RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUETEUR"

Transcription

1 Enquête publique ayant pour objet la demande présentée par la Société ROQUETTE en vue d obtenir l autorisation d exploiter une unité de production de granulés de polymères végétaux sur le territoire des communes de LESTREM, MERVILLE et LA GORGUE RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

2 SOMMAIRE CHAPITRE 1.- GÉNÉRALITÉS CONCERNANT L'OBJET DE L'ENQUETE: Objet de l enquête: La procédure d autorisation relative aux installations classées : La demande de la Société ROQUETTE FRERES : Cadre juridique:... 8 CHAPITRE 2.- ORGANISATION ET DÉROULEMENT DE L ENQUÊTE: Organisation de l enquête: Composition du dossier remis par le demandeur: Information du commissaire enquêteur: Publicité de l enquête et information du public : Signature et composition du dossier d enquête: Déroulement de l enquête: CHAPITRE 3.-ANALYSE DES OBSERVATIONS DU PUBLIC ET DU MEMOIRE EN REPONSE DU DEMANDEUR : CHAPITRE 4.-OBSERVATIONS ET RECOMMANDATIONS DU COMMISSAIRE ENQUETEUR : Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

3 LISTE DES PIECES JOINTES AU RAPPORT Les pièces suivantes ont été jointes au rapport original : PIECE N 1: registre des observations mis à la disposition du public à la mairie de LESTREM; PIECE N 2: certificat d affichage de la commune d ESTAIRES; PIECE N 3: certificat d affichage de la commune de LA GORGUE; PIECE N 4: certificat d affichage de la commune de LESTREM avec documents joints (plan et Info Lestrem) et certificat de mise à disposition du public du dossier d enquête; PIECE N 5: certificat d affichage de la commune de MERVILLE; PIECE N 6: certificat d affichage de la commune de NEUF BERQUIN; PIECE N 7: certificat d affichage de la communauté de communes Flandre Lys; PIECE N 8: avis du conseil municipal de la commune d ESTAIRES; PIECE N 9: avis du conseil municipal de la commune de LESTREM; PIECE N 10: avis du conseil municipal de la commune de LA GORGUE; PIECE N 11: avis du conseil municipal de la commune de MERVILLE; PIECE N 12: avis du conseil municipal de la communauté de Flandre Lys ; PIECE N 13: réponse du pétitionnaire à la demande de documents supplémentaires accompagnée des documents; PIECE N 14: mémoire en réponse du pétitionnaire. Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

4 Chapitre 1.- GÉNÉRALITÉS CONCERNANT L'OBJET DE L'ENQUETE: Objet de l enquête: La procédure d autorisation relative aux installations classées : La législation des installations classées pour la protection de l'environnement (I.C.P.E.) contrôle les activités polluantes et dangereuses. Sont concernées les usines, ateliers, dépôts, chantiers et, d'une manière générale, les installations exploitées ou détenues par toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui peuvent présenter des dangers ou des inconvénients soit pour la commodité du voisinage, soit pour la santé, la sécurité, la salubrité publiques, soit pour l'agriculture, soit pour la protection de la nature, de l'environnement et des paysages, soit pour l'utilisation rationnelle de l'énergie, soit pour la conservation des sites et des monuments ainsi que des éléments du patrimoine archéologique. Plusieurs critères de classement sont pris en compte : quantité de produits stockés ou utilisés, puissance installée des machines, capacité de production. En fonction de ces critères, les activités sont soumises à déclaration (lettre D), à enregistrement (lettre E) ou à autorisation (lettre A). Au niveau local, c'est le Préfet de département qui met en œuvre cette réglementation. Les installations visées par l'autorisation sont soumises à une procédure lourde comprenant une enquête publique. L'instruction du dossier dure, la plupart du temps, au minimum, 8 mois. Le dossier d'autorisation est très complet et se compose notamment d'une étude d'impact et d'une étude de dangers. Le contenu de l'étude de dangers doit être en relation avec l'importance des risques engendrés par l'installation. En tant que de besoin, cette étude donne lieu à une analyse de risques qui prend en compte la probabilité d'occurrence, la cinétique et la gravité des accidents potentiels selon une méthodologie qu'elle explicite. Elle définit et justifie les mesures propres à réduire la probabilité et les effets de ces accidents. L'étude de dangers justifie que le projet permet d'atteindre, dans des conditions économiquement acceptables, un niveau de risque aussi bas que possible, compte tenu de l'état des connaissances et des pratiques et de la vulnérabilité de l'environnement de l'installation. En pratique, l industriel doit d abord déposer son dossier de demande d autorisation, puis sa demande de permis de construire accompagnée du justificatif du dépôt du dossier de demande d autorisation, et enfin, dans un délai de dix jours, le justificatif du dépôt de demande du permis de construire. Le permis de construire d'une installation soumise à autorisation peut être accordé mais ne peut être exécuté avant la clôture de l'enquête publique. Le dossier est soumis à enquête publique. Le commissaire enquêteur, ou la commission d'enquête pour les projets très importants, reçoit les observations de toutes les personnes intéressées, en général, celles qui résident dans le voisinage de l'installation. L'enquête publique dure un mois au minimum et peut être prolongée de quinze jours si besoin. Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

5 Le commissaire enquêteur peut visiter les lieux concernés par le projet ou organiser une réunion publique avec l exploitant. La commune où l'installation projette de s'implanter, ainsi que les communes voisines, sont consultées. A l'issue de l'enquête, le commissaire enquêteur dépose auprès du préfet, outre le rapport d'enquête, ses conclusions personnelles motivées, qui tiennent compte des réponses apportées par l'exploitant aux observations faites par le public. Le préfet communique également, pour avis, un exemplaire de la demande d'autorisation aux services déconcentrés de l'etat chargés de l'équipement, de l'agriculture, de l'action sanitaire et sociale, de la sécurité civile, des milieux naturels et, s'il y a lieu, aux services de l'inspection du travail, aux services chargés de la police des eaux, à l'architecte des Bâtiments de France, à l'institut national de l'origine et de la qualité, à l'établissement public du parc national concerné et à tous les autres services intéressés. Au terme de ces consultations, l'inspection des installations classées établit un rapport sur la demande d'autorisation et sur les résultats de l'enquête. Ce rapport est présenté au conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques saisi par le préfet. L'inspection des installations classées soumet également à ce conseil ses propositions concernant soit le refus de la demande, soit les prescriptions envisagées. Cette dernière consultation est la plus déterminante avant l'avis du préfet, pris par arrêté. Le demandeur a la faculté de se faire entendre par le conseil ou de désigner, à cet effet, un mandataire. Il est informé par le préfet au moins huit jours à l'avance de la date et du lieu de la réunion du conseil et reçoit simultanément un exemplaire des propositions de l'inspection des installations classées La demande de la Société ROQUETTE FRERES : Le dossier est présenté en application du Code de l Environnement qui réglemente les installations classées pour la protection de l'environnement. Le dossier concerne la demande d extension d autorisation d exploiter, déposée par la Société ROQUETTE FRERES dont le siège social est situé sur la commune de LESTREM, pour son site de LESTREM, en vue de créer une unité de production de granulés de polymères à base de polymères végétaux (bâtiment DP1). La Société ROQUETTE FRERES est implantée sur les communes de LESTREM (Pas-de-Calais), LA GORGUE (Nord) et MERVILLE (Nord). Le nouveau bâtiment DP1 ainsi que les nouvelles installations associées seront situés sur la commune de MERVILLE sur les parcelles n 146 et 149 de la section ZL. L entrepôt produits chimiques (stockage intermédiaire de produits chimiques conditionnés) ainsi que l atelier amidons modifiés, tous deux étant des bâtiments déjà existants, sont situés respectivement sur les communes de LA GORGUE et de LESTREM. Le site de la Société ROQUETTE FRERES possède une superficie de l ordre de 150 ha soit m². Au regard des Plans Locaux d Urbanisme des communes, les terrains considérés sont : - LESTREM : en zone UJ. Il s agit d une zone urbaine destinée à recevoir des activités à caractère industriel, artisanal, commercial ou de services dont la présence peut être gênante au voisinage des habitations. Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

6 - LA GORGUE : en zone UEa. Il s agit d une zone urbaine affectée essentiellement à l activité industrielle, aux commerces et aux services. Le secteur UEa est à vocation industrielle uniquement. - MERVILLE : en zone UE. Il s agit d une zone urbaine destinée à accueillir des activités industrielles, artisanales, commerciales ou de service. La Société ROQUETTE FRERES envisage de se spécialiser dans l activité d extrusion réactive de plastiques base végétale. L extrusion réactive correspond à un procédé permettant le mélange par une fusion, de matières plastiques (polymères) et d'additifs. Ce processus a pour résultat d améliorer les caractéristiques physiques, thermiques, voire esthétiques du composant plastique. L objectif est de répondre aux attentes émergentes du marché de la plasturgie pour la fourniture de nouveaux plastiques végétaux fonctionnels d origine renouvelable (polymère végétal), thermoplastiques, durables (usage de longues durées de vie), efficients et écoconçus. Les installations projetées permettront la fabrication de granulés à base de polymères végétaux. La capacité maximale de production continue sera de 3,5 tonnes par heure de produits finis, soit une production maximale de 84 tonnes par jour. Les granulés de plastiques produits seront vendus aux activités traditionnelles de transformation de plastique par extrusion, complexage, injection, thermoformage, etc., les produits susceptibles d être fabriqués à partir de granulés de plastiques à base de polymère végétal étant par exemple des bacs, des accoudoir, des enjoliveurs, des grilles d auvent, des gobelets, des planche de bord, etc. La future installation fonctionnera en continu du lundi au dimanche, 24 heures sur 24, 360 jours par an en 3 postes. L unité de production sera installée dans un nouveau bâtiment dédié à cette activité, d une hauteur de 20 mètres. La Société ROQUETTE FRERES emploie sur le site de LESTREM, à ce jour, salariés. Le projet d extrusion de biopolymères engendrera l embauche d une vingtaine de salariés supplémentaires. Les installations projetées par la société seront les suivantes : - un bâtiment de production, appelé «DP1» d une surface de m² comprenant : -un hall de stockage des additifs stockés en vrac ainsi que les stockages de la substance F (cuve de 8 m³ soit 12 tonnes), de la substance G (2 cuves de 28 m³ soit 60 tonnes), de la substance Q (cuve de 1 m³), de la substance P (cuve de 0,5 m³) d une surface totale de 310 m² ; - un hall comprenant les deux installations d extrusion et deux silos de 10 m³ de produits semi-finis (substance D) et trois silos de 30 m³ de produits finis (substance E), un local technique et de service, le poste de commande et le local PPES (pompes à vide et sur presseurs) d une surface de 680 m² ; - un hall comprenant l installation d ensachage et le stockage de produits finis (4 silos de 125 m3 chacun) d une surface de 550 m² ; - un hall de stockage de produits finis conditionnés d une surface de 385 m² ; - un local de stockage de peroxydes organiques (500 kg) d une surface de 25 m² ; - deux locaux destinés à accueillir les transformateurs électriques ; Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

7 - un hall ouvert de chargement des produits finis d une surface de 140 m² ; - d une zone de déchargement de matières premières vers les silos ; - quatre silos de stockage de polymères plastiques (substance A, substance B ou autres) de 175 m³ chacun ; - un silo de stockage de produits semi-finis (substance D) de 175 m³ ; - quatre silos de stockage de produits finis (substance E) de 125 m³ chacun ; - un silo de stockage de polymères végétaux de 175 m³ ; - une cuve de stockage de la substance R de 50 m³ ; - une cuve de stockage de la substance O de 50 m³. Une partie du stockage intermédiaire (en réception, avant utilisation) de produits chimiques conditionnés destinés au futur bâtiment DP1 sera réalisée au sein de l entrepôt de produits chimiques conditionnés déjà existant sur le site. Le présent dossier est aussi l occasion de déclarer l utilisation d un produit chimique utilisé pour la modification des propriétés chimiques d amidons natifs dans un autre atelier déjà existant du site. Au regard de la nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l Environnement définie à l'annexe du Code de l'environnement, les installations du site sont soumises à : - Autorisation au titre des rubriques : : Emploi ou stockage de substances et préparations toxiques ; : Stockage en réservoirs manufacturés de liquides inflammables visés à la rubrique 1430 ; 2160 : Silos et installations de stockage en vrac de céréales, grains, produits alimentaires ou tout produit organique dégageant des poussières inflammables ; 2660 : Fabrication industrielle ou régénération de polymères (matières plastiques, caoutchoucs, élastomères, résines et adhésifs synthétiques) ; : Transformation de polymères (matières plastiques, caoutchoucs, élastomères, résines et adhésifs synthétiques) par des procédés exigeant des conditions particulières de température ou de pression ; : Transformation de polymères (matières plastiques, caoutchoucs, élastomères, résines et adhésifs synthétiques) par tout procédé exclusivement mécanique. - Déclaration au titre des rubriques : 1172 : Stockage et emploi de substances très toxiques pour les organismes aquatiques ; : Emploi et stockage de peroxydes organiques et préparations en contenant du groupe de risques Gr2 ; 2662 : Stockage de polymères ; : Stockage de pneumatiques et produits dont 50 % au moins de la masse totale unitaire est composée de polymères ; : Emploi ou stockage de substances et préparations très toxiques. Le dossier de demande d'autorisation mis à la disposition du public au cours de l'enquête publique contient entre autres : - la présentation générale ; - l étude d impact ; - le volet sanitaire de l étude d impact ; - l étude des dangers ; Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

8 - la notice d hygiène et de sécurité ; - 22 annexes : Nota : Conformément à l article R512-3 du Code de l Environnement, la Société ROQUETTE FRERES a transmis à la Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement (DREAL) une partie confidentielle, dont la diffusion est considérée de nature à entraîner la divulgation d informations techniques sensibles sur le projet et les procédés de fabrication de la Société Cadre juridique: Ce projet est soumis aux dispositions suivantes : - code de l environnement; - décret n du 29 avril 2004 modifié relatif aux pouvoirs des préfets et à l action des services de l Etat dans les régions et les départements; - décret du 8 janvier 2009 portant nomination de Monsieur Pierre de BOUSQUET de FLORIAN en qualité de préfet du Pas-de-Calais (hors classe); - nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l Environnement; - ordonnance de Monsieur le Président du Tribunal Administratif de LILLE en date du 9 août 2010 désignant Monsieur André LE MORVAN en qualité de commissaire enquêteur. Chapitre 2.- ORGANISATION ET DÉROULEMENT DE L ENQUÊTE: Organisation de l enquête: Suite à la lettre enregistrée le 9 août 2010, par laquelle Monsieur le Préfet du Pasde-Calais sollicite la désignation d un commissaire enquêteur en vue de procéder à une enquête publique ayant pour objet la demande d extension d autorisation d exploiter déposée par la Société ROQUETTE FRERES dont le siège social est situé sur la commune de LESTREM, pour son site de LESTREM, en vue de créer une unité de production de granulés de polymères à base de polymères végétaux, Monsieur le Président du Tribunal Administratif de Lille a désigné le 9 août 2010 en qualité de commissaire enquêteur chargé de conduire l enquête publique, Monsieur André LE MORVAN ( décision N E /59). Après contact avec la mairie de LESTREM le 16 août 2010, nous avons examiné les 16, 24 et 27 août 2010, avec les services de la Préfecture du Pas-de-Calais, les dispositions relatives au déroulement de la procédure de l enquête publique à savoir: - la période (du 20 septembre au 20 octobre inclus) ainsi que les dates, lieu (mairie de LESTREM) et horaires des permanences (le lundi 20 septembre 2010 et le mardi 5 octobre de 8 heures 30 à 11 heures 30, le vendredi 1 er octobre de 14 heures à 17 heures, le samedi 16 octobre de 9 heures 30 à 12 heures 30 et le mercredi 20 octobre de 14 heures 30 à 17 heures 30) ; - les modalités relatives à la publicité de l arrêté à réaliser (1 parution dans 2 journaux régionaux, NORD ECLAIR toutes éditions et LA VOIX DU NORD édition du Nord et édition du Pas-de-Calais, 15 jours avant le début de l enquête à la diligence de Monsieur le Préfet du Pas-de-Calais), à la mise en ligne sur le site internet de la Préfecture du Pas-de- Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

9 Calais de l avis d enquête (thème «consultation du public») et au périmètre d affichage (Communauté de Communes de Flandre Lys (département du Nord), mairies de LESTREM (département du Pas-de-Calais), d ESTAIRES (département du Nord), de NEUF BERQUIN (département du Nord), de LA GORGUE (département du Nord), et de MERVILLE (département du Nord)), 15 jours au moins avant l ouverture de l enquête, ainsi que les dispositions concernant l envoi des certificats d affichage établis par le Président de la Communauté de Communes et les Maires de chacune des communes attestant de cette formalité aux services de la Préfecture du Pas-de-Calais; - les modalités concernant la prise en compte des avis sur la demande d autorisation des conseils municipaux des communes de LESTREM, ESTAIRES, NEUF BERQUIN, LA GORGUE et MERVILLE, si ils sont exprimés au plus tard dans les quinze jours suivant la clôture du registre d enquête; - les modalités de clôture des registres (par le commissaire enquêteur). Par Arrêté Préfectoral en date du 20 août 2010, Monsieur le Préfet du Pas-de- Calais, a prescrit que : VU le Code de l Environnement ; VU le décret n du 29 avril 2004 modifié relatif aux pouvoirs des préfets, à l'organisation et à l'action des services de l'etat dans les régions et départements ; VU le décret du 8 janvier 2009 portant nomination de M. Pierre de BOUSQUET de FLORIAN en qualité de préfet du Pas-de-Calais (hors classe) ; VU la nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l Environnement ; VU la demande présentée par la S.A ROQUETTE FRERES, dont le siège social est situé sur la commune de LESTREM, à l effet d être autorisé à exploiter une unité de production de granulés de polymères végétaux ; VU les plans produits à l appui de la demande ; VU l ordonnance de M. le Président du Tribunal Administratif de LILLE en date du 9 août 2010 désignant Monsieur André LE MORVAN en qualité de commissaire enquêteur ; VU l'arrêté préfectoral n en date du 4 janvier 2010 portant délégation de signature ; SUR la proposition de M. le Secrétaire Général de la Préfecture du Pas-de-Calais, la demande ci-dessus visée sera soumise à l enquête publique pendant un mois, du 20 septembre 2010 au 20 octobre 2010 inclus. L Article 2 de l Arrêté Préfectoral précise que durant toute la durée de l enquête le public pourra prendre connaissance du dossier relatif à cette installation, à la Mairie de LESTREM où il est déposé, aux jours et heures d ouverture de la mairie, et consigner ses observations sur le registre ouvert à cet effet et qu une étude d'impact est insérée au dossier d'enquête publique. L Article 3 du même Arrêté prévoit que Monsieur André LE MORVAN, ingénieur CNAM, retraité, Commissaire-Enquêteur, sera présent à la mairie de LESTREM : - le lundi 20 septembre 2010 de 8 h 30 à 11 h 30 - le vendredi 1er octobre 2010 de 14 h 00 à 17 h 00 - le mardi 5 octobre 2010 de 8 h 30 à 11 h 30 Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

10 - le samedi 16 octobre 2010 de 9 h 30 à 12 h 30 - le mercredi 20 octobre 2010 de 14 h 30 à 17 h 30 afin de recevoir les observations que pourrait susciter cette exploitation en précisant que les observations qui lui seront présentées par écrit devront être signées des déclarants, qu il les annexera au registre d enquête, que celles qui seront rédigées sur le registre d enquête devront être signées des auteurs et que celles qui seront faites verbalement seront consignées par lui sur le registre d enquête, qu il les fera signer par les déposants et, que si ceux-ci ne savent pas écrire, les certifiera conformes aux dépositions. Nous avons reçu le dossier de la Préfecture du Pas-de-Calais le 26 août 2010 après un contact téléphonique le 16 août 2010 puis plusieurs échanges de courriels afin de définir les dispositions relatives au déroulement de la procédure de l enquête publique Nous avons concomitamment examiné ces dispositions le 16 août 2010, avec les services de la Commune de LESTREM. Les dispositions pratiques de la procédure de l enquête publique à savoir: - les mesures complémentaires de publicité envisagées par les communes (site internet des communes et panneaux d affichages municipaux) ainsi que l établissement Du certificat d affichage à établir à la fin de l enquête, - les modalités d accès aux dossiers en dehors des permanences du commissaire enquêteur ainsi que les conditions d exercice de ces permanences, - les modalités d ouverture et de clôture des registres par le commissaire enquêteur, - les modalités de transmission concernant le courrier adressé au commissaire enquêteur, ont été abordées lors de la visite dans les communes de LESTREM, MERVILLE, LA GORGUE, ESTAIRES et NEUF BERQUIN, le 7 septembre A cette occasion un mémoire précisant par écrit ces dispositions a été remis aux correspondants locaux. Lors de cette visite une vérification de l affichage des avis (annexe n 1) dans les communes évoquées ci-avant a été réalisée. Nous avons également précisé que nous nous tenions à la disposition des élus pour les rencontrer ainsi que les dispositions de l Article 8 de l Arrêté du 20 août 2010 à savoir la possibilité aux conseils municipaux de donner leur avis sur la demande d autorisation dés l ouverture de l enquête, les délibérations devant intervenir au plus tard quinze jours après la clôture du registre d enquête. Après étude du dossier et contact téléphonique le 3 septembre 2010 avec Monsieur Laurent VERSLYPE de la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement, nous avons rencontré les représentants du demandeur le 8 septembre 2010 pour procéder à la visite du site et complémenter nos informations. A la suite de cette visite un certain nombre de documents ont été demandés aux représentants du demandeur et ajoutés au dossier. Le compte rendu de cette réunion figure en annexe n 3 et la réponse du pétitionnaire en date du 16 septembre 2010 en annexe n 4. Ces documents ont complété le dossier mis à la disposition du public le 20 septembre 2010, jour de l ouverture de l enquête publique. Les permanences du commissaire enquêteur se sont déroulées aux dates et heures définies dans l Arrêté du 20 août 2010, le registre ayant été ouvert le 20 septembre 2010 et clôt le 20 octobre Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

11 Nous avons rencontré les représentants du demandeur le 20 octobre 2010 sur place pour leurs communiquer les observations écrites et orales formulées et nous lui avons confirmé le procès-verbal des observations par courriel en date du 22 octobre 2010 (annexe n 5). Nous avons reçu le mémoire en réponse du demandeur daté du 26 octobre 2010 le 28 octobre 2010 (annexe n 6). Les certificats d affichage des communes de LESTREM, MERVILLE, LA GORGUE, ESTAIRES et NEUF BERQUIN, ainsi que celui de la Communauté de Communes Flandre Lys nous ont été transmis dés la fin de l enquête et figurent en annexe n 2. Les avis des conseils municipaux des communes de LESTREM, MERVILLE, LA GORGUE et ESTAIRES nous ont également été transmis et figurent en annexe n 7. Le conseil municipal de la commune de NEUF BERQUIN ayant été reporté après le 5 novembre n a pas été pris en compte (Article 8 de l Arrêté du 20 août 2010). L avis du conseil de la communauté de communes Flandre Lys, bien que non prévu par l Arrêté du 20 août 2010, nous a été transmis et figure à l annexe n 7. Nous avons envoyé le rapport et les conclusions motivées, accompagnés des pièces évoquées en préambule à ce rapport, aux services de la préfecture du Pas-de-Calais, Direction des Affaires Générales, Bureau des Procédures d Utilité Publique, Section Installations Classées, le 5 novembre Conformément au courrier du 23 août 2010 de la Préfecture du Pas-de-Calais relatif à l envoi de l Arrêté du 20 août 2010, le jour même, nous avons également transmis par courriel à l adresse, trois fichiers : - rapport complet du commissaire enquêteur avec les annexes et la conclusion motivée; - rapport du commissaire enquêteur sans les annexes et sans la conclusion motivée ; - conclusions motivées du commissaire enquêteur Composition du dossier remis par le demandeur: L enquête s est déroulée sur la base d un dossier remis par le demandeur organisé à l origine en deux classeurs : - le premier classeur, comprenant : - les courrier datés du 6 avril 2010 de demande d autorisation d exploiter sur son site de LESTREM de Monsieur Patrick LEMAY en qualité de Directeur Qualité, Hygiène, Sécurité, Sureté et Environnement Europe de la Société ROQUETTE FRERES dont le siège social est situé à LESTREM (62136) adressés conjointement à la Préfecture du Nord et à La Préfecture du Pas-de Calais ; - la présentation générale ; - l étude d impact ; - le volet sanitaire de l étude d impact ; - l étude des dangers ; - la notice d hygiène et de sécurité ; Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

12 - le second classeur, reprenant 22 annexes : Le sommaire général de ce dossier est le suivant : Présentation générale : 1.- Présentation de la société ; 2.- Intérêt du dossier ; 3.- Présentation du site ; 4.- Principe de fonctionnement des installations projetées; 5.- Description du fonctionnement des installations projetées ; 6.- Description des stockages ; 7.- Description des installations annexes projetées ; 8.- Emploi et stockage d oxychlorure de phosphore ; 9.- Situation administrative et rubriques visées par la nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement ; 10.- Dispositions de l Arrêté du 10 mai 2000 (Seveso II) ; 11.- Situation vis à vis de l arrêté de l Arrêté du 29 juin 2004 modifié ; 12.- Situation du site et du projet vis à vis de REACH ; Etude d impact : 1.- Intégration dans l environnement ; 2.- Eaux et sols ; 3.- Air ; 4.- Climat ; 5.- Bruit ; 6.- Déchets ; 7.- Trafic ; 8.- Utilisation rationnelle de l énergie ; 9.- Conditions particulières d exploitation, 10.- Investissements pour la protection de l environnement ; 11.- Conditions de remise en état du site ; Méthodologie de l étude d impact ; Volet sanitaire de l étude d impact : 1.- Eau : 2.- Air ; 3.- Bruit ; 4.- Déchets ; 5.- Evaluation globale du risque sanitaire ; 6.- Incertitudes ; 7.- Méthodologie du volet sanitaire de l étude d impact ; Etude des dangers : 1.- Identification des dangers et évaluation des risques ; 2.- Examen détaillé des accidents majeurs potentiels ; 3.- Justification des mesures organisationnelles et techniques ; 4.- Investissements pour la sécurité ; Notice d hygiène et de sécurité : 1.- Organisation générale ; 2.- Hygiène ; 3.- Sécurité 4.- C.H.S.C.T. ; Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

13 Annexes. - Annexe n 1: Plan d ensemble au 1/2500 ; - Annexe n 2: Plans d assainissement au 1/200 ; - Annexe n 3: Données sur la qualité des eaux de surface ; - Annexe n 4: Arrêtés inter-préfectoraux ; - Annexe n 5: Dispositions d urbanisme ; - Annexe n 6: Données météorologiques ; - Annexe n 7: Analyse des rejets aqueux ; - Annexe n 8: Résultats d analyse des condensats ; - Annexe n 9: Calcul D9 D9A, dimensionnement des besoins en eau ; - Annexe n 10: Résultat d analyse des rejets des extrudeuses- Confidentiel ; - Annexe n 11: Compte rendu d étude acoustique prévisionnelle ; - Annexe n 12: Valeurs toxicologiques de référence ; - Annexe n 13: Dispersion des rejets atmosphériques ; - Annexe n 14: Retour d expérience-accidentologie ; - Annexe n 15: Fiches de données de sécurité- Confidentiel ; - Annexe n 16: Ana lyse préliminaire des risques ; - Annexe n 17: Modélisation de certains phénomènes dangereux de l analyse préliminaire des risques ; - Annexe n 18: Analyse du risque foudre ; - Annexe n 19: Plan des paratonnerres ; - Annexe n 20: Carte des risques d inondation ; - Annexe n 21: Prescriptions réglementaires ; - Annexe n 22: Zonage ATEX. Nota : Conformément à l article R512-3 du Code de l Environnement, la Société ROQUETTE FRERES a transmis à la Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement (DREAL) une partie confidentielle, dont la diffusion est considérée de nature à entraîner la divulgation d informations techniques sensibles sur le projet et les procédés de fabrication de la Société Information du commissaire enquêteur: Après avoir pris contact avec les services de la Préfecture du Pas-de-Calais pour fixer les modalités de l enquête, dates, permanences, publicité, nous avons reçu un exemplaire du dossier d enquête le 26 août 2010 et, après étude du dossier et contact téléphonique le 3 septembre 2010 avec Monsieur Laurent VERSLYPE de la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement, nous avons rencontré les représentants du demandeur le 8 septembre 2010 pour procéder à la visite du site et complémenter nos informations. A la suite de cette visite cinq documents ont été demandés aux représentants du demandeur dont trois ont été ajoutés au dossier le jour de l ouverture de l enquête (voir paragraphe B). Le compte rendu de cette réunion figure en annexe n 3 et la réponse du pétitionnaire en date du 16 septembre 2010 en annexe n 4. Administratif de LILLE N E /59 du 9 août sur 20

ARRETE PREFECTORAL. portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels électriques de la société GEMFI à Châteaubourg

ARRETE PREFECTORAL. portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels électriques de la société GEMFI à Châteaubourg PREFECTURE Direction de la Coordination Interministérielle et de l'action Départementale Bureau des installations classées ARRETE PREFECTORAL portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE ET INTERDEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT ET DE L AMENAGEMENT

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE ET INTERDEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT ET DE L AMENAGEMENT RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE ET INTERDEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT ET DE L AMENAGEMENT N Spécial 17 décembre 2013 1 PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE

DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE 12 13 I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P ROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) 1.RÉGLEMENTATION 2.OBJECTIFS 3.LES PRINCIPES 3.1. LES ACTEURS 3.2. DÉCLARATION 3.2.1.PROCÉDURE 3.2.2.CONTENU DU DOSSIER 3.3.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 6 ARRÊTÉ N 1733/DEF/SGA/DMPA/SDIE/BENV portant approbation du plan de prévention

Plus en détail

Rapport et conclusions du Commissaire-Enquêteur

Rapport et conclusions du Commissaire-Enquêteur Jean Claude LOSTE - Géomètre Expert Foncier D.P.L.G. retraité 663, Avenue Brémontier 40150- HOSSEGOR Tél: 05 58 43 91 21 Commune de LABOUHEYRE ENQUETE PUBLIQUE Rapport et conclusions du Commissaire-Enquêteur

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUÊTEUR

RAPPORT DU COMMISSAIRE ENQUÊTEUR 1 Tome 1 REPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DE LA CHARENTE-MARITIME COMMUNE DE SAINTE-SOULLE ENQUETE PUBLIQUE relative au projet d aménagement d une retenue d eau du bassin versant de SAINTE-SOULLE, sur la

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE LE PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE, Vu le code de l environnement, et notamment ses articles L. 515-12 et R. 515-24 à R.

PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE LE PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE, Vu le code de l environnement, et notamment ses articles L. 515-12 et R. 515-24 à R. DIRECTION RÉGIONALE DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMENAGEMENT ET DU LOGEMENT PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE Arrêté instituant les servitudes d'utilité publique dans le périmètre des deux cents mètres autour de l'installation

Plus en détail

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées Codes l'environnement Décret 95-22 du 9 janvier relatif à la limitation du bruit des aménagements et transports terrestres mai relatif au bruit des 97-110 du 12 relative à la prise en compte du bruit dans

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE Direction départementale des territoires PRÉFET DES HAUTES-ALPES Service d'appui territorial Application du droit des sols LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE D'une manière générale, les zones naturelles

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS.

MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS. MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS. L'an deux mille douze, le 7 janvier à 10h30. Le Conseil Municipal de BRENNILIS, dûment

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES. Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES. Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement Liieu--diitt «lle Cognett» Commune de VAUX--SUR--SEULLES

Plus en détail

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur,

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur, Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle de la Protection des Populations Service de la Protection de l Environnement Installation classée soumise à autorisation

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants Élections municipales de 2014 Communes de moins de 1000 habitants Introduction présentation générale de la réforme Importantes modifications du code électoral introduites par la loi du 17 mai 2013 et son

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans Sécurité Livre de paie (applicable jusqu au 31/07/1998) art. L. 143-5). Déclarations préalables à l embauche L. 320). Relevé mensuel des contrats de travail art. R. 320-1-1). Tous documents, en général,

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Ligne ferroviaire LGV Sud Europe Atlantique Surfaces supplémentaires à acquérir pour travaux déclarés d utilité publique

Ligne ferroviaire LGV Sud Europe Atlantique Surfaces supplémentaires à acquérir pour travaux déclarés d utilité publique Commissaire enquêteur titulaire : Christian CHEVALIER Suppléant : Vincent-Emmanuel VALOIS Ligne ferroviaire LGV Sud Europe Atlantique Surfaces supplémentaires à acquérir pour travaux déclarés d utilité

Plus en détail

VILLE DE BAYONNE RESTAURATION DES IMMEUBLES EN CENTRE ANCIEN Secteur Sauvegardé, Zone patrimoniale de St Esprit

VILLE DE BAYONNE RESTAURATION DES IMMEUBLES EN CENTRE ANCIEN Secteur Sauvegardé, Zone patrimoniale de St Esprit VILLE DE BAYONNE RESTAURATION DES IMMEUBLES EN CENTRE ANCIEN Secteur Sauvegardé, Zone patrimoniale de St Esprit REGLEMENT D ATTRIBUTION DE SUBVENTIONS COMMUNALES Afin de préserver et mettre en valeur le

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION

MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION VILLE DE MIOS Service Commande publique Place du XI novembre BP 13 33380 MIOS MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHÉ DE MAÎTRISE D ŒUVRE A PROCEDURE ADAPTEE EN

Plus en détail

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS MonsieurleProcureurdelaRépublique TribunaldeGrandeInstancedeMontauban Placeducoq 82000MONTAUBAN Paris,le20octobre2010 LR+AR

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage MINISTERE DES PME, DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DES PROFESSIONS LIBERALES Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage Les ventes au déballage, quelle que soit leur dénomination (vide-greniers,

Plus en détail

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 Les textes de référence : ordonnance n 2005-1527 du 8 décembre 2005 relative au permis de construire et aux autorisations

Plus en détail

Autorisation pour le négoce ou le courtage de déchets. Informations pour remplir le formulaire de demande

Autorisation pour le négoce ou le courtage de déchets. Informations pour remplir le formulaire de demande Autorisation pour le négoce ou le courtage de déchets Informations pour remplir le formulaire de demande Administration de l environnement Division des déchets 1, Avenue du Rock n Roll L-4361 Esch/Alzette

Plus en détail

Le Collège des Bourgmestre et Echevins ;

Le Collège des Bourgmestre et Echevins ; Le Collège des Bourgmestre et Echevins ; Vu la demande de permis introduite en date du 17 septembre 2003 par laquelle CLUB ALPIN BELGE -AILE FRANCOPHONE ASBL, ci-après dénommé( e ) l'exploitant, sollicite

Plus en détail

Code du Patrimoine. Loi du 15 juillet 2008. Décembre 2009. Archives courantes

Code du Patrimoine. Loi du 15 juillet 2008. Décembre 2009. Archives courantes FICHE ARCHIVES N 2 LE CLASSEMENT DES ARCHIVES COURANTES Archives courantes Conseils en matière de classement (principalement pour les communes) 1. Choisir le bon conditionnement 2. Quelques conseils de

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE CONSULTATION visant à l attribution d un marché de fournitures informatiques et de pièces détachées dans le cadre du fonctionnement du système d information du Palais omnisports de Paris-Bercy

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS COMMENT PRÉPARER LES DEMANDES? QUELLES SONT LES RÈGLES A RESPECTER? MINISTÈRE DE LA CULTURE

Plus en détail

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442).

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). 28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). Article: 1 Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés

Plus en détail

Réunion d échanges relative à l organisation des missions d instruction des autorisations d urbanisme

Réunion d échanges relative à l organisation des missions d instruction des autorisations d urbanisme Direction Départementale des Territoires du Cher Réunion d échanges relative à l organisation des missions d instruction des autorisations d urbanisme Sommaire Organisation de l application du droit des

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES ---------------

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES --------------- MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES RENOUVELLEMENT DU STANDARD TELEPHONIQUE DU PRES UNIVERSITE DE TOULOUSE --------------- REGLEMENT DE LA CONSULTATION Procédure de consultation : Marché

Plus en détail

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme :

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Demande d autorisation de construire, d aménager ou de modifier un établissement recevant du public (ERP) Cette demande vaut également demande d approbation d un Agenda

Plus en détail

AGENCE DE L'EAU ARTOIS-PICARDIE - N Dossier - N d interlocuteur - Date notification - Montant des opérations - Modalités de la participation - Montant de la participation - Date d atteinte de l objectif

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» REGLEMENT DE CONSULTATION 1 / 8 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET DE L APPEL D OFFRES 3 ARTICLE 2 - CONDITIONS DE L APPEL D OFFRES 3 ARTICLE 3 - PRESENTATION DES

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) Pouvoir adjudicateur exerçant la maîtrise d'ouvrage Ministère de l'intérieur Préfecture de Belfort Représentant du Pouvoir Adjudicateur (RPA)

Plus en détail

Stratégie de moyens digitaux, création d outils de communication on-line et d achat d espaces publicitaires on-line pour la Monnaie de Paris

Stratégie de moyens digitaux, création d outils de communication on-line et d achat d espaces publicitaires on-line pour la Monnaie de Paris LA MONNAIE DE PARIS 11, quai de Conti - 75 270 Paris cedex 06 Voie Romaine - 33 600 Pessac www.monnaiedeparis.fr Direction des Finances et de la Performance AOO 33-15 RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION du 17/07/2015

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR 3 ème étage - bâtiment A Du Guesclin

REGLEMENT INTERIEUR 3 ème étage - bâtiment A Du Guesclin REGLEMENT INTERIEUR 3 ème étage - bâtiment A Du Guesclin PREAMBULE En application des objectifs de soutien aux arts visuels et aux musiques actuelles, un espace mutualisé de travail est ouvert par la Ville

Plus en détail

Le 18/09/2015 à 12h00 à Pessac en Gironde (voir article 6 du présent règlement)

Le 18/09/2015 à 12h00 à Pessac en Gironde (voir article 6 du présent règlement) LA MONNAIE DE PARIS 11, quai de Conti - 75 270 Paris cedex 06 Voie Romaine - 33 600 Pessac www.monnaiedeparis.fr Direction des Finances et de la Performance MAPA 75-15 RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION Version

Plus en détail

RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME

RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME 1/6 PROCEDURE ADAPTEE RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME MARCHÉ PUBLIC D ETUDES ET D ASSISTANCE [MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES] passé selon la

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B Les déchetteries intercommunales de la CCVD s inscrivent dans le rôle des collectivités

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Élaboration du volet «éolien» du schéma régional du climat, de l air et de l énergie DREAL Nord Pas de Calais Service ECLAT CCTP volet éolien du SRCAE page 1

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3

LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3 LE PERMIS D'ENVIRONNEMENT - CLASSE 3 Dernière révision du document : février 2013 Entré en vigueur le 1 er octobre 2002, le "Permis d Environnement" (créé par le décret du 11 mars 1999) peut être considéré

Plus en détail

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT. DISTRIBUTEUR : Commune :.. (dpt)

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT. DISTRIBUTEUR : Commune :.. (dpt) Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT Référence : REG.DIS.SITE.CER.XX DISTRIBUTEUR : Document type : Convention d études de raccordement DISTRIBUTEUR

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 3 Février 2010 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados 1- ACTUALITÉ DES DÉCISIONS DU CONSEIL D'ÉTAT Décision du conseil d'etat (CE) n

Plus en détail

Comment remplir le dossier de demande subvention?

Comment remplir le dossier de demande subvention? Comment remplir le dossier de demande subvention? Ville de Suresnes année 2015 Le dossier de demande de subvention est à déposer en 3 exemplaires avant le 5 décembre 2014 Au service Vie Associative 6 rue

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES EN INGENIERIE INFORMATIQUE

CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES EN INGENIERIE INFORMATIQUE CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES EN INGENIERIE INFORMATIQUE Référence : XXX/2014/001 ENTRE ADVIZIUM 37 rue de Neuilly - 92110 Clichy RCS Nanterre 499 404 390 Représentée par Monsieur Bertrand DALAISON,

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives

Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives DE L'ARIEGE Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives Mercredi 26 octobre 2011 9h - 12h 4 Rue Raoul Lafagette 09000 FOIX Tél : 05.34.09.32.40 Fax : 05.34.09.30.88 www.cdg09.fr

Plus en détail

ARRETE NOR: EQUS0100026A. Version consolidée au 27 mars 2015

ARRETE NOR: EQUS0100026A. Version consolidée au 27 mars 2015 ARRETE Arrêté du 8 janvier 2001 relatif à l exploitation des établissements d enseignement, à titre onéreux, de la conduite des véhicules à moteur et de la sécurité routière. NOR: EQUS0100026A Version

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Cadre réservé à l administration Date de réception : N de dossier OSIRIS : Date de dossier complet :

Cadre réservé à l administration Date de réception : N de dossier OSIRIS : Date de dossier complet : Mise à jour : le 07/07/2011 n 13597 01 FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION «AIDE A LA CREATION ET AU DEVELOPPEMENT DE MICRO-ENTREPRISES» (DISPOSITIF N 312 DU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL)

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Inrap / Procédures réglementaires

Inrap / Procédures réglementaires Procédures réglementaires DIAGNOSTIC Étape 1 Prescription Sont présumés faire l objet de prescriptions archéologiques préalablement à leur réalisation tous les projets d aménagements affectant ou susceptibles

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION (RC)

REGLEMENT DE CONSULTATION (RC) Marché public de fournitures Articles 28 et 77 du Code des Marchés Publics Maître d'ouvrage : VILLE DE PLOUGUERNEAU BP 1 REGLEMENT DE CONSULTATION (RC) Fourniture de produits d'entretien et d'hygiène et

Plus en détail

Introduction 3. 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4. 1.1. Généralités sur les ICPE 4

Introduction 3. 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4. 1.1. Généralités sur les ICPE 4 Introduction 3 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4 1.1. Généralités sur les ICPE 4 1.2. Le cas des entrepôts : exigences /textes décodés 10 2. L application

Plus en détail

Récépissé de depôt d une demande de transfert d un permis délivré en cours de validité

Récépissé de depôt d une demande de transfert d un permis délivré en cours de validité Récépissé de depôt d une demande de transfert d un permis délivré en cours de validité Madame, Monsieur, Vous avez déposé une demande de transfert d un permis délivré en cours de validité. Le délai d instruction

Plus en détail

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation?

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? Sommaire page 2 > A { Qu est ce qu une Installation Classée pour la Protection de l Environnement (ICPE)?

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C.)

REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C.) DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE Commune de SAINT-AUBIN-D AUBIGNE SALLE OMNISPORTS FOURNITURE ET POSE DE PANNEAUX PHOTOVOLTAIQUES POUR UNE PRODUCTION D ENERGIE ELECTRIQUE AVEC REVENTE REGLEMENT DE CONSULTATION

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Étudiants des sections de techniciens supérieurs

CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Étudiants des sections de techniciens supérieurs CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des sections de techniciens supérieurs Vu la délibération du conseil d administration du lycée en date du 29 mai 2007 approuvant la convention-type

Plus en détail

Hôtel de Ville Place du Général De Gaulle BP 209 59832 Verlinghem cédex Téléphone : 03.20.08.81.36 Fax : 03.20.08.73.81 www.verlinghem.

Hôtel de Ville Place du Général De Gaulle BP 209 59832 Verlinghem cédex Téléphone : 03.20.08.81.36 Fax : 03.20.08.73.81 www.verlinghem. COMMUNE DE VERLINGHEM Hôtel de Ville Place du Général De Gaulle BP 209 59832 Verlinghem cédex Téléphone : 03.20.08.81.36 Fax : 03.20.08.73.81 www.verlinghem.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES ET DE SERVICES

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Commande n 3505 Date de réalisation : 23 septembre 2011 (Valable 6 mois) Mode COMMANDE

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme Présentation générale de la réforme Information aux Maires Introduction Une réforme à la fois technique et politique Une réforme, fruit

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC)

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) COMMUNE DE TRAMOLE Pouvoir adjudicateur exerçant la maîtrise d'ouvrage Personne Responsable du Marché représentant le pouvoir

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Page 2 Routes départementales - département de LA CREUSE - Elaboration des cartes de bruit stratégiques

Page 2 Routes départementales - département de LA CREUSE - Elaboration des cartes de bruit stratégiques Rapport Sommaire 1. TEXTES DE REFERENCES... 3 2. OBJET DE L ETUDE... 3 3. CONTENU DES CARTES DE BRUIT STRATEGIQUES... 4 1.1. Documents graphiques... 4 4. METHODE DE CALCUL ET PARAMETRES RETENUS... 4 1.2.

Plus en détail

LETTRE DE CONSULTATION

LETTRE DE CONSULTATION LETTRE DE CONSULTATION N 07_26 Le présent document est à retourner à l'adresse suivante : Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail 253 avenue du général Leclerc 94 701 Maisons-Alfort

Plus en détail

CREER UNE ASSOCIATION : MODE D EMPLOI

CREER UNE ASSOCIATION : MODE D EMPLOI CREER UNE ASSOCIATION : MODE D EMPLOI Selon l'article 2 de la loi de 1901, les associations peuvent «se former librement sans autorisation ni déclaration». Pour exister officiellement, il convient néanmoins

Plus en détail

ARRÊTÉ accordant des permis de construire au nom de l État. Le Préfet de la Creuse

ARRÊTÉ accordant des permis de construire au nom de l État. Le Préfet de la Creuse REPUBLIQUE FRANCAISE Préfet de la Creuse dossiers n et PC02323410A0001 date de dépôt : 18 février 2010 demandeur : WPD Energie 21 Limousin pour : construction de 5 éoliennes adresse terrains : lieux-dits

Plus en détail

Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II

Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II Laurence Lanoy Mathieu Farge 28 mars 2011 Intersol Introduction Les obligations d information environnementale sont imposées

Plus en détail

Certificat d urbanisme

Certificat d urbanisme MINISTÈRE CHARGÉ Demande de Certificat d urbanisme N 13410*02 1/4 Vous pouvez utiliser ce formulaire pour : Connaître le droit de l urbanisme applicable sur un terrain Savoir si l opération que vous projetez

Plus en détail

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante :

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante : CIRCULAIRE AD 94-2 DU 18 JANVIER 1994 Tri et conservation des archives des établissements publics de santé : documents produits après 1968 par les services administratifs chargés de la gestion des hospitalisations

Plus en détail

DEBITS DE BOISSONS FICHE PRATIQUE R1 LES CATEGORIES DE LICENCES LE PERMIS D'EXPLOITATION LES FORMALITES PREALABLES A L'OUVERTURE.

DEBITS DE BOISSONS FICHE PRATIQUE R1 LES CATEGORIES DE LICENCES LE PERMIS D'EXPLOITATION LES FORMALITES PREALABLES A L'OUVERTURE. FICHE PRATIQUE R1 DEBITS DE BOISSONS REGIME JURIDIQUE LES CATEGORIES DE LICENCES LE PERMIS D'EXPLOITATION LES FORMALITES PREALABLES A L'OUVERTURE Réglementation janvier 2 0 1 4 Cette fiche pratique est

Plus en détail

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des Sections de Techniciens Supérieurs Vu le décret 2006-1093 du 29 août 2006 (J.O. du 31.08.2006), Vu

Plus en détail

REGLEMENT DE CANDIDATURE MARCHE DE TRAVAUX. Construction modulaire d un pôle intercommunal. Lieu-dit les Vots 54113 BLENOD LES TOUL

REGLEMENT DE CANDIDATURE MARCHE DE TRAVAUX. Construction modulaire d un pôle intercommunal. Lieu-dit les Vots 54113 BLENOD LES TOUL Maîtrise d ouvrage : Syndicat de construction du Pôle Intercommunal Scolaire Périscolaire Culturel Sportif de BLÉNOD-lès-TOUL SCPI - Mairie de Blénod les Toul 1, Chemin des plantes 54113 Blénod les Toul

Plus en détail

DOSSIER PREFECTURE ET CNIL MOINS DE 8 CAMERAS ET NE FILMANT PAS LA VOIE PUBLIQUE

DOSSIER PREFECTURE ET CNIL MOINS DE 8 CAMERAS ET NE FILMANT PAS LA VOIE PUBLIQUE DOSSIER PREFECTURE ET CNIL MOINS DE 8 CAMERAS ET NE FILMANT PAS LA VOIE PUBLIQUE 1 attestation de remise des documents Je soussigné, Mr de la société.. atteste avoir reçu ce jour de la société ADS FRANCE,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail