Daniel Schafer Associé. Gilbert Ladreyt Associé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Daniel Schafer Associé. Gilbert Ladreyt Associé"

Transcription

1 La nouvelle Convention entre la Confédération suisse et la République française en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur les successions Daniel Schafer Associé Gilbert Ladreyt Associé 1

2 Plan I. Introduction II. III. IV. Les successions en France (Civil/fiscal) Les successions en Suisse (Civil/fiscal) La convention actuelle V. Les principales modifications envisagées par la nouvelle convention VI. VII. Cas simplifiés Principes du Modèle de convention de double imposition concernant les successions et les donations et autres conventions en place VIII. Conclusions 2

3 La convention en matière d impôts sur les successions entre la Suisse et la France date du 31 décembre Publication (notamment dans la presse) du texte d une nouvelle convention en août Un grand nombre de critiques se font entendre en conséquence des nombreuses modifications qu instaurerait la nouvelle convention en cas d entrée en vigueur. 3

4 II. Les successions en France (Rappel des principales règles civiles et fiscales) 4

5 Le régime juridique des successions en France Réserve légale: fraction du patrimoine réservée aux descendants (enfants, petitsenfants ) et à défaut, au conjoint survivant. Quotité disponible (Le reste) : peut être utilisée librement, par donation ou par testament. Droits du conjoint survivant: En présence de descendants du couple: option du conjoint survivant entre l usufruit de la totalité de la succession et le quart en pleine propriété En présence d enfants qui ne sont pas tous communs au couple: le conjoint ne peut recevoir que le quart propriété En l absence de descendants: le conjoint recueille en principe la totalité de la succession Donations transgenerationnelles: 5

6 Le régime juridique des successions en France Modalités de calcul de la réserve héréditaire Nombre d enfants Réserve Quotité disponible «ordinaire» 1 enfants 1/2 1/2 2 enfants 2/3 (soit 1/3 par enfant) 1/3 3 enfants 3/4 (soit 1/4 par enfant) 1/4 Au-delà de 3 enfants 3/4 (divisé par le nombre d enfants) 1/4 6

7 Le régime fiscal des successions en France Droits de succession calculés sur la part nette de chaque héritier, après abattements et par application d un tarif qui diffère selon son lien de parenté avec le défunt Exonération des successions entre époux et partenaires pacsés Non-rappel des donations de plus de 15 ans Crédit d impôt en France, a hauteur des droits de mutation payés à l étranger sur les biens situés à l étranger 7

8 Le régime fiscal des successions en France Tarif des droits applicables en ligne directe (art 777 du CGI) FRACTION DE PART NETTE TAXABLE TARIF applicable (%) N'excédant par Comprise entre et Comprise entre et Comprise entre et Comprise entre et Comprise entre et Au-delà de

9 Le régime fiscal des successions en France Exemple: un père décède le , laissant pour seuls héritiers ses deux fils. L actif net successoral taxable s élève à Les droits de succession de chaque fils sont ainsi calculés: Montant de chaque part imposable: / 2 = Abattement spécifique par enfant: Droits dus par chaque enfant : , soit environ 30% de la valeur reçue 9

10 Le régime fiscal des successions en France Donation avec réserve d usufruit et succession: Droits de donation calculés sur la valeur de la nue-propriété, qui varie en fonction de l âge du donateur Au décès de l usufruitier, la réunion de l usufruit à la nue-propriété ne donne pas lieu au paiement des droits de succession 10

11 Le régime fiscal des successions en France Barème de l usufruit (art 669 du CGI) AGE de l'usufruitier Moins de : VALEUR de l'usufruit VALEUR de la nue-propriété 21 ans révolus 90 % 10 % 31 ans révolus 80 % 20 % 41 ans révolus 70 % 30 % 51 ans révolus 60 % 40 % 61 ans révolus 50 % 50 % 71 ans révolus 40 % 60 % 81 ans révolus 30 % 70 % 91 ans révolus 20 % 80 % Plus de 91 ans révolus 10 % 90 % 11

12 III. Rappel des principes de droit Suisse (Rappel des principales règles civiles et fiscales) 12

13 Le régime juridique des successions en Suisse Réserve légale: part successorale dont un héritier réservataire ne peut être privé. Cette réserve légale est pour : Un descendant : 3/4 de son droit de succession; Le conjoint survivant : 1/2 de son droit de succession; Le père ou la mère du défunt (que si plus d héritiers de la première parentèle) : 1/2 de son droit de succession. Quotité disponible (Le reste) : peut être utilisée librement, par donation / legs ou par disposition pour cause de mort (testament). Droits du conjoint survivant: Le conjoint a droit à 1/2 en présence d enfant (donc réserve légale de 1/4); Au 3/4 en présence d un parent (père et/ou mère) du défunt et si il n y a pas d enfant (donc réserve légale de 3/8 ). Au tout, si il n y a ni descendant, ni père ou mère (donc réserve légale de 1/2) 13

14 Le régime fiscal des successions en Suisse Le régime fiscal en matière d impôt sur les successions est fortement influencé par la structure fédéraliste de la Suisse: Pas de compétence fiscale fédérale en matière de succession; Compétence cantonale exclusive (s ajoutent les centimes communaux additionnels); La majorité des cantons connaissent l impôt sur les successions et donations. Exception faite du canton de Schwyz qui ne connait aucun impôt en la matière. 14

15 Le régime fiscal des successions en Suisse Droits de succession sont calculés selon le degré de parenté et selon le canton de résidence. Conjoint: non imposé dans tous les cantons; Ligne directe: majorité des cantons non imposé, exception Vaud 3.5-7% (en y ajoutant les centimes communaux additionnels) ; Concubin/Partenaire: imposition atténuée entre %, moyenne: 20 25%; Personnes non apparentées: Imposition très variée selon le canton, entre %, moyenne: 30%. Assiette fiscale: la masse successorale nette. Pas de crédit d impôt en droit domestique. 15

16 Le régime fiscal des successions en Suisse Canton Conjoint Enfant Concubin 1 / Partenaire Personnes non apparentées BE BL BS FR GE impôt montant franc '000 12'000 impôt montant franc '000 impôt montant franc - - 2'000/10'000 2'000/10'000 impôt montant franc impôt montant franc / /5 000 JU impôt NE VD VS impôt montant franc impôt montant franc / impôt montant franc / / Cantons choisis, Le tableau ne contient pas les centimes communaux additionnels, Cf. Tableau annexé. Tableau des régimes cantonaux d imposition en matière de succession (annexé). Source : Droit fiscal 2012, Pascal Hinny / Jean-Blaise Eckert (éditeurs), Schultess

17 IV. La convention actuelle 17

18 Successions visées Art. 1 «1. La présente Convention a pour but d éviter les doubles impositions qui pourraient résulter, au décès d une personne ayant eu son dernier domicile dans l un des deux Etats, de la perception simultanée d impôts suisses et français sur les successions.» Impôts visés Art. 1 «2. Par impôts sur les successions au sens de la présente Convention, on entend les impôts perçus pour cause de mort, en vertu de la législation suisse ou française, sous forme d impôts sur la masse successorale, d impôts sur les parts héréditaires ou de droits de mutation.» 18

19 Notion de «biens immobiliers» - lieu de situation Art. 2 «1. Les biens immobiliers (y compris les accessoires) ne sont soumis aux impôts sur les successions que dans l Etat où ils sont situés; [ ]. Sont considérés comme biens immobiliers les droits auxquels s appliquent les dispositions du droit privé concernant la propriété foncière, ainsi que les droits d usufruit sur les biens immobiliers, à l exception des créances de toute nature garanties par gage immobilier.» Notion de «biens meubles» - lieu de situation Art. 2 «4. Les meubles meublants, y compris le linge et les objets ménagers ainsi que les objets et collections d art, autres que les meubles visés aux par. 2 et 3 sont soumis aux impôts sur les successions au lieu où ils se trouvent effectivement à la date du décès.» Autres biens - critère du domicile du défunt Art. 3 «1. Les biens de la succession auxquels l art. 2 n est pas applicable,[ ], ne sont soumis aux impôts sur les successions que dans l Etat où le défunt avait son dernier domicile.» 19

20 IV. Les principales modifications envisagées par la nouvelle convention 20

21 Succession visées Art. 1 ncdi «La présente Convention s applique aux successions des personnes domiciliées au moment de leur décès dans un Etat contractant ou dans les deux Etats contractants.» Impôts visés Art. 2 al. 2 ncdi «Sont considérés comme impôts sur les successions les impôts perçus par suite de décès sous forme d impôts sur la masse successorale, d impôts sur les parts héréditaires, de droits de mutation pour cause de décès.» Domicile fiscal du défunt, la notion de centre des intérêts vitaux Art. 4 al. 2 lit. a ncdi «cette personne est considérée comme domiciliée dans l Etat où elle dispose d un foyer d habitation permanent; si elle dispose d un foyer d habitation permanent dans les deux Etats, elle est considérée comme domiciliée dans l Etat avec lequel ses liens personnels et économiques sont les plus étroits (centre des intérêts vitaux)» 21

22 Critère du domicile de l héritier Art. 11 al. 1 lit. c ncdi «nonobstant toute autre disposition de la présente Convention, lorsqu un héritier ou un légataire est domicilié en France au moment du décès du défunt, et l a été pendant au moins six années au cours des dix dernières années précédant celle au cours de laquelle il reçoit les biens, la France impose tous les biens reçus par cette personne [ ]» Notion de «biens immobiliers» - lieu de situation Art. 5.2 ncdi «L expression «biens immobiliers» comprend aussi les actions, parts ou autres droits dans une société, [ ] dont l actif ou les bien (sic) sont constitués pour plus de 50 pour cent [ ] de biens immobiliers situés dans l Etat contractant.» 22

23 Notion de «biens immobiliers» - détenu par une société controlée Art. 5.3 ncdi Fait également partie de la succession l immeuble détenue par une société dont «le défunt seul ou conjointement avec son conjoint, leurs ascendants ou descendants ou leurs frères et sœurs détiennent plus de la moitié des actions.» Biens «meubles corporels» - lieu de situation Art lit. b ncdi «[ ] lorsque le défunt au moment du décès était domicilié en Suisse, la France impose l ensemble des biens meubles corporels et immeuble (sic) situés en France [ ]» Autres biens Art. 8 ncdi «Les biens, quelle qu en soit la situation, qui font partie de la succession d une personne domiciliée dans un Etat contractant et qui ne sont pas visés aux articles 5, 6 ou 7 ne sont imposables que dans cet Etat.» 23

24 Notion d évasion fiscale (Art. 10 ncdi) Art. 10 ncdi «Le bénéfice d une exonération totale ou partielle résultant de l application de la présente Convention n est pas accordé lorsque l objectif principal du défunt ou de son héritier ou légataire a été d obtenir une position fiscale plus avantageuse et que l octroi de cet avantage dans de telles circonstances serait contraire à l objet et au but des stipulations concernées.» Interprétation par référence aux concept s de droit fiscal (Art. 3.2 ncdi) Art. 3.2 ncdi «Le sens attribué à un terme par le droit fiscal de cet Etat prévaut sur le sens attribué à ce terme par les autres branches du droit de cet Etat» 24

25 VI. Cas simplifiés 25

26 Cas 1 : Notion de «biens immobiliers» (Art. 5 ncdi) Défunt : Charles, citoyen français, résidant en Suisse dans le canton de Vaud, est unique propriétaire d une société civile immobilière française qui possède un immeuble à Paris d une valeur de 3 millions. Héritiers : Charlotte et Robert, enfants de Charles, résident en Suisse. Masse successorale: La société civile immobilière française. 26

27 Cas 1 : Notion de «biens immobiliers» (Art. 5 ncdi) Actuellement : - Droit interne suisse: Les participations d une société immobilière font partie de la fortune mobilière selon l art. 11 al. 1 lit. b LMSD. Selon barème «a)» LMSD du canton de Vaud, plafond à 3.5% auxquels il faut ajouter le centimes communaux additionnels. - Droit interne français: La propriété de l immeuble par le biais d une société immobilière sera qualifiée de biens français en vertu des art. 750 ter ch. 2 al. 4 et art. 750 ter ch. 2 al. 2 CGI et donc imposable en France. - Convention actuelle: Les participations n entrent pas dans le champ d application de la notion de biens immobiliers selon l art. 2 ch. 1 CDI et les biens mobiliers sont exclusivement imposés selon l art. 3 ch.1 CDI dans l état du domicile du défunt. - Conséquence fiscale: Imposition exclusive en Suisse à un taux de 3.5% (Centimes communaux additionnels à ajouter). 27

28 Cas 1 : Notion de «biens immobiliers» (Art. 5 ncdi) Projet de convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Droit conventionnel: En application de l art. 5 ch. 1 ncdi, il y a compétence exclusive de l état où les biens immobiliers sont situés. Le même art. précise que les participations d une société immobilière dont l actif est constitué de plus 50% de biens immobiliers sont assimilées à un bien immobilier. - Conséquence fiscale: Imposition exclusive en France. 28

29 Cas 1 : Notion de «biens immobiliers» (Art. 5 ncdi) Sans convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Conséquence fiscale: Imposition dans les deux états, - à hauteur de 3.5% en Suisse (barème «a)» LMSD) et -en France (sans crédit d impôt car bien situé en France). La notion de «biens immobiliers» contenue dans la convention actuelle n englobe pas les actions de société dont l actif est un bien immobilier sis dans un état contractant. Avec la nouvelle convention, cette notion englobera dorénavant aussi les actions de sociétés dont l actif immobilier dépasse 50%. 29

30 Cas 1 bis : SCI française détenue par un résident suisse et financée par un important compte courant Défunt : Charles, citoyen français, résidant en Suisse dans le canton de Vaud, est unique propriétaire d une société civile immobilière française (ci-après «SCI») qui possède un immeuble à Paris d une valeur de 3 millions. Héritiers : Charlotte et Robert, enfants de Charles résident en Suisse. Masse successorale : La SCI qui possède un immeuble à Paris d une valeur de 3 millions. Cette SCI possède un capital social de et est financée par un compte courant de Charles d un montant de

31 Cas 1 bis : SCI française détenue par un résident suisse et financée par un important compte courant Actuellement : Cf. cas 1: Imposition exclusivement en Suisse. Aucun droit de succession n est dû en France ni sur les parts, ni sur le compte-courant. 31

32 Cas 1 bis : SCI française détenue par un résident suisse et financée par un important compte courant - Conséquences du refinancement de la SCI au regard des droits de successions Projet de convention : Parts de la société civile: taxables en France (art. 5 ch. 1 ncdi) Mais coût modeste Compétence exclusive de l état où les biens immobiliers sont situés. Le même art. précise que les participations d une société immobilière dont l actif est constitué de plus 50% de biens immobiliers sont assimilées à un bien immobilier. Compte courant sur la société civile francaise : pas taxable en France (art. 8 ncdi). Visé par l'article 8 relatif aux autres biens qui prévoit une imposition exclusive dans l'etat de résidence du défunt. 32

33 Cas 1 bis : SCI française détenue par un résident suisse et financée par un important compte courant Sans convention : Parts de la société civile: taxables en France. Droit interne français: La propriété de l immeuble par le biais d une société immobilière sera qualifiée de biens français en vertu des art. 750 ter ch. 2 al. 4 et art. 750 ter ch. 2 al. 2 CGI et donc imposable en France. Compte courant sur la société civile : taxable en France. Droit interne français: une créance sur un débiteur français est considérée comme des biens français passible des droits de succession en France (article 750 ter du CGI). 33

34 Cas 2 : Domicile de l héritier (Art. 11 al. 1 lit. c ncdi) Défunt: Gérard, citoyen suisse, résidant en Suisse, propriétaire d une maison à Veyrier dans le canton de Genève. Héritiers : Lisa et Antoine, enfants de Gérard, citoyens suisses, tous deux résidant en France voisine depuis 8 ans dû à la forte hausse des prix immobiliers dans la région genevoise. Masse successorale : Immeuble de Veyrier (GE) d une valeur nette de 3 millions. 34

35 Cas 2 : Domicile de l héritier (Art. 11 al. 1 lit. c ncdi) Actuellement : - Droit interne suisse: Toute transmission de biens est imposable à Genève en vertu de l art. 1 al. 2 lit. a LDS. Exonération pour le conjoint survivant et les parents en ligne directe selon l art. 6A al. 1 LDS du canton de Genève. - Droit interne français: Selon l art. 750 ter ch. 3 CGI, il y a imposition en France. En effet, les héritiers ont un domicile de plus de 6 ans en France durant les 10 dernières années et donc la masse successorale héritée y est imposable. - Droit conventionnel: Les biens immobiliers sont imposables exclusivement dans l état où ils se trouvent selon l art. 2 ch. 1 CDI. - Conséquence fiscale: Imposition exclusive en Suisse, mais à un taux zéro (ligne directe). 35

36 Cas 2 : Domicile de l héritier (Art. 11 al. 1 lit. c ncdi) Projet de convention : aboutit au même résultat que s il n y avait pas de convention. - Le projet de convention à son art. 11 al. 1 lit. c ncdi reprend la teneur du droit interne français, à savoir le critère d un domicile de plus de 6 ans en France durant les 10 dernières années et du domicile en France au moment du décès. - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Conséquence fiscale: La masse successorale est imposable en France au critère que les héritiers y sont domiciliés. L imposition en Suisse sera de 0% (ligne directe). En cas d impôt payé en Suisse (à titre d exemple dans canton de Vaud), la France octroie le crédit d impôt à hauteur de l impôt payé en Suisse (art. 11 al. 1 lit. c ncdi). - Il faut tenir compte du domicile de l héritier comme nouveau critère d assujettissement introduit par la nouvelle convention. Ceci s applique aussi aux citoyens suisses habitant en France voisine. 36

37 Cas 3 : Biens meubles corporels (Art. 11 al. 1 lit. b ncdi) Défunt: Alain, citoyen français résidant à Genève, est propriétaire d une maison de vacances (détenue directement) dans le Beaujolais dans laquelle il possède une collection de vins d une valeur élevée. Héritières : Marie et Angélique, filles d Alain, citoyennes suisses et habitant la Suisse (Genève) depuis toujours. Masse successorale : La maison et la collection de vin qui y est située. 37

38 Cas 3 : Biens meubles corporels (Art. 11 al. 1 lit. b ncdi) Actuellement : - Droit interne suisse: Toute transmission de biens est imposable à Genève en vertu de l art. 1 al. 2 lit. a LDS à l exception des immeubles situés hors du canton (art. 4 al. 1 LDS du canton de Genève). Exonération pour le conjoint survivant et les parents en ligne directe selon l art. 6A al. 1 LDS du canton de Genève. - Droit interne français: En application de l art. 750 ter al. 2 CGI, les biens meubles et immeubles situés en France sont imposés en France, même si le défunt n a pas sont domicile en France. - Droit conventionnel: En application de la CDI actuelle, la collection de vins est exclusivement imposables en Suisse en application de l art. 3. La maison reste imposable uniquement en France. - Conséquence fiscale: La maison est imposable en France au titre de l impôt sur les successions du CGI français. En revanche, la collection de vins est imposable en Suisse exclusivement. Exonération: ligne directe art. 6A al. 1 LDS. 38

39 Cas 3 : Biens meubles corporels (Art. 11 al. 1 lit. b ncdi) Projet de convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Droit conventionnel: Selon le projet, le bien immobilier est imposable exclusivement dans l état où il se situe. Par ailleurs, en application de l art. 11 al. 1 lit. b ncdi, tous les biens meubles corporels situés en France y sont imposable. La France accorde le crédit d impôt à hauteur du montant d impôt payé en Suisse. - Conséquence fiscale: La maison est imposable en France au titre de l impôt sur les successions du CGI français. La collection de vins est imposable en Suisse et en France. La France accorde toutefois un crédit d impôt à hauteur de l impôt éventuellement payé en Suisse (art. 11 al. 1 lit. b ncdi). 39

40 Cas 3 : Biens meubles corporels (Art. 11 al. 1 lit. b ncdi) Sans convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Conséquence fiscale: En absence de convention la collection de vins est imposable dans les deux états. Mais aucun crédit d impôt ne sera octroyé par la France du fait que la collection de vins est situés en France (art. 784A CGI a contrario). La maison ne sera imposable qu en France du fait que les immeubles situés hors du canton de Genève sont exclus du champ d application de la LDS du canton Genève. L ancienne convention restreignait l imposition aux «meubles meublants» ce qui changerait fondamentalement avec la nouvelle convention. En effet, la nouvelle convention élargie la notion de biens mobiliers à tous les biens meubles corporels. 40

41 Cas 4 : Biens meubles incorporels (Art. 11 al. 1 lit. b ncdi) Défunt: Alain, résidant à Genève, possède un compte bancaire à la caisse d épargne d Annecy. Héritière : Pauline, sa compagne, citoyenne suisse et habitant la Suisse (Genève) depuis toujours. Alain et Pauline ne se sont pas mariés. Masse successorale : Le compte bancaire sur lequel il y a

42 Cas 4 : Biens meubles incorporels (Art. 11 al. 1 lit. b ncdi) Actuellement : - Droit interne suisse: Toute transmission de biens est imposable à Genève en vertu de l art. 1 al. 2 lit. a LDS à l exception des immeubles situés hors du canton (art. 4 al. 1 LDS du canton de Genève). Exonération pour le conjoint survivant et les parents en ligne directe selon l art. 6A al. 1 LDS du canton de Genève. - Droit interne français: En application de l art. 750 ter al. 2 CGI, une créance sur un débiteur français est un bien situé en France et imposable en France, même si ni le défunt ni le bénéficiaire n ont leur domicile en France. - Droit conventionnel: En application de la CDI actuelle, le compte bancaire est exclusivement imposable en Suisse en application de l art. 3. (état du domicile du défunt, dans notre cas la Suisse). - Conséquence fiscale: Le compte bancaire est imposable en Suisse exclusivement. Impôt cantonal 26% car il n y a pas de lien de parenté (art. 21 LDS) et centimes additionnels (110 par franc) 28.6% (art. 5 LBu), ce qui donne un total de 54.6% de charge fiscale en Suisse. 42

43 Cas 4 : Biens meubles incorporels (Art. 11 al. 1 lit. b ncdi) Projet de convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Droit conventionnel: imposable en suisse pays de résidence du défunt En application de l art. 8 ncdi, tous les biens non visés aux art 5,6 et 7 sont imposable dans le pays de résidence du défunt. Bien incorporels non visé par l art Art. 11 al. 1 lit. b ncdi (ne vise que les biens corporels et les immeubles). - Conséquence fiscale: Le compte bancaire est imposable en Suisse. La charge fiscale en Suisse est de 54.6 %. 43

44 Cas 4 : Biens meubles corporels (Art. 11 al. 1 lit. b ncdi) Sans convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Conséquence fiscale: Le compte bancaire est imposable dans les deux états. En Suisse à hauteur de 54.6% et en France à hauteur de 60%. Il n y a pas de crédit d impôt possible. En effet, le droit interne français n octroie que le crédit d impôt sur les biens situés hors de France (art. 784 A CGI). Charge fiscale totale de 114.6%! 44

45 Cas 5 : Notion d intérêt économique (Art. 4 al. 2 lit. a ncdi) Défunt: Alexandre, citoyen français, retraité et résident suisse depuis plus de 20 ans et passionné de sport d hiver, détient le capital d une entreprise florissante de négoce basée à Paris. Alexandre décède dans un accident de ski. Héritier : Pierre, fils d Alexandre, résidant à Genève. Masse successorale : Les actions de la société de négoce basée à Paris. 45

46 Cas 5 : Notion d intérêt économique (Art. 4 al. 2 lit. a ncdi) Actuellement : - Droit interne suisse: Toute transmission de biens est imposable à Genève en vertu de l art. 1 al. 2 lit. a LDS à l exception des immeubles situés hors du canton (art. 4 al. 1 LDS du canton de Genève). Exonération pour le conjoint survivant et les parents en ligne directe selon l art. 6A al. 1 LDS du canton de Genève. - Droit interne français: En application de l art. 750 ter al. 2 CGI, les titres émis par une société française sont des biens français imposables en France, même si ni le défunt ni le bénéficiaire n ont leur domicile en France. - Droit conventionnel: Selon la convention actuelle, les valeurs mobilières non corporelles sont imposables uniquement dans l état du domicile du défunt. - Conséquence fiscale: Imposition exclusive en Suisse, mais à un taux zéro (ligne directe). 46

47 Cas 5 : Notion d intérêt économique (Art. 4 al. 2 lit. a ncdi) Projet de convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Droit conventionnel: imposable en Suisse pays de résidence du défunt ; -En application de l art. 8 ncdi, tous les biens non visés aux art 5,6 et 7 sont imposable dans le pays de résidence du défunt -Bien incorporels non visé par l art Art. 11 al. 1 lit. b ncdi (ne vise que les biens corporels et les immeubles) - Risque de Contestation de la résidence En vertu de l art. 4 al. 2 lit. a ncdi, le défunt est considéré comme domicilié dans l état avec lequel il avait des liens personnels et économiques les plus étroits (France ou Suisse?). Risque d imposition en France des actions. 47

48 Cas 5 : Notion d intérêt économique (Art. 4 al. 2 lit. a ncdi) Sans convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Conséquence fiscale: Les actions sont imposables en Suisse et en France. La France octroie toutefois le crédit d impôt à hauteur de l impôt payé en Suisse sur les biens meubles et immeubles situés hors de France (art. 784A CGI). 48

49 Cas 6 : Notion d évasion fiscale (Art. 10 ncdi) Défunt: Michèle, citoyenne française, résidante en Valais, est propriétaire d un chalet à Champex dans lequel elle a vécu jusqu à sa mort. Héritiers : Albert, citoyen français et aussi résidant en Suisse, s est établi à Champex 1 année avant la mort de sa mère. Masse successorale : Le chalet de Champex. 49

50 Cas 6 : Notion d évasion fiscale (Art. 10 ncdi) Actuellement : - Droit interne suisse: Selon l art. 111 de la loi fiscale valaisanne, un impôt est perçu sur tout ce qui est attribué en vertu du droit successoral. L art. 112 de la dite loi dispose que les successions en ligne directe sont exemptes d impôt. - Droit interne français: En application de l art. 750 ter al. 3 CGI, les biens meubles et immeubles, possédés directement ou indirectement, situés en France ou hors de France sont imposés en France à condition que les héritiers ont eu un domicile de plus de 6 ans durant les 10 dernières années en France. - Droit conventionnel: En vertu de l art. 2 ch.1 CDI, les biens immobiliers ne sont imposables que dans l état où ils sont situés. - Conséquence fiscale: Imposition exclusive en Suisse. En application de la loi valaisanne la succession est exonérée. 50

51 Cas 6 : Notion d évasion fiscale (Art. 10 ncdi) Projet de convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Droit conventionnel: En principe il y a attribution exclusive à la Suisse d imposer, mais selon l art. 10 ncdi, le bénéfice d une exonération totale ou partielle résultant de l application de la nouvelle convention n est pas accordé lorsque l objectif principal du défunt ou de l héritier a été d obtenir une position fiscale plus avantageuse. - Conséquence fiscale: Possibilité de contestation du domicile fiscal en Suisse de l héritier Albert. En vertu de l art. 10 ncdi, il est possible que la France retienne comme domicile pour Albert toujours la France en considérant que son seul but fut d obtenir une position fiscale plus avantageuse. 51

52 Cas 6 : Notion d évasion fiscale (Art. 10 ncdi) Sans convention : - Droit interne suisse et français: Cf. ci-dessus. - Conséquence fiscale: La succession est imposée en France du fait que l héritier avait son domicile durant plus 6 ans durant les 10 dernière années. 52

53 VII. Principes du Modèle de convention de double imposition concernant les successions et les donations et autres Conventions en place 53

54 Domicile fiscale du défunt comme critère d assujettissement Art. 4 al. 2 lit. a, Domicile fiscal, Modèle CDI 1982 «[la personne assujettie] elle est considérée comme domiciliée dans l Etat où elle dispose d un foyer d habitation permanent; si elle dispose d un foyer d habitation permanent dans les deux Etats, elle est considérée comme domiciliée dans l Etat avec lequel ses liens personnels et économiques sont les plus étroits (centre des intérêts vitaux)» Art. 4 al. 2 lit. a, CDI GER-CH 1978 «Si le défunt disposait d un foyer d habitation permanent dans les deux Etats, le domicile est considéré comme se trouvant dans l Etat avec lequel ses liens personnels et économiques étaient les plus étroits (centre des intérêts vitaux);» 54

55 Notion de «biens immobiliers» Art. 5 al. 3, Biens immobiliers, Modèle CDI 1982 «Les dispositions du paragraphe 1 s appliquent également aux biens immobiliers d une entreprise et aux biens immobiliers servant à l exercice d une profession libérale ou d autres activité de caractère indépendant.» Art. 5 al. 3, CDI GER-CH 1978 «Les dispositions des al. 1 et 2 s appliquent également aux biens immobiliers d une entreprise ainsi qu aux biens immobiliers servant à l exercice d une profession libérale ou d autres activité indépendante de caractère analogue.» 55

56 Autres biens Art. 7 Autres biens, Modèle CDI 1982 «Les biens, quelle qu en soit la situation, qui font partie de la succession ou d une donation d une personne domiciliée dans un Etat contractant et qui ne sont pas visés aux articles 5 et 6 ne sont imposables que dans cet Etat» Art. 8 al. 1, CDI GER-CH 1978 «Les biens autres que ceux visés aux art. 5 à 7 ne sont imposables que dans l Etat contractant où le défunt avait son domicile au moment de son décès.» 56

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine Rencontre des groupements français et suisse Paris, les 29 & 30 mai 2015 Maison de l Amérique Latine SESSION 2 Fiscalité des successions PLAN I. Introduction II. III. IV. Les successions en France (aspects

Plus en détail

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006 ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES Loi du 23 juin 2006 La loi de finances rectificative pour 2006 (L. n 2006-1771, 30 décembre 2006, JO 31 décembre 2006) introduit dans le

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

1. Défunt domicilié en Suisse

1. Défunt domicilié en Suisse 1. Défunt domicilié en Suisse Mon père est domicilié fiscalement en Suisse. A son décès en 2015, je suis domicilié fiscalement en France depuis plus de huit ans. Dans la succession figurent un immeuble

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

0.672.959.82. Traduction 1

0.672.959.82. Traduction 1 Traduction 1 0.672.959.82 Convention entre la Confédération suisse et le Royaume de Norvège en vue d éviter les doubles impositions dans le domaine des impôts sur les successions Conclue le 7 décembre

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie COMTE Droits

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement.

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. Lorsque le défunt ne laisse pas de descendant, son conjoint survivant non

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE INTRODUCTION L article 11 de la LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE pour 2011 modifie l article 990I du CGI sur 3 points: 1 Modification du taux de prélèvement lorsque le montant

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général*

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général* FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général* * : pour les forêts, reportez vous à la fiche "fiscalité des mutations à titre gratuit : régime particulier (amendement Monichon)" Texte : Philippe

Plus en détail

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Qui? Quoi? Quand? Comment? Où? Pourquoi? Page 2 1 Quoi : Les

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

LA PROTECTION DU CONJOINT

LA PROTECTION DU CONJOINT LA PROTECTION DU CONJOINT TROIS AXES DE PROTECTION La prévoyance Pension(s) de réversion des différents régimes Assurance décès Les droits successoraux ou matrimoniaux La place du conjoint dans la succession

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

succession Préparer sa

succession Préparer sa u Nous sommes tous concernés par les sucessions : lorsque nous héritons, lorsque nous léguons. Pour éviter d éventuels conflits, mieux vaut s y préparer! Préparer sa succession SOMMAIRE PAGES Préparer

Plus en détail

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine.

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. 1 2 Principe : Les héritiers appelés héritiers réservataires, ne peuvent pas être exclus de votre succession : il s agit

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE Charles SANSON Conseiller en gestion de patrimoine 17 MAI 2014 SOMMAIRE La transmission du patrimoine L assurance-vie Questions / Réponses 2014 P.2 LA TRANSMISSION DU PATRIMOINE

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission des pétitions COMMUNICATION AUX MEMBRES

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission des pétitions COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2004 Commission des pétitions 2009 26.09.2008 COMMUNICATION AUX MEMBRES Pétition 626/2000, présentée par M. Klaus Schuler, de nationalité allemande, sur un cas de double imposition d

Plus en détail

Une succession franco-allemande 29 avril 2009

Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Petra Kuhn, Avocat à la Cour, Diplom-Rechtspflegerin (FH) WEISSBERG GAETJENS ZIEGENFEUTER & ASSOCIES 7, Rue de Bonnel, 69003 Lyon Loi applicable En Allemagne:

Plus en détail

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE Présentation du 18 avril 2015 Plan de l exposé Introduction Acquisition par des concubins Situation de base Forme juridique? Investissements respectifs et conséquences

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions

Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions Le 11 juillet 2013, la Suisse et la France ont signé une nouvelle Convention de double imposition en matière de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession DROITS D AUTEUR Préparer sa succession Tout savoir, tout prévoir Une succession en matière de droits d auteur comporte de nombreuses spécificités. Deux régimes s appliquent : d une part, le droit successoral

Plus en détail

FIDROIT. Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008

FIDROIT. Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008 1 Fidroit pour Le Cercle Invesco 2008 2 Le nouvel environnement fiscal des stratégies d anticipation successorale Olivier ROZENFELD Richard CHALIER 3 Les fondamentaux REGIME MATRIMONIAL ACTIF SUCCESSORAL

Plus en détail

SUCCESSION ET TRANSMISSION DES PME

SUCCESSION ET TRANSMISSION DES PME SUCCESSION ET TRANSMISSION DES PME Pascal Favre I. Importance des mesures de protection et de pérennité 1. Tout patrimoine n'est pas en état d'être transmis Une attention particulière doit être portée

Plus en détail

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 L A LETTRE DROIT FISCAL La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 Cette année, la date limite de dépôt des déclarations d impôt de solidarité sur la

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale?

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? (Ce commentaire réalisé à chaud, ne présente pas un caractère exhaustif) I.

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012?

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? NEWSLETTER MAI 2013 Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? Le 20 décembre 2012, l administration fiscale a publié au Bulletin Officiel

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 6. Loi du 0 mai 96 sur les impôts communaux Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat, du 9 novembre 96 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Comment assurer l avenir financier d une personne vulnérable?

Comment assurer l avenir financier d une personne vulnérable? Comment assurer l avenir financier d une personne vulnérable? Rente de Survie Loi du 11 février 2005 Réforme du droit des successions Hébergement Epargne Handicap PERSONNES VULNERABLES Mesures de Protection

Plus en détail

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Dr. Rembert Süß Institut Notarial Allemand Petit préciput, 1932 p. 2 Code civil allemand (BGB)

Plus en détail

La Succession et la donation

La Succession et la donation La Succession et la donation Le droit des successions Lors d un décès dans une famille, la question de la succession semble tout d abord secondaire mais peut être la source de problèmes administratifs,

Plus en détail

LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS

LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS Maître ALON LEIBA Avocat au barreau d ISRAEL et de PARIS 14, rue Clément Marot 75008 Paris 1 PLAN 1. Le régime d imposition

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

235 «en moins» «en plus» liste Ordre d application Nature des corrections nos Remarques a. ordre d application b. A compter

235 «en moins» «en plus» liste Ordre d application Nature des corrections nos Remarques a. ordre d application b. A compter 235 La complexité qui caractérise le calcul de l impôt sur le revenu s explique, pour une large part, par le nombre et la diversité des corrections qui doivent, s il y a lieu, être apportées au montant

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE La donation-partage est une variété particulière de donation qui permet au donateur, dans un même acte, de donner ses biens et d en faire un

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 une entreprise L associé est Les parts sociales de la SCI sont inscrites à l actif d une entreprise individuelle ou d une société.

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

Monsieur et Madame ARNAUD

Monsieur et Madame ARNAUD DOSSIER PATRIMONIAL Monsieur et Madame ARNAUD Etude réalisée le 02/01/2015 Situation arrêté au 02/01/2015 Par votre Consultant Patrimonial : Marc DURAND DOSSIER PATRIMONIAL INFORMATIONS GÉNÉRALES La famille

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances?

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? Dans cette brochure La donation Quels sont mes avantages? 2 Quels sont mes risques? 3 Le rapport Revenir sur le passé? 4 C est au donateur

Plus en détail

Avant-propos... 1. 2. Quels sont les principaux régimes matrimoniaux existants en Belgique?... 4

Avant-propos... 1. 2. Quels sont les principaux régimes matrimoniaux existants en Belgique?... 4 Table des matières Avant-propos... 1 Partie 1 - Le régime matrimonial 1. Pourquoi, dans le cadre d une succession (et d une planification successorale), l analyse du régime matrimonial a-t-elle une importance

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

Ordonnance sur les déductions admises fiscalement pour les cotisations versées à des formes

Ordonnance sur les déductions admises fiscalement pour les cotisations versées à des formes Ordonnance sur les déductions admises fiscalement pour les cotisations versées à des formes reconnues de prévoyance (OPP 3) 831.461.3 du 13 novembre 1985 (Etat le 1 er janvier 2008) Le Conseil fédéral

Plus en détail

INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS EN FRANCE

INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS EN FRANCE INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS EN FRANCE Réalisés par des personnes physiques ou morales non résidentes binet Tania Fournaise SARL llée de la Robertsau 00 STRASBOURG Deux modes d acquisitions : Achat en direct,

Plus en détail

Le rôle de votre banque

Le rôle de votre banque Bien transmettre son patrimoine SERVICES ENTRÉE EN RELATION ÉPARGNE MONÉTAIRE ÉPARGNE FINANCIÈRE ASSURANCE VIE CRÉDITS SERVICES MÉTIERS Le rôle de votre banque Vous accompagner tout au long de votre vie

Plus en détail

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé

Plus en détail

RECIPROQUE EN MATIERE D IMPOTS SUR LE REVENU ET D IMPOTS SUR LES SUCCESSIONS (ENSEMBLE UN PROTOCOLE)

RECIPROQUE EN MATIERE D IMPOTS SUR LE REVENU ET D IMPOTS SUR LES SUCCESSIONS (ENSEMBLE UN PROTOCOLE) La convention du 8 janvier 1963 concernait à l origine à la fois les impôts sur le revenu (articles 8 à 28) et les impôts sur les successions (articles 29 à 38). Les dispositions relatives aux impôts sur

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3 TITRE I LES DROITS LÉGAUX DU CONJOINT SURVIVANT...7

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3 TITRE I LES DROITS LÉGAUX DU CONJOINT SURVIVANT...7 119 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 TITRE I LES DROITS LÉGAUX DU CONJOINT SURVIVANT...7 SOUS TITRE I Les droits légaux attribues au conjoint survivant en qualité d'héritier : les droits ab intestat

Plus en détail

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI «TAUX-INDICES-CHIFFRESCHIFFRES» 1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES Les livrets sans impôts TAUX Livret A, Livret Bleu 2,25 % Livret de développement durable 2,25 % Livret Jeunes (pour les 12 à 25 ans)

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine. Conférence

Les Arènes du Patrimoine. Conférence Les Arènes du Patrimoine Conférence «Mariage, Pacs, Union libre, Famille recomposée: Ecueils et solutions» Le Régime matrimonial Intérêts familiaux et patrimoniaux Me Valéria DIONISIO, Notaire Le Régime

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Analyse comparative de la. Belgique et la France

Analyse comparative de la. Belgique et la France Analyse comparative de la fiscalité immobilière entre la Belgique et la France Alain Lacourt Consultant en ingénierie patrimoniale L agent immobilier face au défi européen Congrès 2008 organisé par CIBru

Plus en détail

Conférence EPSG 1 er avril 2011. Transmission successorale d immeubles détenus par des résidents belges en France

Conférence EPSG 1 er avril 2011. Transmission successorale d immeubles détenus par des résidents belges en France 1 Transmission successorale d immeubles détenus par des résidents belges en France Valérie-Anne de Brauwere Avocat Chargée de cours au Mastère Spécial en gestion fiscale (Solvay Business School) THALES

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION

LES DROITS DE SUCCESSION LES DROITS DE SUCCESSION 1 Comment établir la base imposable et calculer les droits André CULOT PREMIÈRE ÉTAPE 2 La dévolution légale ou testamentaire 1 LA LIQUIDATION DE LA COMMUNAUTÉ Composition du patrimoine

Plus en détail

Le fil expert. Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales

Le fil expert. Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales JUILLET 2015 Le fil expert Votre newsletter d informations fiscales, juridiques et sociales N 4 LA DONATION-PARTAGE : Outil optimal de transmission du patrimoine Organiser de son vivant la transmission

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Plan de l exposé Introduction Les conséquences civiles Les

Plus en détail

Assurance vie. Outil de planification patrimoniale. Par Benoît Philippart de Foy Avocat au barreau de Bruxelles. IFE 25 novembre 2014

Assurance vie. Outil de planification patrimoniale. Par Benoît Philippart de Foy Avocat au barreau de Bruxelles. IFE 25 novembre 2014 Assurance vie Outil de planification patrimoniale Par Benoît Philippart de Foy Avocat au barreau de Bruxelles IFE 25 novembre 2014 Sommaire Introduction La planification successorale en Belgique La planification

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Convention sur les successions entre la Suisse et la France

Convention sur les successions entre la Suisse et la France Convention sur les successions entre la Suisse et la France Swissrespect propose une version modifiée de la convention Lors de sa dernière session de l année le Parlement devra se prononcer sur l adoption

Plus en détail

9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises. Lundi 26 septembre 2011 Région Rhône-Alpes

9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises. Lundi 26 septembre 2011 Région Rhône-Alpes 9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises Lundi 26 septembre 2011 Région Rhône-Alpes Le nouvel environnement fiscal de l assurance-vie Animé par : Jean-Pierre Quatrhomme Damien

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr PROTEGER LE CONJOINT SURVIVANT Testament complétant la donation entre époux 1 La donation entre époux, associée à un testament, permettra de léguer à titre particulier, et de fait de définir, du vivant,

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 7 MARS 2012 7 G-2-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 7 MARS 2012 7 G-2-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 7 MARS 2012 7 G-2-12 DROITS DE MUTATION A TITRE GRATUIT. TARIFS ET LIQUIDATION DES DROITS. AUGMENTATION DES TAUX APPLICABLES AUX DEUX DERNIERES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

DOSSIER SUCCESSORAL (simulation)

DOSSIER SUCCESSORAL (simulation) DOSSIER SUCCESSORAL (simulation) Sommaire Introduction Situation matrimoniale - héritiers Votre patrimoine Fiscalité successorale en l'absence de dispositions de dernières volontés Fiscalité successorale

Plus en détail