La menace de l endettement au Canada

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La menace de l endettement au Canada"

Transcription

1 REPÈRES ÉCONOMIQUES Vue d ensemble pour les investisseurs RBC GESTION MONDIALE D ACTIFS NUMÉRO 7 JUILLET 211 La menace de l endettement au Canada Eric Lascelles Économiste en chef RBC Gestion mondiale d actifs Inc. POINTS SAILLANTS Le niveau record de la dette des ménages représente un risque majeur pour la reprise de l économie canadienne. À l heure actuelle, la dette est étonnamment facile à rembourser vu l extrême faiblesse des coûts d emprunt. La hausse des taux d intérêt changera la situation, rendant ainsi le prix des maisons beaucoup plus élevé et réduisant la vigueur des dépenses de consommation et de logement. Même si un petit groupe de ménages en subira de lourdes conséquences, il n y a pas de risque systémique. La croissance économique sera ralentie, mais non anéantie. Les marchés canadiens perdront un peu de leur lustre. Vivement propulsée par l afflux de crédit, l exubérance du marché du logement et l abondance des ressources, l économie canadienne a obtenu des résultats qui en font l une des économies les plus résistantes parmi celles des pays développés. Mais bien qu il s agisse d une situation fort satisfaisante, il ne faut pas s y complaire. Pour investir avec succès, il faut évaluer sans cesse les risques de baisse. Mondialement, le Canada est aux prises avec les mêmes menaces que les autres pays, notamment la crise budgétaire en Europe et la viabilité de la croissance économique aux États-Unis. Par chance, la liste de risques propres au Canada est beaucoup plus courte. En haut de celle-ci se trouve l alourdissement de la dette des ménages au pays. Il s agit d un sujet fascinant, car la source même du succès relatif du Canada pendant l apogée de la crise du crédit, soit le fait que le secteur bancaire a continué à prêter et que les ménages ont continué à acheter, pourrait devenir la cause de son malheur si le fardeau de la dette des ménages, nouvellement accru, devait s avérer trop lourd à porter. Le sujet est aussi d actualité : la hausse imminente des taux d intérêt mettra à l épreuve la capacité de soutenir l endettement. Endettement critique L instinct qui nous pousse à craindre pour la viabilité des finances des ménages canadiens est compréhensible. Les Canadiens ont succombé à l attrait du crédit, séduits par les Figure 1 : Hausse du ratio d endettement des ménages au Canada Ratio d'endettement des ménages (en %) É.-U. Canada R.-U. Zone euro (non désaisonnalisé)* * Moyenne mobile sur 4 trimestres Sources : Haver Analytics, RBC GMA faibles taux d emprunt qui le rendent facilement accessible. Le crédit des ménages a augmenté de plus d un tiers depuis le début de la crise, atteignant une croissance annuelle moyenne substantielle de 8,1 %. À l opposé, le revenu personnel disponible a affiché une hausse de seulement 4, % par année. Le crédit ne peut pas indéfiniment progresser deux fois plus rapidement que le revenu. La frénésie pour les emprunts a servi à noyer les Canadiens dans un océan de dettes encore plus grand. Le ratio d endettement des ménages au Canada a maintenant atteint le niveau record de 147 % et continue à augmenter (figure 1), ce qui place le pays à égalité avec les États-Unis,

2 voire légèrement en avance, ainsi que dans le même territoire que le Royaume-Uni. De surcroît, le fardeau de la dette aux États-Unis et au Royaume-Uni diminue, tandis qu au Canada, il continue de s alourdir. Même si la croissance du crédit à la consommation a finalement commencé à ralentir, le crédit hypothécaire a repris sa progression. Les évaluations des propriétés canadiennes suscitent des inquiétudes. Depuis le creux enregistré au début de 29, le prix des propriétés existantes a affiché une forte hausse de 31 %, soit 12,2 % par année. Au cours de la dernière décennie, le prix des propriétés a progressé de 117 %. À titre comparatif, le prix des propriétés a chuté de 5 % aux États-Unis depuis le début de 29 et n a augmenté que de un sixième au cours des dix dernières années 1. Par conséquent, la crainte que la future période de hausse des taux d intérêt soit néfaste pour les finances des ménages est compréhensible, surtout dans un contexte où le marché hypothécaire s est progressivement tourné vers les produits à taux variable. La situation est, jusqu à maintenant, gérable Quoi qu il en soit, la dette des ménages a, jusqu à maintenant, été remarquablement facile à gérer. Utilisés comme test de solidité financière des ménages, les taux de défaillance sont dans la fourchette des normes historiques, tant pour les prêts hypothécaires que pour les cartes de crédit. Les défauts de paiement sur les prêts hypothécaires se chiffrent actuellement à,43 %, contre une moyenne à long terme de,42 % et un faible taux de,24 % dans la période précédant la crise. Les défauts de paiement sur les cartes de crédit se sont stabilisés à 4,33 %, contre une moyenne à long terme de 3,69 % et 3,1 % dans la période précédant la crise. Une certaine détérioration est évidente, mais elle n est pas alarmante. De plus, le ratio du service de la dette au Canada, c està-dire la portion des revenus d un ménage consacrée au paiement des intérêts de la dette du ménage, n a rien d inquiétant : il se situe à 7,6 %, soit encore sous la norme historique de 8,1 % (figure 2). Il en va de même pour le taux de faillites personnelles. Malgré des ratios d endettement élevés, les ménages seraient en fait dans une assez bonne situation, comme 1 Lorsqu ils sont évalués en dollars canadiens, les prix des propriétés au Canada et aux États-Unis affichent un écart impressionnant de 141 % pour la dernière décennie. Figure 2 : Le ratio du service de la dette des ménages est faible au Canada % Sources : Statistique Canada, RBC GMA Moyenne historique : 8, le laissent fortement croire les éléments qui précèdent. Mais cette bonne situation ne devrait peut-être pas trop surprendre. Alors que, traditionnellement, on compare le Canada avec les États-Unis ou le Royaume- Uni, d autres pays, comme les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège, maintiennent des ratios d endettement des ménages beaucoup plus élevés. Il semblerait qu il n y ait pas un seul niveau d endettement qui puisse être perçu comme le seuil absolu. Le niveau viable est tout simplement le niveau que les ménages peuvent se permettre. Il dépend de la stabilité de l emploi, de l âge de la population, du but de l emprunt et du coût du crédit. Au cours des dernières années, chacun de ces paramètres a été favorable pour les ménages canadiens. Le marché de l emploi du Canada s est bien porté par rapport à celui des autres pays, ce qui a permis à la plupart des ménages d effectuer leurs paiements. L âge moyen a augmenté au cours des trois dernières décennies, passant de moins de 3 ans à 4 ans, ce qui a amené le ménage moyen dans la phase d endettement maximal. Comme l accession à la propriété a dépassé la location, les Canadiens empruntent de manière disproportionnée afin d acheter une propriété. Ils peuvent ainsi accumuler du capital au lieu de payer un loyer. Mais ce qui importe le plus, c est que le coût du crédit est incroyablement peu élevé. Les taux d intérêt sont à un creux record, ou s en rapprochent, ce qui réduit énormément les coûts de financement. Ce que l on ignore avant tout au sujet de la dette des ménages et de la valeur des logements au cours des trois dernières décennies, c est que la baisse à long terme des taux d intérêt a été le principal moteur d une hausse équivalente des taux d endettement et du prix 2 REPÈRES ÉCONOMIQUES

3 des propriétés (figure 3). Bien qu aujourd hui le prix moyen des propriétés soit de 6,5 fois le revenu personnel par habitant, contre seulement 3,8 fois en 198, les versements hypothécaires mensuels sont maintenant plus abordables. Chaque baisse de un point de pourcentage des taux d intérêt permet de supporter une hausse d environ 1 % du prix des propriétés. Le coût d emprunt est vraiment le facteur déterminant. Fondamentalement, ce n est ni dans l intérêt de l emprunteur ni dans celui du prêteur d effectuer des opérations qui occasionneraient des difficultés financières pour l une ou l autre des parties. Un tel principe n est toutefois certainement pas à toute épreuve, comme en témoigne la débâcle de l immobilier aux États-Unis. En effet, les créances avaient été incluses dans des opérations de titrisation obscures qui ont permis de refiler des prêts douteux à des investisseurs sans méfiance. De plus, les emprunteurs avaient mal évalué le risque lié à la baisse du prix des propriétés et les modalités de leurs emprunts hypothécaires à haut risque. Dans un contexte normal, comme dans le contexte canadien, les prêteurs se limitent à prêter à ceux qui ont, de manière réaliste, les moyens de rembourser leurs emprunts. À moins d une perturbation économique majeure, les difficultés financières pour les emprunteurs sont, dans un tel cas, plutôt rares. L autre côté de la médaille Les critiques simplistes du ratio d endettement des ménages au Canada ont aussi tendance à négliger un facteur très important : il y a toujours deux côtés à une médaille. Bien sûr, les ménages canadiens ont des dettes évaluées à 1,5 fois leurs revenus disponibles annuels. Toutefois, ils ont des actifs évalués à 7,5 fois ces revenus. En d autres termes, ils ont beaucoup plus d actifs que de dettes (figure 4) et cet écart, qui constitue leur valeur nette, continue à croître. Répartition de la dette Jusqu à maintenant, notre analyse s est surtout concentrée sur les moyennes. Cependant, le ménage moyen ne déclare jamais faillite, n omet pas de faire les versements sur un prêt et le soutien principal de la famille ne tombe jamais au chômage. Ce sont des ménages particuliers qui doivent affronter de tels problèmes. Dans la présente section, nous entreprendrons une analyse de données plus fragmentées pour porter plus d attention aux groupes à risque. Figure 3 : La chute des taux a entraîné une hausse de l endettement Ratio d'endettement des ménages (en %) Figure 4 : La richesse des ménages est toujours élevée au Canada Actifs/passifs des ménages Sources : Haver Analytics, RBC GMA Sources : Haver Analytics, RBC GMA Ratio d'endettement des ménages (g.) Taux d'intérêt sur 5 ans (d.) Malgré une diminution du ratio des actifs sur les passifs, les Canadiens ont toujours 5,1 fois plus d'actifs que de passifs Trente pour cent des ménages canadiens n ont pas de dette. Une autre tranche de 35 % a une dette minimale de 5 $ ou moins. C est encourageant. Seul le dernier tiers assume une lourde dette (figure 5). Dans ce dernier tiers, beaucoup de ménages ont des dettes d environ trois, quatre, voire cinq fois leur revenu annuel. Ces ménages ne sont pas nécessairement si dépensiers qu il n y paraît à première vue : un ménage qui dispose d un revenu moyen et qui achète une maison à un prix moyen se retrouve instantanément avec un ratio d endettement avoisinant 35 %, en plus de tout solde impayé de ses prêts d études, de ses prêts-auto et de ses cartes de crédit. De nos jours, il n est pas difficile pour un ménage d avoir un ratio d endettement de 4 %. Un ménage affichant un tel ratio d endettement n est pas non plus nécessairement en mauvaise posture, tant qu il est relativement jeune, qu il est relativement Taux d'intérêt sur 5 ans (en %) REPÈRES ÉCONOMIQUES 3

4 fortuné, qu il dispose de revenus en trop, qu il a des perspectives d emploi stable et que son revenu est susceptible d augmenter. Par chance, la plupart des ménages et des prêteurs semblent tenir naturellement compte de tels conseils. Il se peut que ces caractéristiques ne soient pas toutes directement respectées. Toutefois, des données empiriques établissent que ceux qui sont les plus endettés sont aussi, selon la tendance, ceux qui disposent d actifs particulièrement importants, qui sont plus jeunes que la moyenne et qui ont un revenu plus élevé que la moyenne. Normalement, les deux derniers éléments se traduisent respectivement par un potentiel de hausse du revenu et des perspectives d emploi stable. Âge En tête de peloton, au moins 82 % des ménages canadiens âgés de 35 à 44 ans sont endettés, et leur dette s élèverait en moyenne à 135 $ par ménage. Selon d autres sources, ce chiffre pourrait être beaucoup plus élevé, ce qui n est pas étonnant. Beaucoup de jeunes ménages ont toujours des prêts d études, ont financé un mariage, subviennent aux besoins de leurs enfants et ont acheté une maison et une voiture. Heureusement, ils se rapprochent des années où leurs revenus seront les plus élevés et la plupart pourront réduire leurs dettes de manière importante au cours des décennies suivantes. Lorsqu ils atteignent 65 ans, seuls 5 % ont encore des dettes (figure 6) et celles-ci s élèvent en moyenne au montant plus modeste de 41 $. En proportion du revenu, le fardeau est encore plus léger. De plus, les emprunteurs d un certain âge disposent plus probablement d une marge de crédit garantie, ce qui signifie que des actifs garantissent leurs dettes, et leur taux d emprunt est plus bas. Malgré tout, des faits indiquent que le fardeau s alourdit. Au cours des cinq dernières années, la proportion de personnes âgées libres de dettes a chuté de manière importante et la moyenne de ces dettes s est accrue de près de 6 %. Le coût peu élevé du crédit n est pas passé inaperçu. Revenu La plupart des ménages endettés ont également tendance à être ceux qui disposent des revenus les plus élevés. Il est beaucoup moins probable que la moyenne des ménages à faible revenu ait des dettes que la moyenne des ménages à revenu élevé, et le montant de ces dettes est généralement bien moindre. Les preuves à cet égard sont éloquentes. Elles le sont toutefois considérablement moins lorsqu il Figure 5 : 65 % des Canadiens ont peu ou pas de dettes Dette par ménage (en $) Figure 6 : Le cycle de vie de la dette Ménages ayant une dette au Canada (en %) Sans dette Dette < 5 $ Dette > 5 $ 82 % 3 % 5 % Âge Source : Enquête Canadian Financial Monitor de Ipsos Reid s agit de déterminer si les ménages à faible revenu ont aussi moins de dettes en proportion de leur revenu. Une étude de l OCDE qui emploie des microdonnées de 25 démontre que le ratio médian d endettement des ménages pour les Canadiens dont le revenu se situe dans le dernier quintile est, remarquablement, dix fois plus petit que celui des personnes dont le salaire se situe dans le quintile intermédiaire et, fait étonnant, dix-huit fois plus petit que celui des Canadiens dont le salaire est dans le quintile supérieur. C est tout un soulagement. Au contraire, des données basées sur un sondage de 21 montrent que les ratios d endettement des ménages au Canada, du moins pour les ménages qui ont des dettes, sont plus ou moins proportionnels selon les fourchettes de revenus. Il n est pas évident de savoir quoi penser de ces données contradictoires, même si l on tient compte des différences de méthodologies. 35 % 35 % Proportion de Canadiens selon le montant de leurs dettes Source : Enquête Canadian Financial Monitor de Ipsos Reid 4 REPÈRES ÉCONOMIQUES

5 Bien que les ménages bien nantis aient la plus grande part de dettes, ils ont aussi fort probablement plus d actifs pour y faire face, deux revenus pour servir de tampon en cas de perte d emploi et des taux d intérêt moins élevés puisqu ils favorisent les dettes garanties et se tiennent loin des cartes de crédit. Les ménages les plus pauvres sont sans doute encore ceux qui s inquiètent le plus, puisqu ils consacrent habituellement une plus grande partie de leur salaire aux coûts relatifs à l habitation et, par conséquent, ont moins de marge de manœuvre lorsque les coûts d emprunt augmentent. De plus, leur niveau d endettement est celui qui a connu la croissance la plus rapide, en hausse de 47 % au cours des cinq dernières années. Dans l ensemble, il est rassurant de savoir que la plupart des Canadiens semblent tout naturellement limiter leurs emprunts en fonction de leurs moyens. Aucun groupe démographique n est dans une situation manifestement intenable. Cependant, des indices révèlent que les finances des ménages commencent à être dans une situation moins favorable au sein de certains groupes à risque, comme les personnes âgées et les personnes à faible revenu, ce qui présente un risque, surtout si les taux augmentent. L accessibilité à la propriété en perspective Le marché du logement a joué un rôle majeur dans la formation de la dette, puisqu il constitue le passif des ménages qui croît le plus rapidement et qui est le plus important. Le contexte canadien est truffé de prophéties non réalisées d effondrement imminent du marché du logement. Évidemment, celui-ci n a toujours pas fait l objet d une correction. Comment a-t-on pu éviter une correction? Pour le comprendre, mieux vaut aborder le concept d accessibilité à la propriété de la même manière que les acheteurs. Il ne s agit pas d envisager le prix absolu d une propriété, mais plutôt de savoir si les versements mensuels pourront ou non s insérer dans le budget d un ménage. Et, surtout grâce aux faibles coûts d emprunts, ils peuvent généralement l être. Figure 7 : Écart d accessibilité à la propriété à court terme au Canada % d'écart par rapport à la juste valeur Fixe Variable Bonne accessibilité à la propriété historique 2. Pour un emprunt hypothécaire à taux variable, nous calculons que le versement mensuel sur un nouvel emprunt est, en fait, trop bas de 8 %, ce qui revient à dire que ceux qui obtiennent des emprunts hypothécaires à taux variable trouvent encore que les valeurs des propriétés sont assez abordables (quoique beaucoup moins qu au printemps 29, à l époque où les valeurs étaient de 38 % moins élevées que la normale). Ces résultats étonnants expliquent en grande partie l enthousiasme soutenu pour l achat de propriétés, même si les prix ont augmenté. Les propriétés ne sont pas si chères en ce moment selon les paramètres importants (figure 7). Accessibilité à long terme Faible accessibilité à la propriété Le prêt hypothécaire à taux fixe est légèrement plus cher Le prêt hypothécaire à taux variable est légèrement moins cher Remarque : Calcul des frais actuels de possession d une propriété par rapport à la norme historique. Sources : ACI, Statistique Canada, RBC GMA Bien sûr, les taux d intérêt ne seront pas toujours incroyablement bas et le principal changement qui se profile à l horizon est la hausse des coûts d emprunt par l intermédiaire de la Banque du Canada. Notre mesure de l accessibilité se fonde sur les frais de possession mensuels et ceux-ci se détérioreront inévitablement une fois que les taux d intérêt commenceront à progresser. Dans l hypothèse d un retour à des taux hypothécaires normaux (la moyenne de 1995 jusqu à ce jour), nous calculons que l accessibilité à long terme sera bien pire que l accessibilité à court terme (figure 8). Accessibilité à court terme Nous estimons que, pour un emprunt hypothécaire à taux fixe, le versement mensuel moyen sur un nouvel emprunt n est pas plus de 5 % plus élevé que la norme 2 Reste à savoir si nos calculs relatifs à l accessibilité sont trop optimistes ou trop pessimistes. Nous utilisons le revenu disponible moyen par personne active, le prix moyen d une propriété, un acompte de 25 %, une période d amortissement de 25 ans et un taux hypothécaire moyen. L hypothèse relative à l acompte est peut-être légèrement généreuse étant donné le comportement des dernières années, mais celle relative à la période d amortissement est quelque peu frugale, ce qui finit par s annuler. Ces données liées à l accessibilité sont comparées aux moyennes enregistrées depuis REPÈRES ÉCONOMIQUES 5

6 C est là le problème. Pour un emprunt hypothécaire à taux fixe, un retour aux coûts d emprunt normaux historiques rendrait les propriétés 18 % trop chères pour les nouveaux acheteurs. Pour un emprunt hypothécaire à taux variable, elles seraient 14 % trop chères. Accessibilité régionale Les moyennes nationales peuvent parfois cacher des divergences sur le plan régional, particulièrement dans les marchés les plus dynamiques comme Vancouver et Toronto. De notre point de vue, ce n est pas par hasard que certaines des plus grosses villes au Canada soient celles qui ont la pire accessibilité. Et c est une caractéristique commune sur le plan mondial. Elle reflète l attrait qu exercent les grandes villes pour des raisons économiques, culturelles et familiales. Par conséquent, il n est pas étonnant que l endettement des ménages ait tendance à être plus important en Alberta, en Colombie-Britannique et en Ontario. Est-il possible que certains marchés du logement dans ces provinces aient trop progressé? Vancouver Le prix des propriétés de Vancouver a affiché une hausse effarante de 23 % au cours de la dernière année, ce qui n est qu une poursuite d une tendance démesurée. Sans surprise, l accessibilité en a souffert. Même aux taux d intérêt actuels, les frais de possession sont de 3 % supérieurs à la norme historique pour un emprunt hypothécaire à taux fixe et de 22 % pour un prêt hypothécaire à taux variable. Les prévisions d accessibilité lorsque les taux d intérêt se seront normalisés sont encore plus sombres : les prix des propriétés de Vancouver seront de 4 % trop élevés pour les emprunts à taux fixe et de 38 % trop élevés pour les emprunts à taux variable. Vancouver est, sans conteste, un marché où les prix sont extraordinairement élevés. Une certaine prime est sans doute justifiée par la beauté de la ville, son climat attrayant, sa superficie limitée et les investissements asiatiques. Notre méthodologie tient toutefois déjà compte, indirectement, de ces facteurs : elle fait la comparaison entre les frais de possession d une propriété à Vancouver par rapport à la norme historique de Vancouver, et non pas par rapport à l échelle nationale. Même lors des meilleures années, les Vancouvérois devaient déjà débourser 5 % de plus que les autres. Figure 8 : Écart d accessibilité à la propriété à long terme au Canada % d'écart par rapport à la juste valeur Fixe Variable Bonne accessibilité à la propriété Les prêts hypothécaires à taux fixe et à taux variable sont assez chers Faible accessibilité à la propriété Remarque : Calcul des frais de possession d une propriété une fois que les coûts d emprunt sont revenus à un niveau normal par rapport à la norme historique. Sources : ACI, Statistique Canada, RBC GMA Figure 9 : Le prix des propriétés de Vancouver augmente plus rapidement dans le premier quintile Hausse du prix des propriétés en (en %) Source : Urban Futures Propriétés isolées Copropriétés 15 % 12 % Propriétés moyennes 21 % 26 % Propriétés dans le premier quintile 1 % Toutefois, l étendue de la surévaluation du prix des propriétés à Vancouver est probablement exagérée. Des anecdotes récentes et des données empiriques (qui datent légèrement) confirment une déviation du marché du logement de Vancouver. Les prix des propriétés ont dépassé la stratosphère pour les 2 % des propriétés se trouvant dans le quintile supérieur, mais pour les 8 % restants, les prix sont demeurés à des niveaux plus raisonnables. Par exemple, le prix moyen des copropriétés de Vancouver a augmenté de 12 % entre 29 et 21. Toutefois, les prix des copropriétés du quintile supérieur ont augmenté de 26 %, alors que ceux des 8 % restants n ont progressé que de 4 %. De la même manière, pour les propriétés isolées, le gain moyen entre 29 et 21 s est chiffré à 15 %. 4 % Autres propriétés Cependant, les prix des propriétés du quintile supérieur ont augmenté de 21 %, alors que ceux des 8 % restants ont affiché une progression plus raisonnable de 1 % (figure 9). 6 REPÈRES ÉCONOMIQUES

7 Mais il ne s agit que d une mince consolation, car le marché des propriétés de luxe est sans doute le moins vulnérable aux hausses de taux. En effet, une partie disproportionnée de ces propriétés sont achetées comptant et les emprunteurs fortunés disposent habituellement d un surplus de revenu. Dans l ensemble, le marché du logement de Vancouver paraît assez survolté. Même en excluant les propriétés du quintile supérieur, l accessibilité est bien pire que dans le reste du pays et semble s être détériorée plus rapidement. Un écart d accessibilité important et croissant demeure dans la ville et devrait être perçu comme un présage pour le reste du pays. Peu importe ce qui arrive dans celui-ci, Vancouver devrait mener le bal. Toronto Par chance, le marché du logement de Toronto ne semble pas aussi débridé que celui de Vancouver. Il est vrai que les prix des propriétés ont progressé de 9 % au cours de la dernière année. Toutefois, l accessibilité compte tenu des coûts d emprunt actuels est plutôt normale. Les propriétés sont 7 % trop chères dans le cas d un emprunt hypothécaire à taux fixe et 4 % trop bon marché dans le cas d un emprunt hypothécaire à taux variable. Bien sûr, l accessibilité à long terme est bien pire, puisque la hausse des taux d intérêt se traduira par des prix qui deviennent 21 % trop élevés pour les taux fixes et 18 % trop élevés dans le cas des taux variables. Calgary et Edmonton Calgary et Edmonton sont souvent considérées comme d autres endroits à problèmes éventuels au sein du marché du logement canadien. Les deux villes sont passées par les cycles classiques d expansion suivie d un effondrement au cours des dernières années, suivant le sort du pétrole et du gaz. Globalement, les constatations qui s appliquent à Toronto s appliquent aussi à ces villes. Les prix des propriétés sont peut-être légèrement trop élevés actuellement, mais devraient être beaucoup trop élevés une fois que les taux d intérêt augmenteront. Conséquences Les prix des propriétés ne peuvent manifestement pas augmenter beaucoup plus ; ce sera du moins le cas une fois que les taux auront entrepris leur ascension. Dans le meilleur des cas, il y aura une stagnation de plusieurs Figure 1 : Prix des propriétés existantes au Canada Prix des propriétés existantes (en milliers de dollars) années alors qu une croissance du revenu fera rétrécir graduellement l écart d accessibilité. Il est tout aussi probable qu un déclin modéré de 1 % ou moins survienne, scénario qui sera d autant plus plausible si les prix continuent à augmenter jusqu à la première hausse de taux (figure 1). Au mieux, le prix des propriétés sera stable au cours des prochaines années ; au pire, il pourrait subir un léger recul Sources : Haver Analytics, RBC GMA Il est cependant peu probable que le marché du logement se fissure de lui-même, car les frais de possession actuels sont supportables sur le plan national et sont très différents de ce qu ils étaient à la fin des années 198, alors qu une très faible accessibilité à la propriété a entraîné un déclin sur plusieurs années. La hausse des taux d intérêt sera le catalyseur, et plus elle sera retardée, pire sera le problème de l accessibilité dans le futur. Entre-temps, l introduction, petit à petit, de réformes réglementaires sur le marché du logement au cours des dernières années a légèrement freiné le marché. Tests de solidité financière des ménages Nous ajustons maintenant notre microscope à la plus haute définition pour examiner les difficultés qu affronteront les ménages dans un contexte de hausse des coûts d emprunt. Plusieurs sources fournissent des données utiles et appréciées, notamment la Revue du système financier de la Banque du Canada, diverses publications de l Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités (ACCHA), l enquête Canadian Financial Monitor de Ipsos Reid et une panoplie de publications de Statistique Canada, de la Banque des Règlements Internationaux, du Fonds monétaire international et de la Société canadienne d hypothèques et de logement (SCHL). REPÈRES ÉCONOMIQUES 7

8 La Banque du Canada estime que le pourcentage des ménages canadiens qui sont dans une situation critique, soit ceux qui consacrent plus de 4 % de leur revenu brut au service de la dette, passera d environ 6,4 % actuellement à 7,5 % au milieu de Selon une simulation de l ACCHA, qui se concentre sur les nouveaux venus sur le marché hypothécaire, nous calculons qu une normalisation des taux ferait passer ce pourcentage de 1,9 % à 12,4 % dans ce sous-groupe particulièrement vulnérable. Les deux estimations révèlent des hausses importantes (figure 11) et placent plus de Canadiens dans une situation difficile, mais aucune ne prédit une catastrophe économique. Comment se fait-il qu autant de Canadiens puissent absorber une hausse de taux sans être passablement accablés? D abord, la plupart des ménages canadiens disposent d une certaine marge de manœuvre, sous la forme d un écart entre leurs revenus et leurs dépenses, et peuvent donc supporter une hausse des coûts d emprunt. Deuxièmement, la majorité de ceux qui détiennent actuellement un emprunt hypothécaire ont un taux fixe et ne seront pas du tout touchés par ces hausses avant plusieurs années. Troisième, il ne faut jamais sous-estimer l effort que les gens peuvent faire pour éviter d être en défaut de paiement ou de devoir déménager, y compris renégocier les modalités de leur emprunt hypothécaire, faire un meilleur budget, emprunter à la famille ou trouver un deuxième emploi (ou faire travailler un deuxième membre du ménage). Finalement, le spectre d un déclin du prix des propriétés est sans importance pour la question des tests de solidité financière des ménages : il n a aucun effet sur l accessibilité pour les propriétaires existants, mais il a de bons côtés pour les futurs acheteurs. Ce sont plutôt les titulaires d emprunts hypothécaires à taux variable et les récents acheteurs qui devront en subir les conséquences. Excédent de capacité La plupart des ménages qui ont un emprunt hypothécaire peuvent se permettre de payer plus qu ils ne le font. Au cours de la dernière année, 25 % des titulaires d un emprunt hypothécaire ont augmenté leurs versements mensuels habituels et 24 % ont effectué un versement forfaitaire. De plus, pour environ 6 % des emprunteurs, les versements mensuels étaient beaucoup plus élevés que Figure 11 : Test de résistance des ménages à l endettement % des ménages dont le fardeau de la dette est critique Maintenant Prévisions 6,4 % 7,5 % Ensemble des ménages 1,9 % 12,4 % Nouveaux venus sur le marché hypothécaire Remarque : L ensemble des ménages est la portion des ménages qui consacre plus de 4 % de leurs revenus bruts au service de la dette. Les nouveaux venus sont la portion des nouveaux venus sur le marché hypothécaire qui consacrent plus de 4 % de leurs revenus bruts au service de la dette et aux impôts fonciers. Sources : Banque du Canada, ACCHA, RBC GMA le minimum requis, ce qui leur donne la possibilité de les réduire si nécessaire. Étonnamment, il a fallu en moyenne les deux tiers du temps initialement prévu pour rembourser un emprunt hypothécaire entre 199 et 211, ce qui illustre la magie des hausses de revenus (et, pour être honnête, un déclin durable des taux d intérêt qui ne se répétera pas). Par le passé, les titulaires d emprunts hypothécaires ont dépensé une plus petite part de leurs revenus en frais de logement que l ont fait les locataires, ce qui donne une idée de l excédent de capacité dont ils disposent 4. Les locataires sont environ trois fois plus susceptibles d être dans une situation critique vis-à-vis du logement (définie comme la portion de leurs revenus attribuée au logement) que les propriétaires. Sans surprise, presque la totalité du faible nombre de propriétaires qui déclarent être dans une telle situation critique a un revenu qui se situe dans le dernier quintile. La plupart des propriétaires dont les revenus se situent dans la moyenne ou au-dessus de celle-ci disposent d une marge de manœuvre plus que suffisante. Fait intéressant, même ceux qui ont des revenus plus faibles ne se trouvent souvent que temporairement dans une situation critique. D après des données de 22 à 24, moins de la moitié de ceux qui ont des revenus se situant dans le dernier quintile devait assumer des frais de logement élevés pendant ces trois années. 3 À notre avis, le taux de croissance du revenu pourrait être plus rapide que les prévisions de la Banque du Canada, mais une hausse des taux d emprunt pourrait l être aussi (la Banque du Canada utilise des prévisions basées sur le marché qui sont extrêmement prudentes). Les facteurs s annulent entre eux, ce qui signifie que les estimations finales sont probablement très près de la réalité. 4 Étant donné qu une partie d un versement hypothécaire est, en fait, de l épargne forcée (évitant ainsi d avoir à épargner autant par d autres moyens), c est doublement vrai : les titulaires d un emprunt hypothécaire pourraient, théoriquement, se permettre de consacrer, sur une longue période, une plus grande part de leur revenu à leur logement que les locataires. 8 REPÈRES ÉCONOMIQUES

9 Hypothèques à taux fixe Les risques sont bien maîtrisés pour les deux tiers des Canadiens titulaires d un emprunt hypothécaire à taux fixe. Si l on présume qu ils ont une échéance normale de cinq ans, la grande majorité de ceux dont l emprunt doit être renouvelé au cours des trois prochaines années profiteront d une réduction des coûts d emprunt, ce qui est conforme à ce qui s est passé au cours des deux dernières années, alors que 77 % des renouvellements se sont soldés par un taux d intérêt plus bas en moyenne de 8 points de base. Ceux dont l emprunt vient à échéance à compter de 215 sont plus susceptibles de se retrouver avec un taux mensuel plus élevé. Toutefois, il s agit d un fait a) plutôt éloigné et encore plutôt fondé sur des suppositions ; b) qui sera atténué par trois années de hausses de revenus des ménages. Hypothèques à taux variable Le risque est plus grand et plus imminent pour les 35 % de Canadiens qui détiennent un emprunt hypothécaire à taux variable (figure 12). Évidemment, leurs coûts d emprunt augmenteront plus facilement lorsque les taux d intérêt entameront leur hausse. Mais même là, les risques sont plus nuancés. Une part assez importante de ces emprunteurs ne devra pas immédiatement faire face à une augmentation de leurs coûts d emprunt, puisque l un des produits hypothécaires populaires permet de conserver les versements mensuels initiaux en compensant la progression du versement lié aux intérêts par une réduction du versement lié au capital. La plupart de ceux qui ont ce type d emprunt l ont contracté alors que les taux étaient élevés. Une hausse de ceux-ci ne signifiera donc qu un simple retour à un versement d un montant qu ils pouvaient déjà assumer auparavant. En ce moment, les emprunts hypothécaires à taux variable sont moins chers que ceux à taux fixe, ce qui veut dire qu au début, la hausse des versements mensuels ne fera qu égaliser les coûts avec ceux des emprunts à taux fixe. Nous avons déjà établi que la plupart des titulaires d un emprunt hypothécaire disposaient d une marge de manœuvre en cas d accroissement du versement mensuel. Finalement, la grande majorité des propriétaires canadiens possède une valeur nette importante de leur propriété (en moyenne près de 5 %) et pourrait tout simplement la vendre et en acheter une moins chère si le financement mensuel devenait vraiment trop élevé. Le défaut de paiement et la faillite ne sont pas vraiment les premières options qui s offrent au petit nombre de ménages qui ne Figure 12 : Hiérarchie des risques sur le marché hypothécaire Source : RBC GMA pourraient assumer leurs nouveaux versements hypothécaires. LA HAUSSE DES RISQUES DÉCOULE DE LA HAUSSE DES TAUX Nouveaux acheteurs Nouveaux prêts hypothécaires à taux variable Nouveaux prêts hypothécaires à taux fixe Prêts hypothécaires à taux variable préexistants Prêts hypothécaires à taux fixe préexistants Le risque est manifestement plus grand pour les nouveaux acheteurs, et ce, pour plusieurs raisons. En moyenne, ils sont au début de leur carrière et leurs revenus n ont pas encore atteint leur maximum. Au début, ils ont souvent une valeur nette immobilière peu élevée, puisqu ils n ont pas payé un acompte important et qu ils n ont pas encore fait beaucoup de versements. De plus, ils n ont pas encore bénéficié de la hausse des prix des propriétés. Leur endettement en est probablement au point le plus élevé à vie. Le groupe le plus récent a également favorisé les emprunts à taux variable contrairement aux générations précédentes. Tous ces facteurs font en sorte que les nouveaux acheteurs sont particulièrement vulnérables aux hausses de taux d intérêt et aux baisses des prix des propriétés. Même là, la situation n est pas aussi critique qu elle en a l air à première vue. Il est vrai qu environ 3 % des REPÈRES ÉCONOMIQUES 9

10 Canadiens titulaires d un emprunt hypothécaire ont une valeur nette négative, tandis que 1 % ont une valeur nette qui se chiffre entre et 15 %. Ces emprunteurs pourraient donc être sensibles à une correction importante des prix des propriétés. Les récents acheteurs seraient les plus touchés. Cependant, une valeur nette immobilière négative n a, en soi, que des conséquences limitées. En effet, elle n a pas d incidence sur le versement mensuel. Il est aussi difficile pour les Canadiens, du point de vue de la loi, d abandonner leur emprunt hypothécaire et leur propriété. L accessibilité à la propriété de ceux qui détiennent un emprunt à taux fixe sur 5 ans ne sera pas touchée par la montée des taux pendant la majeure partie de ces cinq années. Ensuite, les hausses du revenu nominal et l accroissement de la valeur nette devraient résoudre la majeure partie des problèmes. Le groupe le plus à risque se compose sans aucun doute des ménages titulaires d un nouvel emprunt hypothécaire à taux variable (figure 13). Ils bénéficient d une valeur nette minimale et doivent composer avec des coûts d emprunt élevés. Toutefois, les risques sont probablement surestimés. Premièrement, étant donné la récente approbation de leur emprunt hypothécaire, leur situation d emploi et leur situation financière sont probablement très saines. Deuxièmement, dans le processus d approbation hypothécaire, leur capacité à assumer le service de la dette est vérifiée directement à l aide d une variété de critères de revenu. Ces critères incluent un coussin pour assurer une protection contre les événements néfastes comme les augmentations de taux, ce qui veut dire que le groupe des nouveaux acheteurs peut supporter au moins une hausse modérée des coûts d emprunt. Troisièmement, en raison d une modification de la réglementation en 21, ceux qui demandent un emprunt hypothécaire à taux variable doivent d abord obtenir une approbation pour le taux fixe sur 5 ans en vigueur. Dans le contexte actuel, cette approbation garantit la capacité d assumer une hausse d au moins 1 points de base des coûts d emprunt. Quatrièmement, l acompte minimal a été porté à 5 % de la valeur de la propriété il y a déjà plusieurs années, ce qui procure une protection additionnelle contre une valeur nette négative. L état de la solidité financière Les arguments qui précèdent laissent entendre que le risque de hausse des taux d intérêt est supportable pour Figure 13 : Évaluation du risque pour les nouveaux titulaires d un prêt hypothécaire à taux variable* MAUVAISES NOUVELLES Exposition à la hausse des coûts d emprunt Valeur nette initiale peu élevée Revenu du ménage plus bas que la moyenne Endettement au point le plus élevé dans la vie * Dans un contexte de hausse des coûts d emprunt. Source : RBC GMA BONNES NOUVELLES La plupart des titulaires d un prêt hypothécaire ont une certaine marge de manœuvre pour assumer des versements plus élevés Les versements sont actuellement moindres que ceux des titulaires d un prêt hypothécaire à taux fixe Une valeur nette peu élevée n a qu une incidence limitée sur l accessibilité L approbation hypothécaire est récente ; donc, les revenus sont suffisants et les finances, en santé L examen de la demande a été fait d après le coût d un prêt hypothécaire à taux fixe plus élevé ; donc, les titulaires peuvent assumer une hausse des taux la grande majorité des Canadiens. Vancouver constitue probablement une exception marquante, puisqu elle semble dans une situation assez effervescente et comporte un potentiel de baisse beaucoup plus important. Il est inévitable que les taux de défaillance sur les emprunts hypothécaires augmentent modérément par suite d un ralentissement du marché du logement, tout comme des paramètres comme le taux de faillites personnelles. Une partie des pertes sera refilée aux prêteurs. Toutefois, en raison de la manière dont le marché hypothécaire est construit au Canada, le secteur bancaire lui-même devrait être remarquablement protégé des conséquences directes d une telle évolution. D une part, les grandes banques canadiennes exercent leurs activités à l échelle nationale et sont donc mieux protégées contre les chutes rapides de marchés particuliers. D autre part, tout prêt hypothécaire pour lequel la mise de fonds est de moins de 2 % est assuré par la SCHL (ou, plus rarement, par un assureur privé) et, par conséquent, les pertes qui en découlent sont en grande partie assumées par la SCHL plutôt que par les banques. Loin d être une répétition des événements dramatiques entourant Freddie Mac et Fannie Mae aux États-Unis, la SCHL 1 REPÈRES ÉCONOMIQUES

11 demeure bien capitalisée et profite de la reconnaissance totale explicite du gouvernement du Canada. Dans le pire des cas, le gouvernement pourrait transférer des fonds à la SCHL, comme au début des années 198. Les risques systémiques sont donc assez faibles. Les organismes de réglementation méritent des éloges pour leurs modifications, au cours des dernières années, de la réglementation relative aux prêts hypothécaires, puisque ces étapes ont permis d atténuer les risques. Cependant, ils pourraient en faire davantage. Toutes les nouvelles demandes de prêts hypothécaires devraient non seulement faire l objet d une vérification à l aide d un taux fixe sur 5 ans, mais aussi à l aide du taux fixe historique normal sur cinq ans, voire à l aide du taux en vigueur majoré de quelques points de pourcentage. Par ailleurs, les seuils de service de la dette employés pour établir si le revenu est suffisant (ratio d endettement brut et ratio d endettement total) devraient être légèrement plus bas pour laisser une marge de manœuvre supplémentaire en cas de hausse des taux ou de diminution du revenu. Conclusion Banque du Canada La Banque du Canada est sans doute un peu en retard pour resserrer sa politique monétaire (figure 14). Ce commentaire s appuie à la fois sur le niveau des prix des propriétés et l ensemble de l économie. Dans les deux cas, l erreur fondamentale a été de sous-estimer l attrait exercé par le crédit à bas prix, lequel est demeuré inchangé au Canada au pire de la crise du crédit, même quand cet attrait s est volatilisé aux États-Unis. Le fait que la croissance du crédit des ménages a ralenti ne signifie pas que le problème a été correctement résolu. Le crédit augmente plus lentement parce que les ménages se heurtent aux limites de ce qu ils peuvent se permettre. Le crédit hypothécaire, quant à lui, ne ralentit presque pas, car les Canadiens tiennent à tout prix à profiter des taux d emprunt exceptionnels et de la hausse des prix des propriétés. Il existe une croyance populaire selon laquelle la Banque du Canada ne peut pas se permettre de relever les taux d intérêt, car une telle mesure aurait un effet trop néfaste pour les titulaires de prêts hypothécaires. En réalité, c est le contraire qui est vrai. La Banque du Figure 14 : Taux cible des fonds à un jour de la Banque du Canada % Sources : Banque du Canada, RBC GMA Canada ne peut se permettre de repousser les hausses de taux d intérêt pour exactement la même raison. Plus la Banque attend, plus les emprunteurs dont la situation est à la limite entreront sur le marché et seront frappés de plein fouet lorsque les taux augmenteront, et plus les prix des propriétés continueront de progresser audessus du point d équilibre, avant de chuter par la suite. Des règles macroprudentielles devraient normalement être prévues pour maintenir le marché du logement au centre et laisser la banque centrale en périphérie. Cependant, les taux d intérêt sont si anormalement bas que les effets d un cadre réglementaire plus strict ont été presque entièrement occultés par l attrait des faibles coûts d emprunt. Même si l on est d accord avec le fait que les banques centrales ne devraient pas s occuper de cibler les bulles d actifs, il est tout aussi vrai qu elles ne devraient pas les occasionner en premier lieu, ce qui est sans doute le cas ici. Conséquences économiques La Banque du Canada commencera probablement bientôt à augmenter ses taux d'intérêt En ce moment, le marché du logement du Canada contribue à la robustesse de l économie et, pour l instant, représente un risque de hausse de la croissance. Toutefois, une fois que les taux auront commencé à augmenter dans un futur relativement peu éloigné, il devrait se transformer en un puissant frein, ce qui aura plusieurs conséquences. Selon nos calculs, les dépenses des consommateurs devraient ralentir de manière importante. Les ménages devront réallouer une partie de leur revenu auparavant réservée aux dépenses et la consacrer aux versements mensuels plus élevés sur leurs emprunts (au rythme actuel, le ratio du service de la dette du REPÈRES ÉCONOMIQUES 11

12 Canada excédera la moyenne historique au cours des 18 prochains mois et continuera sa progression par la suite). Ils demanderont aussi moins de crédit en raison de la hausse des coûts d emprunt. Finalement, la chute des prix des propriétés créera un effet d appauvrissement qui fera augmenter le taux d épargne personnelle pour compenser la perte de richesse. À son tour, la croissance du PIB global devrait ralentir en raison de la diminution de la croissance des dépenses des consommateurs, d un déclin des investissements résidentiels (actuellement élevés) en proportion du PIB (figure 15), de la réduction de la mobilité de la maind œuvre et de la baisse des revenus du gouvernement attribuables à l immobilier. Il est peu probable que ces événements provoquent carrément une récession ou compromettent totalement la reprise économique en cours, mais on devrait en ressentir les effets et l incidence devrait être passablement défavorable. Répercussions sur le marché Le but premier de la présente étude a été d établir si les placements canadiens sont grandement menacés par l endettement élevé des ménages. Il n est pas facile de répondre à cette question. En ce moment, les ménages sont dans une bonne situation, mais celle-ci pourrait se détériorer lorsque les taux augmenteront et créer des problèmes d accessibilité. Ces problèmes ne semblent pas de nature systémique, ce qui signifie qu ils n entraîneront pas une chute du secteur bancaire et qu ils ne menacent pas la viabilité de la reprise économique. Toutefois, nous prévoyons que la croissance économique s en trouvera à coup sûr ralentie, ce qui fera perdre Figure 15 : Les investissements résidentiels se replieront vers un niveau normal Écart en points de pourcentage par rapport à la moyenne historique* Investissements résidentiels en proportion du PIB au Canada * Moyenne : du T au T1-211 Sources : Statistique Canada, RBC GMA un peu de lustre aux actions canadiennes et modère nos perspectives négatives envers les obligations. Dans l ensemble, nous maintenons des prévisions optimistes prudentes relativement aux actions canadiennes, puisque le secteur bancaire est bien protégé et que le secteur des ressources devrait rester en grande partie intact. Et ces deux secteurs constituent deux principaux moteurs du marché canadien. Il est cependant indéniable que certains secteurs, comme les ceux de la consommation et du logement, tout particulièrement, pourraient perdre de leur vigueur. Nos prévisions relatives aux obligations sont modérément négatives, mais surtout en raison des éventuelles hausses de taux de la Banque du Canada qu à cause d inquiétudes liées à la solvabilité du gouvernement ou des sociétés. 12 REPÈRES ÉCONOMIQUES

13 Le présent rapport a été préparé par RBC Gestion mondiale d actifs Inc. (RBC GMA) à titre d information seulement et ne doit pas être reproduit, distribué ou publié sans le consentement écrit préalable de RBC GMA. Les renseignements y figurant ne constituent pas des conseils juridiques, comptables, fiscaux, financiers, ni des conseils de placement ou autres, et ne devraient pas être considérés comme tels. RBC GMA prend des mesures raisonnables pour fournir des renseignements à jour, exacts et fiables, et croit qu ils le sont au moment de leur impression. En raison de la possibilité que survienne une erreur humaine ou mécanique ainsi que d autres facteurs, notamment des inexactitudes techniques et des erreurs ou omissions typographiques, RBC GMA décline toute responsabilité à l égard des erreurs ou des omissions que pourrait contenir le présent document. RBC GMA se réserve le droit, à tout moment et sans préavis, de corriger ou de modifier les renseignements, ou de cesser de les publier. Tout renseignement prospectif sur les placements ou l économie contenu dans le présent rapport a été obtenu par RBC GMA auprès de plusieurs sources. Les renseignements obtenus de tiers sont jugés fiables, mais ni RBC GMA, ni ses sociétés affiliées, ni aucune autre personne n en garantit explicitement ou implicitement l exactitude, l intégralité ou la pertinence. RBC GMA et ses sociétés affiliées n assument aucune responsabilité à l égard des erreurs ou des omissions. Les opinions et les estimations que renferme ce document représentent notre jugement à la date indiquée et peuvent être modifiées sans préavis ; elles sont fournies de bonne foi, mais n impliquent aucune responsabilité légale. Dans la mesure autorisée par la loi, ni RBC GMA, ni ses sociétés affiliées, ni aucune autre personne n assument une responsabilité quelconque à l égard de toute perte découlant directement ou indirectement de l utilisation des renseignements prospectifs que contient ce document. Les taux d intérêt et les conditions du marché peuvent changer. NOTE SUR LES ÉNONCÉS PROSPECTIFS Le présent rapport peut contenir des déclarations prospectives au sujet des rendements futurs, stratégies ou perspectives, ainsi que sur les mesures qui pourraient être prises. L emploi des modes conditionnel ou futur et des termes «pouvoir», «se pouvoir», «devoir», «s attendre à», «soupçonner», «prévoir», «croire», «planifier», «anticiper», «évaluer», «avoir l intention de», «objectif» ou d expressions similaires permet de repérer les déclarations prospectives. Les déclarations prospectives ne garantissent pas le rendement futur. Les déclarations prospectives comportent des incertitudes et des risques inhérents quant aux facteurs économiques généraux, de sorte qu il se peut que les prédictions, les prévisions, les projections et les autres déclarations prospectives ne se réalisent pas. Nous vous recommandons de ne pas vous fier indûment à ces déclarations, puisqu un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent considérablement de ceux qui sont mentionnés, explicitement ou implicitement, dans les déclarations prospectives. Ces facteurs comprennent notamment les facteurs généraux d ordre économique et politique ou liés au marché du Canada, des États-Unis et du monde entier, les taux d intérêt et les taux de change, les marchés mondiaux des actions et des capitaux, la concurrence, les évolutions technologiques, les changements législatifs et réglementaires, les décisions judiciaires et administratives, les actions en justice et les catastrophes. La liste de facteurs essentiels ci-dessus, qui peut avoir une incidence sur les résultats futurs, n est pas exhaustive. Avant de prendre une décision de placement, nous vous invitons à prendre en compte attentivement ces facteurs et les autres facteurs pertinents. Toutes les opinions contenues dans les déclarations prospectives sont sujettes à changement sans préavis et sont fournies de bonne foi mais sans responsabilité légale. Marque déposée de la Banque Royale du Canada. RBC Gestion mondiale d actifs est une marque déposée de la Banque Royale du Canada. Utilisation sous licence. RBC Gestion mondiale d actifs Inc., 211. REPÈRES ÉCONOMIQUES 13

Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014

Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014 Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014 Animatrice : Jennifer McClelland, CFA Vice-présidente et première gestionnaire de portefeuille, Actions canadiennes

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Nous examinons ici l effet du dernier resserrement des règles de l assurance prêt hypothécaire sur la performance du marché immobilier québécois

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt?

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? juin 1 Comme ailleurs au pays, les dettes des Québécois ont augmenté beaucoup plus rapidement

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Toronto, ONTARIO (Le 30 juillet 2009) Genworth MI Canada Inc. (TSX : MIC) a présenté aujourd hui des résultats solides

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Régime d accession à la propriété (RAP)

Régime d accession à la propriété (RAP) Régime d accession à la propriété (RAP) Introduction Les fonds retirés d un REER sont habituellement imposables l année du retrait. Toutefois, dans le cadre de certains programmes, le retrait n entraîne

Plus en détail

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale Association canadienne de science économique des affaires Kingston (Ontario) 25 août 2015 Lawrence Schembri Sous-gouverneur

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

L énigme des titres à revenu fixe Que faire?

L énigme des titres à revenu fixe Que faire? Que faire? La faiblesse des rendements en revenu étant devenue une réalité dans le marché obligataire depuis un certain temps, de nombreux investisseurs parlent d une «nouvelle norme» qui se révèle à la

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Perspectives 2015 du marché de la revente

Perspectives 2015 du marché de la revente HORIZON immobilier 2015 Perspectives 2015 du marché de la revente Par Paul Cardinal Directeur, Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Plan de la présentation 1 2 3 4 Facteurs

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille

Rapport annuel du rendement du portefeuille 2013 Rapport annuel du rendement du portefeuille Présenté à la SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE PRINCIPALES CONCLUSIONS Principales conclusions Objectif de l accord : hausse de la conformité dans

Plus en détail

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION RÉGIONAUX AU CANADA : La puissance des faibles taux d intérêt Faits saillants Les marchés

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012 Région métropolitaine de Trois-Rivières Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Quatrième hausse trimestrielle consécutive des ventes résidentielles Taux d intérêt et marché de l emploi

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Pourquoi le fléchissement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est un phénomène américain

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière F Variation de la valeur foncière et des transactions PRIVÉ Rôle d évaluation foncière Variation entre 2007 et 2011 2 Différence avec le prix de vente 3 Transactions 2000-2010 Vente de copropriétés et

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Présentation aux investisseurs Mars 008 Bernard Dorval Chef de groupe, Services bancaires aux entreprises et assurance, et coprésident, TD Canada Trust Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs De

Plus en détail

LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ

LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ SÉRIE L ABC DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques À propos de l Agence de la consommation en matière

Plus en détail

Neuf 22 26 30-4.1 19.4 15.1. Revente 148 159 157-4.0 7.4-1.1. Neuf 481 503 522 5.6 4.6 3.7 Revente 464 495 522 7.6 6.8 5.4

Neuf 22 26 30-4.1 19.4 15.1. Revente 148 159 157-4.0 7.4-1.1. Neuf 481 503 522 5.6 4.6 3.7 Revente 464 495 522 7.6 6.8 5.4 COMMENTAIRE Services économiques TD 1 mars 214 LE MARCHÉ DE L HABITATION DE LA RÉGION DU GRAND TORONTO : PLUSIEURS MARCHÉS, PLUSIEURS SITUATIONS Faits saillants Bien que la robuste croissance des prix

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Plani-marché. Vous protéger, vous enrichir. Coup d'œil sur les marchés. Le marché boursier canadien franchit une importante étape

Plani-marché. Vous protéger, vous enrichir. Coup d'œil sur les marchés. Le marché boursier canadien franchit une importante étape Coup d'œil sur les marchés Le marché boursier canadien franchit une importante étape Le principal indice boursier canadien a enfin atteint un nouveau sommet, clôturant à 15 019 le 18 juin 2014. Le sommet

Plus en détail

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010 2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 21 L économie mondiale continue d exercer une tension sur la reprise nord américaine, puisque les préoccupations liées

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l hiver 213-214 Vol. 1.4 13 janvier 214 Des signaux positifs ressortent de l enquête menée cet hiver, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012 L Industrielle Alliance déclare ses résultats financiers pour le deuxième trimestre La rentabilité et le ratio de solvabilité atteignent les meilleures indications La croissance des affaires se maintient

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Mises de fonds et documentation requise

Mises de fonds et documentation requise Mises de fonds et documentation requise VÉRIFICATION DE L AVOIR PROPRE L avoir propre est le montant que l emprunteur verse à titre de mise de fonds à l achat de cette propriété. Les exigences relatives

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Rapport trimestriel 30 septembre 2001

Rapport trimestriel 30 septembre 2001 F O N D S D E P L A C E M E N T I M M O B I L I E R C O M I N A R Rapport trimestriel 30 septembre 2001 Message aux porteurs de parts Au nom des fiduciaires, des dirigeants et du personnel du Fonds de

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Revue du marché hypothécaire canadien les risques sont faibles et maîtrisés

Revue du marché hypothécaire canadien les risques sont faibles et maîtrisés Revue du marché hypothécaire canadien les risques sont faibles et maîtrisés Janvier 2010 Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning Économiste en

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail