L endettement au Canada :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L endettement au Canada :"

Transcription

1 L endettement au Canada : Les consommateurs canadiens ont-ils encore les moyens d être un moteur de l économie? Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada

2 Remerciements CGA-Canada tient à remercier Elena Simonova, M.A. (économie) et M.P.A., et Rock Lefebvre, P. Adm., M.B.A., CFE, FCIS et FCGA, du Service de recherche et de normalisation, et à souligner la précieuse collaboration de la société de recherche Synovate ainsi que des membres de ménages canadiens qui ont généreusement participé au sondage de CGA-Canada sur l attitude des ménages face à l endettement et à la consommation. Nous remercions également les membres de CGA-Canada et les membres de l équipe qui ont apporté leur soutien et leur expertise à la rédaction et à la révision du présent rapport. Il est possible de consulter le présent document par voie électronique à l adresse Le présent document est une traduction autorisée, effectuée par les services linguistiques de CGA-Canada, de la version originale du rapport rédigée en anglais et intitulée «A Driving Force No More: Have Canadian Consumers Reached Their Limits?». ISBN Remarque : Dans cette publication, le masculin vise à la fois les hommes et les femmes, et est employé uniquement dans le but d alléger le texte. Association des comptables généraux accrédités du Canada, juin Toute reproduction totale ou partielle sans autorisation écrite est strictement interdite. 2

3 L endettement au Canada : Les consommateurs canadiens ont-ils encore les moyens d être un moteur de l économie? Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada 3

4 4

5 Table des matières Avant-propos Résumé Introduction L attitude des ménages à l égard de l endettement, des dépenses et de l épargne L endettement des ménages canadiens situation actuelle Les principaux indicateurs économiques au cours de la grande récession et de la reprise accélérée La dynamique et la composition de la dette des ménages Le niveau et la composition de la dette des ménages Un examen plus attentif du crédit à la consommation L endettement des ménages individuels La dette des ménages pendant les cycles de récession-reprise La mesure de l endettement des ménages L endettement par rapport au revenu et à l actif Le ratio du service de la dette La dette des ménages canadiens dans une perspective internationale L état actuel de l insolvabilité des consommateurs La capacité de payer actuelle et future La reprise du marché de l emploi Les habitudes d épargne Conclusions Des mesures à prendre Aider les Canadiens à mieux gérer leurs finances Renforcer l économie du Canada Annexe A : Constatations détaillées découlant du sondage sur l attitude des ménages à l égard de leur endettement et de leur consommation Annexe B : Méthodologie et sondage Bibliographie

6 Liste des figures Figure 1 Dette des ménages canadiens, 1981 à Figure 2 Dynamique du crédit hypothécaire et du crédit à la consommation (variation d une année à l autre)...32 Figure 3 Composition du crédit à la consommation : Banques à charte...34 Figure 4 Crédit à la consommation et biens et services consommés...36 Figure 5 Valeur nette du secteur des ménages...37 Figure 6 Endettement des ménages pendant les cycles de récession-reprise...42 Figure 7 Endettement des ménages et revenu réel, 1981 à Figure 8 Conditions financières et dynamique des composantes de la dette...45 Figure 9 Mesures de la dette des ménages...51 Figure 10 Ratio du service de la dette des ménages...54 Figure 11 Poids du service de la dette par province...56 Figure 12 Comparaison internationale du niveau d endettement des ménages en Figure 13 Cas d insolvabilité des consommateurs par tranche de adultes...62 Figure 14 Hausse des cas d insolvabilité et des prêts hypothécaires en souffrance par province...65 Figure 15 Intentions en matière d embauche et nombre d emplois réel...69 Figure 16 Taux de chômage et travailleurs découragés...71 Figure 17 Provinces ayant une proportion élevée de groupes vulnérables...73 Figure 18 Taux d épargne des ménages (% du revenu disponible des ménages)...76 Figure 19 Épargne des ménages par province...77 Liste des tableaux Tableau 1 Tableau 2 Tableau 3 Quelques indicateurs économiques (taux de croissance annuel moyen, à moins d indication contraire)...27 Incidence de la période d amortissement sur le ratio du service de la dette...58 Sondage sur l attitude des ménages à l égard de leur endettement et de leur consommation Profil des répondants

7 Liste des diagrammes (Annexe A) Diagramme 1 Évolution du niveau de la dette des ménages au cours des trois dernières années...90 Diagramme 2 Évolution du niveau de la dette des ménages, selon la tranche de revenu...91 Diagramme 3 Évolution de la dette par rapport à l évolution du revenu et de la richesse...92 Diagramme 4 Raisons de l augmentation du niveau de la dette...93 Diagramme 5 Évolution du niveau de la dette selon le type...94 Diagramme 6 Raisons de la difficulté à gérer la dette...95 Diagramme 7 Attitude à l égard de la dette...95 Diagramme 8 Le niveau de dette de votre ménage nuit-il à votre capacité d atteindre vos objectifs financiers dans les domaines suivants?...96 Diagramme 9 Évolution de la dette totale des répondants auxquels la dette nuit...97 Diagramme 10 Évolution du revenu des ménages au cours des trois dernières années...98 Diagramme 11 Évolution du revenu des ménages, par répondant et par tranche de revenu...99 Diagramme 12 Évolution des éléments d actif des ménages Diagramme 13 Évolution du niveau de richesse des répondants Diagramme 14 Chocs (événements négatifs) auxquels les ménages seraient vulnérables Diagramme 15 Évolution des dépenses des ménages Diagramme 16 Raisons de l augmentation des dépenses des ménages..106 Diagramme 17 Manières de régler une dépense imprévue de 500 $ et $ Diagramme 18 Répondants dans l incapacité de faire face à des dépenses imprévues Diagramme 19 Source principale du revenu de retraite Diagramme 20 Niveau de confiance quant à l adéquation de la situation financière à la retraite Diagramme 21 Les répondants ont-ils une idée claire du montant d épargne-retraite qu ils doivent accumuler? Diagramme 22 Fins auxquelles les répondants mettent de l argent de côté Diagramme 23 Participation à des régimes d épargne fiscalement avantageux Diagramme 24 Connaissance du CELI Diagramme 25 Cotisations à un CELI

8 8

9 Avant-propos Ainsi que le laissaient augurer les travaux antérieurs de CGA-Canada, les consommateurs pourraient céder leur place à titre d élément moteur de la reprise de l économie au Canada. Certains d entre eux veulent en effet agir de façon responsable et éviter les dangers que viennent amplifier la récession et le ralentissement de la reprise; d autres sont dans l incapacité de maintenir leurs dépenses de consommation dans un environnement caractérisé par des prévisions de revenus modestes qui ne correspondent pas à la hausse du coût de la vie. Parallèlement, on a constaté une prise de conscience sociale grandissante par suite de l avènement d une culture mondiale de l endettement et de la consommation, prise de conscience qui modifiera peut-être, ne serait-ce qu un peu, la façon dont les particuliers et la société dépensent et empruntent. À la fin du vingtième siècle, les Canadiens ont pris l habitude d emprunter pour acheter des biens durables et financer leurs dépenses discrétionnaires. Le recours à l emprunt est alors progressivement entré dans la norme, devenant naturel et relativement simple. De plus, même si nous nous serions tous passés de la dernière récession, nous ne devons pas oublier qu un surendettement collectif hors de proportions existait sans doute dès avant le déferlement de nos malheurs financiers. En effet, nous ne pouvons ignorer que c est en grande partie le recours excessif à l emprunt qui a déclenché la récession, et non l inverse. Nous devons également garder à l esprit que les répercussions de la récession vont continuer de se faire ressentir tout au long de la reprise et que le fait d être sorti de la crise ne signifie pas que tout est revenu à la normale. L histoire le prouve : il faut du temps pour récupérer et effacer les reculs éprouvés par les marchés de l emploi et des actions. Si un certain nombre d éléments favorables ont contribué à la récente reprise canadienne, nous savons que la relance que le gouvernement du Canada a eu la bonne idée de mettre en œuvre devra aussi être payée au moyen de hausses de taxes, de réduction de services ou d une performance économique remarquablement convaincante. Or, sur ce dernier point, les économies demeurent aujourd hui fragiles et instables partout dans le monde. Consciente des avantages du crédit, de l importance du commerce et de la prudence budgétaire qui s impose, l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) surveille, depuis 2007, l attitude collective à l égard des dépenses et de l endettement. CGA-Canada tente en particulier d analyser la perception des Canadiens quant à leur bien-être économique et à leurs compétences financières, et à la comparer avec les données et les 9

10 mesures statistiques publiées au sujet de la richesse et de l endettement des ménages. Il est encourageant de constater la symétrie qui existe entre les perceptions des consommateurs et la réalité économique telle qu elle ressort des indicateurs pertinents. À l aide de quatre sondages réalisés en temps opportun auprès des consommateurs, entre 2007 et 2011, CGA-Canada a voulu cerner le point de vue des Canadiens sur l évolution de leur endettement et sur leur attitude à l égard des dépenses et de l épargne. De façon encourageante, le Canada est en meilleure position cette année que l an passé, si on ne tient pas compte, bien sûr, du gonflement des déficits publics et de la hausse de la dette à long terme du gouvernement. Cela dit, les études du type de celle que nous venons de réaliser doivent conscientiser davantage les Canadiens et se traduire par des changements dans les comportements et les politiques susceptibles d optimiser la productivité, la prospérité économique et le bien-être de chacun. C est le but de notre démarche. Entre la croissance des déficits publics, la mondialisation de la concurrence et l anticipation de pressions extrêmes sur la sécurité des retraites, les Canadiens auront tout intérêt à gérer de près leurs ressources individuelles. Il est par ailleurs admis que les actions de la société rejailliront raisonnablement sur la vitalité de la nation. Un retour aux dépenses modérées, au remboursement des dettes, à l épargne et à l investissement pourrait être favorable aux particuliers, au commerce et aux gouvernements et permettre de mieux soutenir une économie canadienne qui serait moins vulnérable à long terme. Si nous voulons préserver notre système économique traditionnel, c est le moment de faire en sorte que les Canadiens puissent créer une économie moins fondée sur une consommation immédiate et un endettement excessif et moins marquée par les difficultés, bref une économie qui exige un changement culturel compatible avec nos ressources et nos expériences. Comme notre étude le confirme, notre nouvel environnement économique devrait également promouvoir un retour à l épargne et à la constitution du patrimoine. Anthony Ariganello, CPA (Delaware), FCGA Président et chef de la direction Association des comptables généraux accrédités du Canada 10

11 Résumé 1 L accroissement de la dette des ménages canadiens fait l objet de discussions animées depuis quelques années. En 2007, 2009, 2010, puis en 2011, l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) a entrepris d analyser le niveau d endettement des Canadiens, de comprendre dans quelle mesure la crise financière et le ralentissement économique avaient aggravé leur situation financière et de vérifier si, à son stade actuel, la reprise économique avait apaisé les tensions financières. Dans les ouvrages spécialisés et les médias, la conjoncture ou les événements économiques sont souvent évalués d une manière plus ou moins globale. De ce fait, le but premier de la recherche a été de cerner le point de vue des Canadiens sur l évolution de leur endettement et de leur patrimoine et d examiner ces constatations dans le contexte de faits et de chiffres publiquement accessibles. Pour ce faire, nous avons intégré les résultats du sondage d opinion publique commandé par CGA-Canada à une analyse de l information statistique disponible en grande partie auprès de Statistique Canada. Les paragraphes qui suivent présentent les principales constatations faites dans le cadre de l étude en établissant un lien entre les perceptions révélées par les Canadiens et celles qui ressortent des statistiques accessibles au public. Première tendance positive La croissance de la dette des ménages a ralenti Résultats du sondage Les Canadiens sont plus susceptibles de penser que leur endettement diminue, et le niveau de préoccupation engendré par la hausse de l endettement a diminué : 37 % des répondants endettés ont déclaré que leur dette avait diminué, et 35 % ont déclaré qu elle avait augmenté; la proportion des répondants préoccupés par l augmentation de leur dette a baissé, passant de 86 % en 2010 à 78 % en 2011; 82 % des répondants sont convaincus qu ils peuvent soit gérer efficacement leur dette actuelle, soit accroître leur niveau d endettement; la proportion de ceux qui estiment être trop endettés et avoir de la difficulté à gérer leur dette a diminué, passant de 21 % en 2008 à 18 % en Des faits et des chiffres Le rythme auquel l endettement augmente a nettement ralenti en 2010 et au premier trimestre de 2011, approchant les taux enregistrés dans les années En mars 2011, le taux de croissance de l endettement a chuté à son plus récent point bas de 1,9 % niveau que l on n avait pas vu depuis l automne

12 Le recul du taux de croissance de la dette totale des ménages s explique principalement par l affaiblissement de l expansion du crédit à la consommation. La croissance du crédit à la consommation a ralenti, passant de 6,6 % à la fin de 2009 à un taux négatif de 0,6 % en mars L expansion plus faible du crédit à la consommation pourrait être surtout attribuable à un ralentissement des emprunts par marges de crédit personnelles. Les marges de crédit personnelles consenties par les banques à charte ont progressé de 2,6 % en 2010 et au premier trimestre de 2011 un taux plus de six fois inférieur à celui enregistré en La progression plus lente de l endettement des ménages s est accompagnée du retour à la croissance du produit intérieur brut (PIB) et du revenu intérieur brut (RIB) ainsi que de l amélioration d un certain nombre d indicateurs économiques qui déterminent la capacité des ménages à gagner un revenu, à constituer un patrimoine et à consommer. En 2010 et au premier trimestre de 2011, la tendance s est nettement inversée en ce qui concerne le nombre de cas d insolvabilité des consommateurs, celui-ci ayant diminué de 10,0 % en moyenne par année. Première préoccupation Le bilan des ménages ne s est pas amélioré Résultats du sondage L accroissement de l endettement ne s accompagne pas d un accroissement de revenu ou de richesse : 40 % des répondants dont le revenu a diminué ont indiqué que leur dette avait augmenté, contre 31 % des répondants dont le revenu a augmenté; 43 % des répondants qui ne s estiment pas plus riches aujourd hui ont indiqué que leur dette avait augmenté, contre 24 % des répondants qui s estiment plus riches. La consommation plutôt que la constitution du patrimoine demeure la première cause de la hausse de l endettement : 57 % des répondants endettés ont affirmé que les frais de subsistance courants étaient la cause première de l accroissement de leur endettement; pas plus de 19 % des répondants endettés ont vu leur dette augmenter en raison de dépenses génératrices de richesse (achat d une résidence, frais d admission à un programme d études, etc.). Des faits et des chiffres Le ratio dette-revenu a atteint un nouveau sommet de 146,9 % au premier trimestre de La mesure de l endettement des ménages par rapport à leur actif est assez stable, de l ordre de 19,3 % depuis la fin de 2008; cependant, ce niveau est beaucoup plus élevé que la moyenne à long terme de 15,2 % enregistrée entre 1990 et La mesure dans laquelle le crédit à la consommation est garanti par des actifs financiers ne s est pas beaucoup améliorée malgré le net ralentissement de la croissance du crédit à la consommation en Le pourcentage du solde impayé des prêts à la consommation pour chaque dollar d actifs financiers des ménages est resté stable et s établissait à 10,9 % à la fin de 2010 un 12

13 niveau pratiquement inchangé par rapport au taux de 11,0 % enregistré à la fin de 2009, ou de 11,2 % observé deux ans auparavant. Les biens de consommation durables ont soutenu l accumulation du crédit à la consommation dans la même mesure qu en À plus long terme, le ratio du crédit à la consommation par rapport aux biens durables a plus que doublé, toutefois, passant de 48,8 % en 1990 à 110,0 % à la fin de La mesure dans laquelle les prêts hypothécaires résidentiels sont garantis par des actifs résidentiels a continué de se détériorer en Le ratio prêts hypothécaires-actifs résidentiels est passé à 65,7 % à la fin de 2010, soit un niveau beaucoup plus élevé que la moyenne de 55,0 % observée entre 1990 et Le taux d intérêt effectif payé par les ménages a considérablement diminué au fil des ans; le poids du service de la dette n en a pas été allégé pour autant. Le ratio du service de la dette hypothécaire a terminé l année 2010 au même niveau qu en 2003; le poids du service de la dette lié au crédit à la consommation n a pas beaucoup varié et était presque le même en 2010 qu il y a 20 ans. À la fin de 2010, la valeur nette totale des propriétaires a atteint son point le plus bas en 10 ans, soit 67,7 %, et la valeur nette des maisons a atteint son point le plus bas en 20 ans, soit 34,6 %. Deuxième préoccupation La tendance globalement positive de la dette des ménages n est pas répartie également entre les ménages Résultats du sondage Tous les groupes de ménages n ont pas profité de la tendance positive à la baisse de l endettement : 46 % des répondants à faible revenu ont indiqué que leur dette avait augmenté, contre 31 % pour ce qui est des répondants à revenu élevé; 40 % des répondants âgés de 35 ans ou moins ont indiqué que leur dette avait augmenté, contre seulement 28 % de ceux âgés de 55 ans ou plus; les ménages comptant un ou plusieurs enfants étaient beaucoup plus susceptibles d indiquer une hausse de leur endettement. Des faits et des chiffres En 2009, les ménages ayant un revenu annuel de $ ou moins étaient six fois plus susceptibles d être vulnérables financièrement si l on considère le service de la dette, et affichaient un ratio dette-revenu 1,62 fois plus élevé que celui des répondants ayant un revenu compris entre $ et $. En 2009, une famille monoparentale moyenne avait des dettes actives de 2,27 $ pour chaque dollar de revenu avant impôts, soit deux tiers de plus que la dette d un couple moyen sans enfant. Les familles monoparentales constituaient le seul groupe de ménages dans lequel la proportion de ménages endettés augmente avec l âge. En 2009, parmi les personnes âgées de 55 ans ou plus, un tiers des ménages formés de personnes à la retraite avaient des dettes sous une forme ou une 13

14 autre, la dette moyenne s élevant à $; environ 17 % d entre eux avaient une dette de $ ou plus. La proportion des ménages âgés de 55 à 64 ans qui consacrent plus de 20 % de leur revenu disponible à des versements hypothécaires a augmenté, passant de 31,4 % en 2001 à 38,2 % en Troisième préoccupation La capacité de remboursement des ménages pourrait être compromise Résultats du sondage Peu de répondants ont enregistré une évolution favorable de leur revenu : moins de la moitié (42 %) ont fait état d une augmentation de leur revenu et 86 % de ceux-ci ont affirmé qu elle n avait été que modeste; la moitié des répondants estiment qu une réduction de salaire de l ordre de 10 % se répercuterait de façon marquée sur leur bien-être financier; 48 % des répondants ayant du mal à gérer leur dette ont cité un revenu moins élevé que prévu comme étant la cause première de ce problème de gestion. Les Canadiens épargnent encore moins qu avant : 27 % des répondants canadiens non retraités n affectent aucune ressource à une formule d épargne régulière quelle qu elle soit, même pas en vue de la retraite; 14 % des répondants ont réduit leur rythme d épargne habituel par suite de la récession. Des faits et des chiffres La situation du marché de l emploi demeure fragile et sa capacité à absorber la hausse de la population active ne s est améliorée que légèrement. L indice du nombre réel d emplois par tranche de personnes de la population en âge de travailler a chuté, passant de 115,6 en 2008 à 111,1 en 2009, mais n est remonté qu à 112,4 au premier trimestre de Le taux de chômage pour les travailleurs qui sont sans emploi depuis plus de un an a continué d augmenter et a plus que doublé, passant de 0,4 % en octobre 2008 à 1,0 % en avril Le chômage caché, qui tient compte également des travailleurs découragés, de ceux qui sont en attente et des travailleurs à temps partiel involontaires, a augmenté, passant de 8,8 % en 2008 à 11,5 % en 2009, et n a enregistré qu un recul modeste en En 2010, un jeune travailleur canadien sur cinq était au chômage ou faisait partie du groupe des «travailleurs découragés». Les jeunes sont particulièrement sensibles à l effet négatif du chômage sur les revenus futurs : une période de chômage de 13 semaines peut réduire de 3,4 % le salaire de l année suivante pour un jeune employé à temps plein. La dernière récession ne s est traduite que par une légère amélioration du taux d épargne personnelle. En 2009, ce taux avait augmenté de un point de pourcentage par rapport à son niveau de 3,6 % enregistré en 2008; cela dit, il a baissé légèrement en

15 L épargne permise par la constitution ou l appréciation du patrimoine est en baisse depuis 2008, et cette tendance s est maintenue en Quatrième préoccupation : La perspective pancanadienne ne révèle pas de différences régionales importantes Résultats du sondage Des différences régionales sont apparues dans la proportion de répondants qui ont indiqué que la dette de leur ménage avait changé : seulement 27 % des résidents du Manitoba et de la Saskatchewan, mais 43 % des Albertains, ont affirmé que leur dette avait augmenté comparativement à la moyenne canadienne de 35 %. Nous avons constaté un écart semblable dans les perceptions des répondants à l égard de leur richesse : 46 % de tous les répondants ont estimé qu ils étaient plus riches aujourd hui qu il y a trois ans. C est en Colombie-Britannique que l enthousiasme s est révélé le plus faible, seulement 38 % des répondants de cette province ayant indiqué une augmentation de leur richesse. Les plus enthousiastes ont été les résidents de l Alberta, qui ont été environ 54 % à se déclarer plus riches aujourd hui. Des faits et des chiffres En 2009, la Colombie-Britannique a figuré parmi les provinces affichant le poids du service de la dette des ménages le plus élevé au pays. Cette annéelà, les ménages de cette province ont consacré 9,4 % de leur revenu disponible au paiement des intérêts. Les résidents du Nouveau-Brunswick sont ceux qui ont enregistré le service de la dette le moins important, celui-ci comptant seulement pour 5,6 % de leur revenu disponible. La Colombie-Britannique a enregistré l une des plus fortes hausses du nombre de cas d insolvabilité des consommateurs pendant la récession et également l une des baisses les plus faibles du nombre de ménages en difficulté financière en L Ontario s est elle aussi classée parmi les premières provinces pour ce qui est de l accroissement des cas d insolvabilité en 2009, mais elle a également enregistré la plus forte baisse à ce chapitre en Dans trois provinces, soit l Alberta, la Colombie-Britannique et la Saskatchewan, le nombre de prêts hypothécaires en souffrance a continué d augmenter en 2010, tandis qu il a diminué dans les autres provinces. Dans les quatre provinces de l Atlantique, le nombre d emplois par personne en âge de travailler n a pas diminué ou il est revenu à la normale après la chute initiale. En Colombie-Britannique et au Manitoba, le nombre d emplois par rapport au nombre de personnes aptes à les occuper n a pas du tout augmenté depuis le recul de En Alberta, le taux d épargne des ménages était plusieurs fois supérieur à celui de toute autre province. À l inverse, les résidents de la Colombie-Britannique, la Nouvelle-Écosse et l Île-du-Prince-Édouard ont désépargné activement. 15

16 16 Lorsqu on les examine en parallèle avec les attitudes et les perceptions des Canadiens, les faits et les chiffres présentés ci-dessus permettent de formuler avec une certaine assurance les cinq conclusions suivantes. Premièrement, la situation financière du secteur des ménages dans son ensemble ne semble pas trop inquiétante. Deuxièmement, en ne regardant que l image d ensemble du secteur des ménages, on ne voit pas que la situation financière de certains groupes de ménages pourrait être bien pire que la moyenne. Troisièmement, notre capacité à évaluer exhaustivement l état et le niveau de l'endettement des ménages est limitée. Quatrièmement, l état et l évolution du bilan du secteur des ménages devraient être suivis de près par les décideurs responsables des politiques. Cinquièmement, une gestion équilibrée des dépenses, de l épargne et du remboursement des dettes pourrait demeurer une caractéristique souhaitable du comportement des ménages, comme l a déjà préconisé CGA-Canada.

17 Introduction 2 En 2007, après plus de dix années d expansion économique sans récession caractérisée par une croissance soutenue des revenus et des actifs ainsi qu une forte demande de main-d œuvre, le débat sur l endettement a commencé à se concentrer sur la question suivante : les Canadiens avaient-ils trop emprunté? Comme la définition et l incidence de ce «trop» n étaient pas très précises, la discussion a d abord porté sur les niveaux nominaux de l endettement des ménages et sur l idée répandue selon laquelle la vigueur des emprunts était bien soutenue par l accumulation d actifs et de richesse. L approche des responsables des politiques concernant l endettement des ménages pouvait alors être décrite comme étant essentiellement léthargique, même si elle s accompagnait d un suivi rigoureux du secteur. Pendant la récession et à l aube de la timide reprise, certains observateurs se sont de plus en plus inquiétés de la possibilité que les ménages modifient leurs habitudes, délaissant la «culture de la consommation» pour embrasser à l excès une culture de l épargne précaire qui, en tant que telle, risquait de peser sur une économie déjà essoufflée. Comme des études antérieures de CGA-Canada l avaient déjà révélé, les dépenses de consommation étaient devenues l une des dernières forces susceptibles de pousser l économie hors de la récession. Par conséquent, l une des stratégies des politiques publiques visait à éviter le resserrement des conditions de crédit et à assurer aux ménages et aux entreprises un accès continu au financement. La discussion sur l endettement des ménages a commencé à changer nettement d orientation à la fin de 2009, avec le début de la reprise économique. À ce moment-là, l attention était fixée sur la vulnérabilité grandissante des ménages, compte tenu de l imminence des hausses des taux d intérêt. Des avertissements ont alors été lancés par CGA-Canada et par des institutions aussi réputées que la Banque du Canada, le ministère des Finances du Canada, le C.D. Howe Institute et l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Les politiques publiques se sont donc davantage axées sur l action et ont cherché à empêcher les ménages canadiens de dépasser leurs capacités financières. Par conséquent, un certain nombre de mesures concrètes visant à resserrer les règles d approbation des prêts hypothécaires et à améliorer les pratiques de communication de l information dans l industrie des cartes de crédit ont été mises en œuvre. L attention accrue portée par les responsables des politiques à la question de l endettement des ménages a coïncidé plutôt bien avec un changement dans 17

18 l évolution de la croissance de la dette (et l a peut-être même engendré). Aussi ironique que cela puisse paraître, l endettement des ménages canadiens a commencé à montrer des signes d évolution anticyclique. La majeure partie de la première décennie des années 2000 a été caractérisée par une forte croissance de l endettement, à la fois pendant les années de forte expansion économique et pendant la Grande récession de 2008 et Par contre, tout au long de 2010 année marquée par un net renforcement de la reprise économique la croissance de la dette des ménages a ralenti, progressivement mais constamment. Doit-on conclure qu il s agit d une tendance encourageante et que les politiques publiques ont porté fruits? Ou doit-on considérer qu il s agit d une menace qui risque de limiter la consommation personnelle et d enrayer la reprise qui s amorce? L endettement des ménages canadiens a commencé à montrer des signes d évolution anticyclique. Quelle que soit la réponse, la plupart des analystes abordent l enjeu de la dette des ménages dans une perspective «macroéconomique» globale; c est le cas de la Banque du Canada la banque centrale canadienne qui, en plus de l établissement de la politique monétaire et de la promotion de systèmes financiers sûrs et fiables, assure le suivi de nombreux facteurs, notamment la santé financière des ménages. Il s agit d une question de première importance pour elle, car le niveau et l affectation des dépenses de consommation ont une incidence à la fois sur la conduite de la politique monétaire et sur la stabilité du système financier 1. Si cette approche est essentielle à une économie équilibrée, elle masque le fait que le fardeau de la dette est supporté par chaque ménage individuellement, et l utilisation d agrégats, de médianes et de moyennes peut être trompeuse d un point de vue individuel. Le niveau des taux d intérêt, les types d instruments d emprunt et les pratiques d emprunt sont relativement similaires dans tout le Canada; cependant, certains ménages peuvent vivre une situation très différente en ce qui concerne les préoccupations et les tensions qui découlent de l accroissement de leur dette et de la difficulté à s acquitter des remboursements périodiques. La question de l endettement des ménages a fait l objet d une première étude de CGA-Canada au début de CGA cherchait alors à savoir si les Canadiens avaient trop emprunté et si l économie dépendait de la consommation de manière disproportionnée. L étude cherchait aussi à analyser le niveau d endettement des Canadiens et les risques prospectifs associés au fardeau croissant de la dette. Bien que nous admettions que le niveau d endettement est un choix personnel légitime, nous nous sommes sentis tenus de sensibiliser les lecteurs aux risques potentiels liés à l accroissement de la dette de chaque ménage. En 2009 et en 2010, CGA-Canada s est à nouveau intéressée à cette question pour comprendre dans quelle mesure la crise financière et 1 Banque du Canada. La situation financière des ménages et la croissance économique, discours d Agathe Côté, sous-gouverneure de la Banque du Canada, devant le Canadian Club of Kingston, 10 janvier

19 le ralentissement économique avaient aggravé la situation financière des ménages canadiens 2. Aujourd hui, la question de l endettement des ménages est considérée comme un enjeu majeur dans le contexte du ralentissement récent de l économie et des éléments d incertitude persistants dans les perspectives économiques canadienne et mondiale. Cet enjeu est d autant plus important que la situation se détériore dans le secteur des ménages et que les dépenses et les finances des ménages sont cruciales pour l économie canadienne et la stabilité du système financier. Par conséquent, au printemps de 2011, CGA-Canada s est à nouveau intéressée à cette question pour déterminer si la reprise économique actuelle avait allégé les tensions financières des ménages. Le but premier de notre recherche a été de cerner le point de vue des Canadiens sur l évolution de leur endettement et de leur patrimoine et d examiner ces constatations dans le contexte de faits et de chiffres publiquement accessibles. À cette fin, nous avons intégré les résultats d un sondage d opinion commandé par CGA-Canada à l hiver à une analyse de l information statistique disponible surtout auprès de Statistique Canada. Le fardeau de la dette est supporté par chaque ménage individuellement, et l utilisation d agrégats, de médianes et de moyennes peut être trompeuse. Dans le texte qui suit, nous commençons par présenter les principales constatations du sondage d opinion. À partir de ces constatations, nous analysons l ampleur de la reprise économique observée en 2010, ainsi que les principaux indicateurs de l endettement des ménages. Ensuite, nous présentons les incidences de la situation économique actuelle sur les ménages endettés. Nous concluons en mettant en évidence les aspects les plus fondamentaux de nos constatations et en proposant certaines recommandations pratiques. Vous trouverez à l annexe A les constatations détaillées du sondage effectué en 2011 et, à l annexe B, une description de la méthodologie du sondage d opinion publique ainsi qu un exemplaire du questionnaire utilisé. 2 CGA-Canada. Où va l argent? La croissance de l endettement des ménages au Canada, 2007; CGA-Canada. Où va l argent? L endettement des ménages canadiens dans une économie en déroute, 2009; CGA-Canada. Où est l argent aujourd hui? L endettement des ménages canadiens à l aube de la reprise économique, 2010 (accessibles en ligne à 19

20 20

Où est l argent aujourd hui?

Où est l argent aujourd hui? Où est l argent aujourd hui? L endettement des ménages canadiens à l aube de la reprise économique Publié à l origine par l une des organisations unifiées au sein de CPA Canada Remerciements CGA-Canada

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Où est l argent aujourd hui?

Où est l argent aujourd hui? Où est l argent aujourd hui? L endettement des ménages canadiens à l aube de la reprise économique Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Remerciements CGA-Canada tient

Plus en détail

Où va l argent? L endettement des ménages canadiens dans une économie en déroute

Où va l argent? L endettement des ménages canadiens dans une économie en déroute Où va l argent? L endettement des ménages canadiens dans une économie en déroute Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Remerciements CGA-Canada tient à remercier Rock

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens

Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens Un exposé du vice-président, Recherche et normalisation, de CGA-Canada, Rock Lefebvre Colloque international sur la consommation Montréal

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

L endettement des ménages

L endettement des ménages Comité sénatorial permanent des banques et du commerce Ottawa, le jeudi 23 juin 2011 L endettement des ménages Présentation par : L Association des comptables généraux accrédités du Canada Rock Lefebvre,

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque?

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? BUDGET ET GESTION DES FINANCES PERSONNELLES Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? Les taux d intérêt n ont jamais été aussi bas au Canada, mais il faut s attendre

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt?

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? juin 1 Comme ailleurs au pays, les dettes des Québécois ont augmenté beaucoup plus rapidement

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l hiver 213-214 Vol. 1.4 13 janvier 214 Des signaux positifs ressortent de l enquête menée cet hiver, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Les finances des ménages canadiens

Les finances des ménages canadiens Les finances des ménages canadiens Une nouvelle réalité Étude économique Les finances des ménages canadiens Une nouvelle réalité ii Les finances des ménages canadiens - Une nouvelle réalité À propos de

Plus en détail

Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie. Printemps 2015

Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie. Printemps 2015 Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie Printemps 2015 1 Points saillants Les propriétaires canadiens ont pris ou sont disposés à prendre des mesures concrètes pour se désendetter plus

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Épargne et dépenses NIVEAU 11-12

Épargne et dépenses NIVEAU 11-12 NIVEAU 11-12 Au cours de la présente leçon, les élèves examineront le pour et le contre de l épargne et des dépenses. Ils verront aussi l effet de l intérêt sur l épargne et les emprunts. Ils discuteront

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Où va l argent? La croissance de l endettement des ménages au Canada. Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada

Où va l argent? La croissance de l endettement des ménages au Canada. Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Où va l argent? La croissance de l endettement des ménages au Canada Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Remerciements CGA-Canada tient à remercier Rock Lefebvre, P.Adm.,

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

Sondage de CPA Canada sur les dépenses de l été

Sondage de CPA Canada sur les dépenses de l été Sondage de CPA Canada sur les dépenses de l été Document d information Préparé pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 30 juin 2015 Informations sur le sondage Le sondage de CPA Canada sur

Plus en détail

Où les Canadiens envisagent-ils de vivre à leur retraite et pourquoi?

Où les Canadiens envisagent-ils de vivre à leur retraite et pourquoi? Où les Canadiens envisagent-ils de vivre à leur retraite et pourquoi? L Institut Info-Patrimoine offre de l information et propose des stratégies relatives à la planification du patrimoine et aux décisions

Plus en détail

Article. Jeux de hasard 2011. par Katherine Marshall

Article. Jeux de hasard 2011. par Katherine Marshall Composante du produit n o 75-001-X au catalogue de Statistique Canada L emploi et le revenu en perspective Article Jeux de hasard 2011 par Katherine Marshall 23 septembre 2011 Statistique Canada Statistics

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Jeux de hasard juillet 2009

Jeux de hasard juillet 2009 juillet 2009 Les recettes nettes tirées des loteries, des appareils de loterie vidéo (ALV), des casinos et des machines à sous à l extérieur des casinos gérés par l État ont augmenté de façon soutenue,

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Perspectives 2015 du marché de la revente

Perspectives 2015 du marché de la revente HORIZON immobilier 2015 Perspectives 2015 du marché de la revente Par Paul Cardinal Directeur, Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Plan de la présentation 1 2 3 4 Facteurs

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail