Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)"

Transcription

1 Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances rectificative pour 2013 (LFR2013) et de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 (LFSS 2014) impactant la fiscalité des personnes physiques. Ces lois ont été définitivement adoptées par le Parlement le 19 décembre 2013 puis publiées au Journal Officiel du 30 décembre 2013 après saisine du Conseil Constitutionnel. Les différentes mesures décrites ci-après tiennent compte le cas échéant des décisions du Conseil Constitutionnel. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) 1. Calcul de l IR (Art. 2 à 5 de la LF2014) La loi de finances pour 2014 réévalue de 0,8 % les limites de l ensemble des tranches du barème progressif de l IR applicable à compter de l imposition des revenus Le nouveau barème est le suivant : Fraction des revenus imposables perçus en 2013 (une part) Jusqu à e 0 De e à e 5,5 De e à e 14 De e à e 30 De e à e 41 Supérieure à e 45 Taux d Impôt sur le Revenu (%)* * Sous réserve le cas échéant de l application de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus de 3 % (applicable à la fraction du revenu fiscal de référence comprise entre et pour les contribuables célibataires, veufs, séparés ou divorcés ou entre et pour les contribuables mariés ou pacsés soumis à une imposition commune) ou de 4 % (applicable à la fraction du revenu fiscal de référence supérieure à dans le premier cas ou dans le second cas). D autres mesures modifient les règles de calcul de l impôt sur le revenu 2013, parmi lesquelles : Le plafond des effets du quotient familial de droit commun est abaissé de à par demi-part additionnelle (hors cas particuliers) ; La limite d application de la décote est portée de 960 à ; Un ensemble de seuils et limites indexés sur le barème progressif de l IR sont revalorisés à hauteur de 0,8 %. Par exception, les seuils du revenu fiscal de référence utilisés notamment pour certains régimes d exonération d impôts locaux, de contribution à l audiovisuel public et de CSG/CRDS sont revalorisés dans une proportion plus importante de 4 % ; Les majorations de retraite ou de pension pour charges de famille sont désormais soumises à l IR ; Le complément de rémunération constitué par la prise en charge par l employeur d une partie des cotisations aux contrats complémentaires collectifs et obligatoires de santé (portant sur le remboursement ou l indemnisation de frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident) est dorénavant soumis à l IR. 2. Déclaration d ensemble des revenus : Dispense de joindre certains justificatifs (Art. 17 de la LFR 2013) L article 17 de la Loi de Finances Rectificative pour 2013 légalise la doctrine administrative dispensant les contribuables de joindre à leur déclaration annuelle de revenus souscrite sous format papier les justificatifs de certaines charges ouvrant droit à réduction ou crédit d impôt et aligne ainsi le régime de ces déclarations avec celui des télédéclarations à compter de l imposition des revenus de Sont notamment visés et n ont donc plus à être joints à la déclaration annuelle de revenus : les reçus fiscaux délivrés par les oeuvres ou organismes d intérêt général bénéficiaires de dons ouvrant droit à la réduction d impôt prévue à l article 200 du code général des impôts (CGI) ; les reçus délivrés au titre des cotisations syndicales versées au profit des organisations syndicales représentatives des salariés et des fonctionnaires et ouvrant droit au bénéfice du crédit d impôt prévu à l article 199 quater C du CGI ; l attestation fiscale annuelle établie, selon le cas, par l Urssaf, la caisse de la mutualité sociale agricole, le centre national de traitement du Cesu ou le centre national de la Pajemploi (emplois directs) ou par l association, l entreprise ou l organisme prestataire (autres cas) que doivent produire les contribuables

2 employant un salarié à leur domicile pour le bénéfice de la réduction ou du crédit d impôt prévus à l article 199 sexdecies du CGI. Si les contribuables sont légalement dispensés de fournir dès le dépôt de leur déclaration de revenus ces justificatifs, ils restent tenus de les produire ultérieurement dans le cadre des contrôles mis en oeuvre par l administration (contrôle sur pièces, notamment). Pour mémoire, les pièces justificatives doivent être conservées au minimum jusqu à l expiration du délai de reprise de l administration, soit en règle générale trois ans en matière d impôt sur le revenu (ce délai est susceptible d être prolongé dans certaines situations). 3. Plus-values sur valeurs mobilières et revenus de capitaux mobiliers 3.1. Plus-values de cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux des particuliers (Art. 17 de la LF 2014) La Loi de Finances confirme le principe de l imposition des gains de cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux des personnes physiques ayant leur domicile fiscal en France au barème progressif de l impôt sur le revenu. Ce dispositif vient se substituer à celui instauré par la Loi de Finances pour Dans le cadre du régime de droit commun, les gains nets de cessions à titre onéreux d actions, de parts de sociétés, de droits portant sur ces parts ou actions bénéficient d un abattement pour durée de détention. L abattement pour durée de détention est appliqué au gain net (plus ou moins-value) à hauteur de : Entre 2 et 8 ans 50 % 8 ans et suivants 65 % Taux d abattement La durée de détention est appréciée à compter de la date d acquisition ou de souscription des droits, parts ou actions. Cet abattement s applique également aux gains nets de cessions ou rachats de parts ou d actions d organismes de placement collectif (OPC) français ou étrangers ainsi qu aux dissolutions de tels organismes, sous réserve que ces organismes soient investis à 75 % au moins en parts ou actions de sociétés (hors cas particulier de certains fonds qui ne sont pas soumis à ce quota de 75 %). Par dérogation au régime de l abattement de droit commun exposé ci-dessus, un abattement à taux majoré dit «incitatif» s applique dans les cas suivants : à l exception de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier et qu elle ait son siège social dans un Etat de l Espace Economique Européen (Union Européenne, Islande, Norvège et Liechtenstein). Dans le cas où la société est une société holding animatrice, les conditions précitées doivent être respectées à la fois dans la société holding émettrice des titres cédés et dans chacune des sociétés dans laquelle elle détient des participations. Cessions d actions au sein du groupe familial sous réserve notamment que le groupe familial ait détenu une participation excédant 25 % des droits dans les bénéfices sociaux à un moment quelconque au cours des cinq années précédant la cession des titres d une société soumise à l impôt sur les sociétés ou à un impôt équivalent et ayant son siège dans un Etat de l Espace Economique Européen (3) ; Cessions d actions de PME par des dirigeants prenant leur retraite sous réserve du respect des conditions requises. Cet abattement ne s applique en revanche pas aux investissements intermédiés (notamment OPCVM). Les taux de cet abattement majoré sont les suivants : Taux d abattement Entre 1 et 4 ans 50 % Entre 4 et 8 ans 65 % 8 ans et suivants 85 % La durée de détention est appréciée à compter de la date d acquisition ou de souscription des titres. Ces dispositifs d abattements ont vocation à se substituer aux régimes dérogatoires actuels d imposition des plus-values de cessions (cessions de titre de dirigeants de PME partant à la retraite, de jeunes entreprises innovantes, cessions intrafamiliales, ainsi que le «régime entrepreneurs» mis en place dans le cadre de la Loi de Finances pour 2013). En outre, un abattement fixe de euros s ajoute à l abattement renforcé pour durée de détention pour les dirigeants de PME partant à la retraite. Cet abattement s applique à l ensemble des gains afférents à une même société et non par cession. Il est imputé sur le gain net avant l abattement renforcé. A noter : Ces abattements ne sont applicables qu à l impôt sur le revenu et non aux prélèvements sociaux restant dus au taux global actuellement en vigueur de 15,5 % sur le montant total de la plus-value. Pour mémoire, la CSG est déductible, à hauteur de 5,1 % du revenu global imposable, l année de son paiement. Toutefois, dans l hypothèse où l abattement fixe est applicable, le montant déductible de la CSG afférente aux plus-values de cession de valeurs mobilières est limité au montant imposable de ces plus-values. Cessions de titres de PME (1) souscrits ou acquis dans les 10 ans de sa création (2), à condition notamment qu elle soit soumise à l impôt sur les bénéfices ou un impôt équivalent, qu elle exerce une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole Le dispositif de droit commun et l abattement dit «incitatif» s appliquent aux plus-values de cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013.

3 Toutefois s agissant des cessions effectuées au sein du groupe familial ou par des dirigeants prenant leur retraite, l abattement dit «incitatif» n entre en vigueur que pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2014 (les anciens régimes étant plus avantageux). De la même manière, l abattement fixe entre en vigueur pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier Les différents régimes auxquels se substituent ces nouveaux dispositifs sont supprimés pour les plus-values réalisées à compter du 1 er janvier 2014 (sauf régime des entrepreneurs créé dans le cadre de la Loi de Finances pour 2013 qui est supprimé pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013 et n aura donc jamais trouvé à s appliquer) Plan d épargne en actions (PEA) (Art.70 de la LF 2014 et Art.13 de la LFR 2013) Modifications du PEA existant Le PEA existant fait l objet dans le cadre des présentes lois de modifications à compter du 1 er janvier 2014 : son plafond est relevé de à ; les titres négociés sur un marché français ou européen non réglementé mais organisé (de type Alternext) sont désormais exclus du régime des titres non cotés (dispositif également applicable dans le cadre du PEA-PME) ; les actions de préférence mentionnées à l article L du code de commerce et les droits ou bons de souscription ou d attribution d actions n y sont plus éligibles. Toutefois, les bons ou droits de souscription ou d attribution et les actions de préférence régulièrement inscrits au 31 décembre 2013 dans un PEA demeurent éligibles Création du PEA-PME Le PEA-PME fonctionne suivant les mêmes modalités que le PEA actuel à l exception de son plafond de versements qui est fixé à En outre, il bénéficie des mêmes avantages fiscaux que le PEA classique. Il ne peut être détenu qu un seul PEA-PME par personne tous établissements confondus, deux pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune. L ouverture du PEA-PME est réservée aux personnes physiques contribuables ayant leur domicile fiscal en France. Les personnes qui sont fiscalement à la charge d un contribuable (tels que les enfants mineurs ou rattachés au foyer fiscal de leurs parents) ne peuvent pas ouvrir de PEA PME. Les sommes versées doivent en synthèse être employées pour la souscription d actions, certificats d investissements, de parts de SARL ou sociétés dotées d un statut équivalent. La société émettrice des titres mentionnés ci-dessus doit être une entreprise qui d une part occupe moins de personnes et qui d autre part a un chiffre d affaires annuel n excédant pas millions d euros ou un total de bilan n excédant pas millions d euros. Les conditions dans lesquelles sont appréciées le nombre de salariés, le chiffre d affaires et le total de bilan doivent être fixées par décret (non publié à la date de rédaction de la présente note). A l instar du PEA classique, les émetteurs des titres mentionnés doivent avoir leur siège en France ou dans un autre Etat membre de l Union européenne (et en Islande, Norvège et Liechtenstein) et être soumis à l impôt sur les sociétés de droit commun ou à un impôt équivalent. Les sommes versées peuvent également être employées dans la souscription d actions ou de parts de SICAV et FCP sous réserve que l actif soit constitué pour plus de 75 % de titres d entreprises telles que décrites ci-dessus dont au moins 50 % en actions (25 % peuvent donc être souscrits en obligations). Ces mêmes règles s appliquent aux OPC européens. Les parts de FCPR, FCPI et FIP sont également éligibles au PEA-PME (sans condition de quota de 75 % pour les fonds ouverts à des investisseurs non professionnels, ces derniers étant soumis à leurs propres règles d investissement). Les titres exclus du PEA «classique» le sont également du PEA-PME. Il s agit notamment : des bons ou droits de souscription ou d attributions d actions ainsi que les actions de préférence ; des participations dans une société supérieures à 25 % ; des titres bénéficiant par ailleurs d avantages fiscaux et notamment de la réduction d impôt sur le revenu «Madelin» prévue à l article 199 terdecies-0 A et de la réduction d ISF prévue à l article V bis du CGI. A noter : L épargnant ne peut souscrire en direct que des actions (cotées ou non) et non des obligations ; Il est possible de cumuler un PEA classique avec un PEA-PME qui peuvent être ouverts dans deux établissements différents. Le texte ne fait par ailleurs pas obligation de détenir un PEA classique préalablement à l ouverture d un PEA-PME. 4. Plus-values sur biens meubles (Art 18 de la LF2014) On rappelle que les plus-values réalisées lors de la cession par des particuliers ayant leur domicile fiscal en France de biens meubles relèvent du régime de droit commun des plus-values sur biens meubles prévu à l article 150 UA du CGI. Dans le cadre de ce régime, la plus-value imposable est réduite d un abattement pour durée de détention.

4 Le taux de l abattement pour durée de détention servant au calcul des plus-values sur biens meubles est ramené de 10 % à 5 % par année de détention au-delà de la deuxième pour les cessions réalisées à compter du 1er janvier 2014 (à confirmer par l administration fiscale). La plus-value est donc définitivement exonérée si le bien est détenu depuis plus de vingt-deux ans (au lieu de douze ans jusqu à présent). 5. Taxe sur les objets et métaux précieux (Art. 19 de la LF 2014) Pour les cessions et exportations effectuées à compter du 1er janvier 2014, le taux de la taxe est portée de : 4,5 % à 6 % pour les cessions de bijoux, d objets d art, de collection ou d antiquité ; 7,5 % à 10 % pour les cessions de métaux précieux. A ces taux, il convient d ajouter la CRDS au taux de 0,5 %. En outre, les cessions de métaux précieux réalisées par des non-résidents effectuées à compter du 1 er janvier 2014 sont exonérées de taxe. 6. Plus-values immobilières (Art 27 de la LF 2014) La Loi de Finances pour 2014 légalise, dans une très large mesure, la réforme annoncée en juillet dernier et applicable depuis le 1er septembre 2013 (reprise à ce jour au Bulletin Officiel des Impôts). L abattement pour durée de détention est modifié en ce qui concerne les cessions d immeubles autres que les terrains à bâtir : * en matière d impôt sur le revenu, le montant de la plus-value immobilière imposable est diminué d un abattement fixé à : Entre 6 e et 21 e année 6 % 22 e année 4 % Taux d abattement par année de détention Conduisant à une exonération totale d impôt sur le revenu des plus-values au-delà de vingt-deux années de détention. * en matière de prélèvements sociaux, l exonération n est acquise qu au bout de trente ans, les abattements pour durée de détention étant de : Entre 6 e et 21 e année 1,65% 22 e année 1,60% 23 e année et suivantes 9% Taux d abattement par année de détention L abattement pour durée de détention applicable aux cessions de terrains à bâtir, tant en matière d impôt sur le revenu et que de prélèvements sociaux, est quant à lui inchangé. En outre, un abattement exceptionnel de 25 %, applicable tant en matière d impôt sur le revenu que de prélèvements sociaux, s applique à l assiette nette des plus-values imposables liées aux cessions d immeubles ou de droits s y rapportant, autres que terrains à bâtir ou droits s y rapportant, réalisées entre le 1 er septembre 2013 et le 31 août 2014 (hors cas particuliers et sous réserve des limites prévues par le texte). II. Mesure concernant l ISF 1. Détermination du plafonnement de l ISF Pour mémoire, le plafonnement de l ISF a pour but d éviter que le total formé par l ISF et les impôts dus en France et à l étranger au titre des revenus de l année précédente excède 75 % des revenus de l année précédente du contribuable. En cas d excédent, celui-ci vient en diminution de l ISF à payer. Le projet de Loi de Finances pour 2014 prévoyait de prendre en compte au dénominateur du plafonnement de l ISF les revenus des bons ou contrats de capitalisation et des placements de même nature, notamment des contrats d assurance-vie, souscrits auprès d entreprises d assurance établies en France ou à l étranger pour leur montant retenu pour les prélèvements sociaux. Cette disposition qui devait conduire en pratique à minorer les effets du plafonnement de l ISF, a été censurée par le Conseil Constitutionnel et ne figure pas dans le texte définitif de la Loi de Finances pour Contrats d assurance vie comportant une clause de non-rachat temporaire (Art 11 de de la LFR 2013) L article 885 F du Code Général des Impôts est complété d un nouvel alinéa permettant de réintégrer dans le patrimoine des souscripteurs de contrats d assurance vie assujettis à l ISF la créance qu ils détiennent le cas échéant sur l assureur au titre des contrats qui ne comportent pas de possibilité de rachat pendant une période fixée par ces contrats. Peuvent ainsi être concernés par cette mesure les contrats d assurance vie comportant un support en euros avec participation aux bénéfices différée ou les contrats comportant des garanties de fidélité par exemple. La nouvelle assiette ISF est applicable légalement à compter de l ISF 2014.

5 III. Autres mesures concernant les contrats d assurance vie ou de capitalisation 1. Evolution de la fiscalité en cas de décès des contrats d assurance vie relevant de l article 990 I du code Général des Impôts (Art 9 de la LFR 2013) Pour les contrats d assurance vie, le capital décès issu de primes versées avant 70 ans (4) est aujourd hui soumis (5), après un abattement de euros par bénéficiaire à une taxe de 20 % jusqu à , et 25 % au-delà. A compter du 1 er juillet 2014, la taxe sera de 20 % jusqu à , et 31,25% au-delà. 2. Modification des prélèvements sociaux (Art 8 de la LFSS 2014) Les prélèvements sociaux sont apparus en 1996 au taux de 0,5 % pour évoluer progressivement jusqu à 15,5 % aujourd hui. Ils s appliquent aux intérêts des contrats d assurance vie et de capitalisation (et non au capital investi). Selon la date à laquelle ils étaient générés, certains intérêts de contrats étaient soumis aux prélèvements sociaux par «strates», c est-à-dire au taux de prélèvements sociaux qui était applicable au moment même où les intérêts avaient été générés ex : 0,5 % en 1996 ; et 15,5 % en janvier Ce régime par strates ne concernait qu une part marginale des intérêts : ceux issus des primes versées avant le 25 septembre 1997 (ou quelle que soit la date de versement si le contrat était souscrit avant le 1 er janvier 1983). La grande majorité des intérêts issus de contrats d assurance vie ou de capitalisation sont soumis à un taux unique de prélèvements sociaux : celui en vigueur au moment du rachat, ou du décès, ou au 31 décembre de chaque année pour les fonds en euros (15,5 % aujourd hui). La loi de financement de la sécurité sociale a souhaité simplifier les modalités d application via une solution binaire : taux unique de prélèvements sociaux pour tous les intérêts réalisés sur les contrats d assurance vie ou de capitalisation, excepté ceux générés avant le 1 er janvier Le conseil constitutionnel a accepté cette simplification sous réserve du maintien du régime par strates pour les intérêts générés pendant les 8 premières années sur les contrats souscrits entre le 1 er janvier 1990 et le 25 septembre Les assureurs ont jusqu au 30 avril 2014 pour mettre cette réforme en œuvre. Pour la période intercalaire entre l entrée en vigueur de la loi (septembre 2013) et son application effective par les assureurs (avril 2014), l administration fiscale effectuera un rattrapage, en 2015, lors de l imposition des revenus Pour conclure, l année 2013 aura été marquée par deux bonnes nouvelles. Seule la fiscalité en cas de décès et les prélèvements sociaux ont été impactés et ce de manière marginale. Il n y a donc pas eu de réforme en profondeur de l assurance vie. Reste à l étude au sein du Gouvernement, l arrivée de nouveaux dispositifs favorisant les investissements réalisés dans certains secteurs, jugés particulièrement utiles au développement de l économie du pays (Petites et Moyennes Entreprises, Entreprises de Taille Intermédiaire). (1) PME au sens communautaire. Cette dernière doit employer moins de 250 salariés et réaliser un chiffre d affaires n excédant pas 50 millions d euros ou avoir un bilan annuel n excédant pas 43 millions d euros. (2) La société doit être créée depuis moins de 10 ans à la date de souscription ou d acquisition des droits cédés. (3) L acquéreur ne doit pas revendre tout ou partie des titres à un tiers dans les 5 ans de la cession. (4) Ou à tout moment sur les contrats souscrits avant le 20/11/1991. (5) Excepté les cas d exonérations (conjoint, frère ou sœurs à charge) et les primes versées avant le 13/10/1998. L ensemble de ces informations ne constitue en aucune manière un conseil en investissement de la part du Groupe HSBC. Ces informations sont données à titre purement indicatif, sont dépourvues de valeur légale et sont susceptibles d évoluer dans le temps. Il est déconseillé de se servir des informations contenues dans le présent document sans avoir obtenu de conseil indépendant personnalisé. Tout investissement de votre part pris sur la base de ces seules informations sera réalisé sous votre pleine et entière responsabilité. Ce document est diffusé par HSBC France Société Anonyme au capital de euros - SIREN RCS Paris ORIAS Siège social : 103, avenue des Champs-Elysées Paris - Banque et Intermédiaire en assurance immatriculé auprès de l ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance sous le n /01/14

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte NEWSLETTER 13 164 du 4 janvier 2014 Après nos commentaires consacrés à la loi de finances pour 2014, voici ceux qui

Plus en détail

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald Curchod Graphisme

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Groupement Centrale Business Angels

Groupement Centrale Business Angels Groupement Centrale Business Angels Conférence du 30 septembre 2014 Conférence Centrale BA 30/09/14 1 Agenda La fiscalité des Business Angels Témoignage de Centralien Business Angel o Franck Delorme, fondateur

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air?

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Programme de la soirée Loi de finances rectificative 2013 Loi de finances 2014 et cocktail! Loi de finances 2014 et loi de finances

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Août 2012 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières

Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières Fiscalité des plus-values sur cession de valeurs mobilières Version 17 février 2014 Henry Royal Royal Formation Formation & Conseil juridique et fiscal du chef d entreprise 1 Tél : 06 12 59 00 16 contact@royalformation.com

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. TEXTE ADOPTÉ n 66 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME

Plus en détail

Formation Investessor

Formation Investessor Formation Investessor 5 MARS 2015 La fiscalité des Business Angels Stanislas VAILHEN, Avocat Associé 137, rue de l Université 75007 Paris svailhen@alerionavocats.com Tel: 01.58.56.97.19 - Fax: 01.58.56.97.01

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX

La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX.. 1 Définition du business Angel Un «business Angel» est un particulier personne physique (ancien chef d entreprise ou

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION 1

SOMMAIRE INTRODUCTION 1 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 I-2-03 N 100 du 4 JUIN 2003 PLAN D EPARGNE EN ACTIONS. ELIGIBILITE DES TITRES DE SOCIETES AYANT LEUR SIEGE DANS UN ETAT DE LA COMMUNAUTE EUROPEENNE,

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour. Vendredi 24 avril 2015. Actualité IR - ISF

FISCAL ET DOUANIER. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour. Vendredi 24 avril 2015. Actualité IR - ISF Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour Vendredi 24 avril 2015 Actualité IR - ISF Intervenant : Avocat à la Cour Commission fiscale

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

LES LOIS FISCALES POUR 2013

LES LOIS FISCALES POUR 2013 LES LOIS FISCALES POUR 2013 { Alain THEIMER Avocat au Barreau de Paris Président de la commission de Droit fiscal de l Ordre des Avocats au Barreau de Paris ISF 2012 CE ISF 2012 ISF 2013 Redevables Au

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 RÉSUMÉ LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 n 2014-1655 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 BP 8 83560 RIANS Tél : 04

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME intégrant les modifications apportées par la Loi de finances pour 2011 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Note sur la fiscalité du Fonds

Note sur la fiscalité du Fonds Note sur la fiscalité du Fonds Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers Aquitaine Pyrénées Languedoc Développement 1 (article L. 214-41-1 du code monétaire et fi

Plus en détail

Nouveautés Fiscales 2013-2014

Nouveautés Fiscales 2013-2014 Plus values Mobilières L imposition au barème progressif de l impôt sur le revenu : seule imposition applicable Les plus-values mobilières qui étaient jusqu au 31 décembre 2012 imposées au taux forfaitaire

Plus en détail

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013 Flash fiscal Impôts 2014 sur revenus 2013 France Angels Mars 2014 Déclaration impôts sur le revenu (impôts payé en 2014 sur revenus 2013) Dates de limite d envoi de la déclaration : Le 20 mai si vous l

Plus en détail

N 6 OCTOBRE 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) www.racine.eu

N 6 OCTOBRE 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) www.racine.eu N 6 OCTOBRE 2013 Le projet de loi de finances pour 2014 (PLF) a été présenté le 25 septembre 2013 en Conseil des ministres. Sont exposées ci-après les principales mesures de ce texte. PROJET DE LOI DE

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES La Loi de Finances pour 2014, publiée au Journal Officiel de la République

Plus en détail

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France.

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France. ISF 2012 I. Principe L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. Les personnes physiques possédant un patrimoine d une valeur nette supérieure à 1,3 million euros au 1 janvier 2012

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire www.gestionprivee.banquepopulaire.fr BPCE Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 - Siège social : 50, avenue Pierre-Mendès-France - 75201 Paris Cedex 13 R.C.S

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2013

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2013 N 2074 DIR-NOT N 51171 # 08 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2013 Prise en compte de la durée de détention des titres ou droits cédés par les dirigeants de PME européennes partant à

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2014

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2014 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Plafonnement des effets du quotient

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ACTUALITE PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 I. Quelle imposition pour les plus-values de cession de valeurs mobilières des particuliers

Plus en détail

Le Plan d Epargne en Actions

Le Plan d Epargne en Actions Le Plan d Epargne en Actions Crée en 1992, le PEA (plan d épargne en actions) est une enveloppe fiscale, composée d un compte d instruments financiers auquel on associe un compte en espèces ou un contrat

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail