LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS"

Transcription

1 LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS Maître ALON LEIBA Avocat au barreau d ISRAEL et de PARIS 14, rue Clément Marot Paris 1

2 PLAN 1. Le régime d imposition en Israël 1.1 Le principe de personnalité et d assujettissement individuel à l impôt en Israël La résidence fiscale israélienne 1.2 Les revenus imposables en Israël Progressivité de l imposition sur les revenus du travail en Israël Taux d imposition applicables aux bénéfices des sociétés Taux de la TVA La plus-value immobilière L imposition des dividendes et plus-values immobilières 2. L imposition des nouveaux immigrants et des anciens résidents d Israël de retour en Israël : la réforme fiscale de septembre 2008 visant au retour des citoyens israéliens résidant à l étranger ou au renforcement de la Aliya Période de choix du lieu de résidence fiscale Exonérations fiscales pour les entreprises étrangères possédées ou gérées par les nouveaux arrivants Non déclaration en Israël des revenus de source étrangère Avantages fiscaux des droits d enregistrement Avantages fiscaux pour les nouveaux immigrants français ou les «toshav hozer» (anciens résidents israéliens de retour en Israël) 3. Imposition des résidents français en Israël 3.1 L article 23 de la Convention fiscale franco-israélienne 3.2 Les avantages fiscaux des revenus fonciers en Israël et des bénéfices réalisés en Israël par des sociétés de droit israélien 4. Exonérations fiscales importantes en droit israélien 4.1 La fiscalité générale des biens immobiliers à destination d habitation Exonération de paiement d impôts sur les loyers Exonération de paiement de droits d enregistrement Droits d enregistrement réduits d un nouvel immigrant Exonération de paiement de plus-value Exonération de droits à bâtir 4.2 Exonérations en matière de donations et successions Les éxonérations en matière de successions, legs et donations Le droit de succession 2

3 1. LE REGIME D IMPOSITION EN ISRAEL 3

4 1.1 LE PRINCIPE DE PERSONNALITE ET D'ASSUJETTISSEMENT INDIVIDUEL A L'IMPOT EN ISRAEL LA RESIDENCE FISCALE ISRAELIENNE Depuis le 1er janvier 2003, date d'entrée en vigueur de la réforme du régime fiscal israélien, tout résident israélien est imposé sur l'ensemble de ses revenus, qu'ils soient perçus en Israël ou à l'étranger. Le "domicile fiscal" de toute personne est déterminé par l'identification du lieu des centres d'intérêts du contribuable. La loi crée une présomption de domiciliation fiscale en ISRAEL si le contribuable passe 183 jours durant l année fiscale en ISRAEL ou s il passe 425 jours en ISRAEL durant trois années fiscales. Cette définition israélienne de la résidence fiscale est importante parce qu un Français qui décide d immigrer en ISRAEL ou de passer la majorité de son temps en ISRAEL, peut être amené à payer pour les mêmes revenus générés en France et en ISRAEL des impôts dans les deux pays, si la législation des deux pays le considère comme ayant sa résidence fiscale dans les deux pays. Une telle situation pourrait nuire gravement au contribuable français (devenu ou étant israélien) si ce dernière souhaite bénéficier des allègements fiscaux israélien dans le cadre de son programme d «ALIYA» (retour en ISRAEL) ou de «TOSHAV HOZER» (résident israélien revenant habiter en ISRAEL après un séjour à l étranger). Ainsi, c est l article 4 de la convention fiscale franco-israélienne qui détermine dans quelles conditions le contribuable peut être considéré comme ayant une seule résidence fiscale située soit en ISRAEL, soit en France : «Article 4 Résidence fiscale 1. Au sens de la présente Convention, l'expression "résident d'un Etat contractant" désigne toute personne qui, en vertu de la législation de cet Etat, est assujettie à l'impôt dans cet Etat, en raison de son domicile, de sa résidence, de son siège de direction, ou de tout autre critère de nature analogue. Toutefois, cette expression ne comprend pas les personnes qui ne sont assujetties à l'impôt dans cet Etat que pour les revenus de sources situées dans cet Etat ou pour la fortune qui y est située. 2. Lorsque, selon les dispositions du paragraphe 1, une personne physique est un résident des deux Etats contractants, sa situation est réglée de la manière suivante : a) Cette personne est considérée comme un résident de l'etat où elle dispose d'un foyer d'habitation permanent ; si elle dispose d'un foyer d'habitation permanent dans les deux Etats, elle est considérée comme un résident de l'etat avec lequel ses liens personnels 4

5 et économiques sont les plus étroits (centre des intérêts vitaux) ; b) Si l'etat où cette personne a le centre de ses intérêts vitaux ne peut pas être déterminé, ou si elle ne dispose d'un foyer d'habitation permanent dans aucun des Etats, elle est considérée comme un résident de l'etat où elle séjourne de façon habituelle ; c) Si cette personne séjourne de façon habituelle dans les deux Etats ou si elle ne séjourne de façon habituelle dans aucun d'eux, elle est considérée comme un résident de l'etat dont elle possède la nationalité ; d) Si cette personne possède la nationalité des deux Etats ou si elle ne possède la nationalité d'aucun d'eux, les autorités compétentes des Etats contractants tranchent la question d'un commun accord. 3. Lorsque, selon les dispositions du paragraphe 1, une personne autre qu'une personne physique est un résident des deux Etats contractants, elle est considérée comme un résident de l'etat où son siège de direction effective est situé. Si l'etat où son siège de direction effective est situé ne peut être déterminé, les autorités compétentes des Etats contractants tranchent la question d'un commun accord.» 5

6 1.2 LES REVENUS IMPOSABLES EN ISRAEL Les revenus imposables comprennent les revenus du travail (salaires, revenus des travailleurs indépendants, retraites complémentaires) et les revenus du capital (revenus de capitaux mobiliers tels que dividendes et intérêts, revenus de capitaux immobiliers, royalties, etc.). L'impôt sur le revenu pèse sur les revenus bruts du travail. S agissant des salariés, l impôt est prélevé mensuellement à la source sur la base des salaires versés par l'employeur, à qui incombe la charge du versement de l'impôt tous les 15 du mois ou tous les deux mois en fonction de la taille de la société. Le régime israélien d'imposition des revenus se distingue donc du régime déclaratif français. En revanche, les travailleurs indépendants ainsi que les sociétés à responsabilité limitée, procèdent à une déclaration annuelle de leurs revenus en fonction de laquelle ils doivent payer l impôt en avance, sur la base des revenus perçus l année précédente. Les revenus du capital ne font pas l'objet d'une imposition globale mais sont imposés séparément et soumis à des taux spécifiques. Progressivité de l'imposition sur les revenus du travail en ISRAEL Un barème par tranche et avec des taux d imposition progressifs de 10 à 44% est appliqué aux revenus de travail. Le principe est le prélèvement mensuel à la source de l'impôt, net des exemptions et déductions. Les taux d'imposition du travail tels qu ils sont définis ci-après incluent les prélèvements sociaux. Taux d imposition applicables aux revenus du travail en 2010 : Revenu mensuel (NIS) Taux de l impôt de 1 à % de 4170 à % de 7420 à % de à % de à % Au dessus de % 6

7 Taux d imposition applicable aux bénéfices des sociétés Le taux d imposition est de 25% sur les bénéfices totaux des sociétés israéliennes. Taux de la TVA La TVA en ISRAEL est de 16,5%. La plus value immobilière La plus value immobilière en ISRAEL («Mass Shevach») est de 20% sur la plus value réelle réalisée à la suite de la vente des biens immobilières par des particulières pour les immeubles acquis à partir du 7 novembre Si un immeuble a été acquis avant le 7 novembre 2001, le contribuable payera une imposition de 50% sur la plus value réelle proportionnelle réalisée jusqu au 7 novembre Par exemple, si le vendeur de bien immobilier a acquis le bien le 7 octobre 2001 et l a vendu le 7 janvier 2002, il sera imposé : (30/90 x 50% x bénéfice réelle réalisée par la vente de bien immobilier) + (60/90 x 20% x bénéfice réelle réalisée par la vente de bien immobilier). Imposition des dividendes et plus value mobilières Les dividendes provenant des sociétés israéliennes et la plus value réalisée grâce à la vente des actions des sociétés dans lesquelles le contribuable est associé ou actionnaire significatif est de 25%. Les autres dividendes, intérêts et plus values sont imposables à 20% pour les particuliers. Pour les sociétés, les intérêts, les plus values mobilières de titres cotés en bourse et les dividendes de sociétés étrangères seront imposables suivant le taux de l impôt sur les sociétés en vigueur. LES RESIDENTS ETRANGERS BENEFICIENT D UNE EXONERATION SUR LES PLUS-VALUES DE VALEURS MOBILIERES COTEES EN BOURSE, ET DE CELLES NON COTEES EN BOURSE SI LES VALEURS MOBILIERES ETAIENT ACQUISES ENTRE LE MOIS DE JUILLET 2005 ET FIN

8 2. L IMPOSITION DES NOUVEAUX IMMIGRANTS ET DES ANCIENTS RESIDENTS D ISRAEL DE RETOUR EN ISRAEL : RÉFORME FISCALE DE SEPTEMBRE 2008 VISANT AU RETOUR DE CITOYENS ISRAELIENS RÉSIDANT A L ÉTRANGER (TOCHAV HOZER) ET AU RENFORCEMENT DE LA ALYA 8

9 En septembre 2008, Le ministère des Finances a mis en place une réforme fiscale visant à soutenir la Alya et le retour en Israël des citoyens résidant à l étranger. La réforme a été initiée par le ministère de l'intégration. Leur nouveau statut fiscal est rapproché de celui des olim (nouveaux immigrants) qui bénéficient de façon similaire des exemptions fiscales. Un nouveau statut fiscal - "Tochav Hozer Vatik et Olé» bénéficiant d exonérations fiscales spécifiques", étend les avantages fiscaux aux résidents de retour et les rend équivalentes aux avantages fiscaux accordée aux nouveaux immigrants, et ce pour une période de 10 ans. L exemption fiscale joue durant une période de 10 ans pour tous les types de revenus perçus ou réalisés hors d Israël par le Olé ou le Toshav Hozer. Le nouveau statut est également accordé aux personnes qui ont résidé pendant au moins 10 ans à l étranger depuis leur départ d Israël. Les revenus étrangers concernés par la réforme sont tous les revenus des nouveaux immigrants et des «tishav hozer vatik» générés à l étranger, entre autre : Plus values sur le capital et actifs, Revenus financiers des dépôts et comptes bancaires à l étranger (intérêts par exemple), Plus values immobilières pour des biens situés à l étranger, plus values sur titres de participations et actifs étrangers, Salaires, Pensions de retraite, Loyers, Royalties de source étrangère. Période de choix du lieu de résidence fiscale Les candidats au retour disposent d un an pour figer leur nouveau statut fiscal et ce depuis leur date d arrivée. Pendant cette première année les olim et Tochav hozer peuvent demander à conserver le statut de non résident fiscal israélien. Exonérations fiscales pour les entreprises étrangères possédées ou gérées par les nouveaux arrivants 9

10 Les entreprises dont la propriété et/ou la direction sont assurés par un candidat au retour auront le statut de non résidentes fiscales en Israël et donc exonérés de l impôt, pourvu que les bénéfices des ces sociétés soient réalisés à l étranger. Non déclaration en Israël des revenus de source étrangère Les particuliers et les entreprises qui sont sous leur direction, ne sont pas tenus de déclarer les bénéfices et produits de source étrangère. Seuls les revenus d'activités en Israël, d investissements israéliens et les plus values d actifs réalisés en ISRAEL postérieurement au retour en Israël sont taxables selon la réglementation de droit commun. Avantages fiscaux des droits d enregistrement Un nouvel immigrant qui achète pour la première fois soit un appartement en ISRAEL à usage d habitation ou un terrain à bâtir, soit une affaire, paie un droit d enregistrement inférieur de : - 0.5% jusqu à NIS (environ euros) - 5% pour toute somme supérieure à NIS. Il doit exercer ce droit pendant une période d un an avant l immigration à sept ans de l année de l immigration. ATTENTION 1. Le fait de se déclarer résident fiscal israélien implique la non résidence fiscale dans le pays d origine. 2. La non résidence fiscale est laissée à l appréciation quelquefois controversée des administrations fiscales locales. 3. Par ailleurs, la convention fiscale franco-israélienne prévoit un régime fiscal spécifique pour les revenus français. 4. Tous les revenus fonciers restent taxés en France et les biens immobiliers rentrent dans la base de l ISF. 5. La distribution de revenus mobiliers et financiers peuvent faire l objet d un prélèvement à la source ou d un prélèvement libératoire en France, ce qui risque d atténuer l impact de la réforme israélienne. 10

11 Avantages fiscaux pour les nouveaux immigrants français ou les «toshav hozer» L exonération est importante parce qu elle permet à des personnes de délocaliser leur résidence fiscale en ISRAEL, et de continuer à profiter de leur travail, dividendes, intérêts, plus value, retraites et dividendes situés à l étranger ou provenant de l étranger, sans payer d impôts en ISRAEL sur ces revenus. En ce qui concerne les Français devenus «Nouveaux Immigrants» ou «Toshav Hozer», ces revenus seront ou non imposables en France selon la convention fiscale franco-israélienne. Par exemple, si un Français installé en ISRAEL perçoit une retraite d un organisme français, et que cette retraite n est pas imposable en France parce que le contribuable a sa résidence fiscale en ISRAEL, le contribuable ne payera pas d impôts sur cette retraite en ISRAEL pendant 10 ans. Ou, si par exemple un nouvel immigrant d origine française dispose des revenus immobiliers en France, il payera des impôts sur ces revenus uniquement en France pendant une période de 10 ans. Après cette période de 10 ans, la convention fiscale franco-israélienne déterminera les modalités par lesquelles le contribuable pourrait obtenir des crédits d impôts sur ces revenus en ISRAEL. Le statut de nouvel immigrant ou de «toshav hozer» est particulièrement intéressant du point de vue fiscal pour des personnes ayant une fortune en France qu elles souhaiteraient liquider. Ainsi, si un «olé hadash», considéré selon la législation française ou selon la convention franco-israélienne comme ayant une seule et unique résidence fiscale israélienne en Israël, décide de vendre ses parts dans des sociétés françaises qui ne sont pas à prépondérance immobilière, la plus value réalisée pourrait ne pas être imposable en France parce que le contribuable n a plus de résidence fiscale en France. Il est précisé que selon l article 244bisB de CGI, l exonération ne pourra s appliquer que si le cédant détient une participation inférieure à 25% de la société française soumise à l IS. La vente de ces parts ne sera non plus imposable en Israël parce qu il s agit de vente des parts de sociétés étrangères détenues par des nouveaux immigrants avant leur immigration en Israël. De plus, les nouveaux immigrants cessent de payer l impôt sur la fortune (à l exception pour les biens situés en France), lequel n existe pas en Israël. 11

12 3. L IMPOSITON DES RESIDENTS FRANÇAIS EN ISRAEL 12

13 3.1 L ARTICLE 23 DE LA CONVENTION FISCALE FRANCO-ISRAELIENNE Les résidents fiscaux français réalisant des opérations en Israël, imposées ou non en Israël, sont presque toujours imposés en France pour les mêmes opérations. L article 23 de la convention fiscale franco-israélien fixe pour les français un mécanisme de crédit d impôt en France, permettant aux résidents français d éviter la double imposition. Il existe néanmoins au moins deux domaines dans lesquels l article 23 de la convention fiscale citée ci-dessous a laissé des «brèches» permettant aux français de faire une économie sur leurs impôts en France. Il s agit, d une part, des revenus de la location par des résidents français de biens immobiliers situés en ISRAEL, et d autre part, des bénéfices réalisés par des sociétés israéliennes dans lesquelles les résidents français détiendraient des parts. L article 23 de la Convention fiscale franco-israélienne dispose que : Article 23 «1. En ce qui concerne la France, les doubles impositions sont éliminées de la manière suivante. a) Les revenus qui sont imposables ou ne sont imposables qu'en Israël conformément aux dispositions de la présente Convention sont pris en compte pour le calcul de l'impôt français lorsque leur bénéficiaire est un résident de France et qu'ils ne sont pas exemptés de l'impôt sur les sociétés en application de la législation interne française. Dans ce cas, l'impôt israélien n'est pas déductible de ces revenus, mais le bénéficiaire a droit, dans les conditions et limites prévues aux i et ii, à un crédit d'impôt imputable sur l'impôt français. Ce crédit d'impôt est égal : i) pour les revenus non mentionnés au ii, au montant de l'impôt français correspondant à ces revenus, à condition que leur bénéficiaire soit soumis à l'impôt israélien à raison de ces revenus ; ii) pour les revenus visés aux articles 10, 11 et 12, aux paragraphes 1 et 2 de l'article 13, au b du paragraphe 1 de l'article 14, au paragraphe 3 de l'article 15, à l'article 16 et aux paragraphes 1 et 2 de l'article 17, au montant de l'impôt payé en Israël conformément aux dispositions de ces articles ; toutefois, ce crédit d'impôt ne peut excéder le montant de l'impôt français correspondant à ces revenus.» 13

14 3.2 LES AVANTAGES FISCAUX DES REVENUS FONCIERS EN ISRAËL ET DES BENEFICES REALISES EN ISRAËL PAR DES SOCIETES DE DROIT ISRAELIEN Les revenus prévus à l article 23(1)(a)(ii) de la convention fiscale franco-israélienne concernes les dividendes, intérêts, redevances, plus value immobilière, honoraires, jetons de présence et revenus des artistes et sportifs français en ISRAEL. Si ces revenus réalisés par des résidents français en ISRAEL sont imposables en ISRAEL, ils les sont également en France et les résidents français peuvent demander en FRANCE le crédit d impôt sur l impôt en ISRAEL. Il résulte que si l impôt pour ces revenus en France est supérieur à celui en ISRAEL, le complément d impôt sera payé en France. En revanche, l article 23(1)(a)(i) comprend des revenus qui ne sont pas visés à l article 23(1)(a)(ii), soit des loyers provenant de l exploitation par des résidents français des biens immobiliers situés en ISRAEL dont ils sont propriétaires (article 6 de la convention fiscale), et l impôt sur les bénéfices des sociétés israéliennes dont les résidents français sont les propriétaires (article 7 de la convention fiscale). Comme on l a rappelé, selon les articles 6 et 7 de la convention, les loyers provenant de la location des biens immobiliers situés en Israël et les bénéfices des sociétés israéliennes, même celles détenues par des sociétés françaises répondant à la définition d»établissement stable» en vertu des article 5 et 7 de la convention, sont imposés en Israël. Si les résidents français doivent payer des impôts en Israël pour les revenus immobiliers, ils bénéficieront en France d un crédit d impôt égal au montant de l'impôt français correspondant à ces revenus. Ainsi, si l impôt français est supérieur à l impôt israélien pour ces mêmes revenus, le résident français fait en France une économie d impôt. Par exemple, lorsqu une personne détient plusieurs appartements en ISRAEL à usage d habitation, il peut les louer et demander à l Administration Israélienne d être autorisé à payer uniquement une imposition forfaitaire de 10% des montants des loyers perçus. Le cas échéant, le contribuable ne pourrait pas demander la déduction des frais exposés pour générer ces loyers (par exemple, travaux de remises en état dans les appartements). L imposition en France pour de tels revenus immobiliers pourrait être dans certains cas supérieur à l impôt israélien. Ainsi qu il a été mentionné ci-dessous, l impôt sur les bénéfices des sociétés israéliennes en Israël s élève à 25%, alors qu en France l impôt sur les sociétés françaises s élève à 15% jusqu à un bénéfice de euros et à 33.33% pour toute somme supérieure à euros. 14

15 Il peut, dans certains cas, être intéressant de détenir une société israélienne pour gérer une activité commerciale si la société israélienne est uniquement imposée pour ses opérations en Israël et que ses bénéfices sont importants. L impôt sur les sociétés en Israël ne constituant pas «un régime fiscal privilégié» au sens de l article 238A de CGI et l Etat d Israël n étant pas un paradis fiscal, l Administration ne peut pas exiger l intégration des bénéfices réalisés par des sociétés israéliennes dans le résultat de leur société mère (cette possibilité est prévue à l article 209B de CGI). 15

16 4. LES EXONERATIONS FISCALES IMPORTANTES EN DROIT ISRAELIEN Les résidents français, comme les résidents israéliens, bénéficient en Israël des exonérations fiscales complètes de la plus value immobilières ou des droits de succession. Ces exonérations sont inapplicables en France, le contribuable français devant s acquitter de tous les impôts en France pour des donations ou plus value immobilière de biens situés à l étranger, même si ces actes ne sont pas imposables en Israël. 16

17 4.1 LA FISCALITE GENERALE EN MATIERE DE BIENS IMMOBILIERS A DESTINATION D HABITATION La vente des biens immobiliers fait l objet de paiement de la plus value de 20% pour les particuliers, et de 25% pour des sociétés dont la vente ne consiste pas en une opération commerciale habituelle (SCI israélienne par exemple, transparente ou non transparente). Il existe néanmoins des exonérations très importantes. Exonération de paiement d impôts sur les loyers En vertu de la loi israélienne, les loyers provenant de la location des appartements à usage d habitation dont le montant mensuel ne dépasse pas NIS (en 2010), soit environ 910 euros par mois, ne sont pas imposables en ISRAEL. Une imposition «légère» sera appliquée si les loyers mensuels dépassent NIS mais sont inférieurs à NIS. Exonération de paiement des droits d enregistrement Lors de l acquisition d un appartement à usage d habitation en Israël, il existe un taux d imposition de : 0% jusqu à NIS (soit environ euros) 3.5% de NIS à NIS (environ euros) 5% pour un montant supérieur à NIS Pour bénéficier de ce taux, il est nécessaire que l appartement acquis soit le seul appartement de contribuable, que le contribuable ait une résidence fiscale israélienne et que le contribuable soit un particulier. Ainsi, le résident non israélien est forcément imposé de la manière suivante : - 3.5% jusqu à NIS (soit euros environ) - 5 % pour toute somme supérieure à NIS). Les droits d enregistrement d un nouvel immigrant Un nouvel immigrant qui achète pour la première fois soit, un appartement en Israël à usage d habitation, soit, un terrain à bâtir, soit, un fond de commerce, paie un droit d enregistrement réduit de : 17

18 - 0,5% jusqu à NIS (environ euros) - 5% pour toute somme supérieure à NIS Il peut exercer son droit d abattement lors de l acquisition avec son époux/épouse propriétaire indivisaire, sur la totalité du prix de l acquisition, même si ce dernier n a pas réalisé son «aliya». Il doit exercer ce droit pendant une période d un an avant l immigration jusqu à sept ans à compter de l année de son immigration. Exonération de paiement de la plus value De manière générale, la loi israélienne octroie une exonération de paiement de la plus-value réalisée grâce à la vente de tout appartement à destination d habitation, sous l une des conditions suivantes : - Il s agit de la vente d un appartement à usage d habitation ou dont la majorité de la surface a été à usage d habitation, ou de la vente d une maison à usage d habitation, étant entendu que si la maison vendue consiste en d autres terrains nus avec des droits de construction, l exonération sera inapplicable à ces terrains, et si l appartement est vendu avec des droits de construction complémentaires, la partie de prix afférente à ces droits ne fera pas l objet d exonération. - La construction de l appartement est terminée au jour de la vente. La vente d un appartement en cours de construction ou d un terrain à bâtir ne fait pas l objet d exonération. - Un particulier est propriétaire de l appartement et non pas une société. - L appartement a été utilisé pour l habitation ou pouvait être utilisée pour y habiter, même s il était non occupé. - Le particulier n a pas vendu un autre appartement dont il est également propriétaire pendant une durée minimale de 4 ans avant la vente. Par dérogation à cette règle, l exonération sera toujours octroyée si : A L appartement a fait l objet de donation par le particulier à sa femme ou à ses enfants. La vente pourrait être faite avec exonération pendant une période variable d un an à trois ans à compter de la date de donation, en fonction de l état personnel du vendeur (marié ou non) et de l utilisation effective de l appartement par le vendeur pour habitation. B L appartement a été légué au particulier ou reçu par héritage, à condition que le vendeur est l epoux/épouse du défunt ou son descendant ou l époux/épouse de 18

19 son descendant, le legs au particulier concerne un seul appartement à usage d habitation, le défunt pouvait lui-même vendre l appartement avec l exonération. C L appartement vendu est le seul appartement du vendeur, ce dernier n a pas vendu un autre appartement pendant 18 mois avant la vente, pendant une durée de quatre ans (4) ans avant la vente le vendeur n était pas propriétaire d autres appartements et la vente concerne plus de 25% des droit de propriété. Si le vendeur a vendu pendant une période maximale d un an avant la vente un autre appartement pour en acheter un autre, ou s il a vendu auparavant moins de 25% de ses droits dans un autre appartement, il bénéficiera toujours de l exonération. - Le particulier vend tous ses droits dans l appartement, même s il est propriétaire indivisaire et que les autres propriétaires indivisaires ne vendent pas leur part dans l appartement. Exonération de paiement des droits à bâtir («heitel haschbacha») De manière générale, lorsqu un terrain ou un appartement nu est vendu avec des droits à bâtir ou des droits de construction, ces droits font l objet de paiement d imposition spéciale à la mairie de lieu de situation de l immeuble, dont le montant s élève à 50% de la plus value réalisée grâce à l existence de ces droits. Une exonération de paiement de ces droits est applicable uniquement si : - Le vendeur a reçu le bien par héritage ou legs - Le vendeur a reçu par donation le bien de l époux, d un parent ou d un ascendant ou d un descendant du vendeur ou de son époux 19

20 RECOMMANDATIONS - Eviter de vendre un appartement reçu par donation sans attendre depuis la donation une période d un à quatre ans - Eviter de louer l appartement pour un autre usage que l habitation - Si le vendeur souhaite vendre plusieurs appartements dans une période de quatre ans, il faut vendre d abord ceux qui génèrent le moins de plus value - Eviter la vente d un appartement ou d une maison en cours de construction. Le cas échéant, contracter une option pour une telle vente, l option devant être réalisée lors de l achèvement de la construction - Lors de l acquisition d un terrain nu en Israël, il pourrait être intéressant dans certains cas de faire construire la maison par un constructeur autre que le promoteur. De cette manière, le prix de la construction ne sera pas soumis aux droits d enregistrement. - Eviter d acquérir un bien immobilier avec d autres propriétaires en indivision. La vente d une part de l indivision constitue une exploitation de l exonération, empêchant le vendeur de vendre un autre appartement pendant une période de quatre ans avec exonération de plus value. - Un nouvel immigrant devrait acquérir un bien immobilier et un fond de commerce pendant une période de sept ans depuis son arrivé en Israël. Ainsi, il bénéficiera de droits d enregistrement réduits. 4.2 L EXONERATION EN MATIERE DES DONATIONS ET SUCCESSIONS Les exonérations en matière de successions, legs et donations Les héritages et les legs suite à un décès, par testament ou de droit, sont exonérés des droits de succession en ISRAEL et des droits sur la plus value. L imposition sur la transmission de patrimoine par successions n existe pas en Israël. Les donations entre vifs ne sont pas imposables si les parties à la donation sont la famille proche. A défaut, l opération pourrait être qualifiée de vente. 20

21 Le droit de succession Le droit de succession israélien présente les avantages suivants qui le rendent attractif par rapport au droit français : - La notion d héritier réservataire n existe pas en Israël. Toute personne peut léguer par testament ses biens situés en Israël à toute personne de son choix. Toutefois, si le résident français avait son domicile en France lors de son décès, le droit de succession français sera applicable en Israël, mais uniquement en ce qui concerne ses biens meubles. Ainsi, si le contribuable français souhaite déshériter des enfants ou son époux de ses biens situés en Israël par testament, il est nécessaire que le contribuable ne dispose que des biens immobiliers en Israël et que le testament soit établi conformément à la loi israélienne. - Si le défunt lègue à plusieurs personnes plus d un bien immobilier en Israël à usage d habitation, il est conseillé de réaliser entre les héritiers un accord de partage avant l enregistrement de l acte de notoriété à la conservation des hypothèques, ce pour attribuer à chaque héritier un appartement. Ainsi, chaque héritier pourrait vendre l appartement qui lui a été attribué sans paiement des droits sur la plus value et sans attendre la fin de la période de quatre (4) ans depuis la date de décès. - Les donations et legs des biens immobiliers et mobiliers en Israël effectuées par des résidents fiscaux israéliens à des personnes physiques ou morales dont la résidence fiscale n est pas située en France échappent à la fiscalité française. Des montages fiscaux intéressants pourraient ainsi être réalisés après consultation d un conseil israélien et français compétent pour permettre à des personnes qui ont effectués leur «aliya» de transmettre leur patrimoine situé en Israël à des tierces personnes n ayant pas de résidence fiscale en France. * * * 21

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

ACTUALITE DES EXPATRIES. Fiscalité : comment déclarer vos revenus de 2010? Aspects russes et français. CCIFR 3 mars 2011 Swisshôtel Krasnye Holmy

ACTUALITE DES EXPATRIES. Fiscalité : comment déclarer vos revenus de 2010? Aspects russes et français. CCIFR 3 mars 2011 Swisshôtel Krasnye Holmy ACTUALITE DES EXPATRIES Fiscalité : comment déclarer vos revenus de 2010? Aspects russes et français CCIFR 3 mars 2011 Swisshôtel Krasnye Holmy André LOUP RESIDENCE FISCALE RESIDENCE FISCALE FRANCE Les

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE Contribuables concernés : Propriétaires bailleurs de locations meublées dont les recettes locatives annuelles sont inférieures à 23 000 (150 870,11 F). Type d avantage

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

Fiscalité liée à un logement locatif au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014

Fiscalité liée à un logement locatif au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Fiscalité liée à un logement locatif au Luxembourg BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Sommaire I. Acquisition II. Détention III. Cession IV. Transmission V. Quid si la personne physique est non résidente VI.

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 L A LETTRE DROIT FISCAL La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 Cette année, la date limite de dépôt des déclarations d impôt de solidarité sur la

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE

RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE Les Franco-Israéliens face aux RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE - 1 - SOMMAIRE PREFACE RESIDENCE FISCALE DANS QUEL PAYS SUIS-JE FISCALEMENT RESIDENT PANIER FISCAL D INTEGRATION QUELS SONT LES AVANTAGES ATTRIBUES

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour. Vendredi 12 décembre 2014

FISCAL ET DOUANIER. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour. Vendredi 12 décembre 2014 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour Vendredi 12 décembre 2014 Tour d horizon de la fiscalité portugaise Intervenant : Francisco

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Matinale Economie sociale et solidaire

Matinale Economie sociale et solidaire Matinale Economie sociale et solidaire Le 21 octobre 2014 Patrick Chavalle 06-19-65-28-81 1 Les fonds de dotation 2 Les fonds de dotation 1 847 fonds de dotation au 31 août 2014 45 % en Ile de France Action

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI Sources rapports Sénat Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire Article 15 de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Le présent article vise

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

A l'international. et des sociétés holding. Gestion & vie des sociétés

A l'international. et des sociétés holding. Gestion & vie des sociétés La réglementation et des sociétés holding Comme nous l avons vu dans notre précédente livraison, le Portugal propose une fiscalité particulièrement attractive pour les retraités disposant d un pouvoir

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

INVESTISSEMENTS FRANCAIS EN FLORIDE

INVESTISSEMENTS FRANCAIS EN FLORIDE INVESTISSEMENTS FRANCAIS EN FLORIDE Aspects fiscaux français et internationaux Février 2008 Charles SCHEER Stéphanie PAILLARD Avocats Conseil Fiscal et en Droit des Sociétés 12, rue Lalo 75116 PARIS Tél

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

CONVENTION ADDITIONNELLE

CONVENTION ADDITIONNELLE CONVENTION ADDITIONNELLE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRATIVE DU BRÉSIL EN VUE D ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET DE RÉGLER CERTAINES AUTRES QUESTIONS EN MATIÈRE

Plus en détail

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI «TAUX-INDICES-CHIFFRESCHIFFRES» 1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES Les livrets sans impôts TAUX Livret A, Livret Bleu 2,25 % Livret de développement durable 2,25 % Livret Jeunes (pour les 12 à 25 ans)

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble

Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble Table des matières Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble 1. Régime des droits de mutation à titre onéreux... 2 1.1. Vente d un immeuble... 2 1.2. Apport d un immeuble soumis aux droits

Plus en détail

Aperçu de la fiscalité française

Aperçu de la fiscalité française Aperçu de la fiscalité française AGENDA 1) Notion de domicile fiscal et de «résident» de France, 2) Principaux impôts français pour les «résidents» 3) Régime fiscal des retraités ONU et «institutions spécialisées»

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Aperçu de la fiscalité française

Aperçu de la fiscalité française Aperçu de la fiscalité française AGENDA 1) Notion de domicile fiscal et de «résident» de France, 2) Principaux impôts français pour les «résidents» 3) Régime fiscal des retraités ONU et «institutions spécialisées»

Plus en détail

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010)

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) IMMIGRATION // Visa business Les citoyens de l Espace économique Européenne (EEE) et la Suisse (avec certaines exceptions mentionnées ci-dessous)

Plus en détail

PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES PAR LES NON-RESIDENTS FICHE TECHNIQUE

PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES PAR LES NON-RESIDENTS FICHE TECHNIQUE 07/07/2004 DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DIRECTION DES RÉSIDENTS A L ÉTRANGER ET DES SERVICES GÉNÉRAUX ### 01.44.76.19.92 à 19.95 01.44.76.18.28 CENTRE DES IMPÔTS DES NON-RÉSIDENTS INSPECTION DE FISCALITE

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

activité en France «Quid du maintien d une activité professionnelle en France après un déménagement en Israël?»

activité en France «Quid du maintien d une activité professionnelle en France après un déménagement en Israël?» Cas pratique : Le maintien d une d ou l Alyahl «Boeing» Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006)

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) L imposition des plus-values des particuliers fait l objet d un traitement séparé qui la distingue de l imposition des autres revenus

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel

Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel La qualité de loueur en meublé professionnel est reconnue aux personnes louant des logements meublés, anciens

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable Août 2014

La lettre de votre Expert-comptable Août 2014 CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Août 2014 FISCALITE Au sommaire : - La location en meublé / un avantage : l amortissement de l immeuble -

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Groupement Professionnel des Banques du Maroc Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Guide pratique de place 0 Préambule I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

Les prélèvements sociaux sur les avantages de retraite

Les prélèvements sociaux sur les avantages de retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 4 avril 2002 «Prospective des retraites et inégalités» Document préparé par la Direction de la sécurité sociale DSS/5B/PB/19/03/02 Les prélèvements

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail