Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité"

Transcription

1 République et Canton de Genève Département de l'instruction publique Enseignement secondaire II postobligatoire TRAVAIL DE MATURITÉ : BASES RÉGLEMENTAIRES ET DÉROULEMENT DU TRAVAIL Résumé du rapport On trouvera dans ces quelques pages le résumé succinct d un rapport rédigé sur mandat de la Direction générale de l enseignement secondaire postobligatoire. Le rapport complet peut être consulté en s adressant à l un des établissements du Collège de Genève. Chapitre 2 Historique du travail de maturité La mise en œuvre du travail de maturité (TM) 2 1 après la promulgation de l ORRM, diverses instances ont été chargées de la réalisation de cette innovation la Recommandation de la CIIP de 1997 a servi de base aux législations cantonales au-delà des frontières romandes. Elle est à l origine de la règle qui fait de la réussite du TM une condition d admission aux examens de maturité à Genève, après les travaux de la Commission technique consultative (CTC), c est le rapport d un groupe de doyen-nes du Collège de Genève qui a jeté les bases du modèle genevois du TM un intense travail de préparation et de formation s en est suivi dans tous les établissements du Collège de Genève Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité La conception genevoise du TM 3.2 le modèle genevois du TM est caractérisé par : une grande liberté laissée aux élèves dans le choix des sujets l accent mis sur l acquisition de compétences méthodologiques l importance du suivi par les maîtres accompagnants l appréciation du TM dans l esprit d une évaluation formative l ensemble des partenaires élèves, parents, enseignants, directions adhère largement à la conception choisie à Genève pour le TM Le choix du sujet 3.3 les enquêtes comme les auditions ont confirmé l attachement au modèle en vigueur qui permet à l élève de choisir un sujet en rapport avec : une discipline du cursus gymnasial plusieurs disciplines du cursus un intérêt personnel marqué n entrant pas directement dans le champ des disciplines enseignées une activité extra-scolaire de type économique, social, humanitaire, environnemental ou culturel la liberté de choix et l ouverture qu elle permet vers la Cité et vers les problèmes de société sont perçues comme faisant la richesse du TM les propositions visant à créer des liens entre le sujet du TM et des disciplines caractéristiques du profil de l élève ont été écartées les garde-fous mis en place sont jugés suffisants pour éviter les dérives 1 La numérotation renvoie aux paragraphes du rapport complet

2 résumé p. 2 La validation des sujets 3.4 le rôle de l instance chargée de la validation des sujets est crucial la reformulation du sujet est partie intégrante de la démarche de l élève la réussite du TM dépend pour une part du succès de cette étape L accompagnement des travaux 3.5 la collaboration entre l élève et le maître accompagnant constitue une des clés de la réussite d un TM elle instaure une relation pédagogique qui renouvelle profondément le rôle de l enseignant la désignation du maître accompagnant doit éviter deux écueils : une complicité excessive une incompatibilité, source potentielle de conflits des efforts de formation et de concertation doivent être déployés pour réduire les disparités dans le suivi des travaux L idée d un contrat entre l élève et le maître accompagnant est à étudier La formation des maîtres 3.6 les exigences pédagogiques spécifiques liées à l accompagnement des TM justifient qu une offre permanente de formation continue soit maintenue certaines de ces compétences devraient être dispensées dans le cadre de la formation initiale la participation à des rencontres au-delà des frontières du canton doit être encouragée L évaluation du TM 3.7 l évaluation du TM se fonde sur une évaluation formative en œuvre tout au long du travail elle débouche sur une évaluation certificative qui prend en compte le «processus» autant que le «produit» maîtres et élèves s entendent sur l importance qu il faut accorder à l implication personnelle de l élève son autonomie dans le travail la qualité de la présentation écrite et orale la Conférence des directeurs a un rôle régulateur à jouer

3 résumé p. 3 Chapitre 4 Les dispositions réglementaires concernant le travail de maturité La réglementation du TM : incidence du TM sur la maturité 4.1 la prise en compte du TM dans les conditions d obtention de la maturité repose sur : l ORRM, art. 10 (et son commentaire), art. 15 et 20 la réglementation adoptée par le canton les deux tiers des cantons font de la réussite du TM une condition d admission aux examens de maturité dans les autres filières (CFC, maturité professionnelle, certificat de culture générale et future maturité spécialisée des ECG), l évaluation du travail personnel de fin d études fait l objet d une note prise en compte pour l obtention du titre l évaluation du TM remis pour l admission à l Examen suisse de maturité n est pas prise en compte pour l obtention de la maturité le Mémoire du Baccalauréat International fait l objet d une appréciation prise en compte pour l obtention du diplôme selon un système de bonus-malus La réglementation applicable en cas de fraude 4.2 seuls quatre cantons mentionnent la fraude au TM dans leur règlement la fraude aux examens de maturité est généralement sanctionnée par l annulation de la session d examens et le redoublement de l année le plagiat est unanimement considéré comme une faute grave qui doit être sanctionnée en conséquence le plagiat découvert au cours de la réalisation du TM peut être traité dans l esprit de l évaluation formative qui donne à l élève une chance de s amender l augmentation du risque de plagiat par l utilisation de l Internet incite les institutions à une plus grande sévérité, qui peut aller jusqu à l exclusion La réglementation appliquée actuellement au Collège de Genève 4.3 le traitement des cas d insuffisance et de fraude au TM se fonde sur : le Règlement de l enseignement secondaire C , art. 20 et 25, al. 3 le Règlement relatif à la formation gymnasiale au collège de Genève C , art. 17 le Règlement interne du collège de Genève, art. 40, al. 1 un TM entaché de plagiat est annulé puis traité comme un TM insuffisant : l élève n est pas admis aux examens de maturité et doit refaire l année les critiques suivantes sont adressées à la réglementation en vigueur : le caractère «tout ou rien» du règlement le fait qu elle sanctionne durement l insuffisance mais récompense mal l excellence le fait que le règlement ouvre la porte à des recours une modification de la réglementation est souhaitée mais à condition qu elle n aboutisse pas à une dévalorisation du TM

4 résumé p. 4 Chapitre 5 Les propositions de modifications réglementaires En bref Les modifications réglementaires devraient répondre 5 aux exigences suivantes : le traitement de la fraude doit être clairement distingué de celui de l insuffisance l insuffisance au TM ne doit pas être automatiquement éliminatoire le mode de prise en compte du TM doit mieux récompenser l excellence En bref Les propositions de modifications réglementaires concernant 5.1 l incidence du TM sur la maturité Il est proposé que : le Canton de Genève adresse à la CSM une demande de modification de l ORRM visant à prendre en compte l évaluation du TM dans les conditions d obtention de la maturité par l une des dispositions suivantes : l évaluation du TM donne lieu à une 10 ème note de maturité l évaluation du TM est prise en compte par un système de bonus malus dans les deux cas, cette évaluation entre dans le calcul de la double compensation avec les notes des disciplines ; de plus, un TM insuffisant entre dans le décompte des notes insuffisantes (trois au maximum) dans l attente de la révision de l ORRM, des dispositions transitoires doivent être prises. Une alternative est proposée : statu quo : la réussite du TM reste la condition d admission aux examens un TM insuffisant n interdit plus l accès aux examens, mais il entre dans le décompte des notes insuffisantes (trois au maximum) En bref Les propositions de modifications réglementaires concernant 5.2 le traitement de la fraude et du plagiat Il est proposé qu en fonction de la gravité de la faute et du moment de sa découverte les sanctions progressives suivantes soient appliquées : plagiat bénin décelé en phase d apprentissage à traiter dans le cadre du suivi (y compris la remédiation) et de l évaluation formative, puis certificative plagiat avéré le travail est annulé la direction de l établissement impose un nouveau travail à réaliser selon le calendrier de la volée suivante l élève passe ses examens de maturité en juin l obtention de la maturité n est possible qu après l acceptation du TM, au plus tôt en janvier suivant la session d examens plagiat aggravé la direction de l établissement transmet le cas à l instance supérieure compétente, qui peut prononcer l exclusion du Collège de Genève cette sanction gravissime manifeste clairement l importance que l institution scolaire attache à la probité intellectuelle qui fait partie des valeurs fondamentales qu elle a pour mission de transmettre NB : la mise en œuvre des dispositions proposées en cas de fraude est indépendante des décisions qui seront prises concernant le traitement des TM insuffisants. Ces dispositions peuvent donc être appliquées sans attendre l entrée en vigueur d une modification de l ORRM et quelles que soient les dispositions transitoires adoptées pour traiter l insuffisance.

5 résumé p. 5 Les instances compétentes en matière de sanctions et de recours 5.4 le principe du recours hiérarchique (toute décision peut faire l objet d un recours auprès de l instance hiérarchiquement supérieure) est dépassé l évolution de la législation fédérale imposera prochainement la création d instances de recours indépendantes il est proposé de créer une commission de recours, présidée par un juge du Tribunal administratif, commission qui se substituerait à la Direction générale et au Chef du département pour le traitement des recours dans le même esprit, il convient d étudier les avantages et inconvénients de l instauration d un conseil de discipline, qui serait compétent pour infliger les sanctions aujourd hui dévolues à la Direction générale ou au Chef du département de telles modifications exigeront la révision de la Loi sur l instruction publique (LIP) Chapitre 6 Le plagiat et sa prévention Définition du plagiat et rôle de l école 6.1 concernant le plagiat, les écoles ont besoin d une définition «opérationnelle» fixant les règles du jeu d une conception éthique claire rappelant les valeurs fondamentales la probité intellectuelle doit faire l objet d une formation progressive tout au long du cursus scolaire Les mesures de prévention et de détection 6.2 et 6.3 Les mesures suivantes sont susceptibles de réduire les risques de plagiat mentionner le plagiat et ses conséquences dans la documentation du TM ne valider que les sujets formulés comme une problématique précise privilégier la recherche par le moyen d enquêtes ou d interviews interroger systématiquement l élève sur les sources qu il consulte exiger très tôt la production de textes rédigés par l élève faire signer à l élève une «déclaration d authenticité» faire signer à tous les collégiens un «Code de probité intellectuelle» créer un site Internet susceptible de stocker un grand nombre de TM étudier le recours à un service de détection du plagiat

6 résumé p. 6 Chapitre 7 Recommandations L organisation du TM la liberté de choix du sujet, qui constitue une des richesses du TM, soit maintenue, avec les garde-fous prévus dans la procédure de validation des efforts de formation et de concertation soient déployés pour réduire les disparités dans le suivi des travaux l idée soit étudiée d un contrat entre l élève et le maître accompagnant une offre de formation continue soit maintenue à l intention des maîtres accompagnants la préparation méthodologique antérieure des élèves soit renforcée La réglementation du TM le Canton de Genève adresse à la Commission suisse de maturité une demande de modification de l ORRM concernant la prise en compte de l évaluation du TM dans les conditions d obtention de la maturité, sous forme d une 10 ème note de maturité ou dans le cadre d un système de bonus-malus des dispositions transitoires soient adoptées dans l attente d une révision de l ORRM le plagiat dans le cadre du TM fasse l objet, selon la gravité de la faute et le moment de sa découverte, de sanctions progressives allant de mesures formatives à l exclusion du Collège de Genève dans les cas les plus graves La lutte contre le plagiat le plagiat et ses conséquences soient systématiquement mentionnés dans la documentation relative au TM l on privilégie, lors de la validation des sujets, les démarches qui minimisent les risques de recours au plagiat chaque élève soit invité à signer une déclaration d authenticité soit élaboré un «Code de probité intellectuelle» soit étudiée la création d un site Internet pour le stockage des TM l on étudie l éventualité de recourir à un service de détection du plagiat Autres recommandations Les recommandations qui suivent dépassent largement le cadre du travail de maturité puisqu elles concernent le traitement des recours et l administration des sanctions dans l ensemble du DIP Les sanctions et les recours au DIP soit créée une commission de recours, présidée par un juge du Tribunal administratif, commission qui se substituerait à la Direction générale et au Chef du département pour le traitement des recours soit étudiée l opportunité d instaurer un conseil de discipline qui serait compétent pour infliger les sanctions aujourd hui dévolues à la Direction générale ou au Chef du département Genève, le 15 novembre 2004 Jean-Jacques Forney, directeur du collège de Saussure, chef de projet

concernant l admission en formation initiale à la Haute Ecole pédagogique fribourgeoise

concernant l admission en formation initiale à la Haute Ecole pédagogique fribourgeoise Ordonnance du 0 janvier 05 concernant l admission en formation initiale à la Haute Ecole pédagogique fribourgeoise Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l article 0 de la loi du octobre 999 sur la

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Règlement d admission en Bachelor dans le domaine Santé HES-SO Version du 10 février 015 Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la Convention intercantonale sur la Haute école

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la convention intercantonale sur la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), du 6 mai 011, vu le règlement d admission

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Règlement de filière du Bachelor of Science HES-SO en International Business Management Version du 14 juillet 2015 Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la convention intercantonale

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES art. 1-6. CHAPITRE II ORGANISATION DE L EXAMEN art. 7-13

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES art. 1-6. CHAPITRE II ORGANISATION DE L EXAMEN art. 7-13 RÈGLEMENT DE L EXAMEN COMPLÉMENTAIRE DE LA «PASSERELLE DE LA MATURITÉ PROFESSIONNELLE À L UNIVERSITÉ POUR L ESPACE BEJUNE» AU GYMNASE FRANÇAIS DE BIENNE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Code : SE 1998 01 En vigueur : Approbation : Marcien Proulx directeur général POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Règlement d admission en Bachelor HES-SO

Règlement d admission en Bachelor HES-SO Règlement d admission en Bachelor HES-SO Version du 15 mars 01 Le Comité stratégique de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Le Comité stratégique de la Haute école spécialisée santé-social

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la Convention intercantonale sur la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), du 6 mai 011, arrête : I. Principes Buts et

Plus en détail

Règlement numéro 12 RÈGLEMENT FAVORISANT LA RÉUSSITE SCOLAIRE

Règlement numéro 12 RÈGLEMENT FAVORISANT LA RÉUSSITE SCOLAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Règlement numéro 12 RÈGLEMENT FAVORISANT LA RÉUSSITE SCOLAIRE Adopté le 19 décembre 2001 CA-2001-79-667 a) Amendé le 25 juin 2003 CA-2003-96-802

Plus en détail

Certificat de formation continue en. Soutien pédagogique. Exposé des motifs

Certificat de formation continue en. Soutien pédagogique. Exposé des motifs Certificat de formation continue en Soutien pédagogique Exposé des motifs Le Certificat de formation continue / Certificate of Advanced Studies (ci-après CAS) en Soutien pédagogique, est proposé en formation

Plus en détail

Règlement de la scolarité et d admission

Règlement de la scolarité et d admission Règlement de la scolarité et d admission SOMMAIRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Domaine d'application 2. Principes et déroulement du programme 3. Conditions de candidature et conditions d admission II PRINCIPES

Plus en détail

Règlement sur le programme menant à une attestation de crédits d études en psychologie (30 ECTS de niveau Master)

Règlement sur le programme menant à une attestation de crédits d études en psychologie (30 ECTS de niveau Master) Règlement sur le programme menant à une attestation de crédits d études en psychologie (30 ECTS de niveau Master) modifications dues à l entrée en vigueur du Règlement général des études approuvées par

Plus en détail

Règlement de filière du Bachelor of Science HES-SO en Informatique de gestion

Règlement de filière du Bachelor of Science HES-SO en Informatique de gestion Règlement de filière du Bachelor of Science HES-SO en Informatique de gestion Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la convention intercantonale sur la Haute école spécialisée

Plus en détail

LL.M. Banque et Finance Maîtrise universitaire d études avancées en droit bancaire et financier

LL.M. Banque et Finance Maîtrise universitaire d études avancées en droit bancaire et financier LL.M. Banque et Finance Maîtrise universitaire d études avancées en droit bancaire et financier LL.M. Banking and Finance Master of Advanced Studies in Banking and Financial Law Règlement d études Article

Plus en détail

Ordonnance du DFI. Objet et champ d application. Programme d enseignement et structure des études. du 6 octobre 2006

Ordonnance du DFI. Objet et champ d application. Programme d enseignement et structure des études. du 6 octobre 2006 Ordonnance du DFI sur l expérimentation d un modèle spécial d enseignement et d examens pour les troisième et quatrième années d études au Centre de médecine bucco-dentaire et d orthodontie de la Faculté

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.8 Ordonnance du 4 avril 007 relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles 8 à 88 de la loi

Plus en détail

Chapitre 2 La formation des formateurs et formatrices

Chapitre 2 La formation des formateurs et formatrices La qualité de la formation Chapitre 2 La formation des formateurs et s Formateurs et s d adultes : quatre niveaux de formation officiellement reconnus 60 Certificat de formateur/ d adulte FSEA (niveau

Plus en détail

Directives internes sur les choix possibles de bilinguisme

Directives internes sur les choix possibles de bilinguisme Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Amt für Unterricht der Sekundarstufe 2 Collège Sainte-Croix Kollegium Heilig Kreuz 02.12.14 Directives internes sur les choix possibles de bilinguisme

Plus en détail

IV. RÈGLEMENT DE LA MAÎTRISE BILINGUE DE LA FACULTÉ DE DROIT DE L UNIVERSITÉ DE GENÈVE

IV. RÈGLEMENT DE LA MAÎTRISE BILINGUE DE LA FACULTÉ DE DROIT DE L UNIVERSITÉ DE GENÈVE IV. RÈGLEMENT DE LA MAÎTRISE BILINGUE DE LA FACULTÉ DE DROIT DE L UNIVERSITÉ DE GENÈVE du 5 juillet 2006 Adoptée par le Conseil de Faculté le 31 mai 2006 En vertu du 1 alinéa 2 de l Accord de coopération

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Règlement d études de la HE-Arc pour le Certificate of Advanced Studies HES-SO (CAS) en Gestion d équipe et conduite de projet

Règlement d études de la HE-Arc pour le Certificate of Advanced Studies HES-SO (CAS) en Gestion d équipe et conduite de projet RSArc 540.1 Règlement d études de la HE-Arc pour le Certificate of Advanced Studies HES-SO (CAS) en Gestion d équipe et conduite de projet du 22 janvier 2015 Etat au 22 janvier 2015 La direction générale

Plus en détail

DOMAINE : DROIT, SCIENCE POLITIQUE. Master Mention : Environnement & Développement Durable M1 DROIT DE L ENVIRONNEMENT (VET 0147) 1 ère Année (M1)

DOMAINE : DROIT, SCIENCE POLITIQUE. Master Mention : Environnement & Développement Durable M1 DROIT DE L ENVIRONNEMENT (VET 0147) 1 ère Année (M1) DOMAINE : DROIT, SCIENCE POLITIQUE Master Mention : Environnement & Développement Durable M1 DROIT DE L ENVIRONNEMENT (VET 0147) 1 ère Année (M1) I. GENERALITES 1. La première année de formation conduisant

Plus en détail

Règlement d études-cadre des certificats / diplômes de formation continue de la FTI

Règlement d études-cadre des certificats / diplômes de formation continue de la FTI Règlement d études-cadre des certificats / diplômes de formation continue de la FTI Adopté par le collège des professeurs le 17 novembre 2014 Adopté par le conseil participatif dans sa séance du 9 mars

Plus en détail

Université de Strasbourg Master Sciences Politiques et Sociales Mention Science Politique Spécialité Sciences Sociales du Politique

Université de Strasbourg Master Sciences Politiques et Sociales Mention Science Politique Spécialité Sciences Sociales du Politique Université de Strasbourg Master Sciences Politiques et Sociales Mention Science Politique Spécialité Sciences Sociales du Politique Adopté à l unanimité par la CFVU du 10 juin 2014 Composante de rattachement

Plus en détail

Directives-cadres sur le statut des étudiant-e-s bachelor en HES-SO. Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Directives-cadres sur le statut des étudiant-e-s bachelor en HES-SO. Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées (LHES), du 6 octobre 1995, vu l ordonnance fédérale sur les hautes écoles

Plus en détail

pour le cursus MASTER de l'université Paul Sabatier

pour le cursus MASTER de l'université Paul Sabatier 1 Règles générales d admission, de progression et de validation pour le cursus MASTER de l'université Paul Sabatier Le cursus Master est structuré en quatre semestres sous la forme de parcours pédagogiques

Plus en détail

TOUS LES TERMES UTILISES DOIVENT ETRE COMPRIS DANS LEUR SENS EPICENE. La Direction du ceff Centre de formation professionnelle Berne francophone,

TOUS LES TERMES UTILISES DOIVENT ETRE COMPRIS DANS LEUR SENS EPICENE. La Direction du ceff Centre de formation professionnelle Berne francophone, CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE Règlement spécifique à la filière de formation CFC plein temps et maturité professionnelle (MP) dans le domaine Santé-social relatif aux conditions

Plus en détail

UNIVERSITE DE STRASBOURG INSTITUT D ETUDES POLITIQUES

UNIVERSITE DE STRASBOURG INSTITUT D ETUDES POLITIQUES UNIVERSITE DE STRASBOURG INSTITUT D ETUDES POLITIQUES Master «DROIT» Mention «Droit de l Union européenne» Spécialité «Droit de l économie et de la régulation en Europe» Adopté à l unanimité par le Conseil

Plus en détail

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Ordonnance sur la formation continue à l EPF de Zurich) 414.134.1 du 26 mars 2013 (Etat le 1 er octobre

Plus en détail

REGLEMENT CADRE POUR LES CERTIFICATS ET DIPLOMES DE FORMATION CONTINUE FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT

REGLEMENT CADRE POUR LES CERTIFICATS ET DIPLOMES DE FORMATION CONTINUE FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT REGLEMENT CADRE POUR LES CERTIFICATS ET DIPLOMES DE FORMATION CONTINUE FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT Sous réserve de l approbation par toutes les instances concernées. Le masculin est utilisé au

Plus en détail

Swiss Tchoukball COMMISSION D ARBITRAGE

Swiss Tchoukball COMMISSION D ARBITRAGE 1. Introduction Règlement pour la formation des arbitres de tchoukball Swiss Tchoukball COMMISSION D ARBITRAGE Les expériences faites lors de rencontres de tchoukball ont montré la nécessité de disposer

Plus en détail

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS 10954_VAE_p011p040_part1_JCL.indd 11 23/05/08 11:05:10 FICHE La VAE : 1 principes et modalités Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes et compétences acquises

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A L OBTENTION DU DIPLÔME DE MASTER MENTION DROIT

REGLEMENT RELATIF A L OBTENTION DU DIPLÔME DE MASTER MENTION DROIT Année Universitaire 2015-2016 REGLEMENT RELATIF A L OBTENTION DU DIPLÔME DE MASTER MENTION DROIT Approuvé par le Conseil de Faculté du 03 septembre 2015 I - DISPOSITIONS GENERALES I.1. Inscription en Master

Plus en détail

Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne

Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne Commission suisse des examens de la formation commerciale de base

Plus en détail

Règlement concernant la procédure de Validation des Acquis de l Expérience (VAE)

Règlement concernant la procédure de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) Règlement concernant la procédure de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) Article 1 But, objet et personnes concernées 1. La procédure de Validation des Acquis de l Expérience (ci-après «VAE») au

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7 POLITIQUE 309 Page 1 de 7 Objet : Programmes de français langue seconde En vigueur : Le 21 avril 1994 Révisions : Le 25 octobre 2001; juillet 2009 1.0 OBJET La présente politique établit les normes relatives

Plus en détail

Règlement de la formation Auxiliaire de santé CRS

Règlement de la formation Auxiliaire de santé CRS Règlement de la formation Auxiliaire de santé CRS Etat : Décembre 2015 Table des matières 1. Champ d application... 3 2. Bases du Règlement... 3 3. Objectifs de la formation... 3 4. Structure de la formation...

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire favorisant la réussite au Collège de Rosemont

Règlement sur le cheminement scolaire favorisant la réussite au Collège de Rosemont Règlement sur le cheminement scolaire favorisant la réussite au Collège de Rosemont Responsabilité de gestion : Direction des études Date d approbation : 2011-02-21 C.A. C.E. Direction générale Direction

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 21 Juillet 2015 SOMMAIRE I. PREAMBULE... 3 II. LES ACTIVITES DE BCEE ASSET MANAGEMENT... 3 III. DEFINITION DU CONFLIT D INTERET... 3 IV. IDENTIFICATION DES

Plus en détail

Modalités Générales de contrôle des connaissances M1 et M2 Master MEEF Mentions 1 er degré 2 nd degré - EE

Modalités Générales de contrôle des connaissances M1 et M2 Master MEEF Mentions 1 er degré 2 nd degré - EE Modalités Générales de contrôle des connaissances M1 et M2 Master MEEF Mentions 1 er degré 2 nd degré - EE Assiduité : Les étudiants doivent suivre tous les enseignements de toutes les unités des quatre

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

dans un règlement édicté par le Conseil de domaine.

dans un règlement édicté par le Conseil de domaine. Règlement provisoire relatif à la mission Recherche appliquée et Développement dans le domaine Musique et Arts de la scène de la HES-SO Version du 4 novembre 2014 Le Rectorat de la Haute école spécialisée

Plus en détail

PROCÉDURE PROCÉDURE ET CADRE DE RÉFÉRENCE POUR REMPLACER LE NOM D UN ÉTABLISSEMENT # 31-01

PROCÉDURE PROCÉDURE ET CADRE DE RÉFÉRENCE POUR REMPLACER LE NOM D UN ÉTABLISSEMENT # 31-01 PROCÉDURE PROCÉDURE ET CADRE DE RÉFÉRENCE POUR REMPLACER LE NOM D UN ÉTABLISSEMENT # 31-01 Adoption le 14 juin 2005 Modification le 28 mai 2012 Mise en vigueur le 28 mai 2012 Autorisation Michelle Fournier

Plus en détail

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS Charte Régionale PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS PREAMBULE Le Réseau Régional de Cancérologie Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

LICENCE 3 «DROIT ET SCIENCE POLITIQUE» Parcours «SCIENCE POLITIQUE» 5 ème Semestre

LICENCE 3 «DROIT ET SCIENCE POLITIQUE» Parcours «SCIENCE POLITIQUE» 5 ème Semestre LICENCE «DROIT ET SCIENCE POLITIQUE» Parcours «SCIENCE POLITIQUE» 5 ème Semestre Année Universitaire 15-16 REGLEMENT PEDAGOGIQUE I - ORGANISATION DES ENSEIGNEMENTS Article 1 : Les enseignements sont organisés

Plus en détail

Admission de personnes ayant terminé une école de culture générale aux filières bachelor dans les HES

Admission de personnes ayant terminé une école de culture générale aux filières bachelor dans les HES Best Practice KFH Admission de personnes ayant terminé une école de culture générale aux filières bachelor dans les HES à usage interne des HES La KFH en a pris connaissance le 17 septembre 2007 Best Practice

Plus en détail

ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE ET DE COMMERCE option Commerce - Communication et Information (CCI) Édition 2014-2015 1CE

ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE ET DE COMMERCE option Commerce - Communication et Information (CCI) Édition 2014-2015 1CE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE ET DE COMMERCE option Commerce - Communication et Information (CCI) Vade-mecum à l intention des maîtres et des élèves de première année de l ECGC option CCI. Pour les autres

Plus en détail

Règlement relatif à l obligation d annonce des arbitres pour les clubs

Règlement relatif à l obligation d annonce des arbitres pour les clubs Règlement relatif à l obligation d annonce des arbitres pour les clubs Version avril 0 Selon le règlement de jeu de l Association Suisse de football (ASF), l Assemblée des délégués de l Association de

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur Grange, le D(2002) NUMÉRO DE RÉFÉRENCE : DG(SANCO)/8624/2002 RS

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7 Page : 1 de 7 BUT DÉFINITIONS Déterminer la marche à suivre pour l administration des contrats de recherche, de consultation professionnelle et d essais industriels. Contrat de recherche Projet de recherche

Plus en détail

Convention entre la Confédération et les cantons sur la création de filières d études master dans les hautes écoles spécialisées

Convention entre la Confédération et les cantons sur la création de filières d études master dans les hautes écoles spécialisées Convention entre la Confédération et les cantons sur la création de filières d études master dans les hautes écoles spécialisées (Convention master HES) 414.713.1 du 24 août 2007 (Etat le 1 er décembre

Plus en détail

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA)

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Version 1.0 Juin 08 Document adopté par le Conseil Enseignement,

Plus en détail

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Les instructions sur l'assurance-qualité représentent une application des exigences dans des PME de révision formulées

Plus en détail

REGLEMENT PEDAGOGIQUE

REGLEMENT PEDAGOGIQUE MASTER ECONOMIE-GESTION Mention : Stratégies Internationales Economiques et Financières Spécialité professionnelle : Stratégies d Entreprise et Développement International (Management Global) (SEDI-MG)

Plus en détail

Réforme «Spécialiste du commerce de détail»

Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Directives relatives au déroulement des examens de validation des modules pour les futurs spécialistes du commerce de détail (Les dénominations de personnes

Plus en détail

MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES

MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES Dispositions générales applicables aux étudiants de LICENCE et MASTER Année universitaire 2008-2009 ART. 1 ORGANISATION DES ENSEIGNEMENTS La licence

Plus en détail

ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE (ECG) Édition 2014-2015

ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE (ECG) Édition 2014-2015 ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE (ECG) Vade-mecum à l intention des maîtres et des élèves de 1C. Pour l école de culture générale et de commerce option Commerce - Communication et Information, prière de se référer

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures

Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures Brevet fédéral de spécialiste de la conduite d un groupe Certificats en Leadership & Management Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures Version 2011-2012 1. PRÉSENTATION DE LA FORMATION

Plus en détail

Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Directives de filière du Bachelor of Science HES-SO en soins infirmiers (S appliquent aux étudiant-e-s entrant en formation à partir de l année académique 01/01) Le Comité directeur de la Haute école spécialisée

Plus en détail

Elle a pour objectif d informer le personnel susnommé sur le projet de réforme des pensions prévu par l accord du gouvernement.

Elle a pour objectif d informer le personnel susnommé sur le projet de réforme des pensions prévu par l accord du gouvernement. Département des ressources humaines - Service du personnel enseignant et scientifique Av. F. Roosevelt 50, CP 115/01-1050 BRUXELLES Contact : Gwendoline NOEL - Email gwendoline.noel@ulb.ac.be Cette note

Plus en détail

GUIDE POUR LE TRAVAIL PERSONNEL D APPROFONDISSEMENT (TPA) Première partie

GUIDE POUR LE TRAVAIL PERSONNEL D APPROFONDISSEMENT (TPA) Première partie Guide pour le Travail Personnel d Approfondissement GUIDE POUR LE TRAVAIL PERSONNEL D APPROFONDISSEMENT (TPA) Première partie http://www.grandmanitou.net/img/jpg/le_petit_nicolas.jpg Travail Personnel

Plus en détail

PRIX DE L INITIATIVE NUMERIQUE CULTURE, COMMUNICATION, MEDIAS.

PRIX DE L INITIATIVE NUMERIQUE CULTURE, COMMUNICATION, MEDIAS. REGLEMENT PRIX DE L INITIATIVE NUMERIQUE CULTURE, COMMUNICATION, MEDIAS. 1 Sommaire I. Objet II. Conditions de participation III. Calendrier déroulement du prix IV. Modalités de participation V. Jury VI.

Plus en détail

Règlement du Certificate of Advanced Studies en Travail et Santé

Règlement du Certificate of Advanced Studies en Travail et Santé Règlement du Certificate of Advanced Studies en Travail et Santé GES-FOR-REF80 AGR Mise à jour : 8.0.05 Règlement du Certificate of Advanced Studies en Travail et Santé (CAS T & S) Ce règlement d études

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003.

AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003. AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003. N. Réf. : 10 / A / 2002 / 046 OBJET : Projet d'arrêté royal fixant les conditions particulières de recrutement du personnel statutaire et contractuel de l Agence fédérale

Plus en détail

sur la formation de technicien ou technicienne ES en conduite de travaux

sur la formation de technicien ou technicienne ES en conduite de travaux Règlement du 3 novembre 2015 Entrée en vigueur : 14.09.2015 sur la formation de technicien ou technicienne ES en conduite de travaux Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l ordonnance du Département

Plus en détail

Règlement d études 2013 LL.M Banking & Finance 2 de 6

Règlement d études 2013 LL.M Banking & Finance 2 de 6 LL.M. Banque et Finance Maîtrise universitaire d études avancées en droit bancaire et financier LL.M. Banking and Finance Master of Advanced Studies in Banking and Financial Law Règlement d études 2013

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire

Règlement sur le cheminement scolaire Règlement sur le cheminement scolaire Adopté le : 17 décembre 2001 218 e réunion du conseil d administration Amendé le : 10 juin 2008 261 e réunion du conseil d administration Amendé le : 16 décembre 2013

Plus en détail

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT Ce texte spécifie des dispositions propres à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education (FPSE). Ces dispositions ne dérogent en aucune

Plus en détail

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION DROIT PUBLIC

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION DROIT PUBLIC MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION DROIT PUBLIC Spécialité : Droits de l homme & droit humanitaire Master année 2 Arrêté d habilitation : 200064 REGLEMENT DU CONTROLE DES CONNAISSANCES Années 2013-2015 VU

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Adopté par la CFVU du 4 juin 2015 Master Professionnel (M2) «Administration générale» (VET209E)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Adopté par la CFVU du 4 juin 2015 Master Professionnel (M2) «Administration générale» (VET209E) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Adopté par la CFVU du juin 015 Master Professionnel (M) «Administration générale» (VET09E) Domaine Droit, Science politique Mention Administration publique Spécialité

Plus en détail

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27001 Deuxième édition 2013-10-01 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences Information technology

Plus en détail

Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City

Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City Préambule Ce code de déontologie est établi par le réseau Coaching City. Il s applique à toutes interventions de coaching quelles qu elles

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration économique et sociale de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI) en vigueur à partir du 1 er janvier 2010 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE RELATIF AU CHANGEMENT DE NOM D UNE ÉCOLE

CADRE DE RÉFÉRENCE RELATIF AU CHANGEMENT DE NOM D UNE ÉCOLE CADRE DE RÉFÉRENCE RELATIF AU CHANGEMENT DE NOM D UNE ÉCOLE (Règle 17) ADOPTION : MISE EN VIGUEUR : 11 décembre 2001 AMENDEMENT : 1. INTRODUCTION Ce cadre de référence a été préparé à l intention des directions

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES UNIVERSITE LILLE 2 DROIT ET SANTE Institut de Préparation à l Administration Générale Année Universitaire 2014-2015 MASTER Droit public 2 ème année Spécialité Administration Publique Parcours Métiers de

Plus en détail

811.112.242 Ordonnance du DFI

811.112.242 Ordonnance du DFI Ordonnance du DFI sur l expérimentation d un modèle spécial d enseignement et d examens à la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne du 21 octobre 2004 (Etat le 2 novembre 2004)

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Avec le programme d encouragement Hasler Innovation, la Fondation Hasler encourage les. projets d innovation

Avec le programme d encouragement Hasler Innovation, la Fondation Hasler encourage les. projets d innovation Hasler Innovation Un programme d encouragement de la Fondation Hasler pour le soutien dans les procédures préliminaires pour la création d une entreprise dans le domaine des TIC Projets d innovation Avec

Plus en détail

Formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce

Formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce Formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce Tâches de l organisation du monde du travail Directives PSE Pratique 1 Participation aux procédures de reconnaissance, assurance de

Plus en détail

Règlement relatif au MAS HES-SO en «Quality and Strategy Management» et aux CAS et DAS inclus dans le MAS HES-SO en «Quality and Strategy Management».

Règlement relatif au MAS HES-SO en «Quality and Strategy Management» et aux CAS et DAS inclus dans le MAS HES-SO en «Quality and Strategy Management». Règlement relatif au MAS HES-SO en «Quality and Strategy Management» et aux CAS et DAS inclus dans le MAS HES-SO en «Quality and Strategy Management». HES-SO Valais-Wallis MAS QSM Techno-Pôle 960 Sierre

Plus en détail

Un Educateur de Jeunes Enfants c est quoi? Comment devient-on Educateur de Jeunes Enfants? Conditions générales d accès à la formation

Un Educateur de Jeunes Enfants c est quoi? Comment devient-on Educateur de Jeunes Enfants? Conditions générales d accès à la formation Educateur de Jeunes Enfants Un Educateur de Jeunes Enfants c est quoi? L éducateur de Jeunes Enfants exerce une fonction d accueil des jeunes enfants et de leurs familles dans les différents établissements

Plus en détail

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent:

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent: Convention intercantonale sur la surveillance, l autorisation et la répartition du bénéfice de loteries et paris exploités sur le plan intercantonal ou sur l ensemble de la Suisse adoptée par la Conférence

Plus en détail

Régimes Spéciaux d Études & Aménagements

Régimes Spéciaux d Études & Aménagements Contribution de la FAEP Régimes Spéciaux d Études & Aménagements La FAEP est membre de la FAGE et du CRAJEP de Picardie www.faep.fr Régimes Spéciaux d Études & Aménagements Avant propos : L université

Plus en détail

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis :

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis : Questionnaire «B» I. Les conditions préliminaires pour la nomination au poste du procureur sont les suivantes : Aux termes de la loi régissant les rapports de service au sein du parquet : Peuvent être

Plus en détail

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION BUT POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION En vue de répondre à ses besoins et de développer les compétences particulières des salariés, le Collège fournit à tous ses salariés les possibilités réelles

Plus en détail