MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS"

Transcription

1 MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS

2 MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important de l incinération, avec laquelle elle constitue un concept d élimination global. La construction et l exploitation de décharges destinées aux déchets issus de la production chimique doivent respecter des normes de sécurité extrêmement rigoureuses. Les décharges spéciales sont soumises à des exigences très strictes concernant les conditions du site, la géologie du sous-sol, la position par rapport aux nappes d eau souterraines et la proximité de zones de captage d eau potable. L autorisation n est accordée que si la preuve est apportée que la décharge spéciale n entraînera aucun risque pour l environnement, en particulier pour les eaux souterraines. La décharge spéciale du CHEMPARK à Leverkusen durée d utilisation prévue, vers 2070, elle aura, de la base au sommet, une hauteur de 60 m, soit une altitude de 100 m. Après une phase de réhabilitation, le terrain pourra être transformé en espace vert récréatif. Construction et exploitation d une décharge spéciale Il existe actuellement une multitude de mesures techniques garantissant une construction efficace de la structure des décharges. Notre décharge est conçue afin de limiter au maximum la pénétration des eaux pluviales et la formation de lixiviats. La décharge spéciale du CHEMPARK, entrée en service en 1970, a une superficie au sol de 65 hectares. À la fin de la Les eaux souterraines provenant de la région du Bergisches Land au nord-est se dirigent naturellement vers le 02

3 Rhin. Afin d éviter tout impact hydrologique négatif au nord-est, le forage d une série de puits a permis d abaisser le niveau de la nappe souterraine à cet endroit. Les eaux pluviales sont captées par des drains intégrés aux différents niveaux de la décharge (cf. page 5) et dirigées vers la station d épuration où elles sont traitées comme lixiviats de décharge. Cela vaut également pour les eaux souterraines du côté ouest de la décharge, qui sont pompées par la deuxième galerie (ouest) de puits. Un registre de décharge répertorie le lieu de stockage et l emplacement au sein de la structure de la décharge. La décharge est subdivisée en cellules de taille identique, de 50 m x 50 m x 2,5 m, qui permettent de connaître la position des déchets. À cette structure efficace correspondent différentes mesures de qualité et de contrôle (cf. page 5) qui déterminent le déroulement des opérations dans la décharge. De vastes mesures d étanchéité au sein de la décharge (cf. page 5) empêchent en outre les processus de lixiviation et un mélange des substances composant les déchets enfouis. La décharge convient au stockage de déchets exigeant une surveillance particulière. 03

4 MISE EN DÉCHARGE La structure de la décharge spéciale LA STRUCTURE DE LA DÉCHARGE SPÉCIALE Pas à pas : Vue d ensemble des mesures d étanchéité La protection des eaux souterraines est assurée par un système associant plusieurs mesures techniques d étanchéité. L isolation de la décharge est triple et composée de l étanchéité de fond de décharge ; l étanchéité intermédiaire ; l étanchéité de surface. L étanchéité du fond isole la décharge des eaux souterraines et capte les lixiviats. L étanchéité intermédiaire divise la décharge en couches compactées de 2,5 m de hauteur. Toutes les quatre couches, soit tous les 10 m, on dispose une couverture intermédiaire. Cette étanchéité intermédiaire réduit au maximum la pénétration des eaux pluviales dans la structure de la décharge et donc la quantité de lixiviats à traiter. L étanchéité finale englobe l ensemble de la surface et des talus. La procédure d autorisation pour la structure du système d étanchéité est en cours. L étanchéité de surface est stable à long terme contre l érosion, les rongeurs, la perforation par les racines et les autres influences de l environnement. 04

5 Couvert végétal Couche de terre Végétation spontnée Couche de drainage Film plastique étanche Déchets Substrat pour plantes Non-tissé/couche d ancrage Étanchéité minérale Couche de base/ couche d égalisation 100 m Couverture Film plastique étanche Étanchéité de surface 90 m Système de drainage Film plastique étanche Sable Étanchéité minérale Couverture Étanchéité intermédiaire Déchets 80 m 70 m 60 m 50 m Étanchéité de fond de charge Sol lavé 40 m Étanchéité de fond de charge ÉTANCHÉITÉ INTERMÉDIAIRE ÉTANCHÉITÉ DE SURFACE FONCTION Isolation vis-à-vis des eaux souterraines Captage des lixiviats FONCTION Captage et dérivation des eaux pluviales FONCTION Prévention durable de la pénétration d eaux pluviales et du contact entre les déchets et l environnement STRUCTURE Étanchéité minérale de 50 mm (p. ex. argile) Fonction : couche d étanchéité, imperméable 10 cm de sable Fonction : couche de protection Film plastique étanche de 2,5 mm (polyéthylène, entièrement soudé) Fonction : couche d étanchéité, imperméable, résistante aux produits chimiques, au vieillissement et aux bactéries du sol Couche de drainage de 30 cm (gravier) avec drains Fonction : collecte et dérivation des lixiviats vers la station d épuration Couverture de 50 cm (matériaux perméables, comme gravats fins, gravier, déblais, mâchefers) Fonction : couche de protection Déchets STRUCTURE Couverture de 10 cm (sol à granulométrie fine) Fonction : couche de protection Film plastique étanche texturé de 1,5 mm (polyéthylène, soudé) Fonction : couche d étanchéité, imperméable, résistante aux produits chimiques, au vieillissement et aux bactéries du sol Non tissé/couche d ancrage Substrat pour plantes de 4 cm (mélange composé d ardoise, de basalte, etc., stable à l érosion, perméable à l eau) Fonction : couche de protection, collecte et dérivation des eaux pluviales et des lixiviats STRUCTURE Couche de base de 20 cm (sol non cohérent) Fonction : couche d égalisation Étanchéité minérale de 60 cm (p. ex. argile) Fonction : couche d étanchéité au niveau des talus et du plateau sommital Étanchéité minérale de 50 cm (p. ex. argile) Fonction : couche d étanchéité Film plastique étanche de 2,5 mm (polyéthylène, entièrement soudé) Couche de drainage de 20cm (p. ex. gravier) Fonction : dérivation des eaux pluviales (lixiviats) Couche de terre d environ 1 m (sol cohérent et non cohérent) 05

6 MISE EN DÉCHARGE L assurance qualité 06

7 L assurance qualité Les décharges à ciel ouvert sont conformes à toutes les normes de sécurité nécessaires. L objectif absolu est toujours la protection des eaux souterraines et la stabilité de la structure de la décharge. C est pourquoi nos décharges sont conçues pour éviter durablement tout contact entre les substances contenues dans les déchets et l environnement. Gestion des déchets Les étapes préparatoires, à savoir la collecte des déchets et la logistique, font partie intégrante de l élimination des déchets. En coopération avec nos clients, nous identifions le traitement préalable physico-chimique optimal et décidons des détails de l enfouissement. Cette décision repose sur des informations relatives à la quantité ; au mode d élimination proposé ; aux mesures de sécurité du travail à prendre lors de l élimination ; aux caractéristiques générales et aux données physiques et chimiques, comme la résistance, la perte par calcination, la solubilité dans l eau, etc. Ces informations permettent de préparer tous les documents requis pour l obtention des autorisations nécessaires. La qualité de l élimination est assurée par des analyses de suivi, l évaluation des documents d accompagnement et un système interne de gestion de la qualité englobant toutes les séquences importantes. Déchets aptes à la mise en décharge Les déchets ne pouvant pas être incinérés, comme les résidus de production minéraux, les déblais contaminés par des produits chimiques et les gravats de démolition sont stockés dans la décharge spéciale. On y enfouit également des résidus minéraux et des cendres issus de l incinération de déchets et de boues provenant de l épuration des eaux usées. La décharge est donc un élément important du réseau d élimination de déchets de Leverkusen-Bürrig. La mise en décharge des déchets tient compte de leurs propriétés chimiques et physiques et suit donc un plan d enfouissement bien précis. Les déchets à forte teneur en substances solubles dans l eau (déchets de sels, sels issus de l épuration des fumées et de l incinération d eaux usées concentrées) sont conditionnés dans des sacs spéciaux en plastique, les «big bags». Les déchets dont la teneur en matières organiques dépasse 10 % doivent généralement subir un traitement thermique préalable (cf. incinération des déchets spéciaux). Déchets inaptes à la mise en décharge Ne peuvent être mises en décharge les substances dont la nature et la composition ne sont pas conformes à la réglementation sur la mise en décharge ; très toxiques même en petite quantité ; pouvant dégager des gaz toxiques ; ayant tendance à exploser et liquides ou pâteuses (même en fûts ou en récipients). 07

8 Publié par Currenta GmbH & Co. OHG Leverkusen Allemagne Mise à jour : mars 2010

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

INCINÉRATEURS. Incinération de déchets spéciaux Incinération d eaux usées Incinération de boues d épuration. Une entreprise de Bayer et LANXESS

INCINÉRATEURS. Incinération de déchets spéciaux Incinération d eaux usées Incinération de boues d épuration. Une entreprise de Bayer et LANXESS INCINÉRATEURS Incinération de déchets spéciaux Incinération d eaux usées Incinération de boues d épuration Une entreprise de Bayer et LANXESS INCINÉRATION DE DÉCHETS SPÉCIAUX Indroduction Introduction

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE?

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE? Plusieurs paramètres sont à considérer avant de choisir et dimensionner le dispositif d assainissement : L aptitude du sol : perméabilité, hauteur et nature de la couche rocheuse, niveau de remontée de

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française 1. Le cadre réglementaire La délibération 87-48AT du 29 avril 87 modifiée

Plus en détail

Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD

Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD Journée CFMS Géotechnique et Protection de l'environnement - 23 Janvier 2008 Thierry GISBERT, vice président

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

L enfouissement des déchets ultimes

L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E LE CENTRE D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (C.E.T.)

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

Eaux usées Fosses septiques

Eaux usées Fosses septiques EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Fosses septiques Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eau qui a été utilisée pour le lavage et le nettoyage par chasse d eau dans

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

Bacs et palettes pour l industrie chimique et pharmaceutique

Bacs et palettes pour l industrie chimique et pharmaceutique Bacs et palettes pour l industrie chimique et pharmaceutique La solution en manutention plastique Palettes Contact pour rayonnage en grande hauteur Dans l industrie pharmaceutique et chimique, de plus

Plus en détail

Les différentes filières d assainissement non collectif

Les différentes filières d assainissement non collectif Les différentes filières d assainissement non collectif Tout ce que vous devez savoir sur l Assainissement Non Collectif avant de vous lancer dans des travaux d assainissement Il appartient à l usager

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

Modalités s de gestion et de réhabilitation des sites pollués

Modalités s de gestion et de réhabilitation des sites pollués Modalités s de gestion et de réhabilitation r des sites pollués SOURCE VECTEUR CIBLE Décharge Stockage de produits dangereux Fuite Sol / Eau contaminée Météo : pluie / vent Eaux superficielles Eaux souterraines

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement Tranchées d épandage à faible profondeur Principe de fonctionnement Cette filière est généralement utilisée dans un sol perméable et d épaisseur suffisante (environ 1 mètre de terre végétale) pour permettre

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

Centre de stockage de déchets d non dangereux ou dangereux. Les obligations réglementairesr abilité

Centre de stockage de déchets d non dangereux ou dangereux. Les obligations réglementairesr abilité 12 octobre 2012 Centre de stockage de déchets d ultimes non dangereux ou dangereux Les obligations réglementairesr en matière de conception et de traçabilit abilité Présentation de l inspection des installations

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX

INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX Des unités efficaces d élimination des polluants et de valorisation énergétique Une entreprise de Bayer et LANXESS DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PROPRES Prestataire compétent,

Plus en détail

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4 60.01 DRAINER C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3 Les principes de drainage page 2&3 les réseaux de drainage page 4 la pose des drains page 4&5 page 1/6 - Fiche Conseil n 60.01

Plus en détail

Le Centre de Stockage du Jura Courlaoux - Les Repôts

Le Centre de Stockage du Jura Courlaoux - Les Repôts Le Centre de Stockage du Jura Courlaoux - Les Repôts VISITE GUIDÉE Embarquez... Le Centre de Stockage du Jura : CSJ, installation de stockage des déchets non dangereux, a été mis en service en 1998. D

Plus en détail

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories Les pompes à chaleur ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds Elles valorisent les calories du sol ou de l eau des. nappes par le biais de réseaux de capteurs, de sondes ou de forages d eau.

Plus en détail

Géothermie Système complet

Géothermie Système complet Géothermie Système complet 1 La géothermie GWE. L énergie du futur Equipemen t technique du bâtime nt Colle ct Distrib eurs / u te u r s Sonde Dans ce contexte de raréfaction des combustibles fossiles,

Plus en détail

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 206 DM14 Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 Impact potentiel du projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard

Plus en détail

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après.

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après. Ministère de l Environnement et des Gouvernements locaux Directive pour les carrières de sable et de gravier OBJECTIF L objectif du présent document est de fournir de l information et des directives aux

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels

Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels Terminologie Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels ISD (Installations de Stockage de Déchets) - terminologie à privilégier aujourd hui au sens

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité

DOSSIER DE PRESSE. Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité DOSSIER DE PRESSE Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité -Andraaoût 2003 Contacts : Dominique Mer Tél : 03 25 92 33 98 ( fax : 33 83) E-mail : dominique.mer@andra.fr Cécile

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

PRODUIT DESCRIPTION RÉFÉRENCE. Améliorant d indice de viscosité, idéal pour les terrains de recouvrement, les sables et les graviers.

PRODUIT DESCRIPTION RÉFÉRENCE. Améliorant d indice de viscosité, idéal pour les terrains de recouvrement, les sables et les graviers. MATEX PRODUIT RÉFÉRENCE Contrôle de viscosité DD-1200 DD-2000 DD-955 Ultravis Améliorant d indice de viscosité, idéal pour les terrains de recouvrement, les sables et les graviers. Améliorant d indice

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES :

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : L inspection, le diagnostic et la classification d une installation septique dans le cadre d un relevé sanitaire (no 4) Agenda de présentation 1. Base de données

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

ISDND DE ST SORLIN EN VALLOIRE - CONCEPTION DE L INSTALLATION DE DRAINAGE, DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

ISDND DE ST SORLIN EN VALLOIRE - CONCEPTION DE L INSTALLATION DE DRAINAGE, DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS Page 1 / 6 La présente étude s inscrit dans le cadre de l article 18 de l arrêté du 9 septembre 1997 relatif aux installations de «déchets non dangereux» modifié. La création du casier 4 ayant lieu sur

Plus en détail

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 9 mars 2015 Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 L accident de la centrale de Fukushima Dai-Ichi (F-1), survenu

Plus en détail

INTÉRÊT DES MATÉRIAUX GEOSYNTHÉTIQUES DANS LA CONCEPTION DES CENTRES D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (CET) EN ALGÉRIE

INTÉRÊT DES MATÉRIAUX GEOSYNTHÉTIQUES DANS LA CONCEPTION DES CENTRES D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (CET) EN ALGÉRIE Studia Geotechnica et Mechanica, Vol. XXXIII, No. 3, 2011 INTÉRÊT DES MATÉRIAUX GEOSYNTHÉTIQUES DANS LA CONCEPTION DES CENTRES D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (CET) EN ALGÉRIE YOUCEF KEHILA, FADILA MEZOUARI

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets

CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets Présentation : La Conception réglementaire et technique des Centres de Stockages de Déchets

Plus en détail

AFITEX. L intelligence des sols

AFITEX. L intelligence des sols AFITEX L intelligence des sols AFITEX 25 ans d expertise au service des sols >>> Depuis plus de 20 ans, AFITEX, destinés principalement aux aujourd hui sur ses deux atouts société industrielle, s est marchés

Plus en détail

109_Anspritzbegruenung.xls FR Stand: 06.07.09

109_Anspritzbegruenung.xls FR Stand: 06.07.09 109_Anspritzbegruenung.xls FR Stand: 06.07.09 Méthode d hydro-ensemencement Prestation complète de semis hydraulique Substrat de culture Optigreen (utilisation pour les structures monocouches) Consommation

Plus en détail

Relevé sanitaire Installation autonome

Relevé sanitaire Installation autonome INFORMATIONS GÉNÉRALES Lac/Cours d eau (nom) : Matricule : No. : Date du relevé : Heure : Relevé effectué par : Propriétaire : Présent Absent Adresse : CARACTÉRISTIQUES DE LA RÉSIDENCE Résidence Permanente

Plus en détail

Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers. Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources

Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers. Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources Plan de présentation Historique et contexte Problématique

Plus en détail

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE LE RACCORDEMENT AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT : UNE OBLIGATION LEGALE L étanchéité parfaite est la qualité principale d un réseau d assainissement. Elle

Plus en détail

Cofra HDPE. membranes d étanchéité. Cofra. Building worldwide on our strength

Cofra HDPE. membranes d étanchéité. Cofra. Building worldwide on our strength C Building worldwide on our strength BV est spécialiste de la fabrication et de l application des membranes en plastique. Sur les sites de décharge de déchets, et surtout pour la mise en œuvre en génie

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110 Novembre 2014 Direction Départementale des Territoires de l Isère Service Environnement DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement Rubrique

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps?

Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps? C.I n 1 : JE DECOUVRE LES CARACTERISTIQUES DE NOTRE ENVIRONNEMENT Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps? Séquence n 1 :

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toutes les eaux usées de votre habitation doivent être dirigées vers une fosse qui assure un prétraitement, avant d'être traitées dans un système

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Déchetterie de Treffieux

Déchetterie de Treffieux Déchetterie de Treffieux Activité La déchetterie assure la collecte des déchets apportés et triés par les ménages. Les déchets sont regroupés par catégories de matériaux : déchets vert, gravats, tout venant,

Plus en détail

Formation «Compost & Co»

Formation «Compost & Co» Formation «Compost & Co» Techniques de valorisation des déchets organiques chez soi Mercredi 08 avril 2015 Le sol : un milieu vivant dont il faut profiter Pas simplement un support «éponge» pour nos plantes.

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire!

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! N OUBLIEZ PAS! L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! En entretenant régulièrement votre assainissement, vous participez

Plus en détail

ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite. Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09

ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite. Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09 ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09 Exemple d une filière ZEOMOP avec relevage Rejet de la filière en conformité avec la réglementation en vigueur.

Plus en détail

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7 S.P.A.N.C. Schémas de principe et de fonctionnement des différents dispositifs SOMMAIRE Schémas de principe et de fonctionnement A / Définition des filières d assainissement p 3 B / Fosse toutes eaux p

Plus en détail

Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité?

Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité? Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité? Attention, tout nouveau local de stockage devra directement être conforme à l ensemble des exigences présentées dans ce document Actuellement

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

Les Forages de Puits d Eau

Les Forages de Puits d Eau 1 8 Journée de l APRONA Les Forages de Puits d Eau Intervenant : M Claude Maurutto 2 Les Forages de puits d eau De la réalisation à la réception de l ouvrage Un Forage : Pourquoi? Un peu d Histoire Les

Plus en détail

ources d eau potable Dans une goutte d eau

ources d eau potable Dans une goutte d eau Dans une goutte d eau Sources d eau potable Saviez-vous que 40 pour cent des Néo-Écossais possèdent leur propre source d eau (puits creusé ou foré, ou source d eau en surface)? Le reste de la population

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Arrêté du [ ] relatif aux installations de stockage de déchets de sédiments NOR : DEVP1519170A

Arrêté du [ ] relatif aux installations de stockage de déchets de sédiments NOR : DEVP1519170A RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Arrêté du [ ] relatif aux installations de stockage de déchets de sédiments NOR : DEVP1519170A Publics concernés :

Plus en détail

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011)

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011) (c.q-2, r.22) En bref (version 2011) 2008 2 NOTE AU LECTEUR Cet ouvrage se veut une aide à la compréhension du règlement provincial, utilisé par les municipalités du Québec et les consultants qui effectuent

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Champ disciplinaire : Les sciences expérimentales Domaine : la matière

Plus en détail

La protection des parois enterrées

La protection des parois enterrées La protection des parois enterrées Les produits pour traiter les remontées capillaires ou l action des eaux de ruissellement ou d infiltration : parce que les parois enterrées se doivent d être protégées

Plus en détail

TRAVAUX DE RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT

TRAVAUX DE RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT TRAVAUX DE RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT PARTICULIERS INSTRUCTIONS TECHNIQUES Page 1 sur 11 QUELQUES REGLES À CONNAITRE Obligation de raccordement Comme le prescrit l article L.33 du code de la santé publique,

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

L ELIMINATION DES DECHETS: UNE QUESTION DE CONFIANCE

L ELIMINATION DES DECHETS: UNE QUESTION DE CONFIANCE L ELIMINATION DES DECHETS: UNE QUESTION DE CONFIANCE L élimination des déchets en toute tranquillité. NOTRE PHILOSOPHIE PRENDRE SES RESPONSABILITES. PROTEGER NOTRE AVENIR. Nous procédons à une élimination

Plus en détail

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral SECTION 21 LA PROTECTION DU MILIEU RIVERAIN 21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral Toutes les constructions, tous les ouvrages et tous les travaux qui sont

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif SIVO - Syndicat Intercommunal de la Vallée de l Ondaine 44, rue de la Tour de Varan - 42700 FIRMINY Le contexte réglementaire La loi sur l eau du 3 janvier

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH PRESENTATION Le réservoir souterrain horizontal, type ECODEPUR, modèle RSH est fabriqué en Polyéthylène Linéaire avec additif anti-uv, par système de rotomoulage,

Plus en détail

La couverture du centre de stockage de

La couverture du centre de stockage de CAS PRATIQUE Drainage et imperméabilisation de la couverture du centre de stockage de déchets de Saint-Brès Stéphane Fourmont a, Eric Castanet b, Romain Desbonnets c et Jean-Marc Faivre d La couverture

Plus en détail

FANC1. Nom et prénom du demandeur:.. Raison Sociale :... Adresse :. Code postal : Commune :. Section et numéro du cadastre du projet :

FANC1. Nom et prénom du demandeur:.. Raison Sociale :... Adresse :. Code postal : Commune :. Section et numéro du cadastre du projet : Demande d installation d Assainissement Non Collectif Date du contrôle : (à remplir par le SPANC) Ce formulaire est à remplir par le pétitionnaire et doit être remis, accompagné des pièces listées page

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Qu est ce qu une toiture verte? Quels types existe-t-il? Caractéristiques

Qu est ce qu une toiture verte? Quels types existe-t-il? Caractéristiques Toiture verte Qu est ce qu une toiture verte? Une toiture verte est une toiture couverte avec des plantes. La végétation d une toiture verte est choisie dans des sortes de plantes qui résistent bien aux

Plus en détail

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 2 -COMMUNE DE ROGNAC MODIFICATION DU P.O.S. N 8 - REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 17 février 2011 approuvant les

Plus en détail

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 Service Assainissement CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 - DEFINITION L assainissement non collectif ou autonome ou individuel est un système de collecte, de prétraitement

Plus en détail

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010 CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES UNIVALOM, le 24 mars 2010 2CIMENT La Fabrication du ciment La Cimenterie de La Grave de Peille La Valorisation énergétique des encombrants Bilan du MAPA

Plus en détail

Agence Midi-Pyrénées

Agence Midi-Pyrénées Agence Midi-Pyrénées www.cemexgranulats.fr STABILISATEUR de Graviers Le stabilisateur de graviers est un système conçu pour la réalisation de sol dur et praticable en graviers décoratifs. Parfaitement

Plus en détail

DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME

DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME NORMES COMPOSITION D UNE INSTALLATION AUTONOME DISTANCE ET PENTE LA FOSSE TOUTES EAUX EPANDAGE LA VENTILATION ENTRETIEN 1 1 NORMES Les installations d assainissement autonome

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail