RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT"

Transcription

1 RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente Prix 200 Valeur Prix 2006 (en 2006/ milliards d'euros) Ressources Total des emplois finals / Produit intérieur brut (PIB) Dépenses de consommation des ménages Dépenses de conso. Individualisable des APU Dépenses de conso. effective des APU Dépenses de conso des ISBLSM Formation brute de capital fixe dont: SNFEI Sociétés financières ,7-4,9 5,4 1.3 Ménages Administrations Publiques ISBLSM Variation de stocks (en contribution à la croissance) Importations Exportations

2 P.C.6 La consommation et l épargne

3 LA CONSOMMATION FINALE DES MÉNAGES CF = Consommation des ménages + consommation individualisable des APU + consommation collective des APU La comptabilité nationale définit deux notions de consommation finale des ménages : o La dépense de consommation finale des ménages : les dépenses de consommation que les ménages supportent effectivement = CF ménages o La consommation effective des ménages : l ensemble des B&S que les ménages consomment effectivement quelle que soit la manière dont ils sont financés = CF ménages + CF individualisables des APU o CE CF = transferts sociaux Les contraintes de consommation Les consommations collectives L offre disponible Les effets de mode Les consommations "obligatoires"

4 LA CONSOMMATION FINALE DES MÉNAGES Les différents revenus des ménages Salaires bruts Prestations sociales (retraites, allocations familiales, RMI, etc.) EBE : loyers Revenus d actifs financiers : intérêts et dividendes Deux notion des revenus sont distinguées Le revenu disponible brut (RDB) : revenus primaires + intérêts impôts et cotisations sociales Revenu disponible brut consommation finale = épargne brute Les revenus disponibles ajustés RDB + transferts sociaux L administration prélève sur la VA et les revenus et reverse en partie aux ménages sous forme de prestations sociales

5 PART DE LA CONSOMMATION DANS LE PIB Dépenses de consommation finale des ménages (ech. gauche) Dépenses de consommation finale des APU (ech. droite)

6 Tableau 3. Évolution de la consommation des ménages par fonction Variation par rapport à l'année précédente en % Poids (%) Volume Prix Valeurs 2006 (milliards ) Alimentation et boissons non alcoolisées 14,7 13,7 1,5 1,2 0,9 0,3 0,3 1,8 136,2 Produits alimentaires dont : 13,7 12,6 1,6 1 0,8 0,3 0,4 1,8 125,5 Pain et céréales 2,1 1,9 1 1,1 1,4 2,2 0,2 0,7 18,5 Viandes 4,1 3,6-0,4-0,1 0 2,2 1, Poissons et crustacés 1,1 1,1 1,5 1 1,1 0,5 1,3 3,3 10,7 Lait, fromages et oeufs 2,1 1,9 1,4 1,8 1,9 0,2-1,4-0,1 18,7 Fruits et légumes 2,4 2,3 5,8 1,1 0,1-5 1,1 3,8 23,2 Boissons non alcoolisées 1,1 1,1 0,7 3,2 2,9 0,5-1,1 2 10,7 Boissons alcoolisées et tabac dont : 3,4 3-9,5-0,7 1,6 12,4 0,1 0,4 30,3 Boissons alcoolisées 1,7 1,5 0-0,9 1,6 1,5-0,3 0,5 14,4 Tabac 1,7 1,6-18,2-0,6 1,5 24,5 0,5 0,4 15,8 Articles d'habillement et chaussures 5,7 4,7 1,4 0,4 0,7 0,1 0,3 0,2 46,9 Articles d'habillement 4,7 3,9 1,8 0,4 0,6 0 0,2 0,2 38,6 Chaussures 1,1 0,8-0,4 0,3 1,4 0,9 0,9 0 8,3 Logement, chauffage, éclairage dont : 23,5 25,2 2,7 2,2 2,5 2,6 4,2 3,9 250,2 Location de logement 16,7 18,6 2,7 2,9 3,2 2,7 3,9 3,6 184,9 Chauffage, éclairage 4,1 3,8 3,6 0-1,1 1,7 6,5 5,7 37,3 Équipement du logement dont : 6,2 5,9 3,6 2,3 1,6 0,9 0,6 1 58,9 Meubles, tapis 1,7 1,5 3,2 3 0,2 1, ,9 Appareils ménagers 0,9 0,9 6,5 2,9 5,3-2,5-1 -2,8 8,7 Santé dont : 3,3 3,4 5,8 4,6 3,9 0,5 0,5 0,3 33,9 Médicaments 1,5 1,5 4,8 3,8 3,8-0,2-0,3-2,3 14,8 Médecine non hospitalière 1,4 1,4 5,1 4,3 2 0,7 1,1 2,5 14,3 Transport dont : 15,1 14,7 2 1,3 0 3,5 4,3 2,9 146,2 Achats de véhicules 4,7 3,8 3,4 3,1-1,9 1,5 0,6 0,6 37,7 Carburants, lubrifiants 3,5 3,5-1,8-2,7-1,4 8 13,1 5,8 35 Services de transports 1,7 2,1 6,7 5,5 5,1 0,6 0,8 1,2 20,6 Communications dont : 1,9 2,8 5,6 6,6 10,2-1,2-1 -5,6 28 Services de télécommunications 1,5 2,4 5,5 5,7 10,1 0,2 0,2-5,2 24,3 Loisirs et culture dont : 8,6 9,3 6,6 4,8 5,2-1,4-2 -1,5 92,6 Appareils électroniques et informatiques 1,9 2,1 18,4 16,2 16,1-9,5-12,1-10,3 21,3 Services culturels et récréatifs 2,9 3,5 4 1,3 2,1 2,2 2,3 2,1 34,5 Presse, livres et papeterie 1,6 1,3-0,1-1,1-1,8 1,7 1,5 1 12,6 Education 0,6 0,7 2,5 3,6 4 5,6 4,8 5,6 7,4 Hôtels, cafés et restaurants 5,7 6,2 0,6 0,6 1,5 2,7 2,4 2,3 62 Autres biens et services dont : 12,1 11,2 2 2,2 2,3 1,8 0,8 2,8 110,9 Soins personnels 2,3 2,3 1,5 0,6 1,1 2 0,8 1,7 23,3 Action sociale 1,6 1,7 5,3 0,9 2,4 5,3 4,7 4,5 17,1 Assurances 3,2 3,5-0,9 3,4 3,3 3,1 1,8 2,4 34,3 SIFIM 1 2,2 1 6,7 3,8 2,8-5,3-8,7 4,5 10,3 Dépense de consommation des ménages ,6 2,2 2,1 1,8 1,8 1,9 993,2 Dépense de consommation des ISBLSM ,5-1,1-1,1 3,8 3,2 3,6 23,3 Dépense de consommation des APU 3 dont : - - 2,3 1,4 1,4 1,5 2,8 2,3 276 Santé - - 2,9 2,6 2,3 1,8 1, ,1 Éducation - - 0,3-0,3-0,4-0,5 3,9 3,6 83,6 Consommation effective des ménages - - 2,5 2 1,9 1, ,50

7

8

9 L ÉPARGNE DES MÉNAGES Les ménages utilisent leurs revenus pour la CF et l épargne L épargne a elle-même deux emplois L investissement en logement (FBCF) L épargne financière Deux ratios considérés Le taux d épargne : épargne brute / RDB Le taux d épargne financière : épargne financière / RDB

10 Taux d'épargne des ménages en % Taux d'épargne Taux d'épargne financière Taux d'investissement immobilier (1) ,9 7,1 7, ,0 6,1 7, ,9 7,2 7, ,5 6,7 7, ,2 6,3 7, ,1 6,7 7, ,8 6,9 7, ,9 8,0 7, ,8 6,6 7, ,8 6,2 7, ,3 5,5 8, ,5 5,4 8,8 Note : l'insee a rétropolé les séries de comptes nationaux jusqu'en À cette occasion, les séries sur la période ont été réexaminées à la lumière des anciennes bases comptables, ce qui a conduit à corriger certaines d'entre elles. (1) : rapport de la formation brute de capital fixe des ménages (hors entrepreneurs individuels) au revenu disponible brut. Source : Insee, Comptes nationaux Base 2000.

11 5 +3,7 % l'an Taux d'épargne (echelle droite) ,1 % l'an +2,7 % l'an ,8 % l'an 13 0 Taux de croissance de la consommation (echelle gauche)

12 EN SYNTHÈSE Les ménages allouent leur revenu disponible entre consommation et épargne Le revenu disponible est augmenté des transferts nets de l Etat L épargne des ménages est divisée entre : L investissement immobilier L épargne financière

13 DÉTERMINANTS DE LA CONSOMMATION ET DE L ÉPARGNE DANS L ANALYSE ÉCONOMIQUE Changement de cadre pour étudier la consommation et l épargne Comptabilité nationale : estimation de la consommation et de l épargne des ménages Théorie économique : explication des variations de la consommation et de l épargne Quels sont les déterminants des choix entre consommation et épargne? Le revenu, mais quel revenu? Le taux d intérêt

14 LE MODÈLE DE CHOIX INTER-TEMPOREL NÉOCLASSIQUE L épargne est le résultat d un arbitrage entre consommation présente et future Le choix dépend de la richesse et du taux d intérêt Le taux d intérêt = prix de la renonciation à la consommation immédiate Modèle de base (Fischer) sur deux périodes La contrainte budgétaire est inter-temporelle C 2 = (1+r)S + Y 2 Donc C 2 = (1+r) (Y 1 - C 1 )+ Y 2 C 1 + C 2 /(1+r) = Y 1 + Y 2 /(1+r) La consommation actualisée = revenu actualisé

15 LE MODÈLE DE CHOIX INTER-TEMPOREL NÉOCLASSIQUE Les effets des variations de revenu et du taux d intérêt sur le choix entre consommation et épargne Si le revenu augmente en 1 ou en 2, la consommation augmente Lissage de la consommation selon la valeur actuelle du revenu : Y 1 + Y 2 /(1+r) Si r augmente, deux effets Effet revenu : l augmentation de r entraîne une augmentation future de la richesse et donc de la consommation en 2 Effet substitution : une augmentation de r entraîne une baisse de la consommation en 1 et une hausse de la consommation en 2, il devient plus intéressant d épargner en 1

16 KEYNES : REVENU COURANT ET FONCTION DE CONSOMMATION La décision de consommer ou d épargner dépend exclusivement du revenu courant, le taux influence peu L épargne apparaît comme un résidu, ce qui n est pas consommé, et non comme le résultat d un choix entre consommation future et consommation courante Fonction de consommation de Keynes détermine une relation entre la consommation et le revenu courant C = F(Y)

17 KEYNES : REVENU COURANT ET FONCTION DE CONSOMMATION La décision de consommer dépend exclusivement du revenu courant La loi psychologique fondamentale : les hommes tendent à plus consommer lorsque Y augmente Comportement des agents : Si le revenu augmente de dy > 0, la consommation augmente de dc>0, mais en proportion moins importante : dy > dc C'est la propension marginale à consommer, comprise entre 0 et 1 Les ménages pauvres consacrent une plus grande proportion de leur revenu à la consommation, l épargne est un luxe Propension moyenne à consommer : part de la consommation dans le revenu Elle diminue avec le revenu

18 KEYNES : REVENU COURANT ET FONCTION DE CONSOMMATION La forme de la fonction de consommation keynésienne C = c*y + b b est le niveau de consommation incompressible c est la propension marginale à consommer : dc / dy = c Propension moyenne à consommer = c + b/y Elle est décroissante avec le revenu et supérieure à c Le multiplicateur : 1 / (1-c) * di Les motifs d épargne L épargne de transaction L épargne de spéculation L épargne de précaution

19 LA CRITIQUE KEYNÉSIENNE La théorie de Keynes n'est pas validée dans les faits Explications alternatives L'effet cliquet (Duesenburry) Inertie des comportements de consommation

20 PROLONGEMENTS DE KEYNES Reformulation de la fonction de consommation keynésienne Le revenu permanent et le cycle de vie Raisonnement en termes de revenu moyen tout au long de la vie au lieu du revenu courant Deux modèles Le cycle de vie de Modigliani La théorie du revenu permanent de Friedman A court terme, la propension marginale à consommer est décroissante A long terme, elle est constante

21 MODIGLIANI Trois périodes dans la vie La jeunesse durant laquelle l individu emprunte pour consommer L activité durant laquelle il épargne La retraite où il désépargne L épargne devient de la consommation différée L individu l utilise pour transférer ses revenus d une période où ils sont élevés vers une période où ils sont faibles Résolution de l énigme de la consommation A court terme; la richesse ne varie pas proportionnellement aux revenus car ils sont utilisés pour constituer l épargne La propension à consommer est décroissante A long terme, revenus et richesse croissent de paire : propension à consommer constante Les actifs épargnent, et les retraités désépargnent

22 FRIEDMAN La consommation ne dépend pas du revenu courant mais du revenu permanent Revenu permanent : sentier régulier que le revenu suit au long de la vie Il s agit du revenu moyen de l individu Il est soumis à des chocs aléatoires et temporaires Revenu courant = revenu permanent + revenu transitoire La consommation est proportionnelle au revenu permanent Les individus ont recourt à l épargne et à l emprunt pour lisser leur consommation A long terme, la composante permanente explique les variations du revenu courant : la propension à consommer est constante

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES PLAN ET RÉFÉRENCES Plan du chapitre I. Circuit et équilibre macro-économique II. La consommation et l épargne III. L investissement Références Généreux (2) Mankiw

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

L évolution des modes de consommation Activités pour l élève

L évolution des modes de consommation Activités pour l élève L évolution des modes de consommation Activités pour l élève Introduction Que consomment les Français? Exercice Quel besoin est satisfait dans chaque cas? Pour chacun d entre eux, vous préciserez s il

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

B Comment se déterminent la consommation et l épargne?

B Comment se déterminent la consommation et l épargne? B Comment se déterminent la consommation et l épargne? 1 Le partage entre consommation et épargne 1 - L'utilisation du revenu disponible brut (en milliards d'euros et en %) 2003 2005 2007 2009 Revenu disponible

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation

I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 1 La consommation et l épargne sont les deux opérations économiques consistant à utiliser le revenu disponible. Les agents économiques affectent leur revenu à la consommation

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 UNIVERSITÉ DE LA RÉUNION FACULTÉ DE DROIT & D ÉCONOMIE FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 18h en 9 TD : I- Courants de pensée en

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE Christian BIALÈS Professeur de Chaire Supérieure en Économie et Gestion www.christian-biales.net Ce site se veut évolutif. Pour cela il fait l objet d un enrichissement documentaire

Plus en détail

01 Décembre 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 %

01 Décembre 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 % 01 Décembre 2013 INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 % L'indice des prix à la consommation s'établit à,73 en décembre 2013, soit une hausse mensuelle de 1,0 % essentiellement liée

Plus en détail

02 Janvier 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 %

02 Janvier 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 % 02 Janvier 2013 INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 % L'indice des prix à la consommation s'établit à,44 en janvier 2013, soit une baisse mensuelle de 0,1 % essentiellement liée

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1

ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1 ÉCONOMIE GÉNÉRALE FIIFO1 2000-2001 MÉRÉ Aurélien AMC Economie - Page 1 INTRODUCTION GENERALE 3 NATURE DE L ACTIVITE ECONOMIQUE 3 L OBJET DE LA SCIENCE ECONOMIQUE 4 LES GRANDS COURANTS DE LA PENSEE ECONOMIQUE

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475

Informations Rapides ISSN 0151-1475 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 0151-1475 Série «Principaux Indicateurs» 12 mars 2008 - n 74 Insee 2008 Indice des prix à la consommation - Février 2008 Thème "Prix" Base 100 : année 1998 Indices

Plus en détail

Informations Rapides CPPAP 0108 B 06336 ISSN 0151-1475

Informations Rapides CPPAP 0108 B 06336 ISSN 0151-1475 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides CPPAP 0108 B 06336 ISSN 0151-1475 Série «Principaux Indicateurs» 23 septembre 2004 n 276 INSEE 2004 Indice des prix à la consommation - Août 2004 (résultats définitifs)

Plus en détail

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 indice des prix à la consommation diminue de 0,8 en 2009, après une année de forte inflation en 2008 (+3,4 ). Les évolutions sont contrastées en

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

Carte Bancaire et consommation des ménages. Point presse du 2 février 2006. Groupement des Cartes Bancaires «CB»

Carte Bancaire et consommation des ménages. Point presse du 2 février 2006. Groupement des Cartes Bancaires «CB» Carte Bancaire et consommation des ménages Point presse du 2 février 2006 1 Dépenses des ménages français 2004 2003 évolution total dépenses ménages 901 M 868,3 M +3,4% total CB 220 M 204 M +10% pénétration

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Faculté de sciences économiques et de gestion Nabeul. 1ère année Sciences économiques et Gestion COURS DE MACROECONOMIE. Enseignant Dr Jalel BERREBEH

Faculté de sciences économiques et de gestion Nabeul. 1ère année Sciences économiques et Gestion COURS DE MACROECONOMIE. Enseignant Dr Jalel BERREBEH Faculté de sciences économiques et de gestion Nabeul 1ère année Sciences économiques et Gestion COURS DE MACROECONOMIE Enseignant Dr Jalel BERREBEH Année Universitaire 2010/2011 Thème I. Eléments de la

Plus en détail

Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009?

Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009? Note expresse N 61 juin 2009 Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009? Moteur essentiel du dynamisme économique réunionnais, la commande publique a contribué

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475

Informations Rapides ISSN 0151-1475 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 0151-1475 Série «Principaux Indicateurs» 13 septembre 2007 - n 259 Insee 2007 Indice des prix à la consommation - Août 2007 Thème "Prix" Base 100 : année 1998

Plus en détail

La consommation des ménages en 2011. Analyse du compte définitif

La consommation des ménages en 2011. Analyse du compte définitif Etab=MK2, Timbre=G422, TimbreDansAdresse=Faux, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 La consommation des ménages en Analyse du compte définitif 20 juin 2014 Ont contribué à la rédaction de

Plus en détail

AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES

AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES Malakoff Médéric et l APRP (Association pour la Promotion de la Retraite et de la Prévoyance fondée par les experts-comptables),

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010)

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) En 2010, le revenu moyen avant impôt des Français était de 33 000 par adulte et par an (2 800 par mois) Produit intérieur brut (PIB) (2010): 1

Plus en détail

MACRO-ECONOMIE. CHAKENDARI Ridha. Université Virtuelle de Tunis

MACRO-ECONOMIE. CHAKENDARI Ridha. Université Virtuelle de Tunis MACRO-ECONOMIE CHAKENDARI Ridha Université Virtuelle de Tunis 2006 Introduction Bienvenue à votre cours de Macro-économie en ligne. Ce guide présente une vue d'ensemble du cours, décrit la manière dont

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève

L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève Introduction Document DU 1 REVENU : Du revenu PRIMAIRE primaire au AU revenu REVENU disponible DISPONIBLE SERVICES PUBLICS Education Santé

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

Économie et organisation de l immobilier 2 e année

Économie et organisation de l immobilier 2 e année Économie et organisation de l immobilier 2 e année Économie et organisation de l immobilier 2 e année «Les problématiques autour du logement» BTS Professions immobilières Licence «Les prescripteurs pourront

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE?

Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE? Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE? mercredi 21 avril 2004 Rapport final Table des matières Résumé 3 Introduction 4 Première partie : la France en Europe, cadrage macro-économique

Plus en détail

Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique

Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique OFCE le 10 novembre 2003 Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique Valérie Chauvin, Catherine Mathieu, Henri Sterdyniak. Version provisoire En ce qui concerne l organisation de leur système de retraite,

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

Cours d économie générale

Cours d économie générale Cours d économie générale Aurélien Méré Deuxième année de cycle ingénieur Table des matières Répartition et consommation... 3 La répartition... 3 La répartition du produit... 3 La répartition des revenus...

Plus en détail

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT Note Méthodologique 1 Introduction En mars 2010, l Insee a réalisé une enquête de comparaison des niveaux

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

FORMULAIRE lll. (Règles 26 à 30) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c.

FORMULAIRE lll. (Règles 26 à 30) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c. (Règles 26 à 30) FORMULAIRE lll CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c. Partie: ÉTAT DES REVENUS, DÉPENSES ET BILAN Je, soussigné(e), domicilié(e)

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique»

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Session de formation du lundi 18 janvier 2010 Première séance, «Décrypter les prélèvements obligatoires»» PSE 48 boulevard Jourdan Grande salle

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

La consommation des ménages depuis cinquante ans

La consommation des ménages depuis cinquante ans La consommation des ménages depuis cinquante ans Georges Consales, Maryse Fesseau et Vladimir Passeron* Depuis cinquante ans, les Français ont, sauf en 1993, consommé un peu plus chaque année, si bien

Plus en détail

en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015

en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015 en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015 soutenir l'emploi et augmenter le pouvoir d'achat objectifs 1 2 3 4 5 6 7 Respecter nos engagements budgétaires Soutenir

Plus en détail

Entre Demandeur 1 et Défendeur ÉTAT FINANCIER ÉTAT FINANCIER DE (demandeur ou défendeur) Je soussigné,

Entre Demandeur 1 et Défendeur ÉTAT FINANCIER ÉTAT FINANCIER DE (demandeur ou défendeur) Je soussigné, Formule 94 (Règle 63A (1) ) C.S. n o COUR SUPRÊME DU YUKON Entre Demandeur 1 et Défendeur ÉTAT FINANCIER ÉTAT FINANCIER DE (demandeur ou défendeur) Je soussigné,, de, au Yukon, DÉCLARE SOUS SERMENT (OU

Plus en détail

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%)

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%) Séance n 8. TD Tableau n 1. La décomposition du revenu national en 2009 Montant (milliards d euros) Part (%) Revenus d activité salariaux 1014,3 73% Revenus de la propriété 281,1 20% Revenu d activité

Plus en détail

Qui épargne? Qui désépargne?

Qui épargne? Qui désépargne? Dossier Qui épargne? Qui désépargne? Bertrand Garbinti et Pierre Lamarche* En 2009, la moitié des ménages français ont épargné plus de 13 % de leurs revenus. Les comportements d épargne sont cependant

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE (Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien, L.N.-B. 2002, c.i-12.05, art.5(2)e), 9(1)b)(ii), 23(2)f) et 27(1)b)(ii)) Je suis le demandeur

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

Les revenus primaires des ménages proviennent de diverses sources. 1.1)les revenus d activité

Les revenus primaires des ménages proviennent de diverses sources. 1.1)les revenus d activité FICHE DE SYNTHÈSE SUR LES REVISIONS A EFFECTUER THEME 2- MENAGES ET CONSOMMATION CHAPITRE 3- COMMENT LES REVENUS ET LES PRIX INFLUENCENT ILS LES CHOIX DES CONSOMMATEURS? I- DU REVENU DISPONIBLE AU POUVOIR

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques

Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques Le nouvel indice des prix à la consommation des ménages base 100 = Année 1998 INSEE - 1999 Méthodologie 1) Une couverture sectorielle élargie

Plus en détail

Comment utilisons-nous notre argent?

Comment utilisons-nous notre argent? Comment utilisons-nous notre argent? L'alimentation et le logement constituent les deux dépenses les plus importantes des ménages antillo-guyanais. C'est pour leur logement que les ménages dépensent le

Plus en détail

Les dispositifs de retraite supplémentaire

Les dispositifs de retraite supplémentaire a v r i l Retraite : un retraité sur huit perçoit une rente En 13, plus de 1 milliards d euros de cotisations ont été versés au titre de la retraite, soit,3 % des cotisations versées au titre des différents

Plus en détail

DOSSIER : ÉPARGNE ET PATRIMOINE DES MÉNAGES

DOSSIER : ÉPARGNE ET PATRIMOINE DES MÉNAGES DOSSIER : ÉPARGNE ET PATRIMOINE DES MÉNAGES ÉPARGNE ET PATRIMOINE DES MÉNAGES : DONNÉES MACROÉCONOMIQUES ET DONNÉES D ENQUÊTES Analyser l accumulation patrimoniale des ménages offre un intérêt à plusieurs

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Cas de l Algérie. Note sur l Indice des Prix à la Consommation. Séminaire sur l Indice des Prix à la Consommation Genève du 7 au 9 mai 2008

Cas de l Algérie. Note sur l Indice des Prix à la Consommation. Séminaire sur l Indice des Prix à la Consommation Genève du 7 au 9 mai 2008 1 Office National des Statistiques -ONS- Algérie Note sur l Indice des Prix à la Consommation Cas de l Algérie Aicha KADI Séminaire sur l Indice des Prix à la Consommation Genève du 7 au 9 mai 2008 1 2

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015 DIECCTE DR Pôle emploi et Îles du Nord Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en février 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A,

Plus en détail

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015)

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015) Assemblée des départements de France Prospective des budgets des départements (2011-2015) Guy Gilbert Professeur - Département de Sciences Sociales ENS Cachan Alain Guengant Directeur de recherche au CNRS

Plus en détail

Gérer son budget, les bons réflexes

Gérer son budget, les bons réflexes GUIDE PRATIQUE Gérer son budget, les bons réflexes PRÉVOIR VOTRE BUDGET MAÎTRISER VOTRE BUDGET GÉRER VOTRE ARGENT ET VOS PROJETS ON A TOUS BESOIN DE CONSEILS POUR SON BUDGET L argent participe au bonheur

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Gestion du budget familial-1

Gestion du budget familial-1 Gestion du budget familial-1 Qu est-ce qu un budget? A quoi cela sert-il? C est un plan prévisionnel qui nous sert à bien gérer notre argent dans le temps. Le budget est un tableau qui enregistre pour

Plus en détail

Consommation, épargne et investissement

Consommation, épargne et investissement Chapitre 1 Consommation, épargne et investissement Dans les pays en développement, la dépense de consommation représente une part très grande de la dépense privée ; aussi, comprendre ses déterminants est

Plus en détail