Donation de droits démembrés

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Donation de droits démembrés"

Transcription

1 Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE SECTION 2 Donation de droits démembrés Les démembrements de propriété entre usufruitier et nu-propriétaire sont le plus souvent subis. Le décès d un conjoint rend le veuf (ou la veuve) usufruitier de la succession, tandis que les enfants reçoivent la nue-propriété. L usufruit peut pourtant être volontairement créé dans un but d optimisation patrimoniale. L exemple le plus connu est la donation avec réserve d usufruit, qui permet à des parents d anticiper la transmission de leur patrimoine à leurs enfants (ou petits-enfants) avec une fiscalité avantageuse. D usage moins fréquent, la donation temporaire d usufruit aux enfants présente également de sérieux atouts fiscaux. La double donation d usufruit à un donataire et de nue-propriété à un autre donataire se présente quant à elle comme une alternative intéressante aux libéralités graduelles et résiduelles A. Donation avec réserve d usufruit Le donateur peut souhaiter se réserver l usufruit de tout ou partie des biens donnés. Cette clause, dont le Code civil prévoit expressément la validité (C. civ. art. 949), est très fréquente dans les donations de parents à enfants. Assortir une donation d une réserve d usufruit présente un double intérêt : d une part, cela permet au donateur d organiser de façon anticipée la transmission de son patrimoine tout en conservant la jouissance et les revenus du bien donné (soit pour une durée temporaire, soit le plus souvent sa vie durant). A cet égard, tous les biens meubles ou immeubles sont susceptibles de faire l objet d une donation avec réserve d usufruit (immeuble, parts sociales, etc.). Une réserve d usufruit peut même être prévue lors d une donation de somme d argent (quasi-usufruit), mais mieux vaut l éviter dans une donation-partage (voir n o 63758); d autre part, comme nous allons le voir ci-après, la donation avec réserve d usufruit bénéficie d un régime fiscal très favorable. Ajoutons que, lorsque le donateur est marié, la réserve d usufruit s accompagne très souvent d une clause de réversion au profit du conjoint survivant. Cette stipulation constitue une donation entre époux sur le plan civil mais est traitée comme une transmission successorale sur le plan fiscal : voir n os s. Régime fiscal de la donation avec réserve d usufruit Dans la mesure où seule la nue-propriété des biens est transmise, les droits de donation ne sont calculés que sur la valeur de la nue-propriété (obligatoirement déterminée par application du barème fiscal de l article 669 du CGI : voir n o 64537). Cette réduction de l assiette des droits de donation permet de réaliser une économie de droits qui est définitive puisque, sauf exception, la réunion de l usufruit à la nue-propriété qui s opère au décès de l usufruitier s effectue en franchise d impôt : à l extinction de l usufruit opérée par le décès du donateur, le nu-propriétaire récupère la pleine propriété du bien sans subir de taxation supplémentaire (CGI art. 1133). Il n en va autrement qu en cas d application de la présomption de propriété de l article 751 du CGI (n os s.), c est-à-dire en pratique lorsque le décès du donateur intervient dans les trois mois de la donation consentie à l un de ses héritiers présomptifs. Exemple Le 1 er janvier 2014, M me L, âgée de 72 ans, consent à son fils Antoine une donation avec réserve d usufruit portant sur des titres d une société civile familiale d une valeur de en pleine propriété. C est la première donation que la mère fait à son fils. Compte tenu de l âge de M me L, la nue-propriété donnée est évaluée fiscalement à 70 % de la valeur des titres, soit Après abattement de applicable entre parents et enfants, les droits sont dus sur

2 DEMEMBREMENT DE PROPRIETE Ed. Francis Lefebvre Droits dus : Au décès de M me L, l usufruit s éteint et son fils Antoine récupère la pleine propriété des titres en franchise d impôt. Soit un taux global d imposition limité à 5,6 % (alors qu une donation en pleine propriété aurait rendu exigibles des droits de , soit un taux d imposition de 11,6 %) Notons que, lorsque la transmission porte sur les parts d une société qui réalise des bénéfices, la donation avec réserve d usufruit peut avantageusement être combinée avec la mise en réserve des bénéfices sociaux. Reprenons l exemple ci-dessus en supposant que la société civile familiale réalise chaque année de bénéfices. Chaque année, M me L, devenue usufruitière, vote l affectation de ces bénéfices en réserves. Au décès de M me L, son fils Antoine récupérera en franchise d impôt la pleine propriété de titres dont la valeur se sera accrue du montant des réserves. Ainsi, si le décès de M me L intervient début 2019, la valeur des titres aura augmenté de 5 années = et le taux global d imposition de la transmission se trouvera réduit à 4,7 % ( / = 4,7 %). Précisons que si l administration fiscale tente parfois de requalifier en donation indirecte taxable aux droits de donation la mise en réserve des bénéfices, cette position est clairement condamnée par la Cour de cassation. Jugé que les bénéfices réalisés par la société ne participant de la nature de fruits que lors de leur attribution sous forme de dividendes, lesquels n ont pas d existence juridique avant l approbation des comptes de l exercice par l assemblée générale, la constatation par celle-ci de l existence de sommes distribuables et la détermination de la part qui est attribuée à chaque associé, il s ensuit qu avant cette attribution l usufruitier des parts sociales n a pas de droit sur les bénéfices et qu en participant à l assemblée générale qui décide de les affecter à un compte de réserve il ne consent aucune donation au nu-propriétaire (Cass. com n o : RJF 5/09 n o 514 ; Cass. com n o : RJF 7/09 n o 698). Cette position de la Cour de cassation permet d envisager des stratégies transmissives efficientes, dont l intérêt s est trouvé encore renforcé avec le durcissement de la fiscalité des donations opéré par les lois du 29 juillet 2011 et du 16 août Comparaison du coût fiscal des donations avec ou sans réserve d usufruit Le choix de donner un bien en pleine propriété ou en nue-propriété dépend de considérations juridiques et fiscales. Sur le plan civil, la donation de la nue-propriété permet au donateur de conserver sur le bien transmis les pouvoirs et le droit aux revenus attachés à l usufruit. Sur le plan fiscal, la donation de la nue-propriété d un bien permet de bénéficier d une base imposable plus faible, ce qui présente d autant plus d intérêt que la fiscalité des donations a été ces dernières années sensiblement durcie. Comme le montre le tableau ci-après qui compare le coût de la donation en nue-propriété d une part et en pleine propriété d autre part, en fonction de l âge du donateur et de l importance de la donation, l écart est d autant plus important que le donateur est jeune. L intérêt de l anticipation de la donation est amplifié par le fait que les abattements fiscaux se renouvellent tous les quinze ans et que les frais et droits de donation peuvent être pris en charge par le donateur sans être considérés comme une donation sous l angle fiscal. Age Valeur Valeur en propriété de l actif donné en 2014 du donateur fiscale de la nuepropriété Don Don Don Don Don Don en nue- en toute en nue- en toute en nue- en toute propriété propriété propriété propriété propriété propriété 64 ans 60 % ans 70 % ans 80 % ans 90 %

3 Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE Réversion d usufruit Un usufruit peut, par convention, être établi successivement au profit de deux personnes différentes. La constitution d un usufruit successif est très fréquente dans les donations en nue-propriété : celui qui donne un bien s en réserve l usufruit et, à son décès, cet usufruit bénéficiera à une autre personne (son conjoint le plus souvent). Ce n est qu à l expiration de ces usufruits successifs que le nu-propriétaire deviendra plein propriétaire. Régime juridique Sur le plan juridique, la clause de réversibilité de l usufruit insérée dans un acte de donation constitue une donation à terme de biens présents (et non une donation conditionnelle de biens à venir) : le droit d usufruit du bénéficiaire lui est définitivement acquis dès le jour de l acte, seul l exercice de ce droit se trouvant différé au décès du donateur (Cass. ch. mixte n o : RJF 10/07 n o 1172). De cette qualification de donation à terme de biens présents découlent plusieurs conséquences : c est au jour de la donation que doivent être réunies les conditions de formation et de validité de la donation posées par l article 894 du Code civil, notamment la désignation et l acceptation du (ou des) bénéficiaire(s) ; il est possible de prévoir une réversion d usufruit au profit d un bénéficiaire autre que le conjoint (le concubin, par exemple), sans encourir la nullité des pactes sur succession future (en ce sens, par exemple, Cass. 1 e civ n o 1391 : Jurisdata n o ); lorsque la donation porte sur un immeuble, il n y a pas à publier d attestation notariée au moment où la réversion d usufruit s opère si l identité de l usufruitier en second a bien été annotée au fichier immobilier dès la publication de la donation (Cass. 3 e civ n o 1596 : Bull. civ. III n o 220 ; RJDA 10/03 n o 1028). S agissant d une donation à terme qui ne prend effet qu au décès du donateur, la réversion d usufruit est librement révocable dans le cas le plus fréquent où elle est consentie au profit du conjoint. Régime fiscal Pour la détermination des droits afférents à la transmission de la nue-propriété, il n est tenu compte que des usufruits qui sont ouverts au jour de cette transmission (CGI art. 669, 1, al. 2). Il en résulte qu en cas de donation de nue-propriété avec réserve d usufruit et réversibilité au profit du conjoint, la nue-propriété donnée est évaluée en fonction de l âge du donateur, sans tenir compte de l âge de son conjoint. On a vu n o que l acte constitutif d usufruit(s) successif(s) s analyse juridiquement comme une donation à terme de biens présents, et non comme une donation sous condition de biens à venir. Néanmoins, la réversion d usufruit relève des droits de succession et non des droits de donation (CGI art quater), ce qui reporte la taxation à l ouverture du second usufruit et permet l exonération du bénéficiaire de la réversion dans le cas, de loin le plus courant, où il s agit du conjoint survivant ou du partenaire lié par un Pacs (BOI- ENR-DMTG n o 1). Lorsque le bénéficiaire n est pas exonéré (concubin non lié au défunt par un Pacs, par exemple), les droits de succession qu il doit sont calculés en se plaçant à la date du décès de l usufruitier précédent, tant en ce qui concerne la valeur des biens que pour la détermination de l âge de l usufruitier, le tarif des droits et les abattements applicables (BOI-ENR-DMTG n o 10). Pour déterminer le lien de parenté, il est tenu compte du lien entre le constituant de l usufruit et le nouvel usufruitier, puisque c est du constituant que chacun des usufruitiers successifs tient son droit. L ouverture de l usufruit successif peut déclencher un droit à restitution partielle au profit du nu-propriétaire. En effet, le nu-propriétaire a droit à la restitution d une somme égale à ce qu il aurait payé en moins si le droit acquitté par lui avait été calculé lors de la donation initiale d après l âge de l usufruitier éventuel (CGI art B ; BOI-ENR-DMTG n o 50). Ces dispositions sont applicables lorsque l usufruit successif s ouvre effectivement au profit d un bénéficiaire plus jeune que le premier (plus précisément d un âge situé, au jour de la donation à l origine du démembrement, dans une dizaine inférieure à celle dans laquelle se situait l usufruitier initial au jour de la donation). Dans ce cas, pour obtenir la restitution à laquelle il a droit, le nu-propriétaire doit présenter une demande

4 DEMEMBREMENT DE PROPRIETE Ed. Francis Lefebvre à l administration avant le 31 décembre de la deuxième année suivant le décès de l usufruitier initial (LPF art. R 196-1). Dans le cas inverse, celui de l usufruitier successif plus âgé que l usufruitier initial, aucun versement complémentaire ne sera demandé au nu-propriétaire. Exemple M. L, âgé de 80 ans, et son épouse, M me O, âgée de 68 ans, font donation à leur fils de la nue-propriété d un bien dépendant de la communauté de biens existant entre eux, d une valeur en pleine propriété de Les parents se réservent, dans l acte de donation, à leur profit et au profit du survivant d eux, sans diminution au décès du prémourant, l usufruit viager du bien donné. La pleine propriété est fractionnée fictivement en deux parts (M. L et M me O), puis la valeur en nue-propriété et en usufruit de chacune des deux fractions est fixée comme s il s agissait de deux usufruits divis. Le calcul est le suivant compte tenu de l âge des usufruitiers : pour M. L : valorisation fiscale de la moitié de la pleine propriété : , soit pour la nuepropriété et pour l usufruit ; pour M me O : valorisation fiscale de la moitié de la pleine propriété : , soit pour la nue-propriété et pour l usufruit. Base de l assiette de l impôt de mutation dû : = Si M me O survit à son mari et si, de ce fait, la réversion s opère à son profit, son fils aura droit à la restitution d une somme égale à ce qu il aurait payé en moins si le droit acquitté par lui avait été calculé lors de la donation initiale d après l âge de sa mère au jour de cette donation. Le montant de la restitution au profit du fils sera donc égal à la différence entre le montant des droits de donation calculés initialement et le montant des droits qui auraient été dus en cas de transmission de la nue-propriété valorisée à = Parallèlement, la réversion au profit de M me O ne donnera lieu à aucune fiscalité car la réversion d usufruit relève des droits de succession, et non des droits de donation, et qu il n y a pas de droits de succession entre conjoints. B. Donation temporaire d usufruit L allongement de la durée des études et l arrivée de plus en plus tardive des étudiants sur le marché du travail conduisent fréquemment les parents à apporter une aide financière à leurs enfants majeurs. Le plus souvent, cette aide revêt la forme d une pension alimentaire. Selon les cas, les parents auront intérêt à rattacher l enfant à leur foyer fiscal (s il est rattachable, par exemple parce qu il poursuit des études et a moins de 25 ans), ou au contraire à le détacher et à déduire la pension de leurs revenus imposables en contrepartie de la perte de la majoration du quotient familial. Une technique plus sophistiquée, plus lourde aussi de conséquences, mais nettement plus avantageuse au plan fiscal, a été imaginée par la pratique : la donation d usufruit temporaire d un bien de rapport. Plutôt que de verser une pension, les parents transfèrent à leurs enfants le droit aux revenus produits par le bien le temps qu ils terminent leurs études et s installent dans la vie professionnelle. Avantages de la donation temporaire d usufruit Sur un plan patrimonial, la donation temporaire d usufruit permet bien sûr une plus grande autonomie financière et une responsabilisation des enfants bénéficiaires de la donation. Mais son principal avantage est de permettre aux parents de réaliser de substantielles économies d impôt. Nous verrons qu en matière d ISF, c est en principe l usufruitier qui est imposable sur la valeur du bien en toute propriété (n os s.). Dès lors, la donation d usufruit à des enfants majeurs a pour effet de diminuer la valeur taxable du patrimoine des parents, et donc l impôt dû par eux. Par exemple, pour un redevable dont la valeur nette du patrimoine au 1 er janvier 2014 est égale à , la donation temporaire pour cinq ans de l usufruit d un appartement d une valeur en pleine propriété de permet une économie d ISF de (3 000 par an pendant cinq ans).

5 Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE Quant aux enfants donataires, ils ne seront pas soumis à l ISF si la valeur des biens dont l usufruit leur est transmis, ajoutée à celle des biens déjà possédés par eux en usufruit ou en pleine propriété, est inférieure au seuil d imposition ( au 1 er janvier 2014). Si la donation fait passer le donataire au-dessus du seuil d imposition, c est tout le patrimoine excédant qui est alors taxable selon le barème progressif par tranches de l ISF. En pratique, une donation d usufruit temporaire qui conduirait le donataire à devenir imposable à l ISF alors qu il ne l était pas pourra dans certains cas être défavorable au regard de cet impôt. S agissant de l impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux, les enfants deviennent personnellement imposables à raison des revenus du bien transmis en usufruit, à condition qu ils aient été préalablement détachés du foyer fiscal de leurs parents. Les parents perdent évidemment la majoration du quotient familial, mais voient en contrepartie leurs revenus imposables diminuer. Or, en raison d une part du plafonnement des effets du quotient familial et d autre part du fait que les donataires sont, par hypothèse, imposés dans une tranche d imposition plus faible que leurs parents, la charge fiscale s en trouve allégée pour le groupe familial. Il y aura également économie fiscale lorsque la donation temporaire viendra prendre le relais du versement à un enfant majeur d une pension alimentaire excédant le plafond de déduction fiscale, si les revenus du bien dont l usufruit est donné excèdent ce plafond. Exemple Un appartement d une valeur de rapporte à son propriétaire de revenus bruts fonciers par an. On suppose que le contribuable propriétaire est imposable au taux marginal de 41 % et que les revenus fonciers qu il tire de l immeuble sont soumis au régime du micro-foncier. Il est fait abstraction dans l exemple des prélèvements sociaux. Si ce contribuable affecte ces de revenus bruts fonciers au versement d une pension alimentaire à son enfant majeur, il sera imposé sur (après l abattement forfaitaire de 30 %) et pourra déduire au titre de la pension alimentaire une somme plafonnée à Coût fiscal : 41 % ( ) = La donation temporaire de l usufruit de l immeuble permettra au contribuable d économiser ces Quant à l enfant bénéficiaire de la donation d usufruit, il sera imposable sur (après l abattement de 30 %), au lieu de (montant déductible de la pension, diminué de la déduction de 10 %). Mais s il n a pas d autres revenus, son impôt sera nul. La donation temporaire d usufruit est peu coûteuse en termes de droits de donation. Lorsque le démembrement est organisé pour dix ans ou moins, la donation faite par chaque parent à chaque enfant peut porter sur des biens d une valeur en pleine propriété allant jusqu à en franchise de droits, compte tenu du barème de l usufruit à durée fixe (23 % de la pleine propriété pour chaque période de 10 ans) et de l abattement de en ligne directe (car % = ,86 ), pour autant bien sûr que cet abattement n ait pas déjà été utilisé au cours des quinze dernières années. Ajoutons cependant que, lorsque l usufruit porte sur un immeuble, la taxe de publicité foncière sera due sur la valeur de l usufruit transféré, ainsi que la contribution de sécurité immobilière et les frais de notaire. Risques de la donation temporaire d usufruit Compte tenu de son intérêt fiscal, l administration voit la donation temporaire d usufruit d un mauvais œil. Elle se réserve le droit de rechercher le caractère abusif de l opération selon les modalités prévues à l article L 64 du LPF. La jurisprudence n a pas encore eu l occasion de se prononcer sur ce type d opération. Le Comité de l abus de droit fiscal a été amené à conclure à l existence d un abus de droit dans deux affaires qui lui ont été soumises. La première espèce était très particulière, puisque c était l enfant qui avait consenti la donation temporaire d usufruit à ses parents (aff ). La donation portait sur l usufruit de parts d une société civile de portefeuille pour une durée de dix ans. Le Comité a conclu à l abus de droit en se fondant d une part sur la concomitance des opérations (la donation ayant eu lieu quatre jours après la constitution de la société), d autre part sur l absence d intention libérale. Le défaut d intention libérale paraît ici décisif : l avis précise en effet qu au titre de ses quatre premières

6 DEMEMBREMENT DE PROPRIETE Ed. Francis Lefebvre années d existence, la société de portefeuille avait généré de plus-values, intégralement attribuées au fils (probablement en vertu d une clause statutaire particulièrement favorable au nu-propriétaire), tandis que les parents ne recevaient que de dividendes. Par ailleurs, sur la même période, l opération avait entraîné pour les parents une surcharge fiscale de (IR + ISF), supérieure aux dividendes perçus, obligeant la société à effectuer des versements compensatoires. Plus récemment, dans une espèce où des parents avaient donné à leurs cinq enfants l usufruit temporaire pour cinq ans de parts d une SARL leur appartenant, le Comité a conclu à l abus de droit en relevant (aff ) : que la SARL avait été constamment déficitaire avant la donation, les acquisitions immobilières réalisées immédiatement après la donation ayant aggravé cette situation ; que l absence de toute perspective de bénéfices de la SARL sur la période d exercice de l usufruit temporaire était connue des nus-propriétaires, qui n avaient par ailleurs procédé à aucune restructuration du capital par absorption du report à nouveau afin de permettre la distribution de dividendes ; que les donataires avaient peu ou pas participé à la vie de la société dont la gestion et la conduite de la politique d investissement demeuraient entre les mains du gérant, par ailleurs donateur des titres. Le Comité a estimé au vu de ces circonstances que la donation de l usufruit temporaire n avait pu être inspirée par aucun autre motif que celui d atténuer l imposition au titre de l ISF que les parents, si cet acte n avait pas été passé, auraient normalement dû supporter eu égard à leur situation réelle. Précautions à prendre Dès lors que la donation temporaire d usufruit consentie par des parents à leurs enfants majeurs se justifie par le souhait des parents de responsabiliser leurs enfants en leur attribuant une source autonome de revenus susceptible d assurer leur logement et/ou leur entretien courant, et à condition bien sûr que les parents ne se réapproprient pas (directement ou indirectement) lesdits revenus, le risque d abus de droit nous paraît limité. L administration a précisé qu une opération de transmission temporaire d usufruit n est, en tout état de cause, pas susceptible de donner lieu à la mise en œuvre de la procédure de l abus de droit lorsqu elle est opérée au profit d un organisme d intérêt général (associations reconnues d utilité publique, notamment) et satisfait à certaines conditions cumulatives (BOI-PAT-ISF n o 200). Par précaution, il peut être utile de suivre les «recommandations» exprimées par cette doctrine (ne sont retenues ici que celles qui sont transposables aux donations temporaires d usufruit de parents à enfants) : la donation doit être réalisée par acte notarié (forme qui s impose en tout état de cause si la donation porte sur l usufruit d un immeuble, et qui est fortement recommandée dans les autres cas) ; la transmission doit être effectuée pour une durée d au moins trois ans et porter sur un bien productif de revenus (en espèces ou en nature, usufruit sur un appartement par exemple) ; la transmission doit préserver les droits de l usufruitier. En particulier, tous les revenus du bien doivent lui être attribués. Pour ce qui est de ses pouvoirs sur le bien, l administration admet qu il ne les exerce pas tous (gestion d un portefeuille de valeurs mobilières, signature des baux, etc.). Il doit alors donner pouvoir spécial à un mandataire (qui peut être le donateur nu-propriétaire) pour les exercer en son nom. Ce mandataire doit lui rendre compte chaque année (nature et justification des arbitrages auxquels a donné lieu le portefeuille de valeurs mobilières, évolution des loyers, etc.). C. Double donation d usufruit et de nue-propriété La double donation d usufruit et de nue-propriété est l opération par laquelle le donateur donne l usufruit d un ou plusieurs biens à une personne et la nue-propriété de ces mêmes biens à une autre. Il ne s agit ni d une libéralité graduelle (n os s.) ni d une libéralité résiduelle (n os s.), puisque l opération emporte deux libéralités immédiates portant sur des droits distincts, et non deux libéralités successives ayant le même objet.

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

TRANSMETTRE DE SON VIVANT

TRANSMETTRE DE SON VIVANT TRANSMETTRE DE SON VIVANT Quel que soit le montant de votre patrimoine, préparer votre succession permet de transmettre vos biens dans des conditions optimales, car étudiées auparavant (ce qui est particulièrement

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 une entreprise L associé est Les parts sociales de la SCI sont inscrites à l actif d une entreprise individuelle ou d une société.

Plus en détail

Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange

Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange NEWSLETTER 15 270 du 16 MARS 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE Le quasi-usufruit est souvent perçu par les professionnels de

Plus en détail

Le démembrement à la souscription. Direction Commerciale Courtage & C.G.P.I.

Le démembrement à la souscription. Direction Commerciale Courtage & C.G.P.I. Le démembrement à la souscription Direction Commerciale Courtage & C.G.P.I. Sommaire Introduction Définition du démembrement Formalisme d un contrat de capitalisation «démembré à l entrée» et le devoir

Plus en détail

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011 Les évolutions fiscales de l assurance-vie Suppression de l avantage fiscal sur les versements Fiscalité en cours de vie du contrat Fiscalité en cas de décès Les contrats des non-résidents Sommaire Suppression

Plus en détail

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit.

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Introduction : Les droits de mutation sont des impôts qui sont dus lors du transfert de propriété (mutation) d un bien, d un ensemble de bien ou du patrimoine

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Les droits de mutation à titre gratuit sont perçus en tenant compte de la situation personnelle du redevable et des liens de parenté qu il a avec le défunt

Plus en détail

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement.

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. Lorsque le défunt ne laisse pas de descendant, son conjoint survivant non

Plus en détail

SPÉCIAL FISCALITÉ 2014 ISF et Impôt sur le Revenu

SPÉCIAL FISCALITÉ 2014 ISF et Impôt sur le Revenu SPÉCIAL FISCALITÉ ISF et Impôt sur le Revenu CHOISISSEZ L IMPACT QUE VOUS DONNEZ À VOTRE ISF en vous associant à nos programmes d action humanitaire RÉDUIRE VOS IMPÔTS Vous êtes redevable de l Impôt sur

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES 2016. Donnez de l impact à votre générosité.

DISPOSITIONS FISCALES 2016. Donnez de l impact à votre générosité. F O N D A T I O N M É D E C I N S S A N S F R O N T I È R E S DISPOSITIONS FISCALES 2016 ISF & Impôt sur le revenu Donnez de l impact à votre générosité. La parole au trésorier Chaque année, vous êtes

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

!! "#$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$!

!! #$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$! "#$%&'#()*)$$+%%)$$#,-$)(*,-&(#,-$ &.&(()/)-($ Des abattements sont prévus sur les droits à régler en cas de donation. Ils varient selon le lien qui unit le donateur et le donataire. Dans la limite de

Plus en détail

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage

VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage 157 158 VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage A. Frais en cas de conclusion d un contrat de mariage Les contrats de mariage qui ne contiennent pas de dispositions

Plus en détail

La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE

La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE Sommaire I. La définition de la SCP II. L intérêt de la SCP III. Le régime juridique et fiscal de la SCP QUILVEST FAMILY OFFICE - Conseiller

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

Nue propriété et cession d usufruit

Nue propriété et cession d usufruit Nue propriété et cession d usufruit L usufruit et la nue propriété Un bien mobilier ou immobilier est généralement détenu en pleine propriété. Lorsque le bien procure des revenus, ce droit de propriété

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE Charles SANSON Conseiller en gestion de patrimoine 17 MAI 2014 SOMMAIRE La transmission du patrimoine L assurance-vie Questions / Réponses 2014 P.2 LA TRANSMISSION DU PATRIMOINE

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

ISF et IMPÔT SUR LE REVENU Choisissez l impact que vous donnez à votre générosité.

ISF et IMPÔT SUR LE REVENU Choisissez l impact que vous donnez à votre générosité. FONDATION MEDECINS SANS FRONTIERES DISPOSITIONS FISCALES 2015 ISF et IMPÔT SUR LE REVENU Choisissez l impact que vous donnez à votre générosité. Conjuguer générosité et logique patrimoniale L a générosité

Plus en détail

Versions 7.1.0.2 7.2.1

Versions 7.1.0.2 7.2.1 Versions 7.1.0.2 7.2.1 Septembre 2012 Dernières évolutions 1. Loi de Finances rectificative 2012 Impacts edixit... 2 1.1. Transmission Droits de mutation à titre gratuit... 2 1.2. Contribution exceptionnelle

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine.

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. 1 2 Principe : Les héritiers appelés héritiers réservataires, ne peuvent pas être exclus de votre succession : il s agit

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation

NOTE JURIDIQUE. OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - Fiscalité / Succession - OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation Base juridique

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs

Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs Les donations La donation est un acte de transfert gratuit de tout ou partie de la propriété d un bien.

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12 DROITS DE MUTATION A TITRE GRATUIT. DONATIONS-PARTAGES CONSENTIES A DES DESCENDANTS DE DEGRES DIFFERENTS (DONATIONS-PARTAGES

Plus en détail

Aide mémoire. ISF exonération des titres reçus en contrepartie d une souscription au capital de PME (CGI art. 885 I ter-i.1)

Aide mémoire. ISF exonération des titres reçus en contrepartie d une souscription au capital de PME (CGI art. 885 I ter-i.1) Aide mémoire Contenu des attestations à fournir par les sociétés non cotées à leurs associés qui bénéficient d allègements d ISF et/ou qui ont signé un pacte fiscal ISF exonération des titres reçus en

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

RPPM Plus-values sur biens meubles incorporels Prix d acquisition en cas de cession de titres dont la propriété est démembrée

RPPM Plus-values sur biens meubles incorporels Prix d acquisition en cas de cession de titres dont la propriété est démembrée Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-20-10-20-60-20120912 DGFIP RPPM Plus-values sur biens meubles

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/12/50 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012?

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? NEWSLETTER MAI 2013 Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? Le 20 décembre 2012, l administration fiscale a publié au Bulletin Officiel

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général*

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général* FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général* * : pour les forêts, reportez vous à la fiche "fiscalité des mutations à titre gratuit : régime particulier (amendement Monichon)" Texte : Philippe

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006 2041 GT N 50883#06 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006 PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES 10/01/2014 Afin de favoriser la transmission d entreprise, la relance de l économie, différents dispositifs ont pour objet de limiter l imposition des plus-values

Plus en détail

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Définition Les stock-options offrent à des salariés ou à des dirigeants la possibilité d acquérir à une échéance déterminée des actions de leur société à un

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

Financement des études supérieures

Financement des études supérieures Page 1 sur 10 Financement des études supérieures Cas d étude : couple de quarantenaires avec 3 enfants de 9, 6 et 4 ans. Début des études pour le 1 er enfant = 2022 Début des études pour le 2 e enfant

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI «TAUX-INDICES-CHIFFRESCHIFFRES» 1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES Les livrets sans impôts TAUX Livret A, Livret Bleu 2,25 % Livret de développement durable 2,25 % Livret Jeunes (pour les 12 à 25 ans)

Plus en détail

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500 31 Pacte fiscal Présentation du régime d exonération partielle... 2500 L engagement collectif de conservation Titres pouvant faire l objet d un pacte... 2501 Personnes physiques ou morales signataires

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts.

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts. Paris - Marseille - Toulon Dirigeant du Cabinet LEFEVRE & Associés Jean-Yves LEFEVRE Chargé de cours à l université Paris Dauphine Les impôts augmentent! L insécurité fiscale aussi avec 7 lois de finances

Plus en détail

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants La donation du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

Les Webinaires Cortal Consors

Les Webinaires Cortal Consors Les Webinaires Cortal Consors du 9/06/2011 Comprendre pour mieux décider Des rendez-vous pédagogiques Des échanges avec des experts Des conférences en ligne L ISF : UN IMPÔT EN PLEINE ÉVOLUTION SOUS LES

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES

INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES Soit un couple de 50 ans avec deux enfants (en commun) : Monsieur possède : Un immeuble de rapport «de famille» (reçu par

Plus en détail

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003)

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) Flash fiscal et juridique n 755 page 1 LOI DE FINANCES POUR 2004 (Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) 1. IMPOT SUR LE REVENU (Règles générales) Barème d imposition pour 2003

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Plan I. Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations familiales en amont (d un éventuel conflit) A. Exemple des familles recomposées

Plus en détail

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 14/3 du 1 er octobre 2014 L.I.R. n 14/3 Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances 1) Définitions et introduction La loi

Plus en détail

La Transmission. Les coordonnées de l intervenante : Michèle CAIMANT Direction Commerciale caimant@agf.fr Portable perso : 06 76 73 52 61

La Transmission. Les coordonnées de l intervenante : Michèle CAIMANT Direction Commerciale caimant@agf.fr Portable perso : 06 76 73 52 61 La Transmission Les coordonnées de l intervenante : Michèle CAIMANT Direction Commerciale caimant@agf.fr Portable perso : 06 76 73 52 61 Ce qui a changé... et les conséquences pour nous tous Droits du

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession et de

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Guide 2013. de la nue-propriété

Guide 2013. de la nue-propriété Guide 2013 de la nue-propriété 2 Sommaire Le principe - La notion de nue-propriété - Le nu-propriétaire / L usufruitier Les bénéfices - Une acquisition à moindre coût - Exonération des charges - Zéro impôt

Plus en détail

E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg. «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents»

E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg. «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents» E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents» Dominique Boyer & François Derème Version du 22 mars 2011 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

LA PROTECTION DU CONJOINT

LA PROTECTION DU CONJOINT LA PROTECTION DU CONJOINT TROIS AXES DE PROTECTION La prévoyance Pension(s) de réversion des différents régimes Assurance décès Les droits successoraux ou matrimoniaux La place du conjoint dans la succession

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) avertissement... liste des Abréviations... dédicace... remerciements... préface... VII IX XI XIII XV partie I RÉDUIRE LES DROITS DE MUTATION

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux

Les régimes matrimoniaux Les régimes Dissolution / Liquidation Régime sans aménagement inmnité universelle universelle avec attribution - s biens personnels détenus avant le, - s biens recueillis par succession ou par donation

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie COMTE Droits

Plus en détail

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

Les Webinaires Cortal Consors

Les Webinaires Cortal Consors Les Webinaires Cortal Consors Comprendre pour mieux décider des rendez-vous pédagogiques des échanges avec des experts des conférences en ligne LE REGIME JURIDIQUE Qu est ce que le contrat de capitalisation?

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF 1 1 PACTE DUTREIL TRANSMISSION 1. Le pacte Dutreil permet de transmettre une société en bénéficiant d une exonération de DMTG à concurrence de 75% sur la valeur des parts

Plus en détail

Cas pratique de synthèse FER

Cas pratique de synthèse FER Cas pratique de synthèse FER I. L impôt sur le revenu Mme. FER Lucie est chef d entreprise. Elle détient 90% d une SARL assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Mariée à Monsieur

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties. Note méthodologique

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties. Note méthodologique OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment est calculée la taxe foncière sur les propriétés bâties? Prenons l exemple d un avis d imposition pour un bien

Plus en détail

A. Textes de loi applicables. CIRCULAIRE N 8 / 2012

A. Textes de loi applicables. CIRCULAIRE N 8 / 2012 Service Public Fédéral FINANCES Administration Générale de la DOCUMENTATION PATRIMONIALE Secteur Enregistrement Service VI - Direction VI/8 Dossier nr. EE/L.214 Bruxelles, 19 juillet 2012 CIRCULAIRE N

Plus en détail