Les bénévoles d associations en France : Qui sont-ils? Quelles sont leurs motivations? Comment les manager?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les bénévoles d associations en France : Qui sont-ils? Quelles sont leurs motivations? Comment les manager?"

Transcription

1 HEC Paris Les bénévoles d associations en France : Qui sont-ils? Quelles sont leurs motivations? Comment les manager? Projet Type A Pierre MAURICE

2 Table des Matières Introduction Définitions et état des lieux du secteur associatif et du bénévolat en France Définition d une association et poids du secteur associatif en France : Définition du bénévolat : Définition du volontariat : Définition de l emploi salarié : Qui sont les bénévoles? Quelles sont leurs motivations à l entrée? Vers une typologie des bénévoles : Les seniors : Les étudiants : Les parents : Les chômeurs : Ceux directement touchés par une cause : Les actifs : Les motivations à l entrée : L évolution des motivations à rester : «La reconnaissance» : La reconnaissance en interne : La reconnaissance sociale : La reconnaissance ou les jeux politiques La reconnaissance et le lien social Comment manager les bénévoles? Comprendre les facteurs de démotivation et leur évolution La liste des commandements : «Un entretien d embauche tu conduiras» «Un entretien annuel de satisfaction tu rajouteras» «Une alternance des tâches tu prôneras»: «Une procédure de formation tu systématiseras» «Une procédure de promotion démocratique tu appliqueras» «Des rituels de reconnaissance tu élaboreras» «Un contact avec les bénéficiaires tu organiseras» «Sur ton image tu travailleras» P a g e

3 9. «Tes bénévoles à être recruteurs tu prépareras» «Les importuns tu écarteras» En Guise de Conclusion Bibliographie récapitulative P a g e

4 Introduction Depuis la loi Waldeck Rousseau dite loi 1901, les français ont la liberté de se réunir par le biais de structures associatives. Ce statut juridique laisse semble t-il une forte marge de manœuvre. De la même manière qu il est possible de créer des entreprises avec des objets sociaux on ne peut plus divers, les associations ont des objectifs au moins aussi variés et semblent suivre l évolution de la société et les influences des grandes préoccupations du moment. Cependant certaines associations sont jugées comme de véritables précurseurs ou objecteurs de conscience avant l heure. L ONG Greenpeace a ainsi été fondée en 1971 à Vancouver 1 avec pour mission auto désignée la défense des causes environnementales à l échelle globale ; soit bien avant la décennie 2000 et les préoccupations écologiques devenues de nos jours très présentes dans le débat public de la majorité des pays développés. Les créations d associations n ont cessé de s amplifier en France depuis la loi 1901 et à un rythme qui ne semble pas vouloir ralentir. Ce secteur ne recherchant pas le profit constitue néanmoins aujourd hui une part importante de l activité économique française, un peu plus de 3% du PIB (Produit Intérieur Brut) ces dernières années 2 pour être précis. Or de par le principe même de ne pas viser la maximisation des profits, fait le plus marquant les distinguant de la structure «traditionnelle» (id est l entreprise), les associations doivent compter sur des «bonnes âmes» : des hommes et des femmes prêts à offrir leurs services sans attendre de rémunération en retour. Certaines associations fonctionnent même sans employer aucun salarié et reposent donc intégralement sur l engagement de leurs bénévoles. Le bénévolat constitue par conséquent un moteur indispensable au bon fonctionnement du monde associatif mais à la différence des entreprises peu de méthodes formelles existent, peu d études spécifiques ont été réalisées pour analyser, comprendre et manager cette puissance humaine. Cette étude pouvant intéresser les dirigeants d associations ou de toute autre structure ayant besoin de bénévoles de manière plus ou moins récurrentes, vise à répondre à plusieurs questions. Tout d abord qui sont les bénévoles? Peuton rationaliser et segmenter cette population et jusqu à quel point est-elle diverse? Ensuite quels sont les motivations des uns et des autres pour se lancer dans le bénévolat? Une fois bénévole, quels sont les moyens pour une association de garder et motiver, en un mot manager, ses troupes non rémunérées dans la durée? Nous nous attacherons dans un premier temps à définir précisément les termes et concepts que nous utiliserons tout au long de cette étude, puis nous partirons à la rencontre de cette population diverse et difficile à définir que représentent les bénévoles. Nous tâcherons d élaborer des catégories de populations puis nous creuserons les motivations poussant à démarrer une activité bénévole. Une 1 D après le site de Greenpeace rubrique «historique», lien http : 2 Tchernonog V. (2007), «Les Associations en France, Poids, Profils et Evolutions», Revue de l ADDES 4 P a g e

5 fois le décor planté nous réfléchirons sur les évolutions de motivation (affichées et non affichées) au cours d une «carrière» de bénévole et les moyens pouvant être utilisés par les associations pour garder plus longtemps, et manager de manière «professionnelle» les équipes de bénévoles. Nous établirons ainsi en fin d étude une table des dix commandements sur le management des bénévoles en association. N.B : Nous centrerons notre étude sur le monde associatif en France, non par ethnocentrisme mais bien par soucis d exactitude. En effet bon nombre de sources utilisées dans l analyse sont le fruit de travaux menés auprès d associations et de bénévoles français. Considérer ce qui est vrai et s applique dans ce pays comme universel est un pas que nous ne franchirons pas. 5 P a g e

6 1. Définitions et état des lieux du secteur associatif et du bénévolat en France 1. Définition d une association et poids du secteur associatif en France : Reprendre le texte intégral de la loi Waldeck-Rousseau dite loi 1901 n est pas pertinent dans le cadre de notre étude. Nous simplifierons donc en reprenant le condensé de définition ci-dessous tiré du Dictionnaire Juridique en ligne 3 : Le droit d'association permet aux personnes qui le souhaitent de se réunir en vue de partager d'une manière permanente un intérêt commun. Le droit d'association qui est indissociable du droit de réunion fait partie des libertés publiques. L'association, même hors habilitation législative, peut agir en justice au nom d intérêts collectifs qui entrent dans son objet social. La loi du 1er juillet 1901 a organisé cette mise en commun et elle a conféré aux associations la personnalité juridique. Elle distingue l'association simple, de l'association reconnue d'utilité publique qui pour exister doit faire l'objet d'un décret pris en Conseil d'etat qui peut posséder d'autres immeubles que ceux qui sont strictement nécessaires à son objet et recevoir des dons et des legs. Le Titre III de cette loi qui se ressent de la loi sur la séparation de l'eglise et de l'etat détermine le droit des congrégations religieuses. Comme nous le remarquons cette définition juridique est assez large et laisse de nombreuses possibilités. Malgré les nombreux amendements cette loi est toujours en vigueur plus d un siècle après son vote et sa promulgation, preuve que son caractère général a permis à des associations de se former au gré des évolutions de la société française sans troubler l ordre de celle-ci bien au contraire. En effet jusque dans les années soixante les principales créations d associations furent dictées par des courants opposés que sont le christianisme à tendance sociale et le républicanisme laïc. Révélateurs des mentalités d une époque il en résulte des mouvements de jeunes, des associations à but médico-social, éducatifs, ou bien encore dédiées au sport. Les associations françaises telles que nous les connaissons aujourd hui en sont la résultante plus ou moins directe 4. Le nombre de création d associations en France s est toutefois intensifié de même que leurs objectifs se sont diversifiés suivant par là les évolutions sociales. Ainsi le côté général de la loi 1901 que nous évoquions précédemment a permis l apparition d associations aussi bien tournées vers les loisirs (tels le 3 Condensé de définition tirée du Dictionnaire Juridique, lien http : 4 Worms J.P. (2008), «Le capital social associatif en France hier et aujourd hui», France Bénévolat 6 P a g e

7 tourisme, la musique) que dédiées à la défense d une catégorie de personnes (les associations de défense des sans papiers par exemple). Pour synthétiser notre propos nous pouvons reprendre les travaux de J.P Worms et cataloguer les associations selon trois grandes typologies 4 : Les associations ayant une mission de service au public et faisant principalement de la gestion. Les associations que nous qualifierons de défense d une catégorie de personnes et où les membres militent directement pour leur propre cause. Cette forme «d altruisme intéressé» correspond à des structures telles que les associations de défense des sans papiers dont nous parlions précédemment ou bien encore des associations d anciens immigrés voulant une meilleure prise en compte de leur culture d origine au sein de la République. Les associations «altruistes désintéressées». Même si ce qualificatif peut sembler caricatural il évoque toutes ces associations qui se donne pour mission la défense d une cause que leurs membres soient directement touchés ou non. On pense ici par exemple à des structures telles Greenpeace ou Reporters sans Frontières qui cherchent à jouer le rôle d objecteur de conscience et dans certains cas influer sur l évolution de la législation en sensibilisant l opinion publique et la classe politique. Ces associations sont celles qui viennent le plus facilement à l esprit du fait de leur culture militante souvent associée à une communication choc leur accordant la faveur des médias. Cette brève typologie a son importance car elle nous permet de dresser un premier constat qui sera largement repris dans la suite de nos travaux. Il n y a pas qu un type d association ce qui explique la diversité des membres, de leurs attentes, motivations, implications et plus généralement de leurs caractéristiques. Nous démontrerons que cette diversité se retrouve bel et bien également au niveau des bénévoles et que par conséquent nous avons à faire à une notion plutôt abstraite. Tenter de dresser une typologie de ces derniers constituera donc une étape essentielle avant de réfléchir comment les motiver et les garder actifs dans la durée. Pour être exhaustifs nous devons enfin préciser dans cette partie l ampleur du phénomène associatif en France et le rôle majeur joué par les bénévoles. Nous évoquions le chiffre de 3% du PIB français réalisé par des associations, pour être plus précis V. Tchernonog nous apprend que le secteur associatif en France en 2007 représentait un peu plus de un million d emplois en équivalent temps plein et, plus intéressant encore que quatorze millions de français sont impliqués dans une action bénévole d une manière ou d une autre. Traduit en équivalent d emplois à temps plein cette manne représente plus de neuf cent mille postes 2. Comme nous le disions le rythme de création d associations reste soutenu, le rapport cité ci-dessus nous apprend ainsi que le budget associatif cumulé a progressé de 2,5% par an en moyenne sur l ensemble du territoire national soit un rythme 7 P a g e

8 plus important que celui du PIB 2. Plus marquant encore l évolution du travail bénévole a lui progressé à un rythme de 5% annuel 2. La conclusion est donc que malgré l absence de focalisation sur la réalisation de profits le secteur associatif a été un des plus gros viviers créateur d emploi dans notre pays. Pour autant les bénévoles continuent d affluer pour faire profiter les structures de leurs compétences et bonne volonté. En % des français déclaraient avoir effectué un travail bénévole au cours de l année pour une durée moyenne de vingt quatre heures par mois 5. Un dernier chiffre pour se convaincre de l importance des bénévoles : sur les 1,1 million d associations que compte la France plus de 80% fonctionnent sans salariés 2. En exemple illustré ci-dessous la reproduction de la répartition des heures de bénévolat en France par secteur d activité Définition du bénévolat : La notion de bénévolat est en effet assez floue et mérite que l on s y attarde pour bien définir notre sujet d étude. Le bénévolat est couramment confondu avec le volontariat voire l activisme ou le militantisme. Pour éviter tout amalgame dans la suite de nos travaux nous allons distinguer dès à présent ces termes avant de définir des catégories de bénévoles. 5 Archambault, E. (1997) «Le bénévolat en France et en Europe», MATISSE, Unité mixte de Recherche CNRS- Université Paris 1, n P a g e

9 La définition «officielle» du bénévolat est la suivante 6 : On peut définir les bénévoles comme des personnes qui consacrent une partie de leur temps, sans être rémunérées, aux activités de l association. Le bénévolat se distingue d autres situations juridiques telles : - le salariat (voir fiches Bénévolat et salariat) ; - le volontariat associatif (voir fiches Bénévolat et volontariat). En raison de l importance qualitative et quantitative qui s attache à leur intervention, la loi leur offre un certain nombre de garanties, sur le plan notamment de la protection sociale (voir Fiche 7), des congés ou autorisation d absence (voir Fiche 9), des possibilités de remboursement des frais engagés pour la mise en oeuvre de leurs activités bénévoles (voir Fiche 11), ou de la compatibilité entre certaines situations (retraité, préretraité, chômeur) et l exercice d activités bénévoles. -Le cumul des statuts : être bénévole et salarié, -Le cumul des statuts : être bénévole et retraité ou préretraité -Le cumul des statuts : être bénévole et chômeur) Un statut assez vague donc et un relatif manque de définition juridique. Un bénévole à la différence d un salarié n est donc pas lié par un contrat de travail. Cependant nous reviendrons dans la partie motivation de cette étude sur les possibilités de faire valoir le bénévolat comme une acquisition de compétences pouvant fortement motiver une frange de bénévoles ; les chômeurs ou les étudiants notamment désireux de se rendre utile et dans le même temps souhaitant faire valoir leur expérience associative pour leur recherche d emploi. Il s agit bien d un élément apte à motiver, fidéliser et utiliser efficacement un certain public non dénué de compétences à la base. Cependant cette définition «officielle» ne saurait nous satisfaire totalement car elle ne prend pas suffisamment en compte les motivations et l aspect solidarité pouvant pousser à se lancer dans le bénévolat. Source moins académique mais néanmoins intéressante l encyclopédie Wikipedia nous fournit la définition suivante du bénévolat 7 : Le bénévolat est une activité non rétribuée et choisie qui s'exerce en général au sein d'une association, d'un syndicat ou d'une structure publique. Celui ou celle qui s'adonne au bénévolat est appelé bénévole. L'étymologie du mot vient du latin benevolus qui signifie "bonne volonté". En comptabilité nationale, le bénévolat fait partie des services non marchands. La valeur ajoutée de ceux-ci étant comptabilisée essentiellement à partir des coûts de 6 D après le site Internet associations.gouv.fr, lien http : 7 D après l encyclopédie en ligne Wikipédia, url : 9 P a g e

10 personnel, lesquels sont par nature insignifiants dans les activités bénévoles, son poids dans le PIB se trouve sous-estimé (à la différence de celui des services non marchands exercés par les collectivités publiques et basés sur le même critère). L aspect volontaire de l engagement est ici mis en valeur, de même qu une précision quant aux secteurs d activité concernés à savoir le secteur non marchant. 3. Définition du volontariat : Même si notre étude est centrée sur les bénévoles en association il est important de préciser que l on ne peut pas trouver de bénévoles dans les secteurs tels que l industrie ou l import export! Le bénévolat n est pas l affaire du secteur marchant. Pour lever les amalgames possibles attardons-nous à présent sur le volontariat et ce qui le distingue du bénévolat. Concordia Volontariat et Mobilité Internationale offre un tableau comparatif synthétique (reproduit ci-après) nous permettant de bien distinguer les deux activités 8 : Bénévolat Activité libre En dehors de son temps professionnel, familial, d'étude ou de formation Aucune compensation financière Pas d'assurance sociale particulière Volontariat Existence d'un cadre (loi, décret, programme) Activité principale pour une durée déterminée (généralement plusieurs mois) Indemnités Assurrance sociale particulière obligatoire Dans un souci d exhaustivité nous citerons l ensemble des formes de volontariat existantes. D après France Bénévolat elles sont au nombre de cinq 9 : le volontariat de solidarité internationale initialement prévu par le décret n du 30 janvier 1995 et récemment modifié par la loi du 23/2/2005 le volontariat civil de cohésion sociale et de solidarité institué par la loi n du 14 mars 2000, et ses décrets d application, inscrit dans le code du service national ; le volontariat associatif institué par la loi du 23 mai 2006 ; le service civil volontaire institué par la loi du 31 mars 2006 pour l égalité des chances; 8 D après Concordia Volontariat et Mobilité Internationale, url : 9 D après France Bénévolat Fiche n 1-Définitions : bénévolat, volontariat, salariat, url : 10 P a g e

11 le volontariat des sapeurs-pompiers, inscrit dans le code général des collectivités territoriales (loi n du 3 mai 1996 et loi n du 27 février 2002). Le site précise néanmoins qu il n existe pas de définition juridique générale du volontariat en France et que seules ces cinq formes ont une existence et reconnaissance «officielle». Le volontariat se situe donc entre l activité salariale et l activité bénévole. L ambiguïté est ainsi levée. Par conséquent même si un volontaire et un bénévole (voir un salarié) peuvent parfaitement effectuer les mêmes tâches au sein d une association la nature de l engagement et les implications juridiques diffèrent. Un bénévole a une relation et une implication à priori moins forte vis-à-vis de l association. Le volontaire a la reconnaissance de l Etat, une forme de protection sociale et poursuit sa mission dans une période déterminée. Toutefois du fait de la proximité entre les deux statuts on comprend aisément qu un bénévole puisse devenir un temps volontaire et inversement qu un ancien volontaire ayant trouvé un emploi classique revienne dans l association l ayant accueilli pour faire du bénévolat durant son temps libre. Nous verrons dans la partie Motivations de cette étude comment les associations peuvent jouer de ce statut de volontaire pour fidéliser leurs membres les plus actifs et les impliquer plus fortement dans le projet associatif. En termes de tendance le volontariat semble avoir le vent en poupe du fait d une impulsion des pouvoirs publics dans ce sens. La problématique semble être de rapprocher les jeunes du secteur associatif d une manière plus organisée et systématique que par le passé. Ce principe peut être vu comme une volonté politique de miser sur une génération future plus impliqué dans les questions sociales et promotrice de valeurs dites «responsable». A titre d exemple nous pouvons évoquer le projet lancé par Martin Hirsch du Service Civique. A destination des jeunes entre 16 et 25 ans le Service Civique se définit comme un engagement citoyen et responsable, une expérience valorisable par la suite et une chance de découvrir d autres problématiques de la société et de s impliquer directement au service de la collectivité. Si seulement dix mille jeunes vont effectuer un Service Civique en 2010 l objectif est de multiplier ce chiffre par 7,5 d ici à cinq ans (http://www.servicecivique.gouv.fr/). Ce genre d initiative de même que les autres formes de volontariat sont susceptible de créer des liens plus forts et plus évidents entre les associations et la génération montante. Le statut de volontaire plus qu une concurrence pour le bénévolat est susceptible d apporter sa pierre à l édifice et de contribuer à l augmentation du nombre de bénévoles voire même leur niveau d implications dans les années à venir. En effet après une expérience en tant que volontaire dans une structure associative la personne a eu le temps de voir ce que faisait l association plus en détail qu en y passant quelques heures par mois. Les périodes de sous activité et autres démotivations n auront pas été l objet d un départ puisque le volontaire a du rester jusqu au terme du contrat. Nous développerons cet attachement plus en détail dans la suite de nos travaux. 11 P a g e

12 4. Définition de l emploi salarié : Pour l heure attachons nous à donner une dernière définition ; celle de l emploi salarié. En effet nous avons mentionné le fait que salariés et bénévoles se côtoient au sein d une association. Même si la manière de motiver les uns et les autres varie significativement du fait du niveau d implication et des liens juridiques il n est pas impossible que certaines techniques dites managériales et utilisées en entreprises puissent être utiles pour le management des bénévoles en association. Selon l INSEE la définition d un emploi salarié est la suivante 10 : Par salariés, il faut entendre toutes les personnes qui travaillent, aux termes d'un contrat, pour une autre unité institutionnelle résidente en échange d'un salaire ou d'une rétribution équivalente. Les non salariés sont les personnes qui travaillent mais sont rémunérées sous une autre forme qu'un salaire. Conclusion : L ampleur du phénomène associatif et le rôle crucial des bénévoles à présent démontrés nous avons défini les principaux termes et notions que nous utiliserons tout au long de nos travaux. Nous allons maintenant pouvoir nous attacher à créer une typologie des bénévoles en France et étudier leurs motivations à se lancer dans une telle activité. Ce travail sera réalisé sur la base d études et sondages réalisés en France (ainsi qu une étude canadienne). Nous nous pencherons également sur les éléments ne ressortant pas totalement d une étude académique telle la reconnaissance (motivation multi facettes). Ces avancées nous permettront par la suite de déterminer comment fidéliser les bénévoles et utiliser au mieux leurs compétences dans la durée. 10 D après l INSEE, url : 12 P a g e

13 2. Qui sont les bénévoles? Quelles sont leurs motivations à l entrée? 1. Vers une typologie des bénévoles : Nous avons vu dans la première partie de cette étude que le terme bénévole est assez vague, qu il correspond à un vide juridique et plus important qu il recouvre des réalités bien différentes. Puisque pratiquement un français sur quatre exerce ou a exercé une activité bénévole dans l année 5 il ne faut donc pas s étonner de retrouver une vraie diversité au sein de cette population. Notre travail va à présent se focaliser sur l établissement de catégories permettant de mieux segmenter ce public de bonnes volontés. Cette analyse vaut également pour les dirigeants d associations qui peuvent prendre quelques heures si ce n est déjà fait afin de bien comprendre qui sont leurs bénévoles, que font-ils dans la vie en dehors de leurs heures passées à aider l association et quelles sont les motivations les ayant poussés à donner de leur temps et de leur énergie. Nous formaliserons les démarches dans la partie finale avec nos «dix commandements». Une association ayant constamment la porte ouverte elle ne sélectionne pas ses bénévoles comme une entreprise recrute un nouveau collaborateur. Il est donc assez fréquent que les motivations spécifiques des individus soient mal ou seulement partiellement connues à l entrée de même que l étendue de leurs connaissances et leurs goûts, désirs, attentes. Même s il s agit de lieus communs il est intéressant de rappeler que les associations ne disposent pas des CV de leurs bénévoles et ne savent d eux que le peu qu ils ont eu le temps ou l envie de communiquer. Notre segmentation n est bien entendu pas exhaustive et une catégorie peut être redécomposée en plusieurs autres (et inversement). Toutefois nous avons essayé de définir un cadre général de réflexion pouvant servir de base de travail à de nombreux dirigeants d associations. Un premier constat est à faire ; malgré l idée reçue que les femmes ont une sensibilité sociale et une préoccupation moindre pour l argent que les hommes c est pourtant ces derniers qui étaient plus tournés vers le bénévolat en France en 1997 (25% des hommes contre 23% des femmes déclaraient alors exercer une activité bénévole) Les seniors : Assez logiquement ce public vient immédiatement à l esprit lorsqu il s agit de bénévolat. Les seniors (considérons les 55 ans et plus) concentrent en effet les caractéristiques rêvées pour exercer une activité non rémunératrice pour les simples et bonnes raisons qu ils n exercent plus (ou peu) d activité professionnelle et outre leurs éventuelles économies touchent leurs pension régulièrement. Selon certaines sources les plus de 55 ans constitueraient environ 40% des bénévoles en France P a g e

14 Les motifs de l engagement sont à la fois altruistes et personnels. Combler le manque d activité professionnelle et donc se sentir à nouveau utile dans la société est bien entendu une explication courante. D autres souhaitent tourner une nouvelle page. Du fait de l allongement de l espérance de vie beaucoup de seniors considèrent qu en partant à la retraite à soixante ans en bonne santé une nouvelle vie s offre à eux et l avenir n est pas encore derrière. Après une carrière «classique» se rendre utile autrement pour de grandes ou petites causes alors que l on a plus besoin de gagner de l argent est un but que certains jeunes retraités se fixent. Partager et faire partager une passion (sportive par exemple) ou un savoir-faire à de plus jeunes générations peuvent également constituer des raisons valides à l engagement. Enfin plus généralement faire preuve de solidarité une fois que l on dispose largement de ce qui est nécessaire pour vivre est une explication logique, le terme anglo-saxon se rapprochant le plus de cet état d esprit est le principe de «give-back». Les seniors à la différence d autres catégories que nous évoquerons par la suite ne cherchent donc pas nécessairement à retirer un bénéfice personnel direct de leur engagement associatif. Ils ne font par exemple pas ce choix dans un but d insertion professionnelle ou pour améliorer leur parcours sur un CV comme certains étudiants. Rajoutons enfin la sociabilisation recherchée par des retraités en mal de contacts et de routine depuis la fin de leur activité professionnelle. 2. Les étudiants : Comme nous l avons vu avec l exemple du Service Civique les étudiants sont de plus en plus sensibilisés à l activité des associations à travers leurs études. A certaines occasions de la scolarité, et quelques soit le type ou le niveau d étude atteint, il y a de fortes chances pour que le programme prévoie un lien quelconque entre une association et un étudiant. HEC Paris prévoit ainsi que les étudiants inscrits dans le Certificate Social Business suivent une période d immersion d une semaine dans une association, une structure d insertion ou toute autre entité dans laquelle les étudiants seront bénévoles le temps de l engagement. Un système susceptible de créer des vocations. Pour les étudiants les motifs de l engagement sont divers. Certains rejoignent des associations de leur propre chef par conviction pure pour défendre une cause et ainsi agir directement pour défendre des idées. Cet objectif plus «politique et idéaliste» de faire avancer la société et contribuer à son changement n est toutefois pas uniquement l apanage des moins de vingt cinq ans. D autres étudiants peuvent avoir des motivations nettement plus pragmatiques à savoir valoriser leur CV afin de se différencier plus tard des autres candidats dans la recherche d un emploi, les recruteurs étant de plus en plus sensibles à ce genre d argument. L idée de se confronter à une autre culture ou un milieu social inconnu peut également motiver certains étudiants ; le service militaire étant aboli et remplacé par la JAPD quelques jeunes ont encore le désir de participer à un brassage des milieux sociaux. Enfin les goûts et les passions drainent effectivement de nombreux jeunes vers les associations (pour pratiquer un sport, de la musique, du théâtre ou toute autre activité culturelle) et il est assez logique que les plus impliqués deviennent bénévoles à un moment ou un autre. De même nombreux établissements d enseignement supérieur (universités ou écoles) tolèrent voire incitent 14 P a g e

15 les étudiants à s engager dans une association étudiante de l institution. Certaines écoles financent même en partie ces associations. On pourrait croire alors que l engagement ne se fait pas dans la durée mais cela serait sans compter sans les associations d anciens élèves où l on peut pratiquement être bénévole à vie. Dans les derniers cas évoqués les étudiants font le choix du bénévolat par goût pour l activité de l association mais également pour des éléments relationnels. En effet un étudiant arrivant dans une école/université ne connaissant pratiquement personne trouvera ainsi un des chemins les plus rapides vers la sociabilité et l amitié. Les 18 à 24 ans représenteraient environ un quart des bénévoles français (chiffre à relativiser toutefois car tous ne sont pas étudiants) Les parents : Mère au foyer ou jeune cadre dynamique tous partagent le fait d avoir des enfants. Ainsi souhaitant donner à leur progéniture le maximum de chances dans la vie et désirant donc garder un œil sur l enseignement donné ainsi que le cadre d étude, les parents se réunissent souvent par le biais d associations de parents d élèves. Leur motivation correspond donc à un intérêt direct : la bonne éducation de leurs enfants. Cependant les pères ou mères au foyer ne travaillant pas ou peu, du fait que le conjoint dispose de revenus suffisants pour faire vivre la famille, peuvent également s engager dans une activité bénévole pour défendre une cause, pratiquer un sport, une passion ou plus simplement trouver à s occuper. Les motivations sont alors soit altruistes soit par goût/intérêt personnel. A titre d information notons que plus de 55% des bénévoles en France ont entre 35 et 54 ans Les chômeurs : Durant une période d inactivité professionnelle certains chômeurs peuvent décider de se porter bénévoles dans une association pour occuper leur temps et rester en contact avec des gens, maintenir une routine qu ils ont perdus (à l image de certains retraités). Comme les étudiants certains espèrent se servir de leur expérience associative comme d un plus sur leur CV le jour d un entretien d embauche. Certains espèrent même se former à une autre activité par le biais de leur travail dans l association. Enfin la possibilité à terme de devenir salarié de l association peut sembler alléchante à certains, notamment aux chômeurs de longue durée ayant du mal à se réinsérer sur le marché du travail. Dans la plupart des cas de figure le bénévolat est vu comme une forme de tremplin par les chômeurs. Leur engagement pourra durer jusqu à ce qu ils retrouvent une activité professionnelle correspondant à leurs attentes voire même après. Ils sont un public intéressant pour les associations car ils sont susceptibles d apporter des compétences réelles et viennent par intérêt fort et non en dilettante. 15 P a g e

16 5. Ceux directement touchés par une cause : Cette catégorie regroupe tous les individus qui se battent pour l amélioration de leur propre sort ou celui de leurs proches. Ils n ont en principe pas trouvé de solution à leur problème et décident de s unir pour se faire entendre, bien souvent auprès des pouvoirs publics. On pense ici à des gens atteints d un cancer, d une maladie rare mais aussi à des victimes d une catastrophe naturelle par exemple. Les motivations sont plus l entraide et la volonté de s en sortir. Leur engagement peut donc être fort et inscrit dans la durée. 6. Les actifs : Groupe sans doute le plus hétérogène dans notre typologie, les actifs font également dans le bénévolat durant leur temps libre mais leurs motivations diffèrent. Pour simplifier considérons les actifs satisfaits de leur carrière et ceux insatisfaits. Les premiers estiment gagner suffisamment d argent, avoir une bonne stabilité et un statut social qui leur convient. Ils s engagent donc par conviction et altruisme ou encore une fois par goût pour une activité déterminée (un sport par exemple). Tant qu ils seront satisfaits de leur rôle dans l association ils continueront probablement à s investir. Le temps qu ils peuvent consacrer est logiquement moindre que celui des retraités et des étudiants par exemple mais ils peuvent à contrario apporter des compétences intéressantes et des relations utiles à l association. Les actifs insatisfaits de leur carrière peuvent choisir de devenir bénévole pour combler un manque ressenti dans l exercice de leur profession ou plus simplement pour trouver une porte de sortie (par exemple dans l espoir de devenir à terme salarié de l association). Leur engagement peut donc également s inscrire dans la durée. La recherche de reconnaissance et de pouvoir/responsabilités peuvent de même constituer des motivations valides. Ne perdons pas de vue que ce don de temps (que l on pourrait considérer comme une monnaie alternative à l argent) suppose pour chaque catégorie un retour sur investissement personnel. Pour certaines catégories évoquées (type les actifs) il est même parfois question de développement personnel. Dans un français plus clair et toutes choses égales par ailleurs l exercice du bénévolat pourrait donc être perçu comme un luxe occasionnel que certains peuvent s octroyer et améliorer ainsi leur estime de soi, leur conscience. Nous arrêterons ici notre typologie certes un peu caricaturale et non exhaustive (certains bénévoles pouvant en effet se retrouver dans deux catégories alors que d autres ne se sentirons appartenir à aucune). Notre but n est pas de créer un outil d analyse universel mais simplement de décrypter et mieux comprendre des tendances au sein du public de bénévoles on l a dit très divers. Nous essayons simplement de mettre en place une démarche qu un dirigeant d association pourra lui aussi utiliser. La première étape avant de se demander comment manager le plus efficacement possible ses bénévoles est donc de bien les connaître et cerner leurs parcours. Vient ensuite le temps de 16 P a g e

17 s interroger sur leurs motivations ; comme nous l avons vu en établissant notre typologie les motivations à l intérieur peuvent être variées. 2. Les motivations à l entrée : Nous allons à présent nous attacher à définir une deuxième grille de lecture ; celle des motivations individuelles des bénévoles. Nous ne croiserons pas les informations que nous allons mettre en avant avec les catégories définies dans la partie précédente, ce travail n étant pas très probant. Notre propos n est bien évidemment pas de mettre les bénévoles dans des cases mais de mettre à disposition de qui le souhaite des grilles de lecture pour mieux comprendre les bénévoles et mieux les manager par la suite. Nous commencerons ainsi de manière logique par les motivations à l entrée. Peu d études ont été faites sur la motivation des bénévoles malgré l importance du secteur associatif en France. Deux auteurs ont néanmoins repris une étude de l INSEE faite en 2002 sur la vie associative en France et traitant des motivations des bénévoles 11. Les critères de motivation définis par l INSEE sont les suivants : 1. Pour pratiquer un sport 2. Pour pratiquer une activité culturelle ou artistique 3. Pour défendre une cause 4. Pour faire respecter vos droits ou ceux des autres 5. Pour rencontrer des personnes qui ont les mêmes préoccupations ou les mêmes goûts, pour se faire des amis 6. Pour être utile à la société, pour faire quelque chose pour les autres 7. Pour vous épanouir, pour occuper votre temps libre 8. Pour aider, défendre les intérêts de vos enfants ou d'autres membres de votre entourage 9. Pour avoir accès à des renseignements ou des services 10. Pour une autre raison 11 Prouteau L., Wolff F.-C. (2004), Donner son temps : les bénévoles dans la vie associative, Economie et statistique n P a g e

18 Si aucun critère ne correspondait à la motivation d entrée les propositions suivantes étaient faites aux sondés : 1. Enseigner un sport ou une activité culturelle 2. Défendre une cause 3. Rencontrer des personnes qui ont les mêmes préoccupations ou les mêmes goûts, pour se faire des amis 4. Acquérir ou exercer une compétence 5. Pour être utile à la société, pour faire quelque chose pour les autres 6. Pour vous épanouir, pour occuper votre temps libre 7. Obligatoire, pour bénéficier des activités de l'association 8. Pour une autre raison Il est ressorti de cette enquête que les sondés expliquent leur engagement par plusieurs raisons plutôt qu une seule. La première motivation qui ressorte en tête est «être utile à la société, faire quelque chose pour les autres», le bénévolat est donc bien une forme d altruisme à la base. Cependant les deux autres raisons arrivant juste derrière sont plus personnelles à savoir : «rencontrer des personnes qui ont les mêmes préoccupations ou les mêmes goûts, pour se faire des amis» et «s'épanouir, occuper son temps libre», critères de sociabilité et épanouissement donc. Les autres critères semblent plus marginaux. Les auteurs de l article ont néanmoins mis en lumière des liens et corrélations entre motivations. Ainsi lorsqu un bénévole s engage dans une association sportive il y a également la recherche de relations humaines outre la pratique d une passion. Les auteurs démontrent également que les motivations dépendent du type d association auquel appartiennent les bénévoles. En quelque sorte les critères dépendent de l activité preuve que les bénévoles rejoignent une association avec un but précis et se renseignent au préalable. Les étudiants par exemple sont les plus nombreux à devenir bénévoles pour acquérir de nouvelles compétences, point qui corrobore notre typologie. Le profil du bénévole doit donc être mis en relief face au profil de l association. Un élément important est néanmoins le fait qu il y a souvent une combinaison de motivations altruistes et égoïstes au moment de l entrée. 3. L évolution des motivations à rester : Les motivations de manière logique évoluent avec le temps et nous ne saurions nous contenter des motivations à l entrée pour dresser un portrait fidèle. Une étude de France Bénévolat (plus récente cette fois) a ainsi cherché à mettre en lumière les éléments satisfaisants les bénévoles dans leur engament au jour le jour, le tableau des résultats est reproduit ci-après 12 : 12 D après l enquête la France Bénévole 2009, url : 18 P a g e

19 Quelles principales satisfactions éprouvez-vous dans votre engagement? Plusieurs choix possibles (en %) Hommes Femmes Ensemble Plusieurs choix possibles (en%) Hommes Femmes Ensemble Le contact et les échanges avec l autre Le plaisir d être efficace et utile La convivialité L épanouissement personnel Le sentiment de changer (un peu) les choses Le plaisir d avoir fait progresser l association Le sentiment du devoir accompli Le plaisir de découvrir un univers inconnu La liberté de tester des solutions et d innover La reconnaissance de votre action Le moyen d accéder à des responsabilités Le moyen de vous lancer ou de vous relancer professionnellement Il est donc intéressant de savoir ce qui plaît aux bénévoles une fois en place. On retrouve en tête des éléments assez proches de l étude établie par l INSEE mais sur les motifs d entrée cette fois. Encore une fois ces études sont indicatives et ne constituent pas nécessairement des preuves irréfutables et universelles. Deux éléments généraux peuvent néanmoins être dégagés et considérés comme relativement universels : se rendre utile, aider les autres et ce que nous baptiserons le lien social, autrement dit le plaisir d être avec des gens partageant un intérêt, une passion et permettant ainsi de se sociabiliser hors des cadres traditionnels que sont le lieu de travail, d études, les amis de longue date, etc. De plus ces études peuvent servir de base et aider les dirigeants d associations à accomplir la deuxième étape : connaître les motivations d entrée des bénévoles et suivre leurs évolutions. Ce qui importe ici est de réaliser son propre sondage dans l association. Formaliser les choses et le faire systématiquement avec les nouveaux arrivants peut être une solution (sous la forme d un entretien d embauche par exemple comme nous l évoquerons dans la partie des dix commandements). Pour les autres bénévoles plus senior leur demander de remplir un questionnaire (anonyme ou non) peut être envisageable. L idée étant de faire les choses d une manière organisée, équitable et surtout régulière, les motivations, satisfactions ou démotivations évoluant avec la durée d engagement rendent nécessaire un état des lieux constant des forces en présence. 19 P a g e

20 Nous tenterons quoi qu il en soit dans la dernière partie de ces travaux d établir un modus operandi des pratique managériales à utiliser vis-à-vis des bénévoles à travers notre liste de commandements. En effet, et nous reviendrons sur ce point essentiel, un bénévole satisfait constitue le meilleur recruteur pour une association comme le démontre une étude canadienne 13. Transformer un bénévole en un futur attracteur de bonnes volontés constitue ainsi un objectif simple et concret justifiant à lui seul une gestion des ressources humaines propre que chaque association doit mettre en place quelque soit sa taille et son activité. Comme nous le disions en première partie nombre d associations françaises ne vivent que par le bénévolat. Il s agit dès lors d une question de survie cet argument devant convaincre les plus réfractaires d investir quelque efforts en la matière. 4. «La reconnaissance» : Jusqu à présent nous avons travaillé sur des sources académiques définissant des motivations affichées par les bénévoles et pour la plupart positives, altruistes. Un entretien avec Charles-Edouard Vincent, dirigeant d Emmaüs nous a fait entrevoir l opportunité de chercher des motivations moins valorisantes, plus crues. Ainsi nous ne saurions terminer cette partie sans évoquer des éléments propre à la nature humaine qu un dirigeant d association doit néanmoins prendre en compte. Nous avons en effet jusqu ici dressé un tableau plutôt flatteur du bénévolat et des gens qui s engagent dans cette voie. Il ne faut pas pour autant négliger le rôle pervers de la reconnaissance. Ce terme générique nous semble en effet particulièrement approprié car il regroupe de nombreux cas de figure et de réalités humaines au sein du bénévolat. Nous tenterons d en décrypter quelques uns ce qui nous servira de base pour la dernière partie de nos travaux. Pour préciser notre propos revenons sur le fait que le temps pouvait être considéré comme un don par opposition au don d argent. Nous avons même été jusqu à comparer le temps à une forme de monnaie et qui dit monnaie dit échange. Tout altruisme supposerait donc un retour attendu quelconque de la part du bénévole. La reconnaissance peut dès lors être appréhendée sous différentes facettes. Elle implique dans tous les cas une forme de récompense et de mise en valeur du bénévole 13. Par soucis de lisibilité nous distinguerons les quatre cas suivants : 1. La reconnaissance en interne : Il s agit plus d une forme de remerciement que de félicitations qui fait sentir aux bénévoles l utilité de leur action et par conséquent leur propre utilité. Une étude démontre que les remerciements sont plus efficaces en terme de motivation lorsqu ils émanent d une personne ayant directement bénéficié de l action du bénévole 13. Un merci de la part d un Sans Domicile Fixe ayant reçu une soupe des mains du bénévole sera donc beaucoup plus important qu un remerciement collectif et ponctuel 13 Pourquoi les gens font du bénévolat (1992), Centre d'action bénévole Ottawa-Carleton Un rapport à la direction du Soutien aux organismes volontaires Multiculturalisme et Citoyenneté Canada, url : 20 P a g e

L emploi des Travailleurs Handicapés

L emploi des Travailleurs Handicapés LIVRE BLANC L emploi des Travailleurs Handicapés Où en est-on dans les Industries Alimentaires? Observatoire prospectif des métiers et des qualifications des Industries Alimentaires Sommaire > Edito 03

Plus en détail

RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION

RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-01 JANVIER 2013 Pratiques et critères de sélection dans les entreprises et chez les intermédiaires du recrutement La sélection lors des recrutements : perceptions et

Plus en détail

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS WWW.SERVICE-CIVIQUE.GOUV.FR Préambule Seule personne auprès du volontaire nommément désignée dans le contrat d engagement de Service Civique,

Plus en détail

CRÉER SON ASSOCIATION

CRÉER SON ASSOCIATION LES GUIDES CONSEILS DE LA CAISSE D EPARGNE CRÉER SON ASSOCIATION Du projet aux statuts CAISSE D EPARGNE Tout le monde a entendu parler des associations, connaît quelqu un qui est bénévole ou membre d une

Plus en détail

Les SCOP et les coopératives d activités en Ile de France :

Les SCOP et les coopératives d activités en Ile de France : Direccte ÎLE-DE-FRANCE Direc on régionale des entreprises, de la concurrence, de la consomma on du travail et de l emploi études sectorielles Les SCOP et les coopératives d activités en Ile de France :

Plus en détail

Évaluer l utilité sociale de son activité

Évaluer l utilité sociale de son activité N 5 Évaluer l utilité sociale de son activité Conduire une démarche d auto-évaluation Ingénierie et services pour entreprendre autrement Directeur de la publication Patrick GEZE Auteur Hélène DUCLOS Culture

Plus en détail

Première partie Le paysage des services publics en France... 19

Première partie Le paysage des services publics en France... 19 Sommaire Sommaire Avant-propos... 9 Introduction générale... 13 Première partie Le paysage des services publics en France... 19 Secteur public, service public, collectivités publiques, fonction publique

Plus en détail

Le travail bénévole : un essai de quantification et de valorisation

Le travail bénévole : un essai de quantification et de valorisation VIE ASSOCIATIVE Le travail bénévole : un essai de quantification et de valorisation Lionel Prouteau et François-Charles Wolff* La mesure de la ressource économique que constitue le travail bénévole réalisé

Plus en détail

Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly

Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly Rapport Mars 2014 L Institut Montaigne est un laboratoire d idées think tank créé fin 2000 par Claude Bébéar et dirigé par Laurent Bigorgne. Il

Plus en détail

accueillir une résidence réflexions & propositions

accueillir une résidence réflexions & propositions accueillir une résidence réflexions & propositions I n t r o d u c t i o n... 5 Qu est-ce qu une résidence?... 7 Les partenaires concernés Les différents types de résidence Pourquoi s engager dans une

Plus en détail

Tous différents... Mais ensemble!

Tous différents... Mais ensemble! ! Guide pratique Association des parents et des professionnels autour de la personne polyhandicapée Tous différents... Mais ensemble! Organiser l accueil de l enfant en situation de handicap dans les activités

Plus en détail

Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est»

Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est» 12 Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est» PRESENTATION La répartition des compétences dans le domaine du tourisme entre l Etat et les collectivités territoriales est basée sur les

Plus en détail

Pourquoi les petites entreprises ont-elles tant de mal à se développer? Et, comment y remédier?

Pourquoi les petites entreprises ont-elles tant de mal à se développer? Et, comment y remédier? 41, Av Auguste Ferret 33110 Le Bouscat SARL au capital de 7.622,45 RCS Bordeaux B399 564 046 Siret 39956404600049 Livre 1 Pourquoi les petites entreprises ont-elles tant de mal à se développer? Et, comment

Plus en détail

CAP vers la RSE. Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance. Pratique

CAP vers la RSE. Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance. Pratique CAP vers la RSE Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance Pratique Le MEDEF remercie les personnes qui ont contribué par leur expertise à la rédaction de ce guide :

Plus en détail

RAPPORT DE LA MISSION «QUELLE INTERVENTION SOCIALE POUR CEUX QUI NE DEMANDENT RIEN?»

RAPPORT DE LA MISSION «QUELLE INTERVENTION SOCIALE POUR CEUX QUI NE DEMANDENT RIEN?» RAPPORT DE LA MISSION «QUELLE INTERVENTION SOCIALE POUR CEUX QUI NE DEMANDENT RIEN?» Rapport présenté par : Mikaël HAUTCHAMP, Pierre NAVES et Dominique TRICARD, Membres de l Inspection générale des affaires

Plus en détail

Séquence 7. Groupes et réseaux sociaux

Séquence 7. Groupes et réseaux sociaux Séquence 7 Groupes et réseaux sociaux Sommaire 1. Comment les individus s associent-ils pour constituer des groupes sociaux? 2. Comment la taille des groupes influe-t-elle sur leur mode de fonctionnement

Plus en détail

Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le

Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le 1 2 Le 1 er octobre 2007, le Premier ministre, François Fillon, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Eric Woerth, et le secrétaire d Etat chargé de la fonction publique,

Plus en détail

Petite enfance. Plus d égalité. par une prévention des discriminations. Guide des professionnels

Petite enfance. Plus d égalité. par une prévention des discriminations. Guide des professionnels Petite enfance Plus d égalité par une prévention des discriminations Guide des professionnels Avant propos Construire avec les professionnels de la petite enfance une réflexion et un changement des pratiques

Plus en détail

Le fait religieux dans l entreprise

Le fait religieux dans l entreprise LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Le fait religieux dans l entreprise Edith Arnoult-Brill Gabrielle Simon Novembre 2013 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS 2013-25 NOR : CESL1100025X

Plus en détail

LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ

LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ Rapports du conseil national du bien-être social LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ AUTOMNE 2011 VOLUME N o 130 On peut obtenir des exemplaires du présent rapport au : Conseil national du bien

Plus en détail

Lettre à tous ceux qui aiment l école

Lettre à tous ceux qui aiment l école Luc FERRY Lettre à tous ceux qui aiment l école Pour expliquer les réformes en cours Xavier DARCOS Où voulons-nous aller? Claudie HAIGNERÉ Demain, la science [CNDP CRDP] Les droits perçus sur cet ouvrage

Plus en détail

Guide : COMMENT ACHETER UNE PME

Guide : COMMENT ACHETER UNE PME Guide : COMMENT ACHETER UNE PME HEC Montréal et Desjardins vous autorisent à reproduire, distribuer et communiquer le présent guide pour des fins non commerciales à la condition de respecter l intégralité

Plus en détail

PREMIER MINISTRE SECRÉTARIAT D ÉTAT CHARGÉ DE LA PROSPECTIVE, DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DU DÉVELOPPEMENT DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

PREMIER MINISTRE SECRÉTARIAT D ÉTAT CHARGÉ DE LA PROSPECTIVE, DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DU DÉVELOPPEMENT DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE PREMIER MINISTRE SECRÉTARIAT D ÉTAT CHARGÉ DE LA PROSPECTIVE, DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DU DÉVELOPPEMENT DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE ÉRIC BESSON SEPTEMBRE 2008 VALORISER L ACQUIS DE L EXPÉRIENCE

Plus en détail

Guide du retour social sur investissement (SROI)

Guide du retour social sur investissement (SROI) Guide du retour social sur investissement (SROI) Les Cahiers de l Institut de l Innovation et de l Entrepreneuriat Social IIES Traduction et adaptation en français par l ESSEC IIES de «A Guide to Social

Plus en détail

UN PAS DEHORS. juillet 2012. www.credoc.fr N 283. Audrey Capron Anne Loonès

UN PAS DEHORS. juillet 2012. www.credoc.fr N 283. Audrey Capron Anne Loonès UN PAS DEHORS Dispositif expérimental d insertion des jeunes sous main de justice Mission locale de l agglomération mancelle Service pénitentiaire d insertion et de probation de la Sarthe Audrey Capron

Plus en détail

Du bien-être des nations

Du bien-être des nations Du bien-être des nations «ENSEIGNEMENT ET COMPÉTENCES LE RÔLE DU CAPITAL HUMAIN ET SOCIAL Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement Du bien-être des nations LE RÔLE DU CAPITAL HUMAIN

Plus en détail

Stratégie d intervention à l intention des travailleuses et des travailleurs de 45 ans et plus. Pour que toutes et tous profitent du plein emploi

Stratégie d intervention à l intention des travailleuses et des travailleurs de 45 ans et plus. Pour que toutes et tous profitent du plein emploi Stratégie d intervention à l intention des travailleuses et des travailleurs de 45 ans et plus Pour que toutes et tous profitent du plein emploi MOT DE LA MINISTRE Si le vieillissement de la main-d œuvre

Plus en détail

commune est-elle bien gérée?

commune est-elle bien gérée? Alain Le Grelle Thomas Kieffer Votre commune est-elle bien gérée? Guide pratique C est dans la commune que réside la force d un peuple libre. Les institutions communales sont à la liberté ce que les écoles

Plus en détail

L encadrement supérieur et dirigeant de l Etat

L encadrement supérieur et dirigeant de l Etat L encadrement supérieur et dirigeant de l Etat Juillet 2014 MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DE L ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ENERGIE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE L EGALITE DES TERRITOIRES

Plus en détail

Aujourd'hui, quel sens donner au travail?

Aujourd'hui, quel sens donner au travail? Conférence donnée lors de la session 2000 des Semaines sociales, «Travailler et vivre» Aujourd'hui, quel sens donner au travail? Jean-Baptiste de Foucauld Aujourd hui, quel sens donner au travail? Cette

Plus en détail