Propension moyenne et marginale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Propension moyenne et marginale"

Transcription

1 Propension moyenne et marginale

2 Les ménages utilisent leur revenu soit pour consommer (tout de suite), soit pour épargner (et consommer plus tard). On appelle propension moyenne à consommer (PMC) la part de leur revenu que les ménages consacrent à leur consommation immédiate. Inversement, la propension moyenne à épargner (PME) est la part que les ménages épargnent.

3 Exemple: M. X, dont le revenu est de 1000 par mois, dépense ce mois-ci 400 de loyer, 200 de nourriture et 100 de loisirs, soit 700 au total. Sa propension moyenne à consommer sera donc 700/1000=0,7 soit 70% Sa propension moyenne à épargner est alors 0,3 soit 30%. On remarque que PMC = 1 - PME

4 La question est maintenant de savoir comment évoluer la PMC et la PME. Pour cela, on utiliser un autre instrument, appelé la propension marginale à consommer (PmC) et la propension marginale à épargner (PmE). Supposons une augmentation du revenu de r. Une partie de ce nouveau revenu sera consacré à la consommation (c), et l autre à l épargne (s).

5 La PmC sera alors c/r, et la PmE, s/r Sachant que c+s=r, on aura PmC + PmE = 1 Pour savoir si la PMC est croissante ou non par rapport au revenu, c est-à-dire si la part du revenu consommé est plus élevé ou moins élevé lorsqu on est riche que lorsqu on est pauvre, on compare PMC et PmC. Si PMC > PmC, alors la PMC est décroissante (et donc la PME est croissante) Si PMC < PmC alors la PMC est croissante (et donc la PME décroissante Enfin, si PMC = PmC, PMC et PME sont constantes.

6 Généralement, PmC et PmE sont positives et stables. De plus, d après la loi psychologique fondamentale de Keynes, PmC < 1 «en moyenne, et la plupart du temps, les hommes tendent à accroître leur consommation à mesure que leur revenu croît mais non d'une quantité aussi grande que l'accroissement du revenu.» Donc 0<PmC<1 Idem pour PmE

7 Cependant, cette règle est valable à long terme, mais à court terme, il peut y avoir des exceptions. Supposons qu un individu reçoive une prime de 1000, et qu il souhaite en profiter pour s acheter un écran plasma à On aura r = 1000 et c= 1200 donc PmC = 1,2 PmC > 1 Mais c est ponctuel, il ne s achètera pas un écran plasma à chaque prime!

8 Kuznets montre en 1946 que si la PMC est stable sur le long terme, elle varie dans le court terme. Explication de Thomas Brown en 1952: Lorsque les revenus baissent, la consommation tend à rester la même. Les consommateurs fixent souvent leur comportement de consommation sur le revenu le plus élevé qu'ils ont connu pour conserver leur mode de consommation. La consommation actuelle dépend des habitudes de consommation antérieures.

9 Les PME de plusieurs pays en 1994 et en 2006 Pays PME en 1994 PME en 2006 Union Européenne 25% 20% Japon 27% 25% Chine 50% 50% USA 5% -1% Les ménages US dépensent plus qu ils gagnent.

10 Comment s explique cette baisse de la PME? Une part de la réponse tient dans l augmentation du «consumérisme». De plus en plus, les gens souhaitent avoir ce que le voisin a. Anecdote : Observer la taille des placards dans les maisons et appartements, au plus ils sont récents, au plus les placards sont grands. Adaptation aux modes de consommation de la société.

11 Autre réponse : la facilité avec laquelle on peut souscrire un prêt à la consommation. Aux USA, on compte en moyenne 6 cartes de crédit par ménage. En 2005, les ménages US ont reçu 6 milliards de courriers de proposition de carte de crédit. Le phénomène est moins répandu en France, mais les offres publicitaires pour les crédits sont tout de même très importants.

12 Pourtant, il serait préférable de savoir se constituer une épargne de précaution, en cas de coup dur. Or, les ménages ont de plus en plus de mal à épargner une partie de leur salaire. Pourquoi tant de ménages ayant une situation se retrouve-t-il surendettés? Pourquoi sommes-nous incapables de nous contrôler face à la tentation?

13 On a vu précédemment comment l excitation pouvait nous détourner de notre intérêt réel. Comment on succombe à une pub pour des vacances? Pourquoi on arrête un régime à midi alors qu on s était juré de le tenir le matin même? Difficile d appliquer à chaud les décisions prises à froid. Idem pour la pub.

14 Chaque année, en début de semestre, beaucoup étudiants se promettent d être sérieux, pour réussir les examens sans aller au rattrapage. Assister sérieusement aux cours Faire les exercices Réviser tout au long de l année Et pourtant

15 Dan Ariely a mené une expérience sur ses étudiants. Ils devaient, au cours du semestre, rendre 3 devoirs. Question sur la date de remise des devoirs. Ariely demande au premier groupe de choisir une date de remise de chacun des 3 devoirs, puis de s y tenir. Chaque retard d un jour par rapport à la date fixée diminue la note d un %.

16 Remarque: pas de point bonus si le devoir est rendu en avance. Conclusion des étudiants : la meilleure date de remise serait la date la plus tardive (la fin du semestre) pour chaque devoir! Chacun est libre de rendre le devoir avant s il le souhaite. Choix qui offre le plus de liberté. Et donc choix rationnel à condition de ne pas succomber à la tentation de la procrastination!

17 Mais plusieurs étudiants de ce groupe ayant conscience de leur défaut ont choisi un système. Certains ont choisi de rendre leur devoirs à intervalle régulier. Ainsi, il se force à faire le premier devoir plus tôt. D autres se sont laissés un peu de marge. D autres ont opté pour la fin du semestre.

18 Le deuxième groupe d étudiants a une liberté totale, les devoirs peuvent être rendus n importe quand (avant la fin du semestre quand même). Le 3eme groupe se voit imposé ses dates de remise de devoirs respectivement à la 4eme, à la 8eme et à la 12eme et dernière semaine. Pas de discussion possible, pas de décision des étudiants dans ces 2 cas.

19 Résultats: Le groupe ayant eu les meilleurs résultats est le groupe 3, à qui on a imposé les dates. Le groupe 1, qui a choisi ses dates, vient en second. Et évidemment, le groupe 2, qui avait liberté totale pour la remise des devoirs, arrivent en dernier.

20 Conclusion de l expérience: 1) Les étudiants ont tendance à remettre au lendemain les révisions et les devoirs à rendre. 2) Pour guérir ce mal, être dictatorial est efficace. 3) Si les étudiants ont la possibilités de s engager sur une date, ils obtiennent de meilleurs résultats. Conscience de leurs défauts.

21 En étudiant plus attentivement les résultats du 1 er groupe, on voit bien que ce sont les étudiants qui ont choisi les dates les plus espacées qui ont eu les meilleurs résultats (les mêmes que ceux du groupe 3), alors que ceux qui ont choisi la fin du semestre ont eu des résultats semblables aux étudiants du groupe 2. La conscience de son défaut et la possibilité d un pré-engagement permettent d améliorer les résultat.

22 Ces résultats sont-ils applicables à d autres domaines de la vie? Domaine de la santé Economies Mais sont-ils réalisables? Possibilité de forcer les gens à s engager? Possibilité de les inciter à s engager par euxmêmes?

23 En santé plus qu ailleurs, il vaut mieux prévenir que guérir. Aussi bien pour la santé de l individu malade que pour la Sécurité sociale. Pour prévenir, il faut faire des examens. Ses examens sont souvent soit douloureux, soit désagréables Ex: mammographie, coloscopie, même prise de sang Donc, tendance à repousser ces examens

24 Mais imaginez le nombre de vies sauvées (et les économies réalisées) si les gens suivaient le protocole des examens à la lettre. Les résultats seraient impressionnants! Comment y parvenir? Option dictatoriale. La police vérifierait que vous avez bien fait vos examens, et sanction (amende ou prison) si non-respect du protocole. Peu réaliste.

25 La société nous impose certains choix pour préserver notre santé. Interdiction des drogues Obligation de boucler notre ceinture Alimentation dans les écoles Possible mais coûteux! Et l idée de devoir présenter nos résultats de coloscopie à la police est peu réjouissant

26 Proposition alternative: donner volontairement une caution de 100 au médecin qui prescrit l examen, qui ne sera rendue qu une fois l examen effectué. Plusieurs personnes, sachant que si elles ne versent pas la caution, remettront l examen à plus tard, pourraient accepter. Solution peu coûteuse et efficace.

27 Il serait également efficace de rendre les protocoles plus simples et plus lisibles. Exemple des voitures et des révisions à intervalles réguliers. Efficace car les pièces auto n ont pas besoin d être changées à la même fréquence. Augmentation des entretiens de 40% lorsque Ford mit ce système d entretien à échéances constantes au point.

28 On pourrait faire la même chose avec la santé. À 40 ans, on fait les examens de recherche de cancer du foie et du sein (fréquent à cet âge), À 50 ans, encore le sein et le cholestérol. A 60 ans, Alzheimer et le cancer de la prostate Actuellement, plus simple de commander un menu chez Mc do que de planifier ses examens médicaux.

29 Dans le livre de Orwell, 1984, l Etat (dictateur extrême) interdit aux gens de dépenser. Ce serait efficace pour régler le problème de surendettement Mais difficile à mettre en œuvre, et peu pratique! Autre technique : le verre congelé. On met sa carte bancaire dans un verre d eau, qu on met au congélateur

30 Autre technique : le pré-engagement, en utilisant la honte. Imaginer une carte bancaire qui, lorsqu on dépasse un plafond de dépense pour un poste particulier, envoie une lettre (ou un ) à votre mère ou votre conjoint pour l en avertir.* Imaginez la honte «Madame X, votre fils/fille a dépense 100 de téléchargement de films X, dépassant de 50 le plafond prévu.»

31 Ce type de carte est techniquement possible à créer. Beaucoup de gens, ayant des problèmes à restreindre leur budget, (vêtement, voyages, sorties ) pourrait se pré-engager. On éviterait ainsi beaucoup de cas de surendettement, ou de décisions d achat prises dans un moment d excitation.

32 Les banques se sont montrées intéressées par ce type de cartes. Elles perdent en effet de l argent lorsqu un ménage est en surendettement. La crise de 2008 aurait pu être évitée avec ce système. Inciter les ménages à se pré-engager pourrait être bénéfique pour tous.

33 On a tous des problèmes de maitrise de soi. Un système dictatorial pourrait résoudre ces problèmes. Mais ce système peut souvent être coûteux et peu souhaitable (sauf pour les étudiants). Un mécanisme de pré-engagement pourrait être une solution satisfaisante pour tous. Notamment dans le domaine de la santé et de l épargne.

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine Édition 2013 Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine 1 2 Placer son épargne pour financer ses projets 05 Se constituer une épargne de précaution Acquérir

Plus en détail

Le Salaire-Jeunesse. A partir de 12 ans: le salaire-jeunesse, la meilleure alternative à l argent de poche K I N R - C A S D E

Le Salaire-Jeunesse. A partir de 12 ans: le salaire-jeunesse, la meilleure alternative à l argent de poche K I N R - C A S D E D E Le Salaire-Jeunesse pour les enfants K I N R - C A S H A partir de 12 ans: le salaire-jeunesse, la meilleure alternative à l argent de poche Apprendre à gérer l argent doit être intégré dans l apprentissage

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Enseignant : Rémy Oddou code examen:. UPC-S2-A-2013-14 QCM : 1 seule bonne réponse parmi les 4 proposées. 1 point par bonne réponse,

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé, une

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé, une Mini-guide téléchargé depuis le site www.lesclesdelabanque.com - e-mail : cles@fbf.fr Mini-guide n 25 - Nouvelle éditon - Mars 2011 La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

La Convention AERAS. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Septembre 2011

La Convention AERAS. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Septembre 2011 025 La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Les Mini-Guides Bancaires Septembre 2011 4 6 10 14 18 22 26 28 30 34 38 Sommaire Introduction Qui est concerné et qu est-ce

Plus en détail

Tenir un budget Acétates

Tenir un budget Acétates Troisième leçon Tenir un budget Acétates Le processus budgétaire Première étape : Évaluer sa situation personnelle et financière (besoins, valeurs, situation de vie). Deuxième étape : Se fixer des objectifs

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Connaître vos revenus et vos dépenses

Connaître vos revenus et vos dépenses Connaître vos revenus et vos dépenses NIVEAU 9-12 La présente leçon donnera l occasion aux élèves d examiner leurs revenus et leurs dépenses, et d apprendre à établir un budget. Cours Initiation aux affaires

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour INTRODUCTION Je remercie la région Rhône-Alpes pour m avoir permis d effectuer ce stage dans de bonnes conditions, grâce au soutien non négligeable qu a représenté la bourse Explor

Plus en détail

Apprentissage autonome (Étude Indépendante)

Apprentissage autonome (Étude Indépendante) PRÉDIRE DES DÉPENSES FUTURES Apprentissage autonome (Étude Indépendante) Géométrie et Applications 111/112 Nom : Tu passes de nombreuses heures à planifier ton avenir et à t imaginer ce que sera ta vie

Plus en détail

La Convention AERAS. Nouvelle édition Mars 2011. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé)

La Convention AERAS. Nouvelle édition Mars 2011. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite 1er juillet 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FICHE TECHNIQUE Étude réalisée pour CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

N 482 - Mai 2013 Les Français face à la baisse de leur pouvoir d achat

N 482 - Mai 2013 Les Français face à la baisse de leur pouvoir d achat 1 N 482 - Mai 2013 Les Français face à la baisse de leur pouvoir d achat Les résultats présentés dans ce document sont issus d un échantillon de 1 332 individus, représentatif de la population française

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»?

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»? Centre Européen des Consommateurs Luxembourg CREDIT «FACILE»? GIE 2009 CREDIT «FACILE»? Cette brochure vise à informer le consommateur, au moyen de conseils et informations pratiques, sur les droits et

Plus en détail

La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé)

La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) SEPTEMBRE 2015 N 25 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé)

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Connaître vos flux de trésorerie. Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Connaître vos flux de trésorerie. Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : connaître leurs besoins et leurs désirs, les comprendre et les distinguer; établir un budget.

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pourquoi et

Plus en détail

IUT de Cergy-Pontoise. Economie Semestre 1. Thème de TD n 1 : Les principes

IUT de Cergy-Pontoise. Economie Semestre 1. Thème de TD n 1 : Les principes IUT de Cergy-Pontoise Année universitaire 2013-2014 Economie Semestre 1 Jean-Baptiste Fleury Thème de TD n 1 : Les principes A. Coûts d opportunité Exercice 1 * Pour chaque situation, calculez le coût

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Petit guide pratique du taux d endettement

Petit guide pratique du taux d endettement Petit guide pratique du taux d endettement Sommaire 1. Le taux d endettement, c est quoi? 2. Comment calculer votre taux d endettement? 3. Pourquoi évaluer votre taux d endettement? 4. L intérêt du calcul

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?»

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Forum œcuménique Monde du travail, Yverdon 27 octobre 2012 «Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Introduction Deux questions avaient été envoyées aux participants pour préparer la discussion

Plus en détail

Mini-guide n 25 - Septembre 2011

Mini-guide n 25 - Septembre 2011 Mini-guide téléchargé depuis le site www.lesclesdelabanque.com - e-mail : cles@fbf.fr Mini-guide n 25 - Septembre 2011 La Convention AERAS La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s 024 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES?

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES? INC document FICHE PRATIQUE J. 196 Août 2011 LE PRÊT PERSONNEL Vous souhaitez emprunter une somme d argent pour en disposer librement, sans qu elle ne soit affectée à un achat déterminé? Orientez-vous

Plus en détail

La Convention AERAS (S Assurer et Emprunter avec un Risque Aggrave de Sante )

La Convention AERAS (S Assurer et Emprunter avec un Risque Aggrave de Sante ) La Convention AERAS (S Assurer et Emprunter avec un Risque Aggrave de Sante ) L assurance emprunteur vous protège, vous et votre famille : en cas de décès, d accident ou de maladie, elle prend en charge

Plus en détail

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé,

Pour faciliter l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé, Mini-guide téléchargé depuis le site www.lesclesdelabanque.com - e-mail : cles@fbf.fr Mini-guide n 25 - Janvier 2007 La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Pour faciliter

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

La Convention AERAS. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Septembre 2011

La Convention AERAS. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Septembre 2011 Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, décembre 2009 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

La Convention AERAS. www.lesclesdelabanque.com. Janvier 2007. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) LES MINI-GUIDES BANCAIRES

La Convention AERAS. www.lesclesdelabanque.com. Janvier 2007. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) LES MINI-GUIDES BANCAIRES 025 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

le 17 octobre 2011 MC

le 17 octobre 2011 MC le 17 octobre 2011 MC Solution recommandée Votre objectif en matière de réduction de dettes : Accroître mes liquidités en réduisant le montant de mes paiements de dettes. Vous avez dit vous sentir plutôt

Plus en détail

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 premium banking Conseil Anlageberatung, financier global Vermögensverwaltung, Finanzierung Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 Se poser en partenaire solide

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement

Maîtriser son taux d endettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 8 Maîtriser son taux d endettement

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

CHARTE DE VIE DE L INTERNAT

CHARTE DE VIE DE L INTERNAT Internat SUGER 11, sente de l Abbé SUGER/ 8 rue Yves du Manoir 92420 VAUCRESSON Ligne directe : 01 47 41 81 22 Standard : 01.47.41.10.44 Directrice internat : v.lamalle@ecole-suger.com CHARTE DE VIE DE

Plus en détail

ÉPARGNE Fiche de travail

ÉPARGNE Fiche de travail Questions de compréhension Exercice 1 Le schéma ci-après représente les budgets de Catherine, de Fred et de Louane. Laquelle de ces trois personnes a un budget équilibré, un budget présentant un excédent

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

Epargne salariale et actionnariat : quelques repères

Epargne salariale et actionnariat : quelques repères Epargne salariale et actionnariat : quelques repères Implication des salariés au capital des entreprises : renforcer l épargne salariale par un renforcement des incitations fiscales pour les entreprises

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Se créer une paye de retraite MC. Maximisez votre revenu mensuel de retraite. le plan du groupe investors

Se créer une paye de retraite MC. Maximisez votre revenu mensuel de retraite. le plan du groupe investors le plan du groupe investors s enrichir protéger épargner profiter partager Vous avez une vision pour votre retraite. Mais vous ne savez pas quelle sera votre paye de retraite, ni de combien vous aurez

Plus en détail

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8 LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Dépenser : se comporter en consommateur avisé Organiser Ajuster : réagir rapidement aux événements son Budget Sommaire Les supports proposés...2 Échéancier....3-6

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

Gérer son budget, les bons réflexes

Gérer son budget, les bons réflexes GUIDE PRATIQUE Gérer son budget, les bons réflexes PRÉVOIR VOTRE BUDGET MAÎTRISER VOTRE BUDGET GÉRER VOTRE ARGENT ET VOS PROJETS ON A TOUS BESOIN DE CONSEILS POUR SON BUDGET L argent participe au bonheur

Plus en détail

FORMALITES A ACCOMPLIR SUITE A UN DECES

FORMALITES A ACCOMPLIR SUITE A UN DECES Document réalisé avec la collaboration du bureau ARCEA Valduc FORMALITES A ACCOMPLIR SUITE A UN DECES Avant toute démarche, prendre connaissance - s il y a lieu - du contrat assurance obsèques. I FORMALITES

Plus en détail

Le Guide du. Dirigeant de PME-PMI. Meilleures options. juridiques, fiscales et sociales EXTRAIT DE LA TABLE DES MATIÈRES

Le Guide du. Dirigeant de PME-PMI. Meilleures options. juridiques, fiscales et sociales EXTRAIT DE LA TABLE DES MATIÈRES Le saviez-vous? Les entreprises doivent intégrer à leur rapport de gestion des informations en matière d environnement et d économies d énergies. Chapitre 9.7 Les avantages en nature étant considérés comme

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

http://www.a2c-31.com Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers

http://www.a2c-31.com Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers Merci de compléter les tableaux suivants pour vous garantir un maximum d'informations en un minimum de temps à l'avenir Si possible, indiquez les dates de fin

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

Accueil de Loisirs sans hébergement 3-15 ans / Petites Vacances Règlement intérieur

Accueil de Loisirs sans hébergement 3-15 ans / Petites Vacances Règlement intérieur Accueil de Loisirs sans hébergement 3-15 ans / Petites Vacances Règlement intérieur La Communauté de Communes du Pays Bilurien organise un Accueil de Loisirs pour les petites vacances scolaires. Il est

Plus en détail

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget.

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Votre partenaire Budget Ce guide vous est offert Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Pourquoi? Parce que sans cette étape, il n est pas possible de bien gérer son compte bancaire

Plus en détail

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire

Dix conseils pratiques pour gérer au mieux son compte bancaire Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit

Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit En Suisse, la majorité des détenteurs de cartes de crédit utilise au moins une fois par semaine ce moyen de paiement. Comment les consommateurs

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

Prêt immobilier. Foncier Objectif i. Un taux attractif. Des mensualités sécurisées. Des conditions rêvées pour devenir propriétaire

Prêt immobilier. Foncier Objectif i. Un taux attractif. Des mensualités sécurisées. Des conditions rêvées pour devenir propriétaire Prêt immobilier Un taux attractif Des mensualités sécurisées Foncier Objectif i Des conditions rêvées pour devenir propriétaire Des conditions rêvées pour devenir propriétaire Pour votre nouveau logement,

Plus en détail

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper!

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Recherche et rédaction Julien Michaud (Autorité des marchés financiers) Collaborateurs Vincent Ardouin (Cégep Marie-Victorin) Marylaine

Plus en détail

Finanzführerschäin. Maison des jeunes Am Quartier

Finanzführerschäin. Maison des jeunes Am Quartier Finanzführerschäin Maison des jeunes Am Quartier 17 mars 2015 Table des matières 1. Qu est-ce qu une transaction? Les notions de «bien» et «service»... 3 2. Qu est-ce qu une dépense? Les notions de besoins

Plus en détail

Présentation par Andrea Poole. Un séminaire parrainé par Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada)

Présentation par Andrea Poole. Un séminaire parrainé par Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) Présentation par Andrea Poole Un séminaire parrainé par Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) Ordre du jour Introduction Qu est-ce que la littératie financière? Pourquoi la littératie

Plus en détail

Guide du crédit à la consommation

Guide du crédit à la consommation Guide du crédit à la consommation Ce qu il faut savoir avant de s engager Sommaire Le crédit à la consommation, qu est-ce que c est?... page 4 Ce qu il faut savoir avant de s engager...page 12 Que faire

Plus en détail

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix N 2 Janvier 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Evolution des dépenses contraintes et de

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail