine. 2 P R O J E T S N É C E S S I T A N T U N E É T U D E D I M P A C T Les projets de travaux, d ouvrage ou d aménagement sont soumis à la réalisation d une étude d impact, d après la loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature. Cette étude est obligatoire pour chaque demande d autorisation d exploiter une installation classée. En revanche, certains travaux peuvent être dispensés d une telle procédure. Il s agit : des travaux d entretien et de grosses réparations sur des ouvrages, quelle que soit leur taille, de travaux, sous certaines conditions (seuil financier, travaux de modernisation, taille des travaux), mentionnées dans les annexes I et II du décret du 12 octobre O B J E C T I F S L intérêt d une étude d impact est de prendre conscience à la fois des nuisances existantes avant l installation et de celles qui vont être générées par l activité. Cette prise de conscience se fait tant chez l exploitant qu au niveau des administrations et du public ; l exploitant se doit d apporter la plus grande transparence à ses activités. L étude d impact permet donc de concevoir le projet dans les meilleures conditions conformément au Code de l environnement. De plus, grâce à cette étude, les autorités sont tenues informées de l existence de nouvelles activités et peuvent ainsi prévoir d éventuels contrôles. L étude d impact prévient aussi les autorités des activités à venir, et donc des contrôles à réaliser. L étude d impact doit comporter une analyse sur l origine des inconvénients susceptibles de résulter de l exploitation, sur leur nature et leur gravité ainsi que sur les effets qu ils peuvent engendrer sur la santé humaine. L analyse concerne les effets qu il pourrait y avoir sur l environnement, la faune, la flore, les milieux naturels et les équilibres biologiques, sur la commodité du voisinage (bruits, vibrations, odeurs ), sur l agriculture, l hygiène, la santé, la salubrité et la sécurité publiques, sur la protection des biens, du patrimoine culturel et des éléments du patrimoine archéologique C HOIX DU PROJET Lorsque plusieurs projets ont été envisagés, l étude d impact doit mentionner les raisons qui ont conduit au choix du projet présenté plus qu un autre. Ces choix se font selon des critères techniques, économiques et environnementaux M ESURES COMPENSAT OIRES L exploitant doit présenter les mesures qu il envisage de mettre en place pour réduire, supprimer ou compenser les inconvénients générés par l installation, et en estimer les dépenses correspondantes. Ces mesures sont présentées dans différents chapitres relatifs à l environnement général, l air, les sols, le bruit, les déchets ou encore sur la santé et la salubrité publiques. Le chapitre déchets nécessite une attention particulière. Définition Il s agit d une étude des nuisances, qui ne tient pas compte de leur possible réduction par diverses mesures. Le contenu de l étude déchets, qui s intègre désormais dans l étude d impact est décrit dans la circulaire du 28 décembre Objectif L objectif de cette étude est la réduction et la maîtrise des déchets à la source ; elle contribue également à une meilleure connaissance, pour l industriel, de la dangerosité des déchets qu il génère et des voies de valorisation qui lui sont possibles. Contenu L étude des déchets comporte trois principaux points : une description de la production existante ainsi que de la gestion et l élimination des déchets, une étude technico-économique des solutions alternatives pour diminuer les flux et la nocivité résiduelle des déchets. L évolution des techniques disponibles ainsi que leur coût pour l entreprise doivent être pris en compte, une présentation et une justification des filières retenues pour l élimination des déchets. Ce chapitre précise ainsi les modes de traitement et d élimination externes et internes, ainsi que les stockages intermédiaires. 4 L E C O N T E N U D E L É T U D E 4.1. E T A T INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT L analyse de l état initial du site et de son environnement porte notamment sur les richesses naturelles et les espaces naturels agricoles, forestiers, maritimes ou de loisirs, ainsi que sur les biens matériels et le patrimoine culturel susceptibles d être affectés par le projet. Son objectif est de recenser toutes les nuisances déjà existantes (pollution des eaux, de l air ), les centres de traitement des déchets situés à proximité du lieu de la future installation ou encore les risques présentés par les installations proches C ONDITIONS DE REMISE EN ÉTA T DU SITE L exploitant doit prévoir l état dans lequel sera le site une fois l activité terminée, notamment en ce qui concerne la pollution du sol et des eaux situées à proximité. Ces prévisions permettent d envisager les activités potentiellement réalisables suite à cette activité. Cette prévision est particulièrement importante pour les carrières et les installations de stockage de déchets P ERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES L étude doit mentionner les éventuelles difficultés techniques et scientifiques qui peuvent être rencontrées pour l évaluation des effets de l installation sur l environnement.

8 C O N T E N U D E L É T U D E D E D A N G E R S E T U D E de dangers Comme pour l étude d impact, le contenu de l étude de dangers doit être en relation avec l importance des dangers de l installation et leurs conséquences prévisibles sur l environnement. L étude présente une approche probabiliste (article L du Code de l environnement), elle prend en compte l ensemble des scénarios d accident et les évalue d après trois critères de cotation : la gravité des accidents (proximité ou non du voisinage, etc.), la probabilité d occurrence, la cinétique de l accident si celui-ci se produit. 1 D É F I N I T I O N L étude de dangers _ prévue par l article L du Code de l environnement _ constitue une pièce obligatoire du dossier de demande d autorisation. Cette étude, qui doit être révisée tous les cinq ans pour les établissements soumis à autorisation avec servitude (AS) et réalisée sous la responsabilité de l exploitant, doit : exposer les dangers de l installation classée en cas d accident : scénarios d accidents aux origines internes (problèmes électriques ) ou externes (foudres ), nature et extension des conséquences de l accident, sa cinétique ou sa probabilité, justifier les mesures propres à réduire la probabilité et les effets d'un accident (moyens de secours privés, publics ou interentreprises). 2 O B J E C T I F S Au moment de l instruction du dossier, l étude de dangers apporte l ensemble des éléments utiles à l instruction du dossier, à savoir : l information du public, à travers l enquête publique, l avis de la DRIRE et des autres services administratifs potentiellement concernés (protection civile, pompiers, etc.), la délibération du Comité départemental d hygiène. Par la suite, son contenu a pour objectif : de constituer une réflexion interne sur la sécurité de l'usine et d en assurer l amélioration, Elle contient les parties suivantes : Présentation générale de l étude associée à un résumé Description de l environnement Conditions naturelles (climat, hydrographie, topographie, géologie) Proximités dangereuses (autres installations ) Intérêts à protéger (habitat, points d eau ) Description de l installation Procédé et fonctionnement Description (implantation, utilisation de la production ) Fonctionnement de l installation (circulation des matières, réactions chimiques, schémas de régulation) Produits et déchets (stockage, flux ) Eléments dangereux (cuvettes de rétention, barrages ) Analyse des risques Classification des accidents selon leur nature Estimation des évènements Classification des accidents par leur cause immédiate Conséquences possibles pour l environnement (prendre en compte les conditions naturelles) Justification des mesures retenues Justification du procédé Justification des mesures particulières prises (nature des constructions, volume de stockage, programme d entretien, examens périodiques ) Système de management de la sécurité Méthode et moyens d intervention en cas d accident Mesures particulières Moyens Traitement de l alerte Plan d intervention Information des riverains Source : DRIRE Lorraine d être un instrument de dialogue entre l'administration _ en particulier la DRIRE _ et l'industriel, d être un outil pour la mise au point des systèmes de sûreté pour la réduction du risque à la source ainsi que pour l'élaboration des plans d'urgence : Plan d'opération Interne (POI) et Plan Particulier d'intervention (PPI) (se référer au chapitre 7 sur les risques industriels), de décrire tous les scénarios d'accidents pouvant survenir dans l'installation, sans écarter ceux qui ont de faibles probabilités de se produire. Ces scénarios permettent d établir les distances d éloignement, c est-à-dire le périmètre minimum nécessaire autour de l installation pour assurer la sécurité des populations. N OTA Lorsqu elle concerne un établissement «SEVESO seuil haut» ou pour être plus précis un établissement soumis à autorisation avec servitude, l étude de dangers est complétée par (arrêté du 10 mai 2000) : un document présentant de façon approfondie les mesures d ordre technique propres à réduire la probabilité et les effets des accidents majeurs, ainsi que les mesures d organisation et de gestion pour la prévention des accidents et la réduction de leurs effets, un document décrivant la politique de prévention des accidents majeurs, un document décrivant de manière synthétique le Système de Gestion de la Sécurité.

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Réglementation ICPE Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Législation applicable En France, 500 000 établissements relèvent actuellement de la législation

Plus en détail

AVIS AU LECTEUR. DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Janvier 2014. AVIS AU LECTEUR Version 2

AVIS AU LECTEUR. DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Janvier 2014. AVIS AU LECTEUR Version 2 AVIS AU LECTEUR 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 Pourquoi un résumé non technique? Afin de faciliter la prise de connaissance par le public des informations contenues dans le dossier, la

Plus en détail

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE)

D un régime administratif autonome à l encadrement par la règlementation Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) N 26 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 février 2015 ISSN 1769-4000 L essentiel STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES : NOUVEAU CADRE JURIDIQUE Les Installations de Stockage

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.E) Historique Réglementation générale Contenu dudossier Le commissaire enquêteur Suite et fin de l enquête publique Historique

Plus en détail

Droits et Devoirs des différents acteurs

Droits et Devoirs des différents acteurs Droits et Devoirs des différents acteurs Mardi 28 Mai 2013 Centre technique municipal de Besançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Ce que dit la réglementation

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Service protection de l'environnement GRENOBLE, LE 26 JUIN 2012 AFFAIRE SUIVIE PAR : Michelle LEDROLE : 04.56.59.49.61 : 04.56.59.49.96 ARRETE

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures 1 Pourquoi le thème «entreprises extérieures»? Dans le comparatif RGIE/code du travail, il apparaît que les

Plus en détail

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site du CLIC à... la Commission de Suivi de Site en Rhône-Alpes, 36 CLIC et une quarantaine de CLIS vont évoluer en CSS la Commission de Suivi de Site articles L125-2, L125-2-1, L515-8, R125-8-1 à R125-8-5,

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

http://www.conservation-nature.fr/article3.php?id=175

http://www.conservation-nature.fr/article3.php?id=175 Page 1 sur 5 Rechercher Accueil Actualités Biodiversité Menaces Conservation Expertises Photographies Veille règlementaire Quizz Contact Vous êtes ici : > Accueil > Conservation > > Détention d'espèces

Plus en détail

Inspection en hygiène et sécurité

Inspection en hygiène et sécurité Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique erritoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex él. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 09/2013 Cl. C44

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction Planification opérationnelle Introduction Objectifs A la fin de la séquence, le stagiaire sera capable de se positionner dans l ensemble de la planification opérationnelle. 1. Introduction : Feyzin FEYZIN

Plus en détail

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture.

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture. Propositions pour la création d un PC simplifié Le permis de construire simplifié (PCS) Cette autorisation d urbanisme ne concernera que le marché des particuliers (locaux à usage d habitation exclusivement)

Plus en détail

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression 10 juin 2011 Réexamens de sûreté et visites décennales (VD) Sur le plan réglementaire, il n y a pas en France de limitation

Plus en détail

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Les installations de stockage de déchets inertes ISDI 1 er et 2 décembre 2014 DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Références règlementaires : Directive

Plus en détail

car elle conditionne la détermination de la catégorie du futur ERP qu une autorisation complémentaire au titre de l article

car elle conditionne la détermination de la catégorie du futur ERP qu une autorisation complémentaire au titre de l article Service urbanisme opérationnel Unité pilotage, expertise, conseil, animation en ADS et publicité 01 60 32 13 34 C Permis 77 Etablissement Recevant du Public n 19 Etablissement recevant du public dans le

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Le cadre réglementaire de gestion des Sites et Sols Pollués

Le cadre réglementaire de gestion des Sites et Sols Pollués Le cadre réglementaire de gestion des Sites et Sols Pollués S3PI Hainaut-Cambrésis-Douaisis 08 octobre2015 DREAL Nord Pas-de-Calais Laurence COTINAUT Chargée de mission Sites et Sols Pollués Direction

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CARACTERISTIQUES EXIGEES ET MOYENS MIS EN OEUVRE

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CARACTERISTIQUES EXIGEES ET MOYENS MIS EN OEUVRE GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER TRANSFERT CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE CONTEXTE 3-1- Caractéristiques de l'activité transfert 3-1-1 L'activité transfert

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉCLARATION. Rubrique 2345 «Nettoyage à sec»

FORMULAIRE DE DÉCLARATION. Rubrique 2345 «Nettoyage à sec» DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMENAGEMENT ET DU LOGEMENT DE LA GUADELOUPE Service Risques, Énergie, Déchets Pôle Risques Technologiques (ICPE) FORMULAIRE DE DÉCLARATION AU TITRE DES INSTALLATIONS

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/043 DÉLIBÉRATION N 12/003 DU 10 JANVIER 2012, MODIFIÉE LE 7 AVRIL 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015

REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015 REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015 LES RUBRIQUES 4000 À qui s adresse cette plaquette? À toute ICPE susceptible d utiliser, fabriquer ou stocker des produits dangereux ( substances, mélanges ou déchets

Plus en détail

APPLICATION DE LA MODIFICATION DE LA DIRECTIVE SEVESO II

APPLICATION DE LA MODIFICATION DE LA DIRECTIVE SEVESO II INDUSTRIE CONSEIL ENVIRONNEMENT Etudes Conseils Ingénierie en environnement et risques industriels Votre partenaire dans les domaines de l environnement et des risques industriels APPLICATION DE LA MODIFICATION

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/192 DÉLIBÉRATON N 08/071 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION BUT POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION En vue de répondre à ses besoins et de développer les compétences particulières des salariés, le Collège fournit à tous ses salariés les possibilités réelles

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR

MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR ET QUI SE DEROULENT EN TOTALITE OU PARTIELLEMENT SUR UNE VOIE PUBLIQUE OU OUVERTE A LA CIRCULATION

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Le diagnostic de performance énergétique / Page 2 L état d installation intérieure de gaz et d électricité / Page 4 1 ANALYSE

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Guide de conduite de petits projets. Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes

Guide de conduite de petits projets. Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes Guide de conduite de petits projets Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes Christian Coudre Janvier 2007 Étape 0 : Préparation du projet Étape 1 : Collecte des informations Étape

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT RÉGLEMENTATION ET MODE D EMPLOI Syndicat National des Producteurs, Diffuseurs et Salles de Spectacles Enregistré sous le n 17947 23, boulevard des Capucines - 75002

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de l Ourcq Rapport sur le prix et la qualité du SPANC 2012 1

Communauté de communes du Pays de l Ourcq Rapport sur le prix et la qualité du SPANC 2012 1 Communauté de communes du Pays de l Ourcq Rapport sur le prix et la qualité du SPANC 2012 1 PREAMBULE Conformément à l article L.2224-5 du Code Général des Collectivités Territoriales, le Président de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SEINE, PREFECTURE DE LA SEINE-ET-OISE, PREFECTURE DU VAL-DE-MARNE

PREFECTURE DE LA SEINE, PREFECTURE DE LA SEINE-ET-OISE, PREFECTURE DU VAL-DE-MARNE PREFECTURE DE LA SEINE, PREFECTURE DE LA SEINE-ET-OISE, PREFECTURE DU VAL-DE-MARNE Dossiers des installations classées dangereuses ou insalubres, puis dossiers des installations classées pour la protection

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation DEPARTEMENT de la MOSELLE Commune de SCY-CHAZELLES 03 87 60 07 14-03 87 60 18 33 mairie@mairie-scy-chazelles.fr Marché public de fournitures courantes et services Fourniture de Gaz Naturel pour les bâtiments

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

MODELE DE CAHIER DES CHARGES. «Externalisation des archives»

MODELE DE CAHIER DES CHARGES. «Externalisation des archives» LOGO ORGANISME MODELE DE CAHIER DES CHARGES «Externalisation des archives» Version 1.0 2 Sommaire 1. Généralités.. 1.1. Contexte 1.2. Objectifs du cahier des charges 1.3. Périmètre de l externalisation

Plus en détail

Sécurité industrielle 70%

Sécurité industrielle 70% Sécurité industrielle 70% de PPRT approuvés (285 sur 407 PPRT à l échelle nationale). L objectif du Ministère de l Ecologie est d approuver 95% des PPRT à fin 2014. La gestion de la sécurité et son amélioration

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif Les Obligations réglementaires Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC 1 Un Outil fondamental Le ZONAGE d assainissement Eaux Usées

Plus en détail

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18 Le 26 septembre 2011 JORF n 0103 du 4 mai 2010 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 29 avril 2010 fixant les conditions de certification des installateurs de systèmes de vidéosurveillance NOR: IOCD0928681A Le ministre

Plus en détail

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 17/07/2015 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE A partir du 1er janvier 2015, toute autorisation de construire est assujettie à un degré d assurance qualité concernant

Plus en détail

Identification du demandeur

Identification du demandeur Arrêté du 7 septembre 2009 définissant les modalités d'agrément des personnes réalisant les vidanges et prenant en charge le transport et l'élimination des matières extraites des installations d'assainissement

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF : ANC Objectifs : Protection de la santé et de la salubrité publique Préservation

Plus en détail

Réunion d information préalable du public. Exploitation d un circuit de karting à Amay

Réunion d information préalable du public. Exploitation d un circuit de karting à Amay Réunion d information préalable du public Exploitation d un circuit de karting à Amay 14 juillet 2015 Contenu de la réunion Présidence de la réunion par la commune 1. Présentation des différents intervenants

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 34 du 10 juillet 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 1

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 34 du 10 juillet 2014. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 1 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 34 du 10 juillet 2014 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 1 ARRÊTÉ de prescription du plan de prévention des risques technologiques du site

Plus en détail

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère permet

Plus en détail

CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Société CARTONS ET PLASTIQUES Avenue Bernard Chochoy à ARQUES CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR PORTANT SUR LA DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UN ATELIER DE TRANSFORMATION ET D IMPRESSION

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS Numéro du document : 0601-08 Adoptée par la résolution : _484 0601 En date du : 5 juin 2001 Signature du directeur général Signature

Plus en détail

1. Risques liés aux situations de co-activité

1. Risques liés aux situations de co-activité A LA CHARGE DE L EMPLOYEUR EN Annexe 1 MATIERE D EVALUATION DES RISQUES 1. Risques liés aux situations de co-activité Il s agit d articuler le document unique avec les instruments prévus par : - le décret

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement JOURNEE ASCOMADE Raccordement des entreprises à un réseau public d assainissement Vendredi 28 mars 2008 ELIMINATION DES EFFLUENTS INDUSTRIELS Traitement par une station d épuration interne Prétraitement

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS 1. OBJET DE LA POLITIQUE La présente politique a pour objet l application d un ensemble de méthodes et de systèmes portant sur le classement, la conservation et la protection des informations contenues

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Formulaire de demande de certification d un Fiscal Data Module en tant qu élément d un système de caisse enregistreuse

Formulaire de demande de certification d un Fiscal Data Module en tant qu élément d un système de caisse enregistreuse Ce formulaire permet au Service Public Finances (SPF Finances) de collecter les données nécessaires pour mener à bien la procédure en tant qu élément d un système de caisse enregistreuse, tel que prévu

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Diaporama. présentation de la réforme

Diaporama. présentation de la réforme Diaporama présentation de la réforme Sommaire 1. Les réflexions qui ont précédé la réforme 2. Les textes de la réforme 3. Les objectifs de la réforme 3.1 Clarifier le rôle de l urbanisme 3.2 Améliorer

Plus en détail

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE CONVENTION D UTILISATION COMMUNE DES INSTALLATIONS DETECTION-INCENDIE et INTRUSION 2 MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL

Plus en détail

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T Un arrêté du 18 novembre 1987modifié, fixe des dispositions particulières pour l organisation d expositions, foires expositions ou salons

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE

LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE Textes applicables Loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 D. n 2014-1155, n 2014-1156, n 2014-1157, n 2014-1158, n 2014-1159 et n 2014-1160 du 9 octobre 2014, JO du 10 octobre

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

Le rôle préventif des documents d urbanisme. 3. Rôle préventif des documents d urbanisme. Un projet. Des principes. Un document

Le rôle préventif des documents d urbanisme. 3. Rôle préventif des documents d urbanisme. Un projet. Des principes. Un document 3. Rôle préventif des documents d urbanisme Un projet Comme l ensemble des équipements publics d une commune, «Bien utiliser la salle des fêtes» est une réflexion qui s intègre dans une démarche plus globale

Plus en détail

ETUDES D ASSAINISSEMENT

ETUDES D ASSAINISSEMENT REFFOUH Abdelhafid Chef de division des études Direction de l Eau et de l Assainissement Direction Générale des Collectivités Locales Ministère de l Intérieur 10/12/2009 1 ETUDES D ASSAINISSEMENT Etudes

Plus en détail

Le système de garanties financières pour les ICPE. Point sur la réglementation

Le système de garanties financières pour les ICPE. Point sur la réglementation Le système de garanties financières pour les ICPE Point sur la réglementation -- Réunion d information CCI Franche-Comté Mardi 8 octobre 2013 Système pré 1 er juillet 2012 Mise en activité des installations

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

3. Point sur la réglementation ICPE :

3. Point sur la réglementation ICPE : 3. Point sur la réglementation ICPE : Quelques évolutions du cadre réglementaire ICPE pour les industries du bois Vincent QUINT Mail : vincent.quint@fcba.fr Tel : 01.40.19.48.25 FCBA Institut technologique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CADRE LÉGISLATIF DOCUMENT N 1 DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N1.indd 1 21/11/2014 10:49 OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR Article L4121-1du code du travail

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail