04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité"

Transcription

1 04/02/2015 Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 1

2 Intervenants: Laurence Gumuschian : avocate cabinet Bastille avocats Véronique Nouvel : avocate, cabinet Fidal Jérôme Cesbron : notaire SCP Novel, Foissot-Drancourt, Moreau, Gey, Cesbron France Revol : Espace entreprendre CCI de Grenoble

3 La transmission d entreprise et sa fiscalité du point de vue du cédant Maître Laurence Gumuschian Avocate

4 LES MODES DE TRANSMISSION A TITRE ONEREUX La cession de fonds de commerce La cession de droits sociaux

5 LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE Qu est ce qu une cession? Une cession est la transmission de tout ou partie de l exploitation (actifs) d une entreprise par acte translatif de propriété. Par vente pure et simple, par donation ou par apport en société La cession est totale lorsque c est l ensemble de l exploitation qui est transmise Elle peut être partielle lorsque la cession ne porte que sur une des branches d activité ou un des établissements. Attention : le décès de l exploitant d une entreprise est un cas d imposition immédiate, ce même si les héritiers continuent l exploitation du défunt (sauf report d imposition de l article 41 du CGI )

6 LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE Les éléments du fonds de commerce Le paiement du prix Les garanties de l acquéreur du fonds de commerce Formalités garantissant les créanciers et les tiers Le régime fiscal de la cession

7 Les éléments incorporels La clientèle, l achalandage Le droit au bail Le nom commercial, l enseigne Les autres éléments incorporels : brevets, marques La somme de ces entités = valeur vénale du fonds de commerce L immeuble, les créances et les dettes ne sont pas inclus dans le fonds de commerce

8 Les éléments corporels Les agencements, installations Matériels NB : l évaluation du fonds de commerce s entend marchandises non comprises

9 Les Garanties Les garanties de l acquéreur du fonds de commerce Le séquestre La clause de non concurrence

10 10 Transmission à titre onéreux de droits sociaux Aspects juridiques Maître Véronique Nouvel Avocate

11 11 Aspects juridiques Préalable avant la cession Examen de la situation de l entreprise : audit comptable-financier, juridique, fiscal, social, immobilier, économique-stratégique Examen de la situation du chef d entreprise: - Situation familiale, - Situation patrimoniale, - Statut professionnel. Vérification que les droits sociaux sont bien la propriété du cédant, qu ils sont disponibles (nantissement, clause d agrément ) et la capacité juridique du cédant

12 12 Aspects juridiques préalable avant la cession Mise en société de l entreprise individuelle Rachat des titres des minoritaires ou convention de porte-fort Changement de forme sociale de la société / aménagement statutaire Réflexion autour de l immobilier d entreprise : cessions ou non des actifs immobiliers d entreprise: suivant le souhait du dirigeant et le mode de détention (par la société d exploitation ou via une autre structure juridique), des actions devront être anticipées avant la cession. Opération avant cession : donation ou apport

13 Comparaison SARL / SAS SARL pas de capital minimum responsabilité limitée seuils de nomination des CAC publicité de l identité des associés cadre statutaire agrément en cas de cession des parts (en cas de pluralité d associés) SAS pas de capital minimum responsabilité limitée seuils de nomination des CAC anonymat des associés liberté statutaire cessions libres sous réserve de clauses statutaires droits d enregistrement de 3% droits d enregistrement de 0,1% 13

14 Aspects juridiques Cession de parts (SARL, SNC) 3 % du prix de cession avec abattement de proportionnel à la quotité de parts cédées Exemple: Sté dont le capital est divisé en 500 parts. Un associé en cède 200 pour ( /500 )= % = Cession d actions (SA et SAS) 0,1 % du prix de cession Pour une cession à = 60 Cession de parts ou actions de société à prépondérance immobilière sont soumises à un droit de 5 % qu'il s'agisse d'actions ou de parts sociales. Pour une cession de = Précisions : est considérée comme à prépondérance immobilière la personne morale dont l'actif est, ou a été au cours de l'année précédant les cessions en cause, principalement constitué d'immeubles ou de droits immobiliers situés en France ou de participations dans des personnes morales ellesmêmes à prépondérance immobilière.

15 15 Aspects juridiques Obligations du cédant et plus particulièrement les garanties dues par le cédant - Garantie des vices cachés, - Garantie de passif : garantie contractuelle par laquelle le cédant s engage à prendre en charge toute augmentation du passif social ou toute diminution d actif dont la cause ou l origine est antérieure à une date déterminée (date de la cession ou du bilan de référence) et qui viendrait se révéler seulement après cette date. Les parties doivent fixer les modalités : évènements ouvrant droit à garantie, seuil de déclanchement, durée, montant garanti, garanties de la garantie de passif

16 Droits de mutation sur cession de fonds de commerce à la charge de l acquéreur Prix de cession Droits d enregistrement Inférieur ou égal à euros 0% Entre euros et euros 3% Au delà de euros 5%

17 LA FISCALITE DE LA TRANSMISSION du point de vue du cédant Les entreprises sont exploitées sous des formes juridiques différentes et donc sont soumises à des régimes fiscaux distincts. La fiscalité de la transmission dépendra du régime fiscal auquel le cédant est soumis.

18 L IMPOSITION D UNE CESSION D ENTREPRISE SOUMISE A L IR Il s agit de l entreprise individuelle soumise à l impôt sur le revenu (IR) ou d une société de personnes soumise à l IR de plein droit ou sur option BIC/BNC/BA Ces entreprises sont soumises aux dispositions de l article 39 duodecies du CGI : les plus values à court terme ou long terme sont alors taxées à l impôt sur le revenu(ir) 16% et aux contributions sociales (CS)15,5%, soit un taux global de 31,5% dans les conditions de droit commun, sans exonération, ni abattement Sauf exceptions.

19 Les Petites entreprises article 151 septies du CGI Objectif : Faciliter la transmission des petites entreprises Ce dispositif a une portée large puisqu il : -Joue pour toutes les immobilisations, à l exclusion des terrains à bâtir ; - À l occasion de toutes les opérations génératrices de plus-values (vente, apport, transmission à titre gratuit, retraits du patrimoine professionnel) - tant à l occasion d une opération isolée sur une immobilisation (un droit au bail) que lors d une opération portant sur l ensemble de l actif immobilisé (transmission d une branche complète d activité) Ce texte est susceptible de s appliquer également aux plus-values réalisées sur les droits sociaux de société relevant des BIC/BNC/BA détenus par des associés ayant une activité professionnelle au sein de celles-ci.

20 Les Petites entreprises article 151 septies du CGI Personnes concernées : Exploitant individuel ou société de personnes (IR) Conditions Activité exercée à titre professionnel depuis au moins 5 ans Exclusion de la location gérance car l exonération est réservée aux activités exercées à titre professionnel. Seuil des recettes Exonération totale Si les recettes sont < à HT (activité de négoce ou fournitures de logement) < à HT (autres activités) Exonération partielle Si les recettes > à HT et < à HT > HT et < à HT

21 Les Petites entreprises article 151 septies du CGI L exonération porte sur l IR et les contributions sociales Le prix de vente n est pas un critère retenu Formes : application de plein droit Cumul possible avec les article 151 septies A et B

22 Exonération en fonction de la valeur des éléments transmis Article 238 quindecies Cas d application Vente ou transmission à titre gratuit (donation, succession) : - d une entreprise individuelle - Ou d une branche d'activité par une entreprise (IR ou IS) - Apport en société d une entreprise individuelle - Entreprises en location gérance : oui sous certaines conditions activité exercée pendant au moins 5 ans avant la mise en location gérance et transmission au profit du locataire

23 Exonération en fonction de la valeur des éléments transmis Article 238 quindecies Conditions Durée minimale d activité : 5 ans Exonération totale Valeur de transmission inférieure à Exonération progressive jusqu à La fraction exonérée est obtenue en appliquant au montant de la plus-value réalisée un taux égal au rapport suivant ( valeur des éléments transmis)/ Ex pour un commerçant qui réalise une plus-value de Valeur de vente de son fonds de commerce / =75% Montant exonéré : x75% = montant imposable 5000 En cas de cession à titre onéreux : absence de contrôle de l entreprise cessionnaire par le cédant

24 Exonération en fonction de la valeur des éléments transmis Article 238 quindecies Personnes concernées : - Entreprise individuelle - Société de personnes à l IR - Société passible de l IS (PME au sens communautaire) Mutations concernée : - Transmission à titre onéreux (cession, apport, échange) - Transmission à titre gratuit, donation, succession Biens concernés : - Entreprises individuelles - Branche complète d activité - Biens exclus : biens et droits immobiliers, droit au bail

25 Exonération en fonction de la valeur des éléments transmis Article 238 quindecies Portée Exonération totale ou partielle des plus-values d actif ( à l exception des plus-values immobilières) y compris les contributions sociales Possibilité de cumul Abattement sur les plus-values immobilières à long terme (CGI article 151 septies B) Exonération en cas de départ à la retraite (CGI article 151 septies A Formes: Option nécessaire

26 Article 151 septies A : départ à la retraite du cédant Personnes concernés Exploitant individuel Associés personnes physique d une société soumise à l IR Mutations concernées Transmission à titre onéreux Exclusion des transmissions à titre gratuit et retrait d actif Biens concernés : - Entreprises individuelles - L intégralité des parts détenues par un contribuable qui exerce son activité professionnelle dans la société à l IR, considérés comme des éléments affectés à l exercice de sa profession Biens exclus : Biens et droits immobiliers Titres de société à prépondérance immobilière (actif immobilier non Affecté à l exploitation

27 Article 151 septies A : départ à la retraite du cédant Ce dispositif encourage les chefs d entreprises individuelles et les associés visés à l article 151 nonies (ceux qui détiennent des parts dans des sociétés BIC, BNC, BA en ayant une activité professionnelle au sein de celles-ci) à transmettre leur patrimoine professionnel et à partir en retraite. Il instaure une exonération de plus-value de cession sous certaines conditions. A noter cependant que ce régime de faveur ne s étend pas aux contributions sociales et qu il ne concerne pas les transmissions à Titre gratuit.

28 Article 151 septies A : départ à la retraite du cédant Conditions Le cédant doit cesser ses fonctions dans l entreprise et prendre sa retraite dans les vingt quatre mois qui suivent ou précèdent la cession Activité exercée depuis au moins 5 ans Le cédant ne doit pas détenir plus de 50% des droits de vote ou droits au bénéfice de l entreprise cessionnaire, ni en exercer la direction (pendant 3 ans) L entreprise cédée doit être une PME au sens communautaire Si location gérance : Activité exercée pendant au moins 5 ans avant la mise en location et la cession doit intervenir au profit du locataire gérant

29 Article 151 septies A : départ à la retraite du cédant Biens concernés : - Entreprises individuelles - L intégralité des parts détenues par un contribuable qui exerce son activité professionnelle dans la société à l IR, considérés comme des éléments affectés à l exercice de sa profession Biens exclus : Biens et droits immobiliers Titres de société à prépondérance immobilière (actif immobilier non affecté à l exploitation Portée Exonération totale des plus values à long et court terme Exonération applicable aux plus-values professionnelles en report d imposition (CGI article 151 octies, 93 quater, I ter, 151 octies A et B, 151 nonies III et IV bis) Formes : option nécessaire Cumuls possibles avec les articles 151 septies et septies B cet 238 quindecies

30 Article 151 septies B : Exonération des plus-values immobilières à long terme des entreprises relevant de l IR au bout de 15 ans Il est précisé que le bénéfice de cet abattement ne joue que pour les plus-values à long terme portant sur les immeubles affectés à l exploitation Personnes concernées Exploitant individuel Sociétés de personnes (IR) Mutations concernées Transmissions à titre onéreux Transmission à titre gratuit Cessation d activité sans transmission (retrait d actif) Biens concernés : immeubles bâtis ou non inscrits et affectés à l exploitation ( y compris crédit-bail) Biens exclus : terrains à bâtir dans le champ de la TVA

31 Article 151 septies B : Exonération des plus-values immobilières à long terme des entreprises relevant de l IR au bout de 15 ans Conditions : Biens inscrits à l actif d une entreprise individuelle ou d une Société IR Biens affectés à l activité professionnelle Portée de l exonération : abattement de 10% par année de détention Au-delà de la cinquième année sur le montant des plus-values nettes À long terme Exonération au bout de 15 ans de détention Formes : option nécessaire Cumuls possibles avec l article 238 quindecies ou 151 septies du CGI

32 Fiscalité de la transmission du fonds de commerce par une société à L IS Quand une société soumise à l IS cède une immobilisation le gain ou la perte constatée à cette occasion a la nature d une plus-value ou du moins-value. Art du CGI Comme dans l entreprise individuelle, à la clôture de l exercice, il faut commencer par compenser entre elles les plus et moins-values. La plus-value nette à court terme constitue un profit imposable au taux normal ; la moins-value à court terme est déductible du résultat imposable Les plus-value à long terme sont en principe imposées au taux normal. Corrélativement, les moins-values à long terme sont comprises dans les charges de l exercice; Seul le dispositif de l article 238 quindecies est applicable à une Société soumise à l IS lorsqu'elle cède son fonds ou une Branche complète et autonome d activité.

33 Fiscalité de la transmission du fonds de commerce par une société à L IS Si les conditions de l article 238 quindecies sont réunies, exonération totale ou partielle des plus-values sur éléments d actif, à l exclusion des immeubles. MAIS Contrairement à ce qui se passe lorsque le fonds est vendu Par une EI BIC, BNC, BA la plus-value exonérée d impôt, En application de l article 238 quindecies, au niveau de la Société relevant de l IS, sera soumise à l impôt sur le revenu (catégorie revenus mobiliers) entre les mains des associés lorsqu elle sera mise en distribution (cf cas pratique)

34 Choix entre cession de fonds Ou cession de titres? Cession du fonds de commerce Position du vendeur - Avantage : totalement dégagé de la vente une fois cession effectuée sans garantie autre que la clause de non concurrence - Inconvénient : le prix du fonds n est pas immédiatement disponible pendant les délais d opposition Coût fiscal plus important sauf cas d exonération. Ce coût peut être encore majoré si la cession est suivie de la dissolution de la société et de la distribution du boni.

35 Choix entre cession de fonds Ou cession de titres? Cession du fonds de commerce Position de l acheteur - Avantage : plus facile de consentir des garanties au banquier Notamment nantissement du fonds de commerce ; l acheteur ne prend en charge ni les obligations, ni les dettes du vendeur - Inconvénient : en l absence de passif, le montant à financer est souvent plus important, d où des droits de mutation plus important ; nécessité de financer son propre besoin en fonds de roulement et doit construire sa propre crédibilité financière

36 Cas pratique Vente du fonds de commerce au prix de euros VNC euros Création depuis plus de 10 ans Assiette de plus value Cession par une entreprise à l IR On suppose que l entreprise réalise un chiffre d affaires qui excédent les plafonds de l article 151 septies Possibilité de bénéficier des dispositions de l article 151 septies A Si l exploitant part à la retraite Exonération totale des plus values mais il devra acquitter les contributions sociales au taux de 15,5 % soit euros

37 Ca<s pratique Cession du fonds de commerce par une société soumise à l IS Pas d exonération au titre de l article 238 quindecies Si le gérant part à la retraite Pas d exonération de l article 151 septies A qui ne concerne que les entreprises à l IR Impôt de plus values : 33,33% x = Outre le fait que les associés supporteront l IR (catégorie Revenus mobiliers) + CSG/CRDSsur les sommes qu ils voudront appréhender sous forme de dividendes ou de boni de liquidation sans compter les cotisations RSI (sur dividendes perçus par les gérants majoritaires de SARL) Le Cédant aura intérêt à céder les titres de la société.

38 Merci de votre attention

39 39 Transmission à titre onéreux de droits sociaux Aspects fiscaux

40 40 Cession de valeurs mobilières Droit commun Les PV sont imposables au barème de l IR après application des abattements liés à la durée de détention: Pas d abattement en cas de cession moins de 2 ans après l acquisition des titres, 50% d abattement entre 2 et 8 ans de détention, 65% d abattement à compter de 8 ans de détention. L abattement s applique : - Aux gains nets résultant de la cession à titre onéreux ou retirés du rachat d actions, de parts de sociétés, de droits démembrés portant sur ces actions ou parts ou de titres représentatifs de ces mêmes actions, parts ou droits, - Aux compléments de prix perçus par le cédant en application d une clause d earn out ou clause d indexation, - Et à certaines distributions, Pas d abattement pour le calcul des prélèvements sociaux au taux de 15,5%

41 41 Cession de valeurs mobilières Régime incitatif Abattements majorés afin de favoriser la création d entreprise et la prise de risque élevée, Les taux des abattements sont les suivants: Pas d abattement en cas de cession moins de 2 ans après l acquisition des titres, 50% d abattement entre 2 et 8 ans de détention, 85% d abattement à compter de 8 ans de détention. Ce régime dérogatoire s applique pour les cessions de titres de PME souscrits ou acquis dans les 10 ans de sa création, pour les cessions de participations au sein du groupe familial et pour les PV réalisées en cas de départ à la retraite du dirigeant, Pour les dirigeants qui partent à la retraite, un abattement complémentaire de est pratiqué sur le montant de la plus-value.

42 42 Titres de PME souscrits ou acquis dans les dix ans de sa création Article 150-O D, 1, quater, B, 1 du CGI Conditions tenant à la société émettrice: Être une PME communautaire (condition appréciée à la date de clôture du dernier exercice précédant la date de souscription ou d acquisition des droits), Être créée depuis moins de 10 ans et ne pas être issue d une concentration, d une restructuration, d une extension ou d une reprise d activités préexistantes, Accorder aux souscripteurs que les seuls droits résultant de leur qualité d associé ou d actionnaire, à l exclusion de tout autre avantage ou de garantie en capital, Etre passible de l impôt sur les bénéfices ou d un impôt équivalent (IR ou IS), Avoir son siège dans un Etat de l Espace économique européen, Exercer une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale à l exception de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier, Les 4 dernières conditions s apprécient de manière continue depuis la date de création de la société Lorsque la société émettrice est une société holding animatrice, le respect des conditions s apprécie au niveau de la société émettrice et de chacune des sociétés dans laquelle elle détient des participations.

43 43 Participation au sein du groupe familial Article 150-O D, 1 quater B-3 du CGI Conditions tenant à la société dont les titres sont cédés : Elle doit être soumise à l IS ou à un impôt équivalent, Avoir son siège dans un Etat de l'eee. Conditions tenant au groupe familial et à la cession : le cédant, son conjoint, leurs ascendants et leurs descendants ainsi que leurs frères et sœurs, doivent avoir détenu ensemble, directement ou indirectement, plus de 25 % dans les bénéfices sociaux, à un moment quelconque au cours des cinq dernières années, la cession de ces droits doit être consentie, pendant la durée de la société, au profit de l un des membres du groupe familial (peu importe le % de titres cédés). Conditions tenant au cessionnaire : L acquéreur ne doit pas revendre tout ou partie des droits à un tiers dans un délai de 5 ans, En cas de revente des titres à un tiers, même partielle, dans les 5 ans de l acquisition, la plusvalue réduite, le cas échéant, de l'abattement de droit commun, est imposée au nom du premier cédant au titre de l'année de la revente des droits au tiers.

44 44 Cession et départ en retraite Article D ter du CGI Conditions relatives à la société Être une PME au sens communautaire, Capital détenu à hauteur de 75% au moins, de manière continue au cours du dernier exercice clos, par des personnes physiques ou d autres PME communautaires, Avoir son siège dans un Etat de l Espace économique européen, Être passible de l IS ou y serait soumise dans les mêmes conditions si l activité était exercée en France, Exercice, de manière continue au cours des 5 années précédant la cession, d une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière (à l exception de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier), ou avoir eu pour objet exclusif de détenir des participations dans des sociétés exerçant l une de ces activités (société holding), Conditions relatives aux titres cédés Cession par le cédant de tous ses titres ou de plus de 50 % des droits de vote (ou s il est usufruitier, plus de 50 % de ses droits dans les bénéfices sociaux),

45 45 Cession et départ en retraite Article D ter du CGI Conditions relatives au cédant Avoir été dirigeant de la société dont les titres sont cédés de manière continue pendant les 5 ans précédant la cession dans les conditions requises pour bénéficier de l exonération d ISF: Fonction effectivement exercée, Fonction donnant lieu à une rémunération normale représentant plus de la moitié des revenus professionnels du cédant, Avoir détenu au moins 25% des droits de vote ou des droits financiers de la société cédée, soit directement, soit par personne interposée, soit par l intermédiaire de son groupe familial, de manière continue pendant les 5 années précédant la cession, Cessation de toute fonction de direction ou salariée par le dirigeant et liquidation de ses droits à la retraite dans les 2 années précédant ou suivant la cession de la société, En cas de cession des titres à une société, le cédant ne doit pas, à la date de la cession et pendant les 3 années suivantes, détenir directement ou indirectement de droits de vote ou de droits dans les bénéfices sociaux de cette société (tolérance de 1% admise par l administration fiscale).

46 46 Abattement fixe de Seules bénéficient, sous certaines conditions, de cet abattement, les plus-values de cession de titres de sociétés passibles de l IS, ou de droits démembrés (usufruit ou nue-propriété) portant sur ces titres, réalisées par les dirigeants cédant leur société à l'occasion de leur départ en retraite. Modalités d application : Il est imputé sur le gain net avant l'abattement incitatif, Il s'applique pour l'ensemble des gains afférents à une même société cible et non par cession, L abattement s applique une seule fois à l ensemble des gains nets réalisés lors des cessions de titres et droits d une même société réalisés par le dirigeant et ce, même si les cessions sont étalées sur plusieurs années. En cas de cession de titres d une société issue d une scission intervenue au cours des deux années précédant la cession, l abattement fixe de s applique globalement pour les 2 sociétés.

47 47 Cession et départ en retraite Article D ter du CGI Abattement majoré et abattement de ne sont pas applicables aux membres du groupe familial du dirigeant qui cèdent leurs titres en même temps Idem pour les cofondateurs En revanche, l administration admet, comme en matière d ISF, que les abattements ne soient pas remis en cause à raison du niveau de rémunération du dirigeant lorsque la société a rencontré des difficultés économiques, commerciales ou financières de nature à justifier que le cédant n est pas perçu de rémunération normale au cours des 5 années précédant la cession En cas de cession de titres reçus à la suite d une opération d apport soumise au report d imposition de plein droit prévu à l article 150-OB ter du CGI (apport-cession), l administration considère que la condition tenant à l exercice de la fonction de direction et de détention d une participation substantielle de manière continue pendant 5 ans, sont appréciés seulement au niveau de la société dont les titres sont cédés pour la période allant de l apport jusqu à la cession (position discutable).

48 48 Dispositifs d anticipation avant la cession de titres

49 49 Donation avant cession des titres Donation intercalaire avant cession des titres Le dirigeant peut effectuer une donation en pleine propriété ou nue-propriété au profit de ses enfants et/ou petits-enfants de titres de société, Intérêts: Patrimoniaux : organisation du patrimoine En matière de droits de mutation à titre gratuit : permet d optimiser le coût de la transmission en cas de succession en anticipant des donations (afin de pouvoir bénéficier des abattements et des tranches basses du barème) En matière de plus-value : la donation rehausse le prix de revient des titres et limite donc l assiette taxable à l IR et aux PS

50 50 Donation avant cession des titres Attention à l abus de droit Précautions: Pas de réappropriation du prix de cession par le donateur (sans cause juridique) : lors de la cession de titres démembrés, bien indiquer par convention des parties préalable à la vente et enregistrée pour lui donner date certaine que le prix sera maintenu sous démembrement Traçabilité du démembrement

51 51 Apport avant cession des titres Apport avant cession des titres Le dirigeant qui envisage un réinvestissement professionnel ou économique de tout ou partie du prix de cession de ses titres, peut les apporter préalablement à une société imposable à l impôt sur les sociétés qu il contrôle. Intérêts: La plus-value d apport est soumise au régime du report d imposition (la PV est déterminée à la date de l apport) En cas de cession des titres de la société cible par la société bénéficiaire, application du régime des titres de participation (détention depuis plus de 2 ans) : exonération sous réserve d une quote-part de frais et charges de 12% calculée sur la base du montant brut de la plus-value Le report d imposition prend fin : Lors de la cession à titre onéreux, du rachat, du remboursement ou de l annulation des titres reçus en rémunération de l apport, Lors de la cession à titre onéreux, du rachat, du remboursement ou de l annulation des titres apportés à la société bénéficiaire dans un délai de 3 ans à compter de l apport sauf si cette société réinvestit: - Dans un délai de deux ans suivant la cession - au moins 50% du produit de cession - Dans une activité économique (activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière (ou à l acquisition d une fraction de capital d une société exerçant une telle activité) à l exception de la gestion d un patrimoine mobilier ou immobilier,

52 52 Apport avant cession des titres Il n est pas mis fin au report : À l occasion de la cession à titre onéreux (vente, apport, échange), du rachat, du remboursement ou de l annulation par la société bénéficiaire des titres apportés, dans le délai de 3 ans à compter de l apport des titres: Si la société prend l engagement d investir le produit de cette cession, dans un délai de 2 ans et à hauteur d au moins 50% de son montant, dans le financement de certaine activité ou l acquisition du contrôle d une société exerçant de telles activités, Si la cession des titres apportés intervient plus de 3 ans après leur apport. Dans ce cas, il n y a pas d obligation de réinvestissement. En cas de donation avec toutefois certains évènements pouvant mettre fin au report - Si le donataire contrôle la société bénéficiaire de l apport et s il cède les titres données dans les 18 mois suivant la donation, - Ou si la société bénéficiaire de l apport cède les titres apportés dans les 3 ans sans procéder à un réinvestissement économique du produit de la cession En cas de succession, exonération définitive de la plus-value d apport

53 53 Cas pratique Hypothèse: - Valeur de l entreprise au jour de la cession : Création de l entreprise en 2000 avec un montant d apport de Détention de l entreprise à 50/50 par M. et Mme qui ont 2 enfants

54 54 Cas pratique Régime de droit commun Cession de titres de PME souscrits/acquis dans les 10 ans de sa création et cession intra-familiale Cession en cas de départ à la retraite IR Base Base Base après abattement Abattement 65% Abattement 85% Abattement 85% Base taxable Base taxable Base taxable Montant IR (tranche à 45%) Montant IR (tranche à 45%) Montant IR (tranche à 45%) PS 15,5% ,5% ,5%

55 La transmission de l entreprise à titre gratuit Maître Jérôme CESBRON Notaire

56 56 Fiscalité de la transmission - En ce qui concerne le donateur : La plus value bénéficie d un report d imposition à la date de cession, rachat ou annulation des titres donnés, report qui se transforme en exonération définitive si l activité est poursuivie pendant au moins 5 ans. - En ce qui concerne le donataire : Les droits de donations sont dus. Toutefois, le donateur peut supporter ces droits sans que cela ne soit considéré par l administration comme une donation supplémentaire.

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Plan Partie 1 : Evolutions législatives récentes 1 Projets de loi de finances rectificatives

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 N 2074 DIR-NOT N 51171 # 09 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 Prise en compte de la durée de détention des titres ou droits cédés par les dirigeants de PME européennes partant à

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL?

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? 1 Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? Quand vous achetez un fonds de commerce de restaurant, choisir la structure juridique de l entreprise qui l exploitera fait partie des

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - MAI 2014 ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Plusieurs régimes d'exonération,

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 CCI RENNES BRETAGNE TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 LES INTERVENANTS Me Hervé ORHAN Me Alexandre RUDEAU Arnaud DE KERMADEC Félix JOLIVET

Plus en détail

Avocat spécialiste en droit fiscal

Avocat spécialiste en droit fiscal Jean-Marie Baldo Avocat spécialiste en droit fiscal 1 Les opérations juridiques - La vente à un tiers : - La vente du fonds de commerce - La vente des parts ou actions de la société - La vente de l immobilier

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Vendre son entreprise

Vendre son entreprise Vendre son entreprise 1. La transmission de son entreprise par la vente de son fonds de commerce La vente du fonds de commerce, que vous exploitiez dans le cadre d une entreprise individuelle ou dans le

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Chambre de Métiers et de l Artisanat du Rhône 58, avenue Maréchal Foch 69453 LYON Cedex 06 Service Economique Votre interlocutrice : Sonia BAIBOU

Chambre de Métiers et de l Artisanat du Rhône 58, avenue Maréchal Foch 69453 LYON Cedex 06 Service Economique Votre interlocutrice : Sonia BAIBOU COMMENT PREPARER SA TRANSMISSION D'ENTREPRISE? Chambre de Métiers et de l Artisanat du Rhône 58, avenue Maréchal Foch 69453 LYON Cedex 06 Service Economique Votre interlocutrice : Sonia BAIBOU Tél. 04

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

La transmission d entreprise. En partenariat avec

La transmission d entreprise. En partenariat avec La transmission d entreprise En partenariat avec La transmission d entreprise Béchir CHEBBAH Expert-comptable Président de l APLRL La transmission d entreprise Une fausse idée répandue : La clientèle (ou

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Holding animatrice Club Expert Patrimoine

Holding animatrice Club Expert Patrimoine Club Expert Patrimoine 9 janvier 2014 Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en droit français, Docteur en droit européen, Chargé d enseignement à Paris-Dauphine, Chargé

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald Curchod Graphisme

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Intervenants Francis Faverdin Expert-comptable CROEC Champagne Olivier Augeraud Expert-comptable UNECA Hubert Cartel Expert-comptable CROEC Champagne

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

Aide mémoire. ISF exonération des titres reçus en contrepartie d une souscription au capital de PME (CGI art. 885 I ter-i.1)

Aide mémoire. ISF exonération des titres reçus en contrepartie d une souscription au capital de PME (CGI art. 885 I ter-i.1) Aide mémoire Contenu des attestations à fournir par les sociétés non cotées à leurs associés qui bénéficient d allègements d ISF et/ou qui ont signé un pacte fiscal ISF exonération des titres reçus en

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Incitations fiscales à l investissement dans les PME

Incitations fiscales à l investissement dans les PME Incitations fiscales à l investissement dans les PME 2010 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80 fax. 01 55 62 00 81 www.witam.fr 1 Incitations fiscales à l investissement

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 28 janvier 2013 ACTUALITES FISCALES LES INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES ET LES RESCRITS Suppression de la taxation à la TVA des cessions d immeubles acquis en VEFA : le

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

I - LA CESSION D ENTREPRISE II - STRATEGIES D OPTIMISATION DU PATRIMOINE DU DIRIGEANT III - METHODOLOGIE ET OUTILS DE TRAVAIL

I - LA CESSION D ENTREPRISE II - STRATEGIES D OPTIMISATION DU PATRIMOINE DU DIRIGEANT III - METHODOLOGIE ET OUTILS DE TRAVAIL I - LA CESSION D ENTREPRISE Le marché - Le rôle de l EC - Les attentes du dirigeant / EC II - STRATEGIES D OPTIMISATION DU PATRIMOINE DU DIRIGEANT Exemples d optimisation et ingénierie patrimoniale III

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS L année 2011 aura été particulièrement chargée en matière d actualité fiscale : en effet, la loi de finances pour 2011 a été modifiée par pas moins de quatre lois de finances rectificatives; et à peine

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Avocat au Barreau DIPLOME DE L INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES D.E.S.S. DE FISCALITE DES ENTREPRISES DIPLOME JURISTE CONSEIL D ENTREPRISE LE CHOIX D UN PACTE D ASSOCIES DANS

Plus en détail

Toujours. Envie de Transmettre Votre Entreprise. à vos côtés

Toujours. Envie de Transmettre Votre Entreprise. à vos côtés Toujours Envie de Transmettre Votre Entreprise à vos côtés Envie de transmettre VOTRE ENTREPRISE Toujours à vos côtés La transmission des entreprises constitue un enjeu économique majeur. Sauvegarder et

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

LA TRANSMISSION D ENTREPRISE

LA TRANSMISSION D ENTREPRISE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Yves VALOIS Notaire yves.valois@notaires.fr Fiscalité de la transmission d entreprise Type de transmission A titre gratuit Mode d exploitation A titre onéreux Entreprise individuelle

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse I FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES Barème de l impôt sur les revenus de 2006 (impôt

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF 1 1 PACTE DUTREIL TRANSMISSION 1. Le pacte Dutreil permet de transmettre une société en bénéficiant d une exonération de DMTG à concurrence de 75% sur la valeur des parts

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE

LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE Introduction : REGIME GENERAL DES SOCIETES CIVILES 1. Constitution 2. Fonctionnement 3. Statut juridique des associés LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE I. Pourquoi

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

LA REFORME FISCALE 2015 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 24 février 2015 CGPME AIN

LA REFORME FISCALE 2015 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 24 février 2015 CGPME AIN LA REFORME FISCALE 2015 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES 24 février 2015 CGPME AIN 1 La réforme fiscale 2015 Application pratique 8 aux chefs d entreprises Jacques - Vincent PIROUX Expert -

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail