Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation"

Transcription

1 Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie patrimoniale BANQUE ROTHSCHILD Arlette DARMON Notaire, présidente GROUPE MONASSIER Jean-François DESBUQUOIS Avocat associé et directeur adjoint du département Droit du patrimoine FIDAL

2 Benoît BARON Rédacteur en chef L AGEFI ACTIS

3 Démembrement de propriété

4 Situation personnelle : Monsieur Bruneau (58 ans) Mme Bruneau (56 ans) Deux enfants : Sébastien (23 ans) et Christine (19 ans) Situation patrimoniale (communauté légale) Résidence principale : Placements financiers : SAS BRUNPLAST

5 M. Et Mme Bruneau Sébastien (NP) Parents (US) Christine (NP) Parents (US) 40 % 30 % 30 % SAS BRUNPLAST Président : M. Bruneau Valeur 100 % = Démembrement de 2 x 30 % résultant d une donation partage en 2006.

6 Projet : M. et Mme Bruneau pensent vendre BRUNPLAST dans trois ans à un repreneur extérieur à la famille. Ils souhaitent conserver une parfaite maîtrise de la totalité du prix de vente et pouvoir percevoir des revenus.

7 Arlette DARMON Notaire, présidente GROUPE MONASSIER

8 Analyse des clauses de la donation de 2006 Aux termes de la donation-partage, les donateurs se sont réservés leur vie durant l usufruit des biens. Cette transmission a été la voie choisie par les donateurs : - animés d une intention libérale - mais souhaitant se réserver la jouissance et les revenus Ils ont aménagé dans l acte de donation lui-même les droits des usufruitiers et des nus-propriétaires. (Parallèlement ils ont également veillé à l aménagement des statuts)

9 Analyse des clauses de la donation de 2006 Réserve d usufruit et réversion de cet usufruit Les donateurs ont prévu que cet usufruit réservé serait réversible en totalité sur la tête du conjoint survivant ; Au décès du premier des donateurs, le survivant continuera à jouir de la totalité des biens ; Cette réversion ne sera pas taxable ; Cette réversion aurait pu être seulement partielle ; Lors du remploi, il y aura lieu de tenir compte de l usufruit réversible.

10 Analyse des clauses de la donation de 2006 Charge de vendre à première demande de l usufruitier Les donateurs envisageant à terme de vendre la société et voulant éviter le risque de refus des donataires ont prévu cette charge ; Cette charge a été stipulée comme étant une condition impulsive et déterminante de la donation. En cas d inexécution : révocation de la donation ; La validité d une telle clause n est toutefois pas certaine ; Cette clause pourrait attirer l attention de l administration fiscale lorsque la donation et la vente sont concomitantes.

11 Analyse des clauses de la donation de 2006 Report du démembrement Nécessité de prévoir au minimum le sort du prix de vente. - ventilation du prix entre l usufruitier et le nu-propriétaire et selon quelles règles (si rien n est prévu, cette répartition sera automatique art. 621 du cc), - report du démembrement, - quasi-usufruit. Les parents ont prévu le report du démembrement - déclaration de remploi indispensable Arrêt Leblanc : CE, 30/12/2009, n , - la plus-value sera à la charge des nus-propriétaires.

12 Analyse des clauses de la donation de 2006 Obligation d apport en Société - A première demande des usufruitiers, les donataires auront obligation d apporter la nue-propriété des titres reçus à une société à constituer avec les donateurs ; - Cet apport sera conjoint avec l usufruit des donateurs ; - Les titres de la nouvelle société reçus en contrepartie seront démembrés ; - Cette charge a été stipulée comme étant une condition impulsive et déterminante de la donation. En cas d inexécution : révocation de la donation.

13 Analyse des clauses de la donation de 2006 Prise en charge des frais et droits Les frais et droits peuvent être mis à la charge des nus-propriétaires ; En cas de cession, si la plus-value est à la charge des nus-propriétaires (cas du reports du démembrement), ces frais seront déductibles de la plus-value.

14 Jean-François DESBUQUOIS Avocat associé et directeur adjoint du département du Droit du patrimoine FIDAL

15 Un apport préalable en société est-il opportun? Objectif de l apport préalable des titres démembrés à une holding IS Améliorer la maîtrise des parents lors de la vente : ils sont devenus dirigeants de la holding détenant la pleine propriété des titres de la «cible» ; Éviter le démembrement ultérieur sur le prix de cession.

16 Un apport préalable en société est-il opportun? Questions juridiques : Choix de la forme de la société Report du démembrement par subrogation réelle conventionnelle Ne pas oublier l usufruit successif (quid de l éventuelle révocation ultérieure)

17 Un apport préalable en société est-il opportun? Questions fiscales : Régime de l apport/cession (art B ter du C.G.I.) Risque d application de l article du C.G.I. sur l apport d usufruit par les parents? Solution non retenue.

18 Taxation des plus-values lors de la vente Nouveau régime issu de la loi de finances 2014 Abattement de droit commun Durée de détention Abattement Moins de 2 ans 0 % De 2 à 8 ans 50 % Plus de 8 ans 65 % Ne joue que sur l IR, mais pas sur les prélèvements sociaux, ni sur la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus.

19 Taxation des plus-values lors de la vente Éventuellement abattement majoré - Trois cas : - Dirigeants partant en retraite, - Cession des titres de PME acquis dans les 10 premières années suivant sa création, - Cession intra-familiale. Durée de détention Abattement Moins de 1 an 0 % Entre 1 et 4 ans 50 % Entre 4 et 8 ans 65 % Plus de 8 ans 85 % Ne joue que sur l IR, mais pas sur les prélèvements sociaux, ni sur la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, Pour les dirigeants partant en retraite, abattement supplémentaire fixe de , imputable avant l abattement pour durée de détention.

20 Taxation des plus-values lors de la vente Particularités pour les titres démembrés Quel traitement fiscal pour les plus-values? Instruction 5 C-1-01 (BOI-RPPM-PVBMI ) La complexité supplémentaire issue de la jurisprudence : - CE 30 décembre 2009, n (arrêt Leblanc) - CE 12 décembre 2012, n et (impact des clauses renforçant les droits des usufruitiers)

21 Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie patrimoniale BANQUE ROTHSCHILD

22 L emploi d un actif démembré Les possibilités d affectation après une cession de titres démembrée L exception : la répartition du prix de cession Redevable de l impôt : l usufruitier et le nu-propriétaire pour leurs droits respectifs (barème de l art. 669 du CGI) Avantages Disponibilité totale de chacun sur les capitaux qui lui sont attribués Inconvénients Contraire a l objectif indiqué par Mr & Mme Bruneau Impact sur le plafonnement de l ISF des parents La pleine propriété récupérée par l usufruitier, sera à retransmettre (DMTG) et ne lui permettra pas d assurer son train de vie La voie experte : la constitution d un quasi-usufruit (sur le prix de cession) La voie naturelle : le réinvestissement démembré Redevable de l impôt : le quasi-usufruitier (le NP ne dispose que d'une créance sur la valeur des biens vendus) Avantages L intégralité du prix de cession est remis à l usufruitier qui dispose de la maîtrise complète des capitaux Au décès du quasi-usufruitier, le nu-propriétaire devient plein propriétaire sans fiscalité (indexation de la créance) Inconvénients Le nu-propriétaire ne maîtrise pas l affectation des capitaux et donc la valeur à terme du capital transmis (sauf convention) Impact sur le plafonnement ISF des parents Problématique de l indexation Redevable de l impôt : le nu-propriétaire pour l intégralité de l impôt de plus-value Avantages Possibilité de report du démembrement, sans frottement fiscal, sur des actifs en direct (immobilier, assurancevie, contrat de capitalisation, compte titres) ou indirectement via une SCI (dont les parts sont démembrées) Optimisation fiscale du plafonnement ISF N+1 (enfants) et de la transmission du patrimoine à terme (art 1133 CGI) Inconvénients Capacité de règlement de l impôt par les enfants nus-propriétaires (mais possibilité de prêt par les parents ou donation en pleine propriété)

23 L emploi d un actif démembré Objectif : limiter le plus possible les revenus grâce à la capitalisation L impact sur le plafonnement de l ISF et le taux d imposition des gains (revenus/plus-values) conduisent à écarter des stratégies le réinvestissement dans des enveloppes ne capitalisant pas : compte titres et immobilier (sauf via une société à l IS) Assurance vie / contrat de capitalisation Absence de «Revenu» au sens de l ISF lors des arbitrages Titres / Opcvm Arbitrage Titres / Opcvm Seuls les intérêts générés par un rachat (total ou partiel) sont imposés Plus values / Dividendes / Intérêts pris en compte pour le calcul du plafonnement ISF Titres / Opcvm Plus values : Sur actions Arbitrage Compte titres Titres / Opcvm Les revenus sont générés et imposés au fur et à mesure de leur réalisation (cession, perception dividende /intérêt) -Sur autres titres 50,5% ou IR + PS 30,5% ou IR + PS < 4 ans < 8 ans 23% 3 ou IR + PS 64,5% 42% 35,25% < 2 ans < 8 ans > 8 ans Revenus : 64,5% Dividendes 44% 4 Notes 1 CHR : contribution sur les hauts revenus (3% de 250K à 500K pour un contribuable seul et 4 % au-delà, seuils doublés pour un couple) 2 R= Revenus imposables et plus values (exonérés ou non), bruts avant réductions et abattements (ex : plus-value résidence principale, plus-values de cession avant abattement pour durée de détention) 3 15,5% jusqu à (pour un célibataire) ou (pour un couple) et 23% au-delà de (hors CHR) 4 TMI à 45% + CHR (4%) + PS (15,5%) CSG déductible Intérêts 62% 4

24 L emploi d un actif démembré Assurance-vie et contrat de capitalisation Avantages communs Capitalisation des revenus (IR et plafonnement ISF) Une fiscalité du «vivant» réduite (23% après 8 ans) L usufruitier dispose immédiatement de revenus réguliers Absence de fiscalité au décès de(s) l usufruitier(s) Au décès de l usufruitier le contrat continue et conserve son antériorité fiscale Deux outils complémentaires permettant de cumuler leurs avantages respectifs Utilité d une convention de démembrement (définition des fruits, exercice du droit de rachat) Spécificités de l assurance-vie Avantages Absence de contrainte liée à l âge de l usufruitier (cf. 70 ans) Un «saut de génération» dans la transmission Optimisation possible si démembrement de la clause bénéficiaire Possibilité de souscription du contrat par le seul quasiusufruitier en cas de quasi-usufruit Inconvénients Risque de requalification Prédécès du souscripteur nu-propriétaire Spécificités du contrat de capitalisation Avantages Absence d imposition des gains accumulés lors de la transmission Valeur ISF égale au nominal du contrat Donation possible du contrat (avec ou sans réserve d usufruit) Inconvénients Les capitaux font partie de la succession Absence de «pilotage» des bénéficiaires -Fiscalité de la transmission «classique» -Les plus-values latentes cumulées ne sont pas gommées après transmission (imposition lors des rachats ultérieurs)

25 L emploi d un actif démembré La société civile : la technique appropriée Avantages Souplesse des statuts permettant de définir un cadre adapté pour la gestion du patrimoine (liberté d affectation) Une distinction entre propriété et pouvoir de gestion : Désignation par les statuts d un gérant (Mr Bruneau) qui gèrera le patrimoine Modalités d affectation du résultat 1 Une valeur ISF minorée de 10/15% (pour il-liquidité des parts) Le choix de supports capitalisant permet de maîtriser la fiscalité à long terme Absence de fiscalité au décès de l usufruitier (le nupropriétaire devient plein propriétaire sans taxation) Un outil complémentaire à l assurance-vie permettant d optimiser la fiscalité de la transmission Inconvénients Une enveloppe transparente 2 nécessitant d investir dans des supports de capitalisation pour limiter la fiscalité : IR du plafonnement de l ISF des parents Evaluation des contrats de capitalisation à leur valeur de rachat (nominal si détention en direct) Importance de la rédaction des statuts afin de déterminer les droits respectifs des Associés Montant perçu par l usufruitier : 20 Montant fiscalisé : 4 Parents US SC (IR) Enfants NP Démembrement Pas d appréhension du revenu par l usufruitier 16 4 Réserves : 20 Rachat : 20 Accroissement de valeur Enveloppes capitalisantes Prime 80 Produit 20 Prime 80 Produit 20 Notes 1 S il est distribué il appartient à l usufruitier, de même que les sommes laissées en report à nouveau (RAN), il peut être mis en réserve 2 Sauf option de la SCI pour l IS (irrévocable) Hypothèse 1 : Rachat et Distribution Hypothèse 2 : Simple accroissement de valeur : 20 Mise en réserve : 20

26 Annexes L emploi d un actif démembré La souscription démembrée d un contrat d assurance-vie Avantages Inconvénients Pleine propriété = NP + US Nue-propriété (enfants) X % Capitalisation des revenus (IR et plafonnement ISF) L usufruitier dispose immédiatement de revenus réguliers (dans la limite des revenus générés dans le contrat) Une fiscalité du «vivant» réduite (23% après 8 ans) Transmission : Au décès de l usufruitier, le contrat n est pas dénoué, le nu-propriétaire devient, sans taxation, souscripteur unique du contrat et bénéficie de l antériorité fiscale de l enveloppe Usufruit Absence de contrainte liée à l âge de l usufruitier (cf. 70 ans) Un «saut de génération» : Parents usufruitiers, enfants nus-propriétaires, petits-enfants bénéficiaires du contrat Optimisation possible si démembrement de la clause bénéficiaire Un outil complémentaire à un contrat de capitalisation afin d optimiser la fiscalité de la transmission Si quasi-usufruit: possibilité de souscription du contrat par le seul quasi-usufruitier, avec faculté de désigner comme bénéficiaires les nus-propriétaires 2 (Parents) Y % Contrat d assurance-vie Bénéficiaires : petits enfants Risque de requalification : Au décès de l usufruitier en cas de démembrement ab initio (preuve de l origine des primes 1 si quasi usufruit) si rachats par le co-souscripteur en US > revenus du contrat (donation indirecte) si non-usage de son droit par le souscripteur en US (renonciation à l usufruit) Prédécès du souscripteur en NP : dénouement du contrat (puisque l assuré est le co-souscripteur en NP) et versement des capitaux conformément à la clause bénéficiaire (possibilité de mentionner le co-souscripteur en usufruit bénéficiaire en usufruit des capitaux décès). Nécessité d une convention de démembrement afin de déterminer les droits respectifs de l usufruitier et du nupropriétaire (désignation des bénéficiaires du contrat, arbitrages, choix des supports, versements de primes rachats etc.) Notes 1 Pour être opposable à la présomption de l article 751 du CGI, l acte de démembrement initial doit avoir date certaine et avoir été enregistré 2 Risques : taxation des capitaux transmis aux nus-propriétaires (si désignés bénéficiaires à titre gratuit), ou actif successoral insuffisant (NP non désignés comme bénéficiaires du contrat)

27 L emploi d un actif démembré La souscription démembrée d un contrat de capitalisation Avantages La capitalisation des revenus Une fiscalité du «vivant» réduite (23% après 8 ans) Absence de fiscalité au décès de l usufruitier (le nupropriétaire devient plein propriétaire sans taxation) Le contrat n est pas dénoué, le nu-propriétaire devient souscripteur unique du contrat Une absence d imposition des gains accumulés lors de la transmission Le bénéfice de l antériorité fiscale pour l héritier Le contrat de capitalisation peut ensuite faire l objet d une donation avec ou sans réserve d usufruit Une valeur ISF retenue au nominal du contrat Un outil complémentaire à l assurance-vie permettant d optimiser la fiscalité de la transmission Inconvénients Les capitaux font partie de la succession Absence de «pilotage» des bénéficiaires Une fiscalité de la transmission «classique» (TMI 45% pour les héritiers et 60% pour les tiers) Transmission immédiate nécessaire pour bénéficier d une fiscalité avantageuse (transmission à terme en assurance-vie) Les plus-values latentes cumulées ne sont pas gommées lors de la transmission (imposition lors des rachats ultérieurs) Recommandations Etablir une convention de démembrement déterminant les droits respectifs de l usufruitier et du nu-propriétaire (arbitrages, rachats etc.) Souscrire autant de contrats que de «couples» NP/US (afin de permettre a chaque NP survivant de choisir de conserver ou solder le contrat)

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

Madame Paule COMTE et Monsieur Jean COMTE Donation préalable de la nue-propriété, réserve de quasi-usufruit puis remploi

Madame Paule COMTE et Monsieur Jean COMTE Donation préalable de la nue-propriété, réserve de quasi-usufruit puis remploi DOSSIER PATRIMONIAL Madame Paule COMTE et Monsieur Donation préalable de la nue-propriété, réserve de quasi-usufruit puis remploi Etude réalisée le 02/01/2015 Situation arrêté au 02/01/2015 Par votre Consultant

Plus en détail

La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE

La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE Sommaire I. La définition de la SCP II. L intérêt de la SCP III. Le régime juridique et fiscal de la SCP QUILVEST FAMILY OFFICE - Conseiller

Plus en détail

Le démembrement à la souscription. Direction Commerciale Courtage & C.G.P.I.

Le démembrement à la souscription. Direction Commerciale Courtage & C.G.P.I. Le démembrement à la souscription Direction Commerciale Courtage & C.G.P.I. Sommaire Introduction Définition du démembrement Formalisme d un contrat de capitalisation «démembré à l entrée» et le devoir

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence Conférence Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence «Assurance-vie, contrat de capitalisation et optimisation patrimoniale» NOVALFI «Gestion Cardinale, réconcilier prudence et performance»

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine.

L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. L intérêt de l assurance vie dans la fiscalité de la transmission du patrimoine. 1 2 Principe : Les héritiers appelés héritiers réservataires, ne peuvent pas être exclus de votre succession : il s agit

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

Démembrements de droits sociaux et distribution de dividendes

Démembrements de droits sociaux et distribution de dividendes sociaux et distribution de dividendes Focus sociaux et dividendes En cas de démembrement de la propriété des titres, les droits des nu-propriétaires et des usufruitiers peuvent être amenés à s exercer

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Quels sont les impôts que je devrai payer lors de la cession de mon entreprise? Exclusivement une taxe

Plus en détail

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011 Les évolutions fiscales de l assurance-vie Suppression de l avantage fiscal sur les versements Fiscalité en cours de vie du contrat Fiscalité en cas de décès Les contrats des non-résidents Sommaire Suppression

Plus en détail

TRANSMISSION DE L ENTREPRISE FAMILIALE

TRANSMISSION DE L ENTREPRISE FAMILIALE TRANSMISSION DE L ENTREPRISE FAMILIALE Marie-Christine LARCHER, Notaire Laurent BENOUDIZ, Expert comptable MCL 1 INTRODUCTION Transmettre l entreprise familiale requiert une préparation qui permettra de

Plus en détail

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE Charles SANSON Conseiller en gestion de patrimoine 17 MAI 2014 SOMMAIRE La transmission du patrimoine L assurance-vie Questions / Réponses 2014 P.2 LA TRANSMISSION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Les Webinaires Cortal Consors

Les Webinaires Cortal Consors Les Webinaires Cortal Consors Comprendre pour mieux décider des rendez-vous pédagogiques des échanges avec des experts des conférences en ligne LE REGIME JURIDIQUE Qu est ce que le contrat de capitalisation?

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

Transmission d entreprise et optimisation

Transmission d entreprise et optimisation Transmission d entreprise et optimisation Intervenants: Damien Dreux Expert Comptable, Anne Lichtenstern Avocat, Alexandre Thurel Notaire, Myriam Constant Allianz. Sommaire Le Marché et les intervenants

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

!! "#$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$!

!! #$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$! "#$%&'#()*)$$+%%)$$#,-$)(*,-&(#,-$ &.&(()/)-($ Des abattements sont prévus sur les droits à régler en cas de donation. Ils varient selon le lien qui unit le donateur et le donataire. Dans la limite de

Plus en détail

PATRIMOINE ET GESTION

PATRIMOINE ET GESTION PATRIMOINE ET GESTION EN 2 0 1 5, M A ÎTRISEZ VOTRE ISF! B e n j a m i n C H R I S T M a g a l i K R U G A r n a u d C A R O N A r n a u d L A L L E M A N D 1 1 R u e P r é s i d e n t C a r n o t 1 2

Plus en détail

Life Asset Portfolio (LAP) France

Life Asset Portfolio (LAP) France Information sur le produit I/IV Type de contrat Clients Devise du contrat Durée du contrat Assureur Souscripteur Assuré Bénéficiaires Contrat d'assurance vie à primes libres, lié à une ou plusieurs catégories

Plus en détail

LA PROTECTION DU CONJOINT

LA PROTECTION DU CONJOINT LA PROTECTION DU CONJOINT TROIS AXES DE PROTECTION La prévoyance Pension(s) de réversion des différents régimes Assurance décès Les droits successoraux ou matrimoniaux La place du conjoint dans la succession

Plus en détail

Emmanuel Deramecourt (Fleurbaix) Vincent Pilarczyk (Douai) Hubert Mroz (Lille)

Emmanuel Deramecourt (Fleurbaix) Vincent Pilarczyk (Douai) Hubert Mroz (Lille) Emmanuel Deramecourt (Fleurbaix) Vincent Pilarczyk (Douai) Hubert Mroz (Lille) INTRODUCTION Les différents modes d exploitation : L entreprise individuelle id La structure sociétaire Préparation à la transmission

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille?

Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille? Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille? Animé par : Nicolas DUCROS, Journaliste - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Marc VASLIN Avocat SCOTTO & ASSOCIES

Plus en détail

Nue propriété et cession d usufruit

Nue propriété et cession d usufruit Nue propriété et cession d usufruit L usufruit et la nue propriété Un bien mobilier ou immobilier est généralement détenu en pleine propriété. Lorsque le bien procure des revenus, ce droit de propriété

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Transmettre au moindre coût fiscal

Transmettre au moindre coût fiscal Transmettre au moindre coût fiscal 1 Anticipation et Organisation seront les maître-mots Maître Stéphanie GAILLARD-SEROUGNE, Notaire à PARIS 2 SOMMAIRE I. Optimiser en anticipant : les donations et l assurance-vie

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008

La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008 La Lettre Tecnic Patrimoine n 4 Le 01 septembre 2008 www.tecnicpatrimoine.com De l optimisation de la clause bénéficiaire démembrée dans le cadre d un contrat d assurance-vie La clause bénéficiaire démembrée

Plus en détail

LA FISCALITÉ DES REVENUS ET DU PATRIMOINE

LA FISCALITÉ DES REVENUS ET DU PATRIMOINE LA FISCALITÉ DES REVENUS ET DU PATRIMOINE FIDROIT 1 RÉDACTION DE LA DÉCLARATION D ISF Le patrimoine net taxable étant supérieur à 2 570 000, c est la déclaration n 2725 et ses annexes qui doivent être

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 1 Pourquoi une holding? Pour geler la taxation de dividendes exigés par d autres Pour réinvestir, rapidement

Plus en détail

3 ème atelier Reprise interne

3 ème atelier Reprise interne 3 ème atelier Reprise interne A3- Reprise interne PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANT Christian BAUDOUIN Expert-comptable 2 A3- Reprise interne ETAPES DE LA TRANSMISSION : Communes à

Plus en détail

Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding?

Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding? Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding? Intervenants Anne Batsale Jean-Michel Dupuy Directeur Juridique et Fiscal Expert-Comptable Swiss Life Banque Privée

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Définition Les stock-options offrent à des salariés ou à des dirigeants la possibilité d acquérir à une échéance déterminée des actions de leur société à un

Plus en détail

Parcours Certifiant Conseil en Stratégie Patrimoniale Cycle 1 - Droit Patrimonial Ingénierie juridique du patrimoine du Dirigeant d Entreprise

Parcours Certifiant Conseil en Stratégie Patrimoniale Cycle 1 - Droit Patrimonial Ingénierie juridique du patrimoine du Dirigeant d Entreprise Cycle 1 - Droit Patrimonial Ingénierie juridique du patrimoine du Dirigeant d Entreprise PEDAGOGIQUE Apprécier la portée des choix juridiques opérés sur les biens du ménage et le patrimoine familial et

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

Que faire? Conseils et Précautions. Optimisations patrimoniales et fiscales. Jeudi 1 er Novembre 2012

Que faire? Conseils et Précautions. Optimisations patrimoniales et fiscales. Jeudi 1 er Novembre 2012 Que faire? Conseils et Précautions Optimisations patrimoniales et fiscales Jeudi 1 er Novembre 2012 Plan I. Réduire la base imposable II. Réduire l impôt III. Conclusion : Conseils et précautions L épargne

Plus en détail

EN BREF. Fructi-Pulse. Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement.

EN BREF. Fructi-Pulse. Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement. Fructi-Pulse Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement. EN BREF Fructi-Pulse est un contrat d assurance vie multisupport qui vous permet, en contrepartie d'une

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

SPÉCIAL FISCALITÉ 2014 ISF et Impôt sur le Revenu

SPÉCIAL FISCALITÉ 2014 ISF et Impôt sur le Revenu SPÉCIAL FISCALITÉ ISF et Impôt sur le Revenu CHOISISSEZ L IMPACT QUE VOUS DONNEZ À VOTRE ISF en vous associant à nos programmes d action humanitaire RÉDUIRE VOS IMPÔTS Vous êtes redevable de l Impôt sur

Plus en détail

La Transmission. Les coordonnées de l intervenante : Michèle CAIMANT Direction Commerciale caimant@agf.fr Portable perso : 06 76 73 52 61

La Transmission. Les coordonnées de l intervenante : Michèle CAIMANT Direction Commerciale caimant@agf.fr Portable perso : 06 76 73 52 61 La Transmission Les coordonnées de l intervenante : Michèle CAIMANT Direction Commerciale caimant@agf.fr Portable perso : 06 76 73 52 61 Ce qui a changé... et les conséquences pour nous tous Droits du

Plus en détail

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Plan I. Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations familiales en amont (d un éventuel conflit) A. Exemple des familles recomposées

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

Guide 2013. de la nue-propriété

Guide 2013. de la nue-propriété Guide 2013 de la nue-propriété 2 Sommaire Le principe - La notion de nue-propriété - Le nu-propriétaire / L usufruitier Les bénéfices - Une acquisition à moindre coût - Exonération des charges - Zéro impôt

Plus en détail

Pratique du démembrement : Conseils, sécurisation et optimisation

Pratique du démembrement : Conseils, sécurisation et optimisation Formation professionnelle USUFRUIT NUE PROPRIETE La société FAC JD propose une formation de 7 HEURES à RENNES le 10 septembre 2014 de 9h00 à 17h30 à PARIS le 11 septembre 2014 de 9h00 à 17h30 à BORDEAUX

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 une entreprise L associé est Les parts sociales de la SCI sont inscrites à l actif d une entreprise individuelle ou d une société.

Plus en détail

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr

5, Cours F. Roosevelt - 69006 LYON - Tél 04 72 69 92 92 - Fax 04 78 93 97 53 - E-Mail b.boutin@notaires.fr PROTEGER LE CONJOINT SURVIVANT Testament complétant la donation entre époux 1 La donation entre époux, associée à un testament, permettra de léguer à titre particulier, et de fait de définir, du vivant,

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie COMTE Droits

Plus en détail

Fiscalité de l immobilier

Fiscalité de l immobilier Fiscalité de l immobilier Intervenants Jean-Pierre COSSIN Secrétaire général du Conseil des impôts et professeur associé à l Université de Créteil Val-de-Marne Pierre FERNOUX Maître de Conférence à l Université

Plus en détail

RCS Paris 329 450 738 dont le siège social est 21 quai d Austerlitz 75013 Paris

RCS Paris 329 450 738 dont le siège social est 21 quai d Austerlitz 75013 Paris Fructi-Pulse Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement. EN BREF Fructi-Pulse est un contrat d assurance vie multisupport qui vous permet, en contrepartie d'une

Plus en détail

Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés?

Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés? Dossier Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés? par Johanne Dubé, avocate, LL.M. fisc. Depuis le début de janvier 2006, de nouvelles règles fiscales ont

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement LA SOLUTION POUR ÉPARGNER SIMPLEMENT Vous souhaitez vous construire progressivement un patrimoine, transmettre votre

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Animé par : Benoît BARON, Rédacteur en chef -L AGEFI ACTIFS Patrick MÜLLINGHAUSEN Associé PATRIMJURIS CONSULTANTS Co-responsable

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

RPPM Plus-values sur biens meubles incorporels Prix d acquisition en cas de cession de titres dont la propriété est démembrée

RPPM Plus-values sur biens meubles incorporels Prix d acquisition en cas de cession de titres dont la propriété est démembrée Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-20-10-20-60-20120912 DGFIP RPPM Plus-values sur biens meubles

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

Souscription réalisée dans le cadre d un remploi de fonds démembrés

Souscription réalisée dans le cadre d un remploi de fonds démembrés Souscription réalisée dans le cadre d un remploi de fonds démembrés Cadre du démembrement de propriété : Envisager le remploi du fonds préalablement démembrés dans le cadre de la souscription d un contrat

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Formation métier Transmission d entreprise FVI Patrimoine & Entreprise Tour Polygone 265 avenue des Etats du Languedoc 34000 Montpellier www.fvi.fr Objectif : Vous saurez mettre en œuvre différentes stratégies

Plus en détail

Capitalisation Vie Plus

Capitalisation Vie Plus 1 Notre offre en capitalisation Nous proposons nos contrats de capitalisation aux : Personnes physiques à l IR Sociétés à l IS Organismes sans but lucratif Ces contrats peuvent être souscrits à 100% en

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Transmission d entreprise Principaux aspects fiscaux Jean-Marc Vionnet Mazars Coresa SA, Fribourg Plan de l exposé I. Introduction II. Les conséquences fiscales de la transmission d une entreprise III.

Plus en détail

ISF et IMPÔT SUR LE REVENU Choisissez l impact que vous donnez à votre générosité.

ISF et IMPÔT SUR LE REVENU Choisissez l impact que vous donnez à votre générosité. FONDATION MEDECINS SANS FRONTIERES DISPOSITIONS FISCALES 2015 ISF et IMPÔT SUR LE REVENU Choisissez l impact que vous donnez à votre générosité. Conjuguer générosité et logique patrimoniale L a générosité

Plus en détail

INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES

INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES INCIDENCES JURIDIQUES ET FISCALES DU CHOIX DE LA FORME DE L UNION EN CAS DE DECES Soit un couple de 50 ans avec deux enfants (en commun) : Monsieur possède : Un immeuble de rapport «de famille» (reçu par

Plus en détail

Distribuer son résultat ou capitaliser au sein de la société?

Distribuer son résultat ou capitaliser au sein de la société? Distribuer son résultat ou capitaliser au sein de la société? Intervenants Guillaume EVRARD Cyrus Entrepreneurs Florent PRATS Lombard Odier Darier Hentsch Jean-Yves BLANCHARD Expert Comptable Introduction

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Financement des études supérieures

Financement des études supérieures Page 1 sur 10 Financement des études supérieures Cas d étude : couple de quarantenaires avec 3 enfants de 9, 6 et 4 ans. Début des études pour le 1 er enfant = 2022 Début des études pour le 2 e enfant

Plus en détail

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012?

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? NEWSLETTER MAI 2013 Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? Le 20 décembre 2012, l administration fiscale a publié au Bulletin Officiel

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI Sources rapports Sénat Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire Article 15 de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Le présent article vise

Plus en détail

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE Présentation du 18 avril 2015 Plan de l exposé Introduction Acquisition par des concubins Situation de base Forme juridique? Investissements respectifs et conséquences

Plus en détail

Le Plan d Epargne en Actions

Le Plan d Epargne en Actions Le Plan d Epargne en Actions Crée en 1992, le PEA (plan d épargne en actions) est une enveloppe fiscale, composée d un compte d instruments financiers auquel on associe un compte en espèces ou un contrat

Plus en détail

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants La donation du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Fructi-Sélection Vie EN BREF

Fructi-Sélection Vie EN BREF Fructi-Sélection Vie Constituez ou cherchez à valoriser un capital en investissant à votre rythme tout en bénéficiant du cadre fiscal spécifique(1) de l assurance vie. EN BREF Fructi-Sélection Vie est

Plus en détail

Comment réussir la création. Aspects fiscaux. François-Xavier RUAU Expert-Comptable

Comment réussir la création. Aspects fiscaux. François-Xavier RUAU Expert-Comptable Comment réussir la création de son entreprise? Aspects fiscaux François-Xavier RUAU Expert-Comptable 1 Le choix de la forme juridique Il doit tenir compte notamment des critères suivants : Éléments financiers

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) avertissement... liste des Abréviations... dédicace... remerciements... préface... VII IX XI XIII XV partie I RÉDUIRE LES DROITS DE MUTATION

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail