Consommation, épargne et investissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consommation, épargne et investissement"

Transcription

1 Chapitre 1 Consommation, épargne et investissement Dans les pays en développement, la dépense de consommation représente une part très grande de la dépense privée ; aussi, comprendre ses déterminants est important pour l analyse économique à court et à long terme. Le rôle que joue la fraction du revenu non dépensée l épargne est aussi essentiel : il continue de financer une grande part de l investissement domestique dans la plupartdespaysendéveloppement.commelemontrelechapitre10,lestaux d épargne sont aussi fortement correlés aux taux de croissance économique dans le temps et dans les pays. Dans une perspective de politique économique, comprendre les structures et déterminants de la consommation, de l épargne et de l investissement peut être un pas crucial dans la conception des mesures destinées à accroître les niveaux de vie. La figure 1.1 montre certains faits de base des taux d épargne et d investissement dans le monde. Les données suggèrent que dans les pays en développement, les taux d épargne domestique brutes sont généralement plus élevés que ceux qu on observe dans les pays industrialisés (à l exception du Japon). Dans les régions en développement, les taux d épargne sont plus élevés en Asie, atteignant presque 30% du produit intérieur brut (PIB) sur la période Un profil semblable s observe pour l investissement intérieur brut : alors que les taux d investissement sont demeurés plus ou moins stables en Amérique Latine et aux Caraïbes, en Afrique et au Moyen-Orient, ils ont crû substantiellement en Asie 1.Ladifférence entre l épargne intérieure 1 La figure montre aussi qu en Afrique, depuis le milieu des années 1970, les taux d é- 10

2 11 Chapitre 1 et l investissement intérieur l épargne extérieure a été particulièrement grande en Afrique. La première partie de ce chapitre se concentre sur les déterminants de la consommation et l épargne dans les pays en développement. Elle commence parunerevuedel hypothèsedurevenupermanentainsiquelemodèledu cycle de vie et certains de ses prologements. Elle considère ensuite les différents facteurs que les études empiriques ont identifié commejouantunrôle important dans les économies en développement : le niveau du revenu et la variabilité du revenu, les relations inter-générations, les contraintes de liquidités (qui proviennent des imperfections du marché du crédit), l inflation et l instabilité macro-économique, le comportement d épargne du gouvernement, la charge de la dette extérieure, les systèmes de sécurité sociale et de pensions, les variations des termes de l échange, et l effet du développement financier. Le résultat empirique de ces différents effets est ensuite analysé. La deuxième partie se concentre sur les déterminants de l investissement privé. Deux effets standards sont d abord passés en revue : l effet de l accélérateur flexible et le coût du capital. L accent récent mis sur le rôle de l incertitude et de l irréversibilité est ensuite pris en compte. Comme dans le cas de la consommation et de l épargne, plusieurs facteurs supplémentaires identifiés dans les études empiriques comme jouant un rôle important sont analysés : rationnement du crédit et contrainte de changes, le taux de change réel, l investissement public, l instabilité macro-économique, et le montant total de la dette. Plusieurs études empiriques récentes sont ensuite passées en revue. 1 Consommation et épargne L approche la plus simple du comportement de consommation et d épargne est l approche dite Keynésienne, qui fait l hypothèse que la consommation courante, c, est une fonction du revenu disponible, y T,oùy est le revenu courant et T, le niveau des taxes : avec 0 < θ < 1 la propension marginale à épargner. c =(1 θ)(y T ), (1) pargne et d investissement ont chuté de façon brutale. Comme on l analyse dans les chapitres suivants, ces phénomènes ont des implications importantes sur les taux de croissance économique observés.

3 Consommation, Epargne et Investissement 12 L approche simple (et quelque peu mécanique) décrite par l équation (1) a certains mérites. D abord, elle peut servir de première approximation dans les modèles macro-économiques empiriques. Ensuite, comme indiqué plus loin, elle peut refléter le comportement des consommateurs confrontés aux contraintes de liquidités. Cependant, plusieurs résultats empiriques sur les structures de la consommation et de l épargne dans les pays en développement ont souligné le rôle des facteurs intertemporels, c est-à-dire le rôle que jouent les choix des ménages entre le présent et le futur. 1.1 L Hypothèse du revenu permanent L hypothèse du revenu permanent (HRP), comme le modèle du cycle de vie analysé à la section 1.2, relie la consommation courante à une mesure du revenu permanent ou revenu disponible au cours de la vie. Cette hypothèse a été proposée pour la première fois par Friedman (1957). Pour illustrer ses implications, considérons un cadre simple dans lequel les ménages sont identiques et ne vivent que pendant deux périodes, 1 et 2. Par simplicité, les ménages sont dotés d anticipations parfaites ; par conséquent, à la période1,ilsconnaissentdefaçoncertainelesvaleursdurevenu,desprix, etc. de la période 2. Mesurée en termes nominaux, la contrainte budgétaire du ménage représentatif pour la période 1 est donnée par p 1 c 1 + p 1 A 1 = p 1 (y 1 T 1 )+(1+i 0 )p 0 A 0, (2) où c 1 représente la consommation, A 0 le stock initial (fin de la période précédente) d actifs financiers, A 1 lesactifsàlafin delapériode1,y 1 revenu des facteurs (ou dotation), T 1 les taxes, i 0 le taux nominal des rendements des actifs détenus à la période initiale et p 0 (p 1 ) l indice des prix à la période initiale (période 1). L équation (2) peut être réécrite de la façon suivante : p 1 A 1 p 0 A 0 = i 0 p 0 A 0 + p 1 (y 1 T 1 ) p 1 c 1. Ce qui indique essentiellement que la variation des actifs, p 1 A 1 p 0 A 0,est égale à la somme du revenu tiré des interêts et du revenu hors intérêts, i 0 p 0 A 0 + p 1 (y 1 T 1 ), moins les dépenses de consommation, p 1 c 1. De façon similaire, la contrainte budgétaire pour la période 2 est donnée par :

4 13 Chapitre 1 p 2 c 2 + p 2 A 2 = p 2 (y 2 T 2 )+(1+i 1 )p 1 A 1, (3) avec y 2 en général différent de y 1. Le ménage ne vit que pendant deux périodes et ne laisse aucune richesse nette à ses héritiers (c est-à-dire aucun legs). Par conséquent, A 2 =0 2. Supposons aussi qu il n y ait pas d illusion monétaire ; les contraintes budgétaires d une période à l autre des équations (2) et (3) peuvent être écrites en termes réels en divisant, respectivement par, p 1 et p 2. La contrainte budgétaire de la première période devient où r 0 est le taux d intérêt réel, défini par c 1 + A 1 = y 1 T 1 +(1+r 0 )A 0, (4) 1+r 0 =( p 0 p 1 )(1 + i 0 ). De façon similaire, la contrainte budgétaire à la période 2, étant donné A 2 =0,devient c 2 = y 2 T 2 +(1+r 1 )A 1, (5) où maintenant 3 1+r 1 =( p 1 )(1 + i 1 ). (6) p 2 En éliminant A 1 de l équation (4) en utilisant (5) on obtient la contrainte budgétaire au cours de la vie du consommateur : c 1 + c 2 =(1+r 0 )A 0 +(y 1 T 1 )+ y 2 T 2. (7) 1+r 1 1+r 1 Dans sa forme la plus simple, le HRP postule que l objectif du ménage est de maintenir un sentier de consommation parfaitement stable (dans le cas présent c 1 = c 2 ) en répartissant les ressources acquises au cours de sa viedefaçonégaleentrechaquepériodedesavie.lapartconsomméepar 2 Pour que la condition A 2 =0soit optimale du point de vue du ménage, on doit faire l hypothèse que l utilité marginale de la consommation (comme définie à la section 1.2.1) à la deuxième période est positive. 3 En prenant les logarithmes népériens de l équation (6), il en résulte que : ln(1 + r 1 )= ln(1 + i 1 ) ln(p 2 /p 1 ). En utilisant l approximation ln(1 + x) ' x, pourx petit, on obtient r 1 ' i 1 ln p 2 ; c est-à-dire que le taux d intérêt réel est approximativement égal au taux nominal de rendement moins le taux d inflation de la période suivante.

5 Consommation, Epargne et Investissement 14 le ménage dans chaque période est égale à son revenu permanent, y P,qui peut être défini comme une valeur annuité (au sens d un paiement régulier etpériodique)delasommedesactifsdétenusparleménageetlavaleur présente actualisée du revenu futur (attendu). Formellement, y P est obtenu comme le niveau de revenu qui donne au ménage la même valeur présente de ses ressources acquises au cours de la vie que celle qu implique la contrainte budgétaire intertemporelle courante, c est-à-dire, en utilisant (7) : y P + y P 1+r 1 =(1+r 0 )A 0 +(y 1 T 1 )+ y 2 T 2 1+r 1. (8) Dans le cas particulier où r 0 = r 1 = r, le revenu permanent est y P =( 1+r 2+r ) ½ (1 + r)a 0 +(y 1 T 1 )+ y 2 T 2 1+r Si en outre, le stock initial des actifs est nul (A 0 =0)etsiletauxd intérêt est nul (r =0), le revenu permanent devient une moyenne exacte des revenus disponibles présent et futur : y P =[(y 1 T 1 )+(y 2 T 2 )]/2. La différence entre le revenu courant et le revenu permanent est généralement définie comme le revenu transitoire. Commec 1 = y P, l épargne (qui dans ce cadre simplifié n intervient qu à la période 1) n est rien d autre que la composante transitoire du revenu disponible courant : ¾. s 1 =(y 1 T 1 ) y P. (9) Comme on l analys ci-dessous, dans les pays en développement, la prédiction selon laquelle le revenu transitoire est entièrement épargné ou plus généralement, que l épargne et les emprunts sont utilisés uniquement aux fins deconsommation objectifsdelissage aétéàlabasedenombreuxtests empiriques de l hypothèse HRP. 1.2 LeModèleducycledevie L approche en termes de cycle de vie du comportement de la consommation et de l épargne, proposée pour la première fois par Modigliani et Brumberg (1954) et Ando et Modigliani (1963) postule que les individus lissent leur

6 15 Chapitre 1 consommation dans le temps en prenant en compte les variations anticipées de leurs ressources, induites par le niveau d instruction et l âge, aussi bien que les variations des taux de rendements (attendus) de leur épargne. La figure 1.2 illustre le fait stylisé du revenu, de la consommation et de l épargne que prédit le modèle standard du cycle de vie pour un individu représentatif, sous les hypothèses des marchés de crédits parfaits. Au cours de la première partie de sa vie, un individu type gagne relativement peu et consomme une part relativement grande de biens ; en conséquence, sa consommation est supérieure à ses revenus et donc il emprunte. Comme le revenu augmente avec le niveau d instruction et l âge, l individu atteint un point où il n a plus besoin d emprunter (point A) ; au delà de ce point, l épargne devient positive. Cependant, au delà d un certain âge, le revenu commence à baisser ; la consommation augmentant à un taux plus faible, l épargne continue à augmenter pendant un moment mais commence éventuellement aussi à baisser. Une fois l âge de la retraite atteint, le revenu baisse (de la distance BB 0 )à un niveau en dessous de la consommation. Si la réduction du revenu n est pas anticipée, la consommation baisse brutalement au moment de la retraite, de C à C 0. Si au contraire, la baisse des ressources est parfaitement anticipée, la consommation commence à décliner de façon régulière avant que l âge de la retraite ne soit atteint, sans aucune variation discrête à ce point. Dans tous les cas, l individu doit désépargner afin de maintenir sa consommation proche de ses besoins jusqu à son décès. LeCadredebase Analytiquement, les implications de l approche en termes du cycle de vie peuvent être illustrées dans le même cadre que celui à deux périodes présenté plus haut 4. Supposons, comme précédemment, que le ménage représentatif ne laisse pas de legs ; en conséquence, A 2 =0.Lacontrainte budgétaire du cycle de vie du ménage, l équation(7),peutêtreréécritecommesuit: c 1 + c 2 = W 1, (10) 1+r 1 où W 1 peut être défini comme la richesse au cours du cycle de vie. Notons que W 1 dépend directement de r 1 ; en particulier, une augmentation de r 1 (pour y 2 T 2 donné), réduit la valeur présente du revenu futur et réduit donc W 1. Par conséquent, dw 1 /dr 1 < 0. 4 La présentation suivante est tirée en partie de Muellbauer (1994).

7 Consommation, Epargne et Investissement 16 Supposons maintenant que les préférences du ménage sont intertemporellement additives, c est-à-dire que son utilité au cours de la vie, U, est la somme de l utilité de la consommation résultant de la période 1, u(c 1 ), plus l utilité de la consommation à la période 2, u(c 2 ), actualisée au taux subjectifdepréférencetemporelle, ρ > 0. Formellement, U = u(c 1 )+ u(c 2) 1+ρ, (11) où la fonction d utilité dérivée u( ) est supposée croître avec c mais à un taux décroissant, c est-à-dire, u 0 > 0 et u 00 < 0. Lavaleurdeρ mesure le degré d impatience ; plus elle est élevée, plus faible est l utilité qui résulte de la consommation future. La maximisation de (11) par rapport à c 1 et c 2 sous la contrainte budgétaireducycledevie(10)peutêtreeffectuée en formant l expression Lagrangienne L = u(c 1 )+ u(c ½ 2) 1+ρ λ c 1 + c ¾ 2 W 1, 1+r 1 où λ est le multiplicateur de Lagrange (voir, par exemple, Chiang, 1984, pp ). Les conditions d optimum de premier rang sont données par u 0 (c 1 )=λ, u 0 (c 2 )/(1 + ρ) =λ/(1 + r 1 ). En combinant ces deux équations, il en résulte que u 0 (c 1 )= 1+r 1 1+ρ u0 (c 2 ), (12) expression connue sous le nom d équation de Euler. Cette équation indique essentiellement que l utilité marginale de la consommation à la période courante doit être égale à l utilité marginale de la consommation à la période suivante, pondérée par le ratio du taux d intérêt du marché et du taux de préférence intertemporel subjectif 5. 5 La dérivée traite r 1 et y 2 T 2 comme des termes déterministes. Sous des hypothèses plus générales, l équation d Euler continue d avoir la forme indiquée à l équation (12), mais avec le terme u 0 (c 2 ) à la partie droite de l équation apparaissant sous forme de valeur attendue.

8 17 Chapitre 1 Dans le cas particulier où le taux de préférence intertemporelle est égale au taux de rendement réel (ρ = r 1 ), l équation (12) devient u 0 (c 1 )=u 0 (c 2 ), ce qui implique que c 1 = c 2. (13) Le ménage maintient donc un sentier de consommation complètement lisse sur les périodes, comme dans la forme simple de l hypothèse HRP analysée précédemment. Par exemple, avec des préférences logarithmiques, l utilité au cours de la vie est donnée par : U =lnc 1 + ln c 2 1+ρ, et l équation d Euler est 1/c 1 =( 1+r 1 1+ρ )(1/c 2), ce qui entraîne encore que c 1 = c 2 si ρ = r 1. En substituant l équation (13) dans la contrainte budgétaire du cycle de vie (Equation (10)), il en résulte que c 1 = W 1 κ 1, κ r 1, (14) où κ 1 est l inverse de la propension marginale à consommer la richesse 6. Une autre spécification est le cas des préférences caractérisées par une élasticité de substitution constante (CES), dans laquelle l utilité au cours du cycle de vie est donnée par : U = ( c α 1 + c α 2 1+ρ ) 1/α, (15) où α > 1 l élasticité de substitution entre la consommation de la période 1 6 Comme le montre l équation (14), κ 1 dépend uniquement du taux d intérêt réel ; en présence de legs, la propension marginale à consommer la richesse (par exemple pour les ménages retraités) serait généralement plus petite.

9 Consommation, Epargne et Investissement 18 et la période 2, σ, est donnée par 7 σ = 1 1+α. L expression Lagrangienne devient maintenant L = ( c α 1 + c α 2 1+ρ ) 1/α ½ λ c 1 + c ¾ 2 W 1. 1+r 1 Les conditions d optimum de premier ordre sont maintenant données par (c 1 /U) (1+α) = λ, (c 2 /U) (1+α) = λ(1 + ρ)/(1 + r 1 ), expression qui peut être réagencée et donner l équation d Euler suivante : c 1/σ 1 = (1 + r 1) 1+ρ c 1/σ 2. (16) En utilisant les logarithmes des deux côtés de l équation, il en résulte que ln( c " 2 )=ln 1+ (c # 2 c 1 ) = σ ln( 1+r 1 c 1 c 1 1+ρ ), C est-à-dire qu en utilisant l approximation ln(1 + x) ' x,on obtient : (c 2 c 1 ) c 1 ' σ(r 1 ρ). (17) L équation (17) montre que l élasticité de substitution mesure la sensibilité de la variation de la consommation entre les deux périodes aux variations intertemporelles des prix, c est-à-dire au taux d intérêt réel. Plus l élasticité de substitution est élevée, plus grande sera la réduction de la consommation courante (relativement à la consommation future) induite par une hausse du taux d intérêt réel. 7 De façon formelle, l élasticité de substitution entre c 1 et c 2 est définie comme la variation proportionnelle du ratio de consommation c 2 /c 1 associée à une unité de changement proportionnel du ratio des utilités marginales u 0 (c 1 )/u 0 (c 2 ), en maintenant l utilité totale constante.

10 19 Chapitre 1 En élevant les deux termes de l expression (16) à la puissance σ,ilen résulte que : ( ) σ 1+r1 c 2 = c 1. (18) 1+ρ Encombinantcerésultataveclacontraintebudgétaireducycledevie, équation (10), cela donne une équation similaire à (14), c 1 = W 1 κ 1, mais κ 1 est maintenant donné par ( ) σ ½ ¾ σ κ 1 =1+. 1+ρ 1+r 1 Si les valeurs de ρ et r 1 sont suffisamment petites, κ 1 peut être approximé par 8 1 κ 1 =1+ (1 + ρ) σ (1 + r 1 ) ' (19) 1 σ 1+σρ +(1 σ)r 1 Cette expression a plusieurs implications : Si le taux de préférence temporelle et le taux d intérêt du marché sont égaux (ρ = r 1 ), les variations de l élasticité de subtitution intertemporelle n ont pas d effets sur κ 1 [qui est donc égale à sa valeur donnée dans l équation (14), 1+1/(1 + r 1 )]. Lesignedel effet d une augmentation de r 1 sur κ 1 est Ce qui montre que : sg(dκ 1 /dr 1 ) = sg(1 σ), Une variation du taux d intérêt n a pas d effet sur κ 1 (dκ 1 /dr 1 =0) si σ est égale à l unité. 8 Supposons que x =(1+ρ) σ (1+r 1 ) 1 σ 1; le deuxième terme de droite de la première expression est donc 1/(1 + x). En utilisant l approximation x ' ln(1 + x), pourx petit, il en résulte que x ' ln(1 + ρ) σ (1 + r 1 ) 1 σ ' σρ +(1 σ)r 1, Ceci peut être substitué dans l expression 1/(1 + x) et donner le résultat qu on retrouve dans le texte.

11 Consommation, Epargne et Investissement 20 En général, dκ 1 /dr 1 est ambigu ; l effet d une variation du taux d intérêt sur l épargne est donc en général indéterminé en raison du conflit entre l effet de substitution et l effet de revenu 9. Si σ est inférieur à l unité, dκ 1 /dr 1 < 0. Comme on l a montré précédemment, puisque dw 1 /dr 1 est aussi négatif, une augmentation du taux d intérêt, dans ce cas, a un effet total ambigu sur la consommation et l épargne au cours de la première période. Si, au contraire, σ est supérieur à l unité, dκ 1 /dr 1 > 0 ; et comme dκ 1 /dw 1 < 0, une augmentation de r 1 réduit sans ambiguïté la consommation (dc 1 /dr 1 < 0) etaugmente l épargne. Plus le degré de substitution intertemporelle σ est élevé, plus grand sera l effet marginal d une variation du taux d intérêt sur la consommation et l épargne ( [dκ 1 /dr 1 ]/ σ > 0). Si le degré de substitution intertemporelle σ est zéro et le revenu disponible à la période 2 est égale au niveau du revenu de la période 1 (y 2 T 2 = y 1 T 1 ), alors κ 1 =1+1/(1 + r 1 ) et c 1 = W 1 κ 1 = (1 + r 0)A 0 1+1/(1 + r 1 ) +(y 1 T 1 ), (20) Ce qui montre qu une hausse du taux d intérêt réel, r 1,enaugmentant le rendement du niveau des actifs, accroît la consommation courante. Si l élasticité de substitution σ est positive etqueleniveauinitialdes actifs est de nul (A 0 =0), et avec un revenu disponible à la période 2 égale au niveau de celui de la période 1, alors : c 1 = κ 1 1 (y 1 T 1 )+ y 2 T 2 1+r 1 Ce qui implique qu une augmentation du taux d intérêt a sans ambiguïté un effet négatif sur la consommation. Par implication, de grandes variations du niveau des actifs dans le temps peuvent rendent difficiles l utilisation des techniques de séries temporelles pour détecter un effet agrégé stable du taux d intérêt réel sur l épargne Il est peu probable qu avec un faible ratio actifs/revenu, l effet global soit positif. 10 Comme on l analyse plus loin, un effet faible et instable du taux d intérêt réel est compatible avec les résultats des pays en développement.,

12 21 Chapitre 1 Age et ratio de dépendance Le modèle du cycle de vie prédit que, dans une population donnée, les jeunes épargneront relativement peu car ils anticipent des augmentations de leurs revenus futurs. Les individus d âge intermédiaire, qui approchent le niveau maximum de leur revenu sont ceux qui ont tendance à épargner le plus par anticipation des revenus relativement faibles qu ils auront après leur retraite. Les personnes âgées ont tendance à avoir un taux d épargne faible voire négatif, bien que le désir de laisser un héritage (un legs) ou de faire face àl éventualité de vivre plus longtemps qu espéré pourrait être un motif d épargne même après la retraite. Par conséquent, le taux d épargne globale tendra à baisser en réponse à une augmentation soit du ratio de dépendancejeunesse (c est-à-dire, le ratio du groupe d âge de moins de 20 ans sur le groupe de 20 à 64 ans) ou du ratio du groupe des personnes âgées sur le groupe de population en âge de travailler. Pour évaluer formellement l influence de l âge dans le modèle du cycle de vie décrit plus haut, considérons le cas où l horizon temporel du ménage est T > 2. En plus des résultats similaires à ceux obtenus précédemment, on peut montrer que l inverse de la propension marginale à consommer les actifs, κ 1, varie avec l horizon temporel et donc avec l âge (Muellbauer, 1994). Supposons que le taux d intérêt réel est constant dans le temps, r, etqueles valeurs de ρ et r sont suffisamment petites ; dans le cas particulier d une fonction d utilité CES, κ 1 est donné non pas par l équation (19) mais par : κ 1 =1+µ + µ µ T 1 = 1 µt 1 µ, (21)

13 Consommation, Epargne et Investissement 22 où 11 1 µ = (1 + ρ) σ (1 + r 1 ) ' 1 1 σ 1+σρ +(1 σ)r. (22) Sileménagegagnelemêmerevenusurlesdeuxpériodes(y 2 = y 1 ), et si le taux de préférence temporelle et le taux d intérêt sont égaux (ρ = r), la consommation à la période 1 sera donnée par : c 1 = W 1 = (1 + r 0)A 0 +(y 1 T 1 ). κ 1 κ 1 Dans de telles conditions, l effet de l âge sur la consommation opérera entièrement à travers κ 1. Supposons, par exemple, que ρ = r =0.04. Alors de l équation (22), µ =1/(1 + r) =0.96, et de l équation (21), il en résulte que : κ 1 T =10 =8.5, κ 1 T =20 =14.2, κ 1 T =40 =20.7. Ces résultats montrent que l inverse de la propension marginale à consommer la richesse augmente avec l horizon temporel ; autrement dit, les jeunes, dont l horizon temporel est plus long, ont une propension à consommer les actifs plus faible que celle des personnes plus âgées Considérons, par exemple, le cas où T =3. La fonction d utilité CES, Equation. (15) peut être écrite de la façon suivante : ½ ¾ 1/α U = c α 1 + c α 2 1+ρ + c α 3 (1 + ρ) 2, et la contrainte budgétaire au cours de la vie, Equation (10) devient c 1 + c 2 c r 1 (1 + r 1 ) 2 = W 1. Les conditions de premier ordre sont données par l Equation (18) c 3 =[(1+r 1 )/1+ρ] 2σ c 1. En combinant ces résultats avec la contrainte budgétaire au cours de la vie ci-dessus, on obtient c 1 = W 1 /κ 1, où maintenant κ 1 =1+µ + µ 2, où µ est défini dans l équation (22). Le dernier terme de cette expression est l approximation effectuée auparavant [Voir Eq. (19)]. La généralisation des expressions ci-dessus au cas où T>3 s effectue simplement. 12 Notons que la différence entre la propension marginale à consommer des personnes âgées et celle des jeunes augmente à mesure que le taux d escompte moyen baisse.

14 23 Chapitre 1 Ce résultat est important car il implique qu à un niveau agrégé, la distributiondesactifsentrelesjeunes,lespersonnesd âgeintermédiaireetles personnes âgées importe pour les profils de la consommation et de l épargne. Ce problème est central quant à la question des effets de la croissance du revenu réel par tête sur le comportement de l épargne agrégée. Toutes choses égales par ailleurs, plus la part de la richesse totale détenue par les ménages d âge intermédiaire (ceux dont le revenu est le plus élevé) dans tout pays donné, plus grand est le taux d épargne, et plus le taux de croissance du revenu est élevé (Voir chapitre 12). Cependant, comme on l analyse plus bas, en présence des contraintes d emprunts, toutes choses n est pas égales par ailleurs. En outre, les facteurs démographiques tels que la part de la population active relativement à la population des personnes retraitées expliquent probablement uniquement les tendances à long-terme de l épargne, mais pas les fluctuations de court-terme de la propension à épargner. 1.3 Autres déterminants La littérature analytique et empirique du comportement de la consommation et de l épargne dans les pays en développement a souligné les différentes limites des modèles standard du revenu permanent et du cycle de vie décrits dans les sections précédentes et a offert différents prolongements. Cette section passe en revue les facteurs supplémentaires les plus importants qui ont été identifiés au plan empirique comme des facteurs significatifs dans la compréhension de la consommation et de l épargne dans les pays en développement. Niveaux du revenu et incertitude du revenu La recherche empirique récente a souligné le fait qu à des faibles niveaux ou à des niveaux de revenu de subsistance, le taux d épargne est aussi faible. Commelemontrelechapitre10,àmesurequeleniveaudurevenuaugmente, le taux d épargne aussi augmente. Ce résultat a deux implications : Dans les pays à revenu faible, la réponse de l épargne aux variations des taux d intérêt réels est probablement faible. Une réponse significative de l épargne des ménages tend à n apparaître qu à des niveaux de revenu substantiellement supérieurs au niveau de subsistance (Ogaki, Ostry et Reinhart, 1996). Ce résultat a des implications importantes

15 Consommation, Epargne et Investissement 24 pour les politiques destinées à stimuler l épargne financière à travers la libéralisation du taux d intérêt (Voir chapitre 15). Les variations de la distribution du revenu, induites par exemple par des politiques d imposition redistributives, peuvent avoir des effets importants sur les taux d épargne mesurés à un niveau agrégé. Dans les pays en développement, les revenus de nombreux ménages proviennent de l agricultture ; mais dans ce secteur, les revenus peuvent être sujets à des fluctuations relativement fortes résultant des variations des conditions climatiques ou des variations des prix domestiques et internationaux des produits agricoles. Ces sources d incertitude du revenu sont souvent aggravées par l instabilité macro-économique et la vulnérabilité aux chocs extérieurs 13. En général, l incertitude accrue en ce qui concerne le revenu futur accroîtra le motif d épargne de précaution (Voir l appendice de ce chapitre, Caballero, 1990 et Deaton, 1992), bien que dans un environnement macro-économique très instable, l incertitude accrue peut réduire l épargne par l intermédiaire de son effet sur la variabilité des taux de rendement. Liens intergénérationnels Certains auteurs comme Gersovitz (1988), ont affirmé que la grande importance des relations de la famille élargie peut impliquer que les liens intergénérationels soient probablement forts dans les pays en développement. Il y a deux canaux par lesquels de tels liens peuvent affecter le comportement de consommation et d épargne. Ils peuvent affecter les préférences des ménages en affectant, par exemple, le degré auquel l utilité marginale de la consommation décroît avec le niveau de consommation, ou en accroissant le taux de préférence temporelle. Ils peuvent allonger l horizon effectif de planning sur lequel les ménages prennent leurs décisions de consommation et d épargne. 13 Les taux d épargne plus élevés enregistrés dans les pays à faible inflation en Asie par exemple, montre l importance d un environnement macro-économique stable.

16 25 Chapitre 1 Contraintes de liquidités Le lissage intertemporel de la consommation requiert un bon fonctionnement des marchés financiers afin de permettre aux agents d emprunter et de prêter dans le temps. Cependant, dans de nombreux pays en développement, les marchés financiers bien développés soit n existent pas ou lorsqu ils existent, ils ne fonctionnent pas très bien. En particulier, les ménages ont souvent un accès limité aux marchés du crédit, et le rationnement du crédit peut être très répandu (voir Chapitre 2). L existence des contraintes de liquidité affecte la capacité des ménages à transférer les ressources dans le temps aussi bien que dans des situations d incertitude du revenu. En conséquence, comme on l a précédemment indiqué, la consommation (et donc l épargne) tendàêtretrèscorreléeaveclerevenu courant, plutôtqu aveclerevenu permanent ou richesse au cours du cycle de vie. Les résultats empiriques de Veidyanathan (1993) et Rossi (1988) suggèrent en effet que l incidence des contraintes de liquidités peut être plutôt significatif dans de nombreux pays en développement. Formellement, les contraintes de liquidités peuvent être introduites dans le modèle simple à deux périodes présenté précédemment (dans lequel A 2 = 0) en réquérrant que les actifs financiers réels en période 1 ne soient pas négatifs : A 1 0. En outre, en faisant l hypothèse que les ménages sont relativement impatients (c est-à-dire que le taux de préférence temporelle est plus grand que le taux d intérêt réel), et donc veulent consommer aujourd hui, Deaton (1992) a montré qu il y a deux résultats possibles en période 1 : Le ménage veutempruntermaisnelepeutpas; danscecas,laconsommation est la somme des avoirs courants et du revenu courant ; il n y a pas d épargne, et l utilité marginale n est pas égalisée sur les périodes. Le ménage ne veut pas emprunter ; dans ce cas, la consommation est moins élevée que la somme des actifs et du revenu ; l épargne est positive, et l utilité marginale est égalisée sur les périodes - comme l a prédit l équation d Euler, Equation (12). Comme Deaton (1992) l a aussi montré, la forme exacte de la relation entre la consommation et les ressources courantes (actifs et revenu) dépend

17 Consommation, Epargne et Investissement 26 des paramètres (moyenne et variance) qui caractérisent la distribution du revenu, aussi bien que de la structure des préférences du consommateur. A de bas niveaux de ressources, les contraintes de liquidités sont saturées, et toutes les ressources sont dépensées. Au delà d un certain niveau de ressources (qui dépend, en particulier, des paramètres du processus qui entraîne le revenu, les contraintes de liquidités cessent d être des obstacles, la propension marginale à consommer commence à baisser, et l épargne devient positive en raison des motifs de précaution (comme on l a souligné précédemment). En présence des contraintes de liquidités, la libéralisation financière peut avoir un effet défavorable sur les taux d épargne. Dans la mesure où le désir des ménages de lisser leur consommation dans le temps est contraint par un accès limité aux marchés du crédit, un accès accru à ces marchés permettra aux individus d accroître leur consommation (et donc de réduire leur épargne) au cours de leur vie active, au moyen d un emprunt accru. Par exemple, la disponibilité plus grande des prêts pour les achats de logements et de biens de consommation durables peut pallier le besoin des ménages d épargner en préparation des paiements initiaux importants qu ils doivent effectuer pour de tels achats. Inflation et stabilité macro-économique La consommation et l épargne peuvent aussi réagir aux variations du taux d inflation. Si les ménages sont des créditeurs nets, une augmentation du taux d inflation par exemple peut réduire la valeur réelle de leur richesse, même si elle est suivie d une hausse proportionnelle du taux d intérêt nominal. Pour compenser cet effet de richesse négatif, les ménages peuvent augmenter leur taux d épargne. La variabilité de l inflation, qui est souvent utilisée comme une variable proxy de la stabilité macro-économique, peut aussi affecter l épargne, dans un sens opposé. Dans la mesure où il augmente l incertitude en ce qui concerne le revenu futur, un degré élevé de la variabilité des prix peut conduire à une augmentation du taux d épargne, conséquence du motif de l épargne de précaution analysé précédemment. Mais dans la mesure où un taux d inflation très variable est associé à une plus grande incertitude du taux d intérêt réel (ou le rendement de l épargne),il peut avoir un effet dépressif sur la propension à épargner.

18 27 Chapitre 1 Epargne publique Une caractéristique clef du modèle du cycle de vie est que le comportement de l épargne est directement influencé par les évaluations des ménages de leurs profils futurs de revenu et de consommation. Une variable clé qui affecte ces évaluations est la politique du gouvernement, en particulier l épargne ou la désépargne publique. La mesure dans laquelle les variations de l épargne publique induisent des variations compensatrices de l épargne privée a été une question centrale d une grande partie de la littérature moderne en macro-économie et en économie publique. Trois interprétations majeures de cette relation ont été avancéesdanslalittérature: Le point de vue conventionnel fait l hypothèse qu une baisse de l épargne publique (provenant d une réduction d impôts ou d une augmentation du financement par émission de titres de la dépense publique tendra à accroître la consommation et à réduire l épargne des ménages myopes (c est-à-dire les ménages qui ne se soucient que du présent), en déplaçant la charge de l impôt des générations présentes vers les générations futures. En conséquence, une baisse de l épargne publique entraînera une baisse de l épargne nationale 14. Le point de vue Keynesien suggère qu une désépargne publique temporaire plus élevée augmentera la consommation et le revenu, en présence de capacités de productions sous-utilisées, proportionnellement à l inverse de la propension marginale à épargner, comme le prédit l effet multiplicateur standard. A son tour, le revenu plus élevé augmentera l épargne privée. Le fait que cette augmentation de l épargne privée est ou non suffisamment grande pour compenser la baisse initiale de l épargne publique (et donc entraîner une augmentation de l épargne nationale) est a priori ambigu La réduction de l épargne privée peut être atténuée par une hausse du taux d intérêt réel, bien que, comme on le verra, cet effet peut être relativement faible. Dans une économie ouverte, la hausse du taux d intérêt domestique peut aussi attirer les capitaux extérieurs et conduire à une augmentation de l épargne étrangère. 15 Si la baisse de l épargne publique était supposée permanente plutôt que temporaire, l effet sur l épargne privée serait semblable à celui que prédit le point de vue conventionnel si les ménages sont myopes.

19 Consommation, Epargne et Investissement 28 Le point de vue Ricardien affirme que dans la mesure où les individus sont rationnels et prévoyants, ils se rendront compte qu une hausse permanente de la dépense publique aujourd hui (ou, de façon équivalente, une augmentation de la désépargne publique) doit être financée tôt ou tard. Par conséquent, ils augmenteront leur épargne d un montant équivalent - d où le terme d équivalence Ricardienne (Barro, 1974, 1989). De façon similaire, le point de vue Ricardien prédit qu une augmentation du déficit budgétaire (désépargne) provenant d une réduction des impôts n aura pas d effet sur le taux d épargne national car l épargne privée augmentera d un montant équivalent par anticipation des engagements d impôts futurs 16. Autrement dit, pour une valeur présente donnée des dépenses publiques, le moment choisi des impôts n influence pas le comportement de consommation des ménages. Le point de vue ricardien a fait l objet de nombreuses critiques, à la fois aux niveaux analytique et empirique. Du point de vue analytique, il repose sur quatre hypothèses strictes irrélalistes : les consommateurs sont prévoyants ; les générations succesives sont liées par des legs motivés par des considérations altruistes; lesconsommateursnesontpasconfrontésauxcontraintes de liquidités ; et lesimpôtsnesontpas distortionnaires. Les résultats empiriques en faveur de l hypothèse d équivalence ricardienne totale semblent être partagés dans les pays industrialisés (voir Seater, 1993). Pour les pays en développement, en revanche, la plus grande partie des résultats empiriques sont contraires à l équivalence ricardienne. Une raison centrale à cette observation est que bien que les individus dans ces pays peuvent effectuer, de façon systématique, des anticipations de leurs engagements d impôts futurs, les contraintes de liquidités (qui jouent un rôle 16 Par conséquent, prise dans sa forme extrême, l approche ricardienne implique que le choix entre financement par la dette ou par les impôts des déficits budgétaires n est pas important.

20 29 Chapitre 1 pervers dans ces pays, comme on l a vu précédemment) peuvent les empêcher d agir sur ces anticipations en ajustant leur comportement de consommation - épargne comme l aurait prédit la proposition d équivalence ricardienne. La charge de la dette et l imposition Le comportement d épargne et de désépargne du gouvernement peut aussi affecter l épargne privée indirectement par le biais des variations des anticipations des impôts futurs. Par exemple, dans une situation où la charge de la dette extérieure du secteur public se dégrade soudainement (résultat par exemple d une augmentation du service de la dette provenant d une hausse des taux d intérêt internationaux), le secteur privé peut anticiper une hausse significative de l imposition dans le futur. L effet de substitution associé à de telles anticipations tendra à favoriser la consommation courante aux dépens de l épargne, alors que l effet de revenu devrait tendre à réduire la consommation sur toutes les périodes. Par conséquent, un niveau élevé de la dette peut réduire le taux d épargne nationale Sécurité sociale, pensions et assurance Commelemontrelechapitre15,ladisponibilitédesplansformelsdepension publique et de sécurité sociale s est significativement accrue dans de nombreux pays en développement. Comme le modèle du cycle de vie l implique, l effet potentiel de ces plans peut être de réduire le taux d épargne privée à travers trois canaux : en redistribuant le revenu en faveur des personnes âgées ; en réduisant le besoin d épargner pour la retraite (à moins que l introduction de ces plans soit accompagnée d une réduction de l âge à la retraite) ; en freinant le besoin d épargne de précaution pour couvrir l éventualité de vivre plus longtemps qu espéré. L impact des bénéfices accrus de la sécurité sociale sur l épargne nationale peut donc dépendre de l effet que de tels changements peuvent avoir sur 17 Voir le chapitre 16 pour une analyse des effets à plus long terme de l endettement étranger sur l épargne et l investissement.

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

LA BAISSE DES TAUX D ÉPARGNE PRIVÉE DURANT LES ANNÉES 90 DANS LES PAYS DE L OCDE : LA CONTRIBUTION DES DÉTERMINANTS AUTRES QUE LA RICHESSE

LA BAISSE DES TAUX D ÉPARGNE PRIVÉE DURANT LES ANNÉES 90 DANS LES PAYS DE L OCDE : LA CONTRIBUTION DES DÉTERMINANTS AUTRES QUE LA RICHESSE Revue économique de l OCDE n 36, 2003/I LA BAISSE DES TAUX D ÉPARGNE PRIVÉE DURANT LES ANNÉES 90 DANS LES PAYS DE L OCDE : LA CONTRIBUTION DES DÉTERMINANTS AUTRES QUE LA RICHESSE Alain Serres et Florian

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Chapitre 3. Déficits budgétaires, dette publique et compte courant

Chapitre 3. Déficits budgétaires, dette publique et compte courant Chapitre 3 Déficits budgétaires, dette publique et compte courant Dans les pays en développement, les principales contraintes de la politique budgétaire et de la gestion macro-économique sont une base

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États?

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Nicolas Marceau, CIRPÉE et UQÀM mai 2003 Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? 1 Plan de la présentation 1. Équivalence ricardienne 2.

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES PLAN ET RÉFÉRENCES Plan du chapitre I. Circuit et équilibre macro-économique II. La consommation et l épargne III. L investissement Références Généreux (2) Mankiw

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

9 Investissement et intérêt

9 Investissement et intérêt 9 Investissement et intérêt Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La rentabilité des investissements 2 1.1 Actualisation............................ 2 1.2 Valeur Actuelle Nette........................

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Calcul économique privé

Calcul économique privé Année 2010-2011 Alain Marciano : L analyse coût avantage Licence Sciences Economiques 3, UM1 Plan chapitre Section 1. L agrégation des effets dans le temps : l actualisation Section 2. Les critères complémentaires

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Le Conseil d orientation des retraites s est doté d outils de projection

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Utilisation d une expérience naturelle pour estimer l impact du crédit d impôt à la R-D sur les dépenses en R-D

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages

Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages P. Stinglhamber Ch. Van Nieuwenhuyze M.-D. Zachary Introduction Le présent article analyse, au moyen des comptes financiers

Plus en détail

Plus-values, consommation et épargne Une estimation de l effet richesse aux États-Unis et au Royaume-Uni

Plus-values, consommation et épargne Une estimation de l effet richesse aux États-Unis et au Royaume-Uni Revue de l OFCE n 73 / avril 2000 Plus-values, consommation et épargne Une estimation de l effet richesse aux États-Unis et au Royaume-Uni Corinne Houizot, Hélène Baudchon, Catherine Mathieu et Francisco

Plus en détail

LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007

LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007 LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007 Les notes de l IPP n 10 Juin 2014 Guillaume Bazot www.ipp.eu Résumé La finance a pris

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation

I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 1 La consommation et l épargne sont les deux opérations économiques consistant à utiliser le revenu disponible. Les agents économiques affectent leur revenu à la consommation

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg Szabolcs Deák 1 - Lionel Fontagné 2 - Marco Maffezzoli 3 - Massimiliano Marcellino 4 Introduction Les modèles dynamiques stochastiques d équilibre

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Dans la théorie de l intermédiation financière, un système bancaire fonctionne correctement s il favorise

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d entreprise L essentiel en fiches DCG DSCG Collection «Express Expertise comptable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Introduction au droit DCG 1 L. Siné, Droit des sociétés DCG 2 V. Roy, Droit

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Cours Marché du travail et politiques d emploi

Cours Marché du travail et politiques d emploi Cours Marché du travail et politiques d emploi L offre de travail Pierre Cahuc/Sébastien Roux ENSAE-Cours MTPE Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 1 / 48 Introduction Introduction Examen

Plus en détail

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE Christian BIALÈS Professeur de Chaire Supérieure en Économie et Gestion www.christian-biales.net Ce site se veut évolutif. Pour cela il fait l objet d un enrichissement documentaire

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

la Banque de France, mars. C. Bordes, «La politique monétaire» chapitre II de «Politique économique» ellipse.

la Banque de France, mars. C. Bordes, «La politique monétaire» chapitre II de «Politique économique» ellipse. 12.2 Canaux de transmission de la politique monétaire Il s agit d une section tout à fait importante dans le cadre de la compréhension de la réalisation du dispositif monétaire. Cependant, comme le reconnaît

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail