LA TRANSMISSION D ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA TRANSMISSION D ENTREPRISE"

Transcription

1 LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Yves VALOIS Notaire

2 Fiscalité de la transmission d entreprise Type de transmission A titre gratuit Mode d exploitation A titre onéreux Entreprise individuelle Société Droits d enregistrement Plus-values Impôts directs

3 Fiscalité de la transmission d entreprise Droits d enregistrement Type de transmission A titre gratuit Droits de donation / succession Entreprise individuelle Mode d exploitation Droits de donation / succession Société Régime de faveur : Pacte Dutreil-Jacob (CGI, art. 787 C) Régime de faveur : Pacte Dutreil-Jacob (CGI, art. 787 B) A titre onéreux Droit de cession de fonds 0 23 k : 0 % k : 3 % > 500 k : 5 % Droit proportionnel : 3 % Parts sociales : non plafonné Actions : plafonné 5 k Sociétés à prépondérance immobilière : 5 %

4 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur le revenu Plus-values Durée de détention < 2 ans compensation 2 ans ou + Moins-values < 2 ans 2 ans ou + Long terme Eléments amortissables Eléments non amortissables Court terme sauf Fraction amortie : Court terme Court terme Court terme Court terme Long terme Court terme Long terme

5 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur le revenu Plus-values nettes Intégration dans le résultat imposable A court terme A long terme Moins-values nettes Imputation sur le résultat imposable Régime de faveur : Étalement sur 3 ans A défaut : déficit reportable Imposition au taux réduit : 16 % Imputation sur les plus-values à long terme sur 10 ans Régime dérogatoire : Plus-values sur cession de biens immobiliers

6 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur le revenu Exonération en fonction des recettes (CGI, art. 751 septies) Exonération totale Exonération partielle Activités de vente et assimilées 250 k 350 k Activités de service 90 k 126 k Activités mixtes Recettes globales < 250 k et Recettes des prestations services < 90 k Retenir la plus faible des 2 proportions : Taux d exonération si seulement activité de vente Taux d exonération si seulement activité de services

7 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur le revenu Exonération en fonction des recettes Conditions d application : Activité de nature agricole, artisanale, commerciale, industrielle ou libérale Exercice à titre professionnelle supérieur à 5 ans

8 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur le revenu Exonération en fonction du montant de la transmission (CGI, art. 238 quindecies) Exonération totale si cession < 300 k Exonération partielle si cession entre k

9 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur le revenu Exonération en fonction du montant de la transmission Conditions d application : Cession d une entreprise individuelle, d une branche complète d activité ou de l intégralité des titres d une société de personnes soumise à l IR Exercice à titre professionnelle supérieur à 5 ans Absence de liens de dépendance cédant / cessionnaire

10 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur le revenu Exonération lors du départ à la retraite (CGI, art. 151 septies A) Exonération totale, sauf PV immobilières MAIS : Prélèvements sociaux

11 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur le revenu Exonération lors du départ à la retraite (CGI, art. 151 septies A) Conditions d application : Cession d une entreprise individuelle ou de l intégralité des titres d une société de personnes soumise à l IR Exercice à titre professionnelle supérieur à 5 ans Absence de liens de dépendance cédant / cessionnaire Cessation complète d activité dans l entreprise Ouverture droit à la retraite dans les 2 ans précédant / suivant la cession

12 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur les sociétés Principe général Impôt sur le revenu : 19 % Prélèvements sociaux : 13,5 %

13 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur les sociétés Régime de faveur (CGI, art D bis)

14 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur les sociétés Régime de faveur (CGI, art D bis) «I.-1. Les gains nets ( ) retirés des cessions à titre onéreux d'actions, de parts de sociétés ou de droits démembrés portant sur ces actions ou parts sont réduits d'un abattement d'un tiers pour chaque année de détention au-delà de la cinquième, lorsque les conditions prévues au II sont remplies ( )»

15 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur les sociétés Régime de faveur (CGI, art D bis) «II.-Le bénéfice de l'abattement prévu au 1 du I est subordonné au respect des conditions suivantes : 1 La durée et le caractère continu de la détention des titres ou droits cédés doivent pouvoir être justifiés par le contribuable ; 2 La société dont les actions, parts ou droits sont cédés : a) Est passible de l'impôt sur les sociétés ou d'un impôt équivalent ou soumise sur option à cet impôt ; b) Exerce une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière, à l'exception de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier, ou a pour objet social exclusif de détenir des participations dans des sociétés exerçant les activités précitées. Cette condition s'apprécie de manière continue pendant les cinq années précédant la cession ; c) A son siège social dans un Etat membre de la Communauté européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'espace économique européen ayant conclu avec la France une convention fiscale qui contient une clause d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude ou l'évasion fiscale».

16 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur les sociétés Régime de faveur (CGI, art D bis) «IV.-En cas de cession de titres ou droits mentionnés au 1 du I appartenant à une série de titres ou droits de même nature, acquis ou souscrits à des dates différentes, les titres ou droits cédés sont ceux acquis ou souscrits aux dates les plus anciennes».

17 Fiscalité de la transmission d entreprise Plus-values : entreprises soumises à l impôt sur les sociétés Régime de faveur (CGI, art D bis) «V.-Pour l'application du 1 du I, la durée de détention est décomptée à partir du 1er janvier de l'année d'acquisition ou de souscription des titres ou droits, et : 1 En cas de cession de titres ou droits effectuée par une personne interposée, à partir du 1er janvier 2006 ou, si elle est postérieure, à partir du 1er janvier de l'année d'acquisition ou de souscription des titres ou droits par la personne interposée ; 2 En cas de vente ultérieure de titres ou droits reçus à l'occasion d'opérations mentionnées à l'article B ou au II de l'article 150 UB, à partir du 1er janvier 2006 ou, si elle est postérieure, à partir du 1er janvier de l'année d'acquisition des titres ou droits remis à l'échange ; 3 En cas de cession de titres ou droits après la clôture d'un plan d'épargne en actions défini à l'article 163 quinquies D ou leur retrait au-delà de la huitième année, à partir du 1er janvier 2006 ou, si elle est postérieure, à partir du 1er janvier de l'année au cours de laquelle le cédant a cessé de bénéficier, pour ces titres, des avantages prévus aux 5 bis et 5 ter de l'article 157 ; 4 En cas de cession à titre onéreux de titres ou droits reçus en rémunération d'un apport réalisé sous le régime prévu au I ter de l'article 93 quater, au a du I de l'article 151 octies ou aux I et II de l'article 151 octies A, à partir du 1er janvier 2006 ou, si elle est postérieure, à partir du 1er janvier de l'année au cours de laquelle l'apporteur a commencé son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole ; 5 Abrogé 6 Pour les titres ou droits acquis ou souscrits avant le 1er janvier 2006, à partir du 1er janvier 2006 ( )»

18 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation Transmission à titre gratuit Engagements de conservation

19 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation POSITION DU PROBLÈME M. X Actionnaire majoritaire de la société dont il assure la direction Souhaite transmettre la société à son fils SOLUTION Pacte DUTREIL (article 787 B CGI) RISQUE Impossibilité de garder les titres compte tenu des droits de mutation à titre gratuit (taux marginal = 45 %) Démantèlement de l entreprise

20 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation PRINCIPE

21 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation PRINCIPE Secrétaire d État aux PME, au commerce, à l artisanat, aux professions libérales et à la consommation (Gouvernement Raffarin) Loi n du 1er août 2003 pour l initiative économique (loi DUTREIL) Ministre délégué aux PME, au commerce, à l artisanat et aux professions libérales (Gouvernement Villepin) Loi n du 2 août 2005 en faveur des PME (loi JACOB) Exonération partielle des droits de mutation à titre gratuit sur les titres de société (75 %) Double engagement de conservation de titres Engagement COLLECTIF avec d autres associés Engagement INDIVIDUEL

22 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation PRINCIPE TRANSMISSION DES TITRES Engagement COLLECTIF 2 ans Engagement INDIVIDUEL 6 ans Société non cotée : 20 % des droits financiers Société cotée : 34 % des droits financiers Présomption d engagement - Dépassement des seuils par titres détenus par défunt et conjoint - Dirigeant = défunt ou conjoint EXONÉRATION = 75 % de la valeur réelle de l actif brut 5 ans Exercice dans la société 1 associé de l engagement collectif OU Bénéficiaire Activité principale OU Fonction de direction

23 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation PRINCIPE Possibilité de transmission à des descendants avec report de l engagement individuel sur la tête du donataire TRANSMISSION DES TITRES Engagement COLLECTIF Présomption d engagement - Dépassement des seuils par titres détenus par défunt et conjoint - Dirigeant = défunt ou conjoint Engagement INDIVIDUEL 2 ans 4 ans Cas des TRANSMISSION NON PRÉPARÉES Engagement collectif peut être conclu par héritiers avec les autres associés dans les 6 mois de la transmission + 2 ans Présomption étendue aux : - Personnes remplissant seules ces conditions Personnes remplissant ces conditions avec leur partenaire de PACS - 3 ans Exercice dans la société ASSOUPLISSEMENTS Loi de finance pour 2008 Loi de finance rectificative pour 2007

24 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation PRINCIPE Un dispositif de plus en plus avantageux devenu INCONTOURNABLE Dispositif ANTÉRIEUR Dispositif ACTUEL ABATTEMENT 50 % 75 % ENGAGEMENT INDIVIDUEL 6 ans 4 ans NON OUI Possibilité pour les héritiers de conclure un ENGAGEMENT COLLECTIF après la transmission Présomption d ENGAGEMENT COLLECTIF par dépassement des seuils de 20 % / 34 % par le disposant EXERCICE D UNE FONCTION DIRIGEANTE Avec son Conjoint 5 ans suivant transmission (dans les 6 mois) Seul ou Avec PACS 2 ans précédant transmission +3 ans suivant transmission

25 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation CHAMP D APPLICATION Entreprises exploitées sous la forme sociale Activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale Quel que soit le régime d imposition (IS / IR) (Inst , 7G-6-01, n 2 Application aux sociétés holding animatrices (Inst , 7G-6-01, n 3 en matière successorale) Sociétés qui outre la gestion d un portefeuille de participations : - participent activement à la conduite de la politique du groupe et au contrôle des filiales - et rendent le cas échéant et à titre purement interne des services spécifiques (administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers) Entreprises individuelles Activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale

26 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation ENGAGEMENT COLLECTIF DE CONSERVATION Pourcentages de détention - Sociétés cotées : au moins 20 % des droits financiers et des droits de vote - Sociétés NON cotées : au moins 34 % des droits financiers et des droits de vote Notion de droits financiers et de droits de vote - Cas particulier 1 : Société interposée Prise en compte des titres détenus par une société interposée possédant directement une participation dans la société dont les parts ou actions font l objet de l engagement collectif de conservation et auquel la société interposée a souscrit (titres de la société interposée n ont pas à être eux-mêmes soumis à un engagement collectif de conservation) - Cas particulier 2 : Démembrement des titres Signature de l engagement par le nu-propriétaire ET par l usufruitier

27 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation ENGAGEMENT COLLECTIF DE CONSERVATION Pourcentages de détention Signataires - Au moins 2 associés - Personnes physiques OU Personnes morales - Signataire s engage pour lui-même et ses ayants-cause à titre gratuit - 1 même associé peut souscrire plusieurs engagements - Les mêmes titres peuvent être inclus dans plusieurs engagements

28 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation ENGAGEMENT COLLECTIF DE CONSERVATION Pourcentages de détention Signataires Opérations sur les titres pendant la durée de l engagement Opérations autorisées - Cessions / Donations des titres entre les signataires Opérations interdites - Adhésion d autres associés (sauf : ayants-cause à la suite d une donation / succession) - Incorporation d autres titres de la société L engagement de conservation est figé

29 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation ENGAGEMENT COLLECTIF DE CONSERVATION L engagement de conservation est figé Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi n du 29 juillet 2011 de finances rectificative pour 2011) Maintien de la réduction de droit pour les donations en pleine propriété avant 70 ans portant sur des entreprises sous pacte Dutreil L'entrée de nouveaux actionnaires dans un engagement collectif existant est autorisée (sans que la signature d un nouveau "pacte" soit nécessaire) à condition que l engagement collectif soit reconduit pour une durée minimale de deux ans. En cas de cession des titres par l'un des associés partie à l engagement collectif, l exonération partielle des droits de mutation à titre gratuit n est pas remise en cause à l'égard des signataires autres que le cédant : - Si les autres signataires de l'engagement collectif respectent le pourcentage de détention et conservent leurs titres jusqu au terme de l engagement ; - Ou si le cessionnaire s'associe à l engagement collectif de manière à ce que le pourcentage de détention demeure respecté et si l engagement collectif est reconduit pour l'ensemble des signataires pour une durée minimale de deux ans.

30 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation ENGAGEMENT COLLECTIF DE CONSERVATION Cas particulier 1 : ENGAGEMENT RÉPUTÉ ACQUIS - Condition 1 : Détention des titres Disposant détient seul ou avec son conjoint ou son partenaire (PACS) le pourcentage requis des droits financiers et des droits de vote depuis au moins 2 ans - Conditions 2 : Exercice d une activité dans la société L un d eux exerce son activité professionnelle dans la société ou l une des fonctions de direction dans la société soumise à l IS (au sens de l ISF) depuis au moins 2 ans (article 885 O bis CGI)

31 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation ENGAGEMENT COLLECTIF DE CONSERVATION Cas particulier 1 : ENGAGEMENT RÉPUTÉ ACQUIS Cas particulier 2 : CONCLUSION DE L ENGAGEMENT APRÈS LE DÉCÈS - Condition 1 : Signataires Héritiers / Légataires souscrivent l engagement collectif entre eux ou avec d autres associés dans les 6 mois suivant la transmission par décès (valable même si tous les bénéficiaires de la transmission n y adhèrent pas) - Conditions 2 : Durée de l engagement et pourcentages de détention Idem que pour l engagement souscrit avant le décès Avantage : excellent filet Inconvénient : allongement des délais à respecter après le décès

32 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE CONSERVATION Signataire - Héritier - En cas de démembrement des titres : signature par le nu-propriétaire ET par l usufruitier L engagement est INDIVIDUEL et propre à chaque héritier Le non-respect par un héritier de son engagement individuel ne remet pas en cause l exonération partielle dont bénéficient les autres héritiers. (Inst. 18 juillet 2001, 7 G-6-01, n 22 et 23)

33 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation EXERCICE D UNE FONCTION DE DIRECTION DANS LA SOCIÉTÉ APRÈS LA TRANSMISSION Personne concernée - SOIT : 1 héritier ayant souscrit un engagement individuel de conservation - SOIT : 1 associé ayant souscrit avec le défunt un engagement collectif de conservation Activité visée - Société de personnes : activité professionnelle principale - Société soumise à l IS : 1 des fonctions énumérées à l article 885 O bis-i CGI Plusieurs personnes remplissant ces conditions peuvent se succéder. (Inst. 18 juillet 2001, 7 G-6-01, n 28)

34 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation APPORTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2009 SOCIETE TRANSMISE (article 12) SOCIETE HOLDING Apport des titres reçus Unique objet = détention et gestion des titres de la société Assouplissement des conditions d apport des titres à la société holding (hypothèse où seulement certains bénéficiaires ont vocation à reprendre l entreprise) Possibilité de rémunérer partiellement l apport par la prise en charge d une soulte consécutive à un partage

35 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation OBLIGATIONS DÉCLARATIVES Décret n du 17 janvier 2008 pris pour l application des articles 787 B et 787 C du CGI relatif aux obligations déclaratives prévues pour les transmissions d entreprises bénéficiant de l exonération partielle des droits de mutation à titre gratuit Art. 294 bis CGIAN2 Art. 294 quater CGIAN2 Art. 294 ter CGIAN2 Obligations du DONATAIRE Obligations de la SOCIÉTÉ

36 Transmission à titre gratuit / Engagements de conservation Engagement de conservation en matière de transmission 1 dispositif similaire en matière d ISF

37 Opérations de cession avant donation Opérations de cession avant donation

38 Opérations de cession avant donation Prix de revient : 100 k Assiette PV = 900 k Prélèvements : 32,5 % DONATION Assiette DMTG = k Prix de cession : k Prix de revient : k Assiette PV = Néant

39 Opérations de cession avant donation SCHEMA MIXTE Déterminer 3 masses de biens nettes d impôts : 1 ) Somme devant revenir au donateur en pleine propriété Pas de donation 2 ) Somme devant revenir au donataire en pleine propriété Donation en pleine propriété (m2 = Montant donné en PP PV sur US des titres démembrés) 3 ) Somme démembrée entre donateur usufruitier et donataire nu-propriétaire Donation en nue-propriété (m3)

40 Opérations de cession avant donation

41 Opérations de cession avant donation *NP = 140

42 Opérations de cession avant donation *U = 60 F

43 Rapport à la succession et équité entre héritiers Rapport à la succession et équité entre héritiers

44 Rapport à la succession et équité entre héritiers Schéma de liquidation / partage d une succession 1 étape préalable : Liquidation du régime matrimonial Article 1441 du Code civil : «La communauté se dissout : 1 par la mort de l'un des époux ; 2 par l'absence déclarée ; 3 par le divorce ; 4 par la séparation de corps ; 5 par la séparation de biens ; 6 par le changement du régime matrimonial». Article 1442 du Code civil : «Il ne peut y avoir lieu à la continuation de la communauté, malgré toutes conventions contraires. Les époux peuvent, l'un ou l'autre, demander, s'il y a lieu, que, dans leurs rapports mutuels, l'effet de la dissolution soit reporté à la date où ils ont cessé de cohabiter et de collaborer».

45 Rapport à la succession et équité entre héritiers Schéma de liquidation / partage d une succession Actif Passif = Actif net successoral Soustraction des droits du conjoint survivant (droits légaux / conventionnels) Droits des descendants Rapport des donations antérieures pour rétablir l équité entre cohéritiers Vérification de la réserve héréditaire au jour de l ouverture de la succession En déduction des droits de l héritier, voire indemnité de rapport au jour du partage

46 Rapport à la succession et équité entre héritiers Principe du rapport Article 843 du Code civil : «Tout héritier, même ayant accepté à concurrence de l'actif, venant à une succession, doit rapporter à ses cohéritiers tout ce qu'il a reçu du défunt, par donations entre vifs, directement ou indirectement ; il ne peut retenir les dons à lui faits par le défunt, à moins qu'ils ne lui aient été faits expressément hors part successorale. Les legs faits à un héritier sont réputés faits hors part successorale, à moins que le testateur n'ait exprimé la volonté contraire, auquel cas le légataire ne peut réclamer son legs qu'en moins prenant». Article 844 du Code civil : «Les dons faits hors part successorale ne peuvent être retenus ni les legs réclamés par l'héritier venant à partage que jusqu'à concurrence de la quotité disponible : l'excédent est sujet à réduction».

47 Rapport à la succession et équité entre héritiers Montant du rapport Article 860 du Code civil : «Le rapport est dû de la valeur du bien donné à l'époque du partage, d'après son état à l'époque de la donation. Si le bien a été aliéné avant le partage, on tient compte de la valeur qu'il avait à l'époque de l'aliénation. Si un nouveau bien a été subrogé au bien aliéné, on tient compte de la valeur de ce nouveau bien à l'époque du partage, d'après son état à l'époque de l'acquisition. Toutefois, si la dépréciation du nouveau bien était, en raison de sa nature, inéluctable au jour de son acquisition, il n'est pas tenu compte de la subrogation. Le tout sauf stipulation contraire dans l'acte de donation. S'il résulte d'une telle stipulation que la valeur sujette à rapport est inférieure à la valeur du bien déterminé selon les règles d'évaluation prévues par l'article 922 ci-dessous, cette différence forme un avantage indirect acquis au donataire hors part successorale».

48 Rapport à la succession et équité entre héritiers Montant du rapport Article du Code civil : «Le rapport d'une somme d'argent est égal à son montant. Toutefois, si elle a servi à acquérir un bien, le rapport est dû de la valeur de ce bien, dans les conditions prévues à l'article 860». Comment traiter les dettes d un héritier à l égard du défunt (et donc de la succession)? Prise en compte dans l actif successoral pour le montant dû (principe du nominalisme monétaire) Attribution de la cérance au débiteur Extinction de la créance par confusion entre les qualités de créancier / débiteur

49 Rapport à la succession et équité entre héritiers Formes du rapport Article 858 du Code civil : «Le rapport se fait en moins prenant, sauf dans le cas du deuxième alinéa de l'article 845. Il ne peut être exigé en nature, sauf stipulation contraire de l'acte de donation. Dans le cas d'une telle stipulation, les aliénations et constitutions de droits réels consenties par le donataire s'éteindront par l'effet du rapport à moins que le donateur n'y ait consenti». Article 859 du Code civil : «L'héritier a aussi la faculté de rapporter en nature le bien donné qui lui appartient encore à condition que ce bien soit libre de toute charge ou occupation dont il n'aurait pas déjà été grevé à l'époque de la donation».

50 Rapport à la succession et équité entre héritiers Application Patrimoine = k Entreprise : 500 k Placements financiers : 250 k Maison : 250 k Comment transmettre l entreprise au fils? Schéma n 1 : Donation en nue-propriété (réserve d usufruit) sur base 500 k Schéma n 2 : Vente pour 300 k et conversion en rente viagère Droits = 500 k Schéma n 3 : Donation pour 250k et vente pour 250 k Droits = 500 k

51 Rapport à la succession et équité entre héritiers Application Comment s effectue le rapport à la succession? Schéma n 1 : Donation en nue-propriété (réserve d usufruit) sur base 500 k Rapport = 500 k Schéma n 2 : Vente pour 300 k et conversion en rente viagère Rapport = Néant Mais : imputation sur la quotité disponible Schéma n 3 : Donation pour 250k et vente pour 250 k Rapport = 250 k

52 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR

53 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR De nouveaux outils civils sur mesure M. Pascal CLÉMENT Garde des sceaux 1ère version du Code civil 1804 Projet ARPAILLANGE Projet SAPIN Projet MÉHAIGNERIE 1995 Loi n du 3 décembre relative aux SUCCESSIONS RÈGLES IMPÉRATIVES DE DÉVOLUTION PROHIBITION DES PACTES SUR SUCCESSION FUTURE 2006 Loi n du 23 juin 2006 portant réforme des SUCCESSIONS et des LIBÉRALITÉS PRIMAUTÉ DE LA VOLONTÉ AUTORISATION DE PACTES SUR SUCCESSION FUTURE

54 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR POSITION DU PROBLÈME Mme X Femme au foyer N a jamais exercé d activité professionnelle Ne souhaite pas s investir dans l entreprise de son époux M. X Chef d entreprise A créé et développé son entreprise (Scierie) Souhaite voir son œuvre rester dans la famille en la transmettant à son fils 1 fille majeure Collaboratrice dans l entreprise familiale Souhaite reprendre l entreprise au décès de son père 1 fils majeur Etudiant en médecine Ne souhaite pas s investir dans l entreprise de son père

55 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR POSITION DU PROBLÈME Donation de l entreprise à la fille (succession testamentaire) Dévolution légale (succession ab intestat) ¼ en pleine propriété (ou 100 % en usufruit) NEANT 3/8 en pleine propriété NEANT 3/8 en pleine propriété 100 % en pleine propriété

56 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR POSITION DU PROBLÈME Au décès du père Donation de l entreprise à la fille NEANT ATTEINTE A LA RÉSERVE HÉRÉDITAIRE ACTION EN RÉDUCTION DE LA LIBÉRALITE CONSENTIE A LA FILLE NEANT 100 % en pleine propriété

57 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR RÉSERVE HÉRÉDITAIRE et ACTION EN RÉDUCTION DES LIBÉRALITÉS Patrimoine fictif du défunt Quotité disponible (QD) Biens présents Donations consenties Réserve héréditaire (RH) Réserve des descendants RH = 1/2 QD = 1/2 RH globale = 2/3 RH individuelle = 1/3 QD = 1/3 RH globale = 3/4 RH individuelle = 1/4 QD = 1/4 Réserve du conjoint survivant RH = 1/4 QD = 3/4

58 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR COMMENT FAVORISER UN REPRENEUR PAR DONATION SANS RISQUER SA REMISE EN CAUSE AU DÉCÈS DU DISPOSANT PAR LES HÉRÉTIERS RÉSERVATAIRES? Article 929 al 1 C. civ. «Tout héritier réservataire présomptif peut renoncer à exercer une action en réduction dans une succession non ouverte. Cette renonciation doit être faite au profit d'une ou de plusieurs personnes déterminées ( )».

59 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR Attention CONDITIONS DE FOND Capacité du renonçant - Principe : Même capacité que pour donation - Exception : Non permise au mineur émancipé RAAR = Libéralité MAIS Non soumise à DMTG Renonciation pure et simple - Sans contrepartie de la part l auteur dont le renonçant à vocation à hériter - Peut n être que partielle ou porter sur la totalité de la RH Renonciation au profit d une personne désignée Renonciation acceptée par l auteur dont le renonçant à vocation à hériter - A défaut : N engage pas le renonçant

60 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR CONDITIONS DE FORME ACTE AUTHENTIQUE à formalisme renforcé - RAAR dans un acte spécifique 1 notaire choisi par les parties + 1 notaire désigné par le Président de la Chambre des notaires - - Mention précise des conséquences juridiques futures pour chaque renonçant Sanction = NULLITÉ

61 Renonciation anticipée à l action en réduction - RAAR LIMITES HYPOTHÈSES DE RÉVOCATION DE LA RAAR Fait de CELUI DONT LE RENONCANT A VOCATION A HÉRITER - Manquement aux obligations alimentaires Aléa maîtrisable Fait du BÉNÉFICIAIRE - Crime / Délit à l encontre du renonçant Fait du RENONCANT - État de besoin au jour de l ouverture de la succession Incertitude juridique

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL?

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? 1 Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? Quand vous achetez un fonds de commerce de restaurant, choisir la structure juridique de l entreprise qui l exploitera fait partie des

Plus en détail

Aide mémoire. ISF exonération des titres reçus en contrepartie d une souscription au capital de PME (CGI art. 885 I ter-i.1)

Aide mémoire. ISF exonération des titres reçus en contrepartie d une souscription au capital de PME (CGI art. 885 I ter-i.1) Aide mémoire Contenu des attestations à fournir par les sociétés non cotées à leurs associés qui bénéficient d allègements d ISF et/ou qui ont signé un pacte fiscal ISF exonération des titres reçus en

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF 1 1 PACTE DUTREIL TRANSMISSION 1. Le pacte Dutreil permet de transmettre une société en bénéficiant d une exonération de DMTG à concurrence de 75% sur la valeur des parts

Plus en détail

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - MAI 2014 ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Plusieurs régimes d'exonération,

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 04/02/2015 Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 1 Intervenants: Laurence Gumuschian : avocate cabinet Bastille avocats Véronique Nouvel : avocate, cabinet Fidal Jérôme

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 N 2074 DIR-NOT N 51171 # 09 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 Prise en compte de la durée de détention des titres ou droits cédés par les dirigeants de PME européennes partant à

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

Succession L un de vos proches est décédé

Succession L un de vos proches est décédé Succession L un de vos proches est décédé Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE D'INSTRUMENTS FINANCIERS

CONVENTION DE COMPTE D'INSTRUMENTS FINANCIERS CONVENTION DE COMPTE D'INSTRUMENTS FINANCIERS DISPOSITIONS RELATIVES AU PEA / PEA-PME V. 01-2014 SOMMAIRE CONVENTION DE COMPTE D'INSTRUMENTS FINANCIERS DISPOSITIONS RELATIVES AU PEA ET AU PEA-PME...2 I

Plus en détail

PACTE DUTREIL ET DONATION PARTAGE AVEC SOULTE LES OUTILS INCONTOURNABLES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE

PACTE DUTREIL ET DONATION PARTAGE AVEC SOULTE LES OUTILS INCONTOURNABLES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Gisèle ATHIMON Expert et Finance PARIS Grégoire BUNOT Vilaine et associés Saint Herblain Dominique ALINE Expert et Finance RENNES Raphael GUERIN Expert et Finance NANTES Hervé Bertrand ALTONEO ANGERS Expert

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit Aspects internes & internationaux Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Céline VIESSANT Frédéric MEGE 1 Introduction Comme souligné

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-4-08 N 61 du 9 JUIN 2008 PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES PAR DES PARTICULIERS. DONS DE TITRES DE SOCIETES ADMIS AUX

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

Engagement Dutreil - Transmission

Engagement Dutreil - Transmission INGENIERIE DU PATRIMOINE à jour au 1er janvier 2009 Fasc. 2350 Engagement Dutreil - Transmission Patrimoine professionnel 1, 2009 Exonération des transmissions d entreprise par décès ou donation Engagement

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Holding animatrice ou Holding passive?

Holding animatrice ou Holding passive? Holding animatrice ou Holding passive? Février 2014 Henry Royal Royal Formation Formation & Conseil juridique et fiscal du chef d entreprise 1 Tél : 06 12 59 00 16 contact@royalformation.com www.royalformation.com

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME :

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : RIOUX, ANTOINE, PAPONNAUD, DEVINNE Mars 2008 L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : à la réduction d impôt sur la fortune prévue par l article 885-O V Bis du Code Général

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Transmettre son patrimoine forestier

Transmettre son patrimoine forestier Transmettre son patrimoine forestier SOMMAIRE +,#+%-.+/(-. *,#$/$&/+$./,#$0-1$$./-$&/($ +,#2++//$$./,#$&%-(/&++4$,%(&-&(/(-.&&$((51$&+16($.&-$&/($& 3 7 Transmettre son patrimoine forestier Dans notre département,

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Animé par : Benoît BARON, Rédacteur en chef -L AGEFI ACTIFS Patrick MÜLLINGHAUSEN Associé PATRIMJURIS CONSULTANTS Co-responsable

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald Curchod Graphisme

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 28 janvier 2013 ACTUALITES FISCALES LES INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES ET LES RESCRITS Suppression de la taxation à la TVA des cessions d immeubles acquis en VEFA : le

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 91 DU 27 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-27-09 INSTRUCTION DU 16 OCTOBRE 2009 REFORME DU REGIME DE DEDUCTION DES CHARGES DE GROSSES REPARATIONS

Plus en détail

I) La donation résiduelle et graduelle 2. II) La donation simple 3. III) La donation partage 4. IV) L indivision 6. V) L attribution préférentielle 7

I) La donation résiduelle et graduelle 2. II) La donation simple 3. III) La donation partage 4. IV) L indivision 6. V) L attribution préférentielle 7 LA DONATION D ENTREPRISE OU DES TITRES D UNE ENTREPRISE I) La donation résiduelle et graduelle 2 II) La donation simple 3 III) La donation partage 4 IV) L indivision 6 V) L attribution préférentielle 7

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 CCI RENNES BRETAGNE TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 LES INTERVENANTS Me Hervé ORHAN Me Alexandre RUDEAU Arnaud DE KERMADEC Félix JOLIVET

Plus en détail

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Plan Partie 1 : Evolutions législatives récentes 1 Projets de loi de finances rectificatives

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP SPI Proximité 2014» (le «Fonds»)

Plus en détail

La transmission d entreprise dans un cadre familial : quelles stratégies pour quel partage d expérience?

La transmission d entreprise dans un cadre familial : quelles stratégies pour quel partage d expérience? La transmission d entreprise dans un cadre familial : quelles stratégies pour quel partage d expérience? Animé par : Benoît BARON, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Christophe CHAGNEAU Expert-Comptable

Plus en détail

Holding animatrice Club Expert Patrimoine

Holding animatrice Club Expert Patrimoine Club Expert Patrimoine 9 janvier 2014 Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en droit français, Docteur en droit européen, Chargé d enseignement à Paris-Dauphine, Chargé

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle GENERALITES Modalités de souscription : Depuis l année dernière : 2 jeux de déclarations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Avocat au Barreau DIPLOME DE L INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES D.E.S.S. DE FISCALITE DES ENTREPRISES DIPLOME JURISTE CONSEIL D ENTREPRISE LE CHOIX D UN PACTE D ASSOCIES DANS

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Définition Les stock-options offrent à des salariés ou à des dirigeants la possibilité d acquérir à une échéance déterminée des actions de leur société à un

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Intervenants Francis Faverdin Expert-comptable CROEC Champagne Olivier Augeraud Expert-comptable UNECA Hubert Cartel Expert-comptable CROEC Champagne

Plus en détail

Table des matières. L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges :

Table des matières. L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges : Table des matières L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges : perspectives de droit international privé belge Patrick Wautelet 13 I. Les relations patrimoniales entre époux 14 A. Le mariage

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE JUIN 2009 ACTUALITE JURIDIQUE ET FISCALE ASSURANCE-VIE ET MOINS-VALUE : L assurance-vie bénéficie d une fiscalité spécifique et avantageuse. En effet, en cas de plus-value réalisée

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail