ST3 : Techniques de bases de données avancées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ST3 : Techniques de bases de données avancées"

Transcription

1 FACULTES UNIVERSITAIRES NOTRE-DAME DE LA PAIX Institut d'informatique NAMUR Séminaires DB-MAIN/Objectif 1 ST3 : Techniques de bases de données avancées Deuxième version Namur - Mai 2000 Avec le soutien du Fonds Social Européen et de la Région Wallonne

2 Les séminaires DB-MAIN/Objectif 1 Ce séminaire s'inscrit dans une série de six modules coordonnés. D'autres modules sont en préparation. Introduction aux bases de données (Objectif 1-2 jours) Présentation des structures de bases de données relationnelles. Introduction au langage SQL. Les fonctions des SGBD. Analyse de l'information et conception de bases de données (3 jours) Introduction aux problèmes, raisonnements et outils relatifs au développement systématique des bases de données. Introduction aux outils CASE (2 + 1 jours) Etude crititique des fonctions des outils CASE modernes. La présentation et les discussions sont basées sur l'utilisation de l'outil DB- MAIN. La troisième journée est consacrée aux problèmes de l'extensibilité des outils (méta-case). Introduction à la rétro-ingénierie (3 jours) Repérage et analyse des problèmes de la reconstruction de la documentation d'une base de données (ou ensemble de fichiers) existante. Proposition de techniques et de méthodes de résolution. Rôles des outils CASE en rétro-ingénierie. Une journée de travaux pratiques sur outil CASE (y compris problème de l'an 2000). Techniques de bases de données avancées (2 jours) Etudes des problèmes liés aux applications complexes utilisant des bases de données. Programmation transactionnelle. Intégrité, protection contre les incidents, régulation de la concurrence. Les prédicats, les Triggers et Stored procedures. Application au contrôle de l'intégrité, de la redondance et aux bases de données réactives. Les architectures d'applications de bases de données (2 jours) Les applications distribuées. Middleware. Etude comparée de différentes architectures d'applications utilisant des bases de données : client/serveurs, fat/thin client, business objects, serveurs d'objets actifs, etc. DB-MAIN - Techniques de BD avancées ( FUNDP) 0.2

3 Le programme DB-MAIN DB-MAIN est un programme de R&D et de transfert de technologie consacré à l'ingénierie des applications de bases de données. Il étudie la modélisation, les méthodes et les outils qui supportent non seulement les processus d'ingénierie classiques (analyse et conception) mais également les processus plus complexes tels que la normalisation, l'optimisation, la génération de code, la rétro-ingénierie, la maintenance, l'évolution, la migration et l'intégration de systèmes. Le programme comprend actuellement huit projets. DB-MAIN : ingénierie générale, rétro-ingénierie, évolution, outils CASE, méta-case. Personnel : Jean Henrard, Vincent Englebert, Didier Roland, Jean-Marc Hick. DB-Process : modélisation des méthodes, pilotage méthodologique via les outils CASE. Personnel : Didier Roland. DB-MAIN/Objectif 1 : transfert de technologie et assistance méthodologique à destination des entreprises et organismes du Hainaut. Etude des architectures d'objets distribués. Personnel : Alain Gofflot, Pierre Delvaux, Anne-France Brogneaux, Vincent Englebert. InterDB : intégration de systèmes, interopérabilité des systèmes autonomes, hétérogènes et distribués. Personnel : Philippe Thiran, Jean-Marc Hick, Majid Chougrani, N. TimeStamp : méthodologie et programmation des bases de données à référence temporelle (ou BD historiques). Développement d'outils CASE et d'accélérateurs de requêtes. Personnel : Denis Zampuniéris, Virginie Detienne, Didier Roland. PROAGEC : élaboration d'un schéma conceptuel des informations de gestion communale en Wallonie, administration de données. Migration de données : techniques et méthodes de concersion de données. Application à la migration BD-BD, BD-datawarehouse, BD-XML. Personnel : Christine Delcroix. BD actives : analyse, validation et génération de BD actives (triggers). DB-MAIN - Techniques de BD avancées ( FUNDP) 0.3

4 Les séminaires de formation, dont le présent module, ainsi que l'outil CASE DB-MAIN sont parmi les principaux produits de ce programme. Le programme dispose du soutien financier de : l'université de Namur (F.U.N.D.P) la communauté Française de Belgique (projets DB-PROCESS, BD actives) la Région Wallonne (projets DB-MAIN/Objectif 1, InterDB, TimeStamp, PROAGEC, Migration de données) l'union Européenne (projets DB-MAIN/Objectif 1, Migration de données) un consortium (ouvert) de partenaires : ACEC-OSI ARIANE-II ASCII Banque UCL (Lux) BBL Cap Gemini (Lux) Carrières du Hainaut Centre de Rech. Pub. H. Tudor (Lux) Cliniques Universitaires St-Luc CGER COCKERILL-SAMBRE CONCIS (Fr) Régie des Bâtiments D'Ieteren DIGITAL EDF (Fr) Euro Views Services Groupe S IBM Institut Nat. de Criminalistique Ministère Région Bxl-Capitale OBLOG Software (Port) ORIGIN TEC de Charleroi Ville de Namur WINTERTHUR 3 SUISSES autres partenariats en discussion DB-MAIN - Techniques de BD avancées ( FUNDP) 0.4

5 Contacts Responsable du programme prof. Jean-Luc Hainaut Institut d'informatique rue Grandgagnage, 21 B-5000 Namur (Belgium) +32 (0)81 / DB-MAIN, site de Namur Programme DB-MAIN Institut d'informatique rue Grandgagnage, 21 B-5000 Namur (Belgium) Tél. +32 (0)81 / Fax +32 (0)81 / URL : DB-MAIN, site de Charleroi DB-MAIN/Objectif 1 CTTC - FUNDP Charleroi Boulevard Tirou, 130 B-6000 Charleroi (Belgium) Tél. +32 (0)71 / /54/57 Fax +32 (0)71 / {agf, pde, DB-MAIN - Techniques de BD avancées ( FUNDP) 0.5

6 CONTENU DU SEMINAIRE 1. Rappel des notions de base de données 1.1 Notion de SGBD 1.2 Le langage SQL 1.3 La programmation d'application 1.4 Architectures des systèmes applicatifs 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité 2.2 Responsabilité des contraintes d'intégrité 2.3 Etats de correction d'une base de données 2.4 Sources de corruption d'une base de données 3. Transactions 3.1 Définition et propriétés 3.2 Les primitives 3.3 Définition d'une transaction 3.4 Comportement de la transaction 3.5 Structures de transaction 3.6 Transactions hiérarchiques 3.7 Transactions et triggers 3.8 Transactions et intégrité 4. Protection contre les incidents 4.1 Principes 4.2 Principes de la gestion des tampons 4.3 Sauvegarde (backup) 4.4 Journal (log) 4.5 Reprise suite à un incident grave 4.6 Reprise suite à un incident léger 4.7 Protocoles de gestion de la BD et des journaux 5. Régulation de la concurrence 5.1 Principes 5.2 Trois problèmes de concurrence 5.3 Sérialisabilité d'un ensemble de transactions DB-MAIN - Techniques de BD avancées ( FUNDP) 0.6

7 5.4 Techniques de régulation 5.5 Techniques de verrouillage 5.6 Le problème de l'interblocage 6. Les techniques SQL 6.1 Organisation 6.2 Techniques natives 6.3 Prédicats 6.4 Views with check option 6.5 Langage procédural 6.6 Stored procedures 6.7 Triggers 7. La gestion de l'intégrité 7.1 Architectures de validation 7.2 Commentaires 7.3 Techniques natives 7.4 Prédicats 7.5 Triggers 7.6 Views with check option 7.7 Stored procedures 7.8 Modules d accès 7.9 Sections de code distribuées dans les programmes d application 7.10 Procédures de validation attachées aux écrans de saisie 7.11 Programme de validation avant chargement 7.12 Programme de validation après chargement 7.13 Comportement en cas de violation 7.14 Les objets à contraintes multiples 8. Applications 8.1 Gestion de l intégrité statique 8.2 Gestion de l intégrité dynamique 8.3 Gestion de la redondance 8.4 Alerteurs DB-MAIN - Techniques de BD avancées ( FUNDP) 0.7

8 8.5 Gestion de données temporelles 9. Les interfaces ODBC et JDBC 9.1 Principes 9.2 ODBC 9.3 JDBC 9.4 Références ODBC, JDBC 10. Bibliographie DB-MAIN - Techniques de BD avancées ( FUNDP) 0.8

9 Techniques SQL avancées 1. Rappel des notions de bases de données 1.1 Notion de SGBD 1.2 Le langage SQL 1.3 La programmation d'application 1.4 Architectures des systèmes applicatifs 2. Intégrité des données 3. Transactions 4. Protection contre les incidents 5. Régulation de la concurrence 6. Les techniques SQL 7. La gestion de l'intégrité 8. Applications 9. Les interfaces ODBC et JDBC 10. Bibliographie

10 1. Rappel des notions de bases de données 1.1 Notion de SGBD Système de gestion de bases de données Système logiciel assurant, entre autres, les fonctions de définition des structures de données, de leur évolution, de gestion des données, d'accès aux données, de contrôle de l'intégrité, du contrôle d'accès, de la protection contre les incidents, de la régulation de la concurrence. Permet de gérer de gros volumes de données complexes, d'offrir un accès performant et de garantir une qualité et une continuité de service. Offre commerciale de moteurs SQL Oracle Ingres Sybase Informix DB2 SQL Server autres DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.2

11 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL SQL = Lingua franca des bases de données. A. Définition/modification des structures de la BD (DDL) Création de tables, de colonnes, de clés (primaires et étrangères). create table CLIENT ( NCLI char(4) not null, NOM char(12) not null, ADRESSE char(20) not null, LOCALITE char(12) not null, CAT char(2), COMPTE decimal(9,2) not null, primary key (NCLI) ) create table COMMANDE ( NCOM char(4) not null, NCLI char(4) not null, DATE date not null, primary key (NCOM), foreign key (NCLI) references CLIENT on delete cascade) create table DETAIL (NCOM char(4) not null, NPRO char(5) not null, QCOM decimal(4) not null, primary key (NCOM, NPRO), foreign key (NCOM) references COMMANDE on delete restrict, foreign key (NPRO) references PRODUIT ) DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.3

12 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL Suppression et modification de tables drop table DETAIL alter table PRODUIT add POIDS smallint alter table PRODUIT drop PRIX alter table CLIENT add primary key (NCLI) alter table COMMANDE add foreign key FK_CLI (NCLI) references CLIENT Création/suppression d'index create index XLOC on CLIENT (LOCALITE asc) create unique index XLIGNE on DETAIL (NCOM,NPRO) drop index XLIGNE DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.4

13 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL B. Consultation/extraction des données select NCLI, NOM from CLIENT where LOCALITE ='Toulouse' select 'TVA de ', NPRO, ' = ',0.21*PRIX*QSTOCK from PRODUIT where QSTOCK > 500 select 'Namur', avg(compte), count(*) from CLIENT where LOCALITE = 'Namur' select NCOM,DATE from COMMANDE where NCLI in (select NCLI from CLIENT where LOCALITE = 'Namur') select NCOM, NCLI, DATE, NOM, ADRESSE from COMMANDE, CLIENT where COMMANDE.NCLI = CLIENT.NCLI and CAT = 'C1' and DATE < 15/3/94 select NCLI, count(*), sum(qcom) from COMMANDE C, DETAIL L where C.NCOM = L.NCOM and NPRO = 'PA60' group by NCLI having count(*) >= 2 order by NCLI DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.5

14 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL C. Modification des données insert into COMMANDE values ('30191','S712','12/4/2000') insert into CLIENT_TOULOUSE select NCLI, NOM, ADRESSE from CLIENT where LOCALITE = 'Toulouse' delete from DETAIL where NPRO = 'PA60' update PRODUIT set PRIX = PRIX * 1.05 where LIBELLE like '%SAPIN%' update PRODUIT P set QSTOCK = QSTOCK - (select sum(qcom) from DETAIL where NPRO = P.NPRO) and NCOM in (select NCOM from COMMANDE where DATE => X)) DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.6

15 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL D. Définition des vues create view HABITUDE-ACHAT(LOCALITE,NPRO,VOLUME) as select LOCALITE, P.NPRO, sum(qcom*prix) from CLIENT L, COMMANDE C, DETAIL D, PRODUIT P where C.NCLI = L.NCLI and D.NCOM = C.NCOM and P.NPRO = D.NPRO group by LOCALITE, P.NPRO create view CLI(NCLI,NOM,ADR,LOC,CAT,CPTE) as select * from CLIENT where CAT is null or CAT in ('B1','B2','C1','C2') with check option DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.7

16 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL E. Contrôle d'accès (privilèges) grant select, update(qstock) on PRODUIT to GPERS2, FINCT grant all on CLIENT to GPERS2, FINCT with grant option grant run on COMPTA01 to GES66 revoke update(qstock) on PRODUIT from GPERS2 DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.8

17 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL F. Les prédicats Un prédicat (ou contrainte) est une condition que les données doivent vérifier après chaque modification (statement / commit). check de colonne ou de table : évalué pour toute modification de la colonne ou de la table; assertion : évaluée pour toute modification de la base de données. create assertion A_COMDET check(select * from COMMANDE where NCOM not in (select NCOM from DETAIL)) > 0) alter table DETAIL add constraint C_QCOM check(qcom > 0) alter table CLIENT add constraint C_SEXE check(sexe is null or SEXE in ('M','F')) alter table DETAIL add constraint C_Q check(qcom <= (select QSTOCK from PRODUIT where NPRO = DETAIL.NPRO)) Attention Certains SGBD n'admettent que des checks très rudimentaires, réduits à la ligne courante. DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.9

18 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL G. Les Triggers Trigger = mécanisme constitué d'une section de code accompagnée des conditions qui entraînent son exécution. Forme générale E-C-A (event-condition-action) : before/after E when C begin A end si un événement E (insert, delete, update) survient, et si la condition C est satisfaite, alors exécuter l'action A soit avant (before) soit après (after) l'événement E. Exemple 1 modification automatique de la valeur de CAT lorsque l'état du compte d'un client descend en dessous d'un certain seuil create trigger MAJ_CLI before update of COMPTE on CLIENT for each row when (new.compte < ) begin if old.cat = 'B2' then new.cat := 'B1'; end if; if old.cat = 'C2' then new.cat := 'C1'; end if; end; DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.10

19 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL Exemple 2 Le trigger suivant protège les produits contre toute augmentation de prix qui dépasserait 5%. Les états old et new sont renommés pour des raisons de lisibilité. create trigger MAJOR before update of PRIX on PRODUIT referencing old as ANCIEN new as NOUVEAU for each row begin if NOUVEAU.PRIX > (ANCIEN.PRIX * 1.05) then abort(); end if; end; DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.11

20 1. Rappel des notions de bases de données 1.2 Le langage SQL H. Les Stored procedures Séquence d'instructions SQL précompilées dont l'exécution peut être demandée par un utilisateur, un programme d'application, un trigger ou une autre procédure. Stockée dans la base de données; peut être considérée comme une ressource unique et commune pour toutes les applications, évitant une duplication de code. Permet aussi de définir des comportements complexes, en particulier en ce qui concerne l'intégrité des données. Exemple La procédure ci-dessous supprime la ligne de détail dont elle reçoit le numéro de commande et le numéro de produit. Si cette ligne est la dernière de sa commande, cette dernière est également supprimée. create procedure MAJ_CMD (in COM char(4), in PRO char(5)) begin delete from DETAIL where NCOM = COM and NPRO = PRO; if (select count(*) from DETAIL where NCOM = COM) = 0 then delete from COMMANDE where NCOM = COM end if; end; On pourra invoquer cette procédure par la commande suivante : CALL MAJ_CMD(182,'PA60') DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.12

21 1. Rappel des notions de bases de données 1.3 La programmation d'application A. Extraction de données (résultat mono-ligne) exec SQL begin declare section end-exec. NOM char(12) ADR char(20) LOC char(12) NUM char(4) exec SQL end declare section end-exec. read NUM exec SQL select NOM,ADRESSE,LOCALITE into :NOM,:ADR,:LOC from CLIENT where NCLI = :NUM; end-exec. display NOM, ADR, LOC DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.13

22 1. Rappel des notions de bases de données 1.3 La programmation d'application B. Extraction de données (résultat multi-ligne) Analogie : déclarer le fichier F... ouvrir F lire un enregistrement dans F tant que la lecture a réussi faire traiter l enregistrement lire un enregistrement dans F fin fermer F Mécanisme SQL... exec SQL declare CURCLI cursor for select NCLI, NOM, ADRESSE from CLIENT where LOCALITE = :LOC; end-exec.... LOC := 'Toulouse' exec SQL open CURCLI end-exec exec SQL fetch CURCLI into :NUM,:NOM,:ADR end-exec. while SQLCODE = 0 do <traiter le client> exec SQL fetch CURCLI into :NUM,:NOM,:ADR end-exec. endwhile; exec SQL close CURCLI end-exec.... DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.14

23 1. Rappel des notions de bases de données 1.3 La programmation d'application C. Modification des données Classique ou positioned update... exec SQL declare CURCLI cursor for select... from CLIENT where LOCALITE = :LOC; end-exec.... LOC := 'Toulouse' exec SQL open CURCLI end-exec exec SQL fetch CURCLI into :NUM,:NOM,:ADR end-exec. while SQLCODE = 0 do exec SQL update CLIENT set CAT = 'A1' where current of CURCLI end-exec exec SQL fetch CURCLI into :NUM,:NOM,:ADR end-exec. endwhile; exec SQL close CURCLI end-exec.... D. SQL dynamique DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.15

24 1. Rappel des notions de bases de données 1.4 Architectures des systèmes applicatifs Application monolithique interface utilisateur traitement accès aux données fichier. Client/serveur à 2 couches (2 tiers) client serveur de données interface utilisateur traitement SGBD BDR Client/serveur à 3 couches (3 tiers) client serveur d' application serveur de données interface utilisateur application SGBD BDR DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.16

25 1. Rappel des notions de bases de données 1.4 Architectures des systèmes applicatifs Types de serveurs Serveur SQL de base Intégrité assurée pour les contraintes d'intégrité déclarées super-fat client présentation et contrôle dynamique des objets objets de gestion validation des données super-thin server gestion des données BDR Serveur SQL avec validation Intégrité assurée pour toutes les contraintes d'intégrité fat client présentation et contrôle dynamique des objets objets de gestion thin server validation des données gestion des données BDR DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.17

26 1. Rappel des notions de bases de données 1.4 Architectures des systèmes applicatifs Serveur SQL d'objets passifs Le serveur gère des objets complexes (passive business objects) thin client présentation et contrôle dynamique des objets fat server objets de gestion validation des données gestion des données BDR Serveur SQL d'objets actifs Le serveur gère des objets complexes autonomes (active business objects) super-thin client présentation et contrôle super-fat server dynamique des objets objets de gestion validation des données gestion des données BDR DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 1.18

27 Techniques SQL avancées 1. Rappel des notions de base de données 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité 2.2 Responsabilité des contraintes d'intégrité 2.3 Etats de correction d'une base de données 2.4 Sources de corruption d'une base de données 3. Transactions 4. Protection contre les incidents 5. Régulation de la concurrence 6. Les techniques SQL 7. La gestion de l'intégrité 8. Applications 9. Les interfaces ODBC et JDBC 10. Bibliographie

28 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité A. Définitions Intégrité (théorique) Etat d'une base de données qui constitue une image fidèle du domaine d'application. Remarque : impossible à vérifier. Intégrité (pratique) Etat d'une base de données qui respecte un ensemble de contraintes d'intégrité. Remarque : techniquement vérifiable; simulation imparfaite de l'intégrité théorique. Contrainte d'intégrité Propriété formelle que les données et leur évolution doivent respecter à défaut de quoi elles sont réputées corrompues. Contrainte d'intégrité statique Propriété formelle que les données doivent respecter à tout instant (ou à des instants prédéfinis), à défaut de quoi elles sont réputées corrompues. Définit les états valides. Contrainte d'intégrité dynamique Ensemble des transitions d'état d'un objet considérées comme valides. Toute transition non valide partant d'un état valide conduit à un état corrompu des données, même si cet état respecte toutes les contraintes d'intégrité statiques. DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.2

29 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité B. Exemples de contraintes statiques (niveau conceptuel) Les contraintes de base CLIENT Num Client Nom Adresse Numéro Voie Ville Téléphone[0-5] 0-N passe N FOURNISSEUR Num Fourn Raison Sociale Adresse administrative Contact[0-1] 0-N COMMANDE Num Commande Date Montant[0-1] 1-20 assignée Quantité 0-N propose Prix Délai 0-N PRODUIT Code Produit Libellé Prix Qté Stock Les domaines Les valeurs d'un attribut doivent respecter la définition du domaine de l'attribut. Les identifiants Contrainte d'unicité. Les contraintes de cardinalité (attributs et rôles) Le nombre de valeurs d'attribut par entité et le nombre d'associations par entité doivent respecter les bornes mini et maxi. DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.3

30 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité Les contraintes de domaine Restreignent les valeurs d'un domaine valeurs permises : sexe = {'M','m','F','f'} intervalle : date = [1/1/ /12/2019] règle de formation des valeurs : code = [A-Z][0-9]* valeurs exclues DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.4

31 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité Les contraintes d'existence Définissent les conditions de présence de composants facultatifs d'une entité (attributs et rôles). Contrainte de coexistence PROJET Code-projet Titre id: Code-projet 0-N affecté 0-1 EMPLOYE Matricule Nom Date-affectation[0-1] Nom-conjoint[0-1] Date-mariage[0-1] id: Matricule coex: affecté.projet Date-affectation coex: Nom-conjoint Date-mariage Si un employé est affecté à un projet, alors il a une date d'engagement, et réciproquement. Contrainte d'exclusivité PROJET Code-projet Titre id: Code-projet 0-N affecté 0-1 EMPLOYE Matricule Nom Date-affectation[0-1] Nom-conjoint[0-1] Date-mariage[0-1] Salaire-mensuel[0-1] Salaire-horaire[0-1] id: Matricule coex: affecté.projet Date-affectation coex: Nom-conjoint Date-mariage excl: Salaire-mensuel Salaire-horaire excl: affecté.projet Nom-conjoint Un employé peut avoir un salaire horaire ou un salaire mensuel, mais pas les deux. Les employés mariés ne peuvent être affectés à un projet. DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.5

32 2. Intégrité des données Contrainte au-moins-un CANDIDAT NumInscription Nom Diplôme-technique[0-1] Expérience-industrielle[0-1] id:numinscription at-lst-1:diplôme-technique Expérience-industrielle Un candidat doit avoir obtenu un diplôme technique ou pouvoir justifier d'une expérience industrielle (ou les deux). Contrainte exactement-un (= au-moins-un + exclusivité) EMPLOYE Matricule Nom Salaire-mensuel[0-1] Salaire-horaire[0-1] id: Matricule exact-1: Salaire-mensuel Salaire-horaire Un employé doit avoir un salaire horaire ou un salaire mensuel, mais pas les deux. DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.6

33 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité Les contraintes d'inclusion de rôles FOURNISSEUR Num Fourn Raison Sociale Adresse administrative Contact[0-1] 0-N 0-N COMMANDE Num Commande Date Montant[0-1] 1-20 assignée Quantité incl: FOURNISSEUR PRODUIT propose Prix Délai gr:fournisseur PRODUIT 0-N 0-N PRODUIT Code Produit Libellé Prix Qté Stock On ne peut assigner le produit d'une commande à un fournisseur que si celui-ci propose ce produit. assignée[fournisseur, PRODUIT] propose[fournisseur, PRODUIT] CLUB Nom Ville id:nom ECOLE Nom Adresse id:nom 0-N affilié 0-1 JOUEUR Matricule Nom id: Matricule incl:inscrit.ecole gr:affilié.club N inscrit Un joueur ne peut s'inscrire dans une école de perfectionnement que s'il est affilié à un club sportif. inscrit[joueur] affilié[joueur] DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.7

34 2. Intégrité des données Les contraintes d'exclusion de rôles ENTREPRISE 0-N possède r-ex:entreprise IMMEUBLE 0-N IMMEUBLE 0-N loue r-ex:entreprise IMMEUBLE 0-N Une entreprise qui loue un immeuble n'en est pas propriétaire, et inversement. possède[entreprise,immeuble] loue[entreprise,immeuble] = Les contraintes intra-objet Définissent des propriétés organisant les composants d'une entité ou d'une association. COMMANDE NCom Date Qté-commandée Qté-livrée id: NCom Qté-livrée Qté-commandée FACTURE NFact Montant Date-envoi Date-paiement id: NFact Date-envoi < Date-paiement DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.8

35 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité Redondances structurelles Les contraintes de redondance CLIENT NumCli Nom Adresse Compte id: NumCli 0-N passe 1-1 COMMANDE NumCom Date Client Adresse id: NumCom COMMANDE.Client = COMMANDE.passe.CLIENT.NumCli COMMANDE.Adresse = COMMANDE.passe.CLIENT.Adresse Dépendances fonctionnelles PROJET Code-projet Nom 0-N occupé Proportion 0-N EMPLOYE Matricule Nom 0-N DEPARTEMENT Nom Localisation EXPEDITION Numéro Date Transporteur Code-cli Nom-cli Adresse-cli Montant id: Numéro occupé: EMPLOYE DEPARTEMENT EXPEDITION: Code-cli Nom-cli, Adresse-cli DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.9

36 2. Intégrité des données 2.1 Notion(s) d'intégrité C. Exemple de contraintes dynamiques PERSONNE Matricule Nom Adresse EtatCivil id: Matricule Transitions valides pour l'attribut EtatCivil "C" "M" "M" "S","D","V" "D" "M" "V" "M" "S" "D","V","M" DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.10

37 2. Intégrité des données 2.2 Responsabilité des contraintes d'intégrité Système de gestion de données (SGF / SGBD) Le SGD peut explicitement prendre en charge, par déclaration DDL, certaines contraintes d'intégrité. domaines de valeurs colonnes obligatoires identifiants char(10), decimal(10,2), date not null primary key unique unique index clés étrangères foreign key... references... Serveur de données Des mécanismes génériques du SGD permettent de programmer la validation de certaines contraintes d'intégrité. prédicats triggers stored procedures check create assertion create trigger create procedure Le code applicatif Les programmes d'application ou l'interface utilisateur incluent du code de validation des contraintes. DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.11

38 2. Intégrité des données 2.3 Etats de correction d'une base de données Dernier état correct La base de données contient toutes les données introduites et elles seulement. Etat correct L'un des états corrects, mais pas nécessairement le dernier. Etat correct possible Ensemble de parties correctes. N'a pas nécessairement existé dans le passé (parties asynchrones). Pertes possibles. Etat valide statiquement Respecte les contraintes d'intégrité statiques. Etat valide dynamiquement Obtenu à partir d'une chaîne de changements d'état vérifiant les contraintes d'intégrité dynamiques. DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.12

39 2. Intégrité des données 2.4 Sources de corruption d'une base de données Introduction de données valides mais incorrectes Les données introduites respectent les contraintes d'intégrité statiques et dynamiques mais ne correspondent pas à l'état ou au comportement du domaine d'application. Exemple : erreur de montant déposé sur un compte (4500 au lieu de 5400). Introduction de données invalides Les données introduites ne respectent pas les contraintes d'intégrité statiques et dynamiques. Exemple : introduction d'une date de facturation antérieure à la date de commande. Fausse manoeuvre de l'utilisateur Le comportement de l'utilisateur conduit à la corruption de certaines données. Exemples : oubli de lancer une procédure de validation des données, exécution d'une fonction ou d'un programme inadéquats, interruption prématurée d'une séquence de saisie, abandon d'un poste de saisie (syndrôme de la pause café), etc. Erreur technique dans le logiciel applicatif Une situation imprévue provoque un incident d'exécution du programme d'application. Exemple : division par zéro, dépassement de longueur de champ, etc. DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.13

40 2. Intégrité des données 2.4 Sources de corruption d'une base de données Erreur logique dans le logiciel applicatif La logique de l'application traduit mal les spécifications initiales. Le comportement du programme est erroné, bien que techniquement correct (pas d'incident). Erreur dans un logiciel système Comportement erroné, inadéquat ou arrêt prématuré d'un composant système : SGBD, système d'exploitation, gestionnaire d'écran, gestionnaire de communication, etc. Attaques ciblées, fraudes, malveillance Des individus, utilisateurs réguliers ou occasionnels, tentent de modifier frauduleusement ou de détruire les données. Attaques anonymes, virus Des individus, via des logiciels d'attaque, recherchent des sites présentant des failles de protection, et s'y installent en cherchant à détruire ou corrompre les fichiers accessibles. Interactions parasites entre processus concurrents Un processus de traitement est perturbé par un autre processus concurrent. Exemple : deux processus A et B lisent la même donnée, la modifient, puis la réécrivent dans la base de données. Seule la dernière modification sera prise en compte (problème de la mise à jour perdue). DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.14

41 2. Intégrité des données 2.4 Sources de corruption d'une base de données Incident matériel Panne ou comportement inadéquat d'un composant matériel : mémoire centrale, bus, processeur, carte contrôleur, terminal, modem, ligne, serveur distant, etc. Perte du support Le support de la base de données (en général disque magnétique) subit un incident qui le rend irrécupérable. Les données qu'il contenait sont perdues. Destruction des installations Catastrophes naturelles (tremblements de terre, inondations, foudre) ou d'origine humaine (incendies, chutes d'avion, attentats). DB-MAIN - Techniques SQL avancées ( FUNDP) 2.15

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev.

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Implémentation des SGBD

Implémentation des SGBD Implémentation des SGBD Structure générale des applications Application utilisateur accédant à des données d'une base Les programmes sous-jacents contiennent du code SQL Exécution : pendant l'exécution

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Intégrité des données

Intégrité des données . Contraintes d intégrité : Définition et objectif Intégrité des données Définition des contraintes Vérification des contraintes Contrainte d'intégrité : propriété sémantique que doivent respecter les

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Gestion de base de données

Gestion de base de données Université Libre de Bruxelles Faculté de Philosophie et Lettres Département des Sciences de l Information et de la Communication Gestion de base de données Projet : Take Off ASBL Cours de M. A. Clève STIC-B-505

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données Chapitre 10 Architectures des systèmes de gestion de bases de données Introduction Les technologies des dernières années ont amené la notion d environnement distribué (dispersions des données). Pour reliér

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12 Table des matières Les Triggers... 2 Syntaxe... 2 Explications... 2 Les évènements déclencheurs des triggers... 3 Les modes de comportements des triggers... 4 Les pseudo tables... 5 Exemple... 6 Les procédures

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles

Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles 1 - Intégrité sémantique Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev. 2013

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

Exercices et solutions

Exercices et solutions Ce document constitue l annexe A de l ouvrage "Bases de données", J-L Hainaut, Dunod, 2012 Date de dernière modification : 8/6/2012 Annexe A A1 Exercices et solutions Cette annexe propose une collection

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Olivier Mondet http://unidentified-one.net

Olivier Mondet http://unidentified-one.net T-GSI Ch.4 Le Langage SQL LDD, LCD Cet exercice guidé reprend le plan suivis lors de l intervention de formation faite pour l académie de Versailles. L objectif principal visait en la présentation du langage

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 6 Programmation SQL par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS - DISQUE 1 Les couches logiciels réponse requête Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions utilisateur traitement S.E. commandes S.E. S.E. matériel Contrôleur E/S

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE C.Crochepeyre MPS_SGF 2000-20001 Diapason 1 Les couches logiciels réponse SGF requête matériel matériel Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions Contrôleur

Plus en détail

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/46 2/46 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - SGBD 1er trimestre 2014-2015 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Compétences Business Objects - 2014

Compétences Business Objects - 2014 Compétences Business Objects - 2014 «Mars-Juin 2014. Réf : Version 1 Page 1 sur 34 Sommaire CONTEXTE DE LA REMISE A NIVEAU EN AUTOFORMATION... 3 1. MODELISATION... 4 1.1 DESCRIPTION FONCTIONNEL DE L'APPLICATION

Plus en détail

1/ Présentation de SQL Server :

1/ Présentation de SQL Server : Chapitre II I Vue d ensemble de Microsoft SQL Server Chapitre I : Vue d ensemble de Microsoft SQL Server Module: SQL server Semestre 3 Année: 2010/2011 Sommaire 1/ Présentation de SQL Server 2/ Architerture

Plus en détail

Auto-évaluation Oracle: cours de base

Auto-évaluation Oracle: cours de base Auto-évaluation Oracle: cours de base Document: F0475Test.fm 14/01/2008 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION ORACLE: COURS DE

Plus en détail

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données II Objets avancés dans les bases de données OBJECTIFS 2.1. NOTIONS 2.1.1.

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Bases de Données. Plan

Bases de Données. Plan Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 Plan Généralités: Définition de Bases de Données Le modèle relationnel Algèbre relationnelle

Plus en détail

INTEGRITE ET BD ACTIVES

INTEGRITE ET BD ACTIVES INTEGRITE ET BD ACTIVES 1. INTRODUCTION Un SGBD doit garantir la cohérence des données lors des mises à jour de la base. En effet, les données d'une base ne sont pas indépendantes, mais obéissent à des

Plus en détail

INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié

INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié À l'origine de l'informatique, le stockage d'information se faisait sur cartes perforées. Ces supports pauvres ne permettaient pas de définir la structuration

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. Le Modèle Relationnel

Bases de Données Relationnelles. Le Modèle Relationnel Bases de Données Relationnelles Le Modèle Relationnel Le modèle relationnel modèle de niveau logique modèle simple : deux concepts relation (table) attribut (colonne) défini par Ted Codd en 1970 ; prix

Plus en détail

WEA Un Gérant d'objets Persistants pour des environnements distribués

WEA Un Gérant d'objets Persistants pour des environnements distribués Thèse de Doctorat de l'université P & M Curie WEA Un Gérant d'objets Persistants pour des environnements distribués Didier Donsez Université Pierre et Marie Curie Paris VI Laboratoire de Méthodologie et

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL Jean-Marie Pécatte jean-marie.pecatte@iut-tlse3.fr 16 novembre 2006 ISIS - Jean-Marie PECATTE 1 Valeur de clé

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos

Table des matières. Avant-propos Table des matières Avant-propos v Table des matières xi 1 Introduction aux systèmes de gestion de bases de données 1 1.1 Donnée et type de données 2 1.2 Donnée et information 2 1.3 Donnée simple et complexe

Plus en détail

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION»

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» CONCOURS INTERNE SESSION 2002 ÉPREUVE SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion informatique Durée de préparation

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 Sommaire Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 1- Créer deux TableSpaces votre_nom-tbs et Votre_nom-TempTBS :... 3 2. Créer un utilisateur qui porte votre nom :... 3 3. Attribuer à

Plus en détail

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object)

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object) Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO Ce cours présente des modèles de conception utilisés pour effectuer la persistance des objets Université de Nice Sophia-Antipolis Version 1.4 30/8/07

Plus en détail

Application web de gestion de comptes en banques

Application web de gestion de comptes en banques Application web de gestion de comptes en banques Objectif Réaliser une application Web permettant à un client de gérer ses comptes en banque Diagramme de cas d'utilisation 1 Les cas d'utilisation Connexion

Plus en détail

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Entreprise Server Remarques : 1. L'installation de STATISTICA Entreprise Server s'effectue en deux temps : a) l'installation du serveur et

Plus en détail

Les bases de données Page 1 / 8

Les bases de données Page 1 / 8 Les bases de données Page 1 / 8 Sommaire 1 Définitions... 1 2 Historique... 2 2.1 L'organisation en fichier... 2 2.2 L'apparition des SGBD... 2 2.3 Les SGBD relationnels... 3 2.4 Les bases de données objet...

Plus en détail

Structure fonctionnelle d un SGBD

Structure fonctionnelle d un SGBD Fichiers et Disques Structure fonctionnelle d un SGBD Requetes Optimiseur de requetes Operateurs relationnels Methodes d acces Gestion de tampon Gestion de disque BD 1 Fichiers et Disques Lecture : Transfert

Plus en détail

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron Le langage SQL (première partie) 1 Plan Le S.G.B.D. postgres Le langage SQL Langage de manipulation de données Langage de requêtes 2 Quelques mots sur Postgres (1/2) Travaux de Stonebraker (Univ. Berkeley)

Plus en détail

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL)

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL) Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL) Un modèle de données définit un mode de représentation de l information selon trois composantes : 1. Des structures de données. 2. Des contraintes qui permettent

Plus en détail

Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données

Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données Création et utilisation d'un index de jointure LAMBERT VELLER Sylvain M1 STIC Université de Bourgogne 2010-2011 Reponsable : Mr Thierry Grison

Plus en détail

Historisation des données

Historisation des données Historisation des données Partie 1 : mode colonne par Frédéric Brouard, alias SQLpro MVP SQL Server Expert langage SQL, SGBDR, modélisation de données Auteur de : SQLpro http://sqlpro.developpez.com/ "SQL",

Plus en détail

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu une

Plus en détail

Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données

Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/ssi.html Plan du cours 1 Introduction

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

14/04/2014. un ensemble d'informations sur un sujet : exhaustif, non redondant, structuré, persistant. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble.

14/04/2014. un ensemble d'informations sur un sujet : exhaustif, non redondant, structuré, persistant. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble Le 10/04/2014 Base de Données (BD) : une grande quantité de données, centralisées ou non, servant pour les besoins d'une ou plusieurs applications, interrogeables et modifiables

Plus en détail

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 NFA 008 Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 1 NoSQL, c'est à dire? Les bases de données NoSQL restent des bases de données mais on met l'accent sur L'aspect NON-relationnel L'architecture distribuée

Plus en détail

MySQL / SQL EXEMPLES

MySQL / SQL EXEMPLES MySQL_exemples_janv04_mpT EXEMPLES 1 MySQL / SQL EXEMPLES Typologie du langage Il est possible d'inclure des requêtes SQL dans un programme écrit dans un autre langage (en langage C par exemple), ainsi

Plus en détail

MySQL. (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation. France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada

MySQL. (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation. France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada MySQL (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation Microsoft Partner France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada WWW.SASGROUPE.COM Formez vos salariés pour optimiser la productivité de votre

Plus en détail

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014 Interconnexion des Sites - Design et Implémentation des Réseaux informatiques - Sécurité et Audit des systèmes - IT CATALOGUE DE FORMATION SIS 2014 1 FORMATION ORACLE 10G 11G 10 FEV 2014 DOUALA CAMEROUN

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES. 2. Les questions sont indépendantes les unes des autres.

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES. 2. Les questions sont indépendantes les unes des autres. INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES Durée : 1h30 Date : 17/05/2006 Coordonnateurs : Amel Bouzeghoub et Bruno Defude Documents autorisés : ceux distribués en cours Avertissements

Plus en détail

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer Bases de Données Réparties Définition Architectures Outils d interface SGBD Réplication SGBD répartis hétérogènes BD réparties Principe : BD locales, accès locaux rapides accès aux autres SGBD du réseau

Plus en détail

Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry

Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry Cours 3 Développement d une application BD 1 Plan du cours Gestion de la sécurité des données Optimisation des schémas de bases via la dénormalisation Utilisation de vues Placement du code applicatif dans

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications P.-A. Sunier, HEG-Arc Neuchâtel avec le concours de J. Greub pierre-andre.sunier@he-arc.ch http://lgl.isnetne.ch/

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail

Réplication des données

Réplication des données Réplication des données Christelle Pierkot FMIN 306 : Gestion de données distribuées Année 2009-2010 Echange d information distribuée Grâce à un serveur central Une seule copie cohérente Accès à distance

Plus en détail

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 Bases de Données Réparties Concepts et Techniques Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 1 Définition Une base de données répartie (distribuée) est une base de données logique dont les données

Plus en détail

Stratégies pour l'évolution des applications de bases de données relationnelles : l'approche DB-MAIN

Stratégies pour l'évolution des applications de bases de données relationnelles : l'approche DB-MAIN Stratégies pour l'évolution des applications de bases de données relationnelles : l'approche DB-MAIN Jean-Marc Hick, Jean-Luc Hainaut, Vincent Englebert, Didier Roland, Jean Henrard Institut d'informatique

Plus en détail

Optimisations des SGBDR. Étude de cas : MySQL

Optimisations des SGBDR. Étude de cas : MySQL Optimisations des SGBDR Étude de cas : MySQL Introduction Pourquoi optimiser son application? Introduction Pourquoi optimiser son application? 1. Gestion de gros volumes de données 2. Application critique

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

Licence de MIDO - 3ème année Spécialités Informatique et Mathématiques Appliquées

Licence de MIDO - 3ème année Spécialités Informatique et Mathématiques Appliquées Licence de MIDO - 3ème année Spécialités Informatique et Mathématiques Appliquées ANNEE 2014 / 2015 Désignation de l enseignement : Bases de données Nom du document : TP SQL sous PostgreSQL Rédacteur :

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise OpenPaaS Le réseau social d'entreprise Spécification des API datastore SP L2.3.1 Diffusion : Institut MinesTélécom, Télécom SudParis 1 / 12 1OpenPaaS DataBase API : ODBAPI...3 1.1Comparaison des concepts...3

Plus en détail

Corrigé de l'atelier pratique du module 3 : Récupération d'urgence

Corrigé de l'atelier pratique du module 3 : Récupération d'urgence Corrigé de l'atelier pratique du module 3 : Récupération d'urgence Table des matières Atelier pratique 3 : Récupération d'urgence 1 Exercice 1 : Implémentation d'une stratégie de sauvegarde 1 Exercice

Plus en détail

Transactionnel et transactionnel réparti. Source R.CHEVANCE G.Gardarin

Transactionnel et transactionnel réparti. Source R.CHEVANCE G.Gardarin 1 Transactionnel et transactionnel réparti Source R.CHEVANCE G.Gardarin Plan Concept de transaction - Propriétés ACID Transactionnel réparti Moniteur transactionnel Modèle X/Open Exemple de moniteur transactionnel:

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

UML et les Bases de Données

UML et les Bases de Données CNAM UML et les Bases de Données UML et les Bases de Données. Diagramme de classes / diagramme d objets (UML)...2.. Premier niveau de modélisation des données d une application...2.2. Les éléments de modélisation...2.2..

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail