ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot Septembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010"

Transcription

1 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot Septembre 2010

2 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne

3 Les ménages comme agents économiques - 1 Agents caractérisés par trois fonctions économiques Consommer des biens et services Epargner Travailler

4 Les ménages comme agents économiques - 1 Agents caractérisés par trois fonctions économiques Consommer des biens et services Epargner Travailler

5 Les ménages comme agents économiques - 1 Agents caractérisés par trois fonctions économiques Consommer des biens et services Epargner Travailler

6 Les ménages comme agents économiques - 2 Les ménages sont confrontés à deux types de choix (arbitrages) essentiels Consommation/loisir offre de travail des ménages Consommation/épargne choix intertemporel de consommation

7 Les ménages comme agents économiques - 2 Les ménages sont confrontés à deux types de choix (arbitrages) essentiels Consommation/loisir offre de travail des ménages Consommation/épargne choix intertemporel de consommation

8 Quelques faits stylisés - démographie Population française (en 2010) : environ 65 millions Espérance de vie (en 2009) : 77,8 pour les hommes, 84,5 pour les femmes Indicateur conjoncturel de fécondité : 2 en 2009 (1,9 en 2000 et 1,8 en 1990) Proportion des plus de 60 ans : 23% en 2010, contre 17% en 1980 (ou 14% en 1930)

9 Quelques faits stylisés - démographie Population française (en 2010) : environ 65 millions Espérance de vie (en 2009) : 77,8 pour les hommes, 84,5 pour les femmes Indicateur conjoncturel de fécondité : 2 en 2009 (1,9 en 2000 et 1,8 en 1990) Proportion des plus de 60 ans : 23% en 2010, contre 17% en 1980 (ou 14% en 1930)

10 Quelques faits stylisés - démographie Population française (en 2010) : environ 65 millions Espérance de vie (en 2009) : 77,8 pour les hommes, 84,5 pour les femmes Indicateur conjoncturel de fécondité : 2 en 2009 (1,9 en 2000 et 1,8 en 1990) Proportion des plus de 60 ans : 23% en 2010, contre 17% en 1980 (ou 14% en 1930)

11 Quelques faits stylisés - démographie Population française (en 2010) : environ 65 millions Espérance de vie (en 2009) : 77,8 pour les hommes, 84,5 pour les femmes Indicateur conjoncturel de fécondité : 2 en 2009 (1,9 en 2000 et 1,8 en 1990) Proportion des plus de 60 ans : 23% en 2010, contre 17% en 1980 (ou 14% en 1930)

12 Quelques faits stylisés - emploi Taux d activité (1er trimestre 2010) : 75,0% pour les hommes contre 66,2% pour les femmes Taux de chômage (1er trimestre 2010) : 9,5%, contre 8% en 2007 CDI, CDD et intérim (1er trimestre 2010) : 77% des emplois sont en CDI et 10% sont en CDD ou intérim Temps partiel (1er trimestre 2010) : 6% des hommes en emploi sont à temps partiel, contre 30% des femmes Part de l emploi dans les services : 77% en 2007 (contre 67,4 % en 1990) (agriculture : 3,3 %)

13 Quelques faits stylisés - emploi Taux d activité (1er trimestre 2010) : 75,0% pour les hommes contre 66,2% pour les femmes Taux de chômage (1er trimestre 2010) : 9,5%, contre 8% en 2007 CDI, CDD et intérim (1er trimestre 2010) : 77% des emplois sont en CDI et 10% sont en CDD ou intérim Temps partiel (1er trimestre 2010) : 6% des hommes en emploi sont à temps partiel, contre 30% des femmes Part de l emploi dans les services : 77% en 2007 (contre 67,4 % en 1990) (agriculture : 3,3 %)

14 Quelques faits stylisés - emploi Taux d activité (1er trimestre 2010) : 75,0% pour les hommes contre 66,2% pour les femmes Taux de chômage (1er trimestre 2010) : 9,5%, contre 8% en 2007 CDI, CDD et intérim (1er trimestre 2010) : 77% des emplois sont en CDI et 10% sont en CDD ou intérim Temps partiel (1er trimestre 2010) : 6% des hommes en emploi sont à temps partiel, contre 30% des femmes Part de l emploi dans les services : 77% en 2007 (contre 67,4 % en 1990) (agriculture : 3,3 %)

15 Quelques faits stylisés - emploi Taux d activité (1er trimestre 2010) : 75,0% pour les hommes contre 66,2% pour les femmes Taux de chômage (1er trimestre 2010) : 9,5%, contre 8% en 2007 CDI, CDD et intérim (1er trimestre 2010) : 77% des emplois sont en CDI et 10% sont en CDD ou intérim Temps partiel (1er trimestre 2010) : 6% des hommes en emploi sont à temps partiel, contre 30% des femmes Part de l emploi dans les services : 77% en 2007 (contre 67,4 % en 1990) (agriculture : 3,3 %)

16 Quelques faits stylisés - emploi Taux d activité (1er trimestre 2010) : 75,0% pour les hommes contre 66,2% pour les femmes Taux de chômage (1er trimestre 2010) : 9,5%, contre 8% en 2007 CDI, CDD et intérim (1er trimestre 2010) : 77% des emplois sont en CDI et 10% sont en CDD ou intérim Temps partiel (1er trimestre 2010) : 6% des hommes en emploi sont à temps partiel, contre 30% des femmes Part de l emploi dans les services : 77% en 2007 (contre 67,4 % en 1990) (agriculture : 3,3 %)

17 Les ressources des ménages Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne

18 Les ressources des ménages La rémunération des ménages Deux sources principales de revenu Offre de travail Rémunération du patrimoine

19 Les ressources des ménages La rémunération des ménages Deux sources principales de revenu Offre de travail Rémunération du patrimoine

20 Les ressources des ménages L offre de travail Offre de travail aux entreprises, à l Etat et aux autres ménages (services à la personne) Rémunération associée : salaire Attention : en économie, on parle d offre de travail pour les ménages et de demande de travail pour les entreprises ( demandeur d emploi...)

21 Les ressources des ménages L offre de travail Offre de travail aux entreprises, à l Etat et aux autres ménages (services à la personne) Rémunération associée : salaire Attention : en économie, on parle d offre de travail pour les ménages et de demande de travail pour les entreprises ( demandeur d emploi...)

22 Les ressources des ménages Les revenus du travail en France : quelques faits stylisés Distribution du revenu salarial annuel sur l ensemble des salariés (en 2007, source : Insee) 1er décile : euros Médiane : euros 9e décile : euros Comment expliquer cette disparité? SMIC (taux horaire brut, en euros) en 2010 : 8,86

23 Les ressources des ménages Les revenus du travail en France : quelques faits stylisés Distribution du revenu salarial annuel sur l ensemble des salariés (en 2007, source : Insee) 1er décile : euros Médiane : euros 9e décile : euros Comment expliquer cette disparité? SMIC (taux horaire brut, en euros) en 2010 : 8,86

24 Les ressources des ménages La rémunération du patrimoine - 1 Patrimoine professionnel (agriculteur, commerçant, profession libérale...), utilisé par les entrepreneurs individuels sous la forme de moyens de production. Ces agents perçoivent un revenu mixte (revenu du travail et du capital investi). Patrimoine immobilier, mis à la disposition d autres ménages. Rémunération via les loyers versés par les locataires.

25 Les ressources des ménages La rémunération du patrimoine - 1 Patrimoine professionnel (agriculteur, commerçant, profession libérale...), utilisé par les entrepreneurs individuels sous la forme de moyens de production. Ces agents perçoivent un revenu mixte (revenu du travail et du capital investi). Patrimoine immobilier, mis à la disposition d autres ménages. Rémunération via les loyers versés par les locataires.

26 Les ressources des ménages La rémunération du patrimoine - 2 Obligations : titres de dette, correspondent à un prêt des ménages aux entreprises ou à l Etat. Titres de durée de vie finie rémunérés par un intérêt fixe. Actions : titres de propriété détenus par les ménages sur les entreprises, mise à disposition de moyens financiers. Titres de durée de vie infinie rémunérés par des dividendes variables avec les résultats de l entreprise. Prêts aux banques : dépôt sur un compte rémunéré...

27 Les ressources des ménages La rémunération du patrimoine - 2 Obligations : titres de dette, correspondent à un prêt des ménages aux entreprises ou à l Etat. Titres de durée de vie finie rémunérés par un intérêt fixe. Actions : titres de propriété détenus par les ménages sur les entreprises, mise à disposition de moyens financiers. Titres de durée de vie infinie rémunérés par des dividendes variables avec les résultats de l entreprise. Prêts aux banques : dépôt sur un compte rémunéré...

28 Les ressources des ménages La rémunération du patrimoine - 2 Obligations : titres de dette, correspondent à un prêt des ménages aux entreprises ou à l Etat. Titres de durée de vie finie rémunérés par un intérêt fixe. Actions : titres de propriété détenus par les ménages sur les entreprises, mise à disposition de moyens financiers. Titres de durée de vie infinie rémunérés par des dividendes variables avec les résultats de l entreprise. Prêts aux banques : dépôt sur un compte rémunéré...

29 Les ressources des ménages Le revenu disponible des ménages Il s agit du revenu des ménages (du travail et du patrimoine) net des transferts (sécurité sociale, assurance chômage, retraite...) impôts et paiement des intérêts Notion pertinente pour les choix de consommation des ménages : revenu dont ils disposent réellement pour consommer

30 Les ressources des ménages Le revenu disponible des ménages Il s agit du revenu des ménages (du travail et du patrimoine) net des transferts (sécurité sociale, assurance chômage, retraite...) impôts et paiement des intérêts Notion pertinente pour les choix de consommation des ménages : revenu dont ils disposent réellement pour consommer

31 La consommation Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne

32 La consommation La consommation dans l économie Rôle fondamental dans l économie, contribution essentielle à la croissance En France (2009), dépenses de consommation : 57% du produit intérieur brut

33 La consommation La consommation dans l économie Rôle fondamental dans l économie, contribution essentielle à la croissance En France (2009), dépenses de consommation : 57% du produit intérieur brut

34 La consommation La consommation dans l économie : comparaison internationale (en 2009) Dépenses de conso. PIB Rapport France (mds d euros) % Zone euro (mds d euros) % Etats-Unis (mds d euros) % Source : Eurostat.

35 La consommation Les biens de consommation - 1 On distingue trois catégories de biens de consommation Biens de consommation finale : totalement détruits pour satisfaire les besoins au cours d une période (concerne les ménages, l Etat et le reste du monde) Biens de consommation intermédiaire : utilisés au cours du processus de production pour produire des biens de consommation finale (concerne les entreprises) Biens de consommation semi-durables et durables : biens utilisés sur plusieurs périodes (ex : voiture, ordinateur...)

36 La consommation Les biens de consommation - 1 On distingue trois catégories de biens de consommation Biens de consommation finale : totalement détruits pour satisfaire les besoins au cours d une période (concerne les ménages, l Etat et le reste du monde) Biens de consommation intermédiaire : utilisés au cours du processus de production pour produire des biens de consommation finale (concerne les entreprises) Biens de consommation semi-durables et durables : biens utilisés sur plusieurs périodes (ex : voiture, ordinateur...)

37 La consommation Les biens de consommation - 1 On distingue trois catégories de biens de consommation Biens de consommation finale : totalement détruits pour satisfaire les besoins au cours d une période (concerne les ménages, l Etat et le reste du monde) Biens de consommation intermédiaire : utilisés au cours du processus de production pour produire des biens de consommation finale (concerne les entreprises) Biens de consommation semi-durables et durables : biens utilisés sur plusieurs périodes (ex : voiture, ordinateur...)

38 La consommation Les biens de consommation - 1 On distingue trois catégories de biens de consommation Biens de consommation finale : totalement détruits pour satisfaire les besoins au cours d une période (concerne les ménages, l Etat et le reste du monde) Biens de consommation intermédiaire : utilisés au cours du processus de production pour produire des biens de consommation finale (concerne les entreprises) Biens de consommation semi-durables et durables : biens utilisés sur plusieurs périodes (ex : voiture, ordinateur...)

39 La consommation Les biens de consommation - 2 Par convention, on considère que l ensemble des biens achetés par les ménages, à l exception des logements, sont des biens de consommation finale

40 La consommation La répartition de la consommation finale des ménages (2008) Valeur (en milliards d euros) % dans la consommation Agriculture et IAA Produits manufacturés Energie 85 8 BTP 10 1 Services marchands Services non marchands 50 5 Total Source : Comptabilité nationale, Insee.

41 La consommation Comment mesurer la consommation finale? On distingue deux notions Dépenses de consommation finale des ménages (1100 milliards d euros en 2009) Consommation finale effective = dépenses de conso. finale + consommation à la charge des administrations publiques (éducation, santé... : 300 milliards en 2009)

42 La consommation Comment mesurer la consommation finale? On distingue deux notions Dépenses de consommation finale des ménages (1100 milliards d euros en 2009) Consommation finale effective = dépenses de conso. finale + consommation à la charge des administrations publiques (éducation, santé... : 300 milliards en 2009)

43 La consommation Compte des ménages : tableaux emplois-ressources Tableau emplois-ressources (TE/R) définissant le revenu disponible des ménages (RD) Tableau emplois-ressources définissant l épargne des ménages (S), part du revenu disponible non consommé Tableau emplois-ressources agrégé

44 La consommation Arbitrage intertemporel consommation/épargne Choix de consommation présente vs. consommation future, fonction des dépenses et revenus futurs anticipés par les ménages. Désynchronisation des recettes et dépenses, épargne ou désépargne (emprunt) selon les périodes. Constitution d une épargne de précaution si incertitude sur les revenus et dépenses futurs. Agent isolé (Robinson Crusoé) : transfert de revenu uniquement par l épargne (si ressources stockables...) Partenaires à objectifs complémentaires : l arbitrage peut jouer dans les deux sens (épargne et emprunt)

45 La consommation Arbitrage intertemporel consommation/épargne Choix de consommation présente vs. consommation future, fonction des dépenses et revenus futurs anticipés par les ménages. Désynchronisation des recettes et dépenses, épargne ou désépargne (emprunt) selon les périodes. Constitution d une épargne de précaution si incertitude sur les revenus et dépenses futurs. Agent isolé (Robinson Crusoé) : transfert de revenu uniquement par l épargne (si ressources stockables...) Partenaires à objectifs complémentaires : l arbitrage peut jouer dans les deux sens (épargne et emprunt)

46 La consommation Arbitrage intertemporel consommation/épargne Choix de consommation présente vs. consommation future, fonction des dépenses et revenus futurs anticipés par les ménages. Désynchronisation des recettes et dépenses, épargne ou désépargne (emprunt) selon les périodes. Constitution d une épargne de précaution si incertitude sur les revenus et dépenses futurs. Agent isolé (Robinson Crusoé) : transfert de revenu uniquement par l épargne (si ressources stockables...) Partenaires à objectifs complémentaires : l arbitrage peut jouer dans les deux sens (épargne et emprunt)

47 L épargne Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne

48 L épargne Comment épargner? Troisième type d arbitrage, entre les différents types de placements disponibles pour les ménages Actifs réels Actifs financiers (obligations, actions) Actifs monétaires Actifs étrangers et or Créances des contrats d assurance

49 L épargne Actifs réels (placements en nature) Biens immobiliers, terrains Oeuvres d art, objets de valeur mobilière...

50 L épargne Actifs réels (placements en nature) Biens immobiliers, terrains Oeuvres d art, objets de valeur mobilière...

51 L épargne Actifs financiers Obligations Actions

52 L épargne Actifs financiers Obligations Actions

53 L épargne Actifs monétaires Moyens de paiement émis par le système bancaire et circulant entre les agents économiques (monnaie, ex : pièces, billets...) Monnaie : actif liquide (immédiatement disponible pour régler des transactions contrairement aux autres actifs)... Non rémunéré! D où le coût d opportunité de détention de la monnaie = rendement moyen des actifs non monétaires

54 L épargne Actifs monétaires Moyens de paiement émis par le système bancaire et circulant entre les agents économiques (monnaie, ex : pièces, billets...) Monnaie : actif liquide (immédiatement disponible pour régler des transactions contrairement aux autres actifs)... Non rémunéré! D où le coût d opportunité de détention de la monnaie = rendement moyen des actifs non monétaires

55 L épargne Actifs monétaires Moyens de paiement émis par le système bancaire et circulant entre les agents économiques (monnaie, ex : pièces, billets...) Monnaie : actif liquide (immédiatement disponible pour régler des transactions contrairement aux autres actifs)... Non rémunéré! D où le coût d opportunité de détention de la monnaie = rendement moyen des actifs non monétaires

56 L épargne Actifs étrangers et or Titres étrangers : autre unité de compte que les titres domestiques Monnaie étrangère : moins liquide que la monnaie domestique, pouvoir d achat futur plus incertain (dépend du taux de change lors de la conversion)... Détention justifiée par ex. si dépréciation de la monnaie domestique (idem pour or)

57 L épargne Actifs étrangers et or Titres étrangers : autre unité de compte que les titres domestiques Monnaie étrangère : moins liquide que la monnaie domestique, pouvoir d achat futur plus incertain (dépend du taux de change lors de la conversion)... Détention justifiée par ex. si dépréciation de la monnaie domestique (idem pour or)

58 L épargne Actifs étrangers et or Titres étrangers : autre unité de compte que les titres domestiques Monnaie étrangère : moins liquide que la monnaie domestique, pouvoir d achat futur plus incertain (dépend du taux de change lors de la conversion)... Détention justifiée par ex. si dépréciation de la monnaie domestique (idem pour or)

59 L épargne Créances des contrats d assurance Créance contingente, contrat donnant lieu à un versement en fonction de l occurence de certains évènements (retraite, maladie, décès...), contre le paiement initial d une prime

60 L épargne Evolution du patrimoine des ménages français En 2007 : milliards d euros, dont en logements. Le patrimoine des ménages représente aujourd hui plus de 6 fois le revenu disponible brut des ménages... contre le triple en Aux Etats-Unis, ce ratio est passé de 5 à plus de 6,5 sur la même période. Déterminants de l accroissement du patrimoine (ou encours) des ménages? Comportement d épargne des ménages (flux de placements) et appréciation des actifs détenus (hausse de leur valeur : plus-value).

61 L épargne Evolution du patrimoine des ménages français En 2007 : milliards d euros, dont en logements. Le patrimoine des ménages représente aujourd hui plus de 6 fois le revenu disponible brut des ménages... contre le triple en Aux Etats-Unis, ce ratio est passé de 5 à plus de 6,5 sur la même période. Déterminants de l accroissement du patrimoine (ou encours) des ménages? Comportement d épargne des ménages (flux de placements) et appréciation des actifs détenus (hausse de leur valeur : plus-value).

62 L épargne Evolution du patrimoine des ménages français En 2007 : milliards d euros, dont en logements. Le patrimoine des ménages représente aujourd hui plus de 6 fois le revenu disponible brut des ménages... contre le triple en Aux Etats-Unis, ce ratio est passé de 5 à plus de 6,5 sur la même période. Déterminants de l accroissement du patrimoine (ou encours) des ménages? Comportement d épargne des ménages (flux de placements) et appréciation des actifs détenus (hausse de leur valeur : plus-value).

63 L épargne Décomposition des variations du patrimoine Trois composantes : flux d épargne, plus-value et dépréciation Flux d épargne des ménages : augmentation régulière au cours de la période Plus-value des actifs : comportement beaucoup plus volatile (traduit les variations des prix des actifs)...

64 L épargne Décomposition des variations du patrimoine Trois composantes : flux d épargne, plus-value et dépréciation Flux d épargne des ménages : augmentation régulière au cours de la période Plus-value des actifs : comportement beaucoup plus volatile (traduit les variations des prix des actifs)...

65 L épargne Décomposition des variations du patrimoine Trois composantes : flux d épargne, plus-value et dépréciation Flux d épargne des ménages : augmentation régulière au cours de la période Plus-value des actifs : comportement beaucoup plus volatile (traduit les variations des prix des actifs)...

66 L épargne Structure du patrimoine des ménages A partir de la fin des années 80, déformation en faveur des actifs financiers (de 43% en 1978 à près de 60% en 2000). Aujourd hui de l ordre de 50%. Sur la même période, baisse de la part du patrimoine immobilier puis augmentation depuis les années 2000 (45% fin 2001)...en lien avec l évolution de la valeur de ces actifs Sur la période , la valeur moyenne des actifs immobiliers a été multipliée par 2,8, contre plus de 25 pour les actifs boursiers!

67 L épargne Structure du patrimoine des ménages A partir de la fin des années 80, déformation en faveur des actifs financiers (de 43% en 1978 à près de 60% en 2000). Aujourd hui de l ordre de 50%. Sur la même période, baisse de la part du patrimoine immobilier puis augmentation depuis les années 2000 (45% fin 2001)...en lien avec l évolution de la valeur de ces actifs Sur la période , la valeur moyenne des actifs immobiliers a été multipliée par 2,8, contre plus de 25 pour les actifs boursiers!

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Chapitre 2 : Les facteurs de production

Chapitre 2 : Les facteurs de production Chapitre 2 : Les facteurs de production Introduction Introduction (1) Production : Emploi des ressources nécessaires à la création des biens et des services => Combinaison des facteurs de production Travail,

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations

Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations Attac 05_06_03 Dans un premier temps, nous distinguerons quatre agents et une catégorie générale rendant compte de relations avec

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2011 149

Le surendettement des ménages 2011 149 NORD-PAS-DE-CALAIS 149 Région Nord-Pas-de-Calais en chiffres Surendettement Données 2011 22 409 dossiers déposés 697 dossiers pour 100 000 habitants a) Endettement : 30 689 euros b) Contexte socio-économique

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

BASE DE DONNEES - FRANCE

BASE DE DONNEES - FRANCE BASE DE DONNEES - FRANCE SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne/Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la population

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2013 183

Le surendettement des ménages 2013 183 LIMOUSIN 183 Région Limousin en chiffres Surendettement Données 2013 2 874 dossiers déposés 3 147 personnes surendettées a) 456 dossiers pour 100 000 habitants b) : 36 202 euros c) Contexte socioéconomique

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 AU 31/03/2015 AU 31/03/2014 VAR % AU 31/12/2014 Provisoire 1- Produits d'exploitation

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER Tome II Annexe Statistique Sommaire I. Production et formation du revenu... 7 II. Structure de la demande intérieure...17 III.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 Données actualisées 1 composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 En pourcentage Nature de la dépense 1960 2010 Produits alimentaires et produits non alcoolisés 26,5 13,3 Boissons

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014

L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014 L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014 Jeudi 2 octobre 2014 1 SOMMAIRE PRÉAMBULE : TENDANCE MACRO-ÉCONOMIQUE L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION AUGMENTATIONS : PRATIQUES 2014 & TENDANCES 2015 NAO ET BUDGETS

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 DU 1/04/2014 AU 30/06/2014 DU 1/04/2013 AU 30/06/2013 AU 30/06/2014 AU 30/06/2013

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5 La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande 1 9 m a i 2 0 1 5 Intervenants Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Chapitre 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? 1? Quels éléments importants déterminent le comportement du consommateur? La consommation des ménages se transforme-t-elle

Plus en détail

BDES GRILLE DE LECTURE

BDES GRILLE DE LECTURE BDES GRILLE DE LECTURE Réunion de négociation du 30 juin 2014 (cette grille figurerait en annexe de l accord) PRÉSENTATION DE LA SITUATION DE L ENTREPRISE Entreprises de 300 salariés et plus prévues dans

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 861 452 934 499 995 498 1 52 183 1 134 493 1 266 358 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 554 72 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 7 1 Deuxième partie du

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique Le bouclage macroéconomique Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D INTRODUCTION Question traitée dans cette présentation On se propose de

Plus en détail

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur CONSOMMATION FINALE Matérialité de l usage Productivité de l usage Effet de l usage Usure d un bien Usage d un bien SANS effet productif ultérieur Satisfaction Gaspillage Champagne School of Management

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H 1 CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H CONDITIONS L obtention d une bourse scolaire est subordonnée aux conditions suivantes

Plus en détail

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Allemagne Merci de citer ce

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail