DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE"

Transcription

1 Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Le 17 novembre 2011 Château de la Gournerie En partenariat avec la DFCG Bretagne Pays de Loire

2 SOMMAIRE : 1- POLITIQUE FISCALE DE L ENTREPRISE! Gestion des déficits fiscaux! Crédit d impôt recherche! Plus-values sur les titres de participation! Taxe sur les salaires dans les holdings 2- POLITIQUE SOCIALE DE L ENTREPRISE! Crédit d impôt intéressement! Prime de partage des profits! Provision pour investissement 3- POLITIQUE FISCALE DU DIRIGEANT! Souscriptions au capital des PME! Plus-values immobilières! Donations! ISF et biens professionnels

3 POLITIQUE FISCALE DE L ENTREPRISE Gestion des déficits fiscaux Crédit d impôt recherche Plus-values sur les titres de participation Taxe sur les salaires dans les holdings

4 GESTION DES DEFICITS FISCAUX -1/5 - Modifications apportées par la 2 ème LDF rectificative 2011 (loi du 19/9/2011) Report en avant des déficits : Le total des déficits reportés en avant ne peut être imputé sur le bénéfice de l exercice suivant que dans la limite d un montant de 1 M, majoré de 60% du bénéfice fiscal excédant ce seuil. Report en arrière des déficits (Carry-back) : Le bénéfice d imputation est limité au bénéfice de l exercice précédent (au lieu de 3 exercices précédemment). Le déficit reporté en arrière ne peut excéder 1 M. L option doit être effectuée dans les mêmes délais que la déclaration de résultat de l exercice au cours duquel le déficit reporté est constaté (pas de délai précédemment) Date d application : Exercices clos à compter du 21/9/2011

5 GESTION DES DEFICITS FISCAUX - 2/5 - Exemple n 1 Report en avant Déficits antérieurs reportables Résultat 2011 Imputation des déficits antérieurs Base imposable 2011 Déficit à reporter sur 2012 et suiv (1) (2) (1) (( ) x 60%) = (2) Déficit maximum imputable (( ) x 60%) =

6 GESTION DES DEFICITS FISCAUX - 3/5 - Impôt minimum résultant de la mesure de plafonnement du report en avant des déficits (taux de 33 1/3 %) Bénéfice de l exercice Plafond d imputation des déficits en report Bénéfice taxable Impôt du

7 Exemple n 2 Report en arrière GESTION DES DEFICITS FISCAUX - 4/5 - Eléments Règles anciennes Règles nouvelles Bénéfice Bénéfice Bénéfice Déficit Déficit 2011 reporté en arrière Créance de «Carryback» (taux 33 1/3 %) Déficit 2011 reporté en avant

8 GESTION DES DEFICITS FISCAUX - 5/5 - Points de vigilance! Le stock de déficits reportables existant pour les exercices clos à compter du 21/9/2011 serait concerné par les nouvelles mesures.! Les entreprises ayant constaté un déficit au cours d un exercice clos antérieurement au 21/9/2011 devraient encore pouvoir le reporter en arrière selon les règles anciennes (imputation possible sur les bénéfices des 3 exercices précédents délai d option non limité)! Pas de mesure spécifique en cas de cessation d activité (perte des déficits non imputés)! Dans le cadre du régime de l intégration fiscale, la limitation du report en avant des déficits s applique à la fois pour les déficits propres des filiales (avant leur entrée dans le groupe, et restant à reporter) et pour le déficit d ensemble du groupe! Pas modification des modalités d imputation des plus ou moins value à long terme (la mesure de limitation ne concerne que les résultats au taux de droit commun)

9 CREDIT D IMPOT RECHERCHE - 1/3 - Rappel des modifications apportées par la LDF 2011 et applicables aux dépenses engagées à compter du 1/1/2011! Les dépenses de fonctionnement sont fixées à 50% des dépenses de personnel (au lieu de 75% jusqu en 2010) + 75% des dotations aux amortissements des immobilisations affectées à la recherche! Les dépenses de recherche sous-traitées à des organismes de recherche privés ou des experts agréés sont limitées à 3 fois le montant total des autres dépenses de recherche ouvrant droit au crédit! Les rémunérations versées à des tiers pour des conseils rendus en vue de l octroi du crédit d impôt recherche sont déduites de la base du CIR : - En totalité si elles sont proportionnelles au crédit obtenu, - Pour la différence entre la rémunération et la plus élevée des 2 sommes suivantes lorsqu elles sont forfaitaires : o , ou o 5% des dépenses éligibles, nettes de subventions publiques reçues

10 CREDIT D IMPOT RECHERCHE - 2/3 -! Les taux majorés réservés aux deux premières années d application du CIR sont réduits à 40% la première année (50% précédemment) et 35% la deuxième année (40% précédemment)! Les conditions pour bénéficier de ces taux majorés sont renforcées : -L entreprise ne doit pas avoir bénéficié du CIR au cours des 5 années précédentes, et ne doit avoir aucun lien de dépendance avec une entreprise en ayant bénéficié lors de cette même période - De plus, aucun associé détenant au moins 25% du capital, ne doit détenir ou avoir détenu au moins 25% du capital d une entreprise n ayant plus d activité effective, et ayant bénéficié du CIR au cours des 5 années précédentes

11 CREDIT D IMPOT RECHERCHE - 3/3 - Perspective d une définition plus précise des opérations de R&D dont les dépenses sont éligibles au CIR (Projet d instruction du 19 juillet 2011) CHAPITRE 1 : DEFINITION DES ACTIVITES DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT Section 1 : Domaine de la R&D Section 2 : Illustration des différents types d activités de R&D dans divers domaines scientifiques et secteurs économiques CHAPITRE 2 : LES ACTIVITES DE R&D ET LES ACTIVITES CONNEXES Section 1 : Distinction entre activités de R&D et innovation Section 2 : Les frontières du développement expérimental Section 3 : Types d opérations ne relevant pas de la R&D

12 PLUS-VALUES SUR TITRES DE PARTICIPATION - 1/2 - Modifications apportées par la 2 ème LDF rectificative 2011 (loi du 19/9/2011) Rappel : Les plus-values de cession de titres de participation détenues depuis plus de 2 ans sont exonérées, sauf pour une quote-part de frais et charges Mesure : La quote-part de frais et charges imposable est fixée à 10% des plus-values nettes (au lieu de 5% précédemment) le taux effectif d impôt est ainsi de 3,33% Date d application : Cessions intervenues à compter des exercices ouverts au 1/1/2011

13 Points de vigilance! Titres concernés, définition des titres de participation au sens fiscal : o Titres de participation selon la définition comptable : titres dont la possession durable est estimée utile à l activité de l entreprise, notamment parce qu elle permet d exercer une influence sur la société émettrice ou d en assurer le contrôle o Titres acquis dans le cadre d une OPE ou OPA PLUS-VALUES SUR TITRES DE PARTICIPATION - 2/2 - o Titres ouvrant droit au régime des «sociétés mères» (détention d au moins 5% du capital)! Les moins-values nettes sur titres de participation détenus depuis plus de 2 ans ne sont pas déductibles, et son définitivement perdues! Le régime ne concerne pas les plus-values sur titres de sociétés à prépondérance immobilière! Depuis les exercices clos au 31/12/2010, les plus ou moins-values résultant de la cession des titres de participation détenus depuis moins de 2 ans, entre entreprises liées, sont placées en report d imposition (y compris pour les titres de sociétés à prépondérance immobilière)

14 TAXE SUR LES SALAIRES DANS LES HOLDINGS - 1/4 - Principe q Les holdings «actifs» sont, en principe, assujettis à la taxe sur les salaires dès lors que la quote-part des recettes non assujetties à TVA (dividendes notamment), par rapport aux recettes totales (dividendes et prestations), excède 10% (rapport général d assujettissement). q En présence de deux secteurs d activité distincts, l assiette de la taxe est constituée de 100% des rémunérations des salariés affectés exclusivement au secteur financier, ainsi que des rémunérations du personnel commun aux deux secteurs à raison du rapport général d assujettissement. q Afin de s exonérer de cette taxe (ou d en limiter le montant), les holdings ont cherché à minimiser voire à exclure les rémunérations affectées au secteur financier et en particulier celles relatives aux dirigeants.

15 TAXE SUR LES SALAIRES DANS LES HOLDINGS - 2/4 - Dans quatre arrêts du 8 juin 2011, le Conseil d Etat a jugé que les rémunérations des mandataires sociaux doivent être soumises à la taxe sur les salaires, à raison du rapport général d assujettissement dès lors qu en vertu des pouvoirs qui leurs sont conférés, ils sont présumés travailler pour l ensemble des secteurs. En présence de plusieurs mandataires sociaux, certains mandataires «pourraient» être exclus si la holding peut prouver que ces derniers n exercent aucune responsabilité au sein du secteur financier.

16 Enjeu TAXE SUR LES SALAIRES DANS LES HOLDINGS - 3/4 - q Soit une société holding qui présente les caractéristiques suivantes : Prestations de services aux filiales 300 K Dividendes reçus Rapport d assujettissement Rémunération du PDG Rémunération du DG Taxe sur les salaires dûe 300 K 50% 100 K 80 K Taux de 4,25% (7604 x 2) x 50% x 4,25% = 323 Taux de 8,50% (7581 x 2) x 50% x 8,50% = 644 Taux de 13,60% ( ) x 50% x 13,60% =

17 TAXE SUR LES SALAIRES DANS LES HOLDINGS - 4/4 - Points de vigilance! En présence d un seul dirigeant, ayant un statut salarié, il ne semble plus possible d échapper à la taxe sur les salaires.! En présence de plusieurs dirigeants, le holding pourra «tenter» d exonérer certains d entre eux en organisant la preuve qu ils exercent des fonctions cloisonnées au seul secteur soumis à TVA.

18 POLITIQUE SOCIALE DE L ENTREPRISE Crédit d impôt intéressement Prime de partage des profits Provision pour investissement

19 CREDIT D IMPOT INTERESSEMENT - 1/7 - Rappel des bénéficiaires! Les entreprises qui concluent un nouvel accord d intéressement entre le 4/12/2008 et le 31/12/2014 Ou! Les entreprises qui, durant cette même période, concluent un avenant à un accord d intéressement déjà existant, qui modifie la formule de calcul des primes Plusieurs textes récents! Loi de finances 2011 (29/12/2010)! Projet d instruction du 18/3/2011! 1 ère loi de finances rectificative 2011 (15/7/2011)

20 CREDIT D IMPOT INTERESSEMENT - 2/7 - Situation actuelle des entreprises de 250 salariés et plus Primes dues au titre des exercices ouverts avant le 1/1/2011 : q CI = 20% x (Prime due au titre de l exercice Moyenne des primes dues au titre de l accord précédent) q Si pas d accord d intéressement au cours des 4 exercices précédents : CI = 20% x Prime du au titre de l exercice (Calcul applicable pour toutes les années) Primes dues au titre des exercices ouverts à compter du 1/1/2011 : q Suppression du crédit d impôt

21 CREDIT D IMPOT INTERESSEMENT - 3/7 - Situation actuelle des entreprises de 50 à 249 salariés (Prorogation du dispositif jusqu au terme de l accord en cours au 1/1/2011) Primes dues au titre d accords en cours au 1/1/2011 : q CI = 20% x (Prime due au titre de l exercice Moyenne des primes dues au titre de l accord précédent) q Si pas d accord d intéressement au cours des 4 exercices précédents : CI = 20% x Prime du au titre de l exercice (Calcul applicable pour toutes les années) Primes dues au titre d accords conclus ou renouvelés à compter du 1/1/2011 : q Suppression du crédit d impôt

22 Situation actuelle des entreprises de moins de 50 salariés Primes dues au titre d accords en cours 1/1/2011 : CREDIT D IMPOT INTERESSEMENT - 4/7 - q CI = 20% x (Prime due au titre de l exercice Moyenne des primes dues au titre de l accord précédent) q Si pas d accord d intéressement au cours des 4 exercices précédents : CI = 20% x Prime du au titre de l exercice (Calcul applicable pour toutes les années) Primes dues au titre d accords conclus ou renouvelés à compter du 1/1/2011 : q CI = 30% x (Prime due au titre de l exercice Moyenne des primes dues au titre de l accord précédent ou Prime due au titre de l exercice précédent si ce montant est plus élevé) q Si premier accord d intéressement conclu dans l entreprise : CI de la première année = 30% x Prime due au titre de l exercice CI des années suivantes (cas général) = 30% x (Prime du au titre de l exercice Prime au titre de l exercice précédent)

23 CREDIT D IMPOT INTERESSEMENT - 5/7 - Exemple n 1 Une entreprise de moins de 50 salariés a conclu en 2010 un premier accord d intéressement, applicable aux exercices 2010, 2011 et Exercices Intéressement Crédit d impôt ( x 20%) ( x 20%) ( x 20%) Total du crédit d impôt sur les 3 exercices :

24 CREDIT D IMPOT INTERESSEMENT - 6/7 - Exemple n 2 Une entreprise de moins de 50 salariés a conclu en 2011 un premier accord d intéressement, applicable aux exercices 2011, 2012 et Exercices Intéressement Crédit d impôt ( x 30%) (( ) x 30%) (( ) x 30%) Total du crédit d impôt sur les 3 exercices :

25 CREDIT D IMPOT INTERESSEMENT - 7/7 - Points de vigilance! Pour les sociétés membres d un groupe fiscal, le nombre de salariés est calculé en faisant la somme des salariés de chacune des sociétés membres du groupe.! Pour les crédits d impôt acquis au titre des primes versées à compter du 1/1/2011, le crédit d impôt intéressement entre dans la base des aides plafonnées selon les règles «de minimis» ( maximum sur une période glissante de 3 exercices fiscaux).! Précision attendue de l administration pour les entreprises de moins de 50 salariés, et pour les accords en cours au 1/1/2011 : peuvent-elles appliquer les nouvelles règles si elles sont plus favorables?

26 PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - 1/6 - Textes Loi de financement rectificative de la sécurité sociale 2011 (28/7/2011) Circulaire interministérielle du 29/7/2011 Caractéristiques des entreprises assujetties Forme sociale : sociétés commerciales (SA, SAS, SARL, SNC, SCA, SCA, SE) Effectif : au moins 50 salariés (décompte selon les critères retenus pour la participation)

27 PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - 2/6 - Condition relative à l augmentation des dividendes Début d application : dividendes décidés à partir du 1/1/2011 La prime est applicable en N si : q Dividende versé en N, par action ou part sociale (au titre de N-1) est supérieur à q Moyenne du dividende versé en N-1 et N-2, par action ou part sociale (au titre de N-2 et N-3) Particularité concernant les sociétés faisant partie d un groupe : la condition relative aux dividendes s apprécie au niveau de l entreprise dominante. (Notion de groupe au sens des règles relatives à l institution des comités de groupe, prévues à l article L du code du travail qui renvoient elles mêmes aux règles de contrôle prévues aux articles L , L et L du code de commerce).

28 PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - 3/6 - Montant et versement Négociation obligatoire, avec accord au plus tard 3 mois après la décision de distribution des dividendes (délai spécifique au 31/10/2011 pour les dividendes décidés avant le 28/7/2011). En cas d échec des négociations, l employeur prend une décision unilatérale. Le montant de la prime ne doit pas être «symbolique». Après accord ou décision unilatérale, la loi ne prévoit pas de délai pour le versement effectif de la prime aux salariés (incitation au versement annuel du fait de l existence d un plafond annuel d exonération sociale).

29 PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - 4/6 - Traitement social et fiscal La prime est exonérée de charges sociales (sauf CSG, CRDS et forfait social) dans la limite de par salarié et par an. La prime est imposable selon les règles de droit commun, même en cas d affectation sur un plan d épargne salariale.

30 PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - 5/6 - Points de vigilance! Les entreprises de moins de 50 salariés, respectant la condition de forme et la condition relative à l augmentation des dividendes, peuvent mettre en place volontairement une prime, qui bénéficiera de l exonération sociale.! Les dividendes à prendre en considération sont ceux décidés lors de l assemblée générale approuvant les comptes, ainsi que les acomptes sur dividendes.! Si une entreprise française est filiale d une société étrangère, la condition relative à l augmentation des dividendes s apprécie au niveau de l entreprise française.! L accord négocié peut être conclu pour une durée indéterminée (ce qui évite une négociation annuelle).

31 PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - 6/6 - Points de vigilance! Le montant de la prime peut être forfaitaire ou résulter d un calcul.! La prime peut être répartie de façon égalitaire entre les salariés, et/ou proportionnelle aux rémunérations, et/ou proportionnelle à la durée de présence.! La prime est une charge déductible du résultat de l entreprise versante dans les conditions de droit commun.

32 Cas de constitution d une PPI PROVISION POUR INVESTISSEMENT - 1/3 - q Les entreprises, quelle que soit leur taille, ayant conclu un accord de participation avec une formule plus avantageuse que la formule légale : PPI (1) = 50% x (Participation Participation selon formule légale) (1) La PPI est divisée par 2 pour les accords conclus avant le 20/2/01 et prévoyant un délai d indisponibilité de 3 ans au lieu de 5 q Les entreprises de moins de 50 salariés ayant conclu volontairement un accord de participation : PPI (1) = (25% (2) x Participation selon formule légale) + 50% x (Participation Participation selon formule légale) (2) Taux porté à 50% pour les accords conclus avant le 20/2/03 ou entre le 31/12/06 et le 31/12/09

33 PROVISION POUR INVESTISSEMENT - 2/3 - q Les entreprises versant un abondement sur un plan d épargne pour la retraite collectif (PERCO) : PPI = 25% x Abondement q Les entreprises de moins de 100 salariés ayant conclu un accord d intéressement avant le 20/2/2003 et mis en place un PEE ou un PERCO, et qui abondent sur l intéressement versé par les salariés sur le PEE ou le PERCO : PPI = 50% x Abondement

34 PROVISION POUR INVESTISSEMENT - 3/3 - Points de vigilance! La participation prise en compte pour le calcul de la PPI de l exercice N est celle calculée d après le résultat de l exercice N-1, et affectée à la réserve spéciale en N.! La PPI doit, dans les deux ans suivant la fin de l'exercice à la clôture duquel elle a été constituée, être utilisée à l'acquisition ou à la création d'immobilisations. A défaut d'emploi dans le délai prévu, elle est rapportée au bénéfice imposable de l'exercice en cours à la date d'expiration de ce délai.! L'emploi de la provision peut être réalisé en immobilisations de toute nature, amortissables (bâtiments, matériels, outillages...) et non amortissables (terrains, fonds de commerce, droits au bail, titres de participation, à l'exclusion des titres de placement...).

35 POLITIQUE FISCALE DU DIRIGEANT Souscriptions au capital des PME Plus-values immobilières Donations ISF et biens professionnels

36 RÉDUCTION D IMPÔT POUR SOUSCRIPTION AU CAPITAL DES PME 1/3 - Les conditions pour bénéficier d une réduction d impôt (IR ou ISF) ont été durcies pour les souscriptions réalisées à compter du 13 octobre 2010 : q Exclusion des activités financières ou immobilières (promoteurs, marchands de biens ) q Obligation pour les sociétés holding animatrices d être constituées et de contrôler au moins une filiale depuis au moins douze mois (perte de l avantage pour les montages LBO) q Obligation pour la société de compter au moins deux salariés (ou un seul si elle relève de la Chambres des Métiers) à la clôture de l exercice suivant la souscription (application aux souscriptions effectuées à compter du 01/01/2011) q Engagement de ne pas céder les titres pendant cinq ans ou que la société ne rembourse pas les apports pendant dix ans.

37 RÉDUCTION D IMPÔT POUR SOUSCRIPTION AU CAPITAL DES PME - 2/3 - Rappel des réductions d impôts IR : 22% de la souscription, dans une limite annuelle de 20K pour un célibataire ou 40K pour un couple (plafond annuel porté à 50K et 100K pour les sociétés créées depuis moins de 5 ans en phase d amorçage) ISF : 50% de la souscription avec une limite annuelle de souscription de 90K.

38 RÉDUCTION D IMPÔT POUR SOUSCRIPTION AU CAPITAL DES PME - 3/3 - Points de vigilance! La société doit répondre à la définition communautaire de PME (effectif < 250 ; CA < 50M ou total bilan < 43M ).! La société doit respecter les règles d encadrement communautaires des aides d Etat, dont règle de minimis = total des avantages d impôt plafonné à 200 K sur 3 exercices fiscaux glissants.

39 PLUS-VALUES IMMOBILIÈRES DES PARTICULIERS - 1/3 - Suppression de l exonération à l issue de 15 ans de détention Cessions intervenues avant le 1 er février 2012 : q Abattement annuel de 10% au-delà de la 5 ème année Cessions intervenues à compter du 1 er février 2012 : q L abattement annuel au-delà de la 5 ème année est rendu progressif o 2% de la 6 ème à la 17 ème année o 4% de la 18 ème à la 24 ème année o 8% de la 25 ème à la 30 ème année L exonération totale de la plus-value sera donc acquise au bout de 30 ans désormais.

40 PLUS-VALUES IMMOBILIÈRES DES PARTICULIERS - 2/3 - Points de repère du nouveau barème : Durée de détention Taux d abattement 15 ans 20% 21 ans 40% 25 ans 60% 30 ans 100%

41 PLUS-VALUES IMMOBILIÈRES DES PARTICULIERS - 3/3 - Points de vigilance! Nouveau barème appliqué de façon anticipée au plus-values réalisées depuis le 25 août 2011 en cas d apport de biens immobiliers en société.! Nouvelle donne à prendre en compte pour le choix du statut fiscal des SCI professionnelles (IR, ISF ou démembrement temporaire).! La résidence principale reste exonérée.

42 DONATIONS - 1/1 - q Hausse du tarif des droits de donation et succession en ligne directe et entre époux pour les deux dernières tranches : o Part comprise entre 903K et 1 806K 40% (au lieu de 35%) o Part comprise au-delà de 1 806K 45% (au lieu de 40%) q Allongement du délai de rapport fiscal des donations de 6 à 10 ans (avec mécanisme de lissage pour les donations conclues depuis plus de 6 ans et moins de 10 ans) q Suppression des réductions de droits en fonction de l âge du donateur à l exception de la réduction de 50% pour les donations d entreprises consenties en pleine propriété par un donateur âgé de moins de 70 ans dans le cadre d un pacte Dutreil.

43 ISF ET BIENS PROFESSIONNELS - 1/1 - Les titres détenus dans plusieurs sociétés pourront désormais être exonérés en qualité de biens professionnels quand bien même les sociétés n ont pas des activités similaires, connexes ou complémentaires. Conditions requises : q Détention de 25% des droits de vote de chaque société q Exercice d une fonction de direction effective q Rémunération normale dans chaque société et total des rémunérations représentant plus de 50% des revenus professionnels (en présence d activité similaires, connexes ou complémentaires, le caractère normal des rémunérations est apprécié au niveau global de l ensemble des sociétés concernées et non pas au niveau individuel).

44 BAKER TILLY France 76, avenue des Champs Elysées PARIS Tél Des associés référents Sur des techniques spécifiques LBA Baker Tilly 2 rue de l Hôtellerie CARQUEFOU cdx Tél Contacts : Gilles BLANCHARD Philippe HUPÉ Isabelle BILLARD

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Deuxième loi de finances rectificative pour 2012 N 2012-958 du 16/08/2012 (JO 17/08/2012)

Deuxième loi de finances rectificative pour 2012 N 2012-958 du 16/08/2012 (JO 17/08/2012) Deuxième loi de finances rectificative pour 2012 N 2012-958 du 16/08/2012 (JO 17/08/2012) Déclarée Déclarée conforme conforme àla la Constitution Constitution (décision (décision n 2012-654 n 2012-654

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE

OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE Mise à jour mars 2012 Contexte : généralités Pourquoi l épargne salariale? Historique des mesures incitatives : 1959, 1967, 2001,

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES 02/08/2012 Le droit fiscal réserve aux sociétés réunies au sein d un même groupe un régime optionnel et particulier d imposition. Ce régime permet à une société, la

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES 10/01/2014 Afin de favoriser la transmission d entreprise, la relance de l économie, différents dispositifs ont pour objet de limiter l imposition des plus-values

Plus en détail

P2C10 La participation, l'inte ressement et l'e pargne salariale

P2C10 La participation, l'inte ressement et l'e pargne salariale P2C10 La participation, l'inte ressement et l'e pargne salariale Dispositifs permettant d accorder des revenus supplémentaires aux salariés et de bénéficier d avantages sociaux et fiscaux. Permet aussi

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013 Flash fiscal Impôts 2014 sur revenus 2013 France Angels Mars 2014 Déclaration impôts sur le revenu (impôts payé en 2014 sur revenus 2013) Dates de limite d envoi de la déclaration : Le 20 mai si vous l

Plus en détail

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE octobre 2013 LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE Les entreprises éligibles à ce crédit sont celles qui sont imposées selon un régime de bénéfice réel et qui exercent une activité industrielle, commerciale ou agricole.

Plus en détail

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Quels sont les impôts que je devrai payer lors de la cession de mon entreprise? Exclusivement une taxe

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Epargne salariale. L épargne salariale après. l essentiel à retenir

Epargne salariale. L épargne salariale après. l essentiel à retenir Epargne Epargne salariale L épargne salariale après la Loi MACRON : l essentiel à retenir 2 Introduction Ce document a pour objet de vous présenter les principales mesures de la Loi n 2015-990 du 6 août

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Outils d optimisation et d incitations fiscales. Des dispositifs intéressant à connaître

Outils d optimisation et d incitations fiscales. Des dispositifs intéressant à connaître 18 novembre 2013 Outils d optimisation et d incitations fiscales Des dispositifs intéressant à connaître Préambule La France est souvent connue pour sa complexité en matière de fiscalité. Il apparait aussi

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime

les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime Actualité Juridique Épargne Salariale les apports De la circulaire DU 29 JUilleT 2011 sur la prime De partage Des profits la circulaire administrative du 29 juillet 2011 (nor : etst1121460c) commente,

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 49 DU 3 JUIN 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 F-11-11 INSTRUCTION DU 25 MAI 2011 CONTRIBUTION SALARIALE SUR LES GAINS DE LEVEE D OPTIONS SUR TITRES ET D ACQUISITION

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ AVENANT N O 1 DU 28 MARS 2007 RELATIF À

Plus en détail

www.ducellier-avocats.fr Loi de finances 2009 et les récentes r dispositions fiscales

www.ducellier-avocats.fr Loi de finances 2009 et les récentes r dispositions fiscales Loi de finances 2009 et les récentes r dispositions fiscales Fiscalité des entreprises Fiscalité du patrimoine Procédures fiscales : le rescrit valeur 2 FISCALITE DES ENTREPRISES 3 Relance de l économie

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Définition Les stock-options offrent à des salariés ou à des dirigeants la possibilité d acquérir à une échéance déterminée des actions de leur société à un

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Fiscalité forestière. (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6

Fiscalité forestière. (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6 Fiscalité forestière (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6 Rappel de la fiscalité forestière Présentation simplifiée ACQUISITION ET SOUSCRIPTION Forêt en direct Parts

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Ø Pacte national pour la

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Droit fiscal. Chapitre 6 - Les règles applicables aux entreprises partiellement soumises à la TVA... 43

Droit fiscal. Chapitre 6 - Les règles applicables aux entreprises partiellement soumises à la TVA... 43 Sommaire Droit fiscal Chapitre 1 - Introduction générale au droit fiscal... 7 PARTIE 1 - La taxe sur la valeur ajoutée Chapitre 2 - Le champ d application de la TVA... 15 Chapitre 3 - La territorialité

Plus en détail

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ACTUALITE PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 I. Quelle imposition pour les plus-values de cession de valeurs mobilières des particuliers

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

ENTREPRISES INNOVANTES

ENTREPRISES INNOVANTES ENTREPRISES INNOVANTES Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Optimiser votre situation financière et la présentation de vos comptes annuels Missions sociales

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous rapprocher de votre cabinet comptable. 1 éléments

Plus en détail

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL 1. Quelles sont les composantes et la valeur des coefficients de déduction applicables : -

Plus en détail

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société } Cotisations de prévoyance complémentaire } Allégements et crédits d impôts } Crédit d Impôt Recherche } Crédit d Impôt Innovation } Jeunes Entreprises Innovantes } Crédit d Impôt Compétitivité Emploi

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/12/50 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine Rencontre des groupements français et suisse Paris, les 29 & 30 mai 2015 Maison de l Amérique Latine Session 3 Fiscalité des salariés Plans d intéressement Per Prod hom Georges Morisson-Couderc 30 mai

Plus en détail

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 Timing de la réunion 1. Tour de table 2. Présentation 3. Questions 4. Une clôture conviviale 2 Sommaire 1. Quels avantages

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Fabrice Patrizio Avocat Associé Tel : 01 40 67 17 00 Fax : 01 40 67 28 80 f.patrizio@rambaud-martel.com

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits (Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 art 1 er I à XI, XIII à XIV,

Plus en détail

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011

Les évolutions fiscales de l assurance-vie. Forum de l'investissement - 15 octobre 2011 Les évolutions fiscales de l assurance-vie Suppression de l avantage fiscal sur les versements Fiscalité en cours de vie du contrat Fiscalité en cas de décès Les contrats des non-résidents Sommaire Suppression

Plus en détail

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5 Eres a créé cette fiche pour vous aider à mettre en place dans les meilleures conditions un accord d intéressement au sein d une entreprise. En effet, l accord d intéressement nécessite un certain formalisme,

Plus en détail

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble»

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» IMPôTS LE REGIME PARTICULIER DES ASSISTANTS FAMILIAUX Siège Social sans permanence: 20

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement

La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement Petit déjeuner débat 11 avril 2013 1 Dominique DENIEL Expert comptable Commissaire aux comptes Ouest Conseils Quimper Pascale DEMONTFAUCON

Plus en détail

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse I FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES Barème de l impôt sur les revenus de 2006 (impôt

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Synthèse Le principe du compte épargne temps (CET) : permettre au salarié d accumuler des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d une rémunération, immédiate ou différée,

Plus en détail

ELECTRICITE DE STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION

ELECTRICITE DE STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION ELECTRICITE DE STRASBOURG Société Anonyme au capital de 71 090 040 Siège social : 26, Boulevard du Président Wilson 67000 STRASBOURG 558 501 912 R.C.S STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-118

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-118 PARIS, le 11/08/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-118 OBJET : «Questions-réponses» relatif à la rémunération du droit à l image collective

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Les modalités pratiques

Les modalités pratiques Les modalités pratiques Avertissement Conformément à l article 211-4 du règlement général de l AMF (Autorité des Marchés Financiers), nous vous informons que cette opération s effectue hors du champ de

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble»

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» IMPôTS LE REGIME PARTICULIER DES ASSISTANTS MATERNELS Siège Social sans permanence: 20

Plus en détail

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Comité technique du 23 avril 2015 Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Références : décret no 2010-619 du 7 juin 2010

Plus en détail

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance. Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.com I. Impôts, crédits d impôt et taxes II. Immobilier

Plus en détail

Loi Macron* Epargne salariale : ce qui change

Loi Macron* Epargne salariale : ce qui change Mardi 17 novembre 2015 Loi Macron* Epargne salariale : ce qui change *Articles 146 à 166 et 171 de la loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques Présentée

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE

CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE N 2069 A N 11081 11 (Art. 244 quater B du CGI) Dépenses engagées au titre de 2008 CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE Exercice ouvert le Clos le Cachet du Service Nom et prénoms ou dénomination et

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER Les particuliers qui ont recours à des services visés à l article L.129-1 du Code du travail, fournis par une association ou une entreprise, ou

Plus en détail

- 37 - TABLEAU COMPARATIF

- 37 - TABLEAU COMPARATIF - 37 - TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION D UNE PRIME POUR L EMPLOI Sans modification. PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION D UN CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L ACTIVITE Article

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes Paramètres 2015 Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés Audiens Retraite Arrco Audiens Retraite Agirc Audiens prévoyance Congés Spectacles Sommaire... Les plafonds des

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail