Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1"

Transcription

1 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 L initiative socialiste pour des impôts équitables soulève des discussions souvent quérulentes entre défenseurs de l initiative et opposants. Tentons d y voir clair en analysant la situation de l impôt sur le revenu dans le canton de Fribourg. Rappelons d abord les caractéristiques de l impôt sur le revenu, la distinction entre taux moyen et taux marginal d impôt et le contenu de l initiative. L impôt sur le revenu L impôt sur le revenu que chacun paie (T) repose sur la formule simplifiée: T = t [R (D 1, D 2, D 3, )] (K canton + K commune + K paroisse ). Cette formule correspond à la déclaration d impôt: R est la somme des revenus soumis à l impôt (salaire, intérêt de l épargne, dividendes, etc) ; D sont les déductions possibles selon la situation de chaque contribuable ; t est le taux légal de l impôt (selon que le contribuable est célibataire ou marié). Le tout est multiplié par le coefficient d impôt du canton (100% en 2010 pour l impôt cantonal), de la commune de domicile et de la paroisse de référence. Le coefficient communal se calcule en franc d impôt communal par franc payé au canton : par exemple 0.85 signifie que l impôt communal sera égal au 85% du montant de l impôt cantonal. Le taux marginal et le taux moyen Le taux moyen de l impôt met en relation l impôt total payé et le revenu imposable. Par exemple, pour un revenu imposable de 60'000 francs, un contribuable célibataire paie 5'335 francs d impôt cantonal avec un coefficient de 100%. Le taux moyen du barème est ainsi de 5'335 : 60'000 francs = ou 8.892%. Bien entendu, il faut aussi tenir compte du coefficient communal et paroissial. Si le coefficient communal est de 0.85 et le coefficient paroissial de 0.05, il faut ajouter 0.90 (ou 90%) pour trouver le taux moyen. Il sera de (canton) + (0.892 x 0.85 pour la commune) + (0.892 x 0.05 pour la paroisse) = 16.89%. Le taux marginal correspond à l impôt supplémentaire à payer si le revenu imposable change d un montant, en plus ou en moins. Ainsi, dans l exemple : que se passe t il si le salaire augmente de 60 à 70'000 francs. Le nouvel impôt à payer est de 6'687 francs pour le canton. On peut donc calculer le taux marginal : pour 10'000 francs de revenu supplémentaire, l impôt à payer en plus est de 6'687 (le nouvel impôt) 5'335 (le montant payé avant) = 1'352 francs. Le taux marginal est calculé ainsi : augmentation de l impôt sur augmentation du revenu = 1'362 francs divisé par 10'000 = 13,52%. On peut le comparer au taux moyen, calculé comme avant : francs d impôt cantonal pour 70'000 francs de revenu = 9.55%. Pour avoir un barème progressif, le taux marginal doit être supérieur au taux moyen. L encadré 1 montre la situation du barème fribourgeois. Le coefficient de référence est de 1.0 ou 100%. Le taux moyen est de 13,50% dès francs ; c est aussi le taux marginal dès ce seuil. En d autres termes, dès 204'000 francs, l impôt fribourgeois sur le revenu est proportionnel. Le schéma compare les deux taux dans le système actuel.

2 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 2 Encadré 1 Barème légal des taux Fribourg 2009 revenu impôt Coefficient imposable taux taux personne cantonal en 1000 moyen marginal seule = 1 francs '330 1' '819 1' '327 2' '880 2' '487 3' '101 4' '335 5' '687 6' '084 8' '418 9' '825 10' '273 12' '784 13' '351 15' '952 16' '613 18' '268 20' '614 23' '230 25' '878 26' '750 33' '500 40' '250 47' '000 54' '750 60' '500 67'

3 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 3 Figure 1 Comparaison du taux moyen et du taux marginal dans le barème légal FR 2009

4 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 4 Comme l initiative parle également de «concurrence fiscale», la figure 2 donne une simple comparaison des barèmes légaux des taux dans quatre cantons : Fribourg, Tessin, Schwyz et Nidwald. La Figure 2 rend apparent la question au cœur de l initiative, celle des disparités dans les barèmes cantonaux des taux de l impôt sur le revenu. Deux remarques cependant : (1) il s agit ici du barème du contribuable seul, célibataire (et non celui du couple marié ou de la personne seule vivant avec un enfant ou une autre personne à charge) ; (ii) le barème légal donne une image formelle de la fiscalité : il faut encore le multiplier par le coefficient cantonal (actuellement 1.00 à FR et TI ; 1.2 à SZ et 2.63 à NW). Figure 2 Comparaison du taux moyen et du taux marginal dans 4 barèmes cantonaux 2009

5 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 5 L initiative socialiste pour des impôts équitables En ce qui concerne l impôt sur le revenu, l initiative demande (Cst art. 129 titre, et al. 2 bis nouveau) : a) pour les personnes seules, le taux marginal des impôts cantonaux et communaux sur le revenu grevant la part du revenu imposable dépassant 250'000 francs doit se monter globalement à 22% au moins (ligne rouge dans la Figure 1); b) pour les couples imposés conjointement et les personnes seules qui vivent en ménage commun avec des enfants ou des personnes nécessiteuses, les montants valables pour les personnes seules peuvent être augmentés ; c) le taux moyen de tout impôt direct prélevé par la Confédération, les cantons et les communes ne doit pas diminuer avec l augmentation du revenu imposable. Dans la logique de l initiative, ces règles devraient produire des revenus fiscaux supplémentaires. Ainsi, dans les dispositions transitoires, l initiative prévoit qu après le délai de 3 ans donné aux cantons pour adapter leur législation, «les cantons qui on dû adapter leurs barèmes et leurs taux sur la base de cet article versent, en prélevant sur les recettes fiscales supplémentaires qui résultent de cette adaptation, des contributions supplémentaires à la péréquation financière entre les cantons pendant une durée fixée par une loi fédérale». Solutions et difficultés en cas d acceptation de l initiative Contrairement à l argument souvent entendu que le canton de Fribourg ne serait pas touché, l initiative, créerait des problèmes de mise en œuvre. Selon le barème contenu à l article 37 de la loi du 6 juin 2000 sur les impôts cantonaux directs, le taux marginal est de 13,5% dès 203'900 francs. C est donc insuffisant pour respecter la règle de 22% à la marge dès un revenu de 250'000 francs ; une adaptation est nécessaire. Il y a trois possibilités de se conformer à l initiative : (1) ajuster le coefficient communal (K commune ), (2) ajuster le coefficient cantonal (K canton ) et (3) modifier le barème «t» dans la formule de l impôt. Solution 1 : l ajustement des coefficients communaux En admettant le barème légal des taux inchangé (avec la limite du13.5%) et le coefficient d impôt cantonal à 1.0 ou 100%, l ajustement devrait se faire par le coefficient communal pour combler la différence du taux marginal entre 22% et 13,5%, soit 8.5%. Pour cela, il faudrait que le coefficient communal soit égal à [(100 : 13.5)x 8.5] = 63 (arrondi), soit 0.63 franc par franc d impôt selon le barème légal. Dans ce cas, les 12 communes qui appliquent actuellement un coefficient d impôt inférieur à 0.63 par franc payé à l Etat devraient corriger leur coefficient à la hausse Greng Ferpicloz Muntelier Delley Portalban Chésopelloz Meyriez Büchsel Haut Vully Gletterens Kleinbösingen Bas Vully Courgevaux

6 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 6 Cette solution a trois conséquences. Premièrement, la législation cantonale devrait introduire une tutelle fiscale sur les communes. Actuellement ces dernières décident souverainement leur coefficient avec comme seul objectif d équilibrer le budget et le compte de fonctionnement (loi sur les communes). Demain, elles devraient respecter un coefficient minimal pour atteindre le 22% taux marginal pour un motif qui ne concerne pas leur budget mais pour un objectif d équité. Dans le système actuel, l équité est obtenue pas le barème des taux et les montants des déductions. Deuxièmement, le coefficient minimal ainsi introduit n est pas fixe, mais varie selon la décision cantonale : ainsi, avec K canton = 1.05, le coefficient communal minimal serait de 0.58 au lieu de 0.63 ; avec 1.10, il serait de Comme on le verra dans la solution 2, le coefficient cantonal a varié durant ces dernières années. On introduit ainsi une externalité verticale dans le système : la décision du canton influence la décision communale pour une raison autre que les options de gestion décidées par la commune. Enfin troisièmement, une commune ne peut pas relever son coefficient d impôt seulement pour des revenus à partir de 250'000 francs. Cela signifie que tous les contribuables, y compris ceux qui ont des revenus plus modestes, seraient touchés par la hausse de l impôt. Or, on ne peut pas confondre la capacité financière de la commune comme entité de droit public (prise en compte dans la péréquation des ressources) et les capacités contributives individuelles de leurs habitants. On peut être riche dans une commune pauvre et pauvre dans une commune riche. Politique péréquative et politique redistributive ne se résolvent pas par les mêmes instruments. Se pose également la question de l utilisation des ressources supplémentaires ainsi obtenues : sont elles redistribuées intra muros, mais selon quels critères ; vont elles, dans l esprit de l initiative, s ajouter aux moyens péréquatifs dans la péréquation entre les communes du canton? Solution 2 : l ajustement du coefficient cantonal Le coefficient est le multiplicateur du barème des taux inscrit dans la loi : pour le canton, il est actuellement de 1.00 et correspond à l application directe du barème légal sans surplus ni réduction. En relevant le coefficient cantonal à 1.05, par exemple, le taux marginal pour 250'000 francs passerait de 13.5% à (13.5% x 1.05) = %. Cette solution comporte deux conséquences. Premièrement, comme pour les communes, il ne peut y avoir qu un seul coefficient pour tous les revenus. Augmenter le coefficient cantonal correspond à une hausse générale de l impôt pour tous et pas seulement les revenus supérieurs à 250'000 francs, dans toutes les communes, et pas seulement dans celles qui seraient concernées parce que leur coefficient communal est trop bas. Cette solution n est probablement pas réalisable politiquement : on voit mal le canton infliger une hausse d impôt à tous les contribuables et toutes les communes non concernées. D autre part, deuxième conséquence, en relevant le coefficient d impôt, le canton se trouverait dans une position fiscale défavorable en comparaison aux autres cantons. Or, ce n est pas Fribourg qui est visé par l initiative. De plus, durant ces dernières années, Fribourg a fait un effort considérable pour réduire la charge d impôt des contribuables (voir l encadré 2). Cette solution entraînerait un recul de la politique fiscale suivie par le canton.

7 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 7 Encadré 2 Modifications de l impôt sur le revenu intervenues depuis 2001 Modification de l impôt sur le revenu Déductions pour enfants (8,7 mios), pour frais de garde (2,8 mios), pour double activité des 2001 couples mariés (1,4 mio), pour assurance et épargne (1 mio); Splitting monoparental (0,5 mio) Réduction pour les couples mariés et les familles 2004 Modification des déductions sociales pour enfants et suppression de l impôt minimal ( mios); Modification des paliers du barème (10 mios) Correction de la progression à froid (ajustement de 2,6 %) 2009 Impôt sur les personnes physiques (ajustement suppl. de 2,6 à 4%) 2009 Déductions pour enfants et frais de garde francs chacun 2009 Seuil pour le contribuable de revenu modeste + 16,5 % 2009 Augmentation des déductions fiscales pour enfants (+1000 francs) et des frais de garde ( francs) Allégement de l'imposition des prestations en capital provenant de la prévoyance (paliers 2010 augmentés de 10'000 francs) Abrogation de la pratique Dumont ("l'acquéreur d'un immeuble ne peut pas déduire les frais 2010 d'entretien de son immeuble dans les 5 ans suivant l'achat si ces frais sont engagés pour un immeuble dont l'entretien a été négligé par l'ancien propriétaire) Amélioration du splitting pour les couples mariés (baisse du taux de 56% à 50%) 2011 Ajustement du barème des taux Étirement de 3 % des paliers du barème (6 mios); 2001 Modification de 2 % des paliers du barème (prévue pour 2003, mais repoussée à 2005) 2005 Mise en place du réseau hospitalier fribourgeois, le coefficient d'impôt passe à 108,90 points 2007 Diminution de la charge fiscale: coefficient % ramené à 106,6 % 2007 Réduction de la cote cantonale de 106,6 % à 103 % 2008 Réduction de la cote cantonale de 103 % à 100 % 2009 Solution 3 : la correction (partielle?) du barème des taux La troisième solution possible touche au barème des taux contenu à l article 37 de la loi cantonale sur les impôts directs. Dans ce cas, il faut faire une hypothèse concernant les coefficients d impôts. Admettons que le canton garde un coefficient de 1.00 et prenons le coefficient moyen de l ensemble des communes, arrondi à Avec ces coefficients et le barème actuel, le taux moyen et marginal à 250'000 francs est de % (13,50% pour le canton et 13,50x 0.90= 12.15% pour une commune). Dans ce cas, il faut un coefficient communal de 0.63 permettrait d obtenir un taux marginal de 22% à 250'000 francs. Dans la solution 1, douze communes sont touchées. Toutes les autres communes dépasseraient le seuil de 22%, comme on le voit : de 3.65% en moyenne. A partir de ce point, deux réflexions sont possibles. [1] Premièrement, laisser le barème en l état. Mais alors, il faut résoudre la question des douze communes avec un coefficient inférieur à [2] L autre piste consisterait à admettre que le 22% deviennent la norme. On peut émettre l hypothèse que les cantons avec une charge fiscale inférieure actuellement ceux visés directement par l initiative ne vont pas aller au delà de cette norme. Si les autres cantons veulent rester concurrentiels, le scénario pourrait être qu ils veulent baisser leur taux marginal à 22%. Or ce scénario est impossible pour Fribourg: en effet, l ajustement du taux

8 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 8 marginal à 22% entraînerait une baisse du taux moyen ce que l initiative interdit (lettre c ci dessus). Cela signifie clairement que Fribourg devrait revoir totalement le barème des taux bien avant 250'000 francs pour éviter cet écueil. La figure 3 illustre cette situation. Notons que la correction du barème pour aboutir à un taux marginal de 22% à 250'000 francs devrait tenir compte des coefficients cantonal et communaux. En effet, si la correction ne portait que sur le barème légal, on aboutirait à une situation fiscale intenable : avec 22% dans le barème légale, un coefficient de 1.00 pour le canton et de 0.90 en moyenne pour les communes, la charge marginale serait de [22% x ( )] = 41.8% ce qui serait inacceptable au regard de la charge actuelle. En ne corrigeant que partiellement le barème légal des taux, on revient sur les questions soulevées par les solutions 1 (coefficients communaux) et 2 (coefficient cantonal). Figure 3 Adaptation du barème des taux à 22% dès 250'000 francs en partant du barème actuel [3] On peut bien évidemment élaborer une solution intermédiaire, qui consisterait à n élever les taux moyen et marginal actuels de 13.5% à un taux plus élevé. La figure 3 illustre le résultat pour un ajustement à 15%, respectivement à 17%. Ces deux scénarii à 15 et 17% taux marginal sont destinés à voir ce qui se passerait en cas d ajustement à ces niveaux, d une part par rapport à la règle de l initiative concernant le

9 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 9 taux moyen (qui ne doit pas baisser) et d autre part par rapport à la charge fiscale nouvelle qui s ensuivrait, étant entendu que ces nouveaux taux ne suffiraient pas et qu il faudrait alors aussi tenir compte du coefficient communal. Dans ces deux cas, on constate qu il est possible d éviter la baisse du taux moyen ce qui respecte la condition c) de l initiative (Figure 4). Par contre, les taux de 15, respectivement de 17% ne suffisent pas pour atteindre le seuil minimal de 22% dès 250'000 francs. Il faut donc ajuster le coefficient communal : il devrait être au minimum de respectivement de Dans le premier cas (15%) seules les communes de Greng et de Ferpicloz seraient concernées ; dans le second cas (17%), ne resterait que Greng. Figure 4 Ajustement du taux marginal actuel à 15%, respectivement 17% dès 250'000 francs, Fribourg, 2009

10 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 10 Il faut cependant voir quelle serait la conséquence des ces scénarii sur l impôt effectivement payé, c est à dire en tenant compte du coefficient communal. Comparé à la situation actuelle de [ 13.5% x ( )]= 24,975%, avec un coefficient communal oscillant en moyenne entre 0.85 et 0.90, un taux marginal du barème à 15%, le taux marginal appliqué correspondrait à [15% x (1.0 le coefficient cantonal le coefficient communal)]= 27.75%. On a un saut à la marge de presque 3 points ; il serait de 6.5 points avec le taux de 17%. Il y aurait donc bel est bien un effet de seuil qui va en s amplifiant lorsque l on passe de 15% à 17% et ainsi de suite : dans le graphique la ligne verte du taux moyen (forcé par le taux marginal à 17%) s infléchit vers le haut dès le seuil de 250'000 francs. Le tableau cidessous donne les combinaisons possibles : Barème légale Coefficient d impôt = taux marginal à 250'000 francs canton commune 13.5% % % Taux marginal effectif Taux moyen La seconde remarque est de se demander si un changement de barème est réalisable? En analysant l économie politique de l impôt sur le revenu dans le canton de Fribourg, deux points de vue sont possibles. (i) D une part, dans la comparaison des barèmes actuels de FR, TI, SZ et NW (Figure 2), on voit très nettement que celui de FR est déjà plus élevé que celui des cantons visés par l initiative. On peut donc douter que le canton relève à la marge ce barème de 13.5% à 15 ou 17% comme dans les scénarii. (ii) D autre part, l encadré 2 montre que dès 2001 le canton de FR a choisi de baisser l impôt sur le revenu, tant par les déductions que par l ajustement à la baisse du coefficient cantonal, mais sans toucher au barème. Cela afin d aboutir à une fiscalité qui sorte Fribourg du groupe de cantons connaissant une charge fiscale lourde relativement à la moyenne suisse. Enfin, ces scénarii soulèvent une dernière question. Avec l augmentation du taux marginal à 15 ou 17%, le canton obtiendrait des ressources supplémentaires. Mais, intervient à ce moment la clause complémentaire de l initiative: les montants supplémentaires obtenus seraient (en partie?) versés à la péréquation entre les cantons. Fribourg deviendrait contributeur pour cette part, ce qui réduirait le gain net actuel de la péréquation reçue. Ainsi, notre analyse montre bien qu en cas d acceptation de l initiative, le système fiscal du canton de Fribourg devrait être adapté. Ce faisant le régime fiscal des communes serait en partie mis sous tutelle (solution 1), ou bien tous les contribuables subiraient une hausse de l impôt (solution 2). Avec la solution 3, le système fiscal (barème des taux et déductions) devraient être revus. Ce sont les effets collatéraux de l initiative. Quel que soit le choix individuel en regard de l objectif d équité, ces éléments doivent aussi être pris en compte.

Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables

Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables 2 1. Texte de l initiative Initiative populaire fédérale "Pour des impôts équitables. Stop aux abus de la concurrence fiscale

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des personnes physiques

Réforme de la fiscalité des personnes physiques Réforme de la fiscalité des personnes physiques Présentation de la commission fiscalité aux médias Mardi 8 mai 2012, Le Château COMMISSION FISCALITÉ 1 Déroulement de la présentation 1. Rappel du contexte

Plus en détail

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 Les déductions fiscales Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 1 2 lois modifiées En 2007, le Grand Conseil s est prononcé en faveur des baisses fiscales inscrites dans : la Loi sur les impôts

Plus en détail

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une

Plus en détail

Instructions générales

Instructions générales 2015 Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct Instructions générales pour remplir la déclaration d impôt des personnes physiques : - lors d un départ à l étranger - en cas de décès SCCOI759V5 SERVICE

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 Exemples Vous trouverez, dans l'aide au remplissage du formulaire "Déclaration pour le prélèvement de l'impôt à la source", plusieurs exemples avec

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

Administration cantonale des impôts Division administrative Section impôt à la source

Administration cantonale des impôts Division administrative Section impôt à la source ADMINISTRATION CANTONALE DES IMPÔTS Section impôt à la source Rue Caroline 9bis 1014 Lausanne Lausanne, septembre 2013 Barèmes et instructions concernant l imposition à la source Nouveautés pour l'année

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect?

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire dépendra du profil du client et de ses besoins. Par exemple, si l emprunteur est célibataire

Plus en détail

CIRCULAIRE N 23 DETTES ET LA FAILLITE)

CIRCULAIRE N 23 DETTES ET LA FAILLITE) RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR DES POURSUITES ET FAILLITES EN SA QUALITÉ D'AUTORITÉ CANTONALE DE SURVEILLANCE CIRCULAIRE N 23 LIGNES DIRECTRICES POUR LE CALCUL DU MINIMUM VITAL DU

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Good practice: avance sur contributions d entretien

Good practice: avance sur contributions d entretien Good practice: avance sur contributions d entretien Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises

Réforme III de la fiscalité des entreprises Réforme III de la fiscalité des entreprises Impact pour le Canton de Vaud et négociations Canton-Communes Union des Villes Suisses 9 janvier 2015 Claudine Wyssa, syndique de Bussigny Présidente de l UCV

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

(LIPP-V), 22 2000 18 2004 (D

(LIPP-V), 22 2000 18 2004 (D objet 4 Loi modifiant la loi du 22 septembre 2000 sur l imposition des personnes physiques Détermination du revenu net Calcul de l impôt et rabais d impôt Compensation des effets de la progression à froid

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie?

Compte bancaire ou assurance vie? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire ou une assurance vie mixte dépendra du profil du client et de ses besoins en couverture

Plus en détail

3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS

3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS 3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Lorsque vous atteignez l âge ordinaire de la retraite, vous avez droit à une rente

Plus en détail

1. Observations générales

1. Observations générales Mesures visant à renforcer la compétitivité fiscale de la Suisse (3 e réforme de l imposition des entreprises) Position commune des gouvernements cantonaux du 21 mars 2014 sur le rapport de l organe de

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles. Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015

Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles. Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015 RIE III dans le canton de Vaud Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015 Réforme fiscale des entreprises Pascal Broulis,

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l UCV 25 septembre 2014 Articulation de la présentation

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014

Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014 Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014 Au 1 er janvier 2014 s appliqueront en Allemagne de nouvelles règles fiscales en matière de frais de déplacement. Les frais

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy Résumé abrégé des applications de Tribut TAX et TAXEasy TRIBUT SA, 3172 Niederwangen Tel 031 980 16 16 / FAX 031 980 16 19 Hotline: 08:00 12:00 031 980 16 17 Homepage: http://www.tribut.ch E-Mail: mailto:tribut@tribut.ch

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

Département fiscal 2003 KPMG

Département fiscal 2003 KPMG Optimisation fiscale de votre implantation Alfred Girod - Expert fiscal diplômé KPMG Genève Thèmes Le système fiscal Suisse Les principaux impôts sur les sociétés Les taux d impôts Les taux effectifs

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition des personnes morales (LIPM) (D 3 15)

Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition des personnes morales (LIPM) (D 3 15) Secrétariat du Grand Conseil PL 11163 Projet présenté par les députés : M me et MM. Roger Golay, Pascal Spuhler, Dominique Rolle Date de dépôt : 15 avril 2013 Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition

Plus en détail

Comment remplir le formulaire demande de rectification

Comment remplir le formulaire demande de rectification Comment remplir le formulaire demande de rectification N AVS 13 Indiquer votre N AVS13. Pour la Suisse, le N AVS13 comporte 13 chiffres et se présente sous la forme 756.9999.9999.99 En effet, depuis le

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013 Flash fiscal Impôts 2014 sur revenus 2013 France Angels Mars 2014 Déclaration impôts sur le revenu (impôts payé en 2014 sur revenus 2013) Dates de limite d envoi de la déclaration : Le 20 mai si vous l

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008 21/09/2008 Existe-t-il un niveau de chiffre d'affaires à partir duquel il est intéressant de passer en société? Mise en garde : cette note a servi de support à la présentation d un exposé lors de la journée

Plus en détail

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier La retraite en Suisse : le 2 ème pilier Conférence du Vendredi 27 mars 2015 présentée par le Service Juridique du GTE Suzanne Ruiz-Berthet LA PLACE DU 2EME PILIER DANS LE SYSTÈME DE RETRAITE SUISSE 1 er

Plus en détail

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012?

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012? UniversitéClients CA 23 février 2012 Quels placements privilégier en 2012? 2012, quels placements privilégier? Quel contexte économique et financier? Les principales nouveautés fiscales sur les revenus

Plus en détail

Qui doit produire une déclaration fiscale? Toute personne qui a de l'impôt à payer

Qui doit produire une déclaration fiscale? Toute personne qui a de l'impôt à payer Qui doit produire une déclaration fiscale? Toute personne qui a de l'impôt à payer Quand doit-on la produire? Au plus tard le 30 avril de l'année suivante Exemple : pour 2013, date limite est le 30 avril

Plus en détail

(Avant-projet de loi modifiant la loi cantonale sur les prestations complémentaires à l assurance-vieillesse, survivants et invalidité)

(Avant-projet de loi modifiant la loi cantonale sur les prestations complémentaires à l assurance-vieillesse, survivants et invalidité) Département de la santé et de l'action sociale (DSAS) Bâtiment administratif de la Pontaise (BAP) 1014 Lausanne Consultation sur un projet cantonal de prestations complémentaires pour familles et de (Avant-projet

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes?

Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes? Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes? Liliane Maury Pasquier La Chaux-de-Fonds, 22 novembre 2011 INTRODUCTION : Tout le monde a droit à une vie digne (art. 7 et 12

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail

Aperçu de la prévoyance professionnelle.

Aperçu de la prévoyance professionnelle. Aperçu de la prévoyance professionnelle. Tour d horizon de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP). Sous le signe de la modernisation. 20 ans après

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2015 Mesures fiscales proposées dans le budget fédéral 2015 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le ministre

Plus en détail

sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante

sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante Ordonnance du 14 décembre 2006 Entrée en vigueur : 01.01.2007 sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante La Direction des finances Vu l article 27

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE

Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE Rapport explicatif sur le contre-projet indirect du Conseil fédéral à l initiative populaire sur les bourses d études déposée

Plus en détail

Frontaliers français. Je travaille. au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG

Frontaliers français. Je travaille. au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG Frontaliers français Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG 1 Les impôts sont un mal nécessaire: c est grâce aux impôts que l Etat peut faire fonctionner ses

Plus en détail

LA PAUVRETE ET LE DIVORCE. Dr Patrick Robinson 6

LA PAUVRETE ET LE DIVORCE. Dr Patrick Robinson 6 LA PAUVRETE ET LE DIVORCE POSITION 1 DE GECOBI 2 ET DE LA CROP 3 CONCERNANT L ETUDE 4 ET LES RECOMMANDATIONS 5 DE LA COMMISSION FEDERALE POUR LES QUESTIONS FEMININES (CFQF) O- Préambule Dr Patrick Robinson

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2014 233 Arrêt du 23 décembre 2014 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

Cordiale bienvenue au

Cordiale bienvenue au Cordiale bienvenue au Pascal Broulis, Chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) Président de la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) Page 1 CGN, Le Lausanne, 2 septembre

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

La crèche est rentable, c est son absence qui coûte

La crèche est rentable, c est son absence qui coûte La crèche est rentable, c est son absence qui coûte Une analyse réalisée en Suisse romande qui confirme les résultats d une étude zurichoise en ce qui concerne le rendement élevé des structures d accueil

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC. Jeudi 17 janvier 2013

Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC. Jeudi 17 janvier 2013 Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC Jeudi 17 janvier 2013 Le Fonds de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales (FPIC) CADRE GÉNÉRAL Principes fixés en LFI 2010 / Opérationnel

Plus en détail

É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE

É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE Mars 2012 Le présent document est un rapide survol de la fiscalité suisse applicable aux étrangers qui viennent s'établir en Suisse ainsi que des conditions

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

10 ans de Comité directeur de l USAM

10 ans de Comité directeur de l USAM 10 ans de Comité directeur de l USAM Séances standard : Comité directeur Chambre suisse des arts et métiers Congrès suisse des arts et métiers Conférence des sections ou des unions cantonales des arts

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011

Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011 Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011 Mesdames, Messieurs, Nous vous remettons, en annexe, la déclaration d impôt pour la période fiscale 2011.

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III

Réforme de la fiscalité des entreprises III Réforme de la fiscalité des entreprises III Sarah Busca Bonvin : Directrice générale adjointe de l'administration fiscale cantonale, titulaire du brevet d'avocat et experte fiscale diplômée 05.02.2014

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

14. Impôt sur les sociétés et amortissements

14. Impôt sur les sociétés et amortissements 14. Impôt sur les sociétés et amortissements L impôt sur les sociétés est perçu sur la totalité des recettes provenant des opérations effectuées dans le monde entier par les résidents fiscaux de République

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Berne, le 10 février 2014

Berne, le 10 février 2014 Berne, le 10 février 2014 «Mesures visant à renforcer la compétitivité fiscale de la Suisse (3 e réforme de l imposition des entreprises)», rapport du 11 décembre 2013 Prise de position de l Union des

Plus en détail