É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE"

Transcription

1 É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE Mars 2012 Le présent document est un rapide survol de la fiscalité suisse applicable aux étrangers qui viennent s'établir en Suisse ainsi que des conditions nécessaires à l'obtention d'un permis de séjour. Un chapitre est consacré aux possibilités d'acquisition d'un bien immobilier en Suisse. Il s agit d informations générales et non pas d un avis de droit sur la base duquel des décisions peuvent être prises. Tous les cas sont différents et devraient être discutés avec l un de nos spécialistes. FISC A L IT É GÉNÉRALITÉS Le système fiscal suisse, en matière d'impôts directs, est un système à trois paliers: tous les résidents suisses paient un impôt fédéral, un impôt cantonal et un impôt communal, tous trois prélevés par le canton, éventuellement aussi par la commune, dans lesquels ils résident. Les droits de succession et de donation sont perçus exclusivement par les cantons et, dans certains cas, également par les communes. IMPOSITION AU FORFAIT 1. Principes Les personnes physiques qui, pour la première fois ou après une absence d'au moins dix ans, prennent domicile ou séjournent en Suisse au regard du droit fiscal, sans y exercer d'activité lucrative, ont le droit de payer un impôt calculé sur leur train de vie au lieu de l impôt cantonal et communal et de l'impôt fédéral direct sur le revenu 1 et de l'impôt cantonal et communal sur la fortune. Lorsque ces personnes sont des ressortissants suisses, ce droit est limité à la seule période fiscale de leur arrivée en Suisse 2. L'imposition d'après la dépense ne constitue ni un arrangement fiscal ni un «privilège», mais bien une procédure légale de taxation. Au lieu d une base d imposition mondiale, le revenu et la fortune imposables sont calculés sur la base de la dépense correspondant au train de vie du contribuable. Le revenu doit s'élever au moins à cinq fois la valeur locative du logement ou à deux fois le prix de l'hébergement pour les personnes demeurant à l'hôtel ou en pension. Par voie de simplification, l'estimation du train de vie a le plus souvent lieu sur cette base 3. Le nombre de membres de la famille et surtout l'âge des requérants sont des éléments importants pour la fixation du forfait. En général, plus les requérants sont jeunes, plus le montant du forfait sera élevé. Chaque année, l'impôt calculé sur la base du forfait est comparé à l'impôt total qui serait dû sur les revenus de source suisse et sur la fortune suisse, ainsi que sur les revenus de source étrangère pour lesquels le contribuable s est prévalu des conventions de double imposition conclues par la Suisse (calcul dit «de contrôle»). C'est le plus élevé de ces deux montants d'impôt qui devra être réglé. 1 Il y a pas d'impôt sur les gains en capital réalisés sur des éléments de la fortune mobilière privée en Suisse. 2 Pour les personnes qui n'ont pas la nationalité suisse, ce droit est illimité dans le temps, sauf dans les cantons de Zurich et Schaffhouse. 3 Un projet de loi, actuellement à l étude par le Parlement, pourrait faire augmenter la dépense minimum à sept fois le loyer ou la valeur locative ou à trois fois le prix de la pension.

2 Par revenus de source suisse, on entend les dividendes d'actions suisses, les intérêts d'obligations de débiteurs suisses, les intérêts sur les comptes courants ouverts en Suisse, les loyers (ou la valeur locative) de biens immobiliers situés en Suisse, etc. Par fortune suisse, on entend notamment les biens immobiliers situés en Suisse et les titres suisses (où qu ils soient déposés). Les revenus de source étrangère pour lesquels le contribuable ne souhaite pas bénéficier des conventions de double imposition ne rentrent pas dans le calcul du contrôle et ne doivent pas être déclarés. Dans cette hypothèse, l'éventuelle retenue à la source étrangère ne sera pas récupérable. Comme déjà mentionné ci-dessus, le contribuable au bénéfice d'une imposition au forfait peut se prévaloir des conventions de double imposition signées par la Suisse 4. Bien entendu, les éléments de revenu concernés devront alors être soumis aux impôts suisses, dans le cadre du calcul de contrôle. Exemple: pour un loyer annuel de CHF 60'000, le revenu imposable sera fixé au minimum à CHF 300'000. Lorsque le contribuable est propriétaire de son logement, c'est la valeur locative (montant théoriquement équivalent au loyer qui devrait être payé) qui est déterminante. Pratiquement, pour les logements «courants», cette valeur locative oscille entre 3% et 5% du prix d'achat du bien. Pour les biens immobiliers exceptionnels, il convient de négocier avec les autorités fiscales. 2. Canton de Genève A Genève, le montant du forfait, sur lequel l impôt est prélevé, ne peut en principe pas être inférieur à CHF 400'000. Compte tenu de l'impôt fédéral direct, le taux marginal d'imposition maximum total s'élève, à Genève, à environ 45% pour un couple. L'impôt total s'élèvera ainsi, en Ville de Genève, à: REVENU FORFAITAIRE IMPÔT TOTAL TAUX EFFECTIF CHF CHF % CHF CHF % CHF CHF % Selon la commune de résidence, l'impôt total peut être plus élevé de 1% ou inférieur de 3%. 3. Canton de Vaud Dans le canton de Vaud, le montant du forfait ne peut en principe pas être inférieur à CHF 400'000. Ainsi, pour un loyer annuel inférieur à CHF 80'000, le revenu imposable sera quand même fixé à CHF 400'000. Compte tenu de l'impôt fédéral direct, le taux d'imposition effectif maximum total s'élève à 41.5%. Pour un couple, l'impôt total s'élèvera, en Ville de Lausanne, à: REVENU FORFAITAIRE IMPÔT TOTAL TAUX EFFECTIF CHF CHF % CHF CHF % CHF CHF % Selon la commune de résidence, l'imposition peut être différente de plus 1% à moins 5%. En particulier, les communes situées au bord du lac sont en général plus avantageuses. 2 4 Certaines conventions y mettent des conditions, par exemple une majoration du forfait de 30% pour la France. D autres pays, à savoir l Allemagne, l Autriche, la Belgique, le Canada, les Etats-Unis, l Italie et la Norvège, exigent que l ensemble des revenus qui ont leur source chez eux soient imposés ordinairement en Suisse.

3 4. Canton du Valais Dans le canton du Valais, le montant du forfait ne peut en principe pas être inférieur à CHF 220'000. Les communes valaisannes imposent tous les étrangers au bénéfice d'un forfait selon le même barème. Il n'y a donc aucune différence d'une commune à l'autre. Compte tenu de l'impôt fédéral direct, l'impôt total pour un couple s élève à: REVENU FORFAITAIRE IMPÔT TOTAL TAUX EFFECTIF CHF CHF % CHF CHF % CHF CHF % CHF CHF % DROITS DE DONATION ET SUCCESSION 1. Principes Seuls les cantons sont compétents pour imposer les donations et successions. Les disparités sont très importantes d'un canton à l'autre. Le taux d imposition est généralement déterminé par le montant transféré et par le degré de parenté entre le donateur/défunt et le bénéficiaire. Le barème des droits de donation est généralement identique au barème des droits de succession. C'est le domicile du donateur ou du défunt qui est déterminant pour l'assujettissement, mais c'est le donataire ou l'héritier qui supporte l'impôt. Le donateur est solidairement responsable de son paiement. 2. Canton de Genève Entre conjoints 6 % dès CHF Entre parents et enfants 6 % dès CHF Entre frères et sœurs 25.2 % dès CHF Entre oncles et neveux et entre grands-oncles et petits-neveux 29.4 % dès CHF Entre tiers 54.6 % dès CHF Les droits de donation et de succession pour les deux premières catégories ont été supprimés à partir du 1 er juin 2004 pour les donataires et héritiers de contribuables n ayant pas bénéficié d une imposition au forfait durant les trois années précédentes. 3. Canton de Vaud Entre conjoints 0 % Descendants directs 3.5 % dès CHF Descendants d un précédent mariage du conjoint survivant, père et mère. grands-parents, arrière-grands-parents 7.5 % dès CHF Entre frères et sœurs 12.5 % dès CHF Entre oncles et neveux 16.5 % dès CHF Entre grands-oncles et petits-neveux 20 % dès CHF Entre tiers 25 % dès CHF Il existe en outre un impôt communal, qui s applique de façon cumulative et varie entre 0% et 100% de l'impôt cantonal. L'impôt sur les successions d'étrangers au bénéfice d'un forfait ouvertes dans le canton est réduit de moitié. La même réduction est accordée pour les donations faites par ces contribuables. Ainsi, en ligne directe descendante, le taux maximum pour un forfaitaire oscille entre 1.75% et 3.5%, impôt communal compris. For internal use only 3

4 4. Canton du Valais Il n'y a pas de barème spécifique aux communes. Le barème cantonal est le suivant: Entre conjoints et descendants en ligne directe 0 % Entre frères et sœurs 10 % Entre cousins et cousines 15 % Entre petits-cousins et petites-cousines 20 % Entre tiers 25 % 5. Perspectives La plupart des cantons, surtout en Suisse alémanique, n'imposent pas les successions en ligne directe. Le canton de Schwyz, quant à lui, n'impose tout simplement pas les successions ni les donations, quel que soit le lien de parenté. Le canton de Lucerne n impose pas les donations (à condition que le donateur vive toujours 5 ans après la donation). Depuis quelques années, on constate en Suisse une diminution des droits de succession et de donation dans plusieurs cantons. Les conjoints sont désormais exonérés dans tous les cantons. Cela étant, une initiative, actuellement en phase de récolte de signatures, a été lancée dans le but de financer l AVS en remplaçant les droits de donation et succession cantonaux par un impôt fédéral de 20% sur les montants supérieurs à CHF 2'000'000, quel que soit le lien de parenté (les conjoints restant exonérés). L avenir dira quel sort sera réservé à cette initiative. PERMIS DE SÉJOUR / PERMIS D ÉTABLISSEMENT CONSÉQUENCES DES ACCORDS BILATÉRAUX SUISSE / UE Depuis le 1 er juin 2002, date d'entrée en vigueur de l'accord entre la Suisse et l'union Européenne sur la Libre Circulation des Personnes (ALCP), l'installation en Suisse pour les ressortissants de la Communauté Européenne est grandement facilitée. Ainsi, les seules conditions à remplir pour l'obtention d'un permis de séjour ("Permis B") sont de bénéficier d un revenu annuel ou de fonds permettant d'assurer son train de vie et d être couvert par une assurance-maladie reconnue en Suisse. Les documents à joindre à la demande pour l'obtention de cette autorisation varient d'un canton à l'autre, mais il faut en règle générale présenter: une confirmation de la situation patrimoniale ou une copie du forfait; une copie d une pièce d identité; 3 photos passeport; éventuellement un acte d acquisition immobilière ou un extrait du Registre foncier si le requérant est déjà propriétaire d un bien immobilier en Suisse. 4 For internal use only

5 ÉTRANGERS NON RESSORTISSANTS DE L UNION EUROPÉENNE Pour pouvoir rester en Suisse, l'étranger non ressortissant de l'union Européenne doit solliciter une autorisation de séjour auprès des autorités cantonales concernées. Cette procédure prend généralement deux à trois mois jusqu'à ce que ledit permis soit délivré. Cinq conditions sont en général requises pour la délivrance d un permis sans activité lucrative, soit: être âgé de plus de 55 ans; avoir des attaches étroites avec la Suisse; ne pas exercer d'activité lucrative en Suisse (et à l étranger); faire de la Suisse le centre de ses intérêts, et disposer des moyens financiers nécessaires pour l'ensemble des membres de la famille. Même si toutes ces conditions sont remplies, l'octroi du permis reste discrétionnaire et soumis à un quota. Les autorités compétentes examineront l'impact économique global résultant de l'octroi du permis, les considérations d'ordre financier se révélant d'une importance primordiale. Parfois, un forfait plus élevé peut être un argument suffisant. ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES RÉSIDENCE PRINCIPALE Depuis le 1 er octobre 1997, un étranger qui détient un permis de séjour, ou est sur le point de s en voir accorder un, peut acheter sa résidence principale sans autorisation (auparavant, un étranger ne pouvait acquérir qu'une résidence secondaire dans un lieu touristique). L'étranger doit créer son domicile fiscal principal à l'endroit de son acquisition. Précisons que, s'il s'agit de l'acquisition d'une villa par un citoyen d un pays hors de l Union européenne, la surface de terrain ne doit pas excéder 3'500 m 2. Au-delà, une demande d'autorisation doit être déposée (avec peu de chances de succès). CONSÉQUENCES DES ACCORDS BILATÉRAUX SUISSE / UE Là également, les accords bilatéraux entre la Suisse et l'union Européenne assouplissent considérablement la position helvétique. En effet, depuis le 1 er juin 2002, un ressortissant de l'union Européenne résidant en Suisse peut procéder à des acquisitions immobilières sans restriction, qu'il s'agisse d'une résidence principale, de résidences secondaires ou d'immeubles de rapport. For internal use only 5

6 DIV E RS SÉCURITÉ SOCIALE Les personnes qui résident en Suisse (qu'elles y travaillent ou pas) et qui sont âgées de moins de 65 ans, pour les hommes, et de moins de 64 ans, pour les femmes, doivent impérativement s'affilier à la sécurité sociale suisse. Cette assurance couvre la retraite, l'invalidité et le décès. La cotisation est proportionnelle au revenu de l'activité professionnelle, sans plafond, et, pour un nonactif, liée aux rentes ou à la fortune de l'assuré, jusqu à une contribution maximale de CHF par personne et par an. La cotisation maximale est atteinte avec une fortune d'environ CHF 8'300'000 par personne, soit un forfait de CHF 415'000, respectivement un forfait de couple de CHF 830'000. Les prestations sont proportionnelles à la durée de cotisation, si bien qu'une affiliation pendant quelques années seulement ne permettra pas de recevoir une rente qui dépasse quelques centaines de francs par mois. Toutefois, les cotisations n'en sont pas moins obligatoires et peuvent représenter un coût à ne pas négliger. ASSURANCE-MALADIE L'affiliation à une assurance-maladie de base est également obligatoire en Suisse. En plus des traitements ambulatoires, elle couvre tous les soins en chambre commune à l'hôpital. La cotisation mensuelle est d'environ CHF 300 par personne (avec de grandes différences selon les cantons). Il est également possible de s'affilier à des assurances complémentaires, qui couvrent par exemple les traitements en cliniques privées. Les cotisations sont bien entendu plus élevées, et la compagnie d'assurance peut refuser l'affiliation de quelqu'un ne satisfaisant pas à ses critères de santé. Elle refusera généralement toute personne âgée de plus de 60 ans. Demeurent réservées les mutuelles étrangères couvrant les assurés étrangers venant s établir en Suisse pour les prestations complémentaires. Nos spécialistes sont à votre disposition pour tout complément d'information. Jan Langlo Avocat, LL.M. (NYU) Expert fiscal diplômé Tél.: Jean-Philippe Krafft Docteur en droit Avocat, LL.M. (Cantab.) Expert fiscal diplômé Tél.: Nicolas Uster Soizic Mendes de Leon Juriste, LL.M. (Lausanne) Avocate Expert fiscal diplômé Experte fiscale diplômée Tél.: Tél.: For internal use only

Le SPC. un service de l'administration cantonale (DEAS) sa mission réside dans l'exécution d'une action administrative et financière

Le SPC. un service de l'administration cantonale (DEAS) sa mission réside dans l'exécution d'une action administrative et financière Le SPC un service de l'administration cantonale () sa mission réside dans l'exécution d'une action administrative et financière son efficacité sociale repose sur son organisation permettant le traitement

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV)

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) D 3 14 du 22 septembre 2000 (Entrée en vigueur : 1 er janvier 2001) Le GRAND CONSEIL de la République et canton

Plus en détail

DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS

DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS DÉPARTEMENT DE LA JUSTICE, DE LA SECURITÉ ET DES FINANCES SERVICE DES CONTRIBUTIONS N/REF. : La Chaux-de-Fonds, le Déclaration à renvoyer, dûment remplie et

Plus en détail

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION 2012 Données indicatives. Se reporter au guide de l administration fiscale pour toutes précisions Catégorie de

Plus en détail

Comment remplir le formulaire demande de rectification

Comment remplir le formulaire demande de rectification Comment remplir le formulaire demande de rectification N AVS 13 Indiquer votre N AVS13. Pour la Suisse, le N AVS13 comporte 13 chiffres et se présente sous la forme 756.9999.9999.99 En effet, depuis le

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Instructions générales

Instructions générales 2015 Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct Instructions générales pour remplir la déclaration d impôt des personnes physiques : - lors d un départ à l étranger - en cas de décès SCCOI759V5 SERVICE

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle Version 01.01.2015 Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle De quoi s'agit-il? Pour financer la propriété d'un logement pour vos propres besoins, vous pouvez retirer

Plus en détail

LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS

LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS Maître ALON LEIBA Avocat au barreau d ISRAEL et de PARIS 14, rue Clément Marot 75008 Paris 1 PLAN 1. Le régime d imposition

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

Financer son propre logement

Financer son propre logement Financer son propre logement Plan de la présentation : fonds propres fonds propres Page 2 Comment devenir Quelles sont les étapes du d un logement? fonds propres 1. Etablissement d un budget (quel loyer

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit Aspects internes & internationaux Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Céline VIESSANT Frédéric MEGE 1 Introduction Comme souligné

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi Section des bourses Sommaire Informations générales à propos des aides à la formation Etat au 27 mai 2015 BOURSE, PRÊT D'ÉTUDES ET CONTRIBUTION CANTONALE AUX FRAIS DE FORMATION...3 CONDITIONS REQUISES

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

République et Canton de Genève Département des finances

République et Canton de Genève Département des finances République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Direction Générale Le directeur général Hôtel des Finances Rue du Stand 26 Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions

Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions Le 11 juillet 2013, la Suisse et la France ont signé une nouvelle Convention de double imposition en matière de

Plus en détail

La Succession et la donation

La Succession et la donation La Succession et la donation Le droit des successions Lors d un décès dans une famille, la question de la succession semble tout d abord secondaire mais peut être la source de problèmes administratifs,

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine Clément DORNIER Caroline FERTÉ Audrey LEGRAND Marie-Anne MILAN 1 UN ÉVENTAIL DE

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études

Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études 1.4. Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études du 18 juin 2009 I. Objectifs et principes Art. 1 But de l'accord Le présent accord vise à encourager dans l'ensemble de la

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale Centre Communal d Action Sociale 01.34.90.89.73 Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale - Livret de Famille

Plus en détail

Daniel Schafer Associé. Gilbert Ladreyt Associé

Daniel Schafer Associé. Gilbert Ladreyt Associé La nouvelle Convention entre la Confédération suisse et la République française en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur les successions Daniel Schafer Associé Gilbert Ladreyt Associé

Plus en détail

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge;

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge; Déductions de primes Les montants versés pour le 1 er pilier sont entièrement déductibles du revenu. Les montants versés pour le 2 ème pilier sont entièrement déductibles du revenu. Sont déduits du revenu:

Plus en détail

Aspects fiscaux de l entreprise

Aspects fiscaux de l entreprise Séminaire PME et indépendants Banque Cantonale de Genève Aspects fiscaux de l entreprise questions choisies (impôts directs) Séminaire du 4 septembre 2012 Alexandre Faltin Avocat, diplôme d études supérieures

Plus en détail

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Plan de l exposé Introduction Les conséquences civiles Les

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Affiliation comme personne sans activité lucrative Données personnelles Nom... Prénom.... Date de naissance Sex m f No AVS..... Etat civil: célibataire partenariat enregistré marié(e) partenariat dissous

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

CAISSE CANTONALE VAUDOISE DE COMPENSATION AVS NOTICE

CAISSE CANTONALE VAUDOISE DE COMPENSATION AVS NOTICE AGENCE D'ASSURANCES SOCIALES CAISSE CANTONALE VAUDOISE DE COMPENSATION AVS 1815 CLARENS NOTICE concernant le calcul de la prestation complémentaire pour familles et le remboursement des frais de maladie

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement dans le cadre de la prévoyance professionnelle

Encouragement à la propriété du logement dans le cadre de la prévoyance professionnelle Stiftung Auffangeinrichtung BVG Fondation institution supplétive LPP Fondazione istituto collettore LPP Encouragement à la propriété du logement dans le cadre de la prévoyance professionnelle (valable

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

J'entre en EMS, comment payer? SPC - Edition décembre 2013

J'entre en EMS, comment payer? SPC - Edition décembre 2013 J'entre en EMS, comment payer? SPC - Edition décembre 2013 Page 2/7 Service des prestations complémentaires (SPC), Route de Chêne 54 1211 Genève 6 Tél +41 22 546 16 00 Fax +41 22 546 17 00 www.geneve.ch/spc_ocpa

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07]

B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07] B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07] Références du document 14A-3-07 Date du document 11/04/07 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 14 A-3-07 N 52 du 11 AVRIL 2007 PUBLICATION DE L'AVENANT A LA CONVENTION

Plus en détail

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base Vivre et travailler en Suisse + Le système de sécurité sociale en Suisse + Le système social* Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat de Rente survie Base juridique Art.199 septies I 1 du code général des impôts

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure ÉPARGNE 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances?

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? Dans cette brochure La donation Quels sont mes avantages? 2 Quels sont mes risques? 3 Le rapport Revenir sur le passé? 4 C est au donateur

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales Mot d accueil SOMMAIRE Introduction : le contexte Le système de retraite Les produits financiers La gestion du patrimoine SAS, SCI les nouveautés fiscales Questions Réponses LA RETRAITE EN 2011 : QUELQUES

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2011 La loi de finances rectificative pour 2011 a été définitivement adoptée le 6 juillet dernier et devrait, sauf recours constitutionnel, être prochainement publiée

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE EN SUISSE + LE SYSTÈME SOCIAL Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela tient

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy Résumé abrégé des applications de Tribut TAX et TAXEasy TRIBUT SA, 3172 Niederwangen Tel 031 980 16 16 / FAX 031 980 16 19 Hotline: 08:00 12:00 031 980 16 17 Homepage: http://www.tribut.ch E-Mail: mailto:tribut@tribut.ch

Plus en détail

FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS

FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS V INTRODUCTION 1 PREMIÈRE PARTIE TRAITEMENT FISCAL DES SALARIÉS FRANÇAIS EXPATRIÉS Chapitre 1 : En droit interne

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

1. Mon assurance n'offre pas de "petite complémentaire" couvrant une partie des frais de soins dentaires de mon enfant. Que puis-je faire?

1. Mon assurance n'offre pas de petite complémentaire couvrant une partie des frais de soins dentaires de mon enfant. Que puis-je faire? Service dentaire scolaire mis en vigueur au 1 er avril 2007 Questions fréquentes 1. Pas d'assurance complémentaire, que faire? 2. Calcul de la réduction pour enfant à charge (pour l'année transitoire 2007)

Plus en détail

les successions Que faire avant pour que tout aille mieux après?

les successions Que faire avant pour que tout aille mieux après? les successions Que faire avant pour que tout aille mieux après? LE DROIT DES SUCCESSIONS Que dois-je savoir, que dois-je prévoir? Dans la tristesse qui entoure le décès d un proche, il est pénible de

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

Français du Monde ADFE Washington Bulletin de liaison No 99, Avril 2013

Français du Monde ADFE Washington Bulletin de liaison No 99, Avril 2013 Français du Monde ADFE Washington Bulletin de liaison No 99, Avril 2013 Français du Monde Association Démocratique des Français à l Étranger Section de Washington PO Box 105 Queen Anne MD 21657 410 364

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Convention de prévoyance

Convention de prévoyance (à usage interne, laisser en blanc s.v.p.) N de compte prévoyance Original pour la Fondation Convention de prévoyance Conformément à l art. 82 LPP, le/la titulaire convient avec la Fondation de prévoyance

Plus en détail

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP Copie pour la fondation de libre passage Freizügigkeitsstiftung der Migros Bank Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP L ouverture du compte sera effectuée après entrée de la prestation

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Des dispositifs d aide pour favoriser l accès aux soins.

Des dispositifs d aide pour favoriser l accès aux soins. CMU de base, CMU complémentaire (CMU-C), Aide pour une Complémentaire Santé (ACS), Aide Médicale de l'état (AME). Des dispositifs d aide pour favoriser l accès aux soins. Ce document est élaboré par le

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 Exemples Vous trouverez, dans l'aide au remplissage du formulaire "Déclaration pour le prélèvement de l'impôt à la source", plusieurs exemples avec

Plus en détail

Payer, épargner, prévenir

Payer, épargner, prévenir Payer, épargner, prévenir 1 sommaire Compte courant et internet-banking page 2 Compte d'épargne page 3 TerZo (pilier 3a) page 7 Compte de libre passage page 10 Part ordinaire page 12 1 Compte courant et

Plus en détail

Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA

Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA Fisca Finance SA Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA Patrick Féral et Benoit Steiner 8 novembre 2011 page 1 LA PREVOYANCE EN SUISSE page

Plus en détail

Aide pour une complémentaire santé

Aide pour une complémentaire santé Aide pour une complémentaire santé Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour obtenir l Aide pour une complémentaire santé, une présentation du dispositif, une demande à compléter,

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Congé de soutien/solidarité familiale

Congé de soutien/solidarité familiale Congé de soutien/solidarité familiale Si un membre de votre famille, handicapé ou dépendant, a besoin de votre présence pour quelques temps, sachez que vous pouvez désormais bénéficier d'un congé spécifique.

Plus en détail

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif»)

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») Les régimes d'épargne-retraite individuels (les «régimes») prévus par le régime collectif sont établis par la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie

Plus en détail

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE Page 3 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE 60+ Page 4 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE DE PLACEMENT À TERME Page 5 LA PRÉVOYANCE AVEC

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales 1 Règles d'indexation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales Avis relatif à l'indexation automatique

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail