mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ"

Transcription

1 mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ

2 SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident pour une remontée des taux, l Europe s apprête à rendre sa politique monétaire encore un peu plus accommodante. Cela s explique en partie par les mandats différents donnés aux deux institutions. Alors que la Fed a pour mission principale de stimuler l emploi tout en gardant l inflation sous contrôle, la BCE doit d abord garder l inflation proche de 2% mais inférieure à ce chiffre. Or actuellement, l inflation européenne est largement en dessous de cette cible. Si l on se réfère à ces 15 dernières années, un pareil découplage entre Etats-Unis et Europe n est pas exceptionnel mais ne dure en général pas plus de 12 à 24 mois. L avenir nous dira si cette fois, c est différent Contexte de marché en Europe 4 Contexte de marché aux Etats-Unis 5 Politique monétaire 6 Taux courts 7 Obligations gouvernementales 8 Covered bonds 10 Obligations d entreprises 11 Actions 12 Taux de change et matières premières 14 Annexes 15

3 EN BREF Aux Etats-Unis, la déception liée aux mauvais résultats du premier trimestre est oubliée. Les voyants sont de nouveau au vert pour une accélération de l économie américaine cette année. En zone euro, l inflation reste faible et la reprise de l activité économique est modérée. Une action prochaine de la BCE semble inévitable. Sur le marché de la dette gouvernementale, les taux d intérêt continuent la chute observée depuis le début de l année, poussés par le discours accommodant de la banque centrale. La dynamique des spreads sur les covered est contrastée pour le mois de mai. On observe un resserrement généralisé sauf pour les covered espagnoles et italiennes. Les rendements proposés restent néanmoins à des niveaux historiquement très faibles. Les spreads de crédit se sont très légèrement détendus. Les investisseurs sont confiants et prêts à prendre des risques pour trouver du rendement dans un environnement où le rendement n a jamais été aussi faible. Tout comme le mois dernier, les principaux indices actions ont clôturé légèrement positifs. Pour faciliter la compréhension de cette publication, nous proposons un lexique expliquant les principaux termes financiers à l adresse suivante : 3

4 CONTEXTE DE MARCHÉ EN EUROPE Le mois de mai ne fut pas positif en terme de chiffres économiques pour la zone euro. Ainsi, le PIB de l ensemble des pays de l union monétaire n a crû que de 0,2% au premier trimestre Les résultats aux Pays-Bas (-1,4% ) et en France (0,0%) ont particulièrement déçu contrairement à ceux de l Allemagne (+0,8%). Ces résultats, largement en-dessous des attentes, démontrent que la croissance de la zone euro reste insuffisante pour parler d une reprise durable. Au niveau des pays périphériques, l Espagne a enregistré une croissance (+0,4%) mais le Portugal (-0,7%) et l Italie (-0,1%) ont vu leur activité économique se contracter. Ces résultats décevants, couplés à une inflation toujours très faible en zone euro, confortent les observateurs dans l idée d une nouvelle intervention de la BCE pour soutenir l économie européenne 4

5 CONTEXTE DE MARCHÉ AUX ETATS-UNIS Aux Etats-Unis, les mauvais chiffres du PIB pour le premier trimestre (+0.1%) semblent d ores et déjà oubliés. Ainsi, l indice PMI pour le secteur manufacturier a progressé en mai, de 54,9 à 55,4, selon une première estimation. Cela confirme donc que le «sur-place» du début d année de l économie américaine est bien essentiellement dû aux mauvaises conditions climatiques. Ensuite, la tendance sur le marché du travail reste très positive. Avec d une part, le taux de chômage qui ne cesse de diminuer et d autre part des créations d emploi qui restent solides. Enfin, malgré des ventes de détail un peu plus faibles, l inflation a augmenté en avril passant de 1,5% à 2% conformément aux attentes. La croissance de la demande américaine semble se traduire par une accélération de la hausse des prix. 5

6 POLITIQUE MONÉTAIRE Lors de la dernière réunion de la BCE en mai, Mario Draghi a insisté sur les risques qui pèsent sur la zone euro (faible inflation, appréciation de l euro, croissance faible..) mais aussi sur les instruments disponibles pour faire face à ces risques. Dans ces conditions, les marchés financiers s attendent à une nouvelle baisse des taux directeurs mais d autres mesures monétaires «non conventionnelles» ne sont pas à exclure. Aux Etats-Unis, la Fed continue à démanteler graduellement son programme d assouplissement quantitatif. Néanmoins la présidente Yellen reste prudente dans ses propos. Ainsi, elle a qualifié le taux de chômage de toujours élevé. Elle a également mentionné l inflation qui se situe toujours en dessous de l objectif. La banque centrale américaine prendra donc son temps avant de relever des taux. 6

7 TAUX COURTS L annonce faite le mois dernier par Mario Draghi, président de la BCE, d adopter de nouvelles mesures visant à soutenir l économie européenne a déjà entrainé une lente diminution des taux courts (euribor). La dynamique de hausse observée depuis le début de l année est donc terminée. Désormais, le taux de référence euribor trois mois se situe à 0.31 contre 0.35, il y a un mois. Face aux difficultés persistantes de financement des entreprises dans les pays qui ont été le plus durement affectés par la crise, des mesures de soutien via les banques peuvent s avérer nécessaires selon le président de la BCE. Cela pourrait se traduire par une injection massive de liquidité sur le marché monétaire. 7

8 OBLIGATIONS GOUVERNEMENTALES Après quelques jours de stabilité début mai, les taux des pays «core» ont chuté suite aux discours de certains membres de la BCE, ces derniers confirmant presque que des mesures d assouplissement seraient prises en juin (date qui correspond à l update des prévisions d inflation et de croissance de l institution monétaire). La baisse de l inflation et quelques autres chiffres mitigés ont prolongé ce mouvement qui a fait revenir le taux allemand à 10 ans à son niveau de mai Les taux OLO ont aussi baissé mais dans une plus grande mesure, ce qui les a menés à leur plus bas niveau historique (1,87% pour le 10 ans durant le mois). 8

9 Les pays périphériques ont eux aussi montré des baisses du rendement de leurs obligations mais celles-ci ont été fortement tempérées par des craintes sur l issue des élections européennes et le vote eurosceptique. Au final, on peut voir que la remontée des rendements périphériques fut temporaire pour l Italie et l Espagne. L Espagne a d ailleurs profité du contexte de marché positif pour émettre sa première obligation indexée sur l inflation. En ce qui concerne le Portugal, son rendement semble bloqué par un plancher vers les 3,50% à 10 ans. Les nouvelles sur le pays restent cependant bonnes. Moody s a décidé d augmenter la note du pays de Ba3 à Ba2 sur base de l amélioration des fondamentaux et de sa décision de ne plus demander d aide européenne. 9

10 COVERED BONDS Sur le marché secondaire, dans le sillage de l élargissement des spreads des obligations d Etat périphériques, les spreads des covered espagnoles et italiennes ont légèrement augmenté. A contrario, on peut observer une très bonne performance des covered irlandaises et portugaises. Ces dernières profitant d un rehaussement de notations par Moody s et d une amélioration de l économie. Par ailleurs, le mois de mai a été pauvre en terme d émissions sur le marché primaire. Seuls les émetteurs de pays «core» (Allemagne, Auriche, Suède et France) ont été actifs. 10

11 OBLIGATIONS D ENTREPRISES La prime de risque a continué à se réduire légèrement alors que les taux ont eux fortement baissés. En conséquence, les rendements absolus des obligations d entreprise ont également fortement diminué et ont atteint des niveaux historiquement bas! Les spreads de crédit reflètent la confiance des investisseurs et un appétit prononcé pour le risque. Cela se traduit également par un intérêt pour l univers du «High Yield 1» et des dettes subordonnées 2. Les dettes des pays émergents commencent de nouveau à être considérées comme intéressantes. Sur le thème de la séniorité des dettes (senior ou subordonnées), on retiendra un point important, à savoir, un accord politique sur la proposition de directive sur le redressement et la résolution des défaillances bancaires. Celle-ci prévoit que les dettes seniors doivent également absorber des pertes en cas de problème, et ce dès Emetteur de qualité faible dont le rating est inférieur à BBB- 2 Dette dont le remboursement intervient après les dettes dites Senior 11

12 ACTIONS Indices Les marchés actions ont continué leur ascension, certes à un rythme plus lent : +1.44% sur l Eurostoxx50 et +0.82% sur le S&P; portés par des anticipations de mesures d intervention de la Banque Centrale Européenne. Les indices espagnol (Ibex) et allemand (Dax) ont particulièrement bien performé (respectivement +3.25% et +3.54%). Au vu de la forte progression de l indice italien depuis le début de l année (FTSE MIB:+14%), certains investisseurs ont préféré prendre leur profit. Le MIB abandonne -0.71% sur le mois. Les résultats des sociétés sont sortis globalement conformes aux attentes; meilleurs aux US qu en Europe et impactés par les effets de change. Depuis janvier, nous assistons toujours à une légère surperformance de l Europe sur les Etats-Unis (+4.36% contre +4.07%) 12

13 Secteurs L environnement persistant de taux bas profite aux secteurs dits «à haut dividende» comme les services aux collectivités (+4.22%), l immobilier (+4.86%). A l inverse, cet environnement commence à peser sur certaines sociétés d assurance qui ont une part importante de produits Vie (-1.11%). Le faible niveau d inflation pèse sur le secteur de la distribution (-0.85%) Le secteur des Loisirs est en forte hausse de +5%. 13

14 TAUX DE CHANGE ET MATIÈRES PREMIÈRES Or L or chute de -3.23% à 1249,73 $ l once. Pétrole Le brent a progressé de 1,85% et clôture à 110,66 $.. Eurodol L eurodol perd -1.62% sur le mois et termine à 1,

15 ANNEXES Taux d intérêt 15

16 Actions, matières premières et forex 16

17 DIRECTION FINANCES Editeur responsable : Sébastien Gilis, rue des Croisiers 24 à 4000 LIÈGE Mise en page : INFORMATIONS JURIDIQUES Cette publication revêt un caractère informatif. Elle est basée sur notre propre analyse des marchés financiers, de même que sur des renseignements reçus de tiers jugés suffisamment fiables. Toutefois, Ethias ne donne aucune garantie quant à l exhaustivité, l exactitude, la pertinence et l actualité des informations publiées. Ethias n assume dès lors aucune responsabilité quant à ces données. Le but de cette publication est de vous informer de la situation qui prévaut sur les marchés financiers. Elle ne constitue en aucun cas un conseil professionnel ni une invitation ou une offre d Ethias à investir ou désinvestir dans certains marchés ou instruments financiers. Ethias n assume aucune responsabilité pour les dommages éventuels encourus en raison d une décision basée sur les informations publiées.

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

novembre Commentaire de marché

novembre Commentaire de marché novembre 2012 Commentaire de marché SOMMAIRE Introduction Le 25 novembre 2011, le taux OLO à 10 ans battait tout les records en pointant à 5.86%. Un an après, ce même taux bat à nouveau un record à la

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Fonds commun de placement CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Exercice du 01/07/2013 au 30/06/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin juin

L évolution du marché des OPCVM à fin juin L évolution du marché des OPCVM à fin juin Le marché des fonds de droit français enregistre un recul d encours de -1,4% en juin, l équivalent de 11 milliards d euros de moins par rapport à fin mai. La

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014

FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014 FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014 Baisse des taux directeurs, Eonia négatif, chute des rendements quelles stratégies adopter pour la gestion de trésorerie? Eclairage avec Jean-Thomas Heissat,

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

PALATINE TRESORERIE PREMIERE

PALATINE TRESORERIE PREMIERE PALATINE TRESORERIE PREMIERE FCP à vocation générale MONETAIRE COURT TERME RAPPORT ANNUEL DE GESTION 30/03/2012 - I - CARACTERISTIQUES OPCVM d OPCVM : Inférieur à 10% de l actif net Objectif de gestion

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Rapport annuel Exercice clos le 31 octobre 2014 SAFIR 1) Politique de gestion Le fonds finit l année à +2.19% contre +12.56% pour l indice composite 50% MSCI DM World Net Return (dividendes nets réinvestis)

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014 LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé

La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé Apériodique n 14/21 7 mars 2014 La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé La BCE a laissé ses taux directeurs inchangés lors de sa réunion de mars, contrairement à notre prévision d une

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

'%# % % '%#$! %!6# %: %%!# &!"! %! % "%!'"% %%!# %:.!#%'%!"%5#"%!$5!"!4"%5#"%!$!!"!4 "% 5#"%!$"! %!!%''4 "% 5#"%!$"! %!!%''

'%# % % '%#$! %!6# %: %%!# &!! %! % %!'% %%!# %:.!#%'%!%5#%!$5!!4%5#%!$!!!4 % 5#%!$! %!!%''4 % 5#%!$! %!!%'' !! !"!!#$"%! "&%!'() (*)#%!%'!!!'! '"%' +%,!-$#!#"%!%'## $"!!%%%$ '!. /% %# "!%' "%! %,! %''!/# '%# % % '%#$! 01.!#0 %"%%%.!%''!"%!'"%"%#!'##%2#!!"!3.!"%&#"%!$&!"!!!"!4"%5#"%!$"!%!!% ''4 "% 5#"%!$ "!

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Agence France Locale

Agence France Locale Agence France Locale BSI Economics Résumé : L Agence France Locale (AFL) a été créée afin de permettre aux collectivités locales, même les plus petites, d obtenir des conditions de financement avantageuses.

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

N 16 20 au 24 avril 2015. Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr

N 16 20 au 24 avril 2015. Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr Stratégie & Recherche économique N 16 20 au 24 avril 2015 I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr > L essentiel de la semaine Zone euro : Baisse inattendue de presque toutes les enquêtes d avril.

Plus en détail

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation mai 2011 N 315 la vie économique et sociale Une politique monétaire résolument favorable à la croissance, Chicago, 27 avril 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme

Plus en détail

Elections européennes: Quelle image donnée aux investisseurs étrangers?

Elections européennes: Quelle image donnée aux investisseurs étrangers? Numéro 185 Données au 16 05 14 Performance depuis le début de l'année: +0.33% Performance sur 1 an. +3.88% Performance Eurostoxx 50 depuis le 1er janvier 2014: +2.05% Exposition actions globales (couverture

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

N 12 23 au 27 mars 2015. Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr

N 12 23 au 27 mars 2015. Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr Stratégie & Recherche économique N 12 23 au 27 mars 2015 I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr > L essentiel de la semaine Europe : De nouveaux signes d amélioration. Etats-Unis : Signaux divergents.

Plus en détail

Infos financières Décembre 2014

Infos financières Décembre 2014 Infos financières Décembre 14 Évolutions monétaires à Saint-Pierre-et-Miquelon au septembre 14 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Conséquence d une activité mondiale plus faible que prévu

Plus en détail

NATIXIS CREDIT EURO 1-3 L'OPCVM est un nourricier de l'opc maître NATIXIS EURO SHORT TERM CREDIT

NATIXIS CREDIT EURO 1-3 L'OPCVM est un nourricier de l'opc maître NATIXIS EURO SHORT TERM CREDIT OPCVM de droit français NATIXIS CREDIT EURO 1-3 L'OPCVM est un nourricier de l'opc maître NATIXIS EURO SHORT TERM CREDIT RAPPORT ANNUEL au 30 juin 2014 Société de Gestion : Natixis Asset Management Dépositaire

Plus en détail

Développements. internationaux

Développements. internationaux Développements internationaux Pétrole et matières premières Le cours du pétrole chute Depuis l été 2014, le prix du pétrole a chuté, passant de 111,8 $ le baril en juin (82,2 ) à 78,4 $ (62,9 ) en novembre,

Plus en détail

Février 2015. Anne-Charlotte Ducos. Fairouz Yahiaoui Gérante Monétaire. Heissat, CIIA Spécialiste Produits. Gérant Crédit.

Février 2015. Anne-Charlotte Ducos. Fairouz Yahiaoui Gérante Monétaire. Heissat, CIIA Spécialiste Produits. Gérant Crédit. CPR OBLIG 24 MOIS Retour sur la gestion depuiss le passage en titres vifs Perspectives à court / moyen terme Février 2015 Julien Daire Responsable Gestionn Crédit Fairouz Yahiaoui Gérante Monétaire Anne-Charlotte

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 01/12/14 AU 07/12/14

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 01/12/14 AU 07/12/14 ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 01/12/14 AU 07/12/14 1/ Contexte : Deux fait marquants pour la semaine passée : 1/ Statu quo pour l OPEP. L'OPEP produira 30 millions de barils par jour au moins jusqu en

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. Août 2015. 9xpansion. Contraction. Index. 1. Economie mondiale La dynamique vient des économies développées

1 MOIS EN 10 IMAGES. Août 2015. 9xpansion. Contraction. Index. 1. Economie mondiale La dynamique vient des économies développées 1 MOIS EN 1 IMAGES Août 1 Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 1 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O D E U X I E M E T R I M E S T R E 2 0 1 5 > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T JeanMarc Léonard Responsable Département Investissement Contact 17 Côte d Eich B.P. 884 L2018 Luxembourg T (352) 46 99

Plus en détail

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités. Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin

Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités. Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin Le 29 janvier 2014 Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin Bourse et Économie Bourse et Commodités La

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 34, 24 aout 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED sème le doute Fin de l apesanteur euphorique Le pétrole mène la danse

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

L euro tombe à son niveau le plus bas depuis quatre mois.

L euro tombe à son niveau le plus bas depuis quatre mois. Marchés Financiers Le 18 mai 2012 Marchés Financiers ANALYSE : analyse DE de LA SITUATION la situation En Grèce, les partis politiques ne sont pas parvenus à s entendre pour former un gouvernement de sorte

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail