Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires"

Transcription

1 N o X au catalogue Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires 2009 à 2036

2 Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de ce produit ou sur l ensemble des données et des services de Statistique Canada, visiter notre site Web à Vous pouvez également communiquer avec nous par courriel à ou par téléphone entre 8 h 30 et 16 h 30 du lundi au vendredi aux numéros suivants : Centre de contact national de Statistique Canada Numéros sans frais (Canada et États-Unis) : Service de renseignements Service national d appareils de télécommunications pour les malentendants Télécopieur Appels locaux ou internationaux : Service de renseignements Télécopieur Programme des services de dépôt Service de renseignements Télécopieur Comment accéder à ce produit Le produit no X au catalogue est disponible gratuitement sous format électronique. Pour obtenir un exemplaire, il suffit de visiter notre site Web à et de parcourir par «Ressource clé» > «Publications». Normes de service à la clientèle Statistique Canada s engage à fournir à ses clients des services rapides, fiables et courtois. À cet égard, notre organisme s est doté de normes de service à la clientèle que les employés observent. Pour obtenir une copie de ces normes de service, veuillez communiquer avec Statistique Canada au numéro sans frais Les normes de service sont aussi publiées sur le site sous «À propos de nous» > «Offrir des services aux Canadiens».

3 Statistique Canada Division de la démographie Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires 2009 à 2036 Publication autorisée par le ministre responsable de Statistique Canada Ministre de l Industrie, 2010 Tous droits réservés. Le contenu de la présente publication électronique peut être reproduit en tout ou en partie, et par quelque moyen que ce soit, sans autre permission de Statistique Canada, sous réserve que la reproduction soit effectuée uniquement à des fins d étude privée, de recherche, de critique, de compte rendu ou en vue d en préparer un résumé destiné aux journaux et/ou à des fins non commerciales. Statistique Canada doit être cité comme suit : Source (ou «Adapté de», s il y a lieu) : Statistique Canada, année de publication, nom du produit, numéro au catalogue, volume et numéro, période de référence et page(s). Autrement, il est interdit de reproduire le contenu de la présente publication, ou de l emmagasiner dans un système d extraction, ou de le transmettre sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, reproduction électronique, mécanique, photographique, pour quelque fin que ce soit, sans l autorisation écrite préalable des Services d octroi de licences, Division des services à la clientèle, Statistique Canada, Ottawa, Ontario, Canada K1A 0T6. Mai 2010 N o X au catalogue ISBN Périodicité : hors série Ottawa This publication is also available in English. Note de reconnaissance Le succès du système statistique du Canada repose sur un partenariat bien établi entre Statistique Canada et la population, les entreprises, les administrations canadiennes et les autres organismes. Sans cette collaboration et cette bonne volonté, il serait impossible de produire des statistiques précises et actuelles.

4 Information pour l usager Signes conventionnels Les signes conventionnels suivants sont employés uniformément dans les publications de Statistique Canada :. indisponible pour toute période de référence.. indisponible pour une période de référence précise... n ayant pas lieu de figurer 0 zéro absolu ou valeur arrondie à zéro 0s p r x E F valeur arrondie à 0 (zéro) là où il y a une distinction importante entre le zéro absolu et la valeur arrondie provisoire révisé confidentiel en vertu des dispositions de la Loi sur la statistique à utiliser avec prudence trop peu fiable pour être publié 2 Statistique Canada n o X au catalogue

5 Remerciements C est une équipe renouvelée qui a oeuvré à l élaboration, la production, l analyse et la diffusion de cette nouvelle édition des projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires. Je remercie en premier lieu Patrice Dion, gestionnaire du projet, de même que Jonathan Chagnon et Jean-Dominique Morency, qui ont été les chevilles ouvrières de ces projections. D autres personnes de la Section de l analyse et des projections démographiques ainsi que de la Division de la démographie ont collaboré de près à ces projections, notamment Éric Caron Malenfant, Carol D Aoust, Hubert Denis, Julie Faubert, Stéphane Gilbert, Waldemar Gorniak, Marjorie Kirk, Anne Milan, Jean-François Naud ainsi que Geneviève Ouellet. Je tiens également à remercier tous les partenaires consultés lors de l élaboration des hypothèses et scénarios : les agents statistiques provinciaux et territoriaux, Citoyenneté et immigration Canada ainsi que les comités internes et externes de la Division de la démographie. Je suis également reconnaissant à de nombreux clients de nos projections pour leurs recommandations et suggestions au cours des dernières années. La version finale de ce rapport a été revue et commentée par Johanne Denis, Rosemary Bender et Réjean Lachapelle. Laurent Martel Chef, Section de l analyse et des projections démographiques Division de la démographie Statistique Canada n o X au catalogue 3

6 Préface Depuis 1974, la Division de la démographie de Statistique Canada publie des projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires. Les hypothèses et scénarios sous-jacents aux projections font l objet d une large consultation auprès de nombreux partenaires de Statistique Canada, que ce soit les coordonateurs statistiques provinciaux et territoriaux, d autres ministères fédéraux notamment Citoyenneté et immigration Canada ou divers comités internes et externes de la Division de la démographie. Suite à de nombreux commentaires de ces partenaires comme des utilisateurs des projections démographiques, un scénario court terme est désormais disponible, scénario dont toutes les hypothèses (sauf celle portant sur la mortalité) reproduisent les comportements observés au cours de la plus récente année disponible du programme des estimations démographiques. Afin de ne pas reproduire sur une longue période les comportements observés sur la base d une seule année, l horizon de projection pour ce scénario a été limité à cinq ans. Ce scénario court terme permet aux utilisateurs d envisager ce que pourrait devenir la population canadienne si la situation très récente se maintient. Les projections démographiques ne sont en aucun cas des prédictions. Elles reposent plutôt sur une série d hypothèses qui, une fois rassemblées en quelques scénarios qui se veulent à la fois plausibles et pertinents, offrent un éventail de possibilités d évolution future de la population canadienne. Outre le fait qu elles permettent de mieux saisir les conséquences à long terme des changements démographiques en cours, les projections sont utiles à la planification des besoins futurs ainsi qu à l élaboration de politiques en réponse aux changements démographiques. Ainsi, les projections s adressent à une vaste gamme d utilisateurs, qu ils proviennent du gouvernement fédéral, des gouvernements provinciaux, territoriaux ou municipaux, des groupes de recherche, des universitaires, des groupes d intérêt, des organisations internationales et non gouvernementales, des établissements d enseignement ou du public en général. Enfin, une autre série de projections démographiques a récemment été produite par la Division de la démographie et est disponible depuis le 9 mars 2010 : les Projections de la diversité de la population canadienne, 2006 à Ces projections se distinguent en de nombreux points des projections pour le Canada, les provinces et les territoires : elles sont réalisées au moyen d une méthode de microsimulation, leur niveau géographique de base détaille les 33 régions métropolitaines de recensement (RMR) du pays et elles contiennent plusieurs variables reflétant la diversité ethnoculturelle de la population : appartenance à un groupe de minorité visible, confession religieuse, langue maternelle, statut des générations et lieu de naissance. Lorsque possible, les hypothèses de ces projections ont été harmonisées avec celles des présentes projections afin d assurer la meilleure cohérence possible entre les deux séries de données. Leurs résultats diffèrent toutefois dans leurs objectifs respectifs et leur méthode de calcul; dans ce contexte, les utilisateurs sont invités à bien distinguer les deux séries de projections. 4 Statistique Canada n o X au catalogue

7 Table des matières Faits saillants 16 Introduction 18 Section 1 Méthode et hypothèses Méthode Population de départ Fécondité Mortalité Immigration internationale Émigration Résidents non permanents Migrations interprovinciales 29 Section 2 Sélection des scénarios 39 Section 3 Analyse des résultats des projections à long terme Mise en garde Croissance de la population du Canada de 2009 à Composantes de la croissance Structure par âge de la population canadienne Croissance de la population des provinces et des territoires de 2009 à Structure par âge de la population des provinces et des territoires Sensibilité des résultats aux hypothèses de projection 73 Section 4 Analyse des résultats des projections à court terme 76 Section 5 Analyse des éditions de projection précédentes 78 Section 6 Conclusion 81 Produits connexes 82 Statistique Canada n o X au catalogue 5

8 Table des matières suite Tableaux statistiques 1 Composantes de l accroissement démographique, scénario court terme (S) Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador, à Île-du-Prince-Édouard, à Nouvelle-Écosse, à Nouveau-Brunswick, à Québec, à Ontario, à Manitoba, à Saskatchewan, à Alberta, à Colombie-Britannique, à Yukon, à Territoires du Nord-Ouest, à Nunavut, à Composantes de l accroissement démographique, scénario de croissance faible (L) Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador, à Île-du-Prince-Édouard, à Nouvelle-Écosse, à Nouveau-Brunswick, à Québec, à Ontario, à Manitoba, à Saskatchewan, à Alberta, à Colombie-Britannique, à Yukon, à Territoires du Nord-Ouest, à Nunavut, à Composantes de l accroissement démographique, scénario de croissance moyenne - tendances historiques (1981 à 2008) (M1) Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador, à Île-du-Prince-Édouard, à Nouvelle-Écosse, à Statistique Canada n o X au catalogue

9 Table des matières suite 3-5 Nouveau-Brunswick, à Québec, à Ontario, à Manitoba, à Saskatchewan, à Alberta, à Colombie-Britannique, à Yukon, à Territoires du Nord-Ouest, à Nunavut, à Composantes de l accroissement démographique, scénario de croissance moyenne - tendances 2006 à 2008 (M2) Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador, à Île-du-Prince-Édouard, à Nouvelle-Écosse, à Nouveau-Brunswick, à Québec, à Ontario, à Manitoba, à Saskatchewan, à Alberta, à Colombie-Britannique, à Yukon, à Territoires du Nord-Ouest, à Nunavut, à Composantes de l accroissement démographique, scénario de croissance moyenne - tendances 1988 à 1996 (M3) Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador, à Île-du-Prince-Édouard, à Nouvelle-Écosse, à Nouveau-Brunswick, à Québec, à Ontario, à Manitoba, à Saskatchewan, à Alberta, à Statistique Canada n o X au catalogue 7

10 Table des matières suite 5-11 Colombie-Britannique, à Yukon, à Territoires du Nord-Ouest, à Nunavut, à Composantes de l accroissement démographique, scénario de croissance moyenne - tendances 2001 à 2006 (M4) Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador, à Île-du-Prince-Édouard, à Nouvelle-Écosse, à Nouveau-Brunswick, à Québec, à Ontario, à Manitoba, à Saskatchewan, à Alberta, à Colombie-Britannique, à Yukon, à Territoires du Nord-Ouest, à Nunavut, à Composantes de l accroissement démographique, scénario de croissance forte (H) Canada, à Terre-Neuve-et-Labrador, à Île-du-Prince-Édouard, à Nouvelle-Écosse, à Nouveau-Brunswick, à Québec, à Ontario, à Manitoba, à Saskatchewan, à Alberta, à Colombie-Britannique, à Yukon, à Territoires du Nord-Ouest, à Nunavut, à Population estimée selon le groupe d âge et le sexe, Canada, provinces et territoires, au 1 er juillet Statistique Canada n o X au catalogue

11 Table des matières suite 9 Population selon le groupe d âge et le sexe, scénario court terme (S), au 1 er juillet Canada, 2010 à Terre-Neuve-et-Labrador, 2010 à Île-du-Prince-Édouard, 2010 à Nouvelle-Écosse, 2010 à Nouveau-Brunswick, 2010 à Québec, 2010 à Ontario, 2010 à Manitoba, 2010 à Saskatchewan, 2010 à Alberta, 2010 à Colombie-Britannique, 2010 à Yukon, 2010 à Territoires du Nord-Ouest, 2010 à Nunavut, 2010 à Population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance faible (L), au 1 er juillet Canada, 2010 à Terre-Neuve-et-Labrador, 2010 à Île-du-Prince-Édouard, 2010 à Nouvelle-Écosse, 2010 à Nouveau-Brunswick, 2010 à Québec, 2010 à Ontario, 2010 à Manitoba, 2010 à Saskatchewan, 2010 à Alberta, 2010 à Colombie-Britannique, 2010 à Yukon, 2010 à Territoires du Nord-Ouest, 2010 à Nunavut, 2010 à Population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance moyenne - tendances historique (1981 à 2008) (M1), au 1 er juillet Canada, 2010 à Terre-Neuve-et-Labrador, 2010 à Île-du-Prince-Édouard, 2010 à Nouvelle-Écosse, 2010 à Nouveau-Brunswick, 2010 à Québec, 2010 à Statistique Canada n o X au catalogue 9

12 Table des matières suite 11-7 Ontario, 2010 à Manitoba, 2010 à Saskatchewan, 2010 à Alberta, 2010 à Colombie-Britannique, 2010 à Yukon, 2010 à Territoires du Nord-Ouest, 2010 à Nunavut, 2010 à Population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance moyenne - tendances 2006 à 2008 (M2), au 1 er juillet Canada, 2010 à Terre-Neuve-et-Labrador, 2010 à Île-du-Prince-Édouard, 2010 à Nouvelle-Écosse, 2010 à Nouveau-Brunswick, 2010 à Québec, 2010 à Ontario, 2010 à Manitoba, 2010 à Saskatchewan, 2010 à Alberta, 2010 à Colombie-Britannique, 2010 à Yukon, 2010 à Territoires du Nord-Ouest, 2010 à Nunavut, 2010 à Population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance moyenne - tendances 1988 à 1996 (M3), au 1 er juillet Canada, 2010 à Terre-Neuve-et-Labrador, 2010 à Île-du-Prince-Édouard, 2010 à Nouvelle-Écosse, 2010 à Nouveau-Brunswick, 2010 à Québec, 2010 à Ontario, 2010 à Manitoba, 2010 à Saskatchewan, 2010 à Alberta, 2010 à Colombie-Britannique, 2010 à Yukon, 2010 à Statistique Canada n o X au catalogue

13 Table des matières suite Territoires du Nord-Ouest, 2010 à Nunavut, 2010 à Population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance moyenne - tendances 2001 à 2006 (M4) au 1 er juillet Canada, 2010 à Terre-Neuve-et-Labrador, 2010 à Île-du-Prince-Édouard, 2010 à Nouvelle-Écosse, 2010 à Nouveau-Brunswick, 2010 à Québec, 2010 à Ontario, 2010 à Manitoba, 2010 à Saskatchewan, 2010 à Alberta, 2010 à Colombie-Britannique, 2010 à Yukon, 2010 à Territoires du Nord-Ouest, 2010 à Nunavut, 2010 à Population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance forte (H), au 1 er juillet Canada, 2010 à Terre-Neuve-et-Labrador, 2010 à Île-du-Prince-Édouard, 2010 à Nouvelle-Écosse, 2010 à Nouveau-Brunswick, 2010 à Québec, 2010 à Ontario, 2010 à Manitoba, 2010 à Saskatchewan, 2010 à Alberta, 2010 à Colombie-Britannique, 2010 à Yukon, 2010 à Territoires du Nord-Ouest, 2010 à Nunavut, 2010 à Projection à long terme de la population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance faible (L), au 1 er juillet, Canada, 2036 à Projection à long terme de la population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance moyenne - tendances historiques (1981 à 2008) (M1), au 1 er juillet, Canada, 2036 à Statistique Canada n o X au catalogue 11

14 Table des matières suite 18 Projection à long terme de la population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance moyenne - tendances 2006 à 2008 (M2), au 1 er juillet, Canada, 2036 à Projection à long terme de la population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance moyenne - tendances 1988 à 1996 (M3), au 1 er juillet, Canada, 2036 à Projection à long terme de la population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance moyenne - tendances 2001 à 2006 (M4), au 1 er juillet, Canada, 2036 à Projection à long terme de la population selon le groupe d âge et le sexe, scénario de croissance forte (H), au 1 er juillet, Canada, 2036 à Qualité des données, concepts et méthodologie Méthodologie et qualité des données 244 Glossaire 245 Bibliographie 247 Graphiques 1.1 Indice synthétique de fécondité observé (1971 à 2007) et projeté (2008 à 2036) selon trois hypothèses, Canada Indice synthétique de fécondité observé dans certains pays industrialisés, 2000 à Taux d immigration observé ( à ) et projeté ( à ) selon trois hypothèses, Canada Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Terre-Neuve-et-Labrador Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Île-du-Prince-Édouard Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Nouvelle-Écosse Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Nouveau-Brunswick Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Québec Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Ontario Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Manitoba Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Saskatchewan Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Alberta Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Colombie-Britannique Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Yukon Statistique Canada n o X au catalogue

15 Table des matières suite 1.15 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Territoires du Nord-Ouest Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Nunavut Population observée (1971 à 2009) et projetée (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada Taux de croissance annuels observés ( à ) et projetés ( à ) selon trois scénarios, Canada Naissances et décès projetés ( à ) selon trois scénarios, Canada Croissance démographique projetée de la population canadienne selon l accroissement naturel et l accroissement migratoire, de à Scénario de croissance moyenne (M1) Pyramides des âges (en nombre) de la population canadienne, 2009, 2036 et 2061 (scénario M1) Pyramides des décès (en valeur relative) de la population canadienne, , et (scénario M1) Population selon le groupe d âge, observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2061), selon trois scénarios, Canada Rapportdunombred enfantsâgésde0à14ansauxpersonnesâgéesde65ansouplus,observé (1981 à 2009) et projeté (2010 à 2061), selon trois scénarios, Canada Proportion de la population selon le groupe d âge, observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2061), selon trois scénarios, Canada Croissance annuelle de la population âgée de 15 à 64 ans, observée ( à ) et projetée ( à ), selon trois scénarios, Canada Rapport de dépendance démographique observé (1981 à 2009) et projeté (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada Pyramides des âges (en valeur relative) de la population canadienne, 2009 et 2036 (scénario M1) Pyramides des âges (en valeur relative) de la population canadienne, 2036 et 2061 (scénario M1) Âge médian observé (1981 à 2009) et projeté (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada Population des 80 ans ou plus observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada Proportion des 80 ans ou plus parmi les 65 ans ou plus, observé (1981 à 2009) et projeté (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada Rapport de masculinité de la population âgée de 80 ans ou plus observé (2009) et projeté (2036 et 2061) selon trois scénarios, Canada Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Terre-Neuve-et-Labrador Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de Terre-Neuve-et-Labrador, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Île-du-Prince-Édouard Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de l Île-du-Prince-Édouard, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Nouvelle-Écosse 62 Statistique Canada n o X au catalogue 13

16 Table des matières suite 3.23 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de la Nouvelle-Écosse, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Nouveau-Brunswick Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Nouveau-Brunswick, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Québec Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Québec, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Ontario Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de l Ontario, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Manitoba Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Manitoba, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Saskatchewan Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de la Saskatchewan, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Alberta Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de l Alberta, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Colombie-Britannique Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de la Colombie-Britannique, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Yukon Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Yukon, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Territoires du Nord-Ouest Pyramides des âges (en valeur relative) de la population des Territoires du Nord-Ouest, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (1991 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Nunavut Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Nunavut, 2009 et 2036 (scénario M1) Population observée (2009) et projetée (2010 à 2061) selon sept scénarios, Canada Âge médian observé (2009) et projeté (2010 à 2061) selon sept scénarios, Canada Population observée (1971 à 2009) et projetée (1972 à 2001) selon les trois scénarios de l édition 1972 à 2001, Canada Pyramides de la population (en valeur relative) selon l âge et le sexe au 1 er juillet 2001 selon l édition de projections 1972 à 2001 et les estimations démographiques Population observée (1984 à 2009) et projetée selon certains scénarios tirés d éditions précédentes (1984 à 2006, 1989 à 2011 et 1993 à 2016), Canada Statistique Canada n o X au catalogue

17 Table des matières suite Tableaux explicatifs 1.1 Estimations postcensitaires provisoires au 1 er juillet 2009, Canada, provinces et territoires Indice synthétique de fécondité observé (2007) et projeté (2036) selon trois hypothèses, Canada, provinces et territoires Espérance de vie à la naissance en 2006 et en 2036 selon trois hypothèses, Canada, provinces et territoires Nombre annuel d immigrants observé ( ) et projeté ( ) selon trois hypothèses, Canada, provinces et territoires Soldes interprovinciaux annuels moyens selon quatre hypothèses de projections, provinces et territoires Hypothèses de fécondité, de mortalité, d immigration, d émigration, de résidents non permanents et de migrations interprovinciales Tableau synoptique présentant les hypothèses sous-tendant les six scénarios sélectionnés Population observée (2009) et projetée (2036) selon six scénarios, Canada, provinces et territoires Taux de croissance annuels moyens projetés (2009 à 2036) selon six scénarios, Canada, provinces et territoires Poids démographique des provinces et territoires observé (2009) et projeté (2036) selon six scénarios Âge médian observé (2009) et projeté (2036) selon six scénarios, Canada, provinces et territoires Proportion de 65 ans ou plus observée (2009) et projetée (2036) selon six scénarios, Canada, provinces et territoires Variation en pourcentage de la population projetée en 2036 selon l hypothèse d immigration adoptée en comparaison au scénario de croissance moyenne (M1) Hypothèses de fécondité, de mortalité, d immigration, d émigration, de résidents non permanents et de migrations interprovinciales Population observée (2009) et projetée (2014), taux de croissance annuels moyens et composantes de la croissance, selon le scénario court terme, Canada, provinces et territoires 77 Statistique Canada n o X au catalogue 15

18 Faits saillants Effectifs et croissance de la population du Canada Selon les scénarios considérés, le Canada compterait entre 40,1 et 47,7 millions d habitants en 2036 et entre 43,0 et 63,8 millions en 2061 par comparaison à 33,7 millions en Selon le scénario de croissance moyenne, la population canadienne atteindrait 43,8 millions en 2036, puis 52,6 millions en Selon le scénario de croissance moyenne, l accroissement naturel demeurerait positif tout au long de la période projetée, le nombre de décès ne surpassant jamais le nombre de naissances. Seulement dans le scénario de croissance faible verrait-on l accroissement naturel devenir négatif, un phénomène qui se produirait dès L accroissement migratoire constituerait le principal moteur de la croissance de la période projetée, et ce selon tous les scénarios. Structure par âge de la population canadienne Le processus de vieillissement de la population canadienne s accentuerait entre 2010 et 2031, période au cours de laquelle la totalité des baby-boomers atteindront l âge de 65 ans. Par la suite, le vieillissement se poursuivrait, mais à un rythme moins rapide. Selon tous les scénarios de projection retenus, l augmentation de la proportion des 65 ans ou plus se poursuivrait dans les prochaines années. Ce groupe représenterait entre 23 % et 25 % de la population en 2036 et entre 24 % et 28 % en 2061, par rapport à 14 % en En 2036, le nombre de personnes âgées serait plus du double de celui observé en 2009 et oscillerait entre 9,9 et 10,9 millions, puis atteindrait entre 11,9 et 15,0 millions en Dans tous les scénarios de projection, le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus surpasserait celui des enfants de 14 ans ou moins. Ce renversement, qui constituerait une première dans l histoire du Canada, se produirait entre 2015 et Dans tous les scénarios de projection, la proportion de personnes en âge de travailler diminuerait progressivement jusqu en 2036 pour atteindre environ 60 %. Elle serait relativement stable autour de ce niveau par la suite. En 2009, la proportion de personnes en âge de travailler était de 69 %. En 2009, pour 100 personnes en âge de travailler, on comptait 24 enfants âgés de 14 ans ou moins et 20 personnes âgées de 65 ans ou plus. Selon le scénario de croissance moyenne, il y aurait 26 enfants et 39 personnes âgées pour 100 personnes en âge de travailler en Selon le scénario de croissance moyenne, la population âgée de 80 ans ou plus serait multipliée par 2,6 d ici 2036 et par 3,9 d ici 2061 pour atteindre approximativement 3,3 millions et 5,1 millions respectivement. Selon les scénarios, l âge médian varierait entre 42 et 45 ans en 2036 et entre 42 et 47 ans en 2061, par comparaison à 40 ans en Statistique Canada n o X au catalogue

19 Population des provinces et des territoires L Ontario et la Colombie-Britannique afficheraient une croissance annuelle moyenne supérieure à la croissance de la population canadienne dans son ensemble et ce dans chacun des six scénarios. En conséquence, ces provinces devraient voir leur poids démographique augmenter d ici Dans chacun des scénarios, toutes les provinces et territoires verraient leur population augmenter d ici 2036, à l exception de Terre-Neuve-et-Labrador qui présenterait une population inférieure à celle estimée en 2009 si le scénario de croissance faible ou certains scénarios de croissance moyenne se concrétisaient. Structure par âge des provinces et des territoires Peu importe le scénario choisi, ce sont les provinces de l Atlantique qui présenteraient les âges médians les plus élevés en 2036 au Canada. Le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest auraient les âges médians les plus bas. L écart entre l âge médian de la province la plus jeune et la plus âgée varierait entre 8 et 10 ans en Cet écart est légèrement plus important que celui mesuré en 2009 et qui était d environ 7 ans. Statistique Canada n o X au catalogue 17

20 Introduction La démographie canadienne a été le théâtre de nombreux changements récemment. D une part, la fécondité de toutes les provinces canadiennes s est accrue depuis 2005, à l instar de celle de nombreux autres pays industrialisés. D autre part, l origine des immigrants au Canada s est modifiée, la part de l immigration chinoise et indienne ayant légèrement décru au profit de celle provenant d autres continents, notamment des Amériques. Le nombre de résidents non permanents admis sur le sol canadien a lui aussi augmenté considérablement au cours des dernières années. Enfin, certaines provinces qui, traditionnellement, perdaient dans leurs échanges migratoires avec les autres provinces, affichent désormais des soldes migratoires interprovinciaux positifs. Dans ce contexte, la mise à jour des projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires revêt une importance particulière. Ces nouvelles projections ont comme population de départ les estimations démographiques au 1er juillet 2009 de Statistique Canada et couvrent la période de 2009 à 2036 pour les provinces et territoires et de 2009 à 2061 pour le Canada dans son ensemble. Ces projections sont disponibles par âge, sexe et province ou territoire de résidence pour sept scénarios de croissance. La première partie de ce document décrit la méthode, les hypothèses et les scénarios élaborés dans le cadre de ces nouvelles projections. En deuxième partie, on retrouve une présentation des principaux résultats de trois scénarios d évolution future offrant une fourchette plausible de possibilités en ce qui a trait à l évolution démographique du pays. L analyse, qui porte à la fois sur les effectifs, la croissance et la structure par âge de la population, est présentée à l échelle nationale d abord, puis à l échelle des provinces et des territoires. Les sections suivantes incluent une analyse de sensibilité des résultats aux différentes hypothèses de projection ainsi qu un retour sur les projections passées. Enfin, le lecteur trouvera en annexe (Tableaux statistiques) des tableaux présentant les résultats des sept scénarios de projection. D autres données, plus détaillées, sont également disponibles dans d autres produits, notamment dans CANSIM sur le site Internet de Statistique Canada, ou sur un CD-ROM disponible à la Division de la démographie de Statistique Canada. Enfin, des hypothèses et scénarios personnalisés sont toujours disponibles sur demande. Il suffit de contacter le service à la clientèle de la Division de la démographie de Statistique Canada. 18 Statistique Canada n o X au catalogue

21 Section 1 Méthode et hypothèses 1.1 Méthode Les projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires sont réalisées au moyen de la méthode des composantes, une méthode utilisée depuis plusieurs décennies par Statistique Canada comme par d autres agences statistiques provinciales, territoriales, nationales et internationales pour projeter quelques caractéristiques âge, sexe, lieu de résidence essentiellement d une population. Chaque composante de l accroissement fécondité, mortalité, immigration et émigration fait l objet d une ou de plusieurs hypothèses qui, une fois appliquées sous forme d effectifs, de taux ou de quotients à la population de départ, génèrent des naissances, des décès, des immigrants et des émigrants. La population de l année suivante est ensuite obtenue par une comptabilité démographique simple, les naissances et les immigrants étant ajoutés à la population de départ alors que les décès ainsi que les émigrants en sont retranchés. Le modèle de projection utilisé par Statistique Canada permet de tenir compte de l interaction entre les phénomènes démographiques. Pour ce faire, le modèle construit d abord une matrice de transition qui combine les divers taux associés aux évènements (naissances, décès, immigration, émigration, migration interne). Cette matrice de transition est ensuite appliquée à la population en début de période afin d obtenir la population en fin de période. Cette étape permet par ailleurs de calculer la population moyenne en cours d année, population nécessaire au calcul des événements observés au cours d une année donnée. Enfin, la population de chacune des provinces et des territoires est projetée individuellement, ce qui permet de tenir compte des particularités régionales. La sommation de ces populations projetées permet d obtenir une projection cohérente de la population du Canada dans son ensemble. 1.2 Population de départ La population de départ de ces projections provient des estimations postcensitaires provisoires au 1er juillet 2009 telles que calculées par la Division de la démographie de Statistique Canada. Ces estimations selon l âge (de 0 à 99 ans et 100 ans ou plus), le sexe et la province ou le territoire de résidence sont basées sur le Recensement de 2006 et sont ajustées pour tenir compte du sous-dénombrement net par âge, sexe et province ou territoire. Au 1er juillet 2009, la population canadienne était estimée à individus. Le Tableau 1.1 présente les effectifs de population des divers provinces et territoires. Ces estimations sont également disponibles gratuitement sur le site Internet de Statistique Canada. Tableau 1.1 Estimations postcensitaires provisoires au 1 er juillet 2009, Canada, provinces et territoires Nombre Canada Terre-Neuve-et-Labrador Île-du-Prince-Édouard Nouvelle-Écosse Nouveau-Brunswick Québec Ontario Manitoba Saskatchewan Alberta Colombie-Britannique Yukon Territoires du Nord-Ouest Nunavut Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 1.3 Fécondité Parce que la fécondité a un effet considérable sur la taille et la structure par âge d une population, trois hypothèses sont habituellement formulées pour cette composante. Cette édition des projections démographiques ne fait pas exception et ces hypothèses reposent sur un examen attentif des tendances historiques et récentes tant au niveau provincial, territorial, national qu international. Les Statistique Canada n o X au catalogue 19

22 hypothèses portent à la fois sur le niveau futur de la fécondité et sur son calendrier (l âge moyen à la maternité) Présentation des hypothèses Au niveau national, l hypothèse moyenne retenue pour ces projections correspond à un indice synthétique de fécondité de 1,70 enfant par femme atteint dès la première année projetée et maintenu constant sur toute la période de projection. Il s agit d une révision à la hausse par rapport aux dernières projections démographiques publiées en 2005 qui suggéraient un niveau de 1,51 enfant par femme. Selon cette hypothèse moyenne, l âge moyen à la maternité continuerait d augmenter et passerait de 29,75 ans en 2007 à 30,17 ans en 2009, soit une augmentation d environ 0,4 an. Il serait ensuite maintenu constant sur toute la période de projection. niveau national. Ces niveaux sont progressivement atteints en et sont ensuite maintenus constants jusqu à la fin de la période de projection (Graphique 1.1). L âge moyen à la maternité augmente également selon ces deux hypothèses, soit de 0,6 an et 0,2 an selon les hypothèses faible et forte, respectivement. Le Tableau 1.2 présente, pour chaque province/ territoire, les indices synthétiques de fécondité observés et projetés selon trois hypothèses dérivées de celles élaborées au niveau national. Ces hypothèses ont été constituées en appliquant au taux de fécondité selon l âge de chacun des provinces et territoires des facteurs de variation calculés à l échelon national de manière à atteindre un indice synthétique de fécondité et un âge moyen à la maternité cibles. De façon générale et à l image de la situation observée en 2007, Terre-Neuve-et-Labrador présenterait la fécondité la plus faible selon les trois hypothèses et le Nunavut la plus forte. Les hypothèses faible et forte ont pour leur part été établies à 1,50 et 1,90 enfant par femme au Graphique 1.1 Indice synthétique de fécondité observé (1971 à 2007) et projeté (2008 à 2036) selon trois hypothèses, Canada enfants par femme 2,2 2,0 Observé Projeté Hypothèse forte (1,9) 1,8 Hypothèse moyenne (1,7) 1,6 Hypothèse faible (1,5) 1,4 1,2 1, Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 20 Statistique Canada n o X au catalogue

23 Tableau 1.2 Indice synthétique de fécondité observé (2007) et projeté (2036) selon trois hypothèses, Canada, provinces et territoires 2007 Hypothèse Faible Moyenne Forte 2036 enfants par femme Canada 1,66 1,50 1,70 1,90 Terre-Neuve-et-Labrador 1,45 1,28 1,46 1,65 Île-du-Prince-Édouard 1,63 1,46 1,66 1,86 Nouvelle-Écosse 1,48 1,33 1,51 1,69 Nouveau-Brunswick 1,52 1,34 1,53 1,73 Québec 1,68 1,52 1,72 1,92 Ontario 1,57 1,44 1,63 1,81 Manitoba 1,96 1,73 1,98 2,23 Saskatchewan 2,03 1,78 2,03 2,30 Alberta 1,90 1,70 1,93 2,17 Colombie-Britannique 1,51 1,39 1,57 1,74 Yukon 1,58 1,41 1,61 1,80 Territoires du Nord-Ouest 2,11 1,87 2,14 2,41 Nunavut 2,96 2,53 2,93 3,35 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie Justification des hypothèses Plusieurs éléments ont été considérés au moment de la formulation des hypothèses de fécondité pour le Canada. D une part, on a observé un mouvement à la hausse de la fécondité canadienne depuis 2004, l indice synthétique de fécondité (ISF) étant passé de 1,53 enfant par femme à 1,66 en 2007, dernière année disponible au moment de la réalisation de ces projections. Le niveau atteint en 2007 était le plus élevé au pays depuis 1995, témoignant du fait qu il s agit bien d une hausse significative observée sur une période de trois ans seulement. Plus encore, les données des naissances pour l année 2008 diffusées par certaines provinces canadiennes montrent une poursuite de la tendance haussière, laissant croire que l ISF observé pour le Canada en 2008 sera plus élevé encore qu en Par exemple, l ISF était déjà supérieur à 1,70 enfant par femme au Québec en 2008 (1,74) et supérieur à 1,50 en Colombie-Britannique, soit les niveaux les plus élevés depuis 1976 et 1997, respectivement. Il convenait donc de tenir compte de ces tendances récentes et de réajuster à la hausse l hypothèse moyenne de fécondité par rapport au dernier exercice. Le niveau de la descendance finale des Canadiennes nées entre 1960 et 1975, a également été considéré dans l élaboration de l hypothèse moyenne. La descendance finale d une génération de femmes, par exemple celles nées en 1960, correspond au nombre moyen d enfants que ces femmes auront réellement eu au cours de leur vie reproductive. Cet indicateur est utile pour établir des hypothèses de fécondité puisqu il est exempt des variations conjoncturelles de la fécondité. Si l ISF a atteint au Canada des niveaux proches de 1,50 enfant par femme, aucune génération de Canadiennes n a pour l instant atteint une descendance finale inférieure à 1,76 enfant par femme, laissant croire qu une hypothèse moyenne proche de ce niveau est raisonnable pour des projections à moyen ou long terme. Enfin, l hypothèse moyenne a également été établie en considérant l évolution récente de la fécondité dans de nombreux pays industrialisés. À l instar du Canada, la fécondité de nombreux pays a également augmenté au cours des années récentes, suggérant que la hausse au Canada n est pas un phénomène isolé. Par exemple, la fécondité au Royaume-Uni est passée d environ 1,65 enfant par femme en 2001 à 1,90 enfant par femme en 2007 (Graphique 1.2). Il est intéressant de remarquer que le Canada se situe entre deux groupes de pays bien distincts. Un premier groupe, composé des États-Unis, de l Australie, du Royaume-Uni (tous trois des pays anglo-saxons Statistique Canada n o X au catalogue 21

24 comme le Canada), de la France et de la Suède, présente habituellement une fécondité plus élevée. À l opposé, l Italie, le Japon, l Espagne, l Allemagne ou encore la Suisse présentent habituellement une fécondité inférieure. L hypothèse moyenne a été élaborée afin de préserver la position intermédiaire du Canada tout en tenant compte du mouvement à la hausse qui peut être observé pour la presque totalité de ces pays. L hypothèse moyenne fait également rapidement passer l âge moyen à la maternité de 29,75 à 30,17 ans. Il s agit d un gain d environ 0,4 an qui prolonge une longue tendance à la hausse au cours des dernières décennies. Le taux de fécondité des femmes âgées de 30 à 34 ans a d ailleurs surpassé en 2005 celui des femmes âgées de 25 à 29 ans, témoignant du fait que les Canadiennes ont leurs enfants de plus en plus tard. La hausse ininterrompue jusqu ici des taux d activité féminins ainsi que le calendrier de la fécondité plus tardif encore dans certains pays comme l Australie permet de croire qu une telle hypothèse est raisonnable. L hypothèse faible a été fixée à 1,50 enfant par femme en considérant l évolution de la fécondité canadienne au cours des dernières décennies. Ce Graphique 1.2 Indice synthétique de fécondité observé dans certains pays industrialisés, 2000 à 2007 enfants par femme 2,2 2,1 2,0 1,9 1,8 niveau correspond, à peu de chose près, au niveau le plus faible jamais observé au Canada (1,51 enfant par femme en 2000 et 2002). Il s apparente également aux niveaux de fécondité les plus faibles observés en 2007 dans les provinces ou territoires canadiens (Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Nouveau- Brunswick et Colombie-Britannique). Ce niveau est également légèrement supérieur à la fécondité récemment observée au sein du groupe de pays industrialisés dit «à faible fécondité» et composé de l Allemagne, du Japon, de l Italie, de la Suisse et de l Espagne. Enfin, certains phénomènes historiquement liés à une faible fécondité demeurent en progression : l union libre, la participation des femmes au marché du travail de même que leur niveau moyendescolarité. Iln est pas impossible que ces phénomènes exercent encore une pression à la baisse sur la fécondité canadienne dans l avenir. L hypothèse faible est associée à un vieillissement plus important du calendrier de la fécondité, l âge moyen à la maternité progressant de 0,6 an pour atteindre 30,33 ans. Ce niveau a déjà été observé dans certains pays industrialisés et paraît donc raisonnable à la vue des tendances passées à ce chapitre. 1,7 1,6 Canada 1,5 1,4 1,3 1, Japon Italie Espagne Allemagne Suède France États-Unis Canada Suisse Royaume-Uni Australie Source(s) : Différents organismes statistiques nationaux, Sardon (2004) et Eurostat. 22 Statistique Canada n o X au catalogue

25 L hypothèse forte a été fixée à 1,90 enfant par femme en tenant compte du contexte international : ce niveau correspond à peu près au niveau moyen récent de la fécondité dans les pays industrialisés dit «à forte fécondité» comme les États-Unis, la France, l Australie, le Royaume-Uni ou encore la Suède. Ce niveau est également légèrement inférieur à la fécondité moyenne observée en 2007 dans les provinces où on enregistrait les niveaux de fécondité les plus élevés (Manitoba, Saskatchewan et Alberta). Enfin, il convient de rappeler que ce niveau n a pas été observé au Canada depuis 1972 et qu il demeure en deçà du seuil de remplacement des générations (environ 2,10 enfants par femme). L hypothèse forte fait passer l âge moyen à la maternité de 29,75 à 29,96 ans. L exemple récent de plusieurs pays, en particulier de l Australie, montre qu un vieillissement léger du calendrier de la fécondité n est pas incompatible avec une hausse significative du niveau de la fécondité. L âge moyen à la maternité n ayant pas rajeuni au Canada depuis 1975, l hypothèse forte retenue fait augmenter cet âge au cours des prochaines années, bien que la progression soit plus modeste que dans le cas des hypothèses faible et moyenne. 1.4 Mortalité Comme pour la fécondité, trois hypothèses ont été formulées quant à la mortalité canadienne future, cette composante démographique pouvant avoir un effet important sur les effectifs des populations âgées et très âgées du pays. Dans un contexte de vieillissement démographique, ces populations sont d un intérêt particulier. Les trois hypothèses formulées suggèrent la poursuite du déclin séculaire de la mortalité canadienne, donc une espérance de vie à la naissance qui continuerait d être à la hausse au cours des prochaines années. Les tendances depuis 1921 sont en effet claires et montrent que la mortalité s est considérablement réduite au cours des 90 dernières années au Canada. Entre 1921 et 2006, l espérance de vie a progressé de près de 25 ans chez les femmes et de 22 ans chez les hommes. Le rythme auquel l espérance de vie a progressé a cependant varié d une période à l autre, celui-ci ayant été globalement moins rapide au cours des récentes décennies que plus tôt au 20 e siècle, particulièrement chez les Canadiennes. La méthode utilisée pour projeter la mortalité est la même que celle utilisée dans l édition précédente des projections démographiques. Elle fait appel à un modèle paramétrique développé par Li et Lee (2005). Celui-ci permet de projeter les taux de mortalité par âge et sexe de façon cohérente pour chacune des provinces, ce qui est souhaitable notamment afin de tenir compte du fait que des normes canadiennes assurent une assez forte similitude des divers régimes d assurance maladie des provinces et territoires. Les paramètres du modèle Li et Lee sont dérivés de l évolution des taux de mortalité observés sur une période donnée, cette fois-ci fixée à l intervalle Cette période permet non seulement de tenir compte du rythme récent de réduction de la mortalité canadienne mais présente aussi l avantage de refléter la réduction de l écart entre l espérance de vie des hommes et des femmes. La mortalité des territoires a été projetée en utilisant la méthode des écarts récents à la moyenne nationale, les populations de ces régions étant trop faibles pour permettre d obtenir des paramètres fiables du modèle Li-Lee. Contrairement à l édition précédente, chacun des territoires a été traité individuellement cette fois. Les hypothèses faible et forte ont été dérivées à partir des intervalles de confiance à 1 % du modèle ARIMA utilisé pour projeter un paramètre de l équation utilisée dans la méthode Li-Lee. Ces intervalles permettent d obtenir une fourchette raisonnable quant à l évolution future de l espérance de vie des provinces et territoires Présentation des hypothèses Selon l hypothèse moyenne, l espérance de vie à la naissance des Canadiennes passerait de 82,9 ans en 2006 à 87,3 ans en 2036, soit un gain de 4,4 ans en 30 ans (Tableau 1.3). En comparaison, le gain s était chiffré à 5,1 ans entre 1976 et Chez les hommes, l espérance de vie passerait de 78,2 ans en 2006 à 84,0 ans en 2036, en hausse de 5,8 ans. Au cours de la période de 1976 à 2006, l augmentation avait été plus importante, soit de 7,8 ans. La progression plus rapide de l espérance de vie des hommes signifie que l écart entre la mortalité entre les deux sexes continuerait de se réduire au cours des prochaines années, passant de 4,7 ans en 2006 à 3,3 ans en Statistique Canada n o X au catalogue 23

26 Tableau 1.3 Espérance de vie à la naissance en 2006 et en 2036 selon trois hypothèses, Canada, provinces et territoires 2006 Hommes Femmes Hypothèse Hypothèse Faible Moyenne Forte Faible Moyenne Forte Canada 78,2 82,3 84,0 85,4 82,9 86,0 87,3 88,4 Terre-Neuve-et-Labrador 75,5 80,0 81,7 83,3 80,7 84,1 85,5 86,7 Île-du-Prince-Édouard 77,3 81,2 82,9 84,4 82,1 86,1 87,4 88,6 Nouvelle-Écosse 77,0 81,1 82,8 84,3 82,2 85,2 86,5 87,7 Nouveau-Brunswick 77,6 81,7 83,4 84,9 82,5 85,6 86,8 88,0 Québec 78,1 82,2 83,8 85,2 83,1 86,3 87,5 88,6 Ontario 78,7 82,8 84,4 85,8 83,1 86,1 87,3 88,4 Manitoba 76,9 81,3 83,1 84,7 81,8 85,4 86,8 88,0 Saskatchewan 76,7 81,2 82,9 84,5 82,0 85,4 86,7 87,9 Alberta 78,0 82,3 84,0 85,5 82,9 86,1 87,4 88,6 Colombie-Britannique 78,9 82,9 84,5 85,9 83,5 86,6 87,8 88,9 Yukon 75,2 78,7 80,3 81,7 79,7 83,4 84,6 85,6 Territoires du Nord-Ouest 73,7 78,7 80,3 81,7 80,8 83,4 84,6 85,6 Nunavut 69,1 74,5 76,0 77,3 75,6 77,8 78,9 79,9 années Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. D une province à l autre, les écarts d espérance de vie seraient assez faibles en 2036, une situation à l image de celle observée en 2006 et témoignant de la relative homogénéité de la mortalité au Canada. Parmi les provinces, Terre-Neuve-et-Labrador présenterait les espérances de vie les plus faibles en 2036, avec 81,7 ans chez les hommes et 85,5 ans chez les femmes, et la Colombie-Britannique les plus élevées, soit 84,5 ans chez les hommes et 87,8 ans chez les femmes. L hypothèse faible ne ferait progresser l espérance de vie que de 3,1 ans chez les femmes et 4,1 ans chez les hommes d ici 2036; elles atteindraient alors 86,0 et 82,3 ans, respectivement. En revanche, l hypothèse forte ferait augmenter l espérance de vie plus rapidement, soit de 5,5 ans chez les femmes et de 7,2 ans chez les hommes, soit à un rythme comparable à celui observé au cours des 25 dernières années. Selon cette hypothèse, l espérance de vie en 2036 atteindrait 88,4 et 85,4 ans chez les femmes et les hommes, respectivement. Toutes les hypothèses suggèrent que la réduction de l écart observé entre l espérance de vie des hommes et des femmes se poursuivra Justification des hypothèses L évolution future de la mortalité fait l objet de nombreux débats au sein de la communauté scientifique. Pour certains, l allongement futur de l espérance de vie est incertain, la mortalité étant déjà très faible à de nombreux âges. Si les connaissances, la médecine et la technologie continuent de progresser, il est probable que les gains futurs devront être réalisés face à des maladies chroniques comme le cancer, première cause de mortalité au Canada depuis quelques années, ou encore face à des maladies qui touchent essentiellement la population très âgée. D autres pensent que la prévalence grandissante de certaines maladies chez les jeunes, par exemple l obésité, et des maladies qui y sont associées, le diabète et l hypertension notamment, pourrait ralentir considérablement la progression de l espérance de vie au cours des prochaines décennies. Certains pensent également que l espérance de vie à l échelle des populations s approche déjà d une limite compte tenu des systèmes de santé en place. Des gains futurs exigeraient, dans ce contexte, des investissements publics importants qui ne sont pas encore acquis. À l opposé, de nombreux scientifiques demeurent optimistes, soulignant que l espérance de vie continue de progresser malgré son niveau élevé déjà atteint dans certains pays. Les limites de la vie humaine se situant bien au-delà de 100 ans, ces chercheurs soulignent que l espérance de vie d une 24 Statistique Canada n o X au catalogue

27 population dispose encore d une marge de progression importante. Quoi qu il en soit, les Canadiennes et Canadiens bénéficient d une des espérances de vie à la naissance les plus élevées du monde. Une comparaison des espérances de vie observées au cours de la période montre que les Canadiennes n étaient devancées à ce chapitre que par les Françaises, les Espagnoles, les Suissesses, les Australiennes et les Japonaises, ces dernières jouissant de l espérance de vie la plus forte, soit de 86 ans. Les Canadiens, quant à eux, n étaient devancés que par les Japonais, les Suédois, les Suisses, les Australiens et les Islandais qui, avec une espérance de vie de 80 ans, étaient en tête à ce chapitre. Les hypothèses développées tiennent compte de cette situation et proposent des espérances de vie qui, en 2036, n ont jamais été observées à ce jour, ce qui contribuerait à maintenir le Canada parmi les pays présentant des espérances de vie très élevées, tant chez les hommes que chez les femmes. 1.5 Immigration internationale Depuis plusieurs années déjà, la croissance démographique canadienne repose davantage sur l accroissement migratoire (solde des immigrants et des émigrants) que sur l accroissement naturel (solde des naissances et des décès). Considérant qu il est attendu que cette situation persiste dans les prochaines décennies en raison d une faible fécondité et du vieillissement démographique, les hypothèses portant sur cette composante prennent une grande importance dans le présent exercice. L effectif d immigrants annuellement admis au Canada ainsi que le taux d immigration ont cependant parfois varié considérablement d une année à l autre. Par exemple, le taux d immigration est passé de près de 9,0 pour mille en 1993 à moins de 6,0 pour mille en 1998, soit cinq ans plus tard. Des variations, plus importantes encore, avaient été observées dans les décennies antérieures. Afin de tenir compte du caractère parfois fluctuant de l immigration, trois hypothèses portant sur les niveaux futurs de l immigration au Canada ont été formulées comme c est habituellement le cas dans les projections de Statistique Canada Présentation des hypothèses Les hypothèses d immigration ont été formulées en deux temps. Dans un premier temps, les hypothèses faible, moyenne et forte sont, pour les trois premières années de projection, directement tirées du Plan d immigration 2009 tel que formulé par Citoyenneté et immigration Canada (CIC). Il est considéré que cette fourchette d immigrants énoncée par CIC dans son plan d immigration pour l année 2009 est la meilleure estimation du niveau de l immigration canadienne à court terme. Ainsi, le Plan d immigration visait à admettre en 2010 entre (hypothèse faible) et (hypothèse forte) immigrants au Canada. L hypothèse moyenne a été fixée à la valeur centrale de la fourchette, soit immigrants annuellement. Après les trois premières années de projection, les hypothèses sont formulées sur la base de taux d immigration plutôt que d effectifs. Les effectifs d immigrants annuellement admis au Canada évoluent donc de pair avec la croissance démographique projetée. L utilisation de taux permet notamment d éviter que ces derniers ne décroissent mécaniquement avec toute croissance démographique future, un effet systématiquement engendré lorsque les hypothèses reposent sur des effectifs d immigrants gardés constants sur la période de projection. Enfin, contrairement à l exercice précédent ou les effectifs d immigrants atteints en 2031 étaient maintenus constants jusqu en 2056, les présentes hypothèses utilisent les taux d immigration jusqu à la fin de la période de projection pour le Canada, soit en L hypothèse moyenne suppose que le taux d immigration serait de 7,5 pour mille au Canada durant toute la période de projection, sauf bien sûr les trois premières années ou ce sont les effectifs tirés du Plan d immigration qui sont utilisés (Graphique 1.3). Ce niveau correspond au taux annuel moyen d immigration observé sur la période de 1991 à L hypothèse faible suggère plutôt que le taux d immigration s établirait à 6,0 pour mille entre et au Canada. Ce niveau correspond environ au taux d immigration le plus faible observé depuis Enfin, l hypothèse forte fixe le taux d immigration à 9,0 pour mille sur la même période de projection, un niveau qui correspond au taux le plus élevé observé depuis 1991 également. Statistique Canada n o X au catalogue 25

28 Graphique 1.3 Taux d immigration observé ( à ) et projeté ( à ) selon trois hypothèses, Canada pour mille Observé Projeté Hypothèse faible Hypothèse moyenne Hypothèse forte Note(s) : Au cours des trois premières années de projection, les hypothèses reposent sur des effectifs d immigrants tels qu établis par le plan d immigration de Citoyenneté et immigration Canada. Le dénominateur utilisé pour le calcul du taux d immigration correspond à la population d accueil, c est-à-dire la population canadienne moyenne au cours d une période donnée, et non pas la population à risque d immigrer au Canada. Source(s) : Citoyenneté et immigration Canada et Statistique Canada, Division de la démographie. La distribution provinciale de l immigration canadienne a changé au cours des dernières années. Une proportion plus grande d immigrants s établit par exemple au Manitoba et en Alberta. À l opposé, la proportion d immigrants qui choisissent l Ontario est en baisse depuis quelques années, étant passée d environ 60 % à près de 50 %. Afin de tenir compte de ces changements importants, la répartition des immigrants admis au Canada dans les divers provinces et territoires a été basée sur la moyenne de la distribution provinciale des immigrants au cours de la période à Cette distribution est maintenue constante sur toute la période de projection. La même période a également été utilisée pour distribuer les immigrants selon l âge et le sexe. La répartition observée dans la province a été utilisée dans les régions qui reçoivent des contingents d immigrants importants, soit en Ontario, au Québec, en Colombie-Britannique et en Alberta. Dans le cas de la Saskatchewan et du Manitoba, c est la répartition moyenne de ces deux provinces qui a été utilisée. Enfin, la répartition par âge et sexe nationale moyenne a été utilisée dans toutes les autres régions. Le Tableau 1.4 présente les effectifs d immigrants observés ( ) et projetés ( ) pour le Canada, les provinces et les territoires, selon les trois hypothèses retenues. Selon l hypothèse moyenne, le Canada accueillerait près de immigrants en dont près de la moitié ( ) s établiraient en Ontario. 26 Statistique Canada n o X au catalogue

29 Tableau 1.4 Nombre annuel d immigrants observé ( ) et projeté ( ) selon trois hypothèses, Canada, provinces et territoires Hypothèse Faible Moyenne Forte Canada 245,3 244,8 333,6 435,1 Terre-Neuve-et-Labrador 0,6 0,4 0,5 0,7 Île-du-Prince-Édouard 1,8 0,7 1,0 1,3 Nouvelle-Écosse 2,4 2,1 2,8 3,6 Nouveau-Brunswick 1,9 1,3 1,7 2,2 Québec 45,7 39,3 52,9 68,3 Ontario 107,0 121,5 166,3 217,7 Manitoba 13,2 9,6 13,2 17,4 Saskatchewan 6,0 2,8 3,8 4,8 Alberta 23,9 22,3 30,2 39,2 Colombie-Britannique 42,5 44,5 60,8 79,6 Yukon 0,1 0,1 0,1 0,1 Territoires du Nord-Ouest 0,1 0,1 0,1 0,2 Nunavut 0,0 0,0 0,0 0,0 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie Justification des hypothèses L immigration est une composante difficile à projeter à long terme. À court terme, les niveaux d immigration sont déterminés par le ministère responsable. Outre l observation des niveaux récents de l immigration, il convient donc de prendre en considération d autres éléments dans la formulation des hypothèses. L hypothèse forte fixe le taux d immigration à 9,0 pour mille, ce qui pourrait refléter une augmentation visant à combler les besoins importants à venir de la population active canadienne. Il est à prévoir que de nombreux travailleurs la plupart appartenant à la génération des baby-boomers, nés entre 1946 et 1965 quitteront la population active au cours des prochaines années pour rejoindre les rangs de la population âgée. L immigration pourrait venir soutenir la population active qui devra notamment répondre aux besoins d une population âgée en forte croissance. L hypothèse faible, qui fixe le taux d immigration à 6,0 pour mille, est également plausible si on considère plusieurs facteurs. D une part, l intégration économique des immigrants a semblé, au cours des dernières décennies, être plus difficile qu auparavant. D autre part, le développement économique rapide de certains pays sources de l immigration récente au Canada Chine et Inde en particulier pourrait réduire le bassin de candidats potentiels à l immigration. La concurrence accrue d autres pays industrialisés pour des immigrants qualifiés pourrait également modifier la capacité du Canada de recruter les immigrants dont il aurait besoin. 1.6 Émigration Les programmes des estimations et des projections démographiques de Statistique Canada distinguent trois composantes qui composent l émigration : les émigrants, les émigrants de retour ainsi que le solde des personnes temporairement à l étranger Émigrants Les émigrants sont des citoyens canadiens ou des immigrants reçus ayant quitté le pays pour s établir de façon permanente dans un autre pays. Le nombre d émigrants a peu fluctué autour d une moyenne de personnes depuis le début des années Dans ce contexte, une seule hypothèse a été formulée, celle de maintenir constants sur toute la période de projection les taux moyens d émigration par âge, sexe et province/territoire observés au cours de la période de à Ainsi formulée, l hypothèse suppose que le nombre d émigrants passerait de personnes en à Statistique Canada n o X au catalogue 27

30 près de en selon le scénario de croissance moyenne (M1) Émigrants de retour Les émigrants de retour sont des citoyens canadiens ou des immigrants reçus ayant émigré du pays et qui reviennent s y établir. Leur nombre, modeste, est estimé à environ personnes par année depuis le début des années La grande majorité de ces émigrants de retour se concentrent dans quatre provinces, soit l Ontario, le Québec, l Alberta et la Colombie-Britannique. Comme dans l édition précédente des projections, l hypothèse formulée pour les émigrants de retour repose sur la relation qui existe entre ces derniers et l émigration, les personnes susceptibles de revenir s établir au pays étant celles qui en ont émigré à un moment de leur vie. Le nombre projeté d émigrants de retour est obtenu en appliquant un taux de migration de retour au nombre d émigrants générés par le modèle de projection. Ce taux a été fixé à 44,5 %, soit la moyenne au cours de la période à , c est-à-dire la même période que pour l hypothèse d émigration Personnes temporairement à l étranger Les personnes temporairement à l étranger sont des citoyens canadiens ou des immigrants reçus vivant temporairement dans un autre pays et qui ne possèdent plus de lieu habituel de résidence au Canada. Les données disponibles quant à cette composante portent sur un solde annuel, et non un nombre. Un solde est la résultante de deux flux, ici les personnes quittant temporairement et revenant au Canada. Depuis le début des années 2000, le solde annuel des personnes temporairement à l étranger est demeuré stable et s est établi en moyenne à un peu plus de personnes. Ce solde touche essentiellement quatre provinces, l Ontario, le Québec, l Alberta et la Colombie-Britannique. L hypothèse retenue dans cet exercice de projection est de maintenir constant jusqu en 2061 le solde annuel moyen observé durant la période allant de à , soit d environ personnes. Ce niveau est très proche du solde moyen pour la période de à , témoignant du peu de variations importantes observées pour cette composante au cours des deux dernières décennies. La distribution par âge, sexe et province/territoire utilisée dans les projections est également celle dérivée de la moyenne observée au cours de la période de à Résidents non permanents Les résidents non permanents du Canada regroupent les personnes suivantes : les personnes qui revendiquent un statut de réfugié, les personnes titulaires d un permis de travail, ministériel ou d études ainsi que les membres de leur famille vivant avec elles au Canada. Le solde annuel de résidents non permanents a augmenté considérablement au cours des années récentes, passant de près de personnes en à plus de en Le solde a particulièrement augmenté dans certaines provinces, notamment l Alberta, la Colombie-Britannique et la Saskatchewan. De plus, une nouvelle catégorie d immigrants de CIC, la Catégorie de l expérience canadienne (CEC), permet à des résidents non permanents du Canada qui satisfont à certaines conditions de présenter une demande de résidence permanente. Cette catégorie pourrait rehausser l attrait du statut de résidents non permanents au Canada et ainsi conduire, au cours des prochaines années, au maintien d un solde annuel élevé, qui plus est dans un contexte où de nombreux Canadiens quitteront prochainement le marché du travail. L hypothèse retenue au chapitre des résidents non permanents a donc été modifiée par rapport au dernier exercice afin de tenir compte des récents changements. L hypothèse retenue suggère que le solde annuel passerait linéairement d un niveau d environ en à 0 en , soit durant une période où les sorties de la population active seront très probablement nombreuses. Passé 2018, le solde des résidents non permanents serait maintenu à 0 pour le reste de la période de projection. Cette hypothèse ferait donc passer les effectifs de résidents non permanents dans la population canadienne d environ personnes en 2009 à un peu plus de personnes en Statistique Canada n o X au catalogue

31 Toujours afin de tenir compte des récents changements, la distribution par âge, sexe et province/territoire correspond à celle observée au cours de la période allant de à Cette distribution serait maintenue constante sur toute la période de projection. 1.8 Migrations interprovinciales De toutes les composantes de la croissance démographique, les hypothèses de migrations interprovinciales engendrent souvent les variations les plus importantes quant aux effectifs et la croissance projetés de la population des divers provinces et territoires. La forte volatilité de la migration interprovinciale rend difficile leur projection; d une année à l autre, les variations dans les soldes migratoires interprovinciaux peuvent être très importantes et passer, par exemple, d un niveau positif à un niveau négatif. De plus, parce qu elle est souvent associée à des facteurs structurels ou économiques (Coulombe, 2006; Bernard et al., 2009), la migration interprovinciale ajoute une grande part d incertitude dans les projections à l échelle des provinces et des territoires. Pour toutes ces raisons, et dans un souci de proposer une fourchette raisonnable de situations possibles dans l avenir, cette composante fait l objet de quatre hypothèses distinctes. Ces hypothèses doivent de plus être élaborées en tenant compte d une contrainte importante : la somme des soldes interprovinciaux de tous les provinces et territoires doit être nulle Présentation des hypothèses La méthode utilisée pour projeter les migrations interprovinciales est la même que dans l édition précédente des projections : dans un premier temps, des taux de sortie par âge et sexe pour chacun des provinces/territoires sont calculés sur la base de périodes de référence sélectionnées au moyen d une analyse des tendances passées. Dans un deuxième temps, des matrices origine-destination sont utilisées pour répartir les sortants interprovinciaux dans les autres provinces ou territoires du Canada. Ces matrices origine-destination sont calculées en utilisant les mêmes périodes de référence que les taux de sortie afin de préserver la cohérence du modèle. Les quatre hypothèses, reflétant autant de périodes de références passées, sont les suivantes : tendances «historiques» (1981 à 2008), tendances 1988 à 1996, tendances 2001 à 2006 et tendances 2006 à Hypothèse tendances historiques (1981 à 2008) Le but de cette hypothèse est de prendre en considération les tendances générales à long terme de la migration interne au Canada. La période de référence de cette hypothèse est par conséquent la plus longue des quatre hypothèses définies pour ces projections et a été fixée de 1981 à L analyse sur une telle période permet notamment de dégager des mouvements habituellement favorables à l Ouest du pays, en particulier à l Alberta et la Colombie-Britannique, voire à l Ontario et moins favorable à l Est, notamment à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et au Québec. Ce scénario engendre les soldes interprovinciaux les plus favorables des quatre hypothèses pour l Ontario et le Manitoba et les plus défavorables pour Terre-Neuve-et-Labrador, les Territoires du Nord-Ouest ainsi que le Yukon (Tableau 1.5). Statistique Canada n o X au catalogue 29

32 Tableau 1.5 Soldes interprovinciaux annuels moyens selon quatre hypothèses de projections, provinces et territoires Tendances historiques (1981 à 2008) Tendances 1988 à 1996 Tendances 2001 à 2006 Tendances 2006 à 2008 nombre Terre-Neuve-et-Labrador Île-du-Prince-Édouard Nouvelle-Écosse Nouveau-Brunswick Québec Ontario Manitoba Saskatchewan Alberta Colombie-Britannique Yukon Territoires du Nord-Ouest Nunavut Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Hypothèse tendances 1988 à 1996 Cette hypothèse repose sur les tendances observées au cours de la période de 1988 à 1996, lesquelles ont été favorables à la Colombie-Britannique, cette province ayant enregistré un solde interprovincial annuel moyen de presque personnes, soit le solde le plus élevé des quatre hypothèses pour cette province. L expansion continue des économies émergentes de l Asie ainsi que la présence moins importante du secteur manufacturier alors en crise - dans l économie de la province l avaient alors relativement épargnée des difficultés économiques vécues ailleurs au pays. Cette hypothèse engendre également les soldes les plus favorables pour l Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut. À l inverse, cette période génère les soldes interprovinciaux les plus défavorables des quatre hypothèses pour les trois provinces des Prairies, soit le Manitoba, la Saskatchewan et l Alberta. Hypothèse tendances 2001 à 2006 L expansion de l économie de l Alberta, en particulier de l industrie pétrolière, a eu un effet non négligeable sur les mouvements de migration interne au Canada. En effet, cette province réussit à attirer de nombreux travailleurs depuis une quinzaine d années déjà, et l hypothèse 2001 à 2006 vise à refléter ce phénomène. Il s agit bien évidemment de l hypothèse qui génère les soldes les plus favorables des quatre hypothèses pour l Alberta, mais aussi pour le Québec qui a connu, durant ces années, une croissance économique soutenue. À l inverse, ce scénario est le moins favorable à la Colombie-Britannique dont le solde annuel moyen n atteint qu un peu plus de Hypothèse tendances 2006 à 2008 Plusieurs changements importants sont récemment survenus au chapitre des migrations interprovinciales. Après 22 années ininterrompues de soldes annuels négatifs en Saskatchewan, la tendance s est inversée en et cette province présente depuis des soldes positifs et en constante augmentation. En , la Saskatchewan a ainsi gagné plus de personnes dans ses échanges avec les autres provinces et territoires du pays. La situation à Terre-Neuve-et-Labrador ainsi qu au Manitoba a également évolué de façon importante très récemment. À Terre-Neuve-et-Labrador par exemple, le solde annuel interprovincial est passé d une moyenne de au cours de la période à à -528 en Le solde migratoire est même devenu positif en (données provisoires) après 24 années ininterrompues de soldes négatifs. Enfin, le solde de l Ontario s est également beaucoup dégradé pour plonger à des niveaux jamais vus depuis la fin des années 1990, à près de personnes par année en moyenne au cours de la période à Statistique Canada n o X au catalogue

33 Ces changements sont probablement en partie liés à la situation économique récente du Canada. La Saskatchewan a connu d importants développements dans les secteurs miniers et pétroliers qui ont stimulé sa croissance économique. D importants investissements à Terre-Neuve-et-Labrador ont créé une demande pour de la main-d oeuvre qualifiée. Enfin, les difficultés du secteur automobile en Ontario ont pu contribuer à dégrader son solde interprovincial. C est afin de tenir compte de ces changements importants que l hypothèse 2006 à 2008 a été élaborée. Cette hypothèse génère les soldes interprovinciaux les plus favorables ou les moins défavorables pour la Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador ainsi que le Yukon et les soldes les plus négatifs pour l Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l Île-du-Prince-Édouard et le Nunavut Soldes projetés Les graphiques 1.4 à 1.16 montrent les soldes interprovinciaux observés et projetés pour chacune des provinces et des territoires au cours de la période de à et selon les divers scénarios proposés 1. Ces graphiques permettent notamment d illustrer certains effets de l application de taux de sortie constants à des populations de volume et de structure variables dans le temps. L utilisation de taux de sortie, en comparaison avec l utilisation d effectifs fixes, possède plusieurs avantages dont celui de tenir compte des effectifs des populations soumises au risque de migrer et de l évolution de leur structure par âge. Toutefois, le fait que la population à risque de quitter une région n évolue pas nécessairement au même rythme que les populations à risque d y entrer est susceptible d entraîner une variation dans le temps du taux de migration nette. Ce phénomène peut s expliquer ainsi : si la population d une région croît moins rapidement que les populations des autres régions, cette région verra son solde migratoire s améliorer, car les départs iront en diminuant et les entrées en augmentant. L inverse est aussi vrai. Ainsi, les provinces à rythme d accroissement plus faible, par exemple les provinces de l Atlantique, voient leurs soldes interprovinciaux s améliorer à mesure que la projection avance dans le temps; à l inverse, les provinces à rythme d accroissement élevé, notamment l Ontario, voient leurs soldes se dégrader progressivement. Cet effet découle du fait que les hypothèses reposent sur des taux de sortie constants ainsi que sur des matrices origine-destination invariables. L effet reste toutefois modéré dans la majorité des régions. 1. Les scénarios sont décrits à la section suivante. Statistique Canada n o X au catalogue 31

34 Graphique 1.4 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Terre-Neuve-et-Labrador solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 1.5 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Île-du-Prince-Édouard solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 32 Statistique Canada n o X au catalogue

35 Graphique 1.6 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Nouvelle-Écosse solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 1.7 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Nouveau-Brunswick solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 33

36 Graphique 1.8 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Québec solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 1.9 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Ontario solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 34 Statistique Canada n o X au catalogue

37 Graphique 1.10 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Manitoba solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 1.11 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Saskatchewan solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 35

38 Graphique 1.12 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Alberta solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 1.13 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Colombie-Britannique solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 36 Statistique Canada n o X au catalogue

39 Graphique 1.14 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Yukon solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 1.15 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Territoires du Nord-Ouest solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 37

40 Graphique 1.16 Solde migratoire interprovincial observé ( à ) et projeté ( à ) selon sept scénarios, Nunavut solde Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Scénario court terme Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 38 Statistique Canada n o X au catalogue

41 Section 2 Sélection des scénarios Les différents scénarios de projection ont pour objet de refléter l incertitude liée à l avenir et de permettre une analyse de la sensibilité des résultats aux différentes hypothèses élaborées. Ces scénarios sont construits en combinant un certain nombre d hypothèses quant à l évolution future de chacune des composantes de la croissance démographique. immigration sont à la base du scénario de croissance forte. Ces deux scénarios visent essentiellement à fournir une fourchette d effectifs projetés plausible et assez large pour tenir compte des incertitudes inhérentes à tout exercice de projection. Il convient de préciser que dans ces deux scénarios, l hypothèse de migration interprovinciale demeure la même, soit celle fondée sur la période 1981 à 2008 et utilisée dans le scénario de croissance moyenne M1. Les quatre scénarios de croissance moyenne (M1, M2, M3 et M4) ont été élaborés sur la base d hypothèses reflétant des tendances moyennes observées dans le passé. Ils se distinguent toutefois par l hypothèse de migration interprovinciale retenue. Chaque scénario propose une hypothèse distincte afin de refléter la volatilité de la composante. Les scénarios de croissance faible (L) et de croissance forte (H) rassemblent des hypothèses qui vont de pair avec une croissance tantôt plus faible, tantôt plus forte que dans les scénarios de croissance moyenne. Par exemple, des hypothèses comme celles de forte fécondité, de forte espérance de vie et de forte Il faut rappeler qu en ce qui concerne les composantes de l émigration, de l émigration de retour, des personnes temporairement à l étranger et des résidents non permanents, une seule hypothèse a été établie. Les divers scénarios de projection ne proposent donc pas de variations pour ces composantes. Au total, la combinaison de toutes les hypothèses permettrait de construire 108 scénarios différents. Les résultats de six de ces scénarios sont disponibles en annexe de cette publication. Toutefois, il est à noter que l analyse des résultats, présentée dans la section suivante, se limite essentiellement aux scénarios de croissance faible, moyenne et forte. Tableau 2.1 Hypothèses de fécondité, de mortalité, d immigration, d émigration, de résidents non permanents et de migrations interprovinciales Composantes Nombre Hypothèses d hypothèses Faible Moyenne Forte Fécondité 1 3 1,5 enfant par femme 1,7 enfant par femme 1,9 enfant par femme Espérance de vie en Hommes 3 82,3 ans 84,0 ans 85,4 ans Espérance de vie en Femmes 3 86,0 ans 87,3 ans 88,4 ans Taux d immigration 2,3 3 6,0 pour ,5 pour ,0 pour Taux d émigration 1 1,53 pour ,53 pour ,53 pour Taux d émigrants de retour 1 44,5 % 44,5 % 44,5 % Solde des personnes temporairement à l étranger 1 Moyenne (20 173) de la période à Moyenne (20 173) de la période à Moyenne (20 173) de la période à Résidents non permanents 1 Solde de (51 090) Solde de (51 090) Solde de (51 090) atteignant0en10ans atteignant 0 en 10 ans atteignant 0 en 10 ans Migration interprovinciale L indice synthétique de fécondité pour chacune des trois hypothèses sera atteint en cinq ans. 2. Au cours des trois premières années de projection, les hypothèses reposent sur les effectifs d immigrants tels qu établis par le Plan d immigration de Citoyenneté et Immigration Canada. 3. En ce qui concerne la migration interprovinciale, il n existe pas véritablement d hypothèse faible ou forte pour l ensemble des provinces et territoires. Les quatre hypothèses s appuient sur les tendances de différentes périodes, soit les périodes 1981 à 2008, 2006 à 2008, 1988 à 1996 et 2001 à En ce qui concerne la migration interprovinciale, il n existe pas véritablement d hypothèses faible ou forte pour l ensemble des provinces et territoires. Les quatre hypothèses s appuient sur les tendances de différentes périodes, soit les périodes 1981 è 2008, 2006 à 2008, 1988 à 1996 et 2001 à Statistique Canada n o X au catalogue 39

42 Enfin, pour la première fois, les résultats d un nouveau scénario court terme sont maintenant disponibles. L analyse est présentée dans une section distincte, soit à la section 4 et les résultats détaillés sont aussi présentés en annexe. À l exception de la mortalité, les hypothèses de ce scénario reflètent les comportements observés au cours d une seule année, soit l année la plus récente pour laquelle des données du programme des estimations démographiques de Statistique Canada sont disponibles. Afin de ne pas reproduire sur une longue période les comportements observés sur la base d une seule année, l horizon de projection pour ce scénario a été limité à cinq ans. Ce scénario court terme permet aux utilisateurs d envisager ce que pourrait devenir la population canadienne si persiste la conjoncture démographique très récente. Tableau 2.2 Tableau synoptique présentant les hypothèses sous-tendant les six scénarios sélectionnés Scénarios sélectionnés Fécondité Espérance de vie Immigration Migration interprovinciale L - Faible croissance Faible Faible Faible Tendances historiques (1981 à 2008) M1 - Croissance moyenne, tendances historiques (1981 à 2008) Moyenne Moyenne Moyenne Tendances historiques (1981 à 2008) M2 - Croissance moyenne, tendances 2006 à 2008 Moyenne Moyenne Moyenne Tendances 2006 à 2008 M3 - Croissance moyenne, tendances 1988 à 1996 Moyenne Moyenne Moyenne Tendances 1988 à 1996 M4 - Croissance moyenne, tendances 2001 à 2006 Moyenne Moyenne Moyenne Tendances 2001 à 2006 H - Forte croissance Forte Forte Forte Tendances historiques (1981 à 2008) 40 Statistique Canada n o X au catalogue

43 Section 3 Analyse des résultats des projections à long terme 3.1 Mise en garde Les projections démographiques produites par la Division de la démographie de Statistique Canada ne sont en aucun cas des prédictions. Elles doivent plutôt être comprises comme un exercice visant à entrevoir ce que pourrait devenir la population canadienne dans l avenir selon certains scénarios d évolution future. Pour cette raison, Statistique Canada publie toujours plusieurs scénarios et formule plusieurs hypothèses concernant les principales composantes de la croissance démographique. Les utilisateurs sont par conséquent invités à considérer plusieurs scénarios lorsqu ils analysent les résultats des projections. Il convient également de rappeler que les projections visent à entrevoir ce que pourrait être la population canadienne dans 25 ans, soit en Pour cette raison, les hypothèses formulées tiennent habituellement compte des tendances historiques observées et pas seulement des tendances les plus récentes. Les utilisateurs intéressés à mieux comprendre les conséquences des plus récents changements dans la démographie canadienne sont invités à consulter le nouveau scénario «court terme» qui fournit des résultats sur un horizon de 5 ans. Il faut également rappeler que l exactitude des projections produites dépend de plusieurs facteurs, notamment certains événements crises économiques, guerres, catastrophes naturelles par exemple qui sont difficiles à prévoir et peuvent avoir un effet sur la croissance et la composition de la population canadienne. Pour cette raison, Statistique Canada s assure de réviser régulièrement ses projections démographiques, ce qui permet de tenir compte du contexte dans lequel elles s inscrivent. 3.2 Croissance de la population du Canada de 2009 à 2061 La population canadienne a crû de façon importante au cours des dernières années, passant de 30,7 millions en 2000 à 33,7 millions en Au cours de cette période, la croissance démographique n a cessé d augmenter, passant de 9,4 pour mille en début de période à 12,4 pour mille en fin de période. Les résultats des divers scénarios de projections publiés ici montrent que cette croissance se prolongerait au cours des cinquante prochaines années. Toutefois, le rythme de cette croissance ralentirait progressivement dès le début de la période de projection. Cette décélération se prolongerait plus ou moins longtemps selon les scénarios, mais dans tous les cas, s estomperait en fin de période. Ainsi, selon le scénario de croissance moyenne 1, la population canadienne connaîtrait une hausse ininterrompue et augmenterait de 33,7 millions de personnes en 2009 à 43,8 millions en 2036, puis à 52,6 millions en 2061 (Graphique 3.1). Dans cette perspective, la population augmenterait selon un taux annuel moyen de 11,8 pour mille en début de période, et de 7,4 pour mille en (Graphique 3.2). Le taux de croissance annuel moyen pour la période 2009 à 2061 serait de 8,6 pour mille, soit untauxinférieuràcequiaétéobservéaucoursdela période allant de 1981 à 2009 (11,0 pour mille). 1. Afin d alléger le texte, lorsqu il est fait mention du scénario de croissance moyenne sans plus de précision, c est du scénario M1 qu il s agit, soit celui basé sur les tendances de migrations interprovinciales historiques. Statistique Canada n o X au catalogue 41

44 Graphique 3.1 Population observée (1971 à 2009) et projetée (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Selon le scénario de croissance forte, la population canadienne passerait de 33,7 millions en 2009 à 47,7 millions en 2036, puis à 63,8 millions en 2061, soit un quasi-doublement en 50 ans. Sous l effet d une immigration plus forte que dans le scénario de croissance moyenne, d une espérance de vie plus élevée mais surtout d une fécondité s approchant davantage du seuil de remplacement des générations, ce scénario montre une croissance non seulement continue mais dont le rythme demeure soutenu jusqu à la fin de la période de projection. De 12,6 pour mille en , le taux de croissance annuel moyen chuterait légèrement de manière à atteindre 11,9 pour mille en Le scénario de croissance faible, quant à lui, propose un portrait différent selon lequel le Canada connaîtrait aussi une croissance qui, bien que continue, ralentirait rapidement. Selon ce scénario, la population canadienne passerait de 40,1 millions en 2036 à 43,0 millions en Ainsi, la population croîtrait selon un rythme de 10,8 pour mille en pour diminuer à 2,6 pour mille en Dans l ensemble, les projections de l édition 2009 à 2036 présentent des résultats différents de la série de projections précédente (2005 à 2031) et révise à la hausse la croissance que le Canada pourrait être appelé à connaître. À titre d exemple, les résultats du scénario de croissance moyenne des projections actuelles, selon lequel la population canadienne atteindrait 50,7 millions en 2056, s apparentent au scénario de croissance forte des projections précédentes, qui projetait une population de 49,7 millions en Cela s explique par la formulation d hypothèses différentes dans les deux séries de projection, découlant de la prise en compte de l évolution récente de la démographie canadienne. Or les changements démographiques importants qui ont eu lieu entre la production des deux séries de projection, notamment des hausses de la fécondité et de l immigration, tendent généralement vers des hypothèses plus favorables à la croissance démographique. 3.3 Composantes de la croissance Peu importe le scénario, la population augmenterait mais à un rythme qui varierait au cours du temps. Déclinant dans la majeure partie de la période projetée, le taux de croissance atteindrait un plancher, puis se redresserait vers 2054 (Graphique 3.2). L analyse des différentes composantes de la croissance démographique permet de mieux comprendre les causes de ces évolutions. 42 Statistique Canada n o X au catalogue

45 Graphique 3.2 Taux de croissance annuels observés ( à ) et projetés ( à ) selon trois scénarios, Canada pour mille Observé Projeté 6 4 Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) 2 Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie Accroissement naturel L évolution de l accroissement naturel, résultante du solde des naissances et des décès, s explique par l intensité de la fécondité et de la mortalité, mais aussi par la structure par âge de la population canadienne et son évolution au cours du temps. En ce qui a trait aux décès, tous les scénarios montrent une hausse relativement constante qui ralentirait en fin de période. Selon le scénario de croissance moyenne, le nombre de décès doublerait au cours de la période : il passerait de en , à en , à à son point culminant en , puis à en (Graphique 3.3). Le nombre de décès irait de pair avec l accroissement de la population ainsi que son vieillissement; il connaîtrait une accélération notable à mesure que l importante génération des baby-boomers arrivera aux âges avancés, associés à une forte mortalité. Éventuellement, la hausse du nombre de décès ralentirait, et la tendance s infléchirait même à la baisse, marquant la fin graduelle du passage des membres de la génération des baby-boomers aux âges de forte mortalité. En 2061, la génération des baby-boomers aura pratiquement disparue de la population canadienne, les plus jeunes d entre eux, nés en 1965, ayant alors 96 ans. Il s agit d une transition digne de mention; tout au long de leur vie, les baby-boomers auront grandement influé sur le paysage démographique du pays de par leur nombre. Par ailleurs, à intensité de fécondité constante, le nombre de naissances projeté dépend des variations des effectifs de femmes en âge de procréer. L augmentation de ces effectifs en début de période explique une partie de la hausse des naissances observée dès le départ des projections dans les scénarios de croissance moyenne et forte. Plus tard, le nombre de naissances tend à être brièvement plus stable, avant de recommencer à croître jusqu à la fin de la période projetée. Il importe cependant de ne pas négliger l impact d une autre composante, l immigration, sur l évolution du nombre de naissances. Parce qu une grande partie des immigrants sont en âge d avoir des enfants, une forte immigration a un effet positif sur le nombre de naissances. Statistique Canada n o X au catalogue 43

46 Graphique 3.3 Naissances et décès projetés ( à ) selon trois scénarios, Canada Naissances - Scénario de croissance faible 200 Décès - Scénario de croissance faible Naissances - Scénario de croissance moyenne (M1) 100 Décès - Scénario de croissance moyenne (M1) Naissances - Scénario de croissance forte Décès - Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Selon le scénario de croissance moyenne, le nombre de naissances, de en , passerait à en Il demeurerait ensuite stable jusqu en , puis afficherait une hausse régulière pour atteindre en Dans le scénario de croissance moyenne, le nombre de décès se rapprocherait du nombre de naissances en fin de période sans jamais le dépasser toutefois. L accroissement naturel demeurerait donc positif tout au long de la période projetée. Il serait en légère hausse en début de période puis chuterait substantiellement pour ensuite remonter en fin de période (Graphique 3.4). Par ailleurs, le portrait serait sensiblement le même dans le scénario de croissance forte. Seulement dans le scénario de croissance faible verrait-on l accroissement naturel devenir négatif, un phénomène qui se produirait dès Accroissement migratoire Jusqu à tout récemment, l accroissement naturel était la principale composante de la croissance de la population totale au pays. Cependant, depuis le milieu des années 1990, sous l effet conjugué de la faible fécondité, du vieillissement de la population et d une hausse du nombre d immigrants, la composante migratoire est devenue la principale source de la croissance de la population canadienne. En termes d effectifs, l accroissement migratoire augmenterait approximativement au même rythme que la population canadienne, ce qui reflète les taux fixes utilisés dans les diverses hypothèses des composantes de migration internationale. Par exemple, selon le scénario moyen, le nombre d immigrants serait de en , de en et atteindrait en Dans les scénarios de croissance faible et moyenne, la diminution de l accroissement naturel au cours de la quasi-totalité de la période projetée, soit de à dans le cas du scénario de croissance faible et de à dans le cas du scénario de croissance moyenne (Graphique 3.4), ferait en sorte que la croissance de la population canadienne proviendrait de plus en plus de l accroissement migratoire et de moins en moins de l accroissement naturel. Dans le cas du scénario de croissance faible, seul l accroissement migratoire contribuerait à la croissance démographique du pays, et ce dès Statistique Canada n o X au catalogue

47 Graphique 3.4 Croissance démographique projetée de la population canadienne selon l accroissement naturel et l accroissement migratoire, de à Scénario de croissance moyenne (M1) Accroissement migratoire Accroissement naturel Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Dans le scénario de croissance forte, l accroissement naturel serait en hausse en début de période jusqu en , et de à la fin de la période projetée. Toutefois, la part de l accroissement migratoire dans la croissance totale du pays augmenterait tout de même, surtout dans la première moitié de la période, passant de 60,6 % en à 71,7 % en et 72,1 % en Ainsi, selon tous les scénarios de projection, l accroissement migratoire continuerait à prendre une place de plus en plus importante dans le futur en ce qui concerne la croissance démographique. 3.4 Structure par âge de la population canadienne La population canadienne continuera à vieillir au cours des prochaines décennies selon tous les scénarios de projection. Ce processus, déjà observé depuis longtemps, est inscrit dans la structure par âge actuelle de la population et s accélérera au cours des prochaines années. Alors que les générations qui ont suivi le baby-boom sont moins nombreuses en raison d une fécondité sous le seuil de renouvellement des générations, toutes les générations jouissent d une espérance de vie en constante augmentation. En conséquence, le processus de vieillissement s accentuerait entre 2010 et 2031, période au cours de laquelle les membres de la génération du baby-boom atteindront l âge de 65 ans. Par la suite, le vieillissement se poursuivrait, mais à un rythme moins rapide. L intensité du vieillissement de la population varie selon les scénarios de projection retenus Évolution de la pyramide des âges La pyramide des âges, qui représente sous forme graphique la structure par âge et sexe d une population, permet d apprécier les changements que la population canadienne est appelée à connaître à ce chapitre. Ainsi, la pyramide des âges de l année 2009 (Graphique 3.5) met en lumière le poids démographique important de la génération du baby-boom dont les membres sont âgés de 43 à 63 ans. Les générations nées après celles du baby-boom sont quant à elles moins nombreuses, sous l effet notamment de la faible fécondité observée lors des dernières décennies. Le rétrécissement relativement constant de la base de la pyramide illustre bien ce phénomène. Statistique Canada n o X au catalogue 45

48 Graphique 3.5 Pyramides des âges (en nombre) de la population canadienne, 2009, 2036 et 2061 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Selon le scénario de croissance moyenne, la base de la pyramide de 2036 devrait être plus large qu elle ne l était en 2009 et s élargirait encore davantage jusqu en La hausse du nombre des naissances, responsable de cet élargissement, reflète principalement deux facteurs : la hausse de la fécondité observée depuis 2002 et l augmentation du nombre de femmes en âge de procréer, sous l effet d une croissance démographique positive et un apport accru d immigrants. L élargissement de la pyramide serait toutefois perceptible à tous les âges et plus particulièrement aux âges avancés. En 2036, et davantage encore en 2061, les effectifs de personnes âgées de 65 ans ou plus seraient plus importants qu en 2009 et le sommet de la pyramide présenterait un profil moins effilé. La mortalité se concentrerait alors à des âges très avancés et, comparativement à 2009, serait répartie sur une fourchette d âge beaucoup plus étroite (Graphique 3.6). L augmentation de l âge modal au décès, qui passerait de 84 ans en à 88 ans en puis à 91 ans en selon le scénario de croissance moyenne, illustre clairement ce phénomène. 46 Statistique Canada n o X au catalogue

49 Graphique 3.6 Pyramides des décès (en valeur relative) de la population canadienne, , et (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie Répartition de la population selon les groupes d âge Les jeunes Le nombre d enfants (0 à 14 ans) atteignait 5,6 millions en 2009 en légère hausse par rapport à Il s agissait de la première hausse du nombre d enfants depuis Selon les scénarios de croissance moyenne et forte, le nombre d enfants croîtrait à chaque année. Dans le scénario de croissance faible, le nombre d enfants augmenterait jusqu en 2022 (augmentation de ), diminuerait ensuite jusqu en 2041 (diminution de ), puis augmenterait de nouveau jusqu à l horizon de la projection en 2061 (augmentation de ). D après les scénarios, le nombre d enfants se situerait entre 5,7 et 8,2 millions en 2036 et entre 5,9 et 11,1 millions en Selon le scénario de croissance moyenne, le nombre d enfants atteindrait 6,9 millions en 2036 puis 8,2 millions en 2061 (Graphique 3.7). Les aînés Le Canada comptait, en 2009, 4,7 millions de personnes âgées de 65 ans ou plus, soit un nombre deux fois plus élevé que celui observé en Selon tous les scénarios de projection, la croissance de ce groupe s accélérerait dans les prochaines années. D ici 2036, le nombre de personnes âgées ferait plus que doubler, variant entre 9,9 et 10,9 millions selon le scénario. En 2061, ce nombre oscillerait entre 11,9 et 15,0 millions. En 2009, le Canada comptait 120 enfants pour cent aînés, une valeur qui a diminué de moitié depuis Tous les scénarios de croissance retenus indiquent que cette diminution se poursuivrait dans les prochaines années et que le nombre de personnes âgées surpasserait celui des enfants dans un avenir rapproché. Ce renversement se produirait en 2015 selon le scénario de croissance faible et six ans plus tard selon le scénario de croissance forte. Il s agirait de la première fois dans l histoire de la population canadienne que le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus surpasserait celui des enfants de moins de 15 ans. En fait, le rapport enfants personnes âgées décroîtrait constamment et se situerait entre 58 et 75 enfants pour cent personnes âgées en 2036 et entre 50 et 74 en 2061 (Graphique 3.8). Statistique Canada n o X au catalogue 47

50 Graphique 3.7 Population selon le groupe d âge, observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2061), selon trois scénarios, Canada Observé Projeté à 64 ans ans ou plus à 14 ans Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.8 Rapport du nombre d enfants âgés de 0 à 14 ans aux personnes âgées de 65 ans ou plus, observé (1981 à 2009) et projeté (2010 à 2061), selon trois scénarios, Canada rapport 2,5 2,0 Observé Projeté 1,5 1,0 0,5 Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance forte 0, Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 48 Statistique Canada n o X au catalogue

51 La population en âge de travailler L évolution des effectifs du groupe des 15 à 64 ans, lequel englobe la plus grande partie de la population active, est d intérêt vu son impact sur le niveau de main-d oeuvre disponible au pays 2. En 2009, cette population représentait environ 69 % de la population canadienne, une proportion en hausse depuis 1995 et qui est parmi les plus élevées des pays industrialisés. En effet, cette proportion est de 68 % en Australie, 67 % aux États-Unis, 66 % en France et au Royaume-Uni, 64 % au Japon et 65 % dans le monde dans son ensemble. Selon tous les scénarios de croissance retenus, la proportion de la population en âge de travailler est toutefois appelée à connaître une diminution tout au long de la période de projection. Particulièrement rapide du début de la projection jusqu en 2030, année où s achèverait le passage des membres de la génération du baby-boom vers le groupe d âge des 65 ans ou plus, elle serait plus modérée par la suite. 2. C est d évidence une simplification que d équivaloir le grand groupe d âge ans à la population en âge de travailler, notamment parce que certaines personnes âgées de 65 ans ou plus occupent un emploi. Ainsi, la proportion de la population des 15 à 64 ans diminuerait pour atteindre environ 60 % en Elle demeurerait relativement stable autour de ce niveau par la suite (Graphique 3.9). Le volume de la population en âge de travailler dépasserait néanmoins, en 2061, le niveau de 2009, et ce, selon tous les scénarios de projection (Graphique 3.7). En effet, en nombres absolus, les effectifs de personnes en âge de travailler augmenteraient au cours de la période projetée, bien qu à un rythme fort variable, se voyant même décroître par moments dans le scénario de croissance faible (Graphique 3.10). Le faible écart observé entre les niveaux de croissance des trois scénarios présentés au cours des trois premières années de projection dans le graphique 3.10 s explique par l utilisation d effectifs d immigrants constants (provenant de la fourchette cible du Plan d immigration de CIC) et variant assez peu d un scénario à l autre. À partir de , les taux d immigration suggèrent des écarts plus importants entre les scénarios. Graphique 3.9 Proportion de la population selon le groupe d âge, observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2061), selon trois scénarios, Canada pourcentage Observé Projeté 15 à 64 ans ans ou plus à 14 ans Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 49

52 Graphique 3.10 Croissance annuelle de la population âgée de 15 à 64 ans, observée ( à ) et projetée ( à ), selon trois scénarios, Canada Observé Projeté Scénario de croissance faible 0 Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. La population âgée de 15 à 64 ans a été en progression constante durant tout le 20e siècle et se chiffrait, en 2009, à 23,4 millions de personnes. Selon le scénario de croissance moyenne, elle atteindrait 26,5 millions en 2036 et 31,0 millions en Dans le scénario de faible croissance, la population âgée de 15 à 64 ans atteindrait 24,5 millions en 2036 et de là n augmenterait que modestement pour atteindre 25,2 millions en Enfin dans le scénario de forte croissance, la population en âge de travailler se chiffrerait à 28,7 millions en 2036 et à 37,6 millions en Rapport de dépendance démographique En 2009, le rapport de dépendance démographique, qui indique le nombre de personnes de 14 ans ou moins et de 65 ans ou plus pour 100 personnes en âge de travailler (15 à 64 ans) était de 44. On comptait alors 24 jeunes de 14 ans ou moins et 20 personnes de 65 ans ou plus pour 100 personnes en âge de travailler. Selon tous les scénarios de croissance élaborés, le rapport de dépendance augmenterait rapidement jusqu en 2030 en raison de l arrivée à 65 ans des membres de la génération du baby-boom et du faible volume des cohortes appelées à les remplacer (Graphique 3.11). Selon les scénarios, le rapport de dépendance démographique atteindrait environ 65 en 2036 et environ 70 en Selon le scénario de croissance moyenne, les personnes de 14 ans ou moins et celles âgées de 65 ans ou plus seraient réparties en parts égales en 2017, puis les personnes âgées prendraient le dessus. En 2036, on compterait 39 personnes âgées et 26 jeunes pour cent personnes en âge de travailler. 50 Statistique Canada n o X au catalogue

53 Graphique 3.11 Rapport de dépendance démographique observé (1981 à 2009) et projeté (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada rapport 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 Observé Projeté 0,3 0,2 Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) 0,1 Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie Vieillissement de la population Le Canada est une société vieillissante depuis déjà un certain temps. Indicatrice de ce phénomène, la proportion de personnes âgées (65 ans ou plus) au sein de la population n a cessé d augmenter depuis 1960, passant de 8 % à cette époque à 14 % en Selon tous les scénarios de projection retenus, cette augmentation se poursuivrait dans les prochaines années. La proportion des personnes âgées de 65 ans ou plus se situerait entre 23 % et 25 % en 2036 et entre 24 % et 28 % en Dans le scénario de croissance moyenne, la proportion des 65 ans ou plus atteindrait 24 % en 2036 (Graphique 3.9) et 25 % en L augmentation de la proportion des personnes âgées serait particulièrement rapide dans les 25 prochaines années et serait due, au cours de cette période du moins, et comme en témoigne les pyramides d âge en valeur relative (Graphique 3.12), davantage à l augmentation des effectifs des 65 ans ou plus qu à des changements observés dans les groupes des 0 à 14 ans ou des 15 à 64 ans. À l opposé, les 25 années suivantes, soit de 2036 à 2061, seraient le théâtre de changements beaucoup plus modestes (Graphique 3.13). Statistique Canada n o X au catalogue 51

54 Graphique 3.12 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population canadienne, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Un autre indicateur du vieillissement de la population canadienne est l augmentation de l âge médian. L âge médian a augmenté de 10 ans entre 1981 et 2009, passant de 30 à 40 ans. Les trois scénarios de projection retenus indiquent que l âge médian continuerait à croître au moins jusqu en Par la suite, l âge médian continuerait de croître légèrement dans le scénario de croissance faible, se mettrait à diminuer légèrement dans le scénario de croissance forte et tendrait à demeurer stable dans le scénario de croissance moyenne. À partir de 2040, la relative stabilité de l âge médian est liée en grande partie à la disparition progressive de la génération des baby-boomers et donc à l émergence progressive d un profil par âge plus régulier. Selon les scénarios, l âge médian varierait entre 42 et 45 ans en 2036 et entre 42 et 47 ans en Selon le scénario de croissance moyenne, l âge médian serait stable autour de 44 ans durant la période de 2036 à 2061 (Graphique 3.14). 52 Statistique Canada n o X au catalogue

55 Graphique 3.13 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population canadienne, 2036 et 2061 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.14 Âge médian observé (1981 à 2009) et projeté (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada âge médian Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 53

56 3.4.4 Vieillissement aux grands âges et centenaires En 2009, la population canadienne comptait 1,3 million de personnes très âgées (80 ans ou plus), soit un nombre deux fois plus élevé que celui observé en Dans tous les scénarios de projection, le nombre de personnes très âgées continuerait d augmenter rapidement dans les prochaines années. Selon le scénario de croissance moyenne, la population de 80 ans ou plus serait multipliée par 2,6 d ici 2036 pour atteindre environ 3,3 millions d individus, et par 3,9 d ici 2061 pour atteindre plus de 5,1 millions de personnes (Graphique 3.15). Ces hausses importantes résultent en grande partie du passage de la génération du baby-boom à ces âges et, dans une moindre mesure, à l augmentation progressive de l espérance de vie. De même, l évolution de la proportion que représentent les personnes de 80 ans ou plus au sein de la population de 65 ans ou plus varie de pair avec le passage des baby-boomers aux âges de ans en début de période, 80 ans ou plus en milieu de période et enfin, à leur disparition progressive en fin de période de projection (Graphique 3.16). Selon le scénario de croissance moyenne, la proportion des personnes âgées de 80 ans ou plus parmi les 65 ans ou plus représenterait environ une personne sur trois en 2036 et un peu moins de deux personnes sur cinq en Le rapport de masculinité de la population très âgée correspond au nombre d hommes de 80 ans ou plus pour cent femmes du même âge. Ce rapport est de loin inférieur à 100 depuis plusieurs décennies en raison d une mortalité masculine plus forte à tous les âges. En 2009, il était de 58 hommes de 80 ans ou plus pour cent femmes. Selon tous les scénarios de croissance élaborés, ce rapport augmenterait et oscillerait entre 72 et 75 hommes pour cent femmes en 2036 et entre 75 et 80 hommes pour cent femmes en 2061 (Graphique 3.17). La hausse du rapport s expliquerait principalement par la réduction de l écart de mortalité entre les sexes. Le nombre de personnes atteignant de très grands âges est aussi appelé à augmenter selon les scénarios de projection. D environ en 2009, le nombre de centenaires vivant au Canada pourrait au minimum presque tripler et, au maximum, presque quadrupler d ici 2036 selon le scénario retenu. En 2061, leur nombre oscillerait entre et selon le scénario. Graphique 3.15 Population des 80 ans ou plus observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 54 Statistique Canada n o X au catalogue

57 Graphique 3.16 Proportion des 80 ans ou plus parmi les 65 ans ou plus, observé (1981 à 2009) et projeté (2010 à 2061) selon trois scénarios, Canada pourcentage Observé Projeté 15 Scénario de croissance faible 10 Scénario de croissance moyenne (M1) 5 Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.17 Rapport de masculinité de la population âgée de 80 ans ou plus observé (2009) et projeté (2036 et 2061) selon trois scénarios, Canada rapport (pour 100) Observé Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 55

58 3.5 Croissance de la population des provinces et des territoires de 2009 à 2036 Les projections de population à l échelon des provinces et des territoires sont sujettes à un élément de variation supplémentaire par rapport aux projections pour l ensemble du pays, soit la migration interprovinciale. D ailleurs, dans certaines provinces, la migration interprovinciale est la composante qui a le plus d effet sur la croissance démographique récente (Dion et Coulombe, 2008). Les résultats des projections montrent que les scénarios les plus favorables et les plus défavorables à la croissance démographique de chacune des provinces et des territoires spécifiques ne sont pas toujours les scénarios de forte et de faible croissance (scénarios L et H), mais parfois des scénarios de croissance moyenne affichant une migration interprovinciale particulièrement favorable ou défavorable. Cette situation témoigne de l importance de la migration interprovinciale dans l évolution démographique de certaines provinces. Selon les scénarios retenus pour les présentes projections, seule Terre-Neuve-et-Labrador pourrait présenter en 2036 une population inférieure à celle estimée en 2009, et ce, uniquement dans certains scénarios (Tableau 3.1). La province verrait sa population décroître dans trois des six scénarios, soit dans celui de croissance faible ainsi que dans les scénarios de croissance moyenne M2 et M4. Pour ce qui est des provinces autres que Terre-Neuve-et-Labrador et des territoires, la population projetée en 2036 serait dans tous les cas supérieure à la population estimée en Néanmoins, le rythme de croissance projeté diffère grandement d une province à l autre et, pour une même province, d un scénario à l autre (Tableau 3.2). L Ontario et la Colombie-Britannique afficheraient une croissance annuelle moyenne supérieure à la croissance de la population canadienne dans son ensemble, et ce, dans chacun des six scénarios. À l opposé, tous les scénarios suggèrent une croissance annuelle moyenne inférieure à celle du Canada au Québec, dans les provinces de l Atlantique ainsi qu au Nunavut. Pour le reste, le portrait est plus varié. La croissance annuelle moyenne projetée est supérieure à la moyenne nationale dans un seul des six scénarios de croissance en Saskatchewan, au Manitoba et dans les Territoires du Nord-Ouest, dans deux des six scénarios au Yukon et dans cinq des six scénarios en Alberta. Tableau 3.1 Population observée (2009) et projetée (2036) selon six scénarios, Canada, provinces et territoires 2009 Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario (2036) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Canada , , , , , , ,0 Terre-Neuve-et-Labrador 508,9 483,4 513,7 488,7 536,4 485,1 544,5 Île-du-Prince-Édouard 141,0 160,9 174,3 153,7 179,0 164,7 188,1 Nouvelle-Écosse 938,2 987, ,6 952, ,8 980, ,5 Nouveau-Brunswick 749,5 772,3 822,2 759,8 847,9 765,3 873,5 Québec 7 828, , , , , , ,0 Ontario , , , , , , ,0 Manitoba 1 222, , , , , , ,7 Saskatchewan 1 030, , , , , , ,2 Alberta 3 687, , , , , , ,2 Colombie-Britannique 4 455, , , , , , ,6 Yukon 33,7 36,0 38,8 43,9 44,5 40,1 41,8 Territoires du Nord-Ouest 43,4 48,6 52,7 52,8 58,4 52,6 56,9 Nunavut 32,2 36,3 40,0 40,0 40,6 41,5 44,2 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 56 Statistique Canada n o X au catalogue

59 Tableau 3.2 Taux de croissance annuels moyens projetés (2009 à 2036) selon six scénarios, Canada, provinces et territoires Scénario Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte pour mille Canada 6,5 9,7 9,7 9,7 9,7 12,9 Terre-Neuve-et-Labrador -1,9 0,3-1,5 2,0-1,8 2,5 Île-du-Prince-Édouard 4,9 7,9 3,2 8,9 5,8 10,7 Nouvelle-Écosse 1,9 4,3 0,6 5,2 1,6 6,7 Nouveau-Brunswick 1,1 3,4 0,5 4,6 0,8 5,7 Québec 3,4 6,3 5,7 6,5 6,7 9,1 Ontario 7,8 11,4 10,2 10,3 10,8 14,8 Manitoba 6,0 9,6 8,9 8,3 8,1 13,1 Saskatchewan 3,1 5,9 10,9 3,6 3,7 8,6 Alberta 7,9 11,1 15,6 9,2 16,4 14,1 Colombie-Britannique 9,7 13,2 14,1 17,4 11,8 16,6 Yukon 2,5 5,3 9,9 10,4 6,5 8,0 Territoires du Nord-Ouest 4,2 7,2 7,2 11,0 7,1 10,0 Nunavut 4,5 8,1 8,0 8,7 9,5 11,8 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Tableau 3.3 Poids démographique des provinces et territoires observé (2009) et projeté (2036) selon six scénarios 2009 Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario (2036) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte pourcentage Canada 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Terre-Neuve-et-Labrador 1,5 1,2 1,2 1,1 1,2 1,1 1,1 Île-du-Prince-Édouard 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 Nouvelle-Écosse 2,8 2,5 2,4 2,2 2,5 2,2 2,4 Nouveau-Brunswick 2,2 1,9 1,9 1,7 1,9 1,7 1,8 Québec 23,2 21,4 21,2 20,8 21,3 21,4 21,0 Ontario 38,7 40,2 40,5 39,2 39,3 39,8 40,8 Manitoba 3,6 3,6 3,6 3,5 3,5 3,5 3,6 Saskatchewan 3,1 2,8 2,8 3,1 2,6 2,6 2,7 Alberta 10,9 11,4 11,3 12,8 10,8 13,0 11,3 Colombie-Britannique 13,2 14,4 14,5 14,8 16,2 14,0 14,6 Yukon 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 Territoires du Nord-Ouest 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 Nunavut 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Selon ces scénarios, le poids démographique des provinces au sein du Canada est appelé à évoluer d ici 2036 (Tableau 3.3). La population de l Ontario atteindrait entre 16,1 et 19,4 millions d habitants en 2036, ce qui représenterait environ 40 % de la population canadienne, une hausse par rapport à 2009 (38,7 %). La Colombie-Britannique, dont la population est d environ 4,5 millions d habitants en 2009, verrait son poids démographique passer à plus de 14,0 % de la population canadienne et pourrait même atteindre 16,2 % (7,1 millions) selon le scénario qui lui est le plus favorable. Quant à l Alberta, selon les différents scénarios, sa population varierait entre 4,6 et 5,7 millions d habitants, soit de 10,8 % à 13,0 % de la population canadienne. Le Québec, qui compterait entre 8,6 et 10,0 millions d habitants en 2036, verrait son poids démographique passer de 23,2 % en 2009 à 21,4 % en 2036 dans le meilleur des cas, ce qui ne l empêcherait pas de demeurer la deuxième province en importance Statistique Canada n o X au catalogue 57

60 au pays. Entre 2,4 et 2,7 millions de personnes, soit de 5,4 % à 6,0 % de la population canadienne, vivraient dans l une des provinces de l Atlantique en 2036, comparativement à 2,3 millions, ou 6,9 % de la population, en Au Manitoba, la population pourrait atteindre entre 1,4 et 1,7 million de personnes, et son poids démographique ne devrait évoluer qu assez peu au cours de la période projetée. Enfin, la Saskatchewan devrait compter entre 1,1 et 1,4 million d habitants en 2036 selon le scénario observé et verrait, au mieux, son poids démographique rester le même. 3.6 Structure par âge de la population des provinces et des territoires La structure par âge à l échelle nationale masque des différences provinciales et territoriales importantes. Ces différences sont engendrées par des écarts observés entre les provinces et les territoires en ce qui a trait à la fécondité et à l immigration, mais aussi aux migrations interprovinciales. Le tableau 3.4 présente l âge médian des provinces et territoires selon les six scénarios. Globalement, peu importe le scénario choisi, ce sont les provinces de l Atlantique qui auraient les populations les plus âgées au pays en Terre-Neuve-et-Labrador avait la population la plus âgée au Canada en 2009, et selon tous les scénarios, elle conserverait ce rang en Ces résultats reflètent en grande partie la fécondité plus faible observée dans ces provinces et en particulier à Terre-Neuve-et-Labrador. Cela dit, l impact d autres composantes telles que l immigration et les migrations interprovinciales n est pas à négliger. Pour preuve, l âge médian projeté varie beaucoup entre les divers scénarios moyens, lesquels, faut-il le rappeler, ne diffèrent que par cette dernière composante. En effet, contrairement à ce que l on peut observer dans les autres provinces et territoires, c est une variante du scénario moyen qui engendre l âge médian le plus élevé, et non le scénario de croissance faible qui pourtant correspond à une fécondité et à une immigration plus faibles (scénario M4 à Terre-Neuve-et-Labrador et au Nouveau-Brunswick, scénario M2 à l Île-du-Prince-Édouard et scénarios M2 et M4 en Nouvelle-Écosse). À l opposé, c est au Nunavut et aux Territoires du Nord-Ouest que les populations projetées seraient les plus jeunes, et ce, selon tous les scénarios. Ces deux territoires se démarquent avec une fécondité relativement élevée par comparaison aux autres provinces et territoires et cela engendre un âge médian relativement plus jeune qu ailleurs. Tableau 3.4 Âge médian observé (2009) et projeté (2036) selon six scénarios, Canada, provinces et territoires 2009 Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario (2036) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte années Canada 39,5 44,9 43,6 43,6 43,6 43,6 42,3 Terre-Neuve-et-Labrador 42,9 50,7 49,8 50,0 49,5 50,8 48,9 Île-du-Prince-Édouard 41,7 47,3 46,1 47,8 46,0 45,7 44,9 Nouvelle-Écosse 42,6 48,3 47,3 48,5 47,1 48,4 46,3 Nouveau-Brunswick 42,4 49,1 48,1 49,1 47,8 49,3 47,0 Québec 41,1 45,9 44,7 45,1 44,7 44,7 43,4 Ontario 39,2 44,6 43,2 43,5 43,4 43,3 42,0 Manitoba 37,7 42,5 40,9 40,6 41,3 40,9 39,3 Saskatchewan 37,7 44,1 42,6 41,7 43,6 43,2 41,1 Alberta 35,6 42,8 41,4 40,5 41,9 40,4 40,0 Colombie-Britannique 40,7 45,4 44,1 44,0 43,1 44,6 43,0 Yukon 39,0 43,0 41,7 45,0 38,8 44,8 40,4 Territoires du Nord-Ouest 31,5 39,9 38,2 36,5 38,2 36,5 36,6 Nunavut 24,2 27,1 25,3 26,7 24,2 25,7 23,5 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 58 Statistique Canada n o X au catalogue

61 Les provinces de l Ontario, du Manitoba et de l Alberta, afficheraient quant à elles un âge médian inférieur à la médiane canadienne, et ce, peu importe le scénario retenu. Ailleurs, le portrait serait plus variable. Par exemple, l âge médian projeté n est supérieur à celui du Canada que selon un seul scénario en Saskatchewan et, au contraire, pour la totalité des scénarios sauf un seul en Colombie-Britannique (dans les deux cas le scénario M3). Avec un âge médian de 35,6 ans, l Alberta était en 2009 la province la plus jeune au pays, si l on fait exception de la situation particulière des Territoires du Nord-Ouest (31,5 ans) et du Nunavut (24,2 ans). Toutefois, en 2036, l âge médian du Manitoba serait inférieur à celui de l Alberta dans quatre des six scénarios. L écart entre l âge médian de la province la plus jeune et de la plus âgée, qui était de 7,2 ans en 2009, varierait entre 8,2 ans (scénarios L et M3) et 10,4 ans (scénario M4) en C est toujours au scénario de croissance forte qu est associé l âge médian le plus jeune, et ce, dans toutes les provinces et tous les territoires. La proportion de personnes âgées de 65 ans ou plus serait nettement à la hausse par rapport à sa valeur observée en 2009, et ce, dans tous les scénarios de chacune des provinces et territoires (Tableau 3.5). Les provinces de l Atlantique et le Québec afficheraient, dans chacun des scénarios présentés, une proportion de 65 ans ou plus projetée en 2036 supérieure à celle de l ensemble du pays. À l inverse, cette proportion serait inférieure à la moyenne canadienne en Ontario, au Manitoba, en Alberta, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Au Yukon, la proportion de 65 ans ou plus projetée en 2036 serait supérieure à la moyenne nationale uniquement pour le scénario M4, ce qui serait également le cas en Saskatchewan dans les scénarios M3 et M4 et en Colombie-Britannique dans les scénarios L, M1 et M4. Dans l ensemble, les disparités observées entre les provinces en 2009 auraient tendance à perdurer à l avenir, à quelques exceptions près. L exemple le plus probant est certainement Terre-Neuve-et-Labrador, qui affichait une proportion de personnes âgées de 65 ans ou plus près de la moyenne canadienne en 2009 (14,8 % comparativement à 13,9 %), et qui présenterait systématiquement la proportion de personnes âgées de 65 ans ou plus la plus élevée au pays en 2036 (selon tous les scénarios). Les graphiques 3.18 à 3.43 présentent la population et la structure par âge pour chacune des provinces et territoires. Tableau 3.5 Proportion de 65 ans ou plus observée (2009) et projetée (2036) selon six scénarios, Canada, provinces et territoires 2009 Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario (2036) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte pourcentage Canada 13,9 24,6 23,7 23,7 23,7 23,7 22,8 Terre-Neuve-et-Labrador 14,8 31,4 31,1 31,6 30,6 32,1 30,6 Île-du-Prince-Édouard 15,3 28,2 27,3 29,6 27,3 27,4 26,5 Nouvelle-Écosse 15,8 29,1 28,6 30,0 28,5 29,8 28,0 Nouveau-Brunswick 15,5 29,9 29,4 30,7 29,1 30,7 28,8 Québec 14,9 26,0 25,1 25,8 25,1 25,3 24,2 Ontario 13,7 24,1 23,1 23,5 23,4 23,2 22,2 Manitoba 13,8 22,5 21,4 21,4 22,0 21,5 20,4 Saskatchewan 14,7 24,0 23,3 22,0 24,5 23,9 22,5 Alberta 10,4 21,8 21,0 19,1 21,6 19,6 20,2 Colombie-Britannique 14,7 24,8 23,8 23,6 22,3 24,5 22,8 Yukon 8,0 20,6 19,9 22,8 16,5 24,9 19,2 Territoires du Nord-Ouest 5,2 20,9 20,1 18,3 19,9 18,7 19,4 Nunavut 3,0 11,4 10,7 8,9 10,2 11,1 10,1 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 59

62 Graphique 3.18 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Terre-Neuve-et-Labrador Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.19 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de Terre-Neuve-et-Labrador, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 60 Statistique Canada n o X au catalogue

63 Graphique 3.20 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Île-du-Prince-Édouard Observé Projeté 140 Scénario de croissance faible 130 Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) 120 Scénario de croissance moyenne (M3) 110 Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.21 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de l Île-du-Prince-Édouard, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 61

64 Graphique 3.22 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Nouvelle-Écosse Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.23 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de la Nouvelle-Écosse, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 62 Statistique Canada n o X au catalogue

65 Graphique 3.24 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Nouveau-Brunswick Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.25 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Nouveau-Brunswick, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 63

66 Graphique 3.26 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Québec Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.27 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Québec, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 64 Statistique Canada n o X au catalogue

67 Graphique 3.28 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Ontario Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.29 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de l Ontario, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 65

68 Graphique 3.30 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Manitoba Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.31 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Manitoba, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 66 Statistique Canada n o X au catalogue

69 Graphique 3.32 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Saskatchewan Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.33 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de la Saskatchewan, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 67

70 Graphique 3.34 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Alberta Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.35 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de l Alberta, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 68 Statistique Canada n o X au catalogue

71 Graphique 3.36 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Colombie-Britannique Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.37 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population de la Colombie-Britannique, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 69

72 Graphique 3.38 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Yukon Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.39 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Yukon, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 70 Statistique Canada n o X au catalogue

73 Graphique 3.40 Population observée (1981 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Territoires du Nord-Ouest Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.41 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population des Territoires du Nord-Ouest, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 71

74 Graphique 3.42 Population observée (1991 à 2009) et projetée (2010 à 2036) selon six scénarios, Nunavut Observé Projeté Scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M2) Scénario de croissance moyenne (M3) Scénario de croissance moyenne (M4) Scénario de croissance forte Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 3.43 Pyramides des âges (en valeur relative) de la population du Nunavut, 2009 et 2036 (scénario M1) Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 72 Statistique Canada n o X au catalogue

75 3.7 Sensibilité des résultats aux hypothèses de projection Les résultats pour le Canada des scénarios de croissance faible, moyenne et forte présentés précédemment résultent de l effet combiné d hypothèses relatives tant à l immigration qu à la fécondité et à l espérance de vie. En plus de refléter l incertitude liée à toute projection démographique, ces scénarios permettent de considérer un vaste ensemble de possibilités quant à l évolution future de la population. Il devient toutefois difficile de déterminer l effet spécifique de chacune des composantes sur lastructureetlevolumedelapopulationenfinde projection. Afin d analyser la sensibilité des résultats aux hypothèses de projection et de mieux comprendre l impact de chacune des composantes, six scénarios analytiques ont été créés à partir du scénario de croissance moyenne M1, dans lesquels une seule hypothèse a été modifiée. Les scénarios 1 et 2 visent à examiner l impact de la fécondité. Le scénario 1 est identique au scénario M1 sauf qu il utilise l hypothèse de fécondité faible, soit celle utilisée dans le scénario de faible croissance. Le scénario 2 fait de même en Graphique 3.44 Population observée (2009) et projetée (2010 à 2061) selon sept scénarios, Canada adoptant cette fois-ci l hypothèse de forte fécondité, soit celle utilisée dans le scénario de croissance forte. De la même façon, le scénario M1 a été modifié en substituant l hypothèse moyenne par les hypothèses faible et forte pour la composante de la mortalité (scénarios 3 et 4) et celle de l immigration (scénarios 5 et 6). Chacune des trois composantes a un effet sur l effectif de population projeté mais l immigration est celle qui a l impact le plus grand, suivi de la fécondité (Graphique 3.44). Avec une faible immigration (taux de 6,0 pour mille) la population atteindrait 47,6 millions d habitants en 2061 alors qu elle serait de 58,2 millions si l immigration était forte (taux de 9,0 pour mille), un écart d environ 10,6 millions. L écart est moindre mais non négligeable entre le scénario de faible fécondité (1,5 enfant par femme) et celui de forte fécondité (1,9 enfant par femme). En 2061, l écart entre les deux scénarios serait d environ 8,2 millions. Enfin, la croissance de la population serait beaucoup moins affectée par une accélération ou décélération de la croissance de l espérance de vie. L écart entre les scénarios faible et fort serait alors d environ 1,9 millions d individus en Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M1) - Fécondité scénario H Scénario de croissance moyenne (M1) - Mortalité scénario H Scénario de croissance moyenne (M1) - Immigration scénario H Scénario de croissance moyenne (M1) - Fécondité scénario L Scénario de croissance moyenne (M1) - Mortalité scénario L Scénario de croissance moyenne (M1) - Immigration scénario L Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 73

76 L immigration a donc un impact important sur les volumes de population, mais il faut préciser que celui-ci varie passablement d une province à l autre. Les provinces et les territoires qui reçoivent le plus d immigrants en proportion de leur population sont naturellement plus sensibles à des variations du nombre d immigrants. Ainsi, alors que la population du Canada serait, en 2036, supérieure de 4,5 % avec l hypothèse d immigration forte plutôt qu avec l hypothèse moyenne, cette proportion varierait entre 5,4 % et 4,8 % en Ontario, en Colombie-Britannique et au Manitoba (Tableau 3.6). Si les niveaux d immigration et de fécondité influencent grandement les effectifs des populations projetées, des deux, c est toutefois la fécondité qui a le plus d impact sur la structure par âge de la population, celle-ci étant la plus susceptible de ralentir ou d accélérer le vieillissement de la population canadienne d ici 2061 (Graphique 3.45). En effet, les scénarios qui suggèrent des niveaux de fécondité différents du scénario moyen sont ceux qui affichent l écart d âge médian le plus important (4,5 ans). L âge médian projeté avec l hypothèse de faible fécondité serait de 46,4 ans alors qu il n atteindrait que 41,9 ans avec l hypothèse de forte fécondité. L hypothèse de fécondité faible a pour effet d engendrer un nombre moins important de naissances, ce qui a pour conséquence d accélérer le vieillissement de la population en réduisant le nombre de jeunes par rapport aux personnes plus âgées. Une fécondité plus forte a exactement l effet inverse. Les niveaux d immigration et de mortalité influencent aussi l âge médian et le vieillissement, mais beaucoup plus modestement. Les scénarios qui ne diffèrent du scénario moyen que par l immigration ont un écart d âge médian d environ un an tout comme ceux qui diffèrent uniquement par leur niveau de mortalité. De toute évidence, les variations de la mortalité et de l immigration ont un impact limité sur le vieillissement de la population canadienne 3. Il convient de préciser que le choix d autres hypothèses aurait pu mener à des conclusions différentes de celles présentées ici. Des hypothèses forte et faible proposant des écarts plus petits ou plus grands avec le scénario moyen pourraient changer l ordre d importance des effets des phénomènes, en particulier pour la fécondité et l immigration. 3. De nombreuses études montrent que les variations du niveau d immigration ont beaucoup plus d effet sur l effectif de la population projetée que sur sa structure par âge, notamment Loh et George (2007), Guillemette et Robson (2006), United Nations (2000). Tableau 3.6 Variation en pourcentage de la population projetée en 2036 selon l hypothèse d immigration adoptée en comparaison au scénario de croissance moyenne (M1) Scénario (2036) Scénario de croissance moyenne (M1) avec hypothèse d immigration du scénario de croissance faible Scénario de croissance moyenne (M1) avec hypothèse d immigration du scénario de croissance forte pourcentage Ontario -5,1 5,4 Colombie-Britannique -5,1 5,4 Manitoba -4,6 4,8 Canada -4,3 4,5 Alberta -3,7 3,8 Québec -3,4 3,5 Île-du-Prince-Édouard -3,4 3,5 Yukon -3,1 3,2 Territoires du Nord-Ouest -2,7 2,8 Saskatchewan -2,4 2,5 Nouvelle-Écosse -2,2 2,3 Nouveau-Brunswick -1,9 1,9 Terre-Neuve-et-Labrador -1,6 1,6 Nunavut -1,5 1,5 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 74 Statistique Canada n o X au catalogue

77 Graphique 3.45 Âge médian observé (2009) et projeté (2010 à 2061) selon sept scénarios, Canada âge médian Scénario de croissance moyenne (M1) Scénario de croissance moyenne (M1) - Fécondité scénario H Scénario de croissance moyenne (M1) - Mortalité scénario H Scénario de croissance moyenne (M1) - Immigration scénario H Scénario de croissance moyenne (M1) - Fécondité scénario L Scénario de croissance moyenne (M1) - Mortalité scénario L Scénario de croissance moyenne (M1) - Immigration scénario L Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 75

78 Section 4 Analyse des résultats des projections à court terme Les hypothèses du scénario court terme sont basées sur les données les plus récentes disponibles au moment de la réalisation des projections. En ce qui a trait à la fécondité, les paramètres sont fondés sur les naissances de Dans le cas de la mortalité, les paramètres sont exactement les mêmes que dans les scénarios long terme de croissance moyenne, et projettent donc les mêmes gains en espérance de vie. Enfin, dans le cas des autres composantes 1,cesont les données provisoires pour la période du programme des estimations démographiques qui ont été utilisées (Tableau 4.1). Comme le maintien sur une longue période de la situation observée sur une seule année est peu probable, l horizon de projection pour ce scénario est limité à cinq ans. Selon le scénario court terme, la population du Canada pourrait atteindre 35,9 millions de personnes en 2014, soit une croissance d un peu plus de 2,1 millions de personnes par rapport à Cela représente un taux de croissance annuel moyen de 12,4 pour mille (Tableau 4.2). Environ les deux tiers de cette croissance proviendraient de l accroissement migratoire, alors que l autre tiers reposerait sur l accroissement naturel. 1. Les soldes de la migration internationale projetés pour chacune des provinces et territoires pour tous les scénarios, incluant le scénario court terme, sont montrés dans les graphiques 1.4 à 1.16 dans la Section 1. Tous les provinces et territoires connaîtraient une croissance de leur population au cours des cinq prochaines années, à l exception des Territoires du Nord-Ouest. Dans le cas des provinces de l Ouest, du Yukon et du Nunavut, la croissance de la population serait supérieure à la moyenne canadienne. L Alberta arriverait en tête avec un taux de croissance annuel moyen de 24,4 pour mille. La Saskatchewan, le Nunavut et la Colombie-Britannique suivraient, affichant respectivement des croissances de 16,9 pour mille, 16,5 pour mille et 16,3 pour mille. En nombres absolus, sur la période de cinq ans, l Ontario présenterait la croissance la plus élevée ( personnes), suivie de l Alberta ( ), de la Colombie-Britannique ( ) et du Québec ( ). Partout l accroissement migratoire total (la somme de l accroissement international et l accroissement interprovincial) serait le principal moteur de la croissance, sauf au Nunavut et aux Territoires du Nord-Ouest où l accroissement migratoire est négatif et la fécondité plus élevée qu ailleurs au pays. Les Territoires du Nord-Ouest seraient la seule région du Canada qui verrait sa population décroître au cours de la période de cinq ans, l accroissement naturel et l immigration ne parvenant pas à contrer les pertes au chapitre des migrations interprovinciales. Ils feraient ainsi face à une modeste décroissance de 723 (-16,6 pour mille) au cours de la période. Tableau 4.1 Hypothèses de fécondité, de mortalité, d immigration, d émigration, de résidents non permanents et de migrations interprovinciales Composantes Hypothèses scénario court terme Fécondité 1,7 enfant par femme Espérance de vie en Hommes 79,9 ans Espérance de vie en Femmes 84,2 ans Immigration Plan d immigration de Citoyenneté et immigration Canada ( par année) Taux d émigration Taux de ,30 pour Taux d émigrants de retour Taux de ,4 % Solde des personnes temporairement à l étranger Solde de (40 300) Résidents non permanents Solde de (70 400) Migration interprovinciale Tendance Statistique Canada n o X au catalogue

79 Tableau 4.2 Population observée (2009) et projetée (2014), taux de croissance annuels moyens et composantes de la croissance, selon le scénario court terme, Canada, provinces et territoires Population observée Population projetée Taux de croissance annuels moyens Croissance Accroissement naturel à 2014 Solde de la migration interprovinciale Solde de la migration internationale pour mille Canada , ,3 12, ,4 714,9 0, ,5 Terre-Neuve-et-Labrador 508,9 523,9 5,8 15,0-0,7 13,4 2,3 Île-du-Prince-Édouard 141,0 149,4 11,6 8,4 1,4-2,9 9,9 Nouvelle-Écosse 938,2 950,8 2,7 12,6 1,0-2,7 14,3 Nouveau-Brunswick 749,5 763,2 3,6 13,8 2,8-0,2 11,2 Québec 7 828, ,8 9,0 356,9 136,4-51,7 272,2 Ontario , ,8 10,5 702,6 256,4-93,0 539,2 Manitoba 1 222, ,7 14,0 87,8 33,4-8,6 63,0 Saskatchewan 1 030, ,2 16,9 90,1 29,1 20,8 40,2 Alberta 3 687, ,6 24,4 471,9 175,8 102,4 193,7 Colombie-Britannique 4 455, ,0 16,3 374,8 72,5 26,2 276,1 Yukon 33,7 36,2 14,5 2,5 0,8 0,7 1,0 Territoires du Nord-Ouest 43,4 42,7-3,4-0,7 2,7-3,7 0,3 Nunavut 32,2 34,9 16,5 2,7 3,4-0,7 0,0 Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. La croissance, bien que positive, serait modeste dans les provinces de l Atlantique. Le Nouveau-Brunswick connaîtrait l accroissement annuel moyen le plus faible avec une variation de seulement 2,7 pour mille, suivi de la Nouvelle-Écosse (3,6 pour mille) et de Terre-Neuve-et-Labrador (5,8 pour mille). Du groupe, Terre-Neuve-et-Labrador serait la seule province à connaître un accroissement naturel négatif en raison principalement d une faible fécondité, sa croissance reposant en très grande partie sur des soldes de migrations interprovinciales positifs. En effet, la province a affiché un solde migratoire interprovincial positif non négligeable en , et cette situation est reflétée dans le scénario court terme. Quant à l Île-du-Prince-Édouard, elle connaîtrait un accroissement annuel moyen de 11,6 pour mille, dont une bonne partie proviendrait de la migration internationale. Il est à noter que la province a vu sa part d immigrants augmenter considérablement au cours de la période Statistique Canada n o X au catalogue 77

80 Section 5 Analyse des éditions de projection précédentes Se basant sur la méthode des composantes, Statistique Canada a, depuis 1974, produit des projections de la population du Canada, des provinces et des territoires à sept reprises. D une édition à l autre, les résultats varient passablement, dans la mesure où chaque édition révise les hypothèses précédentes en tenant compte des tendances les plus récentes. Les projections actuelles (2009 à 2036) révisent à la hausse les niveaux projetés de population de l édition précédente (2005 à 2031). La hausse de la fécondité, la hausse du nombre d immigrants ainsi que des soldes positifs de résidents non permanents les premières années expliquent en grande partie ces différences. Déjà, en 2009, la population estimée dépassait la population projetée du scénario de croissance forte de l édition 2005 à Il en est de même en ce qui concerne l édition 2000 à Proposant un indice synthétique de fécondité de 1,8 mais qui ne serait atteint qu en 2026 seulement, le scénario de croissance forte de l édition 2000 à 2026 a sous-estimé les naissances et les résidents non permanents et surestimé les décès. Cela dit, les comparaisons avec des éditions de projection relativement récentes exigent une certaine prudence, car elles impliquent de juger de la concordance de projections à long terme peu de temps après leur publication. Mais qu en est-il alors des projections publiées il y a plus longtemps? D emblée, même si la période couverte par ces projections est passée, il est instructif d étudier les résultats de l édition publiée en et projetant la population pour la période 1972 à Cette édition a connu un succès relatif à estimer la croissance de la population (Graphique 5.1). En effet, le scénario de croissance moyenne suggérait que la population canadienne atteindrait en 2001, ce qui est très près de la population estimée, soit Il s agit de la première publication à grande diffusion sur le sujet par Statistique Canada. Il faut se garder toutefois d associer cette précision à la justesse des hypothèses qui sous-tendent ce scénario, lesquelles proposaient un indice synthétique de fécondité de 2,20 enfants par femme atteint en 1985 et un nombre annuel d immigrants de En 2001, l indice synthétique de fécondité a plutôt atteint 1,54 enfant par femme et le nombre d immigrants était plus du double. Ces divergences ne sont pas sans impact : la structure par âge de la population observée en 2001 diffère grandement de celle projetée la même année par l édition 1972 à 2001, laquelle affichait notamment un poids beaucoup plus important de la population en bas âge (Graphique 5.2). Quant aux éditions subséquentes, la croissance de la population canadienne a suivi de près les niveaux projetés par les scénarios de croissance forte. La fourchette suggérée par l édition 1976 à 2001 englobe tout juste le niveau atteint en 2001, mais ce n est pas le cas des éditions 1984 à 2006 et 1989 à 2011 qui ont sous-estimé la croissance (Graphique 5.3). La sous-estimation des niveaux d immigration à venir, niveaux ayant augmenté significativement au début des années 1990, explique en grande partie pourquoi ces éditions ont visé en-deçà des niveaux observés. Produite après une période au cours de laquelle la fécondité et l immigration ont connu des hausses notables, l édition 1993 à 2016 a ceci de particulier qu elle proposait, dans son scénario de croissance moyenne, un indice synthétique de fécondité de 1,7 enfant par femme et un nombre d immigrants annuel de , ce qui est très semblable aux hypothèses retenues pour le scénario moyen de l édition actuelle des projections. À court terme, les taux de fécondité et les niveaux d immigration n ont pas persisté à ces niveaux, si bien que ces projections ont surestimé la croissance de la population canadienne sur la période 1991 à 2009 tout en suggérant une structure par âge plus jeune. Toutefois, la fourchette 2. Il s agit d un niveau révisé pour tenir compte des ajustements effectués aux données des estimations ultérieurement à la publication de ces projections. Ces ajustements permettaient notamment de tenir compte du sous-dénombrement net, et d ajouter des composantes non estimées auparavant tels que les résidents non-permanents et les émigrants de retour. 78 Statistique Canada n o X au catalogue

81 offerte par ces projections englobe les niveaux observés à partir de En somme, les éditions passées ont souvent eu tendance à sous-estimer la croissance démographique du pays. En outre, même dans leurs scénarios de croissance forte, elles ont présenté la plupart du temps une décélération de la croissance à long terme. Cette décélération est attribuable notamment au fait qu en ce qui concerne l immigration, une composante dont l importance continue à prendre de l ampleur dans la croissance démographique du pays, le nombre d immigrants annuellement projeté était fixe et générait ainsi un apport à la croissance qui, en proportion, faiblissait à mesure que la population croissait 3. Dans l édition actuelle des projections, l immigration est projetée selon un taux fixe (plutôt que des effectifs fixes), ce qui aboutit à un contingent annuel d immigrants qui évolue proportionnellement au volume de la population. Ajoutée à une fécondité relativement forte atteignant 1,9 enfant par femme dès 2013 et, en fin de période, à la disparition ou presque de la génération du baby-boom, l immigration contribue à infléchir la courbe de la croissance observée dans le scénario de croissance forte beaucoup plus vers le haut que dans les éditions précédentes. Dans l ensemble, c est peut-être cette tendance qui distingue le plus l édition actuelle des projections de celles publiées précédemment. 3. Dans l édition , un taux d immigration était utilisé jusqu en , puis des effectifs d immigrants fixes (les effectifs projetés en à l aide d un taux) de à Graphique 5.1 Population observée (1971 à 2009) et projetée (1972 à 2001) selon les trois scénarios de l édition 1972 à 2001, Canada Observé Projection, scénario de croissance faible Projection, scénario de croissance moyenne Projection, scénario de croissance forte Note(s) : Les valeurs projetées avaient comme point de départ une population non ajustée pour le sous-dénombrement net. Dans ce graphique, elles ont été ajustées afin d être au même niveau que les valeurs observées. Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Statistique Canada n o X au catalogue 79

82 Graphique 5.2 Pyramidesdelapopulation(envaleurrelative)selonl âgeetlesexeau1er juillet 2001 selon l édition de projections 1972 à 2001 et les estimations démographiques Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. Graphique 5.3 Population observée (1984 à 2009) et projetée selon certains scénarios tirés d éditions précédentes (1984 à 2006, 1989 à2011et1993à2016),canada Observé Édition 1993 à 2016, scénario de croissance faible Édition 1993 à 2016, scénario de croissance moyenne Édition 1989 à 2011, scénario de croissance forte Édition 1984 à 2006, scénario de croissance forte Note(s) : Les valeurs projetées des éditions 1984 à 2006 et 1989 à 2011 avaient comme point de départ une population non ajustée pour le sous-dénombrement net. Dans ce graphique, elles ont été ajustées afin d être au même niveau que les valeurs observées. Source(s) : Statistique Canada, Division de la démographie. 80 Statistique Canada n o X au catalogue

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale

Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale N o 81-604-X au catalogue ISSN : ISSN 1920-5929 Indicateurs de l éducation au Canada : une perspective internationale 2013 Division du tourisme et du Centre de la statistique de l éducation Téléphone :

Plus en détail

N o 85-224-X au catalogue. La violence familiale au Canada : un profil statistique

N o 85-224-X au catalogue. La violence familiale au Canada : un profil statistique N o 85-224-X au catalogue La violence familiale au Canada : un profil statistique Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de ce produit ou sur l ensemble des

Plus en détail

Les compétences au Canada : Premiers résultats du Programme pour l évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA)

Les compétences au Canada : Premiers résultats du Programme pour l évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) N o 89-555-X au catalogue ISBN 978-0-660-21233-3 Les compétences au Canada : Premiers résultats du Programme pour l évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) Division du tourisme et

Plus en détail

N o 71-543-G au catalogue. Guide de l Enquête sur la population active

N o 71-543-G au catalogue. Guide de l Enquête sur la population active N o 71-543-G au catalogue Guide de l Enquête sur la population active 2012 Comment obtenir d autres renseignements Toute demande de renseignements au sujet du présent produit ou au sujet de statistiques

Plus en détail

Leurs propres patrons : les enfants d immigrants sont-ils plus susceptibles que leurs parents d être des travailleurs autonomes?

Leurs propres patrons : les enfants d immigrants sont-ils plus susceptibles que leurs parents d être des travailleurs autonomes? N o 11F0019M au catalogue N o 341 ISSN 1205-9161 ISBN 978-1-100-98995-2 Document de recherche Direction des études analytiques : documents de recherche Leurs propres patrons : les enfants d immigrants

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et l emploi

Les personnes avec incapacité et l emploi N o 75-006-X au catalogue ISSN 2291-0859 Regards sur la société canadienne Les personnes avec et l emploi par Martin Turcotte Date de diffusion : le 3 décembre 2014 Comment obtenir d autres renseignements

Plus en détail

Choix ou nécessité : les immigrants et leurs enfants choisissent-ils le travail autonome pour les mêmes raisons?

Choix ou nécessité : les immigrants et leurs enfants choisissent-ils le travail autonome pour les mêmes raisons? N o 11F0019M au catalogue N o 342 ISSN 1205-9161 ISBN 978-1-100-98996-9 Document de recherche Direction des études analytiques : documents de recherche Choix ou nécessité : les immigrants et leurs enfants

Plus en détail

Quel est le futur de l apprentissage au Canada?

Quel est le futur de l apprentissage au Canada? Quel est le futur de l apprentissage au Canada? Octobre 2011 Cette publication est seulement disponible en version électronique sur le site du au www.ccl-cca.ca. 2011 Tous droits réservés. Cette publication

Plus en détail

L endettement au Canada :

L endettement au Canada : L endettement au Canada : Les consommateurs canadiens ont-ils encore les moyens d être un moteur de l économie? Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Remerciements CGA-Canada

Plus en détail

Pour bien communiquer avec les aînés. Faits, conseils et idées

Pour bien communiquer avec les aînés. Faits, conseils et idées Pour bien communiquer avec les aînés Faits, conseils et idées Promouvoir et protéger la santé des Canadiens grâce au leadership, aux partenariats, à l innovation et aux interventions en matière de santé

Plus en détail

Une enquête auprès des garderies éducatives et des centres CPE au Canada

Une enquête auprès des garderies éducatives et des centres CPE au Canada Une enquête auprès des garderies éducatives et des centres CPE au Canada Résume et faits saillants Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l enfance Une enquête auprès des garderies

Plus en détail

N o 12-587-X au catalogue. Méthodes et pratiques d'enquête

N o 12-587-X au catalogue. Méthodes et pratiques d'enquête N o 12-587-X au catalogue Méthodes et pratiques d'enquête Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de ce produit ou sur l ensemble des données et des services

Plus en détail

N o 71-211-X au catalogue. Taux d absence du travail

N o 71-211-X au catalogue. Taux d absence du travail N o 71-211-X au catalogue Taux d absence du travail 2011 Comment obtenir d autres renseignements Pr tte demande de renseignements au sujet de ce produit sur l ensemble des données et des services de Statistique

Plus en détail

RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE

RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE 15 JOHN M. EVANS DOUGLAS C. LIPPOLDT PASCAL MARIANNA 1 RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE RÉSUMÉ. Cette contribution 2 plante le décor des débats sur

Plus en détail

Surveiller ce qui compte

Surveiller ce qui compte Surveiller ce qui compte Approche de Qualité des services de santé Ontario à l égard de la surveillance de la performance et de la publication des rapports Octobre 2014 Surveiller ce qui compte 2 Qualité

Plus en détail

La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2012 Mise à jour 2015

La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2012 Mise à jour 2015 La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2012 Mise à jour 2015 RAPPORT AUTEURS Gilles Légaré Mathieu Gagné Bureau d information et d études en santé des populations Institut national de santé publique

Plus en détail

collection politiques publiques ET

collection politiques publiques ET INstitut national de santé publique du québec Conciliation travail-famille et santé : Le Québec peut-il s inspirer des politiques gouvernementales mises en place dans d autres pays? collection politiques

Plus en détail

Stratégie d intervention à l intention des travailleuses et des travailleurs de 45 ans et plus. Pour que toutes et tous profitent du plein emploi

Stratégie d intervention à l intention des travailleuses et des travailleurs de 45 ans et plus. Pour que toutes et tous profitent du plein emploi Stratégie d intervention à l intention des travailleuses et des travailleurs de 45 ans et plus Pour que toutes et tous profitent du plein emploi MOT DE LA MINISTRE Si le vieillissement de la main-d œuvre

Plus en détail

Perspectives pour un vieillissement en santé : proposition d un modèle conceptuel

Perspectives pour un vieillissement en santé : proposition d un modèle conceptuel Perspectives pour un vieillissement en santé : proposition d un modèle conceptuel Perspectives pour un vieillissement en santé : proposition d un modèle conceptuel AUTEURS : Lise Cardinal Agence de la

Plus en détail

Étudier, travailler et décrocher : Relation entre le travail pendant les études secondaires et le décrochage scolaire

Étudier, travailler et décrocher : Relation entre le travail pendant les études secondaires et le décrochage scolaire N o 81-595-MIF au catalogue N o 004 ISSN: 1704-8893 ISBN: 0-662-89055-8 Document de recherche Éducation, compétences et apprentissage Documents de recherche Étudier, travailler et décrocher : Relation

Plus en détail

Les Pays-Bas : une société à flexibilité limitée *

Les Pays-Bas : une société à flexibilité limitée * Revue de l OFCE n 64 / Janvier 1998 Les Pays-Bas : une société à flexibilité limitée * Catherine Bruno Département des études Valérie Chauvin Département analyse et prévision Depuis 1983, les Pays-Bas

Plus en détail

RIGUEUR RESPONSABILITÉ DANS LA GESTION DES DÉPENSES

RIGUEUR RESPONSABILITÉ DANS LA GESTION DES DÉPENSES RIGUEUR ET RESPONSABILITÉ DANS LA GESTION DES DÉPENSES RIGUEUR ET RESPONSABILITÉ DANS LA GESTION DES DÉPENSES «... des choix plus rigoureux et responsables s imposent.» Rigueur et responsabilité dans

Plus en détail

Le temps de travail au XXI e siècle

Le temps de travail au XXI e siècle ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Programme des conditions de travail et d emploi TMEWTA/2011 Le temps de travail au XXI e siècle Rapport soumis pour discussion à la Réunion tripartite d experts sur

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves POLITIQUE DE L'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS POLITIQUE

Plus en détail

OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés.

OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. L OCDE autorise la reproduction d un seul exemplaire de ce programme

Plus en détail

LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ

LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ Rapports du conseil national du bien-être social LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ AUTOMNE 2011 VOLUME N o 130 On peut obtenir des exemplaires du présent rapport au : Conseil national du bien

Plus en détail

De nouvelles compétences pour de nouveaux emplois

De nouvelles compétences pour de nouveaux emplois De nouvelles compétences pour de nouveaux emplois Anticiper les compétences requises et adapter l offre de compétences aux besoins du marché du travail Commission européenne La présente publication est

Plus en détail

Plan stratégique pour faciliter le don et la greffe d organe et de tissu au Canada

Plan stratégique pour faciliter le don et la greffe d organe et de tissu au Canada Plan stratégique pour faciliter le don et la greffe d organe et de tissu au Canada Collaboration entre la Société canadienne du sang et les intervenants dans le domaine du don et de la greffe d organe

Plus en détail

Petite enfance et autonomie culturelle

Petite enfance et autonomie culturelle Petite enfance et autonomie culturelle Là où le nombre le justifie V Rapport de recherche réalisé par Rodrigue Landry Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques pour la Commission nationale

Plus en détail