Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?"

Transcription

1 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de s accélérer au fil de Même si l économie américaine a été perturbée en début d année par des conditions météorologiques difficiles, celle-ci devrait reprendre de la vigueur prochainement. Compte tenu de la faiblesse du dollar canadien qui oscille autour de 80 US et du bas niveau prolongé des prix du pétrole, les entreprises manufacturières (hors énergie) bénéficient d un contexte très favorable. Les exportations du Québec et de l Ontario ont beaucoup progressé depuis l année dernière, mais l effet d entraînement sur les investissements des entreprises tarde à se faire sentir. La remontée attendue sera-t-elle bientôt au rendez-vous? Les exportations stimuleront les investissements Les exportations internationales du Québec ont mis du temps à récupérer tout le terrain perdu lors de la récession de La période de rattrapage a cependant été complétée l an dernier et les expéditions à l étranger ont affiché par la suite une solide croissance (graphique 1). En Ontario, il reste encore un peu de chemin à parcourir pour rejoindre le sommet pré-récession. La récente faiblesse des ventes manufacturières dans les deux provinces incite toutefois à la prudence. Habituellement, les investissements des entreprises sont étroitement liés aux exportations, parfois avec un décalage de quelques trimestres (graphique 2). Pour l instant, la relance des investissements en construction non résidentielle se fait encore attendre au Québec alors qu elle a pris une pause en Ontario (graphiques 3). La stabilité des Graphique 1 Les exportations internationales de marchandises* ont augmenté au Québec et en Ontario En G$ En G$ 7,0 6,5 6,0 5,5 5,0 10 4,5 9 4, Graphique 2 La hausse des exportations* au Québec devrait bientôt entraîner les investissements des entreprises En G$ de 2007 En G$ de Exportations (gauche) * Exportations totales du Québec vers les autres pays et le reste du Canada. Sources : Institut de la statistique du Québec et Desjardins, Études économiques Investissements (droite) Graphique 3 Les investissements des entreprises diminuent au Québec et s essoufflent en Ontario En M$ de 2007 En M$ de 2007 Construction de bâtiments non résidentiels Grève de la construction Québec (gauche) Ontario (droite) Québec (gauche) Ontario (droite) * Moyennes mobiles six mois. Sources : Statistique Canada et Desjardins, Études économiques Sources : Statistique Canada et Desjardins, Études économiques François Dupuis Hélène Bégin ou , poste 2336 Vice-président et économiste en chef Économiste principale Courriel : Note aux lecteurs : Pour respecter l usage recommandé par l Office de la langue française, nous employons dans les textes et les tableaux les symboles k, M et G pour désigner respectivement les milliers, les millions et les milliards. Mise en garde : Ce document s appuie sur des informations publiques, obtenues de sources jugées fiables. Le Mouvement des caisses Desjardins ne garantit d aucune manière que ces informations sont exactes ou complètes. Ce document est communiqué à titre informatif uniquement et ne constitue pas une offre ou une sollicitation d achat ou de vente. En aucun cas, il ne peut être considéré comme un engagement du Mouvement des caisses Desjardins et celui-ci n est pas responsable des conséquences d une quelconque décision prise à partir des renseignements contenus dans le présent document. Les prix et les taux présentés sont indicatifs seulement parce qu ils peuvent varier en tout temps, en fonction des conditions de marchés. Les rendements passés ne garantissent pas les performances futures, et les Études économiques du Mouvement des caisses Desjardins n assument aucune prestation de conseil en matière d investissement. Les opinions et prévisions figurant dans le document sont, sauf indication contraire, celles des auteurs et ne représentent pas la position officielle du Mouvement des caisses Desjardins. Copyright 2015, Mouvement des caisses Desjardins. Tous droits réservés.

2 Point de vue économique 28 avril importations en machines et matériel n indique pas non plus une remontée des sommes investies pour l achat d équipement (graphique 4). Quelles sont les perspectives pour les prochains trimestres? 0,50 0,45 0,40 Graphique 4 Les importations de machines et matériel manquent de vigueur En G$ En G$ 7,0 6,5 6,0 Graphique 6 La confiance des PME n est pas très convaincante au Québec et en Ontario Indice Indice ,35 5,5 Québec Ontario PME : petites et moyennes entreprises Sources : Fédération canadienne de l entreprise indépendante et Desjardins, Études économiques 0, Québec (gauche) Ontario (droite) Sources : Statistique Canada et Desjardins, Études économiques 5,0 Le redressement des finances publiques au Québec et en Ontario peut également influencer le degré de confiance des entreprises. Encore beaucoup d incertitudes Pour que les intentions d investir se concrétisent, plusieurs conditions doivent être réunies. La situation financière des entreprises doit d abord être favorable. Si les bénéfices d exploitation augmentent (graphique 5), il peut s agir d un déclencheur. La confiance des entreprises envers les perspectives doit cependant être suffisamment élevée pour que celles-ci passent à l action. Or, selon le Baromètre des affaires MD, le moral des dirigeants de petites et moyennes entreprises (PME) a remonté au Québec, mais il demeure relativement faible (graphique 6). En Ontario, bien que le niveau de confiance soit plus élevé, une tendance baissière a caractérisé les derniers mois. Les incertitudes associées au prix de l énergie qui ébranlent l économie canadienne, et qui ont même incité la Banque du Canada (BdC) à abaisser ses taux directeurs en janvier, sont probablement à l origine de ce climat de prudence. Les difficultés de l économie mondiale sont probablement aussi une source de préoccupation. Graphique 5 Les profits des entreprises ont augmenté au Québec et en Ontario En G$ En G$ Québec (gauche) Ontario (droite) Sources : Institut de la statistique du Québec, ministère des Finances de l Ontario et Desjardins, Études économiques L évolution de la construction non résidentielle reflète la volonté des entreprises à construire des bâtiments ou à agrandir leurs installations déjà existantes. Pour l instant, les entreprises du secteur commercial et industriel 1 demeurent frileuses au Québec (graphique 7). Les perspectives sont mitigées pour les espaces de commerces : la phase d expansion du commerce de détail fait place à une période de consolidation qui se traduit par la disparition de certaines chaînes ou la fermeture de points de vente moins rentables. La construction de nouvelles surfaces pour les détaillants devrait donc être assez limitée en La vague de revitalisation des centres commerciaux déjà existants continuera toutefois d alimenter l investissement dans le Graphique 7 La construction est en baisse dans tous les secteurs d activité au Québec En M$ de 2007 En M$ de 2007 Bâtiments non résidentiels Grève de la construction Commercial (gauche) Sources : Statistique Canada et Desjardins, Études économiques Industriel (droite) 1 Dans l enquête de Statistique Canada portant sur les investissements en construction de bâtiments non résidentiels, le secteur industriel comprend surtout les usines de fabrication et les entrepôts, tandis que le secteur commercial est principalement composé des immeubles de bureaux et des espaces pour les commerces

3 Point de vue économique 28 avril secteur commercial. Du côté des immeubles de bureaux, la construction neuve devrait faire une pause à Québec et à Montréal puisque l ajout de quelques édifices a fait remonter un peu les taux d inoccupation. À brève échéance, il ne faut pas espérer un redressement de l investissement commercial dans la province. Espoir dans le milieu industriel L avenir s avère plus prometteur dans le secteur industriel. La vigueur de l économie américaine, la faiblesse du huard et des prix du pétrole accentuent le contexte propice pour les exportations. Plusieurs industries fonctionnent près de leur capacité maximale de production au Canada, notamment celles plus présentes au Québec et en Ontario. Le matériel de transport (94,1 %), les produits du bois (83,7 %) et le papier (90,6 %) en sont quelques exemples. Le fait de tourner presque à plein régime accroît la rentabilité des usines, ce qui devrait en principe favoriser les investissements pour la modernisation ou l agrandissement des installations. Étant donné que les profits des entreprises pointent vers le haut, les investissements devraient bientôt se redresser. La confiance devra toutefois se raffermir dans le milieu industriel avant que cela se produise au Québec. En Ontario, le moral des dirigeants de PME évolue en dents de scie, mais le niveau de l indice s avère plus élevé que dans la province voisine. Les investissements commerciaux ont légèrement fléchi dernièrement, mais ceux du secteur industriel ontarien se redressent depuis quelques trimestres (graphique 8). Graphique 8 En Ontario, la construction remonte dans le secteur industriel et fléchit dans le commercial En M$ de 2007 En M$ de 2007 Bâtiments non résidentiels Commercial (gauche) Sources : Statistique Canada et Desjardins, Études économiques Industriel (droite) Même si quelques signaux sont positifs, certains risques sont toutefois présents. Selon l Enquête sur les perspectives des entreprises de la BdC, les difficultés du secteur énergétique dans les provinces productrices de pétrole pourraient avoir un effet de contagion sur d autres secteurs et d autres régions du pays. Les exportations vers les autres provinces seraient ainsi particulièrement vulnérables. Même si les exportations internationales du Québec pointent vers le haut, celles-ci représentent environ 60 % du total des expéditions effectuées à l extérieur. L autre part est destinée aux autres provinces canadiennes qui risquent davantage de subir un ralentissement. Bien que le commerce entre le Québec et l Ontario domine les échanges sur le plan provincial, les exportations vers les autres provinces ont tout de même de l importance. Or, la croissance économique s affaiblira en 2015 dans plusieurs régions du pays, ce qui affectera les exportations interprovinciales. La progression du PIB réel sera toutefois plus rapide au Québec et en Ontario cette année grâce au commerce international et à l accélération graduelle des investissements des entreprises (graphiques 9 et 10). L investissement en machines et outillage devrait renouer avec la croissance dans les deux provinces cette année. Cependant, la construction non résidentielle parviendra à se redresser uniquement en Ontario. Une légère baisse est prévue au Québec puisque le virage n est pas encore amorcé pour les bâtiments du secteur industriel. 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 Graphique 9 La croissance économique plus rapide aux États-Unis aura des répercussions ici Var. ann. en % Var. ann. en % PIB réel 3,5 3,5 Prévisions de Desjardins États-Unis Québec Ontario Sources : Datastream, Institut de la statistique du Québec, ministère des Finances de l Ontario, Statistique Canada et Desjardins, Études économiques Graphique 10 Perspectives des investissements des entreprises au Québec et en Ontario Var. ann. en % Var. ann. en % 8 8 Québec Ontario (2) (2) (4) (4) (6) (6) (8) (8) (10) (10) (12) (12) p p Machines et matériel Construction non résidentielle p : prévisions Sources : Datastream, Institut de la statistique du Québec, ministère des Finances de l Ontario, Statistique Canada et Desjardins, Études économiques 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 Hélène Bégin Économiste principale 3

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire 9 janvier 1 Cycle de l immobilier résidentiel au Québec : bien différent de celui du Canada L an dernier, le marché de l habitation au pays a continué de défier à la hausse les pronostics tant au niveau

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

RÉGION ADMINISTRATIVE DU BAS-SAINT-LAURENT

RÉGION ADMINISTRATIVE DU BAS-SAINT-LAURENT Volume 9 / Région 1 RÉGION ADMINISTRATIVE DU BAS-SAINT-LAURENT Survol et prévisions économiques Août 214 Études régionales, Août 214 Volume 9 / Région 1 www.desjardins.com/economie Tableau 1 Principaux

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

PERSPECTIVES SECTORIELLES 2013-2015 BAS-SAINT-LAURENT

PERSPECTIVES SECTORIELLES 2013-2015 BAS-SAINT-LAURENT PERSPECTIVES SECTORIELLES 2013-2015 BAS-SAINT-LAURENT Automne 2013 P a g e 1 Auteur Sylvain Labbé, économiste Service Canada Région du Bas-Saint-Laurent Téléphone : 877-844-3331, poste 224 Courriel : sylvain.labbe@servicecanada.gc.ca

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Mars 2015. discours sur le budget 2015-2016. Prononcé à l Assemblée nationale par M. Carlos Leitão, ministre des Finances, le 26 mars 2015.

Mars 2015. discours sur le budget 2015-2016. Prononcé à l Assemblée nationale par M. Carlos Leitão, ministre des Finances, le 26 mars 2015. Mars 2015 discours sur le budget 2015-2016 Prononcé à l Assemblée nationale par M. Carlos Leitão, ministre des Finances, le 26 mars 2015. NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne aussi bien

Plus en détail

Différent Performant Présent. Rapport financier 2007

Différent Performant Présent. Rapport financier 2007 Différent Performant Présent Rapport financier 2007 DESJARDINS, LE PLUS GRAND GROUPE FINANCIER COOPÉRATIF AU CANADA Desjardins, c est plus qu une banque. C est le plus grand groupe financier intégré de

Plus en détail

FRANCE : MOINS D AUSTÉRITÉ, PLUS DE CROISSANCE PERSPECTIVES 2013-2014 POUR L ÉCONOMIE FRANÇAISE

FRANCE : MOINS D AUSTÉRITÉ, PLUS DE CROISSANCE PERSPECTIVES 2013-2014 POUR L ÉCONOMIE FRANÇAISE FRANCE : MOINS D AUSTÉRITÉ, PLUS DE CROISSANCE PERSPECTIVES 2013-2014 POUR L ÉCONOMIE FRANÇAISE Département analyse et prévision 1, Éric Heyer, Marion Cochard, Bruno Ducoudré et Hervé Péléraux En 2013,

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

L endettement au Canada :

L endettement au Canada : L endettement au Canada : Les consommateurs canadiens ont-ils encore les moyens d être un moteur de l économie? Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Remerciements CGA-Canada

Plus en détail

Impact d Internet sur l économie française. Comment Internet transforme notre pays

Impact d Internet sur l économie française. Comment Internet transforme notre pays Impact d Internet sur l économie française Comment Internet transforme notre pays Impact d Internet sur l économie française Comment Internet transforme notre pays 1 Table des matières 3 Préface 4 Avant-propos

Plus en détail

Énergie Est Retombées économiques du projet de conversion du réseau principal de TransCanada

Énergie Est Retombées économiques du projet de conversion du réseau principal de TransCanada Énergie Est Retombées économiques du projet de conversion du réseau principal de TransCanada Septembre, 2013 Table des matières Avertissements... 1 Résumé... 3 Introduction... 6 Description du projet Énergie

Plus en détail

La question de la performance de la productivité

La question de la performance de la productivité Pourquoi les Américains sont-ils plus productifs que les Canadiens? Andrew Sharpe* Centre d étude des niveaux de vie La question de la performance de la productivité du Canada a retenu beaucoup d attention

Plus en détail

Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1

Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1 Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1 Au cours des trois mois écoulés jusqu à début décembre, les prévisions en matière de croissance économique mondiale

Plus en détail

Un foyer, c est l espoir Stratégie de logement du Nouveau-Brunswick

Un foyer, c est l espoir Stratégie de logement du Nouveau-Brunswick Un foyer, c est l espoir Stratégie de logement du Nouveau-Brunswick Société d habitation du Nouveau-Brunswick Ministère du développement social CNB7140 Un foyer, c est l espoir Stratégie de logement du

Plus en détail

Rencontres économiques. La déflation est-elle encore à craindre en zone euro? 19 mai 2015. Synthèse

Rencontres économiques. La déflation est-elle encore à craindre en zone euro? 19 mai 2015. Synthèse Rencontres économiques La déflation est-elle encore à craindre en zone euro? 19 mai 2015 Synthèse Sommaire Sommaire... 0 La déflation est elle encore à craindre en zone euro?... 2 Introduction... 2 Rémi

Plus en détail

LES CONDITIONS D UNE HAUSSE DES SALAIRES SONT RÉUNIES

LES CONDITIONS D UNE HAUSSE DES SALAIRES SONT RÉUNIES Vue d ensemble pour les investisseurs NUMÉRO 9 AVRIL 1 ERIC LASCELLES Économiste en chef RBC Gestion mondiale d actifs Inc. POINTS SAILLANTS Après avoir traversé avec peine un hiver rigoureux, l embauche

Plus en détail

se donner le goût de prospérer au QuÉbeC!

se donner le goût de prospérer au QuÉbeC! se donner le goût de prospérer au QuÉbeC! ÉTUDE SUR LA PROSPÉRITÉ #1 Mars 2015 Une initiative du CPQ www.cpq.qc.ca #ProspéritéQC Étude sur la prospérité # 1 mars 2015 page 1 AVANT-PROPOS SE DONNER LE goût

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Vingt milliards de dollars de plus en six ans. Les retombées économiques d une réduction de la consommation de pétrole au Québec

Vingt milliards de dollars de plus en six ans. Les retombées économiques d une réduction de la consommation de pétrole au Québec Vingt milliards de dollars de plus en six ans Les retombées économiques d une réduction de la consommation de pétrole au Québec Cette étude a été réalisée par le Regroupement national des conseils régionaux

Plus en détail

RIGUEUR RESPONSABILITÉ DANS LA GESTION DES DÉPENSES

RIGUEUR RESPONSABILITÉ DANS LA GESTION DES DÉPENSES RIGUEUR ET RESPONSABILITÉ DANS LA GESTION DES DÉPENSES RIGUEUR ET RESPONSABILITÉ DANS LA GESTION DES DÉPENSES «... des choix plus rigoureux et responsables s imposent.» Rigueur et responsabilité dans

Plus en détail

Le transfert des entreprises à la relève : un enjeu majeur pour l économie du Québec et la pérennité CRÉATEURS D AFFAIRES

Le transfert des entreprises à la relève : un enjeu majeur pour l économie du Québec et la pérennité CRÉATEURS D AFFAIRES Le transfert des entreprises à la relève : un enjeu majeur pour l économie du Québec et la pérennité des PME CRÉATEURS D AFFAIRES Une étude commanditée par le Dans le cadre de l édition 2014 du Réalisée

Plus en détail

Département Régional de l Afrique Centrale

Département Régional de l Afrique Centrale Environnement de l Investissement Privé dans les Pays de la Communauté Économique des États de l Afrique Centrale Contraintes et Perspectives Rapport régional Département Régional de l Afrique Centrale

Plus en détail

Qui s'enrichit, qui s'appauvrit

Qui s'enrichit, qui s'appauvrit Qui s'enrichit, qui s'appauvrit 1976 2006 Eve-Lyne Couturier Bertrand Schepper Institut de recherche et d informations socio-économiques Institut de recherche et d informations socio-économiques isbn

Plus en détail

faux VRAI FAUX vrai VRAI POUR TOUT SAVOIR SUR L ÉLECTRICITÉ

faux VRAI FAUX vrai VRAI POUR TOUT SAVOIR SUR L ÉLECTRICITÉ faux VRAI FAUX POUR TOUT SAVOIR SUR L ÉLECTRICITÉ vrai VRAI Énergie Réseaux Pour tout savoir sur l électricité Demande Efficacité Énergétique CO2 EnR Allemagne Mix de production électrique Prix Équilibre

Plus en détail

Un plan d action pour les infrastructures au Burundi

Un plan d action pour les infrastructures au Burundi Un plan d action pour les infrastructures au Burundi Accélérer l intégration régionale Résumé analytique Banque africaine de développement Un plan d action pour les infrastructures au Burundi Accélérer

Plus en détail

Mémoire d Énergie Valero Inc. dans le cadre des consultations de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec

Mémoire d Énergie Valero Inc. dans le cadre des consultations de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec Mémoire d Énergie Valero Inc. dans le cadre des consultations de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec La place du raffinage et des produits pétroliers dans le bilan énergétique et économique

Plus en détail

La tarification des services publics : financement différent ou taxe supplémentaire? Fascicule 5 : À la croisée des chemins

La tarification des services publics : financement différent ou taxe supplémentaire? Fascicule 5 : À la croisée des chemins La tarification des services publics : financement différent ou taxe supplémentaire? Document de travail 2009/03 Gilles N. LARIN Daniel BOUDREAU 17 février 2009 La mission de la Chaire de recherche en

Plus en détail

En 1999, on dénombrait 3,6 millions de

En 1999, on dénombrait 3,6 millions de Non-syndiqués assujettis à une convention collective Ernest B. Akyeampong En 1999, on dénombrait 3,6 millions de travailleurs syndiqués au Canada. On comptait en outre plus d un quart de million d employés

Plus en détail