Zone euro Indicateur d impact du QE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Zone euro Indicateur d impact du QE"

Transcription

1 N 1/263 1 er septembre 21 Zone euro Indicateur d impact du Avec l annonce d un programme étendu d achats d actifs non stérilisés (quantitative easing, ), portant essentiellement sur des titres souverains, la Banque centrale européenne (BCE) paraît avoir fourni une réponse à la hauteur des défis. Le mauvais équilibre de croissance et d inflation faibles et la fragmentation des marchés du crédit nécessitaient une action de taille pour permettre une meilleure transmission d une politique monétaire unique. La BCE poursuit donc deux objectifs explicites : améliorer la transmission de sa politique monétaire en réduisant la fragmentation et ancrer les anticipations vers une remontée de l inflation, afin de repousser le spectre de son contraire, la déflation. Elle poursuit également deux objectifs implicites : resolvabiliser les agents publics et privés fortement endettés et ranimer la croissance. Pour évaluer l efficacité de ces mesures, nous avons élaboré un indicateur d impact du. Pour ce faire, nous mobilisons un ensemble de variables monétaires, financières, réelles et d enquêtes qui permettent de décrire l activation des différents canaux de transmission de la politique monétaire. Ces variables seront suivies sur une base bimestrielle et agrégées en un indicateur synthétique, afin d évaluer l impact du sur l économie. L indicateur synthétique doit se lire de manière qualitative : c est son évolution, et non son niveau, qui doit être interprétée ; la remontée de l indicateur indique un mouvement des variables dans la direction attendue par la Banque centrale pour atteindre ses objectifs. Dès l annonce du programme de par la BCE (22 janvier 21) et encore un mois après les premiers achats (9 mars 21), l indicateur a signalé une accélération de l amélioration des conditions monétaires et financières qui évoluaient pour la plupart en ligne avec les objectifs de la BCE. La dépréciation de l euro, la réduction des primes de risque sur les souverains périphériques et la remontée des cours des actions ont été les premiers signes de succès du.,,4,3,2,1, -,1 -,2 -,3 -,4 -, Indicateur d'impact du : objectifs BCE ,3,2,1, -,1 -, Indicateur synthétique Indice de production industrielle (dr., g.a.) Inflation core (dr., g.a.) Sources : Datastream, Crédit Agricole S.A. -,3-3 Études Économiques Groupe

2 indicateur d impact du Ces variables ont montré une réaction très rapide non seulement à la mise en œuvre du, mais déjà par anticipation après le discours de en août 214. Ces évolutions se sont traduites par une nette amélioration de la confiance et par un redressement des anticipations d inflation. Lorsqu elle a dévoilé sa fonction de réaction et a annoncé une politique de taux bas pour le moyen terme, la BCE a réussi à modifier les anticipations des agents, grâce à sa crédibilité. On a observé aux mois de mai 21 et de juin un repli de l indicateur, en raison notamment de la baisse de la contribution du canal du taux de change et du canal du prix des actifs. La crise grecque et les tensions sur les primes de risque souverain et corporate qui s en sont suivies ont aussi contribué à la dégradation de l indicateur. La remontée de l indicateur en juillet a été tirée par le redressement des prix des actifs, la dépréciation du taux de change et par le repli des primes de risque de la périphérie après l accord sur le nouveau plan d aide à la Grèce. Mais les récentes incertitudes sur la croissance chinoise et du monde émergent ont poussé l euro à la hausse et les cours boursiers à la baisse, alimentant aussi les craintes d une inflation plus faible. Les deux canaux ayant assuré la transmission précoce de la politique non conventionnelle (taux de change et anticipations) sont aujourd hui à l origine du repli de l indice. L assouplissement des conditions d octroi de crédit et le début d amélioration de l évolution du crédit font pour le moment ressortir des résultats mitigés de la politique monétaire sur la relance de l activité par le crédit, que ce soit du côté des entreprises ou des ménages ; le canal du crédit étant le moins élastique au stimulus engendré par le, il convient donc d attendre encore pour en saisir l efficacité. L offre de crédit semble être en mesure d accompagner la demande, mais nous ne sommes pas en présence d une reprise tirée par le crédit. On observe des mouvements de l indicateur d impact du similaires d un pays de l Union économique et monétaire (UEM) à l autre : si la politique monétaire de la BCE paraît avoir un impact positif dans l ensemble des pays étudiés, la convergence des périphériques vers les pays core ne s est pas encore concrétisée. Néanmoins les pays périphériques ont connu un moindre repli de l indicateur sur la période récente, le potentiel d amélioration via le canal du taux d intérêt et du crédit y étant plus important.,6,4,2, -,2 -,4 -,6 Indicateur d'impact du - Pays Zone euro Allemagne France Italie Espagne Portugal Sources : Datastream, Crédit Agricole S.A. N 1/263 1 er septembre

3 indicateur d impact du Méthodologie Nous avons construit un outil le plus simple et intuitif possible à même de synthétiser l information contenue dans 28 variables et de traduire comment les mouvements au mois le mois sont en ligne avec les objectifs de la BCE. Une augmentation de l indicateur doit se lire comme le reflet d un assouplissement des conditions monétaires et financières, d une dynamisation de la croissance et d un rapprochement vers l objectif d inflation de la BCE. La lecture de l indicateur n a de sens qu en variation et pas en niveau. La construction de cinq sous-indicateurs regroupant les variables intervenant dans chacun des cinq canaux de transmission identifiés permet d analyser par quels biais l activité et les prix sont influencés par l action de la banque centrale. Un souci de pragmatisme et de simplicité a guidé notre travail d agrégation des variables dans l indicateur synthétique, tout en cherchant à conserver une signification macroéconomique. Nous avons pris en compte les estimations des modèles économétriques existants sur la relation entre les variables monétaires et financières et l économie réelle. L indicateur synthétique est ainsi obtenu comme moyenne pondérée des variables normalisées. Les poids sont cohérents avec les mesures d impact largement reconnues du canal du taux de change et du canal du taux d intérêt au sens large qui ont été intégrées dans la littérature sur les indicateurs de conditions monétaires. Ces mesures résultent traditionnellement de modèles macroéconométriques ou de VAR qui aboutissent à un coefficient compris entre,1 et,2 pour le taux de change et entre,8 et,9 pour le canal du taux d intérêt au sens large. Ces coefficients rendent compte de l impact d une décision de politique monétaire sur la demande étrangère et intérieure, et donc sur l activité (OCDE, ECO/WP n 18 mars 29). Toutefois, la crise financière a mis en évidence les limites explicatives de modèles fondés uniquement sur le canal du taux de change et le canal du taux d intérêt. Ces modèles ne prenaient pas en compte toutes les subtilités de la transmission par l offre de crédit, par les prix des actifs et les anticipations. La littérature a donc évolué pour associer aux variables monétaires traditionnelles des variables financières. Nous nous sommes inspirés de cette littérature sur les indicateurs de conditions monétaires et financières. Nous avons regroupé les 28 variables, monétaires, financières, réelles et d enquête, en cinq canaux de transmission (taux d intérêt, crédit, taux de change, prix des actifs, anticipations). Au sein de chaque canal, les pondérations relatives de chaque variable ont été obtenues par une analyse en composantes principales : les différentes variables explicatives d un canal sont combinées en une variable («axe principal») qui en explique au mieux la variance, et le poids de chaque variable est alors obtenu par sa contribution à la variance de l axe principal. Les pondérations des variables nous permettent alors d obtenir une variable «représentative» pour chaque canal. Par la suite, la régression (par la méthode des moindres carrés ordinaires) d un indicateur cible d activité (indice de production industrielle) sur les variables représentatives des canaux nous permet d obtenir le poids total de chaque canal dans la construction de l indicateur d impact du. Canal Variable Coefficient Coefficient agrégé BCE : fourniture nette de liquidités,3 Euribor 3 mois - OIS 3 mois,2 Taux de refinancement de la BCE,8 Taux d'intérêt Taux de rendement du Bund 2 ans,2,3 Taux de rendement du Bund 1 ans,2 Primes de risques vis-à-vis du Bund 1 ans (Italie/Espagne/Portugal),7 itraxx Europe ans,6 Zone Euro - Dettes souveraines : détention par les banques,8 Zone Euro - Encours des crédits bancaires aux entreprises, Crédit Zone Euro - Encours des crédits bancaires aux ménages,2,4 Zone Euro - Taux d'intérêt sur les nouveaux prêts aux PME,17 Zone Euro - Enquête BLS : conditions de crédit (entreprises/immobilier/consommation, 3 mois précédents/suivants) Taux de change EUR/USD,4 Taux de change,1 Euro - Taux de change effectif nominal,6 Principaux cours boursiers européens (CAC 4, DAX 3, MIB, IBEX 3),4 Prix des actifs,1 Zone Euro - Prix de l'immobilier résidentiel,6 ESI consommateurs - perspectives d'inflation,1 PMI composite - perspectives d'inflation,1 Anticipations Inflation swap forward yy,2,1 ESI - Climat des affaires général,3 ESI - Confiance des consommateurs,3 TOTAL TOTAL 1 1 NB : ce tableau présente les variables utilisées pour la zone euro ; pour chaque pays étudié (Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal), nous avons pris les mêmes indicateurs avec leur valeur locale, lorsque cela était pertinent.,8 N 1/263 1 er septembre

4 indicateur d impact du Composantes de l indicateur L indicateur synthétique agrège cinq composantes qui retracent les principaux canaux de transmission de la politique monétaire : le canal du taux d'intérêt, le canal du taux de change, le canal des prix d actifs, le canal du crédit et le canal des anticipations. L importance de ces canaux et la vitesse à laquelle ils transmettent l impulsion monétaire à l activité dépend des caractéristiques structurelles de l économie (plus ou moins de flexibilité), de sa position dans le cycle, de son système financier (degré de financiarisation) mais aussi de la crédibilité de la Banque centrale. L intérêt d identifier les différents canaux de transmission est de vérifier que si la politique menée par la Banque centrale se traduit par une ranimation de l activité ou seulement par l inflation des prix d actifs, si les réponses initiales des marchés se transmettent à la demande de consommation et d investissement et si le système bancaire est mobilisé pour accompagner cette reprise de la demande dans tous les pays membres de l UEM. Le canal des anticipations Les changements de politique monétaire peuvent agir sur les anticipations d inflation et de croissance ainsi que sur la confiance en ces anticipations. L efficacité de la transmission par ce canal dépend de la crédibilité et de la stratégie de communication de la banque centrale. Le simple guidage des anticipations, en révélant la fonction de réaction de la banque centrale et en fournissant des indications sur une politique de gestion des taux et d achat d actifs, peut modifier la structure par terme de la courbe des rendements. Le canal du taux de change La politique monétaire se répercute aussi, et de façon souvent plus rapide, sur l activité par le canal du taux de change. Les liens entre taux d intérêt et taux de change font essentiellement intervenir les anticipations du taux de change à terme et le différentiel de taux d intérêt entre les taux domestiques et étrangers. La baisse des taux d intérêt domestiques entraîne bien une dépréciation, cette dernière stimule les exportations, donc l activité et donc l inflation. À cet effet indirect sur les prix s ajoute un effet direct, celui de l inflation importée. Le canal des prix des actifs Une baisse du taux directeur ou des achats d obligations conduisant à une baisse des taux longs fait monter le prix des obligations. Il en va de même pour les actions. Les profits futurs anticipés, normalement représentatifs de la valeur des actions, sont actualisés à un taux plus faible de telle sorte que la valeur actuelle des revenus augmente. La quête de rentabilité peut conduire à un rééquilibrage des portefeuilles en faveur des classes d actifs plus risquées, avec à la clef une hausse des valeurs. Ces fluctuations de prix d actifs financiers impliquent des effets de richesse susceptibles de jouer sur la consommation des ménages, mais aussi sur l investissement des entreprises. Si la décision de politique monétaire se traduit par une hausse relative du cours des actions par rapport aux autres actifs (biens d équipement), l investissement augmentera puisqu il sera moins cher de procéder à des investissements physiques plutôt qu au rachat d entreprises. La hausse de la demande sur le marché de l immobilier conduit à une remontée des prix qui vient gonfler le patrimoine immobilier des ménages. Le canal du taux d'intérêt La transmission de la politique monétaire par le canal du taux d intérêt peut être décomposée en deux étapes : l impact d un mouvement du taux directeur ou des achats de titres sur l ensemble de la courbe des taux d intérêt et l impact des taux d intérêt sur l activité et les prix. L efficacité de la première dépend de sa capacité à influencer les taux d intérêt à moyen et long terme via les anticipations de taux courts à venir ou via les achats captifs de titres souverains qui font monter les prix des obligations sans risque (et donc baisser les taux) et également en raison du remodelage des anticipations d inflation. La réduction de la prime de terme induit une modification de la forme de la courbe des rendements (aplatissement) qui rend les émissions à long terme moins coûteuses et facilite ainsi la gestion de la dette. La réduction de la prime de risque engendrée par un marché plus liquide garanti par la présence de la Banque centrale en tant qu acheteur contribue à réduire les taux de tous les actifs. Un taux de dépôt négatif renforce la baisse de la prime de liquidité et la baisse des rendements de titres à long terme. Les effets sur l activité sont complexes selon la prévalence d un effet de substitution (baisse de la rémunération défavorable à l épargne au profit d une consommation immédiate) ou de revenu (hausse de l épargne pour compenser la baisse de sa rémunération) sur la consommation des ménages. Les deux sont également fonction des anticipations des agents et du caractère permanent ou temporaire de la décision de politique monétaire. Ils sont plus simples sur l investissement du fait de l allègement des conditions financières. L impact sur l activité se transmet ensuite aux prix. Le canal du crédit La politique monétaire affecte la disponibilité et le coût des crédits bancaires par le canal de l offre de crédit et le canal de l actif net, canaux traditionnels de création monétaire. Par la politique conventionnelle de modification des taux directeurs la banque centrale influe sur les volumes de créances distribués par les banques commerciales. Mais aussi sur le prix des actifs apportés en collatéral, qui détermine l octroi du crédit. La politique non conventionnelle d achats de titres par la banque centrale conduit soit à une réallocation des actifs des banques lorsque celles-ci N 1/263 1 er septembre

5 indicateur d impact du cèdent leurs titres souverains en portefeuille à la Banque centrale, soit à un gonflement de leur bilan et de la masse monétaire, lorsque les achats sont effectués auprès d autres agents. En effet, ces achats transitent nécessairement par le bilan des banques commerciales : en contrepartie d un accroissement des dépôts des clients cédants des titres, les banques voient leurs réserves auprès de la banque centrale s accroître. Le taux de dépôt négatif et la rémunération négative des réserves excédentaires des banques dans la zone euro renforce l impact du car incite les banques à redéployer ces réserves sous forme de crédit. En créant une rareté de titres sans risque mais aussi en réduisant la prime de risque sur les autres actifs, la Banque centrale facilite la réallocation de portefeuille vers des actifs plus risqués, y compris le crédit. La capacité de la Banque centrale à influer sur l offre de crédit dépend aussi du cadre réglementaire qui peut rendre l octroi plus ou moins onéreux. Dans le même temps, une variation des taux agit sur la solvabilité des emprunteurs et donc sur la demande de crédit. 1, 1,,, -, -1, -1, Indicateur d'impact du - Composantes Taux d'intérêt Prix des actifs Anticipations Taux de change Crédit Sources : Datastream, CA S.A. N 1/263 1 er septembre

6 indicateur d impact du Canal du taux d intérêt Le niveau des liquidités excédentaires de la BCE, en nette diminution depuis août 212 (notamment en raison des remboursements de LTRO), connaît une hausse sensible depuis le lancement du, une tendance qui devrait se poursuivre au cours des mois à venir. La réduction de la prime de liquidité favorise l allocation de portefeuille vers des maturités plus longues. Mds 1 8 BCE : liquidités excédentaires 1,,8,6 Euribor 3M - OIS 3M 6,4 4 2,2, -,2 -,4 La remontée des taux de rendement des pays «core» en mai et juin est due principalement à une correction des excès passés sur le Bund allemand (thématique des taux négatifs) amplifiée par des effets de marchés (liquidation des positions à la baisse des taux et comportements moutonniers) et moins à une réaction face à de meilleures perspectives de croissance et d inflation. Les taux «core» ont retrouvé au cours de l été une évolution à la baisse. 1,6 1,4 1,2 1,,8,6,4,2, -,2 -,4 BCE : taux de refinancement 1,6 1,2,8,4, -,4 Bund : taux de rendement Bund 2 ans Bund 1 ans (dr.) Ce n est pas la remontée des taux de rendement des pays «core» qui a entraîné un élargissement des primes de risque. Ce dernier trouve principalement son origine dans le risque accru sur la Grèce. L accord sur le troisième plan d aide à la Grèce a permis le resserrement des primes de risque souverain et corporate. pdb Prime de risque vis-à-vis du Bund 1 ans pdb Europe : ITraxx ans Italie Espagne Portugal (dr.) N 1/263 1 er septembre

7 indicateur d impact du Canal du crédit Les charges en capital réglementaire et les contraintes des ratios de liquidité ont limité l effet de réallocation du portefeuille des banques des titres souverains vers le crédit. La baisse de leur détention depuis juin s explique en partie par des effets de valorisation liés à la crise grecque. La variation des encours de crédit est mitigée, l amélioration initiale des crédits aux ménages a été plus tardivement suivie par celle des crédits aux entreprises. Mds Zone euro : dettes souveraines - détention par les banques g.a., % Zone euro : variation des encours des crédits bancaires Entreprises Ménages La baisse graduelle des taux d intérêt sur les nouveaux prêts aux PME a pu se diffuser à la périphérie, mais s est interrompue récemment, et le coût réel (taux d intérêt nominal duquel on soustrait l inflation) du crédit reste élevé., 4, 4, 3, 3, 2, Zone euro : taux d'intérêt sur les nouveaux prêts aux PME solde d'opinions Zone euro : enquête BLS - conditions de crédit aux entreprises 3 derniers mois 3 prochains mois Les enquêtes Bank lending surveys 1 (BLS) ne s améliorent plus, quant aux conditions de crédits attendues au cours des trois prochains mois, que ce soit au niveau des entreprises ou des ménages. solde d'opinions Zone euro : enquête BLS - conditions de crédit immobilier Zone euro : enquête BLS - conditions de crédit à la consommation solde d'opinions derniers mois 3 prochains mois 3 derniers mois 3 prochains mois 1 NB : pour les enquêtes BLS, une hausse de l indice illustre un durcissement des conditions de crédit. N 1/263 1 er septembre

8 Zone euro : indicateur d impact du Canal du taux de change La dépréciation de l euro, amorcée depuis août 214 et accélérée par la politique de rachats d actifs de la BCE, a été plus marquée face au dollar (19%) que face à l ensemble des devises (1%), ce qui en limite l impact sur l activité. L euro souffre de la dépréciation récente des devises émergentes et s apprécie plus que le dollar vis-à-vis de ces dernières (+2% depuis la mi-juillet). 1, 1,4 1,3 1,2 1,1 1, Taux de change - EUR/USD T = Zone euro : taux de change effectif nominal Canal du prix des actifs La forte remontée du cours des actions depuis l annonce de la mise en place du souverain permet des effets de richesse financière positifs, qui se sont néanmoins estompés avec la correction des bourses en août. La remontée des prix du logement reste circonscrite aux pays «core». 21=1 Zone euro : principaux cours boursiers IBEX 3 MIB CAC 4 DAX 3 Source : Crédit Agricole S.A indice 27= Zone euro : prix de l'immobilier résidentiel N 1/263 1 er septembre

9 indicateur d impact du Canal des anticipations Les enquêtes auprès des entreprises et des consommateurs ont signalé une remontée certaine des perspectives d inflation, visible également dans les anticipations des marchés. Mais les incertitudes récentes sur la croissance du monde émergent ont désancré les anticipations. Solde d'opinions Zone euro : perspectives d'inflation , 2,4 2,3 2,2 2,1 2, 1,9 1,8 1,7 1,6 1, Zone euro : inflation swap forward yy Sources : WM/Reuters, CA S.A. ESI PMI (dr.) L amélioration du climat des affaires et de la confiance des consommateurs, particulièrement dans les pays périphériques (Italie, Espagne), est signe du bon fonctionnement du canal des anticipations et de la crédibilité de la BCE, quant à sa volonté et à sa capacité à ranimer la croissance et l inflation. Les consommateurs sont néanmoins moins confiants depuis indice Zone euro : climat des affaires Solde d'opinions Zone euro : confiance des consommateurs Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas Crédit Agricole S.A. Direction des Études Économiques 12 place des États-Unis Montrouge Cedex Directeur de la Publication : Isabelle Job-Bazille Rédacteur en chef : Jean-Louis Martin Documentation : Dominique Petit - Statistiques : Robin Mourier Secrétariat de rédaction : Fabienne Pesty, Véronique Champion-Faure Contact: publication.eco Consultez les Études Économiques et abonnez-vous gratuitement à nos publications sur : Internet : ipad : application Etudes ECO disponible sur App store Android : application Etudes ECO disponible sur Google Play Cette publication reflète l opinion de Crédit Agricole S.A. à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification. Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole S.A. ou de l une de ses filiales ou d une Caisse Régionale. Crédit Agricole S.A. ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Ni Crédit Agricole S.A., ni une de ses filiales ou une Caisse Régionale, ne sauraient donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication. N 1/263 1 er septembre

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé

La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé Apériodique n 14/21 7 mars 2014 La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé La BCE a laissé ses taux directeurs inchangés lors de sa réunion de mars, contrairement à notre prévision d une

Plus en détail

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita»

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita» Apériodique n 5/5 avril 5 Taux d intérêt nominaux négatifs Au vu de ses objectifs immédiats (baisse des taux d intérêt gouvernementaux et des primes de risque acquittées par les pays dits périphériques),

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir?

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Club Notarial de Immobilier 28 mai 2015 Exposé de Denis Ferrand Les faits marquants de la conjoncture économique mondiale 2

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt 1 Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt Bilan du concept de politique monétaire de la BNS Jean-Pierre Roth Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Université de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

ECO France Direction des Études Économiques

ECO France Direction des Études Économiques Direction des Études Économiques Note trimestrielle N 23 janvier 21 Perspectives 29-21 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT France : reprise incertaine de la demande domestique Le rebond de la croissance française

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Adagio Cliquet. Une solution gestion privée

Adagio Cliquet. Une solution gestion privée ADAGIO Adagio Cliquet Une solution gestion privée Ce titre de créance complexe émis par Natixis (Standard & Poor s : A / Moody s : A2 / Fitch : A), dont l investisseur supportera le risque de crédit, est

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Direction des Études Économiques Trimestriel N 11 Janvier 2007 Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Après un premier semestre exceptionnel,

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat

ECO France. Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat Direction des Études Économiques Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Trimestriel N 12 Avril 2007 Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat En 2006, l économie

Plus en détail

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé).

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé). Alpha Conviction Instrument financier émis par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 14 janvier 2014) dont l investisseur supportera le risque de crédit. Alpha Conviction est une alternative

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Juillet N. Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Les gouvernements européens et les autorités européennes ont mis en place une pratique de «mutualisation rampante»,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

PALATINE TRESORERIE PREMIERE

PALATINE TRESORERIE PREMIERE PALATINE TRESORERIE PREMIERE FCP à vocation générale MONETAIRE COURT TERME RAPPORT ANNUEL DE GESTION 30/03/2012 - I - CARACTERISTIQUES OPCVM d OPCVM : Inférieur à 10% de l actif net Objectif de gestion

Plus en détail

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Fonds commun de placement CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Exercice du 01/07/2013 au 30/06/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

États-Unis : séniorité, précarité?

États-Unis : séniorité, précarité? Apériodique n 1/4 5 juin 1 États-Unis : séniorité, précarité? Les personnes de soixante-cinq et plus représenteront un quart de la population américaine d ici dix. Cette évolution risque de bouleverser

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

ACUF/ AMGVF Réunion Finances

ACUF/ AMGVF Réunion Finances ACUF/ AMGVF Réunion Finances Un document préparé par Finance active pour Paris, 1 juillet 214 Finance active, leader de la gestion financière du secteur public local Des plateformes collaboratives en ligne

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Sylvie Mathérat Directeur Général Adjoint -Opérations Banque de France 1 Plan 1- Quel rôle pour la titrisation dans le financement

Plus en détail

Les banques amplifient-elles les cycles?

Les banques amplifient-elles les cycles? 6 novembre 28 - N 4 Les banques amplifient-elles les cycles? Le débat sur le rôle des banques dans l'amplification des cycles économiques est très vif aujourd'hui. Il est basé sur la théorie du "cycle

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Mai 2012. Service Analyse du marché

Mai 2012. Service Analyse du marché Mai 2012 Mise en garde : cet article traite d'un sujet complexe et n'a pas la prétention d'aborder de manière exhaustive tous les points sur la question. Il tente plutôt d'en présenter les principaux enjeux.

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

20 % à 2 ans 40 % à 4 ans 60 % à 6 ans 80 % à 8 ans

20 % à 2 ans 40 % à 4 ans 60 % à 6 ans 80 % à 8 ans Cet instrument financier, comme les placements directs en actions, n est garanti en capital ni en cours de vie ni à l échéance. SOUSCRIPTION AVANT LE LUNDI 6 JUIN 2011 ENVELOPPE LIMITÉE 1, EN EXCLUSIVITÉ

Plus en détail