Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1"

Transcription

1 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 L initiative socialiste pour des impôts équitables soulève des discussions souvent quérulentes entre défenseurs de l initiative et opposants. Tentons d y voir clair en analysant la situation de l impôt sur le revenu dans le canton de Fribourg. Rappelons d abord les caractéristiques de l impôt sur le revenu, la distinction entre taux moyen et taux marginal d impôt et le contenu de l initiative. L impôt sur le revenu L impôt sur le revenu que chacun paie (T) repose sur la formule simplifiée: T = t [R (D 1, D 2, D 3, )] (K canton + K commune + K paroisse ). Cette formule correspond à la déclaration d impôt: R est la somme des revenus soumis à l impôt (salaire, intérêt de l épargne, dividendes, etc) ; D sont les déductions possibles selon la situation de chaque contribuable ; t est le taux légal de l impôt (selon que le contribuable est célibataire ou marié). Le tout est multiplié par le coefficient d impôt du canton (100% en 2010 pour l impôt cantonal), de la commune de domicile et de la paroisse de référence. Le coefficient communal se calcule en franc d impôt communal par franc payé au canton : par exemple 0.85 signifie que l impôt communal sera égal au 85% du montant de l impôt cantonal. Le taux marginal et le taux moyen Le taux moyen de l impôt met en relation l impôt total payé et le revenu imposable. Par exemple, pour un revenu imposable de 60'000 francs, un contribuable célibataire paie 5'335 francs d impôt cantonal avec un coefficient de 100%. Le taux moyen du barème est ainsi de 5'335 : 60'000 francs = ou 8.892%. Bien entendu, il faut aussi tenir compte du coefficient communal et paroissial. Si le coefficient communal est de 0.85 et le coefficient paroissial de 0.05, il faut ajouter 0.90 (ou 90%) pour trouver le taux moyen. Il sera de (canton) + (0.892 x 0.85 pour la commune) + (0.892 x 0.05 pour la paroisse) = 16.89%. Le taux marginal correspond à l impôt supplémentaire à payer si le revenu imposable change d un montant, en plus ou en moins. Ainsi, dans l exemple : que se passe t il si le salaire augmente de 60 à 70'000 francs. Le nouvel impôt à payer est de 6'687 francs pour le canton. On peut donc calculer le taux marginal : pour 10'000 francs de revenu supplémentaire, l impôt à payer en plus est de 6'687 (le nouvel impôt) 5'335 (le montant payé avant) = 1'352 francs. Le taux marginal est calculé ainsi : augmentation de l impôt sur augmentation du revenu = 1'362 francs divisé par 10'000 = 13,52%. On peut le comparer au taux moyen, calculé comme avant : francs d impôt cantonal pour 70'000 francs de revenu = 9.55%. Pour avoir un barème progressif, le taux marginal doit être supérieur au taux moyen. L encadré 1 montre la situation du barème fribourgeois. Le coefficient de référence est de 1.0 ou 100%. Le taux moyen est de 13,50% dès francs ; c est aussi le taux marginal dès ce seuil. En d autres termes, dès 204'000 francs, l impôt fribourgeois sur le revenu est proportionnel. Le schéma compare les deux taux dans le système actuel.

2 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 2 Encadré 1 Barème légal des taux Fribourg 2009 revenu impôt Coefficient imposable taux taux personne cantonal en 1000 moyen marginal seule = 1 francs '330 1' '819 1' '327 2' '880 2' '487 3' '101 4' '335 5' '687 6' '084 8' '418 9' '825 10' '273 12' '784 13' '351 15' '952 16' '613 18' '268 20' '614 23' '230 25' '878 26' '750 33' '500 40' '250 47' '000 54' '750 60' '500 67'

3 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 3 Figure 1 Comparaison du taux moyen et du taux marginal dans le barème légal FR 2009

4 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 4 Comme l initiative parle également de «concurrence fiscale», la figure 2 donne une simple comparaison des barèmes légaux des taux dans quatre cantons : Fribourg, Tessin, Schwyz et Nidwald. La Figure 2 rend apparent la question au cœur de l initiative, celle des disparités dans les barèmes cantonaux des taux de l impôt sur le revenu. Deux remarques cependant : (1) il s agit ici du barème du contribuable seul, célibataire (et non celui du couple marié ou de la personne seule vivant avec un enfant ou une autre personne à charge) ; (ii) le barème légal donne une image formelle de la fiscalité : il faut encore le multiplier par le coefficient cantonal (actuellement 1.00 à FR et TI ; 1.2 à SZ et 2.63 à NW). Figure 2 Comparaison du taux moyen et du taux marginal dans 4 barèmes cantonaux 2009

5 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 5 L initiative socialiste pour des impôts équitables En ce qui concerne l impôt sur le revenu, l initiative demande (Cst art. 129 titre, et al. 2 bis nouveau) : a) pour les personnes seules, le taux marginal des impôts cantonaux et communaux sur le revenu grevant la part du revenu imposable dépassant 250'000 francs doit se monter globalement à 22% au moins (ligne rouge dans la Figure 1); b) pour les couples imposés conjointement et les personnes seules qui vivent en ménage commun avec des enfants ou des personnes nécessiteuses, les montants valables pour les personnes seules peuvent être augmentés ; c) le taux moyen de tout impôt direct prélevé par la Confédération, les cantons et les communes ne doit pas diminuer avec l augmentation du revenu imposable. Dans la logique de l initiative, ces règles devraient produire des revenus fiscaux supplémentaires. Ainsi, dans les dispositions transitoires, l initiative prévoit qu après le délai de 3 ans donné aux cantons pour adapter leur législation, «les cantons qui on dû adapter leurs barèmes et leurs taux sur la base de cet article versent, en prélevant sur les recettes fiscales supplémentaires qui résultent de cette adaptation, des contributions supplémentaires à la péréquation financière entre les cantons pendant une durée fixée par une loi fédérale». Solutions et difficultés en cas d acceptation de l initiative Contrairement à l argument souvent entendu que le canton de Fribourg ne serait pas touché, l initiative, créerait des problèmes de mise en œuvre. Selon le barème contenu à l article 37 de la loi du 6 juin 2000 sur les impôts cantonaux directs, le taux marginal est de 13,5% dès 203'900 francs. C est donc insuffisant pour respecter la règle de 22% à la marge dès un revenu de 250'000 francs ; une adaptation est nécessaire. Il y a trois possibilités de se conformer à l initiative : (1) ajuster le coefficient communal (K commune ), (2) ajuster le coefficient cantonal (K canton ) et (3) modifier le barème «t» dans la formule de l impôt. Solution 1 : l ajustement des coefficients communaux En admettant le barème légal des taux inchangé (avec la limite du13.5%) et le coefficient d impôt cantonal à 1.0 ou 100%, l ajustement devrait se faire par le coefficient communal pour combler la différence du taux marginal entre 22% et 13,5%, soit 8.5%. Pour cela, il faudrait que le coefficient communal soit égal à [(100 : 13.5)x 8.5] = 63 (arrondi), soit 0.63 franc par franc d impôt selon le barème légal. Dans ce cas, les 12 communes qui appliquent actuellement un coefficient d impôt inférieur à 0.63 par franc payé à l Etat devraient corriger leur coefficient à la hausse Greng Ferpicloz Muntelier Delley Portalban Chésopelloz Meyriez Büchsel Haut Vully Gletterens Kleinbösingen Bas Vully Courgevaux

6 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 6 Cette solution a trois conséquences. Premièrement, la législation cantonale devrait introduire une tutelle fiscale sur les communes. Actuellement ces dernières décident souverainement leur coefficient avec comme seul objectif d équilibrer le budget et le compte de fonctionnement (loi sur les communes). Demain, elles devraient respecter un coefficient minimal pour atteindre le 22% taux marginal pour un motif qui ne concerne pas leur budget mais pour un objectif d équité. Dans le système actuel, l équité est obtenue pas le barème des taux et les montants des déductions. Deuxièmement, le coefficient minimal ainsi introduit n est pas fixe, mais varie selon la décision cantonale : ainsi, avec K canton = 1.05, le coefficient communal minimal serait de 0.58 au lieu de 0.63 ; avec 1.10, il serait de Comme on le verra dans la solution 2, le coefficient cantonal a varié durant ces dernières années. On introduit ainsi une externalité verticale dans le système : la décision du canton influence la décision communale pour une raison autre que les options de gestion décidées par la commune. Enfin troisièmement, une commune ne peut pas relever son coefficient d impôt seulement pour des revenus à partir de 250'000 francs. Cela signifie que tous les contribuables, y compris ceux qui ont des revenus plus modestes, seraient touchés par la hausse de l impôt. Or, on ne peut pas confondre la capacité financière de la commune comme entité de droit public (prise en compte dans la péréquation des ressources) et les capacités contributives individuelles de leurs habitants. On peut être riche dans une commune pauvre et pauvre dans une commune riche. Politique péréquative et politique redistributive ne se résolvent pas par les mêmes instruments. Se pose également la question de l utilisation des ressources supplémentaires ainsi obtenues : sont elles redistribuées intra muros, mais selon quels critères ; vont elles, dans l esprit de l initiative, s ajouter aux moyens péréquatifs dans la péréquation entre les communes du canton? Solution 2 : l ajustement du coefficient cantonal Le coefficient est le multiplicateur du barème des taux inscrit dans la loi : pour le canton, il est actuellement de 1.00 et correspond à l application directe du barème légal sans surplus ni réduction. En relevant le coefficient cantonal à 1.05, par exemple, le taux marginal pour 250'000 francs passerait de 13.5% à (13.5% x 1.05) = %. Cette solution comporte deux conséquences. Premièrement, comme pour les communes, il ne peut y avoir qu un seul coefficient pour tous les revenus. Augmenter le coefficient cantonal correspond à une hausse générale de l impôt pour tous et pas seulement les revenus supérieurs à 250'000 francs, dans toutes les communes, et pas seulement dans celles qui seraient concernées parce que leur coefficient communal est trop bas. Cette solution n est probablement pas réalisable politiquement : on voit mal le canton infliger une hausse d impôt à tous les contribuables et toutes les communes non concernées. D autre part, deuxième conséquence, en relevant le coefficient d impôt, le canton se trouverait dans une position fiscale défavorable en comparaison aux autres cantons. Or, ce n est pas Fribourg qui est visé par l initiative. De plus, durant ces dernières années, Fribourg a fait un effort considérable pour réduire la charge d impôt des contribuables (voir l encadré 2). Cette solution entraînerait un recul de la politique fiscale suivie par le canton.

7 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 7 Encadré 2 Modifications de l impôt sur le revenu intervenues depuis 2001 Modification de l impôt sur le revenu Déductions pour enfants (8,7 mios), pour frais de garde (2,8 mios), pour double activité des 2001 couples mariés (1,4 mio), pour assurance et épargne (1 mio); Splitting monoparental (0,5 mio) Réduction pour les couples mariés et les familles 2004 Modification des déductions sociales pour enfants et suppression de l impôt minimal ( mios); Modification des paliers du barème (10 mios) Correction de la progression à froid (ajustement de 2,6 %) 2009 Impôt sur les personnes physiques (ajustement suppl. de 2,6 à 4%) 2009 Déductions pour enfants et frais de garde francs chacun 2009 Seuil pour le contribuable de revenu modeste + 16,5 % 2009 Augmentation des déductions fiscales pour enfants (+1000 francs) et des frais de garde ( francs) Allégement de l'imposition des prestations en capital provenant de la prévoyance (paliers 2010 augmentés de 10'000 francs) Abrogation de la pratique Dumont ("l'acquéreur d'un immeuble ne peut pas déduire les frais 2010 d'entretien de son immeuble dans les 5 ans suivant l'achat si ces frais sont engagés pour un immeuble dont l'entretien a été négligé par l'ancien propriétaire) Amélioration du splitting pour les couples mariés (baisse du taux de 56% à 50%) 2011 Ajustement du barème des taux Étirement de 3 % des paliers du barème (6 mios); 2001 Modification de 2 % des paliers du barème (prévue pour 2003, mais repoussée à 2005) 2005 Mise en place du réseau hospitalier fribourgeois, le coefficient d'impôt passe à 108,90 points 2007 Diminution de la charge fiscale: coefficient % ramené à 106,6 % 2007 Réduction de la cote cantonale de 106,6 % à 103 % 2008 Réduction de la cote cantonale de 103 % à 100 % 2009 Solution 3 : la correction (partielle?) du barème des taux La troisième solution possible touche au barème des taux contenu à l article 37 de la loi cantonale sur les impôts directs. Dans ce cas, il faut faire une hypothèse concernant les coefficients d impôts. Admettons que le canton garde un coefficient de 1.00 et prenons le coefficient moyen de l ensemble des communes, arrondi à Avec ces coefficients et le barème actuel, le taux moyen et marginal à 250'000 francs est de % (13,50% pour le canton et 13,50x 0.90= 12.15% pour une commune). Dans ce cas, il faut un coefficient communal de 0.63 permettrait d obtenir un taux marginal de 22% à 250'000 francs. Dans la solution 1, douze communes sont touchées. Toutes les autres communes dépasseraient le seuil de 22%, comme on le voit : de 3.65% en moyenne. A partir de ce point, deux réflexions sont possibles. [1] Premièrement, laisser le barème en l état. Mais alors, il faut résoudre la question des douze communes avec un coefficient inférieur à [2] L autre piste consisterait à admettre que le 22% deviennent la norme. On peut émettre l hypothèse que les cantons avec une charge fiscale inférieure actuellement ceux visés directement par l initiative ne vont pas aller au delà de cette norme. Si les autres cantons veulent rester concurrentiels, le scénario pourrait être qu ils veulent baisser leur taux marginal à 22%. Or ce scénario est impossible pour Fribourg: en effet, l ajustement du taux

8 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 8 marginal à 22% entraînerait une baisse du taux moyen ce que l initiative interdit (lettre c ci dessus). Cela signifie clairement que Fribourg devrait revoir totalement le barème des taux bien avant 250'000 francs pour éviter cet écueil. La figure 3 illustre cette situation. Notons que la correction du barème pour aboutir à un taux marginal de 22% à 250'000 francs devrait tenir compte des coefficients cantonal et communaux. En effet, si la correction ne portait que sur le barème légal, on aboutirait à une situation fiscale intenable : avec 22% dans le barème légale, un coefficient de 1.00 pour le canton et de 0.90 en moyenne pour les communes, la charge marginale serait de [22% x ( )] = 41.8% ce qui serait inacceptable au regard de la charge actuelle. En ne corrigeant que partiellement le barème légal des taux, on revient sur les questions soulevées par les solutions 1 (coefficients communaux) et 2 (coefficient cantonal). Figure 3 Adaptation du barème des taux à 22% dès 250'000 francs en partant du barème actuel [3] On peut bien évidemment élaborer une solution intermédiaire, qui consisterait à n élever les taux moyen et marginal actuels de 13.5% à un taux plus élevé. La figure 3 illustre le résultat pour un ajustement à 15%, respectivement à 17%. Ces deux scénarii à 15 et 17% taux marginal sont destinés à voir ce qui se passerait en cas d ajustement à ces niveaux, d une part par rapport à la règle de l initiative concernant le

9 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 9 taux moyen (qui ne doit pas baisser) et d autre part par rapport à la charge fiscale nouvelle qui s ensuivrait, étant entendu que ces nouveaux taux ne suffiraient pas et qu il faudrait alors aussi tenir compte du coefficient communal. Dans ces deux cas, on constate qu il est possible d éviter la baisse du taux moyen ce qui respecte la condition c) de l initiative (Figure 4). Par contre, les taux de 15, respectivement de 17% ne suffisent pas pour atteindre le seuil minimal de 22% dès 250'000 francs. Il faut donc ajuster le coefficient communal : il devrait être au minimum de respectivement de Dans le premier cas (15%) seules les communes de Greng et de Ferpicloz seraient concernées ; dans le second cas (17%), ne resterait que Greng. Figure 4 Ajustement du taux marginal actuel à 15%, respectivement 17% dès 250'000 francs, Fribourg, 2009

10 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 10 Il faut cependant voir quelle serait la conséquence des ces scénarii sur l impôt effectivement payé, c est à dire en tenant compte du coefficient communal. Comparé à la situation actuelle de [ 13.5% x ( )]= 24,975%, avec un coefficient communal oscillant en moyenne entre 0.85 et 0.90, un taux marginal du barème à 15%, le taux marginal appliqué correspondrait à [15% x (1.0 le coefficient cantonal le coefficient communal)]= 27.75%. On a un saut à la marge de presque 3 points ; il serait de 6.5 points avec le taux de 17%. Il y aurait donc bel est bien un effet de seuil qui va en s amplifiant lorsque l on passe de 15% à 17% et ainsi de suite : dans le graphique la ligne verte du taux moyen (forcé par le taux marginal à 17%) s infléchit vers le haut dès le seuil de 250'000 francs. Le tableau cidessous donne les combinaisons possibles : Barème légale Coefficient d impôt = taux marginal à 250'000 francs canton commune 13.5% % % Taux marginal effectif Taux moyen La seconde remarque est de se demander si un changement de barème est réalisable? En analysant l économie politique de l impôt sur le revenu dans le canton de Fribourg, deux points de vue sont possibles. (i) D une part, dans la comparaison des barèmes actuels de FR, TI, SZ et NW (Figure 2), on voit très nettement que celui de FR est déjà plus élevé que celui des cantons visés par l initiative. On peut donc douter que le canton relève à la marge ce barème de 13.5% à 15 ou 17% comme dans les scénarii. (ii) D autre part, l encadré 2 montre que dès 2001 le canton de FR a choisi de baisser l impôt sur le revenu, tant par les déductions que par l ajustement à la baisse du coefficient cantonal, mais sans toucher au barème. Cela afin d aboutir à une fiscalité qui sorte Fribourg du groupe de cantons connaissant une charge fiscale lourde relativement à la moyenne suisse. Enfin, ces scénarii soulèvent une dernière question. Avec l augmentation du taux marginal à 15 ou 17%, le canton obtiendrait des ressources supplémentaires. Mais, intervient à ce moment la clause complémentaire de l initiative: les montants supplémentaires obtenus seraient (en partie?) versés à la péréquation entre les cantons. Fribourg deviendrait contributeur pour cette part, ce qui réduirait le gain net actuel de la péréquation reçue. Ainsi, notre analyse montre bien qu en cas d acceptation de l initiative, le système fiscal du canton de Fribourg devrait être adapté. Ce faisant le régime fiscal des communes serait en partie mis sous tutelle (solution 1), ou bien tous les contribuables subiraient une hausse de l impôt (solution 2). Avec la solution 3, le système fiscal (barème des taux et déductions) devraient être revus. Ce sont les effets collatéraux de l initiative. Quel que soit le choix individuel en regard de l objectif d équité, ces éléments doivent aussi être pris en compte.

Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables

Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables 2 1. Texte de l initiative Initiative populaire fédérale "Pour des impôts équitables. Stop aux abus de la concurrence fiscale

Plus en détail

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT D Impôts divers Impôt sur la fortune APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS Outre l'impôt sur le revenu perçu en tant qu'impôt principal, tous les cantons et leurs communes

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

Proposition de motion La LIPP ne doit pas remettre en cause la garde partagée

Proposition de motion La LIPP ne doit pas remettre en cause la garde partagée Secrétariat du Grand Conseil M 2030 Proposition présentée par les députés : Mmes et M. Lydia Schneider Hausser, Roger Deneys, Anne Emery-Torracinta, Marie Salima Moyard, Irène Buche Date de dépôt : 12

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des personnes physiques

Réforme de la fiscalité des personnes physiques Réforme de la fiscalité des personnes physiques Présentation de la commission fiscalité aux médias Mardi 8 mai 2012, Le Château COMMISSION FISCALITÉ 1 Déroulement de la présentation 1. Rappel du contexte

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement

Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement B Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 28 février 2001 1, arrête:

Plus en détail

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 Les déductions fiscales Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 1 2 lois modifiées En 2007, le Grand Conseil s est prononcé en faveur des baisses fiscales inscrites dans : la Loi sur les impôts

Plus en détail

Pour un impôt équitable

Pour un impôt équitable Pour un impôt équitable NON à la révision de la LIPP (Loi sur l'imposition des personnes physiques) (PL10199) 21 juin 2009 Républicains pour l'avenir de Genève 1 Rappel L'impôt permet la redistribution

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises"

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises MARS 2012 11_INT_573 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises" Rappel Rappel de l'interpellation Le 11 mars 2012,

Plus en détail

Société fiduciaire Lausanne

Société fiduciaire Lausanne Société fiduciaire Lausanne Centre Général Guisan, Pully Intervenants -2- Société fiduciaire Lausanne Imposition du couple et de la famille Sommaire Introduction Contexte et objectifs de la réforme Principes

Plus en détail

L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES

L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES D Impôts divers Imposition personnes morales APERCU DE L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES GÉNÉRALITES Les personnes morales sont des sociétés, corporations ou établissements auxquels le droit civil ou

Plus en détail

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Octobre 1999 IMPACT DE LA NON-INDEXATION DU RÉGIME D IMPOSITION

Plus en détail

La fiscalité en Suisse, 2006 en 1000 EURO

La fiscalité en Suisse, 2006 en 1000 EURO La fiscalité en Suisse, 2006 en 1000 EURO (1 Euro = 1,46 franc suisse) Sources Confédération Cantons s Total Impôts directs 14'428'989 22'827'092 15'125'492 52'381'573 Impôts sur la consommation 20'401'040

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

FISCALITÉ VAUDOISE : COMPARAISONS INTERCANTONALES. Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie. Pantone 280 cvc 30% 50% 100%

FISCALITÉ VAUDOISE : COMPARAISONS INTERCANTONALES. Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie. Pantone 280 cvc 30% 50% 100% FISCALITÉ VAUDOISE : COMPARAISONS INTERCANTONALES Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie Pantone 28 cvc 3% 5% 1% réalisé en collaboration avec : fiscalité vaudoise : comparaisons intercantonales

Plus en détail

L AVS-AI 2. L AVS-AI

L AVS-AI 2. L AVS-AI L AVS-AI 97 2. L AVS-AI Après cette vue d ensemble, il est temps d examiner plus attentivement chacun de ces trois piliers, à commencer par l AVS. L assurance vieillesse et survivants, avec l assurance

Plus en détail

IMPOSITION DE LA FAMILLE

IMPOSITION DE LA FAMILLE IMPOSITION DE LA FAMILLE Quelques arrêts importants et questions d'actualité Hugo Casanova Président de la Cour fiscale du Tribunal cantonal Fribourg 1 Plan I. Introduction II. La taxation commune A. Généralités

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11416 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 2 avril 2014 Projet de loi modifiant la loi sur l'imposition des personnes physiques (LIPP) (D 3 08) (Modification

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT

LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes caractéristiques du CELI; De maîtriser les différences entre une contribution au REER ou au CELI;

Plus en détail

Instructions générales

Instructions générales 2015 Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct Instructions générales pour remplir la déclaration d impôt des personnes physiques : - lors d un départ à l étranger - en cas de décès SCCOI759V5 SERVICE

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 6. Loi du 0 mai 96 sur les impôts communaux Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat, du 9 novembre 96 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect?

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire dépendra du profil du client et de ses besoins. Par exemple, si l emprunteur est célibataire

Plus en détail

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne Seul le texte prononcé fait foi 12.476 Initiative parlementaire Leo Müller, «Imposition des gains immobiliers» et 12.3172 Motion Leo Müller, «Imposition des immeubles agricoles et sylvicoles» Explications

Plus en détail

Planification financière communale : méthodes et techniques

Planification financière communale : méthodes et techniques Département d économie politique Chaire de finances publiques et de gestion des finances publiques Bernard DAFFLON, P.o. Planification financière communale : méthodes et techniques application à la commune

Plus en détail

sur les bourses et les prêts d études (RBPE)

sur les bourses et les prêts d études (RBPE) Règlement du 8 juillet 2008 Entrée en vigueur : 01.09.2008 sur les bourses et les prêts d études (RBPE) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 14 février 2008 sur les bourses et les prêts

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

DataCard 2015. Impôts Suisse Personnes physiques. Société Fiduciaire Suisse SA

DataCard 2015. Impôts Suisse Personnes physiques. Société Fiduciaire Suisse SA DataCard 2015 Impôts Suisse Personnes physiques Société Fiduciaire Suisse SA Comparaison fiscale intercantonale 2015 Chef-lieu du canton Impôt sur les successions Impôt sur les donations Revenu brut du

Plus en détail

Notice 5 Paiement de l impôt

Notice 5 Paiement de l impôt Notice 5 Paiement de l impôt Valable pour la période fiscale 2014 Cette notice a pour but d expliquer en détail comment fonctionne le système fiscal appliqué par le canton de Neuchâtel en matière de perception

Plus en détail

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 Exemples Vous trouverez, dans l'aide au remplissage du formulaire "Déclaration pour le prélèvement de l'impôt à la source", plusieurs exemples avec

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97 Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt 1. Par ordonnance du 27 octobre 1997, parvenue à la Cour le 17 novembre suivant, le Finanzgericht

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une

Plus en détail

Impôt à la source à Genève Nouveautés 2014

Impôt à la source à Genève Nouveautés 2014 Impôt à la source à Genève Nouveautés 2014 François Berset Christine Ferrara Maud Guilleminot Directeur, Direction de la Perception Adjointe au chef de service de l'impôt source Conseillère fiscale, Direction

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

CIRCULAIRE N 23 DETTES ET LA FAILLITE)

CIRCULAIRE N 23 DETTES ET LA FAILLITE) RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR DES POURSUITES ET FAILLITES EN SA QUALITÉ D'AUTORITÉ CANTONALE DE SURVEILLANCE CIRCULAIRE N 23 LIGNES DIRECTRICES POUR LE CALCUL DU MINIMUM VITAL DU

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A Date de dépôt : 19 janvier 2012 Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Christian Dandrès : Epargne-logement : quel impact sur les finances

Plus en détail

Formulaire concernant la mise en consultation de la loi sur les bourses et prêts d études

Formulaire concernant la mise en consultation de la loi sur les bourses et prêts d études Direction de l'instruction publique, de la culture et du sport Direktion für Erziehung, Kultur und Sport CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Formulaire concernant la mise en consultation de la loi sur

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014

Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014 Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014 Au 1 er janvier 2014 s appliqueront en Allemagne de nouvelles règles fiscales en matière de frais de déplacement. Les frais

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Incorporation de ma pratique

Incorporation de ma pratique Incorporation de ma pratique Sujet Incorporation : mythe ou réalité Avantages et désavantages Salaire ou dividende Taux d impôts des particuliers et des compagnies RRQ dans le contexte de l incorporation

Plus en détail

Good practice: avance sur contributions d entretien

Good practice: avance sur contributions d entretien Good practice: avance sur contributions d entretien Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes

Plus en détail

Administration cantonale des impôts Division administrative Section impôt à la source

Administration cantonale des impôts Division administrative Section impôt à la source ADMINISTRATION CANTONALE DES IMPÔTS Section impôt à la source Rue Caroline 9bis 1014 Lausanne Lausanne, septembre 2013 Barèmes et instructions concernant l imposition à la source Nouveautés pour l'année

Plus en détail

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Définition des cas types étudiés Afin de pouvoir analyser et comparer entre elles les particularités

Plus en détail

Frontaliers exemple (5) 988 de gain d impôts! Pour seulement 3,99

Frontaliers exemple (5) 988 de gain d impôts! Pour seulement 3,99 Frontaliers exemple (5) 988 de gain d impôts! Pour seulement 3,99 ESTIMEZ VOS IMPÔTS IMPÔTS UE FRANÇAIS LUXEMBOURGEOIS IMPÔTS 2015 FULL RÉSULTATS DÉTAILLÉS IMPÔTS 2015 FREE ACHATS INTÉGRÉS Introduction

Plus en détail

LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ

LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ LA REVUE DE PRESSE ÉGALITÉ REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 1 sur 14 Le Temps 16 octobre 2013 REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 2 sur 14 REVUE DE PRESSE EGA 25/10/2013 Page 3 sur 14 Le Matin 17 octobre

Plus en détail

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête:

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête: Code des obligations (Bail à loyer) Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du..., arrête: I. Le titre huitième (Du bail à loyer) du code des

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

04.450. du 9 février 2009

04.450. du 9 février 2009 04.450 Initiative parlementaire Acquisition d'un nouveau logement. Encourager la mobilité professionnelle Avant-projet et rapport explicatif de la Commission de l économie et des redevances du Conseil

Plus en détail

Rapport du Conseil-exécutif au Grand Conseil

Rapport du Conseil-exécutif au Grand Conseil Le Conseil-exécutif du canton de Berne Der Regierungsrat des Kantons Bern Version du 17 septembre 2015 envoyée en consultation Stratégie fiscale du canton de Berne Bases et objectifs à l horizon 2021 Date

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie?

Compte bancaire ou assurance vie? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire ou une assurance vie mixte dépendra du profil du client et de ses besoins en couverture

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maternité

Loi fédérale sur l assurance-maternité Délai référendaire: 9 avril 1999 Loi fédérale sur l assurance-maternité (LAMat) du 18 décembre 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l article 34 quinquies, 4 e alinéa, de la constitution;

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel

Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel Rapport final destiné à l Administration fédérale des contributions

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS No 49-2013

EXPOSE DES MOTIFS No 49-2013 Commune de Plan lesouates EXPOSE DES MOTIFS No 49 2013 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Transformation de la Caisse d assurance du personnel de la Ville de Genève, des Services Industriels

Plus en détail

(LIPP-V), 22 2000 18 2004 (D

(LIPP-V), 22 2000 18 2004 (D objet 4 Loi modifiant la loi du 22 septembre 2000 sur l imposition des personnes physiques Détermination du revenu net Calcul de l impôt et rabais d impôt Compensation des effets de la progression à froid

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL. relatif à l adaptation du budget 2006 et à l augmentation du coefficient d impôt

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL. relatif à l adaptation du budget 2006 et à l augmentation du coefficient d impôt VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL relatif à l adaptation du budget 2006 et à l augmentation du coefficient d impôt (du 15 février 2006) AU CONSEIL GENERAL DE LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises

Réforme III de la fiscalité des entreprises Réforme III de la fiscalité des entreprises Impact pour le Canton de Vaud et négociations Canton-Communes Union des Villes Suisses 9 janvier 2015 Claudine Wyssa, syndique de Bussigny Présidente de l UCV

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Introduction et explications du tableau de calcul annexe pour l année 2010

Introduction et explications du tableau de calcul annexe pour l année 2010 1 Revenu de base: Financement par le transfert partiel de recettes de la protection sociale et par le prélèvement sur la valeur ajoutée nette des entreprises Introduction et explications du tableau de

Plus en détail

RIE III Procédure de consultation

RIE III Procédure de consultation Economiesuisse Hegibachstrasse Case postale 8032 Zurich Neuchâtel, 20 janvier 2015 RIE III Procédure de consultation Madame, Monsieur, Les statuts spéciaux sont contestés par l OCDE et l Union européenne,

Plus en détail

L avant-projet mis en consultation cherche à prévoir divers correctifs aux rigueurs du système :

L avant-projet mis en consultation cherche à prévoir divers correctifs aux rigueurs du système : Monsieur Hans-Rudolf MERZ Conseiller fédéral Chef du DFF Bundesgasse 3 3003 BERNE Paudex, le 8 février 2010 OR/ir Consultation relative à la loi fédérale sur l imposition de la propriété privée du logement

Plus en détail

Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles. Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015

Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles. Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015 RIE III dans le canton de Vaud Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015 Réforme fiscale des entreprises Pascal Broulis,

Plus en détail

Projet de financement à long terme de la Caisse de prévoyance de l Etat de Fribourg

Projet de financement à long terme de la Caisse de prévoyance de l Etat de Fribourg Pensionskasse des Staatspersonals PKSPF Au personnel assuré dans le régime de pensions de la Caisse de prévoyance Projet de financement à long terme de la Caisse de prévoyance de l Etat de Fribourg Résumé

Plus en détail

Barème pour l attribution des bourses d études et d apprentissage

Barème pour l attribution des bourses d études et d apprentissage Adopté par le Conseil d Etat le 1 er juillet 2009 A. LES BOURSIERS DEPENDANTS DE LEURS PARENTS A.1 Charges retenues et couverture de l insuffisance du revenu familial (selon articles 8, 11a et 11b RLAEF)

Plus en détail

Retraite et conséquences fiscales Office

Retraite et conséquences fiscales Office Département Retraite et conséquences fiscales Office Administration fiscale cantonale Direction de la taxation des personnes physiques Bertrand BANDOLLIER Directeur adjoint Novembre 2009 Page 1 système

Plus en détail

Déroulement du cours. L ancienne péréquation financière et la répartition des tâches actuelle. financière et de la répartition des tâches actuelle

Déroulement du cours. L ancienne péréquation financière et la répartition des tâches actuelle. financière et de la répartition des tâches actuelle Déroulement du cours Politique et Institutions 2.2 La réforme de la péréquation financière et de la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons (RPT) Prof. Andreas Ladner Master PMP automne

Plus en détail

Rapport. Etude de faisabilité sous l angle de la fiscalité et des assurances sociales

Rapport. Etude de faisabilité sous l angle de la fiscalité et des assurances sociales Rapport «Passage du principe de l imposition selon la capacité économique subjective au principe de l imposition selon la capacité économique objective en ce qui concerne les frais liés aux enfants» Etude

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy Résumé abrégé des applications de Tribut TAX et TAXEasy TRIBUT SA, 3172 Niederwangen Tel 031 980 16 16 / FAX 031 980 16 19 Hotline: 08:00 12:00 031 980 16 17 Homepage: http://www.tribut.ch E-Mail: mailto:tribut@tribut.ch

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Projet présenté par les députés: M me et MM. Olivier Jornot, Jean-Michel Gros, Ivan Slatkine, Michèle Ducret, Jacques Jeannerat, Guillaume Barazzone, Alain Meylan

Plus en détail

Impôt à la source. Simplification administrative et Harmonisation intercantonale. Qui sont concernés?

Impôt à la source. Simplification administrative et Harmonisation intercantonale. Qui sont concernés? Impôt à la source Simplification administrative et Harmonisation intercantonale 1 Impôt à la source Qui sont concernés? Sont concernés : Les «employeurs», personnes physiques ou morales,(plus de 11 000

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

Administration cantonale des impôts Division administrative Section impôt à la source

Administration cantonale des impôts Division administrative Section impôt à la source ADMINISTRATION CANTONALE DES IMPÔTS Section impôt à la source Rue Caroline 9bis 1014 Lausanne Lausanne, septembre 2013 Barèmes et instructions concernant l imposition à la source Nouveautés pour l'année

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Introduction de la taxe sur les résidences secondaires Modification de la taxe de séjour 01.01.2015

Introduction de la taxe sur les résidences secondaires Modification de la taxe de séjour 01.01.2015 Introduction de la taxe sur les résidences secondaires Modification de la taxe de séjour 01.01.2015 1. Bases légales L entrée en vigueur, le 1er janvier 2008, de la nouvelle Loi sur le développement économique

Plus en détail

Séminaire fiscal. La Marive Yverdon-les-Bains. Heure Thème de la présentation Conférenciers Durée

Séminaire fiscal. La Marive Yverdon-les-Bains. Heure Thème de la présentation Conférenciers Durée ACI-Fiduciaires 24 novembre 2011 La Marive Yverdon-les-Bains 1 Heure Thème de la présentation Conférenciers Durée 08h30 Accueil des participants 0h30 09h00 Ouverture du séminaire Ph. Maillard 0h15 09h15

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Revenu déterminant unifié

Revenu déterminant unifié Revenu déterminant unifié Document de base de la CSIAS 1. Situation de départ L interconnexion étroite entre système fiscal et système de prestations sous condition de ressources représente un défi particulier

Plus en détail

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Conférence suisse des impôts Cl 15 Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire du 31 août 2001 1 Introduction La loi du 15 décembre

Plus en détail

Proposition de motion pour un financement équitable du prix de séjour en EMS

Proposition de motion pour un financement équitable du prix de séjour en EMS Secrétariat du Grand Conseil M 1867 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Frédéric Hohl, Gabriel Barrillier, Michel Ducret, Michèle Ducret, Jacques Jeannerat, Patricia Läser,

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable William Francis Morneau, c.p., député Décembre 2015 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du 22 août 2001)

REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du 22 août 2001) 40.1 REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du août 001) I. DISPOSITIONS GENERALES Base légale Article premier.- Le présent règlement précise les modalités d exécution

Plus en détail

Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010

Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010 Encourager l épargne retraite Les dix propositions de la FAIDER Mai 2010 Le système français des retraites a déjà subi de nombreuses modifications depuis près de 20 ans, dans le but de le consolider face

Plus en détail

7 mesures fortes pour assainir durablement la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura

7 mesures fortes pour assainir durablement la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura Embargo 30 août 2012 12h00 Lancement de la consultation: 7 mesures fortes pour assainir durablement la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura 28, 29 et 30 août 2012 1 Contexte La loi sur

Plus en détail

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 Philippe Villemus Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres..., 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 En synthèse, qu est-ce qu être riche? «Pour un pays comme pour un individu, ce n est

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail