I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation"

Transcription

1 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 1 La consommation et l épargne sont les deux opérations économiques consistant à utiliser le revenu disponible. Les agents économiques affectent leur revenu à la consommation ou à l épargne en vue de satisfaire leurs besoins immédiats ou futurs. La consommation est l opération économique consistant à acquérir des biens destinés à être détruits immédiatement ou progressivement à travers leur utilisation. La consommation finale désigne les acquisitions destinées à satisfaire directement les besoins d un ménage. Utilisé seul, le terme consommation désigne généralement la consommation finale des ménages. On parle de consommation intermédiaire lorsque le bien disparaît dans le processus de production d un autre La consommation finale correspond donc à un comportement individuel des ménages. Mais au niveau macroéconomique, elle constitue, en tant que composante principale de la demande, une variable macro-économique prépondérante. La consommation est en effet considérée comme un moteur de la croissance économique. Par ailleurs, sa structure reflète l évolution de la société. Au sens courant, épargner consiste à faire des économies, à mettre de coté une partie de son revenu. L épargne désigne la partie du revenu qui n est pas consommée. L épargne nationale regroupe l épargne des ménages, des entreprises et des administrations. Épargner consiste à renoncer à une consommation immédiate au profit de satisfactions futures liées à des investissements ou à des consommations. L épargne peut être placée et permettre alors de financer les besoins d autres agents. I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation A. Les différents choix de consommation et d épargne 1. Les choix de consommation La consommation finale inclut : - la consommation marchande, qui correspond à des achats de biens et de services sur le marché ; - la consommation non marchande, qui regroupe l autoconsommation et la consommation de services publics. La consommation marchande concerne les biens, que l on peut classer en fonction de leur durabilité, mais également les services. Elle prend en compte les loyers et les dépenses de santé en valeur brute, c est à dire y

2 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 2 compris la part qui n est pas à la charge des ménages en raison de l allocation logement et des remboursements de SS. L autoconsommation inclut, par convention, la production des jardins familiaux et le service fictif que se rendent à eux mêmes les ménages propriétaires de leur logement. La participation des ménages aux services fournis par les administrations publiques ou privées (enseignement, hospitalisation, action sociale) fait également partie de la consommation non marchande. Les achats de logements et les grosses réparations immobilières ne font pas partie de la consommation mais sont comptabilisés en investissements des ménages et relèvent donc de l épargne. La consommation peut être collective, si la consommation par un individu n exclut pas la consommation par les autres. Les services publics en font généralement partie, mais cela peut être aussi le cas de services marchands (autoroutes à péage). Elle est individuelle dans le cas contraire. 2. Les choix d épargne Épargner consiste à renoncer à une consommation immédiate pour une satisfaction plus grande ultérieurement. Dans l épargne des ménages, on peut distinguer : - l épargne non financière, qui correspond aux investissements des ménages notamment en logements ; - l épargne financière, qui peut être placée ou thésaurisée. L épargne des ménages est constituée dans différents buts (précaution, revenus supplémentaires, accroissement du patrimoine, besoin de liquidités pour des transactions futures ). L épargne financière peut être thésaurisée (c est à dire conservée par l épargnant sous forme de monnaie fiduciaire, d or ou de biens précieux) ou au contraire placée, c est à dire injectée dans les circuits de financement de l économie, soit sous forme monétaire (dépôt à vue et placements à court terme), soit sous forme financière (actions, obligations ) L épargne non financière est constituée des investissements des entreprises individuelles et des investissements immobiliers. Le remboursement des prêts immobiliers (épargne contractuelle) fait partie de cette catégorie. On peut distinguer aussi : - l épargne volontaire, qui est soumise à une décision autonome de l agent, déterminée par ses motivations propres. l épargne forcée correspond à des mécanismes économiques qui réduisent le revenu disponible à la consommation des ménages. Elle se présente sous deux formes : l épargne forcée fiscale et l épargne forcée monétaire (inflation). B. Les déterminants du partage du revenu entre la consommation et l épargne 1. Les analyses théoriques Pour les néoclassiques, les ménages arbitrent entre l épargne et la consommation en fonction du taux d intérêt proposé pour rémunérer l épargne. l épargne est le résultat de l ensemble des décisions individuelles prises en

3 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 3 avenir certain et concernant les choix intertemporels des agents économiques. Le taux d intérêt est donc le prix de la renonciation à la consommation. Dans l analyse néoclassique, l épargne dépend du taux d intérêt. plus il est élevé, moins grande est la consommation. La consommation est donc considérée comme la partie du revenu non épargnée, c est un résidu. L analyse keynésienne adopte une position radicalement opposée. Pour Keynes, c est l épargne qui est un résidu. Les ménages effectuent leurs choix de consommation en fonction du revenu disponible et l épargne est simplement la partie non consommée du revenu. Le taux d intérêt détermine uniquement la forme monétaire ou non de l épargne, il rémunère la renonciation à la liquidité. Keynes explique l évolution de la consommation globale par les variations du revenu global. Selon lui, la consommation est avant tout fonction du revenu. La fraction consommée du revenu, qu il appelle propension à consommer, diminue avec l augmentation du revenu. La part consacrée à la consommation est de moins en moins grande car les besoins sont progressivement satisfaits et les possibilités d épargne de plus en plus importantes. Pour Keynes, la consommation (C) est une fonction du revenu courant (R) des ménages? l épargne est un résidu. Il distingue : - la propension moyenne à consommer (C/R), qui diminue quand le revenu augmente ; - la propension marginale à consommer ( C/ R), qui est toujours inférieure à la propension moyenne. La fonction de consommation keynésienne a donc une seule variable, le revenu. Elle peut s écrire sous la forme C = C * R + b, avec c<1, et se représente par une droite : Dans cette formulation, c est la propension marginale à consommer (fraction consommée de l augmentation du revenu). La propension moyenne est bien une fonction décroissante du revenu puisqu elle s écrit : C/R = c + b/r. La fonction keynésienne de consommation peut s interpréter de deux façons : - Soit on considère les variations du revenu et de la consommation d une population à un moment donné, - Soit on considère l évolution du revenu et de la consommation dans le temps. Les paramètres de la fonction ne sont alors pas les mêmes. Mais il faut surtout retenir l importance fondamentale donnée par Keynes au revenu global comme déterminant de la consommation. Des politiques économiques s inspireront de cette analyse pour relancer la consommation en agissant sur le revenu, particulièrement sur les revenus des ménages les plus modestes, dont la propension à consommer est plus élevée. À la suite de Keynes, des théoriciens tenteront d améliorer le modèle explicatif du partage entre la consommation et l épargne. 2. Approfondissement de cette théorie a) L effet de démonstration J.S. Duesenberry introduit un élément supplémentaire dans la démarche keynésienne : l interdépendance de la consommation des agents économiques. Un bien est acquis non seulement pour ses caractéristiques, mais aussi pour ce qu il symbolise.

4 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 4 Ce phénomène, qualifié «d effet de démonstration ou d imitation», explique pourquoi, sur une longue période, la croissance du revenu n entraîne pas une réduction de la propension à consommer, des agents souhaitant imiter et rattraper la consommation d autres agents. b) L effet de cliquet T.M. Brown a privilégié «l effet de cliquet» (ou effet de mémoire). La consommation dépend du revenu actuel mais également des habitudes de consommation (la consommation passée). Brown souligne l inertie à la baisse de la consommation. Elle ne sera réduite que si la chute du revenu se prolonge et se révèle importante. Jusqu au début des années quatre vingt dix, les ménages français ont maintenu leur consommation, mais devant la montée des risques (avenir des retraites, du système de protection sociale), la persistance du chômage, ils ont réduit leur consommation et privilégient l épargne. Les ménages répugnent à réduire leur niveau de consommation passé. En cas de baisse de leur revenu, ils puisent d abord dans leur épargne. c) La prise en compte de l âge La théorie du cycle de vie développée par F. Modigliani relie les variations du taux d épargne à l âge de l agent. A chaque âge de la vie correspond un niveau de consommation et des besoins spécifiques. Ainsi, les jeunes ménages épargnant peu, leur revenu est faible, ils empruntent pour se meubler, acquérir leur logement. La retraite est souvent le temps de désépargne, les ménages devant satisfaire certaines consommations (soins médicaux) avec des revenus moindres. 3. Critiques La théorie Keynésienne peut être critiquée. Milton Friedman isole deux types de revenu : - Le revenu permanent, ou la consommation s établit non pas en fonction du revenu courant des ménages, mais en fonction d un revenu annuel moyen estimé par l individu en fonction de ses anticipations (études, revenus futurs ), - Le revenu transitoire qui représente la partie «exceptionnelle» du revenu ; elle peut varier de manière positive (gain au loto) ou négative (impôt exceptionnel). Le comportement du consommateur des ménages est fonction du revenu permanent et non du revenu perçu à un moment donné (revenu transitoire). Une variation du revenu affecte la consommation seulement si elle conduit l agent à réviser son estimation du revenu permanent (situation de chômage de longue durée). Seule est stable la fonction de consommation à long terme : celle qui lie revenu permanent et consommation permanente. D après Milton Friedman, les mesures économiques ponctuelles prises par les pouvoirs publics (allocation exceptionnelle de rentrée scolaire) se révèlent inefficace, car elle constituent un revenu transitoire et ne sont pas intégrées dans leur comportement de consommation par les agents (lesquels raisonnent en revenu permanent). 4. Le partage consommation-épargne dans la réalité Les ménages affectent l essentiel de leur revenu disponible à la consommation. Ainsi, le taux d épargne des ménages est aujourd hui inférieur à 15%, niveau sensiblement inférieur à celui des années soixante-dix. Ainsi, le ralentissement économique semble avoir, comme le prévoit la théorie du revenu permanent, poussé le taux d épargne à la baisse.

5 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 5 LE PARTAGE CONSOMMATION-EPARGNE (en % du revenu disponible) Cependant, pendant la première moitié des années quatre vingt dix, on assiste à un ralentissement de la progression du revenu disponible qui se traduira par un ralentissement de la consommation et une nette remontée du taux d épargne, notamment de l épargne financière. Pour certains, il s agit d un phénomène psychosociologique de saturation, de rejet de la sur consommation. D autres avancent une explication économique lié au niveau global du revenu, jugé insuffisant pour assurer un niveau de demande satisfaisant. La fin des années quatre vingt dix semble marquée par une reprise de la consommation, liée à une accélération des revenus. Il apparaît que l évolution récente du partage consommation-épargne obéit donc, plutôt à une fonction keynésienne. La consommation semble, plus que par le passé, varier en fonction du revenu disponible des ménages. II. La consommation des ménages et sa structure A. Les comportement des ménages et sa structure 1. Le calcul micro-économique du consommateur Pour les néoclassiques, chacun effectue ses choix, sous la contrainte de son budget, en vue de maximiser sa satisfaction globale. Cela suppose que l individu est rationnel, qu il peut établir a priori l ordre de ses préférences entre les différents types de biens proposés à la consommation. L homo oeconomicus qui sert de référence est un être totalement rationnel qui n agit que sous forme de maximisation. Ce calcul pose le prix comme un déterminant essentiel des comportements de consommation. Chaque individu compare l utilité des biens et la désutilité d avoir à payer le prix. Le calcul marginaliste le conduit à consommer tant que l utilité est supérieure au prix. La loi de la demande décroissante, selon laquelle la consommation est une fonction décroissante du prix, découle de l agrégation des préférences individuelles en une courbe collective de demande : plus le prix est élevé, plus le nombre de personnes pour lesquelles l utilité est supérieure au prix est faible. 2. Le dépassement du calcul rationnel Les choix d épargne et de consommation ne sont pas toujours libres et rationnels. L individu tel que le décrivent les néoclassiques n existe pas. Chacun obéit aussi à des pulsions qui peuvent déclencher des achats irréfléchis. Le comportement économique ne peut être entièrement dicté par des calculs. La théorie de la filière inversée de Galbraith pose les producteurs, grâce à la mercatique et à la publicité, comme les principaux responsables de l évolution des préférences des consommateurs.

6 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 6 L observation met en évidence de nouveaux comportements de consommation depuis le début des années quatre vingt dix. Le nouveau consommateur serait plus rationnel, moins sensible à la publicité et plus à la qualité véritable des biens et services. En outre, les choix individuels de consommation font intervenir des critères psychologiques, sociaux, culturels. Au niveau global, la consommation peut aussi être considérée comme un phénomène sociologique, qui s analyse comme un processus continu de différenciation des classes supérieures avec homogénéisation ultérieure, la différenciation se faisant alors sur d autres produits B. Les outils d analyse Les données disponibles sur le budget des ménages, la mise en évidence de leur souhaits et priorité, permettent d expliquer les traits de leur mode de vie présent, mais aussi de dégager certaines évolutions pour l avenir. 1. Les lois d Engel Dés le XIX siècle, un statisticien allemand, Ernst Engel, énonça trois lois relatives à l évolution des différentes catégories de consommation par rapport au revenu. Première loi : la part des dépenses alimentaires dans le budget des ménages diminue au fur et à mesure que le revenu augmente : par t des dépenses alimentaires dans le budget des années cinquante aux années quatre vingt dix : 43% => 19% => la loi est vérifié. Deuxième loi : la part des dépenses d habillement et de logement (y compris l éclairage et le chauffage) dans le budget des ménages est stable lorsque le revenu augmente : - part des dépenses d habillement dans le budget des années cinquante aux années quatre vingt dix : 11% => 6% - part des dépenses de logement dans le budget des années cinquante aux années quatre vingt dix : 17% => 21% => cette loi semble plus contestable. Troisième loi : la part des dépenses consacrées aux besoins d éducation, de distraction, de voyage, d hygiène et de santé s accroît avec la progression du revenu : - part des dépenses de santé dans le budget des années cinquante aux années quatre vingt dix : 6,5% =>10,3% - part des dépenses de loisirs-culture dans le budget des années cinquante aux années quatre vingt dix : 7% =>7,5% => l extrême hétérogénéité des dépenses concernées et des motivations d achat qui en découlent rend cette loi relativement inopérante. Les besoins vitaux de l homme (se nourrir, s habiller ) sont satisfaits prioritairement par des bien qualifiés «d inférieurs» (alimentation notamment). Lorsque le revenu s élève, les dépenses du ménage s orientent vers l acquisition de biens (ou services) «supérieurs», afin de combler des besoins moins essentiels. Cette modification générale de la structure de la consommation ne se vérifie pas à l identique pour l ensemble des ménages compte tenu des priorités et des moyens de chacun. 2. Les élasticités La demande d un bien est liée à son prix et au revenu disponible du ménage. Toutefois, pour une variation de prix identique, la variation de la quantité demandée se révèle plus ou moins importante selon les produits (élasticité prix). On constate le même phénomène pour le revenu (élasticité revenu). a) L élasticité prix Elle mesure la sensibilité de la demande par rapport au prix : E(p) = (variation de la demande /demande) /(variation du prix / prix) Trois situations peuvent se présenter : 1. La demande est élastique au prix lorsqu il suffit d une légère baisse des prix pour provoquer une forte hausse de la demande. E(p) < -1, cela concerne des produits qui ne sont pas nécessaires à la vie courante (voyage, produits de luxe ). 2. La demande est inélastique au prix lorsqu une baisse des prix influe peu sur la demande. E(p) > -1, il s agit de produits nécessaires à la vie quotidienne (sucre, sel, essence ). 3. La demande est isoélastique au prix lorsque la variation du prix agit sur la demande dans des proportions identiques. E(p) = -1.

7 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 7 Dans le cas de biens substituables (café et thé par exemple) et de biens complémentaires (automobile et essence), il est possible de calculer comment la demande du premier bien réagit aux variations de prix du second. On calcule alors une élasticité prix croisé : E(p)c = ( Di/Di) 1 / ( Pj/Pj) 2 b) L élasticité revenu Elle représente la sensibilité de la demande d un bien par rapport aux variations du revenu : E(r) = (variation de la demande/ demande) / (variation du prix/ prix) La notion d élasticité revenu permet une classification des biens : - Des biens inférieurs, ceux pour lesquels la consommation diminue avec l accroissement du revenu tels que les produits alimentaires de base E(r) < 0 - Des biens supérieurs, ceux pour lesquels un revenu croissant induit une augmentation de la demande plus que proportionnelle (il en est ainsi pour les loisirs) E(r) > 1 - Des biens normaux, ceux pour lesquels toute augmentation du revenu implique une hausse de la demande moins que proportionnelle. 0 < E(r) < 1 Les économistes supposent que les besoins sont strictement identiques pour tous les hommes. Or les différences de structure constatées dans les budgets des ménages s expliquent non seulement par des raisons économiques (inégalité des ressources), mais aussi par des raisons sociologiques et culturelles (aspirations individuelles, appartenance à une classe sociale, âge ). 3. Les indicateurs de mesure de la consommation La structure de la consommation désigne la répartition des dépenses de l ensemble des ménages ou de certaines catégories (employés, monoménages ). Un certain nombre d indicateurs permettent de l analyser. a) Les postes de consommation La consommation est répertoriée et ventilée entre plusieurs postes principaux, tels que l alimentation, le transport, le logement On peut signaler l importance du poste logement aujourd hui. b) Les coefficient budgétaires Ils représentent la part d une certaine consommation dans l ensemble des dépenses. Coefficient budgétaire du bien x = dépenses pour x / dépenses totales de consommation c) Le taux d équipement des ménages Il concerne les biens durables et indique la proportion des ménages possédant ce bien. Taux d équipement du bien x = Nbre de ménages possédant x / Nbre total de ménages Les indicateurs reflètent les profonds bouleversement de la consommation des français en cinquante ans, notamment la place budgétaire importante de la santé, des loisirs et de la communication. C. L évolution du mode de consommation Les profondes mutations économiques et sociales enregistrées par la société française ont indéniablement rejailli sur le mode de consommation des ménages. 1 Di = variation de la demande du produit i 2 Pj = variation du prix du produit j

8 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 8 1. Une demande qui stagne La consommation nationale, après avoir connu une très forte croissance pendant les trente glorieuses (elle a été multiplié par trois en volume), plafonne depuis Différents facteurs expliquent cette stagnation : un pouvoir d achat qui progresse peu, un fort taux de chômage restreignant les possibilités d achat, une inflation faible. L inquiétude face à l avenir et des taux d intérêts élevés sont propices à l épargne. 2. Un mode de consommation transformé L observation de la réalité confirme les lois d Engel : la structure de consommation des français s est modifié. La part de la consommation alimentaire et celle de l habillement régressent dans le budget des ménages. Toutefois, se développent l utilisation de plats alimentaires préparés et la restauration à l extérieur du domicile. À l inverse, les français dépensent davantage en santé, transport et communication : l urbanisation, l éloignement grandissant entre le domicile et le lieu de travail, justifient l acquisition d automobiles et l utilisation des transports collectifs. Les postes budgétaires voyages, restaurants, loisirs demeurent stables. 3. Esquisse d un nouveau modèle de consommation La norme de consommation de l après guerre, centrée autour de l acquisition de biens durables et homogènes, semble remise en cause: la demande se porte surtout sur les services et sur des biens personnalisés. a) Une différenciation des consommations L élévation du niveau de vie, un certain resserrement des classes sociales, le développement de l information, entraînent une diversification des modes de consommation. Ceux ci sont moins codifiés et changent très rapidement (modes dans le sport, l alimentaire, les vêtements ) L offre s est d ailleurs diversifiée afin de répondre à cette demande : les fabricants de mobilier, comme ceux de l automobile, multiplient les versions, les coloris, les options. Les typologies de styles de vie (ou sociostyles), élaborées par les professionnels de la mercatique, permettent de cerner et de mieux satisfaire ces consommateurs multiples. b) Une consommation accrue de services Les français consomment toujours plus de services (notamment en matière de loisirs) et surtout des services collectifs (santé, éducation, justice ). En trente ans, la part consacrée par les ménages aux dépenses de santé est passé du simple au triple. La demande de sécurité à l égard des pouvoirs publics ne cesse également de croître. Toutefois, certaines consommation collectives sont satisfaites par le secteur privé enseignement), voire associatif (sport, aides pour la réinsertion). L instauration de l État providence, après guerre, explique néanmoins la grande place du secteur public dans ce domaine. Il semble que la consommation de masse ait vécu et que se mette en place une consommation plus économe, réfléchie et personnalisée. III. Le rôle de l épargne L épargne est une variable essentielle au financement de l économie. Toutefois, selon les comportements des agents, elle prend des formes différentes qui n ont pas le même impact sur l activité. A. Le financement de l économie En fournissant les capitaux nécessaires au financement de l investissement, elle contribue à assurer la poursuite de la croissance de la production et la modernisation des entreprises.

9 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 9 Pendant longtemps, le rapprochement entre agents à besoin de financement (disposant d une épargne insuffisante) et agents à capacité de financement (disposant d un excédent d épargne) s est opéré par l intermédiaire du système bancaire. Celui ci, d une part, recevait l épargne de certains agents et d autre part, prêtait à d autres. Depuis la fin des années quatre vingt, l épargne s est davantage orientée directement vers les marchés financiers. Le financement de l économie est ainsi passé d une économie d endettement à une économie de marché financier. La capacité de financement des différents agents s est sensiblement modifiée depuis Plusieurs évolutions sont à souligner : - Augmentation du taux d épargne des ménages (de 11% à 13%), - Autofinancement élevé des entreprises (supérieur à 100%), - Réduction de l investissement des ménages et des entreprise, - Réduction de la demande de crédits des ménages et des entreprises, - Dégradation de la situation financière des administrations publiques. Malgré de réelles capacités de financement, les entreprises ont donc peu investi, préférant se désendetter ou effectuer des placements financiers plus rémunérateurs. La poursuite d une telle situation nuirait à une évolution dynamique de l économie, ce qui explique les mesures prises par l État pour relancer l investissement et la consommation (primes automobiles, prêt à taux zéro pour l achat de logement ). La baisse des taux d intérêt favorise également la reprise des investissements (c est un critère de convergence prévu par la traité de Maastricht). En revanche, l aggravation des déficits publics (4% du PIB) et, de fait, des besoins de financement de l État, ne sont pas soutenables à terme. Ils accroissent les charges d intérêt supportées par le budget et provoquent «un effet d éviction» des capitaux, qui ne sont plus disponibles pour le financement des entreprises. B. L évolution de l épargne Situé entre 18% et 20% du revenu disponible des ménages pendant les années soixante dix, le taux d épargne chute pendant la première moitié des années quatre vingt pour atteindre 11% en Plusieurs facteurs expliquent cette évolution : - Le ralentissement de l inflation, - La faible progression du pouvoir d achat, - Le partage de la valeur ajoutée favorable aux entreprises (à l inverse des ménages, elles vont accroître leur épargne et leur taux d autofinancement). Le taux d épargne se redresse régulièrement depuis 1989 et se situe à plus de 13% en Deux motifs justifient cette reprise : Motif de précaution : => dégradation du climat économique, => accroissement du chômage, => incertitudes sur le financement des retraites. Motif de placement : => création de nouveaux produits financiers incitatifs (SICAV, FCP, assurance vie, PEP ), => taux d intérêt élevés. Les faveurs des français les portent vers des placements sans risques : plan d épargne logement, livret de caisse d épargne. On constate aussi un engouement certain pour les produits d assurance vie et les placements en

10 LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 10 valeurs mobilières de long terme. Cette allocation de l épargne s explique par un fort désir de liquidités, la volonté de percevoir une rémunération et de bénéficier de faveurs fiscales. ÉVOLUTION DU TAUX D EPARGNE DES MENAGES (en % du revenu disponible brut) ÉVOLUTION DES CAPACITES ET DES BESOINS DE FINANCEMENT (en milliards de francs) Sociétés Ménages Administrations Nation

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) 3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) L analyse de Milton Friedman, et plus précisément celle du courant monétariste ouvre une perspective sur le comportement de demande de

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

Analyse microéconomique

Analyse microéconomique Analyse microéconomique Manuels Perloff J., Microeconomics, 4th Edition Varian H., Introduction à la microéconomie Pindyck R. & Rubinfeld D., Microeconomics Mattei A., Manuel de microéconomie (bureau

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix N 2 Janvier 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Evolution des dépenses contraintes et de

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS

L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS Jacques FRIGGIT Depuis le travail de pionnier réalisé par Gaston Duon dans les années quarante sur le prix des logements à Paris de 840 à 944, la statistique

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION

THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION THEME 1 MENAGES ET CONSOMMATION CHAP 2 LA REPARTITION DU REVENU DISPONIBLE : CONSOMMATION ET EPARGNE 1 D après le Doc 1 Compléter le schéma suivant L'EXEMPLE DU MENAGE LEROY : (Rappel CHAP 1) Le revenu

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Cours d économie générale

Cours d économie générale Cours d économie générale Aurélien Méré Deuxième année de cycle ingénieur Table des matières Répartition et consommation... 3 La répartition... 3 La répartition du produit... 3 La répartition des revenus...

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Chapitre 8 : L'investissement

Chapitre 8 : L'investissement Chapitre 8 : L'investissement I. Investissement source d'accumulation du capital le capital (stock) s'accumule par l'investissement (dépense). A. La notion de capital : Pour la théorie classique, le capital

Plus en détail

B Comment se déterminent la consommation et l épargne?

B Comment se déterminent la consommation et l épargne? B Comment se déterminent la consommation et l épargne? 1 Le partage entre consommation et épargne 1 - L'utilisation du revenu disponible brut (en milliards d'euros et en %) 2003 2005 2007 2009 Revenu disponible

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE PREMIERE L2 SOMMAIRE 1. Budget horaire global 2. calendrier

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

ECOtechnics, lotissement les mimosas, villa n 36, Ben Aknoun ALGER Tel : 213 (0) 21 91 37 22 ou 213 (0) 21 91 32 35

ECOtechnics, lotissement les mimosas, villa n 36, Ben Aknoun ALGER Tel : 213 (0) 21 91 37 22 ou 213 (0) 21 91 32 35 Synthèse de la conjoncture : une année 2003 exceptionnelle et de très bonnes perspectives pour 2004 29 Mars 2004 1. Les résultats de la croissance Les prévisions de clôture pour 2003 du commissariat à

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE Christian BIALÈS Professeur de Chaire Supérieure en Économie et Gestion www.christian-biales.net Ce site se veut évolutif. Pour cela il fait l objet d un enrichissement documentaire

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu Chapitre 16 La monnaie et les marchés des biens et des services Sommaire Xxxxxxxx Les effets des variations monétaires sur le revenu national........ 519 Les effets sur la monnaie des variations sur le

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014.

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014. Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014 22 mai 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par le Gouvernement

Plus en détail

Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique

Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique 40 Partie I Données de cadrage Indicateur n 9 : Coût des différents modes de garde «formels» pour les finances publiques Sous-indicateur n 9-1 : Au niveau microéconomique Ventilation de la charge d une

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS

CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS Selon Hicks, le rev est ce qu un agent éco peut consommer au cours d une période donnée, sans s appauvrir, sans entamer la valeur de son patrimoine (= sans

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail