LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE"

Transcription

1 Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN :

2 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants dont l unique titulaire est le défunt sont automatiquement bloqués dès la survenance de son décès, ou plutôt dès la connaissance par la banque de sa survenance. La banque est toutefois tenue de régler les chèques émis antérieurement au décès mais présentés postérieurement. Les héritiers pourront tout de même prélever sur le compte les sommes nécessaires au paiement des obsèques. La procuration n évite pas ce type de conséquences car elle tombe automatiquement au décès du titulaire du compte. La procuration post mortem n est pas possible. En revanche, les époux ou les personnes vivant en concubinage peuvent ouvrir un compte joint dans le but d éviter cette situation de blocage. Cette solution peut aussi être étendue à toute personne parente ou non parente souhaitant qu au décès du premier un compte continue à fonctionner sous la seule signature du survivant. En effet, le décès de l un des titulaires d un compte joint n entraîne pas le blocage de ce compte qui continue à fonctionner sous la seule signature du survivant. Les héritiers peuvent toutefois demander le blocage des comptes auprès de la banque. Groupe Eyrolles 5

3 Le guide de la transmission de patrimoine Même si le cotitulaire survivant peut faire fonctionner seul le compte, il ne devient pas pour autant propriétaire exclusif du solde du compte ; il est seulement réputé propriétaire de la moitié des fonds déposés sur ces comptes, la seconde moitié appartenant au défunt, donc à la succession 1. Les autres comptes et livrets Des conséquences analogues sont prévues non seulement pour les livrets ordinaires (appelés aussi comptes sur livret ou livrets B) mais aussi pour la plupart des comptes ou livrets prévoyant une exonération d impôt sur les intérêts : Livrets A et bleu ; Comptes pour le développement de l industrie (CODEVI) ; Comptes épargne logement (CEL). L exonération d impôt et pour les deux premiers l exonération de contributions sociales n est pas remise en cause par le décès. De son côté le Livret d épargne populaire (LEP) n est pas bloqué suite au décès de son titulaire, mais clôturé. Les plans d épargne Pour les placements bancaires souscrits sous forme de plans, la conséquence n est pas le blocage mais la clôture pure et simple : Plan d épargne populaire (PEP) ; Plan d épargne en actions (PEA) ; Plan d épargne logement (PEL). Il est intéressant de signaler que le décès de son titulaire est l une des causes de clôture du PEA et du PEP bancaire 2, mais à la différence de 1. La banque peut s opposer au titulaire qui souhaiterait retirer la totalité des fonds. 2. Nous faisons la distinction entre, d une part, le PEP bancaire souscrit auprès des établissements bancaires et, d autre part, le PEP assurance commercialisé par les sociétés d assurance et dont la fiscalité appliquée lors du décès de son titulaire est celle appliquée à tout contrat d assurance-vie. 6 Groupe Eyrolles

4 Les relations bancaires : comptes, coffre, emprunts la plupart des autres causes (non-respect de conditions de fonctionnement), le décès n entraîne pas l imposition des gains réalisés sur ces plans depuis leur souscription, quel que soit le délai écoulé entre la date d ouverture et le décès 1. En matière de contributions sociales il en est autrement : Si le décès du titulaire d un PEA intervient après la fin de la cinquième année, les contributions sociales sont dues au taux de 11 % sur la différence entre la valeur du PEA au jour du décès et le total des versements réalisés depuis l ouverture ; En revanche, si le décès intervient avant la fin de la cinquième année, la clôture du PEA est aussi assortie d une exonération de contributions sociales ; La solution est toute différente lors du décès du titulaire du PEP bancaire, les intérêts capitalisés ayant subi chaque année les contributions sociales. Celles-ci ne trouvent donc pas à s appliquer au moment du décès. Dans le cas du Plan d épargne logement, celui-ci est normalement résilié au décès de son titulaire, mais l un des héritiers peut le reprendre à son nom à condition de s engager à l alimenter dans les mêmes conditions que son titulaire d origine. Les valeurs mobilières Qu il s agisse d actions, d obligations, de titres participatifs, d actions de SICAV, de parts de FCP (fonds commun de placement), de bons de souscriptions, toutes les valeurs mobilières entrent dans la succession du défunt et sont réputées devenir la propriété des héritiers dès le moment du décès. Ces valeurs subiront les droits de succession comme tous les autres biens appartenant au défunt. Pour la question de leur évaluation, se reporter p. 77. Aussi, tous les dividendes et coupons versés par ces valeurs à compter de la date du décès profitent directement aux héritiers sans 1. Les gains réalisés sur un PEA sont exonérés d impôt à compter de la fin de sa cinquième année d existence. Groupe Eyrolles 7

5 Le guide de la transmission de patrimoine entrer dans la succession. De même les droits de vote aux assemblées générales attachés aux actions sont transmis aux héritiers dès le jour du décès. Les plus-values potentielles calculées entre la date d acquisition des valeurs mobilières et la date du décès sont exonérées de toute imposition (impôt et contributions sociales). Les héritiers, lorsqu ils céderont ces valeurs mobilières, calculeront la plus-value par différence entre le prix de vente et le prix déclaré dans la succession, c est-à-dire le prix au jour du décès. Le décès a donc pour effet de gommer les plus-values passées. Des actions avaient été acquises par le défunt en 1993 au prix unitaire de 300 francs (45,73 euros). Au jour de son décès, en 2003, ces titres avaient une valeur de 75 euros. Les héritiers viennent de les vendre au prix de 100 euros. En 2003 les droits de succession ont été calculés sur une valeur de 75 euros, la plus-value imposable au nom des héritiers lors de la revente des titres sera de 25 euros (100 75). La plus-value antérieure au décès (75 45,73) est exonérée d impôt. Les contrats d assurance-vie et d assurance décès Concernant les contrats d assurance-vie ou d assurance décès du défunt, il convient de se reporter au chapitre consacré à ce sujet, p Rappelons simplement ici que le décès de l assuré d un contrat d assurance-vie ou d un contrat d assurance décès entraîne le paiement du capital garanti au profit du ou des bénéficiaires désignés au contrat. Les capitaux ainsi transmis ne font pas partie de la succession du défunt. Toutefois, au plan fiscal cela ne signifie pas pour autant que cette transmission soit exonérée de droits de succession. D autre part, lorsqu il s agit d un contrat d assurance-vie, jusqu au décès du titulaire les capitaux qu il avait investis génèrent des gains qui sont exonérés d impôt tant qu aucun retrait n est effectué. Le 8 Groupe Eyrolles

6 Les relations bancaires : comptes, coffre, emprunts décès entraîne la clôture du contrat et le transfert des capitaux aux bénéficiaires, mais les gains ne sont pas pour autant soumis à imposition (impôt sur le revenu ou prélèvement libératoire). Le souscripteur assuré d un contrat d assurance-vie qui a versé euros de primes avant 70 ans 1 sur son contrat décède sans jamais avoir opéré de retraits. Au jour du décès, la valeur de rachat du contrat s élève à euros ; cette somme sera versée aux bénéficiaires désignés par l assuré sans subir de droits de succession. Les gains capitalisés sur le contrat, soit euros, échappent aussi à tout impôt sur le revenu (ou prélèvement libératoire). Les contrats de capitalisation Les bons ou contrats de capitalisation se rapprochent sur de nombreux points des contrats d assurance-vie, mais s en éloignent notamment : Sur leur mode de souscription qui peut être nominatif ou anonyme pour le contrat de capitalisation, alors que le souscripteur d un contrat d assurance doit obligatoirement déclarer son identité ; Sur le sort de l épargne au moment du décès de son titulaire. Alors que le capital est versé aux bénéficiaires du contrat d assurance-vie au décès de l assuré 2, le contrat de capitalisation est transféré en l état au profit des héritiers ou légataires du défunt. Il en résulte les conséquences suivantes : Le contrat de capitalisation souscrit de manière nominative entre dans la succession du défunt et subira les droits de succession comme tous les autres éléments de son patrimoine. Aucun traitement fiscal dérogatoire n est prévu en matière de transmission de ce type de contrat. Les héritiers prennent alors la qualité de titulaire du contrat et auront le choix entre, d une part, conserver le contrat jusqu à son échéance prévue initialement et, d autre part, demander le remboursement du contrat. 1. Pour plus de précisions sur la fiscalité successorale attachée aux contrats d assurance-vie, se reporter au chapitre qui est consacré à ce sujet, p L assuré du contrat a le plus souvent aussi la qualité de souscripteur. Groupe Eyrolles 9

7 Le guide de la transmission de patrimoine Dans les deux cas, au moment du remboursement (soit à l échéance, soit par demande de remboursement), la fiscalité qui s appliquera sur les intérêts dépendra de la date de souscription du contrat par le défunt. Ceci signifie que les intérêts capitalisés de la date de souscription jusqu à la date du décès seront imposés au nom du ou des héritiers au moment du remboursement. C est donc l un des rares investissements pour lequel le décès n exonère pas d imposition les gains antérieurs au décès. Imposition des gains Date de remboursement Avant la fin de la 4 e année Entre la fin de la 4 e et la fin de la 8 e année Après la fin de la 8 e année Impôt sur le revenu Impôt sur le revenu ou prélèvement libératoire de 35 % Impôt sur le revenu ou prélèvement libératoire de 15 % Impôt sur le revenu ou prélèvement libératoire de 7,5 % sous déduction d une franchise de pour une personne seule ou de pour un couple 1 Contributions sociales 11 % prélevés : Soit annuellement sur les intérêts capitalisés sur les contrats en euros Soit perçus lors du remboursement sur les contrats en unités de compte Le contrat de capitalisation souscrit de manière anonyme ne sera évidemment pas compris dans la succession du défunt. Les héritiers, ou les proches à qui le défunt aura donné le bon anonyme, pourront le conserver jusqu à leur échéance ou bien se le faire rembourser. 1. Les contrats principalement investis en actions de sociétés européennes sont exonérés de cet impôt au-delà de 8 ans (contrats DSK ou Sarkozy). 10 Groupe Eyrolles

8 Les relations bancaires : comptes, coffre, emprunts L anonymat présente alors deux inconvénients de taille : Le premier réside dans la fiscalité appliquée à l anonymat au moment du remboursement : 60 % de prélèvement obligatoire sur le montant des intérêts capitalisés (majoré des contributions sociales de 11 %) et 2 % du nominal par 1 er janvier compris entre la date de souscription et la date de remboursement ; Le second réside dans les possibilités de remploi limitées des capitaux obtenus lors du remboursement d un bon anonyme. S il s agit de montants modestes, le bénéficiaire du remboursement pourra utiliser les capitaux pour payer ses dépenses courantes, alors que s il s agit de montants importants, il sera contraint de replacer les capitaux de manière anonyme. En effet, si les capitaux sont utilisés pour l acquisition officielle d un bien quel qu il soit (immobilier, mobilier), l acquéreur devra assumer le risque que l administration fiscale lui demande l origine des fonds ayant permis cette acquisition et que la somme en question soit taxée d office comme «revenu occulte». Reprenons les mêmes éléments que pour le contrat d assurancevie. Ici le souscripteur choisit un contrat de capitalisation en unités de compte sur lequel il verse euros. Il décède sans jamais avoir opéré de retraits. Au jour du décès, la valeur de rachat du contrat s élève à euros. Si la souscription a été réalisée de manière nominative, le contrat sera transmis aux héritiers qui paieront des droits de succession sur une valeur de euros. S ils décident de se faire rembourser le contrat, ils percevront euros diminués des impôts portant sur les gains capitalisés de euros. Si ce rachat intervient à la fin de la 7 e année après la souscription, ce gain sera soumis à l impôt sur le revenu ou, sur option, au prélèvement libératoire de 15 % (+ 11 % de contributions sociales), ce qui représenterait euros de prélèvement. Si la souscription a au contraire été réalisée de manière anonyme, les héritiers ne déclareront pas les contrats dans la succession et se feront rembourser les bons en supportant la fiscalité propre à l anonymat. Ils supporteront euros de prélèvement obligatoire sur les gains et de prélèvement sur le capital (7 fois 2 % de euros). Les héritiers récupéreront donc euros alors que le souscripteur avait investi euros! Groupe Eyrolles 11

9 Le guide de la transmission de patrimoine Le contenu du coffre En matière de location de coffre, la conséquence du décès du locataire est le blocage. Dès la survenance du décès du locataire, la banque doit refuser l ouverture du coffre car son contenu fait partie de l actif successoral du défunt ; il sera ouvert en présence du notaire qui en recensera le contenu. Ce contenu fera ainsi partie de l actif successoral sur lequel seront payés les droits de succession. Comme en matière de compte bancaire, la solution pour éviter ce blocage est de louer conjointement le coffre. Après le décès, le cotitulaire continuera d y accéder librement, sauf demande expresse des héritiers de faire apposer les scellés. Les emprunts Les emprunts contractés par le défunt entrent dans sa composition du passif successoral et devront donc être remboursés par les héritiers. Toutefois la banque demande le plus souvent à ses clients de souscrire une assurance décès à son profit lorsqu ils sollicitent un crédit. Au moment du décès, ces assurances remboursent la créance directement auprès de la banque, libérant ainsi les héritiers du paiement de cette dette. Attention toutefois aux cas d exclusion prévus par les polices d assurance décès! En effet, certaines causes de décès sont expressément exclues ; tel est souvent le cas des décès faisant suite à la pratique de sports à risque (parachutisme ) ou le cas du suicide durant les deux premières années d assurance. Cette solution a le mérite d être sécurisante tant pour le banquier que pour l emprunteur qui souhaite protéger ses proches, mais peut se révéler pénalisante dans un souci d optimisation patrimoniale : si la dette est remboursée directement par l assurance, alors le montant du capital restant dû à la banque au jour du décès ne fait pas partie du passif successoral. La dette ne faisant plus partie du passif, le montant de l actif net sera donc majoré d autant, ce qui aura pour effet d accroître le montant des droits de succession payés par les bénéficiaires de la succession. 12 Groupe Eyrolles

10 Les relations bancaires : comptes, coffre, emprunts Il est alors avantageux de souscrire une assurance décès, indépendamment de l emprunt dont les bénéficiaires seront les héritiers. Au décès, ces derniers trouveront bien dans le passif de la succession le montant du crédit et percevront par ailleurs les capitaux décès de l assurance bénéficiant d une fiscalité successorale particulière 1. Cette solution n est toutefois pas évidente à mettre en place car il reste à convaincre le banquier. En effet, l établissement de crédit n étant pas directement bénéficiaire des capitaux décès, il se trouve dans une position plus risquée en cas de décès de son emprunteur. L exemple ci-dessous permet de mesurer l impact de l assurance décès de l emprunteur ainsi que l intérêt de la souscrire indépendamment. Une personne ayant acquis un bien immobilier évalué euros au moment de son décès et dont le capital restant dû sur l emprunt ayant permis son acquisition s élève à euros ne laissera pas ses héritiers dans la même situation selon qu il avait ou non souscrit une assurance décès. Nous prendrons comme hypothèse que les droits de succession s élèvent à 20 % du montant de l actif successoral net. 1 er cas : pas d assurance décès Le bien immobilier entre dans l actif successoral et le crédit se trouve au passif. L actif net s établit donc à euros. Les héritiers reçoivent le bien immobilier et sont tenus de payer le crédit. Les droits de succession sont calculés sur cet actif net. Les héritiers reçoivent donc euros mais doivent euros à la banque et euros au Trésor public. Leur enrichissement s élève donc à euros. 2 e cas : présence d une assurance décès souscrite auprès de l établissement de crédit Dans ce cas l assurance rembourse l emprunt qui ne fait alors pas partie du passif de la succession. 1. Pour la fiscalité appliquée aux capitaux décès, cf. p Groupe Eyrolles 13

11 Le guide de la transmission de patrimoine L actif net de la succession est uniquement constitué de la valeur de l immeuble, soit euros engendrant des droits de succession de euros. L enrichissement des héritiers sera donc de euros ( ). 3 e cas : présence d une assurance décès souscrite indépendamment, au profit des héritiers Les héritiers reçoivent l immeuble pour euros, doivent à la banque euros, mais ils perçoivent aussi euros au titre de l assurance décès. Les droits de succession s élèvent, comme dans le premier cas, à euros. L enrichissement des héritiers se trouve alors porté à euros ( ). Pas d assurance Assurance au profit de la banque Assurance indépendante Actif successoral taxable = = Droits de succession Assurance au profit des héritiers (hors droits) Situation nette des héritiers Groupe Eyrolles

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Les de marches en cas de de ce s

Les de marches en cas de de ce s Les de marches en cas de de ce s Le décès d un proche nous plonge souvent dans un grand désarroi. Certaines démarches doivent cependant être accomplies rapidement. Ce mini-guide est destiné à vous informer

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Juin 2007

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Juin 2007 018 Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES Nouvelle édition Juin 2007 Sommaire 2 4 6 8 10 12 14 18 Le compte joint Qu est-ce qu un compte joint? Quels sont les comptes qui peuvent être joints? Comment

Plus en détail

Les délais à respecter

Les délais à respecter Les délais à respecter Dans les 24 heures Contacter les pompes funèbres et organiser les obsèques Si le défunt a souscrit une assurance Garantie obsèques au Crédit Agricole*, prévenir Assistance Obsèques

Plus en détail

Les démarches en cas de décès

Les démarches en cas de décès OCTOBRE 2013 N 4 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les démarches en cas de décès Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Les demarches administratives

Les demarches administratives Les demarches administratives Après la disparition d un être cher, s ajoute à la douleur de l événement une série de démarches administratives. Celles-ci sont nombreuses et répondent à un calendrier précis.

Plus en détail

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 18

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 18 Le compte joint Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs.

Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs. Le Guide de l Héritier Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs. Le Crédit Agricole souhaite être à vos côtés dans cette période

Plus en détail

guide de la succession les principales démarches à effectuer lors d une succession

guide de la succession les principales démarches à effectuer lors d une succession guide de la succession les principales démarches à effectuer lors d une succession Vivre la disparition d un proche ou d un être cher est un moment douloureux pour une famille. Dans ces circonstances,

Plus en détail

Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 18. Le site pédagogique sur la banque et l argent.

Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 18. Le site pédagogique sur la banque et l argent. octobre 2012 n 18 compte Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le compte joint 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr 2 Ce mini-guide

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

guide de la succession www.cic.fr > Les principales démarches à effectuer lors d une succession

guide de la succession www.cic.fr > Les principales démarches à effectuer lors d une succession guide de la succession > Les principales démarches à effectuer lors d une succession www.cic.fr Crédit Industriel et Commercial - Société anonyme au capital de 608 439 888-6 avenue de Provence, 75009 Paris

Plus en détail

l assurance vie, les entreprises privées et les dividendes en capital

l assurance vie, les entreprises privées et les dividendes en capital Solutions de protection Tout sur l assurance vie, les entreprises privées et les dividendes en capital avec la Standard Life À l intention du représentant en assurance. Bonjour. La Loi de l impôt sur le

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE.

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. édition 2009 / 2010 Les essentiels Guide pratique hors-série 50 conseils pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. Avant-Propos Déductions, réductions et crédits d impôt de

Plus en détail

guide de la succession > Les principales démarches à effectuer lors d une succession

guide de la succession > Les principales démarches à effectuer lors d une succession guide de la succession > Les principales démarches à effectuer lors d une succession Vivre la disparition d un proche ou d un être cher est un moment douloureux pour une famille. Dans ces circonstances,

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER Date de l entretien.... DOSSIER Vous Votre conjoint Prénom.... Prénom.... Nom.... Nom.... Date de naissance... Date de naissance.... Situation familiale marié(e) célibataire divorcé(e) veuf(ve) union libre

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Sommaire PARTIE I L ÉPARGNE BANCAIRE CLASSIQUE Chapitre 1. Les livrets bancaires...

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

FORMALITES A ACCOMPLIR SUITE A UN DECES

FORMALITES A ACCOMPLIR SUITE A UN DECES Document réalisé avec la collaboration du bureau ARCEA Valduc FORMALITES A ACCOMPLIR SUITE A UN DECES Avant toute démarche, prendre connaissance - s il y a lieu - du contrat assurance obsèques. I FORMALITES

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets Mon épargne mon patrimoine Une épargne, des projets Une épargne, des projets, toutes les solutions sont au Crédit Mutuel Que vous souhaitiez vous constituer une épargne disponible, un capital pour préparer

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

A la découverte de l assurance vie HSBC France

A la découverte de l assurance vie HSBC France A la découverte de l assurance vie HSBC France L assurance vie, le placement qui vous accompagne dans tous vos projets Depuis quelques années, l assurance vie est devenue le placement préféré des Français

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Réforme des prélèvements sociaux prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014. Qui est concerné?

Réforme des prélèvements sociaux prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014. Qui est concerné? Réforme des prélèvements sociaux prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Qui est concerné? 1 Contexte Les députés ont approuvé ce mercredi 23 octobre la hausse des

Plus en détail

Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015

Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015 Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015 Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 LES PLACEMENTS NON BOURSIERS 5 LES PLACEMENTS BOURSIERS

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale Centre Communal d Action Sociale 01.34.90.89.73 Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale - Livret de Famille

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées Assurance-vie Malgré plusieurs réformes restreignant ses avantages fiscaux, l assurance-vie continue de bénéficier d un statut privilégié tant au regard de l impôt sur le revenu que des droits de succession.

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

MAI 2013 N 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES COMPTE. Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

MAI 2013 N 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES COMPTE. Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent MAI 2013 N 18 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le compte joint Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Qu est-ce qui caractérise

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation de la Great-West Ce guide vous donne un aperçu de haut niveau des principales caractéristiques de l assurance-vie avec participation de la

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Guide de l Assurance Vie

Guide de l Assurance Vie Guide de l Assurance Vie LES ATOUTS DE L ASSURANCE VIE 2 OBJECTIFS 2 CARACTÉRISTIQUES 3 LES PARTIES AU CONTRAT 3 LE(S) BÉNÉFICIAIRE(S) EN CAS DE DÉCÈS DE L ASSURÉ 4 LA SOUSCRIPTION CONJOINTE 4 LA DURÉE,

Plus en détail

guide clarté épargne www.creditmutuel.fr

guide clarté épargne www.creditmutuel.fr guide clarté épargne UNE BANQUE QUI N A PAS D ACTIONNAIRE, ÇA CHANGE L ÉPARGNE. www.creditmutuel.fr AVEC VOTRE CONSEILLER CRÉDIT MUTUEL, ENVISAGEZ L ÉPARGNE DIFFÉREMMENT. Comme toutes les banques, le Crédit

Plus en détail

AOF. mini-guide. bourse. «Le Plan. Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions

AOF. mini-guide. bourse. «Le Plan. Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions AOF mini-guide bourse «Le Plan Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions Mai 2011 Le Plan d Epargne en Actions (PEA) Le bureau d'études et d'analyses d'option Finance SOMMAIRE Introduction p.4 Qu

Plus en détail

Financement des études supérieures

Financement des études supérieures Page 1 sur 10 Financement des études supérieures Cas d étude : couple de quarantenaires avec 3 enfants de 9, 6 et 4 ans. Début des études pour le 1 er enfant = 2022 Début des études pour le 2 e enfant

Plus en détail

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt INTRODUCTION Le cas présenté ci-après permet de comprendre le fonctionnement général d une banque mais reste un cas d école purement théorique. Imaginons

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Séparation, rupture de la vie commune

Séparation, rupture de la vie commune Séparation, rupture de la vie commune ÊTRE ACCOMPAGNÉ PAR SA BANQUE À CHAQUE ÉTAPE DE SA VIE. 2 SOMMAIRE QUELLES DÉMARCHES POUR... Que notre relation soit ancienne ou plus récente, nous nous engageons

Plus en détail

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client Fiche n Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Pour un client qui se porte acquéreur d un bien immobilier A (notamment résidence principale / résidence secondaire)

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731. PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.338 2 SOMMAIRE 1. Qu est-ce qu un crédit hypothécaire? 2. Qui peut

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence Conférence Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence «Assurance-vie, contrat de capitalisation et optimisation patrimoniale» NOVALFI «Gestion Cardinale, réconcilier prudence et performance»

Plus en détail

CELESTIA CAPITALISATION

CELESTIA CAPITALISATION ASSURANCE VIE CELESTIA CAPITALISATION UN CADRE D INVESTISSEMENT OPTIMISÉ 100 % CAPITALISATION Contrat individuel de capitalisation libellé en euros et/ou en unités de compte CELESTIA CAPITALISATION Complémentaire

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Journal d inventaire de la succession

Journal d inventaire de la succession Journal d inventaire de la succession Introduction L une des principales responsabilités du liquidateur d une succession consiste à dresser la liste des biens et des dettes de la personne décédée. C est

Plus en détail

Les démarches après un décès

Les démarches après un décès Les démarches après un décès Il faut savoir que la succession s'ouvre dès le jour du décès. En conséquence, de nombreuses démarches doivent être faites assez rapidement pour ne pas perdre d'éventuels avantages.

Plus en détail

> Votre conjoint. Adresse :... Régime matrimonial :... ... Avantages matrimoniaux (ou autres particularités) :

> Votre conjoint. Adresse :... Régime matrimonial :... ... Avantages matrimoniaux (ou autres particularités) : Date de l'entretien :... > Vous Prénom :... Nom :... Date de naissance :... Situation familiale : Marié Célibataire Divorcé Veuf Union libre PACS > Votre conjoint Prénom :... Nom :... Date de naissance

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions NEWSLETTER 14 195 du 27 MAI 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Une mise à jour du BOFiP en date du 9 juillet 2013 a intégré une décision

Plus en détail