ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010"

Transcription

1 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/

2 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle 12.2 Les douze règles de Date et Oracle 12.3 Nommage des objets en environnement réparti 12.4 Liaison entre BD Oracle 12.5 Manipulation de données réparties 12.6 Le commit à deux phases 2

3 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle Architecture fonctionnelle de développement d'application [MIR 94] Interface Application SGBD {GUI, Objets} {L3G, L4G, CASE,...} {SQL } Base de données 3

4 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle Générations d'architectures C/S [MIR 94] C L I E N T Interface Interface Interface Application Interface Application Interface Application SGBD Réseau : RPC, RDA, DRDA S E R V E U R Interface Application SGBD BD répartition du dialogue Application SGBD BD déport de dialogue Commit à 2 phases Moniteurs TP Application SGBD BD Application répartie SGBD BD déport gestion de données Interface Application SGBD BD SGBD repartie hétérogène 4

5 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle Solution Oracle Interface Client 1 Interface Client N Application Oracle Application Oracle Driver SQL*NET Protocole de communication Driver SQL*NET Protocole de communication Protocole de communication Driver SQL*NET Noyau Oracle 5

6 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle Solution Oracle (suite) Client Client Client Serveur SGBD ORACLE Serveur SGBD ORACLE SQL*NET SQL*NET Réseau Note :. SQL*Net : multiprocole Oracle gateways Client Serveur SGBD NON ORACLE 6

7 12.2 Les douze règles de Date et Oracle Les douze règles de Date et Oracle Règles de Date R1: Autonomie locale, gestion locale des données, contrôle local des contraintes et de la sécurité Oracle OK R2: Indépendance vis à vis d'un site central OK R3: Fonctionnement continue OK mais R4: Indépendance de la localisation Database link/ synonyme R5: Indépendance de la fragmentation OK mais R6: Indépendance de la duplication OK voir triggers R7: Traitement reparti des requêtes OK R8: Gestion répartie des transactions Commit à 2 phases R9: Indépendance vis à vis du matériel OK N plates-formes R10: Indépendance vis à vis de l'os OK R11: indépendance vis à vis du réseau Multi-protocôle R12:Indépendance vis à vis du SGBD gateways mais 7

8 12.3 Nommage des objets en environnement réparti Nommage des objets en environnement réparti BD Distribuée Base de données 1 Schéma 1 : SCOTT DEPT, EMP... dblink Base de données N Schéma 1 : SCOTT DEPT, EMP Schéma N Schéma N tables, vues, table 1, table 2, index,... index,... Niveau de désignation d'objets schéma Base de données locale Base de données distante Désignation nom_de_l'objet exemple : emp, dept,... dans le schéma SCOTT schéma.nom_objet exemple : SCOTT.emp, SCOTT.dept,... exemple : (sqlnet) dblink : nom d'un lien 8

9 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Oracle utilise la notion de DATABASE LINK pour faciliter la connexion à une base de données distante Un DATABASE LINK est un chemin unidirectionnel d une base locale vers une base distante Un DATABASE LINK peut être PRIVE, PUBLIC ou GLOBAL Un database link privé n est accessible que par l utilisateur qui l a créé. Il appartient au créateur Un database link public est accessible par tous les utilisateurs et les procédures stockées. Il appartient à l'utilisateur PUBLIC Un database link global est accessible par tous les utilisateurs via l annuaire LDAP Un database link peut être partagé (SHARED). Plusieurs utilisateurs peuvent partager la même connexion avec ledit database link 9

10 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Il est existe trois types de database link. Ils sont désignés selon le mode d'authentification sur la base distante choisi : Connected user database link : Le compte et le mot de passe de l'utilisateur connecté doivent être les mêmes sur la base locale et distante Le paramètre d initialisation REMOTE_OS_AUTHENT doit être fixé à TRUE pour permettre aux utilisateurs authentifiés EXTERNALLY de se connecter Fixed user database link : L utilisateur qui se connecte utilise le nom d utilisateur et le mot de passe fixé lors de la création du database link derrière CONNECT TO CURRENT_USER database link : L utilisateur connecté doit avoir un compte sur la base locale et sur la base distante. S il s agit d une procédure stockée, l utilisateur propriétaire doit aussi être créé dans la base distante. L utilisateur doit être reconnu au niveau du serveur de sécurité d'oracle. Annuaire ldap 10

11 12.4 Liaison entre BD Oracle Nommage d un database link On peut attribuer à un database link le nom global de la base ou un nom quelconque Pour forcer l attribution d un nom global, le paramètre d initialisation GLOBAL_NAMES doit être posé à TRUE L attribution d un nom global a pour avantage de faciliter le fonctionnement de certaines options d Oracle telle que la réplication. Oracle recommande, d'utiliser le nom global de la base. Si GLOBAL_NAMES vaut TRUE Oracle contrôle le nom global en combinant les paramètres DB_NAME et DB_DOMAIN Exemple si DB_NAME=DBTEST et DB_DOMAIN=UNICE.FR, le nom global de la base sera DBTEST.UNICE.FR, ce sera aussi le nom du database link 11

12 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Syntaxe CREATE [SHARED] [ PUBLIC ] DATABASE LINK nom_lien [ {CONNECT TO {CURRENT_USER user IDENTIFIED BY password } } ] AUTHENTICATED BY user IDENTIFIED BY passwd [ USING 'chaîne_de_connexion' ] Notes : a) si CONNECT TO est absent c'est le mot de passe et le nom connecté qui sont utilisés b) Il faut avoir le privilège CREATE DATABASE LINK (lien privé) et CREATE PUBLIC DATABASE LINK (lien public) =>L'utilisateur de la base locale QUI ACCEDE AUX DONNEES D'UNE BASE DISTANTE A TRAVERS UN DB LINK doit exister sur la base distante 12

13 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Mots clés ou paramètre Description SHARED nom_lien Permet de partager entre plusieurs utilisateurs la connexion avec le même db link. Oblige d'utiliser la clause CONNECT TO et AUTHENTICATED Nom du lien CONNECT TO... Indique le nom et mot de passe de IDENTIFIED BY l'utilisateur sur la base distante Si cette clause n'est pas utilisée alors c'est le nom et le password de l'utilisateur connecté qui sont utilisés PUBLIC chaîne_de_connexion Lien utilisable par tout utilisateur Chaîne de connexion la base distante AUTHENTICATED BY Permet d'authentifier un utilisateur via le serveur de sécurité (annuaire) CURRENT_USER Permet de créer un db link authentifié avec l'utilisateur courant. Si l'objet utilisant le db link est une procédure stockée, il s'agit de l'utilisateur propriétaire de la procédure. Sinon il s'agit de l'utilisateur connecté. Cet utilisateur doit être reconnu au niveau du serveur de sécurité d'oracle. Ce doit être un utilisateur GLOBAL (LDAP) 13

14 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 1 : Public Connected user database link CREATE PUBLIC DATABASE LINK dbtest.unice.fr USING 'DBTEST'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql> connect sql> Select * from ; L utilisateur scott doit exister sur la base locale ORCL et la base distante DBTEST avec le même mot de passe Scott de orcl peut consulter les tables de l'utilisateur scott de la base de données dbtest (y compris celles pour lesquelles il a des droits) Le user XXX de orcl ne peut accéder qu'aux objets accessibles par le user XXX de dbtest 14

15 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 2 : Public Fixed user database link CREATE PUBLIC DATABASE LINK dbtest.unice.fr CONNECT TO scott IDENTIFIED BY tiger USING 'dbtest'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql> connect sql> Select * from ; L authentification est faite dans le lien. L'utilisateur scott doit exister dans les 2 bases y compris avec des password différents 15

16 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 3 : CURRENT_USER database link CREATE PUBLIC DATABASE LINK dbtest.unice.fr CONNECT TO CURRENT_USER USING 'dbtest'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql> connect sql> Select * from ; =>L'utilisateur d'authentification du database link doit être défini dans l'annuaire LDAP 16

17 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 4 : Private Fixed user database link sql> connect sql > grant create database link to scott; sql> connect CREATE DATABASE LINK dbtest.unice.fr CONNECT TO scott IDENTIFIED BY tiger USING 'dbtest'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql> connect sql> Select * from ; =>L authentification est faite avec le nom et mot de passe de l'utilisateur CONNECTE. Ici SCOTT. 17

18 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 5 : shared public fixed database link sql> connect CREATE shared public DATABASE LINK dbtest.unice.fr CONNECT TO scott IDENTIFIED BY tiger AUTHENTICATED BY system IDENTIFIED BY oraclesysdba USING 'dbtest'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql>connect sql> Select * from ; Attention : L authentification est faite via la clause AUTHENTICATED BY. Toutefois les droits sur les objets seront ceux de scott et non system. Un shared database link permet de MULTIPLEXER LES CONNEXIONS La clause AUTHENTICATED BY est obligatoire 18

19 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Suppression d'un DATABASE LINK Syntaxe DROP [PUBLIC] DATABASE LINK nom_lien; Exemple DROP PUBLIC DATABASE LINK dbtest.unice.fr; s il s agit d un Database link public. ou DROP DATABASE LINK dbtest.unice.fr; s il s agit d un Database link privé. 19

20 12.4 Liaison entre BD Oracle Transparence vis à vis de la localisation de données Mis en oeuvre sous Oracle grâce aux notions de VUE, SYNONYM et de DATABASE LINK règle 4 de DATE permet de réaliser des applications évolutives Exemple de Transparence de localisation via les Synonymes CREATE PUBLIC SYNONYM emp FOR ; Utilisation du Synonyme sur des objets distants sql>select * FROM emp; au lieu de sql>select * FROM ; Note : la transparence peut aussi être assurée via des vues et des procédures stockées 20

21 12.4 Liaison entre BD Oracle Transparence vis à vis de la localisation de données Exemple de Transparence de localisation via les vues CREATE view emp as select * from ; Utilisation de la vue sur des objets distants sql>select * FROM emp; au lieu de sql>select * FROM ; Note : la transparence peut aussi être assurée via des synonymes et des procédures stockées 21

22 12.4 Liaison entre BD Oracle Transparence vis à vis de la localisation de données Exemple de Transparence de localisation via les procédures stockées CREATE OR REPLACE PROCEDURE delete_emp (id number ) is BEGIN DELETE FROM WHERE empno=id; END; / Utilisation de la procédure stockée sur des objets distants sql>execute delete_emp(7470); Note : la transparence peut aussi être aussi assurée via des synonymes et des vues 22

23 12.4 Liaison entre BD Oracle Limitation du nombre de databases link avec le paramètre OPEN_LINKS Le paramètre d initialisation OPEN_LINKS permet de contrôler le nombre de database link Par défaut OPEN_LINKS vaut 4 Si OPEN_LINKS=0 alors pas de connexion distribué à partir de cette base 23

24 12.4 Liaison entre BD Oracle Les informations sur les database link Les vues suivantes contiennent des informations sur les DB LINK : DBA_DB_LINKS,ALL_DB_LINKS, USER_DB_LINKS Contiennent les informations sur les Databases links V$DBLINK : Databases links ouverts Principales colonnes des vues *_DB_LINKS DB_LINK : nom du lien USERNAME : utilisateur si fixed user db link HOST : chaîne de connexion CREATED : date de création 24

25 12.5 Manipulation de données réparties Il est possible d'effectuer des consultations et des mises à jour en environnement réparti. Les actions possibles sont : Consultation d'une base distante Consultation répartie sur plusieurs bases distantes Mise à jour sur une base distance Mise à jour répartie sur plusieurs bases distantes Consultation et mise à jour sur une base distante Consultation et mise à jour répartie sur plusieurs bases distantes 25

26 12.5 Manipulation de données réparties Les commandes SQL autorisées SELECT SELECT... FOR UPDATE UPDATE INSERT DELETE LOCK TABLE SET TRANSACTION READ ONLY ANALYZE CREATE TABLE AS SELECT COMMIT, ROLLBACK, SAVEPOINT Les commandes interdites Commandes du LDD (CREATE TABLE, INDEX,..., DROP..., ALTER..., ) 26

27 12.5 Manipulation de données réparties Consultation et mise à jour sur un site distant Site 1 (Instance ORCL) Lien vers SCOTT : DBTEST.UNICE.FR ord schéma de SCOTT Ordre SQL Résultat Site 2 (Instance DBTEST) emp dept ord schéma de SCOTT Etapes de traitement de l'ordre 1. L'ordre SQL d'insertion ou de sélection est envoyé au SITE distant. 2. Un résultat est renvoyé au Site émetteur. Exemple sql>select * FROM ; sql> SELECT empno, ename FROM ; sql> UPDATE set...; 27

28 12.5 Manipulation de données réparties Consultation et mise à jour multi-sites Site 2 (instance DBTEST) ordre SQL Site 1 (Instance ORCL) Lien vers SCOTT : DBTEST.UNICE.FR Lien vers SCOTT : orcl11g Résultat emp ord schéma de SCOTT ord schéma de SCOTT... Client X ordre SQL Résultat SELECT empno, ename,dname FROM l, t WHERE l.deptno=t.deptno ; Site N (instance ORCL11G) dept schéma de SCOTT UPDATE ; UPDATE ; INSERT INTO ord... ; COMMIT ; 28

29 12.5 Manipulation de données réparties Consultation et mise à jour multi-sites Etapes de traitement de l'ordre 1. Le client soumet ses ordres à son site local (exemple SITE 1) 2. Son site local éclate si nécessaire les requêtes et les dispatche à chaque site intéressé 3. chaque site distant traite (exécute) l'ordre et renvoi le résultat au site local initiateur 4. A la réception des résultats, le site local les fusionne si nécessaire 5. Un résultat est renvoyé à l'utilisateur. En cas d'erreur en mise à jour distribuée, l'utilisateur doit procéder à des annulations. 29

30 12.6 Le commit à deux phases Notion de transaction Une transaction est un ensemble d'ordres SQL (distante, répartie ou non) qui doivent s'exécuter en totalité ou jamais une transaction (répartie, distante ou non) se termine par un COMMIT ou un ROLLBACK une transaction (répartie, distante ou non) peut être découpée en points de sauvegarde SAVEPOINT et des ROLLBACK TO SAVEPOINT sont possibles Afin d'assurer la validation ou l'annulation correct d'une transaction répartie, Oracle implémente le mécanisme de COMMIT à deux phases (phase de préparation du COMMIT et phase de validation du COMMIT) Le mécanisme de COMMIT à deux phases est transparent pour les utilisateurs!!! 30

31 12.6 Le commit à deux phases Les différentes types de sites SELECT empno, ename,dname FROM l, t WHERE l.deptno=t.deptno ; UPDATE ; UPDATE ; INSERT INTO ord... ; Commit; -- commit à deux phase Site Coordinateur ORCL Site client Site coordinateur global Site de validation Site serveur de données Site Distant 1 DBTEST Site serveur de données Site Site distante 2 ORCL11G Site serveur de données 31

32 12.6 Le commit à deux phases Les différentes types de sites Site coordinateur global Site qui initialise la transaction distribuée Site coordinateur local Site forcé à référencer les données d autres sites pour compléter sa partie de transaction Site serveur de données Site qui reçoit une demande de données d un autre site Site de validation Site qui assure un commit ou un rollback à la demande du nœud coordinateur. Site client Site référençant des données existant dans d autres sites 32

33 12.6 Le commit à deux phases Le site de validation N attend pas la phase de préparation C est le site contenant les données les plus critiques Le commit est immédiat et les données ne peuvent rester en attente de validation en cas de panne Le paramètre COMMIT_POINT_STRENGTH permet de désigner le site de validation prioritaire. Le site ayant la valeur la plus grande doit commiter en premier 33

34 12.6 Le commit à deux phases Schéma fonctionnel Prêt à commiter/ Annuler? 2 OUI/NON Prêt à commiter/ 1 Annuler? 1 Site Coordinateur OUI/NON Validation / Annulation Validation / Annulation Site distant 1 Site distant 2 34

35 12.6 Le commit à deux phases Traitement des pannes des pannes peuvent survenir lors d'une transaction répartie (en préparation ou validation) : panne logiciel, panne matériel, panne réseau Oracle résout automatiquement ces pannes grâce : au process background RECO (paramètre Distributed_Transaction) aux tables des transactions en attentes Les vues suivantes donnent des informations sur les transactions en suspend : DBA_2PC_PENDING : informations sur les transactions réparties DBA_2PC_NEIGHBORS : noeuds impliqués dans des transactions douteuses En cas de Problèmes insolubles dans les temps. La transaction doit être finie manuellement : chaque DBA récupère l'identité de la transaction (*_2pc*) et fait COMMIT ROLLBACK FORCE 'ID_TRANS' 35

36 12.6 Le commit à deux phases Simulation de pannes : Pour simuler une panne d'une transaction répartie, Oracle propose d'exploiter l'option COMMENT de l'ordre COMMIT. COMMIT COMMENT 'ORA-2PC-CRASH-TEST-N'; N est le numéro de la panne à simuler il faut pour cela désactiver la restauration distribuée sql>alter SYSTEM DISABLE DISTRIBUTED RECOVERY; Liste des Numéros de Pannes 1 panne d'un site en transaction (commit point site) après collecte 2 panne d'un site non en transaction après collecte 3 panne avant la phase de préparation 4 panne après la phase de préparation 5 panne du commit point site avant la phase de validation 6 panne d'un site en transaction après le Commit 7 panne d'une site non en transaction avant le Commit 8 panne d'un site non en transaction après la phase de validation 9 panne d'un site en transaction après la phase ignorer 10 panne d'un site non en transaction avant la phase ignorer 36

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 Bases de Données Réparties Concepts et Techniques Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 1 Définition Une base de données répartie (distribuée) est une base de données logique dont les données

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer Bases de Données Réparties Définition Architectures Outils d interface SGBD Réplication SGBD répartis hétérogènes BD réparties Principe : BD locales, accès locaux rapides accès aux autres SGBD du réseau

Plus en détail

Systèmes d informations nouvelles générations. Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD. Exemple d application d un futur proche

Systèmes d informations nouvelles générations. Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD. Exemple d application d un futur proche Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen Systèmes d informations nouvelles générations! Constat :! Utilisation de nouveaux support

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

Bases de Données Réparties

Bases de Données Réparties Bases de Données Réparties Architecture Mise en œuvre Duplication et Réplication Michel Tuffery BDR : Définition Ensemble de bases de données gérées par des sites différents et apparaissant à l utilisateur

Plus en détail

Chapitre 1. 1. Introduction : Notion de Bases de données. 2. Définition : BD Répartie. 3. Architecture des SGBD. 4. Conception des bases réparties

Chapitre 1. 1. Introduction : Notion de Bases de données. 2. Définition : BD Répartie. 3. Architecture des SGBD. 4. Conception des bases réparties Université du Havre MASTER MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE-Option SIRES 2010/2011 COURS BASES DE DONNEES REPARTIES Nakechbandi M., LITIS, Email : nakech@free.fr Chapitre 1 1. Introduction : Notion de Bases

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

Olivier Mondet http://unidentified-one.net

Olivier Mondet http://unidentified-one.net T-GSI Ch.4 Le Langage SQL LDD, LCD Cet exercice guidé reprend le plan suivis lors de l intervention de formation faite pour l académie de Versailles. L objectif principal visait en la présentation du langage

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Module BDR Master d Informatique (SAR)

Module BDR Master d Informatique (SAR) Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 6- Bases de données réparties Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Bases de Données Réparties Définition Conception Décomposition Fragmentation horizontale et

Plus en détail

CHAPITRE 4 POLITIQUES DE CONTRÔLES DES ACCÈS SOUS ORACLE ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES 10/05/2015 RESPONSABLE DR K.

CHAPITRE 4 POLITIQUES DE CONTRÔLES DES ACCÈS SOUS ORACLE ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES 10/05/2015 RESPONSABLE DR K. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique CHAPITRE 4 ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA POLITIQUES DE CONTRÔLES

Plus en détail

Sommaire. Etablir une connexion avec une base de données distante sur PostGreSQL

Sommaire. Etablir une connexion avec une base de données distante sur PostGreSQL Sommaire Etablir une connexion avec une base de données distante sur PostGreSQL 1 Connexion avec le module dblink...3 1.1 Création du module dblink... 3 1.2 Exemple de Mise en oeuvre... 4 1.3 Création

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données II Objets avancés dans les bases de données OBJECTIFS 2.1. NOTIONS 2.1.1.

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise OpenPaaS Le réseau social d'entreprise Spécification des API datastore SP L2.3.1 Diffusion : Institut MinesTélécom, Télécom SudParis 1 / 12 1OpenPaaS DataBase API : ODBAPI...3 1.1Comparaison des concepts...3

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications P.-A. Sunier, HEG-Arc Neuchâtel avec le concours de J. Greub pierre-andre.sunier@he-arc.ch http://lgl.isnetne.ch/

Plus en détail

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev.

Plus en détail

Configurer la supervision pour une base MS SQL Server Viadéis Services

Configurer la supervision pour une base MS SQL Server Viadéis Services Configurer la supervision pour une base MS SQL Server Référence : 11588 Version N : 2.2 : Créé par : Téléphone : 0811 656 002 Sommaire 1. Création utilisateur MS SQL Server... 3 2. Configuration de l accès

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées. UTILISATEURS (suite)

420-PK6-SL Banques de données Avancées. UTILISATEURS (suite) 420-PK6-SL Banques de données Avancées Gestion des UTILISATEURS (suite) RÉCAPITULATIF Un UTILISATEUR ORACLE est donc une combinaison de deux concepts usuels des banques de données. Un objet de contrôle

Plus en détail

I/ Présentation. On considère une BD CIRQUE dont le schema conceptuel : PERSONNEL _CIRQUE (NOM, ROLE) ;

I/ Présentation. On considère une BD CIRQUE dont le schema conceptuel : PERSONNEL _CIRQUE (NOM, ROLE) ; Université du Havre, UFR Sciences, Master Prof. Info.,, TP1, 22/11/2013, SIRES3(BDD Enseignants : Nakechbandi M Thème : Implémentation d une BD Répartie L objectif du TP est d implémenter une base de données

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL Jean-Marie Pécatte jean-marie.pecatte@iut-tlse3.fr 16 novembre 2006 ISIS - Jean-Marie PECATTE 1 Valeur de clé

Plus en détail

Java et les bases de données: JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java. Michel Bonjour http://cuiwww.unige.

Java et les bases de données: JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java. Michel Bonjour http://cuiwww.unige. : JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java Michel Bonjour http://cuiwww.unige.ch/~bonjour Plan JDBC: API bas niveau pour l accès aux BD (SQL) - Introduction - JDBC et : Java, ODBC, SQL

Plus en détail

Mysql. Les requêtes préparées Prepared statements

Mysql. Les requêtes préparées Prepared statements Mysql Les requêtes préparées Prepared statements Introduction Les prepared statements côté serveur sont une des nouvelles fonctionnalités les plus intéressantes de MySQL 4.1 (récemment sorti en production

Plus en détail

Description de SQL SERVER. historique

Description de SQL SERVER. historique Description de SQL SERVER SQLServer est un SGBDR qui accepte et traite des requêtes concurrentes provenant de divers clients. Il envoie les réponses aux clients concernés via des API (Application Programming

Plus en détail

Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f

Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f PGDay Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f Réplication Réplications, disponibilités, durabilités Evolution dans la base de données : Postgres 8.2 : warm standby Postgres 9.0 : hot

Plus en détail

Application web de gestion de comptes en banques

Application web de gestion de comptes en banques Application web de gestion de comptes en banques Objectif Réaliser une application Web permettant à un client de gérer ses comptes en banque Diagramme de cas d'utilisation 1 Les cas d'utilisation Connexion

Plus en détail

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 PHP Bertrand Estellon Aix-Marseille Université 26 avril 2012 Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 SQLite et PDO Base de données SQLite et PDO SQLite écrit les données relatives à la base dans

Plus en détail

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014 Interconnexion des Sites - Design et Implémentation des Réseaux informatiques - Sécurité et Audit des systèmes - IT CATALOGUE DE FORMATION SIS 2014 1 FORMATION ORACLE 10G 11G 10 FEV 2014 DOUALA CAMEROUN

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

TP Bases de données réparties

TP Bases de données réparties page 1 TP Bases de données réparties requêtes réparties Version corrigée Auteur : Hubert Naacke, révision 5 mars 2003 Mots-clés: bases de données réparties, fragmentation, schéma de placement, lien, jointure

Plus en détail

Sécurité des bases de données Nicolas Jombart Alain Thivillon

Sécurité des bases de données Nicolas Jombart Alain Thivillon HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Sécurité des bases de données Nicolas Jombart Alain Thivillon Place

Plus en détail

Création d'une nouvelle base de données

Création d'une nouvelle base de données 199 Chapitre 7 Création d'une nouvelle base de données 1. Vue d'ensemble Création d'une nouvelle base de données 1.1 Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus

Plus en détail

SQL Server 2014 Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio

SQL Server 2014 Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio Présentation 1. Introduction 13 2. Présentation de SQL Server 14 2.1 Qu'est-ce qu'un SGBDR? 15 2.2 Mode de fonctionnement client/serveur 16 2.3 Les plates-formes possibles 18 2.4 Les composants de SQL

Plus en détail

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12 Table des matières Les Triggers... 2 Syntaxe... 2 Explications... 2 Les évènements déclencheurs des triggers... 3 Les modes de comportements des triggers... 4 Les pseudo tables... 5 Exemple... 6 Les procédures

Plus en détail

SQL Server 2012 - Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio (édition enrichie de vidéos)

SQL Server 2012 - Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio (édition enrichie de vidéos) Présentation 1. Introduction 13 2. Présentation de SQL Server 14 2.1 Qu'est-ce qu'un SGBDR? 14 2.2 Mode de fonctionnement Client/Serveur 16 2.3 Les plates-formes possibles 17 2.4 Les composants de SQL

Plus en détail

Implémentation des SGBD

Implémentation des SGBD Implémentation des SGBD Structure générale des applications Application utilisateur accédant à des données d'une base Les programmes sous-jacents contiennent du code SQL Exécution : pendant l'exécution

Plus en détail

COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA

COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA DEFINITION D UNE BIBLIOTHEQUE D ACCES A UNE BASE DE DONNEES Cet article s adresse aux administrateurs SAS en charge de la mise à disposition des

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

Java DataBaseConnectivity

Java DataBaseConnectivity Java DataBaseConnectivity JDBC JDBC est une API Java (ensemble de classes et d interfaces défini par SUN et les acteurs du domaine des SGBD) permettant d accéder aux bases de données à l aide du langage

Plus en détail

Installation du client

Installation du client 1 Oracle NET Installation du client Étapes similaires à l installation du serveur. Un client Oracle doit au minimum le composant Oracle Net qui permet d accéder à une base Oracle du réseau. Types d installation:

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation.

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation. Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des» Sauvegarde et restauration Oracle 11g Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation Code barre

Plus en détail

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Entreprise Server Remarques : 1. L'installation de STATISTICA Entreprise Server s'effectue en deux temps : a) l'installation du serveur et

Plus en détail

Auto-évaluation Oracle: cours de base

Auto-évaluation Oracle: cours de base Auto-évaluation Oracle: cours de base Document: F0475Test.fm 14/01/2008 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION ORACLE: COURS DE

Plus en détail

Les déclencheurs. Version 1.0. Grégory CASANOVA

Les déclencheurs. Version 1.0. Grégory CASANOVA Les déclencheurs Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Les déclencheurs [09/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les déclencheurs du DML... 5 3.1 Introduction... 5 3.2 Création d un déclencheur

Plus en détail

Introduction à JDBC. Accès aux bases de données en Java

Introduction à JDBC. Accès aux bases de données en Java Introduction à JDBC Accès aux bases de données en Java Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Introduction JDBC : Java Data Base Connectivity

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données Chapitre 10 Architectures des systèmes de gestion de bases de données Introduction Les technologies des dernières années ont amené la notion d environnement distribué (dispersions des données). Pour reliér

Plus en détail

Notion de base de données

Notion de base de données Notion de base de données Collection de données opérationnelles enregistrées sur un support adressable et utilisées par les systèmes et les applications Les données doivent être structurées indépendamment

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g Description Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques industriels les plus avancés. Cette formation permettra

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données

Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/ssi.html Plan du cours 1 Introduction

Plus en détail

Corrigé de l'atelier pratique du module 3 : Récupération d'urgence

Corrigé de l'atelier pratique du module 3 : Récupération d'urgence Corrigé de l'atelier pratique du module 3 : Récupération d'urgence Table des matières Atelier pratique 3 : Récupération d'urgence 1 Exercice 1 : Implémentation d'une stratégie de sauvegarde 1 Exercice

Plus en détail

SQL Server 2012 Administrez une base de données : Exercices et corrigés

SQL Server 2012 Administrez une base de données : Exercices et corrigés ÉnoncésChapitre 1 : Installer SQL Pré-requis 9 Énoncé 1.1 Choisir l'édition de SQL Server 11 Énoncé 1.2 Installer une instance de SQL Server 11 Énoncé 1.3 Installer la base d'exemple 12 Enoncé 1.4 Installer

Plus en détail

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/46 2/46 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - SGBD 1er trimestre 2014-2015 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Base de données II Module 3b

Base de données II Module 3b Base de données II Module 3b Bases de données répliquées Environnement Oracle et SQL Server Eddy.Meylan@hegne.ch E. Meylan/ 17/12/2003 Informaticien de Gestion HES / Bases de données II module 3b 1 Plan

Plus en détail

Tutorial sur SQL Server 2000

Tutorial sur SQL Server 2000 Tutorial sur SQL Server 2000 Système d'exploitation est 2000 pro et Serveur 2000 Sommaire 1 - Installation... 2 2 - Mise à jour... 5 3 - Présentation... 7 3-1 - Service Manager (Démarrer/Programmes/Microsoft

Plus en détail

SQL Server et Active Directory

SQL Server et Active Directory SQL Server et Active Directory Comment requêter AD depuis SQL Server Comment exécuter des requêtes de sélection sur un Active Directory depuis SQL Server? L'utilisation du principe des serveurs liés adapté

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 13 : Organisation d une base de données, ou comment soulever (un peu) le voile Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les clusters de table

Plus en détail

Comment Accéder à des Bases de Données MySQL avec Windows lorqu'elles sont sur un Serveur Linux

Comment Accéder à des Bases de Données MySQL avec Windows lorqu'elles sont sur un Serveur Linux Comment Accéder à des Bases de Données MySQL avec Windows lorqu'elles sont sur un Serveur Linux Distribué par Le Projet Documentation d'openoffice.org Table of Contents 1) Préambule...3 2) Télécharger

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

Services OSI. if G.Beuchot. Services Application Services Présentation - Session Services Transport - Réseaux - Liaison de Données - Physique

Services OSI. if G.Beuchot. Services Application Services Présentation - Session Services Transport - Réseaux - Liaison de Données - Physique Services OSI Services Application Services Présentation - Session Services Transport - Réseaux - Liaison de Données - Physique 59 SERVICES "APPLICATION" Architecture spécifique : ALS (Application Layer

Plus en détail

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 Sommaire Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 1- Créer deux TableSpaces votre_nom-tbs et Votre_nom-TempTBS :... 3 2. Créer un utilisateur qui porte votre nom :... 3 3. Attribuer à

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ;

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ; RÈGLES A SUIVRE POUR OPTIMISER LES REQUÊTES SQL Le but de ce rapport est d énumérer quelques règles pratiques à appliquer dans l élaboration des requêtes. Il permettra de comprendre pourquoi certaines

Plus en détail

Corrigé de l'atelier pratique du module 5 : Analyse de SQL Server

Corrigé de l'atelier pratique du module 5 : Analyse de SQL Server Corrigé de l'atelier pratique du module 5 : Analyse de SQL Server Table des matières Atelier pratique 5 : Analyse de SQL Server 1 Exercice 1 : Analyse des performances SQL Server 1 Exercice 2 : Suivi de

Plus en détail

Le modèle client-serveur

Le modèle client-serveur Le modèle client-serveur Olivier Aubert 1/24 Sources http://www.info.uqam.ca/~obaid/inf4481/a01/plan.htm 2/24 Historique architecture centralisée terminaux passifs (un seul OS, systèmes propriétaires)

Plus en détail

INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE

INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE Le responsable de la société Itaste utilise une application installée sur son poste : elle est programmée en VBA sous Microsoft Access et pourvue d une

Plus en détail

PHP. PHP et bases de données

PHP. PHP et bases de données Accés aux bases de données Une des raisons du succès de PHP Support d un grand nombre de bases - MySQL - Oracle - PostgreSQL - SQLite - Microso> Access - DBM - IBM Informix -... Accés aux bases de données

Plus en détail

Cours: Administration d'une Base de Données

Cours: Administration d'une Base de Données Bases de Données Avancées Module A IUT Lumière, License CE-STAT 2006-2007 Pierre Parrend Cours: Administration d'une Base de Données Table of Contents Principes...1 Structure d'un Base de Données...1 Architecture...1

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées UTILISATEURS

420-PK6-SL Banques de données Avancées UTILISATEURS 420-PK6-SL Banques de données Avancées Gestion des UTILISATEURS RÈGLES DE NOMENCLATURE Un UTILISATEUR Oracle est : Une connexion à Oracle Un nom de connexion"login" Un détenteur de droits et privilèges

Plus en détail

Introduction aux services Active Directory

Introduction aux services Active Directory 63 Chapitre 3 Introduction aux services Active Directory 1. Introduction Introduction aux services Active Directory Active Directory est un annuaire implémenté sur les systèmes d'exploitation Microsoft

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Architecture de la plateforme SBC

Architecture de la plateforme SBC Simple Business Connector Architecture de la plateforme SBC Titre Projet Description Architecture de la plateforme SBC Plateforme SBC Ce document reprend toutes les étapes de l'installation du serveur

Plus en détail

PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES

PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES 1. Introduction 2. Présentation de MySQL 3. Principe 4. Connexion 5. Interrogation 6. Extraction des données 7. Fonctions de services 8. Traitement des erreurs 9. Travaux

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

TP11 - Administration/Tuning

TP11 - Administration/Tuning TP11 - Administration/Tuning MIAGE #3-2006/2007 January 9, 2007 1 Architecture physique d une base Oracle 1.1 La structure physique Une base de données Oracle est composé de fichiers (au sens du système

Plus en détail

Gestion des utilisateurs, des groupes et des rôles dans SQL Server 2008

Gestion des utilisateurs, des groupes et des rôles dans SQL Server 2008 Gestion des utilisateurs, des groupes et des rôles dans SQL Server 2008 Version 1.0 Z Grégory CASANOVA 2 Les utilisateurs, les groupes et les rôles Sommaire 1 Introduction... 4 2 Gestion des accès serveur...

Plus en détail

L objet de cet article est de présenter succinctement ces possibilités.

L objet de cet article est de présenter succinctement ces possibilités. Connaissez-vous IBM DB2 DataJoiner? Olivier BONNET Introduction Si vous avez des bases de données relationnelles provenant de fournisseurs différents (IBM DB2, Oracle, Sybase, Informix, Microsoft SQL Server,

Plus en détail