Analyse hiérarchique de tâches (AHT)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse hiérarchique de tâches (AHT)"

Transcription

1 (AHT) Définition Cette méthode consiste à décomposer la tâche principale (ou le but) de l'opérateur en sous-tâches (ou sous-buts), puis chacune de ces sous-tâches en plusieurs sous-sous-tâches, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'on ait atteint un niveau de décomposition jugé satisfaisant pour l'application visée. La décomposition hiérarchique peut être considérée comme étant proche de la représentation mentale que l'opérateur se fait de sa tâche, si les données proviennent directement de ce dernier (ex., en utilisant des entrevues, ou la méthode "penser tout haut") et si elles ont été validées par lui. Raison d utiliser cette méthode d analyse Connaître la structure des buts et sous-buts de l opérateur. Historique et applications L AHT a été développée par Annett et Duncan (1967) dans un contexte de formation technique. Elle a été disséminée par Annett et al. (1971) et Duncan (1972), puis raffinée par Duncan (1974), Shepherd (1976) et Piso (1981) afin de tenir compte des rôles changeants de l'opérateur dans un contexte d'automatisation et de développement technologique. Elle est connue depuis 40 ans. Elle a été utilisée en ergonomie pour analyser des tâches de nature perceptive et cognitive ayant une faible composante motrice (ex., Grégoire et St-Cyr, 1995; Pelletier, 1992; Régnier, 1992 ; St- Cyr, 1998). Elle a été appliquée avec succès à plusieurs domaines, notamment à la formation technique (ex., Shepherd, 1989) et au contrôle de processus (ex., Duncan, 1974; Shepherd & Duncan, 1980; Shepherd, 1986; Astley & Stammers 1988). Bien-fondé psychologique Le bien-fondé psychologique de l'aht est que l organisation des tâches procédurales passe le plus souvent par la planification hiérarchique (Miller, 1962; Sacerdoti, 1974, 1977). On établirait une sorte de plan d'action pour atteindre un objectif, et ce plan agit comme un véritable guide du comportement. Ainsi, pour une tâche donnée, on définit un but principal, que l on affine en le décomposant en sous-buts, et cette décomposition se poursuit jusqu'au niveau d'opérations élémentaires. Cela se manifeste de la façon suivante dans la pratique: si on demande à un opérateur de nous décrire son travail, il va vraisemblablement répondre en présentant d'abord la tâche du plus haut niveau ou son but principal (ex., contrôler un centre de production), puis une série de sous-tâches ou de sous-buts qui forment la tâche principale, et ainsi de suite pour chacune de ces sous-tâches ou sous-buts. L AHT nous renvoie à la théorie des schémas de Donald Norman (1978) qui est basée sur une organisation hiérarchique des connaissances pour des tâches procédurales : un schéma-parent (ex., rentrer chez soi) comprend plusieurs schémas-enfants (ex., ramasser ses affaires, fermer son bureau, se rendre à sa voiture, conduire, garer sa voiture, marcher à la maison) qui eux-mêmes sont les schémas-parents d autres schémas-enfants, jusqu à ce que l on ait des opérations élémentaires qui permettent de faire des choses et changer l état d une situation (ex., marcher jusqu à ma voiture, sortir mes clés, déverrouiller, ouvrir, entrer, faire démarrer la voiture, etc.).

2 Critiques Certains auteurs s'opposent à cette thèse d'organisation hiérarchique des connaissances ou des comportements humains, arguant que la représentation hiérarchique est une construction a posteriori nette et bien structurée qui n'a rien ou très peu à voir avec la réalité qui serait beaucoup plus complexe et bien moins ordonnée. Cette critique prend son appui sur les trois points suivants: D'abord l'aht est un modèle de l'activité et non pas une description de l'activité réelle; cette dernière est plus complexe que le modèle épuré de l'activité, qui implique divers processus perceptifs, cognitifs et moteurs mis en jeu par l'opérateur. Puis, l'opérateur fait inévitablement des erreurs au cours de l'exécution d'une activité, que l'on ne peut pas prévoir et qui ne sont donc pas décrites dans l'aht, et qui souvent doivent être corrigées sur le champ avant que l'on puisse effectuer une autre activité. Une AHT est donc toujours incomplète par rapport à la réalité, sans compter que certaines erreurs peuvent provoquer une réorganisation importante de l'activité de l'opérateur, rendant ainsi une bonne partie des plans invalides. Enfin, les plans dans l'aht sont beaucoup moins présents, puissants et utiles que les auteurs de l'aht ne le laissent penser a priori parce qu'ils ne tiennent pas compte des caractéristiques de la situation immédiate de travail qui font que l'activité ne se déroule jamais tout à fait comme prévu, non seulement à cause de la présence des erreurs évoquées ci-dessus, mais à cause des innombrables facteurs qui interviennent dans toute situation de travail et qui rendent l'exécution d'une activité étroitement liée à un contexte particulier. On retrouve ici les arguments fondamentaux des auteurs de la théorie de l'action située ou de la cognition située (ex., Suchman, 1987). Ainsi, l'opérateur n'aurait pas un plan précis et détaillé des activités à effectuer, qui de toute façon serait peu utile, parce qu'il ne peut pas prévoir comment son activité va se dérouler dans la réalité. Il aurait plutôt une représentation de l'action très "située" ou limitée à un contexte. Ces critiques sont majeures et montrent les limites de l'aht. Malgré leur importance, l'aht demeure une méthode très utilisée en ergonomie et en génie industriel (et dans d autres disciplines telles que la gestion), que l'on va sans doute continuer à utiliser encore longtemps. D'ailleurs, elle est à la base de deux autres méthodes d'analyse de tâches très connues dans le domaine des interfaces humain-ordinateur: GOMS de Card et al. (1983) et MAD de Scapin & Pierret-Golbreich (1989). Caractéristiques de l'aht Chaque nœud de décomposition (c.-à-d. tâche, sous-tâche, ) est généralement représenté par un verbe et un nom (par ex., vérifier la température, entrer des données) qui proviennent des opérateurs eux-mêmes; en ce sens, l'aht respecte la terminologie utilisée par les opérateurs pour décrire leurs tâches. La décomposition des tâches se fait du haut vers le bas, mais on peut aussi procéder du bas vers le haut, ou de façon mixte lorsque les deux approches sont combinées. Chaque nœud doit être numéroté; on utilise habituellement le 0 pour le but le plus élevé, puis 1, 2, 3, n pour le premier niveau de décomposition, par la suite, on numérote soit à nouveau 1, 2, 3, n ou 1.1, 1.2,, 2.1, 2.2, etc. L'essentiel est d'avoir un système clair, complet et cohérent. Les plans sont essentiels dans une AHT, ils sont la clé de lecture à chaque niveau hiérarchique et à chaque nouvelle branche de l'arbre. Ils montrent comment on effectue les tâches et les 2/5 Jean-Marc Robert

3 sous-tâches à chaque niveau (ex., séquentiel, parallèle, simultanée, ) et quelles sont les conditions d exécution de chacune (ex., avec butée temporelle, conditionnelles, alternatives, facultatives, en boucles, en dilettante). On peut mettre dans un plan toute l'information nécessaire sur la façon de réaliser la tâche. On peut utiliser l'une ou l'autre des règles suivantes pour mettre fin au processus de décomposition de la tâche dans une AHT. Règle 1: on arrête la décomposition lorsque l'opérateur (qui fournit les données) ne peut plus décomposer la sous-tâche car elle ne lui semble plus pénétrable cognitivement. Cette règle a l'avantage d'être simple à utiliser, par contre elle dépend du niveau de compétence de l'opérateur et donne des résultats très différents d'un opérateur à l'autre. Règle 2: l'analyse décide d'arrêter la décomposition de la sous-tâche jugeant que des informations de ce niveau ne sont pas nécessaires à l'usager final de l'analyse de tâche (ex., le responsable de la formation). Règle 3: P x C, où P est la probabilité (valeur entre 0 et 1) de faire une erreur pour l opérateur si on n'a pas décomposé suffisamment, et C est le coût de cette erreur (valeur entre 0 et 1). Cette règle a l'avantage d'identifier les paramètres pertinents à considérer pour décider de continuer ou d'arrêter une décomposition, par contre elle est difficile à mettre en application, d'une part parce que l'évaluation des deux paramètres reste subjective, et d'autre part parce que l'évaluation doit être faite à la fin de chaque branche de l'arbre, ce qui devient rapidement très coûteux et fastidieux. Les résultats d'une AHT peuvent être représentés sous forme d'arbre ou de tableau, chaque mode de représentation ayant ses avantages et ses inconvénients. Plusieurs analystes utilisent simultanément les deux modes de représentation, d'où l'intérêt de pouvoir passer rapidement d'un à l'autre et de faire de modifications simultanément dans les deux modes si possible. Avantages Cette méthode d'analyse est connue depuis presque 30 ans et très bien documentée. Elle a été validée par de nombreux auteurs dans différents domaines d'applications, et elle s'applique à une multitude de tâches perceptives, cognitives et motrices. C'est une méthode flexible qui permet de décomposer la tâche du haut vers le bas (c.-à-d. des buts vers les sous-buts), ou de procéder du bas vers le haut (des sous-buts vers les buts) ou de façon combinée en utilisant les deux approches à la fois. À toutes fins pratiques, la méthode est a-théorique, ce qui la rend facile à utiliser par différentes personnes. Le résultat est facile à comprendre et à utiliser. Limites L'AHT présente une tâche faite sans erreurs, sans interruptions par d'autres tâches, sans variations ou sans imprévus. Or, nous faisons tous des erreurs, les tâches sont parfois interrompues par d'autres tâches, et il y a toujours des variations ou des imprévus qui modifient la tâche. Dès que survient l'un de ces problèmes que l'on peut pas prévoir et que l'on n'a donc pas décrit, l'aht ne correspond plus à la tâche. Cette méthode est uniquement centrée sur les buts et les sous-buts de l'utilisateur, elle ne montre pas l'état et les réponses du système à chaque action de l'opérateur dans les tâches interactives. Cela peut être une lacune importante dans les situations où on veut connaître l'état et la réponse du système suite à chaque action de l'opérateur. 3/5 Jean-Marc Robert

4 Débat sur la largeur vs la profondeur de l'ah : il n'y a pas de critères précis et rigoureux pour décider. Cela dépend de l'opérateur et de l'analyste. De façon générale, on ne dépasse pas 3-4 niveaux de profondeur. L'AHT n'est pas universelle parce qu'elle ne s'applique pas à tous les types de tâches, notamment celles où plusieurs activités fines (perceptives et cognitives) se déroulent en même temps ou de façon parallèle (ex., lecture, conduite, traduction). Il est difficile de noter des facteurs qui affectent toutes les tâches à tout moment (ex., la sécurité, la recherche de performance). Il peut être difficile de faire une AHT si les opérateurs d'un groupe ne voient pas la tâche de la même manière: comment alors concilier différentes représentations? Il n'y a pas de lignes directrices à suivre dans tels cas. La représentation hiérarchique, sous forme graphique, peut être difficile à suivre lorsque la tâche est vaste et comprend de nombreux renvois à d'autres pages, et difficiles à manipuler lorsque l'analyse nécessite plusieurs corrections surtout si l'on n'a pas de logiciel approprié. L'analyste ne connaît pas l'impact de son AHT (ex., du nombre de niveaux, de branches, de feuilles) sur l'application (ex., la conception du système). Pourtant, il transmet sa compréhension ou son interprétation de l'activité de l'opérateur en montrant une certaine hiérarchie de buts, sous-buts, et actions. Cela n est pas neutre. La méthode n apporte aucune aide sur ce plan. Logiciels Plusieurs logiciels disponibles sur le marché permettent de construire et d'éditer des hiérarchies (ex., ABC FlowCharter, VISIO, Power Point, etc.). Logiciel dédié à l AHT Il s'agit d'une version démo sans date d'expiration, mais ayant des limitations quant à la quantité de sous-tâches que l on peut représenter. Coût : 450 $ CAD. Avec la réduction de 20% pour l'éducation, 360 $ CAD. Terminologie Activité : c est le comportement mis en jeu par l opérateur pour faire la tâche. Aussi appelée tâche réelle, ou tâche effective. Tâche : c est ce qui est à faire. Aussi appelée tâche prescrite. Tâche conditionnelle : SI les conditions 1, 2, 3, sont satisfaites, ALORS la sous-tâche t peut être effectuée. Tâche avec butée temporelle : la sous-tâche t doit être faite avant tel moment : par ex., sortir le train d atterrissage avant d atterrir Tâche en boucle : on refait la même tâche avec une certaine fréquence. Par ex., vérifier les données d un tableau de bord à toutes les 5 minutes. Tâche facultative : l opérateur a le choix de faire ou de ne pas faire la tâche. Par ex., faire le rangement ou le nettoyage de son poste de travail, une copie de sauve-garde de ses fichiers, etc. 4/5 Jean-Marc Robert

5 Tâche optionnelle (c.-à-d. avec options ou alternatives): la tâche doit être effectuée mais l opérateur a le choix entre des options. Par ex., se déplacer à pied, avec sa voiture, en transport en commun, en faisant du co-voiturage, etc. Tâche effectuée en dilettante : l opérateur effectue la tâche lorsqu il a le temps, ou qu il en a envie. Par ex., faire le rangement de son poste de travail. Tâches prioritaires vs interrutibles : dans le cas de conflits entre tâches, la tâche prioritaire est prédominante, donc effectuée avant les autres, et les autres tâches sont interrompues. Tâches séquentielles: les sous-tâches qui la composent sont strictement faites l une à la suite de l autre, ce qui signifie qu une sous- tâche ne peut commencer que lorsqu une autre soustâche est terminée. Par ex., un correcteur corrige l examen de l étudiant 1, puis de l étudiant 2, 3, 4,... n, ou bien la réponse 1, puis la 2, la 3, etc. Tâches parallèles : n sous-tâches évoluent en même temps, dû au fait que l opérateur, qui est seul, partage son temps entre celles-ci. La différence entre le mode séquentiel et le mode parallèle est que chaque sous-tâche évolue par petits bouts qui sont intercalés entre les petits bouts d une autre tâche. Tâches simultanées : 2 sous-tâches sont effectuées exactement en même temps. Par ex., conduire une voiture tout en faisant la conversation avec quelqu un. A toutes fins pratiques, il est impossible pour un opérateur de faire 2 tâches en même temps si celles-ci mobilisent des ressources semblables (c.-à-d. 2 tâches visuelles, 2 tâches auditives, 2 tâches avec réponses motrices des mains ou avec réponses verbales). 5/5 Jean-Marc Robert

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Expression des besoins

Expression des besoins Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Expression des besoins Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/technique/guide-expression-besoins

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Présentation de GnuCash

Présentation de GnuCash Par Jean-Marc St-Hilaire De JMS Informatique Enr. Jean-Marc St-Hilaire a une formation en programmation et en comptabilité (H.E.C.) Cette présentation est disponible à www.jmsinformatique.com/ateliers

Plus en détail

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere. DOCUMENTATION MS PROJECT 2000 Prise en main Date: Mars 2003 Anère MSI 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.com Le présent document est la propriété exclusive d'anère

Plus en détail

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données Chapitre 10 Architectures des systèmes de gestion de bases de données Introduction Les technologies des dernières années ont amené la notion d environnement distribué (dispersions des données). Pour reliér

Plus en détail

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN 81 I) UNE ENTAME DE TYPE "SOCIAL" : LE BUREAU DE POSTE Le bureau de poste de St Herblain Preux est récent. La classe de CM de l'école proche ("Les Crépinais") pouvait y découvrir divers aspects de l'informatique

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

Une question fondamentale est "que faire avec les données massives". Il ne s'agit pas simplement de se dire "nous avons beaucoup de données, faisons

Une question fondamentale est que faire avec les données massives. Il ne s'agit pas simplement de se dire nous avons beaucoup de données, faisons 1 Le terme "big data" est très à la mode et naturellement un terme si générique est galvaudé. Beaucoup de promesses sont faites, et l'enthousiasme pour la nouveauté technologique et pour les nouvelles

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL

COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL J. TICHON(1) (2), J.-M. TOULOTTE(1), G. TREHOU (1), H. DE ROP (2) 1. INTRODUCTION Notre objectif est de réaliser des systèmes de communication

Plus en détail

Les diagrammes de modélisation

Les diagrammes de modélisation L approche Orientée Objet et UML 1 Plan du cours Introduction au Génie Logiciel L approche Orientée Objet et Notation UML Les diagrammes de modélisation Relations entre les différents diagrammes De l analyse

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU REFERENCEMENT NATUREL

GUIDE PRATIQUE DU REFERENCEMENT NATUREL GUIDE PRATIQUE DU REFERENCEMENT NATUREL Auteur Walid Gabteni, Consultant SEO édition du 20 Juin 2015 Source officielle du guide pratique du référencement naturel : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f3/guide_pratique_du_référencem

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Nick Duffill, Harport Consulting traduction Martine Jésus Qu est-ce exactement qu une map tableau de bord? Qu est-ce qu une map tableau de bord? N

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Note technique accompagnant l Avis CNC 2013/14 - Traitement comptable des impôts différés sur des plus-values réalisées bénéficiant du régime de la taxation différée et

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Méthodes de développement. Analyse des exigences (spécification)

Méthodes de développement. Analyse des exigences (spécification) 1 / 16 Méthodes de développement Analyse des exigences (spécification) 1 -Objectifs de l'analyse des exigences... 2 2 - Approfondissement et formalisation du besoin... 2 2.1 Séparation des besoins, contraintes

Plus en détail

Ordonner les étapes «Voitures en circulation»

Ordonner les étapes «Voitures en circulation» «Voitures en circulation» 17-21 Niveau 2 Entraînement 1 Objectifs - S entraîner à décomposer une action. - S entraîner à anticiper une action. - S entraîner à ordonner une suite de mouvements dans l ordre

Plus en détail

Spécifications de l'offre Surveillance d'infrastructure à distance

Spécifications de l'offre Surveillance d'infrastructure à distance Aperçu du service Spécifications de l'offre Surveillance d'infrastructure à distance Ce service comprend les services Dell de surveillance d'infrastructure à distance (RIM, le «service» ou les «services»)

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES REVENUS SPÉCIFIQUES ONGLET 33. Résolution Adoptée 6 mai 2008 CC-3712-08

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES REVENUS SPÉCIFIQUES ONGLET 33. Résolution Adoptée 6 mai 2008 CC-3712-08 POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES REVENUS SPÉCIFIQUES ONGLET 33 Date Résolution Adoptée 6 mai 2008 CC-3712-08 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 OBJETS DE LA POLITIQUE... 3 CHAPITRE 2 ASSISES LÉGALES

Plus en détail

La gestion des problèmes

La gestion des problèmes Chapitre 6 La gestion des problèmes Les incidents se succèdent, toujours les mêmes. Des petits désagréments la plupart du temps, mais qui finissent par pourrir la vie. Toute l équipe informatique se mobilise

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

OASIS www.oasis-open.org/committees/xacml/docs/docs.shtml Date de publication

OASIS www.oasis-open.org/committees/xacml/docs/docs.shtml Date de publication Statut du Committee Working Draft document Titre XACML Language Proposal, version 0.8 (XACML : XML Access Control Markup Language) Langage de balisage du contrôle d'accès Mot clé Attestation et sécurité

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance Procédures de contrôle interne relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière

Plus en détail

La solution Full Web pour optimiser vos équipements

La solution Full Web pour optimiser vos équipements D S D S Y S T E M G M A O A L T A Ï R 1 0 0 % W E B La solution Full Web pour optimiser vos équipements Aujourd'hui plus que jamais, votre succès dépend de votre capacité à gérer la maintenance. Peut importe

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

SOMMAIRE 1.Création de la liste d'adresses de courriel...2

SOMMAIRE 1.Création de la liste d'adresses de courriel...2 Luc Mamin Courriel : mamin.luc@orange.fr Mode d'emploi destiné à effectuer un «mailing» par courriel sous OpenOffice.org. L'intérêt du mailing avec OpenOffice.org est double : le mailing s'effectue sans

Plus en détail

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE»

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» Du cours Modélisation Semi -Formelle de Système d Information Du Professeur Jean-Pierre GIRAUDIN Décembre. 2002 1 Table de matière Partie 1...2 1.1

Plus en détail

Université Ibn Zohr Excel Résume de cours

Université Ibn Zohr Excel Résume de cours Le logiciel Excel: Excel est un tableur qui permet de saisir des données, de les afficher et de faire des traitements sur ces données. Les originalités du tableur sont l'organisation des données et les

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning

Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning BusinessObjects Planning XI Release 2 Copyright 2007 Business Objects. Tous droits réservés. Business Objects est propriétaire des brevets

Plus en détail

Exigences pour la certification HERMES. Règlement des examens de certification personnelle, version public

Exigences pour la certification HERMES. Règlement des examens de certification personnelle, version public Exigences pour la certification HERMES Règlement des examens de certification personnelle, version public Suivi des modifications, contrôle, approbation Version Date Description, remarque Nom ou rôle 2.0

Plus en détail

Communiquer : les autres Chèque n 7 Module 2

Communiquer : les autres Chèque n 7 Module 2 Communiquer : les autres Chèque n 7 Module 2 Par Christophe ROCA et Ludovic RANDU Animateurs du Syndicat Mixte de l'oise Picarde 27/11/2007 Le Tchat Le tchat (tchatte) permet l'échange instantané de messages

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Date de diffusion : Rédigé par : Version : Mars 2008 APEM 1.4. Sig-Artisanat : Guide de l'utilisateur 2 / 24

Date de diffusion : Rédigé par : Version : Mars 2008 APEM 1.4. Sig-Artisanat : Guide de l'utilisateur 2 / 24 Guide Utilisateur Titre du projet : Sig-Artisanat Type de document : Guide utilisateur Cadre : Constat : Les Chambres de Métiers doivent avoir une vision prospective de l'artisanat sur leur territoire.

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R SM.1048. (Question UIT-R 68/1)

RECOMMANDATION UIT-R SM.1048. (Question UIT-R 68/1) Rec. UIT-R SM.1048 1 RECOMMANDATION UIT-R SM.1048 DIRECTIVES DE CONCEPTION D'UN SYSTÈME DE BASE POUR LA GESTION AUTOMATISÉE DU SPECTRE (Question UIT-R 68/1) Rec. UIT-R SM.1048 (1994) L'Assemblée des radiocommunications

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

TUTORIAL REUTERS. Utilisation de l'utilitaire de recherche Reuters

TUTORIAL REUTERS. Utilisation de l'utilitaire de recherche Reuters TUTORIAL REUTERS Connexion à Reuters Allez sur https://portal.hpd.global.reuters.com/auth/login.aspx Le login est reut@ensimag.imag.fr, =1 à 5, le et le mot de passe étant ceux qui vous ont été

Plus en détail

PROTOCOLE D'ACCORD DE COOPERATION

PROTOCOLE D'ACCORD DE COOPERATION ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE PROTOCOLE D'ACCORD DE COOPERATION ENTRE L'ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE ET L'ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE CABINET DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

Plus en détail

1 Résolution de nom... 2 1.1 Introduction à la résolution de noms... 2. 1.2 Le système DNS... 2. 1.3 Les types de requêtes DNS...

1 Résolution de nom... 2 1.1 Introduction à la résolution de noms... 2. 1.2 Le système DNS... 2. 1.3 Les types de requêtes DNS... Table des matières 1 Résolution de nom... 2 1.1 Introduction à la résolution de noms... 2 1.2 Le système DNS... 2 1.3 Les types de requêtes DNS... 4 1.4 Configuration des clients DNS... 8 1.4.1 Résolution

Plus en détail

Les messages d erreur d'applidis Client

Les messages d erreur d'applidis Client Fiche technique AppliDis Les messages d erreur d'applidis Client Fiche IS00313 Version document : 1.00 Diffusion limitée : Systancia, membres du programme Partenaires AppliDis et clients ou prospects de

Plus en détail

Aider à la décision. - La matrice d Eisenhower - Le diagramme de Pareto - Les arbres d objectifs - Le diagramme d affinités - La méthode Philips 6.

Aider à la décision. - La matrice d Eisenhower - Le diagramme de Pareto - Les arbres d objectifs - Le diagramme d affinités - La méthode Philips 6. Guide méthodologique du travail en commun Aider à la décision > Hiérarchiser les priorités > Choisir les bonnes solutions > Hiérarchiser les priorités - La matrice d Eisenhower - Le diagramme de Pareto

Plus en détail

Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre. Partie I : Introduction

Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre. Partie I : Introduction Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre Partie I : Introduction Plan de la première partie Quelques définitions Caractéristiques communes des applications temps-réel Exemples d

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - meilleures pratiques

DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - meilleures pratiques livre blanc DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE MEILLEURES PRATIQUES ET APPLICATIONS DE SOUTIEN DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - MEILLEURES PRATIQUES 1 Les solutions infonuagiques sont de plus en plus présentes sur

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Initiation à la programmation en Python

Initiation à la programmation en Python I-Conventions Initiation à la programmation en Python Nom : Prénom : Une commande Python sera écrite en caractère gras. Exemples : print 'Bonjour' max=input("nombre maximum autorisé :") Le résultat de

Plus en détail

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Cte 1 2 P 3 s tio T 4 m ilg h trc c n p.o 5 re u fe ro a le tio c M S tw u aa c e O 2 Relation Citoyen Interventions Patrimoine Core Ressources

Plus en détail

TP : Shell Scripts. 1 Remarque générale. 2 Mise en jambe. 3 Avec des si. Systèmes et scripts

TP : Shell Scripts. 1 Remarque générale. 2 Mise en jambe. 3 Avec des si. Systèmes et scripts E3FI ESIEE Paris Systèmes et scripts B. Perret TP : Shell Scripts 1 Remarque générale Lorsque vous cherchez des informations sur Internet, n'oubliez pas que langage de shell script que nous avons vu correspond

Plus en détail

Symantec Control Compliance Suite 8.6

Symantec Control Compliance Suite 8.6 Automatiser et gérer la conformité IT dans le cadre de la réduction des coûts et de la complexité Présentation Symantec Control Compliance Suite automatise les principaux processus de conformité informatique.

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

LES INTERFACES HOMME-MACHINE

LES INTERFACES HOMME-MACHINE LES INTERFACES HOMME-MACHINE 1 ère Partie : Introduction aux Interfaces Homme-Machine 2 ème Partie : Notions de base sur les Sciences Cognitives 3 ème Partie : Recommandations ergonomiques 4 ème Partie

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

1 Gestionnaire de Données WORD A4 F - USB / 2014-04-05 / 6020 Alco-Connect

1 Gestionnaire de Données WORD A4 F - USB / 2014-04-05 / 6020 Alco-Connect 1 Gestionnaire de Données WORD A4 F - USB / 2014-04-05 / 6020 Alco-Connect Introduction... 4 Comment décrire le logiciel Cosmos?... 4 Quelles sont les fonctions de ce logiciel PC?... 4 Est-il possible

Plus en détail

Freeway 7. Nouvelles fonctionnalités

Freeway 7. Nouvelles fonctionnalités ! Freeway 7 Nouvelles fonctionnalités À propos de ce guide... 3 Nouvelles fonctionnalités en un coup d'oeil... 3 À propos de la conception d'un site web réactif... 3 Travailler avec les pages pour créer

Plus en détail

Calculateur d'économies d'énergie des produits client Dell. Description générale de la consommation d'énergie des systèmes informatiques :

Calculateur d'économies d'énergie des produits client Dell. Description générale de la consommation d'énergie des systèmes informatiques : Calculateur d'économies d'énergie des produits client Dell Objectif : Le calculateur d'économies d'énergie des produits client Dell est un outil destiné aux clients qui leur permettra d'évaluer la quantité

Plus en détail

Brève introduction à la recherche d!information sur le Web à base d!agents logiciels

Brève introduction à la recherche d!information sur le Web à base d!agents logiciels Plan Brève introduction à la recherche d!information sur le Web à base d!agents logiciels Bernard ESPINASSE Université d!aix-marseille 2010 Rappels sur les agents logiciels Problématique de la RI sur le

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

Présentation d'un Réseau Eole +

Présentation d'un Réseau Eole + Présentation d'un Réseau Eole + Le Pourquoi du comment... Comprendre les différents types de documentation fournit avec la solution Eole Plus. Novice Confirmé Expert Version 1.0 Mai 2006 Permission est

Plus en détail

IFT2255 : Génie logiciel

IFT2255 : Génie logiciel IFT2255 : Génie logiciel Chapitre 6 - Analyse orientée objets Section 1. Introduction à UML Julie Vachon et Houari Sahraoui 6.1. Introduction à UML 1. Vers une approche orientée objet 2. Introduction ti

Plus en détail

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7 TEXT MINING 10.6.2003 1 von 7 A LA RECHERCHE D'UNE AIGUILLE DANS UNE BOTTE DE FOIN Alors que le Data Mining recherche des modèles cachés dans de grandes quantités de données, le Text Mining se concentre

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

LSM RELEASE NOTES LOGICIEL LOCKING SYSTEM MANAGEMENT

LSM RELEASE NOTES LOGICIEL LOCKING SYSTEM MANAGEMENT Page 1 LOGICIEL LOCKING SYSTEM MANAGEMENT 1.0 REMARQUES PRÉALABLES Release notes version 3.1 SP1 (3.1.11020) Octobre 2011 Cette version sert en premier lieu à compléter les nouveaux matériels. En outre,

Plus en détail

L audit Informatique et la Qualité

L audit Informatique et la Qualité L audit Informatique et la Qualité Bennani Samir Ecole Mohammadia d Ingénieurs sbennani@emi.ac.ma emi.ac.ma Qu'est-ce que l'audit informatique? Pour Directeur général : voir plus clair dans l'activité

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

Algorithmique avec Algobox

Algorithmique avec Algobox Algorithmique avec Algobox 1. Algorithme: Un algorithme est une suite d instructions qui, une fois exécutée correctement, conduit à un résultat donné Un algorithme doit contenir uniquement des instructions

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

Critères de choix pour la

Critères de choix pour la LIVRE BLANC Critères de choix pour la mise en œuvre d un CRM Un guide pas à pas pour sélectionner le bonpartenaire d intégration de CRM adapté à vosbesoins. INTRODUCTION Vous avez fait votre travail, recherché,

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ Asher Ben-Arieh, PhD Rédacteur en chef, Child Indicators Research Adjoint

Plus en détail

"La démarche marketing, le système d information marketing et l étude de marché"

La démarche marketing, le système d information marketing et l étude de marché ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Année Académique : 2014/2015 Niveau : 1 ère année Master (TC) Enseignant : KHERRI Abdenacer Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 Site web :

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT

REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT 1. PARTICIPATION (au Fonctionnement de l'entreprise) DOMAINES de COMPETENCE OBJECTIFS GENERAUX OBJECTIFS OPERATIONNELS Appréciation d'un sportif et socioculturel Droit

Plus en détail

Le modèle de données

Le modèle de données Le modèle de données Introduction : Une fois que l étude des besoins est complétée, deux points importants sont à retenir : Les données du système étudié Les traitements effectués par le système documentaire.

Plus en détail

Le défi : L'avantage Videojet :

Le défi : L'avantage Videojet : Note d'application Impression-pose d'étiquettes Améliorez votre rendement : passez des applicateurs mécaniques à l'étiquetage Direct Apply TM Le défi : Au cours de ces 20 dernières années, les systèmes

Plus en détail

CA ARCserve Backup ß QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES : CA ARCSERVE BACKUP R12.5

CA ARCserve Backup ß QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES : CA ARCSERVE BACKUP R12.5 ß QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES : CA ARCSERVE BACKUP R12.5 CA ARCserve Backup Ce document répond aux questions les plus fréquentes sur CA ARCserve Backup r12.5. Pour en savoir plus sur les nouveautés de

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique 2014 BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique SECTEUR INDUSTRIE-SERVICE CHORUS 2 : Refonte du référentiel des process Groupe Refondre le réferentiel des process Groupe grâce à la réalisation d un

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 20.5.2014 L 148/29 RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N o 528/2014 DE LA COMMISSION du 12 mars 2014 complétant le règlement (UE) n o 575/2013 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

État Réalisé En cours Planifié

État Réalisé En cours Planifié 1) Disposer d'une cartographie précise de l installation informatique et la maintenir à jour. 1.1) Établir la liste des briques matérielles et logicielles utilisées. 1.2) Établir un schéma d'architecture

Plus en détail

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r.

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. (Résolution 398-CA-3497, 25 novembre 1996) 1. Énoncé Par cette politique, l'université

Plus en détail

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants.

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants. Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 4 5

Plus en détail

Introduction aux concepts d ez Publish

Introduction aux concepts d ez Publish Introduction aux concepts d ez Publish Tutoriel rédigé par Bergfrid Skaara. Traduit de l Anglais par Benjamin Lemoine Mercredi 30 Janvier 2008 Sommaire Concepts d ez Publish... 3 Système de Gestion de

Plus en détail

Dès qu'une action atteint un certain degré de complexité ou qu'il s'agit d'actions collectives il est nécessaire d'organiser, c'est-à-dire de diviser et coordonner. L'organisation suppose donc division

Plus en détail

Réseau : Interconnexion de réseaux, routage et application de règles de filtrage.

Réseau : Interconnexion de réseaux, routage et application de règles de filtrage. TD réseau - Réseau : interconnexion de réseau Réseau : Interconnexion de réseaux, routage et application de règles de filtrage. Un réseau de grande importance ne peut pas seulement reposer sur du matériel

Plus en détail

PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC!

PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC! PC Check & Tuning 2010 Optimisez et accélérez rapidement et simplement les performances de votre PC! MAGIX PC Check & Tuning 2010 est la solution logicielle complète pour l'analyse, la maintenance et l'accélération

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE

Plus en détail