Zone euro Indicateur d impact du QE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Zone euro Indicateur d impact du QE"

Transcription

1 N 1/263 1 er septembre 21 Zone euro Indicateur d impact du Avec l annonce d un programme étendu d achats d actifs non stérilisés (quantitative easing, ), portant essentiellement sur des titres souverains, la Banque centrale européenne (BCE) paraît avoir fourni une réponse à la hauteur des défis. Le mauvais équilibre de croissance et d inflation faibles et la fragmentation des marchés du crédit nécessitaient une action de taille pour permettre une meilleure transmission d une politique monétaire unique. La BCE poursuit donc deux objectifs explicites : améliorer la transmission de sa politique monétaire en réduisant la fragmentation et ancrer les anticipations vers une remontée de l inflation, afin de repousser le spectre de son contraire, la déflation. Elle poursuit également deux objectifs implicites : resolvabiliser les agents publics et privés fortement endettés et ranimer la croissance. Pour évaluer l efficacité de ces mesures, nous avons élaboré un indicateur d impact du. Pour ce faire, nous mobilisons un ensemble de variables monétaires, financières, réelles et d enquêtes qui permettent de décrire l activation des différents canaux de transmission de la politique monétaire. Ces variables seront suivies sur une base bimestrielle et agrégées en un indicateur synthétique, afin d évaluer l impact du sur l économie. L indicateur synthétique doit se lire de manière qualitative : c est son évolution, et non son niveau, qui doit être interprétée ; la remontée de l indicateur indique un mouvement des variables dans la direction attendue par la Banque centrale pour atteindre ses objectifs. Dès l annonce du programme de par la BCE (22 janvier 21) et encore un mois après les premiers achats (9 mars 21), l indicateur a signalé une accélération de l amélioration des conditions monétaires et financières qui évoluaient pour la plupart en ligne avec les objectifs de la BCE. La dépréciation de l euro, la réduction des primes de risque sur les souverains périphériques et la remontée des cours des actions ont été les premiers signes de succès du.,,4,3,2,1, -,1 -,2 -,3 -,4 -, Indicateur d'impact du : objectifs BCE ,3,2,1, -,1 -, Indicateur synthétique Indice de production industrielle (dr., g.a.) Inflation core (dr., g.a.) Sources : Datastream, Crédit Agricole S.A. -,3-3 Études Économiques Groupe

2 indicateur d impact du Ces variables ont montré une réaction très rapide non seulement à la mise en œuvre du, mais déjà par anticipation après le discours de en août 214. Ces évolutions se sont traduites par une nette amélioration de la confiance et par un redressement des anticipations d inflation. Lorsqu elle a dévoilé sa fonction de réaction et a annoncé une politique de taux bas pour le moyen terme, la BCE a réussi à modifier les anticipations des agents, grâce à sa crédibilité. On a observé aux mois de mai 21 et de juin un repli de l indicateur, en raison notamment de la baisse de la contribution du canal du taux de change et du canal du prix des actifs. La crise grecque et les tensions sur les primes de risque souverain et corporate qui s en sont suivies ont aussi contribué à la dégradation de l indicateur. La remontée de l indicateur en juillet a été tirée par le redressement des prix des actifs, la dépréciation du taux de change et par le repli des primes de risque de la périphérie après l accord sur le nouveau plan d aide à la Grèce. Mais les récentes incertitudes sur la croissance chinoise et du monde émergent ont poussé l euro à la hausse et les cours boursiers à la baisse, alimentant aussi les craintes d une inflation plus faible. Les deux canaux ayant assuré la transmission précoce de la politique non conventionnelle (taux de change et anticipations) sont aujourd hui à l origine du repli de l indice. L assouplissement des conditions d octroi de crédit et le début d amélioration de l évolution du crédit font pour le moment ressortir des résultats mitigés de la politique monétaire sur la relance de l activité par le crédit, que ce soit du côté des entreprises ou des ménages ; le canal du crédit étant le moins élastique au stimulus engendré par le, il convient donc d attendre encore pour en saisir l efficacité. L offre de crédit semble être en mesure d accompagner la demande, mais nous ne sommes pas en présence d une reprise tirée par le crédit. On observe des mouvements de l indicateur d impact du similaires d un pays de l Union économique et monétaire (UEM) à l autre : si la politique monétaire de la BCE paraît avoir un impact positif dans l ensemble des pays étudiés, la convergence des périphériques vers les pays core ne s est pas encore concrétisée. Néanmoins les pays périphériques ont connu un moindre repli de l indicateur sur la période récente, le potentiel d amélioration via le canal du taux d intérêt et du crédit y étant plus important.,6,4,2, -,2 -,4 -,6 Indicateur d'impact du - Pays Zone euro Allemagne France Italie Espagne Portugal Sources : Datastream, Crédit Agricole S.A. N 1/263 1 er septembre

3 indicateur d impact du Méthodologie Nous avons construit un outil le plus simple et intuitif possible à même de synthétiser l information contenue dans 28 variables et de traduire comment les mouvements au mois le mois sont en ligne avec les objectifs de la BCE. Une augmentation de l indicateur doit se lire comme le reflet d un assouplissement des conditions monétaires et financières, d une dynamisation de la croissance et d un rapprochement vers l objectif d inflation de la BCE. La lecture de l indicateur n a de sens qu en variation et pas en niveau. La construction de cinq sous-indicateurs regroupant les variables intervenant dans chacun des cinq canaux de transmission identifiés permet d analyser par quels biais l activité et les prix sont influencés par l action de la banque centrale. Un souci de pragmatisme et de simplicité a guidé notre travail d agrégation des variables dans l indicateur synthétique, tout en cherchant à conserver une signification macroéconomique. Nous avons pris en compte les estimations des modèles économétriques existants sur la relation entre les variables monétaires et financières et l économie réelle. L indicateur synthétique est ainsi obtenu comme moyenne pondérée des variables normalisées. Les poids sont cohérents avec les mesures d impact largement reconnues du canal du taux de change et du canal du taux d intérêt au sens large qui ont été intégrées dans la littérature sur les indicateurs de conditions monétaires. Ces mesures résultent traditionnellement de modèles macroéconométriques ou de VAR qui aboutissent à un coefficient compris entre,1 et,2 pour le taux de change et entre,8 et,9 pour le canal du taux d intérêt au sens large. Ces coefficients rendent compte de l impact d une décision de politique monétaire sur la demande étrangère et intérieure, et donc sur l activité (OCDE, ECO/WP n 18 mars 29). Toutefois, la crise financière a mis en évidence les limites explicatives de modèles fondés uniquement sur le canal du taux de change et le canal du taux d intérêt. Ces modèles ne prenaient pas en compte toutes les subtilités de la transmission par l offre de crédit, par les prix des actifs et les anticipations. La littérature a donc évolué pour associer aux variables monétaires traditionnelles des variables financières. Nous nous sommes inspirés de cette littérature sur les indicateurs de conditions monétaires et financières. Nous avons regroupé les 28 variables, monétaires, financières, réelles et d enquête, en cinq canaux de transmission (taux d intérêt, crédit, taux de change, prix des actifs, anticipations). Au sein de chaque canal, les pondérations relatives de chaque variable ont été obtenues par une analyse en composantes principales : les différentes variables explicatives d un canal sont combinées en une variable («axe principal») qui en explique au mieux la variance, et le poids de chaque variable est alors obtenu par sa contribution à la variance de l axe principal. Les pondérations des variables nous permettent alors d obtenir une variable «représentative» pour chaque canal. Par la suite, la régression (par la méthode des moindres carrés ordinaires) d un indicateur cible d activité (indice de production industrielle) sur les variables représentatives des canaux nous permet d obtenir le poids total de chaque canal dans la construction de l indicateur d impact du. Canal Variable Coefficient Coefficient agrégé BCE : fourniture nette de liquidités,3 Euribor 3 mois - OIS 3 mois,2 Taux de refinancement de la BCE,8 Taux d'intérêt Taux de rendement du Bund 2 ans,2,3 Taux de rendement du Bund 1 ans,2 Primes de risques vis-à-vis du Bund 1 ans (Italie/Espagne/Portugal),7 itraxx Europe ans,6 Zone Euro - Dettes souveraines : détention par les banques,8 Zone Euro - Encours des crédits bancaires aux entreprises, Crédit Zone Euro - Encours des crédits bancaires aux ménages,2,4 Zone Euro - Taux d'intérêt sur les nouveaux prêts aux PME,17 Zone Euro - Enquête BLS : conditions de crédit (entreprises/immobilier/consommation, 3 mois précédents/suivants) Taux de change EUR/USD,4 Taux de change,1 Euro - Taux de change effectif nominal,6 Principaux cours boursiers européens (CAC 4, DAX 3, MIB, IBEX 3),4 Prix des actifs,1 Zone Euro - Prix de l'immobilier résidentiel,6 ESI consommateurs - perspectives d'inflation,1 PMI composite - perspectives d'inflation,1 Anticipations Inflation swap forward yy,2,1 ESI - Climat des affaires général,3 ESI - Confiance des consommateurs,3 TOTAL TOTAL 1 1 NB : ce tableau présente les variables utilisées pour la zone euro ; pour chaque pays étudié (Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal), nous avons pris les mêmes indicateurs avec leur valeur locale, lorsque cela était pertinent.,8 N 1/263 1 er septembre

4 indicateur d impact du Composantes de l indicateur L indicateur synthétique agrège cinq composantes qui retracent les principaux canaux de transmission de la politique monétaire : le canal du taux d'intérêt, le canal du taux de change, le canal des prix d actifs, le canal du crédit et le canal des anticipations. L importance de ces canaux et la vitesse à laquelle ils transmettent l impulsion monétaire à l activité dépend des caractéristiques structurelles de l économie (plus ou moins de flexibilité), de sa position dans le cycle, de son système financier (degré de financiarisation) mais aussi de la crédibilité de la Banque centrale. L intérêt d identifier les différents canaux de transmission est de vérifier que si la politique menée par la Banque centrale se traduit par une ranimation de l activité ou seulement par l inflation des prix d actifs, si les réponses initiales des marchés se transmettent à la demande de consommation et d investissement et si le système bancaire est mobilisé pour accompagner cette reprise de la demande dans tous les pays membres de l UEM. Le canal des anticipations Les changements de politique monétaire peuvent agir sur les anticipations d inflation et de croissance ainsi que sur la confiance en ces anticipations. L efficacité de la transmission par ce canal dépend de la crédibilité et de la stratégie de communication de la banque centrale. Le simple guidage des anticipations, en révélant la fonction de réaction de la banque centrale et en fournissant des indications sur une politique de gestion des taux et d achat d actifs, peut modifier la structure par terme de la courbe des rendements. Le canal du taux de change La politique monétaire se répercute aussi, et de façon souvent plus rapide, sur l activité par le canal du taux de change. Les liens entre taux d intérêt et taux de change font essentiellement intervenir les anticipations du taux de change à terme et le différentiel de taux d intérêt entre les taux domestiques et étrangers. La baisse des taux d intérêt domestiques entraîne bien une dépréciation, cette dernière stimule les exportations, donc l activité et donc l inflation. À cet effet indirect sur les prix s ajoute un effet direct, celui de l inflation importée. Le canal des prix des actifs Une baisse du taux directeur ou des achats d obligations conduisant à une baisse des taux longs fait monter le prix des obligations. Il en va de même pour les actions. Les profits futurs anticipés, normalement représentatifs de la valeur des actions, sont actualisés à un taux plus faible de telle sorte que la valeur actuelle des revenus augmente. La quête de rentabilité peut conduire à un rééquilibrage des portefeuilles en faveur des classes d actifs plus risquées, avec à la clef une hausse des valeurs. Ces fluctuations de prix d actifs financiers impliquent des effets de richesse susceptibles de jouer sur la consommation des ménages, mais aussi sur l investissement des entreprises. Si la décision de politique monétaire se traduit par une hausse relative du cours des actions par rapport aux autres actifs (biens d équipement), l investissement augmentera puisqu il sera moins cher de procéder à des investissements physiques plutôt qu au rachat d entreprises. La hausse de la demande sur le marché de l immobilier conduit à une remontée des prix qui vient gonfler le patrimoine immobilier des ménages. Le canal du taux d'intérêt La transmission de la politique monétaire par le canal du taux d intérêt peut être décomposée en deux étapes : l impact d un mouvement du taux directeur ou des achats de titres sur l ensemble de la courbe des taux d intérêt et l impact des taux d intérêt sur l activité et les prix. L efficacité de la première dépend de sa capacité à influencer les taux d intérêt à moyen et long terme via les anticipations de taux courts à venir ou via les achats captifs de titres souverains qui font monter les prix des obligations sans risque (et donc baisser les taux) et également en raison du remodelage des anticipations d inflation. La réduction de la prime de terme induit une modification de la forme de la courbe des rendements (aplatissement) qui rend les émissions à long terme moins coûteuses et facilite ainsi la gestion de la dette. La réduction de la prime de risque engendrée par un marché plus liquide garanti par la présence de la Banque centrale en tant qu acheteur contribue à réduire les taux de tous les actifs. Un taux de dépôt négatif renforce la baisse de la prime de liquidité et la baisse des rendements de titres à long terme. Les effets sur l activité sont complexes selon la prévalence d un effet de substitution (baisse de la rémunération défavorable à l épargne au profit d une consommation immédiate) ou de revenu (hausse de l épargne pour compenser la baisse de sa rémunération) sur la consommation des ménages. Les deux sont également fonction des anticipations des agents et du caractère permanent ou temporaire de la décision de politique monétaire. Ils sont plus simples sur l investissement du fait de l allègement des conditions financières. L impact sur l activité se transmet ensuite aux prix. Le canal du crédit La politique monétaire affecte la disponibilité et le coût des crédits bancaires par le canal de l offre de crédit et le canal de l actif net, canaux traditionnels de création monétaire. Par la politique conventionnelle de modification des taux directeurs la banque centrale influe sur les volumes de créances distribués par les banques commerciales. Mais aussi sur le prix des actifs apportés en collatéral, qui détermine l octroi du crédit. La politique non conventionnelle d achats de titres par la banque centrale conduit soit à une réallocation des actifs des banques lorsque celles-ci N 1/263 1 er septembre

5 indicateur d impact du cèdent leurs titres souverains en portefeuille à la Banque centrale, soit à un gonflement de leur bilan et de la masse monétaire, lorsque les achats sont effectués auprès d autres agents. En effet, ces achats transitent nécessairement par le bilan des banques commerciales : en contrepartie d un accroissement des dépôts des clients cédants des titres, les banques voient leurs réserves auprès de la banque centrale s accroître. Le taux de dépôt négatif et la rémunération négative des réserves excédentaires des banques dans la zone euro renforce l impact du car incite les banques à redéployer ces réserves sous forme de crédit. En créant une rareté de titres sans risque mais aussi en réduisant la prime de risque sur les autres actifs, la Banque centrale facilite la réallocation de portefeuille vers des actifs plus risqués, y compris le crédit. La capacité de la Banque centrale à influer sur l offre de crédit dépend aussi du cadre réglementaire qui peut rendre l octroi plus ou moins onéreux. Dans le même temps, une variation des taux agit sur la solvabilité des emprunteurs et donc sur la demande de crédit. 1, 1,,, -, -1, -1, Indicateur d'impact du - Composantes Taux d'intérêt Prix des actifs Anticipations Taux de change Crédit Sources : Datastream, CA S.A. N 1/263 1 er septembre

6 indicateur d impact du Canal du taux d intérêt Le niveau des liquidités excédentaires de la BCE, en nette diminution depuis août 212 (notamment en raison des remboursements de LTRO), connaît une hausse sensible depuis le lancement du, une tendance qui devrait se poursuivre au cours des mois à venir. La réduction de la prime de liquidité favorise l allocation de portefeuille vers des maturités plus longues. Mds 1 8 BCE : liquidités excédentaires 1,,8,6 Euribor 3M - OIS 3M 6,4 4 2,2, -,2 -,4 La remontée des taux de rendement des pays «core» en mai et juin est due principalement à une correction des excès passés sur le Bund allemand (thématique des taux négatifs) amplifiée par des effets de marchés (liquidation des positions à la baisse des taux et comportements moutonniers) et moins à une réaction face à de meilleures perspectives de croissance et d inflation. Les taux «core» ont retrouvé au cours de l été une évolution à la baisse. 1,6 1,4 1,2 1,,8,6,4,2, -,2 -,4 BCE : taux de refinancement 1,6 1,2,8,4, -,4 Bund : taux de rendement Bund 2 ans Bund 1 ans (dr.) Ce n est pas la remontée des taux de rendement des pays «core» qui a entraîné un élargissement des primes de risque. Ce dernier trouve principalement son origine dans le risque accru sur la Grèce. L accord sur le troisième plan d aide à la Grèce a permis le resserrement des primes de risque souverain et corporate. pdb Prime de risque vis-à-vis du Bund 1 ans pdb Europe : ITraxx ans Italie Espagne Portugal (dr.) N 1/263 1 er septembre

7 indicateur d impact du Canal du crédit Les charges en capital réglementaire et les contraintes des ratios de liquidité ont limité l effet de réallocation du portefeuille des banques des titres souverains vers le crédit. La baisse de leur détention depuis juin s explique en partie par des effets de valorisation liés à la crise grecque. La variation des encours de crédit est mitigée, l amélioration initiale des crédits aux ménages a été plus tardivement suivie par celle des crédits aux entreprises. Mds Zone euro : dettes souveraines - détention par les banques g.a., % Zone euro : variation des encours des crédits bancaires Entreprises Ménages La baisse graduelle des taux d intérêt sur les nouveaux prêts aux PME a pu se diffuser à la périphérie, mais s est interrompue récemment, et le coût réel (taux d intérêt nominal duquel on soustrait l inflation) du crédit reste élevé., 4, 4, 3, 3, 2, Zone euro : taux d'intérêt sur les nouveaux prêts aux PME solde d'opinions Zone euro : enquête BLS - conditions de crédit aux entreprises 3 derniers mois 3 prochains mois Les enquêtes Bank lending surveys 1 (BLS) ne s améliorent plus, quant aux conditions de crédits attendues au cours des trois prochains mois, que ce soit au niveau des entreprises ou des ménages. solde d'opinions Zone euro : enquête BLS - conditions de crédit immobilier Zone euro : enquête BLS - conditions de crédit à la consommation solde d'opinions derniers mois 3 prochains mois 3 derniers mois 3 prochains mois 1 NB : pour les enquêtes BLS, une hausse de l indice illustre un durcissement des conditions de crédit. N 1/263 1 er septembre

8 Zone euro : indicateur d impact du Canal du taux de change La dépréciation de l euro, amorcée depuis août 214 et accélérée par la politique de rachats d actifs de la BCE, a été plus marquée face au dollar (19%) que face à l ensemble des devises (1%), ce qui en limite l impact sur l activité. L euro souffre de la dépréciation récente des devises émergentes et s apprécie plus que le dollar vis-à-vis de ces dernières (+2% depuis la mi-juillet). 1, 1,4 1,3 1,2 1,1 1, Taux de change - EUR/USD T = Zone euro : taux de change effectif nominal Canal du prix des actifs La forte remontée du cours des actions depuis l annonce de la mise en place du souverain permet des effets de richesse financière positifs, qui se sont néanmoins estompés avec la correction des bourses en août. La remontée des prix du logement reste circonscrite aux pays «core». 21=1 Zone euro : principaux cours boursiers IBEX 3 MIB CAC 4 DAX 3 Source : Crédit Agricole S.A indice 27= Zone euro : prix de l'immobilier résidentiel N 1/263 1 er septembre

9 indicateur d impact du Canal des anticipations Les enquêtes auprès des entreprises et des consommateurs ont signalé une remontée certaine des perspectives d inflation, visible également dans les anticipations des marchés. Mais les incertitudes récentes sur la croissance du monde émergent ont désancré les anticipations. Solde d'opinions Zone euro : perspectives d'inflation , 2,4 2,3 2,2 2,1 2, 1,9 1,8 1,7 1,6 1, Zone euro : inflation swap forward yy Sources : WM/Reuters, CA S.A. ESI PMI (dr.) L amélioration du climat des affaires et de la confiance des consommateurs, particulièrement dans les pays périphériques (Italie, Espagne), est signe du bon fonctionnement du canal des anticipations et de la crédibilité de la BCE, quant à sa volonté et à sa capacité à ranimer la croissance et l inflation. Les consommateurs sont néanmoins moins confiants depuis indice Zone euro : climat des affaires Solde d'opinions Zone euro : confiance des consommateurs Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas Crédit Agricole S.A. Direction des Études Économiques 12 place des États-Unis Montrouge Cedex Directeur de la Publication : Isabelle Job-Bazille Rédacteur en chef : Jean-Louis Martin Documentation : Dominique Petit - Statistiques : Robin Mourier Secrétariat de rédaction : Fabienne Pesty, Véronique Champion-Faure Contact: publication.eco Consultez les Études Économiques et abonnez-vous gratuitement à nos publications sur : Internet : ipad : application Etudes ECO disponible sur App store Android : application Etudes ECO disponible sur Google Play Cette publication reflète l opinion de Crédit Agricole S.A. à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification. Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole S.A. ou de l une de ses filiales ou d une Caisse Régionale. Crédit Agricole S.A. ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Ni Crédit Agricole S.A., ni une de ses filiales ou une Caisse Régionale, ne sauraient donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication. N 1/263 1 er septembre

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita»

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita» Apériodique n 5/5 avril 5 Taux d intérêt nominaux négatifs Au vu de ses objectifs immédiats (baisse des taux d intérêt gouvernementaux et des primes de risque acquittées par les pays dits périphériques),

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /231 17 juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2-216 Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les chocs macroéconomiques mettent de nouveau à l épreuve les marchés mondiaux Durant ces six derniers mois, les événements

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro?

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Virginie Coudert avril 2000 Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Contribution au rapport du CNCT 2000 La création de l'euro et la disparition des monnaies sous-jacentes ont profondément modifié la structure

Plus en détail

«Le pilotage en période de taux bas»!!! Patrick ARTUS! Directeur de la Recherche et des Etudes de Natixis!

«Le pilotage en période de taux bas»!!! Patrick ARTUS! Directeur de la Recherche et des Etudes de Natixis! Table Ronde 1! «Le pilotage en période de taux bas»!!! Patrick ARTUS! Directeur de la Recherche et des Etudes de Natixis! Marie LEMARIÉ! Directeur Financement et Investissement de Groupama SA!! Mikaël

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir. Directeur de la recherche économique de Natixis AM

Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir. Directeur de la recherche économique de Natixis AM FLASH MARCHÉS Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir Mario Draghi se donne les moyens Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM Le ton

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles N 24 MAI 214 ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles ZONE EURO : FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS : UN DÉVELOPPEMENT INÉGAL AU SEIN DE LA ZONE EURO Les entreprises

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

la Banque de France, mars. C. Bordes, «La politique monétaire» chapitre II de «Politique économique» ellipse.

la Banque de France, mars. C. Bordes, «La politique monétaire» chapitre II de «Politique économique» ellipse. 12.2 Canaux de transmission de la politique monétaire Il s agit d une section tout à fait importante dans le cadre de la compréhension de la réalisation du dispositif monétaire. Cependant, comme le reconnaît

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

L impact macroéconomique des crises bancaires

L impact macroéconomique des crises bancaires L impact macroéconomique des crises bancaires Les banques sont au cœur du financement des économies et lorsque leur situation financière ne leur permet plus d assurer cette mission, la distribution du

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France

Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr Juillet 8 1 Sommaire 1. Environnement international 1.1. La crise financière reléguée

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis N 2002-11 du 22 octobre 2002 afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix Sommaire I - Rappels

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu).

Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu). EXCLUSIVITÉ UNICREDIT! Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu). De 8h00 à 18h30, le potentiel des prix et de la liquidité*. CES PRODUITS SONT DESTINÉS À DES INVESTISSEURS AVERTIS. PRODUITS

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES PRIX AGRICOLES évolutions fondamentales, financiarisation, spéculation

LA DYNAMIQUE DES PRIX AGRICOLES évolutions fondamentales, financiarisation, spéculation LA DYNAMIQUE DES PRIX AGRICOLES évolutions fondamentales, financiarisation, spéculation Michel Aglietta Université Paris Nanterre, Cepii et Groupama-am Evolutions fondamentales: Distinguer tendance de

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Gestion obligataire Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Nous pensons que la répression financière se prolongera encore plusieurs années. Dans cet intervalle, il sera de plus en

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail