Revue du marché hypothécaire canadien les risques sont faibles et maîtrisés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue du marché hypothécaire canadien les risques sont faibles et maîtrisés"

Transcription

1 Revue du marché hypothécaire canadien les risques sont faibles et maîtrisés Janvier 2010 Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning Économiste en chef de l ACCHA

2 Revue du marché hypothécaire canadien les risques sont faibles et maîtrisés En octobre 2008, l Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités ( «ACCHA») a publié un rapport qui concluait que «les risques sont contrôlés dans le marché hypothécaire canadien». Ce rapport répondait aux inquiétudes sur les risques potentiels pour les marchés canadiens de l habitation et du crédit hypothécaire, y compris les allégations voulant que les consommateurs canadiens soient «surendettés», et que les marchés puissent tomber dans une spirale à la baisse similaires à celle des États-Unis. Plus d un an plus tard, le ciel n est certainement pas tombé. Entre-temps, on continue d entendre les mêmes commentaires concernant le surendettement des consommateurs. Cela inclut même la «Revue du système financier» (parue en décembre 2009), dans laquelle la Banque du Canada exprimait ainsi son inquiétude : «la croissance soutenue de l endettement des ménages dans le contexte d un environnement de hausse des taux va augmenter la vulnérabilité des ménages à un choc négatif sur le moyen terme». Les simulations de la Banque du Canada ont indiqué que le pourcentage de ménages canadiens ayant un ratio de remboursement élevé (supérieur à 40 %) pourrait atteindre jusqu à 9,6 % d ici le milieu de 2012, alors que la moyenne était de 6,1 % au cours des dix dernières années. La principale menace identifiée par les simulations de la Banque du Canada est qu un nombre accru de Canadiens deviennent incapables d honorer leurs obligations financières, avec des conséquences négatives pour les institutions financières canadiennes. L analyse de la Banque du Canada conclut : «Lorsqu ils empruntent des fonds, en particulier sous la forme de prêts hypothécaires, les ménages doivent estimer leur capacité à rembourser cette dette jusqu à son échéance, en tenant compte des variations possibles de leur revenu et des taux d intérêt, ainsi que des risques entachant leurs hypothèses.» Cette conclusion de la Banque du Canada est le point de départ du présent rapport de recherche de l ACCHA. Cette nouvelle recherche trouve que les Canadiens sont effectivement en train d évaluer leurs capacités (et vulnérabilités). Ils sont prudents et la grande majorité des emprunteurs hypothécaires canadiens ne prennent pas de risques indus. Ils sont préparés à l éventualité d une hausse des taux. Une montagne grandissante de dettes hypothécaires En octobre 2009, le solde des prêts hypothécaires résidentiels canadiens était de 952 G$. 1 Cela représentait environ 60 % de plus que cinq ans plus tôt, ce qui fait un taux de croissance de 10 % par an. Ce taux de croissance était nettement supérieur à la croissance des revenus et donc la dette hypothécaire est devenue un fardeau croissant pour les ménages canadiens. 1 Ce total, publié par la Banque du Canada, comprend les prêts hypothécaires aux propriétaires-occupants de même qu'aux propriétaires investisseurs et aux logements vacants. Le rapport d'automne 2009 de l'accha, intitulé «L État annuel du marché hypothécaire résidentiel» indique que les prêts hypothécaires couvrant des logements habités par leur propriétaire s'élevaient à un peu plus de 700 G$.. Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 1

3 Au cours de la récession, le marché de l habitation a ralenti et il y a eu une décélération correspondante du taux de croissance pour le marché hypothécaire. En octobre 2009, le taux de croissance annuel était de 7,1 % (soit une expansion de 63 G$). La croissance du crédit hypothécaire a diminué par rapport aux années précédentes, mais reste assez robuste. La croissance rapide du crédit hypothécaire a deux causes principales : L augmentation du prix des habitations. Au cours des cinq dernières années, le prix de vente moyen au Canada a augmenté en moyenne de 7,8 % par an, et les montants d hypothèque moyenne ont augmenté aussi. Depuis la fin des années 1990, un grand nombre de ménages canadiens sont devenus propriétaires. En 1996, le recensement a révélé que 63,6 % des ménages canadiens étaient propriétaires de leur habitation. En 2006, la part était passée à 68,4 %. Aujourd hui, la part est proche de 70 %. La plupart des nouveaux propriétaires ont besoin de prêts hypothécaires et donc le nombre de détenteurs d hypothèques a augmenté très rapidement, de 3,54 millions en 1996 à environ 5,425 millions aujourd hui, soit une augmentation de près de 2 millions. Le passage de la location à la propriété représente au moins la moitié de la croissance du crédit hypothécaire au Canada. Ces données donnent certainement lieu à une question à savoir si les Canadiens contractent trop de dettes Quelques nouvelles données sur les prêts hypothécaires au hypothécaires. Mais, les Canada données déjà publiées selon lesquelles une part importante de la croissance de la dette est due à un mouvement massif d accession à la propriété tempèrent notre inquiétude, à condition que les Canadiens se montrent prudents. Et, les données présentées ci-dessous nous montrent qu ils le sont. Prudence des prêteurs et des emprunteurs L une des préoccupations exprimées suggère qu une part importante des acheteurs contractent des hypothèques à taux variable, pour lesquelles les taux d intérêt sont maintenant à des niveaux Toute personne qui étudie le marché hypothécaire canadien a appris qu'il y a un grave manque de données. Ce projet de recherche a compilé un «microfichier» de données qui a été utilisé pour profiler les caractéristiques des prêts récents et simuler les effets des taux d'intérêt futurs. Les données, fournies par les entreprises membres de l'accha, comprennent plus de prêts hypothécaires, totalisant 10 G$, qui ont été financés en 2009, pour les achats d'habitation (excluant les renouvellements ou les refinancements de crédits hypothécaires existants). Sur la même période, l'activité hypothécaire totale pour les achats d'habitation était de l'ordre de 60 G$. Cet ensemble de données représente donc environ un sixième de l'activité totale. Il n'y a aucune garantie que cet ensemble de données représente exactement les caractéristiques de tous les nouveaux prêts hypothécaires, mais il est fort probable qu'il constitue une bonne approximation. La grande majorité des prêts hypothécaires dans l'ensemble de données sont des hypothèques assurées à ratio élevé. Par conséquent, dans la mesure où le «vrai» profil de risque du marché hypothécaire canadien diffère des conclusions de ce rapport, le niveau de risque est encore plus faible que dépeint ici. Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 2

4 exceptionnellement bas (généralement de 2,25 %, comparativement aux 5 % et plus d avant la récession en 2007, le taux moyen des prêts hypothécaires variables était d environ 5,25 %). On suppose également que ces consommateurs empruntent le maximum auquel ils ont droit aux taux actuels. Si cela était exact, il y aurait matière à inquiétude, parce que les taux d intérêt finiront par revenir à des niveaux plus normaux et les versements hypothécaires mensuels augmenteront brusquement. Ces observations ne sont pas basées sur des données réelles, et elles sont mal informées. Le sondage de l automne 2009 mené par l ACCHA parmi les emprunteurs hypothécaires a montré que les taux variables et ajustables étaient les plus couramment utilisés par les personnes cherchant à renouveler leur hypothèque. Leur taux d intérêt actuels sont bien en deçà de ce qu ils étaient en mesure de se permettre auparavant, et même dans l éventualité d une augmentation importante des taux, leurs paiements obligatoires ne seraient pas plus élevés que ce qu ils pouvaient auparavant se permettre. Parmi ceux qui ont renouvelé leur prêt hypothécaire dans la dernière année, 30 % ont pris une hypothèque à taux variable. Dans le sondage d automne 2009, parmi ceux qui avaient acheté une maison au cours de l année écoulée, 20 % avaient contracté une hypothèque à taux variable et 80 %, une hypothèque à taux fixe. Les recherches menées pour ce rapport montrent qu en 2009, 86 % des prêts hypothécaires résidentiels étaient à taux fixe. La part a diminué à la fin de l année, alors qu un écart accru entre les taux variables (généralement 2,25 %) et les taux fixes (autour de 4,0 %) a encouragé un plus grand recours aux prêts hypothécaires à taux variable. Même ainsi, la part des hypothèques à taux fixe est restée très élevée. Comme on l explique plus loin, cette orientation vers les prêts hypothécaires à taux variable n a pas abouti à un risque accru. Parmi les emprunteurs qui ont choisi des hypothèques à taux fixe, une part énorme a opté pour la sécurité des durées plus longues. Moins de 5 % ont choisi un terme de deux ans ou moins. Par ailleurs, 20 % ont pris trois ans. Environ 5 % ont pris quatre ans. Il restait donc 70 % qui ont choisi des termes de cinq ans ou plus. Ces emprunteurs se sont donné amplement l occasion de se préparer à toute augmentation future des paiements, en laissant le temps de réduire leurs prêts hypothécaires en effectuant leurs paiements réguliers et en faisant potentiellement des précomptes, ainsi qu en enregistrant des gains de revenus. En combinant ces facteurs (86 % des hypothèques étaient à taux fixes et de ce nombre 95 % avaient Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 3

5 une durée de trois ans ou plus), 81 % de ces emprunteurs hypothécaires ont opté pour une grande sécurité. Il n est pas vrai que les acheteurs qui prennent des prêts hypothécaires à taux variable empruntent aux limites de ce qu ils peuvent actuellement se permettre. Pour les prêts hypothécaires assurés à taux variable, les prêteurs doivent «qualifier» les emprunteurs (calculer l abordabilité) en se basant sur des taux fixes de trois ans, et non sur le taux des contrats réels. Cela donne aux emprunteurs une capacité considérable d absorber les hausses de taux futures. En outre, la grande majorité des emprunteurs empruntent moins que ce qu ils pouvaient se le permettre, même a des taux d intérêt plus élevés. Ces points sont illustrés ci-dessous en utilisant les chiffres de la base de données de l ACCHA. L ensemble de données indique que le coefficient d amortissement brut de la dette (ABD) pour tous les emprunteurs hypothécaires dans cet ensemble de données est de 22,3 % (sur la base des taux admissibles assumés par les prêteurs) et 21,8 % (basé sur les taux d intérêt hypothécaires réellement contractés). C est bien inférieur aux 35 %. De même, le coefficient d amortissement total de la dette (ATD) est de 32,8 % (sur la base des taux admissibles assumés par les bailleurs de fonds) et 32,3 % (basé sur les taux d intérêt réellement contractés). C est bien inférieur au maximum autorisé de 44 % pour les emprunteurs disposant de cotes de crédit élevées et de 42 % autorisé pour les autres. Le tableau suivant résume la répartition des ratios d ABD et d ATD pour les prêts résidentiels de Il montre que la plupart des emprunteurs (plus de 85 %) ont des ratios d ABD inférieurs à 30 % et des ratios d ATD en dessous de 40 %. Il est vrai que certains acheteurs de maison dépassent un peu les limites de leurs moyens. Mais, il convient de rappeler que les ménages de ce groupe de données, représentant surtout les acheteurs d une première maison, représentent entre 2,5 % et 3 % des ménages canadiens. 2 Si jusqu à 15 % de ce groupe de ménages dépassent les limites, ils représentent moins de la moitié d un pour cent de tous les ménages canadiens. Tableau 1 Distribution des ratios ABD et ATD pour les acheteurs récents Ratios ABD Ratios ATD Calculé d après le... Calculé d après le... Plage Taux d intérêt admissible Taux d intérêt contractuel Plage Taux d intérêt admissible Taux d intérêt contractuel < 20 % 38 % 41 % < 30 % 31 % 34 % 20-24,9 % 26 % 26 % % 25 % 26 % 25-29,9 % 21 % 20 % % 30 % 29 % 30-34,9 % 12 % 10 % % 13 % 11 % 35 % ou plus 4 % 3 % 45 % ou plus <1 % <1 % Total 100 % 100 % Total 100 % 100 % ABD moyen 22.3 % 21.8 % ATD moyen 32.8 % 32.3 % Source : ACCHA 2 Chaque année, environ 5 % des ménages canadiens achètent une habitation. Peut-être la moitié de ceux-ci ou un peu plus achètent leur première habitation. Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 4

6 Perspectives Le risque, qui a été bien souligné par le commentaire récent, est que les hausses futures des taux hypothécaires se traduiront par des versements hypothécaires plus élevés, et pourraient pousser les emprunteurs en difficulté financière. Pour ceux qui ont des hypothèques à taux fixe, l augmentation des paiements pourrait se produire aux prochaines dates de renouvellement. Pour ceux qui ont des hypothèques à taux variable, les impacts sur les paiements seraient soudains 3 comme on le verra ci-dessous, ces paiements accrus seraient gérables pour la plupart de ces emprunteurs, puisque leur capacité à effectuer des paiements a été testée à des taux d intérêt plus élevés que leurs taux réels. Cette section du rapport utilise la base de données de l ACCHA pour simuler l impact de la hausse des taux d intérêt. Les hypothèses utilisées dans le développement des simulations sont décrites dans l encadré à droite. Cette série d hypothèses doit être considérée comme conservatrice et par conséquent les impacts réels des taux d intérêt accrus seront moindres que ce qui est estimé ici. L essentiel de ces simulations est que, même si les versements hypothécaires augmenteront probablement pour la plupart des emprunteurs, la hausse des revenus (même avec l hypothèse prudente que les revenus augmenteront de 2,5 % par an) Hypothèses pour les simulations Les taux hypothécaires sont censés augmenter à 5,25% pour les taux fixes et variables. Pour les hypothèques à taux courants au-dessus de 5,25%, les taux sont supposés rester inchangés à l'avenir. Pour les prêts hypothécaires à taux ajustables et variables, il est supposé que le changement de taux d'intérêt prend effet dans deux ans; pour les hypothèques à taux fixe, les augmentations sont appliquées au bout des termes prévus. o Pour les hypothèques à taux variable, cela suppose des hausses de taux d'intérêt de 3 points par rapport aux taux courants typiques de 2,15% à 2,25%. Cela permettrait de retourner les tarifs aux niveaux d'avant la récession (la moyenne de 2007 était d'environ 5,25 o %). Pour les hypothèques à taux fixe, le taux présumé de 5,25% est légèrement plus élevé que le taux moyen des prêts hypothécaires à 5 ans (après remises typiques) entre janvier 2003 et décembre 2007, que l'auteur estime à environ 5,15%. Le taux hypothécaire présumé de 5,25% est conforme aux prévisions pour les rendements obligataires publiés par les grandes banques: en moyenne, celles-ci prévoient que les rendements obligataires vont augmenter de 1,25 point d'ici la fin de 2011, la même augmentation que l'on assume ici pour les taux hypothécaires. Les revenus augmentent de 2,5 % par an. Il s'agit d'une hypothèse prudente, car la plupart de ces emprunteurs récents sont au début de leur carrière et peuvent s'attendre à des promotions, en plus des rajustements de vie chère. Les autres frais de logement et de service de la dette qui sont inclus dans le calcul des ratios ABD et ATD sont de 2,5% par an. Aucun remboursement anticipé n'est effectué; la réduction du principal du prêt hypothécaire est calculée sur la base d'amortissement prévue. Dans la mesure où les emprunteurs font des remboursements anticipés, le principal sera inférieur aux hypothèses et donc les impacts des fluctuations des taux d'intérêt seront moins importants que prévu. Au moment où les taux d'intérêt sont modifiés, les paiements révisés sont calculés en prenant en compte les changements dans le revenu, la réduction du principal, et le raccourcissement des périodes d'amortissement restantes. 3 Pour être plus précis, les augmentations devraient être soudaines pour la plupart des détenteurs de prêts hypothécaires à taux ajustables et variables. Une petite proportion de ces prêts hypothécaires ont des niveaux de paiement qui sont fixés : les variations de taux d'intérêt ont des répercussions sur le taux auquel le capital est amorti et les paiements ne sont pas ajustés jusqu'à la date de renouvellement prévue. Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 5

7 fera plus que compenser l augmentation des versements hypothécaires : Les ratios d ABD et d ATD augmenteraient pour 41 % des emprunteurs dans la base de données et pour 59 % d entre eux les ratios baisseraient ou resteraient les mêmes. Le ratio d ABD moyen (actuellement de 21,8 % selon les taux d intérêt réellement contractés) serait en très légère hausse (à 21,9 %) tandis que le ratio d ATD moyen passerait du niveau actuel de 32,3 % à 32,4 %. Pour les emprunteurs ayant une hypothèque à taux fixe, le ratio d ABD moyen devrait légèrement diminuer, passant de l actuel 22,0 % à 21,6 %. De même, le ratio d ATD moyen tomberait de la moyenne actuelle de 32,5 % à 32,0 %. Pour les emprunteurs ayant une hypothèque à taux variable, l ABD moyen passerait de 20,8 % à 23,5 %. Leur ATD moyen passerait de 31,2 % à 33,9 %. Bien entendu, les moyennes ne disent pas toute l histoire. Le tableau suivant continue de développer les résultats en montrant les distributions des ratios d ABD et d ATD aux taux d intérêt en vigueur et après les hausses de taux présumées. Dans l ensemble, comme cela est illustré dans ce tableau, en combinant les deux groupes de prêts hypothécaires, il y a très peu de changements dans les ratios d ABD et d ATD. Voici ce qui émane des simulations détaillées : Pour les emprunteurs ayant des prêts hypothécaires à taux fixe, il y a une petite amélioration dans les ratios d ABD et d ATD. Par exemple, le pourcentage ayant des ratios d ABD faibles (moins de 20 %) augmente à 43 %, au lieu des 40 % actuels. Pour les emprunteurs ayant des prêts hypothécaires à taux variables, il y a un déplacement vers le haut des ratios d ABD et d ATD. La part ayant des ratios d ABD élevés (35 % ou plus) augmente de 2 % (basé sur les taux d intérêt contractés) à 6 % (basé sur les taux d intérêt futurs présumés). Bien qu il s agisse d un changement important, il représente également un très petit nombre de ménages. Rappelons que chaque année environ 2,5 % à 3 % des ménages accèdent à la propriété. De ce nombre, seulement 14 % ont pris des prêts hypothécaires à taux variable en Si potentiellement 6 % d entre eux font face à l intensification de ces difficultés financières, en combinant les facteurs, ils ne représentent que 0,025 % et 0,03 % des ménages canadiens. Il y a actuellement environ 13,25 millions de foyers au Canada, et les ménages à risque ne seraient que Lorsque l on regarde les ratios d ATD, il y en a très peu (avant ou après le changement prévisible des taux d intérêt) de ratios d ATD de 45 % et plus dans le groupe a risque. Dans la base de données, les ménages avec des ratios d ATD de 45 % ou plus représentent moins de 1000 ménages canadiens. Lorsqu on élargit à 40 % ou plus, après l augmentation des taux d intérêt, environ 18 % des personnes ayant des prêts hypothécaires à taux variable font face à des risques élevés. En appliquant le même calcul que précédemment, elles représentent quelque 0,08 % des ménages canadiens, soit environ ménages. Un autre facteur d atténuation des risques pour ces ménages est qu ils ont des degrés divers d avoir net dans leurs propriétés. Parmi les ménages ayant une hypothèque à taux variable, qui peuvent faire face à des ratios d ATD de 40 % ou plus, environ 40 % ont 10 % ou plus d avoir net dans leurs foyers. En cas de difficulté financière future, leur valeur nette leur donne des options pour résoudre leur problème, le dernier recours étant de vendre leur maison. Cela laisse environ ménages canadiens ayant une hypothèque à taux variable qui ont moins de 10 % de valeur nette. Certains de ces ménages pourraient face à de grandes difficultés en cas de hausse significative des taux hypothécaires, mais par rapport à 13,25 millions de ménages canadiens, le risque global est très faible. Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 6

8 Dans l ensemble, ces données confirment que les prêts hypothécaires récents, dans un environnement de taux d intérêt très faible, entraînent un certain risque de difficultés financières si et quand les taux d intérêt augmentent à l avenir. Toutefois, le degré de risque demeure très faible. Tableau 2 Distribution des ratios ABD et ATD aux taux d intérêt actuels et en simulant des variations Hypothèques à taux fixe Au taux d intérêt actuel Taux Combinés variables Au taux d intérêt futur présumé Taux Combinés variables Hypothèques à taux fixe Ratios ABD < 20 % 40 % 45 % 41 % 43 % 33 % 42 % 20-24,9 % 26 % 28 % 26 % 26 % 23 % 25 % 25-29,9 % 20 % 19 % 20 % 19 % 22 % 20 % 30-34,9 % 11 % 7 % 10 % 9 % 15 % 10 % 35 % ou 3 % 2 % 3 % 3 % 6 % 3 % plus Total 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % Ratios ATD < 30 % 33 % 40 % 34 % 35 % 26 % 34 % 30-34,9 % 26 % 30 % 26 % 27 % 24 % 27 % 35-39,9 % 29 % 24 % 29 % 28 % 31 % 28 % 40-44,9 % 12 % 6 % 11 % 10 % 17 % 11 % 45 % ou < 1 % < 1 % < 1 % < 1 % 1 % < 1 % plus Total 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % Source : ACCHA Certains emprunteurs hypothécaires ont des difficultés Les données de l Association des banquiers canadiens qui couvrent sept grandes banques montrent qu il y a eu une augmentation des arriérés d hypothèque au cours de la récession. Avant la récession (entre le milieu de 2004 et le milieu de 2008), le taux d arriérés a été très faible, avec moins de 0,30 % de prêts hypothécaires en retard (pour trois mois ou plus). Pendant l hiver de , cependant, le taux d arriérés a augmenté rapidement. Les données les plus récentes (octobre 2009) montrent un taux d arriérés de 0,44 %. Alors que l augmentation est révélatrice de difficultés financières accrues, elle reste inférieure à ce que l on a vu pendant la majeure partie des années 1990 (alors que la moyenne des arriérés taux était de 0,50 %). Dans le contexte canadien, la plupart des défauts de paiement sont dus à la capacité réduite de payer, y compris notamment la perte d emploi, mais aussi des réductions de revenu attribuables à un horaire réduit ou à une baisse du taux de rémunération horaire. La rupture conjugale est aussi une cause de difficultés financières (ce qui peut habituellement se classer dans la catégorie de réduction de la capacité de payer). Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 7

9 Le graphique de droite montre l importance des changements dans la situation de l emploi. Il oppose les taux d arriérés avec le «taux d emploi» (à ne pas confondre avec le taux de chômage cette donnée indique le pourcentage d adultes qui sont au travail). Les données montrent très clairement que des modifications à la hausse ou à la baisse du taux d emploi sont suivies quelques mois plus tard par des changements dans les taux d arriérés (en sens opposé). Les pertes d emplois enregistrées au cours de la récente récession peuvent être considérées comme la principale cause de la hausse récente des arriérés de paiement hypothécaire, car une forte baisse du taux d emploi a été suivie quelques mois plus tard par une hausse des taux d arrérages. Les données les plus récentes montrent que le taux d emploi s est stabilisé, et les augmentations des taux d arriérés se sont atténuées. L évolution future des arriérés sera très influencée par les tendances économiques, et notamment par le taux de création d emplois. Le plus probable est que les taux d arriérés vont plafonner. Une cause distincte de défaut de paiement hypothécaire, qui est le «surendettement» qui est considérablement moins important au Canada les taux d endettement étaient raisonnables au moment de contracter le prêt hypothécaire (comme en témoignent les ratios d ABD et d ATD), mais le crédit s est ajouté après le fait notamment les marges de crédit, les cartes de crédit, et les offres d achat à tempérament. Il n y a aucune raison de croire que le surendettement se répande, surtout lorsque l on voit la prudence montrée par la grande majorité des emprunteurs hypothécaires. En outre, on dit que les prêteurs sont généralement plus prudents quant à l extension du crédit, surtout aux personnes ayant des cotes de crédit inférieures. Une troisième cause est l augmentation excessive des versements hypothécaires. Cela a été une source de difficulté considérable aux États-Unis, où les faibles taux d introduction ont été remplacés par des taux d intérêt du marché, entraînant une hausse des versements hypothécaires mensuels. Au Canada, ce problème était pratiquement inexistant, d autant plus que les taux d intérêt ont connu une tendance à la baisse au cours de la dernière décennie. Mais, cette troisième catégorie de risque est la source de préoccupations récentes au sujet des menaces futures. Comme cette étude a tenté d illustrer, très peu de Canadiens sont à risque de hausse excessive des versements hypothécaires. Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 8

10 Les emprunteurs hypothécaires canadiens restent prudents Il n est pas mauvais de rappeler aux Canadiens de se montrer prudents dans leurs emprunts. Mais... Pratiquement tous les Canadiens qui sont en mesure d acheter une maison et se qualifier pour une hypothèque sont bien informés et capables d évaluer ce qui est dans leur meilleur intérêt, de regarder en avant, et d anticiper les menaces à leur bien-être financier. Le secteur hypothécaire canadien est largement incité à éviter de contracter des créances douteuses et à optimiser l exposition au risque. Cette recherche sur les caractéristiques des transactions hypothécaires récentes suggère très fortement que les règles et pratiques actuelles donnent lieu à un niveau acceptable de risque lié aux prêts hypothécaires au Canada. Will Dunning est l économiste en chef de l ACCHA et président de Will Dunning Inc, une firme de consultation spécialisée dans l analyse économique. Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Page 9

11 Association Canadienne des Conseillers Hypothécaires Accrédités 2235 Sheppard Ave. E., Suite 1401, Atria II, Toronto, ON M2J 5B5

Revue du marché hypothécaire canadien Les risques sont faibles

Revue du marché hypothécaire canadien Les risques sont faibles Revue du marché hypothécaire canadien Les risques sont faibles Janvier 2011 (mise à jour du rapport de janvier 2010) Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par :

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Confiance envers le marché hypothécaire canadien

Confiance envers le marché hypothécaire canadien Confiance envers le marché hypothécaire canadien Mai 2012 Préparé pour : l Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning Économiste en chef de l ACCHA Confiance envers

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

La stabilité du marché hypothécaire canadien

La stabilité du marché hypothécaire canadien La stabilité du marché hypothécaire canadien Mai 2011 Préparé pour : l Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités 2235

Plus en détail

Rapport annuel sur l état du marché hypothécaire résidentiel au Canada

Rapport annuel sur l état du marché hypothécaire résidentiel au Canada Rapport annuel sur l état du marché hypothécaire résidentiel au Canada Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning Économiste en chef de l ACCHA Novembre

Plus en détail

Rapport annuel sur l état du marché hypothécaire résidentiel au Canada

Rapport annuel sur l état du marché hypothécaire résidentiel au Canada Rapport annuel sur l état du marché hypothécaire résidentiel au Canada Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning Économiste en chef de l ACCHA Novembre

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Indice canadien de report de la retraite Sun Life

Indice canadien de report de la retraite Sun Life Indice canadien de report de la retraite Sun Life Rapport sur l Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014 La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières À propos de l Indice canadien

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Choix hypothécaires dans un marché en évolution

Choix hypothécaires dans un marché en évolution Choix hypothécaires dans un marché en évolution Préparé pour : Institut canadien des courtiers et des prêteurs hypothécaires Par : Will Dunning Économiste en chef de l ICCPH Mars 2006 Table des matières

Plus en détail

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Nous examinons ici l effet du dernier resserrement des règles de l assurance prêt hypothécaire sur la performance du marché immobilier québécois

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 %

Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 % Décision trimestrielle de la Banque nationale de Belgique concernant le taux du coussin contracyclique (1 janvier 2016): 0 % Conformément à l'article 5, 2, de l'annexe IV à la loi bancaire, la Banque nationale

Plus en détail

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL ouvrir De nouvelles portes aux logements abordables...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL 65404 À titre d organisme national responsable de l habitation, la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient?

Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient? Financement immobilier Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient? L une des décisions les plus importantes que doivent prendre les propriétaires

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

État annuel du marché hypothécaire résidentiel au Canada

État annuel du marché hypothécaire résidentiel au Canada État annuel du marché hypothécaire résidentiel au Canada Novembre 2010 Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de l ACCHA Table

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

État annuel du marché hypothécaire résidentiel au Canada

État annuel du marché hypothécaire résidentiel au Canada État annuel du marché hypothécaire résidentiel au Canada Préparé pour : Par : Will Dunning Économiste en chef de l ICCPH Novembre 2006 Table des matières Page 1.0 Introduction et sommaire 3 Sommaire 3

Plus en détail

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires ENQUête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION principales constatations de l Enquête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires Les emprunteurs

Plus en détail

L achat d une première résidence

L achat d une première résidence L achat d une première résidence Pascal Poirier B.A.A Spécialiste en planification hypothécaire POUR DIFFUSION INTERNE SEULEMENT Ordre du jour Hypothèque, buts Principes de base Mise de fonds et frais

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

Utilisation des REER dans les années 90

Utilisation des REER dans les années 90 Ernest B. Akyeampong Utilisation des REER dans les années 90 Les derniers changements importants apportés à la Loi de l impôt sur le revenu, cette dernière se rapportant aux épargnes-retraite, sont entrés

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

LE PRET A TAUX REVISABLE

LE PRET A TAUX REVISABLE ADIL des Hauts de Seine Décembre 2007 L ADIL Vous Informe LE PRET A TAUX REVISABLE Accéder à la propriété d un bien immobilier suppose dans la très grande majorité des cas de recourir au crédit au prés

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages

Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages Ramdane Djoudad INTRODUCTION L évolution du service de la dette des ménages en proportion du revenu

Plus en détail

Faites-vous «pré-approuvé»

Faites-vous «pré-approuvé» Faites-vous «pré-approuvé» Être pré-approuvé veut dire que votre banque ou institution financière est déjà prête à vous endosser jusqu'à une limite déterminé par vos revenus et vos dépenses. Il y a de

Plus en détail

Mises de fonds et documentation requise

Mises de fonds et documentation requise Mises de fonds et documentation requise VÉRIFICATION DE L AVOIR PROPRE L avoir propre est le montant que l emprunteur verse à titre de mise de fonds à l achat de cette propriété. Les exigences relatives

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

6 GÉNÉRALITÉS 6 Qui peut contracter un crédit hypothécaire? 6 La destination du crédit hypothécaire 6 Quellles sont les démarches à entreprendre?

6 GÉNÉRALITÉS 6 Qui peut contracter un crédit hypothécaire? 6 La destination du crédit hypothécaire 6 Quellles sont les démarches à entreprendre? Sommaire 4 VOUS SOUHAITEZ DEVENIR PROPRIÉTAIRE? 6 GÉNÉRALITÉS 6 Qui peut contracter un crédit hypothécaire? 6 La destination du crédit hypothécaire 6 Quellles sont les démarches à entreprendre? 7 LES DIFFÉRENTES

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

VOTRE GUIDE HYPOTHÉCAIRE DE PLANIFICATION. Stéphane Bruyère

VOTRE GUIDE HYPOTHÉCAIRE DE PLANIFICATION. Stéphane Bruyère VOTRE GUIDE DE PLANIFICATION HYPOTHÉCAIRE GracieusetÉ DE Stéphane Bruyère VOTRE GUIDE DE PLANIFICATION HYPOTHÉCAIRE TABLE DES MATIÈRES LE PRÉSENT GUIDE DE PLANIFICATION HYPOTHÉCAIRE EXPLIQUE QUATRE ÉTAPES

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Document d information des prêts du Crédit Foncier

Document d information des prêts du Crédit Foncier Document d information des prêts du Crédit Foncier Valable à compter du 20 février 2012 Ce document vous est remis dans le cadre de l acquisition de votre résidence principale. Ce document a pour objectif

Plus en détail

Aussi dans ce numéro Les ventes de copropriétés perdent de leur élan Depuis un certain temps, la copropriété nous avait habitués à des hausses relativement soutenues des transactions MLS au Québec. Mais

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens

Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens Un exposé du vice-président, Recherche et normalisation, de CGA-Canada, Rock Lefebvre Colloque international sur la consommation Montréal

Plus en détail

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Me David Lemieux Fasken Martineau 22 mai 2007 Première Étape : Déterminer les besoins de l entreprise 1. Plan d affaires 2. Projections financières

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE

Rapport annuel du rendement du portefeuille PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE Rapport annuel du rendement du portefeuille 2014 PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE Table des matières Principales conclusions... 1 Aperçu... 7 Profil de conformité du portefeuille...

Plus en détail

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Conseil des normes actuarielles Mai 2009 Document 209046 This document

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 2013 La Centrale des crédits aux particuliers est un outil qui vise à lutter contre le surendettement grâce à l'enregistrement de

Plus en détail

Permettre aux propriétaires de conserver leur maison. La prévention des défauts de paiement par la sensibilisation et la préparation

Permettre aux propriétaires de conserver leur maison. La prévention des défauts de paiement par la sensibilisation et la préparation Permettre aux propriétaires de conserver leur maison La prévention des défauts de paiement par la sensibilisation et la préparation Introduction Survol des tendances actuelles en matière de défauts de

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS)

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) Avril ANIL 2001 HABITAT ACTUALITE ETUDE Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) PRET A 0 % : UN BILAN APRES CINQ ANS D EXISTENCE MARIELLE THOMAS,

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

DÉMONTER LE MYTHE : CAPACITÉ DES LOCATAIRES DE TORONTO, D EDMONTON ET DE VANCOUVER DE DEVENIR PROPRIÉTAIRES

DÉMONTER LE MYTHE : CAPACITÉ DES LOCATAIRES DE TORONTO, D EDMONTON ET DE VANCOUVER DE DEVENIR PROPRIÉTAIRES DÉMONTER LE MYTHE : CAPACITÉ DES LOCATAIRES DE TORONTO, D EDMONTON ET DE VANCOUVER DE DEVENIR PROPRIÉTAIRES JUILLET 2011 SOMMAIRE Dans le secteur du placement immobilier tout comme dans la société en général,

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

l observateur du logement au canada

l observateur du logement au canada l observateur du logement au canada 203 Financement de l habitation Un chapitre de L Observateur du logement au Canada AU CŒUR DE L HABITATION Photo en page de couverture : Lawren S. Harris, Maisons à

Plus en détail

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000 Sherbrooke West / Ouest Bureau 800 Montréal,QC H3A 3R2 Tél: 1 877 786 3999 (Toll Free / Sans frais)

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 25 novembre

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Brochure. À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS

Brochure. À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS Brochure Réservé aux courtiers en prêts hypothécaires à titre d information À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS La Banque au service des courtiers. À propos

Plus en détail

RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE SÉRIE L ABC DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques TABLE DES MATIÈRES Aperçu 1 Le processus de renouvellement

Plus en détail

La dette des ménages canadiens : bonne, mauvaise ou menaçante

La dette des ménages canadiens : bonne, mauvaise ou menaçante Rapport La dette des ménages canadiens : bonne, mauvaise ou menaçante L Institut Info-Patrimoine BMO offre de l information et propose des stratégies relatives à la planification du patrimoine et aux décisions

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Habitat construction Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2005-61 du 21 décembre 2005 du conseil d administration de la Caisse de garantie du logement

Plus en détail

Royal LePage Guide à l intention de l acheteur

Royal LePage Guide à l intention de l acheteur Royal LePage Guide à l intention de l acheteur Royal LePage Guide à l intention de l acheteur Le «Guide à l intention de l acheteur» a été préparé par les agents immobiliers de Royal LePage afin de vous

Plus en détail

GESTION DES RISQUES. cadre de GeStIoN des RISqueS d entreprise

GESTION DES RISQUES. cadre de GeStIoN des RISqueS d entreprise GESTION DES RISQUES cadre de GeStIoN des RISqueS d entreprise Divers risques influent sur le contexte d exploitation de la SCHL et pourraient avoir des incidences sur la réalisation de ses objectifs. La

Plus en détail

Les variations dans les dettes et les actifs des familles canadiennes, 1999 à 2012

Les variations dans les dettes et les actifs des familles canadiennes, 1999 à 2012 N o 75-006-X au catalogue ISSN 2291-0859 Regards sur la société canadienne Les variations dans les dettes et les actifs des familles canadiennes, 1999 à 2012 par Sharanjit Uppal et Sébastien LaRochelle-Côté

Plus en détail

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 20 novembre 2009 Patrimoine des ménages en 2008 Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009 COMMUNIQUÉ Source : Contact : Fonds de revenu Supremex Stéphane Lavigne, CA Vice-président et chef de la direction financière (514) 595-0555 FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail