LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013"

Transcription

1 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour objet d exposer les mesures applicables aux particuliers que nous avons considérées importantes, telles que prévues par la loi n du 29 décembre 2012 de finances pour 2013 («LF 2013»), et par la loi n du 29 décembre 2012, troisième loi de finances rectificative pour 2012 («3 ème LFR 2012»), toutes deux publiées le 30 décembre 2012 au JO. Référence est faite aux mesures censurées par le Conseil Constitutionnel dans ses décisions et du 29 décembre A. IMPÔT SUR LE REVENU 1. Changements relatifs au barème d imposition des revenus de 2012 (articles 2 et 3 LF 2013) 1.1 Création d une tranche supplémentaire La loi de finances pour 2013 institue une nouvelle tranche d imposition du barème progressif de l impôt sur le revenu, se rajoutant ainsi aux cinq tranches existantes. Le nouveau taux est fixé à 45% et s applique, à compter de 2012, à la fraction des revenus supérieurs à euros par part de quotient familial. 1.2 Gel du barème La loi de finances pour 2013 ne prévoit aucune revalorisation des limites des tranches existantes du barème progressif. Ainsi, il est à noter qu en raison du gel du barème d imposition pour les revenus de 2012, la plupart des seuils, plafonds, limites et abattements indexés sur le barème restent identiques à ceux fixés pour les deux années d imposition précédentes, hormis quelques changements mineurs apportés par la loi de finances de 2013 et qui concernent en particulier les personnes les plus modestes. 2. Réduction de l avantage apporté par le quotient familial (article 4 LF 2013) Le mécanisme du quotient familial, qui permet une réduction d impôt, a été modifié par la loi de finances pour 2013 pour établir un nouveau plafond de la réduction d impôt maximale possible. Ce plafond est ainsi abaissé de euros à euros pour chaque demi-part accordée pour charge de famille et ce, à compter de l impôt sur le revenu dû au titre de l année 2012.

2 3. Contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus d activité (article 12 LF 2013) La loi de finances pour 2013, dans son article 12, prévoyait une mesure instituant une contribution à la charge des contribuables actifs les mieux rémunérés. Cette contribution devait être applicable pour les années 2012 et 2013 exceptionnellement et devait être basée sur les revenus d activité nets imposables des personnes physiques supérieurs à euros. La loi prévoyait d imposer ces revenus à un taux de 18%. Cette disposition avait ainsi pour effet de soumettre les revenus des contribuables concernés à une tranche d impôt sur le revenu à 75%, toutes contributions confondues. Dans sa décision du 29 décembre 2012, le Conseil Constitutionnel a censuré cette disposition. Le Conseil a en effet estimé que cette contribution n était pas conforme à la Constitution en raison de son mécanisme de calcul qui retenait comme unité d imposition les personnes physiques et non pas le foyer fiscal comme cela est pourtant le principe en matière d impôt sur le revenu. Suite à l annonce faite par le Conseil Constitutionnel des raisons invoquées pour la censure des dispositions de la loi de finances relatives à cette nouvelle contribution, il a été indiqué par le gouvernement qu un nouveau dispositif concernant cette contribution exceptionnelle serait proposé. Il est donc permis de penser qu une mesure équivalente pourrait voir le jour prochainement, mesure qui serait applicable au plus tôt aux revenus de l année B. TRAITEMENTS ET SALAIRES (article 5 LF 2013) En matière de frais professionnels, les salariés ont la possibilité de déduire de leurs revenus imposables les frais liés à leurs fonctions. Le choix leur est laissé de procéder à la déduction de leurs frais réels ou à une déduction forfaitaire dont le taux est fixé à 10% et plafonné à un certain montant. Ce plafond est abaissé par la loi de finances pour 2013 de euros à euros à compter de l imposition des revenus C. REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS (article 9 LF 2013) 1. Imposition au barème progressif de l impôt sur le revenu et suppression du prélèvement forfaitaire libératoire La loi de finances pour 2013 prévoit une imposition de principe au barème progressif de l impôt sur le revenu des revenus distribués (dividendes) et des produits de placement à revenu fixe. Ces derniers s entendent notamment des intérêts et coupons obligataires. Dans le même article, la loi supprimait l option pour le prélèvement forfaitaire libératoire pour les revenus distribués ainsi que pour les produits de placement à revenu fixe versés à compter du 1 er janvier Cette disposition a été censurée par le Conseil Constitutionnel au motif qu aucune raison d intérêt général ne justifiait de remettre rétroactivement en cause une imposition ayant, en vertu de la législation en vigueur, un caractère libératoire et qui était déjà acquittée. Ainsi, seuls les revenus et produits versés en 2013 sont concernés par la suppression du caractère libératoire des prélèvements forfaitaires, ceux relatifs à l année d imposition 2012 demeurant soumis, pour les personnes ayant opté, au prélèvement forfaitaire libératoire de l impôt sur le revenu. La loi prévoit néanmoins certaines exonérations à la soumission au barème progressif de l impôt sur le revenu. Tel est le cas par exemple pour les bons anonymes, les produits de l épargne solidaire, les produits n excédant pas euros par foyer fiscal et par an. La loi prévoyait d ailleurs une augmentation de 60% à 75% du taux du prélèvement forfaitaire obligatoire concernant les bons anonymes mais cette disposition ayant été censurée par le Conseil Constitutionnel, le taux applicable reste ainsi fixé à 60% pour les revenus résultant de ces bons anonymes.

3 2. Création d un prélèvement forfaitaire obligatoire mais non libératoire 2.1 Champ d application Pour les revenus de capitaux mobiliers qui sont, à compter du 1 er janvier 2013, soumis au barème progressif de l impôt sur le revenu, est instauré un prélèvement forfaitaire obligatoire et non libératoire de 21% pour les dividendes et de 24% pour les produits de placement à revenu fixe. Ce prélèvement concerne les personnes physiques ayant leur domicile fiscal en France et qui reçoivent des revenus de capitaux mobiliers de source française ou étrangère soumis au barème progressif de l impôt sur le revenu. Il est à noter que certaines dispenses de prélèvement existent néanmoins selon le montant du revenu fiscal de référence des personnes concernées et le lieu de résidence de l établissement payeur. 2.2 Modalités d application S agissant des modalités pratiques relatives au prélèvement forfaitaire obligatoire non libératoire, il est à noter que les produits reçus seront soumis au barème progressif de l impôt sur le revenu et que le prélèvement réalisé s imputera sur l impôt sur le revenu de l année au cours de laquelle il a été réalisé. Tout excédent en résultant sera restitué au contribuable. 3. Revenus à destination d un Etat ou territoire non coopératif Les revenus à destination d un Etat ou territoire non coopératif sont imposés à un prélèvement forfaitaire obligatoire. Ce taux a été porté, de 50% pour les produits de placement à revenu fixe et de 55% pour les revenus distribués, à 75%. D. IMPOSITION DES PLUS-VALUES MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX 1.Mesures applicables aux plus-values mobilières (article 10 LF 2013) 1.1 Imposition de principe au barème de l impôt sur le revenu à compter des revenus de 2013 La loi prévoit un principe d imposition au barème progressif de l impôt sur le revenu, des plusvalues de cession de valeurs mobilières et droits sociaux réalisés par les particuliers à compter du 1 er janvier Il est à noter que cette modification n altère en rien les règles relatives à l imputation des moins-values éventuellement réalisées, celles-ci restant imputables sur les plusvalues de même nature réalisées au titre de la même année et pour une période de 10 ans. Pour les cessions réalisées en 2012, le principe de l imposition des plus-values réalisées à un taux forfaitaire demeure à titre de régime transitoire. Ce taux forfaitaire d imposition a toutefois été porté de 19% à 24%. La loi liste malgré tout certaines exceptions à l imposition de principe au barème progressif de l impôt sur le revenu, qui demeurent ainsi soumises à une imposition forfaitaire. 1.2 Le régime optionnel des créateurs d entreprise La loi dispose que les créateurs d entreprise peuvent continuer à bénéficier du taux de 19%, sous réserve du respect d un certain nombre de conditions tenant à la fois à la nature de la société, à la détention des titres et au cédant : Conditions relatives à la nature de la société : la société dont les titres sont cédés doit exercer une activité opérationnelle ou être une holding animatrice. Cette condition s apprécie de manière continue pendant les dix années précédant la cession des titres ou, si la société est créée depuis moins de dix ans, depuis sa création ; Conditions relatives à la détention des titres : - les titres cédés doivent avoir été détenus de manière continue au cours des cinq années précédant la cession et ce, de manière directe, par personne interposée, ou

4 par l intermédiaire du groupe familial ; - ces titres doivent i) avoir représenté de manière continue pendant au moins deux ans au cours des dix années précédant la cession des titres, au moins 10% des droits de vote de la société dont les titres sont cédés et ii) représenter au moins 2% des droits de vote à la date de cession ; Conditions relatives au cédant : le cédant doit avoir exercé dans la société dont les titres sont cédés, soit une fonction de direction de manière continue au cours des cinq années précédant la cession, soit une activité salariée. Ces fonctions de direction ou salariée doivent avoir été effectivement exercées, avoir donné lieu à une rémunération normale qui doit avoir représenté plus de la moitié des revenus professionnels du contribuable. 1.3 Les autres régimes dérogatoires La loi prévoit à titre de régime dérogatoire que les plus-values réalisées par les non-résidents sont soumises à un prélèvement de 45%. De même, les retraits ou rachats d un plan d épargne en actions demeurent, dans les conditions prévues par la loi, soumis à une imposition forfaitaire. 1.4 Abattements pour durée de détention A compter du 1 er janvier 2013, les plus-values de cession soumises au barème progressif de l impôt sur le revenu sont imposées sur une base réduite par un abattement pour durée de détention tenant compte de la durée réelle de détention des actions, parts, droits ou titres. Le taux s élève à 20%, 30% ou 40% selon que ladite durée de détention est de 2 ans, 4 ans ou 6 ans. La loi prévoit que cette durée de détention débute à la date de leur souscription ou acquisition. Certaines spécificités sont également prévues par la loi quant au décompte de la durée de détention. Cet abattement pour durée de détention ne s applique qu à l impôt sur le revenu et ne concerne pas les contributions sociales (CSG/CRDS) qui sont assises sur le montant total de la plus-value. 1.5 Autres aménagements au régime des plus-values mobilières La loi a également apporté des modifications au régime de report d imposition applicable, à compter du 1 er janvier 2013, aux cédants de titres d entreprise qui réinvestissent une partie de leur plus-value réalisée au capital d une autre société. La loi a en effet réduit le délai laissé au cédant pour réinvestir, le montant de la plus-value à réinvestir et a élargi le type de sociétés dans lesquelles il est permis d investir. D autres spécificités s appliquent aux cessions réalisées par les non-résidents et en cas de transfert du domicile fiscal hors de France sur les plus-values latentes et en report d imposition. 2. Mesures applicables aux apports-cessions de titres (article 18 3 ème LFR 2012) La loi supprime le sursis d imposition applicable aux plus-values d apport de titres à des sociétés contrôlées par l apporteur et les soumet à un régime de report d imposition automatique. Cette disposition est applicable aux apports réalisés à compter du 14 novembre Le report d imposition prend fin lorsque les titres reçus en rémunération de l apport sont cédés et si la société bénéficiaire de l apport cède les titres apportés dans les trois ans de l apport (sauf si réinvestissement du prix de cession dans une activité économiques dans les deux ans). 3. Cessions d usufruit temporaire (i.e. à durée fixe) (article 15 3 ème LFR 2012) Pour les cessions intervenues à compter du 14 novembre 2012, la loi soumet le prix de cession d usufruit temporaire à durée fixe au barème progressif de l impôt sur le revenu selon le régime d imposition des revenus susceptibles d être procurés par le bien ou le droit sur lequel porte l usufruit cédé (ceux-ci étaient précédemment imposés selon le régime fiscal des plus-values). A titre d exemple, le prix de cession d un usufruit temporaire portant sur un bien immobilier est imposé comme un revenu foncier. 4. Gains de levée d option et d acquisition d actions gratuites (article 11 LF 2013) A compter du 28 septembre 2012, la loi soumet au barème progressif de l impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires, les gains de levée d options sur titres et d acquisition d actions gratuites («plus-values d acquisitions»).

5 Les nouveaux taux de la contribution salariale prévus par la loi et modifiant le code de la sécurité sociale portaient le taux marginal maximal de ces gains et avantages à 77%. Le Conseil Constitutionnel a censuré cette mesure en considérant qu un tel niveau d imposition faisait peser sur les contribuables une charge excessive au regard de leur faculté contributive et a ainsi abaissé le taux de la taxation marginale maximale. Les gains demeurent néanmoins soumis à la CSG et à la CRDS sur les revenus d activité globale au taux global de 8%. E. IMPOSITION DES PLUS-VALUES IMMOBILIÈRES 1. Aménagement du régime d imposition relatif aux terrains à bâtir et aux immeubles bâtis (article 15 LF 2013) La loi excluait de l abattement pour durée de détention les cessions de terrain à bâtir intervenant à compter du 1 er janvier 2013 et soumettait la plus-value réalisée à ce titre au barème de l impôt sur le revenu à compter de l année En ce qui concerne l imposition des plus-values immobilières relatives aux immeubles bâtis, la loi prévoyait de les imposer, à compter du 1 er janvier 2013, au taux de 19% et instaurait un abattement de 20 % sur les plus-values de cessions réalisées (abattement applicable sous conditions). Certaines règles spécifiques étaient également prévues pour les cessions d immeubles destinés au logement social et pour les plus-values immobilières réalisées par les non-résidents. Toutes les mesures prévues par la loi et qui modifiaient significativement le régime d imposition des plus-values immobilières ont été invalidées par le Conseil Constitutionnel dans sa décision du 29 décembre 2012, au motif que le projet de taxation des plus-values à la revente de terrains à bâtir faisait peser sur les contribuables concernés une charge excessive avec une taxation cumulée pouvant atteindre un taux très élevé. Avec la censure de l entièreté de l article 15 de la loi de finances, les autres dispositions, non contestées par le Conseil Constitutionnel, ont également été supprimées. Tel est le cas de la suppression des abattements pour durée de détention des terrains constructibles qui devait entrer en application au 1 er janvier Le régime actuellement en vigueur qui exonère les plus-values après 30 ans de détention reste donc applicable. De même, l'abattement fiscal de 20% qui devait s'appliquer aux plus-values hors terrains à bâtir n est pas entré en application. 2. Instauration d une nouvelle taxe pour certaines plus-values de cession sur immeubles (article 70 3 ème LFR 2012) A compter du 1 er janvier 2013, est instaurée une taxe pour les plus-values de cessions sur immeubles supérieures à euros. Exception est faite dans le cas ou une promesse de vente a acquis date certaine avant le 7 décembre Le taux de cette taxe est progressif et varie entre 2% pour les plus-values supérieures à euros et 6% pour les plus-values supérieures à euros. Cette taxe s ajoute a l impôt sur le revenu ou au prélèvement dû par les non-résidents. F. IMPÔT SUR LA FORTUNE (articles 13 et 76 LF 2013) 1. Mise en place d un barème progressif de l impôt sur le fortune La loi de finances pour 2013 réinstaure, à partir de 2013, l ancien barème progressif dont les taux varient entre 0 et 1,50% pour les fractions de la valeur nette taxable du patrimoine allant de euros à plus de euros. La loi maintient un système de décote applicable aux redevables dont le patrimoine a une valeur nette taxable au moins égale à euros et inférieure à euros.

6 2. Nouvelles règles de détermination de l assiette La loi prévoit de ne pas prendre en compte, pour déterminer l assiette de l ISF, les dettes spécifiquement contractées par le redevable pour financer des actifs qui seraient hors du champ d application de l ISF ou exonérés par la législation en vigueur. La principale modification apportée par la loi est que, lorsque le montant de ces dettes est supérieur aux biens qu elles ont permis d acquérir, cet excédent de valeur n est plus déductible du patrimoine imposable à l ISF. La loi avait également modifié le régime relatif aux droits sociaux considérés comme des biens professionnels. Elle excluait les éléments du patrimoine social non nécessaires à l'activité de la société de l assiette des biens professionnels. Le Conseil Constitutionnel a censuré cette disposition en considérant que, si le législateur pouvait (comme la loi le prévoyait jusque là) pour la détermination du patrimoine non professionnel des contribuables, prendre en compte la fraction de la valeur des parts ou actions correspondant aux éléments du patrimoine des sociétés qui n'étaient pas nécessaires à leur activité professionnelle, il ne pouvait pas calculer l'isf sur ces éléments du patrimoine de la société à concurrence du pourcentage détenu dans cette dernière, alors même qu'il ne serait pas établi que ces biens auraient été, dans les faits, à la disposition de l'actionnaire ou de l'associé. 3. Rétablissement d un mécanisme de plafonnement La loi prévoit un mécanisme spécifique de plafonnement de l ISF dont le montant est fixé désormais à 75% du montant des revenus à prendre en compte au titre de l année précédente. La loi de finances pour 2013 ne prévoit aucun plafonnement du plafonnement. Il était initialement prévu par la loi que le calcul du plafonnement devait prendre en compte des bénéfices ou revenus que le redevable n avait pas réalisés ou dont il n avait pas disposé, par exemple, certains revenus capitalisés non disponibles à la date du fait générateur de l impôt, les plus-values en sursis d imposition et les gains nets placés en report d imposition. Ces dispositions spécifiques ont été invalidées par le Conseil Constitutionnel au motif que l inclusion de ces revenus capitalisés ou distribuables mais non distribués augmentait la charge fiscale du contribuable pour des revenus considérés comme incertains et dont le contribuable n a pas la libre disposition. 4. Autres aménagements relatifs à l ISF La loi supprime la possibilité pour le redevable de déduire du montant de l ISF dû, une somme forfaitaire de 300 euros par personne à charge. La loi de finances pour 2013 réduit de dix à cinq ans, le délai au cours duquel l avantage fiscal accordé en matière d ISF au titre des souscriptions au capital de certaines entreprises solidaires peuvent faire l objet d une reprise en cas de remboursement des apports aux souscripteurs, lorsque les souscriptions concernent : Des entreprises solidaires agréées avant le 31 décembre 2012 ; Des établissements de crédit dont 80% de l ensemble des prêts et des investissements sont effectués en faveur des entreprises solidaires. G. RÉDUCTIONS ET CRÉDITS D IMPÔTS 1. Abaissement du plafond global de certains avantages fiscaux à l impôt sur le revenu (article 73 LF) La loi de finances réduit le montant total des avantages fiscaux dont peut bénéficier un contribuable au titre d une année (plafonnement des niches fiscales). Précédemment fixé à euros et 4% du revenu imposable, ce plafond est désormais fixé à euros par foyer et par an et s applique à compter de l imposition des revenus perçus en La part proportionnelle aux revenus imposables du contribuable est donc supprimée. La loi exclut du plafonnement global, à compter du 1 er janvier 2013, le dispositif Malraux consistant en une réduction d impôt accordée au titre des dépenses supportées en vue de la

7 restauration complète d un immeuble bâti. Ce même article prévoit également un régime dérogatoire pour les investissements outre-mer et la souscription au capital de SOFICA pour lesquels le plafond est fixé à euros (décision DC du 29 décembre 2012). Dans le cas où le contribuable bénéficierait à la fois de réductions d impôt au titre d investissements outre-mer et/ou de souscriptions au capital de SOFICA et d autres avantages fiscaux entrant dans le champ d application du plafonnement global, le total de ces autres avantages fiscaux, retenu dans la limite de euros, majoré du montant des réductions d impôt accordées au titre des investissements outre-mer et/ou de souscription au capital de SOFICA, ne pourra pas procurer une réduction de l impôt sur le revenu supérieure à euros. 2. Autres réductions et crédits d impôts Par ailleurs, la loi de finances de 2013 prévoit les autres mesures suivantes : Une réduction d impôt en faveur de l investissement locatif (dispositif «Duflot») à compter du 1 er janvier 2013 et le maintien du dispositif «Scellier» sous certaines conditions (articles 80 et 81 LF 2013). La prorogation jusqu en 2016 de la réduction d impôt sous conditions au bénéfice des investissements immobiliers réalisés dans le secteur de la location meublée non professionnelle (article 77 LF 2013). La reconduction des réductions d impôt sur le revenu concernant les investissements dans les PME (articles 74 et 75, I-1 et II LF 2013). L augmentation du taux du crédit d impôt pour les dépenses de prévention des risques technologiques à compter du 1 er janvier 2013 (articles 7 et 104 LF 2013). Une modification de la réduction d impôt sur le revenu et d ISF pour les souscriptions de part de fonds communs de placement dans l innovation et de fonds d investissement de proximité pour les souscriptions effectuées à compter du 1 er janvier 2013 (articles 75 LF 2013 et 25-I 3 ème LFR 2012). Une modification de la réduction d impôt sur le revenu ou d ISF pour les souscriptions au capital d entreprises solidaires. Application à compter de l imposition des revenus 2013 pour l IR et à compter du 1 er janvier 2013 pour l ISF (articles 76 LF 2013 et 25-II 3 ème LFR 2012). Un crédit d impôt applicable, à compter de l imposition des revenus 2012, pour les cotisations syndicales versées par les salariés sous certaines conditions (article 23 3 ème LFR 2012). La loi prévoyait également un plafonnement de la réduction d impôt concernant les dons aux partis politiques (article 8 LF 2013) mais cette mesure a été invalidée par le Conseil Constitutionnel dans sa décision du 29 décembre H. AUTRES MESURES FISCALES 1. Charges déductibles du revenu global Pour tous les revenus soumis au barème progressif et versés à compter du 1 er janvier 2012, la fraction de la CSG déductible est réduite de 5,8% à 5,1% (article 9, I-G-2 et VI LF 2013). 2. Modification du champ d application de la TVA A compter du 31 décembre 2012, la TVA n est plus applicable aux cessions d immeubles neufs acquis en vefa ou à terme, lorsque ces cessions ne sont pas réalisées dans le cadre d une activité économique (article 64, I-F-1 3 ème LFR 2012). 3. Mesures relatives à la procédure fiscale 3.1 Règles applicables aux avoirs détenus à l étranger (article 8, I et II-A, II-C à F 3 ème LFR 2012). La loi prévoit des moyens facilitant la taxation d office des avoirs détenus à l étranger et ce, à compter du 1 er janvier 2013 : i. des règles spécifiques relatives aux demandes d informations ou de justifications de certains avoirs détenus à l étranger et en cas de

8 ii. iii. manquement aux obligations déclaratives, assorties de sanctions pécuniaires (taxation d office des avoirs dissimulés aux droits de mutation à titre gratuit au taux de 60%) ; la possibilité pour l administration fiscale de demander communication de documents auprès de tiers et ; un délai de reprise étendu à dix ans en matière d ISF et pour les droits d enregistrement. 3.2 Autres mesures concernant le contrôle fiscal et le contentieux Précisions concernant les conditions dans lesquelles l administration peut demander des justifications aux contribuables en matière de crédits bancaires (article 8, II-B et III 3 ème LFR 2012). Extension à l ensemble des impôts du délai spécial de reprise applicable en cas de révélation d une insuffisance d imposition par un contentieux (article 10 3 ème LFR 2012). Renforcement des procédures d enquête ouvertes à l administration fiscale pour rechercher ou constater des infractions (droit de visite, de saisie, procédure de flagrance fiscale, procédure judiciaire d enquête fiscale) et alourdissement de certaines sanctions (article 11 3 ème LFR 2012). La loi de finances modifie le régime relatif aux demandes en restitution d impôts (article 26 3 ème LFR 2012). Elle prévoit en effet que les actions en restitution des impôts et taxes versés indûment et les actions en paiement de droits à déduction non exercés qui sont fondées sur la non-conformité de la règle de droit appliquée à une règle de droit supérieure révélée par une décision juridictionnelle ou un avis rendu au contentieux, sont désormais subordonnées à l introduction préalable d une réclamation. Ces dispositions s appliquent aux actions en réparation qui existent ou sont connues à compter du 1 er janvier Autres mesures Prorogation du régime dérogatoire applicable en matière de rachats de droits aux régimes Préfon et assimilés (article 17 3 ème LFR 2012). Modification du régime applicable à la taxe sur les logements vacants (article 16, I LF 2013). PARIS LYON LILLE LA REUNION BRUXELLES BARCELONE MILAN BUENOS AIRES SHANGHAI PEKIN CANTON HANOI HO CHI MINH VILLE SINGAPOUR

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

30/01/2013. Actualité fiscale et sociale: Les conséquences des lois de finances

30/01/2013. Actualité fiscale et sociale: Les conséquences des lois de finances 30/01/2013 Actualité fiscale et sociale: Les conséquences des lois de finances 1.Fiscalité des particuliers 2. Fiscalité des entreprises 3. Actualité sociale 1.Fiscalité des particuliers 1/ Réforme du

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

1. IMPOT SUR LE REVENU

1. IMPOT SUR LE REVENU FLASH FISCAL janvier 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 et LOI DE FINANCES 2014 La loi de finances rectificative pour 2013 et la loi de finances pour 2014 ont été publiées au Journal Officiel du 30

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2012 2015 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard I Sommaire Introduction

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire www.gestionprivee.banquepopulaire.fr BPCE Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 - Siège social : 50, avenue Pierre-Mendès-France - 75201 Paris Cedex 13 R.C.S

Plus en détail

\ SOMMAIRE. AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1

\ SOMMAIRE. AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1 \ SOMMAIRE AVOXA - Le présent support ne peut être reproduit sans autorisation - P1 \ SOMMAIRE Présentation Loi de Finances 2013 Carine AILLERIE Grégory CONTIN 4 février 2013 AVOXA - Le présent support

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION

CIRCULAIRE D INFORMATION Siège social 33 Rue Gustave Eiffel- ZAC Ravine à Marquet - 97419 LA POSSESSION Tél. 02 62 43 10 43 Fax 02 62 43 16 04 / E-mail : acorex@acorexsa.com Bureau de Saint-Gilles Tél. 02 62 22 58 02 Fax 02 62

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX,

A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX, A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX, Pour faire suite à la réunion sur la réforme fiscale 2013 de ce 18 février dernier qui a rassemblé une 50aine de chefs d'entreprises inquiets, Monsieur

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

6. LES NOUVELLES MESURES FISCALES

6. LES NOUVELLES MESURES FISCALES 6. LES NOUVELLES MESURES FISCALES Direction-générale-des-Finances-publiques @dgfip_officiel Dgfipmedia Principales mesures fiscales applicables à l impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux en 2014

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

LA VEILLE FISCALE. Direction régionale du Mans 72 avenue Olivier Messiaen CS 11632 72016 LE MANS Cedex 2 Tél. : 02 43 20 55 55 www.fidal.fr.

LA VEILLE FISCALE. Direction régionale du Mans 72 avenue Olivier Messiaen CS 11632 72016 LE MANS Cedex 2 Tél. : 02 43 20 55 55 www.fidal.fr. - 1 - Direction régionale du Mans 72 avenue Olivier Messiaen CS 11632 72016 LE MANS Cedex 2 Tél. : 02 43 20 55 55 www.fidal.fr Edito N 8 27 décembre 2012 (PLF 2013) Régis PETETIN Avocat associé Spécialisé

Plus en détail

Impôt sur le revenu, ISF : A vos déclarations prêts partez!

Impôt sur le revenu, ISF : A vos déclarations prêts partez! 1 Impôt sur le revenu, ISF : A vos déclarations prêts partez! Dans quelques jours, pour plus de 36 millions de foyers fiscaux (36,4 millions pour les revenus de 2011, déclarés en 2012) viendra l heure

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air?

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Programme de la soirée Loi de finances rectificative 2013 Loi de finances 2014 et cocktail! Loi de finances 2014 et loi de finances

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

PLF 2013. Remettre la justice au cœur du système fiscal

PLF 2013. Remettre la justice au cœur du système fiscal PLF 2013 Remettre la justice au cœur du système fiscal Rétablir la progressivité de l imposition des personnes Sommaire 1 Création d une tranche supplémentaire à 45 % au barème progressif de p. 1 l impôt

Plus en détail

Actualité fiscale 2014

Actualité fiscale 2014 Actualité fiscale 2014 LF 2014 & LFR 2013 Hôtel de Sèze 24 janvier 2014 Plan d intervention Fiscalité des particuliers & des dirigeants Fiscalité des entreprises DELCADE - Tous droits réservés - Reproduction

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 RÉSUMÉ LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 n 2014-1655 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 BP 8 83560 RIANS Tél : 04

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

LOIS DE FINANCES ET ACTUALITÉ FISCALE 2013

LOIS DE FINANCES ET ACTUALITÉ FISCALE 2013 LOIS DE FINANCES ET ACTUALITÉ FISCALE 2013 13 février 2013 Chambre de métiers du Rhône 13/02/2013 Chambre de métiers du Rhône 1 Intervenants Raphaël Béranger Vanina Simon Bernard Bonnevay Jean Garreau

Plus en détail

Le texte de la loi de finances pour 2014 et son analyse par le Conseil Constitutionnel

Le texte de la loi de finances pour 2014 et son analyse par le Conseil Constitutionnel Le texte de la loi de finances pour 2014 et son analyse par le Conseil Constitutionnel NEWSLETTER 13 162 du 30 DECEMBRE 2013 La loi de finances pour 2014 a donné lieu à de nombreux débats désaccords et

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Lois de finances et actualité fiscale 2013

Lois de finances et actualité fiscale 2013 Lois de finances et actualité fiscale 2013 Jean-François PESTUREAU Expert-Comptable, Commissaire aux Comptes Philippe REIGNÉ Professeur du CNAM Introduction Contexte Alternance politique Crise budgétaire

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 28 janvier 2013 ACTUALITES FISCALES LES INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES ET LES RESCRITS Suppression de la taxation à la TVA des cessions d immeubles acquis en VEFA : le

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2011 La loi de finances rectificative pour 2011 a été définitivement adoptée le 6 juillet dernier et devrait, sauf recours constitutionnel, être prochainement publiée

Plus en détail

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS L année 2011 aura été particulièrement chargée en matière d actualité fiscale : en effet, la loi de finances pour 2011 a été modifiée par pas moins de quatre lois de finances rectificatives; et à peine

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-60-20130614 DGFIP ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Positionnement

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

SPECIAL LOI DE FINANCES 2015

SPECIAL LOI DE FINANCES 2015 SUPPLEMENT JANVIER 2015 SPECIAL LOI DE FINANCES 2015 DUO SOLUTIONS A SELECTIONNÉ POUR VOUS DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2015 ET DANS LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 LES MESURES QUI VOUS CONCERNENT.

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Actualité des Lois de Finances

Actualité des Lois de Finances Actualité des Lois de Finances AJAR le 29 janvier 2013 Philippe LUTTMANN Directeur Juridique et Fiscal AG2R La Mondiale Secrétaire Général AJAR Hubert MARCK Directeur Juridique et Fiscal Adjoint AXA France

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Actualité fiscale SÉLECTION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS ET ENVIRONNEMENT SOCIAL. 14 décembre 2012

Actualité fiscale SÉLECTION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS ET ENVIRONNEMENT SOCIAL. 14 décembre 2012 Actualité fiscale SÉLECTION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS ET ENVIRONNEMENT SOCIAL L environnement Le changement de majorité et l impérieuse nécessité de restaurer les finances publiques sont à l origine

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail